Guerre totale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ruines de la place Napoléon de Varsovie au lendemain de la Seconde Guerre mondiale

La guerre totale est une guerre qui inclut toutes les ressources et infrastructures civiles associées en tant que cibles militaires légitimes , mobilise toutes les ressources de la société pour mener la guerre et donne la priorité à la guerre sur les besoins des non-combattants .

Le terme a été défini comme « une guerre sans restriction en termes d'armes utilisées, de territoire ou de combattants impliqués, ou d'objectifs poursuivis, en particulier une guerre dans laquelle les lois de la guerre sont ignorées ». [1]

Au milieu du XIXe siècle, les érudits ont identifié la guerre totale comme une classe distincte de guerre. Dans une guerre totale, la différenciation entre combattants et non-combattants diminue en raison de la capacité des parties adverses à considérer presque tous les humains, y compris les non-combattants, comme des ressources utilisées dans l' effort de guerre . [2]

Caractéristiques

Les actions qui peuvent caractériser le concept de guerre totale de l'après-XIXe siècle comprennent :

Contexte

L'expression « guerre totale » remonte à la publication en 1935 des mémoires du général allemand Erich Ludendorff sur la Première Guerre mondiale , Der totale Krieg (« La guerre totale »). Certains auteurs étendent le concept jusqu'au travail classique de Carl von Clausewitz , On War , comme "absoluter Krieg" ( guerre absolue ), même s'il n'a pas utilisé le terme; d'autres interprètent Clausewitz différemment. [4] La guerre totale décrit aussi la "guerre à outrance" française pendant la guerre franco-prussienne . [5] [6] [7]

Dans sa lettre du 24 décembre 1864 à son chef d'état-major pendant la guerre de Sécession , le général de l'Union William Tecumseh Sherman écrivait que l'Union « combattait non seulement des armées hostiles, mais un peuple hostile, et devait rendre vieux et jeunes, riches et pauvres, sentir la main dure de la guerre, ainsi que leurs armées organisées », défendant la marche de Sherman vers la mer , l'opération qui a infligé une destruction généralisée des infrastructures en Géorgie. [8]

Le général de l' US Air Force Curtis LeMay a mis à jour le concept de l' ère nucléaire . En 1949, il proposa pour la première fois qu'une guerre totale à l'ère nucléaire consisterait à livrer tout l'arsenal nucléaire d'un seul coup écrasant, allant jusqu'à « tuer une nation ». [9]

Histoire

Moyen Âge

Écrit par des universitaires de l' Eastern Michigan University , le manuel Cengage Advantage Books: World History affirme que si la guerre totale « est traditionnellement associée aux deux guerres mondiales du vingtième siècle... il semblerait que les cas de guerre totale soient antérieurs au vingtième siècle. " Ils écrivent:

En tant que nation agresseuse, les anciens Mongols, pas moins que les nazis modernes , pratiquaient la guerre totale contre un ennemi en organisant toutes les ressources disponibles, y compris le personnel militaire , les travailleurs non combattants , les renseignements , les transports , l' argent et les provisions . [dix]

XVIIIe et XIXe siècles

Amérique du Nord

L' expédition Sullivan de 1779 était un exemple de guerre totale. Alors que les forces amérindiennes et loyalistes massacraient des fermiers américains, tuaient du bétail et brûlaient des bâtiments dans des régions frontalières reculées, le général George Washington envoya le général John Sullivan avec 4 000 soldats chercher « la destruction et la dévastation totales de leurs colonies » dans le nord de l'État de New York. Il n'y a eu qu'une seule petite bataille lorsque l'expédition a dévasté " 14 villes et les récoltes de maïs les plus florissantes ". Les Amérindiens se sont enfuis au Canada où les Britanniques les ont nourris; ils y sont restés après la guerre. [11] [12] [13]

La marche de Sherman vers la mer pendant la guerre de Sécession – du 15 novembre 1864 au 21 décembre 1864 – est considérée comme un exemple de guerre totale, pour laquelle Sherman a utilisé le terme de guerre dure .

Europe

Dans son livre, The First Total War: Napoleon's Europe and the Birth of Warfare as We Know it , David A Bell, professeur d' histoire française à l'Université de Princeton soutient que les guerres de la Révolution française ont introduit en Europe continentale certains des premiers concepts de guerre totale. , comme la conscription de masse. [14] Il prétend que la nouvelle république s'est retrouvée menacée par une puissante coalition de nations européennes et a utilisé les ressources de la nation entière dans un effort de guerre sans précédent qui comprenait une levée en masse(enrôlement de masse). Le 23 août 1793, les forces de première ligne françaises atteignaient quelque 800 000 avec un total de 1,5 million dans tous les services, la première fois qu'une armée de plus d'un million était mobilisée dans l'histoire de l'Occident :

Depuis ce moment jusqu'à ce que ses ennemis soient chassés du sol de la République, tous les Français sont en réquisition permanente pour les services des armées. Les jeunes gens se battront ; les hommes mariés forgeront les armes et transporteront les vivres ; les femmes feront des tentes et des vêtements et serviront dans les hôpitaux ; les enfants changeront la vieille charpie en lin; les vieillards se rendront sur les places publiques pour exciter le courage des guerriers et prêcher la haine des rois et l'unité de la République.

