Condition de la peau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Condition de la peau
Autres nomsÉtat cutané
Couches de peau d'animation médicale 3D.jpg
Illustration médicale 3D montrant les principales couches de peau
SpécialitéDermatologie
causesExposition au soleil, carences en vitamines, consommation de substances, mauvaise hygiène, cancers

Une affection cutanée , également connue sous le nom d' affection cutanée , est toute affection médicale qui affecte le système tégumentaire - le système d'organes qui entoure le corps et comprend la peau , les ongles , ainsi que les muscles et les glandes associés . [1] La fonction principale de ce système est celle d'une barrière contre l'environnement extérieur. [2]

Les affections du système tégumentaire humain constituent un large spectre de maladies, également appelées dermatoses, ainsi que de nombreux états non pathologiques (comme, dans certaines circonstances, la mélanonychie et les ongles de raquette ). [3] [4] Alors que seul un petit nombre de maladies de la peau représentent la plupart des visites chez le médecin, des milliers de maladies de la peau ont été décrites. [5] La classification de ces conditions présente souvent de nombreux défis nosologiques , car les causes sous-jacentes et la pathogénétique sont souvent inconnues. [6] [7] Par conséquent, la plupart des manuels actuels présentent une classification basée sur la localisation (par exemple, les conditions de la muqueuse), morphologie ( conditions bulleuses chroniques ), cause ( affections cutanées résultant de facteurs physiques ), etc. [8] [9]

Cliniquement, le diagnostic de toute affection cutanée particulière commence par la collecte d'informations pertinentes sur la ou les lésions cutanées présentées, notamment : l'emplacement (bras, tête, jambes) ; symptômes ( prurit , douleur) ; durée (aiguë ou chronique); arrangement (solitaire, généralisé, annulaire, linéaire); morphologie ( macules , papules , vésicules ) ; et la couleur (rouge). [10] Certains diagnostics peuvent également nécessiter une biopsie cutanée qui donne des informations histologiques [11] [12] qui peuvent être corrélées avec la présentation clinique et toute donnée de laboratoire. [13] [14] L'introduction de l'échographie cutanéea permis la détection de tumeurs cutanées, de processus inflammatoires et de maladies de la peau. [15]

peau

La peau pèse en moyenne 4 kg (8,8 lb), couvre une superficie de 2 m 2 (22 pieds carrés) et est constituée de trois couches distinctes : l' épiderme , le derme et le tissu sous-cutané . [1] Les deux principaux types de peau humaine sont la peau glabre , la peau non poilue sur les paumes et la plante des pieds (également appelées surfaces "palmoplantaires") et la peau poilue. [16] Dans ce dernier type, les poils dans des structures appelées unités pilo -sébacées ont un follicule pileux , une glande sébacée et un muscle pili arrecteur associé . [17] Dans l'embryon, l'épiderme, les cheveux et les glandes proviennent de l' ectoderme , qui est chimiquement influencé par le mésoderme sous-jacent qui forme le derme et les tissus sous-cutanés. [18] [19] [20]

Épiderme

L'épiderme est la couche la plus superficielle de la peau, un épithélium squameux composé de plusieurs strates : la couche cornée , la couche lucide , la couche granuleuse , la couche épineuse et la couche basale . [21] La nourriture est fournie à ces couches par diffusion à partir du derme, puisque l'épiderme est sans apport sanguin direct. [22] L'épiderme contient quatre types de cellules : les kératinocytes , les mélanocytes , les cellules de Langerhans et les cellules de Merkel .. Parmi ceux-ci, les kératinocytes sont le composant majeur, constituant environ 95% de l'épiderme. [16] Cet épithélium pavimenteux stratifié est maintenu par la division cellulaire dans la couche basale, dans laquelle les cellules en différenciation se déplacent lentement vers l'extérieur à travers la couche épineuse jusqu'à la couche cornée, où les cellules sont continuellement excrétées de la surface. [16] Dans une peau normale, le taux de production est égal au taux de perte ; environ deux semaines sont nécessaires pour qu'une cellule migre de la couche cellulaire basale vers le haut de la couche cellulaire granuleuse, et deux semaines supplémentaires pour traverser la couche cornée. [23]

