Niger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Coordonnées : 16°N 8°E / 16°N 8°E / 16 ; 8

République du Niger
Devise: 
  • "Fraternité, Travail, Progrès"  ( Français )
  • "Fraternité, Travail, Progrès"
Hymne :  La Nigérienne
Localisation du Niger (vert foncé)
Localisation du Niger (vert foncé)
Capitale
et plus grande ville
Niamey 13°32′N 2°05′E
 / 13.533°N 2.083°E / 13,533 ; 2.083
Langues officiellesfrançais
Langues nationales [1]
Groupes ethniques
(2014) [2]
Religion
(2012) [3]
Démonyme(s)Nigérien ( / n i ʒ ɛər i ə n /  [4]
Gouvernement République unitaire semi-présidentielle
•  Président
Mohamed Bazoum
Ouhoumoudou Mahamadou
Ousseini Tinni
Corps législatifAssemblée nationale
Indépendance 
• République proclamée
18 décembre 1958
• Déclaré
3 août 1960
Zone
• Le total
1 267 000 km 2 (489 000 milles carrés) ( 21e )
• L'eau (%)
0,02
Population
• Estimation 2021
24 112 753 ( 57e )
• Recensement de 2012
17 138 707
• Densité
12,1/km 2 (31,3/mi²)
PIB  ( PPA )Estimation 2018
• Le total
23,475 milliards de dollars [5] ( 140e )
• Par habitant
1 213 $ [6] ( 183e )
PIB  (nominal)Estimation 2018
• Le total
9,869 milliards de dollars [7] ( 136e )
• Par habitant
510 $ [8] ( 179e )
Gini  (2014)Augmentation négative 34,0 [9]
moyen  ·  70e
IDH  (2019)Augmenter 0,394 [10]
bas  ·  189e
MonnaieFranc CFA d'Afrique de l'Ouest ( XOF )
Fuseau horaireUTC +1 ( WAT )
Côté conduiteà droite [11]
Indicatif d'appel+227
Code ISO 3166NE
TLD Internet.ne
  1. Le moins bien classé.

Niger ou le Niger [12] [13] ( / n i ʒ ɛər / ou / n ər / ; [14] [15] français:  [niʒɛʁ] ), officiellement la République du Niger , [12] [13] (haoussa: Jamhuriyar Nijar, peul: Renndaandi Niijér, arabe: جمهورية النيجر) est un pays enclavé en Afrique de l' Ouest porte le nom du fleuve Niger . Le Niger est bordé par la Libye au nord-est,Le Tchad à l'est, le Nigeria au sud, le Bénin et le Burkina Faso au sud-ouest, le Mali à l'ouest et l' Algérie au nord-ouest. Le Niger couvre une superficie de près de 1 270 000 km 2 (490 000 milles carrés), ce qui en fait le plus grand pays d' Afrique de l'Ouest . Plus de 80% de sa superficie se situe dans le désert du Sahara . La population majoritairement musulmane du pays d'environ 22 millions [16] [17] vit principalement en grappes dans l'extrême sud et l'ouest du pays. La capitale et la plus grande ville est Niamey , située dans le coin sud-ouest du Niger.

Le Niger est un pays en développement , qui se classe toujours au bas de l' Organisation des Nations Unies de l' indice de développement humain (IDH); il a été classé 187e sur 188 pays pour 2015 et 189e sur 189 pays dans les rapports 2018 et 2019. [18] De nombreuses régions non désertiques du pays sont menacées par la sécheresse et la désertification périodiques . L'économie est concentrée autour de l'agriculture de subsistance , avec une certaine agriculture d'exportation dans le sud plus fertile, et l'exportation de matières premières, en particulier de minerai d'uranium . Le Niger est confronté à de sérieux défis de développement en raison de son enclavement, de son terrain désertique, de son agriculture inefficace ,taux de fécondité sans contrôle des naissances et surpopulation qui en résulte , [19] le faible niveau d'éducation et la pauvreté de sa population, le manque d'infrastructures, les soins de santé médiocres et la dégradation de l'environnement .

La société nigérienne reflète une diversité tirée des longues histoires indépendantes de ses plusieurs groupes ethniques et régions et de leur période relativement courte de vie dans un seul État. Historiquement, ce qui est aujourd'hui le Niger a été en marge de plusieurs grands États. Depuis l'indépendance, les Nigériens ont vécu sous cinq constitutions et trois périodes de régime militaire . Après le coup d'État militaire de 2010, le Niger est devenu un État démocratique et multipartite. Une majorité de la population vit dans les zones rurales et a peu accès à l'enseignement supérieur.

Étymologie

Le nom du pays vient du fleuve Niger qui traverse l'ouest du pays ; l'origine du nom de la rivière est incertaine, bien qu'une théorie populaire veut qu'elle provienne du touareg n'eghirren , qui signifie « eau qui coule ». [20] La plus commune est la prononciation la version française de / n Ï ʒ ɛər / , bien que dans les médias anglophones / n ər / est également utilisé de temps en temps.

Histoire

Préhistoire

Gravure rupestre ancienne montrant des troupeaux de girafes, de bouquetins et d'autres animaux dans le sud du Sahara près de Tiguidit, Niger

Les humains habitent le territoire du Niger moderne depuis des millénaires ; des outils en pierre, certains datant d'aussi loin que 280 000 avant JC, ont été trouvés à Adrar Bous , Bilma et Djado dans le nord de la région d' Agadez . [21] Certaines de ces découvertes ont été liées aux cultures d'outils atériennes et moustériennes du Paléolithique moyen, qui ont prospéré en Afrique du Nord vers 90 000 av. [22] [21] On pense que ces premiers humains ont vécu un style de vie de chasseur-cueilleur. [21] Aux temps préhistoriques le climat du désert du Saharaétait beaucoup plus humide et fertile qu'elle ne l'est aujourd'hui, un phénomène que les archéologues appellent le « Sahara vert », qui offrait des conditions favorables à la chasse et plus tard à l'agriculture et à l'élevage. [23] [24]

L' ère néolithique a commencé vers 10 000 av. cette période a vu un certain nombre de changements importants, tels que l'introduction de la poterie (comme en témoignent à Tagalagal, Temet et Tin Ouffadene), la propagation de l'élevage du bétail et l'enterrement des morts dans des tumulus de pierre . [21] Comme le climat changé dans la période 4000-2800 avant JC , le Sahara a commencé progressivement sécher , en forçant un changement dans les habitudes de peuplement au sud et à l' est. [25] L'agriculture s'est généralisée, notamment la plantation de mil et de sorgho , ainsi que la production de poterie. [21] Les objets en fer et en cuivre apparaissent pour la première fois à cette époque, les premières découvertes comprenant ceux deAzawagh , Takedda , Marendet et le Massif du Termit . [26] [27] [28] Le Kiffian (vers 8000-6000 avant JC) et plus tard Tenerian cultures (vers 5000-2500 avant J.-C.), centrées sur Adrar Bous et Gobero où de nombreux squelettes ont été découverts, épanouies durant cette période. [29] [30] [31] [32] [33]