Les noyades à Savenay pendant la guerre de Vendée , 1793
La retraite de Napoléon de Russie en 1812. La Grande Armée de Napoléon avait perdu environ un demi-million d'hommes.

Au cours de la campagne de Russie de 1812, les Russes se sont retirés tout en détruisant les infrastructures et l'agriculture afin de gêner efficacement les Français et de les priver de fournitures adéquates. Lors de la campagne de 1813, les forces alliées sur le seul théâtre allemand s'élevaient à près d'un million tandis que deux ans plus tard, dans les Cent-Jours, un décret français prévoyait la mobilisation totale de quelque 2,5 millions d'hommes (bien qu'au plus un cinquième de celle-ci ait été géré par l'époque de la défaite française à Waterloo ). Pendant la longue guerre péninsulairede 1808 à 1814, quelque 300 000 soldats français ont été occupés en permanence par, en plus de plusieurs centaines de milliers de réguliers espagnols, portugais et britanniques, une insurrection de guérilla énorme et soutenue. [15]

20e siècle

Première Guerre mondiale

Dommages et destruction de bâtiments civils en Belgique, 1914
Propagande

L'une des caractéristiques de la guerre totale en Grande-Bretagne était l'utilisation d' affiches de propagande du gouvernement pour détourner toute l'attention de la guerre sur le front intérieur . Les affiches ont été utilisées pour influencer l'opinion publique sur ce qu'il fallait manger et quelles professions prendre, et pour changer l'attitude de soutien envers l'effort de guerre. Même le Music Hall était utilisé comme propagande, avec des chansons de propagande visant le recrutement. [ citation nécessaire ]

Après l'échec de la bataille de Neuve Chapelle , la grande offensive britannique de mars 1915, le commandant en chef britannique feld-maréchal John French imputa le manque de progrès à des obus d'artillerie insuffisants et de mauvaise qualité . Cela a conduit à la crise Shell de 1915 qui a fait tomber à la fois le gouvernement libéral et le premier ministre de HH Asquith . Il a formé un nouveau gouvernement de coalition dominé par les libéraux et a nommé David Lloyd George en tant que ministre des Munitions . C'était une reconnaissance que toute l'économie devrait être orientée vers la guerre si les Alliés devaient l'emporter sur le front occidental. [citation nécessaire ]

Carl Schmitt , un partisan de l'Allemagne nazie , a écrit qu'une guerre totale signifiait une « politique totale », des politiques intérieures autoritaires qui imposaient un contrôle direct de la presse et de l'économie. Selon Schmitt, l'État total, qui oriente pleinement la mobilisation de toutes les ressources sociales et économiques vers la guerre, est antérieur à la guerre totale. Les érudits considèrent que les germes de ce concept d'État total existaient déjà dans l'État allemand de la Première Guerre mondiale, qui exerçait un contrôle total sur la presse et sur d'autres aspects de la vie économique et sociale, tels qu'ils sont épousés dans la déclaration de l'idéologie de l'État connue sous le nom des « Idées de 1914 ». ". [16]

Rationnement

Alors que les jeunes hommes quittaient les fermes pour le front, la production alimentaire nationale en Grande-Bretagne et en Allemagne a chuté. En Grande-Bretagne, la réponse a été d'importer plus de nourriture, ce qui a été fait malgré l'introduction allemande de la guerre sous-marine sans restriction , et d'introduire le rationnement. Le blocus des ports allemands par la Royal Navy empêcha l'Allemagne d'importer de la nourriture et accéléra la capitulation allemande en créant une crise alimentaire en Allemagne. [17]

Presque toute l'Europe et certains des empires coloniaux européens ont mobilisé des soldats. Le rationnement a eu lieu sur les fronts intérieurs. La Bulgarie est allée jusqu'à mobiliser un quart de sa population, soit 800 000 personnes, une part plus importante de sa population que tout autre pays pendant la guerre.

Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale a été la guerre totale par excellence de la modernité. Le niveau de mobilisation nationale des ressources de tous les côtés du conflit, l' espace de bataille contesté, l'ampleur des armées , des marines et des forces aériennes augmentée par la conscription , le ciblage actif des non-combattants (et des biens des non-combattants), le le mépris général pour les dommages collatéraux et les objectifs illimités des belligérants ont marqué une guerre totale à une échelle multicontinentale sans précédent et inégalée. [18]

Shōwa Japon
Cérémonie de fondation du monument Hakkō ichiu , promouvant l'unification des « 8 coins du monde sous un même toit »

Pendant la première partie de l' ère Shōwa , le gouvernement du Japon impérial a lancé une série de politiques pour promouvoir un effort de guerre total contre la Chine et les puissances occidentales et augmenter la production industrielle. Parmi ceux-ci se trouvaient le National Spiritual Mobilization Movement et l' Imperial Rule Assistance Association . [ citation nécessaire ]

La loi de mobilisation nationale comportait cinquante clauses, qui prévoyaient des contrôles gouvernementaux sur les organisations civiles (y compris les syndicats ), la nationalisation des industries stratégiques, le contrôle des prix et le rationnement , et nationalisaient les médias . [19] Les lois ont donné au gouvernement le pouvoir d'utiliser des budgets illimités pour subventionner la production de guerre et pour indemniser les fabricants des pertes causées par la mobilisation en temps de guerre. Dix-huit des cinquante articles énoncent des sanctions pour les contrevenants. [ citation nécessaire ]

Pour améliorer sa production, Shōwa Japan a utilisé des millions de travailleurs esclaves [20] et a contraint plus de 18 millions de personnes en Asie de l'Est au travail forcé. [21]

Royaume-Uni

Avant le début de la Seconde Guerre mondiale , la Grande-Bretagne s'est appuyée sur son expérience de la Première Guerre mondiale pour préparer une législation qui permettrait une mobilisation immédiate de l'économie pour la guerre, si de futures hostilités éclataient. Le rationnement de la plupart des biens et services a été introduit, non seulement pour les consommateurs mais aussi pour les fabricants. Cela signifiait que les usines fabriquant des produits sans rapport avec l'effort de guerre se voyaient imposer des tâches plus appropriées. Toute lumière artificielle était soumise à des black-outs légaux . [22]

..Il y a une autre différence plus évidente par rapport à 1914. L'ensemble des nations belligérantes sont engagées, non seulement des soldats, mais toute la population, hommes, femmes et enfants. Les façades sont partout visibles. Les tranchées sont creusées dans les villes et les rues. Chaque village est fortifié. Chaque route est barrée. La ligne de front passe par les usines. Les ouvriers sont des soldats avec des armes différentes mais le même courage."

—  Winston Churchill à la radio, le 18 juin ; et Chambre des communes 20 août 1940 : [23]

Non seulement les hommes ont été enrôlés dans les forces armées dès le début de la guerre (ce qui n'était pas arrivé avant le milieu de la Première Guerre mondiale), mais les femmes ont également été enrôlées en tant que Land Girls pour aider les agriculteurs et les Bevin Boys ont été enrôlés pour travailler. les mines de charbon.

D'énormes pertes étaient attendues lors des bombardements, de sorte que les enfants ont été évacués en masse de Londres et d'autres villes vers la campagne pour un logement obligatoire dans les ménages. À long terme, ce fut l'une des conséquences sociales les plus profondes et les plus durables de toute la guerre pour la Grande-Bretagne. C'est parce qu'il a mélangé des enfants avec des adultes d'autres classes. Non seulement les classes moyennes et supérieures se sont familiarisées avec la misère urbaine subie par les enfants de la classe ouvrière des bidonvilles , mais les enfants ont eu la chance de voir les animaux et la campagne, souvent pour la première fois, et de découvrir la vie rurale.

L'utilisation de l'analyse statistique, par une branche de la science connue sous le nom de recherche opérationnelle pour influencer les tactiques militaires, s'écartait de tout ce qui avait été tenté auparavant. C'était un outil très puissant, mais il déshumanisait davantage la guerre, en particulier lorsqu'il suggérait des stratégies contre-intuitives. Des exemples, où l'analyse statistique a directement influencé la tactique, incluent le travail effectué par l'équipe de Patrick Blackett sur la taille et la vitesse optimales des convois et l'introduction de flots de bombardiers , par la Royal Air Force pour contrer les défenses des chasseurs de nuit de la ligne Kammhuber .

Allemagne

En revanche, l' Allemagne a commencé la guerre sous le concept de Blitzkrieg . Officiellement, il n'a pas accepté qu'il était dans une guerre totale jusqu'à ce que Joseph Goebbels de la parole Sportpalast du 18 Février 1943 - où la foule a été dit " Totaler Krieg - Kürzester Krieg " ( "Total War - War Shortest ».) [ Citation nécessaire ]

Rassemblement nazi le 18 février 1943 au Sportpalast de Berlin ; le panneau dit « Totaler Krieg – Kürzester Krieg » (« Guerre totale – Guerre la plus courte »).

