Richard Wagner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Wagner en 1871, par Franz Hanfstaengl
signature written in ink in a flowing script

Wilhelm Richard Wagner ( / v ɑ ɡ n ər / VAHG -nər ; allemand: [ʁɪçaʁt vaːɡnɐ] ( écouter )About this sound , 22 mai 1813-1813 Février 1883) était un compositeur allemand, metteur en scène, polémiste et chef d' orchestre qui est surtout connu pour ses opéras (ou, comme certaines de ses œuvres de maturité furent plus tard connues, « drames musicaux »). Contrairement à la plupart des compositeurs d'opéra, Wagner a écrit à la fois le livret et la musique de chacune de ses œuvres scéniques. Établissant initialement sa réputation de compositeur d'œuvres dans la veine romantique de Carl Maria von Weber etGiacomo Meyerbeer , Wagner a révolutionné l'opéra par son concept de Gesamtkunstwerk (« œuvre d'art totale »), par laquelle il a cherché à synthétiser les arts poétiques, visuels, musicaux et dramatiques, avec la musique subsidiaire au drame. Il a décrit cette vision dans une série d'essais publiés entre 1849 et 1852. Wagner a pleinement réalisé ces idées dans la première moitié du cycle de quatre opéras Der Ring des Nibelungen ( L'Anneau du Nibelung ).

Ses compositions, en particulier celles de sa dernière période, se distinguent par leurs textures complexes , leurs riches harmonies et leur orchestration , et l'utilisation élaborée de leitmotivs - des phrases musicales associées à des personnages, des lieux, des idées ou des éléments de l'intrigue. Ses progrès dans le langage musical, tels que le chromatisme extrême et les centres tonaux rapidement changeants , ont grandement influencé le développement de la musique classique. Son Tristan und Isolde est parfois décrit comme marquant le début de la musique moderne .

Wagner fit construire son propre opéra, le Bayreuth Festspielhaus , qui incarnait de nombreuses caractéristiques de conception novatrices. L' Anneau et Parsifal ont été créés ici et ses œuvres scéniques les plus importantes continuent d'être jouées au Festival annuel de Bayreuth , dirigé par ses descendants. Ses réflexions sur les contributions relatives de la musique et du théâtre à l'opéra devaient à nouveau changer, et il a réintroduit certaines formes traditionnelles dans ses dernières œuvres scéniques, notamment Die Meistersinger von Nürnberg ( Les maîtres chanteurs de Nuremberg ).

Jusqu'à ses dernières années, la vie de Wagner a été caractérisée par l'exil politique, les amours tumultueuses, la pauvreté et la fuite répétée de ses créanciers. Ses écrits controversés sur la musique, le théâtre et la politique ont suscité de nombreux commentaires, en particulier depuis la fin du XXe siècle, où ils expriment des sentiments antisémites . L'effet de ses idées peut être retracé dans de nombreux arts tout au long du 20e siècle; son influence s'étend au-delà de la composition dans la direction d'orchestre, la philosophie, la littérature, les arts visuels et le théâtre.

Biographie

Les premières années

A building with four main storeys with an open shop to one side of an arched entrance and garret windows in the roof. A sculpted figure of an animal is above the arch.
Maison natale de Wagner, à 3 ans, le Brühl , Leipzig

Richard Wagner est né dans une famille ethnique allemande à Leipzig , qui vivait au n° 3, le Brühl ( La Maison des Lions rouges et blancs ) dans le quartier juif . [n 1] Il a été baptisé à l' église St. Thomas . Il était le neuvième enfant de Carl Friedrich Wagner, qui était commis au service de police de Leipzig, et de sa femme, Johanna Rosine (née Paetz), la fille d'un boulanger. [1] [2] [n 2] Le père de Wagner, Carl, est mort du typhus six mois après la naissance de Richard. Par la suite, sa mère Johanna a vécu avec l'ami de Carl, l'acteur et dramaturge Ludwig Geyer . [4]En août 1814, Johanna et Geyer se sont probablement mariés, bien qu'aucune documentation à ce sujet n'ait été trouvée dans les registres paroissiaux de Leipzig. [5] Elle et sa famille ont déménagé dans la résidence de Geyer à Dresde . Jusqu'à l'âge de quatorze ans, Wagner était connu sous le nom de Wilhelm Richard Geyer. Il pensait presque certainement que Geyer était son père biologique. [6]

L'amour de Geyer pour le théâtre en vint à être partagé par son beau-fils, et Wagner participa à ses représentations. Dans son autobiographie, Mein Leben Wagner se souvient avoir joué le rôle d'un ange. [7] À la fin de 1820, Wagner a été inscrit à l'école du pasteur Wetzel à Possendorf, près de Dresde, où il a reçu une instruction de piano de son professeur de latin. [8] Il a lutté pour jouer une échelle appropriée au clavier et a préféré jouer des ouvertures de théâtre à l'oreille . Après la mort de Geyer en 1821, Richard est envoyé à la Kreuzschule , le pensionnat du Dresdner Kreuzchor , aux frais du frère de Geyer. [9]À l'âge de neuf ans, il a été extrêmement impressionné par les éléments gothiques de l' opéra Der Freischütz de Carl Maria von Weber , qu'il a vu diriger par Weber. [10] À cette période, Wagner nourrissait des ambitions en tant que dramaturge. Son premier effort créatif, répertorié dans le Wagner-Werk-Verzeichnis (la liste standard des œuvres de Wagner) comme WWV 1, était une tragédie appelée Leubald . Commencée alors qu'il était à l'école en 1826, la pièce est fortement influencée par Shakespeare et Goethe . Wagner était déterminé à le mettre en musique et a persuadé sa famille de lui permettre des cours de musique. [11] [n 3]

En 1827, la famille était retournée à Leipzig. Les premières leçons d' harmonie de Wagner ont été prises entre 1828 et 1831 avec Christian Gottlieb Müller. [12] En Janvier 1828 , il a d' abord entendu Beethoven de la 7ème symphonie puis, en Mars, du même compositeur 9e Symphonie (tant au Gewandhaus ). Beethoven est devenu une inspiration majeure et Wagner a écrit une transcription pour piano de la 9e symphonie. [13] Il a également été très impressionné par une performance de Mozart de Requiem . [14] Les premières sonates pour piano de Wagner et ses premières tentatives d' ouvertures orchestralesdate de cette période. [15]

En 1829, il assista à une représentation de la soprano dramatique Wilhelmine Schröder-Devrient , et elle devint son idéal de la fusion du drame et de la musique à l'opéra. Dans Mein Leben , Wagner écrit : « Quand je regarde en arrière toute ma vie, je ne trouve aucun événement à placer à côté de celui-ci dans l'impression qu'il a produit sur moi », et a affirmé que « la performance profondément humaine et extatique de cet artiste incomparable » s'est allumée dans lui un "feu presque démoniaque". [16] [n 4]

En 1831, Wagner s'inscrit à l' université de Leipzig , où il devient membre de la fraternité étudiante saxonne . [18] Il a pris des cours de composition avec le Thomaskantor Theodor Weinlig . [19] Weinlig a été tellement impressionné par la capacité musicale de Wagner qu'il a refusé tout paiement pour ses leçons. Il s'arrangea pour que la Sonate pour piano en si bémol majeur de son élève (qui lui fut par conséquent dédiée) soit publiée sous le titre de Wagner op. 1. Un an plus tard, Wagner compose sa Symphonie en ut majeur , œuvre beethovenesque jouée à Prague en 1832 [20] et au Gewandhaus de Leipzig en 1833. [21] Il commence alors à travailler sur un opéra,Die Hochzeit ( Le Mariage ), qu'il n'a jamais achevé. [22]

Début de carrière et mariage (1833-1842)

The head and upper torso of a young white woman with dark hair done in an elaborate style. She wears a small hat, a cloak and dress that expose her shoulders and pearl earrings. On her left hand that holds the edge of the cloak, two rings are visible.
Rabot Wilhelmine "Minna" (1835), par Alexander von Otterstedt

En 1833, le frère de Wagner, Albert, réussit à lui obtenir un poste de maître de chapelle au théâtre de Würzburg . [23] La même année, à l'âge de 20 ans, Wagner compose son premier opéra complet, Die Feen ( Les Fées ). Cette œuvre, qui imitait le style de Weber, n'a été produite qu'un demi-siècle plus tard, lorsqu'elle a été créée à Munich peu après la mort du compositeur en 1883. [24]

De retour à Leipzig en 1834, Wagner occupa un bref poste de directeur musical à l'opéra de Magdebourg [25] au cours duquel il écrivit Das Liebesverbot ( L'interdiction de l'amour ), basé sur Mesure pour mesure de Shakespeare . Cela a été mis en scène à Magdebourg en 1836 mais fermé avant la deuxième représentation ; ceci, ainsi que l'effondrement financier de la compagnie de théâtre qui l'emploie, a laissé le compositeur en faillite. [26] [27] Wagner était tombé amoureux d'une des grandes dames de Magdebourg, l'actrice Christine Wilhelmine "Minna" Planer [28] et après le désastre de Das Liebesverbot il la suivit à Königsberg, où elle l'a aidé à obtenir un engagement au théâtre. [29] Les deux se marièrent à l' église de Tragheim le 24 novembre 1836. [30] En mai 1837, Minna quitta Wagner pour un autre homme, [31] et ce n'était que la première débâcle d'un mariage tumultueux. En juin 1837, Wagner s'installe à Riga (alors dans l' Empire russe ), où il devient directeur musical de l'opéra local ; [32] ayant engagé à ce titre la sœur de Minna Amalie (également chanteuse) pour le théâtre, il reprit actuellement des relations avec Minna en 1838. [33]

En 1839, le couple avait accumulé des dettes si importantes qu'ils ont fui Riga en fuite des créanciers. [34] Les dettes tourmenteraient Wagner pendant la majeure partie de sa vie. [35] Initialement, ils ont pris un passage maritime orageux à Londres, [36] dont Wagner a tiré l'inspiration pour son opéra Der fliegende Holländer ( Le Hollandais volant ), avec un complot basé sur un croquis de Heinrich Heine . [37] Les Wagner s'installèrent à Paris en septembre 1839 [28] et y restèrent jusqu'en 1842. Wagner gagnait peu sa vie en écrivant des articles et de courtes nouvelles comme Un pèlerinage à Beethoven , qui esquissait son concept croissant de « drame musical », etUne fin à Paris , où il dépeint ses propres misères de musicien allemand dans la métropole française. [38] Il a fourni aussi des arrangements d'opéras par d'autres compositeurs, en grande partie au nom de la maison d'édition Schlesinger . Au cours de ce séjour, il achève ses troisième et quatrième opéras Rienzi et Der fliegende Holländer . [38]

Dresde (1842-1849)

The head and upper body of a young white man with dark hair receding where it is parted on the left. Sideburns run the full length of his face. He wears a cravat and his right hand is tucked between the buttons of his coat.
Wagner v. 1840, par Ernest Benedikt Kietz

Wagner avait achevé Rienzi en 1840. Avec le fort soutien de Giacomo Meyerbeer , [39] il a été accepté pour représentation par le Théâtre de la Cour de Dresde ( Hofoper ) dans le Royaume de Saxe et en 1842, Wagner a déménagé à Dresde. Son soulagement à son retour en Allemagne a été enregistré dans son " Autobiographic Sketch " de 1842, où il a écrit que, en route de Paris, " Pour la première fois j'ai vu le Rhin - avec des larmes chaudes dans mes yeux, moi, pauvre artiste, j'ai juré fidélité éternelle à ma patrie allemande." [40] Rienzi a été mis en scène avec un grand succès le 20 octobre. [41]

