Philippe Pétain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Philippe Pétain
Pétain - Portrait photographique 1941.jpg
Pétain en 1941.
Chef de l'Etat français
En fonction du
11 juillet 1940 au 20 août 1944
premier ministrePierre Laval
Précédé parAlbert Lebrun
( Président de la République )
succédé parCharles de Gaulle
(Président du Gouvernement provisoire de la République )
Premier ministre français
En fonction du
16 juin 1940 au 17 avril 1942 [note 1]
PrésidentAlbert Lebrun (jusqu'en 1940)
AdjointCamille Chautemps
Pierre Laval
Pierre-Étienne Flandin
François Darlan
Précédé parPaul Reynaud
succédé parPierre Laval
Vice-Premier ministre de France
En fonction du
18 mai 1940 au 16 juin 1940
premier ministrePaul Reynaud
Précédé parCamille Chautemps
succédé parCamille Chautemps
Ministre de la guerre
En fonction du
9 février 1934 au 8 novembre 1934
premier ministreGaston Doumergue
Précédé parJoseph Paul Boncour
succédé parLouis Maurin
Chef d'état-major de l'armée
En fonction du
30 avril 1917 au 16 mai 1917
Précédé parRobert Nivelle
succédé parFerdinand Foch
Détails personnels
Née
Henri Philippe Benoni Omer Pétain

24 avril 1856
Cauchy-à-la-Tour , Pas-de-Calais , Empire français
Décédés23 juillet 1951 (1951-07-23)(95 ans)
Port-Joinville, Île d'Yeu , Vendée , République française
Conjoint(s)
( M.  1920 )
Service militaire
Allégeance Troisième République française Vichy France
 
Succursale/serviceArmée française
Des années de service1876-1944
RangGénéral de division
Batailles/guerresPremière Guerre mondiale

Guerres du Rif

La Seconde Guerre mondiale
RécompensesMédaille militaire du Maréchal de France
(Espagne)

Henri Philippe Benoni Omer pétainiste (24 Avril 1856 [1] - le 23 Juillet 1951), généralement connu sous le nom Philippe Pétain ( / p t æ / , Français:  [filip petɛ] ), le maréchal Pétain ( Maréchal Pétain ) et parfois le Vieux Maréchal ( le vieux Maréchal ), était un officier général français qui a atteint le poste de maréchal de France à la fin de la Première Guerre mondiale , au cours de laquelle il est devenu connu sous le nom de Le Lion de Verdun ( le lion de Verdun). Il a ensuite été chef d'État de Vichy France de 1940 à 1944. Pétain, qui avait 84 ans en 1940, est le plus ancien chef d'État de France.

Pendant la Première Guerre mondiale, Pétain a mené l'armée française à la victoire lors de la bataille de Verdun qui a duré neuf mois . Après l'échec de l' offensive de Nivelle et les mutineries qui s'ensuivirent, il fut nommé commandant en chef et réussit à rétablir la confiance de l'armée. Pétain resta aux commandes jusqu'à la fin de la guerre et s'affirma comme un héros national. Pendant l' entre-deux-guerres, il est à la tête de l'armée française en temps de paix, commande les opérations conjointes franco-espagnoles pendant la guerre du Rif et est deux fois ministre du gouvernement. Pendant ce temps, il était connu comme le vieux Maréchal (Le Vieux Maréchal).

Avec la chute imminente de la France et le gouvernement voulant demander l'armistice, le 17 juin 1940, le Premier ministre Paul Reynaud démissionne en recommandant au président Lebrun de nommer à sa place le maréchal Pétain, ce qu'il fait ce jour-là, alors que le gouvernement est au pouvoir. Bordelais . [2] Le Cabinet a alors décidé de signer des accords d'armistice avec l'Allemagne et l'Italie. L'ensemble du gouvernement s'installe ensuite brièvement à Clermont-Ferrand , puis dans la ville thermale de Vichy dans le centre de la France. Le gouvernement a voté pour transformer la Troisième République française discréditée en État français ou Vichy France, un régime autoritaire qui a collaboré avec l'Axe. Après que l'Allemagne et l'Italie eurent occupé et désarmé la France en novembre 1942, le gouvernement de Pétain travailla en étroite collaboration avec l'administration militaire de l'Allemagne nazie .

Après la guerre, Pétain est jugé et condamné pour trahison . Il a été initialement condamné à mort, mais en raison de son âge et de son service pendant la Première Guerre mondiale, sa peine a été commuée en prison à vie. Il mourut en 1951. Son parcours de l'obscurité militaire, à héros de la France pendant la Première Guerre mondiale, à souverain collaborationniste pendant la Seconde Guerre mondiale, conduisit son successeur Charles de Gaulle à écrire que la vie de Pétain fut « successivement banale, puis glorieuse, puis déplorable, mais jamais médiocre".

Début de la vie

Jeunesse et famille

Pétain est né à Cauchy-à-la-Tour (dans le Pas-de-Calais département en Nord France ) en 1856. Son père, Omer-Venant, était un fermier. Son grand-oncle, prêtre catholique, l'abbé Lefebvre (1771-1866), avait servi dans la Grande Armée de Napoléon et avait raconté au jeune Philippe les récits de guerre et d'aventures de ses campagnes des péninsules d'Italie aux Alpes en Suisse. Fortement impressionné par les récits de son oncle, son destin est désormais déterminé par l'armée.

Vie personnelle

Pétain était célibataire jusqu'à la soixantaine, et connu pour sa féminité. Après la Première Guerre mondiale, Pétain épouse son ancienne petite amie, Eugénie Hardon (1877-1962), « une femme particulièrement belle », le 14 septembre 1920 ; ils restèrent mariés jusqu'à la fin de la vie de Pétain. [3] Après avoir rejeté la première demande en mariage de Pétain, Hardon avait épousé et divorcé François de Hérain en 1914 alors qu'elle avait 35 ans. À l'ouverture de la bataille de Verdun en 1916, Pétain aurait été récupéré pendant la nuit dans un hôtel parisien par un officier d'état-major qui savait qu'on pouvait le retrouver avec Eugénie Hardon. [4] Elle n'avait pas d'enfants de Pétain mais avait déjà un fils de son premier mariage, Pierre de Hérain , que Pétain détestait fortement. [5]

Début de carrière militaire

Pétain s'engage dans l' armée française en 1876 et fréquente l' Académie militaire de St Cyr en 1887 et l' École supérieure de guerre de Paris. Entre 1878 et 1899, il sert dans diverses garnisons avec différents bataillons des Chasseurs à pied , l'infanterie légère d'élite de l'armée française. Par la suite, il a alterné entre les affectations d'état-major et régimentaires.

La carrière de Pétain a progressé lentement, car il a rejeté la philosophie de l'armée française de l'assaut furieux de l'infanterie, arguant plutôt que « la puissance de feu tue ». Ses opinions se sont avérées plus tard exactes pendant la Première Guerre mondiale. Il a été promu au grade de capitaine en 1890 et le major (chef de bataillon) en 1900. En Mars 1904, alors servir dans l'infanterie 104e, il a été nommé professeur adjoint de tactique d'infanterie appliquée à l' École Supérieure de Guerre , [6] et après la promotion au grade de lieutenant-colonel a été promue au grade de professeur le 3 avril 1908. [7] Il a été breveté au grade de colonel le 1 janvier 1910. [8]

Contrairement à de nombreux officiers français, Pétain a servi principalement en France métropolitaine, jamais en Indochine française ni dans aucune des colonies africaines, bien qu'il ait participé à la campagne du Rif au Maroc. En tant que colonel , il reçut le commandement du 33e régiment d'infanterie à Arras le 25 juin 1911 ; [9] un jeune lieutenant, Charles de Gaulle , qui servit sous ses ordres, écrira plus tard que son « premier colonel, Pétain, (lui) enseigna l'art du commandement ». Au printemps 1914, il reçoit le commandement d'une brigade (toujours avec le grade de colonel). Agé alors de 58 ans et ayant appris qu'il ne deviendrait jamais général, Pétain avait acheté une villa pour sa retraite. [dix]

Première Guerre mondiale

Début de la guerre

Pétain en 1915. Portrait autochrome par Jules Gervais-Courtellemont

Pétain mène sa brigade à la bataille de Guise (29 août 1914). Le lendemain, il est promu brigadier-général en remplacement du brigadier-général Pierre Peslin , [11] qui s'est suicidé. Il reçut le commandement de la 6e division à temps pour la première bataille de la Marne ; un peu plus d'un mois plus tard, en octobre 1914, il est à nouveau promu et devient commandant du XXXIIIe corps. Après avoir dirigé son corps lors de l' offensive d'Artois au printemps 1915 , il reçut en juillet 1915 le commandement de la deuxième armée , qu'il dirigea lors de l' offensive de Champagne à l' automne. Il a acquis la réputation d'être l'un des commandants les plus performants sur le front occidental.

