Turkménistan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Turkménistan
 Turkménistan [1]
Devise :  Türkmenistan Bitaraplygyň watanydyr
("Le Turkménistan est la patrie de la neutralité") [2] [3]
Hymne :  Garaşsyz Bitarap Türkmenistanyň Döwlet Gimni
(« Hymne d'État du Turkménistan indépendant et neutre »)
Location of Turkmenistan (red)
Localisation du Turkménistan (rouge)
Capitale
et plus grande ville
Achgabat
37°58′N 58°20′E / 37.967°N 58.333°E / 37.967; 58.333
Langues officiellesTurkmène [4]
Langue de communication interethniquerusse
Langues parléesOuzbekRusseKazakhArménien orientalTatarAzerbaïdjanaisBaloutchiKurmandjiUkrainien et autres
Groupes ethniques
(2020)
Religion
Démonyme(s)Turkmenistani [5]
turkmène [6]
Turkmenian
Gouvernement République constitutionnelle présidentielle unitaire laïque de facto à parti dominant sous une dictature totalitaire [7]
•  Président
Gurbanguly Berdimuhamedow
Raşit Meredow
Guvançmyrat Atamyradovič Ussanepesow [8]
Corps législatifConseil national [9]
Conseil du peuple
Assemblée
Indépendance de la Russie et de l' Union soviétique
•  Conquête
1879
13 mai 1925
• Souveraineté déclarée de l'État
22 août 1990
27 octobre 1991
• Reconnu
26 décembre 1991
18 mai 1992
Zone
• Le total
491 210 km 2 (189 660 milles carrés) [10] ( 52e )
• L'eau (%)
4.9
Population
• Estimation 2020
6 031 187 [11] ( 113e )
• Densité
10,5/km 2 (27,2/mi²) ( 221e )
PIB  ( PPA )Estimation 2018
• Le total
112,659 milliards de dollars [12]
• Par habitant
19 526 $ [12]
PIB  (nominal)Estimation 2018
• Le total
42,764 milliards de dollars [12]
• Par habitant
7 411 $ [12]
Gini  (1998)40,8
moyen
IDH  (2019)Increase 0,715 [13]
haut  ·  111e
MonnaieManat turkmène ( TMT )
Fuseau horaireUTC +05 (TMT)
Côté conduitedroit
Indicatif d'appel+993
Code ISO 3166MT
TLD Internet.tm

Turkménistan ( / t ɜːr k m ɛ n ɪ s t æ n / ( écouter )About this sound ou / ˌ t ɜːr k m ɛ n ɪ s t ɑː n / ( écouter )About this sound ; turkmène : Türkmenistan , prononcé  [tʏɾkmønʏθtɑːn] [14] ), également connu sous le nom de Turkménie , est un pays enclavé dansL'Asie centrale , bordée par le Kazakhstan au nord - ouest , l' Ouzbékistan au nord, à l'est et au nord-est , l' Afghanistan au sud - est , l' Iran au sud et au sud-ouest et la mer Caspienne à l'ouest. Achgabat est la capitale et la plus grande ville du pays. La population du pays est d'environ 6 millions d'habitants, la plus faible des républiques d'Asie centrale. Le Turkménistan est l'un des pays les moins peuplés d'Asie. Les citoyens du Turkménistan sont connus sous le nom de Turkménistan (où la citoyenneté et non l'ethnicité est soulignée), [5] Turkméniens[15] ou Turkmènes. [6]

La région actuellement connue sous le nom de Turkménistan a longtemps servi de voie de communication à de nombreuses autres nations et cultures. [16] Merv est l'une des plus anciennes villes-oasis d'Asie centrale [17] et était autrefois la plus grande ville du monde. [18] À l'époque médiévale, Merv était aussi l'une des grandes villes du monde islamique et une étape importante sur la route de la soie . Annexé par l' Empire russe en 1881, le Turkménistan a plus tard figuré en bonne place dans le mouvement anti-bolchevique en Asie centrale. En 1925, le Turkménistan devient une république constitutive de l' Union soviétique , la République socialiste soviétique turkmène(RSS turkmène); il est devenu indépendant après la dissolution de l'Union soviétique en 1991. [5]

Le Turkménistan possède les quatrièmes réserves mondiales de gaz naturel . [19] La majeure partie du pays est couverte par le Karakum ou le désert de sable noir . De 1993 à 2017, les citoyens ont reçu gratuitement l'électricité, l'eau et le gaz naturel fournis par le gouvernement. [20]

Le pays est largement critiqué pour ses faibles droits de l'homme . [21] [22] Les questions notables étaient son traitement des minorités, des libertés de presse et des libertés religieuses. Après son indépendance de l'Union soviétique en 1991, l' État souverain du Turkménistan a été dirigé par deux régimes totalitaires répressifs. Il a été dirigé par le président à vie Saparmurat Niyazov (également connu sous le nom de Türkmenbaşy ou « chef des Turkmènes ») jusqu'à sa mort en 2006. Gurbanguly Berdimuhamedow est devenu président en 2007 après avoir remporté une élection non démocratique (il avait été vice-président puis président par intérim auparavant). L'usage de la peine de morta été formellement aboli dans la constitution de 2008 . [23] [24]

Étymologie

Le nom du Turkménistan ( Turkmen : Türkmenistan ) peut être divisé en deux éléments : l'ethnonyme Türkmen et le suffixe persan -stan signifiant « lieu de » ou « pays ». Le nom "Turkmène" vient du turc, plus le suffixe sogdien -men, qui signifie "presque turc", en référence à leur statut en dehors du système mythologique dynastique turc. [25] Cependant, certains érudits soutiennent que le suffixe est un intensificateur , en changeant le sens de Türkmen en " Turcs purs " ou " Turcs turcs ". [26]

Des chroniqueurs musulmans comme Ibn Kathir ont suggéré que l'étymologie du Turkménistan provenait des mots Türk et Iman ( arabe : إيمان ‎, « foi, croyance ») en référence à une conversion massive à l'islam de deux cent mille foyers en l'an 971. [27 ]

Le Turkménistan a déclaré son indépendance de l'Union soviétique après le référendum sur l' indépendance de 1991. En conséquence, la loi constitutionnelle a été adoptée le 27 octobre de la même année et l'article 1 a établi le nouveau nom de l'État : Turkménistan ( Türkmenistan / Түркменистан). [28]

Un nom commun pour la RSS turkmène était Turkménie ( russe : Туркмения ), utilisé dans certains rapports sur l'indépendance du pays. [29]

Histoire

Historiquement habité par les Indo-Iraniens , l'histoire écrite du Turkménistan commence avec son annexion par l' empire achéménide de l'Iran antique. Plus tard, au VIIIe siècle après J.-C., les tribus oghouz de langue turcique se sont déplacées de la Mongolie vers l'Asie centrale actuelle. Faisant partie d'une puissante confédération de tribus, ces Oghuz constituaient la base ethnique de la population turkmène moderne. [30] Au 10ème siècle, le nom "Turkmène" a d'abord été appliqué aux groupes Oghuz qui ont accepté l' Islam et ont commencé à occuper le Turkménistan actuel. [30] Là, ils étaient sous la domination de l' empire seldjoukide, qui était composé de groupes Oghuz vivant dans l' Iran et le Turkménistan actuels . [30] Les groupes oghouz au service de l'empire ont joué un rôle important dans la diffusion de la culture turque lorsqu'ils ont migré vers l'ouest vers l' Azerbaïdjan et l'est de la Turquie actuels . [30]

Casque turkmène (XVe siècle)

Au XIIe siècle, les Turkmènes et d'autres tribus renversèrent l'empire seldjoukide. [30] Au siècle suivant, les Mongols ont repris les terres plus au nord où les Turkmènes s'étaient installés, dispersant les Turkmènes vers le sud et contribuant à la formation de nouveaux groupes tribaux. [30] Les XVIe et XVIIIe siècles ont vu une série de scissions et de confédérations parmi les tribus nomades turkmènes, qui sont restées résolument indépendantes et ont fait peur à leurs voisins. [30] Au XVIe siècle, la plupart de ces tribus étaient sous le contrôle nominal de deux khanats ouzbeks sédentaires , Khiva et Bukhoro .[30] Les soldats turkmènes étaient un élément important des militaires ouzbeks de cette période. [30] Au 19ème siècle, les raids et les rébellions par legroupe turkmène Yomud ont entraîné la dispersion de ce groupe par les dirigeants ouzbeks. [30] En 1855, la tribu turkmène de Teke dirigée par Gowshut-Khan a vaincu l'armée d'invasion du Khan de Khiva Muhammad Amin Khan [31] et en 1861 l'armée d'invasion perse de Nasreddin-Shah . [32]

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les Turkmènes du nord étaient la principale puissance militaire et politique du khanat de Khiva . [33] [34] Selon Paul R. Spickard, "Avant la conquête russe, les Turkmènes étaient connus et craints pour leur implication dans le commerce des esclaves en Asie centrale ." [35] [36]

Ville de Çärjew au Turkestan russe , 1890

Les forces russes ont commencé à occuper le territoire turkmène à la fin du XIXe siècle. [30] De leur base de la mer Caspienne à Krasnovodsk (aujourd'hui Turkmenbachy ), les Russes ont finalement vaincu les khanats ouzbeks. [30] En 1879, les forces russes ont été défaites par les Turkmènes de Teke lors de la première tentative de conquête de la région d'Ahal au Turkménistan . [37] Cependant, en 1881, la dernière résistance significative en territoire turkmène a été écrasée lors de la bataille de Geok Tepe , et peu de temps après, le Turkménistan a été annexé, avec le territoire ouzbek adjacent, à l' empire russe . [30]En 1916, la participation de l'Empire russe à la Première Guerre mondiale a résonné au Turkménistan, alors qu'une révolte anticonscription balayait la majeure partie de l'Asie centrale russe. [30] Bien que la révolution russe de 1917 ait eu peu d'impact direct, dans les années 1920, les forces turkmènes ont rejoint les Kazakhs , les Kirghizes et les Ouzbeks dans la soi-disant rébellion de Basmachi contre le gouvernement de l' Union soviétique nouvellement formée . [30] En 1921, la province tsariste de Transcaspia ( russe : Закаспийская область ) fut rebaptisée oblast turkmène ( russe : Туркменская область ), et en 1924, laLa République socialiste soviétique turkmène en a été formée. [30] [38] À la fin des années 1930, la réorganisation soviétique de l'agriculture avait détruit ce qui restait du mode de vie nomade au Turkménistan et Moscou contrôlait la vie politique. [30] Le tremblement de terre d'Ashgabat de 1948 a tué plus de 110 000 personnes, [39] s'élevant aux deux tiers de la population de la ville.

Un Turkmène d'Asie centrale en vêtements traditionnels. Photo de Prokudin-Gorsky entre 1905 et 1915.

Au cours du demi-siècle suivant, le Turkménistan a joué son rôle économique désigné au sein de l'Union soviétique et est resté en dehors du cours des grands événements mondiaux. [30] Même le grand mouvement de libéralisation qui a secoué la Russie à la fin des années 1980 a eu peu d'impact. [30] Cependant, en 1990, le Soviet suprême du Turkménistan a déclaré la souveraineté comme une réponse nationaliste à l'exploitation perçue par Moscou . [30] Bien que le Turkménistan était mal préparé à l'indépendance et que le dirigeant communiste de l'époque , Saparmurat Niyazovpréférant préserver l'Union soviétique, en octobre 1991, la fragmentation de cette entité l'obligea à organiser un référendum national approuvant l'indépendance. [30] Le 26 décembre 1991, l'Union soviétique a cessé d'exister. Niyazov a continué en tant que chef d'État du Turkménistan, remplaçant le communisme par une marque unique de nationalisme indépendant renforcé par un culte omniprésent de la personnalité . [30] Un référendum de 1994 et une loi en 1999 ont aboli les exigences supplémentaires pour le président de se présenter à une réélection (bien qu'en 1992, il ait complètement dominé la seule élection présidentielle à laquelle il s'est présenté, car il était le seul candidat et personne d'autre n'était autorisé à se présenter aux élections), ce qui en fait effectivement président à vie. [30] Au cours de son mandat, Niyazov a procédé à de fréquentes purges de fonctionnaires et a aboli des organisations jugées menaçantes. [30] Tout au long de l'ère post-soviétique, le Turkménistan a adopté une position neutre sur presque toutes les questions internationales. [30] Niyazov a évité l'adhésion à des organisations régionales telles que l' Organisation de coopération de Shanghai , et à la fin des années 1990, il a maintenu des relations avec les talibans et son principal adversaire en Afghanistan , l' Alliance du Nord . [30] Il a offert un soutien limité à la campagne militaire contre les talibans à la suite des attentats du 11 septembre 2001 .[30] En 2002, une tentative d'assassinat présumée contre Niyazov a conduit à une nouvelle vague de restrictions de sécurité, de renvois de fonctionnaires du gouvernement et de restrictions imposées aux médias. [30] Niyazov a accusé l'ancien ministre des Affaires étrangères en exil Boris Shikhmuradov d'avoir planifié l'attaque. [30]

