Balbuzard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Balbuzard
2010-kabini-osprey.jpg
Désigner une sous-espèce de balbuzard pêcheur du parc national de Nagarhole , en Inde
Classement scientifique Éditer
Royaume: Animalier
Phylum: Chordonnées
Classer: Avès
Commande: Accipitriformes
Famille: Pandionidés
Genre: Pandion
Espèce:
P. haliaetus
Nom binomial
Pandion haliaetus
( Linné , 1758 )
Wiki-Pandion haliaetus.png
Aire de répartition mondiale de Pandion haliaetus
Synonymes

Falco haliaetus Linnaeus, 1758

Le balbuzard pêcheur / ˈ ɒ s p r i , - p r / [2] ( Pandion haliaetus ), également appelé faucon de mer , faucon de rivière et faucon poisson , est un oiseau de proie diurne , piscivore , à aire de répartition cosmopolite . C'est un grand rapace atteignant plus de 60 cm (24 po) de longueur et 180 cm (71 po) à travers les ailes. Il est brun sur les parties supérieures et à prédominance grisâtre sur la tête et les parties inférieures.

Le balbuzard pêcheur tolère une grande variété d' habitats , nichant dans n'importe quel endroit près d'un plan d'eau fournissant un approvisionnement alimentaire adéquat. On le trouve sur tous les continents à l'exception de l'Antarctique, bien qu'en Amérique du Sud, il n'existe qu'en tant que migrant non reproducteur .

Comme ses autres noms communs le suggèrent, le régime alimentaire du balbuzard pêcheur se compose presque exclusivement de poisson. Il possède des caractéristiques physiques spécialisées et présente un comportement unique pour aider à la chasse et à la capture de proies . En raison de ces caractéristiques uniques, on lui a donné son propre genre taxonomique , Pandion et famille , Pandionidae. Trois sous- espèces sont généralement reconnues; une des anciennes sous-espèces.

Taxonomie

Le balbuzard pêcheur était l'une des nombreuses espèces décrites par Carl Linnaeus dans son ouvrage du XVIIIe siècle, Systema Naturae , et nommé Falco haliaeetus . [3] Le genre, Pandion , est le seul membre de la famille Pandionidae, et utilisé pour contenir une seule espèce, le balbuzard pêcheur ( P. haliaetus ). Le genre Pandion a été décrit par la zoologiste française Marie Jules César Savigny en 1809. [4] [5] Il a toujours présenté une sorte d'énigme aux taxonomistes, mais ici il est traité comme le seul membre vivantde la famille des Pandionidae, et la famille inscrite à sa place traditionnelle dans l'ordre des Falconiformes .

D'autres schémas le placent aux côtés des faucons et des aigles dans la famille des Accipitridae - qui elle-même peut être considérée comme constituant l'essentiel de l'ordre des Accipitriformes ou bien être regroupée avec les Falconidae dans les Falconiformes . La taxonomie Sibley-Ahlquist l' a placé avec les autres rapaces diurnes dans un Ciconiiformes considérablement agrandi , mais cela se traduit par une classification paraphylétique non naturelle. [6]

sous-espèce américaine
La sous-espèce australasienne est la plus distinctive
Oiseau californien avec des restes de poisson sur son bec

Le balbuzard pêcheur est inhabituel en ce sens qu'il s'agit d'une seule espèce vivante présente presque dans le monde entier. Même les quelques sous- espèces ne sont pas clairement séparables. Il existe quatre sous-espèces généralement reconnues, bien que les différences soient faibles, et ITIS ne répertorie que les deux premières. [4]

  • Pandion haliaetus haliaetus( Linnaeus , 1758 ) : la sous-espèce nominale, présente dans le domaine paléarctique . [7]
  • P. haliaetus carolinensis( Gmelin , 1788) : Amériques continentales. Cette forme est plus grande, plus foncée et a une poitrine plus claire que le type de la première description. [7]
  • P. haliaetus ridgwayiMaynard , 1887 : îles des Caraïbes . Cette forme a une tête et une poitrine très pâles par rapport à l' haliaetus nominal , avec seulement un masque oculaire faible. [7] Il est non migrateur. Son nom scientifique commémore l' ornithologue américain Robert Ridgway . [8]
  • P. haliaetus cristatus ( Vieillot , 1816) : littoral et quelques grands fleuves d'Australie et de Tasmanie . La sous-espèce la plus petite et la plus distinctive, également non migratrice. [7] Certaines autorités lui ont attribué le statut d'espèce complet [9] sous le nom de Pandion cristatus , connu sous le nom de balbuzard pêcheur oriental. [dix]

Registre fossile

À ce jour, deux espèces éteintes ont été nommées d'après les archives fossiles. [11] Pandion homalopteron a été nommé par Stuart L. Warter en 1976 à partir de fossiles du Miocène moyen , âge barstovien , trouvés dans des dépôts marins dans la partie sud de la Californie . La deuxième espèce nommée Pandion lovensis , a été décrite en 1985 par Jonathan J. Becker à partir de fossiles trouvés en Floride et datant du dernier Clarendonien et représentant peut-être une lignée distincte de celle de P. homalopteron et P. haliaetus. Un certain nombre de fossiles de griffes ont été récupérés dans les sédiments du Pliocène et du Pléistocène en Floride et en Caroline du Sud .

