Volksdeutsche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Volksdeutsche
Bundesarchiv Bild 146-1972-026-51, Anschluss sudetendeutscher Gebiete.jpg
La cavalerie allemande entre dans la ville polonaise de Łódź Litzmannstadt accueillie par des membres de la communauté ethnique allemande considérable de la ville.jpg
Volksdeutsche de Łódź saluant la cavalerie allemande en 1939.
Wiec warszawskich volksdeutschów w sali Roma.jpg
Réunion Volksdeutsche à Varsovie occupée 1940.

Dans la terminologie allemande nazie , les Volksdeutsche ( prononciation allemande : [ˈfɔlksˌdɔʏtʃə] ) étaient « des personnes dont la langue et la culture avaient des origines allemandes mais qui n'avaient pas la nationalité allemande ». [1] Le terme est le pluriel nominalisé de volksdeutsch , avec Volksdeutsche désignant une femme singulière et Volksdeutsche(r) , un homme singulier. Les mots Volk et völkisch véhiculaient le sens de « folk ». [2]

Les Volksdeutsche (Allemands ethniques à l'époque) ont abandonné leur identité d' Auslandsdeutsche (Allemands à l'étranger) et se sont transformés en Volksdeutsche dans un processus d'auto-radicalisation. [3] Ce processus a donné au régime nazi le noyau autour duquel la nouvelle Volksgemeinschaft a été établie à travers les frontières allemandes. [3]

Les Volksdeutsche étaient ensuite divisés en groupes « raciaux » – des minorités au sein d'une minorité d'État – sur la base de critères culturels, sociaux et historiques particuliers élaborés par les nazis. [4]

Origine du terme

Selon l'historienne Doris Bergen , Adolf Hitler a inventé la définition de Volksdeutsche qui est apparue dans un mémorandum de 1938 de la Chancellerie du Reich allemand . Ce document définissait Volksdeutsche comme « des personnes dont la langue et la culture avaient des origines allemandes mais qui n'avaient pas la nationalité allemande ». [5] Après 1945, les lois sur la citoyenneté nazies de 1935 ( Reichsbürgergesetz  [ de ] ) - et les règlements associés qui faisaient référence aux concepts nationaux-socialistes de sang et de race en relation avec le concept de volksdeutsch - ont été abrogés en Allemagne.

Pour Hitler et les autres Allemands ethniques de son temps, le terme "Volksdeutsche" portait également des connotations de sang et de race non capturées dans la traduction anglaise commune "Allemands ethniques". Selon les estimations allemandes des années 1930, environ 30 millions de Volksdeutsche et Auslandsdeutsche (citoyens allemands résidant à l'étranger) vivaient en dehors du Reich. [5] Une proportion importante d'entre eux se trouvaient en Europe de l'Est : Pologne, Ukraine, pays baltes, et Roumanie, Hongrie et Slovaquie, où beaucoup étaient situés dans des villages le long du Danube ; et en Russie. [5]

L' objectif d'expansion nazi assignait aux Volksdeutsche un rôle spécial dans les plans allemands, pour les ramener à la citoyenneté allemande et les élever au pouvoir sur les populations indigènes de ces régions. Les nazis ont détaillé ces objectifs dans Generalplan Ost . [6] Dans certaines régions, comme en Pologne, les autorités nazies ont compilé des listes spécifiques et enregistré des personnes en tant qu'Allemands ethniques dans la " Deutsche Volksliste ".

Contexte historique

Au XVIe siècle, Vassili III invite un petit nombre d'artisans, de commerçants et de professionnels à s'installer en Russie depuis des régions qui deviendront plus tard l'Allemagne afin que la Moscovie puisse exploiter leurs compétences. Ces colons (dont beaucoup avaient l'intention de ne rester que temporairement) étaient généralement confinés dans le quartier allemand de Moscou (qui comprenait également des colons hollandais, britanniques et d'autres colons d'Europe occidentale ou septentrionale que les Russes en sont venus à appeler indistinctement « Allemands »). Ils n'ont été autorisés que progressivement dans d'autres villes, afin d'empêcher la propagation d'idées étrangères à la population en général. [ citation nécessaire ]

Dans sa jeunesse, Pierre le Grand a passé beaucoup de temps dans le quartier « allemand ». Lorsqu'il devint tsar, il fit venir davantage d'experts allemands (et d'autres étrangers) en Russie, et en particulier au service du gouvernement, dans ses tentatives d'occidentaliser l'empire. Il fit également venir des ingénieurs allemands pour superviser la construction de la nouvelle ville de Saint-Pétersbourg .

Catherine la Grande , elle-même d'origine allemande, a invité des fermiers germaniques à immigrer et à s'installer sur les terres russes le long de la Volga . Elle leur garantit le droit de conserver leur langue, leur religion et leur culture. Des Allemands ethniques ont également été envoyés par elle dans des tentatives de colonisation organisées visant à la germanisation des régions polonaises conquises.

Également dans d'autres régions avec une minorité ethnique allemande, des personnes d'origine autre que allemande se sont assimilées à la culture ethnique allemande et faisaient alors partie de la minorité. Les exemples sont les personnes d'origine balte et scandinave, qui se sont assimilées à la minorité des Allemands baltes . Les Juifs de la province de Posen , de Galice , de Bucovine et de Bohême , avec leur culture yiddish dérivée en partie de leur héritage allemand, se sont souvent mêlés à la culture ethnique allemande, faisant ainsi partie des diverses minorités ethniques allemandes. Mais les nazis antisémites ont par la suite rejeté les Allemands de souche juive et tous les citoyens allemands juifs comme étant « racialement » allemands.

Frédéric le Grand (règne 1740-1786) a installé environ 300 000 colons dans les provinces orientales de la Prusse, acquises lors du premier partage de la Pologne de 1772, avec l'intention de remplacer la noblesse polonaise. Il a traité les Polonais avec mépris et a comparé les "poubelles polonaises négligées" dans la Prusse occidentale nouvellement occupée aux Iroquois , la confédération historique amérindienne basée dans l'État de New York. [7] [8]

La Prusse a encouragé un deuxième cycle de colonisation dans le but de la germanisation après 1832. [9] La Prusse a adopté des lois pour encourager la germanisation de la partition prussienne, y compris les provinces de Posen et de la Prusse occidentale à la fin du XIXe siècle. La Commission prussienne de colonisation a déplacé 154 000 colons, y compris les habitants.