Wagner a vécu à Dresde pendant les six années suivantes, avant d'être nommé chef d'orchestre de la cour royale saxonne. [42] Pendant cette période, il y a monté Der fliegende Holländer (2 janvier 1843) [43] et Tannhäuser (19 octobre 1845), [44] les deux premiers de ses trois opéras de la période moyenne. Wagner s'est également mêlé aux cercles artistiques de Dresde, dont le compositeur Ferdinand Hiller et l'architecte Gottfried Semper . [45] [46]

L'implication de Wagner dans la politique de gauche a brusquement mis fin à son accueil à Dresde. Wagner était actif parmi les nationalistes allemands socialistes là-bas, recevant régulièrement des invités tels que le chef d'orchestre et éditeur radical August Röckel et l' anarchiste russe Mikhaïl Bakounine . [47] Il a également été influencé par les idées de Pierre-Joseph Proudhon et Ludwig Feuerbach . [48] Le mécontentement généralisé a atteint son paroxysme en 1849, lorsque le soulèvement de mai infructueux à Dresde a éclaté, dans lequel Wagner a joué un rôle de soutien mineur. Des mandats d'arrêt ont été émis pour l'arrestation des révolutionnaires. Wagner dut fuir, visitant d'abord Paris puis s'installant à Zürich [49] [n 5] où il se réfugia d'abord chez un ami, Alexander Müller . [50]

En exil : Suisse (1849-1858)

A printed notice in German with elaborate Gothic capitals. Wagner is described as 37 to 38 of middle height with brown hair and glasses.
Mandat d'arrestation de Richard Wagner, délivré le 16 mai 1849

Wagner devait passer les douze prochaines années en exil d'Allemagne. Il avait achevé Lohengrin , le dernier de ses opéras de la période intermédiaire, avant le soulèvement de Dresde, et écrivait maintenant désespérément à son ami Franz Liszt pour le faire monter en son absence. Liszt dirigea la première à Weimar en août 1850. [51]

Néanmoins, Wagner était dans une situation personnelle sombre, isolé du monde musical allemand et sans aucun revenu régulier. En 1850, Julie, la femme de son ami Karl Ritter, commença à lui verser une petite pension qu'elle conservera jusqu'en 1859. Avec l'aide de son amie Jessie Laussot, celle-ci devait être portée à une somme annuelle de 3 000 Thalers par an, mais le plan a été abandonné lorsque Wagner a commencé une liaison avec Mme. Laussot. Wagner a même comploté une fugue avec elle en 1850, ce que son mari a empêché. [52] [53] Pendant ce temps, la femme de Wagner Minna, qui n'avait pas aimé les opéras qu'il avait écrits après Rienzi , tombait dans une dépression de plus en plus profonde . Wagner a été victime d'une mauvaise santé, selon Ernest Newman"en grande partie une question de nerfs surmenés", ce qui l'a rendu difficile pour lui de continuer à écrire. [54] [n 6]

La principale production publiée de Wagner au cours de ses premières années à Zürich était un ensemble d'essais. Dans " L'œuvre d'art du futur " (1849), il a décrit une vision de l'opéra comme Gesamtkunstwerk (" œuvre d'art totale "), dans laquelle les divers arts tels que la musique, le chant, la danse, la poésie, les arts visuels et la mise en scène ont été unifiés . « Judaism in Music » (1850) [n 7] fut le premier des écrits de Wagner à présenter des vues antisémites . [56]Dans cette polémique, Wagner a soutenu, en utilisant fréquemment des abus antisémites traditionnels, que les Juifs n'avaient aucun lien avec l'esprit allemand et étaient donc capables de produire uniquement de la musique superficielle et artificielle. Selon lui, ils ont composé de la musique pour atteindre la popularité et, par conséquent, le succès financier, au lieu de créer de véritables œuvres d'art. [57]

Dans " Opera and Drama " (1851), Wagner décrit l' esthétique du théâtre qu'il utilisait pour créer les opéras du Ring . Avant de quitter Dresde, Wagner avait rédigé un scénario qui deviendra finalement le cycle de quatre opéras Der Ring des Nibelungen . Il a d'abord écrit le livret d'un seul opéra, Siegfrieds Tod ( La mort de Siegfried ), en 1848. Après son arrivée à Zurich, il a développé l'histoire avec l'opéra Der junge Siegfried (Le jeune Siegfried ), qui a exploré le passé du héros . Il complète le texte du cycle en écrivant les livrets de Die Walküre (La Valkyrie ) et Das Rheingold ( L'Or du Rhin ) et la révision de l'autre Livrets d'accord avec son nouveau concept, en les complétant en 1852. [58] Le concept d'opéra exprimé dans « Opéra et Drame » et dans d' autres essais effectivement renoncé aux opéras il avait écrit auparavant, jusqu'à et y compris Lohengrin. En partie pour tenter d'expliquer son changement de point de vue, Wagner publia en 1851 l'autobiographique « Une communication à mes amis ». [59] Cela contenait sa première annonce publique de ce qui allait devenir le cycle de l' Anneau :

Je n'écrirai plus jamais d' opéra . Comme je n'ai pas envie d'inventer un titre arbitraire pour mes œuvres, je les appellerai Drames...

Je propose de produire mon mythe en trois drames complets, précédés d'un long Prélude (Vorspiel). ...

Lors d'un Festival spécialement désigné, je propose, dans le futur, de produire ces trois Drames avec leur Prélude, en trois jours et une avant-soirée [souligné dans l'original]. [60]

Wagner a commencé à composer la musique pour Das Rheingold entre novembre 1853 et septembre 1854, la suivant immédiatement avec Die Walküre (écrit entre juin 1854 et mars 1856). [61] Il a commencé à travailler sur le troisième opéra Ring , qu'il appelait maintenant simplement Siegfried , probablement en septembre 1856, mais en juin 1857, il n'avait achevé que les deux premiers actes. Il décide de mettre le travail de côté pour se concentrer sur une nouvelle idée : Tristan und Isolde , [62] basé sur l' histoire d'amour arthurienne Tristan et Iseult .

Une source d'inspiration pour Tristan und Isolde était la philosophie d' Arthur Schopenhauer , notamment son Le monde comme volonté et représentation , à laquelle Wagner avait été initié en 1854 par son ami poète Georg Herwegh . Wagner a appelé plus tard cet événement le plus important de sa vie. [63] [n 8] Ses circonstances personnelles l'ont certainement fait un converti facile à ce qu'il a compris pour être la philosophie de Schopenhauer, une vue profondément pessimiste de la condition humaine. Il est resté un adhérent de Schopenhauer pour le reste de sa vie. [64]

L'une des doctrines de Schopenhauer était que la musique tenait un rôle suprême dans les arts en tant qu'expression directe de l'essence du monde, à savoir la volonté aveugle et impulsive. [65] Cette doctrine contredisait le point de vue de Wagner, exprimé dans « Opera and Drama », que la musique dans l'opéra devait être subordonnée au drame. Les érudits de Wagner ont soutenu que l'influence de Schopenhauer a amené Wagner à attribuer un rôle plus important à la musique dans ses derniers opéras, y compris la seconde moitié du cycle Ring , qu'il n'avait pas encore composé. [66] [n 9] Les aspects de la doctrine Schopenhauerian ont trouvé leur chemin dans les livrets ultérieurs de Wagner. [n 10]

Une deuxième source d'inspiration fut l'engouement de Wagner pour la poète-écrivain Mathilde Wesendonck , épouse du marchand de soie Otto Wesendonck. Wagner a rencontré les Wesendonck, qui étaient tous deux de grands admirateurs de sa musique, à Zürich en 1852. À partir de mai 1853, Wesendonck a consenti plusieurs prêts à Wagner pour financer les dépenses de son ménage à Zürich, [69] et en 1857 a placé un cottage sur son domaine à La disposition de Wagner, [70] [71] qui est devenu connu sous le nom d' Asyl (« asile » ou « lieu de repos »). Au cours de cette période, la passion croissante de Wagner pour son mécène'Sa femme l'a inspiré à mettre de côté le travail sur le cycle du Ring (qui n'a pas été repris pendant les douze années suivantes) et à commencer à travailler sur Tristan .[72] En projetant l'opéra, Wagner a composé les Wesendonck Lieder , cinq chansons pour voix et piano, mettant des poèmes de Mathilde. Deux de ces mises en scène sont explicitement sous-titrées par Wagner comme « études pour Tristan und Isolde ». [73]

Parmi les engagements de direction que Wagner entreprend contre rémunération au cours de cette période, il donne plusieurs concerts en 1855 avec la Philharmonic Society of London , dont un devant la reine Victoria . [74] La reine a apprécié son ouverture Tannhäuser et a parlé avec Wagner après le concert, écrivant de lui dans son journal qu'il était « petit, très calme, porte des lunettes et a un front très finement développé, un nez crochu et un menton saillant. " [75]

En exil : Venise et Paris (1858-1862)

A photograph of the upper half of a man of about fifty viewed from his front right. He wears a cravat and frock coat. He has long sideburns and his dark hair is receding at the temples.
Wagner à Paris, 1861

L'affaire difficile de Wagner avec Mathilde s'est effondrée en 1858, lorsque Minna a intercepté une lettre de lui à Mathilde. [76] Après la confrontation qui en a résulté avec Minna, Wagner a laissé Zürich seul, à destination de Venise , où il a loué un appartement au Palazzo Giustinian , tandis que Minna est retournée en Allemagne. [77] L'attitude de Wagner envers Minna avait changé; l'éditeur de sa correspondance avec elle, John Burk, a déclaré qu'elle était pour lui « une invalide, à traiter avec gentillesse et considération, mais, sauf à distance, [était] une menace pour sa tranquillité d'esprit ». [78]Wagner poursuit sa correspondance avec Mathilde et son amitié avec son mari Otto, qui maintient son soutien financier au compositeur. Dans une lettre de 1859 à Mathilde, Wagner écrivait, à moitié satirique, à propos de Tristan : « Enfant ! Ce Tristan est en train de devenir quelque chose de terrible . moi ! Les parfaits bons vont forcément rendre les gens fous. [79]

En novembre 1859, Wagner s'installe à nouveau à Paris pour superviser la production d'une nouvelle révision de Tannhäuser , mise en scène grâce aux efforts de la princesse Pauline von Metternich , dont l'époux est l'ambassadeur d'Autriche à Paris. Les représentations du Tannhäuser de Paris en 1861 furent un fiasco notable . C'était en partie une conséquence des goûts conservateurs du Jockey Club , qui organisait des manifestations au théâtre pour protester contre la présentation du ballet dans l'acte 1 (au lieu de son emplacement traditionnel dans le deuxième acte) ; mais l'occasion a également été exploitée par ceux qui voulaient utiliser l'occasion comme une protestation politique voilée contre les politiques pro-autrichiennes de Napoléon III. [80] C'est au cours de cette visite que Wagner rencontre le poète français Charles Baudelaire , qui écrit une brochure élogieuse, « Richard Wagner et Tannhäuser à Paris ». [81] L'opéra a été retiré après la troisième représentation et Wagner a quitté Paris peu de temps après. [82] Il avait cherché une réconciliation avec Minna lors de cette visite à Paris, et bien qu'elle l'y rejoigne, la réunion n'a pas réussi et ils se sont de nouveau séparés lorsque Wagner est parti. [83]