Les plus anciens fossiles reconnus de la famille des Pandionidae ont été récupérés dans la formation Oligocène de Jebel Qatrani , de Faiyum , en Égypte . Cependant, ils ne sont pas assez complets pour être attribués à un genre spécifique. [12] Un autre fossile de griffe de Pandionidae a été récupéré des gisements de l' Oligocène précoce dans le bassin de Mayence , en Allemagne, et a été décrit en 2006 par Gerald Mayr . [13]

Étymologie

Le nom de genre Pandion dérive de Pandíōn Πανδίων , le mythique roi grec d'Athènes et grand-père de Thésée , Pandion II . Bien que Pandion II n'ait pas été utilisé pour nommer un oiseau de proie , Nisus , un roi de Megara , a été utilisé pour le genre. [14] Le nom d'espèce haliaetus ( latin : haliaeetus ) [15] vient du grec ἁλιάετος haliáetos "aigle de mer" (aussi ἁλιαίετος haliaietos) de la forme combinatoire ἁλι- hali- de ἅλς hals "mer" et ἀετός aetos , "aigle". [14] [16]

Les origines du balbuzard pêcheur sont obscures; [17] le mot lui-même a été enregistré pour la première fois vers 1460, dérivé via l' anglo-français ospriet et le latin médiéval avis prede "oiseau de proie", du latin avis praedae bien que l' Oxford English Dictionary note un lien avec le latin ossifraga ou " briseur d'os" de Pline l'Ancien . [18] [19] Cependant, ce terme faisait référence au gypaète barbu . [20]

Descriptif

Le balbuzard pêcheur diffère à plusieurs égards des autres rapaces diurnes . Ses orteils sont de longueur égale, ses tarses sont réticulés et ses serres sont arrondies plutôt que rainurées. Le balbuzard pêcheur et le hibou sont les seuls rapaces dont la pointe extérieure est réversible, leur permettant de saisir leur proie avec deux doigts devant et deux derrière. Ceci est particulièrement utile lorsqu'ils attrapent des poissons glissants. [21] Le balbuzard pêcheur pèse de 0,9 à 2,1 kg (2 lb 0 oz à 4 lb 10 oz) et mesure de 50 à 66 cm ( 19+12 –26 po) de longueur avec une envergure de 127–180 cm (50–71 po). Il est donc de taille similaire aux plus grands membres desgenres Buteo ou Falco . Les sous-espèces sont de taille assez proche, la sous-espèce nominale pesant en moyenne 1,53 kg (3 lb 6 oz), P. h. carolinensis pesant en moyenne 1,7 kg (3 lb 12 oz) et P. h. cristatus pesant en moyenne 1,25 kg (2 lb 12 oz). La corde de l'aile mesure38 à 52 cm (15 à 20+12 po  ), la queue mesurede 16,5 à 24 cm ( 6+12 à 9+12 po  ) et le tarse mesure5,2–6,6 cm (2– 2+58  po). [22] [23]

Les parties supérieures sont d'un brun profond et brillant, tandis que la poitrine est blanche et parfois striée de brun, et les parties inférieures sont d'un blanc pur. La tête est blanche avec un masque sombre sur les yeux, atteignant les côtés du cou. [24] Les iris des yeux sont dorés à bruns et la membrane nictitante transparente est bleu pâle. Le bec est noir, avec une cire bleue , et les pattes sont blanches avec des serres noires. [21] Une queue courte et de longues ailes étroites avec quatre longues plumes en forme de doigts et une cinquième plus courte lui donnent une apparence très distinctive. [25]

En vol, Territoire du Nord, Australie

Les sexes semblent assez similaires, mais le mâle adulte se distingue de la femelle par son corps plus fin et ses ailes plus étroites. La bande pectorale du mâle est également plus faible que celle de la femelle, ou est inexistante, et les couvertures sous-alaires du mâle sont plus uniformément pâles. Il est simple de déterminer le sexe d'un couple reproducteur, mais plus difficile avec des oiseaux individuels. [25]

Le balbuzard pêcheur juvénile peut être identifié par des franges chamois sur le plumage des parties supérieures, un ton chamois sur les parties inférieures et des plumes striées sur la tête. Au printemps, l'interdiction du dessous des ailes et des rémiges est un meilleur indicateur d'un jeune oiseau, en raison de l'usure des parties supérieures. [24]

En vol, le balbuzard pêcheur a des ailes arquées et des "mains" tombantes, ce qui lui donne une apparence de mouette . Le cri est une série de sifflements aigus, décrits comme cheep, cheep ou yewk , yewk . S'il est dérangé par une activité près du nid, le cri est un cheereek frénétique ! [26]

icône de haut-parleur audioAppel du balbuzard pêcheur 

Distribution et habitat

Le balbuzard pêcheur est la deuxième espèce de rapace la plus répandue, après le faucon pèlerin , et est l'un des six oiseaux terrestres à répartition cosmopolite. On le trouve dans les régions tempérées et tropicales de tous les continents, à l'exception de l'Antarctique . En Amérique du Nord, il se reproduit de l'Alaska et de Terre- Neuve au sud de la côte du golfe et de la Floride , hivernant plus au sud du sud des États-Unis jusqu'en Argentine. [27] On le trouve en été dans toute l'Europe au nord de l'Irlande, de la Scandinavie, de la Finlande et de la Grande-Bretagne mais pas en Islande, et hiverne en Afrique du Nord . [28] En Australie, c'est principalementsédentaire et dispersé autour de la côte, bien qu'il soit un visiteur non reproducteur de l'est de Victoria et de la Tasmanie . [29]

