Werner de Fritsch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Werner Freiherr von Fritsch
Werner von Fritsch (recadrée).jpg
Von Fritsch en 1932
Commandant suprême de l'armée allemande
En poste
du 1er juin 1935 au 4 février 1938
ChancelierAdolf Hitler
Précédé parBureau établi
succédé parWalther de Brauchitsch
5e chef du commandement de l'armée allemande
En poste
du 1er février 1934 au 1er juin 1935
PrésidentPaul von Hindenburg
Adolf Hitler
ChancelierAdolf Hitler
Précédé parKurt von Hammerstein-Equord
succédé parLui-même en tant que commandant en chef de l'armée allemande
Détails personnels
Née
Thomas Ludwig Werner von Fritsch

( 04/08/1880 )4 août 1880
Benrath , Landkreis Düsseldorf, Province du Rhin , Royaume de Prusse , Empire allemand
Décédés22 septembre 1939 (1939-09-22)(59 ans)
Varsovie , Pologne
Lieu de reposInvalidenfriedhof , Berlin
Service militaire
Allégeance Empire allemand République de Weimar Allemagne nazie
 
 
Succursale/service Armée
Des années de service1898–1939
RangGeneraloberst (Wehrmacht)1.jpg Généraloberst
Commandes1re division de cavalerie
3e division d'infanterie
Commandant suprême de l'armée
Batailles/guerresPremière Guerre mondiale
La Seconde Guerre mondiale
RécompensesOrdre de l'Aigle Rouge

Thomas Ludwig Werner Freiherr [1] von Fritsch (4 août 1880 - 22 septembre 1939) était membre du haut commandement allemand . Il a été commandant en chef de l' armée allemande de février 1934 à février 1938, date à laquelle il a été contraint de démissionner après avoir été faussement accusé d'être homosexuel. Son éviction a été une étape majeure dans l'établissement par Adolf Hitler d'un contrôle plus strict sur les forces armées. Un peu plus d'un an plus tard, avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Fritsch est rappelé comme colonel en chef du 12e régiment d'artillerie. Il est mort au combat en Pologne au début de la guerre.

Jeunesse

Fritsch est né à Benrath dans la province du Rhin de l' Empire allemand . Il entre dans l' armée prussienne à l'âge de 18 ans ; en 1901, il est transféré à l' Académie militaire prussienne . En 1911, il est nommé à l' état-major allemand , où il sert pendant la Première Guerre mondiale .

Entre-deux-guerres

Règle de Weimar

Manuel secret écrit par Fritsch - "D 81/3+ Besichtigungsbemerkungen 1937"

Pendant l' entre-deux-guerres , Fritsch a servi dans les Forces armées de la République de Weimar ( Reichswehr ). En 1924, Fritsch écrit une lettre à Joachim von Stülpnagel  [ de ] où il exprime sa haine de la démocratie et son espoir que le général Hans von Seeckt mènerait un putsch pour instaurer une dictature militaire. [2] Fritsch a déclaré qu'il était totalement opposé à voir un autre "cur noir, rouge et or" comme chancelier (une référence aux couleurs du drapeau de la République de Weimar) et a écrit qu'il croyait que l'Allemagne était ruinée par "la propagande du journaux juifs ». [2]Fritsch a terminé sa lettre avec une liste de tous ceux qu'il détestait :

Car en dernier ressort Ebert , les pacifistes , les juifs, les démocrates, les noirs, les rouges et les or, et les français, et ces femmes, et les putains, et autres, tous connards à la seule exception de la mère, ces femelles, je dis vous, êtes tous la même chose, à savoir les gens qui veulent détruire l'Allemagne. Il peut y avoir de petites différences, mais au final, tout revient au même. Nous ne pouvons faire confiance qu'à nous-mêmes. La fiabilité, la vérité et l'amour sont les seuls parmi nous, hommes allemands. Prösterchen, prostata ! [2]

