Discussion Wikipédia : Tri des stub du projet Wiki/Propositions/Archive/2009-Feb2011

Talon de la ligue irlandaise de woodsball

J'ai créé des talons pour la ligue irlandaise de woodsball (IWL) et ses équipes participantes et je voulais juste les mettre ici pour voir s'il y avait des objections avant de les publier. Quadsey2010 ( discussion ) 09h17, 27 juillet 2010 (UTC) [ réponse ]

Mettez-le sur la liste !!!!

>grr< J'avais peur que cela arrive. Dans l'assaut de la création de modèles au cours des deux derniers mois, presque personne (je suis gentil ici) n'a mis à jour la liste des talons. Même pour un modèle fusionné, vous devez ajouter l'élément à la liste lors de sa création. Veuillez faire votre part en matière de suivi et mettre des modèles et/ou des catégories sur la liste. >grr<. </rant> Love, Mommy Her Pegship (c'est elle-même) 21:28, 2 janvier 2009 (UTC) [ réponse ]

Pourquoi ne pas demander à un robot de le faire ? Il ne devrait vraiment pas être difficile de rechercher tous les modèles se terminant par -stubet de les classer en fonction de leur arborescence de catégories. Skomorokh 16h57, 26 avril 2009 (UTC) [ réponse ]
Je souhaite que ce soit aussi facile. Je ne pense pas que la liste à laquelle je pense puisse être mise à jour de cette façon ; si quelqu'un d'autre a une autre idée, n'hésitez pas à y donner suite. Pegship ( discussion ) 22h02, 26 avril 2009 (UTC) [ réponse ]
Ce n'est pas si simple. La plupart des catégories de stub appartiennent à plusieurs catégories différentes. Par exemple, une catégorie comme Category:science software stubs est en réalité une sous-catégorie de Category:science stubs et Category:software stubs . Une fois que le robot commence à répertorier une sous-catégorie à deux endroits, il répertorie ses sous-sous-catégories à 4 endroits, etc. Un humain doit vraiment prendre la décision quant à laquelle des deux est la liste la plus significative. Cependant, je pense qu'il serait très possible de créer un robot qui identifierait les catégories qui n'ont pas été répertoriées et mettrait périodiquement à jour les catégories devant être vérifiées. Dawynn ( discussion ) 11h43, 27 février 2010 (UTC) [ réponse ]

Re Sixers

Quelqu'un peut-il aider ou prendre en charge la création d'un talon "Sixers Review" (il est inclus dans la liste des magazines littéraires). J'ai essayé et j'ai fait quelque chose de mal... il a été supprimé... Je suis nouveau dans ce domaine. Désolé.)? —Commentaire précédent non signé ajouté par 72.229.185.202 (discussion) 16h43, 13 février 2009 (UTC) [ réponse ]

Ce projet sert à créer des modèles et des catégories de stub et à trier les articles de stub, et non à créer les articles eux-mêmes. Je suggère d'essayer Wikipedia:Articles pour la création . Gruderie ... quoi ? 23h11, 13 février 2009 (UTC) [ réponse ]

J'espère que c'est le bon endroit, mais d'après cette discussion , Template:Wałcz-geo-stub Je suppose que la création a été votée, mais cela ne l'a jamais été. Cela signifie-t-il qu'il n'était pas destiné à être créé ou quoi ? Dois-je le proposer à nouveau ? -- Ricky81682 ( discussion ) 10h26, 15 février 2009 (UTC) [ réponse ]

Cela signifie simplement que personne n’y est encore parvenu. Allez-y et créez. Pegship ( discussion ) 16h25, 15 février 2009 (UTC) [ réponse ]

bouts de langue

déplacé de WP:WSS/P

Les articles étiquetés avec {{ AustroAsiatic-lang-stub }} apparaissent dans la catégorie des talons de langue plutôt que dans la catégorie des talons de langue austro-asiatique. J'ai essayé de jouer avec, mais je ne sais pas ce qui ne va pas. J'avais commencé à parcourir tous les articles de langue pour les sous-catégoriser, mais c'est une perte de temps si je dois simplement recommencer à cause de cela. kwami ​​( discussion ) 09:06, 24 mars 2009 (UTC) [ réponse ]

Retard du serveur. Remarquez que puisque ce modèle de stub n'a pas atteint le seuil requis pour une catégorie distincte : stubs de langue austro-asiatique et qu'aucune catégorie de ce type n'a été proposée, pourquoi en avez-vous créé un ? Grudness ... quoi ? 09h28, 24 mars 2009 (UTC) [ réponse ]

