Les Protocoles des Sages de Sion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Les Protocoles des Sages de Sion
1905 2fnl Velikoe v malom i antikhrist.jpg
Couverture de la première édition du livre, Le Grand dans le Minuscule et l'Antéchrist
AuteurInconnue; plagié de divers auteurs
Titre originalПрограма завоевания мира евреями
( Programa zavoevaniya mira evreyami )
"Le programme juif pour conquérir le monde"
PaysEmpire russe
LangueRusse [a]
Sujet Théorie du complot antisémite
GenreLa propagande
ÉditeurZnamya
Date de publication
août-septembre 1903
Publié en anglais
1919

Les Protocoles des sages de Sion ( Протоколы сионских мудрецов ) ou Les protocoles des réunions des sages de Sion est un texte antisémite fabriqué qui prétend décrire unplan juif de domination mondiale. Le canular a été plagié à partir de plusieurs sources antérieures, certaines de nature non antisémite. [1] Il a été publié pour la première fois en Russie en 1903, traduit en plusieurs langues et diffusé internationalement au début du 20e siècle. Il a joué un rôle clé dans la popularisation de la croyance en une conspiration juive internationale .

Des distillations du travail ont été assignées par certains enseignants allemands, comme si elles étaient factuelles, pour être lues par des écoliers allemands après l' arrivée au pouvoir des nazis en 1933, [2] bien qu'elles aient été dénoncées comme frauduleuses par le journal britannique The Times en 1921 et le journal allemand Frankfurter Zeitung en 1924. Il reste largement disponible dans de nombreuses langues, sur papier et sur Internet, et continue d'être présenté par les groupes néofascistes, fondamentalistes et antisémites comme un véritable document. Il a été décrit comme « probablement le travail d'antisémitisme le plus influent jamais écrit ». [3]

Création

Les protocoles sont un document fabriqué qui se veut factuel. Les preuves textuelles montrent qu'il n'a pas pu être produit avant 1901. On sait que le titre de l' édition largement distribuée de Sergei Nilus contient les dates "1902-1903", et il est probable que le document a été réellement écrit à cette époque en Russie, malgré la tentative de Nilus de dissimuler cela en insérant des mots à consonance française dans son édition. [4] Cesare G. De Michelissoutient qu'il a été fabriqué dans les mois qui ont suivi un congrès sioniste russe en septembre 1902, et qu'il était à l'origine une parodie de l'idéalisme juif destiné à la circulation interne parmi les antisémites jusqu'à ce qu'il soit décidé de le nettoyer et de le publier comme s'il était réel. Les auto-contradictions dans divers témoignages montrent que les personnes impliquées, y compris l'éditeur initial du texte, Pavel Krushevan, ont délibérément obscurci les origines du texte et menti à ce sujet dans les décennies qui ont suivi. [5]

Si le placement du faux en Russie 1902-1903 est correct, alors il a été écrit au début des pogroms antijuifs dans l'Empire russe , au cours desquels des milliers de Juifs ont été tués ou ont fui le pays. De nombreuses personnes que De Michelis soupçonne d'être impliquées dans la contrefaçon étaient directement responsables de l'incitation aux pogroms. [6]

Contexte du complot politique

Selon Norman Cohn , le mythe moderne d'une conspiration mondiale des Juifs trouve son premier précurseur dans un ouvrage écrit par un prêtre jésuite, Augustin Barruel , qui dans ses Mémoires pour servir à l'histoire du Jacobinisme (1798) a soutenu que le L' Ordre médiéval et multinational des Templiers n'avait pas été complètement éteint en 1312 mais avait plutôt vécu à travers les âges comme une fraternité secrète ayant l'intention de détruire la papauté et toutes les formes de gouvernement monarchique. De l'avis de Barruel, les membres modernes de ce mouvement occulte avaient arraché le contrôle de l' Ordre des francs-maçonsil a jugé responsable de saper la moralité populaire et la religion catholique. Les idées de Barruel sur une conspiration universelle ont été influencées par la nouvelle du contenu d'un tract, Proofs of a Conspiracy (1797), écrit par le mathématicien écossais John Robison à Londres. Selon Barruel, les penseurs français des Lumières , comptant un demi-million de fidèles en France, ont à leur tour juré leur allégeance aveugle aux Illuminati de Bavière sous Adam Weishaupt . Les Juifs figurent rarement dans la polémique en 5 volumes de Barruel, bien que plusieurs années plus tard, une lettre écrite par un Florentin putatifofficier de l'armée portant le nom de JB Simonini, et adressé à Barruel, après l'avoir félicité d'avoir identifié les sectes infernales manœuvrant pour préparer le terrain à l' Antéchrist , ajouta que la « secte judaïque » devrait être incluse dans la liste. La lettre, conclut Cohn, « semble être la première de la série de contrefaçons antisémites qui devait aboutir aux Protocoles ». [7] Simonini lui-même, selon Léon Poliakov , était probablement un pseudonyme masquant le travail de la police politique française contrôlée par Joseph Fouché , peut-être pour tenter de contrecarrer les plans de Napoléon de convoquer un Grand Sanhédrin et d'accorder l'émancipation aux Juifs. [8]La reconstruction de Cohn de l'arrière-plan est maintenant contestée. [ citation nécessaire ]

Vers la fin du XVIIIe siècle, à la suite des partitions de la Pologne , l' Empire russe hérita de la plus grande population juive du monde. Les Juifs vivaient dans des shtetls à l'ouest de l'Empire, dans le Pale of Settlement et jusqu'aux années 1840, les affaires juives locales étaient organisées par le qahal , le gouvernement juif semi-autonome, y compris à des fins de taxation et de conscription dans l' armée impériale russe. . Suite à l'ascension du libéralisme en Europe, la classe dirigeante russe est devenue plus dure dans ses politiques réactionnaires, soutenant la bannière de l' orthodoxie, de l'autocratie et de la nationalité., où les sujets non-orthodoxes et non-russes, y compris les Juifs, n'étaient pas toujours embrassés. Les Juifs qui tentaient de s'assimiler étaient considérés avec méfiance comme des « infiltrés » potentiels censés essayer de « s'emparer de la société », tandis que les Juifs qui restaient attachés à la culture juive traditionnelle étaient considérés comme des étrangers indésirables.

Le Livre du Kahal (1869) de Jacob Brafman, dans l'original en langue russe

Le ressentiment envers les Juifs, pour les raisons susmentionnées, existait dans la société russe, mais l'idée d'une conspiration juive internationale à la manière des Protocoles pour la domination mondiale a été inventée dans les années 1860. Jacob Brafman , un juif russe de Minsk , s'est brouillé avec des agents du qahal local et s'est par conséquent retourné contre le judaïsme . Il s'est ensuite converti à l' Église orthodoxe russe et a été l'auteur de polémiques contre le Talmud et le qahal . [9] Brafman a affirmé dans ses livres Les Fraternités juives locales et universelles (1868) etLe Livre du Kahal (1869), publié à Vilna , que le qahal continuait d'exister en secret et qu'il avait pour objectif principal de saper les entrepreneurs chrétiens, de s'emparer de leurs biens et finalement de s'emparer du pouvoir. Il a également affirmé qu'il s'agissait d'un réseau complotiste international, sous le contrôle central de l' Alliance Israélite Universelle , qui était basée à Paris puis sous la direction d' Adolphe Crémieux , un éminent franc-maçon . [9] Le talmudiste de Vilna, Jacob Barit , a tenté de réfuter l'affirmation de Brafman.

L'impact du travail de Brafman a pris un aspect international lorsqu'il a été traduit en anglais, français, allemand et dans d'autres langues. L'image du « qahal » comme un gouvernement secret juif international de l'ombre travaillant comme un État dans l'État a été reprise par des publications antijuives en Russie et a été prise au sérieux par certains responsables russes tels que PA Cherevin et Nikolay Pavlovich Ignatyev qui, dans le Les années 1880 ont exhorté les gouverneurs généraux des provinces à rechercher le prétendu qahal . C'était à l'époque de l' assassinat du tsar Alexandre II de Russie par Narodnaya Volya et des pogroms qui ont suivi . En France, il a été traduit par MonseigneurErnest Jouin en 1925, partisan des Protocoles. En 1928, Siegfried Passarge , un géographe qui apportera plus tard son soutien aux nazis , le traduisit en allemand.