Il y a un écart de 1 000 km (600 mi), correspondant à la côte de la plaine de Nullarbor , entre son site de reproduction le plus à l'ouest en Australie -Méridionale et les sites de reproduction les plus proches à l'ouest en Australie-Occidentale . [30] Dans les îles du Pacifique , on le trouve dans les îles Bismarck , les îles Salomon et la Nouvelle-Calédonie , et des restes fossiles d'adultes et de juvéniles ont été trouvés à Tonga , où il a probablement été anéanti par l'arrivée des humains. [31] Il est possible qu'il ait traversé le Vanuatu et les Fidjiainsi que. C'est un visiteur hivernal peu commun à assez commun dans toutes les régions d'Asie du Sud, [32] et d'Asie du Sud-Est, du Myanmar à l' Indochine et au sud de la Chine, en Indonésie , en Malaisie et aux Philippines. [33]

La distribution mondiale de l'espèce est inhabituelle pour les oiseaux terrestres et n'est reconnue que chez cinq autres espèces. [34] [un]

Comportement et écologie

Régime

Balbuzard pêcheur en vol avec un poisson tué à Bhigwan

Le balbuzard pêcheur est piscivore , les poissons constituant 99 % de son alimentation. [35] Il faut généralement des poissons pesant entre 150 et 300 g ( 5+12 10+12  oz) et environ 25 à 35 cm (10 à 14 po) de longueur, mais le poids peut varier de 50 g (2 oz) à 2 kg (4 lb 7 oz). Pratiquement tous les types de poissons de cette gamme de taille sont capturés.

Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) se nourrissant d'un poisson récemment pêché. De manière caractéristique, sa langue sort souvent en avalant de la nourriture Kartung , Gambie

Les balbuzards pêcheurs ont une vision bien adaptée à la détection d'objets sous-marins depuis les airs. La proie est aperçue pour la première fois lorsque le balbuzard pêcheur est à 10–40 m (33–131 pieds) au-dessus de l'eau, après quoi l'oiseau plane momentanément puis plonge les pieds dans l'eau. [36] Ils attrapent des poissons en plongeant dans un plan d'eau, submergeant souvent complètement tout leur corps. Lorsqu'un balbuzard pêcheur plonge, il ajuste l'angle de son vol pour tenir compte de la distorsion de l'image du poisson causée par la réfraction . Les balbuzards mangent généralement sur un perchoir à proximité, mais ils sont également connus pour transporter du poisson sur de plus longues distances. [37]

Occasionnellement, le balbuzard pêcheur peut se nourrir de rongeurs , de lapins , de lièvres , d'autres oiseaux , [38] et de petits reptiles . [39]

Adaptations

Le balbuzard pêcheur a plusieurs adaptations adaptées à son mode de vie piscivore :

  • orteils extérieurs réversibles [40]
  • spicules acérés sous les orteils [40]
  • narines refermables pour empêcher l'eau de pénétrer pendant les plongées
  • écailles tournées vers l'arrière sur les serres qui agissent comme des barbes pour aider à tenir sa prise
  • plumage dense qui est huileux et évite que ses plumes ne se gorgent d'eau. [41]

Reproduction

Se préparer à s'accoupler au nid
Osprey debout à côté de son nid montrant leurs tailles relatives

Le balbuzard pêcheur se reproduit près des lacs et des rivières d'eau douce, et parfois sur les eaux saumâtres côtières. Des affleurements rocheux juste au large sont utilisés sur l'île Rottnest au large des côtes de l'Australie occidentale , où il existe environ 14 sites de nidification similaires, dont cinq à sept sont utilisés chaque année. Beaucoup sont rénovés à chaque saison, et certains sont utilisés depuis 70 ans. Le nid est un grand tas de bâtons, de bois flotté, de gazon ou d'algues construit dans des fourches d'arbres, des affleurements rocheux, des poteaux électriques, des plates-formes artificielles ou des îlots au large. [35] [42] Aussi larges que 2 mètres et pesant environ 135 kg, les grands nids sur les poteaux électriques peuvent présenter des risques d'incendie et ont provoqué des pannes de courant . [43]

Généralement, les balbuzards pêcheurs atteignent la maturité sexuelle et commencent à se reproduire vers l'âge de trois à quatre ans, bien que dans certaines régions à forte densité de balbuzards pêcheurs, comme la baie de Chesapeake aux États-Unis, ils ne commencent pas à se reproduire avant l'âge de cinq à sept ans, et il peut y avoir manque de structures hautes adaptées. S'il n'y a pas de sites de nidification disponibles, les jeunes balbuzards peuvent être contraints de retarder la reproduction. Pour atténuer ce problème, des poteaux sont parfois érigés pour fournir plus de sites propices à la construction de nids. [44] Dans certaines régions, les balbuzards pêcheurs préfèrent les tours de transmission comme sites de nidification, par exemple en Allemagne de l'Est. [45]

Oeuf, Collection Musée Wiesbaden

La conception de la plate-forme de nidification développée par une organisation, Citizens United to Protect the Maurice River and Its Tributaries, Inc. est devenue la conception officielle de l' État du New Jersey , aux États-Unis. Les plans et la liste des matériaux de la plate-forme de nidification, disponibles en ligne, ont été utilisés par personnes de différentes régions géographiques. [46] Osprey-watch.org est le site mondial pour cartographier les emplacements des nids de balbuzard pêcheur et consigner les observations sur le succès de la reproduction. [47]

