Bouc émissaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Dans la Bible , un bouc émissaire est l'un des deux chevreaux. Par paire, une chèvre a été sacrifiée (pas un bouc émissaire) et le "bouc émissaire" vivant a été relâché dans le désert, emportant avec lui tous les péchés et les impuretés. Le concept apparaît pour la première fois dans le livre du Lévitique , dans lequel un bouc est désigné pour être jeté dans le désert pour emporter les péchés de la communauté.

Alors Aaron posera ses deux mains sur la tête du bouc vivant, et confessera sur lui toutes les iniquités du peuple d'Israël, et toutes leurs transgressions, tous leurs péchés, les mettant sur la tête du bouc, et le renvoyant dans le désert par l'intermédiaire d'une personne désignée pour cette tâche. Le bouc portera sur lui toutes leurs iniquités dans une région aride; et le bouc sera relâché dans le désert.

Des pratiques présentant certaines similitudes avec le rituel du bouc émissaire apparaissent également dans la Grèce antique et à Ebla .

Origines

Certains érudits ont fait valoir que le rituel du bouc émissaire remonte à Ebla au 24ème siècle avant JC, d'où il s'est répandu dans tout le Proche-Orient ancien . [1] [2]

Étymologie

Le mot "bouc émissaire" est une traduction anglaise de l'hébreu 'ăzāzêl ( hébreu : עזאזל ), qui apparaît dans Lévitique 16: 8 :

Et Aaron tirera au sort sur les deux boucs, et l'autre pour Azelza .

—  (JPS)

Le lexique hébreu Brown–Driver–Briggs [3] donne la-azazel ( לעזאזל ) comme intensif réduplicatif de la racine '-ZL , "enlever", d'où la-'ăzāzêl , "pour une élimination totale". Cette lecture est soutenue par la traduction grecque de l'Ancien Testament comme "l'expéditeur (des péchés)". Le lexicographe Gesenius prend azazel pour signifier "averter", qu'il a théorisé était le nom d'une divinité, à apaiser avec le sacrifice de la chèvre. [4] [ page nécessaire ]

Alternativement, largement contemporain de la Septante, le Livre pseudépigraphique d'Enoch peut conserver Azazel comme le nom d'un ange déchu . [5] [6] [7]

Et Azazel enseigna aux hommes à fabriquer des épées, des couteaux, des boucliers et des cuirasses, et leur fit connaître les métaux de la terre et l'art de les travailler, les bracelets et les ornements, l'utilisation de l'antimoine et l'embellissement des les paupières, et toutes sortes de pierres précieuses, et toutes les teintures colorantes .

—  Enoch 8:1, traduction par RH Charles. En ligne .

Les premières versions anglaises de la Bible chrétienne suivent la traduction de la Septante et de la Vulgate latine , qui interprètent azazel comme "la chèvre qui s'en va" (grec tragos apopompaios , "chèvre envoyée", latin caper emissarius, "chèvre émissaire"). William Tyndale a traduit le latin par "(e)bouc émissaire" dans sa Bible de 1530 . Cette traduction a été suivie de versions ultérieures jusqu'à la version King James de la Bible en 1611: "Et Aaron tirera au sort les deux boucs; un lot pour le Seigneur et l'autre lot pour le bouc émissaire." [8]Plusieurs versions modernes le laissent cependant comme le nom propre Azazel, ou la note de bas de page "pour Azazel" comme lecture alternative.

Des sources juives dans le Talmud (Yoma 6:4,67b) donnent l'étymologie d' azazel comme un composé de az , fort ou rugueux, et el , puissant, que la chèvre a été envoyée de la plus accidentée ou la plus forte des montagnes. [9] À partir des Targums , le terme azazel était également considéré par certains commentateurs rabbiniques comme le nom d'un démon hébreu, d'une force angélique ou d'une divinité païenne. [10] Les deux lectures sont encore contestées aujourd'hui. [11]

Judaïsme ancien

Le bouc émissaire était une chèvre désignée ( en hébreu : לַעֲזָאזֵֽל ) la-'aza'zeyl ; " pour l'enlèvement absolu " (pour l'enlèvement symbolique des péchés du peuple avec l'enlèvement littéral du bouc), et banni dans le désert dans le cadre des cérémonies du Jour des Expiations , qui ont commencé pendant l'Exode avec le Tabernacle original et se sont poursuivies à travers l'époque des temples de Jérusalem .

Une fois par an, à Yom Kippour , le Cohen Gadol sacrifiait un taureau comme offrande pour le péché pour expier les péchés qu'il avait pu commettre involontairement tout au long de l'année. Par la suite, il prit deux boucs et les présenta à la porte du tabernacle. Deux boucs furent choisis par tirage au sort : l'un pour être "pour YHWH ", qui fut offert en sacrifice sanglant, et l'autre pour être le bouc émissaire à envoyer dans le désert et poussé dans un ravin escarpé où il mourut. [12] Le sang du bouc égorgé était transporté dans le Saint des Saints derrière le voile sacré et aspergé sur le propitiatoire, le couvercle de l'arche de l'alliance. Plus tard dans les cérémonies de la journée, le Grand Prêtrea avoué les péchés intentionnels des Israélites à Dieu en les plaçant au sens figuré sur la tête de l'autre bouc, le bouc émissaire d'Azazel, qui symboliquement les «emporterait».