Traité de Versailles

Carte allemande montrant les Allemands ethniques en Europe centrale/orientale, 1925

La reconstitution de la Pologne à la suite du traité de Versailles (1919) a fait des minorités ethniques allemandes de certaines provinces prussiennes de l' Empire allemand des citoyens de l' État-nation polonais . Les habitants ethniques allemands des provinces de l' Empire austro-hongrois dissous , tels que les Allemands de Bucovine , les Souabes du Danube , les Allemands des Sudètes et les Saxons de Transylvanie , sont devenus citoyens des États-nations slaves ou magyars nouvellement établis et de la Roumanie. Des tensions entre la nouvelle administration et la minorité ethnique allemande sont apparues dans leCouloir polonais . Les Allemands autrichiens se sont également retrouvés non autorisés à rejoindre l'Allemagne car l'Autriche allemande était strictement interdite de rejoindre l'Allemagne ainsi que le nom "Autriche allemande" était interdit . 1919.

L'ère nazie avant la Seconde Guerre mondiale

Entrée au bureau Volksdeutsche à Cracovie 1940.

Pendant les années nazies , les nazis allemands utilisaient le terme « Volksdeutsche », par lequel ils entendaient l'allemand racial puisqu'ils croyaient en une « race » allemande ou « Volk », pour désigner les ressortissants étrangers d'une origine ethnique allemande vivant dans des pays nouvellement occupés par L'Allemagne nazie ou l'Union soviétique. Avant la Seconde Guerre mondiale , plus de 10 millions d'Allemands de souche vivaient en Europe centrale et orientale. Ils constituaient une minorité importante loin en Russie . En raison de l'assimilation généralisée, certaines personnes que les nazis appelaient Volksdeutsche ne pouvaient plus parler allemand et étaient en fait culturellement régionalisées en tant que Polonais, Hongrois, Roumains, Tchèques, Slovaques, etc.

Relations d'avant-guerre avec les nazis

En 1931, avant son accession au pouvoir, le parti nazi a créé l'Auslandsorganisation der NSDAP/AO (Organisation étrangère du parti nazi), dont la tâche était de diffuser la propagande nazie parmi les minorités ethniques allemandes considérées comme Volksdeutsche dans l'idéologie nazie. En 1936, le gouvernement a créé le Volksdeutsche Mittelstelle (Bureau de liaison des Allemands de souche), communément appelé VoMi, sous la juridiction des SS en tant que bureau de liaison. Il était dirigé par le SS-Obergruppenführer Werner Lorenz.

Selon l'historien Valdis Lumans,

"[l'un des objectifs de Himmler était] de centraliser le contrôle sur la myriade de groupes et d'individus à l'intérieur du Reich promouvant la cause Volksdeutsche. Himmler n'a pas initié le processus mais l'a plutôt découvert en cours et l'a dirigé vers sa conclusion et à son avantage. Son principal instrument dans cet effort était un bureau extérieur à la SS, un organe du parti nazi, le Volksdeutsche Mittelstelle (VoMi), traduit par le Bureau de liaison ethnique allemand. » [dix]

Propagande interne

La propagande nazie a utilisé l'existence d'Allemands ethniques qu'ils appelaient Volksdeutsche dans des pays étrangers avant et pendant la guerre, pour aider à justifier l'agression de l'Allemagne nazie. L'annexion de la Pologne a été présentée comme nécessaire pour y protéger les minorités ethniques allemandes. [11] Des massacres d'Allemands ethniques, tels que Bloody Sunday , ou des atrocités présumées, ont été utilisés dans une telle propagande, et le film Heimkehr s'est inspiré d'événements putatifs comme le sauvetage de Volksdeutsche par l'arrivée de chars allemands. [12] L' introduction de Heimkehr déclare explicitement que des centaines de milliers de Polonais d'origine allemande ont souffert comme les personnages du film. [13]

Menschen im Sturm a repris les efforts de Heimkehr pour justifier l'invasion de la Slavonie , en utilisant bon nombre des mêmes atrocités. [14] Dans La Terreur rouge , une Allemande de la Baltique est capable de venger la mort de sa famille, mais se suicide après, incapable de vivre avec sens en Union soviétique. [15] Flüchtlinge a dépeint les souffrances desréfugiés allemands de la Volga en Mandchourie et comment un chef blond héroïque les a sauvés ; c'était le premier film à remporter le prix d'État. [16] Les Frisons en péril dépeint la souffrance d'un village d'Allemands de la Volga en Union soviétique ; [17]il dépeint également le meurtre d'une jeune femme pour une liaison avec un Russe - conformément au principe nazi de Rassenschande - comme une ancienne coutume allemande. [18]

Le contact sexuel entre ce que les nazis considéraient comme différentes «races» suivi de remords et de culpabilité a également été présenté dans Die goldene Stadt , où l' héroïne allemande des Sudètes n'est pas confrontée à la persécution mais à l'attrait de la grande ville; [19] lorsqu'elle succombe, au mépris du sang et de la terre , elle est séduite et abandonnée par un Tchèque, et une telle relation la conduit à se noyer. [20]

Collaboration avec les nazis

Avant et pendant la Seconde Guerre mondiale , certains Allemands ethniques se sont réunis autour d'organisations nazies locales (financées par le ministère des Affaires étrangères du Troisième Reich), [21] [22] activement soutenu les nazis dans des pays comme la Tchécoslovaquie, la Pologne et la Yougoslavie. Pendant les tensions sociales et économiques de la Grande Dépression , certains avaient commencé à se sentir lésés par leur statut de minorité. Ils ont participé à l'espionnage, au sabotage et à d'autres moyens de la cinquième colonne dans leurs pays d'origine, entraînés et commandés par l' Abwehr . [23]En novembre 1938, l'Allemagne nazie organisa des unités paramilitaires allemandes constituées de membres de la minorité allemande en Poméranie polonaise qui devaient se livrer à des détournements, des sabotages ainsi que des meurtres politiques et un nettoyage ethnique lors de l'invasion allemande de la Pologne. [24] Les renseignements du Reich recrutaient activement des Allemands de souche et les services secrets nazis « SicherheitsDienst » (SD) les formaient dès octobre 1938 en une unité armée qui devait servir l'Allemagne nazie. [25] L'historien Matthias Fiedler a caractérisé les collaborationnistes ethniques allemands comme d'anciens « nobos » dont l'occupation principale était l'expropriation de la propriété juive. [26] Heinrich Himmlera fait remarquer que quelles que soient les objections que les Allemands ethniques pourraient avoir contre le service dans la Waffen-SS, ils seraient de toute façon contraints à la conscription. [27] Selon le chef du recrutement de la Waffen SS, Gottlob Berger , personne en Allemagne ou ailleurs ne se souciait de ce qui s'était passé avec les Allemands de souche, ce qui rendait le recrutement forcé facile à imposer aux communautés ethniques allemandes. [28]

Parmi les populations indigènes des terres occupées par les nazis, Volksdeutsche est devenu un terme d'ignominie.