Les balbuzards s'accouplent généralement pour la vie. Rarement, la polyandrie a été enregistrée. [48] ​​La saison de reproduction varie selon la latitude; printemps (septembre-octobre) dans le sud de l'Australie, avril à juillet dans le nord de l'Australie et hiver (juin-août) dans le sud du Queensland. [42] Au printemps, le couple entame une période de partenariat de cinq mois pour élever leurs petits. La femelle pond de deux à quatre œufs en un mois et dépend de la taille du nid pour conserver la chaleur. Les œufs sont blanchâtres avec de grosses taches brun rougeâtre et mesurent environ 6,2 cm × 4,5 cm ( 2+12  po ×  1+34  po) et pèse environ65 g ( 2+14  oz). [42] Les œufs sont incubés pendant environ 35 à 43 jours jusqu'à l'éclosion. [49]

Les poussins nouvellement éclos ne pèsent que 50 à 60 g ( 1+34 –2 oz), mais s'envolent en 8 à 10 semaines. Une étude sur l'île Kangourou , en Australie-Méridionale, avait un temps moyen entre l'éclosion et l'envol de 69 jours. La même étude a révélé une moyenne de 0,66 jeune à l'envol par an par territoire occupé et de 0,92 jeune à l'envol par an et par nid actif. Quelque 22% des jeunes survivants sont restés sur l'île ou sont revenus à maturité pour rejoindre la population reproductrice. [48] ​​Lorsque la nourriture est rare, les premiers poussins à éclore sont les plus susceptibles de survivre. La durée de vie typique est de 7 à 10 ans, bien que rarement les individus puissent atteindre l'âge de 20 à 25 ans.

Le plus vieux balbuzard pêcheur sauvage d'Europe jamais enregistré a vécu jusqu'à l'âge de trente ans. En Amérique du Nord, les grands -ducs d'Amérique ( Bubo virginianus ), les aigles royaux ( Aquila chrysaetos ) et les pygargues à tête blanche ( Haliaeetus leucocephalus ) sont les seuls prédateurs majeurs des balbuzards pêcheurs, capables de capturer à la fois des oisillons et des adultes. [39] [50] [51] [52] [53] Cependant, le kleptoparasitisme par les pygargues à tête blanche, où le plus grand rapace vole la prise du balbuzard pêcheur, est plus commun que la prédation. Le pygargue à queue blanche ( Haliaeetus albicilla), qui est très similaire au pygargue à tête blanche, peut harceler ou s'attaquer au balbuzard pêcheur en Eurasie. [54] Les ratons laveurs ( Procyon lotor ) peuvent constituer une menace sérieuse pour les oisillons ou les œufs s'ils peuvent accéder au nid. [55] Des trématodes endoparasites ( Scaphanocephalus expansus et Neodiplostomum spp.) Ont été signalés chez des balbuzards pêcheurs sauvages. [56]

Migration

Les reproducteurs européens hivernent en Afrique. [57] Les éleveurs américains et canadiens hivernent en Amérique du Sud, bien que certains restent dans les États américains les plus méridionaux tels que la Floride et la Californie . [58] Certains balbuzards pêcheurs de Floride migrent vers l'Amérique du Sud. [59] Les balbuzards pêcheurs australasiens ont tendance à ne pas migrer .

Des études sur les balbuzards pêcheurs suédois ont montré que les femelles ont tendance à migrer vers l'Afrique plus tôt que les mâles. D'autres escales sont effectuées lors de leur migration automnale. La variation du moment et de la durée en automne était plus variable qu'au printemps. Bien qu'ils migrent principalement le jour, ils volent parfois aux heures sombres, en particulier lors de traversées au-dessus de l'eau, et parcourent en moyenne 260 à 280 km (160 à 170 mi) par jour avec un maximum de 431 km (268 mi) par jour. [60] Les oiseaux européens peuvent également hiverner en Asie du Sud, indiqué par un balbuzard pêcheur étiqueté en Norvège surveillé dans l'ouest de l'Inde. [61] En Méditerranée, les balbuzards pêcheurs présentent un comportement migratoire partiel, certains individus restant résidents, tandis que d'autres entreprennent des voyages migratoires relativement courts. [62]

Mortalité

Les balbuzards pêcheurs suédois ont un taux de mortalité significativement plus élevé pendant les saisons de migration que pendant les périodes stationnaires, avec plus de la moitié de la mortalité annuelle totale survenant pendant la migration. [63] Ces décès peuvent également être classés en modèles spatiaux : la mortalité printanière se produit principalement en Afrique, ce qui peut être attribué à la traversée du désert du Sahara . La mortalité peut également survenir à la suite d'incidents avec les services publics humains, tels que la nidification près de câbles électriques aériens ou des collisions avec des aéronefs. [64]

Conservation

Adultes sur un nid artificiel dans le New Jersey, États-Unis

Le balbuzard pêcheur a une large aire de répartition, couvrant 9 670 000 km 2 (3 730 000 milles carrés) rien qu'en Afrique et dans les Amériques, et possède une importante population mondiale estimée à 460 000 individus. Bien que les tendances mondiales de la population n'aient pas été quantifiées, l'espèce ne semble pas s'approcher des seuils du critère de déclin de la population de la Liste rouge de l'UICN (c'est-à-dire déclin de plus de 30 % en dix ans ou trois générations) l'espèce est évaluée comme Préoccupation mineure. [65] Il existe des preuves d'un déclin régional en Australie-Méridionale où d'anciens territoires situés dans le golfe Spencer et le long de la rivière Murray inférieure sont vacants depuis des décennies. [30]

