Usenet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Un schéma des serveurs et des clients Usenet. Les points bleus, verts et rouges sur les serveurs représentent les groupes qu'ils transportent. Les flèches entre les serveurs indiquent les échanges de groupes de discussion (flux). Les flèches entre les clients et les serveurs indiquent qu'un utilisateur est abonné à un certain groupe et lit ou soumet des articles.

Usenet ( / j Û z n ɛ t / ) est un système de discussion distribué dans le monde entier disponible sur les ordinateurs. Il a été développé à partir de l' architecture de réseau commuté à usage général Unix-to-Unix Copy (UUCP) . Tom Truscott et Jim Ellis ont conçu l'idée en 1979 et elle a été établie en 1980. [1] Les utilisateurs lisent et publient des messages (appelés articles ou messages , et collectivement appelés nouvelles ) dans une ou plusieurs catégories, appelées groupes de discussion . Usenet ressemble à un système de babillard(BBS) à bien des égards et est le précurseur des forums Internet qui sont devenus largement utilisés. Les discussions sont enfilées , comme pour les forums Web et les BBS, bien que les messages soient stockés séquentiellement sur le serveur. [2] [3]

Une différence majeure entre un BBS ou un forum Web et Usenet est l'absence d'un serveur central et d'un administrateur dédié. Usenet est distribué parmi un grand conglomérat de serveurs d'actualités en constante évolution qui stockent et transmettent des messages les uns aux autres via des « fils d'actualités ». Les utilisateurs individuels peuvent lire des messages et publier des messages sur un serveur local, qui peut être exploité par n'importe qui.

Usenet est culturellement et historiquement important dans le monde en réseau, ayant donné naissance ou popularisé de nombreux concepts et termes largement reconnus tels que « FAQ », « flamme », sockpuppet et « spam ». [4] Au début des années 1990, peu de temps avant que l'accès à Internet ne devienne généralement abordable, les connexions Usenet via les réseaux BBS commutés de Fidonet ont généralisé les discussions longue distance ou mondiales et d'autres communications, ne nécessitant pas de serveur, juste (local) service de téléphone. [5]

Le nom Usenet vient du terme "réseau d'utilisateurs". [2] Le premier groupe Usenet était NET.general , qui est rapidement devenu net.general . [6] Le premier spam commercial sur Usenet provenait des avocats spécialisés en immigration Canter et Siegel faisant la publicité des services de carte verte. [6]

Présentation

Usenet a été conçu en 1979 et publiquement établi en 1980, à l' Université de Caroline du Nord à Chapel Hill et Duke University , [7] [1] plus d' une décennie avant que le World Wide Web est allé en ligne (et donc avant l'accès grand public reçu à l' Internet ), ce qui en fait l' un des plus anciens réseaux informatiques systèmes de communication encore largement utilisés. Il a été construit à l'origine sur « l' ARPANET du pauvre », utilisant UUCP comme protocole de transport pour offrir des transferts de courrier et de fichiers, ainsi que des annonces via le nouveau logiciel de nouvelles tel que A News.. Le nom « Usenet » souligne l'espoir de ses créateurs que l' organisation USENIX jouerait un rôle actif dans son fonctionnement. [8]

Les articles que les utilisateurs publient sur Usenet sont organisés en catégories thématiques appelées groupes de discussion , qui sont eux-mêmes organisés logiquement en hiérarchies de sujets. Par exemple, sci.math et sci.physics font partie de la hiérarchie sci.* . Ou, talk.origins et talk.atheism sont dans la hiérarchie talk.* . Lorsqu'un utilisateur s'abonne à un groupe de discussion, le logiciel client de News garde une trace des articles que cet utilisateur a lus. [9]

Dans la plupart des groupes de discussion, la majorité des articles sont des réponses à un autre article. L'ensemble d'articles qui peuvent être attribués à un seul article sans réponse est appelé un fil . La plupart des lecteurs de nouvelles modernes affichent les articles organisés en fils et sous-fils. Par exemple, dans le groupe de discussion sur la vinification rec.crafts.winemaking, quelqu'un peut démarrer un fil appelé ; « Quelle est la meilleure levure ? » et ce fil ou cette conversation peut devenir des dizaines de réponses, par peut-être six ou huit auteurs différents. Sur plusieurs jours, cette conversation sur différentes levures œnologiques peut se ramifier en plusieurs sous-thèmes sous la forme d'un arbre.

Lorsqu'un utilisateur publie un article, il n'est initialement disponible que sur le serveur de nouvelles de cet utilisateur. Chaque serveur d'actualités parle à un ou plusieurs autres serveurs (ses "fils d'actualités") et échange des articles avec eux. De cette manière, l'article est copié de serveur en serveur et devrait finalement atteindre tous les serveurs du réseau. Les derniers réseaux peer-to-peer fonctionnent sur un principe similaire, mais pour Usenet, c'est normalement l'expéditeur, plutôt que le destinataire, qui initie les transferts. Usenet a été conçu dans des conditions où les réseaux étaient beaucoup plus lents et pas toujours disponibles. De nombreux sites du réseau Usenet d'origine ne se connectaient qu'une ou deux fois par jour pour transférer des messages par lots. [10] C'est en grande partie parce que les POTS le réseau était généralement utilisé pour les transferts et les frais de téléphone étaient moins élevés la nuit.

Le format et la transmission des articles Usenet sont similaires à ceux des messages électroniques Internet . La différence entre les deux est que les articles Usenet peuvent être lus par n'importe quel utilisateur dont le serveur de nouvelles transporte le groupe auquel le message a été publié, par opposition aux messages électroniques, qui ont un ou plusieurs destinataires spécifiques. [11]

Aujourd'hui, Usenet a perdu de son importance par rapport aux forums Internet , aux blogs , aux listes de diffusion et aux médias sociaux . Usenet diffère de ces médias de plusieurs manières : Usenet ne nécessite aucune inscription personnelle auprès du groupe concerné ; les informations n'ont pas besoin d'être stockées sur un serveur distant ; les archives sont toujours disponibles ; et la lecture des messages ne nécessite pas de client de messagerie ou Web, mais un client de nouvelles. Cependant, il est désormais possible de lire et de participer dans une large mesure aux groupes de discussion Usenet en utilisant des navigateurs Web ordinaires, car la plupart des groupes de discussion sont désormais copiés sur plusieurs sites Web. [12] Les groupes dans alt.binaries sont encore largement utilisés pour le transfert de données.

FAI, serveurs d'actualités et flux d'actualités

Carte des fournisseurs Usenet
Carte des fournisseurs Usenet

De nombreux fournisseurs de services Internet et de nombreux autres sites Internet exploitent des serveurs de nouvelles auxquels leurs utilisateurs peuvent accéder. Les FAI qui n'exploitent pas directement leurs propres serveurs offriront souvent à leurs utilisateurs un compte d'un autre fournisseur qui exploite spécifiquement les fils d'actualité. Dans les premières implémentations de news, le serveur et le lecteur de news étaient une seule suite de programmes, fonctionnant sur le même système. Aujourd'hui, on utilise un logiciel client de lecteur de news séparé, un programme qui ressemble à un client de messagerie mais accède à la place aux serveurs Usenet. [13]

Tous les FAI n'utilisent pas de serveurs de news. Un serveur de nouvelles est l'un des services Internet les plus difficiles à administrer en raison de la grande quantité de données impliquées, de la petite clientèle (par rapport au service Internet traditionnel) et du volume disproportionné d'incidents de support client (se plaignant fréquemment d'articles de presse manquants). . Certains FAI sous-traitent les opérations d'information à des sites spécialisés, qui apparaîtront généralement à un utilisateur comme si le FAI lui-même gérait le serveur. Beaucoup de ces sites proposent un fil d'actualité restreint, avec un nombre limité de groupes de discussion. Les groupes de discussion en langue étrangère et la hiérarchie alt.binaries, qui contiennent en grande partie des logiciels, de la musique, des vidéos et des images, et représentent plus de 99% des données des articles, sont généralement omis d'un tel fil d'actualité .