Vers la fin de cette période, jusqu'aux premiers siècles de notre ère, les sociétés ont continué à croître et à se complexifier, avec une différenciation régionale des pratiques agricoles et funéraires. Une culture notable de cette période tardive est la culture de Bura (vers 200-1300 après JC), du nom du site archéologique de Bura . où une sépulture remplie de nombreuses statuettes en fer et en céramique a été découverte. [34] L'ère néolithique a également vu fleurir l'art rupestre saharien, notamment dans les montagnes de l' Aïr , le massif du Termit, le plateau du Djado, Iwelene, Arakao, Tamakon, Tzerzait, Iferouane , Mammanet et Dabous; l'art couvre la période de 10 000 avant JC à 100 après JC et représente une gamme de sujets, de la faune variée du paysage aux représentations de personnages portant des lances surnommés «guerriers libyens». [35] [36] [37]

Empires et royaumes au Niger précolonial

Notre connaissance de l'histoire nigérienne ancienne est limitée par le manque de sources écrites, bien que l'on sache qu'au moins au 5ème siècle avant JC, le territoire du Niger moderne était devenu une zone de commerce transsaharien. Menés par les tribus touaregs du nord, les chameaux étaient utilisés comme moyen de transport bien adapté à travers ce qui était maintenant un immense désert. [38] [39] Cette mobilité, qui se poursuivra par vagues pendant plusieurs siècles, s'accompagne d'une nouvelle migration vers le sud et d'un métissage entre les populations d'Afrique subsaharienne et d'Afrique du Nord, ainsi que la diffusion progressive de l' islam . [40]Elle a également été aidée par l'invasion arabe de l'Afrique du Nord à la fin du VIIe siècle, qui a entraîné des mouvements de population vers le sud. [25] Plusieurs empires et royaumes ont prospéré au Sahel à cette époque. Leur histoire ne s'inscrit pas facilement dans les frontières modernes du Niger, qui ont été créées pendant la période du colonialisme européen ; ce qui suit adopte un compte à peu près chronologique des principaux empires.

Empire du Mali (1200s-1400s)

L'empire du Mali était un empire mandingue fondé par Soundiata Keita (r. 1230-1255) vers 1230 et existait jusqu'en 1600. Comme détaillé dans l' épopée de Soundiata , le Mali est devenu une région séparatiste de l' empire de Sosso , qui s'était lui-même divisé de l'ancien Empire du Ghana . Par la suite Mali a battu le Sosso à la bataille de Kirina en 1235 puis au Ghana en 1240. [41] [42] De son cœur autour de la Guinée-Mali région frontalière moderne, l'empire considérablement élargi sous les rois successifs et est venu pour dominer le Trans- Routes commerciales sahariennes, atteignant leur apogée pendant le règne de Mansa Musa (r. 1312-1337). [[la citation nécessaire ]À ce stade, certaines parties de ce qui est maintenant larégion de Tillabéri auNiger sonttombées sous la domination malienne.[41]Musulman, Mansa Musa a effectué lehajjen 1324-1325 et a encouragé la propagation de l'islamdans l'empire, bien qu'il semble que la plupart des citoyens ordinaires ont continué à maintenir leurs croyances animistes traditionnelles au lieu de ou à côté de la nouvelle religion.[41][43]L'empire a commencé à décliner au XVe siècle en raison d'une combinaison de luttes intestines au sujet de la succession royale, de rois faibles, du déplacement des routes commerciales européennes vers la côte et de rébellions à la périphérie de l'empire par lesMossi,Wolof,Touareget les peuples Songhaï . [43] Cependant, un royaume croupion malien a continué d'exister jusqu'à la fin des années 1600. [ citation nécessaire ]

Empire Songhaï (années 1000-1591)

Carte de l'empire Songhaï, superposée aux frontières modernes

L' empire Songhaï a été nommé d'après son principal groupe ethnique, les Songhaï ou Sonrai , et était centré sur le méandre du fleuve Niger dans le Mali moderne . Songhaï a commencé à coloniser cette région du 7e au 9e siècles; [la citation nécessaire ] par le début du 11ème siècle Gao (capitale de l'ancien royaume de Gao ) était devenue la capitale de l'empire. [44] [45] De 1000 à 1325, l'empire Songhaï a prospéré et a réussi à maintenir la paix avec l'empire du Mali, son puissant voisin à l'ouest. En 1325, Songhaï fut conquis par le Mali jusqu'à ce qu'il retrouve son indépendance en 1375. [ citation nécessaire] Sous le roi Sonni Ali (r. 1464–1492), Songhaï adopte une politique expansionniste qui atteint son apogée sous le règne d' Askia Mohammad I (r. 1493–1528) ; à ce stade, l'empire s'était considérablement étendu depuis son cœur du coude du Niger, y compris vers l'est où une grande partie du Niger occidental moderne est tombé sous sa domination, y compris Agadez , qui a été conquise en 1496. [21] [46] [47] Cependant, le l'empire a été incapable de résister aux attaques répétées de la dynastie Saadi du Maroc et a été vaincu de manière décisive à la bataille de Tondibi en 1591; l'empire s'est ensuite effondré en un certain nombre de royaumes plus petits. [45]

Sultanat de l'Aïr (1400s-1906)

La Grande Mosquée d'Agadez

Dans c. 1449 au nord de l'actuel Niger, le Sultanat de l'Aïr est fondé par le Sultan Ilisawan, basé à Agadez . [21] Autrefois petit comptoir commercial habité par un mélange de Haoussa et de Touaregs, le sultanat s'est enrichi grâce à sa position stratégique sur les routes commerciales transsahariennes. En 1515 Aïr a été conquise par Songhaï, reste une partie de cet empire jusqu'à son effondrement en 1591. [21] [40] Les siècles suivants présentent une image quelque peu confus, mais il semble que le sultanat est entré dans une baisse marquée par les guerres intestines et claniques conflits. [40]Lorsque les Européens ont commencé à explorer la région au 19ème siècle, une grande partie d'Agadez était en ruines, et elle a été reprise, quoique avec difficulté, par les Français ( voir ci-dessous ). [21] [40]

Empire Kanem-Bornu (700s-1700s)

À l'est, l' empire Kanem-Bornu a dominé la région autour du lac Tchad pendant une grande partie de cette période. [45] Elle a été fondée par les Zaghawa vers le VIIIe siècle et basée à Njimi , au nord-est du lac. Le royaume s'est progressivement étendu, en particulier pendant le règne de la dynastie Sayfawa qui a commencé en c. 1075 sous Mai (roi) Hummay . [48] [49] Le royaume a atteint sa plus grande étendue dans les années 1200, en grande partie grâce aux efforts de Mai Dunama Dibbalemi(r. 1210-1259), et s'est enrichi de son contrôle de nombreuses routes commerciales transsahariennes; une grande partie de l'est et du sud-est du Niger, notamment Bilma et Kaouar , était sous le contrôle du Kanem à cette époque. [50] L' islam avait été introduit dans le royaume par des commerçants arabes à partir du XIe siècle, gagnant progressivement plus de convertis au cours des siècles suivants. [48] Les attaques du peuple Bulala à la fin du 14ème siècle ont forcé le Kanem à se déplacer vers l'ouest du lac Tchad, où il est devenu connu sous le nom d'empire de Bornu, dirigé depuis sa capitale Ngazargamu à la frontière moderne entre le Niger et le Nigéria . [51] [48] [52] Bornu a prospéré pendant le règne deMai Idris Alooma (r. vers 1575-1610) et reconquis une grande partie des terres traditionnelles du Kanem, d'où la désignation « Kanem-Bornu » pour l'empire. À la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe, le royaume du Bornu était entré dans une longue période de déclin, se rétrécissant progressivement vers son cœur du lac Tchad, bien qu'il soit resté un acteur important dans la région. [45] [48]