À la fin du 19e et au début du 20e siècle, les principales menaces pesant sur les populations de balbuzard pêcheur étaient les collecteurs d'œufs et la chasse aux adultes avec d'autres oiseaux de proie, [39] [66] mais les populations de balbuzard pêcheur ont considérablement diminué dans de nombreuses régions dans les années 1950 et 1960 ; cela semble être dû en partie aux effets toxiques des insecticides tels que le DDT sur la reproduction. [67] Le pesticide a interféré avec le métabolisme du calcium de l'oiseau, ce qui a entraîné la formation d'œufs à coquille mince, facilement cassés ou infertiles. [27] Peut-être en raison de l'interdiction du DDT dans de nombreux pays au début des années 1970, ainsi que de la réduction de la persécution, le balbuzard pêcheur, ainsi que d'autres oiseaux de proie touchésespèces, ont fait des récupérations importantes. [35] En Australie-Méridionale, les sites de nidification sur la péninsule d'Eyre et l'île Kangourou sont vulnérables aux loisirs côtiers non gérés et au développement urbain envahissant. [30]

Représentations culturelles

Littérature

  • L'écrivain romain Pline l'Ancien a rapporté que les balbuzards parents faisaient voler leurs jeunes vers le soleil comme test et envoyaient ceux qui échouaient. [68]
  • Une autre légende étrange concernant cet oiseau de proie piscivore, dérivée des écrits d' Albertus Magnus et enregistrée dans les Chroniques de Holinshed , était qu'il avait un pied palmé et un pied griffu. [66] [69]
  • Le balbuzard pêcheur est mentionné dans le célèbre poème folklorique chinois "guan guan ju jiu" (關關雎鳩); "ju jiu" 雎鳩 fait référence au balbuzard pêcheur et "guan guan" (關關) à sa voix. Dans le poème, le balbuzard pêcheur est considéré comme une icône de fidélité et d'harmonie entre femme et mari, en raison de ses habitudes très monogames. Certains commentateurs ont affirmé que "ju jiu" dans le poème n'est pas le balbuzard pêcheur mais le canard colvert , puisque le balbuzard pêcheur ne peut pas émettre le son "guan guan". [70] [71]
  • Le poète irlandais William Butler Yeats a utilisé un balbuzard pêcheur errant gris comme représentation du chagrin dans The Wanderings of Oisin and Other Poems (1889). [68]
  • Il y avait une croyance médiévale selon laquelle les poissons étaient tellement hypnotisés par le balbuzard pêcheur qu'ils se retournaient sur le ventre en signe de reddition, [66] et cela est référencé par Shakespeare dans l'Acte 4 Scène 5 de Coriolan :

Je pense qu'il sera à Rome
Comme l'est le balbuzard pêcheur pour le poisson, qui le prend
Par souveraineté de la nature.

Religion

Dans le bouddhisme, le balbuzard pêcheur est parfois représenté comme le « roi des oiseaux », en particulier dans « Le Jātaka : ou, Histoires des naissances antérieures du Bouddha » , non. 486.

Iconographie

Le balbuzard pêcheur représenté dans les armoiries de Sääksmäki
L' insigne de casquette des Selous Scouts était un balbuzard pêcheur stylisé
  • En héraldique , le balbuzard pêcheur est généralement représenté comme un aigle blanc, [69] maintenant souvent un poisson dans ses serres ou son bec, et appelé « aigle de mer ». Il est historiquement considéré comme un symbole de vision et d'abondance ; plus récemment, il est devenu un symbole de réponses positives à la nature [66] et a été présenté sur plus de 50 timbres-poste internationaux . [72]
  • En 1994, le balbuzard pêcheur a été déclaré oiseau provincial de la Nouvelle-Écosse , Canada. [73]
  • C'est aussi l'oiseau officiel du Södermanland , en Suède.
  • L' insigne de casquette des Selous Scouts de Rhodésie (1973-1980) était un balbuzard pêcheur stylisé.
  • Les balbuzards pêcheurs sont une caractéristique commune des œuvres d'art des Premières Nations dans le nord-ouest du Pacifique, comme l'art Kwakwakaʼwakw . Ils sont souvent utilisés pour représenter le mythique Thunderbird à deux têtes.

Sport

Le balbuzard pêcheur est utilisé comme nom de marque pour divers produits et équipes sportives, comme les Ospreys (une équipe galloise de rugby ) et les Seattle Seahawks (une équipe de football américain de la National Football League ). La mascotte officielle des équipes sportives de l' Université de Caroline du Nord à Wilmington s'appelle Sammy C. Hawk. Le Riverhawk est la mascotte de la Northeastern State University à Tahlequah , Oklahoma. L'Osprey est la mascotte de l' Université de Floride du Nord à Jacksonville , en Floride.

Autre

Les panaches dits "de balbuzard pêcheur" étaient un élément important dans le commerce des panaches de la fin du 19e siècle et étaient utilisés dans les chapeaux, y compris ceux utilisés dans le cadre de l'uniforme de l'armée. Malgré leur nom, ces panaches ont en fait été obtenus à partir d' aigrettes . [74]

Au cours de la session ordinaire de 2017 de l' Assemblée législative de l'Oregon , il y a eu une controverse de courte durée sur le statut de la sturnelle de l'Ouest en tant qu'oiseau d'État par rapport au balbuzard pêcheur. Le débat parfois animé comprenait le représentant de l'État Rich Vial jouant la chanson de la sturnelle sur son smartphone au microphone de la Chambre. [75] Un compromis a été atteint dans SCR 18, [76] qui a été passé le dernier jour de la session, en désignant le meadowlark occidental comme l' oiseau chanteur d'état et le balbuzard pêcheur comme le raptor d'état .