Il existe également des fournisseurs Usenet qui offrent un service complet sans restriction aux utilisateurs dont les FAI ne diffusent pas d'actualités ou qui diffusent un flux restreint.

Lecteurs de nouvelles

Les groupes de discussion sont généralement accessibles avec des lecteurs de nouvelles : des applications qui permettent aux utilisateurs de lire et de répondre aux publications dans les groupes de discussion. Ces applications agissent en tant que clients pour un ou plusieurs serveurs de news. Historiquement, Usenet était associé au système d' exploitation Unix développé par AT&T , mais les lecteurs de news sont désormais disponibles pour tous les principaux systèmes d'exploitation. [14] Les clients de messagerie modernes ou « suites de communication » ont généralement aussi un lecteur de nouvelles intégré. Souvent, cependant, ces clients intégrés sont de mauvaise qualité, comparés aux lecteurs de news autonomes, et implémentent de manière incorrecte les protocoles, normes et conventions Usenet. Beaucoup de ces clients intégrés, par exemple celui de Microsoft's Outlook Express, sont détestés par les puristes en raison de leur mauvaise conduite. [15]

Avec l'essor du World Wide Web (WWW), les frontaux Web (web2news) sont devenus plus courants. Les frontaux Web ont abaissé les exigences de barrière d'entrée technique à celles d'une seule application et aucun compte de serveur Usenet NNTP. Il existe de nombreux sites Web offrant désormais des passerelles Web vers des groupes Usenet, bien que certaines personnes aient commencé à filtrer les messages émis par certaines des interfaces Web pour une raison ou une autre. [16] [17] Google Groups [18] est l'un de ces frontaux basés sur le Web et certains navigateurs Web peuvent accéder directement à Google Groups via des liens de protocole. [19]

Groupes de discussion modérés et non modérés

Une minorité de groupes de discussion sont modérés, ce qui signifie que les messages soumis par les lecteurs ne sont pas distribués directement sur Usenet, mais sont plutôt envoyés par courrier électronique aux modérateurs du groupe de discussion pour approbation. Le modérateur doit recevoir les articles soumis, les examiner et injecter des articles approuvés afin qu'ils puissent être correctement propagés dans le monde entier. Les articles approuvés par un modérateur doivent porter la ligne d'en-tête Approuvé :. Les modérateurs s'assurent que les messages que les lecteurs voient dans le groupe de discussion sont conformes à la charte du groupe de discussion, bien qu'ils ne soient pas tenus de suivre de telles règles ou directives. [20] En règle générale, les modérateurs sont nommés dans la proposition pour le groupe de discussion et les changements de modérateurs suivent un plan de succession. [21]

Historiquement, une hiérarchie mod.* existait avant la réorganisation de Usenet. [22] Désormais, les groupes de discussion modérés peuvent apparaître dans n'importe quelle hiérarchie, généralement avec un .moderatedajout au nom du groupe.

Les groupes de discussion Usenet dans la hiérarchie Big-8 sont créés par des propositions appelées demande de discussion, ou RFD. Le RFD doit contenir les informations suivantes : nom du groupe de discussion, entrée du fichier des groupes de contrôle et statut modéré ou non modéré. Si le groupe doit être modéré, alors au moins un modérateur avec une adresse e-mail valide doit être fourni. D'autres informations utiles mais non obligatoires incluent : une charte, une justification et une politique de modération si le groupe doit être modéré. [23] La discussion de la nouvelle proposition de newsgroup suit et est terminée avec les membres du Big-8 Management Board prenant la décision, par vote, d'approuver ou de désapprouver le nouveau newsgroup.

Les groupes de discussion non modérés forment la majorité des groupes de discussion Usenet, et les messages soumis par les lecteurs pour les groupes de discussion non modérés sont immédiatement diffusés pour que tout le monde puisse les voir. Le filtrage minimal du contenu éditorial par rapport à la vitesse de propagation constitue l'un des nœuds de la communauté Usenet. Une défense de propagation peu citée est l'annulation d'un message propagé, mais peu d'utilisateurs Usenet utilisent cette commande et certains lecteurs de nouvelles n'offrent pas de commandes d'annulation , en partie parce que le stockage des articles expire dans un délai relativement court de toute façon. Presque tous les groupes Usenet non modérés ont tendance à accumuler de gros volumes de spam . [24] [25] [26]

Détails techniques

Usenet est un ensemble de protocoles pour générer, stocker et récupérer des "articles" de nouvelles (qui ressemblent à des messages électroniques sur Internet) et pour les échanger parmi un lectorat potentiellement largement distribué. Ces protocoles utilisent le plus souvent un algorithme d'inondation qui propage des copies à travers un réseau de serveurs participants. Chaque fois qu'un message atteint un serveur, ce serveur transmet le message à tous ses voisins du réseau qui n'ont pas encore vu l'article. Une seule copie d'un message est stockée par serveur, et chaque serveur le rend disponible à la demande aux lecteurs (généralement locaux) capables d'accéder à ce serveur. L'ensemble des serveurs Usenet a donc un certain peer-to-peer caractère en ce sens qu'ils partagent des ressources en les échangeant, la granularité de l'échange est cependant à une échelle différente de celle d'un système peer-to-peer moderne et cette caractéristique exclut les utilisateurs réels du système qui se connectent aux serveurs de nouvelles avec un client typique- application serveur, un peu comme un lecteur de courrier électronique.

RFC 850 a été la première spécification formelle des messages échangés par les serveurs Usenet. Elle a été remplacée par la RFC 1036 puis par la RFC 5536 et la RFC 5537.

Dans les cas où un contenu inapproprié a été publié, Usenet prend en charge la suppression automatisée d'une publication de l'ensemble du réseau en créant un message d'annulation, bien qu'en raison d'un manque d'authentification et des abus qui en résultent, cette capacité soit fréquemment désactivée. Les titulaires de droits d'auteur peuvent toujours demander la suppression manuelle du matériel contrefait en utilisant les dispositions de la mise en œuvre des traités de l' Organisation mondiale de la propriété intellectuelle , telles que la loi américaine sur la limitation de la responsabilité en cas d'infraction aux droits d'auteur en ligne , mais cela nécessiterait de notifier chaque administrateur de serveur de nouvelles.

Sur Internet, Usenet est transporté via le Network News Transfer Protocol (NNTP) sur le port TCP 119 pour les connexions standard non protégées et sur le port TCP 563 pour les connexions cryptées SSL .

Organisation

Les hiérarchies "Big Nine" de Usenet

Le principal ensemble de groupes de discussion mondiaux est contenu dans neuf hiérarchies, dont huit sont exploitées selon des directives consensuelles qui régissent leur administration et leur dénomination. Les Big Eight actuels sont :

  • comp.* – discussions liées à l'informatique ( comp.software , comp.sys.amiga )
  • sciences humaines.*beaux-arts , littérature et philosophie ( humanities.classics , humanities.design.misc )
  • misc.* – sujets divers ( misc.education , misc.forsale , misc.kids )
  • news.* - discussions et annonces sur les actualités (c'est-à-dire Usenet, pas les événements actuels) ( news.groups , news.admin )
  • rec.* – loisirs et divertissements ( rec.music , rec.arts.movies )
  • sci.* – discussions liées à la science ( sci.psychology , sci.research )
  • soc.* – discussions sociales ( soc.college.org , soc.culture.african )
  • talk.* – parler de divers sujets controversés ( talk.religion , talk.politics , talk.origins )

Voir aussi le Grand Renommage .

La hiérarchie alt.* n'est pas soumise aux procédures de contrôle des groupes du Big Eight, et elle est donc moins organisée. Les groupes de la hiérarchie alt.* ont tendance à être plus spécialisés ou spécifiques. livres. Les binaires sont affichés dans alt.binaries.* , ce qui en fait la plus grande de toutes les hiérarchies.