Perspectives chrétiennes

Agnus-Dei : Le bouc émissaire ( Agnus-Dei. Le bouc émissaire ), de James Tissot

Dans le christianisme, ce processus préfigure le sacrifice du Christ sur la croix par lequel Dieu a été concilié et les péchés peuvent être expiés. On considère que Jésus-Christ a rempli tous les «types» bibliques - le grand prêtre qui officie lors de la cérémonie, le bouc du Seigneur qui s'occupe de la pollution du péché et le bouc émissaire qui enlève le «fardeau du péché». Les chrétiens croient que les pécheurs qui admettent leur culpabilité et confessent leurs péchés , exerçant la foi et la confiance en la personne et le sacrifice de Jésus , sont pardonnés de leurs péchés.

Depuis que la deuxième chèvre a été renvoyée pour périr, [13] le mot "bouc émissaire" s'est développé pour désigner une personne qui est blâmée et punie pour les actions d'autrui.

Pratiques similaires

Syrie antique

Un concept superficiellement similaire au bouc émissaire biblique est attesté dans deux textes rituels du 24ème siècle avant JC archivés à Ebla . [14] Ils étaient liés à la purification rituelle à l'occasion du mariage du roi. En eux, une chèvre avec un bracelet en argent accroché à son cou a été chassée dans le désert de "Alini"; « nous » dans le rapport du rituel implique toute la communauté. De tels « rites d'élimination », dans lesquels un animal, sans confession de péchés, est le véhicule de maux (et non de péchés) qui sont chassés de la communauté sont largement attestés dans le Proche-Orient ancien . [15]

Grèce antique

Les Grecs de l'Antiquité pratiquaient des rituels de bouc émissaire à des moments exceptionnels basés sur la croyance que la répudiation d'un ou deux individus sauverait toute la communauté. [16] [17] Le bouc émissaire était pratiqué avec différents rituels à travers la Grèce antique pour différentes raisons, mais était principalement utilisé lors de circonstances extraordinaires telles que la famine, la sécheresse ou la peste. [16] [17] Le bouc émissaire serait généralement un individu de la société inférieure tel qu'un criminel, un esclave ou une personne pauvre et était appelé pharmakos , katharma ou peripsima . [16] [17]

Il existe cependant une dichotomie entre les individus utilisés comme boucs émissaires dans les contes mythiques et ceux utilisés dans les rituels réels. Dans les contes mythiques, il était souligné qu'une personne de grande importance devait être sacrifiée si toute la société devait bénéficier de l'aversion de la catastrophe (généralement un roi ou les enfants du roi). [16] [17] Cependant, étant donné qu'aucun roi ou personne d'importance ne serait prêt à se sacrifier lui-même ou ses enfants, le bouc émissaire dans les rituels réels serait quelqu'un de la société inférieure qui serait valorisé par un traitement spécial tel que des vêtements raffinés et des repas. avant la cérémonie sacrificielle. [16]

Les cérémonies sacrificielles variaient à travers la Grèce en fonction du festival et du type de catastrophe. A Abdera , par exemple, un pauvre était festoié et conduit une fois autour des murs de la ville avant d'être chassé à coups de pierres. [16] A Massilia, un pauvre homme fut festoyé pendant un an puis chassé de la ville afin d'arrêter une peste. [16] Les scholia font référence aux pharmakos tués, mais de nombreux érudits rejettent cela et soutiennent que les premières preuves (les fragments du satiriste iambique Hipponax ) montrent que les pharmakos n'ont été que lapidés, battus et chassés de la communauté.

Dans la littérature

Le bouc émissaire, en tant que pratique religieuse et rituelle et métaphore de l'exclusion sociale, est l'une des préoccupations majeures de la trilogie Poena Damni de Dimitris Lyacos . [18] [19] Dans le premier livre, Z213 : Exit , le narrateur se lance dans un voyage au milieu d'un paysage dystopique qui rappelle le désert mentionné dans Lévitique (16, 22). Le texte contient également des références au grec ancien pharmakos . [20] [21] Dans le deuxième livre, Avec les gens du pont, les personnages masculins et féminins sont traités apotropaïquement comme des vampires et chassés à la fois du monde des vivants et de celui des morts. [22] Dans le troisième livre, The First Death , le personnage principal apparaît irrévocablement abandonné sur une île déserte comme une personnification de miasmes expulsé vers un point géographique de non-retour. [23] [24]