Goebbels et Hitler avaient parlé en mars 1942 de l'idée de Goebbels de mettre tout le front intérieur sur le pied de guerre. Hitler a semblé accepter le concept, mais n'a pris aucune mesure. Goebbels avait le soutien du ministre de l'armement Albert Speer , du ministre de l'économie Walther Funk et de Robert Ley , chef du Front allemand du travail , et ils pressèrent Hitler en octobre 1942 d'agir, mais Hitler, tout en étant d'accord, continua à tergiverser. Enfin, après les vacances de 1942, Hitler envoya son puissant secrétaire personnel, Martin Bormann , pour discuter de la question avec Goebbels et Hans Lammers , le chef de la Chancellerie du Reich.. En conséquence, Bormann a dit à Goebbels d'aller de l'avant et de rédiger un projet de décret nécessaire, qui devait être signé en janvier 1943. Hitler a signé le décret le 13 janvier, près d'un an après que Goebbels ait discuté pour la première fois du concept avec lui. Le décret a mis en place un comité directeur composé de Bormann, Lammers et du général Wilhelm Keitel pour superviser l'effort, avec Goebbels et Speer comme conseillers ; Goebbels s'était attendu à faire partie du triumvirat. Hitler est resté à l'écart du projet, et ce sont Goebbels et Hermann Göring qui ont prononcé le discours radio sur la "guerre totale" du Sportspalast le mois suivant, à l'occasion du 10e anniversaire de la "prise du pouvoir" par les nazis . [24]

Je te demande : tu veux la guerre totale ? Au besoin, voulez-vous une guerre plus totale et radicale que tout ce que nous pouvons imaginer aujourd'hui ?

— Le  ministre de la propagande nazi Joseph Goebbels , le 18 février 1943, dans son discours Sportpalast '

L'attachement à la doctrine de la guerre courte était un handicap permanent pour les Allemands ; ni les plans ni l'état d'esprit n'étaient adaptés à l'idée d'une longue guerre jusqu'à l'échec de l' opération Barbarossa . Une défaite stratégique majeure lors de la bataille de Moscou a forcé Speer, en tant que ministre de l'Armement, à nationaliser la production de guerre allemande et à éliminer les pires inefficacités. [25]

Sous la direction de Speer, une multiplication par trois de la production d'armements s'est produite et n'a atteint son apogée qu'à la fin de 1944. Faire cela pendant les dommages causés par l'offensive croissante des bombardiers stratégiques alliés, est une indication du degré de sous-mobilisation industrielle dans les premières années. . C'est parce que l'économie allemande pendant la majeure partie de la guerre était considérablement sous-mobilisée qu'elle a résisté aux attaques aériennes. La consommation civile était élevée pendant les premières années de la guerre et les stocks tant dans l'industrie que dans les possessions des consommateurs étaient élevés. Ceux-ci ont aidé à protéger l'économie des effets des bombardements. [ citation nécessaire ]

Les installations et les machines étaient abondantes et incomplètement utilisées, il était donc relativement facile de substituer des machines inutilisées ou partiellement utilisées à celles qui avaient été détruites. La main-d'œuvre étrangère, à la fois esclave et main-d'œuvre des pays voisins qui ont rejoint le pacte anti-Komintern avec l'Allemagne, a été utilisée pour augmenter la main-d'œuvre industrielle allemande qui était sous pression par la conscription dans la Wehrmacht (forces armées). [ citation nécessaire ]

Union soviétique
Trois hommes enterrant les victimes du siège de Leningrad , au cours duquel environ 1 million de civils sont morts

L'Union soviétique (URSS) était une économie dirigée qui disposait déjà d'un système économique et juridique permettant à l'économie et à la société d'être réorientées vers une guerre totale. Le transport d'usines et de main-d'œuvre entière à l'est de l' Oural alors que les Allemands avançaient à travers l'URSS en 1941 était un exploit impressionnant de planification. Seules les usines qui servaient à la production de guerre ont été déplacées en raison de l'engagement total de guerre du gouvernement soviétique. [ citation nécessaire ]

Le front oriental du théâtre européen de la Seconde Guerre mondiale englobait le conflit en Europe centrale et orientale du 22 juin 1941 au 9 mai 1945. C'était le plus grand théâtre de guerre de l'histoire en termes de nombre de soldats, d'équipement et de victimes et était connu pour sa férocité sans précédent, sa destruction et ses immenses pertes en vies humaines (voir Victimes de la Seconde Guerre mondiale ). Les combats ont impliqué des millions de troupes allemandes , hongroises, roumaines et soviétiques le long d'un large front de centaines de kilomètres de long. C'était de loin le théâtre le plus meurtrier de la Seconde Guerre mondiale. Les chercheurs pensent maintenant qu'au plus 27 millions de citoyens soviétiques sont morts pendant la guerre, dont au moins 8,7 millions de soldats qui sont tombés au combat contre les armées d' Hitler ou sont morts dans des camps de prisonniers de guerre . Des millions de civils sont morts de faim , d'exposition, d'atrocités et de massacres. [26] L'Axe a perdu plus de 5 millions de soldats à l'est ainsi que plusieurs milliers de civils. [27]