Références

  1. ^ BirdLife International (2021). " Pandion haliaetus " . Liste rouge de l'UICN des espèces menacées . 2021 : e.T22694938A206628879. doi : 10.2305/IUCN.UK.2021-3.RLTS.T22694938A206628879.en . Récupéré le 9 mars 2022 .
  2. ^ " balbuzard pêcheur ". Le dictionnaire Chambers (9e éd.). Chambres. 2003. ISBN 0-550-10105-5.
  3. ^ Linné, Carl (1758). Systema naturae per regna tria naturae, classes secundum, ordines, genres, espèces, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Tomus I. Editio decima, reformata (en latin). Holmiae [Stockholm] : Laurentii Salvii. p. 91. F. cera pedibusque caeruleis, corpore supra fusco subtus albo, capite albido
  4. ^ un b " Pandion haliaetus " . Système d'information taxonomique intégré . Récupéré le 5 septembre 2007 .
  5. ^ Graves, R. (1955). "Les Fils de Pandion" . Mythes grecs . Londres : Pingouin. p.  320–323 . ISBN 0-14-001026-2.
  6. ^ Salzman, Éric (1993). "Classification des oiseaux de Sibley" . Observation d'oiseaux . 58 (2) : 91–98 . Récupéré le 5 septembre 2007 .
  7. ^ un bcd Tesky , Julie L. (1993). " Pandion haliaetus " . Département de l'agriculture des États-Unis, Service forestier . Récupéré le 6 septembre 2007 .
  8. ^ Barrow, MV (1998). Une passion pour les oiseaux : l'ornithologie américaine d'après Audubon . Princeton, NJ : Presse universitaire de Princeton. ISBN 0-691-04402-3.
  9. ^ Christidis, L.; Boles, NOUS (2008). Systématique et taxonomie des oiseaux australiens . Éditions Csiro. ISBN 978-0643065116.
  10. ^ "Pandion cristatus" . Avibase .
  11. ^ " Entrée Pandion " . Récupéré le 2 décembre 2010 .
  12. ^ Olson, SL (1985). "Chapitre 2. Le registre fossile des oiseaux". Biologie aviaire . Vol. 8. Presse académique. p. 79–238. doi : 10.1016/B978-0-12-249408-6.50011-X .
  13. ^ Mayr, Gérald (2006). "Un balbuzard pêcheur (Aves: Accipitridae: Pandioninae) du début de l'Oligocène d'Allemagne". Paléobiodiversité et paléoenvironnements . 86 (1): 93–96. doi : 10.1007/BF03043637 . S2CID 140677653 . 
  14. ^ un b Jobling, James A (2010). Le dictionnaire Helm des noms scientifiques d'oiseaux . Londres : Christopher Helm. pp.  185 , 290–291. ISBN 978-1-4081-2501-4.
  15. ^ haliaetos . Charlton T. Lewis et Charles Short. Un dictionnaire latin sur le projet Perseus .
  16. ^ ἁλιάετος , ἅλς , ἀετός . Liddell, Henry George ; Scott, Robert ; Un lexique grec-anglais au projet Perseus .
  17. ^ Livingston, CH (1943). " Balbuzard pêcheur et Ostril ". Notes de langue moderne . 58 (2): 91–98. doi : 10.2307/2911426 . JSTOR 2911426 . 
  18. ^ Morris, W. (1969). Le dictionnaire du patrimoine américain de la langue anglaise . Boston : American Heritage Publishing Co., Inc. et Houghton Mifflin Company.
  19. ^ " Balbuzard pêcheur " . Dictionnaire d'étymologie en ligne . Récupéré le 29 juin 2007 .
  20. ^ Simpson, J.; Weiner, E., éd. (1989). "Balbuzard". Dictionnaire anglais d'Oxford (2e éd.). Oxford : Clarendon Press. ISBN 0-19-861186-2.
  21. ^ un b Terres, JK (1980). L'encyclopédie de la société Audubon des oiseaux nord-américains . New York, NY : Knopf. p.  644–646 . ISBN 0-394-46651-9.
  22. ^ Ferguson-Lees, J.; Christie, DA (2001). Rapaces du monde . Compagnie Houghton Mifflin. ISBN 978-0-618-12762-7.
  23. ^ " Balbuzard pêcheur " . Tout sur les oiseaux . Cornell Lab d'ornithologie .P. h. carolinensis
  24. ^ un b "Osprey" (PDF) . Département de la protection de l'environnement du Connecticut. 1999. Archivé de l'original (PDF) le 10 juin 2012 . Récupéré le 30 septembre 2007 .
  25. ^ un b Forsman, Dick (2008). Les rapaces d'Europe et du Moyen-Orient : un manuel d'identification sur le terrain . Presse universitaire de Princeton. p. 21–25. ISBN 978-0-85661-098-1.
  26. ^ Peterson, Roger conservateur (1999). Un guide de terrain pour les oiseaux . Compagnie Houghton Mifflin. p. 136 . ISBN 978-0-395-91176-1.
  27. ^ un b Bull, J.; Farrand, J. Jr (1987). Guide de terrain de la société Audubon sur les oiseaux nord-américains : région de l'Est . New York : Alfred A. Knopf. p. 469 . ISBN 0-394-41405-5.
  28. ^ Hume, R. (2002). Oiseaux RSPB de Grande-Bretagne et d'Europe . Londres : Dorling Kindersley. p. 89 . ISBN 0-7513-1234-7.
  29. ^ Simpson, K.; Jour, N. ; Trusler, P. (1993). Guide de terrain des oiseaux d'Australie . Ringwood, Victoria : Viking O'Neil. p. 66. ISBN 0-670-90478-3.