Je ne l'ai pas fait. Il était déjà là, répertorié avec les articles étiquetés en langue stub. J'ai simplement réifié la catégorie à laquelle il se rapportait. kwami ​​( discussion ) 09:32, 24 mars 2009 (UTC) [ réponse ]

J'ai déplacé 200 articles vers des sous-chats. Une fois que le modèle AA entre en vigueur (je suppose qu'il m'a fallu démarrer la catégorie pour activer le modèle ?), une cinquantaine d'autres devraient être supprimés. kwami ​​( discussion ) 12h19, 24 mars 2009 (UTC) [ réponse ]

Désolé, j'ai mal lu ci-dessus. La catégorie n'avait pas atteint le seuil requis ? Je n'ai aucune idée de ce dont vous parlez. Je voulais élaguer le modèle principal en utilisant les sous-modèles dédiés, et il y en avait déjà un pour AA - utilisé sur des dizaines d'articles - donc je l'ai utilisé sur le reste des langages AA. Si les liens apparaissent sur la page principale, nous ne pouvons pas savoir quels talons sont correctement balisés tant que nous ne les avons pas tous ouverts, ce qui est une perte de temps. Certains articles pa- et na- sont restés là pendant des années sans être correctement étiquetés, il semblait donc qu'ils avaient besoin d'être nettoyés. kwami ​​( discussion ) 18h13, 24 mars 2009 (UTC) [ réponse ]

Lisez WP:STUBS et/ou les instructions en haut de WP:WSS/P . Les modèles de talons sont délibérément laissés dans des catégories plus générales jusqu'à ce qu'ils aient suffisamment d'articles (60) les utilisant pour leurs propres catégories. Ensuite, ces catégories sont proposées sur WP:WSS/P . Dans ce cas, le modèle a été délibérément fusionné et aucune catégorie distincte n’a été proposée. Gruderie ... quoi ? 21h46, 24 mars 2009 (UTC) [ réponse ]

Bonjour, j'essaie de trouver un stub pour Fire ring , qui contient {{ stub }} depuis environ une semaine. Cela me semble étrange que, bien qu'il existe des talons de jeux spécifiques (et très spécifiques), il n'y a pas de {{Leisure-stub}} ou de {{Recreation-stub}}. {{ Outdoor-recreation-stub }} pourrait être utile pour cet article spécifique. Mais je n'ai pas beaucoup d'exemples d'articles de talon sur les loisirs ou les loisirs, il semble simplement que la plupart des autres catégories générales ont un talon parent, et cette catégorie n'en a pas. Dave Smith ( discussion ) 21h37, 25 mars 2009 (UTC) [ réponse ]

Je suis sûr qu'il y a eu une suggestion d'un type de talon pour les activités de plein air dans le passé (sur cette page, IIRC, mais cela nécessiterait une recherche dans les archives), et c'est probablement au moins une idée raisonnable pour un modèle. Il est temps d’en proposer officiellement un chez WP:WSS/P ? Je préférerais {{Bushcraft-stub}} pour celui-ci, mais je ne sais pas s'il s'agit d'un terme mondial ou spécifique à l'Australie et à la Nouvelle-Zélande. Un talon de loisirs générique peut cependant être une bonne idée. Grudness ... quoi ? 00h01, 26 mars 2009 (UTC) [ réponse ]

Comment es-tu censé proposer un talon ?! Je ne trouve nulle part où le taper..... —Commentaire précédent non signé ajouté par Fffgg (discussion • contributions ) 20:41, 13 avril 2009 (UTC) [ réponse ]

Accédez à la page du projet de cette page ( Wikipedia:WikiProject Stub sorting/Proposals ). Recherchez l'en-tête du mois en cours - en haut se trouve une section intitulée "NOUVELLES PROPOSITIONS". Cliquez sur le lien de modification de cette section et saisissez votre nouvelle proposition. Grudness ... quoi ? 23h18, 13 avril 2009 (UTC) [ réponse ]

??? je ne trouve pas le lien d'édition pour ça !!! Fffgg (talk) 19:03, 14 avril 2009 (UTC) [ réponse ]

Essaye ça. À votre santé, Pegship ( discussion ) 21h19, 14 avril 2009 (UTC) [ réponse ]

MERCI !!!!!!!!!Fffgg (talk) 16:33, 15 avril 2009 (UTC) [ réponse ]

Requête sur le forum

J'ai une proposition visant à standardiser les modèles de stub. Où dois-je proposer cela ? Skomorokh 16h55, 26 avril 2009 (UTC) [ réponse ]