L'historien allemand Wolfram Wette a écrit que Fritsch avait frôlé la haute trahison avec sa lettre, car il avait prêté le serment du Reichswehreid de défendre la démocratie, et en appelant à un putsch pour détruire la démocratie que Fritsch s'était engagé à défendre était un acte de " extrême déloyauté envers la république à laquelle il avait prêté serment ». [2] Fritsch a été fortement impliqué dans le réarmement secret allemand des années 1920 au cours duquel l'Allemagne a cherché à se soustraire aux termes de la partie V du traité de Versailles , qui l'avait essentiellement désarmée en limitant son armée à 100 000 soldats et en lui interdisant d'avoir des avions ou réservoirs. [3]En tant que tel, Fritsch, qui a travaillé en étroite collaboration avec l'Union soviétique avec le réarmement secret, a favorisé une politique étrangère pro-soviétique et avait une haine extrême pour la Pologne. [3] En 1928, Fritsch commença à travailler sur le plan qui devint Fall Weiss , l'invasion de la Pologne en 1939. [3] Il fut promu major-général ( Generalmajor ) en 1932 par Kurt von Schleicher , qui le considérait comme un prometteur jeune officier. [3] Schleicher a ensuite confié à Fritsch et Gerd von Rundstedt le devoir de mener à bien le coup d'État prussien qui a vu la Reichswehr évincer le Parti social-démocrate allemandgouvernement de Prusse . [3]

Régime nazi

Après l' arrivée au pouvoir des nazis en 1933, Fritsch était un fervent partisan du nouveau régime, qu'il considérait comme une force radicale qui, si elle était influencée par des gens comme lui, serait une force pour le bien. [4] Wette a écrit que comme Fritsch était membre d'un "groupe d'antisémites endurcis" dans le corps des officiers, l'antisémitisme d' Adolf Hitler était l'une des raisons les plus importantes pour Fritsch de soutenir le régime nazi. [5] Fritsch est promu chef du commandement de l'armée (Chef der Heeresleitung) le 1er février 1934, en remplacement du général Kurt von Hammerstein-Equord . [6]C'était en partie parce qu'Hitler le considérait comme un partisan de son régime et en partie parce que le ministre de la Défense Werner von Blomberg appréciait Fritsch pour son professionnalisme. [7] En février 1934, lorsque Blomberg ordonna que tous les soldats qui pouvaient être considérés comme juifs (en ayant au moins un parent ou un grand-parent juif qui s'était converti ; bien avant les nazis, la Reichswehr n'acceptait pas les juifs) soient renvoyés pour déshonneur, Fritsch fit pas d'objection et a exécuté la commande. [8]

Selon William Shirer dans The Rise and Fall of the Third Reich , Fritsch a joué un rôle central lorsqu'il a hésité face à la proposition initiale d'Hitler à l'armée de succéder au président malade von Hindenburg à sa mort. Fritsch a finalement trahi le corps des officiers au Führer en acceptant cette demande après avoir consulté ses généraux. [9] Le 31 décembre 1934, Fritsch a annoncé qu'il "va sans dire qu'un officier [devrait chercher] une femme seulement dans les cercles aryens" et que n'importe quel officier qui a épousé une femme juive serait déshonoré immédiatement renvoyé. [5] À la fin de 1934 ou au début de 1935, Fritsch et Blomberg ont réussi à faire pression sur Hitler pour qu'il réhabilite le nom du généralKurt von Schleicher (qui avait été assassiné par les nazis lors de la Nuit des longs couteaux ) en affirmant qu'en tant qu'officiers ils ne supportaient pas les attaques de la presse le présentant comme un traître travaillant pour la France. [10] En mai 1935, une réorganisation majeure des forces armées aboutit à ce que Fritsch prenne le nouveau titre de commandant en chef de l' armée ( Oberbefehlshaber des Heeres ) à compter du 1 juin. [11]

Fritsch a soutenu le régime nazi mais était hostile aux tentatives de créer des rivaux à l'armée, en particulier les SS . Shirer s'est rappelé avoir entendu Fritsch faire des remarques sarcastiques sur les SS ainsi que sur plusieurs dirigeants nazis depuis Hitler lors d'un défilé à Sarrebruck . Il craignait également qu'Hitler ne provoque une guerre avec l' Union soviétique.; comme la plupart de ses collègues officiers, il avait soutenu la liaison de la République de Weimar avec Moscou. Wette a écrit: "Il est incontestable que le général von Fritsch, conservateur et nationaliste, a affirmé l'État national-socialiste et qu'il a accepté Hitler comme un dictateur pleinement et complètement. Compte tenu de cette compatibilité de perspectives, on peut douter que l'antisémitisme prononcé de Fritsch reflète ' naïveté politique' comme l' affirme l'historien Klaus-Jürgen Müller  [ de ] ". [12]