Entre 2002 et 2004, de graves tensions ont éclaté entre le Turkménistan et l' Ouzbékistan en raison de différends bilatéraux et de l'implication de Niyazov selon laquelle l'Ouzbékistan avait joué un rôle dans la tentative d'assassinat de 2002. [30] En 2004, une série de traités bilatéraux ont rétabli des relations amicales. [30] Au cours des élections législatives de Décembre 2004 et Janvier 2005 , seule la partie de Niazov était représenté, et aucun des observateurs internationaux ont participé. [30] En 2005, Niyazov a exercé son pouvoir dictatorial en fermant tous les hôpitaux en dehors d' Ashgabat et toutes les bibliothèques rurales. [30]L'année 2006 a vu s'intensifier les tendances de changements politiques arbitraires, de remaniement des hauts fonctionnaires, de diminution de la production économique en dehors du secteur pétrolier et gazier et d'isolement des organisations régionales et mondiales. [30] La Chine était parmi les très rares nations auxquelles le Turkménistan a fait des ouvertures importantes. [30] La mort subite de Niyazov fin 2006 a laissé un vide complet du pouvoir, car son culte de la personnalité , comparable à celui de l'éternel président Kim Il-sung de Corée du Nord , avait exclu la nomination d'un successeur. [30] Le vice-Premier ministre Gurbanguly Berdimuhamedow , qui a été nommé chef du gouvernement par intérim, a remporté leélection présidentielle spéciale tenue début février 2007. [30] Sa nomination en tant que président intérimaire et sa candidature ultérieure à la présidence ont violé la constitution. [40] Berdimuhamedow a été réélu en 2012 avec 97 % des voix. [41] Lors de l' élection présidentielle turkmène de 2017, Berdimuhamedow a été réélu avec 97,27% des voix, à la suite d'une élection étroitement contrôlée et largement cérémonielle. [42]

Politique

Statue dorée de Saparmurat Niyazov au sommet du monument de la neutralité à Achgabat

Après plus d'un siècle d'appartenance à l' Empire russe puis à l' Union soviétique (dont 67 ans en tant que république unie), le Turkménistan a déclaré son indépendance le 27 octobre 1991, à la suite de la dissolution de l'Union soviétique . [43]

Saparmurat Niyazov , ancien responsable du Parti communiste de l'Union soviétique , a gouverné le Turkménistan de 1985, date à laquelle il est devenu chef du Parti communiste de la RSS de Turkménie , jusqu'à sa mort en 2006. Il a conservé le contrôle absolu sur le pays en tant que président après la dissolution de l'Union soviétique. Le 28 décembre 1999, Niyazov a été déclaré président à vie du Turkménistan par le Mejlis (parlement), qui avait lui-même pris ses fonctions une semaine plus tôt lors d'élections qui ne comprenaient que des candidats triés sur le volet par le président Niyazov. Aucun candidat de l'opposition n'a été autorisé.

Depuis la mort de Niyazov en décembre 2006, les dirigeants turkmènes ont tenté d'ouvrir le pays. Son successeur, le président Gurbanguly Berdimuhamedow , a abrogé certaines des politiques les plus singulières de Niyazov, notamment l'interdiction des opéras et des cirques parce qu'ils étaient « insuffisamment turkmènes » , bien que d'autres règles de ce type aient été mises en place plus tard, comme l'interdiction des voitures non blanches. [44] [45] Dans l'éducation, le gouvernement de Berdimuhamedow a augmenté l'éducation de base à dix ans de neuf ans et l'enseignement supérieur a été prolongé de quatre ans à cinq. Elle a également multiplié les contacts avec l'Occident, avide d'accéder aux richesses gazières du pays.

La politique du Turkménistan se déroule dans le cadre d' une république présidentielle , avec le président à la fois chef de l' Etat et chef du gouvernement . Sous Niazov, le Turkménistan avait un système de parti unique ; cependant, en septembre 2008, le Conseil populaire a adopté à l'unanimité une résolution adoptant une nouvelle Constitution . Cette dernière a entraîné la suppression du conseil et une augmentation significative de la taille du Parlement en décembre 2008 et permet également la formation de plusieurs partis politiques. [46]

L'ancien Parti communiste, désormais connu sous le nom de Parti démocratique du Turkménistan , est le parti dominant. Le deuxième parti, le Parti des industriels et des entrepreneurs, a été créé en août 2012. Les rassemblements politiques sont illégaux à moins d'être sanctionnés par le gouvernement. En 2013, les premières élections parlementaires multipartites ont eu lieu au Turkménistan. Le Turkménistan était un État à parti unique de 1991 à 2012 ; cependant, les élections de 2013 ont été largement considérées comme une simple façade. [47] Dans la pratique, tous les partis au parlement opèrent conjointement sous la direction du DPT. Il n'y a pas de véritables partis d'opposition au parlement turkmène. [48]

Législature

En septembre 2020, le Parlement turkmène a adopté un amendement constitutionnel créant une chambre haute et rendant ainsi le Parlement bicaméral. [49] La chambre haute s'appelle le Conseil du peuple ( Turkmène : Halk Maslahaty ) et se compose de 56 membres, dont 48 sont élus et 8 sont nommés par le président. Avec l'ancien parlement monocaméral, le Mejlis de 125 sièges , en tant que chambre basse, le Parlement s'appelle désormais le Conseil national ( turkmène : Milli Geňeş ). Les élections à la chambre haute ont eu lieu le 28 mars 2021. [50] [51] Élections au Mejlisont eu lieu pour la dernière fois le 25 mars 2018. [52] [53]

Les observateurs extérieurs considèrent la législature turkmène comme un parlement d' approbation . [52] [53] [54] La mission d'observation des élections de l' OSCE de 2018 a noté,

Il manquait aux élections du 25 mars d'importantes conditions préalables à un processus électoral véritablement démocratique. L'environnement politique n'est que nominalement pluraliste et n'offre pas d'alternatives politiques aux électeurs. L'exercice des libertés fondamentales est sévèrement restreint, ce qui entrave la libre expression de la volonté des électeurs. Malgré des mesures de transparence, l'intégrité des élections n'a pas été assurée, laissant planer le doute sur la véracité des résultats [55]

Corruption

L' indice de perception de la corruption 2020 de Transparency International place le Turkménistan à égalité avec le Congo, la Guinée-Bissau, le Burundi et l'Afghanistan à la 165e place mondiale, entre l'Irak et Haïti, avec un score de 19 sur 100. [56]

Les médias d'opposition et les organisations étrangères de défense des droits humains décrivent le Turkménistan comme souffrant d'une corruption généralisée. Une organisation non gouvernementale, Crude Accountability , a ouvertement qualifié l'économie du Turkménistan de kleptocratie . [57] L' opposition et les médias nationaux contrôlés par l'État ont décrit la corruption généralisée dans l'éducation et l'application de la loi. [58] [59] [60] [61] En 2019, le chef de la police nationale, le ministre de l'Intérieur Isgender Mulikov , a été condamné et emprisonné pour corruption. [62] [63] [64] [65] [66] [67] [68] [69] [70]En 2020, le vice-Premier ministre de l'Éducation et des Sciences, Pürli Agamyradow, a été démis de ses fonctions pour échec à contrôler la corruption dans l'éducation. [59]

L'adoption illégale de bébés abandonnés au Turkménistan est imputée à une corruption généralisée au sein des agences impliquées dans le processus d'adoption légale, ce qui pousse certains parents à choisir une option « moins chère et plus rapide ». [71] Un couple marié du district oriental de Farap a déclaré qu'il devait fournir des documents et des lettres de 40 agences différentes pour étayer sa demande d'adoption. Pourtant, trois ans plus tard, il n'y avait toujours pas de décision sur leur offre. Pendant ce temps, les candidats les plus riches de Farap ont reçu un enfant en vue d'une adoption légale dans les quatre mois suivant leur demande, car ils ont payé jusqu'à 50 000 manats (environ 14 300 $) en pots-de-vin. [71]

Judiciaire

Le pouvoir judiciaire au Turkménistan n'est pas indépendant. En vertu des articles 71 et 100 de la constitution du Turkménistan, le président nomme tous les juges, y compris le président (juge en chef) de la Cour suprême , et peut les révoquer avec le consentement du Parlement. [72] Les observateurs extérieurs considèrent la législature turkmène comme un parlement d' approbation , [52] [53] [54] et donc malgré les garanties constitutionnelles d'indépendance judiciaire en vertu des articles 98 et 99, le pouvoir judiciaire est de facto fermement sous contrôle présidentiel. [73] Le juge en chef est considéré comme un membre du pouvoir exécutif du gouvernement et siège auConseil de sécurité de l'État . [74] Le Département d'État américain a déclaré dans son rapport 2020 sur les droits de l'homme au Turkménistan,

Bien que la loi prévoie un pouvoir judiciaire indépendant, l'exécutif le contrôle et il est subordonné à l'exécutif. Il n'y a eu aucun examen législatif des nominations et révocations judiciaires du président. Le président était seul habilité à révoquer tout juge. Le système judiciaire était largement réputé pour être corrompu et inefficace. [75]

De nombreuses lois nationales du Turkménistan ont été publiées en ligne sur le site Web du ministère de la Justice. [76]

Relations étrangères

Le président Berdimuhamedov avec le président russe Vladimir Poutine , 2017

La déclaration du Turkménistan de « neutralité permanente » a été formellement reconnue par les Nations Unies en 1995. [77] L'ancien président Saparmurat Niyazov a déclaré que la neutralité empêcherait le Turkménistan de participer aux organisations de défense multinationales, mais autorise l' assistance militaire . Sa politique étrangère neutre occupe une place importante dans la constitution du pays . Le Turkménistan entretient des relations diplomatiques avec 139 pays, certains des alliés les plus importants étant l' Afghanistan , l' Arménie , l'Iran et la Russie. [78] Le Turkménistan est membre des Nations Unies , leFonds monétaire international , la Banque mondiale , l' Organisation de coopération économique , l' Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe , l' Organisation de la coopération islamique , la Banque islamique de développement , la Banque asiatique de développement , Banque européenne pour la reconstruction et le développement , l' Organisation pour l' alimentation et l' agriculture , et l' Organisation internationale de la culture turque .

Droits de l'homme

Le Turkménistan a été largement critiqué pour ses violations des droits humains et a imposé de sévères restrictions aux voyages à l'étranger pour ses citoyens. [21] [22] La discrimination contre les minorités ethniques du pays reste dans la pratique. Les universités ont été encouragées à rejeter les candidats portant des noms de famille non turkmènes, en particulier les Russes ethniques. [79] Il est interdit d'enseigner les coutumes et la langue des Baloutches , une minorité ethnique. [80] La même chose arrive aux Ouzbeks, bien que la langue ouzbek ait été autrefois enseignée dans certaines écoles nationales. [80]

Selon Human Rights Watch , « le Turkménistan reste l'un des pays les plus répressifs au monde. Le pays est pratiquement fermé à un examen indépendant, les libertés des médias et de religion sont soumises à des restrictions draconiennes, et les défenseurs des droits humains et autres militants sont constamment menacés de représailles du gouvernement. ." [81]

Selon le Classement mondial de la liberté de la presse 2014 de Reporters sans frontières , le Turkménistan affichait la 3e pire condition de liberté de la presse au monde (178/180 pays), juste devant la Corée du Nord et l' Érythrée . [82] Il est considéré comme l'un des "10 pays les plus censurés". Chaque émission sous Niyazov a commencé par un engagement que la langue du diffuseur se ratatinera s'il calomnie le pays, le drapeau ou le président. [83]

Les minorités religieuses sont discriminées pour objection de conscience et pratique de leur religion par l'emprisonnement, l'interdiction de voyager à l'étranger, la confiscation d'exemplaires de la littérature chrétienne ou la diffamation. [75] [84] [85] [86] De nombreux détenus qui ont été arrêtés pour avoir exercé leur liberté de religion ou de conviction ont été torturés puis condamnés à des peines d'emprisonnement, beaucoup d'entre eux sans décision de justice. [87] [88] Les actes homosexuels sont illégaux au Turkménistan. [89]

Restrictions sur la communication libre et ouverte

Malgré le lancement du premier satellite de communication du Turkménistan , le TurkmenSat 1 , en avril 2015, le gouvernement turkmène a interdit toutes les antennes paraboliques au Turkménistan le même mois. La déclaration publiée par le gouvernement indiquait que toutes les antennes paraboliques existantes devraient être retirées ou détruites - bien que les antennes de réception des communications aient été légalement installées depuis 1995 - dans un effort du gouvernement pour bloquer complètement l'accès de la population à de nombreuses "centaines de médias internationaux indépendants" qui ne sont actuellement accessibles dans le pays que par le biais d'antennes paraboliques, y compris toutes les principales chaînes d'information internationales dans différentes langues. La cible principale de cette campagne est Radio Azatlyk, le service en langue turkmène de Radio Free Europe/Radio Liberty (qui est géré par le gouvernement américain). [90]

L'accès à Internet est filtré et les sites Web auxquels le gouvernement s'oppose sont bloqués. Les sites Web bloqués comprennent les médias d'information de l'opposition, YouTube, de nombreux médias sociaux, dont Facebook, et les applications de communication cryptées. L'utilisation de réseaux privés virtuels pour contourner la censure est interdite. [91] [92] [93]