Discussion sur Wikipédia : le tri des stub de WikiProject serait probablement le meilleur - mais soyez averti, de telles propositions ont été faites dans le passé et ne sont pas nécessairement bien accueillies. Les modèles de stub ne sont délibérément pas standardisés, car les éléments qui fonctionnent le mieux pour certains peuvent être extrêmement problématiques pour d'autres (par exemple, les drapeaux fonctionnent bien comme icônes pour les modèles spécifiques à une nation, mais ont provoqué des guerres d'édition dans divers modèles de stub liés à Chypre). Les discussions sur l'asbox d'il y a quelques mois constituaient la dernière tentative de normalisation. Grudness ... quoi ? 23h45, 26 avril 2009 (UTC) [ réponse ]
Cool, merci pour le pointeur. Skomorokh 00:11, 27 avril 2009 (UTC) [ réponse ]
J'allais proposer ce qui existe déjà sous le nom de {{ asbox }}. Après avoir lu la page de discussion, il ne semble pas y avoir d'objections insurmontables, mais il faudrait un groupe d'éditeurs intéressés et techniquement compétents et peut-être une discussion centralisée pour la mettre en œuvre. Skomorokh 00:19, 27 avril 2009 (UTC) [ réponse ]

Histoire de la Transylvanie

L'histoire de la Transylvanie comprend 12 sous-catégories avec 66 articles. Il existe un grand nombre de talons liés à la Transylvanie qui ne sont pas marqués comme tels (par exemple Gelu). La Transylvanie est une région historique et géographique particulière, bien qu'actuellement non administrative, mentionnée pour la première fois en 1075. Les articles sur l'histoire sont répartis entre les articles liés à la Hongrie et à la Roumanie, bien que dans de nombreux cas, un bout d'histoire de la Transylvanie serait plus approprié comme alternative ou comme pont entre les deux.

Actuellement, {{ Card-videogame-stub }} ajoute les pages sur lesquelles il se trouve à la fois aux Category:video game stubs et à ses propres Category:card game stubs . Les stubs de jeux vidéo de catégorie : ont également actuellement un retard, auquel cela contribue. Si {{ Card-videogame-stub }} a déjà sa propre catégorie personnelle, alors pourquoi l'ajouter également à la catégorie générique ? Quelqu'un peut-il résoudre ce problème, afin que la catégorie des stubs de jeux vidéo puisse être supprimée de la liste des backlogs ? Merci. -- vgmddg ( regarder  |  parler  |  faire ) 23:47, 3 mai 2010 (UTC) [ réponse ]

Juin Juillet

Y a-t-il une raison particulière pour laquelle les annonces de juillet sont effectuées sur la page de juin, ou s'agit-il d'une erreur qui devrait être corrigée ? -- G W 20h38, 21 juillet 2010 (UTC) [ réponse ]


Capteur de tronçon

Le projet Wikipedia:WikiProject Stubsensor est de nouveau opérationnel après une longue pause. Je ne sais pas si/comment cela devrait s'intégrer dans les catégories ici. mais je voulais laisser un mot. JeepdaySock (AKA, Jeepday ) 16h16, 2 septembre 2010 (UTC) [ réponse ]

Le Tibet Post International (TPI)

http://wwwwww.thetibetpost.com

Le Tibet Post International

1er étage, maison Dolkhang
Route de Jogiwara

PO McLeod Ganj - 176219 Kangra District Himachal Pradesh, Inde Téléphone : 941-814-3289 E-mail : [email protected], [email protected] Site trilingue : www.thetibetpost.com Tibétain : www.shambalapost.com Chinois : www. lhasapost.com


1. Résumé du programme proposé

Le projet Poste du Tibet 2010-2011


 Journal quotidien trilingue en ligne  Journal imprimé bimensuel en anglais  Atelier/séminaire sur le journalisme en exil


Pays/régions ciblés :

• 3 provinces du Tibet : Kham, Amdho, Utsang • Dharamsala, Inde • Communautés tibétaines en exil à l'étranger


Date de début proposée : 1er septembre 2010 Date de fin proposée : 31 août 2011


I. RÉSUMÉ DU PROGRAMME PROPOSÉ

D'ici fin 2011, le journal Tibet Post International (TPI), un journal en ligne trilingue qui compte actuellement huit employés quotidiens (deux salariés et sept bénévoles), vise à s'étendre à onze employés quotidiens, dont huit seront salariés. Une augmentation des ressources de bureau sera également nécessaire pour soutenir l'expansion.

Pour compléter notre journal quotidien en ligne, nous prévoyons de commencer à publier bimensuellement le premier journal imprimé en anglais par et pour les Tibétains en exil. En se concentrant sur les faits saillants des deux semaines précédentes, le journal imprimé inclura des informations spécifiquement pertinentes pour les communautés tibétaines de la diaspora.