Au cours des premières années de la Seconde Guerre mondiale (c'est-à-dire avant l'entrée en guerre des États-Unis), un petit nombre d'Américains d'origine allemande sont retournés en Allemagne ; il s'agissait généralement d'immigrés ou d'enfants d'immigrés, plutôt que de descendants de migrations plus éloignées dans le temps. Certains d'entre eux se sont enrôlés et ont combattu dans l'armée allemande.

Pendant la Seconde Guerre mondiale

Les Polonais d'origine allemande ont décoré l' insigne du Parti d'or par Adolf Hitler à Berlin après l' invasion de la Pologne en 1939. De gauche à droite : Ludwig Wolff chef de Deutscher Volksverband de Łódź , Otto Ulitz de Katowice, Gauleiter Josef Wagner, maire Rudolf Wiesner de Bielsko-Biała , Obergruppenführer Werner Lorenz , le sénateur Erwin Hasbach de Ciechocinek , Gero von Gersdorff de Wielkopolska , Weiss de Jarocin .
Arthur Greiser accueillant le millionième réinstallé d'origine allemande lors de l'action " Heim ins Reich " d'Europe centrale et orientale vers la Pologne occupée - mars 1944.

Les Allemands ethniques dans toute l'Europe ont bénéficié financièrement pendant la Seconde Guerre mondiale des politiques nazies de génocide et de nettoyage ethnique , et ont profité de l'expulsion et du meurtre de leurs voisins non allemands [29] dans toute l'Europe de l'Est. Par exemple, en Ukraine, les Volksdeutsche ont directement participé à l' Holocauste et ont été impliqués dans la déportation des agriculteurs locaux et de leurs familles ; Des personnages de Volksdeutsche comme Arthur Boss d'Odessa ( le bras droit de Blobel ) ou les frères Becker sont devenus partie intégrante de la machine nazie de l'Holocauste. [30]

« Volksdeutsche » dans l'ouest de la Pologne occupée par les Allemands

En septembre 1939, en Pologne occupée par les Allemands , une milice ethnique allemande armée appelée Selbstschutz (Autodéfense) a été créée. Il a organisé le meurtre de masse des élites polonaises dans l' opération Tannenberg . Au début de 1940, l' organisation Selbstschutz est dissoute et ses membres transférés dans diverses unités de la SS, de la Gestapo et de la police allemande. Tout au long de l' invasion de la Pologne , certains groupes ethniques minoritaires allemands ont aidé l'Allemagne nazie dans l'effort de guerre : ils ont commis des sabotages, détourné les forces régulières et commis de nombreuses atrocités contre la population civile. [31] [32]

Après que l'Allemagne ait occupé la Pologne occidentale, elle a établi un bureau central d'enregistrement, appelé la Liste populaire allemande ( Deutsche Volksliste , DVL ), par lequel les Polonais d'origine allemande étaient enregistrés comme Volksdeutsche . Les occupants allemands ont encouragé un tel enregistrement, en le forçant dans de nombreux cas ou en soumettant les Polonais d'origine allemande à des attentats terroristes s'ils refusaient. [33] Ceux qui ont rejoint ce groupe ont reçu des avantages, notamment une meilleure nourriture, ainsi qu'un meilleur statut social.

Nur für deutsche Fahrgäste ( Ang . "Seulement pour les passagers allemands") sur le tram numéro 8 à Cracovie occupée.

La Volksdeutsche Mittelstelle organisa un pillage à grande échelle des biens et redistribua les biens aux Volksdeutsche. On leur a donné des appartements, des ateliers, des fermes, des meubles et des vêtements confisqués aux Juifs et aux Polonais. À leur tour, des centaines de milliers de Volksdeutsche ont rejoint les forces allemandes, volontairement ou sous la contrainte.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale , les citoyens polonais d'ascendance allemande qui s'identifiaient à la nation polonaise étaient confrontés au dilemme de s'inscrire sur la Deutsche Volksliste. De nombreuses familles vivaient en Pologne depuis des siècles et des immigrants plus récents étaient arrivés plus de 30 ans avant la guerre. Ils ont eu le choix de s'enregistrer et d'être considérés comme des traîtres par les Polonais, ou de ne pas signer et d'être traités par l'occupation nazie comme des traîtres à la race germanique . Les autorités de l'Église catholique polonaise de Silésie, dirigées par l'évêque Stanisław Adamski et avec l'accord du gouvernement polonais en exil , ont conseillé aux Polonais de s'inscrire à la Volksliste afin d'éviter les atrocités et les meurtres de masse qui se sont produits dans d'autres parties du pays. [34]

En Pologne occupée, Volksdeutscher bénéficiait de privilèges et était soumis à la conscription, ou conscription, dans l' armée allemande . Dans les territoires occupés Poméranie , le Gauleiter de la Prusse Danzig-Ouest région Albert Forster a ordonné une liste de personnes considérées comme de l' ethnicité allemande à réaliser en 1941. En raison des inscriptions volontaires non significatif Février 1942, Forster a fait signer le Volksliste obligatoire et pouvoir les autorités locales à recourir à la force et à la menace pour appliquer le décret. En conséquence, le nombre de signataires s'est élevé à près d'un million, soit environ 55% de la population de 1944. [35]

Origine des colons allemands ethniques, réinstallés dans la Pologne annexée et occupée par les Allemands pendant l'action " Heim ins Reich ". Affiche superposée avec le contour rouge de la Pologne absent de l'estampe originale.

