Persécution des homosexuels dans l'Allemagne nazie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Persécution des homosexuels dans l'Allemagne nazie
KZ Mauthausen Totgeschlagen.jpeg
Mémorial au camp de concentration de Mauthausen :
  • " Frappé mort
  • Étouffé
  • Les homosexuelles victimes du nazisme"
LieuAllemagne nazie
Date1933 à 1945
Type d'incidentEmprisonnement dans les camps de concentration nazis , castration forcée
Survivants50 000 à 100 000

Sous le règne de l'Allemagne nazie de 1933 à 1945, les homosexuels et (dans une moindre mesure) les lesbiennes ont été persécutés avec des milliers d'homosexuels emprisonnés dans les camps de concentration nazis .

À partir de 1933, les organisations homosexuelles ont été interdites, des livres savants sur l'homosexualité et la sexualité humaine en général (comme ceux de l' Institut für Sexualwissenschaft , dirigé par le militant juif des droits des homosexuels Magnus Hirschfeld ) ont été brûlés . La Gestapo a dressé des listes d'homosexuels et des clubs gays ont été fermés. Certains hommes gais ont émigré tandis que d'autres se sont retirés des pratiques homosexuelles ou se sont engagés dans des relations hétérosexuelles pour couvrir leur identité.

Entre 1933 et 1945, environ 100 000 hommes ont été arrêtés en tant qu'homosexuels, dont 50 000 ont été officiellement condamnés. La plupart de ces hommes ont purgé leur peine dans des prisons ordinaires, et environ 5 000 à 15 000 de ceux qui ont été condamnés ont été incarcérés dans des camps de concentration nazis . L'éminent spécialiste Rüdiger Lautmann soutient que le taux de mortalité des homosexuels dans les camps de concentration peut avoir atteint 60 %. Les homosexuels dans les camps ont subi un degré inhabituel de cruauté de la part de leurs ravisseurs.

En 2002, le gouvernement allemand a présenté ses excuses à la communauté gay pour la persécution des homosexuels par le gouvernement nazi. [1] En 2005, le Parlement européen a adopté une résolution sur l'Holocauste qui incluait la persécution des homosexuels . [2] Des mémoriaux aux victimes homosexuelles du nazisme ont été construits dans le monde entier. Plusieurs mouvements comme le projet Silence=death ont récupéré le symbole du triangle rose en faveur des droits des homosexuels, de la sensibilisation au sida et des problèmes connexes.

Définition de l'homosexualité

La première étape légale historiquement vers la persécution éventuelle des homosexuels sous le régime nazi en Allemagne était le paragraphe 175 du nouveau code pénal qui a été adopté après l'unification des États allemands dans l' Empire allemand en 1871. Le paragraphe 175 disait : « Un acte sexuel contre nature commis entre des personnes de sexe masculin ou par des humains avec des animaux est passible d'une peine d'emprisonnement ; la perte des droits civils peut également être prononcée. » La loi a été interprétée différemment à travers le pays jusqu'à la décision d'une affaire judiciaire le 23 avril 1880. Le Reichsgericht (Cour impériale de justice) a statué qu'un acte criminel homosexuel devait impliquer des relations sexuelles anales , orales ou intercrurales.entre deux hommes. Rien de moins que cela était considéré comme un jeu inoffensif. [3] Les forces de police allemandes (jusqu'en 1936, toute la police relevait de la responsabilité des gouvernements des Länder ) trouvaient cette nouvelle interprétation du paragraphe 175 extrêmement difficile à prouver devant les tribunaux car il était difficile de trouver des témoins de ces actes. L'application du paragraphe 175 a parfois varié, avec par exemple une répression majeure et sans précédent contre les homosexuels lancée après l'affaire Eulenburg-Harden de 1906-1909 qui a provoqué une panique morale homophobe en Allemagne. [4] L' application a également varié d'un pays à l'autre avec la Prusse sous la direction du social-démocrate Otto Braunrefusant d'appliquer le paragraphe 175 de 1918 à 1932. Comme les condamnations devaient souvent prouver une conduite homosexuelle survenue en privé, l'interprétation du paragraphe 175 n'a abouti qu'à environ 500 condamnations par an. Cependant, les homosexuels étaient souvent confrontés à d'autres formes de marginalisation de la part des chanteurs ou des maîtres-chanteurs, par le biais de poursuites informelles. [5]

Après la Nuit des longs couteaux , le ministre de la Justice du Reich Franz Gürtner(qui n'était pas nazi à l'époque) a modifié le paragraphe 175 en raison de ce que son gouvernement considérait comme des failles dans la loi. La version de 1935 du paragraphe 175 déclarait également que toute « expression » d'homosexualité était désormais un acte criminel. Le changement le plus important apporté à la loi a été le passage de « Un acte sexuel contre nature commis entre des personnes de sexe masculin » à « Un homme qui commet une infraction sexuelle avec un autre homme ». Cela a élargi la portée de la loi pour persécuter les hommes homosexuels. Les baisers, la masturbation mutuelle et les lettres d'amour entre hommes ont servi de motif légitime pour que la police procède à une arrestation. La loi n'indique jamais ce qu'est réellement une infraction sexuelle, la laissant ouverte à une interprétation subjective. Les hommes qui pratiquaient ce que l'on savait être un amusement inoffensif avec d'autres hommes étaient désormais passibles d'arrestation en vertu de la loi. [6]De plus, en 1935, le paragraphe 175 a été modifié avec le paragraphe 175a qui a élargi les infractions pénales relatives à l'homosexualité. Cette conduite homosexuelle élargie pour inclure l'indécence criminelle qui englobait toutes les actions qui allaient à l'encontre de la « moralité publique » ou « éveillaient des désirs sexuels en soi-même ou chez des étrangers ». [7] En conséquence, quelqu'un pourrait être poursuivi en vertu de 175a pour avoir regardé un homme d'une « manière séduisante ». [5]

En vertu du nouveau paragraphe 175 des nazis, 230 hommes ont été arrêtés à Luebeck en janvier 1937. [8] Le célèbre allemand Friedrich-Paul von Groszheim faisait partie des personnes arrêtées. Il a purgé dix mois de prison, puis a été de nouveau arrêté en 1938 et libéré à condition d'être castré. Au cours de son emprisonnement, von Groszheim, comme beaucoup d'autres homosexuels, a été torturé et maltraité car il a déclaré qu'il avait été "battu à mort" car son "dos entier (était) ensanglanté". Les prisonniers ont été « battus jusqu'à ce qu'ils [ils] donnent enfin des noms ». [9] L'insigne de Groszheim en prison était étiqueté avec la lettre A qui signifiait Arschficker (" enculé ").

La vie gay avant l'Holocauste en Allemagne

Le 10 mai 1933, les nazis à Berlin ont brûlé des œuvres d'auteurs juifs, la bibliothèque de l' Institut für Sexualwissenschaft et d'autres œuvres considérées comme « non allemandes ».