Géographie

Topographie du Turkménistan

Avec 488 100 km 2 (188 500 milles carrés), le Turkménistan est le 52e plus grand pays du monde. Il est légèrement plus petit que l' Espagne et plus grand que le Cameroun . Elle se situe entre les latitudes 35° et 43° N , et les longitudes 52° et 67° E . Plus de 80% du pays est couvert par le désert de Karakoum . Le centre du pays est dominé par la dépression de Turan et le désert de Karakoum. Topographiquement, le Turkménistan est délimité par le plateau Oustiourt au nord, la Kopet Dag Range au sud, le plateau Paropamyz, la chaîne Koytendag à l'est, lala vallée de l' Amou-Daria et la mer Caspienne à l'ouest. [94] Le Turkménistan comprend trois régions tectoniques, la région de la plate-forme Epigersin, la région de retrait alpin et la région d'orogenèse Epiplatform. [94] La région tectonique alpine est l'épicentre des tremblements de terre au Turkménistan. De forts tremblements de terre se sont produits dans la chaîne de Kopet Dag en 1869, 1893, 1895, 1929, 1948 et 1994. La ville d'Achgabat et les villages environnants ont été en grande partie détruits par le tremblement de terre de 1948 . [94]

Le Kopet Dag Range , le long de la frontière sud - ouest, atteint 2,912 mètres (9,554 pieds ) à Kuh-e Rizeh (Mont Rizeh). [95]

La chaîne du Grand Balkhan à l'ouest du pays ( province des Balkans ) et la chaîne de Köýtendag à la frontière sud-est avec l'Ouzbékistan ( province de Lebap ) sont les seules autres élévations significatives. La chaîne du Grand Balkhan culmine à 1 880 mètres (6 170 pieds) au mont Arlan [96] et le plus haut sommet du Turkménistan est Ayrybaba dans la chaîne Kugitangtau – 3 137 mètres (10 292 pieds). [97] La chaîne de montagnes Kopet Dag forme la majeure partie de la frontière entre le Turkménistan et l'Iran.

Les principaux fleuves comprennent l' Amou-Daria , la rivière Murghab , la rivière Tejen et la rivière Atrek (Etrek) . Les affluents de l'Atrek comprennent la rivière Sumbar et la rivière Chandyr .

Le rivage turkmène le long de la mer Caspienne mesure 1 748 kilomètres (1 086 mi) de long. La mer Caspienne est entièrement enclavée, sans accès naturel à l'océan, bien que le canal Volga-Don permette un accès maritime vers et depuis la mer Noire .

Les grandes villes comprennent Aşgabat , Türkmenbaşy (anciennement Krasnovodsk), Balkanabat , Daşoguz , Türkmenabat et Mary .

Climat, biodiversité et environnement

Carte du Turkménistan de la classification climatique de Köppen

Le Turkménistan se trouve dans une zone désertique tempérée avec un climat continental sec. Éloigné de la mer ouverte, avec des chaînes de montagnes au sud et au sud-est, le climat du Turkménistan se caractérise par de faibles précipitations, une faible nébulosité et une forte évaporation. L'absence de montagnes au nord permet à l'air froid de l'Arctique de pénétrer vers le sud jusqu'aux chaînes de montagnes du sud, qui à leur tour bloquent l'air chaud et humide de l'océan Indien. Les pluies hivernales et printanières limitées sont attribuables à l'air humide de l'ouest, provenant de l'océan Atlantique et de la mer Méditerranée. [94] Les hivers sont doux et secs, la plupart des précipitations tombant entre janvier et mai. La chaîne de Kopet Dag reçoit le plus haut niveau de précipitations.

Le désert de Karakoum est l'un des déserts les plus secs au monde ; certains endroits ont des précipitations annuelles moyennes de seulement 12 mm (0,47 po). La température la plus élevée enregistrée à Achgabat est de 48,0  °C (118,4  °F ) et Kerki , une ville de l'intérieur des terres située sur les rives de la rivière Amou-Daria , a enregistré 51,7 °C (125,1 °F) en juillet 1983, bien que cette valeur ne soit pas officielle. . 50,1 °C (122 °F) est la température la plus élevée enregistrée dans la réserve de Repetek , reconnue comme la température la plus élevée jamais enregistrée dans toute l'ex-Union soviétique. [98] Le Turkménistan bénéficie de 235 à 240 jours de soleil par an. Le nombre moyen de degrés-joursvarie de 4500 à 5000 Celsius, suffisant pour la production de coton à fibres extra longues. [94]

Le Turkménistan contient sept écorégions terrestres : la steppe d'Alai-Western Tian Shan , les forêts et steppes forestières de Kopet Dag , le semi-désert de Badghyz et de Karabil , le désert des basses terres de la Caspienne , les forêts riveraines d'Asie centrale , le désert méridional d'Asie centrale et le semi-désert de Kopet Dag . [99]

Les émissions de gaz à effet de serre du Turkménistan par personne (17,5 tCO2e) sont considérablement plus élevées que la moyenne de l'OCDE : principalement en raison de l'infiltration de gaz naturel provenant de l'exploration pétrolière et gazière. [100]

Divisions administratives

Le Turkménistan est divisé en cinq provinces ou welayatlar (singulier welayat ) et un district de la capitale. Les provinces sont subdivisées en districts ( etraplar , sing. etrap ), qui peuvent être des comtés ou des villes. Selon la Constitution du Turkménistan (article 16 de la Constitution de 2008, article 47 de la Constitution de 1992), certaines villes peuvent avoir le statut de welaýat (province) ou d' etrap (district).

Balkan ProvinceDasoguz ProvinceAhal ProvinceLebap ProvinceMary ProvinceA clickable map of Turkmenistan exhibiting its provinces.
About this image
Division ISO 3166-2 Capitale Zone [101] Pop (2005) [101] Clé
Ville d'Achgabat TM-S Achgabat 470 km 2 (180 milles carrés) 871 500
Province d'Ahal TM-A Un nouveau 97 160 km 2 (37 510 milles carrés) 939 700 1
Province des Balkans TM-B Balkanabat  139 270 km 2 (53 770 milles carrés) 553 500 2
Province de Daşoguz TM-D Daşoguz 73 430 km 2 (28 350 milles carrés) 1 370 400 3
Province de Lébap TM-L Türkmenabat 93 730 km 2 (36 190 milles carrés) 1 334 500 4
Province Marie TM-M Marie 87 150 km 2 (33 650 milles carrés) 1 480 400 5

Économie

Une représentation proportionnelle des exportations du Turkménistan, 2019

Le pays possède les quatrièmes réserves mondiales de gaz naturel et d'importantes ressources pétrolières. [102]

Le Turkménistan a adopté une approche prudente de la réforme économique, espérant utiliser les ventes de gaz et de coton pour soutenir son économie. En 2014, le taux de chômage était estimé à 11 %. [5]

Entre 1998 et 2002, le Turkménistan a souffert de l'absence persistante de routes d' exportation adéquates pour le gaz naturel et d'obligations sur une dette extérieure à court terme considérable . Dans le même temps, cependant, la valeur des exportations totales a fortement augmenté en raison de la hausse des prix internationaux du pétrole et du gaz. L'effondrement ultérieur des prix des hydrocarbures et du coton en 2014 a considérablement réduit les revenus des ventes à l'exportation, entraînant le Turkménistan à enregistrer des déficits commerciaux de 2015 à 2017. [103] Les perspectives économiques dans un avenir proche sont décourageantes en raison de la pauvreté interne généralisée et du fardeau des capitaux étrangers. dette, [104] couplée à des prix des hydrocarbures toujours bas et à une réduction des achats chinois de gaz naturel. [105][106] Un reflet du stress économique est le taux de change du marché noir pour le manat turkmène, qui, bien qu'officiellement fixé à 3,5 manat pour un dollar américain, se négociait en janvier 2021 à 32 manat pour un dollar. [107]

Le président Niyazov a dépensé une grande partie des revenus du pays pour rénover en profondeur les villes, Achgabat en particulier. Les organismes de surveillance de la corruption ont fait part de leurs préoccupations concernant la gestion des réserves de change du Turkménistan, dont la plupart sont détenues dans des fonds hors budget tels que le Fonds de réserve de change de la Deutsche Bank à Francfort , selon un rapport publié en avril 2006 par un organisme non basé à Londres. -organisation gouvernementale Global Witness .

Selon un décret du Conseil populaire du 14 août 2003, [108] l' électricité , le gaz naturel , l' eau et le sel devaient être subventionnés pour les citoyens jusqu'en 2030. En vertu des règlements d'application, chaque citoyen avait droit à 35 kilowattheures d'électricité et 50 mètres cubes de gaz naturel chaque mois. L'État a également fourni 250 litres (66 gallons) d'eau par jour. [109] Cependant, depuis le 1er janvier 2019, toutes ces subventions ont été supprimées et le paiement des services publics a été mis en œuvre. [110] [111] [112] [113]

Gaz naturel et routes d'exportation

Cérémonie d'achèvement de la section turkmène de l' oléoduc Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde .

En mai 2011 , le champ gazier de Galkynysh possédait le deuxième plus grand volume de gaz au monde, après le champ de South Pars dans le golfe Persique. Les réserves du gisement de gaz de Galkynysh sont estimées à environ 21 200 milliards de mètres cubes. [114] La Compagnie du gaz naturel du Turkménistan ( Türkmengaz ) contrôle l'extraction de gaz dans le pays. La production de gaz est le secteur le plus dynamique et le plus prometteur de l'économie nationale. [115] En 2009, le gouvernement du Turkménistan a engagé une politique de diversification des routes d'exportation de ses matières premières. [116]

Avant 1958, la production de gaz était limitée au gaz associé provenant de puits de pétrole dans l'ouest du Turkménistan. En 1958, les premiers puits de gaz sont forés à Serhetabat (alors Kushky) et à Derweze. [94] Des gisements de pétrole et de gaz ont été découverts dans le désert central du Karakoum entre 1959 et 1965. En plus de Derweze, ceux-ci incluent Takyr, Shyh, Chaljulba, Topjulba, Chemmerli, Atabay, Sakarchage, Atasary, Mydar, Goyun et Zakli. Ces champs sont situés dans les sédiments du Jurassique et du Crétacé. [94]L'industrie gazière turkmène a démarré avec l'ouverture du champ de gaz d'Ojak en 1966. Pour mettre cela en perspective, la production de gaz associé au Turkménistan n'était que de 1,157 milliard de mètres cubes en 1965, mais en 1970 la production de gaz naturel a atteint 13 milliards de mètres cubes, et en 1989, 90 milliards de mètres cubes. L'URSS a exporté une grande partie de ce gaz vers l'Europe occidentale. Après l'indépendance, l'extraction de gaz naturel a chuté alors que le Turkménistan cherchait des marchés d'exportation, mais s'est limitée aux infrastructures de livraison existantes sous contrôle russe : Turkménistan-Russie sur deux lignes (3087 km, partant d'Ojak, et une autre de 2 259 km, partant également d'Ojak) ; la ligne Gumdag (2530 km) ; et la ligne Shatlyk (2644 km) vers la Russie, l'Ukraine et le Caucase. [94] Le 1er janvier 2016, la Russie a suspendu ses achats de gaz naturel au Turkménistan après les avoir réduits progressivement les années précédentes. [117] Le russe Gazprom a annoncé la reprise des achats en avril 2019, mais les volumes déclarés sont restés faibles par rapport aux niveaux de livraison précédents. [118]

En 1997, le gazoduc Korpeje-Gurtguy a été construit vers l' Iran . Long de 140 kilomètres, il a été le premier gazoduc à destination d'un client étranger construit après l'indépendance. [94] Les exportations de gaz naturel du Turkménistan vers l'Iran, estimées à environ 12 bcma, ont pris fin le 1er janvier 2017, lorsque Turkmengaz a unilatéralement interrompu les livraisons, invoquant des arriérés de paiement. [119] [120]

En décembre 2009, la première ligne, la ligne A, du gazoduc Trans-Asia vers la Chine a été ouverte, créant un deuxième marché important pour le gaz naturel turkmène. En 2015, le Turkménistan livrait jusqu'à 35 milliards de mètres cubes par an (bcma) à la Chine. [121] La Chine est le plus gros acheteur de gaz du Turkménistan, via trois gazoducs reliant les deux pays via l'Ouzbékistan et le Kazakhstan. En 2019, la Chine a acheté plus de 30 milliards de m3 de gaz au Turkménistan, [122] [123] faisant de la Chine la principale source externe de revenus du Turkménistan. [124]

Le gazoduc est -ouest a été achevé en décembre 2015, avec l'intention de livrer jusqu'à 30 milliards de m3 de gaz naturel à la côte caspienne pour une éventuelle exportation via un gazoduc transcaspien encore à construire reliant le Belek-1 station de compression du Turkménistan vers l'Azerbaïdjan.