Le cas particulier de la Poméranie polonaise , où la terreur contre les civils était particulièrement intense et où, contrairement au reste de la Pologne occupée, la signature de la liste était obligatoire pour de nombreuses personnes, a été reconnu par l' État clandestin polonais et d'autres mouvements de résistance antinazis, qui tentait d'expliquer la situation à d'autres Polonais dans des publications clandestines. [35]

La Deutsche Volksliste a classé les Polonais non juifs d'origine allemande dans l'une des quatre catégories suivantes : [36] [37]

  • Catégorie I : Personnes d'origine allemande attachées au Reich avant 1939.
  • Catégorie II : Personnes d'origine allemande restées passives.
  • Catégorie III : Personnes d'origine allemande devenues en partie « polonisées », par exemple en épousant un partenaire polonais ou en raison de relations de travail (en particulier les Silésiens et les Kachoubes ).
  • Catégorie IV : Personnes d'ascendance allemande devenues « polonisées » mais favorables à la « germanisation ».

Les Volksdeutsche des statuts 1 et 2 dans les régions polonaises annexées par l'Allemagne étaient au nombre de 1 million, et les numéros 3 et 4 de 1,7 million. Dans le gouvernement général, il y avait 120.000 Volksdeutsche. Les Volksdeutsche d'origine ethnique polonaise étaient traités par les Polonais avec un mépris particulier, mais commettaient également une haute trahison selon la loi polonaise. [ citation nécessaire ]

Zone annexe Deutsche Volksliste, début 1944
Chat. je Chat. II Chat. III Chat. IV
Warthegau 230 000 190 000 65 000 25 000
Reichsgau Dantzig-Prusse occidentale
Remarque : En Poméranie polonaise, contrairement au reste de la Pologne occupée, la signature
de la liste était obligatoire pour une bonne partie de la population
. [35]
115 000 95 000 725 000 2 000
Est de la Haute-Silésie 130 000 210 000 875 000 55 000
Prusse du Sud-Est 9 000 22 000 13.000 1 000
Le total 484 000 517 000 1 678 000 83 000
Total 2,75 millions sur Volkslisten plus population non allemande (polonaise) de 6,015 millions - Grand total 8,765 millions dans les territoires annexés.
Source : Wilhelm Deist , Bernhard R Kroener, Allemagne (République fédérale). Militärgeschichtliches Forschungsamt, L' Allemagne et la Seconde Guerre mondiale , Oxford University Press, 2003, pp. 132 133, ISBN  0-19-820873-1 , citant Broszat, Nationalsozialistische Polenpolitik , p. 134

En raison des actions de certains Volksdeutsche et en particulier des atrocités commises par l'Allemagne nazie , après la fin de la guerre, les autorités polonaises ont jugé de nombreux Volksdeutsche pour haute trahison. Dans la période d'après-guerre, de nombreux autres Allemands ethniques ont été expulsés vers l'ouest et contraints de tout quitter. Dans la Pologne d'après-guerre, le mot Volksdeutsche est considéré comme une insulte, synonyme de « traître ».

Dans certains cas, des individus ont d'abord consulté la résistance polonaise, avant de signer la Volksliste. Il y avait Volksdeutsche qui a joué un rôle important dans les activités de renseignement de la résistance polonaise, et était parfois la principale source d'information pour les Alliés . En particulier en Poméranie polonaise et en Silésie polonaise, de nombreuses personnes qui ont été forcées de signer la Volksliste ont joué un rôle crucial dans la clandestinité antinazie, ce qui a été noté dans une note au gouvernement polonais en exil qui déclarait « En Wielkopolska, il y a une haine amère contre la Volksdeutsche alors qu'en Silésie et en Poméranie polonaise c'est le contraire, l'organisation secrète dépend en grande partie de la Volksdeutsche"(la note faisait référence à ceux de la catégorie III, pas I et II). [35] Dans la tourmente des années d'après-guerre, le gouvernement communiste n'a pas considéré cette atténuation suffisante. Il a poursuivi de nombreux agents doubles Volksdeutsche et condamné certains à mort.

Volksdeutsche dans les territoires annexés par l'Union soviétique en 1939-1940

Les protocoles secrets du pacte Molotov-Ribbentrop ont créé des problèmes domestiques pour Hitler. [38] Soutenir l'invasion soviétique est devenu l'un des aspects les plus idéologiquement difficiles des relations entre les pays. [39] Les protocoles secrets ont poussé Hitler à évacuer à la hâte les familles ethniques allemandes, qui avaient vécu dans les pays baltes pendant des siècles et maintenant classées comme Volksdeutsche, tout en tolérant officiellement les invasions. [40] [41] Lorsque les trois pays baltes, ne connaissant pas les protocoles secrets, ont envoyé des lettres pour protester contre les invasions soviétiques à Berlin, Ribbentrop les a renvoyées. [42]

Volksdeutsche réinstallation après l'occupation soviétique de la Pologne orientale
Volkdeutsche se réinstallant après l'occupation soviétique de la Bucovine et de la Bessarabie en 1940 [43]
Les Allemands baltes réinstallés prennent possession de leurs nouvelles maisons à Warthegau après l'abandon forcé par les propriétaires légitimes polonais .
Les colons allemands baltes sont montrés autour de leur nouvelle possession en Pologne occupée en novembre 1939

En août 1940, le ministre soviétique des Affaires étrangères Molotov a déclaré aux Allemands qu'avec le changement de gouvernement, ils pourraient fermer leurs consulats baltes d'ici le 1er septembre. [42] Les annexions soviétiques en Roumanie ont causé une tension supplémentaire. [42] Alors que l'Allemagne avait donné aux Soviétiques la Bessarabie dans les protocoles secrets, elle ne leur avait pas donné le nord de la Bucovine . [42] L' Allemagne voulait des garanties de la sécurité des biens des Allemands de souche, la sécurité des 125 000 Volksdeutsche en Bessarabie et en Bucovine du Nord, et l'assurance que les voies ferrées transportant le pétrole roumain seraient laissées seules. [41]

En octobre 1940, l'Allemagne et l'Union soviétique ont négocié la Volksdeutsche dans les territoires occupés par les Soviétiques et leurs biens. [44] Au lieu de permettre une indemnisation complète, les Soviétiques ont imposé des restrictions sur la richesse que les Volksdeutsche pouvaient emporter avec eux et ont limité les totaux que les Soviétiques appliqueraient aux comptes de compensation du Reich. [45] Les parties ont discuté d'une indemnisation totale comprise entre 200 et 350 millions de Reichsmarks pour le Volksdeutsche, tandis que les Soviétiques ont demandé 50 millions de Reichsmarks pour leurs revendications de propriété dans les territoires occupés par les Allemands. [46] Les deux nations sont parvenues à un accord général sur les expéditions allemandes de canons pare-balles de 10,5 cm, d'or, de machines et d'autres articles. [46]

