Protectorat de Bohême et Moravie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Protectorat de Bohême et Moravie
Protektorat Böhmen und Mähren   ( allemand )
Protektorát Čechy a Morava   ( tchèque )
1939-1945
Hymne :  Kde domov můj  / Wo meine Heimat ist
"Où est ma maison"
Le protectorat de Bohême et Moravie en 1942, en vert foncé au sein de l'Allemagne nazie en vert clair
Le protectorat de Bohême et Moravie en 1942, en vert foncé au sein de l'Allemagne nazie en vert clair
StatutTerritoire partiellement annexé de l'Allemagne nazie [1]
CapitalePrague
Langues courantesallemand  · tchèque
Protecteur du Reich 
• 1939-1943
Constantin de Neurath
• 1941-1942
Reinhard Heydrich (par intérim)
• 1942-1943
Kurt Daluege (acteur)
• 1943-1945
Wilhelm Frick
Président de l'État 
• 1939-1945
Emil Hacha
premier ministre 
• 1939
Rudolf Beran (par intérim)
• 1939-1941
Alois Eliáš
• 1941-1945
Jaroslav Krejci
• 1945
Richard Bienert
Ère historiqueLa Seconde Guerre mondiale
15 mars 1939
8 mai 1945
DeviseProtectorat Couronne
Précédé par
succédé par
Deuxième République tchécoslovaque
Troisième République tchécoslovaque
Aujourd'hui partie deRépublique Tchèque

Le protectorat de Bohême et Moravie [a] était un territoire partiellement annexé [1] de l'Allemagne nazie établi le 16 mars 1939 à la suite de l' occupation allemande des terres tchèques le 15 mars 1939. Auparavant, à la suite des accords de Munich de septembre 1938, l'Allemagne avait a incorporé le territoire tchèque des Sudètes en Reichskommisariat , qui est ensuite devenu un reichsgau parallèlement à la création du protectorat de Bohême et de Moravie en mars 1939.

La population du protectorat était majoritairement d' origine tchèque , tandis que les Sudètes étaient majoritairement d' origine allemande . Après l'établissement de la République slovaque indépendante le 14 mars 1939 et l'occupation allemande de l' État croupion tchèque le lendemain, le dirigeant allemand Adolf Hitler a établi le protectorat le 16 mars 1939 par une proclamation du château de Prague . La création du protectorat violait les accords de Munich. [3] La Tchécoslovaquie à l'époque sous le président Emil Háchaavait mené une politique étrangère pro-allemande; cependant, lors de sa rencontre avec Hitler le 15 mars 1939, Hácha s'est soumis aux demandes de l'Allemagne et a publié une déclaration déclarant qu'à la lumière des événements, il acceptait que l'Allemagne décide du sort du peuple tchèque ; Hitler a accepté la déclaration de Hácha et a déclaré que l'Allemagne fournirait au peuple tchèque un protectorat autonome gouverné par des Tchèques ethniques. [3] Hácha a été nommé président du protectorat le même jour.

Le protectorat était un territoire nominalement autonome administré par les nazis que le gouvernement allemand considérait comme faisant partie du Grand Reich allemand. [4] Pendant la Seconde Guerre mondiale , la main-d'œuvre tchèque bien formée et l'industrie développée ont été contraintes d'apporter une contribution majeure à l' économie de guerre allemande . Comme le protectorat était juste hors de portée des bombardiers alliés , l'économie tchèque a pu fonctionner presque sans être perturbée jusqu'à la fin de la guerre. L'administration du protectorat a été profondément impliquée dans toutes les étapes de l'Holocauste en Bohême et en Moravie .

L'existence de l'État a pris fin avec la reddition de l'Allemagne aux Alliés en 1945. Après la guerre, certains responsables du protectorat ont été accusés de collaboration mais selon la croyance dominante dans la société tchèque, le protectorat n'a pas été entièrement rejeté en tant qu'entité collaborationniste. [5]

Contexte

Après que la Tchécoslovaquie ait été forcée d'accepter les termes de l' Accord de Munich du 30 septembre 1938, l'Allemagne nazie a incorporé les régions ethniques à majorité allemande des Sudètes le long de la frontière allemande directement dans son Troisième Reich . Cinq mois plus tard, les nazis ont violé les accords de Munich, lorsque, avec le soutien de l'Allemagne nazie, le parlement slovaque a déclaré l'indépendance de la République slovaque , Adolf Hitler a convoqué le président tchécoslovaque Emil Hácha à Berlin et l'a intimidé pour qu'il accepte l'occupation allemande de la croupe tchèque. l'État et sa réorganisation en protectorat allemand.