Le gouvernement turkmène continue de poursuivre la construction du pipeline Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde , ou TAPI. [125] Le coût prévu du pipeline TAPI est actuellement estimé à 25 milliards de dollars. La section turkmène de l'oléoduc a commencé en 2015 et s'est achevée en 2019, bien que les sections afghane et pakistanaise restent en construction.

Huile

Plate - forme pétrolière du Turkménistan en mer Caspienne .

Le pétrole était connu pour exister dans l'ouest du Turkménistan dès le 18ème siècle. Le général Aleksey Kuropatkin a rapporté en 1879 que la péninsule de Cheleken avait jusqu'à trois mille sources de pétrole. [126] Les colons turkmènes du XIXe siècle ont extrait du pétrole près de la surface et l'ont expédié à Astrakhan par bateau et à l'Iran par caravane de chameaux. Le forage pétrolier commercial a commencé dans les années 1890. L'industrie de l'extraction pétrolière s'est développée avec l'exploitation des champs de Cheleken en 1909 (par Branobel) et à Balkanabat dans les années 1930. La production a fait un bond en avant avec la découverte du champ de Gumdag en 1948 et du champ de Goturdepe en 1959. En 1940, la production avait atteint deux millions de tonnes par an, en 1960 plus de quatre millions de tonnes et en 1970 plus de 14 millions de tonnes. La production de pétrole en 2019 était de 9,8 millions de tonnes. [94] [103]

Les puits de pétrole se trouvent principalement dans les basses terres de l'ouest. Cette zone produit également du gaz naturel associé. Les principaux gisements de pétrole sont Cheleken, Gonurdepe, Nebitdag, Gumdag, Barsagelmez, Guyujyk, Gyzylgum, Ordekli, Gogerendag, Gamyshlyja, Ekerem, Chekishler, Keymir, Ekizek et Bugdayly. Le pétrole est également produit à partir de puits offshore dans la mer Caspienne. [94] La majeure partie du pétrole est extraite par la Compagnie d'État du Turkménistan (Concern) Türkmennebit des champs de Goturdepe, Balkanabat et de la péninsule de Cheleken près de la mer Caspienne, qui ont une réserve combinée estimée à 700 millions de tonnes. Une grande partie du pétrole produit au Turkménistan est raffinée dans les Turkmenbachy et Seydiraffineries. Une partie du pétrole est exportée par navire-citerne à travers la mer Caspienne en route vers l'Europe via Bakou et Makhatchkala . [127] [128] [129] Les entreprises étrangères impliquées dans l'extraction pétrolière offshore comprennent Eni SpA d'Italie, Dragon Oil des Émirats arabes unis et Petronas de Malaisie.

On 21 January 2021, the governments of Azerbaijan and Turkmenistan signed a memorandum of understanding to develop jointly an oil field in the Caspian Sea that straddles the nations' border. Known previously as Kyapaz in Azeri and Serdar in Turkmen, the oil field, now called Dostluk ("friendship" in both languages), potentially has reserves of up to 60 million tons of oil as well as associated natural gas.[130][131][132]

Energy

The generators of the Hindukush hydro power plant

La première centrale électrique du Turkménistan a été construite en 1909 et est entrée en service en 1913. En 2019, elle était toujours en service. La centrale hydroélectrique originale à triple turbine de Hindukush, construite par la société austro-hongroise Ganz Works [133] sur la rivière Murghab, a été conçue pour produire 1,2 mégawatt à 16,5 kilovolts. [134] [135] Jusqu'en 1957, cependant, la plupart de l'énergie électrique au Turkménistan était produite localement par de petits générateurs diesel et des locomotives diesel-électriques. [135]

In 1957 Soviet authorities created a republic-level directorate for power generation, and in 1966 Turkmenistan entered the first phase of connecting its remote regions to the regional Central Asian electrical grid. By 1979 all rural areas of Turkmenistan were brought on line. Construction of the Mary thermal power plant began in 1969, and by 1987 the eighth and final generator block was completed, bringing the plant to its design capacity of 1.686 gigawatts. In 1998 Turkmenenergo commissioned its first gas-turbine power plant, using GE turbines.[135]

En 2010, le Turkménistan comptait huit grandes centrales électriques fonctionnant au gaz naturel, à Mary , Ashgabat , Balkanabat , Buzmeyin (banlieue d'Ashgabat), Dashoguz , Turkmenbashy , Turkmenabat et Seydi. [94] En 2013, le Turkménistan comptait 10 centrales électriques équipées de 32 turbines, dont 14 à vapeur, 15 à gaz et 3 hydroélectriques. [136] La production d'électricité en 2011 était de 18,27 milliards de kWh, dont 2,5 milliards de kWh ont été exportés. [136] Les principales installations de production d'électricité comprennent la centrale hydroélectrique de Hindukush, [137]qui a une capacité nominale de 350 mégawatts, et la Mary Thermoelectric Power Station, [138] qui a une capacité nominale de 1 370 mégawatts. En 2018, la production d'électricité s'élevait à plus de 21 milliards de kilowattheures. [139]

Depuis 2013, des centrales électriques supplémentaires ont été construites dans les provinces de Mary et Ahal et dans le district de Çärjew de la province de Lebap . La centrale électrique à cycle combiné Mary-3, construite par Çalık Holding avec des turbines GE , mise en service en 2018, produit 1,574 gigawatts d'énergie électrique et est spécifiquement destinée à soutenir l'expansion des exportations d'électricité vers l'Afghanistan et le Pakistan. La centrale électrique de Zerger construite par Sumitomo , Mitsubishi , Hitachi et Rönesans Holding dans le district de Çärjewa une capacité nominale de 432 mégawatts provenant de trois turbines à gaz de 144 mégawatts et a été mise en service en septembre 2021. [140] Il est également principalement destiné à l'exportation d'électricité. La centrale électrique d'Ahal, d'une capacité de 650 mégawatts, a été construite pour alimenter la ville d'Achgabat et en particulier le village olympique. [141] [142] [143] [144]

Le Turkménistan est un exportateur net d'électricité vers les républiques d'Asie centrale et les voisins du sud. En 2019, la production totale d'énergie électrique au Turkménistan aurait totalisé 22 521,6 millions de kilowattheures (22,52 térawattheures). [145]

Agriculture

Après l'indépendance en 1991, les fermes collectives et d' État de l' ère soviétique ont été converties en « associations d'agriculteurs » ( turkmène : daýhan birleşigi ). [94] Pratiquement toutes les grandes cultures sont irriguées en raison de l'aridité du climat. La principale culture en termes de superficie plantée est le blé (761 mille hectares en 2019), suivi du coton (551 mille hectares en 2019). [103]

Le Turkménistan est le dixième producteur mondial de coton. [146] Le Turkménistan a commencé à produire du coton dans la vallée de Murghab après la conquête de Merv par l' empire russe en 1884. [147] Selon les organisations de défense des droits humains, les travailleurs du secteur public, tels que les enseignants et les médecins, sont tenus par le gouvernement la menace de perdre leur emploi s'ils refusent. [148]

Au cours de la saison 2020, le Turkménistan aurait produit environ 1,5 million de tonnes de coton brut. En 2012, environ 7 000 tracteurs, 5 000 cultivateurs de coton, 2 200 semoirs et autres machines, principalement achetés en Biélorussie et aux États-Unis, ont été utilisés. Avant l'imposition d'une interdiction d'exporter du coton brut en octobre 2018, le Turkménistan exportait du coton brut vers la Russie, l'Iran, la Corée du Sud, le Royaume-Uni, la Chine, l'Indonésie, la Turquie, l'Ukraine, Singapour et les États baltes . À partir de 2019, le gouvernement turkmène s'est concentré sur l'exportation de fils de coton et de textiles et vêtements finis. [149] [150] [151]

Tourisme

Panorama du site du cratère de gaz Darvaza

Le Turkménistan a signalé l'arrivée de 14 438 touristes étrangers en 2019. [103] Le tourisme international du Turkménistan n'a pas augmenté de manière significative malgré la création de la zone touristique d' Awaza sur la mer Caspienne . [152] Chaque voyageur doit obtenir un visa avant d'entrer au Turkménistan (voir la politique des visas du Turkménistan ). Pour obtenir un visa touristique, les citoyens de la plupart des pays ont besoin de l'aide d'une agence de voyage locale pour obtenir un visa. Pour les touristes visitant le Turkménistan, des circuits organisés existent proposant des visites de sites historiques à Daşoguz et à proximité , Konye-Urgench , Nisa , Ancient Merv et Mary., as well as beach tours to Avaza and medical tours and holidays in the sanatoria in Mollagara, Bayramaly, Ýylysuw and Archman.[153][154][155]


Transportation

Automobile transport

Avant la révolution russe de 1917 , seules trois automobiles existaient au Turkménistan, toutes des modèles étrangers à Achgabat. Aucune route automobile n'existait entre les colonies. Après la révolution, les autorités soviétiques ont nivelé des routes de terre pour relier Mary et Kushky (Serhetabat), Tejen et Sarahs, Kyzyl-Arvat (Serdar) avec Garrygala (Magtymguly) et Chekishler, c'est-à-dire avec d'importants postes frontaliers. En 1887-1888, la Gaudan Highway ( russe : Гауданское шоссе ) a été construite entre Achgabat et la frontière persane au col de Gaudan, et les autorités perses l'ont étendue à Mashhad, permettant des relations commerciales plus aisées. Le service de bus municipal a commencé à Achgabat en 1925 avec cinq itinéraires, et le service de taxi a commencé en 1938 avec cinq véhicules. Le réseau routier a été étendu dans les années 1970 avec la construction d'autoroutes au niveau de la république reliant Achgabat et Kazanjyk (Bereket), Achgabat et Bayramaly, Nebit Dag (Balkanabat) et Krasnovodsk (Turkmenbashy), Çärjew (Turkmenabat) et Kerki, et Mary et Kushka ( Serhetabat). [156]

The primary west–east motor route is the M37 highway linking the Turkmenbashy International Seaport to the Farap border crossing via Ashgabat, Mary, and Turkmenabat. The primary north–south route is the Ashgabat-Dashoguz Automobile Road (Turkmen: Aşgabat-Daşoguz awtomobil ýoly), built in the 2000s. Major international routes include European route E003, European route E60, European route E121, and Asian Highway (AH) routes AH5, AH70, AH75, AH77, and AH78.[157]

Une nouvelle autoroute à péage est en construction entre Achgabat et Turkmenabat par la société "Turkmen Awtoban", qui construira l'autoroute de 600 km en trois phases : Achgabat-Tejen d'ici décembre 2020, Tejen-Mary d'ici décembre 2022 et Mary-Turkmenabat d'ici décembre 2023 Un projet jumeau visant à relier Turkmenbachy et Achgabat a été suspendu lorsque l'entrepreneur turc Polimeks s'est retiré du projet, apparemment pour non-paiement. [158]

Depuis le 29 janvier 2019, la société d'État turkmène des routes automobiles ( Turkmène : Türkmenawtoýollary ) a été subordonnée par décret présidentiel au ministère de la Construction et de l'Architecture, et la responsabilité de la construction et de l'entretien des routes a été transférée aux gouvernements provinciaux et municipaux. [159] [160] L'exploitation des autocars (bus) et des taxis relève de la responsabilité de l'Agence des services automobiles ( turkmène : Türkmenawtoulaglary Agentligi ) du ministère de l'Industrie et de la Communication. [161]

Transport aérien

Le service aérien a commencé en 1927 avec une route entre Çärjew (Turkmenabat) et Tashauz (Dashoguz), pilotant des avions allemands Junkers 13 et soviétiques K-4, chacun capable de transporter quatre passagers. En 1932, un aérodrome est construit à Achgabat sur le site des quartiers actuels de Howdan, à la fois pour les passagers et le fret, ce dernier principalement pour approvisionner les mines de soufre près de Derweze dans le désert de Karakoum. [162]

Les aéroports desservant les grandes villes d' Achgabat , Dashoguz , Mary , Turkmenabat et Turkmenbashy , qui sont exploités par la compagnie aérienne de l'autorité de l'aviation civile du Turkménistan, Türkmenhowaýollary, proposent un service aérien commercial intérieur régulier. [163] [164] Dans des circonstances normales, le service aérien commercial international régulier est limité à Achgabat. Pendant la pandémie de COVID-19, cependant, des vols internationaux décollent et atterrissent à Turkmenabat, où des installations de quarantaine ont été mises en place. [165] [166]

La compagnie nationale Turkmenistan Airlines est le seul transporteur aérien turkmène. La flotte de passagers de Turkmenistan Airlines est composée d' avions Boeing et Bombardier Aéronautique . [167] Le transport aérien transporte plus de deux mille passagers par jour dans le pays. [168] Dans des conditions normales, les vols internationaux transportent chaque année plus d'un demi-million de personnes à destination et en provenance du Turkménistan, et Turkmenistan Air propose des vols réguliers vers Moscou , Londres , Francfort , Birmingham , Bangkok , Delhi , Abu Dhabi , Amritsar ,Kiev , Lviv , Pékin , Istanbul , Minsk , Almaty , Tachkent et Saint-Pétersbourg .