Bataille de Verdun

Pétain commande la 2e armée au début de la bataille de Verdun en février 1916. Au cours de la bataille, il est promu commandant du groupe d'armées Centre, qui compte au total 52 divisions. Plutôt que de maintenir les mêmes divisions d'infanterie sur le champ de bataille de Verdun pendant des mois, semblable au système allemand, il les a remplacés après seulement deux semaines sur les lignes de front. Sa décision d'organiser le transport par camions sur la Voie Sacrée pour amener un flot continu d'artillerie, de munitions et de troupes fraîches dans Verdun assiégé a également joué un rôle clé dans l'arrêt définitif de l'assaut allemand en juillet 1916. En effet, il appliqué le principe de base qui était un pilier de son enseignement à l'École de Guerre (War College) avant la Première Guerre mondiale : "le feu mar ! " ou " la puissance de feu tue ! " — dans ce cas signifiant l'artillerie de campagne française, qui a tiré plus de 15 millions d'obus sur les Allemands pendant les cinq premiers mois de la bataille. Bien que Pétain ait dit " On les aura ! " (un écho de Jeanne de arc, à peu près: « Nous les aurons »), l'autre citation célèbre lui souvent attribué à - « ! Ils ne passeront pas » ( « Ils ne passeront pas ! ») - a été effectivement prononcé par Robert Nivelle qui lui a succédé à commandement de la 2e armée à Verdun en mai 1916. À la toute fin de 1916, Nivelle est promu sur Pétain en remplacement de Joseph Joffre en tant que commandant en chef français .

Mutinerie

En raison de son grand prestige de soldat, Pétain servit brièvement comme chef d'état-major des armées (à partir de fin avril 1917). Il devient alors commandant en chef de toute l'armée française, en remplacement du général Nivelle, dont l' offensive du Chemin des Dames échoue en avril 1917, provoquant ainsi des mutineries généralisées dans l'armée française. Ils impliquaient, à des degrés divers, près de la moitié des divisions d'infanterie françaises stationnées sur le front occidental. Pétain a rétabli le moral en discutant avec les hommes, en promettant de ne plus avoir d'attaques suicidaires, en offrant du repos aux unités épuisées, des congés à domicile et une discipline modérée. Il a tenu 3400 cours martiales ; 554 mutins ont été condamnés à mort mais plus de 90 % ont vu leur peine commuée. [12] Les mutineries ont été tenues secrètes par les Allemands et leur ampleur et leur intensité n'ont été révélées que des décennies plus tard. Gilbert et Bernard trouvent des causes multiples :

La cause immédiate était l'optimisme extrême et la déception qui s'ensuivit lors de l'offensive de Nivelle au printemps 1917. D'autres causes étaient le pacifisme, stimulé par la Révolution russe et le mouvement syndical, et la déception devant la non-arrivée des troupes américaines. [13]

Pétain a mené quelques offensives réussies mais limitées dans la dernière partie de 1917, contrairement aux Britanniques qui ont calé dans une offensive infructueuse à Passchendaele cet automne [la citation nécessaire ] . Pétain, au contraire, a résisté aux grandes offensives françaises jusqu'à ce que les Américains arrivent en force sur les lignes de front, ce qui n'a eu lieu qu'au début de l'été 1918. [ citation nécessaire ] Il attendait également l' introduction des nouveaux chars Renault FT en en grand nombre, d'où sa déclaration à l'époque : « J'attends les chars et les Américains. [ citation nécessaire ]

Fin de la guerre

Pétain, Haig , Foch et Pershing en 1918

L'année 1918 a vu les grandes offensives allemandes sur le front occidental. La première d'entre elles, l' opération Michael en mars 1918, menaçait de séparer les forces britanniques et françaises et, après que Pétain eut menacé de battre en retraite sur Paris, la conférence de Doullens fut convoquée. Juste avant la réunion principale, le Premier ministre Clemenceau a affirmé avoir entendu Pétain dire "les Allemands battront les Anglais en rase campagne, après quoi ils nous battront aussi" ("les Allemands battront les Anglais (sic) en rase campagne, puis ils' je nous battrai aussi"). Il a rapporté cette conversation au président Poincaré , ajoutant « sûrement qu'un général ne devrait pas parler ou penser comme ça ? Haïga enregistré que Pétain avait « un regard terrible. Il avait l'apparence d'un commandant qui avait perdu son sang-froid ». Pétain croyait – à tort – que la 5e armée de Gough avait été mise en déroute comme les Italiens à Caporetto . [14] Lors de la Conférence, Ferdinand Foch a été nommé généralissime allié , initialement avec des pouvoirs pour coordonner et déployer les réserves alliées où il l'a jugé bon. Pétain vient finalement au secours des Britanniques et sécurise le front avec quarante divisions françaises.

Pétain se révèle un adversaire compétent des Allemands tant en défense qu'en contre-attaque. La troisième offensive, "Blücher", en mai 1918, a vu des avancées allemandes majeures sur l' Aisne , car le commandant de l'armée française (Humbert) a ignoré les instructions de Pétain pour se défendre en profondeur et a plutôt permis à ses hommes d'être touchés par le premier bombardement allemand massif. Au moment des dernières offensives allemandes, Gneisenau et la seconde bataille de la Marne, Pétain a su se défendre en profondeur et lancer des contre-offensives, avec les nouveaux chars français et l'aide des Américains. Plus tard dans l'année, Pétain fut déchu de son droit d'appel direct auprès du gouvernement français et prié de faire rapport à Foch, qui assuma de plus en plus la coordination et finalement le commandement des offensives alliées. Après la guerre, Pétain est fait maréchal de France le 21 novembre 1918. [15]

Entre-deux-guerres

Héros respecté de la France

Uniformes de Maréchal de France (Pétain, Foch , Joffre ) aux Invalides .

Pétain a mis fin à la guerre considéré « sans aucun doute, le tacticien défensif le plus accompli de toute armée » et « l'un des plus grands héros militaires de la France » et a été présenté avec son bâton de maréchal de France lors d'une cérémonie publique à Metz par le président Raymond Poincaré le 8 décembre 1918. [16] Il est convoqué à la signature du traité de Versailles le 28 juin 1919. Son poste de commandant en chef prend fin avec la paix et la démobilisation, et avec Foch en disgrâce après son querelle avec le gouvernement français sur les termes de la paix, c'est Pétain qui, en janvier 1920, est nommé vice-président du Conseil supérieur de la Guerre reconstitué(Conseil suprême de guerre). C'était le plus haut poste militaire de France, dont le titulaire était le commandant en chef désigné en cas de guerre et qui avait le droit de passer outre le chef d'état-major (poste occupé dans les années 1920 par les protégés de Pétain Buat et Debeney ), et Pétain le tiendra jusqu'en 1931. [17] [18] Pétain a été encouragé par des amis à entrer en politique, bien qu'il ait protesté qu'il avait peu d'intérêt à briguer un poste élu. Il tenta néanmoins en vain de se faire élire président à la suite des élections de novembre 1919 . [19]

Au lendemain de la guerre, Pétain avait soumis au gouvernement les projets d'un grand char et d'une armée de l'air, mais « lors de la réunion du Conseil supérieur de la Défense nationale du 12 mars 1920, le ministre des Finances, François-Marsal, a annoncé que si les propositions de Pétain étaient excellentes, elles étaient inabordables". , Pétain, Joffre et Foch, pour recoller les morceaux de leurs stratégies. L'état-major, désormais dirigé par le général Edmond Buat, commence à réfléchir sérieusement à une ligne de forts le long de la frontière avec l'Allemagne, et son rapport est déposé le 22 mai. 1922. Les trois maréchaux l'approuvent : la réduction des dépenses militaires rend désormais impossible l'offensive et ne peut avoir qu'une stratégie défensive [20].