Lorsque le protectorat fut proclamé, il n'y avait pas de véritable précédent pour cette action dans l'histoire allemande. Les autorités allemandes nazies ont intentionnellement permis au protectorat de « tous les atours de l'indépendance » afin d'encourager les habitants tchèques à collaborer avec eux . Cependant, bien que le protectorat ait ses propres timbres-poste et sa propre garde présidentielle , le véritable pouvoir appartenait aux autorités nazies. [6] Le modèle de contrôle politique était similaire aux États princiers du Raj , où bien que les maharajahs indiens fussent les chefs d'État nominaux, le pouvoir réel était entre les mains du résident installé. Hachaétait sous-entendu avoir reçu des conseils avunculaires du baron Konstantin von Neurath , le protecteur du Reich du protectorat. [6]

Histoire

Hitler lors de sa visite au château de Prague après l'établissement du protectorat allemand .

La population du protectorat a été mobilisée pour le travail qui aiderait l'effort de guerre allemand, et des bureaux spéciaux ont été organisés pour superviser la gestion des industries importantes pour cet effort. Les Allemands ont enrôlé des Tchèques pour travailler dans les mines de charbon, dans l'industrie sidérurgique et dans la production d'armements. La production de biens de consommation, très diminuée, était en grande partie destinée à l'approvisionnement des forces armées allemandes. La population du protectorat est soumise au rationnement .

Première émission de monnaie dans le protectorat de Bohême et de Moravie (un billet tchécoslovaque non émis de 1938 avec un cachet de validation à utiliser en 1939)
Première émission de monnaie dans le protectorat de Bohême et de Moravie (un billet tchécoslovaque non émis de 1938 avec un cachet de validation à utiliser en 1939)

La domination allemande était modérée par rapport aux normes nazies pendant les premiers mois de l'occupation. Le gouvernement tchèque et le système politique, réorganisés par Hácha, ont continué à exister formellement. La Gestapo a dirigé ses activités principalement contre les politiciens tchèques et l' intelligentsia . [7] [ citation à vérifier ] En 1940, dans un plan secret de germanisation du protectorat de Bohême et de Moravie, il a été déclaré que les personnes considérées comme racialement mongoloïdes et l'intelligentsia tchèque ne devaient pas être germanisées, et qu'environ la moitié de la population tchèque étaient aptes à la germanisation. [8] Plan général Ostsupposé qu'environ 50 % des Tchèques seraient aptes à la germanisation. Les élites intellectuelles tchèques devaient être complètement éloignées des territoires tchèques et de l'Europe. Les auteurs du Generalplan Ost pensaient qu'il serait préférable qu'ils émigrent à l'étranger, car même en Sibérie , ils étaient considérés comme une menace pour la domination allemande. Tout comme les Juifs, les Polonais, les Serbes et plusieurs autres nations, les Tchèques étaient considérés comme des Untermenschen par l'État nazi. [9]

Les Tchèques manifestèrent contre l'occupation le 28 octobre 1939, jour du 21e anniversaire de l'indépendance de la Tchécoslovaquie. La mort, le 15 novembre 1939, d'un étudiant en médecine, Jan Opletal , qui avait été blessé lors des violences d'octobre, précipita de nombreuses manifestations étudiantes et les Allemands ripostèrent. Des politiciens ont été arrêtés en masse , tout comme environ 1 800 étudiants et enseignants. Le 17 novembre, toutes les universités et tous les collèges du protectorat ont été fermés, neuf dirigeants étudiants ont été exécutés et 1 200 ont été envoyés au camp de concentration de Sachsenhausen au sein de l'Allemagne nazie ; d'autres arrestations et exécutions d'étudiants et de professeurs tchèques ont eu lieu plus tard pendant l'occupation. [10] ( Voir aussiRésistance tchèque à l'occupation nazie )

Annonce de l'exécution des Tchèques , qui ont amélioré les récepteurs radio pour écouter les émissions étrangères, 1944