Les petits aérodromes desservent des sites industriels à proximité d'autres villes, mais ne proposent pas de service commercial régulier de passagers. Les aérodromes prévus pour la modernisation et l'expansion comprennent ceux desservant Garabogaz , Jebel et Galaýmor . [169] [170] [171] [172] [173] Le nouvel aéroport international de Turkmenabat a été mis en service en février 2018. [174] En juin 2021, un aéroport international a été ouvert à Kerki .

Transport maritime

Travailleurs au service des transports maritimes et fluviaux du Turkménistan

Depuis 1962, le Turkmenbachy International Seaport exploite un ferry pour le port de Bakou , en Azerbaïdjan , ainsi que des ferries vers d'autres ports de la mer Caspienne (Bakou, Aktau ). Ces dernières années, le transport de pétrole par pétrolier vers les ports de Bakou et de Makhatchkala a augmenté.

En mai 2018, la construction d'une extension majeure du port maritime de Turkmenbashy a été achevée. [175] [176] Le coût du projet était de 1,5 milliard de dollars. L'entrepreneur général du projet était Gap Inşaat, une filiale de Çalık Holding de Turquie. L'expansion a ajouté 17 millions de tonnes de capacité annuelle, ce qui porte le débit total, y compris les installations existantes, à plus de 25 millions de tonnes par an. Les terminaux internationaux de ferry et de passagers pourront desservir 300 000 passagers et 75 000 véhicules par an, et le terminal à conteneurs est conçu pour traiter 400 000 EVP (équivalent conteneur 20 pieds) par an. [177] [178] [179]

Transport ferroviaire

Locomotive diesel turkmène

La première ligne de chemin de fer du Turkménistan a été construite en 1880, de la rive orientale de la mer Caspienne à Mollagara. En octobre 1881, la ligne fut prolongée jusqu'à Kyzyl-Arvat , en 1886 elle avait atteint Çärjew . En 1887, un pont ferroviaire en bois a été construit sur l' Amou-Daria et la ligne a été poursuivie jusqu'à Samarkand (1888) et Tachkent (1898). [180] Le service ferroviaire au Turkménistan a commencé dans le cadre du chemin de fer transcaspien de la Russie impériale , puis du chemin de fer d'Asie centrale. Après l' effondrement de l'URSS , le réseau ferroviaire du Turkménistan a été transféré et exploité par la société d'État Türkmendemirýollary. L'écartement du rail est le même que celui de la Russie (et de l'ex-soviétique) un à 1520 millimètres.

La longueur totale des voies ferrées est de 3181 km. Seul le service passagers intérieur est disponible, à l'exception des trains spéciaux exploités par les voyagistes. [181] Le chemin de fer transporte environ 5,5 millions de passagers et transporte près de 24 millions de tonnes de fret par an. [103] [182] [183]

Turkmen Railways construit actuellement une ligne de chemin de fer en Afghanistan pour relier Serhetabat à Herat . [184] Une fois terminé, il pourra se connecter à la ligne ferroviaire proposée pour relier Herat à Khaf , en Iran . [185]

Démographie

Turkmènes en costume folklorique lors du 20e défilé du jour de l'indépendance , 2011.

The last census to be published was held in 1995. Results of every census since then have been kept secret. Available figures indicate that most of Turkmenistan's citizens are ethnic Turkmens with sizeable minorities of Uzbeks and Russians. Smaller minorities include Kazakhs, Tatars, Ukrainians, Kurds (native to the Kopet Dagh mountains), Armenians, Azeris, Balochs and Pashtuns. The percentage of ethnic Russians in Turkmenistan dropped from 18.6% in 1939 to 9.5% in 1989. The La CIA World Factbook a estimé la composition ethnique du Turkménistan en 2003 à 85 % turkmène, 5 % ouzbek, 4 % russe et 6 % autre. [5] Selon les données officielles annoncées à Achgabat en février 2001 , 91 % de la population étaient turkmènes, 3 % étaient des Ouzbeks et 2 % étaient des Russes. Entre 1989 et 2001, le nombre de Turkmènes au Turkménistan a doublé (de 2,5 à 4,9 millions), tandis que le nombre de Russes a diminué des deux tiers (de 334 000 à un peu plus de 100 000). [186] [187] En 2021, le nombre de Russes au Turkménistan était estimé à environ 100 000. [188] Les médias de l'opposition ont rapporté que certains résultats du recensement de 2012 avaient été publiés subrepticement, y compris un nombre total de 4 751 120 habitants. Selon cette source, en 2012, 85,6% de la population était d'origine turkmène, suivi par 5,8% d'ethnie ouzbek et 5,1% d'ethnie russe. En revanche, une délégation officielle turkmène a rapporté à l' ONU en janvier 2015 des chiffres différents sur les minorités nationales, dont un peu moins de 9 % d'ethnie ouzbek, 2,2 % d'ethnie russe et 0,4 % d'ethnie kazakhe. Le recensement de 2012 aurait dénombré 58 nationalités différentes. [189] [190] [191]

Official population estimates of 6.2 million are likely too high, given known emigration trends.[192] Population growth has been offset by emigration in search of permanent employment.[193] In July 2021 opposition media reported, based on three independent anonymous sources, that the population of Turkmenistan was between 2.7 and 2.8 million.[194]

A once-in-a-decade national census will be taken in the year 2022 and will determine the size of the country's population.[195]

 
Largest cities or towns in Turkmenistan
Rank Name Province Pop.
Ashgabat
Ashgabat
Türkmenabat
Türkmenabat
1 Ashgabat Capital 947,221 Daşoguz
Daşoguz
Mary
Mary
2 Türkmenabat Lebap 279,765
3 Daşoguz Daşoguz 245,872
4 Mary Mary 126,141
5 Serdar Balkan 93,692
6 Baýramaly Mary 91,713
7 Balkanabat balkanique 90 149
8 Tejen Ahal 79 324
9 Türkmenbaşy balkanique 73 803
dix Magdaine Lebap 68 133

Migration

Sur la base des données des pays d'accueil, MeteoZhurnal a estimé qu'au moins 102 346 citoyens turkmènes ont émigré à l'étranger en 2019, 78% d'entre eux vers la Turquie, et 24 206 sont apparemment rentrés chez eux, pour un solde migratoire de 77 014. [193] Selon les résultats divulgués d'une enquête de 2018, entre 2008 et 2018, 1 879 413 citoyens turkmènes ont émigré de façon permanente sur une population de base estimée à 5,4 millions. [196] [197]

Tribus turkmènes

La nature tribale de la société turkmène est bien documentée. Les principales tribus turkmènes modernes sont les Teke , les Yomut , les Ersari , les Chowdur , les Gokleng et les Saryk. [198] [199] Les plus nombreux sont les Téké. [200]

Langues

Le turkmène est la langue officielle du Turkménistan (selon la Constitution de 1992 ), bien que le russe soit encore largement parlé dans les villes en tant que « langue de communication interethnique ». En 1999, le turkmène était parlé par 72 % de la population, le russe par 12 % (349 000), l' ouzbek par 9 % [5] (317 000) et d'autres langues par 7 % ( kazakh (88 000), tatar (40 400), ukrainien (37 118), azerbaïdjanais (33 000), arménien (32 000), kurde du Nord (20 000), lezgien (10 400), persan (8 000),Biélorusse (5 290), Erzya (3 490), Coréen (3 490), Bachkir (2 610), Karakalpak (2 540), Ossétique (1 890), Dargwa (1 600), Lak (1 590), Tadjik (1 280), Géorgien (1 050), Lituanien (224), Tabasaran (180), Dungan ). [201]

Religion

Mosquée d'Achgabat, 2013

According to the CIA World Factbook, Muslims constitute 93% of the population while 6% of the population are followers of the Eastern Orthodox Church and the remaining 1% religion is reported as non-religious.[5] According to a 2009 Pew Research Center report, 93.1% of Turkmenistan's population is Muslim.[202]

The first migrants were sent as missionaries and often were adopted as patriarchs of particular clans or tribal groups, thereby becoming their "founders." Reformulation of communal identity around such figures accounts for one of the highly localized developments of Islamic practice in Turkmenistan.[203]

In the Soviet era, all religious beliefs were attacked by the communist authorities as superstition and "vestiges of the past." Most religious schooling and religious observance were banned, and the vast majority of mosques were closed. However, since 1990, efforts have been made to regain some of the cultural heritage lost under Soviet rule.[204]

L'ancien président Saparmurat Niyazov a ordonné que les principes islamiques de base soient enseignés dans les écoles publiques. D'autres institutions religieuses, y compris des écoles religieuses et des mosquées, sont apparues, beaucoup avec le soutien de l' Arabie saoudite , du Koweït et de la Turquie . Sous Niyazov, des cours de religion ont eu lieu dans les écoles et les mosquées, avec un enseignement de la langue arabe , du Coran et des hadiths , et de l'histoire de l'Islam. [205] À l'heure actuelle, le seul établissement d'enseignement enseignant la religion est la faculté de théologie de l'Université d'État turkmène .

Le président Niyazov a écrit son propre texte religieux, publié en volumes séparés en 2001 et 2004, intitulé le Ruhnama ("Livre de l'âme"). Le régime turkmène exigeait que le livre, qui constituait la base du système éducatif au Turkménistan, reçoive le même statut que le Coran (les mosquées devaient exposer les deux livres côte à côte). Le livre a été fortement promu dans le cadre du culte de la personnalité de l'ancien président, et la connaissance du Ruhnama était nécessaire même pour obtenir un permis de conduire. [206] Des citations du Ruhnama sont inscrites sur les murs de la mosquée Türkmenbaşy Ruhy , que de nombreux musulmans considèrent comme un sacrilège. [207]

La plupart des chrétiens du Turkménistan appartiennent à l'orthodoxie orientale (environ 5% de la population). [208] Il existe 12 églises orthodoxes russes au Turkménistan, dont quatre à Achgabat . [209] Un archiprêtre résidant à Achgabat dirige l'Église orthodoxe dans le pays. Jusqu'en 2007, le Turkménistan relevait de la juridiction religieuse de l'archevêque orthodoxe russe de Tachkent , en Ouzbékistan , mais depuis lors, il est subordonné à l'archevêque de Piatigorsk et de Tcherkessie . [210] Il n'y a pas de séminaires orthodoxes russes au Turkménistan.

There are also small communities of the following denominations: the Armenian Apostolic Church, the Roman Catholic Church, Pentecostal Christians, the Protestant Word of Life Church, the Greater Grace World Outreach Church, the New Apostolic Church, Jehovah's Witnesses, Jews, and several unaffiliated, nondenominational evangelical Christian groups. In addition, there are small communities of Baháʼís, Baptists, Seventh-day Adventists, and Hare Krishnas.[84]

The history of Baháʼí Faith in Turkmenistan is as old as the religion itself, and Baháʼí communities still exist today.[211] The first Baháʼí House of Worship was built in Ashgabat at the beginning of the twentieth century. It was seized by the Soviets in the 1920s and converted to an art gallery. It was heavily damaged in the earthquake of 1948 and later demolished. The site was converted to a public park.[212]

The Russian Academy of Sciences has identified many instances of syncretic influence of pre-Islamic Turkic belief systems on practice of Islam among Turkmen.[213]

Culture

Turkmen bakshy - traditional musicians - historicall are traveling singers and shamans, acting as healers and spiritual figures, providing music for celebrations of weddings, births, and other important life events.

The Turkmen people have traditionally been nomads and equestrians, and even today after the fall of the USSR attempts to urbanize the Turkmens have not been very successful.[214] They never really formed a coherent nation or ethnic group until they were forged into one by Joseph Stalin in the 1930s. Rather they are divided into clans, and each clan has its own dialect and style of dress.[215] Turkmens are famous for making knotted Turkmen carpets, often mistakenly called Bukhara rugs in the West. These are elaborate and colorful hand-knotted carpets, and these too help indicate the distinctions among the various Turkmen clans. Ethnic groups throughout the region build yurts, a circular houses with dome roofs, made of a wooden frame covered in felt from the hides of sheep or other livestock. Horses are an essential ingredient of recreational activities in most of the region, in such games as horseback fighting, in which riders grapple to topple each other from their horses; horse racing.[216]

A Turkmen man wear traditional "telpek" hats, which are large black or white sheepskin hats that resemble afros. Traditional dress for men consists of high, shaggy sheepskin hats and red robes over white shirts. Women wear long sack-dresses over narrow trousers (the pants are trimmed with a band of embroidery at the ankle). Female headdresses usually consist of silver jewelry. Bracelets and brooches are set with semi-precious stones.

Mass media

Les journaux et les magazines mensuels sont publiés par des organes de presse contrôlés par l'État, principalement en turkmène . Le quotidien officiel est publié à la fois en turkmène ( Türkmenistan ) [217] et en russe ( Нейтральный Туркменистан ) . [218] Deux portails d'information en ligne reprennent le contenu officiel, Turkmenportal et Parahat.info, [219] en plus du site Web d'information officiel de « l'âge d'or » ( turkmène : Altyn Asyr , russe : Золотой век ), [220] which is available in Turkmen, Russian, and English. Two Ashgabat-based private news organizations, Infoabad[221] and Arzuw,[222] offer online content.