Vers 1730-1740, un groupe de colons Kanuri dirigé par Mallam Yunus quitta le Kanem et fonda le Sultanat de Damagaram , centré sur la ville de Zinder . [40] Le sultanat est resté nominalement soumis à l' empire de Borno jusqu'au règne du sultan Tanimoune Dan Souleymane au milieu du 19e siècle, qui a déclaré l'indépendance et a lancé une phase d'expansion vigoureuse. [21] Le sultanat a réussi à résister à l'avancée du califat de Sokoto ( voir ci-dessous ), mais a ensuite été capturé par les Français en 1899. [21]

Les États haoussa et d'autres royaumes plus petits (1400s-1800s)

Surplombant la ville de Zinder et le Palais du Sultan depuis le fort français (1906). L'arrivée des Français a marqué une fin soudaine pour les États précoloniaux comme le Sultanat de Damagaram , qui n'exerçaient qu'en tant que « chefs » de cérémonie nommés par le gouvernement colonial.

Entre le fleuve Niger et le lac Tchad se trouvent divers royaumes du royaume haoussa , englobant la zone culturelle et linguistique connue sous le nom de haoussa qui chevauche la frontière moderne Niger-Nigéria . [53] Les origines des Haoussa sont obscures, bien qu'on pense qu'ils sont un mélange de peuples autochtones et de peuples migrants du nord et/ou de l'est, émergeant comme un peuple distinct dans les années 900-1400 lorsque les royaumes ont été fondés. [53] [21] [54] Ils ont progressivement adopté l'Islam à partir du 14ème siècle, bien que souvent cela existait aux côtés des religions traditionnelles, se développant dans des formes syncrétiques uniques; certains groupes haoussas, comme les Azna, ont totalement résisté à l'islam (la région deDogondoutchi reste un bastion animiste à ce jour). [21] [45] Les royaumes haoussa n'étaient pas une entité compacte mais plusieurs fédérations de royaumes plus ou moins indépendantes les unes des autres. Leur organisation était hiérarchique mais aussi quelque peu démocratique : les rois haoussa étaient élus par les notables du pays et pouvaient être révoqués par eux. [44] Les royaumes haoussa ont commencé comme sept États fondés, selon la légende de Bayajidda , par les six fils de Bawo. [53] [45] Bawo était le fils unique de la reine haoussa Daurama et Bayajidda ou ( Abu Yazid selon certains historiens nigériens) originaire de Bagdad. Les sept États haoussa originaux (souvent appelés « haoussa bakwai ») étaient : Daura (État de la reine Daurama ), Kano , Rano , Zaria , Gobir , Katsina et Biram . [44] [21] [54] Une extension de la légende indique que Bawo avait sept autres fils avec une concubine, qui a ensuite trouvé le soi-disant « Banza ( illégitime ) Bakwai » : Zamfara , Kebbi , Nupe , Gwari , Yauri , Ilorin et Kwararafa. [54] Un état plus petit ne rentrant pas dans ce schéma était Konni , centré sur Birni-N'Konni . [40]

Les Peuls (également appelés Peuls, Fulbe, etc.), un peuple pastoral présent dans tout le Sahel, ont commencé à migrer vers le Haoussa au cours des années 1200-1500. [45] [53] Au cours du 18ème siècle plus tard, de nombreux Peuls étaient mécontents de la forme syncrétique de l'Islam pratiquée là-bas; exploitant également le mépris de la population pour la corruption parmi l'élite haoussa, le savant peul Usman Dan Fodio (de Gobir) a déclaré un djihad en 1804. [40] [21] [55] Après avoir conquis la majeure partie du pays haoussa (mais pas le royaume est resté indépendant), il a proclamé le califat de Sokoto en 1809. [53]Certains des États haoussa ont survécu en fuyant vers le sud, comme les Katsina qui ont déménagé à Maradi dans le sud du Niger moderne. [45] Beaucoup de ces États survivants ont harcelé le califat et une longue période de guerres et d'escarmouches à petite échelle a commencé, certains États (comme Katsina et Gobir) conservant leur indépendance, tandis qu'ailleurs de nouveaux ont été formés (comme le Sultanat de Tessaoua ). Le califat a réussi à survivre jusqu'à ce que, fatalement affaibli par les invasions du chef de guerre basé au Tchad Rabih az-Zubayr , il est finalement tombé aux mains des Britanniques en 1903, ses terres étant plus tard partagées entre la Grande-Bretagne et la France. [56]

D'autres royaumes plus petits de la période incluent le royaume de Dosso , un régime zarma fondé en 1750 qui a résisté à la domination des États haoussa et sokoto. [40]

Niger français (1900-1958)

Au XIXe siècle, les Européens ont commencé à s'intéresser davantage à l'Afrique ; plusieurs explorateurs européens ont voyagé dans la région du Niger moderne, comme Mungo Park (en 1805-1806), l' expédition Oudney - Denham - Clapperton (1822-1825), Heinrich Barth (1850-1855 ; avec James Richardson et Adolf Overweg ), Friedrich Gerhard Rohlfs (1865-67), Gustav Nachtigal (1869-74) et Parfait-Louis Monteil (1890-92). [21]

Plusieurs pays européens possédaient déjà des colonies littorales en Afrique et, dans la seconde moitié du siècle, ils commencèrent à tourner leurs regards vers l'intérieur du continent. Ce processus, connu sous le nom de « Scramble for Africa », a abouti à la conférence de Berlin de 1885 au cours de laquelle les puissances coloniales ont esquissé la division de l'Afrique en sphères d'influence. À la suite de cela, la France a pris le contrôle de la haute vallée du fleuve Niger (à peu près équivalente aux régions du Mali et du Niger modernes ). [57] La France entreprend alors de concrétiser sa domination sur le terrain. En 1897, l'officier français Marius Gabriel Cazemajou est envoyé au Niger ; il a atteint leSultanat de Damagaram en 1898 et séjourna à Zinder à la cour du sultan Amadou Kouran Daga, mais il fut tué plus tard car Daga craignait de s'allier avec le chef de guerre basé au Tchad Rabih az-Zubayr. [40] En 1899-1900, la France coordonne trois expéditions — la mission Gentil du Congo français , la mission Foureau-Lamy d' Algérie et la mission Voulet-Chanoine de Tombouctou — dans le but de relier les possessions africaines de la France. [57] Les trois se sont finalement rencontrés à Kousséri (dans l'extrême nord du Cameroun ) et ont vaincu les forces de Rabih az-Zubayr auBataille de Kousseri . La mission Voulet-Chanoine a été entachée de nombreuses atrocités et est devenue notoire pour avoir pillé, pillé, violé et tué de nombreux civils locaux lors de son passage dans le sud du Niger. [40] [21] Le 8 mai 1899, en représailles à la résistance de la reine Sarraounia , le capitaine Voulet et ses hommes assassinent tous les habitants du village de Birni-N'Konni dans ce qui est considéré comme l'un des pires massacres en français histoire coloniale. [40] Les méthodes brutales de Voulet et Chanoine font scandale et Paris est contraint d'intervenir ; cependant, lorsque le lieutenant-colonel Jean-François Klobb a rattrapé la mission près de Tessaouapour les relever du commandement, il fut tué. Le lieutenant Paul Joalland , ancien officier de Klobb, et le lieutenant Octave Meynier ont finalement repris la mission à la suite d'une mutinerie au cours de laquelle Voulet et Chanoine ont été tués. [21]