Le 10 janvier 1941, l'Allemagne et l'Union soviétique ont signé l' accord commercial et frontalier germano-soviétique pour régler tous les différends ouverts que les Soviétiques avaient soutenus. [47] L'accord couvrait la migration protégée vers l'Allemagne dans les deux mois et demi de Volksdeutsche et la migration similaire vers l'Union soviétique des Russes ethniques, des « ressortissants » de la Baltique et de la « Russie blanche » des territoires sous contrôle allemand. [48] Dans de nombreux cas, les transferts de population qui en ont résulté ont entraîné la réinstallation de Volksdeutsche sur des terres auparavant détenues par des Polonais de souche ou des Juifs dans les territoires désormais occupés par les Allemands. L'accord définissait formellement la frontière entre l'Allemagne et l'Union soviétique entre la rivière Igorka et laMer Baltique . [48]

Heim dans le Reich 1939-1944 [49]
Territoire d'origine An Nombre de Volksdeutsche réinstallés
Tyrol du Sud (voir Accord d'option du Tyrol du Sud ) 1939-1940 83 000
Lettonie et Estonie 1939-1941 69 000
Lituanie 1941 54 000
Volhynie , Galice , Nerewdeutschland 1939-1940 128 000
Gouvernement général 1940 33 000
Nord Bucovine et Bessarabie 1940 137 000
Roumanie (sud de la Bucovine et nord de la Dobroudja) 1940 77 000
Yougoslavie 1941-1942 36 000
URSS (frontières d'avant 1939) 1939-1944 250 000
Résumé 1939-1944 867 000

Après l'invasion allemande de l'URSS

Après la Révolution russe de 1917 , le gouvernement accorda aux Allemands de la Volga une république autonome. Joseph Staline a aboli l' ASSR allemande de la Volga après l' opération Barbarossa , l'invasion allemande de l'URSS. La plupart des Allemands soviétiques en URSS ont été déportés en Sibérie , au Kazakhstan et en Asie centrale par décret du Soviet suprême de l'URSS du 28 août 1941, et à partir du début de 1942, les Allemands soviétiques jugés aptes à travailler dur (hommes âgés de 15 à 55 ans et femmes de 16 à 45 ans) ont été mobilisés pour le travail forcé dans les colonnes de travailoù ils vivaient dans un environnement semblable à une prison, et parfois, avec des détenus ordinaires, étaient placés dans des camps de prisonniers. Des centaines de milliers de personnes sont mortes ou ont été frappées d'incapacité en raison des conditions difficiles.

Volksdeutsche en Hongrie

Une partie importante de Volksdeutsche en Hongrie a rejoint les SS , ce qui était un modèle répété également en Roumanie (avec 54 000 habitants servant dans les SS à la fin de 1943). [50] La majorité des 200 000 Volksdeutsche de la région du Danube qui ont servi avec les SS étaient originaires de Hongrie. Dès 1942, quelque 18 000 Allemands hongrois rejoignirent les SS. [50] Dans la diaspora, ils ont été appelés Souabes du Danube . Après la Seconde Guerre mondiale, environ 185 000 Volksdeutsche ont fui ou ont été expulsés de la région en 1946-1948 par le gouvernement communiste hongrois installé par les Soviétiques. [50]Ils étaient appelés « Svabo » par leurs voisins serbes, hongrois, croates et roumains, en particulier dans la région qui fait maintenant partie de la Voïvodine en Serbie. D'autres Allemands ethniques en Hongrie pendant la Seconde Guerre mondiale étaient des Saxons de Transylvanie . Aujourd'hui, ils se sont pratiquement tous assimilés ou ont quitté la région.

Volksdeutsche en Roumanie

Après que la Roumanie eut acquis des parties de l'Ukraine soviétique, les Allemands passèrent sous l'autorité de la Volksdeutsche Mittelstelle , qui déploya du personnel SS dans plusieurs colonies. Ils ont finalement contenu des maires allemands, des fermes, des écoles et des groupes paramilitaires allemands ethniques fonctionnant comme des policiers appelés Selbstschutz (« autoprotection »). Les colons allemands et les forces Selbstschutz se sont livrés à de vastes actes de nettoyage ethnique , massacrant les populations juives et roms .

Dans la colonie allemande de Shonfeld, les Roms ont été brûlés dans des fermes. Au cours de l'hiver 1941/1942, des unités allemandes de Selbstschutz ont participé à l'assassinat, avec la milice populaire ukrainienne et des gendarmes roumains , de quelque 18 000 Juifs . Dans le camp de Bogdanovka , des dizaines de milliers de Juifs ont fait l'objet de fusillades en masse, d'incendies de grange et d'assassinats à la grenade.

Heinrich Himmler a été suffisamment impressionné par les communautés Volksdeutsche et le travail du Selbstschutz pour ordonner que ces méthodes soient copiées en Ukraine. [51]

« Volksdeutsche » en Serbie et en Croatie

Dans l'ex-Yougoslavie, la 7e division de volontaires SS Prinz Eugen a été formée avec environ 50 000 Allemands de souche de la région du Banat en Serbie . Il s'est fait remarquer dans ses opérations contre les partisans yougoslaves et la population civile. Environ 100 000 Allemands de souche de l'ex-Yougoslavie conquise par les nazis ont rejoint la Wehrmacht et la Waffen-SS allemandes, la majorité étant enrôlée involontairement selon les jugements du procès de Nuremberg . Encore

"[a]près la précipitation initiale de Volksdeutsche à rejoindre, les enrôlements volontaires ont diminué et la nouvelle unité n'a pas atteint la taille de la division. Par conséquent, en août 1941, les SS ont abandonné l'approche volontaire, et après un jugement favorable du tribunal SS à Belgrade, imposait une obligation militaire obligatoire à tous les Volksdeutsche en Serbie-Banat, la première du genre pour les Allemands non-Reich. [52]

Dans l'ex-Yougoslavie, une majorité d'Allemands de souche sont devenus membres du Schwäbisch-Deutscher Kulturbund (Association culturelle allemande souabe), et les représailles contre ce groupe par les partisans de Tito ont entraîné de nombreux meurtres de vengeance immédiats en 1944 et l'incarcération d'environ 150 000 Allemands de souche en 1945. [53]