Un troisième élément de nos plans d'expansion consiste à organiser et à faciliter un atelier/séminaire annuel visant à fournir une expérience pratique et une formation théorique aux jeunes journalistes tibétains en exil.

II. ARRIÈRE-PLAN

En 1959, des milliers de Tibétains se sont unis pour se soulever contre l’invasion chinoise. La réponse brutale de la Chine a mis en place un nouveau régime d'oppression, de torture et de meurtre sur le plateau tibétain. En raison des souffrances inconcevables que le peuple tibétain a endurées jusqu'à ce jour, l'identité culturelle tibétaine est menacée d'extinction. L’invasion du Tibet a non seulement contraint des milliers de Tibétains, y compris son chef spirituel Sa Sainteté le 14e Dalaï Lama, à l’exil, mais a également interrompu la communication entre les Tibétains et le monde extérieur.

Message de Sa Sainteté le 14ème Dalaï Lama :

« Dans un système démocratique véritable et idéal, la liberté d'expression est reconnue comme un élément important. Pour cela, des médias indépendants sont essentiels, car ils jouent un rôle vital dans la vie quotidienne des gens.

Par conséquent, nos médias devraient toujours essayer d'éclairer et d'éduquer le grand public en couvrant les affaires mondiales et en fournissant des informations générales, en particulier des informations liées au Tibet.

Cette responsabilité sociale doit être respectée de la manière la plus dévouée et cohérente aussi longtemps que le besoin existe.

Les expériences des cinquante dernières années, au cours desquelles les journalistes tibétains en exil ont eu un engagement considérable avec le monde extérieur, ont montré que les journalistes tibétains ont beaucoup à apporter à la lutte pour la paix mondiale. Nous pensons que les médias tibétains en exil ont la responsabilité d'œuvrer en faveur de la liberté d'expression pour les Tibétains du monde entier. Les membres du TPI sont prêts à assumer la responsabilité de faire avancer la lutte pour la liberté d'expression et d'informer le monde de la situation au Tibet.

Les Tibétains du Tibet entretiennent l'espoir que ceux en exil perpétueront leur culture et leurs traditions qui luttent pour leur survie dans le Tibet occupé par la Chine. Les moyens de communication tels que la presse libre et l’accès à Internet, que le gouvernement chinois refuse à la population tibétaine, sont essentiels dans cette quête. En Chine, le gouvernement maintient un contrôle autoritaire strict sur le contenu et la présentation de ses médias publics. TPI vise à contribuer à l’établissement d’un média tibétain en exil fort ; nous espérons permettre à chaque aspirant journaliste de l'Himachal Pradesh de pratiquer et de protéger les valeurs des médias libres, de surmonter les contraintes externes et internes, notamment les barrières linguistiques, et de rester guidé par les principes de non-violence et de compassion.

III. OBJECTIFS DU PROJET

1. Continuer à fournir des informations justes et précises sur la situation et les développements au Tibet à nos lecteurs internationaux, y compris ceux en Chine.

2. Employer une équipe éditoriale multiculturelle et multilingue qui encourage la discussion et le débat, sous différents angles, sur les questions d'actualité liées au Tibet et aux Tibétains.

3. Informer et impliquer les membres de la diaspora tibétaine et autres, en particulier les étrangers anglophones, sur les développements au Tibet et sur les questions liées spécifiquement aux communautés en exil.

4. Soutenir l'acquisition de la langue anglaise et la sensibilisation à l'actualité pour les jeunes Tibétains en exil, tant dans les écoles que dans la communauté dans son ensemble.

5. Encourager et soutenir les besoins des journalistes tibétains en exil à travers le développement professionnel.

6. Promouvoir et encourager une meilleure connaissance parmi les journalistes tibétains sur le gouvernement démocratique en exil, ainsi que sur les questions sociales, politiques, sanitaires et environnementales.

IV. LES ACTIVITÉS DU PROJET

LA POST DU TIBET EN LIGNE

Le Tibet Post continuera de produire son journal en ligne trilingue mis à jour quotidiennement – ​​le seul en son genre – qui comprend des reportages impartiaux sur les Tibétains du Tibet, les communautés tibétaines en exil et l'actualité internationale. Actuellement, nous avons deux salariés : le rédacteur adjoint et un correspondant. Les sept autres membres du personnel quotidien, y compris notre rédacteur en chef, notre responsable des comptes/bureau, les rédacteurs en chinois et en anglais et trois rédacteurs, travaillent gratuitement. Nos extensions nécessitent quatre nouveaux postes rémunérés : un secrétaire/rédacteur adjoint, un chef de projet et deux rédacteurs correspondants (du Népal et de l'Inde du Sud). De plus, trois postes actuellement bénévoles – rédacteur en chef, rédacteur en langue chinoise et comptable/chef de bureau – deviendront des postes salariés.