De nombreuses autres hiérarchies de groupes de discussion sont distribuées à côté de celles-ci. Les hiérarchies régionales et linguistiques, telles que japan.* , malta.* et ne.*, desservent des pays et des régions spécifiques tels que le Japon , Malte et la Nouvelle-Angleterre . Les entreprises et les projets administrent leurs propres hiérarchies pour discuter de leurs produits et offrir un support technique communautaire, comme la hiérarchie historique gnu.* de la Free Software Foundation . Microsoft a fermé son serveur de news en juin 2010, assurant désormais la prise en charge de ses produits sur les forums. [27]Certains utilisateurs préfèrent utiliser le terme « Usenet » pour se référer uniquement aux hiérarchies Big Eight ; d'autres incluent également alt.* . Le terme plus général « netnews » englobe l'ensemble du média, y compris les systèmes d'information privés des organisations.

Des conventions de sous-hiérarchie informelles existent également. *.answers sont généralement des groupes de messages croisés modérés pour les FAQ. Une FAQ serait publiée dans un groupe et une publication croisée dans le groupe *.answers en tête de la hiérarchie, considérée par certains comme un raffinement des informations dans ce groupe de nouvelles. Certains sous-groupes sont récursifs—au point d'une certaine bêtise dans alt.* [ citation nécessaire ] .

Contenu binaire

Un exemple visuel des nombreuses étapes complexes requises pour préparer les données à télécharger sur les groupes de discussion Usenet. Ces étapes doivent être refaites à l'envers pour télécharger les données depuis Usenet.

Usenet a été créé à l'origine pour distribuer du contenu textuel codé dans le jeu de caractères ASCII 7 bits . Avec l'aide de programmes qui codent des valeurs 8 bits en ASCII, il est devenu pratique de distribuer des fichiers binaires en tant que contenu. Les messages binaires, en raison de leur taille et de leur statut de copyright souvent douteux, étaient limités dans le temps à des groupes de discussion spécifiques, ce qui permettait aux administrateurs d'autoriser ou d'interdire plus facilement le trafic.

La plus ancienne méthode de codage largement utilisée pour le contenu binaire est uuencode , du package Unix UUCP. À la fin des années 1980, les articles Usenet étaient souvent limités à 60 000 caractères, et des limites strictes plus importantes existent aujourd'hui. Les fichiers sont donc généralement divisés en sections qui nécessitent un remontage par le lecteur.

Avec les extensions d'en-tête et les encodages Base64 et Quoted-Printable MIME , il y avait une nouvelle génération de transport binaire. Dans la pratique, MIME a connu une adoption accrue dans les messages texte, mais il est évité pour la plupart des pièces jointes binaires. Certains systèmes d'exploitation avec des métadonnées attachées aux fichiers utilisent des formats de codage spécialisés. Pour Mac OS, les types BinHex et MIME spéciaux sont utilisés. D'autres systèmes de codage moins connus qui ont pu être utilisés à un moment donné étaient le codage BTOA , XX , BOO et USR.

Dans une tentative de réduire les temps de transfert de fichiers, un codage de fichier informel connu sous le nom de yEnc a été introduit en 2001. Il permet de réduire d'environ 30 % les données transférées en supposant que la plupart des caractères 8 bits peuvent être transférés en toute sécurité sur le réseau sans d'abord encoder dans l'espace ASCII 7 bits. La méthode la plus courante pour télécharger de gros messages binaires sur Usenet consiste à convertir les fichiers en archives RAR et à créer des fichiers Parchive pour eux. Les fichiers de parité sont utilisés pour recréer les données manquantes lorsque toutes les parties des fichiers n'atteignent pas un serveur.

Temps de rétention binaire

Capture d'écran d'octobre 2020 montrant 60 Po de données de groupe usenet. [28]

Chaque serveur de news alloue une certaine quantité d'espace de stockage pour le contenu de chaque newsgroup. Lorsque ce stockage est rempli, à chaque fois qu'un nouveau message arrive, les anciens messages sont supprimés pour faire place au nouveau contenu. Si la bande passante réseau disponible pour un serveur est élevée mais que l'allocation de stockage est faible, il est possible qu'un énorme flux de contenu entrant déborde l'allocation et rejette tout ce qui se trouvait dans le groupe avant lui. La durée moyenne pendant laquelle les messages peuvent rester sur le serveur avant d'être supprimés est communément appelée le temps de rétention .

Les groupes de discussion binaires ne peuvent fonctionner de manière fiable que s'il y a suffisamment de stockage alloué pour gérer la quantité d'articles ajoutés. Sans un temps de rétention suffisant, un lecteur sera incapable de télécharger toutes les parties du binaire avant qu'il ne soit vidé de l'allocation de stockage du groupe. C'était à un moment donné comment la publication de contenu indésirable était contrée ; le groupe de discussion serait inondé de messages de données aléatoires, en quantité suffisante pour faire sortir tout le contenu à supprimer. Cela a été compensé par les fournisseurs de services allouant suffisamment de stockage pour conserver tout ce qui est publié chaque jour, y compris les inondations de spam, sans rien supprimer.

Les serveurs de nouvelles Usenet modernes ont une capacité suffisante pour archiver des années de contenu binaire, même lorsqu'ils sont inondés de nouvelles données à la vitesse quotidienne maximale disponible.

En partie à cause de ces longs temps de rétention, ainsi que des vitesses de téléchargement Internet croissantes , Usenet est également utilisé par des utilisateurs individuels pour stocker des données de sauvegarde . [29] Alors que les fournisseurs commerciaux offrent des services de sauvegarde en ligne plus faciles à utiliser , le stockage des données sur Usenet est gratuit (bien que l'accès à Usenet lui-même puisse ne pas l'être). La méthode nécessite que le téléchargeur cède le contrôle sur la distribution des données ; les fichiers sont automatiquement diffusés à tous les fournisseurs Usenet échangeant des données pour le groupe de nouvelles auquel ils sont publiés. En général, l'utilisateur doit sélectionner, préparer et télécharger manuellement les données . Les données sont généralement cryptéescar il est accessible à tous pour télécharger les fichiers de sauvegarde. Une fois les fichiers téléchargés, le fait d'avoir plusieurs copies réparties dans différentes régions géographiques du monde sur différents serveurs de nouvelles diminue les risques de perte de données.

Les principaux fournisseurs de services Usenet ont une durée de conservation de plus de 12 ans. [30] Cela se traduit par plus de 60 pétaoctets (60000 téraoctets ) de stockage (voir image). Lors de l'utilisation de Usenet pour le stockage de données, les fournisseurs qui offrent une durée de conservation plus longue sont préférés pour garantir que les données survivront plus longtemps que les services avec une durée de conservation plus courte.

Problèmes juridiques

Alors que les groupes de discussion binaires peuvent être utilisés pour distribuer des œuvres créées par les utilisateurs, des logiciels open source et du matériel du domaine public tout à fait légaux, certains groupes binaires sont utilisés pour distribuer illégalement des logiciels commerciaux, des médias protégés par le droit d'auteur et du matériel pornographique.