Pendant la bataille de Stalingrad , les chars T-34 nouvellement construits ont été conduits - non peints en raison d'un manque de peinture - du sol de l'usine directement à l'avant. Cela est venu pour symboliser l'engagement de l'URSS à la Seconde Guerre mondiale et a démontré la politique de guerre totale du gouvernement. [ citation nécessaire ] [ douteux ]

États-Unis

Les États-Unis ont connu une mobilisation sans précédent des ressources nationales pour la Seconde Guerre mondiale. Les États-Unis n'étaient pas en danger d'une attaque majeure. Mais le sens national après Pearl Harbor était d'utiliser toutes les ressources de la nation pour vaincre l'Allemagne et le Japon. La plupart des activités non essentielles étaient rationnées, interdites ou restreintes, et la plupart des jeunes hommes célibataires en bonne santé étaient enrôlés. Il y avait peu d'urgence avant 1940, lorsque l'effondrement de la France a mis fin à la fausse guerre et a révélé des besoins urgents. Néanmoins, le président Franklin Roosevelt a décidé d'abord de solidifier l'opinion publique avant d'agir. En 1940, le premier projet de paix a été institué, ainsi que des programmes de prêt-bail pour aider les Britanniques, et une aide secrète a également été transmise aux Chinois. [28] AméricainCependant, l'opinion publique était toujours opposée à l'implication dans les problèmes de l'Europe et de l'Asie. En 1941, l'Union soviétique est devenue la dernière nation à être envahie, et les États-Unis lui ont également apporté leur aide. Les navires américains ont commencé à défendre les convois d'aide aux nations alliées contre les attaques sous-marines, et un embargo commercial total contre l' Empire du Japon a été institué pour priver son armée des matières premières dont ses usines et ses forces militaires avaient besoin pour poursuivre ses actions offensives en Chine.

À la fin de 1941, le gouvernement dominé par l' armée japonaise a décidé de s'emparer par la force militaire des ressources stratégiques de l'Asie du Sud-Est et de l'Indonésie puisque les puissances occidentales ne voulaient pas donner au Japon ces marchandises par le commerce. La planification de cette action comprenait des attaques surprises contre les forces américaines et britanniques à Hong Kong, aux Philippines, en Malaisie et contre la base navale américaine et les navires de guerre de Pearl Harbor . En réponse à ces attaques, le Royaume-Uni et les États-Unis ont déclaré la guerre le lendemain. L'Allemagne nazie déclara la guerre aux États-Unis quelques jours plus tard, avec l'Italie fasciste ; les États-Unis se sont retrouvés pleinement impliqués dans une seconde guerre mondiale.

Alors que les États-Unis commençaient à se préparer à une guerre majeure, des efforts d'information et de propagande ont été mis en branle. Les civils (y compris les enfants) ont été encouragés à participer à des collectes de graisse, de graisse et de ferraille. De nombreuses usines fabriquant des biens non essentiels se sont rééquipées pour la production de guerre. Des niveaux de productivité industrielle sans précédent ont été atteints pendant la guerre ; des convois de plusieurs milliers de tonnes étaient régulièrement construits en un mois et demi, et des chars étaient sortis des anciennes usines automobiles. Quelques années après l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, presque tous les hommes sans enfants aptes au service, âgés de 18 à 30 ans, ont été enrôlés dans l'armée "pour la durée" du conflit, et un nombre sans précédent de femmes ont accepté des emplois. détenues auparavant par eux.Des systèmes stricts de rationnement des produits de consommation de base ont été introduits pour réorienter la capacité de production vers les besoins de la guerre.[29]

Des sections auparavant intactes de la nation se sont mobilisées pour l'effort de guerre. Les universitaires sont devenus des technocrates ; les ménagères sont devenues des fabricants de bombes (un nombre massif de femmes ont travaillé dans l'industrie pendant la guerre) ; les dirigeants syndicaux et les hommes d'affaires sont devenus les commandants des armées massives de la production. Les grandes communautés scientifiques des États-Unis se sont mobilisées comme jamais auparavant, et mathématiciens, médecins, ingénieurs et chimistes se sont penchés sur les problèmes qui les attendaient. [30]

À la fin de la guerre, une multitude de progrès avaient été réalisés dans les domaines de la médecine, de la physique, de l'ingénierie et des autres sciences. Même les physiciens théoriciens ont travaillé au Laboratoire national de Los Alamos sur le projet Manhattan qui a abouti à l' essai nucléaire de Trinity et a changé le cours de l'histoire.