Les augmentations proposées nous permettront de couvrir de manière plus approfondie un plus large éventail d'actualités liées au Tibet, y compris des reportages sur place. L'ajout de deux correspondants des communautés tibétaines en exil permettra un dialogue et une sensibilisation accrus au sein des communautés de la diaspora tibétaine. À l’heure actuelle, la majorité de nos nouvelles sur les Tibétains en exil proviennent de Dharamsala, où nous sommes basés.

En plus d'embaucher du personnel provenant de différents sites, nos plans d'expansion incluent également l'emploi de personnel d'origines culturelles diverses. Depuis l’exil de 1959, l’Inde a généreusement permis à la majorité des communautés tibétaines exilées d’exister à l’intérieur de ses frontières. Malheureusement, malgré cinquante ans d'histoire des Tibétains ici, les relations quotidiennes entre Tibétains et Indiens sont souvent tendues, voire inexistantes. Jusqu’à présent, la communauté des journalistes en exil n’a pas fait grand-chose pour remédier à cette fracture ; Il n'y a actuellement aucun journaliste d'ascendance indienne dans le personnel des journaux tibétains en exil. Nous pensons que nous avons une rare opportunité de commencer à combler ce fossé et de favoriser un dialogue vital de partage d’idées interculturel. Nous cherchons à être le premier journal en exil à employer du personnel originaire de notre pays d'accueil.

L'augmentation des effectifs nécessitera évidemment une augmentation des fournitures de bureau et du matériel journalistique essentiel. Notre financement actuel a permis au Tibet Post de disposer de trois ordinateurs de bureau fonctionnels, d'une imprimante à jet d'encre, d'un enregistreur audio et d'un appareil photo numérique. Nos projets d'agrandissement nécessitent un bureau supplémentaire

PERSONNEL QUOTIDIEN PROPOSÉ

ordinateur, enregistreur audio et

un appareil photo numérique (avec piles de secours) et une imprimante laser. Les pannes de courant peuvent être quotidiennes à McLeod Ganj, Dharamsala, et la perte d'informations se produit parfois en raison de l'arrêt inattendu des ordinateurs. Nos plans nécessitent un onduleur pour surmonter ce problème.

JOURNAL IMPRIMÉ BIMENSUEL EN LANGUE ANGLAISE

Au sein des communautés exilées, il existe un nombre considérable de jeunes Tibétains qui lisent régulièrement les journaux de langue anglaise. Cela peut être attribué à l'omniprésence des principales publications (par exemple Times of India, Indian Express, Hindustan Times), associée à la quête continue des jeunes générations pour améliorer leur anglais. Il n’existe actuellement aucun journal imprimé bimensuel de langue anglaise produit par ou pour les membres des communautés tibétaines en exil.

Les articles de notre projet de journal imprimé seront tirés directement du site Web lui-même, mettant en lumière les événements les plus importants des deux semaines précédentes et se concentrant spécifiquement sur des sujets d'intérêt pour les membres des communautés en exil. L'objectif principal de la création du premier journal imprimé de langue anglaise destiné aux communautés tibétaines en exil est d'impliquer les jeunes lecteurs tibétains dans les questions locales, nationales et internationales et d'améliorer ainsi leur maîtrise de la langue anglaise.

Un deuxième objectif de l’impression en anglais, la langue universelle la plus parlée, est d’impliquer les étrangers dans les événements et les luttes des Tibétains en exil. Les communautés tibétaines de Dharamsala, Katmandou, Mysore et bien d'autres endroits accueillent une multitude d'expatriés internationaux, de travailleurs d'ONG internationales et de touristes intéressés cherchant à s'impliquer dans les questions liées au Tibet.

Actuellement, les journaux imprimés des communautés en exil se présentent sous deux formes : des journaux mensuels en anglais et des journaux hebdomadaires en langue tibétaine. Des reportages bimensuels en anglais nous permettront d’explorer les questions de manière plus approfondie que les revues concurrentes en exil qui sont moins fréquemment publiées.

Notre prototype mesure 11" x 17". Chaque numéro comportera 6 à 8 pages, publié en noir et blanc, avec une distribution prévue de 2 400 exemplaires par édition, dont 1 400 exemplaires seront distribués gratuitement. 750 exemplaires gratuits seront distribués à une quinzaine d'écoles tibétaines en exil au Népal et en Inde et 650 exemplaires gratuits seront destinés aux monastères et couvents tibétains en exil. Les 1 000 exemplaires restants seront vendus 5 roupies indiennes (0,10 $) chacun.