Guerre du Rif

Pétain est nommé inspecteur général de l'armée en février 1922, et produit, de concert avec le nouveau chef d'état-major général, le général Marie-Eugène Debeney , le nouveau manuel de l'armée intitulé Instruction provisoire sur l'emploi tactique des grandes unités , qui bientôt est devenu connu sous le nom de « la Bible ». [21] Le 3 septembre 1925, Pétain est nommé seul commandant en chef des forces françaises au Maroc [22] pour lancer une grande campagne contre les tribus du Rif , de concert avec l'armée espagnole, qui s'achève avec succès à la fin de Octobre. Il fut ensuite décoré, à Tolède , par le roi Alphonse XIII de la Médaille militaire espagnole. [23]

Critique vocale de la politique de défense

En 1924, l'Assemblée nationale est élue sur une plate-forme de réduction de la durée du service national à un an, à laquelle Pétain s'oppose presque violemment. En janvier 1926, le chef d'état-major, le général Debeney, propose au Conseil un « type d'armée totalement nouveau. Seules 20 divisions d'infanterie seront maintenues en permanence ». Les réserves pourraient être appelées en cas de besoin. Le Conseil n'avait d'autre choix dans les circonstances difficiles que d'accepter. Pétain, bien sûr, désapprouve l'ensemble, soulignant que l'Afrique du Nord doit encore être défendue et nécessite en soi une armée permanente substantielle. Mais il a reconnu, après la nouvelle loi d'organisation de l'armée de 1927, que le vent tournait contre lui. Il n'oublierait pas que le leader radical, Édouard Daladier, a même voté contre l'ensemble du paquet, au motif que l'armée était encore trop nombreuse. [24]

Le 5 décembre 1925, après le traité de Locarno , le Conseil demande une action immédiate sur une ligne de fortifications le long de la frontière orientale pour contrer la baisse des effectifs déjà envisagée. Une nouvelle commission à cet effet a été créée, sous Joseph Joffre , et a demandé des rapports. En juillet 1927, Pétain part lui-même en reconnaissance de toute la région. Il revint avec un plan révisé et la commission proposa alors deux régions fortifiées. La ligne Maginot , comme on l'appela, (du nom d' André Maginot l'ancien ministre de la Guerre) occupa ensuite une grande partie de l'attention de Pétain en 1928, lorsqu'il voyagea également beaucoup, visitant des installations militaires à travers le pays. [25] Pétain avait fondé son fort soutien à la ligne Maginot sur sa propre expérience du rôle joué par les forts lors de la bataille de Verdun en 1916.

Le capitaine Charles de Gaulle a continué à être un protégé de Pétain tout au long de ces années. Il aurait même nommé son fils aîné d' après le maréchal, bien qu'il soit plus probable qu'il ait nommé son fils d'après son ancêtre familial Jean Baptiste Philippe de Gaulle, [26] avant de se brouiller finalement sur la paternité d'un livre qu'il avait dit avoir fantôme -écrit pour Pétain.

Élection à l' Académie française

Tableau de 1926 du Maréchal Pétain

En 1928, Pétain avait soutenu la création d'une armée de l'air indépendante soustraite au contrôle de l'armée, et le 9 février 1931, après sa retraite de vice-président du Conseil suprême de la guerre, il est nommé inspecteur général de la défense aérienne. [27] Son premier rapport sur la défense aérienne, soumis en juillet de la même année, préconisait une augmentation des dépenses. [28] En 1931 Pétain est élu membre de l' Académie française . En 1932, la situation économique s'était aggravée et le gouvernement d'Édouard Herriot avait procédé à « de sévères coupes dans le budget de la défense... les commandes de nouveaux systèmes d'armes se sont pratiquement taries ». [ citation nécessaire ]Les manœuvres d'été en 1932 et 1933 ont été annulées en raison du manque de fonds et le recrutement dans les forces armées a chuté. Au cours de la dernière année, le général Maxime Weygand a affirmé que « l'armée française n'était plus une force de combat sérieuse ». Le nouveau gouvernement d' Édouard Daladier a riposté contre Weygand en réduisant le nombre d'officiers et en réduisant les pensions et les soldes des militaires, arguant que de telles mesures, en dehors de la rigueur financière, étaient dans l'esprit de la Conférence du désarmement de Genève . [29]

En 1938, Pétain a encouragé et aidé l'écrivain André Maurois à se faire élire à l' Académie française - une élection qui a été très contestée, en partie en raison de l'origine juive de Maurois. Maurois a tenu à reconnaître avec gratitude sa dette envers Pétain dans son autobiographie de 1941, Call no man happy  – bien qu'au moment de la rédaction de cet article, leurs chemins aient radicalement divergé, Pétain étant devenu chef de l'État de Vichy France tandis que Maurois s'est exilé et a pris le parti avec les Français libres .

Ministre de la Guerre

Le malaise politique balaie le pays, et le 6 février 1934 , la police parisienne tire sur un groupe d' émeutiers d' extrême droite.devant la Chambre des députés, tuant 14 personnes et en blessant 236 autres. Le président Lebrun a invité Doumergue, 71 ans, à sortir de sa retraite et à former un nouveau « gouvernement d'union nationale ». Pétain est invité, le 8 février, à rejoindre le nouveau cabinet français en tant que ministre de la Guerre, ce qu'il n'accepte qu'à contrecœur après de nombreuses représentations. Son succès important cette année-là fut de faire annuler la proposition précédente de Daladier de réduire le nombre d'officiers. Il a amélioré le programme de recrutement des spécialistes et a allongé la période de formation en réduisant les droits aux congés. Cependant Weygand a signalé à la Commission de l'armée du Sénat cette année-là que l'armée française ne pouvait toujours pas résister à une attaque allemande. Maréchaux Louis Franchet d'Espèrey et Hubert Lyautey(ce dernier est décédé subitement en juillet) ont ajouté leurs noms au rapport. Après les manœuvres d'automne, que Pétain avait rétablies, un rapport a été présenté à Pétain que les officiers avaient été mal instruits, avaient peu de connaissances de base et aucune confiance. Il se fait dire, par ailleurs, par Maurice Gamelin , que si le plébiscite dans le Territoire du Bassin de la Sarre se porte sur l'Allemagne « ce serait une grave erreur militaire » que l'armée française intervienne. Pétain a répondu en demandant à nouveau au gouvernement des fonds supplémentaires pour l'armée. [30] Pendant cette période, il a demandé à plusieurs reprises un allongement de la durée du service militaire obligatoire pour les conscrits de deux à trois ans, en vain. Pétain a accompagné le président Lebrun à Belgradepour les obsèques du roi Alexandre , assassiné le 6 octobre 1934 à Marseille par Vlado Chernozemski , un nationaliste macédonien d'origine bulgare. Ici, il a rencontré Hermann Göring et les deux hommes se sont remémorés leurs expériences pendant la Grande Guerre. "Quand Goering retourna en Allemagne, il parla avec admiration de Pétain, le décrivant comme un 'homme d'honneur'". [31]

Critique de la politique gouvernementale

En novembre, le gouvernement Doumergue tombe. Pétain avait précédemment exprimé son intérêt à être nommé ministre de l'Éducation (ainsi que de la Guerre), un rôle dans lequel il espérait lutter contre ce qu'il considérait comme la décadence des valeurs morales françaises. [32] Maintenant, cependant, il a refusé de continuer dans le gouvernement (de courte durée) de Flandin en tant que ministre de la Guerre et a démissionné - malgré un appel direct de Lebrun lui-même. À ce moment, un article parut dans le populaire journal Le Petit Journal , appelant à Pétain comme candidat à la dictature. 200 000 lecteurs ont répondu au sondage du journal. Pétain arrive en tête avec 47 000 voix , devant les 31 000 voix de Pierre Laval . Ces deux hommes se sont rendus à Varsovie pour les funérailles du maréchal polonais Piłsudskien mai 1935 (et une autre rencontre cordiale avec Göring). [33] Bien que Le Petit Journal soit conservateur, la haute réputation de Pétain est bipartite ; le socialiste Léon Blum l' appelait "le plus humain de nos chefs militaires". Pétain ne s'est pas impliqué dans les questions non militaires lorsqu'il faisait partie du Cabinet et, contrairement à d'autres chefs militaires, il n'avait pas la réputation d'être un catholique extrême ou un monarchiste . [34]

Il est resté au Conseil supérieur . Weygand avait participé aux manœuvres de l'armée britannique de 1934 au camp de Tidworth en juin et était consterné par ce qu'il avait vu. S'adressant au Conseil le 23, Pétain affirma qu'il serait vain de chercher de l'aide à la Grande-Bretagne en cas d'attaque allemande. Le 1er mars 1935, le célèbre article de Pétain [35] paraît dans la Revue des deux mondes , où il fait le point sur l'histoire de l'armée depuis 1927-1928. Il a critiqué le système des réservistes en France et son manque de puissance aérienne et de blindage adéquats. Cet article est paru cinq jours seulement avant l' annonce par Adolf Hitler de la nouvelle armée de l'air allemandeet une semaine avant l'annonce que l'Allemagne augmentait son armée à 36 divisions. Le 26 avril 1936, les résultats des élections législatives font apparaître 5,5 millions de voix pour les partis du Front populaire contre 4,5 millions pour la droite avec un taux de participation de 84 %. Le 3 mai, Pétain est interviewé dans Le Journal où il lance une attaque contre le pacte franco-soviétique, contre le communisme en général (la France a le plus grand parti communiste d' Europe occidentale) et contre ceux qui accordent une responsabilité intellectuelle aux communistes. Il disait que la France avait perdu foi en son destin. [36] Pétain était maintenant dans sa 80e année.