Le 20 avril 1936, lorsque Blomberg est promu maréchal ( Generalfeldmarschall ), Fritsch est promu au grade vacant de Blomberg de colonel général ( Generaloberst ). A cette époque, il a également obtenu le rang et l'autorité d'un Reichsminister mais sans le titre officiel. [13] Le 30 janvier 1937, pour marquer le quatrième anniversaire du régime nazi, Hitler présenta personnellement l' insigne du Golden Party aux membres non nazis restants du cabinet et aux chefs des services militaires, y compris Fritsch, et l'enrôla dans le Parti. (numéro de membre 3 805 227). [14] Fritsch était parmi les officiers présents à la Conférence Hossbachdu 5 novembre 1937, quand Hitler annonce qu'il veut entrer en guerre dès 1938. Il est très critique face à cette demande, car il sait que l'armée n'est pas prête. Il est même allé jusqu'à menacer de démissionner de son commandement. [15]

Fritsch

Heinrich Himmler et Hermann Göring , inspirés par la démission de Blomberg, accusèrent le célibataire Fritsch de se livrer à une activité homosexuelle . Fritsch n'avait jamais été un coureur de jupons et avait préféré se concentrer sur sa carrière militaire. Il fut contraint de démissionner le 4 février 1938. Son remplaçant, Walther von Brauchitsch , avait été recommandé pour le poste par Fritsch. Hitler a profité de la situation en remplaçant plusieurs généraux et ministres par des loyalistes nazis, ce qui a renforcé son contrôle sur les forces armées allemandes ( Wehrmacht ). On a vite appris que les accusations étaient fausses et une cour d'honneur d'officiers a examiné l' affaire Blomberg-Fritsch, bien qu'il ait été présidé par Göring lui-même. L'annexion réussie de l' Autriche dans la Grande Allemagne ( Anschluss ) du 12 mars a fait taire tous les critiques d'Hitler, Göring et Himmler. Fritsch a été acquitté le 18 mars, mais le mal à son nom était fait.

Après son acquittement, Fritsch a tenté de défier le chef SS Himmler en duel . Fritsch a composé un défi formel et aurait pratiqué ses compétences de pistolet pendant son temps libre, dont il avait beaucoup en tant qu'officier sans commandement. La lettre a été remise au général Gerd von Rundstedt pour livraison, mais Rundstedt, cherchant à combler la méfiance entre la Wehrmacht et les SS, a finalement convaincu Fritsch d'abandonner l'idée. (Quoi qu'il en soit, il est peu probable que la rencontre ait pu avoir lieu, car Hitler avait interdit aux membres du parti haut placés, tels que Himmler, de se battre en duel.) [16]

Malgré les fausses accusations, Fritsch est resté fidèle au régime nazi et a maintenu sa ferme conviction que l'Allemagne était confrontée à une conspiration juive internationale qui voulait ruiner le Reich . [17] Après le pogrom de la Nuit de cristal de novembre 1938, Fritsch écrivit dans une lettre à un ami le 22 novembre : « Bien sûr, la bataille contre la communauté juive internationale a maintenant officiellement commencé et, comme conséquence naturelle, cela conduira à la guerre avec l'Angleterre et la États-Unis, les bastions politiques des Juifs". [18] Dans une autre lettre à son amie, la baronne Margot von Schutzbar-Milchling, le 11 décembre 1938, Fritsch écrit :

"Il est très étrange que tant de gens envisagent l'avenir avec une appréhension croissante, malgré les succès indiscutables du Führer dans le passé... Peu après la guerre, je suis arrivé à la conclusion que nous devons être victorieux dans trois batailles, si l'Allemagne devait redevenir puissante :

(1) la bataille contre la classe ouvrière. Hitler l'a gagnée ;

(2) contre l'Église catholique, peut-être mieux exprimée par l' ultramontanisme et

(3) contre les Juifs.