Le territoire militaire du Niger a ensuite été créé au sein de la colonie du Haut-Sénégal et du Niger (Burkina Faso, Mali et Niger actuels) en décembre 1904 avec pour capitale Niamey , alors à peine plus qu'un gros village. [21] La frontière avec la colonie britannique du Nigeria au sud a été finalisée en 1910, une délimitation approximative ayant déjà été convenue par les deux puissances via plusieurs traités au cours de la période 1898-1906. [57] La capitale du territoire a été déplacée à Zinder en 1912 lorsque le territoire militaire du Niger a été séparé du Haut-Sénégal et du Niger, avant d'être ramené à Niamey en 1922 lorsque le Niger est devenu une colonie à part entière au sein de l'Afrique occidentale française . [21][40] Les frontières du Niger ont été tracées en plusieurs étapes et ont été fixées à leur position actuelle à la fin des années 1930. Divers ajustements territoriaux ont eu lieu au cours de cette période : les zones à l'ouest du fleuve Niger n'ont été rattachées au Niger qu'en 1926-1927, et lors de la dissolution de la Haute-Volta (Burkina Faso actuel) en 1932-1947, une grande partie de l'est de ce territoire a été ajouté au Niger; [58] [40] et à l'est les monts Tibesti ont été transférés au Tchad en 1931. [59]

Les Français ont généralement adopté une forme de gouvernement indirect, permettant aux structures indigènes existantes de continuer à exister dans le cadre colonial de la gouvernance à condition qu'elles reconnaissent la suprématie française. [21] Le Zarma du royaume de Dosso en particulier s'est avéré favorable à la règle française, en les utilisant comme alliés contre les empiètements de Haoussa et d'autres états voisins ; au fil du temps, les Zarma sont ainsi devenus l'un des groupes les plus éduqués et occidentalisés du Niger. [40] Cependant, les menaces perçues contre la domination française, telles que la rébellion de Kobkitanda dans la région de Dosso (1905-1906), dirigée par le religieux aveugle Alfa Saibou, et la révolte de Karma dans la vallée du Niger (décembre 1905-mars 1906) dirigée par Oumarou Karma ont été réprimés avec force, tout comme ce dernier Hamallayyaet les mouvements religieux Hauka . [21] [40] [60] Bien que largement réussis à soumettre les populations sédentaires du sud, les Français ont rencontré beaucoup plus de difficultés avec les Touaregs du nord (centrés sur le Sultanat de l'Aïr à Agadez), et la France n'a pas pu occuper Agadez jusqu'en 1906. [21] La résistance touareg se poursuit cependant, culminant avec la révolte de Kaocen de 1916–17, menée par Ag Mohammed Wau Teguidda Kaocen , avec le soutien des Senussi du Fezzan ; la révolte fut violemment réprimée et Kaocen s'enfuit au Fezzan, où il fut tué plus tard. [40]Un sultan fantoche est installé par les Français et le déclin et la marginalisation du nord de la colonie se poursuivent, exacerbés par une série de sécheresses. [40] Bien qu'il soit resté quelque chose d'un marigot, un certain développement économique limité a eu lieu au Niger pendant les années coloniales, comme l'introduction de la culture de l' arachide . [21] Diverses mesures visant à améliorer la sécurité alimentaire à la suite d'une série de famines dévastatrices en 1913, 1920 et 1931 ont également été introduites. [21] [40]

Pendant la Seconde Guerre mondiale , pendant laquelle la France continentale était occupée par l'Allemagne nazie , Charles de Gaulle a publié la Déclaration de Brazzaville, déclarant que l'empire colonial français serait remplacé après-guerre par une Union française moins centralisée . [61] L'Union française, qui a duré de 1946 à 1958, a conféré une forme limitée de citoyenneté française aux habitants des colonies, avec une certaine décentralisation du pouvoir et une participation limitée à la vie politique des assemblées consultatives locales. C'est durant cette période que le Parti Progressiste Nigérien ( Parti Progressiste Nigérien , ou PPN, à l'origine une branche du Rassemblement Démocratique Africain, ouLe Rassemblement Démocratique Africain – RDA) a été formé sous la direction de l'ancien enseignant Hamani Diori , ainsi que du Mouvement Socialiste Africain-Sawaba (MSA) degauchedirigé par Djibo Bakary . À la suite de la loi de réforme d'outre-mer ( Loi-cadre ) du 23 juillet 1956 et de l'instauration de la Ve République française le 4 décembre 1958, le Niger est devenu un État autonome au sein de la Communauté française . Le 18 décembre 1958, une République autonome du Niger est officiellement créée sous la houlette de Hamani Diori. Le MSA a été interdit en 1959 pour sa position anti-française excessive perçue. [62]Le 11 juillet 1960, le Niger décide de quitter la Communauté française et acquiert la pleine indépendance le 3 août 1960 ; Diori devient ainsi le premier président du pays.

Niger indépendant (1960-présent)

Années Diori (1960-1974)

Le président Hamani Diori et le président allemand en visite Heinrich Lübke saluent les foules lors d'une visite d'État à Niamey, en 1969. Le régime du parti unique de Diori était caractérisé par de bonnes relations avec l'Occident et une préoccupation pour les affaires étrangères.

Pendant ses 14 premières années en tant qu'État indépendant, le Niger a été dirigé par un régime civil à parti unique sous la présidence de Hamani Diori. [63] Les années 1960 ont été en grande partie pacifiques et ont vu une grande expansion du système éducatif et un développement économique et une industrialisation limités. [40] Les liens avec la France sont restés profonds, Diori permettant le développement de l' extraction d' uranium dirigée par les Français à Arlit et soutenant la France dans la guerre d'Algérie . [40] Les relations avec les autres États africains étaient pour la plupart positives, à l'exception du Dahomey (Bénin), en raison d'une frontière en courscontestation. Le Niger est resté un État à parti unique tout au long de cette période, Diori ayant survécu à un coup d'État planifié en 1963 et à une tentative d'assassinat en 1965; une grande partie de cette activité a été orchestrée par le groupe MSA-Sawaba de Djibo Bakary, qui avait lancé une rébellion avortée en 1964. [40] [64] Au début des années 1970, une combinaison de difficultés économiques, de sécheresses dévastatrices et d'accusations de corruption généralisée et de mauvaise gestion des l'approvisionnement alimentaire a entraîné un coup d'État qui a renversé le régime Diori.