Certains se disputent [ qui ? ] que Pétain, en tant que plus haut soldat de France après la mort de Foch, devrait porter une part de responsabilité dans le mauvais état de préparation de l'armement français avant la Seconde Guerre mondiale. Mais Pétain n'était que l'un des nombreux hommes militaires et autres membres d'un très grand comité responsable de la défense nationale, et les gouvernements de l'entre-deux-guerres réduisaient fréquemment les budgets militaires. De plus, avec les restrictions imposées à l'Allemagne par le traité de Versailles, il ne semblait pas urgent d'engager de vastes dépenses jusqu'à l'avènement d'Hitler. On fait valoir [ qui ? ]que si Pétain soutenait l'utilisation massive des chars, il les considérait principalement comme un soutien d'infanterie, conduisant à la fragmentation de la force de chars française en de nombreux types de valeur inégale répartis entre la cavalerie mécanisée (comme le SOMUA S35 ) et le soutien d'infanterie (principalement le Chars Renault R35 et Char B1 bis ). Les fusils d'infanterie et les mitrailleuses modernes n'ont pas été fabriqués, à la seule exception d'un fusil-mitrailleur léger, le Mle 1924 . La mitrailleuse lourde française était encore le Hotchkiss M1914, une arme performante mais résolument obsolète par rapport aux nouvelles armes automatiques de l'infanterie allemande. Un fusil d'infanterie moderne a été adopté en 1936 mais très peu de ces fusils MAS-36 avaient été distribués aux troupes en 1940. Un fusil semi-automatique français bien testé, le MAS 1938-39, était prêt à être adopté mais il n'a jamais atteint la production scène jusqu'après la Seconde Guerre mondiale sous le nom de MAS 49. Quant à l'artillerie française elle n'avait, au fond, pas été modernisée depuis 1918. Le résultat de toutes ces défaillances est que l'armée française a dû faire face à l'ennemi envahisseur en 1940, avec l'armement daté de 1918. Pétain avait été fait, brièvement, ministre de guerre en 1934. Pourtant, sa courte période de responsabilité totale n'a pas pu annuler 15 années d'inactivité et de compressions constantes. Le ministère de la Guerre était paralysé entre les guerres et s'est avéré inégal face aux tâches qui lui étaient confiées. L'aviation française est entrée en guerre en 1939 sans même le prototype d'un bombardier capable d'atteindre Berlin et d'en revenir. Les efforts industriels français dans les avions de chasse ont été dispersés entre plusieurs firmes ( Dewoitine , Morane-Saulnier et Marcel Bloch), chacun avec ses propres modèles. Sur le front naval, la France avait volontairement négligé la construction de porte-avions modernes et s'était plutôt concentrée sur quatre nouveaux cuirassés conventionnels, un peu comme la marine allemande.

Bataille de France

Retour au gouvernement

Pétain en mai 1940

En mars 1939, Pétain est nommé ambassadeur de France auprès du gouvernement nationaliste nouvellement reconnu d'Espagne. Pétain avait enseigné le dictateur espagnol Francisco Franco « il y a de nombreuses années à l'école de guerre de France » et avait été envoyé en Espagne « dans l'espoir qu'il éloignerait son ancien élève de l'influence italienne et allemande ». [37] Lorsque la Seconde Guerre mondiale a commencé en septembre, Daladier a offert à Pétain un poste dans son gouvernement, que Pétain a refusé. Cependant, après l'invasion de la France par l'Allemagne , Pétain rejoint le nouveau gouvernement de Paul Reynaud le 18 mai 1940 en tant que vice-premier ministre. Reynaud espérait que le héros de Verdun pourrait insuffler un nouvel esprit de résistance et de patriotisme dans l'armée française. [34]Franco aurait déconseillé à Pétain de quitter son poste diplomatique à Madrid, pour retourner dans une France en train de s'effondrer comme un "sacrifice". [38]

Le 26 mai, les lignes alliées avaient été brisées et les forces britanniques avaient commencé à évacuer à Dunkerque . Le commandant en chef français Maxime Weygand a exprimé sa fureur contre les retraites britanniques et la promesse non tenue des avions de chasse britanniques. Lui et Pétain considéraient la situation militaire comme désespérée. Le colonel de Villelume déclara ensuite devant une commission d'enquête parlementaire en 1951 que Reynaud, en tant que premier ministre de la France, avait dit à Pétain ce jour-là qu'ils devaient demander un armistice. [39] Weygand se dit favorable au sauvetage de l'armée française et qu'il « souhaite éviter les troubles intérieurs et surtout l'anarchie ». L'homme de Churchill à Paris, Edward Spears, a exhorté les Français à ne pas signer d'armistice, affirmant que si les ports français étaient occupés par l'Allemagne, la Grande-Bretagne devrait les bombarder. Spears a rapporté que Pétain n'a pas répondu immédiatement mais s'est tenu là « parfaitement droit, sans aucun signe de panique ou d'émotion. Il n'a pas dissimulé le fait qu'il considérait la situation catastrophique. la torsion mentale des mains et l'hystérie naissante perceptible chez les autres." Pétain remarqua plus tard à Reynaud cette déclaration : « votre allié nous menace désormais ». [ citation nécessaire ]

Le 5 juin, suite à la chute de Dunkerque, un remaniement ministériel a lieu. Reynaud fit entrer dans son cabinet de guerre en tant que sous-secrétaire à la Guerre le nouveau général de brigade de Gaulle , nouvellement promu , dont la 4e division blindée avait lancé l'une des rares contre-attaques françaises le mois précédent. Pétain est mécontent de la nomination de de Gaulle. [40]Le 8 juin, Paris est menacé et le gouvernement se prépare à partir, bien que Pétain s'y oppose. Lors d'une réunion du cabinet ce jour-là, Reynaud a fait valoir qu'avant de demander un armistice, la France devrait obtenir la permission de la Grande-Bretagne d'être relevée de son accord de mars 1940 de ne pas signer un cessez-le-feu séparé. Pétain répond que « les intérêts de la France passent avant ceux de la Grande-Bretagne. La Grande-Bretagne nous a mis dans cette position, essayons maintenant d'en sortir ». [ citation nécessaire ] .

Chute de la France

Le 10 juin, le gouvernement quitte Paris pour Tours. Weygand, le commandant en chef, a maintenant déclaré que « les combats étaient devenus inutiles ». Lui, Baudouin et plusieurs membres du gouvernement étaient déjà sur un armistice. Le 11 juin, Churchill s'envole pour le château du Muguet, à Briare , près d' Orléans , où il avance d'abord son idée d'une redoute bretonne , à laquelle Weygand répond qu'il ne s'agit que d'un « fantasme ». [41] Churchill a alors dit que les Français devraient considérer la « guerre de guérilla ». Pétain répondit alors que cela signifierait la destruction du pays. Churchill a alors dit que les Français devraient défendre Paris et a rappelé à Pétain comment il était venu au secours des Britanniques avec quarante divisions en mars 1918, et répétant les paroles de Clemenceau

"Je combattrai devant Paris, à Paris, et derrière Paris".

A cela, rapporta Churchill par la suite, Pétain répondit calmement et avec dignité qu'il disposait à cette époque d'une réserve stratégique de soixante divisions ; maintenant, il n'y en avait pas, et les Britanniques devaient fournir des divisions pour aider la France. Faire de Paris une ruine n'affecterait pas l'événement final. Lors de la conférence, Pétain rencontre de Gaulle pour la première fois depuis deux ans. Pétain a noté sa récente promotion au grade de général, ajoutant qu'il ne l'a pas félicité, car les rangs n'étaient d'aucune utilité dans la défaite. Lorsque de Gaulle protesta que Pétain lui-même avait été promu général de brigade et commandant de division à la bataille de la Marne en 1914, il répondit qu'il n'y avait « aucune comparaison » avec la situation actuelle. De Gaulle concéda plus tard que Pétain avait raison sur ce point au moins. [42]

Le 12 juin, après une deuxième session de la conférence, le cabinet se réunit et Weygand demande à nouveau l'armistice. Il a évoqué le danger de désordre militaire et civil et la possibilité d'un soulèvement communiste à Paris. Pétain et le ministre de l'Information Prouvost ont exhorté le cabinet à entendre Weygand car « il était le seul à vraiment savoir ce qui se passait ».

Churchill revint en France le 13 pour une autre conférence à Tours. Paul Baudouin a rencontré son avion et lui a immédiatement parlé du désespoir d'une nouvelle résistance française. Reynaud soumet alors les propositions d'armistice du cabinet à Churchill, qui répond que « quoi qu'il arrive, nous ne ferions aucun reproche à la France ». Lors du conseil des ministres de ce jour, Pétain a fortement soutenu la demande d'armistice de Weygand et a lu un projet de proposition au cabinet où il a parlé de

"la nécessité de rester en France, de préparer un renouveau national, et de partager les souffrances de notre peuple. Il est impossible pour le gouvernement d'abandonner le sol français sans émigrer, sans déserter. Le devoir du gouvernement est, quoi qu'il arrive, rester dans le pays, ou il ne pourrait plus être considéré comme le gouvernement ».