Pendant la guerre, les États-Unis ont perdu 407 316 militaires, mais ont réussi à éviter les dommages considérables aux infrastructures civiles et industrielles que d'autres participants ont subis. Les États-Unis sont devenus l'une des deux superpuissances après la guerre. [31]

Reddition inconditionnelle

En fait, Dresde était une masse d'usines de munitions, un centre gouvernemental intact et un point de transport clé vers l'Est. Ce n'est plus rien de tout cela.

—  Air Chief Marshal Arthur Harris , dans une note au ministère de l' Air le 29 mars 1945 [32]

Après l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, Franklin D. Roosevelt a déclaré lors d'une conférence de Casablanca aux autres Alliés et à la presse que la reddition inconditionnelle était l'objectif de la guerre contre les puissances de l'Axe en Allemagne, en Italie et au Japon. [33] Avant cette déclaration, les régimes individuels des puissances de l'Axe auraient pu négocier un armistice similaire à celui de la fin de la Première Guerre mondiale, puis une capitulation conditionnelle lorsqu'ils ont perçu que la guerre était perdue.

La reddition inconditionnelle des principales puissances de l'Axe a causé un problème juridique lors des procès de Nuremberg d' après-guerre , car les procès semblaient être en conflit avec les articles 63 et 64 de la Convention de Genève de 1929 . Habituellement, si de tels procès sont organisés, ils se déroulent sous les auspices du propre système juridique du pouvoir vaincu, comme cela s'est produit avec certaines des puissances mineures de l'Axe, par exemple dans les tribunaux du peuple roumain après la Seconde Guerre mondiale . Pour contourner cela, les Alliés ont fait valoir que les principaux criminels de guerre avaient été capturés après la fin de la guerre, ils n'étaient donc pas des prisonniers de guerre et les Conventions de Genève ne les couvraient pas. De plus, l'effondrement des régimes de l'Axe a créé une condition légale de défaite totale ( debellatio), les dispositions de la convention de La Haye de 1907 sur l'occupation militaire n'étaient donc pas applicables. [34]

Aujourd'hui

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, aucune nation industrielle n'a mené une guerre aussi importante et décisive. [35] Cela est probablement dû à la disponibilité d'armes nucléaires, dont la puissance destructrice et le déploiement rapide rendent une mobilisation complète des ressources d'un pays, comme pendant la Seconde Guerre mondiale, logistiquement impraticable et stratégiquement non pertinente. [36] De telles armes sont développées et entretenues avec des budgets de défense relativement modestes en temps de paix. [ citation nécessaire ]

À la fin des années 1950, l' impasse idéologique de la guerre froide entre le monde occidental et l' Union soviétique avait entraîné le tir de milliers d'armes nucléaires de chaque côté. Stratégiquement, l'équilibre égal de la puissance destructrice possédée par chaque situation de côté est devenu connu sous le nom de destruction mutuelle assurée (MAD), considérant qu'une attaque nucléaire par une superpuissance entraînerait une contre-attaque nucléaire par l'autre. [37] Cela se traduirait par des centaines de millions de morts dans un monde où, selon des mots largement attribués à Nikita Khrouchtchev , « Les vivants envieront les morts ». [38]

Pendant la guerre froide, les deux superpuissances ont cherché à éviter un conflit ouvert entre leurs forces respectives, car les deux parties ont reconnu qu'un tel affrontement pourrait très facilement dégénérer et impliquer rapidement des armes nucléaires. Au lieu de cela, les superpuissances se sont combattues par leur implication dans des guerres par procuration, des renforcements militaires et des affrontements diplomatiques. [ citation nécessaire ]

Dans le cas des guerres par procuration, chaque superpuissance a soutenu ses alliés respectifs dans des conflits avec des forces alignées avec l'autre superpuissance, comme dans la guerre du Vietnam et l' invasion soviétique de l'Afghanistan . [ citation nécessaire ]

Pendant les guerres yougoslaves , l' OTAN a mené des frappes contre le réseau électrique en territoire ennemi à l'aide de bombes au graphite . L'OTAN a affirmé que l'objectif de leurs frappes était de perturber les infrastructures militaires et les communications. [39]