Derme

Le derme est la couche de peau entre l'épiderme et le tissu sous-cutané, et comprend deux sections, le derme papillaire et le derme réticulaire . [24] Le derme papillaire superficiel s'interdigite avec les crêtes rete sus-jacentes de l'épiderme, entre lesquelles les deux couches interagissent à travers la zone de la membrane basale. [24] Les composants structurels du derme sont le collagène , les fibres élastiques et la substance fondamentale également appelée matrice extra fibrillaire. [24] Au sein de ces composants se trouvent les unités pilo-sébacées, les muscles arrecteurs des pili et les muscles eccrine etglandes apocrines . [21] Le derme contient deux réseaux vasculaires parallèles à la surface de la peau - un plexus superficiel et un plexus profond - qui sont reliés par des vaisseaux communicants verticaux. [21] [25] La fonction des vaisseaux sanguins dans le derme est quadruple : fournir la nutrition, réguler la température, moduler l'inflammation et participer à la cicatrisation des plaies. [26] [27]

Tissu sous-cutané

Le tissu sous-cutané est une couche de graisse située entre le derme et le fascia sous-jacent . [5] Ce tissu peut être divisé en deux composants, la couche graisseuse proprement dite, ou panniculus adiposus , et une couche vestigiale plus profonde de muscle, le panniculus carnosus . [16] Le composant cellulaire principal de ce tissu est l' adipocyte , ou cellule adipeuse. [5] La structure de ce tissu est composée de compartiments septaux (c'est-à-dire de brins linéaires) et lobulaires , qui diffèrent par leur aspect microscopique. [21] Fonctionnellement, la graisse sous-cutanée isole le corps, absorbe les traumatismes et sert de source d'énergie de réserve. [5]

Maladies de la peau

Les maladies de la peau comprennent les infections cutanées et les néoplasmes cutanés (y compris le cancer de la peau ). [28]

Historique

En 1572, Geronimo Mercuriali de Forlì , Italie , a terminé De morbis cutaneis («Sur les maladies de la peau»). Il est considéré comme le premier ouvrage scientifique consacré à la dermatologie .

Diagnostics

L'examen physique de la peau et de ses phanères, ainsi que des muqueuses, constitue la pierre angulaire d'un diagnostic précis des affections cutanées. [29] La plupart de ces affections présentent des changements de surface cutanée appelés « lésions », qui ont des caractéristiques plus ou moins distinctes. [30] Souvent, un examen approprié amènera le médecin à obtenir des renseignements historiques appropriés et/ou des tests de laboratoire capables de confirmer le diagnostic. [29] Lors de l'examen, les observations cliniques importantes sont (1) la morphologie, (2) la configuration et (3) la distribution de la ou des lésions. [29]En ce qui concerne la morphologie, la lésion initiale qui caractérise une affection est appelée "lésion primaire", et l'identification d'une telle lésion est l'aspect le plus important de l'examen cutané. [30] Au fil du temps, ces lésions primaires peuvent continuer à se développer ou être modifiées par régression ou traumatisme, produisant des « lésions secondaires ». [1] Cependant, cela étant dit, le manque de normalisation de la terminologie dermatologique de base a été l'un des principaux obstacles à une communication réussie entre les médecins pour décrire les résultats cutanés. [21] Néanmoins, il existe des termes communément acceptés utilisés pour décrire la morphologie macroscopique, la configuration et la distribution des lésions cutanées, qui sont énumérés ci-dessous. [30]