Plusieurs ministres étaient encore opposés à un armistice, et Weygand leur a aussitôt reproché d'avoir même quitté Paris. Comme Pétain, il a dit qu'il ne quitterait jamais la France. [43]

Le gouvernement s'installa à Bordeaux , où les gouvernements français avaient fui les invasions allemandes en 1870 et 1914, le 14 juin. Par coïncidence, le soir du 14 juin à Bordeaux, de Gaulle dînait dans le même restaurant que Pétain ; il est venu lui serrer la main en silence, et ils ne se sont plus jamais revus. [43]

Le Parlement, sénat et chambre, était également à Bordeaux et s'est plongé dans le débat sur l'armistice. Au cabinet du 15 juin, Reynaud insiste pour que la France suive l'exemple hollandais, que l'armée dépose les armes pour que le combat se poursuive de l'étranger. Pétain était sympathique. [44] Pétain est envoyé parler à Weygand (qui l'attend dehors, n'étant pas membre du cabinet) pendant une quinzaine de minutes. [45] Weygand l'a persuadé que la suggestion de Reynaud serait une reddition honteuse. Chautemps a alors avancé une proposition de "fudge", une enquête sur les termes. [44] Le Cabinet a voté 13-6 pour la proposition Chautemps. Amiral Darlan, qui s'était opposé à un armistice jusqu'au 15 juin, est désormais devenu un acteur clé, acceptant à condition que la flotte française ne soit pas détenue par les Allemands. [45]

Pétain remplace Reynaud

Le dimanche 16 juin, la réponse du président Roosevelt aux demandes d'assistance du président Lebrun n'était accompagnée que de vagues promesses et déclarait qu'il était impossible pour le président de faire quoi que ce soit sans l'approbation du Congrès. Pétain tira alors de sa poche une lettre de démission, acte qui devait faire tomber le gouvernement (il avait persuadé Weygand de venir à Bordeaux en lui disant que le 16 juin serait le jour décisif). Lebrun le persuada de rester jusqu'à ce que la réponse de Churchill soit reçue. Après le déjeuner, le télégramme de Churchill est arrivé acceptant un armistice à condition que la flotte française soit déplacée vers les ports britanniques, une suggestion qui n'était pas acceptable pour Darlan, qui a fait valoir que c'était scandaleux et laisserait la France sans défense. [44]

Cet après-midi-là, le gouvernement britannique a offert la nationalité commune aux Français et aux Britanniques dans une Union franco-britannique . Reynaud et cinq ministres ont jugé ces propositions acceptables. Les autres ne l'ont pas fait, considérant l'offre comme insultante et comme un moyen de rendre la France soumise à la Grande-Bretagne, comme une sorte de Dominion supplémentaire. Contrairement aux souvenirs ultérieurs du président Albert Lebrun , aucun vote formel ne semble avoir eu lieu au Conseil des ministres le 16 juin. [46] L'issue de la réunion est incertaine. [44] Dix ministres voulaient se battre et sept étaient favorables à un armistice (mais il s'agissait des deux vice-premiers ministres Pétain et Camille Chautemps, et ce point de vue a également été favorisé par le commandant en chef général Weygand). Huit étaient d'abord indécis mais ont basculé vers un armistice. [46]

Lebrun accepta à contrecœur la démission de Reynaud en tant que Premier ministre le 17 juin, Reynaud recommandant au président de nommer le maréchal Pétain à sa place, ce qu'il fit ce jour-là, alors que le gouvernement était à Bordeaux . Pétain disposait déjà d'une équipe ministérielle : Pierre Laval pour les Affaires étrangères (cette nomination fut brièvement opposée par Weygand), Weygand comme ministre de la Défense, Darlan comme ministre de la Marine et Bouthillier pour les Finances. [47]

Chef de l'Etat français

Signature de l'armistice

Pétain rencontrant Hitler à Montoire le 24 octobre 1940 ; Joachim von Ribbentrop à droite, l'interprète d'Hitler, Paul Schmidt , au centre.
L'emblème personnel de Philippe Pétain était une francisca stylisée , qui figurait sur un ordre de mérite et était utilisé comme emblème informel de Vichy France. [48]
Etalon personnel de Philippe Pétain, comprenant le bâton et les sept étoiles de Maréchal de France

Un nouveau cabinet avec Pétain à la tête du gouvernement est formé, avec Henry du Moulin de Labarthète comme secrétaire de cabinet . [49] Le 15 juin 1940 à minuit, Baudouin demande à l'ambassadeur d'Espagne de soumettre à l'Allemagne une demande de cessation immédiate des hostilités et à l'Allemagne de faire connaître ses termes de paix. A 00h30, Pétain fait sa première émission au peuple français.

« L'enthousiasme du pays pour le Maréchal était immense. Il était accueilli par des gens aussi divers que Claudel , Gide , Mauriac , et aussi par la grande masse des Français ignorants qui voyaient en lui leur sauveur. [50] Le général de Gaulle, qui ne faisait plus partie du Cabinet, était arrivé à Londres le 17 et avait lancé un appel à la résistance à partir de là , le 18, sans aucune autorité légale de son gouvernement, un appel qui fut entendu par relativement peu de personnes. .

Le Cabinet et le Parlement se disputaient encore entre eux sur la question de savoir s'il fallait ou non se retirer en Afrique du Nord. Le 18 juin, Édouard Herriot (qui sera plus tard témoin à charge au procès de Pétain) et Jeanneney, les présidents des deux chambres du Parlement, ainsi que Lebrun ont déclaré vouloir s'y rendre. Pétain a dit qu'il ne partait pas. Le 20, une délégation des deux chambres se rend à Pétain pour protester contre le projet de départ du président Lebrun. Le lendemain, ils se rendirent à Lebrun lui-même. En l'occurrence, seuls 26 députés et 1 sénateur se sont dirigés vers l'Afrique, parmi lesquels ceux d'origine juive, Georges Mandel , Pierre Mendès France , et l'ancien ministre de l'Éducation du Front populaire, Jean Zay . [51]Pétain retransmettra aux Français ce jour-là.

Le 22 juin, la France a signé un armistice à Compiègne avec l'Allemagne qui a donné à l'Allemagne le contrôle du nord et de l'ouest du pays, y compris Paris et toute la côte atlantique, mais a laissé le reste, environ les deux cinquièmes du territoire français d'avant-guerre, inoccupé. Paris reste la capitale de droit . Le 29 juin, le gouvernement français s'installe à Clermont-Ferrand où sont évoquées les premières discussions sur les changements constitutionnels, Pierre Laval ayant des entretiens personnels avec le président Lebrun, qui n'a, en fait, pas quitté la France. Le 1er juillet, le gouvernement, trouvant Clermont trop à l'étroit, s'installe à Vichy , sur proposition de Baudouin, les hôtels vides y étant plus adaptés aux ministères.

Changement constitutionnel

La Chambre des députés et le Sénat , réunis en « Congrès », ont tenu une réunion d'urgence le 10 juillet pour ratifier l'armistice. Parallèlement, les projets de propositions constitutionnelles ont été déposés. Les présidents des deux Chambres ont pris la parole et ont déclaré que la réforme constitutionnelle était nécessaire. Le Congrès a voté 569- 80 (et 18 abstentions) d'accorder au Cabinet le pouvoir d'élaborer une nouvelle constitution, efficace « vote de la Troisième République sur l' existence ». [52]Presque tous les historiens français, ainsi que tous les gouvernements français d'après-guerre, considèrent ce vote comme illégal ; non seulement plusieurs députés et sénateurs n'étaient pas présents, mais la constitution stipulait explicitement que la forme républicaine de gouvernement ne pouvait pas être changée, même si l'on pouvait soutenir qu'une dictature républicaine était installée. Le lendemain, Pétain assuma formellement des pouvoirs quasi absolus en tant que « chef de l'État ». [note 2]

Pétain était réactionnaire de tempérament et d'éducation, et a rapidement commencé à blâmer la Troisième République et sa corruption endémique pour la défaite française. Son régime a rapidement pris des caractéristiques clairement autoritaires – et dans certains cas, fascistes. La devise républicaine de « Liberté, égalité, fraternité » (« Liberté, égalité, fraternité ») a été remplacée par « Travail, famille, patrie » (« Travail, famille, patrie »). [55] Il a promulgué de nouveaux actes constitutionnels qui ont aboli la présidence, ajourné indéfiniment le Parlement et lui ont également donné les pleins pouvoirs pour nommer et licencier les ministres et les membres de la fonction publique, adopter des lois par le biais du Conseil des ministres.et désigner un successeur (il choisit Laval). Bien que Pétain ait déclaré publiquement qu'il n'avait aucun désir de devenir « un César » [56] en janvier 1941, Pétain détenait pratiquement tout le pouvoir gouvernemental en France ; presque tous les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires étaient soit de jure, soit de facto entre ses mains. L'un de ses conseillers a déclaré qu'il avait plus de pouvoir que n'importe quel dirigeant français depuis Louis XIV . [34] Les factions conservatrices fascistes et révolutionnaires au sein du nouveau gouvernement ont profité de l'occasion pour lancer un programme ambitieux connu sous le nom de « Révolution nationale», qui rejetait une grande partie des traditions laïques et libérales de l'ancienne IIIe République au profit d'une société autoritaire, paternaliste, catholique. mouvement conservateur, mais par ailleurs participé à la transformation de la société française de « République » à « Etat ». Il a ajouté que la nouvelle France serait « une hiérarchie sociale ... en rejetant l'idée fausse de l'égalité naturelle des hommes. » [57 ]

Le nouveau gouvernement a immédiatement utilisé ses nouveaux pouvoirs pour ordonner des mesures sévères, notamment le limogeage de fonctionnaires républicains, l'installation de juridictions d'exception, la proclamation de lois antisémites , et l'emprisonnement d'opposants et de réfugiés étrangers. La censure a été imposée, et la liberté d'expression et de pensée a été effectivement abolie avec le rétablissement du crime de « crime d'opinion ».