Articles published by the state-controlled newspapers are heavily censored and written to glorify the state and its leader. Uncensored press coverage specific to Turkmenistan is provided only by news organizations located outside Turkmenistan: Azatlyk Radiosy,[223] the Turkmen service of Radio Free Europe/Radio Liberty based in Prague; Chronicles of Turkmenistan,[224] the Vienna-based outlet of the Turkmen Initiative for Human Rights; Turkmen.news,[225] previously known as Alternative News of Turkmenistan, based in the Netherlands; and Gündogar.[226] In addition, Mediazona Central Asia,[227] Eurasianet[228] and Central Asia News[229] provide some reporting on events in Turkmenistan.

Turkmenistan currently broadcasts 7 national TV channels via satellite. They are Altyn Asyr, Ýaşlyk, Miras, Turkmenistan (in 7 languages), Türkmen Owazy (music), Aşgabat and Turkmenistan Sport. There are no commercial or private TV stations. The nightly official news broadcast, Watan (Homeland), is available on YouTube.[230]

External video
video icon Example of Turkmenistan TV News[231]
video icon Turkmen President celebrates Independence Day[232]

Although officially banned,[90] widespread use of satellite dish receivers allows access to foreign programming, particularly outside Ashgabat.[233] Due to the high mutual intelligibility of the Turkmen and Turkish languages, Turkish-language programs have grown in popularity despite official efforts to discourage viewership.[234][235][236][237]

Internet services are the least developed in Central Asia. Access to Internet services is provided by the government's ISP company, Turkmentelekom. As of 27 January 2021, Turkmenistan reported an estimated 1,265,794 internet users or roughly 21% of the total population.[238][5][239]

Holidays

Holidays in Turkmenistan are laid out in the Constitution of Turkmenistan, Holidays in Turkmenistan practiced internationally include New Year's Day, Nowruz, Eid al-Fitr, and Eid al-Adha. Turkmenistan exclusive holidays include Melon Day, Turkmen Woman's Day, and the Day of Remembrance for Saparmurat Niyazov.

Education

Turkmeni students in university uniform

Education is universal and mandatory through the secondary level. Under former President Niyazov, the total duration of primary and secondary education was reduced from 10 to 9 years. President Berdimuhamedov restored 10-year education as of the 2007–2008 school year. Effective 2013, secondary general education in Turkmenistan was expanded to three-stages lasting 12 years: elementary school (grades 1–3), high school – the first cycle of secondary education with duration of 5 years (grades 4–8), and secondary school (grades 9–12).[240][241]

At the end of the 2019–20 academic year, nearly 80,000 Turkmen pupils graduated from high school.[242] As of the 2019–20 academic year, 12,242 of these students were admitted to institutions of higher education in Turkmenistan. An additional 9,063 were admitted to the country's 42 vocational colleges.[243] An estimated 95 thousand Turkmen students were enrolled in institutions of higher education abroad as of Autumn 2019.[244]

Architecture

The tasks for modern Turkmen architecture are diverse application of modern aesthetics, the search for an architect's own artistic style, and inclusion of the existing historico-cultural environment. Most major new buildings, especially those in Ashgabat, are faced with white marble. Major projects such as Turkmenistan Tower, Bagt köşgi, Alem Cultural and Entertainment Center, Ashgabat Flagpole have transformed the country's skyline and promote its identity as a modern, contemporary city.

Sports

The most popular sport in Turkmenistan is soccer. The national team has never qualified for the FIFA World Cup but has appeared twice at the AFC Asian Cup, in 2004 and 2019, failing to advance past the group stage at both editions. Another popular sport is archery, Turkmenistan holds league and local competitions for archery. International sports events hosted in Turkmenistan include; the 2021 UCI Track Cycling World Championships, the 2017 Asian Indoor and Martial Arts Games, and the 2018 World Weightlifting Championships.