Lésions

Lésions primaires

Chigger mord sur la peau humaine montrant des zébrures caractéristiques
Macule et patch
Papule et plaque
Nodules
Vésicules et bulle
Fissures, érosions et ulcères
Une pustule sur la joue
Incidence relative des kystes cutanés
  • Macule : Une macule est un changement de couleur de surface, sans élévation ni dépression, donc non palpable, bien ou mal défini, [10] de taille variable, mais généralement considéré comme inférieur à 5 [10] ou 10 mm de diamètre au point le plus large . [30]
  • Patch : Un patch est une grande macule égale ou supérieure à 5 ou 10 mm de diamètre, [30] selon sa définition d'une macule. [1] Les patchs peuvent présenter des changements de surface subtils, tels qu'une fine écaille ou des rides, mais bien que la consistance de la surface soit modifiée, la lésion elle-même n'est pas palpable. [29]
  • Papule : Une papule est une élévation solide et circonscrite de la peau, dont la taille varie de moins de 5 [10] ou 10 mm de diamètre au point le plus large. [30]
  • Plaque : Une plaque a été décrite comme une large papule, ou une confluence de papules égale ou supérieure à 10 mm, [30] ou alternativement comme une lésion surélevée en forme de plateau qui est plus grande dans son diamètre que dans sa profondeur. [29]
  • Nodule : Un nodule est morphologiquement similaire à une papule en ce sens qu'il s'agit également d'une lésion sphérique palpable de moins de 10 mm de diamètre. Cependant, il se différencie en étant centré plus profondément dans le derme ou sous-cutané.
  • Tumeur : Similaire à un nodule, mais dont le diamètre est supérieur à 10 mm. [ citation nécessaire ]
  • Vésicule : une vésicule est une petite cloque [31] , une élévation épidermique circonscrite généralement considérée comme inférieure à 5 [10] ou 10 mm de diamètre au point le plus large. [30]
  • Bulle : une bulle est une grande ampoule , [31] une ampoule arrondie ou de forme irrégulière égale ou supérieure à 5 [10] ou 10 mm, [30] selon la définition d'une vésicule. [1]
  • Pustule : Une pustule est une petite élévation de la peau généralement constituée de cellules inflammatoires nécrotiques. [30]
  • Kyste : Un kyste est une cavité tapissée d'épithélium. [dix]
  • Papule : Une papule est une papule ou une plaque rouge pâle, arrondie ou à sommet plat, qui est typiquement évanescente et qui disparaît dans les 24 à 48 heures. La peau surélevée temporaire sur le site d'une injection intradermique (ID) correctement administrée est également appelée une trépointe, le processus d'injection ID lui-même étant souvent appelé simplement "soulever une papule" dans les textes médicaux. [dix]
  • Trépointes : Les trépointes se produisent à la suite de l'application d'une force contondante sur le corps avec des objets allongés sans arêtes vives.
  • Télangiectasie : Une télangiectasie représente un élargissement des vaisseaux sanguins superficiels au point d'être visible. [29]
  • Terrier : Un terrier apparaît comme une ligne légèrement surélevée, grisâtre et tortueuse dans la peau, et est causé par des organismes fouisseurs. [29] [30]

Lésions secondaires

  • Squame : Masses feuilletées sèches ou grasses de kératine [30] , elles représentent la couche cornée épaissie. [29]
  • Croûte : Sébum séché généralement mélangé à des débris épithéliaux et parfois bactériens [10]
  • Lichénification : Épaississement épidermique caractérisé par un épaississement visible et palpable de la peau avec des marques cutanées accentuées [1]
  • Érosion : Une érosion est une discontinuité de la peau présentant une perte incomplète de l' épiderme [32] , une lésion humide, circonscrite et généralement déprimée. [21] [33]
  • Excoriation : Une abrasion ponctuée ou linéaire produite par des moyens mécaniques (souvent des grattages), n'impliquant généralement que l'épiderme, mais atteignant généralement le derme papillaire [30] [33]
  • Ulcère : Un ulcère est une discontinuité de la peau présentant une perte complète de l'épiderme et souvent des portions de derme. [32] [33]
  • La fissure est une lésion de la peau généralement étroite mais profonde. [29] [33]
  • L'induration est un épaississement dermique qui rend la surface cutanée plus épaisse et plus ferme. [29]
  • L'atrophie fait référence à une perte de peau et peut être épidermique, cutanée ou sous-cutanée. [30] Avec l'atrophie épidermique, la peau apparaît mince, translucide et ridée. [29] L'atrophie cutanée ou sous-cutanée est représentée par une dépression de la peau. [29]
  • Macération : ramollissement et blanchissement de la peau en raison de son humidité constante.
  • L'ombilication est la formation d'une dépression au sommet d'une papule, d'une vésicule ou d'une pustule. [34]
  • Phyma : Un tubercule sur n'importe quelle partie externe du corps, comme dans la rosacée phymateuse

Paramétrage

La « configuration » fait référence à la façon dont les lésions sont regroupées localement (« organisées »), ce qui contraste avec la façon dont elles sont distribuées (voir la section suivante).

  • Agminate : en grappes
  • Annulaire ou circinée : en forme d'anneau
  • Arciforme ou arqué : en forme d'arc
  • Digiter : avec des projections en forme de doigts
  • Discoïde ou nummulaire : rond ou en forme de disque
  • Figuré : avec une forme particulière
  • Guttate : ressemblant à des gouttes
  • Gyrate : enroulé ou en forme de spirale
  • Herpétiforme : ressemblant à l' herpès
  • Linéaire
  • Mammillé : avec des saillies arrondies en forme de sein
  • Réticulaire ou réticulé : ressemblant à un filet
  • Serpigineux : à bordure ondulée
  • Stellaire : en forme d'étoile
  • Targetoid : ressemblant à une cible
  • Verruqueuse ou verruciforme : ressemblant à une verrue