Le régime organisa une « Légion française des combattants », qui comprenait des « Amis de la Légion » et des « Cadets de la Légion », des groupes de ceux qui n'avaient jamais combattu mais étaient politiquement attachés au nouveau régime. Pétain s'est fait le champion d'une France rurale et catholique qui méprisait l'internationalisme. En tant que commandant militaire à la retraite, il dirigeait le pays sur des bases militaires.

Collaboration de l'État avec l'Allemagne

En quelques mois, Pétain signe des ordonnances antisémites dont la loi sur le statut des Juifs interdisant aux Juifs d'exercer de nombreuses professions, et autorisant la détention de Juifs étrangers . Le gouvernement Pétain était néanmoins internationalement reconnu, notamment par les États-Unis, au moins jusqu'à l' occupation allemande du reste de la France . Ni Pétain ni ses adjoints successifs, Laval, Pierre-Étienne Flandin ou l'amiral François Darlan , n'ont opposé de résistance significative aux demandes des Allemands d'aider indirectement les puissances de l' Axe . Cependant, quand Hitler rencontra Pétain à Montoireen octobre 1940, pour discuter du rôle du gouvernement français dans le nouvel ordre européen, le maréchal « écouta Hitler en silence. Pas une seule fois il ne prononça un mot de sympathie pour l'Allemagne ». Pourtant, la poignée de main qu'il a offerte à Hitler a provoqué beaucoup de tollé à Londres et a probablement influencé la décision de la Grande-Bretagne de prêter le soutien naval de la France libre à leurs opérations au Gabon . [58] De plus, la France est même restée formellement en guerre avec l'Allemagne, bien qu'opposée aux Français libres . Suite aux attaques britanniques de juillet et septembre 1940 ( Mers el Kébir , Dakar), le gouvernement français est devenu de plus en plus craintif des Britanniques et a pris l'initiative de collaborer avec les occupants. Pétain accepte la création par le gouvernement d'une milice armée collaborationniste (la Milice ) sous le commandement de Joseph Darnand , qui, avec les forces allemandes, mène une campagne de répression contre la résistance française (" Maquis ").

Pétain et sa dernière rencontre avec l'ambassadeur américain sortant William D. Leahy , 1942

Pétain a admis Darnand dans son gouvernement en tant que Secrétaire d'État au Maintien de l'Ordre . En août 1944, Pétain tente de prendre ses distances avec les crimes des milices en écrivant à Darnand une lettre de réprimande pour les « excès » de l'organisation. Ce dernier a écrit une réponse sarcastique, disant à Pétain qu'il aurait dû "y penser avant".

Le gouvernement de Pétain a acquiescé aux demandes des forces de l' Axe pour de grandes quantités de produits manufacturés et de denrées alimentaires, et a également ordonné aux troupes françaises dans l'empire colonial français (à Dakar, en Syrie, à Madagascar, à Oran et au Maroc) de défendre le territoire français souverain contre tout agresseur, allié ou autre. .

Les motivations de Pétain font l'objet de nombreuses conjectures. Winston Churchill avait parlé à Reynaud lors de la chute imminente de la France, en disant de Pétain, "... il avait toujours été un défaitiste, même dans la dernière guerre [la Première Guerre mondiale]." [59]

Le 11 novembre 1942, les forces allemandes envahissent la zone non occupée du sud de la France en réponse aux débarquements de l' opération Torch des Alliés en Afrique du Nord et à l'accord de l' amiral François Darlan pour soutenir les Alliés. Bien que le gouvernement français subsistât nominalement, l'administration civile de presque toute la France étant sous lui, Pétain ne devint rien de plus qu'une figure de proue , car les Allemands avaient nié la prétention d'un gouvernement « indépendant » à Vichy. Pétain est cependant resté populaire et s'est engagé dans une série de visites à travers la France jusqu'en 1944, lorsqu'il est arrivé à Paris le 28 avril dans ce que les actualités de la propagande nazie ont décrit comme un moment « historique » pour la ville. Des foules immenses l'acclamaient devant l' Hôtel de Villeet dans les rues. [60]

Exil à Sigmaringen

Le 17 août 1944, les Allemands, en la personne de Cecil von Renthe-Fink , « délégué diplomatique spécial du Führer auprès du chef de l'État français », demandent à Pétain de se laisser transférer en zone nord. [61] Pétain refuse et demande une formulation écrite de cette demande. [61] Renthe-Fink renouvela sa demande deux fois le 18, puis revint le 19, à 11h30 , accompagné du général von Neubroon, qui lui dit qu'il avait « des ordres formels de Berlin ». [61] Le texte écrit est soumis à Pétain : « Le gouvernement du Reich ordonne le transfert du chef de l'État, même contre son gré ». [61]Devant le refus persistant du Maréchal, les Allemands menacent de faire venir la Wehrmacht pour bombarder Vichy. [61] Après avoir demandé à l'ambassadeur suisse Walter Stucki  [ fr ] de témoigner du chantage des Allemands, Pétain se soumet. Lorsque Renthe-Fink entra dans le bureau du Maréchal de l' Hôtel du Parc avec le général Neubronn "à 19h30", le chef de l'Etat surveillait l'emballage de ses valises et de ses papiers. [61] Le lendemain, 20 août 1944, Pétain est emmené contre son gré par l'armée allemande à Belfort puis, le 8 septembre, à Sigmaringen dans le sud-ouest de l'Allemagne, [62] où s'étaient réfugiés des dignitaires de son régime.

Après la libération de la France , le 7 septembre 1944, Pétain et d'autres membres du cabinet français de Vichy sont transférés par les Allemands dans l' enclave de Sigmaringen en Allemagne, où ils deviennent un gouvernement en exil jusqu'en avril 1945. Pétain, cependant, ayant été contraint de quitter la France, refusa de participer à ce gouvernement et Fernand de Brinon dirigea désormais la « commission gouvernementale ». [63]Dans une note du 29 octobre 1944, Pétain interdit à Brinon d'utiliser le nom du Maréchal en relation avec ce nouveau gouvernement, et le 5 avril 1945, Pétain écrit une note à Hitler exprimant son souhait de rentrer en France. Aucune réponse n'est jamais venue. Cependant, le jour de son anniversaire près de trois semaines plus tard, il a été emmené à la frontière suisse. Deux jours plus tard, il franchissait la frontière française. [64]

La vie d'après-guerre

Procès devant la Haute Cour

Pétain pendant le procès

Le gouvernement provisoire, dirigé par de Gaulle, a placé Pétain en procès pour trahison , qui a eu lieu du 23 juillet au 15 août 1945. Vêtu de l'uniforme de maréchal de France , Pétain est resté silencieux pendant la majeure partie de la procédure après une première déclaration selon laquelle nié le droit de la Haute Cour, telle qu'elle est constituée, de le juger. De Gaulle lui-même a ensuite critiqué le procès, déclarant :

Trop souvent, les discussions ont pris des allures de procès partisan, parfois même de règlement de comptes, alors que toute l'affaire n'aurait dû être traitée que sous l'angle de la défense nationale et de l'indépendance. [65]

Le Fort du Portalet dans les Pyrénées

À la fin du procès de Pétain, il a été reconnu coupable de tous les chefs d'accusation. Le jury l'a condamné à mort à la majorité d'une voix. En raison de son âge avancé, le tribunal a demandé que la peine ne soit pas exécutée. De Gaulle, qui était président du gouvernement provisoire de la République française à la fin de la guerre, a commué la peine en réclusion à perpétuité en raison de l'âge de Pétain et de ses contributions militaires à la Première Guerre mondiale. Après sa condamnation, le tribunal a privé Pétain de tout grades et honneurs militaires à l'exception de la distinction de maréchal de France.

