Campagne Pleiku

Campagne Pleiku
Une partie de la guerre du Vietnam

L'hélicoptère UH-1 Huey de Bruce P. Crandall et les cavaliers de l'armée américaine sous le feu du LZ X-Ray
Date27 octobre – 26 novembre 1965
Emplacement
13 ° 35′N 107 ° 43′E / 13,583 ° N 107,717 ° E / 13,583; 107.717Complexe Chu Pong-Ia Drang, hauts plateaux du centre , sud du Vietnam
Résultat Le camp de Pleime soulagé ; Bases de la NVA à Chu Pong-Ia Drang démantelées/Les survivants de la NVA ont fui vers le Cambodge
Belligérants
Sud-Vietnam Sud-Vietnam
États-Unis États-Unis
Nord-Vietnam Nord-Vietnam Viet Cong
Commandants et dirigeants
Vĩnh Lộc (ARVN III Corps)
Robert McNamara (secrétaire américain à la Défense)
Stanley R. Larsen (QG IFFV)
Harry Kinnard (QG 1ACD)
Richard T. Knowles (1ACD FCP)
Harlow Clark (1re brigade AC)
Ray Lynch (2e brigade AC )
Thomas W. Brown (3e brigade AC)
Harold G. Moore (1/7)
Robert McDade (2/7)
Walter B. Tully (2/5)
Chu Huy Mân (Front de campagne B3)
Nguyễn Hữu An (PC avant)
Tô Định Khẩn (32e Rgt)
Vũ Sắc (33e Rgt)
Lê Tiến Hòa (66e Rgt)
Phạm Công Cửu (66e Cmdr adjoint) 
Lã Ngọc Châu (7/ 66)
Lê Xuân Phôi (8/66) 
Nguyễn Văn Định (9/66)
Unités impliquées
Force du IIe Corps ; 1ère Division de cavalerie aérienne ; Bombardiers 3AC B-52 (Guam). B3 Field Front Force (trois régiments, ~ 5 500 hommes)
Victimes et pertes
~600 (hors bataille de Ia Drang ) États-Unis réclamés : ~6 000

La campagne Pleiku s'est déroulée du 23 octobre au 26 novembre 1965. [1] Le commandement du IIe Corps l'a nommée Campagne Pleime , avec une date de début légèrement différente du 20 octobre au lieu du 23 octobre, [2] comprenait trois opérations : [3]

  • L'opération Dân Thắng 21 (20 au 26 octobre 1965), première phase préparatoire de Pleime , était l'opération de secours du camp assiégé de Pleime.
  • L'opération Long Reach, qui était la phase Chu Pong , comprenait deux opérations : l'opération All the Way (27 octobre - 9 novembre 1965) menée par la 1re brigade de cavalerie aérienne et l'opération Silver Bayonet I (9-18 novembre 1965) menée par la 3e brigade de cavalerie aérienne. Brigade de cavalerie aérienne [1] contre la NVA, qui a abouti à la bataille de Ia Drang du 14 au 18 novembre 1965.
  • Opération Than Phong 7 (18-26 novembre 1965) menée par la brigade aéroportée de l'ARVN en collaboration avec la 2e brigade de cavalerie aérienne menant l'opération Silver Bayonet II dans la région de Ia Drang. C'était la dernière phase d'exploitation de Ia Drang . [4] [5]

Cette campagne conjointe ARVN-États-Unis était caractérisée par une procédure spéciale de « concept opérationnel commun, renseignement commun, réserve commune et commandement séparé ». [3] [6]

Arrière-plan

Commandement du front de terrain NVA B3

En juillet 1965, le général Chu Huy Man fut nommé commandant du front de campagne B3 en préparation de la campagne hiver-printemps 1965 visant à conquérir les hauts plateaux du centre. [7]

Le commandement du front de campagne B3 a employé trois régiments dans l'effort de conquête des hauts plateaux du centre : le 32e pour monter l'embuscade afin de détruire la colonne de secours de l'ARVN ; le 33 pour faire le siège des camps de Pleime ; et le 66e à s'associer aux 32e et 33e pour envahir la ville de Pleiku. [8]

Aide communiste chinoise

Le gouvernement communiste nord-vietnamien a obtenu l’aide du gouvernement communiste chinois en termes d’aide militaire et financière et de conseillers chinois. [9]

Un groupe de conseillers chinois a établi son quartier général à Phnom Penh pour coordonner l'aspect logistique de l'attaque NVA Pleime. [8]