Avant-guerre

La Prusse , le plus grand et le plus peuplé des Länder , n'a pas appliqué le paragraphe 175 sous la direction du social-démocrate Otto Braun de 1918 à 1932, ce qui a eu pour effet de faire de la Prusse un refuge pour les homosexuels dans toute l'Allemagne. Dans les années 1920, la culture gay s'était épanouie en Prusse, en particulier à Berlin, connue comme la "capitale homosexuelle de l'Europe", et de nombreux homosexuels étaient sortis du placard. [10] L' Allemagne sous la République de Weimar était caractérisée par une sorte de guerre culturelle entre la culture traditionnelle et la culture d' avant-garde de Weimar, et la tolérance montrée aux homosexuels en Prusse a souvent été utilisée par les traditionalistes comme un exemple de la « dépravation » et de la nature « non allemande » de la culture de Weimar. [10] Malgré la marginalisation sociétale, une contre-culture homosexuelle animée en Allemagne s'est progressivement développée tout au long de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Rien qu'à Berlin, il y avait plus de quarante clubs et lieux de rencontre gay, tenus par des homosexuels, qui servaient de pubs populaires pour la communauté gay, y compris des endroits plus célèbres comme « Queer's Way » à Tiergarten . [11] Les bains privés et d'autres endroits ont été utilisés comme façades pour que les homosexuels se rassemblent et socialisent. Il y avait une scène sociale dynamique qui s'est développée avec la vie nocturne,y compris des développements comme la fondation de Der Eigene, le premier magazine gay au monde. [12]

Une couverture de 1924 de Der Eigene , un important magazine gay allemand qui a été le premier magazine gay au monde

Les histoires de Christopher Isherwood sur les spectacles de cabaret de la communauté gay ont finalement servi d'inspiration pour le film hollywoodien Cabaret de 1972 . [13] Certains de ces clubs étaient assez populaires, comme El Dorado, au point qu'ils étaient même fréquentés par des touristes. D'autres clubs s'adressaient à différentes classes au sein de la communauté gay. [13] Comme certains lieux s'adressaient aux couches supérieures de revenus des Allemands homosexuels, d'autres bars comme le Mother Cat (Zur Katzenmutter) accueillaient des soldats. [13] Alors que la majorité de la vie nocturne était réservée aux hommes gais et bisexuels, des clubs comme le Dorian Gray avaient aussi des nuits pour les lesbiennes. [13]

Eldorado, une discothèque gay bien connue en 1932 qui présentait des spectacles de cabaret

La tolérance envers les homosexuels en Prusse avait pris fin après que le chancelier Franz von Papen eut renversé Braun en 1932, et à partir de 1933, la culture gay en Allemagne « est devenue complètement clandestine ». [10] Le 30 janvier 1933, le président Paul von Hindenburg a nommé Adolf Hitler chancelier avec Papen comme commissaire du Reich de Prusse.

L'objectif du régime national-socialiste était la création de la Volksgemeinschaft idéalisée ("communauté populaire") qui unirait le peuple allemand en un seul, et qui exigeait le retrait de tous ceux qui ne rejoindraient pas la Volksgemeinschaft ou ceux qui étaient considérés comme racialement « inapte » à rejoindre la Volksgemeinschaft . L'historien allemand Detlev Peukert a écrit que la réflexion nazie sur la Volksgemeinschaftétait « Sa base était l'élimination raciale de tous les éléments qui s'écartaient de la norme : les jeunes réfractaires, les oisifs, les asociaux, les prostituées, les homosexuels, les personnes incompétentes ou en échec au travail, les handicapés. L'eugénisme national-socialiste... a posé des critères d'évaluation applicables à l'ensemble de la population". [14]

Répression contre les homosexuels

Fin février 1933, alors que l'influence modératrice d' Ernst Röhm , le plus important responsable nazi gay, s'affaiblissait, le parti nazi lançait sa purge des clubs homosexuels (gays, lesbiennes et bisexuels ; alors connus sous le nom d' homophiles ) à Berlin , les publications sexuelles interdites. , et interdit les groupes homosexuels organisés. En conséquence, beaucoup ont fui l'Allemagne (par exemple, Erika Mann , Richard Plant ). Röhm lui-même était gay, mais il souscrivait à une image ultra-macho « dure » et méprisait les homosexuels « doux ». Les partis opposés à Hitler ont même utilisé Röhm, qui était connu pour visiter de nombreux clubs et salons gays de Berlin et était membre de la Ligue des droits de l'homme., pour attaquer Hitler en discutant de "l'ami étrange d'Hitler Röhm". [15] Un climat de peur s'est installé dans la communauté homosexuelle, avec – par exemple – de nombreuses lesbiennes se mariant pour éviter d'être envoyées dans les camps de concentration apparus pour la première fois en mars 1933. Quelques semaines seulement après la nomination d'Hitler comme chancelier le 30 janvier, 1933, les raids et la répression qui ont suivi tout au long de l'année ont marqué un tournant dans la persécution nazie des homosexuels. En février, les troupes d'assaut nazies ont commencé à fermer les bars et à interdire la vente de publications à contenu sexuel. [16]En conséquence, la communauté gay s'est retirée des clubs et des groupes qui avaient dominé la communauté homosexuelle en Allemagne, mettant ainsi un terme rapide aux communautés gays dynamiques de l'époque. Le témoignage personnel d'un sujet anonyme a décrit le changement de climat politique comme un « coup de foudre », tandis que nombre de ses amis juifs et homosexuels ont commencé à disparaître car ils étaient vraisemblablement détenus. [17] La police prussienne a lancé une série de raids pour fermer les bars gais et le paragraphe 175 a été appliqué avec un nouveau degré de rigueur et de vigueur. [dix]Un homme homosexuel raconte avoir été régulièrement convoqué au bureau de la Gestapo pour un interrogatoire pendant plusieurs semaines après l'arrestation d'un ancien partenaire amoureux. Lui, comme beaucoup d'homosexuels à l'époque, a dû rompre toute relation avec tous ses amis de la communauté homosexuelle en déclarant que "nous vivions comme des animaux dans un parc à gibier sauvage... toujours en train de sentir les chasseurs". Les homosexuels arrêtés ont été utilisés pour générer des listes d'autres membres de la communauté gay, conduisant à une purge sociétale de la communauté homosexuelle. [11] Les hommes gais qui n'ont pas réussi à émigrer vers la sécurité ont tenté de dissimuler leur identité gaie, certains se livrant à des relations hétérosexuelles et à des mariages avec des femmes. [18]

En Mars 1933, Kurt Hiller , l'organisateur principal de Magnus Hirschfeld de l » Institut de recherche Sex , a été envoyé dans un camp de concentration . Le 6 mai 1933, la jeunesse nazie de la Deutsche Studentenschaft a lancé une attaque organisée contre l'Institut de recherche sur le sexe. Quelques jours plus tard, le 10 mai, la bibliothèque et les archives de l'Institut ont été publiquement transportées et incendiées dans les rues de l' Opernplatz . Environ 20 000 livres et revues et 5 000 images ont été détruits. Les nombreuses listes de noms et d'adresses d'homosexuels de l'Institut ont également été saisies. [19] Au milieu de l'incendie, Joseph Goebbels a prononcé un discours politique devant une foule d'environ 40 000 personnes.

Hitler a d'abord protégé Röhm des autres éléments du parti nazi qui considéraient son homosexualité comme une violation de la politique anti-gay du parti. Cependant, Hitler a changé de cap plus tard lorsqu'il a perçu Röhm comme une menace potentielle pour son pouvoir. Au cours de la Nuit des longs couteaux en 1934, une purge de ceux que Hitler considérait comme des menaces pour son pouvoir, il fit assassiner Röhm et utilisa l'homosexualité de Röhm comme justification pour réprimer l'indignation dans les rangs des SA. Après avoir solidifié son pouvoir, Hitler inclura les homosexuels parmi ceux envoyés dans les camps de concentration pendant l'Holocauste.

Heinrich Himmler avait initialement été un partisan de Röhm, arguant que les accusations d'homosexualité portées contre lui étaient fabriquées par des Juifs. Mais après la purge, Hitler a élevé le statut de Himmler et il est devenu très actif dans la suppression de l'homosexualité. Il s'est exclamé : « Nous devons exterminer ces gens de racine et de branche... l'homosexuel doit être éliminé. [20]

Peu de temps après la purge de 1934, une division spéciale de la Gestapo a été instituée pour dresser des listes d'homosexuels. En 1936, Himmler crée le Reichszentrale zur Bekämpfung der Homosexualität und Abtreibung ( Office central du Reich pour la lutte contre l'homosexualité et l'avortement ).