Retour et résurgence (1862-1871)

L'interdiction politique qui avait été imposée à Wagner en Allemagne après sa fuite de Dresde fut totalement levée en 1862. Le compositeur s'installa à Biebrich , sur le Rhin près de Wiesbaden en Hesse . [84] Ici Minna lui a rendu visite pour la dernière fois : ils se sont séparés irrévocablement, [85] bien que Wagner ait continué à lui apporter un soutien financier pendant qu'elle vivait à Dresde jusqu'à sa mort en 1866. [86]

A young man in a dark military jacket, jodhpurs, long boots, and a voluminous ermine robe. He wears a sword at his side, a sash, a chain and a large star. Mainly hidden by his robe is a throne and behind that is a curtain with a crest with Ludwig's name and title in Latin. To one side a cushion holding a crown sits on a table.
Portrait de Louis II de Bavière à l'époque de sa première rencontre avec Wagner, par Ferdinand von Piloty  [ de ] , 1865

À Biebrich, Wagner commence enfin à travailler sur Die Meistersinger von Nürnberg , sa seule comédie mature. Wagner a écrit une première ébauche du livret en 1845, [87] et il avait résolu de le développer lors d'un séjour qu'il avait fait à Venise avec les Wesendonck en 1860, où il s'est inspiré du tableau de Titien L'Assomption de la Vierge . [88] Tout au long de cette période (1861-1864) Wagner a cherché à faire produire Tristan und Isolde à Vienne. [89] Malgré de nombreuses répétitions, l'opéra n'a pas été joué et a acquis la réputation d'être " impossible " à chanter, ce qui a aggravé les problèmes financiers de Wagner. [90]

La fortune de Wagner connaît un essor spectaculaire en 1864, lorsque le roi Louis II accède au trône de Bavière à l'âge de 18 ans. Le jeune roi, fervent admirateur des opéras de Wagner, fait amener le compositeur à Munich. [91] Le Roi, qui était homosexuel, exprimait dans sa correspondance une adoration personnelle passionnée pour le compositeur, [n 11] et Wagner dans ses réponses n'avait aucun scrupule à feindre des sentiments réciproques. [93] [94] [n 12] Ludwig a réglé les dettes considérables de Wagner, [96] et a proposé de mettre en scène Tristan , Die Meistersinger , l' Anneau et les autres opéras que Wagner avait planifiés.[97] Wagner a également commencé à dicter son autobiographie, Mein Leben , à la demande du roi. [98] Wagner a noté que son sauvetage par Ludwig a coïncidé avec la nouvelle de la mort de son ancien mentor (mais plus tard supposé ennemi) Giacomo Meyerbeer, et a regretté que « ce maître d'opéra, qui m'avait fait tant de mal, n'aurait pas dû vivre jusqu'à voir ce jour." [99]

Après de graves difficultés de répétition, Tristan und Isolde créa au Théâtre national de Munich le 10 juin 1865, la première première d'opéra de Wagner en près de 15 ans. (La première était prévue pour le 15 mai, mais a été retardée par des huissiers de justice agissant pour les créanciers de Wagner, [100] et aussi parce que l'Isolde, Malvina Schnorr von Carolsfeld , était enrouée et avait besoin de temps pour se remettre.) Le chef d'orchestre de cette première était Hans von Bülow , dont la femme, Cosima , avait donné naissance en avril de la même année à une fille, nommée Isolde, une enfant non de Bülow mais de Wagner. [101]

Cosima avait 24 ans de moins que Wagner et était elle-même illégitime, la fille de la comtesse Marie d'Agoult , qui avait quitté son mari pour Franz Liszt . [102] Liszt a d'abord désapprouvé l'implication de sa fille avec Wagner, bien que néanmoins, les deux hommes soient amis. [103] L'affaire indiscrète a scandalisé Munich et Wagner est également tombé en disgrâce auprès de nombreux membres de premier plan de la cour, qui se méfiaient de son influence sur le roi. [104] En décembre 1865, Ludwig est finalement contraint de demander au compositeur de quitter Munich. [105] Il a apparemment aussi caressé l'idée d'abdiquer pour suivre son héros en exil, mais Wagner l'a rapidement dissuadé. [106]

A couple is shown: On the left is a tall woman of about 30. She wears a voluminous dress and is sitting sideways in an upright chair, facing and looking up into the eyes of the man who is on the right. He is about 60, quite short, balding at the temples. He is dressed in a suit with tailcoat and wears a cravat. He faces and looks down at the woman. His hand rests on the back of the chair.
Richard et Cosima Wagner, photographiés en 1872

Ludwig a installé Wagner à la Villa Tribschen , au bord du lac des Quatre-Cantons en Suisse . [107] Die Meistersinger a été achevé à Tribschen en 1867 et a été créé à Munich le 21 juin de l'année suivante. [87] Sur l'insistance de Ludwig, des « avant-premières spéciales » des deux premières œuvres du Ring , Das Rheingold et Die Walküre , furent jouées à Munich en 1869 et 1870, [108] mais Wagner conserva son rêve, exprimé pour la première fois dans « Une communication à mes amis", pour présenter le premier cycle complet lors d'un festival spécial avec un nouvel opéra dédié . [109]

Minna est décédée d'une crise cardiaque le 25 janvier 1866 à Dresde. Wagner n'a pas assisté aux funérailles. [110] [n 13] Suite à la mort de Minna, Cosima a écrit à Hans von Bülow plusieurs fois pour lui demander de lui accorder un divorce, mais Bülow a refusé de concéder cela. Il n'a consenti qu'après qu'elle eut eu deux autres enfants avec Wagner ; une autre fille, nommée Eva, d'après l'héroïne de Meistersinger , et un fils Siegfried , du nom du héros de l' Anneau . Le divorce est finalement sanctionné, après des délais dans la procédure judiciaire, par un tribunal de Berlin le 18 juillet 1870. [112] Le mariage de Richard et Cosima a lieu le 25 août 1870. [113]Le jour de Noël de cette année-là, Wagner a organisé une représentation surprise (sa première) de l' Idylle de Siegfried pour l'anniversaire de Cosima. [114] [n 14] Le mariage avec Cosima a duré jusqu'à la fin de la vie de Wagner.

Wagner, installé dans sa nouvelle famille, a tourné ses énergies vers l'achèvement du cycle de l' Anneau . Il n'a pas abandonné les polémiques : il a réédité sa brochure de 1850 "Le judaïsme en musique", initialement publiée sous un pseudonyme, sous son propre nom en 1869. Il a prolongé l'introduction et a écrit une longue section finale supplémentaire. La publication a conduit à plusieurs protestations publiques lors des premières représentations de Die Meistersinger à Vienne et à Mannheim. [115]

Bayreuth (1871-1876)

En 1871, Wagner décide de s'installer à Bayreuth , qui sera l'emplacement de son nouvel opéra. [116] Le conseil municipal a fait don d'un grand terrain—la "Colline Verte"—comme site pour le théâtre. Les Wagner s'installèrent dans la ville l'année suivante et la première pierre du Bayreuth Festspielhaus ("Festival Theatre") fut posée. Wagner a initialement annoncé le premier Festival de Bayreuth, au cours duquel pour la première fois le cycle du Ring serait présenté complet, pour 1873, [117] mais comme Ludwig avait refusé de financer le projet, le début de la construction a été retardé et la date proposée pour le festival a été reporté. Pour récolter des fonds pour la construction, " les sociétés Wagner" ont été formés dans plusieurs villes, [118] et Wagner a commencé à faire des tournées en Allemagne en dirigeant des concerts. [119] Au printemps de 1873, seulement un tiers des fonds requis avait été levé ; , avec le projet au bord de l'effondrement, le roi a cédé et a accordé un prêt. [120] [121] [n 15] Le programme de construction complet comprenait la maison familiale, " Wahnfried ", dans laquelle Wagner, avec Cosima et les enfants , ont quitté leur logement provisoire le 18 avril 1874. [123] [124]Le théâtre fut achevé en 1875, et le festival prévu pour l'année suivante. Commentant la lutte pour terminer le bâtiment, Wagner a fait remarquer à Cosima : « Chaque pierre est rouge de mon sang et du vôtre ». [125]

A building stands beyond a part-ploughed field and a row of trees. It has five sections. Farthest away, the tallest part with a v-shaped roof contains the stage. Adjoining it is the auditorium section built of patterned brick. Nearest is the royal entrance, made of stone and brick with arched windows and a portico. Two wings adjoin the auditorium.
Le Bayreuth Festspielhaus : impression photochrome de c. 1895

Pour la conception du Festspielhaus, Wagner s'est approprié certaines des idées de son ancien collègue, Gottfried Semper, qu'il avait précédemment sollicitées pour un projet de nouvel opéra à Munich. [117] Wagner était responsable de plusieurs innovations théâtrales à Bayreuth; ceux-ci incluent l'obscurcissement de l'auditorium pendant les représentations et le placement de l'orchestre dans une fosse hors de vue du public. [126]

Le Festspielhaus a finalement ouvert ses portes le 13 août 1876 avec Das Rheingold , prenant enfin sa place en tant que première soirée du cycle complet du Ring ; le Festival de Bayreuth de 1876 ​​a donc vu la première du cycle complet, exécuté comme une séquence comme le compositeur l'avait prévu. [127] Le Festival de 1876 consistait en trois cycles complets du Ring (sous la direction de Hans Richter ). [128] À la fin, les réactions critiques oscillent entre celle du compositeur norvégien Edvard Grieg , qui trouve l'œuvre « divinement composée », et celle du journal français Le Figaro , qui appelle la musique « le rêve d'un fou ».[129] Parmi les désillusionnés figurait l'ami et disciple de Wagner, Friedrich Nietzsche , qui, après avoir publié son essai élogieux "Richard Wagner à Bayreuth" avant le festival dans le cadre de ses Méditations intempestives , a été amèrement déçu par ce qu'il considérait comme la soumission de Wagner à un allemand de plus en plus exclusiviste. nationalisme; sa rupture avec Wagner commença à cette époque. [130] Le festival a fermement établi Wagner comme un artiste d'importance européenne, et même mondiale : les participants comprenaient le Kaiser Wilhelm I , l'empereur Pedro II du Brésil , Anton Bruckner , Camille Saint-Saëns et Piotr Ilitch Tchaïkovski . [131]

Wagner était loin d'être satisfait du Festival ; Cosima a enregistré que des mois plus tard, son attitude envers les productions était "Plus jamais, plus jamais!" [132] De plus, le festival s'est terminé avec un déficit d'environ 150 000 marks. [133] Les dépenses de Bayreuth et de Wahnfried signifiaient que Wagner cherchait encore d'autres sources de revenus en dirigeant ou en acceptant des commissions telles que la marche du centenaire pour l'Amérique, pour laquelle il a reçu 5 000 $. [134] [135]

Les dernières années (1876-1883)

À la suite du premier Festival de Bayreuth, Wagner commence à travailler sur Parsifal , son dernier opéra. La composition a pris quatre ans, dont Wagner a passé une grande partie en Italie pour des raisons de santé. [136] De 1876 à 1878, Wagner entame également la dernière de ses liaisons émotionnelles documentées, cette fois avec Judith Gautier , rencontrée au Festival de 1876. [137] Wagner est aussi très troublé par les problèmes de financement de Parsifal , et par la perspective que l'œuvre soit jouée par d'autres théâtres que Bayreuth. Il est à nouveau aidé par la libéralité du roi Louis, mais est encore contraint par sa situation financière personnelle en 1877 à vendre les droits de plusieurs de ses œuvres inédites (dont le Siegfried Idyll) aux éditions Schott . [138]

Several floral tributes are laid on a flat gravestone that is in the middle of a large bed full of low leafy plants. A crazy-paved path passes either side of the bed.
La tombe de Wagner dans le jardin Wahnfried ; en 1977, les cendres de Cosima ont été placées à côté du corps de Wagner

Wagner a écrit plusieurs articles dans ses dernières années, souvent sur des sujets politiques, et souvent d'un ton réactionnaire , rejetant certaines de ses opinions antérieures, plus libérales. Il s'agit notamment de "Religion et Art" (1880) et "Héroïsme et christianisme" (1881), qui ont été imprimés dans la revue Bayreuther Blätter , publiée par son partisan Hans von Wolzogen . [139] L'intérêt soudain de Wagner pour le christianisme à cette période, qui infuse Parsifal , était contemporain de son alignement croissant avec le nationalisme allemand , et nécessitait de sa part, et de la part de ses associés, « la réécriture d'une certaine histoire wagnérienne récente », donc pour représenter, par exemple, l' Anneaucomme une œuvre reflétant les idéaux chrétiens. [140] Bon nombre de ces articles ultérieurs, y compris « Qu'est-ce que l'allemand ? » (1878, mais basé sur un brouillon rédigé dans les années 1860), [141] reprenait les préoccupations antisémites de Wagner.