Mis à part Brafman, il y avait d'autres premiers écrits qui postulaient un concept similaire aux Protocoles . Cela inclut La conquête du monde par les Juifs (1878), [10] publié à Bâle et écrit par Osman Bey (né Frederick Millingen). Millingen était un sujet britannique et fils du médecin anglais Julius Michael Millingen , mais a servi comme officier dans l' armée ottomane où il est né. Il s'est converti à l' islam , mais est devenu plus tard un chrétien orthodoxe russe. Le travail de Bey a été suivi par Hippolytus Lutostansky de Le Talmud et les Juifs (1879) qui a fait que les Juifs voulaient diviser la Russie entre eux.[11]

Sources employées

La source du faux se composait conjointement de Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu ( Dialogue en enfer entre Machiavel et Montesquieu ), une satire politique de 1864 de Maurice Joly ; [12] et un chapitre de Biarritz , roman de 1868 du romancier allemand antisémite Hermann Goedsche , qui avait été traduit en russe en 1872. [2] : 97 

Faux littéraire

Les Protocoles sont l'un des exemples de contrefaçon littéraire les plus connus et les plus discutés , l'analyse et la preuve de son origine frauduleuse remontant à 1921. [13] La contrefaçon est un des premiers exemples de littérature sur la « théorie du complot ». [14] Écrit principalement à la première personne du pluriel, [b] le texte comprend des généralisations , des truismes et des platitudes sur la façon de conquérir le monde : prendre le contrôle des médias et des institutions financières, changer l'ordre social traditionnel, etc. Il ne contient pas de détails. [16]

Maurice Joly

De nombreuses pièces dans les protocoles , en un seul calcul, quelque 160 passages, [17] ont été plagié de fiction de Joly Dialogue en enfer , une attaque à peine voilée sur les ambitions politiques de Napoléon III , qui, représenté par le non-juif caractère Machiavel , [ 18] complote pour gouverner le monde. Joly, un républicain qui a servi plus tard dans la Commune de Paris , a été condamné à 15 mois en conséquence directe de la publication de son livre. [19] Umberto Eco considérait que Dialogue in Hell était lui-même en partie plagié d'un roman d' Eugène Sue, Les Mystères du Peuple (1849-1856). [20]

Les phrases identifiables de Joly constituent 4% de la première moitié de la première édition, et 12% de la seconde moitié ; les éditions ultérieures, y compris la plupart des traductions, contiennent des citations plus longues de Joly. [21]

Les Protocoles 1-19 suivent de près l'ordre des Dialogues 1-17 de Maurice Joly . Par example:

Dialogue en enfer entre Machiavel et Montesquieu Les Protocoles des Sages de Sion

Comment se font les prêts ? Par l'émission d'obligations entraînant pour le gouvernement l'obligation de payer des intérêts proportionnels au capital qui lui a été versé. Ainsi, si un emprunt est à 5%, l'Etat, au bout de 20 ans, a versé une somme égale au capital emprunté. Au bout de 40 ans, il a payé le double, au bout de 60 ans le triple : il reste pourtant débiteur de la totalité du capital.

—  Montesquieu, Dialogues , p. 209

Un emprunt est une émission d'effets publics qui entraîne l'obligation de payer des intérêts s'élevant à un pourcentage de la somme totale de l'argent emprunté. Si un prêt est à 5%, alors dans 20 ans le gouvernement aurait payé inutilement une somme égale à celle du prêt pour couvrir le pourcentage. En 40 ans, il aura payé deux fois ; et dans 60 trois fois ce montant, mais le prêt restera toujours comme une dette impayée.

—  Protocoles , p. 77

Comme le dieu Vishnu, ma presse aura cent bras, et ces bras donneront la main à toutes les nuances d'opinion dans tout le pays.

—  Machiavel, Dialogues , p. 141

Ces journaux, comme le dieu indien Vishnu, posséderont des centaines de mains, chacune d'elles sentira le pouls de l'opinion publique variable.

—  Protocoles , p. 43

Je comprends maintenant la figure du dieu Vishnu ; tu as cent bras comme l'idole indienne, et chacun de tes doigts touche un ressort.

—  Montesquieu, Dialogues , p. 207

Notre gouvernement ressemblera au dieu hindou Vishnu. Chacune de nos cent mains tiendra un ressort de l'appareil social d'État.

—  Protocoles , p. 65

Philip Graves a mis en lumière ce plagiat dans une série d'articles dans le Times en 1921, étant le premier à exposer les Protocoles comme un faux au public. [1] [22]

Hermann Goedsche

Daniel Keren a écrit dans son essai « Commentaire sur les protocoles des sages de Sion », « Goedsche était un employé des postes et un espion de la police secrète prussienne . Il avait été contraint de quitter le travail postal en raison de son rôle dans la fabrication de preuves dans les poursuites contre le leader démocrate Benedict Waldeck en 1849." [23] Suite à son licenciement, Goedsche a commencé une carrière en tant que chroniqueur conservateur et a écrit de la fiction littéraire sous le nom de plume Sir John Retcliffe. [24] Son roman de 1868 Biarritz ( À Sedan ) contient un chapitre intitulé « Le cimetière juif de Prague et le Conseil des représentants des douze tribus d'Israël." Dans ce document, Goedsche (qui ignorait qu'il ne restait que deux des douze "tribus" bibliques d'origine) dépeint une réunion nocturne clandestine de membres d'une mystérieuse cabale rabbinique qui planifie une diabolique "conspiration juive". semble contribuer ses opinions et leurs connaissances. le chapitre ressemble beaucoup à une scène Alexandre Dumas de Giuseppe Balsamo (1848), où Joseph Balsamo alias Alessandro Cagliostro et l' intrigue de la société l' affaire du collier de diamants . [25]

En 1872, une traduction russe du « Cimetière juif de Prague » parut à Saint-Pétersbourg sous la forme d'un pamphlet séparé de prétendue non-fiction. François Bournand, dans ses Juifs et nos contemporains (1896), reproduit le soliloque en fin de chapitre, dans lequel le personnage de Levit exprime comme factuel le vœu que les Juifs soient « les rois du monde dans 100 ans » — en créditant un « Grand Rabbin John Readcliff." La perpétuation du mythe de l'authenticité de l'histoire de Goedsche, en particulier du « discours du rabbin », a facilité les récits ultérieurs de l'authenticité tout aussi mythique des Protocoles . [24] Comme les protocoles, beaucoup ont affirmé que le « discours du rabbin » fictif avait une résonance d'authenticité, quelle que soit son origine : « Ce discours a été publié à notre époque, il y a dix-huit ans », lit-on dans un rapport de 1898 dans La Croix , « et tous les événements survenus avant nos yeux y étaient anticipés avec une précision vraiment effrayante." [26]

Des événements fictifs du Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu de Joly , paru quatre ans avant Biarritz , pourraient bien avoir été l'inspiration de la réunion fictive de minuit de Goedsche et des détails sur l'issue de l'intrigue supposée. Le chapitre de Goedsche a peut-être été un plagiat pur et simple de Joly, Dumas père, ou des deux. [27] [c]

Structure et contenu

Les Protocoles prétendent documenter le procès-verbal d'une réunion de la fin du XIXe siècle à laquelle ont participé des dirigeants juifs du monde, les « Anciens de Sion », qui conspirent pour conquérir le monde. [28] [29] Le faux met dans la bouche des dirigeants juifs une variété de plans, dont la plupart dérivent d'anciens canards antisémites. [28] [29] Par exemple, les Protocoles incluent des plans pour renverser la morale du monde non-juif, des plans pour que les banquiers juifs contrôlent les économies du monde, des plans pour le contrôle juif de la presse, et - finalement - des plans pour la destruction de civilisation. [28] [29]Le document se compose de 24 « protocoles », qui ont été analysés par Steven Jacobs et Mark Weitzman, qui ont documenté plusieurs thèmes récurrents qui apparaissent à plusieurs reprises dans les 24 protocoles, [d] comme indiqué dans le tableau suivant : [30]

