Pinakes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Représentation imaginaire de la Bibliothèque d'Alexandrie

The Pinakes ( grec ancien : Πίνακες "tables", pluriel de πίναξ ) est un ouvrage bibliographique perdu composé par Callimaque (310/305-240 avant notre ère) qui est populairement considéré comme le premier catalogue de bibliothèque ; son contenu était basé sur les fonds de la Bibliothèque d'Alexandrie pendant le mandat de Callimaque au troisième siècle avant notre ère. [1]

Historique

La Bibliothèque d'Alexandrie avait été fondée par Ptolémée I Soter vers 306 avant notre ère. Le premier bibliothécaire enregistré était Zénodote d'Éphèse. Pendant le mandat de Zénodote, Callimaque, qui n'a jamais été le bibliothécaire en chef, a compilé de nombreux catalogues/listes, chacun appelé Pinakes . Son plus célèbre énumère les auteurs et leurs œuvres ; il est ainsi devenu le premier bibliographe connu et le savant qui a organisé la bibliothèque par auteurs et sujets vers 245 avant notre ère. [2] [3] Son travail comptait 120 volumes. [4]

Apollonios de Rhodes est le successeur de Zénodote. Ératosthène de Cyrène a succédé à Apollonius en 235 avant notre ère et a compilé son tetagmenos epi teis megaleis bibliothekeis , le « schéma des grandes étagères ». En 195 avant notre ère , Aristophane de Byzance , le successeur d'Eratosthène, était le bibliothécaire et a mis à jour les Pinakes , [5] bien qu'il soit également possible que son travail ne soit pas un supplément des Pinakes de Callimaque eux-mêmes, mais une polémique indépendante contre ou un commentaire sur, leur contenu. [6]

Descriptif

La collection de la Bibliothèque d'Alexandrie contenait près de 500 000 rouleaux de papyrus , regroupés par sujet et stockés dans des bacs. [7] Chaque bac portait une étiquette avec des tablettes peintes accrochées au-dessus des papyrus stockés. Pinakes a été nommé d'après ces tablettes et est un ensemble de listes d'index. Les bacs donnaient des informations bibliographiques pour chaque rouleau. [8]Une entrée typique commençait par un titre et fournissait également le nom de l'auteur, le lieu de naissance, le nom du père, les enseignants formés sous et la formation scolaire. Il contenait une brève biographie de l'auteur et une liste des publications de l'auteur. L'entrée comportait la première ligne de l'œuvre, un résumé de son contenu, le nom de l'auteur et des informations sur l'origine du rouleau, ainsi que tout doute sur l'authenticité de l'attribution. [9]

Le système de Callimaque divisait les œuvres en six genres et cinq sections de prose : rhétorique, droit, épopée, tragédie, comédie, poésie lyrique, histoire, médecine, mathématiques, sciences naturelles et mélanges. Chaque catégorie a été classée par ordre alphabétique d'auteur.

Callimachus a composé deux autres œuvres qui ont été appelées pinakes et étaient probablement quelque peu similaires dans le format aux Pinakes (dont elles "peuvent ou non être des sous-sections" [10] ), mais concernaient des sujets individuels. Ceux-ci sont répertoriés par le Suda comme suit: A Chronological Pinax and Description of Didaskaloi from the Beginning and Pinax of the Vocabulary and Treatises of Democritus . [11]

Pinakes bibliographiques ultérieurs

Le terme pinax était utilisé pour les catalogues bibliographiques au-delà de Callimaque. Par exemple, le catalogue des écrits d' Aristote de Ptolémée-el-Garib nous parvient sous le titre Pinax (catalogue) des écrits d'Aristote . [12]

Héritage

Les Pinakes se sont révélés indispensables aux bibliothécaires pendant des siècles et sont devenus un modèle d' organisation des connaissances dans toute la Méditerranée . Leur influence ultérieure remonte à l'époque médiévale, voire à l'équivalent arabe du Xe siècle : l' Al-Fihrist (« Index ») d' Ibn al-Nadim . [9] Les variations locales pour le catalogage et la classification des bibliothèques se sont poursuivies tout au long des années 1800, quand Anthony Panizzi et Melvil Dewey ont ouvert la voie à des approches plus partagées et standardisées.

Remarques

  1. ^ N.Krevans 2002 : 173
  2. ^ Neil Hopkinson , Une anthologie hellénistique (CUP, 1988) 83.
  3. ^ "Inventions grecques" . Récupéré le 19/09/2008 .
  4. ^ Hopkinson
  5. ^ Pfeiffer, R. Histoire de l'érudition classique des débuts à la fin de l'ère hellénistique (OUP, 1968) 133.
  6. ^ Slater, WJ "Grammairiens sur le lavage des mains", Phoenix 43 (1989) 100–11, à 102.
  7. ^ PJ Parson, "Bibliothèques", dans l' Oxford Classical Dictionary , 3e éd. (OUP, 1996) décrit ainsi la preuve de la taille des fonds de la bibliothèque : "Les premiers Ptolémées (voir Ptolémée (1)) collectés de manière ambitieuse et systématique ; la Bibliothèque d'Alexandrie (voir ALEXANDRIE (1)) est devenue une légende, et *Callimachus ( 3)'s Pinakes a rendu son contenu accessible. Il y avait des rivaux à *Pella, *Antioche (1) (où *Euphorion (2) était bibliothécaire), et surtout *Pergame. Les avoirs étaient conséquents : si les chiffres sont fiables, Pergame détenait au moins 200 000 rouleaux (Plut. Ant. 58. 9), la bibliothèque principale d'Alexandrie près de 500 000 (*Tzetzes, Prolegomena de comoedia 11a. 2. 10–11 Koster) - l'équivalent, peut-être, de 100 000 livres modernes.
  8. ^ Phillips, Heather A., ​​"La Grande Bibliothèque d'Alexandrie?". Philosophie et pratique de la bibliothèque , août 2010 Archivé le 18/04/2012 à la Wayback Machine
  9. ^ un b "Les Pinakes" . Archivé de l'original le 16/06/2011 . Récupéré le 29/05/2010 .
  10. ^ Nita Krevans, "Callimachus and the Pedestrian Muse," in MA hard et al., eds., Callimachus II (Hellenistica Groningana 7), 2002, p. 173 n. 1.
  11. ^ "Recherche SOL" . www.stoa.org . Récupéré le 17/03/2018 .
  12. ^ Ingemar Düring , Aristote dans l'ancienne tradition biographique (Göteborg 1957), p. 221.

Bibliographie

Textes et traductions

  • Les preuves concernant les Pinakes sont recueillies par Rudolf Pfeiffer (éd.), Callimachus, vol. I : Fragmenta , Oxford : Clarendon Press 1949, frr. 429-456 (avec référence à la littérature la plus importante).
  • Witty, FJ "The Pinakes of Callimachus", Library Quarterly 28: 1/4 (1958), 132–36, une traduction de l'ouvrage.
  • Witty, FJ "Les autres Pinakes et ouvrages de référence de Callimaque", Library Quarterly 43: 3 (1973), 237–44.

Études