ATELIER/SÉMINAIRE ANNUEL

Malheureusement, la plupart des journalistes tibétains en exil ne disposent pas d’une formation professionnelle ; il existe donc un besoin immense d'éduquer les journalistes sur le rôle des médias et sur la sauvegarde de la liberté d'expression, comme le souligne l'article 12 de la Charte du gouvernement tibétain en exil. L'expérience montre que les aspirants journalistes tibétains qui cherchent à maîtriser le journalisme d'information ont besoin de conseils, de pratique et d'encouragements afin de perfectionner leur métier et d'améliorer leur confiance en eux sur le terrain. En l'absence d'un tel soutien, les journalistes en herbe perdent tout intérêt et toute volonté, ce qui a un impact négatif à la fois sur la conscience générale des problèmes au sein des communautés tibétaines et sur la force de la voix collective des Tibétains.

Afin de soutenir les journalistes tibétains et de promouvoir la démocratie par la liberté d'expression, le Tibet Post organisera également un atelier/séminaire annuel sur le journalisme engagé visant principalement, mais pas exclusivement, à former les aspirants journalistes tibétains en exil à s'acquitter de leurs fonctions journalistiques dans un de manière démocratique et impartiale.

Sujets et enseignants

Les sessions de l'atelier/séminaire se dérouleront sur une période de deux jours, les étudiants participant à un atelier différent chaque jour. Ils couvriront des sujets tels que le reportage pratique, les responsabilités et l'éthique journalistiques, les médias et la démocratie, la création d'articles, la formation en photographie et l'histoire des médias en exil, et seront enseignés par des experts dans le domaine. Nous emploierons trois journalistes, chacun pour animer deux ateliers, issus d'origines ethniques différentes (tibétaines, indiennes, chinoises, américaines, népalaises, etc.) afin d'offrir aux participants une portée, une ampleur et des perspectives variées sur le journalisme.

Formats

Les ateliers consisteront en une combinaison des formats suivants, décidés par les enseignants facilitateurs et notre chef de projet : conférence/discussion en groupe entier, dialogue en petits groupes sur le devoir de lecture, travail d'investigation sur le terrain (le cas échéant), devoir/évaluation écrite.

Afin de faciliter une discussion libre et équitable et de créer un échange d'idées précieux, l'atelier/séminaire comprendra des conférences/forums de discussion en soirée où des experts de différents domaines (par exemple des dignitaires du Parlement tibétain en exil et du Département de l'information et de l'information) Relations internationales ; spécialistes du journalisme, du droit et de la politique ; commentateurs expérimentés des médias) seront invités à aborder les questions couvertes par les membres de notre atelier/séminaire.

Logistique

Les participants seront invités à classer leurs préférences en matière d'ateliers à l'avance, et la priorité sera accordée à leurs choix lors de la détermination des listes. Nous attendons 35 participants, qui recevront tous des repas et des fournitures gratuits. Après l'atelier/séminaire, les participants seront encouragés à soumettre des articles au Tibet Post, en version en ligne et imprimée, et à devenir des contributeurs réguliers. V. PLAN D'ÉVALUATION

TIBET POST EN LIGNE—Objectifs A&B

Indicateurs : 1. Amélioration de la qualité des publications

2. Augmentation du volume d'articles publiés

3. Augmentation des reportages de première main et exclusifs

4. Augmentation du volume de lectorat en ligne

Des moyens de vérification:

1. a) L'analyse des enquêtes de satisfaction auprès des lecteurs en ligne avant et à la fin du projet, y compris des questions sur leur opinion sur la qualité du reportage, l'étendue de la couverture médiatique et l'approbation globale de la publication, indiquera la satisfaction des lecteurs à l'égard des changements qualitatifs tels que résultat de la mise en œuvre du projet.

b) Les commentaires fréquents des lecteurs provenant de canaux alternatifs (e-mails, lettres, visites personnelles) sur leurs observations et opinions sur les changements généraux dans la publication serviront d'indicateurs plus informels de la satisfaction des lecteurs suite à la mise en œuvre du projet.

c) Les commentaires et avis demandés à des experts dans le domaine (c'est-à-dire des journalistes indiens et tibétains, des professionnels universitaires, des membres du Parlement tibétain en exil) éclaireront la qualité du reportage et fourniront de précieuses perspectives d'initiés sur la façon dont le Tibet Post se compare aux publications concurrentes.