Nous sommes au milieu de ces batailles, et celle contre les Juifs est la plus difficile. J'espère que tout le monde se rend compte des subtilités de cette campagne ». [19]

Fritsch a dit à Ulrich von Hassell , lorsque ce dernier a tenté de l'impliquer dans un complot anti-nazi, qu'Hitler était le destin de l'Allemagne et que rien ne pouvait être fait pour changer ce fait. [20]

La Seconde Guerre mondiale et la mort

Pierre commémorative placée par les Allemands à l'endroit où Fritsch est mort. Il a été détruit en 1944 lors de l' Insurrection de Varsovie .

Juste avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Fritsch a été rappelé et a choisi d'inspecter personnellement les lignes de front en tant que " colonel en chef du 12e régiment d'artillerie" [21] lors de l' invasion de la Pologne , une activité très inhabituelle pour quelqu'un. de son rang. Le 22 septembre 1939, à Praga pendant le siège de Varsovie , une balle polonaise atteint le général (soit une mitrailleuse, soit un tireur d'élite) et lui arrache une artère à la jambe. [22] Le lieutenant Rosenhagen, adjudant de Fritsch et témoin oculaire de sa mort, a écrit dans son rapport officiel original :

"[...] En ce moment, le Herr Generaloberst a reçu un coup de feu dans la cuisse gauche, une balle a déchiré une artère. Immédiatement il est tombé. Avant que je lui enlève ses bretelles, le Herr Generaloberst a dit:" s'il vous plaît, laissez-le ", a perdu conscience et est mort, avec un sourire stupide sur son visage qui s'estompe. Une minute seulement s'est écoulée entre le coup de feu et la mort. [22]

Fritsch a été le deuxième général allemand à être tué au combat pendant la Seconde Guerre mondiale - le premier étant le commandant SS Wilhelm Fritz von Roettig le 10 septembre 1939 près d'Opoczno, en Pologne. Comme Fritsch était le deuxième général à être tué au combat, l'événement a été examiné de près. Le verdict officiel était qu'il cherchait délibérément la mort. Cependant, selon le maréchal Wilhelm Keitel(Chef du haut commandement allemand) dans ses mémoires : « La rumeur répandue selon laquelle Fritsch était tellement aigri qu'il avait délibérément recherché la mort au combat est tout à fait fausse, selon ce que l'officier qui a signalé la blessure mortelle de Fritsch au Führer (en ma présence) l'avait vu de ses propres yeux : une balle perdue avait atteint le colonel général alors qu'il s'entretenait avec ses officiers d'état-major et, en quelques minutes seulement, il était mort d'une hémorragie. [23]

Fritsch a reçu une cérémonie funéraire d'État quatre jours plus tard à Berlin.

William Shirer couvre l'événement dans son journal daté du 26 septembre 1939. [24]

"Ils ont enterré le général von Fritsch ici ce matin. Il pleuvait, il faisait froid et sombre - l'un des jours les plus sombres dont je me souvienne à Berlin. Hitler ne s'est pas présenté, ni Ribbentrop, ni Himmler, bien qu'ils soient tous revenus à Berlin de la devant cet après-midi."

Commémoration

Malgré la controverse qui lui avait été associée, la "Freiherr von Fritsch Kaserne " (caserne) de Darmstadt a été nommée d'après Fritsch après sa mort. Les installations ont été combinées avec la Cambrai Kaserne attenante lorsque l' armée américaine a occupé Darmstadt en 1945. La Cambrai-Fritsch Kaserne a été rendue au contrôle allemand en 2008. [25]