Expulsion et exode d'Europe centrale et orientale à la fin de la guerre

Les Allemands des Sudètes expulsés après la Seconde Guerre mondiale

La plupart des Allemands de souche ont fui ou ont été expulsés des pays européens (Tchécoslovaquie, Pologne et Hongrie) en vertu des accords de Potsdam de 1945 à 1948 vers la fin et après la guerre. Ceux qui sont devenus des Allemands de souche en s'inscrivant à la Deutsche Volksliste et à la Reichsdeutsche ont conservé la nationalité allemande pendant les années d'occupation militaire alliée, après la création de l'Allemagne de l' Est et de l'Allemagne de l'Ouest en 1949, et plus tard dans l'Allemagne réunifiée. En 1953, la République fédérale d'Allemagne - par sa loi fédérale sur les expulsés- naturalisé de nombreux autres ressortissants d'Europe de l'Est d'origine allemande, qui n'étaient ni citoyens allemands ni inscrits dans une « Volksliste », mais avaient été bloqués en tant que réfugiés en Allemagne de l'Ouest et avaient fui ou avaient été expulsés en raison de leur origine allemande ou prétendument allemande.

On estime que 12 millions de personnes ont fui ou ont été expulsées de l'Union soviétique et de l'Europe centrale non germanophone, dont beaucoup sont des « Volksdeutsche ». [54] [55] [56] [57] La plupart ont quitté les territoires occupés par les Soviétiques d'Europe centrale et orientale; ils comprenaient la plus grande migration de tous les peuples européens dans l'histoire moderne. [55] [58] Les trois Alliés d'alors avaient accepté les expulsions pendant les négociations au milieu de la guerre. [la citation nécessaire ] Les puissances occidentales espéraient éviter que les Allemands ethniques ne soient à nouveau un problème en Europe centrale et orientale. [59] [60] [61]Les trois Alliés à la Conférence de Potsdam considéraient le "transfert" des "populations allemandes" de Tchécoslovaquie, de Pologne et de Hongrie comme un effort à entreprendre (voir article 12 de l' Accord de Potsdam ), bien qu'ils aient demandé l'arrêt en raison de la charge infligée aux aux Alliés de nourrir et d'héberger les expulsés démunis et de partager ce fardeau entre les Alliés. La France, qui n'était pas représentée à Potsdam, rejeta la décision des Trois de Potsdam et n'absorba pas les expulsés dans sa zone d'occupation. Les trois Alliés ont dû accepter la réalité sur le terrain, car les expulsions de Volksdeutsche et de ressortissants d'Europe centrale et orientale d'origine allemande ou présumée allemande qui ne s'étaient jamais inscrits comme Volksdeutsche, étaient déjà en cours.

Les autorités locales ont forcé la plupart des Allemands de souche restants à partir entre 1945 et 1950. Des restes de la communauté de souche allemande survivent dans les anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale. Une importante communauté ethnique allemande s'est maintenue à Siebenbürgen ( Transylvanie ) en Roumanie et en Oberschlesien ( Haute Silésie ) mais la plupart d'entre elles ont migré vers l'Allemagne de l'Ouest tout au long des années 1980. Il existe également des populations allemandes restantes près de Moukatchevo dans l'ouest de l'Ukraine. [62]

Héritage

Le terme est généralement évité aujourd'hui en raison de son utilisation par les nazis.

Au lieu de cela, les Allemands de souche de nationalité étrangère vivant en dehors de l'Allemagne sont appelés « Deutsche Minderheit » (ce qui signifie « minorité allemande »), ou des noms plus étroitement associés à leurs premiers lieux de résidence, tels que Wolgadeutsche ou Allemands de la Volga, les Allemands de souche vivant dans le Bassin de la Volga en Russie ; et les Allemands baltes , qui s'appelaient généralement eux-mêmes Baltes, et Estländer en Estonie. Ils ont été transférés en Pologne occupée par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale par un accord entre Adolf Hitler et Joseph Staline , et la plupart ont été expulsés vers l'Ouest après la guerre, en vertu d'un accord allié appelé Accord de Potsdam .