Protocole Titre [30] Thèmes [30]
1 La doctrine de base : « Le droit se trouve dans la puissance » Liberté et Liberté; Autorité et pouvoir ; Or = argent
2 La guerre économique et la désorganisation mènent au gouvernement international Conspiration économique politique internationale; Presse/Médias comme outils
3 Méthodes de conquête peuple juif, arrogant et corrompu ; Élection/Élection ; Service publique
4 La destruction de la religion par le matérialisme Affaires froides et sans cœur ; Gentils comme esclaves
5 Despotisme et progrès moderne Éthique juive; La relation du peuple juif avec la société dans son ensemble
6 L'acquisition de terres, l'encouragement de la spéculation Propriété du terrain
sept Une prophétie de guerre mondiale Troubles internes et discorde (par rapport au système judiciaire) menant à la guerre contre Shalom/Paix
8 Le gouvernement de transition Élément criminel
9 La propagande universelle Loi; éducation; Franc-maçonnerie
dix Abolition de la Constitution ; Montée de l'autocratie Politique; Règle de la majorité; Libéralisme; Famille
11 La constitution de l'autocratie et de la règle universelle Gentils ; engagement politique juif; Franc-maçonnerie
12 Le royaume de la presse et du contrôle Liberté; Censure de la presse ; Édition
13 Faire passer la pensée publique de l'essentiel au non-essentiel Gentils ; Entreprise; Élection/Élection ; Presse et censure ; Libéralisme
14 La destruction de la religion comme prélude à l'ascension du dieu juif Judaïsme; Dieu; Gentils ; Liberté; Pornographie
15 Utilisation de la maçonnerie : suppression sans cœur des ennemis Gentils ; Franc-maçonnerie ; Sages d'Israël ; Pouvoir et autorité politiques; Roi d'Israël
16 La nullification de l'éducation Éducation
17 Le sort des avocats et du clergé Avocats ; Le clergé; Christianisme et paternité non-juive
18 L'organisation du désordre Mal; Parole;
19 Compréhension mutuelle entre le dirigeant et les gens Potins; Martyre
20 Le programme financier et la construction Impôts et Fiscalité ; Prêts ; Obligations ; Usure; Prêt d'argent
21 Prêts intérieurs et crédit gouvernemental Marchés boursiers et bourses
22 La bienfaisance de la domination juive Or=Argent ; Choix/Élection
23 L'inculcation de l'obéissance Obéissance à l'Autorité ; Esclavage; Choix/Élection
24 Le souverain juif Royauté; Documenter comme une fiction

Références de complot

Selon Daniel Pipes ,

L'imprécision du livre (presque aucun nom, aucune date ou aucun numéro n'est spécifié) a été l'une des clés de ce succès à grande échelle. La paternité prétendument juive contribue également à rendre le livre plus convaincant. Son étreinte de contradiction - que pour avancer, les Juifs utilisent tous les outils disponibles, y compris le capitalisme et le communisme, le philo-sémitisme et l'antisémitisme, la démocratie et la tyrannie - a permis aux Protocoles d'atteindre tous : riches et pauvres, droite et gauche , Chrétien et musulman , américain et japonais. [16]

Pipes note que les Protocoles mettent l'accent sur les thèmes récurrents de l'antisémitisme complotiste : « Les Juifs complotent toujours », « Les Juifs sont partout », « Les Juifs sont derrière chaque institution », « Les Juifs obéissent à une autorité centrale, les ténèbres « Anciens » », et « Les Juifs sont proche du succès." [31]

En tant que fiction dans le genre littéraire, le tract a été analysé par Umberto Eco dans son roman Le Pendule de Foucault (1988) :

La grande importance des Protocoles réside dans le fait qu'ils permettent aux antisémites d'aller au-delà de leurs cercles traditionnels et de trouver un large public international, un processus qui se poursuit à ce jour. Le faux empoisonnait la vie publique partout où il apparaissait ; c'était « auto-générant ; un modèle qui a migré d'une conspiration à une autre ». [32]

Eco a également traité des protocoles en 1994 dans le chapitre 6, "Protocoles fictifs", de ses Six promenades dans les bois fictifs et dans son roman de 2010 Le cimetière de Prague .

Histoire

Historique des publications

Les Protocoles sont apparus sous forme imprimée dans l'Empire russe dès 1903, publiés sous la forme d'une série d'articles dans Znamya , un journal des Cent-Noirs appartenant à Pavel Krushevan . Il est réapparu en 1905 en tant que chapitre final (chapitre XII) de la deuxième édition de Velikoe v malom i antikhrist ("Le grand dans le petit et l' Antéchrist "), un livre de Sergei Nilus . En 1906, il parut sous forme de brochure éditée par Georgy Butmi de Katzman . [33]

Ces trois premières empreintes en langue russe (et par la suite plus) ont été publiées et diffusées dans l' Empire russe au cours de la période 1903-1906 comme un outil pour les juifs boucs émissaires , blâmés par les monarchistes pour la défaite de la guerre russo-japonaise et la révolution de 1905 . L'idée que les Juifs visent la domination mondiale est commune aux trois textes. Étant donné que les protocoles sont présentés comme un simple document , l' avant et l' arrière comptent .sont nécessaires pour expliquer sa prétendue origine. Les diverses empreintes, cependant, sont mutuellement incompatibles. L'affirmation générale est que le document a été volé à une organisation juive secrète. Étant donné que le prétendu manuscrit original volé n'existe pas, on est obligé de restaurer une prétendue édition originale. Cela a été fait par le savant italien Cesare G. De Michelis en 1998, dans un ouvrage qui a été traduit en anglais et publié en 2004, où il traite son sujet comme Apocryphe . [33] [34]

Au fur et à mesure que la Révolution russe se déroulait, provoquant la fuite des Russes affiliés au mouvement blanc vers l'Ouest, ce texte a été repris et a pris un nouveau but. Jusque-là, Les Protocoles étaient restés obscurs ; [34] c'est maintenant devenu un instrument pour blâmer les Juifs pour la Révolution russe. C'est devenu un outil, une arme politique, utilisée contre les bolcheviks qui étaient décrits comme majoritairement juifs, exécutant prétendument le « plan » incarné dans Les Protocoles . Le but était de discréditer la Révolution d'Octobre , d'empêcher l'Occident de reconnaître l' Union soviétique et de provoquer la chute du régime de Vladimir Lénine .[33] [34]

Premières éditions en langue russe

Le frontispice d'une édition de 1912 utilisant des symboles occultes

Le chapitre « Dans le cimetière juif de Prague » du Biarritz de Goedsche , avec son fort thème antisémite contenant le prétendu complot rabbinique contre la civilisation européenne, a été traduit en russe comme une brochure séparée en 1872. [2] : 97  Cependant, en 1921, La princesse Catherine Radziwill a donné une conférence privée à New York dans laquelle elle a affirmé que les Protocoles étaient un faux compilé en 1904-1905 par les journalistes russes Matvei Golovinski et Manasevich-Manuilov sous la direction de Piotr Rachkovsky , chef des services secrets russes à Paris. [35]

En 1944, l'écrivain allemand Konrad Heiden a identifié Golovinski comme un auteur des Protocoles . [36] Le récit de Radziwill a été soutenu par l'historien russe Mikhail Lepekhine, qui a publié ses conclusions en novembre 1999 dans l'hebdomadaire français L'Express . [37] Lepekhine considère que les Protocoles font partie d'un plan visant à persuader le tsar Nicolas II que la modernisation de la Russie était en réalité un complot juif pour contrôler le monde. [38] Étienne Éric Bronnerécrit que les groupes opposés au progrès, au parlementarisme, à l'urbanisation et au capitalisme, et à un rôle juif actif dans ces institutions modernes, étaient particulièrement attirés par l'antisémitisme du document. [39] L' universitaire ukrainien Vadim Skuratovsky propose une analyse littéraire, historique et linguistique approfondie du texte original des Protocoles et retrace les influences de la prose de Fiodor Dostoïevski (en particulier, Le Grand Inquisiteur et Les Possédés ) sur les écrits de Golovinski, y compris les Protocoles. . [38]

Le rôle de Golovinski dans la rédaction des Protocoles est contesté par Michael Hagemeister, Richard Levy et Cesare De Michelis, qui écrivent chacun que le récit qui le concerne est historiquement invérifiable et dans une large mesure prouvable. [40] [41] [42]