Wagner acheva Parsifal en janvier 1882 et un deuxième festival de Bayreuth fut organisé pour le nouvel opéra, dont la première eut lieu le 26 mai. [142] Wagner était à cette époque extrêmement malade, ayant subi une série d' attaques d' angine de plus en plus sévères . [143] Au cours de la seizième et dernière représentation de Parsifal le 29 août, il est entré dans la fosse sans être vu pendant l'acte 3, a pris le relais du chef d'orchestre Hermann Levi et a mené la représentation à sa conclusion. [144]

Après le festival, la famille Wagner s'est rendue à Venise pour l'hiver. Wagner est mort d'une crise cardiaque à l'âge de 69 ans le 13 février 1883 à Ca' Vendramin Calergi , un palais du XVIe siècle sur le Grand Canal . [145] La légende selon laquelle l'attaque a été provoquée par une dispute avec Cosima au sujet de l'intérêt soi-disant amoureux de Wagner pour la chanteuse Carrie Pringle , qui avait été une demoiselle aux fleurs à Parsifal à Bayreuth, est sans preuve crédible. [146] Après qu'une gondole funéraire ait transporté les restes de Wagner sur le Grand Canal, son corps a été emmené en Allemagne où il a été enterré dans le jardin de la Villa Wahnfried à Bayreuth. [147]

Fonctionne

La production musicale de Wagner est répertoriée par le Wagner-Werk-Verzeichnis (WWV) comme comprenant 113 œuvres, y compris des fragments et des projets. [148] La première édition savante complète de ses œuvres musicales imprimées a commencé en 1970 sous l'égide de l' Académie bavaroise des Beaux-Arts et de l' Akademie der Wissenschaften und der Literatur de Mayence , et est actuellement sous la direction d' Egon Voss . Il comprendra 21 volumes (57 livres) de musique et 10 volumes (13 livres) de documents et textes pertinents. En octobre 2017, il restait trois volumes à paraître. L'éditeur est Schott Music . [149]

Opéras

Musical notation showing a theme in F and in 6/8 time on a treble clef.
Leitmotiv associé à l'appel de cor du héros de l'opéra de Wagner Siegfried

Les œuvres lyriques de Wagner sont son principal héritage artistique. Contrairement à la plupart des compositeurs d'opéra, qui laissaient généralement la tâche d'écrire le livret (le texte et les paroles) à d'autres, Wagner a écrit ses propres livrets, qu'il a appelés « poèmes ». [150]

À partir de 1849, il préconise un nouveau concept d'opéra souvent appelé « drame musical » (bien qu'il rejette plus tard ce terme), [151] [n 16] dans lequel tous les éléments musicaux, poétiques et dramatiques doivent être fusionnés— le Gesamtkunstwerk . Wagner a développé un style de composition dans lequel l'importance de l'orchestre est égale à celle des chanteurs. Le rôle dramatique de l'orchestre dans les opéras ultérieurs comprend l'utilisation de leitmotivs , de phrases musicales pouvant être interprétées comme annonçant des personnages, des lieux et des éléments de l'intrigue spécifiques; leur imbrication complexe et leur évolution éclairent la progression du drame. [153] Ces opéras sont encore, malgré les réserves de Wagner, évoqués par de nombreux écrivains [154]comme « drames musicaux ». [155]

Premiers travaux (jusqu'en 1842)

Les premières tentatives de Wagner à l'opéra étaient souvent inachevées. Œuvres abandonnées comprennent un opéra pastoral basé sur Goethe de Die Laune des Verliebten ( Le Caprice Infatuated amant ), écrit à l'âge de 17 ans, [22] Die Hochzeit ( Le mariage ), sur laquelle Wagner a travaillé en 1832, [22] et le singspiel Männerlist größer als Frauenlist (Les hommes sont plus rusés que les femmes , 1837-1838). Die Feen ( Les Fées , 1833) n'a pas été joué du vivant du compositeur [24] et Das Liebesverbot (L'Interdiction d'aimer , 1836) a été retirée après sa première représentation. [26] Rienzi (1842) était le premier opéra de Wagner à être mis en scène avec succès. [156] Le style de composition de ces premières œuvres était conventionnel - le Rienzi relativement plus sophistiqué montrant l'influence claire du Grand Opéra à la Spontini et de Meyerbeer - et n'exhibait pas les innovations qui marqueraient la place de Wagner dans l'histoire musicale. Plus tard dans la vie, Wagner a déclaré qu'il ne considérait pas ces œuvres comme faisant partie de son œuvre ; [157] et ils n'ont été joués que rarement au cours des cent dernières années, bien que l'ouverture de Rienziest une pièce occasionnelle de salle de concert. Die Feen , Das Liebesverbot et Rienzi ont été joués à Leipzig et à Bayreuth en 2013 pour marquer le bicentenaire du compositeur. [158]

"Opéras romantiques" (1843–51)

Six bars of music are written across 19 pre-printed staves. The page is headed "Overture". Below the heading to the right is Wagner's name. The tempo indication is allegro con brio. Several lines are written diagonally in lighter handwriting.
Ouverture de l'ouverture de Der fliegende Holländer de la main de Wagner et avec ses notes à l'éditeur

La production de la scène intermédiaire de Wagner a commencé avec Der fliegende Holländer ( The Flying Dutchman , 1843), suivi de Tannhäuser (1845) et Lohengrin (1850). Ces trois opéras sont parfois appelés « opéras romantiques » de Wagner. [159] Ils ont renforcé la réputation, parmi le public en Allemagne et au-delà, que Wagner avait commencé à établir avec Rienzi . S'il s'éloigne du style de ces opéras à partir de 1849, il retravaille néanmoins à plusieurs reprises à la fois Der fliegende Holländer et Tannhäuser . [n 17]Ces trois opéras sont considérés comme représentant une étape de développement significative dans la maturité musicale et lyrique de Wagner en ce qui concerne le traitement thématique, la représentation des émotions et l'orchestration. [161] Ce sont les premières œuvres incluses dans le canon de Bayreuth , les opéras matures que Cosima a mis en scène au Festival de Bayreuth après la mort de Wagner conformément à ses souhaits. [162] Tous les trois (y compris les différentes versions de Der fliegende Holländer et Tannhäuser ) continuent d'être régulièrement joués dans le monde entier et ont été fréquemment enregistrés. [n 18] Ce sont aussi les opéras par lesquels sa renommée se répand de son vivant. [n 19]

"Drames musicaux" (1851-1882)

Démarrage de l' anneau
A youthful valkyrie, wearing armour, cloak and winged helmet and holding a spear, stands with one foot on a rock and looks intently towards the right foreground. In the background are trees and mountains.
Brünnhilde la Walkyrie , illustrée par Arthur Rackham (1910)

Les drames tardifs de Wagner sont considérés comme ses chefs-d'œuvre. Der Ring des Nibelungen , communément appelé le Ring ou " Ring cycle ", est un ensemble de quatre opéras basés sur des figures et des éléments de la mythologie germanique - en particulier de la mythologie nordique ultérieure - notamment l' Edda poétique du vieux norrois et la saga Volsunga , et le moyen haut allemand Nibelungenlied . [164] Wagner a spécifiquement développé les livrets pour ces opéras selon son interprétation de Stabreim , des paires de vers rimées hautement allitératives utilisées dans la vieille poésie germanique. [165] Ils ont également été influencés par les concepts de Wagner du drame grec ancien , dans lequel les tétralogies étaient une composante des festivals athéniens , et dont il avait amplement discuté dans son essai " Oper und Drama ". [166]

Les deux premiers volets du cycle Ring étaient Das Rheingold ( L'or du Rhin ), achevé en 1854, et Die Walküre ( La Walkyrie ), achevé en 1856. Dans Das Rheingold , avec son « réalisme » implacablement bavard [et ] l'absence de " numéros " lyriques ", [167] Wagner est très proche des idéaux musicaux de ses essais de 1849-1851. Die Walküre , qui contient ce qui est pratiquement un air traditionnel ( Winterstürme de Siegmund au premier acte), et le quasi- chorall'apparence des Walkyries elles-mêmes, montre des traits plus « opératiques », mais a été évalué par Barry Millington comme « le drame musical qui incarne de la manière la plus satisfaisante les principes théoriques de « Oper und Drama »... Une synthèse approfondie de la poésie et de la musique est réalisée sans aucun sacrifice notable dans l'expression musicale." [168]

Tristan und Isolde et Die Meistersinger

Pendant la composition de l'opéra Siegfried , la troisième partie du cycle Ring , Wagner interrompt son travail et écrit entre 1857 et 1864 la tragique histoire d'amour Tristan und Isolde et sa seule comédie mature Die Meistersinger von Nürnberg ( Les maîtres chanteurs de Nuremberg ), deux œuvres qui font également partie du canon régulier de l'opéra. [169]

A photograph of a bearded white man with male-pattern baldness wearing glasses
Franz Betz (de Fritz Luckhardt  [ de ] ), qui a créé le rôle de Hans Sachs dans Die Meistersinger , et a chanté Wotan dans le premier cycle complet du Ring

Tristan se voit souvent accorder une place particulière dans l'histoire de la musique ; beaucoup y voient le début de l'abandon de l' harmonie et de la tonalité conventionnelles et considèrent qu'il jette les bases de la direction de la musique classique au 20e siècle. [87] [170] [171] Wagner a estimé que ses théories musico-dramatiques étaient le plus parfaitement réalisées dans ce travail avec son utilisation de "l'art de la transition" entre les éléments dramatiques et l'équilibre réalisé entre les lignes vocales et orchestrales. [172] Achevée en 1859, l'œuvre est présentée pour la première fois à Munich, sous la direction de Bülow, en juin 1865. [173]

Die Meistersinger a été conçu à l'origine par Wagner en 1845 comme une sorte de pendentif comique de Tannhäuser . [174] Comme Tristan , il a été créé à Munich sous la direction de Bülow, le 21 juin 1868, et est devenu un succès immédiat. [175] Millington décrit Meistersinger comme "un drame musical riche et perspicace largement admiré pour sa chaleureuse humanité", [176] mais ses fortes connotations nationalistes allemandes ont conduit certains à le citer comme un exemple de la politique réactionnaire et de l'antisémitisme de Wagner. [177]

Compléter l' Anneau

Lorsque Wagner retourna à l'écriture de la musique du dernier acte de Siegfried et de Götterdämmerung ( Le Crépuscule des Dieux ), en tant que partie finale du Ring , son style avait changé une fois de plus pour quelque chose de plus reconnaissable comme " opéra " que le monde sonore de Rheingold et Walküre , même s'il était encore profondément empreint de sa propre originalité de compositeur et imprégné de leitmotivs. [178] C'était en partie parce que les livrets des quatre opéras du Ring avaient été écrits dans l'ordre inverse, de sorte que le livre pour Götterdämmerung a été conçu plus "traditionnellement" que celui de Rheingold ;[179] encore, les restrictions auto-imposées du Gesamtkunstwerk s'étaient assouplies. Les différences résultent également du développement de Wagner en tant que compositeur pendant la période où il a écrit Tristan , Meistersinger et la version parisienne de Tannhäuser . [180] À partir de l'acte 3 de Siegfried , le Ring devient plus chromatique mélodiquement, plus complexe harmoniquement et plus développemental dans son traitement des leitmotivs. [181]

Il a fallu 26 ans à Wagner pour écrire le premier brouillon d'un livret en 1848 jusqu'à ce qu'il termine Götterdämmerung en 1874. Le Ring prend environ 15 heures à jouer [182] et est la seule entreprise de cette taille à être régulièrement présentée sur les scènes du monde.