Pendant la Seconde Guerre mondiale , Hitler a décidé que Neurath ne traitait pas les Tchèques assez durement et a adopté une politique plus radicale dans le protectorat. Le 29 septembre 1941, Hitler nomma la ligne dure SS Reinhard Heydrich au poste de vice- Reichsprotektor ( Stellvertretender Reichsprotektor ). Dans le même temps, il a relevé Neurath de ses tâches quotidiennes. À toutes fins utiles, Heydrich a remplacé Neurath en tant que Reichsprotektor . Sous l'autorité de Heydrich, le Premier ministre Alois Eliáša été arrêté (et plus tard exécuté), le gouvernement tchèque a été réorganisé et toutes les organisations culturelles tchèques ont été fermées. La Gestapo a arrêté et assassiné des gens. La déportation des Juifs vers les camps de concentration a été organisée et la ville fortifiée de Terezín a été transformée en un ghetto de relais pour les familles juives. Le 4 juin 1942, Heydrich meurt après avoir été blessé par les commandos tchécoslovaques lors de l' opération Anthropoid . Les directives émises par le successeur de Heydrich, le SS- Oberstgruppenführer Kurt Daluege , et la loi martiale en vigueur provoquèrent des arrestations massives, des exécutions et l'effacement des villages de Lidice et Ležáky . En 1943, l'effort de guerre allemand s'accélère. Sous l'autorité deKarl Hermann Frank , ministre d'État allemand pour la Bohême et la Moravie, au sein du protectorat, toute industrie non liée à la guerre était interdite. La plupart de la population tchèque obéit discrètement jusqu'aux derniers mois précédant la fin de la guerre, lorsque des milliers de personnes se sont impliquées dans le mouvement de résistance .

Pour les Tchèques du protectorat de Bohême et de Moravie, l'occupation allemande représentait une période d' oppression . Le nombre de victimes tchèques de persécutions politiques et de meurtres dans les camps de concentration s'élevait entre 36 000 et 55 000. [11]

La population juive de Bohême et Moravie (118 000 selon le recensement de 1930) a été pratiquement anéantie, avec plus de 75 000 assassinés. [11] Sur les 92 199 personnes classées comme juives par les autorités allemandes dans le protectorat en 1939, 78 154 ont été assassinées pendant l'Holocauste, soit 85 %. [12]

De nombreux Juifs ont émigré après 1939 ; 8.000 ont survécu au camp de concentration de Terezín , qui a été utilisé à des fins de propagande comme pièce maîtresse. [11] Plusieurs milliers de Juifs ont réussi à vivre en liberté ou dans la clandestinité tout au long de l'occupation. L'extermination de la population rom a été si poussée que la langue romani de Bohême s'est totalement éteinte. Les internés roms ont été envoyés dans les camps de concentration de Lety et Hodonín avant d'être transférés à Auschwitz-Birkenau pour y être gazés. [ citation nécessaire ] La grande majorité des Roms en République tchèque descendent aujourd'hui de migrants de Slovaquiequi s'y sont installés en Tchécoslovaquie d' après-guerre . [la citation nécessaire ] Le camp de concentration de Theresienstadt était situé dans le protectorat, près de la frontière avec les Sudètes du Reichsgau . Il a été conçu pour concentrer la population juive du protectorat et la déplacer progressivement vers des camps d'extermination, et il abritait également des Juifs d'Europe occidentale et allemands. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un camp d'extermination lui-même, les conditions difficiles et insalubres ont quand même entraîné la mort de 33 000 des 140 000 Juifs amenés au camp tandis que 88 000 autres ont été envoyés dans des camps d'extermination, et seuls 19 000 ont survécu. [13]

Politique

Le président de l' État tchèque du protectorat, le Dr Emil Hácha (assis), écoutant un discours du Reichsprotektor Kurt Daluege aux côtés du général SS et de police Karl Hermann Frank à Prague, en septembre 1942.
Norme du protecteur du Reich (1939-1944).
Norme du président de l'État.

Après la création du protectorat, tous les partis politiques ont été interdits, à l'exception du Partenariat national (Národní souručenství). Ce parti fasciste tchèque local a été dirigé par un Présidium au pouvoir jusqu'en 1942, après quoi un Vůdce (chef) du parti a été nommé.

gouvernement allemand

L'autorité ultime au sein du protectorat était détenue par le protecteur du Reich ( Reichsprotektor ), le principal administrateur nazi de la région, dont la tâche était de représenter les intérêts de l'État allemand. Le poste et le titre étaient détenus par diverses personnes pendant l'existence du protectorat. Il s'agit successivement de :

  • 16 mars 1939-20 août 1943 :

Konstantin von Neurath , ancien ministre des Affaires étrangères de l'Allemagne nazie (1933-1938) et ministre sans portefeuille (1938-1945). Il est mis en congé en septembre 1941 après le mécontentement d'Hitler face à sa « politique douce », bien qu'il conserve le titre de Reichsprotektor jusqu'à sa démission officielle en août 1943.