Les serveurs Usenet exploités par les FAI bloquent fréquemment l'accès à tous les groupes alt.binaries.* à la fois pour réduire le trafic réseau et pour éviter les problèmes juridiques connexes. Les fournisseurs de services commerciaux Usenet prétendent fonctionner comme un service de télécommunications et affirment qu'ils ne sont pas responsables du contenu binaire publié par l'utilisateur et transféré via leur équipement. Aux États-Unis, les fournisseurs Usenet peuvent bénéficier d'une protection en vertu de la réglementation DMCA Safe Harbor , à condition qu'ils établissent un mécanisme pour se conformer et répondre aux avis de retrait des titulaires de droits d'auteur. [31]

La suppression du contenu protégé par le droit d'auteur de l'ensemble du réseau Usenet est une tâche presque impossible, en raison de la propagation rapide entre les serveurs et de la rétention effectuée par chaque serveur. Demander à un fournisseur Usenet de le supprimer ne le supprime que du cache de rétention de ce serveur, mais pas des autres. Il est possible qu'un message d'annulation de publication spécial soit distribué pour le supprimer de tous les serveurs, mais de nombreux fournisseurs ignorent les messages d' annulation par la politique standard, car ils peuvent être facilement falsifiés et soumis par n'importe qui. [32] [33]Pour qu'une pétition de retrait soit la plus efficace sur l'ensemble du réseau, elle devrait être envoyée au serveur d'origine sur lequel le contenu a été publié, avant qu'il ne soit propagé sur d'autres serveurs. La suppression du contenu à ce stade précoce empêcherait une propagation ultérieure, mais avec les liens modernes à haute vitesse, le contenu peut être propagé aussi rapidement qu'il arrive, ne laissant aucun temps pour l'examen du contenu et l'émission de retrait par les titulaires de droits d'auteur. [34]

Il est tout aussi difficile d'établir l'identité de la personne qui publie du contenu illégal en raison de la conception du réseau basée sur la confiance. Comme le courrier électronique SMTP , les serveurs supposent généralement que les informations d'en-tête et d'origine dans un message sont vraies et exactes. Cependant, comme dans le courrier électronique SMTP, les en-têtes de publication Usenet sont facilement falsifiés de manière à masquer la véritable identité et l'emplacement de la source du message. [35] De cette manière, Usenet est très différent des services P2P modernes ; la plupart des utilisateurs P2P distribuant du contenu sont généralement immédiatement identifiables par tous les autres utilisateurs par leur adresse réseau , mais les informations d'origine pour une publication Usenet peuvent être complètement obscurcies et impossibles à obtenir une fois qu'elles se sont propagées au-delà du serveur d'origine. [36]

Contrairement aux services P2P modernes, l'identité des téléchargeurs est également cachée. Sur les services P2P, un téléchargeur est identifiable par tous les autres par son adresse réseau. Sur Usenet, le téléchargeur se connecte directement à un serveur, et seul le serveur connaît l'adresse de qui s'y connecte. Certains fournisseurs Usenet conservent des journaux d'utilisation, mais tous ne rendent pas ces informations enregistrées de manière informelle à des tiers tels que la Recording Industry Association of America . [37] [38] [39] L'existence de passerelles anonymisantes vers USENET complique également le traçage d'une véritable origine des messages.

Histoire

Carte logique UUCP/Usenet — 1er juin 1981 / mods par S. McGeady 19 novembre 1981

            (ucbvax)
+=+====================================+==+
| | | |
| | wivax | |
| | | | |
| | microsoft| uiucdcs | |
| | genradbo | | | | | | (Tektronix)
| | | | | | | purée | |
| decvax+===+=+====+=+=+ | | | |
| | | | | | | pur-phy | | tekmdp
| | | | | | | | | | |
+@@@@@@cca | | | | | | | | |
| | | | +=pur-ee=+=+=====+===+ | |
| csin | | | | | |
| | +==o===+===================+==+========+=======+== ==teklabs=+
| | | |
| | | pdp phs grincheux wolfvax |
| | | | | | | |
| | cincy unc=+===+======+=========+ |
| | | biographie | |
| | | (Divers) | | (Divers) |
| | | roseau sii | dukgeri duke34 utzoo |
| | | | | | | | | |
| +====+=+=+==+====++======+==++===duc=+===+=======+== +=========+ |
| | | | | | | | | | u1100s
| bmd70 ucf-cs ucf | chenet | | | | |
| | | | | | |
| rouge | | | | | pyuxh
| | | | zeppo | | | |
| psupdp --- psuvax | | | | | | |
| | | | Alice | whuxlb | utah-cs | | houxf
| allegra | | | | | | | | | |
| | | | | | | | | +--chico---+
| +===+=mhtsa====recherche | /=+=======harpo=+==+ | |
| | | | | | / | | |
| hocsr | | +=+=============+=/ cbosg---+ | |
| ucbopt | | | | | écuyer |
| : | | | cbosgd | |
| : | | | | |
| ucboire | | aigle==+=====+=====+=====+=====+ | |
| : | | | | | | | | | +-uwvax--+
| : | | | mhuxa mhuxh mhuxj mhuxm mhuxv | |
| : | | | | |
| : | | | +-----------------------------o--+
| : | | | | |
| ucbcad | | | ihpss mh135a |
| : | | | | | |
| : \--o--o------ihnss----vax135----cornell |
| : | | | | |
+=+==ucbvax==========+===+==+=+======+=======+=+======= =+==========+
  (UCB) : | | | | (Silicon Valley)
     ucbarpa cmevax | | menlo70--hao
        : | | | |
     ucbonyx | | | sri-unix
                              | ucsfcgl |
                              | | |
Légende : | | système====+=========+
------- | | | |
- | / \ + = Uucp sdcsvax=+=======+=+======+ intelqa zehntel
= "Autobus" | | |
o saute sdcarl phonlab sdcattb
: Berknet
@ Arpanet

Carte logique UUCP/Usenet, originale de Steven McGeady . Copyright © 1981, 1996
Bruce Jones, Henry Spencer , David Wiseman. Copié avec la permission de
The Usenet Oldnews Archive : Compilation . [40]

Des expériences de groupes de discussion ont eu lieu pour la première fois en 1979. Tom Truscott et Jim Ellis de l'Université Duke ont eu l'idée de remplacer un programme d'annonce local et ont établi un lien avec l' Université voisine de Caroline du Nord en utilisant des scripts shell Bourne écrits par Steve Bellovin . La diffusion publique des nouvelles était sous la forme d'un logiciel compilé conventionnel , écrit par Steve Daniel et Truscott. [7] [41] En 1980, Usenet a été connecté à ARPANET par UC Berkeley qui avait des connexions tant à Usenet qu'à ARPANET. Marc Horton, l'étudiant diplômé qui a établi la connexion, a commencé à « alimenter les listes de diffusion d'ARPANET vers Usenet » avec l' identifiant « fa » (« From ARPANET » [42] ). [43] Usenet a gagné 50 sites membres au cours de sa première année, y compris Reed College , University of Oklahoma et Bell Labs , [7] et le nombre de personnes utilisant le réseau a augmenté de façon spectaculaire; cependant, il a fallu encore un certain temps avant que les utilisateurs Usenet puissent contribuer à ARPANET. [44]

Réseau

Les réseaux UUCP se propagent rapidement en raison des coûts inférieurs impliqués et de la possibilité d'utiliser des lignes louées existantes, des liaisons X.25 ou même des connexions ARPANET . En 1983, des milliers de personnes ont participé à partir de plus de 500 hôtes, principalement des universités et des sites Bell Labs, mais aussi un nombre croissant d'entreprises liées à Unix ; le nombre d'hôtes a presque doublé pour atteindre 940 en 1984. Plus de 100 groupes de discussion existaient, plus de 20 consacrés à Unix et à d'autres sujets liés à l'informatique, et au moins un tiers aux loisirs. [45] [7]À mesure que le maillage des hôtes UUCP s'étendait rapidement, il est devenu souhaitable de distinguer le sous-ensemble Usenet du réseau global. Un vote a eu lieu lors de la conférence USENIX de 1982 pour choisir un nouveau nom. Le nom Usenet a été retenu, mais il a été établi qu'il ne s'appliquait qu'à l'actualité. [46] Le nom UUCPNET est devenu le nom commun pour l'ensemble du réseau.