Parsifal

Le dernier opéra de Wagner, Parsifal (1882), qui était sa seule œuvre écrite spécialement pour son Bayreuth Festspielhaus et qui est décrit dans la partition comme un « Bühnenweihfestspiel » (« pièce de festival pour la consécration de la scène »), a un scénario suggéré par éléments de la légende du Saint Graal . Il contient également des éléments de renoncement bouddhiste suggérés par les lectures de Schopenhauer par Wagner. [183] Wagner l'a décrite à Cosima comme sa « dernière carte ». [184] Il reste controversé en raison de son traitement du christianisme, de son érotisme et de son expression, telle que perçue par certains commentateurs, du nationalisme et de l'antisémitisme allemands. [185]Malgré la propre description du compositeur de l'opéra au roi Ludwig comme « cette œuvre la plus chrétienne » [186] Ulrike Kienzle a commenté que « le tournant de Wagner vers la mythologie chrétienne, sur laquelle reposent l'imagerie et le contenu spirituel de Parsifal , est idiosyncratique et contredit dogme chrétien à bien des égards." [187] Musicalement, l'opéra a été considéré comme représentant un développement continu du style du compositeur et Millington le décrit comme "une partition diaphane de beauté et de raffinement surnaturels". [28]

Musique non opératique

A cartoon showing a misshapen figure of a man with a tiny body below a head with prominent nose and chin standing on the lobe of a human ear. The figure is hammering the sharp end of a crochet symbol into the inner part of the ear and blood pours out.
André Gill suggérant que la musique de Wagner fendait les oreilles. Couverture de L'Éclipse 18 avril 1869

En dehors de ses opéras, Wagner a composé relativement peu de morceaux de musique. Il s'agit notamment d'une symphonie en ut majeur (écrite à l'âge de 19 ans), l' Ouverture de Faust (la seule partie achevée d'une symphonie prévue sur le sujet), quelques ouvertures de concert et des pièces pour choeur et piano. [188] Son œuvre la plus jouée qui n'est pas un extrait d'opéra est l' Idylle de Siegfried pour orchestre de chambre, qui a plusieurs motifs en commun avec le cycle Ring . [189] Les Wesendonck Lieder sont aussi souvent joués, soit dans la version originale pour piano, soit avec un accompagnement orchestral. [n 20] Plus rarement exécutées sont lesAmerican Centennial March (1876), et Das Liebesmahl der Apostel ( La Fête de l'amour des apôtres ), une pièce pour chœurs d'hommes et orchestre composée en 1843 pour la ville de Dresde. [190]

Après avoir terminé Parsifal , Wagner a exprimé son intention de se tourner vers l'écriture de symphonies, [191] et plusieurs esquisses datant de la fin des années 1870 et du début des années 1880 ont été identifiées comme des travaux dans ce sens. [192] Les ouvertures et certains passages orchestraux des opéras du milieu et de la dernière étape de Wagner sont généralement joués comme des pièces de concert. Pour la plupart d'entre eux, Wagner a écrit ou réécrit de courts passages pour assurer la cohérence musicale. Le « Chœur nuptial » de Lohengrin est fréquemment joué lors de la procession de marche nuptiale de la mariée dans les pays anglophones. [193]

Écrits en prose

Wagner était un écrivain extrêmement prolifique, auteur de nombreux livres, poèmes et articles, ainsi que d'une correspondance volumineuse. Ses écrits couvraient un large éventail de sujets, notamment l'autobiographie, la politique, la philosophie et des analyses détaillées de ses propres opéras.

Wagner prévoyait une édition complète de ses publications dès 1865 ; [194] il croyait qu'une telle édition aiderait le monde à comprendre son développement intellectuel et ses objectifs artistiques. [195] La première édition de ce type a été publiée entre 1871 et 1883, mais a été falsifiée pour supprimer ou modifier des articles qui l'embarrassaient (par exemple, ceux faisant l'éloge de Meyerbeer), ou en modifiant les dates de certains articles pour renforcer le propre compte rendu de Wagner sur ses progrès. . [196] L'autobiographie de Wagner Mein Lebena été publié à l'origine pour des amis proches uniquement dans une très petite édition (15-18 exemplaires par volume) en quatre volumes entre 1870 et 1880. La première édition publique (avec de nombreux passages supprimés par Cosima) est parue en 1911 ; la première tentative d'édition complète (en allemand) est parue en 1963. [197]

There have been modern complete or partial editions of Wagner's writings,[198] including a centennial edition in German edited by Dieter Borchmeyer (which, however, omitted the essay "Das Judenthum in der Musik" and Mein Leben).[199] The English translations of Wagner's prose in eight volumes by W. Ashton Ellis (1892–99) are still in print and commonly used, despite their deficiencies.[200] The first complete historical and critical edition of Wagner's prose works was launched in 2013 at the Institute for Music Research at the University of Würzburg; this will result in at least eight volumes of text and several volumes of commentary, totalling over 5,000 pages. It was originally anticipated that the project will be completed by 2030.[201]

A complete edition of Wagner's correspondence, estimated to amount to between 10,000 and 12,000 items, is under way under the supervision of the University of Würzburg. As of January 2021, 25 volumes have appeared, covering the period to 1873.[202]

Influence and legacy

Influence on music

Wagner's later musical style introduced new ideas in harmony, melodic process (leitmotif) and operatic structure. Notably from Tristan und Isolde onwards, he explored the limits of the traditional tonal system, which gave keys and chords their identity, pointing the way to atonality in the 20th century. Some music historians date the beginning of modern classical music to the first notes of Tristan, which include the so-called Tristan chord.[203][204]

Middle-aged man, seated, facing towards the left but head turned towards the right. He has a high forehead, rimless glasses and is wearing a dark, crumpled suit
Gustav Mahler in 1907, by Moritz Nähr

Wagner inspired great devotion. For a long period, many composers were inclined to align themselves with or against Wagner's music. Anton Bruckner and Hugo Wolf were greatly indebted to him, as were César Franck, Henri Duparc, Ernest Chausson, Jules Massenet, Richard Strauss, Alexander von Zemlinsky, Hans Pfitzner and many others.[205] Gustav Mahler was devoted to Wagner and his music; aged 15, he sought him out on his 1875 visit to Vienna,[206] became a renowned Wagner conductor,[207] and his compositions are seen by Richard Taruskin as extending Wagner's "maximalization" of "the temporal and the sonorous" in music to the world of the symphony.[208] The harmonic revolutions of Claude Debussy and Arnold Schoenberg (both of whose oeuvres contain examples of tonal and atonal modernism) have often been traced back to Tristan and Parsifal.[209][210] The Italian form of operatic realism known as verismo owed much to the Wagnerian concept of musical form.[211]

Wagner made a major contribution to the principles and practice of conducting. His essay "About Conducting" (1869)[212] advanced Hector Berlioz's technique of conducting and claimed that conducting was a means by which a musical work could be re-interpreted, rather than simply a mechanism for achieving orchestral unison. He exemplified this approach in his own conducting, which was significantly more flexible than the disciplined approach of Felix Mendelssohn; in his view this also justified practices that would today be frowned upon, such as the rewriting of scores.[213][n 21] Wilhelm Furtwängler felt that Wagner and Bülow, through their interpretative approach, inspired a whole new generation of conductors (including Furtwängler himself).[215]

Among those claiming inspiration from Wagner's music are the German band Rammstein,[216] and the electronic composer Klaus Schulze, whose 1975 album Timewind consists of two 30-minute tracks, Bayreuth Return and Wahnfried 1883. Joey DeMaio of the band Manowar has described Wagner as "The father of heavy metal".[217] The Slovenian group Laibach created the 2009 suite VolksWagner, using material from Wagner's operas.[218] Phil Spector's Wall of Sound recording technique was, it has been claimed, heavily influenced by Wagner.[219]

Influence on literature, philosophy and the visual arts

A moustachioed man in his late thirties looks to the left of the photo. His head rests on his far hand.
Friedrich Nietzsche in 1882, by Gustav-Adolf Schultze

Wagner's influence on literature and philosophy is significant. Millington has commented:

[Wagner's] protean abundance meant that he could inspire the use of literary motif in many a novel employing interior monologue; ... the Symbolists saw him as a mystic hierophant; the Decadents found many a frisson in his work.[220]

Friedrich Nietzsche was a member of Wagner's inner circle during the early 1870s, and his first published work, The Birth of Tragedy, proposed Wagner's music as the Dionysian "rebirth" of European culture in opposition to Apollonian rationalist "decadence". Nietzsche broke with Wagner following the first Bayreuth Festival, believing that Wagner's final phase represented a pandering to Christian pieties and a surrender to the new German Reich. Nietzsche expressed his displeasure with the later Wagner in "The Case of Wagner" and "Nietzsche contra Wagner".[221]

The poets Charles Baudelaire, Stéphane Mallarmé and Paul Verlaine worshipped Wagner.[222] Édouard Dujardin, whose influential novel Les Lauriers sont coupés is in the form of an interior monologue inspired by Wagnerian music, founded a journal dedicated to Wagner, La Revue Wagnérienne, to which J. K. Huysmans and Téodor de Wyzewa contributed.[223] In a list of major cultural figures influenced by Wagner, Bryan Magee includes D. H. Lawrence, Aubrey Beardsley, Romain Rolland, Gérard de Nerval, Pierre-Auguste Renoir, Rainer Maria Rilke and several others.[224]

In the 20th century, W. H. Auden once called Wagner "perhaps the greatest genius that ever lived",[225] while Thomas Mann[221] and Marcel Proust[226] were heavily influenced by him and discussed Wagner in their novels. He is also discussed in some of the works of James Joyce,[227] as well as W. E. B. Du Bois, who featured Lohengrin in The Souls of Black Folk.[228] Wagnerian themes inhabit T. S. Eliot's The Waste Land, which contains lines from Tristan und Isolde and Götterdämmerung, and Verlaine's poem on Parsifal.[229]