  • 27 septembre 1941-30 mai 1942 :

Reinhard Heydrich , chef du SS-Reichssicherheitshauptamt ( Bureau principal de la sécurité du Reich ) ou RSHA. Il n'était officiellement qu'un député de Neurath, mais en réalité s'était vu octroyer l'autorité suprême sur l'ensemble de l'appareil d'État du protectorat.

  • 31 mai 1942-20 août 1943 :

Kurt Daluege , chef de l' Ordnungspolizei (police de l'ordre) ou Orpo, au ministère de l'Intérieur, qui était aussi officiellement un adjoint du Reich Protector.

  • 20 août 1943-5 mai 1945 :

Wilhelm Frick , ancien ministre de l'Intérieur (1933-1943) et ministre sans portefeuille (1943-1945).

À côté du protecteur du Reich, il y avait aussi un bureau politique du secrétaire d'État (à partir de 1943 connu sous le nom de ministre d'État auprès du protecteur du Reich) qui s'occupait de la majeure partie de la sécurité intérieure. De 1939 à 1945, cette personne était Karl Hermann Frank, le chef des SS et de la police du protectorat. Un commandement de l' Allgemeine-SS fut également établi, connu sous le nom de SS-Oberabschnitt Böhmen-Mähren . Le commandement était une unité active du General-SS, techniquement la seule unité de ce type à exister en dehors de l'Allemagne, puisque la plupart des autres unités Allgemeine-SS dans les pays occupés ou conquis étaient en grande partie des commandements papier.

Gouvernement tchèque

Uniforme de l' armée du protectorat ( Vládní vojsko )

Le président de l'État tchèque (Státní Prezident) sous la domination allemande de 1939 à 1945 était Emil Hácha (1872-1945), qui était le président de la deuxième République tchécoslovaque depuis novembre 1938. Rudolf Beran (1887-1954) a continué à occuper le poste de ministre-président (Předseda vlády) après le rachat allemand. Il fut remplacé par Alois Eliáš le 27 avril 1939, qui fut lui aussi limogé le 2 octobre 1941 peu de temps après la nomination de Reinhard Heydrich comme nouveau protecteur du Reich. En raison de ses contacts avec le gouvernement tchécoslovaque en exilEliáš a été condamné à mort et l'exécution a eu lieu le 19 juin 1942 peu de temps après la mort de Heydrich . À partir du 19 janvier 1942 , le gouvernement est dirigé par Jaroslav Krejčí , et de janvier à mai 1945 par Richard Bienert , l' ancien chef de la police de Prague . Lorsque la dissolution du protectorat a été proclamée après la libération de Prague , un appel radio a été lancé pour l'arrestation de Bienert. Cela a abouti à sa condamnation à une peine de trois ans de prison en 1947, au cours de laquelle il est décédé en 1949.

Outre le cabinet du ministre-président, le gouvernement tchèque local dans le protectorat se composait des ministères de l'Éducation, des Finances, de la Justice, du Commerce, de l'Intérieur, de l'Agriculture et du Travail public. La politique étrangère et la défense militaire de la région étaient sous le contrôle exclusif du gouvernement allemand. L'ancien ministre des Affaires étrangères de la Tchécoslovaquie František Chvalkovský est devenu ministre sans portefeuille et représentant permanent de l'administration tchèque à Berlin.