Voir aussi

Remarques

  1. ^ Bergen, Doris (1994). « Le concept nazi de « Volksdeutsche » et l'exacerbation de l'antisémitisme en Europe de l'Est, 1939-45 ». Journal d'histoire contemporaine . 29 (4) : 569-582. doi : 10.1177/002200949402900402 . S2CID 159788983 – via JSTOR. 
  2. ^ Quant aux significations plus anciennes de völkisch , voir " Mouvement Völkisch " .
  3. ^ un b Loup, Gerhard (2017). « La négociation germanité: politique nationale - socialiste germanisation dans la Warta ' » (PDF) . Journal de recherche sur le génocide . 19 (2) : 215. doi : 10.1080/14623528.2017.1313519 . S2CID 152244621 .  
  4. ^ Valdis O. Lumans , Auxiliaires de Himmler : Les Volksdeutsche Mittelstelle et les minorités nationales allemandes d'Europe, 1933-1945 , 1993, p. 23.
  5. ^ A b c Bergen, Doris (1994). « Le concept nazi de « Volksdeutsche » et l'exacerbation de l'antisémitisme en Europe de l'Est 1939-45 ». Journal d'histoire contemporaine . 29 (4) : 569-582. doi : 10.1177/002200949402900402 . S2CID 159788983 . 
  6. ^ Bergen, Doris. « Le concept nazi de « Volksdeutsche » et l'exacerbation de l'antisémitisme en Europe de l'Est, 1939-45 », Journal of Contemporary History, Vol. 29, n° 4 (oct. 1994), pp. 569-582
  7. ^ Ritter, Gerhard (1974), Frederick the Great: A Historical Profile , Berkeley: University of California Press, pp.  179-180 , ISBN 0-520-02775-2, On a estimé qu'au cours de son règne, 300 000 personnes se sont installées en Prusse... Alors que la Commission prussienne de colonisation établie à l'époque de Bismarck ne pouvait en deux décennies apporter plus de 11 957 familles dans les territoires de l'Est, Frédéric a installé un total de 57.475.... Il augmenta le caractère allemand de la population dans les provinces de la monarchie à un degré très significatif.... en Prusse occidentale où il souhaitait chasser la noblesse polonaise et faire entrer le plus mains allemandes.
  8. ^ "En fait, d'Hitler à Hans, nous trouvons des références fréquentes aux Polonais et aux Juifs en tant qu'Indiens. Cela aussi était un trope de longue date. Cela remonte à Frédéric le Grand, qui a comparé les "poubelles polonaises négligées" reconquis la Prusse occidentale aux Iroquois". David Blackbourn, James N. Retallack, Localism, Landscape, and the Ambiguities of Place: Germanophone Central Europe, 1860-1930 , Université de Toronto, 2007
  9. ^ Wielka historia Polski t. 4 Polska w czasach walk o niepodległość (1815–1864). Od niewoli do niepodległości (1864-1918) Marian Zagórniak, Józef Buszko 2003 page 186
  10. ^ Lumans Valdis, Himmler's Auxiliaries: The Volksdeutsche Mittelstelle and the German National Minorities of Europe, 1933-1945 , Chapel Hill, NC et Londres: University of North Carolina Press,
  11. ^ Cinzia Romani, Déesses contaminées: Stars de cinéma féminines du Troisième Reich p145 ISBN 0-9627613-1-1 
  12. ^ Robert Edwin Hertzstein, La guerre qu'Hitler a gagnée p289 ISBN 0-399-11845-4 
  13. ^ Robert Edwin Hertzstein, La guerre qu'Hitler a gagnée p287 ISBN 0-399-11845-4 
  14. ^ Robert Edwin Hertzstein, La guerre qu'Hitler a gagnée p292-3 ISBN 0-399-11845-4 
  15. ^ Erwin Leiser , Nazi Cinema pp 44-5 ISBN 0-02-570230-0 
  16. ^ Erwin Leiser, Nazi Cinema p29-30 ISBN 0-02-570230-0 
  17. ^ Erwin Leiser, Nazi Cinema p39-40 ISBN 0-02-570230-0 
  18. ^ Richard Grunberger , Le Reich de 12 ans , p 384, ISBN 0-03-076435-1 
  19. ^ Cinzia Romani, Déesses contaminées: Stars de cinéma féminines du Troisième Reich p86 ISBN 0-9627613-1-1 
  20. ^ Anthony Rhodes, Propagande : L'art de la persuasion : Seconde Guerre mondiale , p20 1976, Chelsea House Publishers, New York
  21. ^ H. Kennard au vicomte Halifax (24 août 1939). "Le livre bleu de la guerre britannique" . 2008 Bibliothèque de droit Lillian Goldman . Consulté le 11 septembre 2014 .
  22. ^ Waclaw Uruszczak (2012). Krakowskie Studia z Historii Państwa i Prawa Vol. 5 . Wydawnictwo UJ. p. 339. ISBN 978-8323388685.
  23. ^ Józef Kossecki (1997). « II Oddział Sztabu Głównego II RP (chapitre 3.3) » (PDF) . Totalna Wojna Informacyjna XX Wieku a II RP . Kielce : Wydział Zarządzania i Administracji Wyższej Szkoły Pedagogicznej im. J. Kochanowskiego w Kielcach : 102 – par téléchargement direct, 808 Ko.
  24. ^ Konrad Ciechanowski (1988). Stutthof : hitlerowski obóz koncentracyjny . Wydawnictwo Interpress. p. 13.
  25. ^ Auxiliaires de Himmler: Le Volksdeutsche Mittelstelle et les minorités nationales allemandes d'Europe, 1933-1945 Valdis O. Lumans page 98
  26. ^ Wittmann, AM, « Mutinerie dans les Balkans : Croate Volksdeutsche, la Waffen-SS et la maternité », East European Quarterly XXXVI No. 3 (2002), p. 257
  27. ^ Wittmann, AM, « Mutinerie dans les Balkans : Croate Volksdeutsche, la Waffen-SS et la maternité », East European Quarterly XXXVI No. 3 (2002), p. 258
  28. ^ Wittmann, AM, « Mutinerie dans les Balkans : Croate Volksdeutsche, la Waffen-SS et la maternité », East European Quarterly XXXVI No. 3 (2002), p. 259
  29. ^ Mathias Schulze, Expériences diasporiques allemandes : identité, migration et perte , page 126
  30. ^ Jonathan Petropoulos, John K. Roth, Grey Zones: Ambiguity and Compromise in the Holocaust and Its Aftermath , page 199. ISBN 1845453026 . 
  31. ^ Maria Wardzyńska, Był rok 1939 Operacja niemieckiej policji bezpieczeństwa w Polsce. Intelligenzaktion , IPN Instytut Pamięci Narodowej, 2009 ISBN 978-83-7629-063-8 
  32. ^ Browning, Christopher R. Les origines de la solution finale : L'évolution de la politique juive nazie, septembre 1939-mars 1942 , 2007 p. 33
  33. ^ Historia Encyklopedia Szkolna , Wydawnictwa Szkolne i, Warszawa" Pedagogiczne, 1993, pp. 357, 358
  34. ^ Historia społeczno-polityczna Górnego Śląska i Śląska w latach 1918-1945 Maria Wanatowicz - 1994 Wydawnictwo Uniwersytetu ląskiego, 1994, p. 180
  35. ^ A b c d Chrzanowski, B., Gasiorowski, A., et Steyer, K. Polska Podziemna na Pomorzu w Latach 1939-1945 (Underground Etat polonais en Poméranie dans les années 1939-1945), Oskar, Gdansk, 2005, PGS . 59-60
  36. ^ Georg Hansen, Ethnische Schulpolitik im besetzten Polen: Der Mustergau Wartheland, Waxmann Verlag, 1995, pp. 30ff, ISBN 3-89325-300-9 [1] 
  37. ^ Bruno Wasser, Himmlers Raumplanung im Osten: Der Generalplan Ost in Polen, 1940-1944 , Birkhäuser, 1993, pp. 109ff, ISBN 3-7643-2852-5 [2] 
  38. ^ Philbin III 1994 , p. 71
  39. ^ Philbin III 1994 , p. 129]
  40. ^ Shirer 1990 , p. 665
  41. ^ un b Ericson 1999 , p. 134
  42. ^ A b c d Shirer 1990 , p. 794
  43. ^ Parmi les personnes réinstallées se trouvaient les parents de l'ancien président allemand Horst Köhler
  44. ^ Ericson 1999 , p. 144
  45. ^ Ericson 1999 , p. 138
  46. ^ un b Ericson 1999 , p. 149
  47. ^ Ericson 1999 , p. 150
  48. ^ un b Johari, JC, Diplomatie soviétique 1925-1941 : 1925-1927 , Anmol Publications PVT. LTD., 2000, ISBN 81-7488-491-2 pages 134-137 
  49. ^ Migration Enzyklopädie en Europe. Vom 17. Jahrhundert bis zur Gegenwart , Munich : KJBade, 2007, ss. 1082-1083.
  50. ^ A b c Istvan S. Pogany (1997). Redresser les torts en Europe de l'Est . Presse universitaire de Manchester. p. 53. ISBN 9780719030420.
  51. ^ Moïse, Dirk A. (éditeur) Empire, Colony, Genocide: Conquest, Occupation and Subaltern Resistance in World History , Berghahn Books, décembre 2009, ISBN 978-1845457198 , p. 389 
  52. ^ Valdis O. Lumans, Auxiliaires de Himmler : Le Volksdeutsche Mittelstelle et les minorités nationales allemandes d'Europe, 1939-1945 (University of North Carolina Press, 1993), page.235.
  53. ^ Wittmann, Anna M., « Mutinerie dans les Balkans : Croate Volksdeutsche, la Waffen-SS et la maternité. East European Quarterly XXXVI n° 3 (2002), p. 256-257.
  54. ^ Jürgen Weber, Allemagne, 1945-1990: Une histoire parallèle, Central European University Press, 2004, p.2, ISBN 963-9241-70-9 
  55. ^ un b Arie Marcelo Kacowicz, Pawel Lutomski, Réinstallation de la population dans les conflits internationaux : une étude comparative, Lexington Books, 2007, p.100, ISBN 0-7391-1607-X : "… le plus grand mouvement de tout peuple européen dans l'histoire moderne" [3] 
  56. ^ Peter H. Schuck, Rainer Münz, Paths to Inclusion: The Integration of Migrants in the United States and Germany , Berghahn Books, 1997, p.156, ISBN 1-57181-092-7 
  57. ^ L'expulsion des communautés « allemandes » d'Europe centrale et orientale à la fin de la Seconde Guerre mondiale , Steffen Prauser et Arfon Rees, Institut universitaire européen, Florense. HEC n° 2004/1. p.4
  58. ^ Bernard Wasserstein, Barbarie et civilisation : une histoire de l'Europe à notre époque , Oxford University Press, 2007, p.419 : "le plus grand mouvement de population entre les pays européens au XXe siècle et l'un des plus importants de tous les temps". ISBN 0-19-873074-8 
  59. ^ Texte du discours de Churchill aux Communes sur la frontière soviétique=polonaise , The United Press, 15 décembre 1944
  60. ^ Detlef Brandes, Der Weg zur Vertreibung 1938-1945: Pläne und Entscheidungen zum "Transfer" der Deutschen aus der Tschechoslowakei und aus Polen , Munich: Oldenbourg Wissenschaftsverlag, 2005, pp. 398ff, ISBN 3-486-5673 
  61. ^ Klaus Rehbein, Die westdeutsche Oder/Neisse-Debatte : Hintergründe, Prozess und Ende des Bonner Tabus , Berlin, Hambourg et Münster : LIT Verlag , 2005, pp. 19,20, ISBN 3-8258-9340-5 
  62. ^ Grushenko, Kateryna (14 octobre 2010). "Monde en Ukraine : l'héritage allemand vivant en Ukraine transcarpathique" . Poste de Kiev .