Premier régime militaire (1974-1991)

Le coup d'État avait été orchestré par le colonel Seyni Kountché et un petit groupe militaire sous le nom de Conseil militaire suprême , Kountché continuant à diriger le pays jusqu'à sa mort en 1987. [40] La première action du gouvernement militaire fut de faire face à la crise alimentaire. [65] Alors que les prisonniers politiques du régime Diori sont libérés après le coup d'État et que le pays se stabilise, les libertés politiques et individuelles en général se dégradent au cours de cette période. Il y a eu plusieurs tentatives de coups d'État (en 1975, 1976 et 1984) qui ont été déjouées, leurs instigateurs étant sévèrement punis. [40]

Malgré la restriction de la liberté, le pays a connu un développement économique amélioré alors que Kountché cherchait à créer une « société de développement », financée en grande partie par les mines d'uranium de la région d'Agadez . [40] Plusieurs sociétés parapubliques ont été créées, de grandes infrastructures (bâtiment et nouvelles routes, écoles, centres de santé) ont été construites, et il y avait une corruption minimale dans les agences gouvernementales, que Kountché n'a pas hésité à punir sévèrement. [66] Dans les années 1980, Kountché a commencé à desserrer prudemment l'emprise de l'armée, avec un certain relâchement de la censure d'État et des tentatives de « civiliser » le régime. [40] Cependant, le boom économique a pris fin suite à l'effondrement des prix de l'uranium, et le FMI-les mesures d'austérité et de privatisation menées ont provoqué l'opposition de nombreux Nigériens. [40] En 1985, une petite révolte touareg à Tchintabaraden a été réprimée. [40] Kountché est décédé en novembre 1987 d'une tumeur au cerveau et a été remplacé par son chef d'état-major, le colonel Ali Saibou , qui a été confirmé comme chef du Conseil militaire suprême quatre jours plus tard. [40]

Saibou a considérablement réduit les aspects les plus répressifs de l'ère Kountché (comme la police secrète et la censure des médias) et a entrepris d'introduire un processus de réforme politique sous la direction générale d'un seul parti (le Mouvement National pour la Société du Développement , ou MNSD). [40] Une Seconde République est déclarée et une nouvelle constitution est élaborée, qui est adoptée à la suite d'un référendum en 1989. [40] Le général Saibou devient le premier président de la Seconde République après avoir remporté l' élection présidentielle du 10 décembre 1989. [67] ]

Les efforts du président Saibou pour contrôler les réformes politiques ont échoué face aux revendications des syndicats et des étudiants d'instituer un système démocratique multipartite . Le 9 février 1990, une marche étudiante violemment réprimée à Niamey a entraîné la mort de trois étudiants, ce qui a accru la pression nationale et internationale en faveur de nouvelles réformes démocratiques. [40] Le régime de Saibou a acquiescé à ces demandes à la fin de 1990. [40] Pendant ce temps, les troubles ont réapparu dans la région d'Agadez lorsqu'un groupe de Touaregs armés a attaqué la ville de Tchintabaraden (généralement considérée comme le début de la première rébellion touareg ), provoquant une sévère répression militaire qui a fait de nombreux morts (les chiffres précis sont contestés, avec des estimations allant de 70 à 1 000).[40]

Ali Saibou, président 1987-1993, a aidé à superviser la transition d'un régime militaire à un régime civil

Conférence nationale et Troisième République (1991-1996)

La Conférence Nationale Souveraine de 1991 a marqué un tournant dans l'histoire post-indépendance du Niger et a conduit à la démocratie multipartite. Du 29 juillet au 3 novembre, une conférence nationale a réuni tous les éléments de la société pour faire des recommandations pour l'orientation future du pays. La conférence a été présidée par le professeur André Salifou et a élaboré un plan pour un gouvernement de transition; celui-ci a ensuite été installé en novembre 1991 pour gérer les affaires de l'État jusqu'à la mise en place des institutions de la Troisième République en avril 1993. Après la Conférence nationale souveraine, le gouvernement de transition a rédigé une nouvelle constitution qui a supprimé l'ancien système de parti unique de la Constitution de 1989 et garantissait plus de libertés. La nouvelle constitution a été adoptée par référendum le 26 décembre 1992. [68][68] À la suite de cela, des élections présidentielles ont eu lieu et Mahamane Ousmane est devenu le premier président de la Troisième République le 27 mars 1993. [40] [67] La présidence d'Ousmane a été caractérisée par turbulences politiques, avec quatre changements de gouvernement et desélections en 1995, ainsi qu'une grave crise économique que le gouvernement de coalition s'est avéré incapable de résoudre efficacement. [40]

Les violences dans la région d'Agadez se sont poursuivies au cours de cette période, incitant le gouvernement nigérien à signer une trêve avec les rebelles touaregs en 1992, qui fut cependant inefficace en raison de dissensions internes au sein des rangs touaregs. [40] Une autre rébellion, menée par des peuples toubous mécontents affirmant que, comme les Touaregs, le gouvernement nigérien avait négligé leur région, éclate dans l'est du pays. [40] En avril 1995, un accord de paix avec le principal groupe rebelle touareg a été signé, le gouvernement acceptant d'absorber certains anciens rebelles dans l'armée et, avec l'aide française, d'aider les autres à retrouver une vie civile productive. [69]

Deuxième régime militaire et troisième régime militaire (1996-1999)

La paralysie gouvernementale a incité les militaires à intervenir ; le 27 janvier 1996, le colonel Ibrahim Baré Maïnassara a mené un coup d'État qui a renversé le président Ousmane et mis fin à la Troisième République. [70] [71] Maïnassara a dirigé un Conseil de Salut National composé d'officiers militaires qui a effectué une période de transition de six mois, au cours de laquelle une nouvelle constitution a été rédigée et adoptée le 12 mai 1996. [40]

Des campagnes présidentielles sont organisées dans les mois qui suivent. Maïnassara est entré dans la campagne en tant que candidat indépendant et a remporté les élections le 8 juillet 1996, mais les élections ont été considérées comme irrégulières aux niveaux national et international, car la commission électorale a été remplacée pendant la campagne. [40] Pendant ce temps, Maïnassara a lancé un programme de privatisation approuvé par le FMI et la Banque mondiale qui a enrichi nombre de ses partisans mais a été combattu par les syndicats. [40] À la suite d'élections locales frauduleuses en 1999, l'opposition a cessé toute coopération avec le régime de Maïnassara. [40] Dans des circonstances peu claires (éventuellement en tentant de fuir le pays), Maïnassara est assassiné àAéroport de Niamey le 9 avril 1999. [72] [73]

Le major Daouda Malam Wanké a ensuite pris le relais, créant un Conseil de réconciliation nationale de transition pour superviser la rédaction d'une constitution avec un système semi-présidentiel à la française . Celui-ci a été adopté le 9 août 1999 et a été suivi d' élections présidentielles et législatives en octobre et novembre de la même année. [74] Les élections ont été généralement jugées libres et équitables par les observateurs internationaux. Wanké se retire alors des affaires gouvernementales. [40]

Cinquième République (1999-2009)

Un combattant rebelle touareg dans le nord du Niger pendant la deuxième rébellion touareg, 2008

Après avoir remporté les élections de novembre 1999, le président Tandja Mamadou a prêté serment le 22 décembre 1999 en tant que premier président de la Ve République. Mamadou a entraîné de nombreuses réformes administratives et économiques qui avaient été interrompues en raison des coups d'État militaires depuis la Troisième République, et a contribué à résoudre pacifiquement un différend frontalier avec le Bénin depuis des décennies. [75] [76] En août 2002, de graves troubles au sein des camps militaires se sont produits à Niamey , Diffa et Nguigmi., mais le gouvernement a réussi à rétablir l'ordre en quelques jours. Le 24 juillet 2004, les premières élections municipales de l'histoire du Niger ont eu lieu pour élire les élus locaux, préalablement nommés par le gouvernement. Ces élections ont été suivies d'élections présidentielles, au cours desquelles Mamadou a été réélu pour un second mandat, devenant ainsi le premier président de la république à remporter des élections consécutives sans être destitué par des coups d'État militaires. [40] [77] La configuration législative et exécutive est restée assez similaire à celle du premier mandat du président : Hama Amadou a été reconduit comme premier ministre et Mahamane Ousmane , le chef du parti CDS, a été réélu président de l'Assemblée nationale (parlement) par ses pairs.