Les hommes politiques tchèques les plus éminents du protectorat comprenaient :

Portefeuille Ministre Prendre place A quitté le bureau Fête
Président de l'État tchèqueEmil Hacha16 mars 19399 mai 1945 Partenariat national
Ministre PrésidentRudolf Béran16 mars 193927 avril 1939 SNJ
Alois Eliáš [b]27 avril 19392 octobre 1941 Indépendant
Jaroslav Krejci19 janvier 194219 janvier 1945 Partenariat national
Richard Bienertjanvier 1945Mai 1945 Partenariat national
Chef du PartiJosef Nebeský19391941 Partenariat national
Josef Fousek19411942 Partenariat national
Tomáš Krejci19421945 Partenariat national
ministère de la JusticeJaroslav Krejci19391945 Partenariat national
Ministre de l'IntérieurJosef Ježek19391942 Partenariat national
Richard Bienert19421945 Partenariat national
Ministère des financesJosef Kalfus  [ cs ]16 mars 19395 mai 1945 Partenariat national
Ministre de l'économieWalter Bertsch19421945 NSDAP
Ministre de l'AgricultureLadislav Karel Feierabend  [ cs ] [c]19391940 Indépendant
Mikuláš z Bubna-Litic  [ cs ]Février 1940janvier 1942 Partenariat national
Adolf Hrubý  [ cs ]19 janvier 19425 mai 1945 Partenariat national
Ministre de la circulationJiří Havelka  [ cs ]avril 1939avril 1941 Indépendant
Jindřich Kamenický  [ cs ]avril 19415 mai 1945 Partenariat national
ministre de l'ÉducationJan Kapras16 mars 193919 janvier 1942 Partenariat national
Emmanuel Moravec19 janvier 19425 mai 1945 Partenariat national
Ministre sans portefeuilleJiří Havelka  [ cs ]mars 1939avril 1939 Indépendant

Population

Mémorial aux enfants assassinés de Lidice . Certains enfants Lidice ont été épargnés car considérés comme aptes à la « germanisation ».

La zone du protectorat de Bohême-Moravie comptait environ 7 380 000 habitants en 1940. 225 000 (3,3%) d'entre eux étaient d'origine allemande, tandis que le reste était principalement des Tchèques de souche ainsi que quelques Slovaques , notamment près de la frontière avec la Slovaquie . [la citation nécessaire ] Les Allemands ethniques se sont vu offrir la citoyenneté du Reich, tandis que les Juifs et les Tchèques étaient dès le départ des citoyens de seconde classe ("sujets du protectorat", allemand : Protektoratsangehörige ). [1]

En mars 1939, Karl Frank définit un "ressortissant allemand" comme :

Quiconque se déclare membre de la nation allemande est membre de la nation allemande, à condition que cette profession soit confirmée par certains faits, tels que la langue, l'éducation, la culture, etc. Les personnes de sang étranger, en particulier les Juifs, ne sont jamais Allemands. . . . . Parce que professer être membre de la nation allemande est d'une importance vitale, même quelqu'un qui est partiellement ou complètement d'une autre race - tchèque, slovaque, ukrainien, hongrois ou polonais, par exemple - peut être considéré comme un Allemand. Une élaboration plus précise du terme "ressortissant allemand" n'est pas possible compte tenu des relations actuelles. [14]

Les nazis visaient à ce que le protectorat soit entièrement germanisé . Les mariages entre Tchèques et Allemands sont devenus un problème pour les nazis. [15] En 1939, les nazis n'ont pas interdit les relations sexuelles entre Allemands et Tchèques et aucune loi n'a interdit aux Juifs d'épouser des Tchèques. [15] Les nazis ont fait perdre aux femmes allemandes qui ont épousé des non-Allemands leur citoyenneté du Reich alors que les femmes tchèques qui ont épousé des hommes allemands ont été acceptées dans le Volk allemand . [15] Les familles tchèques visant à améliorer leur vie dans le protectorat ont encouragé leurs filles tchèques à épouser des hommes allemands, car c'était un moyen de sauver une entreprise familiale. [15]

Hitler avait approuvé un plan conçu par Konstantin von Neurath et Karl Hermann Frank , qui prévoyait la germanisation de la moitié « racialement précieuse » de la population tchèque après la fin de la guerre. [16] Il s'agissait principalement d'ouvriers industriels et d'agriculteurs. [16] La moitié indésirable contenait l'intelligentsia, que les nazis considéraient comme des instigateurs dangereux et non germanisables du nationalisme tchèque. Quelque 9 000 Volksdeutsche de Bucovine , de Dobroudja , du Tyrol du Sud , de Bessarabie, des Sudètes et de l' Altreich se sont installés dans le protectorat pendant la guerre. [16]L'objectif était de créer une ceinture de peuplement allemande de Prague aux Sudètes, et de transformer les environs d' Olomouc (Olmütz), České Budějovice (Budweis), Brno (Brünn) et la zone proche de la frontière slovaque en enclaves allemandes. [16]