Many of Wagner's concepts, including his speculation about dreams, predated their investigation by Sigmund Freud.[230] Wagner had publicly analysed the Oedipus myth before Freud was born in terms of its psychological significance, insisting that incestuous desires are natural and normal, and perceptively exhibiting the relationship between sexuality and anxiety.[231] Georg Groddeck considered the Ring as the first manual of psychoanalysis.[232]

Influence on cinema

Wagner's concept of the use of leitmotifs and the integrated musical expression which they can enable has influenced many 20th and 21st century film scores. The critic Theodor Adorno has noted that the Wagnerian leitmotif "leads directly to cinema music where the sole function of the leitmotif is to announce heroes or situations so as to allow the audience to orient itself more easily".[233] Film scores citing Wagnerian themes include Francis Ford Coppola's Apocalypse Now, which features a version of the Ride of the Valkyries, Trevor Jones's soundtrack to John Boorman's film Excalibur,[234] and the 2011 films A Dangerous Method (dir. David Cronenberg) and Melancholia (dir. Lars von Trier).[235] Hans-Jürgen Syberberg's 1977 film Hitler: A Film from Germany's visual style and set design are strongly inspired by Der Ring des Nibelungen, musical excerpts from which are frequently used in the film's soundtrack.[236]

Opponents and supporters

A balding white man aged about 40 with a moustache
Eduard Hanslick

Not all reaction to Wagner was positive. For a time, German musical life divided into two factions, supporters of Wagner and supporters of Johannes Brahms; the latter, with the support of the powerful critic Eduard Hanslick (of whom Beckmesser in Meistersinger is in part a caricature) championed traditional forms and led the conservative front against Wagnerian innovations.[237] They were supported by the conservative leanings of some German music schools, including the conservatories at Leipzig under Ignaz Moscheles and at Cologne under the direction of Ferdinand Hiller.[238] Another Wagner detractor was the French composer Charles-Valentin Alkan, who wrote to Hiller after attending Wagner's Paris concert on 25 January 1860 at which Wagner conducted the overtures to Der fliegende Holländer and Tannhäuser, the preludes to Lohengrin and Tristan und Isolde, and six other extracts from Tannhäuser and Lohengrin: "I had imagined that I was going to meet music of an innovative kind but was astonished to find a pale imitation of Berlioz ... I do not like all the music of Berlioz while appreciating his marvellous understanding of certain instrumental effects ... but here he was imitated and caricatured ... Wagner is not a musician, he is a disease."[239]

Even those who, like Debussy, opposed Wagner ("this old poisoner")[240] could not deny his influence. Indeed, Debussy was one of many composers, including Tchaikovsky, who felt the need to break with Wagner precisely because his influence was so unmistakable and overwhelming. "Golliwogg's Cakewalk" from Debussy's Children's Corner piano suite contains a deliberately tongue-in-cheek quotation from the opening bars of Tristan.[241] Others who proved resistant to Wagner's operas included Gioachino Rossini, who said "Wagner has wonderful moments, and dreadful quarters of an hour."[242] In the 20th century Wagner's music was parodied by Paul Hindemith[n 22] and Hanns Eisler, among others.[243]

Wagner's followers (known as Wagnerians or Wagnerites)[244] have formed many societies dedicated to Wagner's life and work.[245]

Film and stage portrayals

Wagner has been the subject of many biographical films. The earliest was a silent film made by Carl Froelich in 1913 and featured in the title role the composer Giuseppe Becce, who also wrote the score for the film (as Wagner's music, still in copyright, was not available).[246] Other film portrayals of Wagner include: Alan Badel in Magic Fire (1955); Lyndon Brook in Song Without End (1960); Trevor Howard in Ludwig (1972); Paul Nicholas in Lisztomania (1975); and Richard Burton in Wagner (1983).[247]

Jonathan Harvey's opera Wagner Dream (2007) intertwines the events surrounding Wagner's death with the story of Wagner's uncompleted opera outline Die Sieger (The Victors).[248]

Bayreuth Festival

Since Wagner's death, the Bayreuth Festival, which has become an annual event, has been successively directed by his widow, his son Siegfried, the latter's widow Winifred Wagner, their two sons Wieland and Wolfgang Wagner, and, presently, two of the composer's great-granddaughters, Eva Wagner-Pasquier and Katharina Wagner.[249] Since 1973, the festival has been overseen by the Richard-Wagner-Stiftung (Richard Wagner Foundation), the members of which include some of Wagner's descendants.[250]

Controversies

Wagner's operas, writings, politics, beliefs and unorthodox lifestyle made him a controversial figure during his lifetime.[251] Following his death, debate about his ideas and their interpretation, particularly in Germany during the 20th century, has continued.

Racism and antisemitism

A cartoon figure holding a baton, stands next to a music stand in front of some musicians. The figure has a large nose and prominent forehead. His sideburns turn into a wispy beard under his chin.
Caricature of Wagner by Karl Clic in the Viennese satirical magazine, Humoristische Blätter (1873). The exaggerated features refer to rumours of Wagner's Jewish ancestry.

Wagner's hostile writings on Jews, including Jewishness in Music, correspond to some existing trends of thought in Germany during the 19th century.[252] Despite his very public views on this topic, throughout his life Wagner had Jewish friends, colleagues and supporters.[253][254] There have been frequent suggestions that antisemitic stereotypes are represented in Wagner's operas. The characters of Alberich and Mime in the Ring, Sixtus Beckmesser in Die Meistersinger, and Klingsor in Parsifal are sometimes claimed as Jewish representations, though they are not identified as such in the librettos of these operas.[255][n 23] The topic is further complicated by allegations, which may have been credited by Wagner, that he himself was of Jewish ancestry, via his supposed father Geyer. However, there is no evidence that Geyer had Jewish ancestors.[256]

Some biographers have noted that Wagner in his final years developed interest in the racialist philosophy of Arthur de Gobineau, notably Gobineau's belief that Western society was doomed because of miscegenation between "superior" and "inferior" races.[257] According to Robert Gutman, this theme is reflected in the opera Parsifal.[258] Other biographers (such as Lucy Beckett) believe that this is not true, as the original drafts of the story date back to 1857 and Wagner had completed the libretto for Parsifal by 1877,[259] but he displayed no significant interest in Gobineau until 1880.[260]

Other interpretations

Wagner's ideas are amenable to socialist interpretations; many of his ideas on art were being formulated at the time of his revolutionary inclinations in the 1840s. Thus, for example, George Bernard Shaw wrote in The Perfect Wagnerite (1883):

[Wagner's] picture of Niblunghome[n 24] under the reign of Alberic is a poetic vision of unregulated industrial capitalism as it was made known in Germany in the middle of the 19th century by Engels's book The Condition of the Working Class in England.[261]

Left-wing interpretations of Wagner also inform the writings of Theodor Adorno among other Wagner critics.[n 25] Walter Benjamin gave Wagner as an example of "bourgeois false consciousness", alienating art from its social context.[262] György Lukács contended that the ideas of the early Wagner represented the ideology of the "true socialists" (wahre Sozialisten), a movement referenced in Karl Marx's "Communist Manifesto" as belonging to the left-wing of German bourgeois radicalism and associated with Feuerbachianism and Karl Theodor Ferdinand Grün,[263] while Anatoly Lunacharsky said about the later Wagner: "The circle is complete. The revolutionary has become a reactionary. The rebellious petty bourgeois now kisses the slipper of the Pope, the keeper of order."[264]

The writer Robert Donington has produced a detailed, if controversial, Jungian interpretation of the Ring cycle, described as "an approach to Wagner by way of his symbols", which, for example, sees the character of the goddess Fricka as part of her husband Wotan's "inner femininity".[265] Millington notes that Jean-Jacques Nattiez has also applied psychoanalytical techniques in an evaluation of Wagner's life and works.[266][267]

Nazi appropriation

Adolf Hitler was an admirer of Wagner's music and saw in his operas an embodiment of his own vision of the German nation; in a 1922 speech he claimed that Wagner's works glorified "the heroic Teutonic nature ... Greatness lies in the heroic."[268] Hitler visited Bayreuth frequently from 1923 onwards and attended the productions at the theatre.[269] There continues to be debate about the extent to which Wagner's views might have influenced Nazi thinking.[n 26] Houston Stewart Chamberlain (1855–1927), who married Wagner's daughter Eva in 1908 but never met Wagner, was the author of the racist book The Foundations of the Nineteenth Century, approved by the Nazi movement.[271][n 27] Chamberlain met Hitler several times between 1923 and 1927 in Bayreuth, but cannot credibly be regarded as a conduit of Wagner's own views.[274] The Nazis used those parts of Wagner's thought that were useful for propaganda and ignored or suppressed the rest.[275]

While Bayreuth presented a useful front for Nazi culture, and Wagner's music was used at many Nazi events,[276] the Nazi hierarchy as a whole did not share Hitler's enthusiasm for Wagner's operas and resented attending these lengthy epics at Hitler's insistence.[277] Some Nazi ideologists, most notably Alfred Rosenberg, rejected Parsifal as excessively Christian and pacifist.[278]

Guido Fackler has researched evidence that indicates that it is possible that Wagner's music was used at the Dachau concentration camp in 1933–34 to "reeducate" political prisoners by exposure to "national music".[279] There has been no evidence to support claims, sometimes made,[280] that his music was played at Nazi death camps during the Second World War, and Pamela Potter has noted that Wagner's music was explicitly off-limits in the camps.[n 28]

Because of the associations of Wagner with antisemitism and Nazism, the performance of his music in the State of Israel has been a source of controversy.[281]