Voir aussi

Références

Remarques

  1. ^ https://www.oxfordreference.com/view/10.1093/oi/authority.2011803105038425 "La guerre totale"
  2. ^ Edward Gunn. "Le dilemme moral de la guerre atomique", Aegis: The Otterbein College Humanities Journal , printemps 2006, p. 67 . NB Gunn cite cet article de Wikipédia tel qu'il était le 27 septembre 2005 , mais uniquement pour le texte de la chanson "The Thing-Ummy Bob".
  3. ^ Sur la route de la guerre totale : la guerre civile américaine et les guerres allemandes d'unification, 1861–1871 (Publications de l'Institut historique allemand) . Institut historique allemand . 22 août 2002. p. 296. ISBN 978-0-521-52119-2.
  4. ^ Hew Strachan; Andreas Herberg-Rothe (2007). Clausewitz au XXIe siècle . Presses de l'Université d'Oxford. p.  64 –66. ISBN 978-0-19-923202-4.
  5. ^ Roger Chickering; Stig Förster (2003). Les ombres de la guerre totale : Europe, Asie de l'Est et États-Unis, 1919-1939 . La presse de l'Universite de Cambridge. p. 8. ISBN 978-0-521-81236-8.
  6. ^ Bertrand Taithe (1999). La chair vaincue : le bien-être, la guerre et la construction de la France moderne . Presse universitaire de Manchester. p. 35 et 73. ISBN 978-0-7190-5621-5.
  7. ^ Stig Förster (2002). Sur la route de la guerre totale : la guerre civile américaine et les guerres allemandes d'unification, 1861-1871 . La presse de l'Universite de Cambridge. p. 550. ISBN 978-0-521-52119-2.
  8. ^ "Lettre de William T. Sherman à Henry Halleck, 24 décembre 1864" . Ère de la guerre civile NC . Récupéré le 28 mars 2020 .
  9. ^ DeGroot, Gérard J. (2004). La bombe : une vie (1ère édition de Harvard University Press pbk.). Cambridge, Massachusetts : Harvard. p. 153. ISBN 978-0-674-01724-5.
  10. ^ Janice J. Terry, James P. Holoka, Jim Holoka, George H. Cassar, Richard D. Goff (2011). " Histoire du monde : depuis 1500 : l'ère de l'intégration mondiale ". Cengager l'apprentissage. p. 717. ISBN 978-1-111-34513-6 
  11. ^ Voir « De George Washington au major général John Sullivan, 31 mai 1779 » Archives nationales
  12. ^ Fischer, Joseph R. (1997) Un échec bien exécuté: La campagne Sullivan contre les Iroquois, juillet-septembre 1779 Columbia, Caroline du Sud: University of South Carolina Press ISBN 978-1-57003-137-3 
  13. ^ Comprendre les conflits militaires américains à travers des sources primaires . ABC-CLIO. 2016. p. 149.
  14. ^ Bell, David A (12 janvier 2007). La première guerre totale : l'Europe de Napoléon et la naissance de la guerre telle que nous la connaissons (première édition). Houghton Mifflin Harcourt. ISBN 978-0-618-34965-4. Consulté le 19 janvier 2017 .
  15. ^ Broers, Michael (2008). « Le concept de « guerre totale » dans la période révolutionnaire-napoléonienne ». La guerre dans l'histoire . 15 (3) : 247-268. doi : 10.1177/0968344508091323 .
  16. ^ Demm, Eberhard (1993). « Propagande et caricature dans la Première Guerre mondiale ». Journal d'histoire contemporaine . 28 : 163-192. doi : 10.1177/002200949302800109 . S2CID 159762267 . 
  17. ^ Jürgen Kocka, Face à la guerre totale : la société allemande, 1914-1918 (1984).
  18. ^ Lizzie Collingham, Taste of war: World War II and the battle for food (Penguin, 2012).
  19. ^ Pauer, L'économie de guerre du Japon, 1999 pp. 13
  20. ^ Unidas, Naciones. Enquête économique et sociale mondiale 2004 : Migrations internationales , p. 23
  21. ^ Zhifen Ju, « Les atrocités du Japon consistant à enrôler et à abuser des conscrits de la Chine du Nord après le déclenchement de la guerre du Pacifique », 2002, Bibliothèque du Congrès, 1992, « Indonésie : la Seconde Guerre mondiale et la lutte pour l'indépendance, 1942-1950 ; L'occupation japonaise , 1942–45" Date d'accès : 9 février 2007.
  22. ^ Angus Calder, La guerre populaire : Grande-Bretagne 1939-45 (1969) en ligne
  23. ^ Winston Churchill Le Peu Le Centre Churchill
  24. ^ Reuth, Ralph Georg (1993) Goebbels Traduit par Krishna Winston. New York : Harcourt Brace. pp/304, 309-313. ISBN 0-15-136076-6 
  25. ^ AS Milward (1964) La fin de la Blitzkrieg. La revue d'histoire économique, nouvelle série, vol. 16, n° 3, p. 499-518.
  26. ^ "Les dirigeants pleurent les morts soviétiques pendant la guerre" . BBC.co.uk . 2005-05-09 . Consulté le 5 août 2015 .
  27. ^ Pertes allemandes selon : Rüdiger Overmans, Deutsche militärische Verluste im Zweiten Weltkrieg . Oldenbourg 2000. ISBN 978-3-486-56531-7 , p. 265, 272 
  28. ^ James MacGregor Burns, Roosevelt : Le soldat de la liberté (1940-1945). Vol. 2 (1970) p. 3-63. en ligne
  29. ^ John Phillips Resch et les rédacteurs de D'Ann Campbell. Les Américains en guerre : la société, la culture et le front intérieur (vol 3 2004).
  30. ^ Arthur Herman, Freedom's Forge: Comment les entreprises américaines ont remporté la victoire pendant la Seconde Guerre mondiale (Random House, 2012).
  31. ^ McWilliams, Wayne (1990). Le monde depuis 1945 : une histoire des relations internationales . Éditeurs Lynne Rienner.
  32. ^ Longmate, Norman; Les Bombardiers , Hutchins & Co, (1983), ISBN 978-0-09-151580-5 p. 346 
  33. ^ "La Conférence de Casablanca, 1943" . Bureau de l'historien . Département d'État des États-Unis . Consulté le 19 janvier 2017 .
  34. ^ Ruth Wedgwood « La portée judiciaire excessive » (PDF) . Archivé de l'original (PDF) le 8 mars 2008 . Récupéré le 2008-05-29 . Wall Street Journal 16 novembre 2004
  35. ^ "La Seconde Guerre mondiale (1939-1945)" . Le projet des papiers Eleanor Roosevelt . Université George Washington . Consulté le 19 janvier 2017 .
  36. ^ Baylis, Wirtz & Gray 2012 , p. 55.
  37. ^ Castella, Tom de (15 février 2012). « Comment avons-nous oublié la destruction mutuellement assurée ? . Nouvelles de la BBC . Consulté le 19 janvier 2017 .
  38. ^ "1257. Nikita Sergeyevich Khrouchtchev (1894-1971). Respectueusement cité : Un dictionnaire de citations. 1989" . Consulté le 5 août 2015 .
  39. ^ Gordon, Michael (1999-05-04). « CRISE DANS LES BALKANS : L'APERÇU ; LES ATTAQUES AÉRIENNES DE L'OTAN SUR LES CENTRALES ÉLECTRIQUES PASSENT UN SEUIL » . Le New York Times . Récupéré le 6 décembre 2017 .