Gestapo Radio Telegram pour une liste d'homosexuels présumés pour le chef de la police de Dortmund

L'Allemagne nazie considérait les homosexuels allemands comme contre le projet de créer une « race de maîtres » et cherchait à les forcer à se conformer sexuellement et socialement. Les hommes homosexuels qui ne voulaient pas changer ou feindre un changement dans leur orientation sexuelle ont été envoyés dans des camps de concentration dans le cadre de la campagne « Extermination par le travail ». [21]

Plus d'un million d'Allemands homosexuels ont été ciblés, dont au moins 100 000 ont été arrêtés et 50 000 purgeaient des peines de prison en tant qu'« homosexuels condamnés ». [22] Des centaines d'homosexuels européens vivant sous l'occupation nazie ont été castrés sur ordre du tribunal. [23]

Certains persécutés en vertu de ces lois ne se seraient pas identifiés comme homosexuels. De telles lois « anti-homosexuelles » étaient répandues dans le monde occidental jusque dans les années 1960 et 1970, de sorte que de nombreux hommes homosexuels ne se sentaient pas en sécurité pour raconter leurs histoires avant les années 1970, lorsque de nombreuses soi-disant « lois sur la sodomie » ont été abrogées. [ citation nécessaire ]

Pour diverses raisons, les lesbiennes n'ont pas été largement persécutées pendant la période nazie. [24] Cependant, il y a un certain nombre de cas enregistrés de lesbiennes emprisonnées dans des camps de concentration. [25] Henny Schermann était un vendeur de Francfort, qui a été arrêté en 1940 dans un bar lesbien et assassiné au centre d'euthanasie de Bernburg en 1942 ; un médecin de Ravensbrück l'a décrite comme une « lesbienne licencieuse » au dos de sa photo d'identité. [26] [27]

L'homosexualité et les SS

Selon Geoffrey J. Giles, les SS et leur chef Heinrich Himmler étaient particulièrement préoccupés par l'homosexualité. Plus que tout autre dirigeant nazi, les écrits et discours de Himmler dénonçaient l'homosexualité. Cependant, malgré la condamnation constante des homosexuels et des activités homosexuelles, Himmler était moins cohérent dans sa punition des homosexuels. Geoffrey Giles a examiné les procès de plusieurs membres SS sur des accusations d'homosexualité dans son article « The Denial of Homosexuality: Same-Sex Incidents in Himmler's SS » et a constaté qu'au cas par cas, les résultats de ces procès varient considérablement. Les juges pourraient être influencés par des preuves démontrant le caractère « aryen » de l'accusé .-ness" ou "virilité", en raison du fait que l'accusé était racialement pur ou s'il avait eu des enfants. Les raisons de la clémence de Himmler dans certains cas peuvent provenir de la difficulté à définir l'homosexualité, en particulier dans une société qui glorifiait l'idéal masculin et fraternité [28]

Le 18 février 1937, Himmler prononça son discours le plus détaillé sur l'homosexualité à Bad Tölz . [29]Himmler croyait qu'il existait deux organisations homosexuelles en Allemagne qui favorisaient l'existence de la culture gay. Himmler a estimé le nombre d'homosexuels à un à deux millions de personnes, soit 7 à 10 % des hommes en Allemagne, déclarant que « si cela reste le cas, cela signifie que notre nation sera détruite par ce fléau ». En ajoutant le nombre d'homosexuels au nombre d'hommes morts lors de la guerre précédente, Himmler a estimé que cela équivaudrait à quatre millions d'hommes. Si ces quatre millions d'hommes ne sont plus capables d'avoir des relations sexuelles avec une femme, cela « bouleverse l'équilibre des sexes en Allemagne et conduit à la catastrophe ». L'Allemagne avait des problèmes de population avec le nombre d'hommes tués pendant la Première Guerre mondiale. Himmler croyait : « Un peuple de bonne race qui a trop peu d'enfants a un billet sûr pour la tombe,pour insignifiance dans cinquante à cent ans, pour inhumation dans deux cent cinquante ans."[30]

Camps de concentration

Alors que tous les hommes homosexuels en Allemagne n'ont pas été envoyés dans des camps de concentration, pour ceux qui l'ont été, l'expérience a été particulièrement brutale et souvent fatale. [31] Les homosexuels étaient considérés comme les plus bas de la hiérarchie des camps de concentration. [32] Les estimations varient considérablement quant au nombre d'hommes homosexuels emprisonnés dans des camps de concentration pendant l'Holocauste, allant de 5 000 à 15 000, dont beaucoup sont morts. [22] En outre, les dossiers sur les raisons spécifiques de l'internement sont inexistants dans de nombreuses régions, ce qui rend difficile de chiffrer exactement le nombre exact d'hommes homosexuels qui ont péri dans les camps de la mort. Les homosexuels étaient souvent classés comme « asociaux » lorsqu'ils étaient envoyés dans les camps de concentration, ce qui rend difficile l'estimation du nombre d'homosexuels dans les camps de concentration.[33] Les « asociaux » étaient une catégorie juridique très large dans l'Allemagne nazie composée de personnes « réticentes au travail » (c'est-à-dire paresseuses), de toxicomanes, de sans-abri, d'alcooliques, de petits criminels et de personnes simplement excentriques ou non-conformistes. , et les autorités ont souvent classé les homosexuels comme « asociaux » afin de montrer la nature « déviante » des « asociaux » en général.

Peukert a écrit que la manière dont les autorités liaient l'homosexualité à "l'asociabilité" montrait que la campagne contre les homosexuels ne pouvait être considérée isolément et devait être considérée comme faisant partie du projet plus large de "nettoyer" la Volksgemeinschaft (communauté populaire) de toutes les personnes génétiquement "inaptes". " éléments. [34] Le paragraphe 175 ne couvrait que l'homosexualité masculine, de sorte que les lesbiennes envoyées dans les camps de concentration étaient toujours classées comme « asociales », et en tant que telles, les détenues lesbiennes portaient le triangle noir attribué aux « asociaux » au lieu des triangles roses attribués aux homosexuels masculins. . [35]

Torture et traitement dans les camps

Les hommes homosexuels ont subi un traitement exceptionnellement cruel dans les camps de concentration, faisant face à des tortures allant du viol à l'ébullition de leurs testicules par l'eau. [36] Le survivant Pierre Seel a déclaré : « Les nazis m'ont collé 25 centimètres de bois dans le cul ». Ils ont été persécutés non seulement par les soldats allemands, mais aussi par les prisonniers, et de nombreux homosexuels ont été battus à mort. De plus, les hommes homosexuels dans les camps de travaux forcés recevaient régulièrement des tâches de travail plus épuisantes et dangereuses que les autres détenus non juifs, en vertu de la politique d'« extermination par le travail ». Par exemple, ils ont été affectés aux tâches les plus dangereuses à l' usine de fusées souterraines Dora-Mittelbau et aux carrières de pierre de Flossenbürg et Buchenwald. [22]Les soldats SS étaient également connus pour utiliser des hommes homosexuels pour s'entraîner à la cible, pointant leurs armes sur les triangles roses que leurs cibles humaines étaient obligées de porter, dans des camps tels que le camp de concentration de Sachsenhausen . [37] Les homosexuels ont été tués sans discernement alors qu'ils créaient des cibles de monticules artificiels avec de la terre et de l'argile sur le champ de tir, car les gardes ciblaient souvent les homosexuels au lieu des cibles du champ de tir elles-mêmes. [38] Il est noté que les homosexuels sous le régime nazi ont été ciblés « d'une manière sans parallèle dans aucun État civilisé du monde ». [5]