  30. ^ un bc Dennis , TE (2007). "Répartition et statut du Balbuzard pêcheur ( Pandion haliaetus ) en Australie du Sud". Emu . 107 (4): 294-299. doi : 10.1071/MU07009 . S2CID 84883853 . 
  31. ^ Steadman, D. (2006). Extinction et biogéographie chez les oiseaux du Pacifique tropical . Presse de l'Université de Chicago. ISBN 978-0-226-77142-7.
  32. ^ Rasmussen, CP ; Anderton, JC (2005). Oiseaux d'Asie du Sud. Le Guide Ripley Vols 1 & 2 . Smithsonian Institution et Lynx Edicions. ISBN 978-8496553859.
  33. ^ Étrange, M. (2000). Un guide photographique des oiseaux d'Asie du Sud-Est, y compris les Philippines et Bornéo . Singapour : Periplus. p. 70. ISBN 962-593-403-0.
  34. ^ Monti, Flavio; Duriez, Olivier; Arnal, Véronique; Dominici, Jean-Marie; Sforzi, Andrea; Fusani, Léonida ; Grémillet, David; Montgelard, Claudine (17 novembre 2015). « Être cosmopolite : histoire évolutive et phylogéographie d'un rapace spécialisé, le Balbuzard pêcheur Pandion haliaetus » . Biologie évolutive BMC . 15 : 255. doi : 10.1186/s12862-015-0535-6 . ISSN 1471-2148 . PMC 4650845 . PMID 26577665 .   
  35. ^ un bc Evans , DL (1982). "Rapports de situation sur douze rapaces: rapport scientifique spécial sur la faune" (238). Département américain de l'intérieur, Fish and Wildlife Service. {{cite journal}}:Citer le journal nécessite |journal=( aide )
  36. ^ Poole, AF; Bierregaard, RO; Martell, MS (2002). Poole, A.; Gill, F. (éd.). Balbuzard pêcheur ( Pandion haliaetus ) . Les Oiseaux d'Amérique du Nord . Philadelphie, Pennsylvanie : Les oiseaux d'Amérique du Nord, Inc.
  37. ^ Dunne, Pete (2012). Hawks in flight : the flight identification of North American raptors (2e éd.). Boston : Houghton Mifflin Harcourt. ISBN 978-0-395-70959-7.
  38. ^ Goenka, DN (1985). "Le balbuzard pêcheur ( Pandion haliaetus haliaetus ) se nourrissant d'une mouette" . Journal de la Société d'histoire naturelle de Bombay . 82 (1): 193–194.
  39. ^ un bc Kirschbaum , K.; Watkins, P. " Pandion haliaetus " . Musée de zoologie de l'Université du Michigan . Récupéré le 3 janvier 2008 .
  40. ^ un b Clark, WS; Wheeler, BK (1987). Un guide de terrain sur les faucons d'Amérique du Nord . Boston : Houghton Mifflin. ISBN 0-395-36001-3.
  41. ^ " Pandion haliaetu s Linnaeus Osprey" (PDF) . Inventaire des caractéristiques naturelles du Michigan . Récupéré le 11 mai 2016 .
  42. ^ un bc Beruldsen , G. (2003). Oiseaux australiens : leurs nids et leurs œufs . Kenmore Hills, Queensland. p. 196. ISBN 0-646-42798-9.
  43. ^ "Le nid d'Osprey déplacé par les équipes de BC Hydro pèse 300 livres" . CBC News - Colombie-Britannique, Canada. 28 novembre 2014 . Récupéré le 18 mai 2016 .
  44. ^ " Balbuzard pêcheur " . Programme de la baie de Chesapeake . Récupéré le 4 avril 2013 .
  45. ^ Site de nidification d'Osprey sur une tour de transmission dans le Mecklembourg, en Allemagne
  46. ^ "Plans de plate-forme Osprey" . Récupéré le 23 novembre 2011 .
  47. ^ "Projet Osprey Watch" . Osprey-watch.org . Récupéré le 30 septembre 2013 .
  48. ^ un b Dennis, TE (2007). "Activité reproductive chez le balbuzard pêcheur ( Pandion haliaetus ) sur l'île Kangourou, Australie du Sud" . Emu . 107 (4): 300–307. doi : 10.1071/MU07010 . S2CID 85099678 . 
  49. ^ Poole, Alan F. Ospreys, Une histoire naturelle et non naturelle 1989
  50. ^ Flemming, SP; Bancroft, RP (1990). "Le pygargue à tête blanche attaque le nid d'Osprey" . Journal de recherche sur les rapaces . 24 : 26–27.
  51. ^ Macdonald, J.; Seymour, NR (1994). "Le pygargue à tête blanche attaque le balbuzard pêcheur adulte" (PDF) . Journal de recherche sur les rapaces . 28 (2): 122.
  52. ^ Froid, CW (1993). "Le Balbuzard pêcheur mâle adulte tué au nid par le Grand-duc d'Amérique". Pigeon voyageur . 55 : 269–270.
  53. ^ Lafontaine, AR; Fowler, JH (1976). "L'aigle royal se nourrit d'Osprey" . Pingouin . 93 : 390–391.
  54. ^ Willgohs, JF (1961). Le pygargue à queue blanche Haliaëtus albicilla albicilla (Linné) en Norvège . Presse des universités norvégiennes.
  55. ^ Reese, J. (1969). "Une population d'Osprey du Maryland il y a 75 ans et aujourd'hui" . Oiseaux du Maryland . 25 (4): 116–119.