Lectures complémentaires

  • Barnhart, Michael A. Le Japon se prépare à la guerre totale : la recherche de la sécurité économique, 1919-1941 (Cornell UP, 2013).
  • Baylis, Jean ; Wirtz, James J.; et Gray, Colin S., éd. (2012), Strategy in the Contemporary World (4, édition illustrée), Oxford University Press, p. 55 , ISBN 978-0-19-969478-5
  • Bell, David A. (2007), La première guerre totale : l'Europe de Napoléon et la naissance de la guerre telle que nous la connaissons
  • Noir, Jérémie. L'âge de la guerre totale, 1860-1945 (Rowman & Littlefield Publishers, 2010).
  • Broers, Michel. "Le concept de guerre totale dans la période révolutionnaire - napoléonienne." Guerre dans l'histoire 15.3 (2008) : 247-68.
  • Craig, Campbell. Lueur d'un nouveau Léviathan : Guerre totale dans le réalisme de Niebuhr, Morgenthau et Waltz (Columbia University Press, 2004), Histoire intellectuelle.
  • Förster, Stig et Jorg Nagler. Sur la route de la guerre totale : la guerre civile américaine et les guerres d'unification allemandes, 1861–1871 (Cambridge University Press, 2002).
  • Hewitson, Marc. "Les guerres des princes, les guerres du peuple ou la guerre totale? Les armées de masse et la question d'une révolution militaire en Allemagne, 1792-1815." Guerre dans l'histoire 20.4 (2013) : 452-90.
  • Markusen, Éric ; Kopf, David (1995), L'Holocauste et les bombardements stratégiques : génocide et guerre totale au vingtième siècle
  • Marwick, Arthur, Clive Emsley et Wendy Simpson. Guerre totale et changement historique : Europe 1914-1955 (Open University Press, 2001).
  • Neely Jr., Mark E., "La guerre civile était-elle une guerre totale ?", Histoire de la guerre civile , 50 : 2004
  • Sutherland, Daniel E.; McWhiney, Grady (1998), L'émergence de la guerre totale , Série Campagnes et commandants de la guerre de Sécession aux États-Unis
  • Walters, John Bennett. Marchand de terreur : le général Sherman et la guerre totale (1973).

Liens externes