En 2007, les relations entre le président Tandja Mamadou et son premier ministre s'étaient détériorées, conduisant au remplacement de ce dernier en juin 2007 par Seyni Oumarou à la suite d'un vote de défiance réussi à l'Assemblée. [40] L'environnement politique s'est détérioré l'année suivante lorsque le président Tandja Mamadou a cherché à prolonger sa présidence en modifiant la constitution qui limitait les mandats présidentiels au Niger. Les partisans de la présidence prolongée, ralliés au mouvement 'Tazartche' (Haoussa pour 'overstay'), ont été contrés par des opposants ('anti-Tazartche') composés de militants des partis d'opposition et de militants de la société civile. [40]

La situation dans le nord s'est également considérablement détériorée au cours de cette période, entraînant le déclenchement d'une deuxième rébellion touareg en 2007 dirigée par le Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ). Malgré un certain nombre d'enlèvements très médiatisés, la rébellion s'était en grande partie éteinte sans succès en 2009. [40] Cependant, la mauvaise situation sécuritaire dans la région aurait permis à des éléments d' Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) de prendre pied. à la campagne. [40]

Quatrième régime militaire (2009-2010)

En 2009, le président Tandja Mamadou a décidé d'organiser un référendum constitutionnel visant à prolonger sa présidence , ce qui a été contesté par d'autres partis politiques, ainsi que contre la décision de la Cour constitutionnelle qui avait jugé que le référendum serait inconstitutionnel. Mamadou a ensuite modifié et adopté une nouvelle constitution par référendum, qui a été déclarée illégale par la Cour constitutionnelle, incitant Mamadou à dissoudre la Cour et à assumer des pouvoirs d'urgence. [78] [79] L'opposition a boycotté le référendum et la nouvelle constitution a été adoptée avec 92,5% des électeurs et un taux de participation de 68%, selon les résultats officiels. L'adoption de la nouvelle constitution a créé une Sixième République, avec un système présidentiel, ainsi que la suspension de la Constitution de 1999 et un gouvernement intérimaire de trois ans avec Tandja Mamadou comme président. Les événements ont généré de graves troubles politiques et sociaux dans tout le pays. [40]

Lors d'un coup d'État en février 2010, une junte militaire dirigée par le capitaine Salou Djibo a été créée en réponse à la tentative de prolongation de son mandat politique par Tandja en modifiant la constitution. [80] Le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie , dirigé par le général Salou Djibo, a mis en œuvre un plan de transition d'un an, rédigé une nouvelle constitution et organisé des élections en 2011 qui ont été jugées internationalement libres et équitables.

Septième République (2010-présent)

Suite à l'adoption d'une nouvelle constitution en 2010 et aux élections présidentielles un an plus tard, Mahamadou Issoufou a été élu premier président de la Septième République ; il est ensuite réélu en 2016. [81] [40] La constitution rétablit également le système semi-présidentiel qui avait été aboli un an plus tôt. Une tentative de coup d'État contre lui en 2011 a été déjouée et ses meneurs arrêtés. [82] Le mandat d'Issoufou a été marqué par de nombreuses menaces à la sécurité du pays, liées aux retombées de la guerre civile libyenne et du conflit au nord du Mali., une augmentation des attaques d'AQMI, l'utilisation du Niger comme pays de transit pour les migrants (souvent organisés par des gangs criminels) et le débordement de l' insurrection nigériane de Boko Haram dans le sud-est du Niger. [83] Les forces françaises et américaines aident actuellement le Niger à contrer ces menaces. [84]

Le 27 décembre 2020, les Nigériens se sont rendus aux urnes après qu'Issoufou a annoncé sa démission, ouvrant la voie à la toute première transition pacifique du pouvoir au Niger. [85] Cependant, aucun candidat n'a obtenu la majorité absolue dans le vote : Mohamed Bazoum s'en est approché avec 39,33%. Conformément à la constitution, un second tour a eu lieu le 20 février 2021, Bazoum recueillant 55,75 % des voix et le candidat de l'opposition (et ancien président) Mahamane Ousmane 45,25 %, selon la commission électorale. [86]

Le 31 mars 2021, les forces de sécurité nigériennes ont déjoué une tentative de coup d'État d'une unité militaire dans la capitale, Niamey . Des tirs nourris ont été entendus aux premières heures près du palais présidentiel du pays. L'attaque a eu lieu deux jours seulement avant que le président nouvellement élu, Mohamed Bazoum , ne prête serment. La Garde présidentielle a arrêté plusieurs personnes au cours de l'incident. [87] Le 2 avril 2021, Bazoum a prêté serment en tant que président du Niger , ce qui signifie la première transition démocratique du pouvoir du pays depuis l'indépendance en 1960. [88]

Géographie, climat et écologie

Une carte du Niger
Image satellite du Niger

Le Niger est un pays enclavé d' Afrique de l'Ouest situé le long de la frontière entre le Sahara et les régions subsahariennes . Il borde le Nigeria et le Bénin au sud, le Burkina Faso et le Mali à l'ouest, l' Algérie et la Libye au nord et le Tchad à l'est.

Le Niger se situe entre les latitudes 11° et 24°N et les longitudes et 16°E . La superficie du Niger est de 1 267 000 kilomètres carrés (489 191 milles carrés) dont 300 kilomètres carrés (116 milles carrés) d'eau. Cela en fait un peu moins de deux fois la taille de la France et le vingt-deuxième plus grand pays du monde. [89]

Le Niger borde sept pays et a un périmètre total de 5 697 kilomètres (3 540 mi). La frontière la plus longue est avec le Nigeria au sud (1 497 km ou 930 mi). Viennent ensuite le Tchad à l'est, à 1 175 km (730 mi), l' Algérie au nord-nord-ouest (956 km ou 594 mi) et le Mali à 821 km (510 mi). Le Niger a également de petites frontières dans son extrême sud-ouest avec le Burkina Faso à 628 km (390 mi) et le Bénin à 266 km (165 mi) et au nord-nord-est de la Libye à 354 km (220 mi).

Le point le plus bas est le fleuve Niger , avec une altitude de 200 mètres (656 pieds). Le point culminant est le mont Idoukal-n-Taghès dans les montagnes de l' Aïr à 2 022 m (6 634 pi).