L'intégration plus poussée du protectorat dans le Reich a été réalisée par l'emploi d'apprentis allemands, en transférant les enfants évacués allemands dans des écoles situées dans le protectorat et en autorisant les mariages entre Allemands et Tchèques « assimilables ». [16] Les Tchèques germanisables ont été autorisés à rejoindre le Service du travail du Reich et à être admis dans les universités allemandes. [16]

Les Tchèques ont répondu avec humour , sarcasme et satire , alors les Allemands ont commencé à qualifier les citoyens tchèques de « bêtes qui riaient ». [ citation nécessaire ]

Subdivisions administratives

Protectorat de Bohême et Moravie

Districts du protectorat

Pour des raisons administratives, le protectorat de Bohême-Moravie était divisé en deux Länder : Böhmen ( Bohême ) et Mähren ( Moravie ). Chacun d'eux a été subdivisé en Oberlandratsbezirke , chacun comprenant un certain nombre de Bezirke . [17]

Bohmen
Budweis Budweis , Gumpolds , Ledetsch , Pilgrams , Tabor , Wittingau
Königgrätz Chrudim , Hohenmauth , Jitschin , Königgrätz , Königinhof , Leitomischl , Nachod , Neu-Bidschow , Neuenburg , Pardubitz , Reichenau , Semil
Pilsen Klattau , Kralowitz Pilsen-Land , Pilsen-Stadt , Pisek , Schüttenhofen , Strakonitz , Taus
Prague Beneschau , Beraun , Böhmisch-Brod , Brandeis , Jungbunzlau , Kladno , Kolín , Laun , Melnik , Pibrans , Prag-Land-Nord , Prag-Land-Süd , Prag-Stadt , Rakonitz , Raudnitz , Schlan , Seltschan , Tschaslau
Mahren
Brunn Boskowitz , Brünn-Land , Brünn-Stadt , Gaya , Göding , Ungarisch-Brod , Ungarisch-Hradisch , Wischau , Zline
Iglau Groß-Meseritsch , Iglau , Mährisch-Budwitz , Neustadtl , Trebitsch
Mährisch-Ostrau Friedberg , Kremsier , Littau , Mährisch-Ostrau , Mährisch-Weißkirchen , Olmütz-Land , Olmütz-Stadt , Prerau , Proßnitz , Wallachisch-Meseritsch , Wesetin

Districts du NSDAP

À des fins administratives du parti, le parti nazi a étendu son système Gau à la Bohême et à la Moravie lorsque le protectorat a été établi. Cette étape a divisé les parties restantes de la Bohême et de la Moravie entre ses quatre Gaue environnantes :

Le chevauchement de gouvernement qui en a résulté a conduit aux conflits d'autorité habituels typiques de l'ère nazie. Cherchant à étendre leur propre base de pouvoir et à faciliter la germanisation de la région, les Gauleiters des districts environnants ont continuellement agité pour la liquidation du protectorat et son incorporation directe dans le Reich allemand. Hitler déclara jusqu'en 1943 que la question n'avait pas encore été résolue de manière décisive. [18]

Commandant militaire

Comme dans d'autres pays occupés, l'armée allemande en Bohême et Moravie était commandée par un Wehrmachtbefehlshaber . Au cours de l'année, le siège a reçu plusieurs noms différents en raison de la structure complexe du Reichsprotektorat : Wehrmachtbevollmächtigter beim Reichsprotektor à Böhmen und Mähren , Wehrmachtbefehlshaber beim Reichsprotektor à Böhmen und Mähren et Wehrmachtbeutsisterährähren beim . Le commandant occupait également le poste de Befehlshaber im Wehrkreis Böhmen und Mähren . [19]

Commandants

Voir aussi

Références

Notes d'information

  1. ^ Allemand : Protektorat Böhmen und Mähren ; tchèque : Protektorát Čechy a Morava ; son territoire a été appelé par les nazis Resttschechei ("le reste de la Tchéquie"). [2]
  2. ^ un ancien général tchécoslovaque qui a été exécuté pour ses contacts secrets avec le gouvernement tchécoslovaque en exil en 1942 [ citation nécessaire ]
  3. ^ A rejoint le gouvernement tchécoslovaque basé à Londres en 1940. [ citation nécessaire ]