Intelligence

Au cours de la campagne, le commandement du IIe Corps disposait d’une source unique de renseignements. [10] Cette source de renseignement consistait en des interceptions radio des communications entre les conseillers chinois que le commandement du IIe Corps faisait allusion comme des « agents spéciaux ». [11] [12] Le LTC Hal Moore a obtenu un échantillon de ce type de renseignement dans le dialecte mandarin à la veille de l'assaut aérien LZ X-Ray, [13]

Il a permis de planifier tous les aspects des opérations sur la base du « renseignement actuel (en temps réel) ». Cela a également permis de planifier avec précision les frappes des B-52. [14]

Cette source unique de renseignement a été générée au niveau J2/MACV (Brigadier General McChristian) et diffusée au G2/ACDF (Brigadier General Knowles) [15] via le canal du G2/IFFV (Major General Larsen). [16]

Contre-attaque terrestre/aérienne

En septembre 1965, avant l'attaque du camp de Pleime, une frappe de B-52 – pour détruire les forces du front de campagne B3 de l'ANV comprenant les trois 32e, 33e et 66e régiments alors qu'ils se rassemblaient dans les bases établies dans les régions de Chu Pong pour organiser l'attaque du camp de Pleime prévue pour décembre 1962 [17] – était en préparation sur le bureau du J2/MACV. [18]

Lorsque le commandement sur le terrain B3 a décidé de lancer une attaque plus tôt le 19 octobre avec seulement les 32 et 33, le plan a été modifié avec l'introduction de l'opération Dân Thắng 21 (Pleime) et de l'opération Long Reach (Chupong) dans le but de permettre aux trois 32e, 33e et 66e pour se regrouper comme cibles disponibles pour les bombardiers B-52. Le plan portait le nom de code « Campagne Plei Me/Chu Pong » et est relaté dans le rapport du général de brigade McChristian, « Aspect du renseignement de la campagne Plei Me/Chu Pong ». [19]

Une cible devient disponible pour la frappe du B-52 lorsqu'elle peut être localisée dans un endroit d'un kilomètre carré. [20] Le 11 novembre, une source de renseignement a informé le brigadier Knowles que les trois régiments de la NVA s'étaient rassemblés dans une zone d'un kilomètre carré, le 66e étant le dernier à atteindre cet état (centre de masse Vic YA 9104), et le 32e (YA 820070) et le 33 (YA 940010) à moins d'un kilomètre carré. [21] [22] C'est ce jour-là que le général de brigade Knowles a présenté le plan original de frappe du B-52 du J2/MACV par l'intermédiaire du major-général Larsen au général de brigade DePuy afin que le chef du J3/MACV exécute la frappe du B-52. . [23]

Une particularité de l'opération de frappe des B-52 à Chu Pong est que le 3AC/SAC a pu réduire le temps de réaction à 14 heures et 17 minutes [20] par rapport aux 24 heures normales requises. [24] DePuy "a déclaré que cela C'est la frappe la plus rapide de cette nature". [25]

Après trois jours consécutifs de frappes sur les B-52, le commandement du IIe Corps a estimé que les forces du front de campagne B3 avaient perdu les 2/3 de leurs effectifs et qu'après 5 jours consécutifs, ses bases arrière avec tranchées et bunkers avaient été détruites et la porte arrière du Cambodge fermée. . La brigade aéroportée de l'ARVN a été amenée à les « finir ». [26]

Division de cavalerie aérienne

À son arrivée au Viet Nam en septembre 1965, la 1re Division de cavalerie aérienne a été placée sous le commandement de la I Field Force Viet Nam (IFFV) et pour opérer dans les zones de responsabilité du IIe Corps. La 1ère Cavalerie aérienne a immédiatement établi son quartier général nommé Camp Halloway à An Khe, dans les hauts plateaux du centre, tandis que ses troupes nouvellement arrivées ont commencé à mener des opérations dans la zone côtière de Bong Son à Qui Nhon. [27]

L'Air Cavalry participe à la Campagne en deux étapes : Opération Ingram (du 23 au 26 octobre) [28] puis Opération Long Reach (du 27 octobre au 26 novembre). [29]

L'opération Long Reach dérive de trường chinh (en vietnamien). Il fut affecté – le 26 octobre – par le commandement du IIe Corps à la 1re Division de cavalerie aérienne avec pour mission de poursuivre l'ennemi dans le complexe de Ia Drang-Chu Pong. La Brigade aéroportée ARVN a été mise en attente en tant que force de réserve pendant la phase Chu Pong, jusqu'à ce qu'elle devienne la force principale pendant la phase Ia Drang. [30]

Le rôle de l'USAF

L'US Air Force a joué un rôle décisif en repoussant les troupes attaquantes sur les sites du camp [31] et des embuscades [32] , avec respectivement 696 sorties de frappe de jour et de nuit et 74 sorties de frappe.