Références

  1. Concernant les noms personnels : Freiherr est un ancien titre (traduit par Baron ). En Allemagne depuis 1919, il fait partie des patronymes. Les formes féminines sont Freifrau et Freiin .
  2. ^ un bcd Wette , Wolfram The Wehrmacht Cambridge: Harvard University Press, 2006 page 83.
  3. ^ un bcd e Wheeler -Bennett, John The Nemesis of Power , Londres: Macmillan, 1967 page 302 .
  4. ^ Wheeler-Bennett, John The Nemesis of Power , Londres: Macmillan, 1967 page 293.
  5. ^ un b Wette, Wolfram La Wehrmacht Cambridge: Harvard University Press, 2006, page 84.
  6. ^ Taylor, Telford (1969). Épée et croix gammée : généraux et nazis dans le Troisième Reich . Chicago : Livres quadrilatères. p. 76. ISBN 978-1-566-19746-5.
  7. ^ Wheeler-Bennett, John The Nemesis of Power , Londres: Macmillan, 1967, page 303.
  8. ^ Wette, Wolfram The Wehrmacht Cambridge: Harvard University Press, 2006 page 72.
  9. ^ Shirer, Guillaume (1960). La montée et la chute du Troisième Reich . Simon et Schuster. p.  214-215 .
  10. ^ Wheeler-Bennett, John The Nemesis of Power , Londres: Macmillan, 1967, page 336.
  11. ^ "Nazi Conspiracy and Aggression, Volume V, pp. 542-543, Document 2879-PS" (PDF) . Bureau du chef du conseil des États-Unis pour la poursuite de la criminalité de l'Axe. 1946 . Récupéré le 26 avril 2021 .
  12. ^ Wette, Wolfram The Wehrmacht Cambridge: Harvard University Press, 2006 page 85.
  13. ^ "Nazi Conspiracy and Aggression, Volume V, p. 543, Document 2879-PS" (PDF) . Bureau du chef du conseil des États-Unis pour la poursuite de la criminalité de l'Axe. 1946 . Récupéré le 26 avril 2021 .
  14. ^ "Nazi Conspiracy and Aggression, Volume V, pp. 543-544, Document 2879-PS" (PDF) . Bureau du chef du conseil des États-Unis pour la poursuite de la criminalité de l'Axe. 1946 . Récupéré le 26 avril 2021 .
  15. ^ "Daniel Guerin : Fascisme et Grandes Affaires (1938)" .
  16. ^ Allemand, Harold. Hitler et ses généraux : la crise cachée. Janvier-juin 1938 . Minneapolis : Université du Minnesota, 1974. pages 365-68.
  17. ^ Wheeler-Bennett, John The Nemesis of Power , Londres: Macmillan, 1967 page 494.
  18. ^ Wheeler-Bennett, John The Nemesis of Power , Londres: Macmillan, 1967 page 433.
  19. ^ Wheeler-Bennett, John The Nemesis of Power , Londres: Macmillan, 1967 pages 379–380.
  20. ^ Wheeler-Bennett, John The Nemesis of Power , Londres: Macmillan, 1967 page 380.
  21. ^ Barnett, Généraux d'Hitler , p. 40
  22. ^ a b DER SPIEGEL 34/1948 - 21 août 1948, page 18 - protocole officiel original écrit par Leutnant Rosenhagen, son adjudant et témoin oculaire
  23. ^ Keitel, Wilhelm, Les Mémoires du maréchal Wilhelm Keitel, chef du haut commandement allemand, 1938-1945, éd. Walter Gorlitz, trad. David Irving (New York, NY : Cooper Square Press)
  24. ^ Shirer, Guillaume L (1942). Journal de Berlin : le journal d'un correspondant étranger, 1934-1941 . New York : AA Knopf. p. 179 – via les archives Internet.
  25. ^ "La garnison de Darmstadt fait ses adieux à l'Allemagne" .

Lectures complémentaires

  • Deutsch, Harold C. Hitler et ses généraux : la crise cachée, janvier-juin 1938 (1974), pp 78-215 ; la monographie scientifique standard sur l'extrait de crise de 1938 et la recherche de texte
  • Faber, David , Munich, 1938: Apaisement et Seconde Guerre mondiale (2008) pp 46–75
  • Barnett, Correlli , éd., Hitler's Generals Grove Weidenfeld, New York, NY, 1989.
  • Lisez, Anthony , Les disciples du diable: la vie et l'époque du cercle intérieur d'Hitler Pimlico, Londres, 2003, 2004.
  • William Shirer , Journal de Berlin – page 179
  • Wheeler-Bennett, Sir John , The Nemesis of Power: The German Army in Politics 1918–1945 Palgrave Macmillan, Londres, 1953, 1964, 2005.
  • Manuel allemand secret "D 81/3+ Besichtigungsbemerkungen 1937" du 7 novembre 1937 - Der Oberbefehlshaber des Heeres 4. Abt. Gen St d H - Frhr. c.Fritsch , ISBN 978-3-7504-5289-3 

Liens externes

Médias liés à Werner von Fritsch sur Wikimedia Commons