See also

References

  1. ^ The full title is the Chairman of the Supreme Court of Turkmenistan, who manages and organises all national courts of Turkemnistan.
  1. ^ Hambly, Gavin R.G.; et al. "Turkmenistan". Encyclopedia Britannica. Retrieved 24 May 2020.
  2. ^ ""Turkmenistan is the motherland of Neutrality" is the motto of 2020 | Chronicles of Turkmenistan". En.hronikatm.com. 28 December 2019. Retrieved 26 May 2020.
  3. ^ "Turkmen parliament places Year 2020 under national motto "Turkmenistan – Homeland of Neutrality" – tpetroleum". Turkmenpetroleum.com. 29 December 2019. Retrieved 26 May 2020.
  4. ^ "Turkmenistan's Constitution of 2008" (PDF).
  5. ^ a b c d e f g h "Turkmenistan". The World Factbook. United States Central Intelligence Agency. Retrieved 25 November 2013.
  6. ^ a b "Dual Citizenship". Ashgabat: U.S. Embassy in Turkmenistan. Retrieved 23 May 2020.
  7. ^ Gore, Hayden (2007). "Totalitarianism: The Case of Turkmenistan" (PDF). Human Rights & Human Welfare. Denver: Josef Korbel School of International Studies (Human Rights in Russia and the Former Soviet Republics): 107–116. Retrieved 29 June 2021.
  8. ^ "Смена руководства Верховного суда" (in Russian). Туркменистан: Золотой век. 6 January 2021.
  9. ^ "Turkmenistan approves new constitution to increase president's powers". PravdaReport. 26 September 2008.
  10. ^ Государственный комитет Туркменистана по статистике : Информация о Туркменистане: О Туркменистане Archived 7 January 2012 at the Wayback Machine : Туркменистан — одна из пяти стран Центральной Азии, вторая среди них по площади (491,21 тысяч км2), расположен в юго-западной части региона в зоне пустынь, севернее хребта Копетдаг Туркмено-Хорасанской горной системы, между Каспийским морем на западе и рекой Амударья на востоке.
  11. ^ "World Population Prospects - Population Division - United Nations". population.un.org.
  12. ^ a b c d "Turkmenistan". International Monetary Fund. Retrieved 2 June 2016.
  13. ^ Human Development Report 2020 The Next Frontier: Human Development and the Anthropocene (PDF). United Nations Development Programme. 15 December 2020. pp. 343–346. ISBN 978-92-1-126442-5. Retrieved 16 December 2020.
  14. ^ Clark, Larry (1998). Turkmen Reference Grammar. Wiesbaden: Harrassowitz Verlag. p. 50.
  15. ^ "Turkmenian". Ethnologue. Retrieved 13 December 2020.
  16. ^ "Turkmenistan", The World Factbook, Central Intelligence Agency, 19 October 2021, retrieved 25 October 2021
  17. ^ "State Historical and Cultural Park "Ancient Merv"". UNESCO-WHC.
  18. ^ Tharoor, Kanishk (2016). "LOST CITIES #5: HOW THE MAGNIFICENT CITY OF MERV WAS RAZED – AND NEVER RECOVERED". The Guardian. Once the world's biggest city, the Silk Road metropolis of Merv in modern Turkmenistan destroyed by Genghis Khan's son and the Mongols in AD1221 with an estimated 700,000 deaths.
  19. ^ "BP Statistical Review of World Energy 2019" (PDF). p. 30.
  20. ^ "Turkmen ruler ends free power, gas, water – World News". Hürriyet Daily News.
  21. ^ a b "Russians 'flee' Turkmenistan". BBC News. 20 June 2003. Retrieved 25 November 2013.
  22. ^ a b Spetalnick, Matt (3 November 2015). "Kerry reassures Afghanistan's neighbors over U.S. troop drawdown". Reuters. Retrieved 23 August 2020.
  23. ^ Turkmenistan's Constitution of 2008. constituteproject.org
  24. ^ "Asia-Pacific – Turkmenistan suspends death penalty". BBC News.
  25. ^ Zuev, Yury (2002). Early Türks: Essays on history and ideology. Almatý: Daik-Press. p. 157.
  26. ^ US Library of Congress Country Studies. "Turkmenistan".
  27. ^ "Ibn Kathir al-Bidaya wa al-Nihaya". (in Arabic)
  28. ^ "Constitutional Law of Turkmenistan on independence and the fundamentals of the state organisation of Turkmenistan"; Ведомости Меджлиса Туркменистана", № 15, page 152 – 27 October 1991. Retrieved from the Database of Legislation of Turkmenistan, OSCE Centre in Ashgabat.
  29. ^ "Independence of Turkmenia Declared After a Referendum"; The New York Times – 28 October 1991. Retrieved on 16 November 2016.
  30. ^ a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak "Country Profile: Turkmenistan" (PDF). Library of Congress Federal Research Division. February 2007. Retrieved 25 November 2013.
  31. ^ Аннанепесов (Annanepesov), М. (M.) (2000). Gundogdyyev, Ovez (ed.). "Серахское сражение 1855 года (Историко-культурное наследие Туркменистана)" [Serakhs Battle of 1855 (Historical and Cultural Heritage of Turkmenistan)] (in Russian). Istanbul: UNDP.
  32. ^ Казем-Заде (Kazem-Zade), Фируз (Firuz) (2017). Борьба за влияние в Персии. Дипломатическое противостояние России и Англии [Struggle for Influence in Persia. Diplomatic Confrontation between Russia and England] (in Russian). Центрполиграф (Centrpoligraph). ISBN 978-5457028937.
  33. ^ MacGahan, Januarius (1874). "Campaigning on the Oxus, and the fall of Khiva". New York: Harper & Brothers.
  34. ^ Глуховской (Glukhovskoy), А. (1873). "О положении дел в Аму Дарьинском бассейне" [On the State of Affairs in the Amu Darya Basin] (in Russian).
  35. ^ Paul R. Spickard (2005). Race and Nation: Ethnic Systems in the Modern World. Routledge. p. 260. ISBN 978-0-415-95003-9.
  36. ^ Scott Cameron Levi (January 2002). The Indian Diaspora in Central Asia and Its Trade: 1550–1900. BRILL. p. 68. ISBN 978-90-04-12320-5.
  37. ^ Аннанепесов (Annanepesov), М. (M.) (2000). "Ахалтекинские экспедиции (Историко-культурное наследие Туркменистана)" [Akhal-Teke Expeditions (Historical and Cultural Heritage of Turkmenistan)] (in Russian). UNDP.
  38. ^ Muradov, Ruslan (13 May 2021). "История Ашхабада: время больших перемен" (in Russian). «Туркменистан: золотой век».
  39. ^ "Comments for the significant earthquake". Significant Earthquake Database. National Geophysical Data Center. Retrieved 12 June 2015.
  40. ^ Horák, Slavomír; Šír, Jan (March 2009). Dismantling Totalitarianism? Turkmenistan under Berdimuhamedow (PDF). Washington, D.C.: Central Asia-Caucasus Institute & Silk Road Studies Program. pp. 18–19. ISBN 978-91 85937-17-2.
  41. ^ "Turkmenistan president wins election with 96.9% of vote". theguardian.com. London. 13 February 2012. Retrieved 25 November 2013.
  42. ^ Putz, Catherine (14 February 2017). "Turkmenistan, Apparently, Had an Election". The Diplomat.
  43. ^ Turkmenistan Country Study Guide Volume 1. Washington DC: International Business Publications. 2011. ISBN 9781438749082.
  44. ^ Editor (7 January 2018). "Turkmenistan's road police detain vehicles of all colours except white". Chronicles of Turkmenistan. Retrieved 4 November 2021.CS1 maint: extra text: authors list (link)
  45. ^ Sergeev, Angel (12 January 2018). "Turkmenistan Bans All Non-White Cars From Capital". motor1.com. Retrieved 4 February 2021.
  46. ^ "Turkmenistan Politics". The Economist Intelligence Unit.
  47. ^ "Turkmenistan". 8 September 2014. Retrieved 12 February 2016.
  48. ^ Stronski, Paul (22 May 2017). Независимому Туркменистану двадцать пять лет: цена авторитаризма. carnegie.ru (in Russian). Retrieved 23 May 2017.
  49. ^ "President For Life? Turkmen Leader Signs Mysterious Constitutional Changes Into Law". RFE/RL. 25 September 2020.
  50. ^ "Turkmen Voters Given Two Hours To Cast Ballots In Senate Election". RFE/RL. 28 March 2021.
  51. ^ "Туркменистан впервые в истории избрал верхнюю палату парламента" (in Russian). Deutsche Welle. 28 March 2021.
  52. ^ a b c "Turkmenistan votes for a new 'rubber-stamp' parliament". bne IntelliNews. 26 March 2018.
  53. ^ a b c Pannier, Bruce (22 March 2018). "Turkmen Elections Look Like Next Step Toward Dynasty". RFE/RL.
  54. ^ a b Clement, Victoria (21 October 2019). "Passing the baton in Turkmenistan". Atlantic Council.
  55. ^ "TURKMENISTAN PARLIAMENTARY ELECTIONS 25 March 2018 ODIHR Election Assessment Mission Final Report" (PDF).
  56. ^ "CORRUPTION PERCEPTIONS INDEX". Transparency International.
  57. ^ "Turkmenistan: A Model Kleptocracy" (PDF). Crude Accountability. June 2021.
  58. ^ ""Коронабизнес» продолжается. За год власти Туркменистана не изжили коррупцию в сфере эпидзащиты" (in Russian). Turkmen.News. 29 July 2021.
  59. ^ a b "В Туркменистане выявлены многочисленные факты взяточничества в сфере образования" (in Russian). Turkmenportal. 9 October 2020.
  60. ^ "Взятки за поступление в вузы Туркменистана берут в долларах" (in Russian). Chronicles of Turkmenistan. 8 August 2018.
  61. ^ "Размер взятки за устройство ребенка в русский класс достигает 20 тысяч манатов" (in Russian). Chronicles of Turkmenistan. 30 August 2019.
  62. ^ "Спустя год стали известны статьи УК, по которым осуждены И. Муликов, М. Нобатов и Ч. Кулов" (in Russian). turkmen.news. 28 September 2020.
  63. ^ "Бывший министр внутренних дел Туркменистана осуждён" (in Russian). RFE/RL, Inc. 3 December 2019.
  64. ^ "Watan habarlary 03.12.2019" (in Turkmen). Watan. 3 December 2019. (video)
  65. ^ "Президент Туркменистана уволил главу МВД за серьёзные недостатки в работе" (in Russian). Turkmenportal.ru. 1 October 2019.
  66. ^ "Обритый экс-глава МВД Туркмении перед камерой повинился за преступления" (in Russian). Fergana. 4 December 2019.
  67. ^ "Туркменистан: министр внутренних дел появился в наручниках" (in Russian). Eurasianet. 5 January 2019.
  68. ^ "В Туркменистане осужден экс-глава МВД. По ТВ его показали кающимся и остриженным наголо" (in Russian). RFE/RL, Inc. 4 January 2019.
  69. ^ "Президент Туркменистана провёл выездное заседание Госсовета безопасности" (in Russian). Turkmenportal.com. 4 December 2019.
  70. ^ "Итоги работы силовых ведомств за 11 месяцев года рассмотрены на заседании Госсовета безопасности" (in Russian). Туркменистан сегодня. 3 December 2019.
  71. ^ a b "Buying Babies In Turkmenistan: 'Rampant' Corruption Drives Couples To Illegal Adoptions". RadioFreeEurope/RadioLiberty. Retrieved 8 July 2021.
  72. ^ "Turkmenistan's Constitution of 2008 with Amendments through 2016" (PDF). constituteproject.org. Retrieved 31 March 2021.
  73. ^ "TURKMENISTAN 2019 HUMAN RIGHTS REPORT" (PDF). U.S. Department of State. p. 8.
  74. ^ "Türkmenistanyň Döwlet howpsuzlyk geňeşiniň agzalaryna Türkmenistanyň "Türkmenistanyň Watan goragçysy" diýen hormatly adyny dakmak hakynda" (in Turkmen). "Türkmenistan: Altyn asyr". 4 March 2021.
  75. ^ a b "TURKMENISTAN 2020 HUMAN RIGHTS REPORT" (PDF). U.S. Department of State. 28 March 2021.
  76. ^ "Hukuk Maglumatlary Merkezi" (in Turkmen). Retrieved 11 April 2021.
  77. ^ "A/RES/50/80. Maintenance of international security". un.org.
  78. ^ "Diplomatic relations". Mfa.gov.tm. Archived from the original on 4 March 2016. Retrieved 14 February 2016.
  79. ^ "Turkmenistan: Russian Students Targeted". Institute for War and Peace Reporting. 21 February 2005. Retrieved 25 November 2013.
  80. ^ a b "Alternative report on the Human Rights situation in Turkmenistan for the Universal Periodic Review" (PDF) (Press release). FIDH. Retrieved 23 July 2010.
  81. ^ World Report 2014: Turkmenistan. Hrw.org. 2 January 2014. Retrieved 28 January 2015.
  82. ^ "Reporters Without Borders". rsf.org. Archived from the original on 14 February 2014. Retrieved 14 February 2016.
  83. ^ "10 Most Censored Countries". Cpj.org. Retrieved 30 January 2012.
  84. ^ a b "Turkmenistan: International Religious Freedom Report 2004". www.state.gov/. United States Department of State, Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor. 21 May 2015. Retrieved 15 March 2016.
  85. ^ "Turkmenistan 2015/2016: Freedom of religion". www.amnesty.org. Retrieved 15 March 2016.
  86. ^ "One Year of Unjust Imprisonment in Turkmenistan". jw.org.
  87. ^ Service, Forum 18 News. "Forum 18: TURKMENISTAN: Torture and jail for one 4 year and 14 short-term prisoners of conscience – 21 May 2015". www.forum18.org. Retrieved 20 January 2017.
  88. ^ "Turkmenistan". Human Rights Watch. 12 January 2017. Retrieved 20 January 2017.
  89. ^ "LGBT relationships are illegal in 74 countries, research finds". The Independent. 17 May 2016.
  90. ^ a b Forrester, Chris (22 April 2015). "Satellite dishes banned in Turkmenistan". Advanced Television. Retrieved 23 April 2015.
  91. ^ Pannier, Bruce (19 September 2020). "Turkmenistan Increases Crackdown On Internet Access As Living Standards Continue Downward Spiral". RFE/RL.
  92. ^ "Turkmenistan: Internet welcome, or no VPNs allowed here". Eurasianet. 23 March 2021.
  93. ^ "Phone and internet in Turkmenistan". Caravanistan.
  94. ^ a b c d e f g h i j k l m Çaryýew, B.; Ilamanow, Ýa. (2010). Türkmenistanyň Geografiýasy (in Turkmen). Ashgabat: Bilim Ministrligi.
  95. ^ "Kuh-e Rizeh" on Peakbagger.com
  96. ^ "Mount Arlan". Peakbagger.com. 1 November 2004. Retrieved 30 January 2012.
  97. ^ "Ayrybaba". Peakbagger.com. 1 November 2004. Retrieved 25 November 2013.
  98. ^ "Turkmenistan" (PDF). Washington University.
  99. ^ Dinerstein, Eric; et al. (2017). "An Ecoregion-Based Approach to Protecting Half the Terrestrial Realm". BioScience. 67 (6): 534–545. doi:10.1093/biosci/bix014. ISSN 0006-3568. PMC 5451287. PMID 28608869.
  100. ^ "Strategic Infrastructure Planning for Sustainable Development in Turkmenistan". OECD. 24 September 2019.
  101. ^ a b Statistical Yearbook of Turkmenistan 2000–2004, National Institute of State Statistics and Information of Turkmenistan, Ashgabat, 2005.
  102. ^ "BP Statistical Review of World Energy 2019" (PDF).
  103. ^ a b c d e Türkmenistanyň Ýyllyk Statistik Neşiri 2019 Ýyl (in Turkmen, Russian, and English). Ashgabat: State Committee of Statistics of Turkmenistan. 2020.
  104. ^ "Country risk of Turkmenistan: Economy". Societe Generale. Export Enterprises SA. Retrieved 27 January 2021.
  105. ^ Hess, Maximilian (16 June 2020). "Central Asian Gas Exports to China: Beijing's Latest Bargaining Chip?". Foreign Policy Research Institute.
  106. ^ Rickleton, Chris (22 January 2021). "Turkmenistan: Big on gas, short on options". Eurasianet.
  107. ^ "Turkmen Buy Foreign Currency On Black Market As Manat Falls Sharply". RFE/RL. 29 January 2021.
  108. ^ Resolution of Halk Maslahaty (Peoples' Council of Turkmenistan) N 35 (14 August 2003)
  109. ^ "Turkmenistan leader wants to end free power, gas, and water". 6 July 2017. Retrieved 22 November 2017.
  110. ^ Putz, Catherine (27 September 2018). "Turkmenistan Set to Rollback Subsidies for Good". The Diplomat.
  111. ^ "Turkmenistan Cuts Last Vestiges Of Program For Free Utilities". RFE/RL. 26 September 2018.
  112. ^ Bugayev, Toymyrat; Najibullah, Farangis. "The Gas Man Cometh: In Turkmenistan, Free Energy No More". RFE/RL.
  113. ^ "Pay for Electricity on Time or Face Court, Public Warned in East Turkmenistan". Turkmen.news. 26 July 2019.
  114. ^ Solovyov, Dmitry (25 May 2011). "Turkmen gas field to be world's second-largest". Reuters.
  115. ^ "Turkmenistan - Oil & Gas". International Trade Administration. Retrieved 2 February 2021.
  116. ^ "Turkmenistan. Diversifying export routes". Europarussia.com. 3 February 2010. Retrieved 25 November 2013.