Pleime, première phase préparatoire (20-26 octobre)

Le 19 octobre, le 33e Régiment ANV lance l'attaque du camp de Pleime. L'attaque était une tactique de leurre visant à attirer la force principale du IIe Corps hors de Pleiku pour la détruire dans une embuscade. Le commandement du IIe Corps a relevé le défi. [33] Au début du siège, le commandant de l'IFFV à Nhatrang a demandé qui, au quartier général du IIe Corps, était responsable de la contre-attaque en l'absence du général commandant et a obtenu la réponse qu'il s'agissait du chef d'état-major du IIe Corps. [34]

Le 20 octobre, il a immédiatement réagi en établissant une force opérationnelle blindée de secours pour sauver le camp [35] et en envoyant en même temps une équipe de deux compagnies des forces spéciales ARVN et américaines pour renforcer le camp. [36]

Le 22 octobre, l'équipe des forces spéciales ARVN-US est entrée dans le camp après avoir été héliportée vers un emplacement au nord-est de Pleime. [37] Pendant ce temps, pour contrer la tactique d'embuscade mobile de l'ANV, la Force opérationnelle blindée de secours a reçu l'ordre de s'attarder autour de Phu My pour donner l'apparence de mener une opération de patrouille en attendant plus de renforts. [35]

Le 23 octobre, le commandement du IIe Corps a demandé un renfort à l'IFFV (général Stanley R.Larsen) pour remplacer le 22e bataillon de Rangers nécessaire pour renforcer la colonne de secours dans la tâche de sécuriser l'aérodrome et la ville de Pleiku. À 13 heures, le renfort américain (Ingram Task Force comprenant le 1/12 Air Cavalry Infantry Battalion et l'unique batterie 2/19 Arty) arrive à Pleiku. [28] [38]

Le 24 octobre, la Force opérationnelle blindée de secours reçut l'ordre de pousser vers le camp [38] et la batterie Arty 2/19 Air Cavalry se déplaça de l'aérodrome de Pleiku pour se positionner à 10 km au sud de Phu My pour fournir un soutien d'artillerie à la colonne de secours. . Après avoir échoué à réaliser l'embuscade, le 32e Régiment reçut l'ordre de battre en retraite avec 120 tués et 75 membres d'équipage et des armes individuelles capturées. [39]

Le 25 octobre, la Force opérationnelle blindée de secours a traversé le site de l'embuscade et est entrée dans le camp au crépuscule. [39]

Le 26 octobre, l'opération Dân Thắng 21 se termine par la retraite du 33e Régiment et avec environ 400 victimes du côté de l'ANV. [40]

Force répulsive

Le commandement du IIe Corps s'est appuyé sur la puissance de feu de l'USAF composée de B-57, d'AIE, de F-100, de F-8 et d'AC-47 pour repousser les troupes ennemies qui attaquaient à la fois au camp de Pleime et sur les sites d'embuscade. [41]

Chu Pong, la phase principale (27 octobre-17 novembre)

Le 26 octobre, alors que la relève du camp de Pleime se terminait, le commandement du IIe Corps a demandé au commandement de la I Field Force Vietnam (IFFV) de disposer de la 1re division de cavalerie aérienne pour poursuivre les troupes en retrait appartenant aux deux 32e et 33e régiments attaquants. Elle fut approuvée et l'opération fut baptisée Opération Long Reach ( Trường Chinh en vietnamien). [29] [42] [43] Pour inciter le Front de Campagne B3 à vouloir attaquer à nouveau le camp de Pleime avec ses trois 32e, 33e et 66e Régiments réunis cette fois, tout en élargissant la Zone Opérationnelle Tactique de Responsabilité de la Cavalerie Aérienne, le Le camp de Pleime était maintenu sous la responsabilité du IIe Corps. [44] Pour améliorer la capacité de travailler en étroite collaboration avec l'ARVN dans l'exécution de l'opération Long Reach, le général de brigade Knowles a installé son poste de commandement tactique, colocalisé avec le quartier général du IIe Corps à Pleiku. [45]

Opération jusqu'au bout

Le 27 octobre, la 1re brigade de cavalerie aérienne a lancé l'opération All the Way comme première partie de l'opération Long Reach tandis que les éléments de tête de la 33e avaient fermé sa zone de rassemblement au village de Kro. [46] [47]