Le traitement sévère peut être attribué au point de vue des gardes SS envers les hommes homosexuels, ainsi qu'aux attitudes homophobes présentes dans la société allemande en général. On croyait que le travail manuel dur pouvait rendre les hommes homosexuels hétérosexuels . [39] De plus, les homosexuels dans les camps de concentration n'avaient pas la capacité de pratiquer la solidarité de groupe, ce qui a aidé le moral d'autres groupes persécutés, tels que les prisonniers politiques. Peukert a écrit que la campagne pour écraser l'homosexualité, ainsi que la campagne contre les "asociaux", a été approuvée par "de larges couches de la population, y compris beaucoup qui ont critiqué la détention et la torture des opposants politiques au régime". [40]La marginalisation des homosexuels en Allemagne s'est reflétée dans les camps. Beaucoup sont morts des coups, certains d'entre eux infligés par d'autres prisonniers. De telles expériences peuvent expliquer le taux de mortalité élevé des hommes homosexuels dans les camps par rapport aux autres groupes "asociaux". Une étude de Rüdiger Lautmann a révélé que 60% des hommes homosexuels dans les camps de concentration sont morts, contre 41% pour les prisonniers politiques et 35% pour les Témoins de Jéhovah . L'étude montre également que les taux de survie des hommes homosexuels étaient légèrement plus élevés pour les internés des classes moyennes et supérieures et pour les hommes mariés bisexuels et ceux avec enfants. [41]

Expériences nazies

Les politiques nazies sur les homosexuels étaient largement motivées par le mépris de Himmler pour l'homosexualité, qu'il croyait être une menace pour les capacités de reproduction nationales allemandes. [42] Il détestait aussi les traits non masculins et oppositionnels des homosexuels de sorte qu'il a cherché sa guérison par des initiatives qui ont commencé en 1937 après le discours de Himmler au Comité du Reich pour la population et la politique raciale. [42] Son raisonnement était que l'expérimentation humaine était permise si c'était au profit de l'État. [43]

Dachau [44] et Buchenwald [32] étaient les principaux centres d'expérimentation humaine sur les homosexuels par les médecins nazis, qui cherchaient, entre autres, à trouver un « remède médical » pour l'homosexualité. A Buchenwald , le docteur danois Carl Værnet a mené des expériences hormonales sur des hommes homosexuels sous l'autorité personnelle de Himmler. [45] Il a reçu 1 500 marks allemands par mois des fonds SS pour tester son "traitement", qui impliquait des incisions dans l' aine du sujet où une glande sexuelle masculine artificielle a été implantée. [42] C'était un tube en métal qui libérait de la testostéronesur une période prolongée, car le médecin croyait qu'un manque de testostérone était la cause de l' homosexualité . Bien que certains des hommes aient affirmé être devenus hétérosexuels, les résultats sont largement peu fiables car beaucoup sont supposés avoir déclaré qu'ils avaient été « guéris » afin d'être libérés du camp. Ceux qui n'ont pas montré d'amélioration ont été considérés comme des homosexuels « chroniques » ou « incurables ». [46] [47] Au moins dix-sept prisonniers ont été utilisés pour la recherche de Værnet, qui a impliqué aussi des participants criminels et hétérosexuels. [42] Douze hommes gais ont été soumis à l'expérience hormonale et deux de ces hommes sont morts en raison d'infections. [45]La thérapie comprenait également l'humiliation par les coups et le ridicule ainsi que la politique de ségrégation des homosexuels des autres prisonniers, qui a également été mise en œuvre sur la conviction que l'homosexualité peut se propager à d'autres détenus et gardiens. [22]

D' autres expériences comprenaient des tentatives pour créer la vaccination de la fièvre typhoïde , [32] dirigé par Erwin Ding-Schuler , [48] et la castration . [49] Les expériences sur le typhus ont abouti à des inoculations qui ont rendu la souche Matelska de typhus rickettsia avirulente pour les patients. [50] Une de ces expériences a été interrompue lorsqu'il a été déterminé que les poux étaient une menace pour la santé du camp. [42]Une autre expérience qui a utilisé des homosexuels consistait à placer les sujets sous des lampes solaires si chaudes qu'elles brûlaient la peau. Une victime homosexuelle aurait été refroidie à plusieurs reprises jusqu'à l'inconscience, puis réanimée avec des lampes jusqu'à ce qu'elle transpire. [51]

Bien qu'il n'y ait pas de statistiques exactes concernant ces expériences, il est reconnu qu'elles ont causé des maladies, des mutilations et des décès [52] sans fournir aucune connaissance scientifique. [22]

Après-guerre

Un point de l' Homomonument , à Amsterdam, aux gais et lesbiennes victimes de persécutions, qui est formé de trois grands triangles roses en granit.

Les prisonniers homosexuels des camps de concentration n'étaient pas reconnus comme victimes de la persécution nazie dans les deux États allemands d'après-guerre. De plus, aucun État ne contenait de dossier de victimes homosexuelles de l'Holocauste. [5] Les réparations et les pensions d'État disponibles pour d'autres groupes ont été refusées aux hommes homosexuels, qui étaient toujours classés comme criminels ; la version de 1935 du paragraphe 175 est restée en vigueur en Allemagne de l'Ouest jusqu'en 1969, lorsque le Bundestag a voté pour revenir à la version d'avant 1935. [53] L'historien allemand Detlev Peukerta écrit qu'"aucun homosexuel n'a obtenu de réparations après 1945" et que seuls "quelques-uns" courageux ont même essayé, car la version de 1935 du paragraphe 175 est restée en vigueur jusqu'en 1969, notant que malgré la façon dont les survivants homosexuels avaient subi "de profonds dommages à leur vie" , ils sont restés parias dans l'Allemagne d'après-guerre. [54]

Peukert a utilisé le fait que la version nazie du paragraphe 175 est restée dans les textes législatifs jusqu'en 1969 parce qu'il s'agissait d'une « loi saine » (comme l'appelait le chancelier Adenauer en 1962), et le refus total de l'État allemand de verser une indemnisation aux survivants homosexuels. , pour faire valoir que l'Allemagne nazie n'était pas une « aberration aberrante » par rapport aux normes de l'Occident, et que la campagne nazie contre les homosexuels devrait être considérée comme faisant partie d'une campagne homophobe plus large à travers le monde. [54] En 1960, Hans Zauner, le maire de Dachau, a déclaré à un journaliste britannique, Llew Gardner, écrivant pour The Sunday Express que la campagne nazie contre les homosexuels et les « asociaux » était justifiée, en disant : « Vous devez vous rappeler que de nombreux criminels et les homosexuels étaient à Dachau.Voulez-vous un mémorial pour de telles personnes ?".[55] Le 12 mai 1969, lorsque Der Spiegel , le magazine le plus populaire d'Allemagne, publia un éditorial disant qu'il était « scandaleux » que la version de 1935 du paragraphe 175 soit toujours en vigueur, et demanda l'abrogation complète du paragraphe 175, cela attira beaucoup de controverse. [56] En 1981, on a découvert que de nombreuses forces de police ouest-allemandes conservaient encore des listes d'homosexuels connus, inclus, de manière significative dans la catégorie des "asociaux". [57] Le paragraphe 175 n'a été abrogé qu'en 1994, bien que l'Allemagne de l' Est et de l' Ouest aientlibéralisé leurs lois contre l'homosexualité adulte.à la fin des années 1960. Cependant, en Allemagne de l'Est, les modifications de la loi nazies ont été partiellement abrogées en 1950, tandis que les actes homosexuels entre adultes ont été légalisés en 1968. [5]

Les survivants de l'Holocauste qui étaient homosexuels pouvaient être réincarcérés pour « infractions répétées » et étaient maintenus sur les listes modernes de « délinquants sexuels ». Sous le gouvernement militaire allié d'Allemagne, certains homosexuels ont été contraints de purger leur peine d'emprisonnement, quel que soit le temps passé dans les camps de concentration. [58]

Les politiques anti-gays des nazis et leur destruction du premier mouvement pour les droits des homosexuels n'étaient généralement pas considérées comme un sujet approprié pour les historiens et les éducateurs de l'Holocauste. Ce n'est que dans les années 1970 et 1980 qu'il y a eu une exploration générale du thème, avec des survivants de l'Holocauste écrivant leurs mémoires, des pièces de théâtre telles que Bent , et davantage de recherches historiques et de documentaires publiés sur l'homophobie des nazis et leur destruction des homosexuels allemands. -mouvement des droits.