2. Une comparaison mensuelle quantitative du volume total d'articles publiés en ligne un an avant (2009/10) et un an après (2010/11) l'expansion projetée indiquera les progrès réalisés en termes de volume de reportages et d'étendue de la couverture médiatique.

3. Une comparaison mensuelle quantitative du volume total d'articles de première main et exclusifs publiés en ligne un an avant (2009/10) et un an après (2010/11) l'expansion projetée indiquera les progrès réalisés dans la capacité à rechercher de nouvelles histoires et à se permettre d'écrire des écrivains. opportunités de travail d’investigation sur le terrain.


JOURNAL IMPRIMÉ BIMENSUEL EN LANGUE ANGLAISE—Objectifs C&D

Indicateurs : 1. Réception positive du journal imprimé

2. Utilisation du journal comme outil d'apprentissage

Des moyens de vérification:

1. a) La détermination du lectorat total continu à partir de la vente du journal imprimé combinée à la version téléchargeable en ligne indiquera l'approbation globale du produit.

b) Des enquêtes de rétroaction détachables et fréquentes au sein du journal lui-même, comprenant des questions sur les opinions des lecteurs sur la qualité du reportage, l'étendue de la couverture médiatique et l'approbation globale de la publication, indiqueront la satisfaction des lecteurs à l'égard du journal imprimé.

2. Communication continue avec les administrateurs scolaires et les enseignants (courriels, visites, enquêtes) sur la fréquence d'utilisation du journal en classe et l'accessibilité du niveau d'écriture pour les élèves.

ATELIER/SEMINAIRE ANNUEL—Objectifs E&F

Indicateurs : 1. Développement professionnel des participants

2. Satisfaction des participants à l'égard de l'atelier/séminaire

Des moyens de vérification:

1. a) Des comparaisons qualitatives et quantitatives des articles écrits par les participants avant et après l'atelier/séminaire (y compris ceux soumis au Tibet Post) indiqueront dans quelle mesure le programme réussit à développer les compétences journalistiques des participants.

2. a) Les enquêtes de rétroaction menées à la fin de l'atelier/séminaire concernant les réflexions des participants sur sa qualité, sa nécessité et son utilité, ce qu'ils ont appris et la manière dont ils mettront en œuvre leurs nouvelles connaissances serviront d'indicateur de satisfaction et de croissance des participants.

b) Le suivi auprès des participants concernant leur intérêt soutenu et/ou leur poursuite d'une carrière en journalisme servira de mesure partielle de leur satisfaction à l'égard de l'atelier/séminaire.


VI. CONTEXTE ORGANISATIONNEL

Le Tibet Post International (TPI), une presse d'information tibétaine basée à McLeod Ganj, en Inde, est une organisation médiatique indépendante à but non lucratif fondée par un groupe de jeunes journalistes tibétains dont l'objectif principal est de promouvoir la démocratie par la liberté d'expression au sein des communautés tibétaines. à la fois en exil et sous occupation au Tibet. Pour soutenir la lutte en cours des Tibétains du monde entier, nous promouvons la paix et la préservation des droits de l'homme à travers notre journal quotidien trilingue en ligne.

Tibet Post International est la plus récente organisation à but non lucratif de Dharamshala, créée par des réfugiés tibétains et créée en 2008. Son statut d'organisation à but non lucratif est actuellement en cours.

Le 10 décembre 2007, TPI a temporairement lancé et testé un site Web trilingue, www.thetibetpost.com, en anglais, tibétain et chinois. Il s'agit du premier quotidien en ligne trilingue indépendant en exil et reste le seul qui existe. Le Tibet Post se concentre sur les questions liées au Tibet, suit de près les développements à l'intérieur du Tibet et rend compte des activités et du fonctionnement des institutions démocratiques en exil. Nous cherchons à fournir des informations véridiques et fiables sur la situation au Tibet au cours des cinquante dernières années, ainsi qu'à répondre aux besoins sociaux, politiques, économiques et éducatifs actuels du peuple tibétain.

Contrairement à d’autres journaux tibétains en exil, nous pensons qu’une couverture médiatique véritablement démocratique concentre l’attention de manière égale sur les personnes de toutes les couches de la société – depuis les dignitaires et les dirigeants du monde jusqu’à ceux qui luttent contre la pauvreté et l’oppression. Les sujets récents abordés incluent les opinions actuelles de Sa Sainteté le Dalaï Lama sur un État tibétain autonome, les prisonniers politiques tibétains privés de leurs droits humains fondamentaux et les difficultés financières des vendeurs ambulants tibétains.