Le 28 octobre, le 32e Régiment avait presque atteint sa base sur la rive nord de Ia Drang. [48] ​​[49]

Le 29 octobre, le 33e Régiment ferme sa base du village d'Anta. [50] [51]

Le 1er novembre, les unités de la 1re brigade de cavalerie aérienne ont eu le premier engagement avec une force ennemie de la taille d'un bataillon au poste de secours du 33e régiment. [52] [53]

Le 2 novembre, le poste de commandement du 32e régiment était arrivé à la cote 762, mais le reste des troupes du régiment s'étendait toujours près de Pleime, et le 66e régiment se déplaçait vers les zones de rassemblement dans la région de Chu Pong-Ia Drang. [54] [55]

Le 3 novembre, des unités de la 1re brigade de cavalerie aérienne tendent une embuscade au 8/66 bataillon. [56] [57]

Le 4 novembre, le 33e Régiment a quitté sa base de la colline 732 sur le versant est de Chu Pong, ses bataillons prenant position depuis la colline 732 en passant par le village d'Anta jusqu'à la rive nord de la Ia Meur. [58] [59]

Une promenade dans le parc

Le but de l'opération All the Way n'était pas de rechercher et de détruire les troupes ennemies du 33e Régiment en retraite, mais plutôt de les rassembler en rejoignant ses deux régiments frères dans les bases arrière de Chu Pong. Des hélicoptères de combat armés ont interdit aux troupes ennemies dispersées de s'attarder sur les chemins de repli entre le camp de Pleime et les bases arrière de Chu Pong, tandis que le quartier général du régiment en mouvement était à l'abri du harcèlement. Quelques engagements intentionnels avec les troupes ennemies ont été recherchés, ce qui a abouti à ce que l'opération All the Way menée par la 1re brigade de cavalerie aérienne soit qualifiée de « promenade dans le parc ». [60]

Le 6 novembre, le bataillon 6/33 fut presque anéanti après un engagement avec le bataillon de cavalerie aérienne 2/8. [61] [62]

Le 9 novembre, le 33e Régiment rassemble les dernières de ses unités. [63] [64]

Opération Silver Bayonet I

Le 10 novembre, la 3e brigade de cavalerie aérienne a remplacé la 1re brigade de cavalerie aérienne et les opérations ont été déplacées d'ouest en est dans une manœuvre de diversion pour inciter le front de campagne B3 à regrouper ses trois régiments dans la zone de rassemblement pour reprendre son avantage initial avec un deuxième. attaque du camp de Pleime. Il fixe le jour J au 16 novembre. [65] [66]

Le 11 novembre, le 66e Régiment se trouve le long de la rive nord de la Ia Drang (centre de masse Vic YA 9104) ; le 32e Régiment se trouvait également au nord (YA 820070) ; et le 33e Régiment se trouvait à proximité du village d'Anta (YA 940010). [21] [22] Les trois régiments sont devenus des cibles disponibles pour la frappe du B-52. Le général de brigade Knowles a informé le général de brigade DePuy de lancer l'exécution de la frappe du B-52. [23]

Le 12 novembre, les unités B3 Field Front ont poursuivi les préparatifs et les répétitions de l'attaque prévue sur Pleime. [67] [68] Le major général Larsen, commandant de l'IFFV, a donné l'ordre au général Knowles de revenir sur les opérations vers l'ouest en vue d'effectuer une manœuvre de diversion pour maintenir les trois régiments du front de campagne B3 dans leurs zones de rassemblement. [69]

Le 13 novembre, certaines équipes de reconnaissance et unités de transport s'étaient déplacées en direction de Pleime. [70] [71] Le colonel Brown, commandant de la 3e brigade de cavalerie aérienne, a donné l'ordre au lieutenant-colonel Hal Moore, 1/7 bataillon de cavalerie aérienne de se préparer à un assaut aérien contre LZ X-Ray le lendemain. [72]

Bataille aux rayons X LZ

Frappe de B-52 sur les positions des troupes de la NVA, du 15 au 20 novembre

Le 14 novembre, une source de renseignement de l'ARVN, par interception de communication radio, a indiqué qu'avant l'aube, certains éléments d'assaut du Front de terrain B3 de l'ANV ont commencé à quitter leurs zones de rassemblement pour attaquer le camp de Pleime. [73]