En plus d'UUCP, le premier trafic Usenet a également été échangé avec Fidonet et d'autres réseaux BBS commutés. Au milieu des années 90, il y avait près de 40 000 systèmes FidoNet en service, et il était possible de communiquer avec des millions d'utilisateurs à travers le monde, avec uniquement un service téléphonique local. L'utilisation généralisée d'Usenet par la communauté BBS a été facilitée par l'introduction de flux UUCP rendus possibles par les implémentations MS-DOS d'UUCP, telles que UFGATE (UUCP vers FidoNet Gateway), FSUUCP et UUPC. En 1986, la RFC 977 a fourni la spécification NNTP ( Network News Transfer Protocol ) pour la distribution d'articles Usenet sur TCP/IPcomme une alternative plus flexible aux transferts Internet informels du trafic UUCP. Depuis le boom d'Internet dans les années 1990, presque toute la distribution Usenet se fait via NNTP. [47]

Logiciel

Les premières versions de Usenet utilisaient le logiciel Duke's A News , conçu pour un ou deux articles par jour. Matt Glickman et Horton à Berkeley ont produit une version améliorée appelée B News qui pouvait gérer l'augmentation du trafic (environ 50 articles par jour à la fin de 1983). [7] Avec un format de message offrant une compatibilité avec le courrier Internet et des performances améliorées, il est devenu le logiciel serveur dominant. C News , développé par Geoff Collyer et Henry Spencer à l' Université de Toronto , était comparable à B News en termes de fonctionnalités mais offrait un traitement considérablement plus rapide. Au début des années 90, InternetNews de Rich Salza été développé pour tirer parti du flux de messages continu rendu possible par NNTP par rapport à la conception par lots de stockage et retransmission d'UUCP. Depuis lors, le développement de l' INN s'est poursuivi et d'autres logiciels de serveur de nouvelles ont également été développés. [48]

Lieu public

Usenet a été la première communauté Internet et le lieu de bon nombre des développements publics les plus importants de l'Internet pré-commercial. C'était l'endroit où Tim Berners-Lee a annoncé le lancement du World Wide Web , [49]Linus Torvalds a annoncé le projet Linux , [50] et où Marc Andreessen a annoncé la création du navigateur Mosaic et l'introduction de la balise image , [51] qui a révolutionné le World Wide Web en le transformant en support graphique.

Jargon et histoire d'Internet

De nombreux termes de jargon couramment utilisés sur Internet sont originaires ou ont été popularisés sur Usenet. [52] De même, de nombreux conflits qui se sont ensuite étendus au reste d'Internet, tels que les difficultés persistantes liées au spam , ont commencé sur Usenet. [53]

"Usenet est comme un troupeau d'éléphants performants souffrant de diarrhée. Massif, difficile à rediriger, impressionnant, divertissant et une source d'excréments ahurissants quand on s'y attend le moins."

—  Gene Spafford , 1992

Refuser

Sascha Segan de PC Magazine a déclaré en 2008 que « Usenet est en train de mourir depuis des années ». [54] Segan a dit que certaines personnes ont indiqué que l' Éternel Septembre en 1993 était le début du déclin d'Usenet, quand AOL a commencé à offrir l'accès à Usenet. Il soutient que lorsque les utilisateurs ont commencé à mettre de gros fichiers (non texte) sur Usenet à la fin des années 1990, l'espace disque et le trafic Usenet ont augmenté en conséquence. Les fournisseurs de services Internet se sont demandé pourquoi ils avaient besoin d'héberger de l'espace pour les articles binaires.

AOL a interrompu l'accès à Usenet en 2005. En mai 2010, Duke University , dont la mise en œuvre avait démarré Usenet plus de 30 ans plus tôt, a mis hors service son serveur Usenet, invoquant une faible utilisation et des coûts croissants. [55] [56] Le 4 février 2011, le lien de service de nouvelles Usenet à l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill (news.unc.edu) a été retiré après 32 ans. [ citation nécessaire ]

En réponse, John Biggs de TechCrunch a déclaré : « Tant qu'il y aura des gens qui penseront qu'une ligne de commande est meilleure qu'une souris, le réseau social d' origine en texte uniquement continuera à vivre ». [57] Bien qu'il existe encore quelques groupes de discussion de texte actifs sur Usenet, le système est maintenant principalement utilisé pour partager de gros fichiers entre les utilisateurs, et la technologie sous-jacente d'Usenet reste inchangée. [58]

Le trafic Usenet change

Au fil du temps, le volume de trafic Usenet n'a cessé d'augmenter. En 2010, le nombre de tous les messages texte publiés dans tous les groupes de discussion Big-8 était en moyenne de 1 800 nouveaux messages par heure, avec une moyenne de 25 000 messages par jour. [59] Cependant, ces moyennes sont minuscules par rapport au trafic dans les groupes binaires. [60] Une grande partie de cette augmentation du trafic ne reflète pas une augmentation des utilisateurs discrets ou des discussions de groupes de discussion, mais plutôt la combinaison d'un spam automatisé massif et d'une augmentation de l'utilisation des groupes de discussion .binaries [59] dans lesquels de gros fichiers sont souvent publiés publiquement. Voici un petit échantillon du changement (mesuré en taille d'aliment par jour) :

Trafic Usenet par jour (en).svg
Source : altopia.com [ citation nécessaire ]
Volume quotidien Messages quotidiens Date
4,5 Gio 1996 déc.
9 Gio Juil 1997
12 Gio 554 k 1998 janv.
26 Gio 609 k 1999 janv.
82 Gio 858 k 2000 janv.
181 Gio 1,24 millions 2001 janv.
257 Gio 1,48 millions 2002 janv.
492 Gio 2,09 millions 2003 janv.
969 Gio 3,30 millions 2004 janv.
1,52 Tio 5,09 millions 2005 janv.
2,27 Tio 7,54 millions 2006 janv.
2,95 Tio 9,84 millions 2007 janv.
3,07 Tio 10,13 millions 2008 janv.
4,65 Tio 14,64 millions 2009 janv.
5,42 Tio 15,66 millions 2010 janv.
7,52 Tio 20,12 millions 2011 janv.
9,29 Tio 23,91 millions 2012 janvier
11,49 Tio 28,14 millions 2013 janv.
14,61 Tio 37,56 millions 2014 janvier
17,87 Tio 44,19 millions 2015 janv.
23,87 Tio 55,59 millions 2016 janv.
27,80 Tio 64,55 millions 2017 janv.
37,35 Tio 73,95 millions 2018 janv.
60,38 Tio 104,04 millions 2019 janv.
62,40 Tio 107,49 millions 2020 janvier
100,71 Tio 171,86 millions 2021 janv.

En 2008, Verizon Communications , Time Warner Cable et Sprint Nextel ont signé un accord avec le procureur général de New York Andrew Cuomo pour fermer l'accès aux sources de pornographie enfantine . [61] Time Warner Cable a cessé d'offrir l'accès à Usenet. Verizon a réduit son accès aux hiérarchies "Big 8". Sprint a arrêté l'accès aux hiérarchies alt.* . AT&T a arrêté l'accès aux hiérarchies alt.binaries.* . Cuomo n'a jamais spécifiquement nommé Usenet dans sa campagne contre la pornographie juvénile. David DeJean de PC Worlda déclaré que certains craignent que les FAI aient utilisé la campagne de Cuomo comme excuse pour mettre fin à certaines parties de l'accès Usenet, car elle est coûteuse pour les fournisseurs de services Internet et n'est pas très demandée par les clients. En 2008, AOL , qui n'offrait plus d'accès Usenet, et les quatre fournisseurs qui ont répondu à la campagne Cuomo étaient les cinq plus grands fournisseurs de services Internet aux États-Unis ; ils détenaient plus de 50 % de la part de marché des FAI américains. [62] Le 8 juin 2009, AT&T a annoncé qu'il ne fournirait plus l'accès au service Usenet à partir du 15 juillet 2009. [63]

AOL a annoncé qu'il mettrait fin à son service Usenet intégré au début de 2005, citant la popularité croissante des blogs, des forums de discussion et des conférences en ligne. [64] La communauté AOL a joué un rôle énorme dans la popularisation d'Usenet 11 ans plus tôt. [65]

En août 2009, Verizon a annoncé qu'il interromprait l'accès à Usenet le 30 septembre 2009. [66] [67] JANET a annoncé qu'il interromprait le service Usenet, à compter du 31 juillet 2010, citant Google Groups comme alternative. [68] Microsoft a annoncé qu'il cesserait de prendre en charge ses groupes de discussion publics (msnews.microsoft.com) à partir du 1er juin 2010, offrant des forums Web comme alternative. [69]