Références

  • Ericson, Edward E. (1999), Nourrir l'aigle allemand : aide économique soviétique à l'Allemagne nazie, 1933-1941 , Greenwood Publishing Group, ISBN 0-275-96337-3
  • Philbin III, Tobias R. (1994), The Lure of Neptune: German-Soviet Naval Collaboration and Ambitions, 1919-1941 , University of South Carolina Press, ISBN 0-87249-992-8
  • Roberts, Geoffrey (2006), Les guerres de Staline : de la guerre mondiale à la guerre froide, 1939-1953 , Yale University Press, ISBN 0-300-11204-1

Bibliographie

  • Activités de la cinquième colonne nazies : une liste de références , Bibliothèque du Congrès, 1943
  • La cinquième colonne allemande pendant la Seconde Guerre mondiale , par L. de Jong
  • La cinquième colonne allemande en Pologne , Londres : Hutchinson & Co Ltd,
  • Luther, Tammo (2004) : Volkstumspolitik des Deutschen Reiches 1933–1938. Die Auslanddeutschen im Spannungsfeld zwischen Traditionalisten und Nationalsozialisten , Stuttgart : Franz Steiner, 2004
  • Douglas, RM : Ordonné et sans cruauté. L'expulsion des Allemands après la Seconde Guerre mondiale , Yale University Press, 2012. ISBN 978-0-300-16660-6 . 
  • Franzel, Emil : Sudetendeutsche Geschichte , Mannheim : 1978. ISBN 3-8083-1141-X . 
  • Franzel, Emil : Die Sudetendeutschen , Munich : Aufstieg Verlag, 1980.
  • Meixner, Rudolf, Geschichte der Sudetendeutschen , Nuremberg : 1988. ISBN 3-921332-97-4 . 
  • Naimark, Norman : Ethnic Cleansing in Twentieth-Century Europe , Cambridge (MA) : Harvard University Press, 2001.
  • Oltmer, Jochen : « Heimkehr » ? "Volksdeutsche fremder Staatsangehörigkeit" aus Ost-, Ostmittel- und Südosteuropa im deutschen Kaiserreich und in der Weimarer Republik , EGO – European History Online , Mayence: Institut d'histoire européenne , 2011, consulté le 16 juin 2011.
  • Prauser, Steffen et Rees, Arfon : L'expulsion des communautés « allemandes » d'Europe de l'Est à la fin de la 2e guerre mondiale , Florence : Institut universitaire européen, 2004.
  • Stiller, Alexa (2018). " ' Allemands ethniques ' ". Un compagnon de l'Allemagne nazie . John Wiley & Sons, Ltd. p. 533-549. ISBN 978-1-118-93689-4.
  • Thum, Gregor. « Le révisionnisme de Volksdeutsch : les Allemands ethniques d'Europe centrale et orientale et l'Ordre de Paris. » Dans Conservateurs et radicaux de droite dans l'Europe de l'entre-deux-guerres , édité par Marco Bresciani, 44-67. Londres et New York : Routledge, 2021.

Liens externes