Répartition

La « répartition » fait référence à la façon dont les lésions sont localisées. Ils peuvent être confinés à une seule zone (un patch) ou peuvent exister en plusieurs endroits. Certaines distributions sont en corrélation avec les moyens par lesquels une zone donnée est affectée. Par exemple, la dermatite de contact est en corrélation avec les endroits où l'allergène a provoqué une réponse immunitaire allergique. Le virus varicelle-zona est connu pour réapparaître (après sa présentation initiale sous forme de varicelle ) sous forme de zona ("zona"). La varicelle apparaît presque partout sur le corps, mais le zona a tendance à suivre un ou deux dermatomes ; par exemple, les éruptions peuvent apparaître le long de la ligne du soutien-gorge, de l'un ou des deux côtés de la patiente. [ citation nécessaire ]

  • Généralisé
  • Symétrique : un côté reflète l'autre
  • Flexion : sur le devant des doigts
  • Extenseur : sur le dos des doigts
  • Intertrigineux : dans une zone où deux zones cutanées peuvent se toucher ou se frotter
  • Morbilliforme : ressemblant à la rougeole
  • Palmoplantaire : sur la paume de la main ou la plante du pied
  • Périorificiel : autour d'un orifice comme la bouche
  • Péri-unguéale/sous-unguéale : autour ou sous un ongle ou un ongle
  • Blaschkoid : suivre le chemin des lignes de Blaschko dans la peau
  • Photodistribué : dans les endroits où la lumière du soleil atteint
  • Zostériforme ou dermatomique : associé à un nerf particulier