Notes

  1. ^ On the Brühl as a centre of the Jewish quarter, see e.g. the Leipzig page of the Museum of the Jewish People website, and the Leo Baeck Institute page on the Jewish history of Leipzig, also the "Destroyed German Synagogues" site page on Leipzig, (all accessed 19 April 2020.)
  2. ^ Of their children, two (Carl Gustave and Maria Theresia) died as infants. The others were Wagner's brothers Albert and Carl Julius, and his sisters Rosalie, Luise, Clara and Ottilie. Except for Carl Julius becoming a goldsmith, all his siblings developed careers connected with the stage. Wagner also had a younger half-sister, Caecilie, born in 1815 to his mother and her second husband Geyer.[3] See also Wagner family tree.
  3. ^ This sketch is referred to alternatively as Leubald und Adelaide.
  4. ^ Wagner claimed to have seen Schröder-Devrient in the title role of Fidelio, but it seems more likely that he saw her performance as Romeo in Bellini's I Capuleti e i Montecchi.[17]
  5. ^ Röckel and Bakunin failed to escape and endured long terms of imprisonment.
  6. ^ Gutman records him as suffering from constipation and shingles.[55]
  7. ^ Full English translation in Wagner 1995c
  8. ^ Others agree on the profound importance of this work to Wagner – see Magee 2000, pp. 133–134
  9. ^ The influence was noted by Nietzsche in his "On the Genealogy of Morality": "[the] fascinating position of Schopenhauer on art ... was apparently the reason Richard Wagner first moved over to Schopenhauer ... That shift was so great that it opened up a complete theoretical contrast between his earlier and his later aesthetic beliefs."[67]
  10. ^ For example, the self-renouncing cobbler-poet Hans Sachs in Die Meistersinger von Nürnberg is a "Schopenhauerian" creation; Schopenhauer asserted that goodness and salvation result from renunciation of the world, and turning against and denying one's own will.[68]
  11. ^ E.g. "My dearest Beloved!", "My beloved, my most glorious Friend" and "O Holy One, I worship you".[92]
  12. ^ Wagner excused himself in 1878, when discussing this correspondence with Cosima, by saying "The tone wasn't good, but I didn't set it."[95]
  13. ^ Wagner claimed to be unable to travel to the funeral due to an "inflamed finger".[111]
  14. ^ Cosima's birthday was 24 December, but she usually celebrated it on Christmas Day.
  15. ^ In 1873, the King awarded Wagner the Bavarian Maximilian Order for Science and Art; Wagner was enraged that, at the same time, the honour had been given also to Brahms.[122]
  16. ^ In his 1872 essay "On the Designation 'Music Drama'", he criticises the term "music drama" suggesting instead the phrase "deeds of music made visible".[152]
  17. ^ For the reworking of Der fliegende Holländer, see Deathridge 1982, pp. 13, 25; for that of Tannhäuser, see Millington 2001a, pp. 280–282 which further cites Wagner's comment to Cosima three weeks before his death that he "still owes the world Tannhäuser."[160] See also the articles on these operas in Wikipedia.
  18. ^ See performance listings by opera in Operabase, and the Wikipedia articles Der fliegende Holländer discography, Tannhäuser discography and Lohengrin discography.
  19. ^ For example, Der fliegende Holländer (Dutchman) was first performed in London in 1870 and in the US (Philadelphia) in 1876; Tannhäuser in New York in 1859 and in London in 1876; Lohengrin in New York in 1871 and London in 1875.[163] For detailed performance histories including other countries, see Stanford University Wagner site, under each opera.
  20. ^ Normally the orchestration by Felix Mottl is used (score available at IMSLP website), although Wagner arranged one of the songs for chamber orchestra.[73]
  21. ^ See for example Wagner's proposals for the rescoring of Beethoven's Ninth Symphony in his essay on that work.[214]
  22. ^ See Ouvertüre zum "Fliegenden Holländer", wie sie eine schlechte Kurkapelle morgens um 7 am Brunnen vom Blatt spielt
  23. ^ Weiner 1997 gives very detailed allegations of antisemitism in Wagner's music and characterisations.
  24. ^ Shaw's anglicization of Nibelheim, the empire of Alberich in the Ring cycle.
  25. ^ See Žižek 2009, p. viii: "[In this book] for the first time the Marxist reading of a musical work of art ... was combined with the highest musicological analysis."
  26. ^ The claim that Hitler, in his maturity, commented that "it [i.e. his political career] all began" after seeing a performance of Rienzi in his youth, has been disproved.[270]
  27. ^ The book is described by Roger Allen as "a toxic mix of world history and racially inspired anthropology".[272] Chamberlain is described by Michael D. Biddiss, in the Oxford Dictionary of National Biography, as a "racialist writer".[273]
  28. ^ See e.g. John (2004) for a detailed essay on music in the Nazi death camps, which nowhere mentions Wagner. See also Potter (2008) 244: "We know from testimonies that concentration camp orchestras played [all sorts of] music ... but that Wagner was explicitly off-limits. However, after the war, unsubstantiated claims that Wagner's music accompanied Jews to their death took on momentum."