Craignant des émeutes à l'annonce de la peine, de Gaulle a ordonné que pétainiste immédiatement transporté sur l'ancien avion privé au Fort du Portalet dans les Pyrénées , [66] où il est resté du 15 Août au 16 Novembre 1945. Le gouvernement l' a transféré plus tard la citadelle du Fort de Pierre-Levée sur l' île d'Yeu , une petite île au large de la côte atlantique française. [67]

Emprisonnement

Au cours des années suivantes, les avocats de Pétain et de nombreux gouvernements et dignitaires étrangers, dont la reine Marie et le duc de Windsor , ont fait appel aux gouvernements français successifs pour la libération de Pétain, mais étant donné l'état instable de la politique de la Quatrième République , aucun gouvernement n'était prêt à risquer l'impopularité en libérant lui. Dès juin 1946, le président américain Harry Truman intercéda en vain pour sa libération, offrant même l'asile politique aux États-Unis [68] Une offre similaire fut faite plus tard par le dictateur espagnol le général Franco . [68]

Bien que Pétain soit encore en bonne santé pour son âge au moment de son emprisonnement, à la fin de 1947, il souffre de trous de mémoire. [5] En janvier 1949, ses intervalles lucides devenaient de moins en moins nombreux. Le 3 mars 1949, une réunion du Conseil des ministres (dont nombre d'entre eux « autoproclamés héros de la Résistance » selon les mots du biographe Charles Williams ) a eu une âpre dispute au sujet d'un rapport médical recommandant son transfert à Val-de -Grâce (un hôpital militaire à Paris), une mesure à laquelle le Premier ministre Henri Queuilleavait auparavant été sympathique. En mai, Pétain avait besoin de soins infirmiers constants et il souffrait souvent d'hallucinations, par exemple qu'il commandait des armées au combat, ou que des femmes nues dansaient autour de sa chambre. [69] À la fin de 1949, Pétain était presque complètement sénile , avec seulement des moments occasionnels de lucidité. Il commençait également à souffrir de problèmes cardiaques et ne pouvait plus marcher sans aide. Des plans ont été faits pour sa mort et ses funérailles. [70]

Le 8 juin 1951, le président Auriol , informé que Pétain n'avait plus qu'à vivre, commua sa peine en hospitalisation ; la nouvelle fut gardée secrète jusqu'après les élections du 17 juin , mais à ce moment-là, Pétain était trop malade pour être transféré à Paris. [71]

Mort

Pétain décède dans une résidence privée de Port-Joinville sur l'île d'Yeu le 23 juillet 1951, à l'âge de 95 ans. [67] Son corps est inhumé dans un cimetière local ( Cimetière communal de Port-Joinville ). [32] Des appels ont été faits pour déplacer ses restes dans la tombe préparée pour lui à Verdun . [72]

Son ancien protégé Charles de Gaulle écrira plus tard que la vie de Pétain fut « successivement banale, puis glorieuse, puis déplorable, mais jamais médiocre ». [73]

Héritage

le cercueil de Pétain

En février 1973, le cercueil de Pétain abritant sa dépouille est volé au cimetière de l' île d'Yeu par des extrémistes, qui exigent que le président Georges Pompidou consente à sa réinhumation au cimetière de Douaumont parmi les morts de la bataille de Verdun. La police a récupéré le cercueil quelques jours plus tard, et il a été cérémonieusement inhumé avec une couronne présidentielle à l'île d'Yeu comme auparavant. [74]

Éponymie

Le mont Pétain , à proximité du ruisseau Pétain, et les chutes Pétain, formant le bassin Pétain sur la ligne de partage des eaux des Rocheuses canadiennes , portent son nom en 1919 ; [75] des sommets aux noms d'autres généraux français se trouvent à proximité : Foch , Cordonnier , Mangin , Castelnau et Joffre . Hengshan Road , à Shanghai , était "Avenue Pétain" entre 1922 et 1943. Il y a une Petain Road à Singapour dans le quartier de Little India. Pinardville , un quartier traditionnellement canadien-français de Goffstown, New Hampshire, a une rue Pétain datant des années 1920, aux côtés de rues parallèles portant le nom d'autres généraux de la Première Guerre mondiale, John Pershing , Douglas Haig , Ferdinand Foch et Joseph Joffre .

Pinardville, New Hampshire, novembre 2019.

New York Canyon des Héros

Le 26 octobre 1931, Pétain est honoré d'un défilé de ticker-tape dans le Canyon of Heroes de Manhattan . Il a été envisagé de retirer le ruban du trottoir dénotant le défilé de Pétain, compte tenu de son rôle auprès des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. [76]

Grades militaires

Cadet Sous-lieutenant Lieutenant Capitaine Chef de bataillon
Armée française (manches) OR-1.svg Armée française (manches) OF-1a.svg Armée française (manches) OF-1b.svg Armée Française (manches) OF-2.svg Armée Française (manches) OF-3.svg
1876 1878 12 décembre 1883 [77] 1889 (brevet) [78]
12 juillet 1890 (substantif) [79]
12 juillet 1900 [80]
Lieutenant colonel Colonel Brigadier général Général de division Maréchal de France
Armée Française (manches) OF-4.svg Armée française (manches) OF-5.svg Armée française (manches) OF-6.svg Armée Française (manches) OF-7.svg Armée Française (manches) OF-10.svg
23 mars 1907 [81] 1er janvier 1910 (brevet) [8] 30 août 1914 [11] 20 avril 1915 [82] 21 novembre 1918 [83]

Honneurs et récompenses

Français

retiré à la suite d'une condamnation pour haute trahison en 1945

Voir aussi

Notes explicatives

  1. ^ Bien qu'occupant ce poste jusqu'au 17 avril 1942, le pouvoir exécutif est exercé par les vice-premiers ministres à partir du 11 juillet 1940.
  2. ^ Étant donné les pleins pouvoirs constituants dans la loi du 10 juillet 1940 , Pétain ne promulgua jamais de nouvelle constitution. Un projet fut rédigé en 1941 et signé par Pétain en 1944, mais jamais soumis ni ratifié. [53] [54]