Dans son livre The Non-Existent Manuscript , l'universitaire italien Cesare G. De Michelis étudie les premières publications russes des Protocoles . Les Protocoles ont été mentionnés pour la première fois dans la presse russe en avril 1902, par le journal de Saint-Pétersbourg Novoye Vremya ( Новое ВремяThe New Times ). L'article a été écrit par le célèbre publiciste conservateur Mikhail Menshikov dans le cadre de sa série régulière "Lettres aux voisins" ("Письма к ближним") et s'intitulait "Complots contre l'humanité". L'auteur a décrit sa rencontre avec une dame ( Yuliana Glinka, comme on l'appelle maintenant) qui, après lui avoir fait part de ses révélations mystiques, l'a imploré de se familiariser avec les documents connus plus tard sous le nom de Protocoles ; mais après avoir lu quelques extraits, Menchikov devint assez sceptique quant à leur origine et ne les publia pas. [43]

Éditions Krushevan et Nilus

Les Protocoles ont été publiés au plus tôt, sous forme de feuilleton, du 28 août au 7 septembre ( OS ) 1903, dans Znamya , un quotidien de Saint-Pétersbourg, sous la direction de Pavel Krushevan . Krushevan avait initié le pogrom de Kichinev quatre mois plus tôt. [44]

En 1905, Sergueï Nilus publia le texte intégral des Protocoles au chapitre XII , dernier chapitre (pp. 305-417), de la deuxième édition (ou troisième, selon certaines sources) de son livre, Velikoe v malom i antikhrist , qui se traduit par « Le Grand dans le Petit : La Venue de l'Antéchrist et le règne de Satan sur Terre ». Il a affirmé que c'était l'œuvre du premier congrès sioniste , tenu en 1897 à Bâle, en Suisse . [33]Lorsqu'il a été souligné que le premier congrès sioniste avait été ouvert au public et avait réuni de nombreux non-juifs, Nilus a changé son histoire, affirmant que les protocoles étaient l'œuvre des réunions des Anciens de 1902-1903, mais contredisant la sienne. déclaration préalable selon laquelle il avait reçu sa copie en 1901 :

En 1901, j'ai réussi grâce à une connaissance à moi (le regretté maréchal Alexei Nikolayevich Sukotin de Tchernigov) à obtenir un manuscrit qui exposait avec une perfection et une clarté inhabituelles le cours et le développement de la conspiration secrète juive maçonnique, qui amènerait ce monde méchant à sa fin inévitable. La personne qui m'a donné ce manuscrit a garanti qu'il s'agissait d'une traduction fidèle des documents originaux qui ont été volés par une femme à l'un des chefs les plus hauts et les plus influents des francs-maçons lors d'une réunion secrète quelque part en France - le nid bien-aimé de la conspiration maçonnique. . [45]

Enquête sur la fraude de Stolypine, 1905

Une enquête secrète subséquente ordonnée par Piotr Stolypine , le nouveau président du Conseil des ministres, est parvenue à la conclusion que les Protocoles sont apparus pour la première fois à Paris dans les cercles antisémites vers 1897-1898. [46] Lorsque Nicolas II a appris les résultats de cette enquête, il a demandé : « Les protocoles doivent être confisqués, une bonne cause ne peut pas être défendue par des moyens sales. » [47] Malgré l'ordre, ou à cause de la « bonne cause », de nombreuses réimpressions se sont multipliées. [44]

Les protocoles en Occident

En février 1920, Eyre & Spottiswoode publia la première traduction anglaise des Protocoles des Sages de Sion en Grande-Bretagne. Selon une lettre écrite par l'historien de l'art Robert Hobart Cust , la brochure avait été traduite, préparée et payée par George Shanks [48] et leur ami commun, le major Edward Griffiths George Burdon, qui était secrétaire des Sociétés Russie unie. Association à cette époque. [49] Dans une édition de Lord Alfred Douglas ' Plain English journal datée de janvier 1921, [50]il est affirmé que Shanks, un ancien officier du Royal Navy Air Service et du Comité du gouvernement russe à Kingsway, Londres, [51] avait trouvé un emploi d'après-guerre dans le bureau du whip en chef au 12 Downing Street, avant de se voir offrir un poste de Secrétaire personnel de Sir Phillip Sassoon , à l'époque secrétaire particulier du Premier ministre britannique David Lloyd George dans le gouvernement de coalition britannique.

Une édition de 1934 par la Patriotic Publishing Company de Chicago

Aux États-Unis, les protocoles doivent être compris dans le contexte de la première peur rouge (1917-1920). Le texte aurait été apporté aux États-Unis par un officier de l'armée russe en 1917 ; il fut traduit en anglais par Natalie de Bogory (assistante personnelle de Harris A. Houghton , un officier du ministère de la Guerre ) en juin 1918 [52] et l'expatrié russe Boris Brasol le fit bientôt circuler dans les cercles gouvernementaux américains, notamment diplomatiques et militaires. , sous forme dactylographiée, [53] dont une copie est archivée par le Hoover Institute . [54] Il apparaît également en 1919 dans leGrand livre public sous la forme d'une paire d'articles de journaux sérialisés. Mais toutes les références aux « juifs » ont été remplacées par des références aux bolcheviks en tant qu'exposé du journaliste et par la suitedu doyen de la Columbia University School of Journalismtrès respecté, Carl W. Ackerman . [55] [54]

En 1923, parut une brochure éditée anonymement par la Britons Publishing Society , successeur de The Britons , une entité créée et dirigée par Henry Hamilton Beamish . Cette empreinte aurait été une traduction de Victor E. Marsden, décédé en octobre 1920. [54]

empreintes en anglais

Les 27 et 28 octobre 1919, le Philadelphia Public Ledger a publié des extraits d'une traduction en anglais sous le nom de « Bible rouge », en supprimant toutes les références à la prétendue paternité juive et en refondant le document en un manifeste bolchevique . [56] L'auteur des articles était le correspondant du journal à l'époque, Carl W. Ackerman , qui devint plus tard le chef du département de journalisme à l'Université Columbia . Le 8 mai 1920, un article [57] du Timesa suivi la traduction allemande et a demandé une enquête sur ce qu'il a appelé une « note étrange de prophétie ». Dans le leader (éditorial) intitulé "The Jewish Peril, a Disturbing Pamphlet: Call for Inquiry", Wickham Steed a écrit à propos des Protocoles :

Quels sont ces « Protocoles » ? Sont-ils authentiques ? Si oui, quelle assemblée malveillante a concocté ces plans et jubilé de leur exposition ? Sont-ils faux ? Si oui, d'où vient la note étrange de la prophétie, la prophétie en partie accomplie, en partie allée si loin sur le chemin de l'accomplissement ? [58]

Steed a retiré son approbation des protocoles après qu'ils aient été exposés comme contrefaçon. [59]

États-Unis

Page de titre de l'édition 1920 de Boston

Pendant près de deux ans à partir de 1920, l'industriel américain Henry Ford a publié dans un journal qu'il possédait – The Dearborn Independent – une série d'articles antisémites qui citaient abondamment les Protocoles. [60] L'auteur réel des articles est généralement considéré comme le rédacteur en chef du journal, William Cameron. [60] Au cours de 1922, le tirage de Dearborn Independent a augmenté à près de 270 000 exemplaires payés. [61] Ford a publié plus tard une compilation des articles sous forme de livre sous le titre " Le Juif international : Le premier problème du monde ". [60] En 1921, Ford a cité des preuves d'une menace juive : « La seule déclaration que je tiens à faire au sujet des Protocolesc'est qu'ils correspondent à ce qui se passe. Ils ont 16 ans et ils se sont adaptés à la situation mondiale jusqu'à aujourd'hui. » [62] Robert A. Rosenbaum a écrit que « En 1927, s'inclinant devant les pressions juridiques et économiques, Ford a publié une rétractation et des excuses, tout en déclinant toute responsabilité personnelle. — pour les articles antisémites et a fermé le Dearborn Independent en 1927. [63] Il était aussi un admirateur de l'Allemagne nazie . [64]