Mémoriaux de l'Holocauste

Depuis les années 1980, certaines villes européennes et internationales ont érigé des monuments commémoratifs pour se souvenir des milliers d'homosexuels qui ont été assassinés et persécutés pendant l'Holocauste. Les principaux monuments commémoratifs se trouvent à Berlin, Amsterdam ( Pays-Bas ), Montevideo ( Uruguay ), Tel-Aviv ( Israël ) et Sydney ( Australie ). [59] En 2002, le gouvernement allemand a présenté des excuses officielles à la communauté gaie. Suite à ces excuses, le mémorial de Berlin a été créé plusieurs années plus tard. Mémorial de Berlin aux homosexuels persécutés sous le nazismeest situé dans le parc Tiergarten, qui contenait l'emplacement du populaire 'Queer's Way' pour la communauté gay du début du 20e siècle. Le mémorial a été approuvé par le Budenstag le 12 décembre 2003, ouvert au public le 27 mai 2008, puis vandalisé à plusieurs reprises dans les années qui ont suivi son ouverture. [60] Le mémorial a de nouveau été vandalisé à l'automne d'août 2019, lorsque des vandales ont peint une fenêtre du monument qui a permis aux visiteurs de voir une photo d'un couple gay en train de s'embrasser. [61]

En 2001, Pink Triangle Park a été inauguré ; c'est le premier mémorial permanent et indépendant en Amérique dédié aux homosexuels persécutés dans l'Allemagne nazie pendant l'Holocauste. [62] [63] [64] À partir de 2003, le Musée commémoratif de l'Holocauste des États-Unis a présenté son exposition itinérante de 30 panneaux consacrée aux victimes homosexuelles de l'Holocauste à travers le pays. [65]

Mémorial de Berlin aux homosexuels persécutés sous le nazisme situé dans le parc Tiergarten

En 2005, le Parlement européen a marqué le 60e anniversaire de la libération du camp de concentration d'Auschwitz par une minute de silence et l'adoption d'une résolution qui comprenait le texte suivant :

...27 janvier 2005, le soixantième anniversaire de la libération du camp de la mort de l'Allemagne nazie à Auschwitz-Birkenau , où un total combiné de jusqu'à 1,5 million de Juifs, Roms , Polonais , Russes et prisonniers de diverses autres nationalités, et homosexuels, ont été assassinés, est non seulement une occasion majeure pour les citoyens européens de se souvenir et de condamner l'énorme horreur et la tragédie de l'Holocauste, mais aussi de faire face à la montée inquiétante de l'antisémitisme , et en particulier des incidents antisémites, en Europe, et d'apprendre à nouveau les leçons plus larges sur les dangers de victimiser les gens sur la base de la race, de l'origine ethnique, de la religion, de la classification sociale, de la politique ou de l'orientation sexuelle...

Le récit d'un survivant homosexuel de l'Holocauste, Pierre Seel , détaille la vie des hommes homosexuels pendant le contrôle nazi. Dans son récit, il déclare avoir participé à sa communauté gay locale dans la ville de Mulhousedans la région Alsace en France. Lorsque l'Alsace a été effectivement annexée à l'Allemagne en 1940, son nom figurait sur une liste d'homosexuels locaux ordonnée au commissariat. Il a obéi à la directive de protéger sa famille de toutes représailles. En arrivant au poste de police, il constate que lui et d'autres homosexuels ont été battus. Certains homosexuels qui ont résisté aux SS se sont fait arracher les ongles. D'autres ont eu les intestins perforés, ce qui les a fait saigner abondamment. Après son arrestation, il fut envoyé au camp de concentration de Schirmeck. Là, Seel a déclaré que lors d'un appel du matin, le commandant nazi a annoncé une exécution publique. Un homme a été amené et Seel a reconnu son visage. C'était le visage de son amant de dix-huit ans originaire de Mulhouse. Seel déclare que les gardes SS ont ensuite enlevé les vêtements de son amant, placé un seau en métal sur sa tête,et libéré forméDes chiens de berger allemand sur lui, ce qui l'a mutilé à mort. [ citation nécessaire ]

Rudolf Brazda , considéré comme le dernier survivant à avoir été envoyé dans un camp de concentration nazi en raison de son homosexualité, est décédé en France en août 2011, à l'âge de 98 ans. Brazda a été envoyé à Buchenwald en août 1942 et y a été détenu jusqu'à sa libération par les forces américaines. en 1945. Brazda, qui s'est installé en France après la guerre, a ensuite été décoré de la Légion d'honneur . [66]

Premier discours sur l'Holocauste et le génocide

Issu du discours dominant de la souffrance juive durant les années de domination nazie, et s'appuyant sur la divergence des victimations différentielles mises en lumière par les études sur les Roms et les malades mentaux, qui ont massivement souffert sous les programmes eugénistes du IIIe Reich , le L'idée d'un Gay Holocaust a été explorée pour la première fois au début des années 1970. Cependant, des recherches approfondies sur le sujet ont été entravées par la poursuite des politiques nazies sur les homosexuels dans l'Allemagne de l'Est et de l'Ouest d'après-guerre, combinées à la persistance des idéologies homophobes occidentales. [67]

Le mot génocide est né d'un besoin d'une nouvelle terminologie afin de comprendre la gravité des crimes commis par les nazis. [68] Inventé pour la première fois par Raphael Lemkin en 1944, le mot est devenu politiquement chargé lorsque la loi sur le génocide a été promulguée par les Nations Unies le 9 décembre 1948, ce qui a créé une obligation pour les gouvernements de répondre à de telles atrocités à l'avenir. Le débat sur l' Holocauste gay est donc un débat très chargé qui aboutirait à une reconnaissance internationale de l'homophobie parrainée par l'État comme précurseur du génocide, si les partisans de l' Holocauste gay réussissaient. Cependant, les Nations Uniesla définition n'inclut pas l'orientation sexuelle (ou même les groupes sociaux et politiques) dans ses qualifications pour le crime. Le génocide selon la définition de l'ONU est limité aux groupes nationaux, ethniques, raciaux ou religieux, et comme c'est le seul accord auquel les nations ont prêté allégeance, il constitue la compréhension dominante du terme. [69] C'est pourtant ce que Michel-Rolph Trouillot appelle « une époque où les excuses collectives deviennent de plus en plus courantes », [70] ainsi qu'une époque où le discours établi sur l'Holocauste a réglé et légitimé les revendications des juifs, des Roms et des malades mentaux des persécutions nazies, cela pourrait donc être considéré comme un moment approprié pour attirer l'attention sur le débat sur l'Holocauste gay, même si la question n'est pas réglée. [citation nécessaire ]

Un manque de recherche signifie qu'il existe relativement peu de données sur la dispersion des hommes gais dans les camps. Cependant, Heinz Heger suggère dans son livre Les hommes au triangle rose qu'ils ont été soumis à un travail plus dur que les groupes ciblés plus petits, tels que les prisonniers politiques, et qu'ils ont en outre subi un taux de mortalité beaucoup plus élevé. [71] Ils manquaient également d'un réseau de soutien au sein des camps et ont été ostracisés dans la communauté carcérale. [71] Les homosexuels, comme les malades mentaux et de nombreux Juifs et Roms, ont également été soumis à des expérimentations médicales dans l'espoir de trouver un remède à l'homosexualité au camp de Buchenwald. [72]