Climat

Carte du Niger de la classification climatique de Köppen

Le climat du Niger est principalement très chaud et très sec, avec beaucoup de zones désertiques . A l'extrême sud, règne un climat tropical sur les bords du bassin du fleuve Niger. Le terrain est principalement composé de plaines désertiques et de dunes de sable , avec une savane plate à vallonnée au sud et des collines au nord.

Environnement

Un éléphant dans le parc national du W

Le territoire du Niger contient cinq écorégions terrestres: sahélienne savane Acacia , Ouest savane soudanienne , le lac Tchad a inondé la savane , steppe sud saharien et les forêts , et l' Ouest saharien forêts montagnardes xériques . [90]

Le nord du Niger est couvert de grands déserts et semi-déserts. La faune typique des mammifères est constituée d' antilopes addax , d' oryx algazelles , de gazelles et, dans les montagnes, de mouflons. L'une des plus grandes réserves du monde, la Réserve Naturelle Nationale de l' Aïr et du Ténéré , a été fondée dans le nord du Niger pour protéger ces espèces rares.

Les parties méridionales du Niger sont des savanes naturellement dominées. Le Parc National du W , situé dans la zone frontalière du Burkina Faso et du Bénin , appartient à l'une des zones les plus importantes pour la faune en Afrique de l'Ouest, qui est appelée le Complexe WAP (W ArliPendjari ). Il abrite la population la plus importante du rare lion d'Afrique de l'Ouest et l'une des dernières populations de guépard d'Afrique du Nord-Ouest .

Les autres animaux sauvages comprennent les éléphants, les buffles, les antilopes rouannes , les antilopes kob et les phacochères. La girafe d'Afrique de l'Ouest ne se trouve actuellement pas dans le parc national du W, mais plus au nord au Niger, où elle a sa dernière population relique.

Les problèmes environnementaux au Niger incluent les pratiques agricoles destructrices dues à la pression démographique. La chasse illégale, les feux de brousse dans certaines zones et l'empiètement humain sur les plaines inondables du fleuve Niger pour la culture du riz sont des problèmes environnementaux. Les barrages construits sur le fleuve Niger dans les pays voisins du Mali et de la Guinée ainsi qu'à l'intérieur même du Niger sont également cités comme une raison de la réduction du débit d'eau dans le fleuve Niger, qui a un effet direct sur l'environnement. Un manque de personnel adéquat pour garder la faune dans les parcs et réserves est un autre facteur cité pour la perte de la faune. [91]

Gouvernance et politique

La nouvelle constitution du Niger a été approuvée le 31 octobre 2010. Elle a rétabli le système de gouvernement semi-présidentiel de la constitution de 1999 (Ve République) dans lequel le président de la république, élu au suffrage universel pour un mandat de cinq ans, et un premier ministre nommés par le président partagent le pouvoir exécutif .

Reflet de l'augmentation de la population du Niger, l' Assemblée nationale monocamérale a été élargie en 2004 à 113 députés élus pour un mandat de cinq ans selon un système de représentation majoritaire. Les partis politiques doivent obtenir au moins 5 % des voix pour obtenir un siège à l'Assemblée législative.

La constitution prévoit également l'élection populaire des élus municipaux et locaux, et les premières élections municipales réussies ont eu lieu le 24 juillet 2004. L'Assemblée nationale a adopté en juin 2002 une série de projets de loi sur la décentralisation. Dans un premier temps, les pouvoirs administratifs seront répartis entre 265 communes (conseils locaux) ; dans les étapes ultérieures, les régions et les départements seront établis en tant qu'entités décentralisées. Un nouveau code électoral a été adopté pour refléter le contexte de décentralisation. Le pays est actuellement divisé en 8 régions, qui sont subdivisées en 36 districts (départements). L'administrateur en chef (gouverneur) de chaque département est nommé par le gouvernement et fonctionne principalement en tant qu'agent local des autorités centrales.

Le 26 mai 2009, le président Tandja a dissous le parlement après que la cour constitutionnelle du pays se soit prononcée contre l'organisation d'un référendum sur l'opportunité de lui permettre un troisième mandat. Selon la constitution, un nouveau parlement a été élu dans les trois mois. [92] Cela a commencé une lutte politique entre Tandja, essayant d'étendre son autorité à durée limitée au-delà de 2009 par l'établissement d'une Sixième République, et ses opposants qui ont exigé qu'il démissionne à la fin de son deuxième mandat en décembre 2009. Voir 2009 Crise constitutionnelle nigérienne . L'armée a pris le contrôle du pays et le président Tandja a été mis en prison, accusé de corruption.

L'armée a tenu sa promesse de ramener le pays à un régime civil démocratique. Un référendum constitutionnel et des élections nationales ont eu lieu. Une élection présidentielle a eu lieu le 31 janvier 2011, mais comme aucun vainqueur clair n'a émergé, un second tour a eu lieu le 12 mars 2011. Mahamadou Issoufou du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme a été élu président. Une élection parlementaire a eu lieu en même temps. [93] [94] [95]

Relations étrangères

Drapeau du Niger à l'ambassade de Paris

Le Niger mène une politique étrangère modérée et entretient des relations amicales avec l'Occident et le monde islamique ainsi qu'avec les pays non alignés. Il appartient à l'ONU et à ses principales agences spécialisées et, en 1980-1981, a siégé au Conseil de sécurité de l' ONU . Le Niger entretient des relations privilégiées avec l'ancienne puissance coloniale française et entretient des relations étroites avec ses voisins ouest-africains.

Elle est membre fondateur de l' Union africaine et de l' Union monétaire ouest-africaine et appartient également à l' Autorité du bassin du Niger et de la Commission du bassin du lac Tchad , à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest , au Mouvement des non-alignés , à l' Organisation de la coopération islamique et à la Organisation pour l'Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique ( OHADA ). Les régions les plus à l'ouest du Niger sont reliées aux régions contiguës du Mali et du Burkina Faso sous l' Autorité du Liptako-Gourma .

Le différend frontalier avec le Bénin, hérité de l'époque coloniale et concernant entre autres l' île de Lété sur le fleuve Niger , a été réglé par la Cour internationale de justice en 2005 à l'avantage du Niger.

Militaire

Les Forces armées nigériennes (Forces armées nigériennes) sont les forces militaires et paramilitaires du Niger, dirigées par le président en tant que commandant suprême. Ils se composent de l'armée nigérienne (Armée de Terre), de l'Armée de l'Air du Niger (Armée de l'Air) et des forces paramilitaires auxiliaires, telles que la Gendarmerie nationale (Gendarmerie nationale) et la Garde nationale (Garde Nationale) . Les deux forces paramilitaires sont entraînées de manière militaire et ont des responsabilités militaires en temps de guerre. En temps de paix, leurs tâches sont principalement des tâches de police.

Les forces armées sont composées d'environ 12 900 personnels, dont 3 700 gendarmes , 3 200 gardes nationaux , 300 militaires de l'armée de l'air et 6 000 militaires. Les forces armées du Niger ont été impliquées dans plusieurs coups d'État militaires au fil des ans, le plus récent en 2010. Les forces armées du Niger ont une longue histoire de coopération militaire avec la France et les États-Unis. Depuis 2013 , Niamey abrite une base de drones américaine.