  117. ^ Putz, Catherine (16 January 2016). "Russia's Gazprom Stops Buying Gas from Turkmenistan". Eurasianet.
  118. ^ "Russia's Gazprom Resumes Buying Turkmen Gas After Three-Year Halt". RFE/RL. 16 April 2016.
  119. ^ Pannier, Bruce (2 January 2017). "Turkmen Cutoff Of Iran Leaves Dwindling Gas Options For Ashgabat". RFE/RL.
  120. ^ Mukhtarli, Fuad (23 August 2017). "Turkmenistan Turns To Europe As Iran, Russia Shut Off Their Gas Markets". Caspian News.
  121. ^ "Flow of natural gas from Central Asia". www.cnpc.com.cn.
  122. ^ Hess, Maximilian. "Central Asian Gas Exports to China: Beijing's Latest Bargaining Chip?". Foreign Policy Research Institute. Retrieved 2 February 2021.
  123. ^ "China plays Pipelineistan'". Atimes.com. 24 December 2009. Archived from the original on 24 December 2009. Retrieved 3 May 2010.
  124. ^ Vakulchuk, Roman and Indra Overland (2019) "China's Belt and Road Initiative through the Lens of Central Asia", in Fanny M. Cheung and Ying-yi Hong (eds) Regional Connection under the Belt and Road Initiative. The Prospects for Economic and Financial Cooperation. London: Routledge, pp. 115–133.
  125. ^ "Islamabad needs to fast-track TAPI pipeline". The Express Tribune. 17 April 2020. Retrieved 5 January 2021.
  126. ^ Kuropatkin, Aleksey (1879). Туркмения и Туркмены (in Russian). St. Petersburg: Типоrрафия В.А. Полефини. p. 2.
  127. ^ "Turkmenistan Oil and Gas". Turkmenistanoil.tripod.com. Archived from the original on 2 December 2013. Retrieved 25 November 2013.
  128. ^ Ershov, Alexander; Yagova, Olga (2 December 2019). "After Turkmen oil breakthrough, Vitol adds products to portfolio". Reuters.
  129. ^ "SOCAR Trading wins tender for Turkmen oil purchase". News.ru. 14 December 2020.
  130. ^ Adams, Mikaila (22 January 2021). "Turkmenistan, Azerbaijan sign MoU for Caspian Sea field". Oil & Gas Journal.
  131. ^ O'Byrne, David (22 January 2021). "Azerbaijan and Turkmenistan agreement advances Caspian gas cooperation". Eurasianet.
  132. ^ "Azerbaijan, Turkmenistan Finally Reach Deal On Lucrative Caspian Sea Energy Field". RFE/RL. 21 January 2021.
  133. ^ "Abraham Ganz at the Hindukush". Poemas del rio Wang.
  134. ^ "Hindukush Power Station is 110 years old". Turkmenistan News Gazette. 28 July 2019.
  135. ^ a b c "О министерстве" (in Russian). Ministry of Energy of Turkmenistan. 17 January 2016.
  136. ^ a b Rejepova, Tavus (3 June 2013). "Turkmenistan Adopts Electric Power Industry Development Plan". CACI Analyst.
  137. ^ Curtis, Glenn (1996). Turkmenistan: A Country Study. Washington DC: The Library of Congress. Retrieved 2 February 2021.
  138. ^ Reuters Staff (8 September 2018). "Turkmenistan to double power exports, eyes Pakistani market". Reuters. Retrieved 5 January 2021.
  139. ^ "U.S. Energy Information Administration (EIA) - Qb". www.eia.gov. Retrieved 5 January 2021.
  140. ^ "Успешно реализован проект по строительству газотурбинной электростанции" (in Russian). Туркменистан: золотой век. 3 September 2021.
  141. ^ "Turkmenistan has increased its electricity exports by 1.5 times". Orient. 1 October 2020.
  142. ^ "Ambassador Allan Mustard visits the largest GE-supplied gas turbine power plant in Turkmenistan". U.S. Embassy Ashgabat. 29 May 2015.
  143. ^ Hasanov, Huseyn (17 September 2019). "Turkmen power stations using GE technology". Trend.
  144. ^ ""Watan" DES elektrik energiýasynyň önümçiligini 1,4 esse artdyrar" (in Turkmen). Biznes Türkmenistan. 2 November 2020.
  145. ^ Türkmenistanyň Ýyllyk Statistik Neşiri 2019 Ýyl (in Turkmen, Russian, and English). Ashgabat: State Committee of Statistics of Turkmenistan. 2020. p. 28.
  146. ^ Wright, Steph. "Top Cotton Producing Countries in the World". World Atlas. Retrieved 27 January 2021.
  147. ^ Lipovsky, Igor (1995). "The Central Asian cotton epic". Central Asian Survey. University of St Petersburg. 14 (4): 542. doi:10.1080/02634939508400923. Retrieved 27 January 2021.
  148. ^ "Turkmenistan's Forced Labor Problem". Cotton Campaign. Cotton Campaign. Retrieved 27 January 2021.
  149. ^ "Turkmenistan to Privilege US Farm Machinery Manufacturers". The Gazette of Central Asia. Satrapia. 26 July 2012. Retrieved 4 August 2012.
  150. ^ "Turkmen president instructs to accelerate sowing of raw cotton". Azernews. 1 May 2019.
  151. ^ Muradov, Sapar (11 February 2019). "Turkmenistan will decrease the export of raw cotton and increase the production of finished products from it". Orient.
  152. ^ "Las Vegas on the Caspian?". aljazeera.com.
  153. ^ "turkmenistan". www.turkmen-travel.com.
  154. ^ "Türkmenistandaky melhemhanalar | Syýahatçylyk | Turkmenportal.com". Türkmenistanyň, internet portaly.
  155. ^ "Turkmenistan". Lonely Planet.
  156. ^ "Транспорт / Железнодорожный транспорт" [Transport / Rail transport]. Туркменская ССР (in Russian). Chuvash Obkom CPSU. 1984. pp. 236–237.
  157. ^ "Asian Highway Database". United Nations.
  158. ^ "Turkmenistan Country Commercial Guide: Transportation". U.S. Department of Commerce. 15 October 2020.
  159. ^ "УКАЗ Президента Туркменистана О преобразовании Государственного концерна "Türkmenawtoýollary"" (in Russian). parahat.info. 29 January 2019.
  160. ^ "Строительство автодорог в Туркменистане переходит в ведение городских и региональных властей" (in Russian). Orient. 29 January 2019.
  161. ^ "Turkmenawtoulaglary agency". awtoulag.gov.tm.
  162. ^ "Транспорт / Воздушный транспорт" [Transport / Air transport]. Туркменская ССР (in Russian). Chuvash Obkom CPSU. 1984. p. 237.
  163. ^ Airlines, Turkmenistan. "Uçuşlaryň ugry we rejesi". Turkmenistan Airlines.
  164. ^ "ОБЩАЯ ИНФОРМАЦИЯ" (in Russian).
  165. ^ "Turkmenistan Travel Advisory". U.S. Department of State. 5 October 2020.
  166. ^ "Четырнадцать потерянных дней жизни. О нахождении в карантинном лагере в Туркменабаде" (in Russian). Turkmen.news. 2 November 2020.
  167. ^ "Мы не подведём". Ogoniok.com. Archived from the original on 21 May 2013. Retrieved 25 November 2013.
  168. ^ V@DIM. "Могучие крылья страны". Turkmenistan.gov.tm. Archived from the original on 8 February 2013. Retrieved 25 November 2013.
  169. ^ "Международный тендер на проектирование и строительство нового аэропорта в посёлке городского типа Джебел города Балканабат" (in Russian). Нейтральный Туркменистан. 14 December 2020.
  170. ^ "Aspects of modernization of segments of Turkmenistan's economy are discussed at the session of the Government". Türkmen Döwlet Habarlary. 18 January 2019. Archived from the original on 14 December 2019. Retrieved 2 May 2021.
  171. ^ "Президент Туркменистана провёл совместное заседание Кабинета Министров и Госсовета безопасности" (in Russian). Turkmenportal. 19 May 2018.
  172. ^ "В Гарабогазе будет построен новый аэропорт" (in Russian). Turkmenportal. 3 February 2018.
  173. ^ "Рядом с курортом "Моллакара" в Туркменистане планируют построить аэропорт" (in Russian). Turkmen.news. 15 December 2020.
  174. ^ "В Туркменабаде построили международный аэропорт" (in Russian). Авиатранспортное обозрение. 14 February 2018.
  175. ^ "Turkmenistan - Country Commercial Guide". International Trade Administration. Retrieved 15 October 2020.
  176. ^ "Порт Туркменбаши будет полностью реконструирован". Portnews.ru. Retrieved 25 November 2013.
  177. ^ Tuchman, Janice L. (26 September 2018). "Global Best Project, Airport/Port & Project of the Year Finalist: Turkmenbashi International Seaport Project". Enineering News-Record, BNP Media.
  178. ^ "Most important pit-stop on the Silk Road: Turkmenbashi International Seaport". Çalık Holding. 28 May 2018.
  179. ^ Hasanov, Huseyn (2 May 2018). "Turkish company completes seaport project in Turkmenbashi city". Trend.
  180. ^ "Транспорт / Железнодорожный транспорт" [Transport / Rail transport]. Туркменская ССР (in Russian). Chuvash Obkom CPSU. 1984. pp. 235–236.
  181. ^ "Расписание" (in Turkmen and Russian).
  182. ^ "О НАС" (in Russian). Türkmendemirýollary.
  183. ^ "ORIENT SILK ROAD EXPRESS TRAIN". Retrieved 5 April 2021.
  184. ^ "Turkmenistan and Afghanistan discussed construction of Akina-Andhoy and Turgundi-Herat railway lines". Turkmenportal. 22 September 2020.
  185. ^ "Khaf-Herat Railway Project". Railway Technology.
  186. ^ "Ethnic composition of Turkmenistan in 2001". Demoscope Weekly (37–38). 14 April 2001. Retrieved 25 November 2013.
  187. ^ "Всесоюзная перепись населения 1989 г. Численность городского населения союзных республик, их территориальных единиц, городских поселений и городских районов по полу". Archived from the original on 26 February 2009. Retrieved 10 April 2021.
  188. ^ "Численность русских в Туркменистане снизилась до уровня 1930-х годов" (in Russian). Turkmen.News. 23 April 2021.
  189. ^ "Результаты переписи населения в Туркменистане" (in Russian). Chronicles of Turkmenistan. 3 February 2015.
  190. ^ Goble, Paul (10 February 2015). "Unpublished Census Provides Rare and Unvarnished Look at Turkmenistan". Jamestown Foundation.
  191. ^ "Госкомстат Узбекистана раскрыл численность этнических туркменов в стране" (in Russian). Turkmen News. 19 August 2021.
  192. ^ Moya Flynn (2004). Migrant Resettlement in the Russian Federation: Reconstructing 'homes' and 'homelands'. Anthem Press. p. 15. ISBN 978-1-84331-117-1.
  193. ^ a b "В 2019 году из Туркменистана эмигрировало порядка 110 тысяч человек или 2,2% населения страны" (in Russian). МетеоЖурнал. 1 May 2021.
  194. ^ "Источники: Туркменистан в состоянии депопуляции. В стране осталось 2,7 миллиона населения" (in Russian). RFE/RL. 2 July 2021.
  195. ^ "Turkmenistan: Deaths of despair | Eurasianet". eurasianet.org. Retrieved 9 July 2021.
  196. ^ Najibullah, Farangis (8 June 2019). "Escape From Turkmenistan: Almost 2 Million Have Fled, But The President Looks The Other Way". RFE/RL.
  197. ^ "Turkmenezuela: Turkmenistan finds a novel solution to mass emigration". The Economist. 7 July 2018.
  198. ^ Peyrouse, Sebastien (12 February 2015). Turkmenistan: Strategies of Power, Dilemmas of Development. Routledge. p. 52. ISBN 9781317453260.
  199. ^ Edgar, Adrienne Lynn (5 September 2006). Tribal Nation: The Making of Soviet Turkmenistan. Princeton University Press. p. 21. ISBN 9781400844296.
  200. ^ Adle, Chahryar (1 January 2005). History of Civilizations of Central Asia: Towards the contemporary period : from the mid-nineteenth to the end of the twentieth century. UNESCO. p. 47. ISBN 9789231039850.
  201. ^ "Ethnologue". Ethnologue. 19 February 1999. Retrieved 25 November 2013.
  202. ^ "MAPPING THE GLOBAL MUSLIM POPULATION : A Report on the Size and Distribution of the World's Muslim Population" (PDF). Pewforum.org. October 2009. Archived from the original (PDF) on 21 August 2011. Retrieved 14 February 2016.
  203. ^ Mark Juergensmeyer; Wade Clark Roof (18 October 2011). Encyclopedia of Global Religion. SAGE Publications. pp. 1312–. ISBN 978-1-4522-6656-5.
  204. ^ "Our Imperiled Cultural Heritage". RadioFreeEurope/RadioLiberty. Retrieved 5 January 2021.
  205. ^ Larry Clark; Michael Thurman & David Tyson (March 1996). Glenn E. Curtis (ed.). "A Country Study: Turkmenistan". Library of Congress Federal Research Division. Retrieved 25 November 2013.
  206. ^ "Asia-Pacific | Turkmen drivers face unusual test". BBC News. 2 August 2004. Retrieved 3 May 2010.
  207. ^ "Kipchak Mosque". Caravanistan. 6 December 2020.
  208. ^ "Столетие.ru: "Туркменбаши хотел рухнамезировать Православие" / Статьи / Патриархия.ru". Patriarchia.ru. Retrieved 23 February 2012.
  209. ^ "Православие в Туркменистане / Приходы" (in Russian).
  210. ^ "Православие в Туркменистане / История и современность" (in Russian).
  211. ^ "Turkmenistan". Bahai-library.com. Retrieved 12 September 2011.
  212. ^ Herrmann, Duane L. (Fall 1994) "Houses As perfect As Is Possible" World Order pp. 17–31
  213. ^ Demidov, Sergey Mikhaylovich (2020). Растения и Животные в Легендах и Верованиях Туркмен (PDF). Moscow: Staryy sad.
  214. ^ Blackwell, Carole (2001). Tradition and Society in Turkmenistan: Gender, Oral Culture and Song. Curzon. ISBN 0-7007-1354-9.
  215. ^ Clement, Victoria (2018). Learning to Become Turkmen. University of Pittsburgh Press. ISBN 978-0822964636.
  216. ^ Ali Abbas Çınar (2001). Turkmen Horses and Equine Culture. Rota Matbaacilik. p. 48. ISBN 9789759581114. OCLC 237881620.
  217. ^ "Gazetler | TDNG". metbugat.gov.tm.
  218. ^ "Gazetler | TDNG". metbugat.gov.tm.
  219. ^ "Parahat Info". www.parahat.info.
  220. ^ "Turkmenistan Altyn Asyr". turkmenistan.gov.tm.
  221. ^ "Новости Туркменистана сегодня". infoabad.com.
  222. ^ "Главная". Arzuw NEWS - новости Туркменистана.
  223. ^ "Azatlyk Radiosy". Azatlyk Radiosy.
  224. ^ "Хроника Туркменистана - Новости Туркменистана о которых не сообщат официальные СМИ". Хроника Туркменистана.
  225. ^ "New". turkmen.news.
  226. ^ "Гундогар :: Главная страница". www.gundogar.org.
  227. ^ "Медиазона Центральная Азия". Медиазона Центральная Азия.
  228. ^ ,https://eurasianet.org/
  229. ^ "Новости Центральной Азии". centralasia.news.
  230. ^ "Watan Habarlary - YouTube". www.youtube.com.
  231. ^ "Turkmenistan TV News "Watan", 25.06.2014 (Part 1)" – via www.youtube.com.
  232. ^ "Президент Туркменистана наградил медалями чиновников и получил золотые статуи" – via www.youtube.com.
  233. ^ Danilin, Nikita (4 May 2020). "Лагеря, молчание и надежда на могильник. Что происходит в Туркменистане во время пандемии" (in Russian). «Медиазона Центральная Азия».
  234. ^ Tursunbaeva, Kanykei (7 August 2014). "Central Asia's Rulers View Turkish "Soap Power" with Suspicion". Global Voices.
  235. ^ "Рубрика "Туркмены Мира": Ограничение турецких мультфильмов в туркменских детских садах и турецких сериалов на узбекском телевидении" (in Russian). RFE/RL. 15 March 2021.
  236. ^ "Turkmenistan: A ban on all news, ye who enter here". Eurasianet. 9 March 2021.
  237. ^ "Запрет на TikTok и иностранное ТВ. В школах Туркменистана "нравственное воспитание" девушек снова на повестке дня" (in Russian). RFE/RL. 29 January 2021.
  238. ^ "Retrieved: 5 April 2013". Internetworldstats.com. Retrieved 25 November 2013.
  239. ^ "Individuals using the Internet (% of population) - Turkmenistan". World bank. Retrieved 27 January 2021.
  240. ^ "Turkmenistan adopts 12-year secondary education". Trend. 2 March 2013. Archived from the original on 4 May 2013. Retrieved 28 July 2014.
  241. ^ "Turkmenistan: golden age". turkmenistan.gov.tm. Archived from the original on 9 August 2014.
  242. ^ "Состоялись мероприятия по случаю окончания учебного года" (in Russian). Государственное информационное агентство Туркменистана (TDH) - Туркменистан сегодня. 25 May 2020. Archived from the original on 27 May 2020.
  243. ^ "ОБРАЗОВАНИЕ" (in Russian).
  244. ^ "Эксперт назвал количество туркменских студентов за рубежом" (in Russian). CentralAsia.news. 6 December 2019.

Further reading

External links

Government
Other