Les Juifs et les Roms [73] étaient les seuls groupes ciblés par le régime nazi pour un anéantissement complet, indépendamment de leur identification ou de leur lieu de résidence. Cependant, les Juifs et les Roms n'étaient pas les seuls groupes ciblés par les nazis, ce qui a conduit à un débat sur la question de savoir si d'autres groupes devaient être comptés comme victimes de l'Holocauste. [74] William J. Spurlin a suggéré que restreindre la définition de « l'Holocauste » aux Juifs favorise une fausse représentation de l'histoire et dévalue la souffrance des autres victimes des atrocités nazies. Le survivant de la Shoah juive autrichienne Simon Wiesenthal a fait valoir, par exemple, que « l'Holocauste a transcendé les confins de la communauté juive et qu'il y a eu d'autres victimes ». [75]Au milieu des années 1970, de nouveaux discours ont émergé qui ont remis en cause l'exclusivité du génocide juif au sein de l'Holocauste, non sans une grande résistance. [ citation nécessaire ]

Changements avec le mouvement des droits civiques

Le mouvement des droits civiques des États-Unis a vu l'émergence de revendications des victimes à travers la révision et l'appropriation de récits historiques. Le passage de la notion traditionnelle de l'histoire en tant qu'histoire du pouvoir et de ceux qui le détenaient, les historiens sociaux ont émergé avec des récits de ceux qui ont souffert et ont résisté à ces pouvoirs. Les Afro-Américains ont créé leur propre récit, aussi fermement basé sur des preuves que les discours déjà existants, dans le cadre d'un mouvement social en faveur des droits civiques basé sur une histoire de victimisation et de racisme . Dans le même ordre d'idées, le mouvement gay et lesbienaux États-Unis, ils ont également utilisé le révisionnisme pour écrire le récit qui venait tout juste d'attirer un public disposé à le valider. [76]

Il y avait deux processus à l'œuvre dans ce nouveau discours, le révisionnisme et l'appropriation, qu'Arlene Stein taquine dans son article Whose Memory, Whose Victimhood ? , qui ont tous deux été utilisés à différents moments du mouvement pour les droits civiques. Le projet révisionniste a été repris dans une variété de médiums, la littérature historique n'en étant qu'un parmi tant d'autres. La pièce Bent et un nombre limité de mémoires qui rappellent Le Journal d'Anne Frank ont coïncidé avec l'appropriation du triangle rose comme symbole du nouveau mouvement et rappel de "ne jamais oublier". [76]Alors que l'objectif de ces premières révisions n'était pas nécessairement de déterminer la politique nazie sur les homosexuels comme génocidaire, elles ont lancé un courant vers la légitimation de la victimisation des homosexuels sous le régime, un sujet qui n'avait pas été abordé avant les années 1970.

Les travaux historiques se concentreraient sur la nature et l'intention de la politique nazie. Heinz Heger , Gunter Grau et Richard Plant ont tous grandement contribué au premier discours sur l'Holocauste qui a émergé tout au long des années 1970 et du début des années 1980. [76] Au cœur de ces études se trouvait l'idée que statistiquement parlant, les homosexuels ont subi des pertes plus importantes que la plupart des minorités plus petites sous la persécution nazie, telles que les Témoins de Jéhovah, et qu'au sein des camps, ils ont subi des traitements plus durs, une ostracisation ainsi qu'une exécution. [77]

Une affiche Silence = mort de la crise du sida créée par le Gran Fury illustrant l'utilisation du triangle rose inversé de l'Holocauste, 1987

Ces premiers discours révisionnistes ont été rejoints par un mouvement populaire d'appropriation, qui invoquait la mémoire globale de l'Holocauste pour faire la lumière sur les disparités sociales des homosexuels aux États-Unis. Larry Kramer, l' un des fondateurs d' ACT UP , un groupe d'activistes sur le VIH / SIDA qui a utilisé des tactiques de choc pour sensibiliser à la maladie et attirer l'attention sur le besoin de financement, a popularisé le discours sur le SIDA en tant qu'Holocauste . "La lenteur de la réponse du gouvernement aux niveaux fédéral et local, le manque de fonds pour la recherche et le traitement, en particulier au début de l'épidémie, découlent, selon Kramer, d'impulsions homophobes profondément ancrées et constituaient un" génocide intentionnel "."[78]

Le symbole du triangle rose porté par les prisonniers homosexuels des camps de concentration a notamment été récupéré par la communauté gay pendant la crise du VIH/SIDA aux États-Unis à travers le projet Silence=Death qui présentait le triangle rose sur un fond arrière. L'affiche a été créée par le Gran Fury , un collectif de six personnes à New York. Le collectif, qui comprenait Avram Finkelstein , visait à utiliser le pouvoir de l'art pour sensibiliser et mettre fin à l'épidémie de sida. [79]L'organisation ACT UP a utilisé cette image comme élément central de sa campagne de sensibilisation pendant l'épidémie de sida. Finkelstein a décrit comment le collectif "a d'abord rejeté le triangle rose en raison de ses liens avec les camps de concentration nazis" mais finalement "y est revenu pour la même raison, inversant le triangle comme un geste de désaveu de la victimisation". [80] Même aujourd'hui, ce symbole a continué d'être utilisé par le mouvement des droits des homosexuels, car l'affiche a récemment été présentée sur les fenêtres du Leslie Lohman Museum of Gay and Lesbian Art . [81]

Mémorial du Triangle rose aux hommes homosexuels persécutés par le régime nazi sur la Nollendorfplatz .

Le cadre de l'Holocauste a été de nouveau utilisé au début des années 1990, cette fois en relation avec des campagnes homophobes de droite à travers les États-Unis. La réponse conservatrice a donné lieu à un nouveau discours travaillant contre le milieu universitaire gay de l'Holocauste , qui mettait l'accent sur le révisionnisme gay et lesbien en tant que discours victimiste qui recherchait la sympathie et la reconnaissance comme moyen pragmatique d'obtenir un statut spécial et des droits civils en dehors de ceux de la majorité morale. [78]Arlene Stein identifie quatre éléments centraux de la réaction conservatrice au discours sur l'Holocauste gay : elle soutient que la droite tente de dissiper l'idée que les gays sont des victimes, oppose deux circonscriptions traditionnellement libérales (les gays et les juifs), établissant ainsi des parallèles entre juifs et chrétiens, et légitimer son propre statut de groupe opprimé et moralement intègre.

L'argument victimiste soulève un principe central quant aux raisons pour lesquelles le discours d'un Holocauste Gay a connu tant de résistance politiquement et populairement (dans la conscience du public). Alyson M. Cole aborde le discours anti-victime qui a émergé dans la politique occidentale depuis la fin des années 1980. Elle affirme que « les anti-victimistes ont transformé les discussions sur l'obligation sociale, les compensations et les procédures correctives ou réparatrices en critiques de la propension présumée des victimes autoproclamées à adopter un comportement répréhensible ». Bien qu'elle soit claire sur le fait que le discours anti-victimiste ne se limite pas à la politique de droite, le cas de l' Holocauste gayse situe le long de ces frontières politiques et le discours anti-victime est très pertinent pour le débat sur les revendications homosexuelles de génocide sous le Troisième Reich . Cole réfute ce qu'elle considère comme des problèmes dans les arguments anti-victime. [82]

Cadrage post-révisionniste de "l'Holocauste gay"

Mémorial " Stolperstein " pour Arnold Bastian, victime homosexuelle des nazis. Il est situé à Große Straße 54 à Flensburg . Le texte dit : "Ici vécut Arnold Bastian, né en 1908. Arrêté le 15 janvier 1944. Pénitencier de Celle . Mort le 17 février 1945 au pénitencier de Hameln ."