En 1934, un éditeur anonyme a élargi la compilation avec « Text and Commentary » (pp 136–41). La production de cette compilation non créditée était un livre de 300 pages, une édition augmentée inauthentique du douzième chapitre du livre de 1905 de Nilus sur la venue de l' Antéchrist . Il consiste en des levées substantielles d'extraits d'articles du périodique antisémite de Ford The Dearborn Independent . Ce texte de 1934 circule le plus largement dans le monde anglophone, ainsi que sur internet. Le "Texte et commentaire" se termine par un commentaire sur Chaim WeizmannLe 6 octobre 1920, remarque lors d'un banquet : « Une protection bienfaisante que Dieu a instituée dans la vie du Juif, c'est qu'il l'a dispersé dans le monde entier ». Marsden, qui était mort à ce moment-là, est crédité de l'affirmation suivante :

Cela prouve que les sages existent. Cela prouve que le Dr Weizmann sait tout à leur sujet. Cela prouve que le désir d'un « foyer national » en Palestine n'est qu'un camouflage et une partie infinitésimale de l'objet réel du juif. Cela prouve que les Juifs du monde n'ont pas l'intention de s'installer en Palestine ou dans un pays séparé, et que leur prière annuelle pour qu'ils puissent tous se rencontrer « L'année prochaine à Jérusalem » n'est qu'une partie de leur imaginaire caractéristique. Cela démontre également que les Juifs sont désormais une menace mondiale et que les races aryennes devront les domicilier définitivement hors d'Europe. [65]

Le Times expose un faux, 1921

En 1920-1921, l'histoire des concepts trouvés dans les Protocoles a été retracée aux travaux de Goedsche et Jacques Crétineau-Joly par Lucien Wolf (un journaliste juif anglais), et publié à Londres en août 1921. Mais un exposé dramatique a eu lieu dans la série d'articles du Times par son reporter de Constantinople , Philip Graves , qui a découvert le plagiat à partir de l'œuvre de Maurice Joly . [1]

Selon l'écrivain Peter Grose, Allen Dulles , qui était à Constantinople pour développer des relations dans les structures politiques post- ottomanes , a découvert « la source » de la documentation et l'a finalement fourni au Times . Grose écrit que le Times a accordé un prêt à la source, un émigré russe qui a refusé d'être identifié, étant entendu que le prêt ne serait pas remboursé. [66] Colin Holmes, professeur d'histoire économique à l' université de Sheffield , a identifié l'émigré comme étant Mikhail Raslovlev, un antisémite auto-identifié, qui a donné l'information à Graves afin de ne pas « donner une arme d'aucune sorte aux Juifs, dont ami que je n'ai jamais été." [67]

Dans le premier article de la série de Graves, intitulé « A Literary Forgery », écrivaient les éditeurs du Times , « notre correspondant à Constantinople présente pour la première fois la preuve concluante que le document est en grande partie un plagiat maladroit. Il nous a transmis un copie du livre français à partir duquel le plagiat est fait." [1] La même année, un livre entier [68] documentant le canular a été publié aux États-Unis par Herman Bernstein . Malgré cette démystification généralisée et étendue, les Protocoles ont continué à être considérés comme des preuves factuelles importantes par les antisémites. Dulles, avocat à succès et diplomate de carrière, a tenté de persuader le département d'État américainde dénoncer publiquement le faux, mais sans succès. [69]

la Suisse

Le procès de Berne, 1934-1935

La vente des Protocoles (édités par l'antisémite allemand Theodor Fritsch ) par le Front National lors d'un meeting politique au Casino de Berne le 13 juin 1933, [e] a conduit au Procès de Berne à l' Amtsgericht (tribunal de district) de Berne , la capitale de la Suisse , le 29 octobre 1934. Les plaignants (l'Association juive suisse et la Communauté juive de Berne) étaient représentés par Hans Matti et Georges Brunschvig , aidés d'Emil Raas. Le propagandiste antisémite allemand Ulrich Fleischhauer travaillait au nom de la défense.. Le 19 mai 1935, deux prévenus (Theodore Fischer et Silvio Schnell) sont condamnés pour violation d'une loi bernoise interdisant la diffusion de textes « immoraux, obscènes ou abrutissants » [70] tandis que trois autres prévenus sont acquittés. Le tribunal a déclaré que les protocoles étaient des contrefaçons, des plagiat et de la littérature obscène. Le juge Walter Meyer, un chrétien qui n'avait jamais entendu parler des Protocoles , a déclaré en conclusion :

J'espère que le temps viendra où personne ne pourra comprendre comment, en 1935, près d'une douzaine d'hommes sains d'esprit et responsables ont pu, pendant deux semaines, se moquer de l'intellect du tribunal de Berne en discutant de l'authenticité des soi-disant Protocoles, les mêmes Protocoles qui , aussi nuisibles qu'ils aient été et seront, ne sont que des absurdités risibles. [44]

Vladimir Burtsev , un émigré russe, anti-bolchevique et antifasciste qui a dénoncé de nombreux agents provocateurs de l' Okhrana au début des années 1900, a servi de témoin au procès de Berne. En 1938 à Paris, il publie un livre, Les protocoles des sages de Sion : une contrefaçon prouvée , basé sur son témoignage.

Le 1er novembre 1937, les prévenus ont fait appel du verdict devant l' Obergericht (Cour cantonale) de Berne. Un panel de trois juges les a acquittés, estimant que les Protocoles , bien que faux, ne violaient pas la loi en cause car il s'agissait de « publications politiques » et non de « publications immorales (obscènes) (Schundliteratur) » au sens strict de la loi. [70] L'opinion du juge qui présidait indiquait cependant que la falsification des protocolesn'était pas discutable et regrettait que la loi n'offre pas une protection adéquate aux Juifs contre ce genre de littérature. Le tribunal refusa d'imposer aux plaignants les frais de défense des accusés acquittés, et l'acquitté Theodor Fischer dut payer 100 Fr. au total des frais d'État du procès (28 000 Fr.) qui ont finalement été payés par le canton de Berne. [71] Cette décision a motivé des allégations ultérieures selon lesquelles la cour d'appel aurait « confirmé l'authenticité des protocoles », ce qui est contraire aux faits. Une vue favorable aux pro nazis accusés est rapporté dans une annexe à Leslie Fry de Flowing Waters Eastward . [72]Un travail plus savant sur le procès se trouve dans une monographie de 139 pages d'Urs Lüthi. [73]

La preuve présentée au procès, qui a fortement influencé les récits ultérieurs jusqu'à aujourd'hui, était que les Protocoles avaient été rédigés à l'origine en français par des agents de la police secrète tsariste (l'Okhrana). [42] Cependant, cette version a été remise en question par plusieurs savants modernes. [42] Michael Hagemeister a découvert que le témoin principal Alexandre du Chayla avait déjà écrit à l'appui de la diffamation sanglante , avait reçu quatre mille francs suisses pour son témoignage et était secrètement mis en doute même par les plaignants. [41] Charles Ruud et Sergei Stepanov ont conclu qu'il n'y a aucune preuve substantielle de l'implication d'Okhrana et de solides preuves circonstancielles contre elle. [74]

Le procès de Bâle

Un essai similaire en Suisse a eu lieu à Bâle . Les Frontistes suisses Alfred Zander et Eduard Rüegsegger ont distribué les Protocoles (édités par l'Allemand Gottfried zur Beek) en Suisse. Jules Dreyfus-Brodsky et Marcus Cohen les ont poursuivis pour insulte à l'honneur juif. Dans le même temps, le grand rabbin Marcus Ehrenpreis de Stockholm (qui a également témoigné au procès de Berne) a poursuivi Alfred Zander qui a soutenu qu'Ehrenpreis lui-même avait dit que les Protocoles étaient authentiques (se référant à l'avant-propos de l'édition des Protocoles par l'antisémite allemand Théodore Fritsch). Le 5 juin 1936, ces procédures se terminèrent par un règlement. [F]

Allemagne

Selon l'historien Norman Cohn , [76] les assassins de politique juif allemand Walter Rathenau (1867-1922) étaient convaincus que Rathenau était un littéral « Ancien de Sion ».