La censure est l’antithèse de la couverture médiatique démocratique. Reporters sans frontières (RSF), une organisation internationale de surveillance de la liberté de la presse à laquelle nous sommes affiliés, a qualifié les restrictions chinoises sur le reportage de « très graves ». Après avoir analysé nos systèmes, Greg Walton, un tracker Web de RSF, a estimé qu'environ 60 % de nos lecteurs se connectent depuis la Chine. Le Tibet Post est actuellement le seul journal en ligne tibétain en exil avec un lectorat de cette ampleur, et le seul qui peut revendiquer une majorité de lecteurs chinois. Nous pensons qu’il est important que les citoyens chinois aient accès à des sources d’information au-delà des limites autorisées par leur gouvernement.

Notre système de gestion de contenu indique qu'au moment de la rédaction de cette proposition, nous avons eu 3 904 220 invités en ligne depuis notre création le 11 mai 2008. Nous maintenons un lectorat général compris entre 500 et 1 000 invités en ligne à tout moment, avec un récent- un lectorat record de 4 741 invités et un total de 5 000 à 7 500 invités par jour.

Notre équipe quotidienne compte actuellement deux salariés et sept bénévoles. Le salaire est le rédacteur adjoint et un correspondant, tandis que nos bénévoles comprennent un rédacteur en chef tibétain, un correspondant/éditeur de Taipei de la version chinoise, un correspondant/éditeur américain de la version anglaise, deux rédacteurs et un comptable/ Responsable administratif. Le conseil d'administration de TPI est composé de quatre membres au total, exerçant des mandats de trois ans. Le conseil d'administration comprend Thupten Phelgye, membre du Parlement tibétain en exil, Yeshe Choesang YC. Dhardhowa, rédacteur en chef et fondateur du Tibet Post International, Thupten Yarphel, écrivain tibétain et directeur de la bibliothèque du monastère de Namgyal, et le Vén. Loten, rédacteur.

URL PRÉSENTES :

www.thetibetpost.com www.shambalapost.net www.lhasapost.com www.outlooktibet.com

PERSONNEL ACTUEL

1. Rédacteur en chef………………………Yeshe Choesang Dhardhowa (bénévole, temps plein) 2. Comptable/chef de bureau…..……Ven. Phuntsok Dhondup (bénévole, temps plein) 3. Rédacteur (chinois)……………….……Keary Huan (bénévole, Taiwan, temps plein) 4. Rédacteur (anglais)………………..……Alex O. Bleecker (bénévole, États-Unis, temps partiel) 5. Rédacteur (tibétain)………….…………Yang Sham (salarié, temps plein) 6. Rédacteur (tibétain)………………Sangje Dorjee ( Salarié, temps plein) 7. Rédactrice (anglais).………………Evelin Nõmmiste (bénévole, Estonie, temps partiel) 8. Rédactrice …………………..…… Vén. Loten (bénévole, temps partiel) 9. Rédactrice en ligne…................................................ Amy Marie Elmgren (bénévole, temps partiel)

AUTRES FINANCEMENTS

Actuellement, The Tibet Post est financé exclusivement par le Parlement régional du Trentin-Tyrol du Sud, en Italie, qui nous accorde une subvention annuelle de 4 000 €. Bien que cela soit assez généreux de leur part, cela ne suffit pas à soutenir notre expansion prévue. Aucun des plans proposés ici n'est actuellement financé par d'autres organisations.

RÉFÉRENCES — Commentaire précédent non signé ajouté par Ychoesang ( discussioncontributions ) 09:14, 7 janvier 2011 (UTC) [ réponse ]

Redirection de cette page de discussion

Je pense qu'il serait logique de rediriger cette page de discussion vers Wikipedia talk:WikiProject Stub sorting . Cette page n'est pas beaucoup utilisée - et lorsqu'elle l'est, elle est souvent utilisée à tort pour proposer des talons (comme les commentaires tibétains ci-dessus). La plupart du temps, ce sont les mêmes personnes qui regardent les deux pages. Y a-t-il donc des objections ? Grudness ... quoi ? 00h18, 8 février 2011 (UTC) [ réponse ]

AUCUNE objection de la part de quelqu'un qui consulte très rarement les pages de discussion du projet (pourrions-nous toutes les rediriger ?). Waacstats ( discussion ) 13h22, 9 février 2011 (UTC) [ réponse ]
Je me suis posé cette question - mais la page de discussion Découvertes reçoit quelques commentaires supplémentaires à ce sujet. Cela pourrait en valoir la peine, surtout avec certaines des pages les moins fréquentées. Gruderie ... quoi ? 21h39, 9 février 2011 (UTC) [ réponse ]
Extrait de "https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Wikipedia_talk:WikiProject_Stub_sorting/Proposals/Archive/2009-Feb2011&oldid=1146654243"