Les principales raisons citées pour l'arrêt du service Usenet par les FAI généraux incluent la baisse du volume de lecteurs réels en raison de la concurrence des blogs , ainsi que les problèmes de coûts et de responsabilité liés à la proportion croissante de trafic consacrée au partage de fichiers et au spam sur des groupes inutilisés ou abandonnés. [70] [71]

Certains FAI n'ont pas inclus la pression de la campagne de Cuomo contre la pédopornographie comme l'une des raisons pour lesquelles ils ont abandonné les flux Usenet dans le cadre de leurs services. [72] Les FAI Cox et Atlantic Communications ont résisté à la tendance de 2008, mais tous deux ont finalement abandonné leurs flux Usenet respectifs en 2010. [73] [74] [75]

Archives

Les archives publiques des articles Usenet existent depuis les premiers jours de Usenet, comme le système créé par Kenneth Almquist à la fin de 1982. [76] [77] L'archivage distribué des messages Usenet a été suggéré en novembre 1982 par Scott Orshan, qui a proposé que " Chaque site devrait conserver tous les articles qu'il publie, pour toujours." [78] Également en novembre de cette année, Rick Adams a répondu à un message demandant "Est-ce que quelqu'un a archivé des netnews, ou est-ce que quelqu'un a l'intention de le faire?" [79] en déclarant qu'il avait « peur de l'admettre, mais j'ai commencé à archiver la plupart des groupes de discussion « utiles » à partir du 18 septembre. » [80]En juin 1982, Gregory G. Woodbury a proposé un système "d'accès automatique aux archives" qui consistait à "répondre automatiquement aux messages de format fixe à un destinataire de courrier spécial sur des machines spécifiées". [81]

En 1985, deux systèmes d'archivage de nouvelles et un RFC ont été publiés sur Internet. Le premier système, appelé keepnews, par Mark M. Swenson de l' Université de l'Arizona , a été décrit comme « un programme qui tente de fournir un moyen sain d'extraire et de conserver les informations qui arrivent sur Usenet ». Le principal avantage de ce système était de permettre aux utilisateurs de marquer les articles comme méritant d'être conservés. [82] Le deuxième système, YA News Archiver de Chuq Von Rospach, était similaire à keepnews, mais était "conçu pour fonctionner avec des archives beaucoup plus volumineuses où la merveilleuse fonction de temps de recherche quadratique d'Unix... devient un vrai problème". [83] Von Rospach a publié au début de 1985 une RFC détaillée pour « l'archivage et l'accès aux articles usenet avec des mots clésrecherche. » Ce RFC décrit un programme qui pourrait « générer et maintenir une archive d'articles Usenet et permet à la recherche des articles basés sur l'article-id, lignes de sujet, ou des mots clés tirés de l'article lui - même. » Sont également inclus était C code la structure de données interne du système [84]

Le désir d'avoir un index de recherche en texte intégral des articles de presse archivés n'est pas nouveau non plus, une telle demande ayant été faite en avril 1991 par Alex Martelli qui a cherché à "créer une sorte d'index de mots-clés pour [les archives de nouvelles]". [85] Au début du mois de mai, M. Martelli a publié un résumé de ses réponses sur Usenet, notant que « le prix de la suggestion la plus populaire doit définitivement aller au package 'lq-text', de Liam Quin, récemment publié dans alt.sources. » [86]

Le site Alt Sex Stories Text Repository (ASSTR) archive et indexe les histoires érotiques et pornographiques publiées sur le groupe Usenet alt.sex.stories . [87]

L'archivage de Usenet a fait craindre une perte de la vie privée. [88] Une archive simplifie les façons de profiler les personnes. Cela a été partiellement contré avec l'introduction de l'en - tête X-No-Archive: Yes , qui est lui-même controversé. [89]

Archives par Google Groups et DejaNews

L'archivage sur le Web des publications Usenet a commencé en 1995 chez Deja News avec une très grande base de données consultable. En 2001, cette base de données a été acquise par Google . [90]

Google Groups héberge une archive de messages Usenet remontant à mai 1981. Les premiers messages, qui datent de mai 1981 à juin 1991, ont été donnés à Google par l' Université de Western Ontario avec l'aide de David Wiseman et d'autres, [91] et ont été initialement archivés par Henry Spencer au département de zoologie de l'Université de Toronto. [92] Les archives pour la fin de 1991 jusqu'au début de 1995 ont été fournies par Kent Landfield de la série de CD NetNews [93] et Jürgen Christoffel de GMD . [94] L'archive des messages à partir de mars 1995 a été lancée par la société DejaNews (plus tard Deja), qui a été acheté par Google en février 2001. Google a commencé à archiver les messages Usenet pour lui-même à partir de la deuxième semaine d'août 2000.

Google a été critiqué par les contributeurs de Vice et Wired ainsi que par d'anciens employés pour sa gestion des archives et pour avoir brisé sa fonctionnalité de recherche. [95] [96] [97]

Voir aussi

Lecteurs de news Usenet

Fournisseurs de services Usenet/newsgroup

Historique Usenet

Administrateurs Usenet

Usenet dans son ensemble n'a pas d'administrateurs ; chaque administrateur de serveur est libre de faire ce qui lui plaît tant que les utilisateurs finaux et les serveurs pairs le tolèrent et l'acceptent. Néanmoins, il existe quelques administrateurs célèbres :