  56. ^ Hoffman, Glenn L.; Wu, LY; Kingscote, AA (1953). " Scaphanocephalus expansus (Crepl.), un Trématode du Balbuzard pêcheur, en Amérique du Nord". Le Journal de parasitologie . 39 (5): 568. doi : 10.2307/3273860 . JSTOR 3273860 . 
  57. ^ Mullarney, Killian; Svensson, Lars; Zetterstrom, Dan; Grant, Peter (2001). Oiseaux d'Europe . Presse universitaire de Princeton. p. 74–75. ISBN 0-691-05054-6.
  58. ^ "Stratégies de migration et zones d'hivernage des balbuzards nord-américains révélées par la télémétrie par satellite" (PDF) . Bulletin Hiver 2000 . Microwave Telemetry Inc. Archivé de l'original (PDF) le 12 mai 2012 . Récupéré le 2 décembre 2008 .
  59. ^ Martell, MS; Mcmillian, MA; Solensky, MJ; Mealey, BK (2004). "Migration partielle et hivernage de la Floride par les balbuzards pêcheurs" (PDF) . Journal de recherche sur les rapaces . 38 (1): 55–61. miroir Archivé le 26 avril 2012 sur la Wayback Machine
  60. ^ Alerstam, T.; Merlu, M.; En ligneKjellen, N. (2006). "Modèles temporels et spatiaux des voyages migratoires répétés des balbuzards pêcheurs". Comportement des animaux . 71 (3): 555–566. doi : 10.1016/j.anbehav.2005.05.016 . S2CID 53149787 . 
  61. ^ Mundkur, Taej (1988). "Récupération d'un Balbuzard pêcheur annelé norvégien dans le Gujarat, Inde" . Journal de la Société d'histoire naturelle de Bombay . 85 (1): 190.
  62. ^ Monti, F.; Grémillet, D.; Sforzi, A.; Sammuri, G.; Dominici, JM; Bagur, RT ; Navarro, AM ; Fusani, L.; Duriez, O. (2018). "Stratégies de migration et d'hivernage dans les populations vulnérables de Balbuzard pêcheur méditerranéen". Ibis . 160 (3): 554–567. doi : 10.1111/ibi.12567 .
  63. ^ Klaassen, Raymond HG; Merlu, Mikael ; Strandberg, Roine; Koks, Ben J.; Trierweiler, Christiane; Exo, Klaus-Michael; Bairlein, Franz; Alerstam, Thomas (16 septembre 2013). "Quand et où la mortalité survient-elle chez les oiseaux migrateurs ? Preuve directe du suivi par satellite à long terme des rapaces" . Journal d'écologie animale . 83 (1): 176–184. doi : 10.1111/1365-2656.12135 . ISSN 0021-8790 . PMID 24102110 .  
  64. ^ Washburn, Brian E. (2014). "Conflits homme-balbuzard: industrie, services publics, communication et transport" . Journal de recherche sur les rapaces . 48 (4): 387–395. doi : 10.3356/jrr-ospr-13-04.1 . ISSN 0892-1016 . S2CID 30695523 .  
  65. ^ BirdLife International (2019). " Pandion haliaetus " . Liste rouge de l'UICN des espèces menacées . 2019 : e.T22694938A155519951. doi : 10.2305/IUCN.UK.2019-3.RLTS.T22694938A155519951.en . Récupéré le 12 novembre 2021 .
  66. ^ un bcd Cocker , Mark ; Mabey, Richard (2005). Oiseaux Britannica . Londres : Chatto & Windus. p. 136–141. ISBN 0-7011-6907-9.
  67. ^ Ames, P. (1966). "Résidus de DDT dans les œufs de l'Osprey dans le nord-est des États-Unis et leur relation avec le succès de nidification". Journal d'écologie appliquée . Société écologique britannique. 3 (Suppl.) : 87–97. doi : 10.2307/2401447 . JSTOR 2401447 . 
  68. ^ un b de Vries, Ad (1976). Dictionnaire des symboles et de l'imagerie . Amsterdam : Société d'édition de la Hollande du Nord. p. 352 . ISBN 0-7204-8021-3.
  69. ^ un b Cooper, JC (1992). Animaux symboliques et mythologiques . Londres : Aquarian Press. p. 170. ISBN 1-85538-118-4.
  70. ^ HU Vogel; GN Dux, éd. (2010). Concepts de la nature : une perspective transculturelle sino-européenne . Vol. 1. Brillant. ISBN 978-9004185265.
  71. ^ Jiang, Yi; Lepore, Ernest (2015). Langage et Valeur : ProtoSociologie . Vol. 31. BoD–Livres à la demande. ISBN 9783738622478.
  72. ^ " Balbuzard pêcheur " . Oiseaux du monde sur les timbres-poste . Récupéré le 1er janvier 2008 .
  73. ^ "Le balbuzard pêcheur" . Province de la Nouvelle-Écosse.
  74. ^ "Oiseaux et chapellerie" . Notes et nouvelles d'oiseau . 2 (1): 29. 1906.
  75. ^ "Les législateurs ajournent la session 2017 avec des résultats mitigés pour les plus grandes priorités" . OregonLive.com . 8 juillet 2017 . Récupéré le 15 octobre 2017 .
  76. ^ "RCS 18" . état.ou.nous . Récupéré le 15 octobre 2017 .

Remarques

  1. ^ six des 10000 espèces d'oiseaux terrestres comprennent Pandion haliaetus [ sensu lato ] et des espèces: la grande aigrette Ardea alba , l'aigrette du bétail Bubulcus ibis , l'ibis brillant Plegadis falcinellus , la chouette effraie Tyto alba et le faucon pèlerin Falco peregrinus .

Liens externes