A 10h48, le 1/7 Air Cavalry est inséré au LZ X-Ray, suivi du 2/7 Air Cavalry Battalion. [74] [75] [76] Le Front de campagne B3 a réagi en reportant le mouvement prévu pour attaquer le camp de Pleime et s'est lancé sur le champ de bataille pour engager les troupes de cavalerie aérienne avec les bataillons 7/66 et 9/66. [77] Dans l'après-midi, le Colonel Brown a déplacé le 2/5 Air Cavalry Battalion vers le LZ Victor en préparation au retrait du 1/7 Air Cavalry Battalion. [78]

Le même jour, à 12h00, le général de brigade DePuy, J3/MACV, a notifié au 3A/SAC de lancer la frappe des B-52. [20]

Le 15 novembre, à 9h30, le colonel Brown atterrit au LZ X-Ray pour se préparer au retrait du 1/7 Air Cavalry Battalion, estimant que son travail consistant à détourner l'attention de l'ennemi de l'attaque du camp de Pleime [79] était terminé. . [80] À 12 heures, le 2/5 Air Cavalry Battalion s'est rapproché du LZ X-Ray après une marche de cinq heures depuis le LZ Victor en préparation pour permettre au 1/7 Air Cavalry Battalion de se retirer le lendemain. [81]

Le même jour, à 16 heures précises, la première vague de bombardements en tapis du B-52 est tombée à environ 7 kilomètres à l'ouest du LZ X-Ray tandis que le 32e régiment maintenait ses positions entre 12 et 14 kilomètres. [82] À 16h30, le général de brigade Knowles, 1st Air Cavalry Division Forward, a atterri au LZ X-Ray pour annoncer le retrait du 1/7th Air Cavalry Battalion prévu pour le lendemain. [83]

Le 16 novembre, le 1/7 Air Cavalry Battalion a été héliporté hors du LZ X-Ray, couvert par les 2/7 et 2/5 Air Cavalry Battalions. [84] Pendant ce temps, les bombardiers B-52 effectuaient davantage de sorties et frappaient diverses positions des troupes ennemies dans tout le complexe Chu Pong-Ia Drang. [85]

Manœuvre de diversion

Dès que l'insertion du 1/7 Air Cavalry Battalion a attiré l'attention du B3 Field Front Command, l'obligeant à reporter le mouvement d'attaque du camp de Pleime, en fin d'après-midi du 14 novembre, le colonel Brown a commencé à préparer le retrait du camp de Pleime. bataillon. [86]

LZ Albany

Le 17 novembre, les bataillons de cavalerie aérienne 2/7 et 2/5 reçurent l'ordre de quitter la zone d'atterrissage en direction du nord en direction du LZ Albany et du nord-nord-est en direction du LZ Columbus pour laisser la place aux bombardiers B-52 pour frapper l'ennemi. troupes restantes dans les zones LZ X-Ray et divers autres emplacements du complexe Chu Pong-Ia Drang. [87] À l'approche des environs du LZ Albany, la cavalerie aérienne 2/7 s'est engagée dans un « engagement de rencontre » [88] avec des unités des bataillons 1/33 et 8/66, ce qu'aucune des deux parties n'avait prévu. Les troupes de cavalerie aérienne ont subi de lourdes pertes avec 151 tués au combat et 121 blessés au combat. Les pertes de l'ennemi ont été beaucoup plus lourdes avec 403 morts, 100 tués et 112 armes capturées. [89] Pendant la journée, les bombardiers B-52 ont continué à bombarder en tapis le complexe Chu Pong-Ia Drang. [90]

Ia Drang, la phase finale d'exploitation (18-26 novembre)

Le 17 novembre, après deux jours de frappe des B-52, le commandement du IIe Corps, se basant sur l'estimation que la force ennemie avait perdu les 2/3 de ses effectifs, a décidé de « terminer » la campagne avec l'opération Thần Phong 7 menée par la brigade aéroportée de l'ARVN. . [91] Une nouvelle base de puissance de feu a été établie à LZ Crooks pour apporter un soutien d'artillerie à la brigade aéroportée. Il a été sécurisé par le bataillon de cavalerie aérienne 2/5 menant l'opération Silver Bayonet II . [92]

Le 18 novembre, la Brigade aéroportée installe son poste de commandement avancé au camp de Duc Co aux côtés des cinq bataillons aéroportés. De 15h00 à 16h00, la 52ème Aviation composée de dix UH1D, douze UH1B et onze UH1B (A), renforcée par vingt UH1D et six UH1B (A) du 229th Avn Bn, 1st Air Cav Div a héliporté 1 500 hommes des 3ème, 5ème et 6e bataillons aéroportés de Duc Co jusqu'à la zone d'atterrissage YA 841092. [93] Pendant la journée, les bombardiers B-52 ont continué à bombarder en tapis le complexe Chu Pong-Ia Drang. [94]