Références

  1. ^ a b From Usenet to CoWebs: interagir avec les espaces d'information sociale , Christopher Lueg, Danyel Fisher, Springer (2003), ISBN  1-85233-532-7 , ISBN 978-1-85233-532-8 
  2. ^ a b Le fichier de jargon v4.4.7 Archivé le 5 janvier 2016, à la Wayback Machine , Jargon File Archive.
  3. ^ Chapitre 3 - Les forces sociales derrière le développement de Usenet Archivé le 4 août 2016, à la Wayback Machine , Netizens Netbook par Ronda Hauben et Michael Hauben.
  4. ^ "Termes du groupe de discussion USENET – SPAM" . Archivé de l'original le 15 septembre 2012.
  5. ^ Pré-Internet; Usenet nécessitant "justeun service téléphonique local " dans la plupart des grandes villes, dépend du nombre de"nœuds" Fidonet d' accès commuté locauxexploités gratuitement par l'amateur "SysOps" (en tant que variantes d'échomail FidoNet ou via des passerelles avec la hiérarchie de nouvelles Usenet. Cela est un accès virtuel à Usenet ou à des groupes de discussion, pas à un véritable Usenet.) Les SysOps participants transportent généralement 6 à 30 groupes de discussion Usenet chacun et en ajoutent souvent un autre sur demande. Si un groupe de discussion souhaité n'était pas disponible localement, un utilisateur aurait besoin de se connecter à une autre ville pour télécharger les nouvelles souhaitées et télécharger ses propres messages. Dans tous les cas, il est souhaitable de raccrocher dès que possible et de lire/écrire hors ligne, ce qui rend le logiciel de « lecteur de nouvelles » couramment utilisé pour automatiser le processus.Fidonet, bbscorner.com
    fidonet.org, Randy_Bush.txt
  6. ^ un b Bonnett, Cara (17 mai 2010). « Duc ferme le serveur Usenet, siège des premiers groupes de discussion électroniques » . Université Duke .
  7. ^ A b c d e Emerson, Sandra L. (Octobre 1983). " Usenet / Un tableau d'affichage pour les utilisateurs Unix " . BYTE . p. 219-236 . Consulté le 31 janvier 2015 .
  8. ^ "Invitation à un réseau UNIX d'accès général archivé le 24 septembre 2012, à la Wayback Machine ", James Ellis et Tom Truscott, dans la première annonce officielle de USENET, NewsDemon (K&L Technologies, Inc), 1979
  9. ^ Lehnert, Wendy G.; Kopec, Richard (2007). Web 101. Addison Wesley. p. 291. ISBN 9780321424679 
  10. ^ "Stocker et transmettre la communication : UUCP et FidoNet" . Archivé de l'original le 30 juin 2012.. École d'informatique Carnegie Mellon.
  11. ^ Kozierok, Charles M. (2005). Le guide TCP/IP : une référence complète et illustrée des protocoles Internet. Pas de presse à amidon. p. 1401. ISBN 978-159327-047-6 
  12. ^ Une façon de lire et de participer virtuellement aux groupes de discussion Usenet en utilisant un navigateur Internet ordinaire est de faire une recherche sur Internet sur un groupe de discussion connu, tel que le forum à haut volume : « sci.physics ». Récupéré le 28 avril 2019
  13. ^ "Meilleurs clients Usenet" . UsenetReviewz . Récupéré le 13 août 2020 .
  14. ^ « Clients Usenet à répertoire ouvert » . Dmoz.org. 9 octobre 2008. Archivé de l'original le 30 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  15. ^ Jain, Dominik (30 juillet 2006). "Description OE-QuoteFix" . Archivé de l'original le 21 septembre 2012 . Consulté le 4 juin 2007 .
  16. ^ "Améliorer-Usenet" . 13 octobre 2008. Archivé de l'original le 13 juillet 2012.
  17. ^ "Améliorer les commentaires Usenet" . 13 octobre 2008. Archivé de l'original le 26 avril 2008 . Consulté le 29 juin 2009 .
  18. ^ "Groupes Google" . Archivé de l'original le 25 mai 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  19. ^ "Actualités : liens vers Google Groupes" . Archivé de l'original le 12 juillet 2012.
  20. ^ "Qui peut forcer les modérateurs à obéir à la charte du groupe ?" . Big-8.org. Archivé de l'original le 4 août 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  21. ^ « Comment un groupe change-t-il de modérateur ? » . Big-8.org. Archivé de l'original le 19 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  22. ^ "Les premières hiérarchies des groupes de discussion Usenet" . Livinginternet.com. 25 octobre 1990. Archivé de l'original le 21 septembre 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  23. ^ "Comment créer un nouveau groupe de discussion Big-8" . Big-8.org. 7 juillet 2010. Archivé de l'original le 22 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  24. ^ Donath, Judith (23 mai 2014). La machine sociale : conceptions pour vivre en ligne . ISBN 9780262027014. Aujourd'hui, Usenet existe toujours, mais c'est un bourbier insociable de spam, de porno et de logiciels piratés
  25. ^ "Démêler le mystère le plus ancien et le plus étrange d'Internet" . 22 mars 2015. Archivé de l'original le 18 mai 2015 . Consulté le 7 mai 2015 . Des groupes remplis de spam, des combats massifs ont eu lieu contre les spammeurs et sur ce qu'il faut faire contre le spam. Les gens ont cessé d'utiliser leurs adresses e-mail dans les messages pour éviter la récolte. Les gens ont quitté le net.
  26. ^ "La manière américaine de spam" . Archivé de l'original le 18 mai 2015 . Consulté le 7 mai 2015 . ...de nombreux groupes de discussion ont depuis été envahis de messages indésirables.
  27. ^ Microsoft répond à l'évolution des communautés Archivé le 18 septembre 2012, à la Wayback Machine , annonce, sans date. « Microsoft clique sur « désabonnement » sur les groupes de discussion » . Archivé de l'original le 12 juillet 2012., CNET, 4 mai 2010.
  28. ^ "Le stockage Usenet est de plus de 60 pétaoctets (60000 téraoctets)" . binsearch.info. Archivé de l'original le 21 mai 2020 . Consulté le 20 octobre 2020 .
  29. ^ "sauvegarde usenet (uBackup)" . Wikihow.com. Archivé de l'original le 25 février 2020 . Consulté le 20 octobre 2020 .
  30. ^ "Eweka 4446 jours de rétention" . Eweka.nl. Archivé de l'original le 20 octobre 2020 . Consulté le 20 octobre 2020 .
  31. ^ "Loi sur le droit d'auteur du millénaire numérique" . Archivé de l'original le 10 septembre 2012.
  32. ^ "FAQ sur l'annulation des messages" . Archivé de l'original le 15 février 2008 . Consulté le 29 juin 2009 . ... Jusqu'à ce que les annulations authentifiées prennent effet, il n'y a pas d'options pour éviter les annulations falsifiées et autoriser les annulations non falsifiées...
  33. ^ Article de la base de connaissances Microsoft indiquant que de nombreux serveurs ignorent les messages d'annulation "Support.microsoft.com" . Archivé de l'original le 19 juillet 2012.
  34. ^ "Microsoft Word - Surmacz.doc" (PDF) . Archivé (PDF) à partir de l'original le 21 mai 2013 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  35. ^ ... chaque partie d'un message Usenet peut être falsifiée à l'exception de la partie la plus à gauche de l'en-tête "Path:"... "By-users.co.uk" . Archivé de l'original le 23 juillet 2012.
  36. ^ "Mieux vivre grâce à la contrefaçon" . Groupe de discussionnews.admin.misc . 10 juin 1995. Usenet : [email protected] . Archivé de l'original le 24 juillet 2012 . Consulté le 5 décembre 2014 . 
  37. ^ "Politique de confidentialité de Giganews" . Giganews.com. Archivé de l'original le 31 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  38. ^ "Politique de confidentialité UsenetServer" . Usenetserver.com. Archivé de l'original le 4 juin 2020 . Consulté le 8 juillet 2020 .
  39. ^ "Politique de journalisation" . Aioe.org. 9 juin 2005. Archivé de l'original le 8 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  40. ^ "Quux.org" . Archivé de l'original le 14 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  41. ^ LaQuey, Tracy (1990). L'annuaire de l'utilisateur des réseaux informatiques. Presse numérique. p. 386. ISBN 978-1555580476 
  42. ^ "Et ainsi ça commence" . Archivé de l'original le 15 juillet 2010 . Consulté le 15 septembre 2014 .
  43. ^ "Histoire d'Internet, Chapitre Trois : Histoire du courrier électronique" . Archivé de l'original le 12 août 2014 . Consulté le 15 septembre 2014 .
  44. ^ Hauben, Michael et Hauben, Ronda. " Les internautes : sur l'histoire et l'impact de Usenet et d'Internet, sur les premiers jours de Usenet : les racines de la culture coopérative en ligne archivé le 10 juin 2015, à la Wayback Machine ". Premier lundi vol. 3 num.8, 3 août 1998
  45. ^ Haddadi, H. (2006). " Inférence de trafic réseau à l'aide de statistiques échantillonnées archivées le 17 novembre 2015 sur la Wayback Machine ". Collège universitaire de Londres.
  46. ^ Horton, Mark (11 décembre 1990). "Arachnet" . Archivé de l'original le 21 septembre 2012 . Consulté le 4 juin 2007 .