Il semble probable qu'Adolf Hitler ait pris connaissance des Protocoles pour la première fois après en avoir entendu parler par des émigrés blancs allemands de souche , tels qu'Alfred Rosenberg et Max Erwin von Scheubner-Richter . [77] Hitler se réfère aux Protocoles de Mein Kampf :

... [Les Protocoles] sont basés sur un faux, le Frankfurter Zeitung gémit [ ] chaque semaine ... [ce qui est] la meilleure preuve qu'ils sont authentiques ... l'important est qu'avec une certitude positivement terrifiante ils révèlent le nature et l'activité du peuple juif et exposent leurs contextes intérieurs ainsi que leurs buts ultimes. [78]

Les Protocoles sont également devenus une partie de l'effort de propagande nazie pour justifier la persécution des Juifs. Dans The Holocaust : The Destruction of European Jewry 1933-1945 , Nora Levin déclare que « Hitler a utilisé les Protocoles comme manuel dans sa guerre pour exterminer les Juifs » :

Malgré la preuve concluante que les Protocoles étaient une contrefaçon grossière, ils ont eu une popularité sensationnelle et des ventes importantes dans les années 1920 et 1930. Ils ont été traduits dans toutes les langues d'Europe et largement vendus dans les pays arabes, aux États-Unis et en Angleterre. Mais c'est en Allemagne après la Première Guerre mondiale qu'ils ont connu leur plus grand succès. Là, ils ont été utilisés pour expliquer toutes les catastrophes qui s'étaient abattues sur le pays : la défaite dans la guerre, la faim, l'inflation destructrice. [79]

Hitler n'a pas mentionné les Protocoles dans ses discours après sa défense à Mein Kampf . [42] [80] "Les distillations du texte sont apparues dans les salles de classe allemandes, ont endoctriné les Jeunesses hitlériennes et ont envahi l'URSS avec les soldats allemands." [2] Le ministre de la Propagande nazi Joseph Goebbels a proclamé : « Les protocoles sionistes sont aussi à jour aujourd'hui qu'ils l'étaient le jour où ils ont été publiés pour la première fois. [81]

Richard S. Levy critique l'affirmation selon laquelle les Protocoles ont eu un effet important sur la pensée d'Hitler, écrivant qu'ils sont basés principalement sur des témoignages suspects et manquent de preuves tangibles. [42] Randall Bytwerk est d'accord, écrivant que la plupart des principaux nazis ne croyaient pas que c'était authentique en dépit d'avoir une « vérité intérieure » appropriée pour la propagande. [80]

La publication des Protocoles a été arrêtée en Allemagne en 1939 pour des raisons inconnues. [82] Une édition qui était prête pour l'impression a été bloquée par les lois de censure. [83]

Publications en langue allemande

Après avoir fui l'Ukraine en 1918-1919, Piotr Shabelsky-Bork apporta les Protocoles à Ludwig Muller Von Hausen qui les publia ensuite en allemand. [84] Sous le pseudonyme de Gottfried Zur Beek, il a produit la première et "de loin la plus importante" [85] traduction allemande. Il parut en janvier 1920 dans le cadre d'un plus grand tract antisémite [86] daté de 1919. Après que le Times eut discuté du livre avec respect en mai 1920, il devint un best-seller. « La famille Hohenzollern a aidé à couvrir les frais de publication, et le Kaiser Wilhelm II a fait lire des parties du livre à haute voix aux convives ». [81] L'édition de 1923 d'Alfred Rosenberg[87] "a donné un énorme coup de pouce à un faux". [81]

Italie

Le politicien fasciste Giovanni Preziosi a publié la première édition italienne des Protocoles en 1921. [88] [ page nécessaire ] Le livre a cependant eu peu d'impact jusqu'au milieu des années 1930. Une nouvelle édition de 1937 a eu un impact beaucoup plus important, et trois autres éditions dans les mois suivants se sont vendues à 60 000 exemplaires au total. [88] [ page nécessaire ] La cinquième édition avait une introduction par Julius Evola , qui argumentait autour de la question de la contrefaçon, déclarant : « Le problème de l'authenticité de ce document est secondaire et doit être remplacé par le problème beaucoup plus sérieux et essentiel problème de sa véracité". [88] [ page nécessaire]

Après la Seconde Guerre mondiale

Moyen-Orient

Ni les gouvernements ni les dirigeants politiques dans la plupart des régions du monde n'ont fait référence aux Protocoles depuis la Seconde Guerre mondiale . L'exception à cette règle est le Moyen - Orient, où un grand nombre d' Arabes régimes et musulmans et les dirigeants les ont approuvé comme authentique, avals , des présidents Gamal Abdel Nasser et Anouar el - Sadate de l' Egypte , le président Abdul Salam Arif de l' Irak , [89] Roi Fayçal d' Arabie saoudite et le colonel Mouammar Kadhafi de Libye . [90] [91]Une traduction faite par un chrétien arabe parut au Caire en 1927 ou 1928, cette fois sous forme de livre. La première traduction par un arabe musulman a également été publiée au Caire, mais seulement en 1951. [90]

La charte de 1988 du Hamas , un groupe islamiste palestinien, a déclaré que les Protocoles incarnent le plan des sionistes. [92] La référence a été supprimée dans la nouvelle alliance publiée en 2017. [93] Des approbations récentes au 21e siècle ont été faites par le Grand Mufti de Jérusalem , Sheikh Ekrima Sa'id Sabri , du ministère de l'Éducation d' Arabie saoudite , [91 ] et un membre du Parlement grec , Ilias Kasidiaris . [94] Le Comité de solidarité palestinien d'Afrique du Sud aurait distribué des exemplaires duProtocoles à la Conférence mondiale contre le racisme 2001 . [95] Le livre a été vendu lors de la conférence dans le chapiteau d'exposition aménagé pour la diffusion de la littérature antiraciste. [96] [97]

Cependant, des personnalités de la région ont publiquement affirmé que Les Protocoles des Sages de Sion étaient un faux, comme l'ancien Grand Mufti d'Égypte Ali Gomaa , qui a déposé une plainte officielle contre un éditeur qui a faussement apposé son nom sur une introduction à son arabe. Traduction. [98]

Les théories du complot contemporaines

Les protocoles continuent d'être largement disponibles dans le monde, en particulier sur Internet.

Les protocoles sont largement considérés comme influents dans le développement d'autres théories du complot, [la citation nécessaire ] et réapparaissent à plusieurs reprises dans la littérature contemporaine du complot. Les notions dérivées des Protocoles incluent les affirmations selon lesquelles les « Juifs » représentés dans les Protocoles sont une couverture pour les Illuminati , [36] les francs - maçons , le Prieuré de Sion ou, de l'avis de David Icke , « entités extra-dimensionnelles ». [99] Dans son livre Et la vérité vous libérera (1995), Icke a affirmé que les protocoles sont authentiques et précis. [100]

Adaptations

Imprimer

Le livre de Masami Uno Si vous comprenez la Judée, vous pouvez comprendre le monde : le scénario de 1990 pour la « guerre économique finale » est devenu populaire au Japon vers 1987 et était basé sur les Protocoles . [101]

Télévision

En 2001-2002, la radio et la télévision arabes ont produit une mini-série télévisée en 30 épisodes intitulée Cavalier sans cheval , mettant en vedette l'éminent acteur égyptien Mohamed Sobhi , qui contient des mises en scène des Protocoles . Les États-Unis et Israël ont critiqué l'Égypte pour avoir diffusé le programme. [102] Ash-Shatat (arabe : الشتات La Diaspora ) est une série télévisée syrienne en 29 parties produite en 2003 par une société cinématographique syrienne privée et basée en partie sur les Protocoles. La télévision nationale syrienne a refusé de diffuser le programme. Cendre-Chatata été diffusé sur la chaîne libanaise Al-Manar, avant d'être abandonné. La série a été diffusée en Iran en 2004, et en Jordanie en octobre 2005 sur Al-Mamnou, un réseau satellitaire jordanien. [ citation nécessaire ]