Le 19 novembre, dans la matinée, les 3e et 6e Airborne ont balayé les zones en marchant sur deux fronts parallèles vers Plei The. Les bombardiers B-52 ont continué à bombarder en tapis le complexe Chu Pong-Ia Drang. [95]

Le 20 novembre, à midi, le 3e bataillon a viré vers la position du 6e bataillon à YA 805080. À 14 h 40, le 634e bataillon NVA a marché vers le site de l'embuscade. Près de 200 VC furent tués dans cette embuscade. [96] [97] Vers 16h00, les 3e, 5e et 6e bataillons reçoivent l'ordre de marcher vers une zone de rassemblement située à YA822075. A 17h45, le 8th Airborne Battalion est héliporté jusqu'à cet endroit pour le sécuriser. Pendant la journée, les bombardiers B-52 ont continué à bombarder en tapis le complexe Chu Pong-Ia Drang. [98]

Le 22 novembre, à 11h00, le 2e Bataillon et le 7e Bataillon sont héliportés vers la zone de rassemblement où les 3e, 5e et 6e Bataillons se rapprochent à 13h50.

Le 23 novembre, la brigade aéroportée a prévu une embuscade pour le lendemain matin. 75 VC ont été tués et 58 armes ont été capturées dans cette embuscade. [99]

Le 26 novembre, ne constatant aucun autre contact, la brigade aéroportée de l'ARVN s'est retirée de la zone. [100] [101]

Résultats

Le IIe Corps de l'ARVN a récapitulé les pertes de l'ANV comme suit : [102]

– Phase I : 220 KIA(BC), 228 KIA(est), 115 WIA, 6 CIA, 24 armes (équipage servi), 81 armes (individuelles).

– Phase II : 1515 KIA(BC), 2042 KIA(est), 1178 WIA, 163 CIA, 126 armes (équipage servi), 897 armes (individuelles).

– Phase III : 265 KIA(BC), n/a KIA(est), n/a WIA, 10 CIA, 19 armes (équipage servi), 49 armes (individuelles).

– Total : 4 254 KIA(BC), 2 270 KIA(est), 1 293 WIA, 179 CIA, 169 armes (équipage servi), 1 027 armes (individuelles).

Les chiffres des pertes de l'ANV avancés par le commandement du IIe Corps reposaient en particulier sur les propres rapports de pertes des postes de commandement régimentaire de l'ANV, [63] interceptés par les stations d'écoute radio de l'ARVN. [103] En outre, ils incluent les pertes des troupes de l'ANV causées par la frappe aérienne Arc Light de 5 jours que les parties de l'ANV et des États-Unis ne prennent pas en compte.

Remarque : Chacun des trois régiments de l'ANV comptait un total de 2 200 soldats comprenant : [104] 1er Bn 500, 2e Bn 500, 3e Bn 500, Mortar Co 150, Anti-Aircraft Co 150, Signal Co 120, Transportation Co 150, Medical Co 40, Ingénieur Co 60, Recon Co 50.

La campagne a atteint sa mission de détruire le bastion du Front de campagne B3 situé dans le complexe Chu Pong-Ia Drang et d'anéantir l'ensemble de ses trois forces régimentaires. Cependant, les sanctuaires établis sur le territoire cambodgien offraient un refuge aux forces du front de campagne B3. Les trois régiments NVA arrachés ont été remplacés par de nouveaux contingents infiltrés du Nord et le front de campagne B3 a été rebaptisé quartier général de la division NVA Lê Lợi. Elle a repris ses activités de l'autre côté de la frontière en avril 1966. [105]