Références

Citations

  1. ^ Gouvernement de l'empire français. "Acte de naissance de Pétain, Henri Philippe Benoni Omer" . culture.gouv.fr (en français) . Récupéré le 13 avril 2020 .
  2. ^ Werth, Alexandre, France 1940-1955 , Londres, 1957, p.30.
  3. ^ Williams, Charles, Pétain , Londres, 2005, p. 206, ISBN 978-0-316-86127-4 . 
  4. ^ Verdun 1916, par Malcolm Brown, Tempus Publishing Ltd., Stroud, Royaume-Uni, p. 86.
  5. ^ un b Williams, 2005, p. 523.
  6. ^ Gouvernement de la République française (1er avril 1904). "Ecoles militaires" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  7. ^ Gouvernement de la République française (5 avril 1908). "Service des ecoles militaires" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  8. ^ a b Gouvernement de la République française (30 décembre 1909). "Tableau d'avancement" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  9. ^ Gouvernement de la République française (28 juin 1911). "Ministère de la guerre" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 25 septembre 2021 .
  10. ^ Anne Cipriano Venzon, Paul L. Miles (1999), "Pétain, Henri-Philippe" , Les États-Unis dans la Première Guerre mondiale : une encyclopédie , ISBN 9780815333531.
  11. ^ a b Gouvernement de la République française (18 décembre 1914). "Armée active : nomination" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  12. ^ Nicola Barber (2003). Première Guerre mondiale : le front occidental . Livres de lapin noir. p. 53. ISBN 9781583402689.
  13. ^ Bentley B. Gilbert et Paul P. Bernard, "Les mutineries de l'armée française de 1917", Historien (1959) 22#1, pp. 24-41.
  14. ^ Farrar-Hockley 1975, p. 301-2.
  15. ^ Tucker, SC (2009) Une chronologie globale des conflits : Du monde antique au Moyen-Orient moderne : Du monde antique au Moyen-Orient moderne , ABC-CLIO, Californie, p. 1738.
  16. ^ Williams, 2005, p. 204.
  17. ^ Williams, 2005, p. 212.
  18. ^ Atkin, 1997, p. 41.
  19. ^ Williams, 2005, p. 217.
  20. ^ Williams, 2005, p. 217-9.
  21. ^ Williams, 2005, p. 219.
  22. ^ Williams, 2005. p. 232.
  23. ^ Williams, 2005, p. 233-5.
  24. ^ Williams, 2005, p. 244.
  25. ^ Williams, 2005, p. 247.
  26. ^ Une certaine idée de la France La vie de Charles de Gaulle, Julian Jackson, p. 58.
  27. ^ Williams, 2005, p. 250-2.
  28. ^ Williams, 2005, p. 253–4.
  29. ^ Williams, 2005, p. 257.
  30. ^ Williams, 2005, p. 260-1, 265.
  31. ^ Williams, 2005, p. 266.
  32. ^ un b Paxton, Robert O. (1982). Vichy France : Vieille garde et nouvel ordre, 1940-1944 , pp. 36-37. Columbia University Press. ISBN 0-231-12469-4 . 
  33. ^ Williams, 2005, p. 268-9.
  34. ^ A b c Jackson, Julian (2001). France : Les années noires, 1940-1944 . Presses de l'Université d'Oxford. p.  124-125, 133 . ISBN 0-19-820706-9.
  35. ^ Philippe Pétain, « La sécurité de la France aux cours des années creuses », Revue des deux mondes , 26, 1935.
  36. ^ Anthony Adamthwaite, Grandeur et misère : la candidature de la France au pouvoir en Europe 1914-1940 (Londres : Arnold, 1995), p. 182.
  37. ^ "Pétain nommé envoyé à Burgos" . Le New York Times . 3 mars 1939 . Récupéré le 5 avril 2019 .
  38. ^ John D. Bergamini. Les Bourbons espagnols . ISBN 0-399-11365-7 . p. 378. 
  39. ^ Eleanor M. Gates. Fin de l'affaire : L'effondrement de l'Alliance anglo-française, 1939-40 . p. 145
  40. ^ Lacouture, 1991, p. 190.
  41. ^ Griffiths, Richard, Maréchal Pétain , Constable, Londres, 1970, p. 231, ISBN 0-09-455740-3 . 
  42. ^ Lacouture, 1991, p. 197.
  43. ^ un b Lacouture, 1991, p. 201.
  44. ^ A b c d Atkin, 1997, pp. 82-6.
  45. ^ un b Williams, 2005, pp. 325-7.
  46. ^ un b Lacouture, 1991, pp. 204-5.
  47. ^ Lacouture, 1991, p. 206-7.
  48. ^ « Cachet de la sous-préfecture de Dinan, 6 décembre 1943, État français (Régime de Vichy) » Archivé le 20 juillet 2011 à la Wayback Machine , Académie de Rennes.
  49. ^ Jérôme Cotillon, Un homme d'influence à Vichy : Henry du Moulin de Labarthète , Revue Historique , 2002, numéro 622, pp. 353-385.
  50. ^ Griffiths, 1970.
  51. ^ Webster, Paul, Le Crime de Pétain , Pan Macmillan, Londres, 1990, p. 40, ISBN 0-333-57301-3 . 
  52. ^ Griffiths, 1970, p. 248.
  53. ^ Jackson, Julian (15 octobre 2011). "7. La République et Vichy" . Dans Edward G. Berenson; Vincent Duclert ; Christophe Prochasson (dir.). La République française : histoire, valeurs, débats . Traduit par Arthur Goldhammer. Presse universitaire Cornell. p. 67. ISBN 978-0801-46064-7. OCLC  940719314 . Récupéré le 20 juillet 2020 .
  54. ^ Beigbeder, Yves (29 août 2006). Juger les crimes de guerre et la torture : la justice française et les tribunaux et commissions pénaux internationaux (1940-2005) . Leyde : Martinus Nijhoff/Brill. p. 140. ISBN 978-90-474-1070-6. OCLC  1058436580 . Récupéré le 20 juillet 2020 .
  55. ^ Boucliers, James (2007). L'extrême droite en France : de Pétain à Le Pen , pp. 15-17. Routledge. ISBN 0-415-09755-X . 
  56. ^ « Pas un César », affirme Pétain . Presse associée , 1945-06-16.
  57. ^ Mark Mazower: Continent sombre (p. 73), livres Penguin, ISBN 0-14-024159-0 . 
  58. ^ Jennings, Eric T. Français d'Afrique dans la Seconde Guerre mondiale p. 44.
  59. ^ Churchill, Winston S. La Seconde Guerre mondiale, Vol 2. , p. 159.
  60. ^ Vidéo sur YouTube
  61. ^ A b c d e f Aron 1962 , pp. 41-42.
  62. ^ Aron 1962 , p. 41-45.
  63. ^ Pétain et la fin de la collaboration : Sigmaringen, 1944-1945 , Henry Rousso, éditions Complexe, Paris, 1984.
  64. ^ Griffiths, 1970, p. 333-34.
  65. ^ Charles De Gaulle, Mémoires de guerre , vol. 2, p. 249–50.
  66. ^ Williams, 2005, p. 512-13.
  67. ^ a b Association Pour Défendre la Mémoire du Maréchal Pétain (ADMP) (2009). "Le plus vieux prisonnier du monde" . Maréchal-petain.com . Récupéré le 21 novembre 2011 .
  68. ^ un b Williams, 2005, p. 520.
  69. ^ Williams, 2005, p. 527-528.
  70. ^ Williams, 2005, p. 528-529.
  71. ^ Williams, 2005, p. 530.
  72. ^ Bon, Milton. Les Français contre les Français : collaboration et résistance , p. 361.
  73. ^ Fenby, 2010, p. 296.
  74. ^ Conan, Éric; Rousso, Henri (1998). Vichy : un passé omniprésent . Hanovre, NH : University Press of New England. p. 21. ISBN 9780874517958.
  75. ^ "Pétain, Mont" . Noms géographiques de la Colombie-Britannique .
  76. ^ Une bataille monumentale fait rage sur les monuments Archivé le 24 décembre 2018 à la Wayback Machine Accédé le 17 février 2018.
  77. ^ Gouvernement de la République française (13 décembre 1883). "Armée active : nominations et promotions" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  78. ^ Gouvernement de la République française (10 avril 1889). "Armée active : mutations" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  79. ^ Gouvernement de la République française (18 novembre 1890). "École Supérieure de Guerre" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  80. ^ Gouvernement de la République française (13 juillet 1900). "Armée active : promotions et nominations" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  81. ^ Gouvernement de la République française (25 mars 1907). "Armée active : nominations et promotions" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  82. ^ Gouvernement de la République française (22 avril 1915). "Armée active : nominations et promotions" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  83. ^ Gouvernement de la République française (22 novembre 1918). "Ministère de la guerre" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 25 septembre 2021 .
  84. ^ Gouvernement de la République française (25 août 1917). "Ministre de la guerre" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  85. ^ Gouvernement de la République française (29 avril 1916). "Ministre de la guerre" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  86. ^ Gouvernement de la République française (16 juin 1915). "Ministre de la guerre" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  87. ^ Gouvernement de la République française (16 juin 1915). "Tableaux de concours pour la Légion d'Honneur 1901" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  88. ^ Gouvernement de la République française (7 août 1918). "Ministre de la guerre" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 16 novembre 2020 .
  89. ^ Gouvernement de la République française (1er janvier 1910). "Ministère de l'instruction publique et des beaux-arts" . gallica.bnf.fr . Récupéré le 25 septembre 2021 .

uvres citées

  • Aron, Robert (1962). "Pétain : sa carriere, son procès" [Pétain : sa carrière, son procès]. Les grands dossiers de l'histoire contemporaine [ Les grands enjeux de l'histoire contemporaine ]. Paris : Librairie académique Perrin. OCLC  1356008 .
  • Farrar-Hockley, le général Sir Anthony (1975). Goughie . Londres : Grenade. ISBN 0246640596.
  • Fenby, Jonathan. Le général : Charles de Gaulle et la France qu'il a sauvée (2010) ISBN 978-1-847-39410-1 
  • Lacouture, Jean. De Gaulle : The Rebel 1890-1944 (1984 ; édition anglaise 1991), 640 p.

Lectures complémentaires

Parmi un grand nombre d'ouvrages et d'articles sur Pétain, les biographies les plus complètes et les plus documentées sont :

Réputation

Liens externes

Bureaux militaires
Précédé par
Commandant en chef de l'armée française
17 mai 1917 – janvier 1920
succédé par
Lui-même

comme vice-président du Conseil supérieur de la guerre
succédé par

comme chef d'état-major de l'armée
Précédé par
Lui-même

en tant que commandant en chef
Vice-président du Conseil supérieur de la guerre
Janvier 1920 – Février 1931
succédé par
Bureaux politiques
Précédé par
Premier ministre français
1940-1942
succédé par
Précédé par

comme président
Chef de l'État français
1940-1944
succédé par

en tant que président du gouvernement provisoire
Titres de renom
Précédé par
Co-Prince d'Andorre
1940-1944
avec Justí Guitart i Vilardebó (1940)
Ricard Fornesa (acteur) (1940-1943)
Ramon Iglesias i Navarri (1942-1944)
succédé par
Enregistrements
Précédé par
Le roi de Suède
Gustave V
Le plus ancien chef d'État actuel
11 juillet 1940 – 19 août 1944
succédé par
Le roi de Suède
Gustave V
Précédé par
Le plus ancien chef d'État vivant
25 juillet 1949 - 23 juillet 1951
succédé par