Remarques

  1. ^ Avec plagiat de textes allemands et français
  2. ^ Le texte contient 44 occurrences du mot « je » (9,6 %) et 412 occurrences du mot « nous » (90,4 %). [15]
  3. ^ Cette relation complexe a été initialement exposée par Graves 1921 . L'exposé a depuis été élaboré dans de nombreuses sources.
  4. ^ Jacobs analyse la traduction anglaise de Marsden. Certaines autres empreintes moins courantes ont plus ou moins de 24 protocoles.
  5. ^ L'orateur principal était l'ancien chef d'état-major suisse Emil Sonderegger .
  6. ^ Zander a dû retirer sa prétention et le stock des protocoles incriminés aété détruit sur ordre du tribunal. Zander a dû payer les frais de ce procès de Bâle. [75]

Les références

Citations

  1. ^ A b c d Graves 1921 .
  2. ^ A b c d Segel, Binjamin (1995). Un mensonge et une diffamation : l'histoire des protocoles des sages de Sion . Traduit par Levy, Richard S. University of Nebraska Press. p. 30. ISBN 0803242433.
  3. ^ Bronner 2003 , p. 1.
  4. ^ De Michelis 2004 , p. 65.
  5. ^ De Michelis 2004 , p. 76-80.
  6. ^ Hadassa Ben-Itto , Le mensonge qui ne mourrait pas : Les protocoles des Sages de Sion , p. 280 (Londres : Vallentine Mitchell, 2005). ISBN 0-85303-602-0 
  7. ^ Cohn 1970 p.31.
  8. ^ Norman Cohn , Mandat pour génocide, Pelican Books (1967) 1970 pp.30-32
  9. ^ un b Petrovsky-Shtern 2011 , p. 60.
  10. ^ Donskis, Léonidas (2003). Formes de haine : l'imagination troublée dans la philosophie et la littérature modernes . Rodopi. ISBN 978-9042010666.
  11. ^ "Meurtre rituel encouragé..." The New York Times . 27 août 1911.
  12. ^ Jacobs & Weitzman 2003 , p. 15.
  13. ^ Un canular de haine , Bibliothèque virtuelle juive.
  14. ^ Boym, Svetlana (1999), « Théories du complot et éthique littéraire : Umberto Eco, Danilo Kis et « Les protocoles de Sion » », Littérature comparée , 51 (Printemps) : 97-122, doi : 10.2307/1771244 , JSTOR 1771244 .
  15. ^ Les protocoles des sages de Sion , Marsden, VE transl, Shoah educationCS1 maint: others (link)[ lien mort permanent ] .
  16. ^ un b Pipes 1997 , p. 85.
  17. ^ Cohn, Mandat pour génocide, 1970 p.82.
  18. ^ Oui, chauve-souris ; Kochan, Myriam ; Littman, David (2001), Islam and Dhimmitude , États-Unis : Fairleigh Dickinson University Press , p. 142, ISBN 978-0-8386-3942-9.
  19. ^ Bronner, Stephen Eric (2018-08-30). Une rumeur sur les Juifs : complot, antisémitisme et les protocoles de Sion . Springer. p. 68-70. ISBN 978-3-319-95396-0.
  20. ^ Eco, Umberto (1994), "Protocoles fictifs", Six promenades dans les bois fictifs , Cambridge, MA: Harvard University Press, p. 135, ISBN 978-0-674-81050-1
  21. ^ De Michelis 2004 , p. 8 .
  22. ^ Bein, Alex (1990), La question juive : biographie d'un problème mondial , Fairleigh Dickinson Univ Press, p. 339, ISBN 978-0-8386-3252-9
  23. ^ Keren, David (10 février 1993), Commentaire sur les protocoles des sages de Sion (PDF) , IGC, p. 4, archivé à partir de l'original (PDF) le 29 juillet 2014 . Republié sous le titre "Introduction", Les protocoles des sages de Sion , Marsden, Victor E translCS1 maint: others (link).
  24. ^ un b Cohn, Norman (1966), Warrant for Genocide: The Myth of the Jewish World-Conspiracy and the Protocols of the Elder of Sion , New York: Harper & Row, pp. 32-36.
  25. ^ Eco, Umberto (1998), Serendipities: Language and Lunacy , New York: Columbia University Press, p. 14, ISBN 978-0-231-11134-8
  26. ^ Olender, Maurice (2009), Race and Erudition , Harvard University Press, p. 11.
  27. ^ Mendes-Flohr, Paul R; Reinharz, Jehuda (1995), Le Juif dans le monde moderne : une histoire documentaire , p. 363 voir note de bas de page, ISBN 978-0-19-507453-6
  28. ^ A b c Chanes 2004 , p. 58.
  29. ^ A b c Shibuya 2007 , p. 571.
  30. ^ A b c Jacobs & Weitzman 2003 , pp 21-25..
  31. ^ Pipes 1997 , p. 86-87.
  32. ^ Eco, Umberto (1990), Le Pendule de Foucault , Londres : Picador, p. 490.
  33. ^ A b c d De Michelis 2004 .
  34. ^ A b c Cohn 1967 .
  35. ^ « La princesse Radziwill interrogée lors d'une conférence ; Un étranger remet en question son titre après avoir parlé de contrefaçon de « protocoles juifs ». Jamais atteint Alexandre III. La corroboration. Dit qu'Orgewsky était fier de son travail" . Le New York Times . 4 mars 1921 . Récupéré le 2008-08-05 .
  36. ^ a b Freund, Charles Paul (février 2000), "Forging Protocols" , Reason Magazine , archivé à partir de l'original le 2013-01-04 , récupéré le 2008-09-28.
  37. ^ Conan, Éric (16 Novembre, 1999), "Les secrets d' une manipulation Une antisémite" [Les secrets d'une manipulation] antisémite, L'Express (en français).
  38. ^ a b Skuratovsky, Vadim (2001), La question de la paternité des « Protocoles des sages de Sion » , Kiev : Judaica Institute, ISBN 978-966-7273-12-5.
  39. ^ Bronner 2003 , p. ix , 56 .
  40. ^ De Michelis, César. Le manuscrit inexistant . pp. passim.
  41. ^ a b Hagemeister 2008 , pp. 83-95 : "Comment pouvons-nous expliquer qu'en ce qui concerne les origines et la diffusion des Protocoles des Sages de Sion, les règles d'une recherche historique minutieuse sont si complètement ignorées et nous sommes régulièrement servis des histoires"
  42. ^ A b c d e Richard S. Levy (2014). « Rétablir les faits concernant les protocoles des sages de Sion : une course d'un imbécile ? » . Dans William C. Donahue ; Martha B. Helfer (éd.). Nexus – Essais en études juives allemandes . 2 . Maison de Camden. p. 43-61.
  43. ^ Karasova, T; Chernyakhovsky, D, Postface (en russe)dans Cohn, Norman, Warrant for Genocide (en russe) (éd. traduit).
  44. ^ A b c Kadzhaya, Valery. "La fraude d'un siècle, ou un livre né en enfer" . Archivé de l'original le 17 décembre 2005..
  45. ^ Kominsky, Morris (1970), Les Canulars , p. 209, ISBN 978-0-8283-1288-2.
  46. ^ Fyodorov, Boris, tentative de P. Stolypin de résoudre la question juive (en russe), RU , archivé à partir de l'original le 2012-02-10 , récupéré 2006-11-23.
  47. ^ Burtsev, Vladimir (1938), "4" , Les Protocoles des Sages de Sion : Une contrefaçon prouvée (en russe), Paris : Jewniverse, p. 106.
  48. ^ Holmes, Colin Antisémitisme dans la société britannique, 1876-1939 ‎ Edward Arnold, première édition (1979)
  49. ^ "Le major Edward Griffiths George Burdon, Association des sociétés de Russie unie" .
  50. ^ "Le singe auvisagebleu d'Horus", Anglais simple , No.29, Vol. II, 22 janvier 1921, p.66.
  51. ^ « La matrice des protocoles : George Shanks et les protocoles des sages de Sion » (PDF) – via www.monocledmutineer.co.uk.
  52. ^ Baldwin, N. Henry Ford et les Juifs. La production massive de haine . Affaires Publiques (2001), p. 82. ISBN 1891620525 . 