Citations

  1. ^ A b c Grüner 2015 , p. 104.
  2. ^ Gruner 2015 , p. 103.
  3. ^ a b Crowhurst, Patrick (2020) Hitler et la Tchécoslovaquie dans la Seconde Guerre mondiale: Domination et représailles . Bloomsbury académique. p. 96, ISBN  9781350160095 .
  4. ^ Lemkin, Raphaël (1944). Règle de l'Axe dans l'Europe occupée . Harold Bold Verlag. p. 343. ISBN 9781584779018.
  5. ^ Láníček, janvier 2021). "Entre Résistance et Collaboration" . S : IMON Shoah : Intervention. Méthodes. Documentation . 8 (2) : 13-37. doi : 10.23777/SN.0221/ART_JLAN01 . ISSN 2408-9192 . 
  6. ^ un b Strobl 2000 , pp. 62-63.
  7. ^ Ruegg, Walter (2004) Une histoire de l'université en Europe, Volume 3 : Universités du dix-neuvième et du début du vingtième siècle (1800-1945) Cambridge, Angleterre : Cambridge University Press. p. 353, ISBN 9780521361071 . 
  8. ^ "Conspiration Nazie et Agression Volume I Chapitre XIII Germanisation & Spoliation Tchécoslovaquie" . Archivé de l'original le 28 septembre 2015 . Consulté le 27 septembre 2015 .
  9. ^ "Les plans d'Hitler pour l'Europe de l'Est - Sélections de Janusz Gumkowski et Kazimierz Leszczynski 'La Pologne sous l'occupation nazie ' " . Archivé de l'original le 5 décembre 2012 . Consulté le 27 mai 2012 .
  10. ^ Connelly, John et Gruttner, Michael (2005) Universités sous dictature . State College, Pennsylvanie : Pennsylvania State University Press. p. 168, ISBN 9780271058627 . 
  11. ^ A b c Agnew, Hugh LeCainer (2004) Les Tchèques et les terres de la Couronne de Bohême . Presse Hoover. p. 215, ISBN 9780817944926 . 
  12. ^ Faon, Rick et Jiří Hochman (2010). Dictionnaire historique de l'État tchèque . 2e éd. Lanham, Maryland : La Presse de l'Épouvantail. p. 128 .
  13. ^ "Theresienstadt" (PDF) . yadvashem.org . Yad Vashem . Consulté le 13 avril 2016 .
  14. ^ King, Jeremy (2005) Budweisers into Czechs and Germans: A Local History of Bohemian Politics, 1848–1948 . Princeton, New Jersey : Princeton University Press. p. 179, ISBN 9780691122342 . 
  15. ^ A b c d Bryant, Tchad Carl (2009). Prague en noir : domination nazie et nationalisme tchèque . p. 55-57. ISBN 978-0674034594.
  16. ^ A b c d e f Kroener, Bernhard R .; Müller, Rolf-Dieter ; Umbreit, Hans (2003). L'Allemagne et la Seconde Guerre mondiale : Organisation et mobilisation de l'espace du pouvoir allemand. Administration en temps de guerre, économie et ressources humaines 1942-1944/5 . Presse de l'Université d'Oxford . p. 255. ISBN 0-19-820873-1.
  17. ^ "Amtliches Deutsches Ortsbuch für das Protektorat Böhmen und Mähren" . www.hartau.de . Récupéré le 24 novembre 2021 .
  18. ^ Teich, Mikulas (1998). La Bohême dans l'Histoire . La presse de l'Universite de Cambridge. p. 274. ISBN 978-0521431552.
  19. ^ R., Bernd (19 mars 2011). "Wehrmachtbevollmächtigter beim Reichsprotektor in Böhmen und Mähren" . Histoire de l'Axe (en allemand). axishistory.com . Récupéré le 25 novembre 2021 .

Bibliographie

  • Gruner, Loup (2015). " Protectorat de Bohême et Moravie ". Dans Gruner, Loup ; Osterloh, Jörg (éd.). Le Grand Reich allemand et les Juifs : les politiques de persécution nazie dans les territoires annexés 1935-1945 . Guerre et génocide. Traduit par Heise, Bernard. New York : Berghahn Books. ISBN 978-1-78238-444-1.
  • Strobl, Gerwin (2000). L'île germanique : perceptions nazies de la Grande-Bretagne . Cambridge : Cambridge University Press. ISBN 0521782651.

Lectures complémentaires

Liens externes