Dans les années 2000, des travaux ont été menés sur l'Holocauste gay et, plutôt que d'insister sur la gravité de la destruction des communautés ou sur l'exclusivité du processus génocidaire du régime nazi, ils se concentrent sur les intersections de constructions sociales telles que le genre et la sexualité au sein de la contexte d'organisation sociale et de domination politique. Spurlin prétend que tout cela a fonctionné les uns avec les autres pour former l'ordre social de l'Allemagne et la solution finale à ces problèmes sociaux. Plutôt que d'être des politiques autonomes, « elles s'inscrivaient dans une stratégie beaucoup plus large de privation des droits sociaux et de marquage des ennemis... » [83]

Références

  1. ^ Melissa Eddy (18 mai 2002). "L'Allemagne offre des pardons à l'ère nazie" . Presse Associée.
  2. ^ Mathis Winkler (18 janvier 2006). "Les parlementaires européens se lèvent contre l'homophobie" . Deutsche Welle.
  3. ^ Giles, Geoffrey J (2001). Outsiders sociaux dans l'Allemagne nazie . Princeton, New Jersey : Princeton University Press. p. 240.
  4. ^ Domeier, Norman The Eulenburg Affair: A Cultural History of Politics in the German Empire , Rochester: Boydell & Brewer, 2015 pages 103-104
  5. ^ A b c d e Burleigh, Michael, 1955- (1991). L'état racial : Allemagne, 1933-1945 . Wippermann, Wolfgang, 1945-, Collection Mazal sur l'Holocauste. Cambridge [Angleterre] : Cambridge University Press. ISBN 0521391148. OCLC  22597244 .CS1 maint: multiple names: authors list (link)
  6. ^ Giles, Geoffrey J. (2001). Outsiders sociaux dans l'Allemagne nazie . Princeton, New Jersey : Princeton University Press. p. 240–242.
  7. ^ Plante, Richard. (2013). Le triangle rose : la guerre des nazis contre les homosexuels . New York : Henry Holt and Company. ISBN 9781429936934. OCLC  872608428 .
  8. ^ "Persécution des homosexuels dans le Troisième Reich" . encyclopédie.ushmm.org . Récupéré le 2019-11-14 .
  9. ^ "Caché de l'histoire" . 2009-06-05. Archivé de l'original le 2009-06-05 . Récupéré le 2019-11-14 .
  10. ^ A b c d Cushman 2017 , p. 302.
  11. ^ un b Stümke, Hans-Georg, 1941-2002. (1989). Homosexuelle in Deutschland : eine politische Geschichte (Originalausg ed.). Munich : CH Beck. ISBN 3406331300. OCLC  19772603 .CS1 maint: multiple names: authors list (link)
  12. ^ "L'homme qui a rendu les magazines gays" . www.out.com . 2013-05-06 . Récupéré le 2019-11-14 .
  13. ^ A b c d Whisnant, Clayton (01/08/2016), "Pourquoi étudier Queer histoire allemande?", Identités Queer et politique en Allemagne , Harrington Park Press, pp 2-12,. Doi : 10,17312 / harringtonparkpress / 2016,08. qipg.00a , ISBN 9781939594082
  14. ^ Peukert, Detlev Inside Nazi Germany , New Haven: Yale, 1987 p. 208.
  15. ^ Eissler, WU (1980). Arbeiterparteien und Homosexuellenfrage : zur Sexualpolitik von SPD und KPD in der Weimarer Republik . Berlin : R. Winkel. ISBN 3921495504. OCLC  8533169 .
  16. ^ "Persécution nazie des homosexuels 1933-1945" . www.ushmm.org . Récupéré le 2019-11-13 .
  17. ^ Stümke, Hans-Georg; Finkler, Rudi (1981). Rosa Winkel, Rosa Écoutez : Homosexuelle und 'Gesundes Volksempfinden' von Auschwitz bis heute . Hambourg. p. 238.
  18. ^ "Persécution nazie des homosexuels 1933-1945" . www.ushmm.org . Récupéré le 2019-11-14 .
  19. ^ Recteur, Frank (1981). L'extermination nazie des homosexuels . Stein et Day. ISBN 0-812827295.
  20. ^ Richard Plant, Le Triangle rose : La guerre nazie contre les homosexuels (New York : Holt, 1986), 99.
  21. ^ Néander, Biédron. "Les homosexuels. Une catégorie distincte de prisonniers" . Mémorial et musée d'Auschwitz-Birkenau . Consulté le 10 août 2013 .
  22. ^ A b c d e "persécution des homosexuels dans le IIIe Reich" . Musée mémorial de l'Holocauste des États-Unis . Consulté le 26 février 2018 .
  23. ^ Giles, Geoffrey J (1992). " ' La coupe la plus méchante de tous' : la castration, l'homosexualité et la justice nazie". Journal d'histoire contemporaine . 27 : 41-61. doi : 10.1177/002200949202700103 . S2CID 159524123 . 
  24. ^ Huneke, Samuel Clowes (2017). « La duplicité de la tolérance : les expériences lesbiennes dans le Berlin nazi ». Journal d'histoire contemporaine . 54 (1) : 30-59. doi : 10.1177/0022009417690596 . S2CID 151476660 . 
  25. ^ Schoppmann, Claudia (1993). « La position des femmes lesbiennes dans la période nazie ». Dans Grau, Günter (éd.). Holocauste caché ? Persécution des gays et des lesbiennes en Allemagne, 1933-1945 . Traduit par Camiller, Patrick. Berlin. p. 8-15.
  26. ^ Stella, Gian Antonio (2011-05-12). Negri, froci, giudei & co (en italien). Bur. ISBN 978-88-586-2151-6.
  27. ^ "Henny Schermann" . www.ushmm.org . Récupéré le 2021-01-28 .
  28. ^ Giles, Geoffrey J., "Le déni de l'homosexualité: incidents de même sexe dans Himmler's SS", Journal of the History of Sexuality, Vol. 11, n° 1/2, numéro spécial : Sexualité et fascisme allemand (janvier – avril 2002), pp. 256-290
  29. ^ Longerich, Pierre (2012). Heinrich Himmler . New York : Oxford University Press. p. 232.
  30. ^ Himmler, Heinrich. "Heinrich Himmler - Discours sur l'homosexualité aux chefs de groupe SS" (PDF) . Récupéré le 2014-03-15 .
  31. ^ Eichert, David (2019). " " Homosexualisation " revisitée : une théorisation centrée sur le public de la violence sexuelle masculine en temps de guerre ". Revue Féministe Internationale de Politique . 21 (3) : 409-433. doi : 10.1080/14616742.2018.1522264 . S2CID 150313647 . 
  32. ^ A b c Röll, W (1996). « Détenus homosexuels dans le camp de concentration de Buchenwald ». J Homosex . 31 (4) : 1–28. doi : 10.1300/J082v31n04_01 . PMID 8905527 . 
  33. ^ Peukert, Detlev Inside Nazi Germany , New Haven, Yale, 1987 p. 220.
  34. ^ Peukert (1987), p.208.
  35. ^ Cushman, Sarah (2017). "Les homosexuels". L'Encyclopédie de l'Holocauste . ABC-CLIO. p. 302–303.
  36. ^ "Frères chaleureux dans les villes de l'enfer : la persécution des homosexuels dans l'Allemagne nazie" , Robert Franklin. Université d'Hawaï. Récupéré le 3 février 2017
  37. ^ "L'expérience LGBT sous les nazis" ..
  38. ^ Stümke, Hans-Georg; Finkler, Rudi (1981). Rosa Winkel, Rosa Écoutez : Homosexuelle und 'Gesundes Volksempfiden' von Auschwitz bis heute . p. 280-290.
  39. ^ "Robert Biedroń, L'enfer rose du nazisme / Homosexuels. Une catégorie distincte de prisonniers / Catégories de prisonniers / Histoire / Auschwitz-Birkenau" . auschwitz.org .