  53. ^ Wallace, M. L'axe américain : Henry Ford, Charles Lindbergh et la montée du Troisième Reich . St. Martin's Press (2003), p. 60. ISBN 0312290225 . 
  54. ^ A b c Singerman 1980 , pp. 48-78.
  55. ^ Toczek, Nick (2015). Haters, Baiters et prétendus dictateurs : l'antisémitisme et l'extrême droite britannique . Routledge . ISBN 978-1317525875.
  56. ^ Jenkins, Philip (1997), Hoods and Shirts: The Extreme Right in Pennsylvania, 1925-1950 , UNC Press , p. 114, ISBN 978-0-8078-2316-3
  57. ^ Steed, Henry Wickham (8 mai 1920), "Un pamphlet inquiétant: un appel à l'enquête", The Times.
  58. ^ Friedländer, Saul (1997), L'Allemagne nazie et les Juifs , New York : HarperCollins, p. 95.
  59. ^ Liebich, André (2012). « L'antisémitisme de Henry Wickham Steed ». Modèles de préjugés . 46 (2) : 180-208. doi : 10.1080/0031322X.2012.672226 . S2CID 144543860 . 
  60. ^ A b c Singerman, Robert. « La carrière américaine des protocoles des sages de Sion ». Histoire juive américaine . 71 (1) : 48-78.
  61. ^ Nevins, Allan; Hill, Frank Ernest (1957). Ford, Expansion et défi 1915-1933 . Les fils de Charles Scribner. p. 316.
  62. ^ Wallace, Max (2003), L'Axe américain , St. Martin's Press.
  63. ^ Rosenbaum, Robert A (2010). Se réveiller en danger : les Américains et l'Allemagne nazie, 1933-1941 . Presse Greenwood. p. 41. ISBN 978-0313385025.
  64. ^ Dobbs, Michael (30 novembre 1998), "Ford et GM examinés pour une prétendue collaboration nazie" , The Washington Post , p. A01 , récupéré le 20 mars 2006.
  65. ^ Marsden, Victor E, "Introduction", Les protocoles des sages Sages de Sion (éd. anglais).
  66. ^ Grose, Peter (1994), Gentleman Spy: La vie d'Allen Dulles , Houghton Mifflin.
  67. ^ Poliakov, Leon (1997), "Protocoles des sages de Sion", dans Roth, Cecil (éd.), Encyclopedia Judaica (CD-ROM 1.0 ed.), Keter, ISBN 978-965-07-0665-4.
  68. ^ Bernstein 1921 .
  69. ^ Richard Breitman et al. (2005). OSS Connaissance de l'Holocauste. Dans : Le renseignement américain et les nazis. p. 11–44. Cambridge : Cambridge University Press. doi : 10.1017/CBO9780511618178.006 [Consulté le 20 avril 2016]. p. 25
  70. ^ un b Hafner, Urs (23 décembre 2005). "Die Quelle allen Übels? Wie ein Berner Gericht 1935 gegen antisemitische Verschwörungsphantasien vorging" (en allemand). Neue Zürcher Zeitung . Archivé de l'original le 1er février 2011 . Récupéré le 2008-10-11 .
  71. ^ Ben-Itto 2005 , chapitre 11.
  72. ^ Fry, Leslie. "Annexe II : Les Procès de Berne" . Eaux coulant vers l'est . Récupéré le 2009-08-11 .[ lien mort ]
  73. ^ Lüthi, Urs (1992), Der Mythos von der Weltverschwörung : die Hetze der Schweizer Frontisten gegen Juden und Freimaurer, am Beispiel des Berner Prozesses um die "Protokolle der Weisen von Zion" (en allemand), Bâle/Francfort-sur-le-Main : Helbing & Lichtenhahn, ISBN 978-3-7190-1197-0, OCLC  30002662
  74. ^ Ruud & Stepanov 1999 , p. 203-273.
  75. ^ Lüthi 1992 , p. 45. erreur sfn : plusieurs cibles (2×) : CITEREFLüthi1992 ( aide )
  76. ^ Cohn 1967 , p. 169.
  77. ^ Gellately, Robert (2012). Lénine, Staline et Hitler : L'ère de la catastrophe sociale , ISBN 1448138787 , p. 99 
  78. ^ Hitler, Adolf, "XI: Nation et Race", Mein Kampf , I , pp. 307-08.
  79. ^ Nora Levin, L'Holocauste : La destruction de la communauté juive européenne 1933-1945 . Citation de IGC.org
  80. ^ un b Randall L. Bytwerk (2015). « Croire en la « vérité intérieure » : les protocoles des sages de Sion dans la propagande nazie, 1933-1945 » . Études sur l'Holocauste et le génocide . 29 (2) : 212-229. doi : 10.1093/hgs/dcv024 . S2CID 145338770 . 
  81. ^ A b c Pipes 1997 , p. 95.
  82. ^ Hagemeister 2011 , p. 241–53.
  83. ^ Michael Hagemeister, conférence à l'Université de Cambridge, 11 novembre 2014. vidéo
  84. ^ Kellogg 2005 , p. 63-65.
  85. ^ Tuyaux 1997 , p. 94.
  86. ^ Geheimnisse der Weisen von Zion (en allemand), Auf Vorposten, 1919.
  87. ^ Rosenberg, Alfred (1923), Die Protokolle der Weisen von Zion und die jüdische Weltpolitik , Munich : Deutscher Volksverlag.
  88. ^ A b c Valentina Pisanty (2006), La Difesa della Razza: Antologia 1938-1943 , Bompiani
  89. ^ Katz, S. et Gilman, S. Antisémitisme en temps de crise . NYU Press (1993), pp. 344–45. ISBN 0814730566 
  90. ^ un b Lewis, Bernard (1986), Sémites et Antisémites : Une Enquête sur les Conflits et les Préjugés , WW Norton & Co., p. 199 , ISBN 978-0-393-02314-5
  91. ^ un b Antisémitisme islamique dans une perspective historique (PDF) , Anti-Defamation League , pp. 8-9, archivé de l'original (PDF) le 2003-07-05
  92. ^ "Pacte du Hamas" . Yale. 1988 . Consulté le 27 mai 2010 . Aujourd'hui c'est la Palestine, demain ce sera un pays ou un autre. Le plan sioniste est illimité. Après la Palestine, les sionistes aspirent à s'étendre du Nil à l' Euphrate . Quand ils auront digéré la région qu'ils ont dépassée, ils aspireront à une nouvelle expansion, et ainsi de suite. Leur plan est incarné dans les « Protocoles des Sages de Sion », et leur conduite actuelle est la meilleure preuve de ce que nous disons.
  93. ^ Le Mouvement de résistance islamique (1er mai 2017). "Un document de principes et politiques généraux" .
  94. ^ "Les protocoles des Sages de Sion lus à haute voix au Parlement grec" . Haaretz . 2012-10-26.
  95. ^ Steven L. Jacobs; Mark Weitzman (2003). Démanteler le Grand Mensonge : Les Protocoles des Sages de Sion . Maison d'édition KTAV, Inc. p. 8. ISBN 978-0-88125-786-1.
  96. ^ Schoenberg, Harris O. "Diabolisation à Durban: La Conférence mondiale contre le racisme." The American Jewish Year Book 102 (2002) : 85-111. Consulté le 27 octobre 2020. http://www.jstor.org/stable/23604538 .
  97. ^ Bayefsky, Anne. "LA CONFÉRENCE MONDIALE DES NATIONS UNIES CONTRE LE RACISME : UNE CONFÉRENCE RACISTE CONTRE LE RACISME." Actes de la réunion annuelle (Société américaine de droit international) 96 (2002) : 65-74. Consulté le 27 octobre 2020. http://www.jstor.org/stable/2659754 .
  98. ^ al-Ahram, 1er janvier 2007
  99. ^ Miren, Frankie (20 janvier 2015). "La psychologie et l'économie des théories du complot" . Vice . Récupéré le 9 décembre 2019 .
  100. ^ Offley, Will (29 février 2000). "David Icke et la politique de la folie où le nouvel âge rencontre le troisième Reich" . Associés de recherche politique . Récupéré le 9 décembre 2019 .
  101. ^ "Juifs, Japon, Boycott et sectarisme" . Chicago Tribune . 1987-04-28.
  102. ^ "L'Egypte critiquée pour son film "antisémite"" , BBC News Online , 1er novembre 2002.

Ouvrages cités

Voir également

Concepts pertinents

Personnes

Textes apparentés ou similaires

Lectures complémentaires

Livres et articles de revues

Liens externes