Remarques

  1. ^ ab Kinnard, p.1
  2. ^ Le 20 était le jour où le IIe Corps a lancé la campagne Pleime (Vĩnh Lộc, p. 68) et le 23 était le premier jour où les troupes de cavalerie aérienne ont rejoint la bataille avec l'arrivée de la Task Force Ingram dans la ville de Pleiku (Kinnard, p. 18 ; Vinh Loc, p.
  3. ^ ab Vĩnh Lộc, p. 68
  4. ^ Vinh Loc, p. 15
  5. ^ Kinnard, p. je
  6. ^ Vinh Loc, p. 101
  7. ^ Nguyen Huy Toan, Pham Quang Dinh, Les premières batailles contre les troupes américaines , 304e Division Volume II, Maison d'édition de l'Armée populaire, pp.19-42
  8. ^ ab Vĩnh Lộc, p.124
  9. ^ Mohr, Charles (16 novembre 1965). "Trois prisonniers parlent de l'aide de la Chine. Les Nord-Vietnamiens disent également que les Cambodgiens les ont aidés". Des soldats nord-vietnamiens capturés ont déclaré aujourd'hui que leurs unités avaient reçu l'aide de "miliciens" cambodgiens lors de leur infiltration au Sud-Vietnam et que chaque régiment infiltré avait un conseiller communiste chinois. . Le New York Times.
  10. ^ Vĩnh Lộc, p.94
  11. ^ Kinnard, p.46
  12. ^ Coleman, p.119
  13. ^ Moore, page 64
  14. ^ McChristian, p.2
  15. ^ McChristian, p.4
  16. ^ Coleman, p.193
  17. ^ Nguyen Nam Khanh
  18. ^ McChristian, p.6
  19. ^ McChristian, pp.1-72
  20. ^ abc Melyan, p.56
  21. ^ ab Kinnard, p.76
  22. ^ ab McChristian, p.44
  23. ^ ab Kinnard, p.9
  24. ^ Melyan, p.9
  25. ^ G3 Journal.IFFV, entrée du 15/11
  26. ^ Vinh Loc, page 97
  27. ^ Coleman, pp.68-74
  28. ^ ab Kinnard, p.18
  29. ^ ab Kinnard, p.28
  30. ^ Vĩnh Lộc, p.101
  31. ^ Porter, Le siège de Pleime : Au cours des dix jours suivants [après le 19 octobre], la puissance aérienne a joué un rôle clé pour briser l'attaque. Au cours de 696 sorties de frappe de jour et de nuit, les B-57, AIE, F-100 et F-8 ont fait pleuvoir 866 300 livres de bombes GP, 250 380 livres de bombes à fragmentation, 485 880 livres de napalm, ainsi que des roquettes, des CBU et des tirs de canon sur les positions du VC. à seulement 35 mètres des murs de l'avant-poste.
  32. ^ Porter, Silver Bayonet : Le FAC aéroporté dans les fusées éclairantes en station a dirigé 74 sorties de frappe, les chasseurs utilisant du napalm, du napalm, des fragments, des CBU, des roquettes de 2,75 et un canon de 20 mm à l'appui de la colonne. "Puff", l'AC-47, a largué 25 fusées éclairantes et tiré 4 000 cartouches de minicanon de 7,62 mm contre les assaillants. À 9 h 30, le 24 octobre, les tirs sur le convoi s'étaient réduits à des armes légères et à 13 heures, le VC a rompu le contact en raison des frappes aériennes.
  33. ^ Vinh Loc, p.55
  34. ^ G3 Journal/IFFV, entrée du 19 octobre 1965
  35. ^ ab Vinh Loc, p.61
  36. ^ Vinh Loc, p.57
  37. ^ Vinh Loc, p.59
  38. ^ ab Vinh Loc, p.63
  39. ^ ab Vinh Loc, p.67
  40. ^ Vinh Loc, p.69
  41. ^ Porter, le siège de Pleime
  42. ^ Vĩnh Lộc, p.101
  43. ^ Vinh Loc, p. 74-76
  44. ^ Journal G3/IFFV, entrée 10/30
  45. ^ Kinnard, p.ii
  46. ^ Kinnard, p.31
  47. ^ McChristian, p.16
  48. ^ Kinnard, p.34
  49. ^ McChristian, p.17
  50. ^ Kinnard, p.37
  51. ^ McChristian, p.18
  52. ^ Kinnard, p.46.
  53. ^ McChristian, p.26
  54. ^ Kinnard, p.50
  55. ^ McChristian, p.27
  56. ^ Kinnard, p.52
  57. ^ McChristian, p.29
  58. ^ Kinnard, p.55
  59. ^ McChristian, p.33
  60. ^ Coleman, page 189
  61. ^ Kinnard, p.60
  62. ^ McChristian, p.38
  63. ^ ab Kinnard, p.70
  64. ^ McChristian, p.42
  65. ^ Kinnard, p.73
  66. ^ Vinh Loc, pp.79-80
  67. ^ Kinnard, p.79
  68. ^ McChristian, p.45
  69. ^ Coleman, p.196
  70. ^ Kinnard, p.82
  71. ^ McChristian, p.46
  72. ^ Coleman, p.199
  73. ^ Kinnard, page 85
  74. ^ Kinnard, p.85
  75. ^ McChristian, p.50
  76. ^ Vinh Loc, pp.80-86
  77. ^ Nguyễn Hữu An, p.34
  78. ^ Moore, 1/7 AC Rapport après action, 1966
  79. ^ Nguyễn Hữu An, p.32
  80. ^ Moore, p.202
  81. ^ Vinh Loc, p.88
  82. ^ Kinnard, page 88
  83. ^ Moore, p.210
  84. ^ Vinh Loc, p.92
  85. ^ Journal G3/IFFV, entrée du 16/11
  86. ^ Moore, 1/7 rapport après action
  87. ^ Kinnard, p.94
  88. ^ Coleman, p.270
  89. ^ Coleman, p.269
  90. ^ Journal G3/IFFV, entrée du 17/11
  91. ^ Vinh Loc, p.97
  92. ^ Kinnard, p.99
  93. ^ Histoire du 52e bataillon d'aviation de combat – du 1er janvier 1965 au 31 décembre 1965. Bureau du S-3, 12e groupe d'aviation, MASCV, USA Pacifique, îles Ryuku
  94. ^ Journal G3/IFFV, entrée du 18/11
  95. ^ Journal G3/IFFV, entrée du 19/11
  96. ^ Vinh Loc, p.101
  97. ^ Vĩnh Lộc, p.131
  98. ^ Journal G3/IFFV, entrée du 20/11
  99. ^ Schwarzkopf, p. 141-142
  100. ^ Vinh Loc, p.103
  101. ^ Vĩnh Lộc, p.132
  102. ^ Vinh Loc, p.110
  103. ^ McChristian, J2/MACV, p.41 ; Vinh Loc, p.97 et p.111.
  104. ^ Vinh Loc, p.112
  105. ^ Vinh Loc, p. 162