Voir aussi

Références

  1. ^
    • Rutherford, Ian (2020). Textes hittites et religion grecque : contact, interaction et comparaison . Presse universitaire d'Oxford. p. 130. ISBN 978-0-19-259995-7.
    • Ayali-Darshan, Noga (2020). "Le rituel du bouc émissaire et ses anciens parallèles du Proche-Orient" . www.thetorah.com .
    • En ligneBremmer, Jan N. (2015). Eidinow, Esther ; Kindt, Julia (éd.). Le manuel d'Oxford de la religion grecque antique . Presse universitaire d'Oxford. p. 610.ISBN _ 978-0-19-105807-3.
  2. ^
  3. ^ p. 736.
  4. ^ Gesénius. "Je n'ai aucun doute qu'il devrait être rendu 'averter'".
  5. ^ Archie T. Wright The Origin of Evil Spirits: The Reception of Genesis 6.1–4 Page 111. 2005. "Cependant, le fragment araméen correspondant de / Enoch 10.4 n'utilise pas le nom Azazel; à la place, le nom a été reconstruit par Milik lire Asa'el Stuckenbruck suggère la présence de la forme biblique Azazel en éthiopien.
  6. ^ Wright, David P. "Azazel". Pages 1: 536–537 dans Anchor Bible Dictionary . Edité par David Noel Freedman et al. New York : Doubleday, 1992.
  7. ^ Le symbolisme de la chèvre Azazel . Ralph D. Lévy. 1998. "Ceci est encore assez simple et est traduit par la majorité des versions par" pour Azazel "(Targums Onkelos et Pseudo-Jonathan suivent cette compréhension, tout comme le RSV, NRSV, REB et Tanakh). KJV et NKJV doivent "être le bouc émissaire".
  8. ^ Le nouveau livre Merriam-Webster des histoires de mots . Merriam-Webster . 1991. pages  411-412 . ISBN 978-0-87779-603-9.
  9. ^ "AZAZEL" . Encyclopédiejuive.com . Récupéré le 04/07/2013 .
  10. ^ Le guide JPS des traditions juives. Page 224. Ronald L. Eisenberg, Jewish Publication Society - 2004. "(Lévitique 16: 8-10). À l'époque talmudique, une interprétation rabbinique populaire était qu'Azazel faisait référence à l'endroit où la chèvre était envoyée, l'eretz g ' zera (région inaccessible) du Lévitique (16:22). Plus tard, Azazel s'est associé à un autre..."
  11. ^ The JPS Torah Commentary: Leviticus Nahum M. Sarna, Chaim Potok, Jewish Publication Society - 1989. "Selon le premier, Azazel est le nom de l'endroit dans le désert auquel le bouc émissaire a été envoyé; ... Selon le deuxième ligne d'interprétation, Azazel décrit la chèvre.Le mot 'aza'zel est une contraction.
  12. ^ Danby, H. , éd. (1933), La Mishna , Oxford: Oxford University Press , ISBN 0-19-815402-X, sv Yoma 6:6
  13. Le Rameau d'or , p. 569. Sir James Frazer , Référence Worsworth. ISBN 1-85326-310-9 . 
  14. ^ Zatelli, Ida (avril 1998). "L'origine du rituel biblique du bouc émissaire: la preuve de deux textes Eblaite". Vetus Testamentum . 48 (2): 254-263. doi : 10.1163/1568533982721604 .
  15. ^ David P. Wright, L'élimination de l'impureté: Rites d'élimination dans la Bible et dans la littérature hittite et mésopotamienne (Atlanta: Scholars Press) 1987: 15-74.
  16. ^ un bcdefg Bremmer , Jan ( 1983 ). "Rituels de bouc émissaire dans la Grèce antique" (PDF) . Études de Harvard en philologie classique . 87 : 299–320. doi : 10.2307/311262 . JSTOR 311262 .  
  17. ^ un bcd Westbrook , Raymond . "Qui a conduit le bouc émissaire dans Lévitique 16:21?". Journal de littérature biblique .
  18. ^ The Precarious Destitute: Un commentaire possible sur la vie des immigrants indésirables par Michael O'Sullivan. Cha Magazine, Revues / Juin 2015 (Numéro 28). https://www.asiancha.com/content/view/2105/505/
  19. ^ "Berfrois Interviewe Dimitris Lyacos" . 16 novembre 2018.
  20. ^ Dimitris Lyacos, Z213: Sortie, Shoestring Press 2016
  21. ^ "Dimitris Lyacos : Poena Damni : I : Z213 : Sortie ; II : Avec les Gens du Pont ; III : La Première Mort | Pangyrus" .
  22. ^ Dimitris Lyacos, Avec les gens du pont, Shoestring Press 2018
  23. ^ Dimitris Lyacos, La première mort, Shoestring Press 2017
  24. ^ "Journal of Poetics Research - Un journal animé pour tous" .

Liens externes

La définition du dictionnaire de bouc émissaire au Wiktionnaire