  47. ^ Huston, Geoff (1999). Guide de survie des FAI : stratégies pour gérer un FAI compétitif. Wiley. p. 439.
  48. ^ "Serveurs de nouvelles Unix/Linux" . Newsreaders.com. Archivé de l'original le 5 septembre 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  49. ^ Tim Berners-Lee (6 août 1991). "WorldWideWeb : Résumé" . Groupe de discussionalt.hypertext . Usenet : [email protected] . Consulté le 4 juin 2007 . 
  50. ^ Torvalds, Linus. « Qu'aimeriez-vous voir le plus dans minix ? » . Groupe de discussioncomp.os.minix . Usenet : [email protected] . Récupéré le 9 septembre 2006 . 
  51. ^ Marc Andreessen (15 mars 1993). " NCSA Mosaic pour X 0.10 disponible " . Groupe de discussioncomp.windows.x . Usenet : [email protected] . Archivé de l'original le 16 juin 2006 . Consulté le 4 juin 2007 . 
  52. ^ Kaltenbach, Susan (décembre 2000). « L'évolution de la communauté du discours en ligne » (PDF) . Archivé (PDF) à partir de l'original le 14 juillet 2011 . Consulté le 26 mai 2010 . Verb Doubling : doubler un verbe peut changer sa sémantique, Soundalike Slang : Punning jargon, The -P convention : A LISPy way to form questions, Overgeneralization : Standard abuses of grammaire, Spoken Inarticulations : Sighing and <*sigh*>ing, Anthropomorphization : les composants en ligne étaient nommés « homunculi », démons », etc., et il y avait également des programmes « confus ». Comparatifs : comparatifs standard pour la qualité de la conception
  53. ^ Campbell, KK (1er octobre 1994). "Discuter avec Martha Siegel de l'infâme Canter & Siegel d'Internet" . Fondation de la frontière électronique . Archivé de l'original le 25 novembre 2007 . Consulté le 24 septembre 2010 .
  54. ^ Segan, Sascha (31 juillet 2008). "RIP Usenet : 1980-2008" . Revue PC . Archivé de l'original le 9 septembre 2012 . Consulté le 21 juillet 2017 .
  55. ^ Cara Bonnett (17 mai 2010). "Un morceau d'histoire d'Internet" . Duc aujourd'hui . Archivé de l'original le 11 juillet 2012 . Consulté le 24 mai 2010 .
  56. ^ Andrew Orlowski (20 mai 2010). "La maison d'Usenet ferme aujourd'hui" . Le Registre . Archivé de l'original le 21 septembre 2012 . Consulté le 24 mai 2010 .
  57. ^ " "Les rapports sur la mort d'Usenet sont considérablement exagérés" . Archivé de l'original le 16 juillet 2012.." TechCrunch . 1er août 2008. Consulté le 8 mai 2011.
  58. ^ "Qu'est-ce que Usenet" . Top 10 Usenet . Récupéré le 8 février 2021 .
  59. ^ un b "Les 100 meilleurs groupes de discussion textuels par messages" . NewsAdmin. Archivé de l'original le 16 octobre 2006 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  60. ^ "Top 100 des groupes de discussion binaires par publications" . NewsAdmin. Archivé de l'original le 16 octobre 2006 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  61. ^ Rosencrance, Lisa. "3 meilleurs FAI pour bloquer l'accès aux sources de pornographie juvénile" . Archivé de l'original le 22 juillet 2012.. Monde informatique . 8 juin 2008. Consulté le 30 avril 2009.
  62. ^ DeJean, David. "Usenet : Pas encore mort." Monde PC . Mardi 7 octobre 2008. "2" . 7 octobre 2008.. Consulté le 30 avril 2009.
  63. ^ "ATT annonce l'arrêt des services de groupe de discussion USENET" . NewsDemon. 9 juin 2009. Archivé de l'original le 21 septembre 2012 . Consulté le 18 juin 2009 .
  64. ^ Euh, Jim. " "AOL ferme des groupes de discussion" . Archivé de l'original le 23 juillet 2012.." CNet . 25 janvier 2005. Consulté le 1er mai 2009.
  65. ^ "AOL tire la prise sur le service de groupe de discussion" . Betanews.com. 25 janvier 2005. Archivé de l'original le 22 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  66. ^ Bode, Karl. "Verizon pour interrompre les groupes de discussion le 30 septembre" . Archivé de l'original le 31 juillet 2012.. Rapports DSL. 31 août 2009. Consulté le 24 octobre 2009.
  67. ^ " " Verizon Newsgroup Service Has Been Discontinued " . Archivé de l'original le 21 septembre 2012." Verizon Central Support. Consulté le 24 octobre 2009.
  68. ^ Ukerna.ac.uk [ lien mort ]
  69. ^ "Microsoft répond à l'évolution des communautés" . microsoft.com. Archivé de l'original le 22 juin 2003 . Consulté le 1er septembre 2011 .
  70. ^ "AOL fermant les groupes de discussion" . cnet.com/. 25 janvier 2005. Archivé de l'original le 29 août 2008 . Consulté le 1er septembre 2011 .
  71. ^ "Verizon pour interrompre les groupes de discussion" . dslreports.com. 31 août 2009. Archivé de l'original le 6 mars 2012 . Consulté le 1er septembre 2011 .
  72. ^ "Le service Comcast Newsgroups interrompu" . dslreports.com. 16 septembre 2008. Archivé de l'original le 6 décembre 2014 . Consulté le 5 décembre 2014 .
  73. ^ "Cox pour abandonner le service Usenet gratuit le 30 juin" . Zeropaid.com. 22 avril 2010. Archivé de l'original le 21 septembre 2012 . Consulté le 3 septembre 2011 .
  74. ^ "Cox arrête Usenet, à partir de juin" . Geeknet, Inc. 21 avril 2010. Archivé de l'original le 21 septembre 2012 . Consulté le 1er septembre 2011 .
  75. ^ "Cox Communications et Atlantic Broadband interrompent l'accès Usenet" . tonnerrenews.com. 27 avril 2010. Archivé de l'original le 12 septembre 2012 . Consulté le 1er septembre 2011 .
  76. ^ "Comment récupérer des informations en retour" . Archivé de l'original le 10 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  77. ^ "Comment récupérer des informations en retour (deuxième affichage)" . Groupe de discussionnet.general . 21 décembre 1982. Archivé de l'original le 29 janvier 2011 . Consulté le 5 décembre 2014 . ID de message : bnews.spanky.138
  78. ^ "Archivage distribué de netnews" . Archivé de l'original le 8 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  79. ^ "Archives de netnews" . Archivé de l'original le 24 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  80. ^ "Re: Archive of netnews" . Archivé de l'original le 15 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  81. ^ "Accès automatique aux archives" . Archivé de l'original le 12 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  82. ^ "keepnews - Un système d'archivage de nouvelles Usenet" . Archivé de l'original le 17 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  83. ^ " YA News Archiver " . Archivé de l'original le 9 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  84. ^ "Programme d'archives d'articles usenet RFC avec recherche de mots clés" . Archivé de l'original le 15 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  85. ^ "Recherche d'un logiciel d'indexation de texte intégral pour les nouvelles archivées" . Archivé de l'original le 21 septembre 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  86. ^ "Résumé : recherchez un logiciel d'indexation de texte intégral pour les nouvelles archivées" . Archivé de l'original le 8 juillet 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  87. ^ Asstr.org
  88. ^ Segan, Sascha (1er janvier 1970). « RIP Usenet : 1980-2008 – Le déclin de Usenet – Colonnes par PC Magazine » . PCmag.com. Archivé de l'original le 9 septembre 2012 . Consulté le 14 décembre 2010 .
  89. ^ Pont de paille, Matthieu (2006). Nétiquette : étiquette Internet à l'ère du blog. Référence du logiciel. p. 53. ISBN 978-0955461408 
  90. ^ Cullen, Drew (12 février 2001). "Google sauve le service Usenet de Deja.com" . Le Registre . Archivé de l'original le 21 septembre 2012.. Le Registre .
  91. ^ Sageman, David. « Implication de Magi's NetNews Archive » Archivé le 9 février 2005 sur archive.today , csd.uwo.ca.
  92. ^ Mieszkowski, Catherine. " " Les Geeks qui ont sauvé Usenet " . Archivé de l'original le 10 juillet 2012.", archive.salon.com (7 janvier 2002).
  93. ^ Feldman, Ian. « Usenet sur un CD-ROM, plus une fable » . 10 février 1992. Archivé de l'original le 7 juillet 2012., "TidBITS" (10 février 1992)
  94. ^ "Informations sur les archives des groupes Google" . Archivé de l'original le 9 juillet 2012. (21 décembre 2001)
  95. ^ Poulsen, Kevin (7 octobre 2009). "La bibliothèque abandonnée de Google de 700 millions de titres" . Câblé . Archivé de l'original le 9 mars 2017 . Consulté le 12 mars 2017 .
  96. ^ Braga, Matthieu (13 février 2015). "Google, une société de recherche, a rendu ses archives Internet impossibles à rechercher" . Carte mère . Archivé de l'original le 5 septembre 2015 . Consulté le 30 août 2015 .
  97. ^ Edwards, Douglas (2011). J'ai de la chance : les confessions du numéro 59 de l'employé de Google . Houghton Mifflin Harcourt. p.  209-213 . ISBN 978-0-547-41699-1.

Lectures complémentaires

Liens externes