Les références

  • Coleman, JD (1988). Pleiku, L'aube de la guerre des hélicoptères au Vietnam . New York : St.Martin's Press.
  • G3 Journal/I Field Force Vietnam, 14-26 novembre 1965 [1] Archivé 2021-06-27 à la Wayback Machine , [2] Archivé 2019-12-31 à la Wayback Machine , [3] Archivé 2019-12- 31 à la Wayback Machine , [4] Archivé le 29/06/2021 dans le document Wayback Machine conservé aux Archives nationales, College Park, Maryland.
  • Kinnard, William (1966). Campagne Pleiku, rapport après action. Archivé de l'original le 03/07/2017 . Récupéré le 30/04/2016 .
  • McChristian, JA (1966). Aspect renseignement de la campagne Pleime/Chupong, J2/MACV. Archivé de l'original le 31/12/2019 . Récupéré le 02/05/2016 .
  • Melyan, Wesley RC (15 septembre 1967). Arc Lumière 1965-1966 . HQ PACAF : Projet CheCo, Centre d'Evaluation Tactique.
  • Moore, Harold G. ; Galloway, Joseph L. (1992). Nous étions autrefois des soldats... et jeunes — Ia Drang : la bataille qui a changé la guerre du Vietnam . New York, New York : vivace Harper. ISBN 0-06-097576-8.
  • Nguyễn Hữu An (2005). Chiến Trường Mới, Hồi Ức . Hà Nội : Nhà Xuất bản Quân đội Nhân dân.
  • Nguyễn Nam Khanh (23 novembre 2005). "Victoire Pleime-Ia Drang". Quan Doi Nhan Dan .
  • Porter, Melvin F. (24 février 1966). Le siège de Pleime . HQ PACAF : Projet CheCo, Centre d'Evaluation Tactique.
  • Porter, Melvin F. (26 février 1966). Baïonnette en argent . HQ PACAF : Projet CheCo, Centre d'Evaluation Tactique.
  • Schwarzkopf, H. Norman (1992). "Il ne faut pas un héros" . Livres Bataam. ISBN 0-553-56338-6.
  • Vĩnh Lộc (1966). Pleime, Trận Chiến Lịch Sử. Viet Nam : Bộ Thông Tin. Archivé de l'original le 28/06/2015 . Récupéré le 01/05/2016 .
  • Vinh Loc (1966). Pourquoi Pleime. Viet Nam : Bureau d'impression d'informations. Archivé de l'original le 29/09/2018 . Récupéré le 30/04/2016 .
Récupéré de "https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Pleiku_Campaign&oldid=1176759076"