  40. ^ Peukert, Detlev Inside Nazi Germany , New Haven, Yale, 1987 p.199.
  41. ^ Lautmann, Rüdiger. « Les prisonniers homosexuels dans les camps de concentration par rapport aux témoins de Jéhovah et aux prisonniers politiques » .
  42. ^ A b c d e Weindling, Paul (2015). Victimes et survivants des expériences humaines nazies : science et souffrance dans l'Holocauste . Londres : Éditions Bloomsbury. p. 183. ISBN 9781441179906.
  43. ^ Epstein, Catherine (2015). Allemagne nazie : affronter les mythes . Malden, MA : Wiley Blackwell. p. 166. ISBN 9781118294796.
  44. ^ "Guide du lecteur des études lesbiennes et gaies" , Timothy Murphy. Routledge, 18 octobre 2013. Consulté le 3 février 2017
  45. ^ un b Tatchell, Peter (2015-05-05). "Le médecin nazi qui a fait des expériences sur les homosexuels – et la Grande-Bretagne a aidé à échapper à la justice | Peter Tatchell" . le Gardien . Récupéré le 2018-08-10 .
  46. ^ Tamagne, Florence (2004). Une histoire de l'homosexualité en Europe Vol. II : Berlin, Londres, Paris, 1919-1939 . Éditions Algora. p. 290. ISBN 0875863574.
  47. ^ Austin, Ben. "Les homosexuels et l'Holocauste : Contexte et vue d'ensemble" . Bibliothèque virtuelle juive . Consulté le 1er août 2016 .
  48. ^ « Médecins nazis et autres auteurs de crimes nazis » , Université Webster. Récupéré le 3 février 2017
  49. ^ "Persécution des homosexuels" , Musée mémorial de l'Holocauste des États-Unis. Récupéré le 3 février 2017
  50. ^ "Expérimentation avec des êtres humains: l'autorité de l'enquêteur, du sujet, des professions et de l'état dans le processus d'expérimentation humaine" , Jay Katz, Alexander Morgan Capron, Eleanor Swift Glass. Fondation Russell Sage, 24 juillet 1972. p. 302. Récupéré le 3 février 2017
  51. ^ "Expériences médicales de l'Holocauste et de la médecine nazie | L'histoire de l'Holocauste - Une histoire du peuple et des survivants - Remember.org" . L'histoire de l'Holocauste - Une histoire des peuples et des survivants - Remember.org . Récupéré le 2018-08-10 .
  52. ^ "Persécution des homosexuels dans le Troisième Reich" . www.ushmm.org . Récupéré le 2018-08-10 .
  53. ^ Burleigh, Michael et Wolfgang Wipperman. L'État racial : Allemagne, 1933-1945. New York : Cambridge, 1991. p.183
  54. ^ un b Peukert, Detlev À l'intérieur de l'Allemagne nazie , New Haven : Yale, 1987. p. 220.
  55. ^ Jensen, Erik « Le triangle rose et la conscience politique : les gais, les lesbiennes et la mémoire de la persécution nazie » du Journal de l'histoire de la sexualité , vol. 11 p.321
  56. ^ Jensen, Erik "Le Triangle rose et la conscience politique: les gays, les lesbiennes et la mémoire de la persécution nazie" p.324
  57. ^ Jensen, Erik "Le Triangle rose et la conscience politique: les gays, les lesbiennes et la mémoire de la persécution nazie" p.328
  58. ^ Angela Chu (18 octobre 2002). « Poursuite des homosexuels dans l'Holocauste : conséquences » . Musée mémorial de l'Holocauste des États-Unis . USHMM.
  59. ^ Mémoriaux de l'Holocauste gay , Matt & Andrej Koymasky
  60. ^ "Les vandales ont frappé le mémorial gay de l'Holocauste de Berlin une deuxième fois" . Nouvelles Gay Towleroad . 2008-12-16 . Récupéré le 2019-11-13 .
  61. ^ "Mémorial de Berlin aux victimes homosexuelles des nazis vandalisés" . Nouvelles de NBC . Récupéré le 2019-11-13 .
  62. ^ News Briefs: Ouverture d'un magasin de jus au profit du mémorial LGBT
  63. ^ Plaque qui fait partie du monument.
  64. ^ "Le parc rend hommage aux victimes homosexuelles et lesbiennes de l'Holocauste, San Francisco Chronicle 27 juin 2003" . Sfgate.com. 2003-06-27 . Récupéré le 2013-02-12 .
  65. ^ Phillips, Edward (avril 2008). « La persécution nazie des homosexuels : le point de vue du conservateur ». Musées et questions sociales . 3 (1) : 105-114. doi : 10.1179/msi.2008.3.1.105 . ISSN 1559-6893 . S2CID 191490551 .  
  66. ^ Nouvelles en bref (5 août 2011). "Le dernier survivant homosexuel de l'Holocauste meurt à 98 ans" . Ha'aretz . The Associated Press.
  67. ^ Heinz Heger, Les hommes au triangle rose (Hambourg : Melin-Verlag, 1980) p. 14
  68. ^ David Scheffer, Génocide et crimes atroces , Études et prévention du génocide 1, no. 3 (2006) p. 230
  69. ^ David Scheffer, Génocide et crimes atroces , Études et prévention du génocide 1, no. 3 (2006)
  70. ^ Michel-Rolph Trouillot, Abortive Rituals: Historical Apologies in the Global Era , Interventions 2, (2000) pp. 172
  71. ^ un b Heinz Heger, Les hommes avec le triangle rose (Hambourg : Melin-Verlag, 1980) pp. 13
  72. ^ Heinz Heger, Les hommes au triangle rose (Hambourg : Melin-Verlag, 1980) pp. 12
  73. ^ "Les victimes non juives de l'Holocauste" .
  74. ^ Bauer, Yehuda (2002). Repenser l'Holocauste . New Haven : Yale University Press. p. 49-50. ISBN 978-0-300-09300-1.
  75. ^ William J. Spurlin, Lost Intimacies: Rethinking Homosexuality under National Socialism (New York: Peter Lang Publishing, 2009) pp. 4
  76. ^ A b c Arlene Stein, "dont les souvenirs Dont Victimitude Concours pour le cadre de l' Holocauste dans le récent discours du mouvement social?", Sociological Perspectives ; 41, non. 3 (Berkeley : University of California Press, 1998)
  77. ^ Heinz Heger (1980). Les hommes au triangle rose (Hambourg : Melin-Verlag).
  78. ^ un b Arlene Stein, dont les souvenirs ? La victime de qui ? Concours pour le cadre de l'Holocauste dans le discours des mouvements sociaux récents , Perspectives sociologiques 41, no. 3 (Berkeley : University of California Press, 1998) p. 527
  79. ^ Filice, Eugenio (février 2005). "Revue de livre : Représentation hors-la-loi : Censure et homosexualité dans l'art américain du vingtième siècle". Sexualités . 8 (1) : 116-118. doi : 10.1177/136346070500800113 . ISSN 1363-4607 . S2CID 143614580 .  
  80. ^ Baumann, Jason. "Le Silence=Affiche de la Mort" . Bibliothèque publique de New York . Récupéré le 2021-05-13 .
  81. ^ "Silence=Mort Collectif" . www.leslielohman.org . Récupéré le 2019-11-14 .
  82. ^ Alyson Cole , "Situation du discours anti-victime", Le culte de la vraie victime : de la guerre contre le bien-être à la guerre contre le terrorisme (Stanford : Stanford University Press, 2007)
  83. ^ William J. Spurlin, Lost Intimacies: Rethinking Homosexuality under National Socialism (New York: Peter Lang Publishing, 2009) pp. 17.

Lectures complémentaires

Lecture populaire

Liens externes