Autres termes connexes

Histopathologie

Voir aussi

Références

  1. ^ un bcdef Miller , Jeffrey H .; Marques, James G. (2006). Principes de dermatologie de Lookingbill et Marks . Saunders. ISBN 1-4160-3185-5.
  2. ^ Lippens, S; Hoste, E; Vandenabeele, P; Agostinis, P; Declercq, W (avril 2009). "Mort cellulaire dans la peau". Apoptose . 14 (4): 549–69. doi : 10.1007/s10495-009-0324-z . PMID 19221876 . S2CID 13058619 .  
  3. ^ Roi, LS (1954). "Qu'est-ce que la maladie?". Philosophie des sciences . 21 (3): 193–203. doi : 10.1086/287343 . S2CID 120875348 . 
  4. ^ Bluefarb, Samuel M. (1984). Dermatologie . Upjohn Co.ISBN 0-89501-004-6.
  5. ^ un bcd Lynch , Peter J. (1994). Dermatologie . Williams & Wilkins. ISBN 0-683-05252-7.
  6. ^ Tilles G, Wallach D (1989). "[L'histoire de la nosologie en dermatologie]". Ann Dermatol Venereol (en français). 116 (1): 9-26. PMID 2653160 . 
  7. ^ Lambert WC, Everett MA (octobre 1981). "La nosologie du parapsoriasis". Confiture. Acad. Dermatol . 5 (4) : 373–395. doi : 10.1016/S0190-9622(81)70100-2 . PMID 7026622 . 
  8. ^ Jackson R (1977). "Aperçu historique des tentatives de classification des maladies de la peau" . Can Med Assoc J . 116 (10): 1165–1168. PMC 1879511 . PMID 324589 .  
  9. ^ Copeman PW (février 1995). "La création de la dermatologie mondiale" . JR Soc Med . 88 (2): 78–84. PMC 1295100 . PMID 7769599 .  
  10. ^ un bcdefghi Wolff , Klaus ; _ _ _ _ Johnson, Richard Allen; Suurmond, Richard (2005). Color Atlas de Fitzpatrick et Synopsis of Clinical Dermatology (5e éd.). Pub médical McGraw-Hill. Division. ISBN 0-07-144019-4.
  11. ^ Werner B (août 2009). "[La biopsie cutanée et son analyse histopathologique : Pourquoi ? Pourquoi ? Comment ? Partie I]" . An Bras Dermatol (en portugais). 84 (4): 391–395. doi : 10.1590/s0365-05962009000400010 . PMID 19851671 . 
  12. ^ Werner B (octobre 2009). "[Biopsie cutanée avec analyse histopathologique : pourquoi ? pourquoi ? comment ? partie II]" . An Bras Dermatol (en portugais). 84 (5): 507–13. doi : 10.1590/S0365-05962009000500010 . PMID 20098854 . 
  13. ^ Xiaowei Xu; Aîné, David A.; Rosalie Elenitsas; Johnson, Bernett L.; En ligneMurphy, George E. (2008). Histopathologie de la peau de Lever . Hagerstwon, MD : Lippincott Williams & Wilkins. ISBN 978-0-7817-7363-8.
  14. ^ Pathologie cutanée de Weedon, ensemble de 2 volumes: consultation d'experts - en ligne et imprimé . Édimbourg : Churchill Livingstone. 2009. ISBN 978-0-7020-3941-6.
  15. ^ Alfageme, Fernando ; Cerezo, Eugenio; Roustan, Gaston (avril 2015). "Élastographie en temps réel dans les maladies inflammatoires de la peau : une introduction" . L'échographie en médecine et biologie . 41 (4) : S82–S83. doi : 10.1016/j.ultrasmedbio.2014.12.341 .
  16. ^ un bcd Burns , Tony ; et coll. (2006) CD-ROM du manuel de dermatologie de Rook . Wiley-Blackwell. ISBN 1-4051-3130-6 . 
  17. ^ Paus R, Cotsarelis G (1999). "La biologie des follicules pileux". N Engl J Med . 341 (7): 491–97. doi : 10.1056/NEJM199908123410706 . PMID 10441606 . 
  18. ^ Orfèvre, Lowell A. (1983). Biochimie et physiologie de la peau . Presse universitaire d'Oxford. ISBN 0-19-261253-0.
  19. ^ Fuchs E (février 2007). "Gratter la surface du développement de la peau" . Nature . 445 (7130): 834–42. Bibcode : 2007Natur.445..834F . doi : 10.1038/nature05659 . PMC 2405926 . PMID 17314969 .  
  20. ^ Fuchs E, Horsley V (avril 2008). "Plus d'une façon de faire la peau" . Développement de gènes . 22 (8): 976–85. doi : 10.1101/gad.1645908 . PMC 2732395 . PMID 18413712 .  
  21. ^ un bcdef Wolff , Klaus Dieter ; et coll. (2008). Dermatologie de Fitzpatrick en médecine générale . McGraw-Hill Medical. ISBN 978-0-07-146690-5.
  22. ^ "Anatomie de la peau" . Medscape . Récupéré le 3 juin 2013 .
  23. ^ Bologna, Jean L.; et coll. (2007). Dermatologie . Saint-Louis : Mosby. ISBN 978-1-4160-2999-1.
  24. ^ un bc Rapini , Ronald P. (2005). Dermatopathologie pratique . Elsevier Mosby. ISBN 0-323-01198-5.
  25. ^ Grant-Kels, JM (2007). Atlas couleur de la dermatopathologie (Dermatologie : sciences cliniques et fondamentales) . Informa Santé. p. 163. ISBN 978-0-8493-3794-9.
  26. ^ Ryan, T (1991). "Circulation cutanée". Dans Goldsmith, Lowell A (éd.). Physiologie, biochimie et biologie moléculaire de la peau (2e éd.). New York : presse universitaire d'Oxford. p. 1019. ISBN 0-19-505612-4.
  27. ^ Swerlick, RA; Lawley, TJ (janvier 1993). "Rôle des cellules endothéliales microvasculaires dans l'inflammation" . J. Invest. Dermatol . 100 (1) : 111S–115S. doi : 10.1038/jid.1993.33 . PMID 8423379 . 
  28. ^ Rose, Lewis C. (1998-09-15). « Reconnaître les lésions cutanées néoplasiques : un guide photo » . Médecin de famille américain . 58 (4) : 873–84, 887–8. PMID 9767724 . Récupéré le 3 juin 2013 . 
  29. ^ un bcdefghijkl Callen , Jeffrey ( 2000 ) . _ _ _ _ Atlas en couleurs de dermatologie . Philadelphie : WB Saunders. ISBN 0-7216-8256-1.
  30. ^ un bcd e f g h i j k l m n James , William D.; et coll. (2006). Maladies d'Andrews de la peau : dermatologie clinique . Saunders Elsevier. ISBN 0-7216-2921-0.
  31. ^ un b Elsevier , le Dictionnaire Médical Illustré de Dorland , Elsevier.
  32. ^ un b Cotran, Ramzi S.; Kumar, Vinay ; Fausto, Nelson; Nelso Fausto; Robbins, Stanley L.; En ligneAbbas, Abul K. (2005). Robbins et Cotran base pathologique de la maladie . St. Louis, Missouri : Elsevier Saunders. ISBN 0-7216-0187-1.
  33. ^ un bcd Copstead , Lee -Ellen C.; Diestelmeier, Ruth E.; Diestelmeier, Michael R. (2016-09-03). « Altérations du système tégumentaire » . Clé médicale de base . Récupéré le 01/07/2019 .
  34. ^ "Description des lésions cutanées" . Le Manuel Merck . Récupéré le 3 juin 2013 .

Liens externes