References

Citations

  1. ^ Wagner 1992, p. 3.
  2. ^ Newman 1976, I, p. 12.
  3. ^ Millington 2001a, p. 97.
  4. ^ Newman 1976, I, p. 6.
  5. ^ Gutman 1990, pp. 7 and n.
  6. ^ Newman 1976, I, p. 9.
  7. ^ Wagner 1992, p. 5.
  8. ^ Newman 1976, I, pp. 32–33.
  9. ^ Newman 1976, I, pp. 45–55.
  10. ^ Gutman 1990, p. 78.
  11. ^ Wagner 1992, pp. 25–27.
  12. ^ Newman 1976, I, pp. 63, 71.
  13. ^ Wagner 1992, pp. 35–36.
  14. ^ Newman 1976, I, p. 62.
  15. ^ Newman 1976, I, pp. 76–77.
  16. ^ Wagner 1992, p. 37.
  17. ^ Millington 2001a, p. 133.
  18. ^ Wagner 1992, p. 44.
  19. ^ Newman 1976, I, pp. 85–86.
  20. ^ Millington 2001a, p. 309.
  21. ^ Newman 1976, I, p. 95.
  22. ^ a b c Millington 2001a, p. 321.
  23. ^ Newman 1976, I, p. 98.
  24. ^ a b Millington 2001a, pp. 271–273.
  25. ^ Newman 1976, I, p. 173.
  26. ^ a b Millington 2001a, pp. 273–274.
  27. ^ Gutman 1990, p. 52.
  28. ^ a b c Millington 2002b.
  29. ^ Newman 1976, I, p. 212.
  30. ^ Newman 1976, I, p. 214.
  31. ^ Newman 1976, I, p. 217.
  32. ^ Newman 1976, I, pp. 226–227.
  33. ^ Newman 1976, I, pp. 229–231.
  34. ^ Newman 1976, I, pp. 242–243.
  35. ^ Millington 2001a, pp. 116–118.
  36. ^ Newman 1976, I, pp. 249–250.
  37. ^ Millington 2001a, p. 277.
  38. ^ a b Newman 1976, I, pp. 268–324.
  39. ^ Newman 1976, I, p. 316.
  40. ^ Wagner 1994c, p. 19.
  41. ^ Millington 2001a, p. 274.
  42. ^ Newman 1976, I, pp. 325–509.
  43. ^ Millington 2001a, p. 276.
  44. ^ Millington 2001a, p. 279.
  45. ^ Millington 2001a, p. 31.
  46. ^ Conway 2012, pp. 192–193.
  47. ^ Gutman 1990, p. 118.
  48. ^ Millington 2001a, p. 140–144.
  49. ^ Wagner 1992, pp. 417–420.
  50. ^ Wagner, Richard (1911). Family Letters of Richard Wagner. Translated by Elli, William Ashton. London: Macmillan. p. 154. ISBN 978-0-8443-0014-6.
  51. ^ Wagner 1987, p. 199. Letter from Richard Wagner to Franz Liszt, 21 April 1850. See also Millington 2001a, pp. 282, 285
  52. ^ Millington 2001a, pp. 27, 30.
  53. ^ Newman 1976, II, pp. 133–156, 247–248, 404–405.
  54. ^ Newman 1976, II, pp. 137–138.
  55. ^ Gutman 1990, p. 142.
  56. ^ Conway 2012, pp. 197–198.
  57. ^ Conway 2012, pp. 261–263.
  58. ^ Millington 2001a, p. 297.
  59. ^ See Treadwell 2008, pp. 182–190
  60. ^ Wagner 1994c, 391 and n.
  61. ^ Millington 2001a, pp. 289, 292.
  62. ^ Millington 2001a, pp. 289, 294, 300.
  63. ^ Wagner 1992, pp. 508–510.
  64. ^ See e.g. Magee 2000, pp. 276–278
  65. ^ Magee 1988, pp. 77–78.
  66. ^ See e.g. Dahlhaus 1979
  67. ^ Nietzsche 2009, III, p. 5..
  68. ^ See Magee 2000, pp. 251–253
  69. ^ Newman 1976, II, pp. 415–418, 516–518.
  70. ^ Gutman 1990, pp. 168–169.
  71. ^ Newman 1976, II, pp. 508–509.
  72. ^ Millington 2001b.
  73. ^ a b Millington 2001a, p. 318.
  74. ^ Newman 1976, II, pp. 473–476.
  75. ^ Cited in Spencer 2000, p. 93
  76. ^ Newman 1976, II, pp. 540–542.
  77. ^ Newman 1976, II, pp. 559–567.
  78. ^ Burk 1950, p. 405.
  79. ^ Cited in Daverio 2008, p. 116. Letter from Richard Wagner to Mathilde Wesendonck, April 1859
  80. ^ Deathridge 1984.
  81. ^ Newman 1976, III, pp. 8–9.
  82. ^ Gregor-Dellin 1983, pp. 315–320.
  83. ^ Burk 1950, pp. 378–379.
  84. ^ Gregor-Dellin 1983, pp. 293–303.
  85. ^ Gutman 1990, pp. 215–216.
  86. ^ Burk 1950, pp. 409–428.
  87. ^ a b c Millington 2001a, p. 301.
  88. ^ Wagner 1992, p. 667.
  89. ^ Gregor-Dellin 1983, pp. 321–330.
  90. ^ Newman 1976, III, pp. 147–148.
  91. ^ Newman 1976, III, pp. 212–220.
  92. ^ Cited in Gregor-Dellin 1983, pp. 337–338
  93. ^ Gregor-Dellin 1983, pp. 336–338.
  94. ^ Gutman 1990, pp. 231–232.
  95. ^ Cited in Gregor-Dellin 1983, p. 338
  96. ^ Gregor-Dellin 1983, p. 339.
  97. ^ Gregor-Dellin 1983, p. 346.
  98. ^ Wagner 1992, p. 741.
  99. ^ Wagner 1992, p. 739.
  100. ^ Gregor-Dellin 1983, p. 354.
  101. ^ Newman 1976, III, p. 366.
  102. ^ Millington 2001a, pp. 32–33.
  103. ^ Newman 1976, III, p. 530.
  104. ^ Newman 1976, III, p. 496.
  105. ^ Newman 1976, III, pp. 499–501.
  106. ^ Newman 1976, III, pp. 538–539.
  107. ^ Newman 1976, III, pp. 518–519.
  108. ^ Millington 2001a, pp. 287, 290.
  109. ^ Wagner 1994c, 391 and n; Spotts 1994, pp. 37–40
  110. ^ Gregor-Dellin 1983, p. 367.
  111. ^ Gutman 1990, p. 262.
  112. ^ Hilmes 2011, p. 118.
  113. ^ Millington 2001a, p. 17.
  114. ^ Millington 2001a, p. 311.
  115. ^ Weiner 1997, p. 123.
  116. ^ Gregor-Dellin 1983, p. 400.
  117. ^ a b Spotts 1994, p. 40.
  118. ^ Newman 1976, IV, pp. 392–393.
  119. ^ Gregor-Dellin 1983, pp. 409–418.
  120. ^ Spotts 1994, pp. 45–46.
  121. ^ Gregor-Dellin 1983, pp. 418–419.
  122. ^ Körner (1984), 326.
  123. ^ Marek 1981, p. 156.
  124. ^ Gregor-Dellin 1983, p. 419.
  125. ^ Cited in Spotts 1994, p. 54
  126. ^ Spotts 1994, p. 11.
  127. ^ Millington 2001a, p. 287.
  128. ^ Spotts 1994, pp. 61–62.
  129. ^ Spotts 1994, pp. 71–72.
  130. ^ Newman 1976, IV, pp. 517–539.
  131. ^ Spotts 1994, pp. 66–67.
  132. ^ Cosima Wagner 1994, p. 270.
  133. ^ Newman 1976, IV, p. 542 This was equivalent at the time to about $37,500.
  134. ^ Gregor-Dellin 1983, p. 422.
  135. ^ Newman 1976, IV, p. 475.
  136. ^ Millington 2001a, p. 18.
  137. ^ Newman 1976, IV, pp. 605–607.
  138. ^ Newman 1976, IV, pp. 607–610.
  139. ^ Millington 2001a, pp. 331–332, 409 The later essays and articles are reprinted in Wagner 1995e.
  140. ^ Stanley 2008, pp. 154–156.
  141. ^ Wagner 1995a, pp. 149–170.
  142. ^ Millington 2001a, p. 19.
  143. ^ Gutman 1990, pp. 414–417.
  144. ^ Newman 1976, IV, p. 692.
  145. ^ Newman 1976, IV, pp. 697, 711–712.
  146. ^ Cormack 2005, pp. 21–25.
  147. ^ Newman 1976, IV, pp. 714–716.
  148. ^ The WWV is available online Archived 12 March 2007 at the Wayback Machine in German (accessed 30 October 2012)
  149. ^ Coleman 2017, pp. 86–88.
  150. ^ Millington 2001a, pp. 264–268.
  151. ^ Millington 2001a, pp. 236–237.
  152. ^ Wagner 1995b, pp. 299–304.
  153. ^ Millington 2001a, pp. 234–235.
  154. ^ See e.g. Dahlhaus 1995, pp. 129–136
  155. ^ See also Millington 2001a, pp. 236, 271
  156. ^ Millington 2001a, p. 274–276.
  157. ^ Magee 1988, p. 26.
  158. ^ Wagnerjahr 2013 Archived 7 February 2013 at the Wayback Machine website, accessed 14 November 2012
  159. ^ e.g. in Spencer 2008, pp. 67–73 and Dahlhaus 1995, pp. 125–129
  160. ^ Cosima Wagner 1978, II, p. 996.
  161. ^ von Westernhagen 1980, pp. 106–107.
  162. ^ Skelton 2002.
  163. ^ Millington 2001a, pp. 276, 279, 282–283.
  164. ^ See Millington 2001a, p. 286; Donington (1979) 128–130, 141, 210–212.
  165. ^ Millington 2001a, pp. 239–240, 266–267.
  166. ^ Millington 2008, p. 74.
  167. ^ Grey 2008, p. 86.
  168. ^ Millington 2002c.
  169. ^ Millington 2001a, pp. 294, 300, 304.
  170. ^ Dahlhaus 1979, p. 64.
  171. ^ Deathridge 2008, p. 224.
  172. ^ Rose 1981, p. 15.
  173. ^ Millington 2001a, p. 298.
  174. ^ McClatchie 2008, p. 134.
  175. ^ Gutman 1990, pp. 282–283.
  176. ^ Millington 2002a.
  177. ^ See e.g. Weiner 1997, pp. 66–72
  178. ^ Millington 2001a, pp. 294–295.
  179. ^ Millington 2001a, p. 286.
  180. ^ Puffett 1984, p. 43.
  181. ^ Puffett 1984, pp. 48–49.
  182. ^ Millington 2001a, p. 285.
  183. ^ Millington 2001a, p. 308.
  184. ^ Cosima Wagner 1978, II, p. 647. Entry of 28 March 1881..
  185. ^ Stanley 2008, pp. 169–175.
  186. ^ Newman 1976, IV, pp. 578. Letter from Wagner to the King of 19 September 1881..
  187. ^ Kienzle 2005, p. 81.
  188. ^ von Westernhagen 1980, p. 138.
  189. ^ Millington 2001a, p. 311–312.
  190. ^ Millington 2001a, p. 314.
  191. ^ von Westernhagen 1980, p. 111.
  192. ^ Deathridge 2008, pp. 189–205.
  193. ^ Kennedy 1980, p. 701, Wedding March.
  194. ^ Millington 2001a, p. 193.
  195. ^ Millington 2001a, p. 194.
  196. ^ Millington 2001a, p. 194–195.
  197. ^ Millington 2001a, p. 185–186.
  198. ^ Millington 2001a, p. 195.
  199. ^ Wagner 1983.
  200. ^ Treadwell 2008, p. 191.
  201. ^ "Richard Wagner Schriften (RWS). Historisch-kritische Gesamtausgabe" [Richard Wagner Writings (RWS). Historical-Critical Complete Edition] (in German). University of Würzburg. Retrieved 5 February 2021.
  202. ^ "Richard-Wagner-Briefausgabe" (in German). Universität Würzburg. Retrieved 5 February 2021.
  203. ^ Deathridge 2008, p. 114.
  204. ^ Magee 2000, pp. 208–209.
  205. ^ See articles on these composers in The New Grove Dictionary of Music and Musicians; Grey 2008, pp. 222–229; Deathridge 2008, pp. 231–232
  206. ^ de La Grange 1973, pp. 43–44.
  207. ^ Millington 2001a, p. 371.
  208. ^ Taruskin 2009, pp. 5–8.
  209. ^ Magee 1988, p. 54.
  210. ^ Grey 2008, pp. 228–229.
  211. ^ Grey 2008, p. 226.
  212. ^ Wagner 1995a, pp. 289–364.
  213. ^ Westrup 1980, p. 645.
  214. ^ Wagner 1995b, pp. 231–253.
  215. ^ von Westernhagen 1980, p. 113.
  216. ^ Reissman 2004.
  217. ^ Joe 2010, p. 23, n.45.
  218. ^ "Volkswagner". Laibach. Retrieved 24 December 2012.
  219. ^ Long 2008, p. 114.
  220. ^ Millington 2001a, p. 396.
  221. ^ a b Magee 1988, p. 52.
  222. ^ Magee 1988, pp. 49–50.
  223. ^ Grey 2008, pp. 372–387.
  224. ^ Magee 1988, pp. 47–56.
  225. ^ Cited in Magee 1988, p. 48
  226. ^ Painter 1983, p. 163.
  227. ^ Martin 1992, passim.
  228. ^ Ross 2008, p. 136.
  229. ^ Magee 1988, p. 47.
  230. ^ Horton 1999.
  231. ^ Magee 2000, p. 85.
  232. ^ Picard 2010, p. 759.
  233. ^ Adorno (2009), 34–36.
  234. ^ Grant 1999.
  235. ^ Giovetti, Olivia (10 December 2011). "Silver Screen Wagner Vies for Oscar Gold". WQXR-FM. Retrieved 15 April 2012.
  236. ^ Sontag 1980; Kaes 1989, pp. 44, 63
  237. ^ Millington 2001a, p. 26, 127.
  238. ^ Sietz & Wiegandt 2001.
  239. ^ François-Sappey 1991, p. 198. Letter from Alkan to Hiller 31 January 1860.
  240. ^ Cited in Lockspeiser 1978, p. 179. Letter from Claude Debussy to Pierre Louÿs, 17 January 1896
  241. ^ Ross 2008, p. 101.
  242. ^ Cited in Michotte 1968, pp. 135–136; conversation between Rossini and Emile Naumann, recorded in Naumann 1876, IV, p. 5
  243. ^ Deathridge 2008, p. 228.
  244. ^ cf. Shaw 1898
  245. ^ "Richard-Wagner-Verband-International". International Association of the Wagner Societies. Archived from the original on 5 June 2011. Retrieved 1 February 2013.
  246. ^ Warshaw 2012, pp. 77–78.
  247. ^ See entries for these films at the Internet Movie Database (IMDb).
  248. ^ Faber Music News 2007, p. 2.
  249. ^ Management record Archived 28 January 2013 at the Wayback Machine at Bayreuth Festival website, accessed 26 January 2013.
  250. ^ Statutes of the Foundation (in German) Archived 17 October 2010 at the Wayback Machine at Bayreuth Festival website, accessed 26 January 2013.
  251. ^ Magee 2000, pp. 11–14.
  252. ^ Weiner 1997, p. 11; Katz 1986, p. 19; Conway 2012, pp. 258–264; Vaszonyi 2010, pp. 90–95
  253. ^ Millington 2001a, p. 164.
  254. ^ Conway 2012, p. 198.
  255. ^ See Gutman 1990 and Adorno 2009, pp. 12–13
  256. ^ Conway 2002.
  257. ^ Everett (2020).
  258. ^ Gutman 1990, p. 418 ff.
  259. ^ Beckett 1981.
  260. ^ Gutman 1990, p. 406.
  261. ^ Shaw 1898, Introduction.
  262. ^ Millington 2008, p. 81.
  263. ^ Lukacs, György (1937). "Richard Wagner as a "True Socialist"". Литературные теории XIX века и марксизм" (Nineteenth Century Literary Theories and Marxism). Translated by P., Anton. Moscow: State Publishing House of the USSR.
  264. ^ Lunacharsky, Anatoly (1965) [1933]. "Richard Wagner (On the 50th Anniversary of His Death)". On Literature and Art. Translated by Pyman, Avril. Moscow: Progress Publishers.
  265. ^ Donington 1979, pp. 31, 72–75.
  266. ^ Nattiez 1993.
  267. ^ Millington 2008, pp. 82–83.
  268. ^ Cited in Spotts 1994, p. 141
  269. ^ Spotts 1994, pp. 140, 198.
  270. ^ See Karlsson 2012, pp. 35–52
  271. ^ Carr 2007, pp. 108–109.
  272. ^ Allen 2013, p. 80.
  273. ^ Biddiss, Michael (n.d.) "Chamberlain, Houston Stewart" in Oxford Dictionary of National Biography
  274. ^ Carr 2007, pp. 109–110. See also Field 1981.
  275. ^ See Potter 2008, passim
  276. ^ Calico 2002, pp. 200–2001; Grey 2002, pp. 93–94
  277. ^ Carr 2007, p. 184.
  278. ^ Chandler, Andrew; Stokłosa, Katarzyna; Vinzent, Jutta. Exile and Patronage: Cross-cultural Negotiations Beyond the Third Reich. Münster: LIT Verlag. p. 4.
  279. ^ Fackler 2007. See also the Music and the Holocaust website.
  280. ^ E.g. in Walsh 1992
  281. ^ See Bruen 1993

Sources

Prose works by Wagner

  • Wagner, Richard (1983). Borchmeyer, Dieter (ed.). Richard Wagner Dichtungen und Schriften [Richard Wagner Seals and Writings]. 10 vols. Frankfurt am Main.
  • Wagner, Richard (1987). Spencer, Stewart; Millington, Barry (eds.). Selected Letters of Richard Wagner. Translated by Spencer, Stewart; Millington, Barry. London: Dent. ISBN 978-0-393-02500-2.
  • Wagner, Richard (1992). My Life. Translated by Gray, Andrew. New York: Da Capo Press. ISBN 978-0-306-80481-6.
  • Wagner, Richard (1992). Collected Prose Works. Translated by Ellis, W. Ashton.
Wagner, Richard (1994c). The Artwork of the Future and Other Works. 1. Lincoln (NE) and London: University of Nebraska Press. ISBN 978-0-8032-9752-4.
Wagner, Richard (1995d). Opera and Drama. 2. Lincoln (NE) and London: University of Nebraska Press. ISBN 978-0-8032-9765-4.
Wagner, Richard (1995c). Judaism in Music and Other Essays. 3. Lincoln (NE) and London: University of Nebraska Press. ISBN 978-0-8032-9766-1.
Wagner, Richard (1995a). Art and Politics. 4. Lincoln (NE) and London: University of Nebraska Press. ISBN 978-0-8032-9774-6.
Wagner, Richard (1995b). Actors and Singers. 5. Lincoln (NE) and London: University of Nebraska Press. ISBN 978-0-8032-9773-9.
Wagner, Richard (1994a). Religion and Art. 6. Lincoln (NE) and London: University of Nebraska Press. ISBN 978-0-8032-9764-7.
Wagner, Richard (1994b). Pilgrimage to Beethoven and Other Essays. 7. Lincoln (NE) and London: University of Nebraska Press. ISBN 978-0-8032-9763-0.
Wagner, Richard (1995e). Jesus of Nazareth and Other Writings. 8. Lincoln (NE) and London: University of Nebraska Press. ISBN 978-0-8032-9780-7.

Other sources

Further reading

External links

Operas

Writings

Scores

Other