Système judiciaire

Le pouvoir judiciaire actuel du Niger a été créé avec la création de la IVe République en 1999. La constitution de décembre 1992 a été révisée par référendum national le 12 mai 1996 et, à nouveau, par référendum, révisée dans sa version actuelle le 18 juillet 1999. Elle est basé sur le Code Napoléon " Système Inquisitorial ", établi au Niger pendant la domination coloniale française et la Constitution du Niger de 1960. La Cour d'appel examine les questions de fait et de droit, tandis que la Cour suprême examine l'application de la loi et les questions constitutionnelles. La Haute Cour de justice (HCJ) traite les affaires impliquant de hauts fonctionnaires. Le système judiciaire comprend également des tribunaux pénaux civils, des tribunaux coutumiers, une médiation traditionnelle et un tribunal militaire. [96]Le tribunal militaire accorde les mêmes droits que les tribunaux pénaux civils; cependant, les tribunaux coutumiers ne le font pas. Le tribunal militaire ne peut pas juger des civils. [97]

Forces de l'ordre

L'application de la loi au Niger est du ressort du Ministère de la Défense à travers la Gendarmerie Nationale et du Ministère de l'Intérieur à travers la Police Nationale et la Garde Nationale . La police nationale est principalement responsable de l'application de la loi dans les zones urbaines. En dehors des grandes villes et dans les zones rurales, cette responsabilité incombe à la Gendarmerie nationale et à la Garde nationale .

Finances publiques

Les finances publiques sont des exportations de revenus dérivés (exportations minières, pétrolières et agricoles) ainsi que diverses formes de taxes collectées par le gouvernement. Dans le passé, l'aide étrangère a contribué à des pourcentages importants du budget. En 2013, le gouvernement nigérien a adopté un budget à déficit zéro de 1 279 000 milliards de francs CFA (2,53 milliards de dollars) censé équilibrer les recettes et les dépenses par une réduction de 11% du budget par rapport à l'année précédente. [98]

Le budget 2014 était de 1 867 milliards de FCFA qui se répartit comme suit selon : la dette publique (76 703 692 000 FCFA), les dépenses de personnel (210 979 633 960 FCFA), les dépenses de fonctionnement (128 988 777 711 FCFA) ; subventions et transferts : 308 379 641 366 CFA) et Investissement (1 142 513 658 712 CFA). [99]

L'aide étrangère

L'importance de l'appui extérieur pour le développement du Niger est démontrée par le fait qu'environ 45 % du budget de l'exercice 2002 du gouvernement, dont 80 % de son budget d'investissement, proviennent des ressources des donateurs. [100] Les donateurs les plus importants au Niger sont la France, l' Union européenne , la Banque mondiale , le Fonds monétaire international et diverses agences des Nations Unies ( PNUD , UNICEF , FAO , Programme alimentaire mondial et Fonds des Nations Unies pour la population ).

Les autres principaux donateurs sont les États-Unis, la Belgique, l'Allemagne, la Suisse, le Canada et l' Arabie saoudite . Alors que l' USAID n'a pas de bureau au Niger, les États-Unis sont un donateur majeur, contribuant près de 10 millions de dollars chaque année au développement du Niger. Les États-Unis sont également un partenaire majeur dans la coordination des politiques dans des domaines tels que la sécurité alimentaire et le VIH/SIDA.

divisions administratives

Divisions administratives du Niger

Le Niger est divisé en 7 régions et un district de la capitale. Ces Régions sont subdivisées en 36 départements . Les 36 Départements sont actuellement décomposés en Communes de natures diverses. En 2006, il y avait 265 communes, y compris les communes urbaines (communes urbaines : en tant que subdivisions des grandes villes), les communes rurales (communes rurales), dans les zones peu peuplées et les postes administratifs (postes administratifs) pour les zones désertiques en grande partie inhabitées ou les zones militaires.

Les communes rurales peuvent contenir des villages et des établissements officiels, tandis que les communes urbaines sont divisées en quartiers. Les subdivisions du Niger ont été renommées en 2002, dans la mise en œuvre d'un projet de décentralisation, commencé en 1998. Auparavant, le Niger était divisé en 7 départements, 36 arrondissements et communes. Ces subdivisions étaient administrées par des fonctionnaires nommés par le gouvernement national. Ces bureaux seront remplacés à l'avenir par des conseils élus démocratiquement à chaque niveau.

Les départements d' avant 2002 (rebaptisés régions) et le district de la capitale sont :

Les plus grandes villes et villages

Économie

Une représentation proportionnelle des exportations nigériennes, 2019
Niamey , capitale et pôle économique du Niger

L'économie du Niger est centrée sur les cultures de subsistance, l'élevage et certains des plus grands gisements d'uranium au monde. Les cycles de sécheresse, la désertification, un taux de croissance démographique de 2,9 % et la baisse de la demande mondiale d'uranium ont miné l'économie.

Le Niger partage une monnaie commune, le franc CFA , et une banque centrale commune, la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), avec sept autres membres de l' Union monétaire ouest-africaine . Le Niger est également membre de l' Organisation pour l'harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA). [102]

Niamey la nuit

En décembre 2000, le Niger a bénéficié d'un allégement renforcé de sa dette dans le cadre du programme du Fonds monétaire international en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) et a conclu un accord avec le Fonds pour la réduction de la pauvreté et la Facilité pour la croissance (FRPC). L'allégement de la dette accordé dans le cadre de l'initiative PPTE renforcée réduit considérablement les obligations annuelles du service de la dette du Niger, libérant des fonds pour les dépenses de soins de santé de base, l'enseignement primaire, la prévention du VIH/SIDA, les infrastructures rurales et d'autres programmes axés sur la réduction de la pauvreté.

Marché de Dolé

En décembre 2005, il a été annoncé que le Niger avait bénéficié d'un allégement de 100 % de la dette multilatérale du FMI , ce qui se traduit par l'annulation d'environ 86 millions de dollars américains de dettes envers le FMI, à l'exclusion du reste de l'aide au titre de l'Initiative PPTE. Près de la moitié du budget du gouvernement provient de ressources de donateurs étrangers. La croissance future peut être soutenue par l'exploitation du pétrole, de l'or, du charbon et d'autres ressources minérales. Les prix de l'uranium se sont quelque peu redressés au cours des dernières années. Une sécheresse et une infestation de criquets en 2005 ont entraîné des pénuries alimentaires pour pas moins de 2,5 millions de Nigériens.

Société

Démographie

Femmes peules avec des tatouages ​​faciaux traditionnels

En 2018 , la population du Niger était de 22 442 831 [16] [17] . Passant d'une population de 3,4 millions d'habitants en 1960, la population du Niger a rapidement augmenté avec un taux de croissance actuel de 3,3 % (7,1 enfants par mère). [103] [104]

Ce taux de croissance est l'un des plus élevés au monde et inquiète le gouvernement et les agences internationales. [105] La population est majoritairement jeune, avec 49,2 % de moins de 15 ans et 2,7 % de plus de 65 ans, et majoritairement rurale avec seulement 21 % vivant en milieu urbain. [103]

Une étude de 2005 [ laquelle ? ] a déclaré que plus de 800 000 personnes (près de 8 % de la population) au Niger sont réduites en esclavage . [106] [107] [108]

Établissements urbains

Villes du Niger
Rang Ville Population Région
Recensement de 2001 [109] Recensement de 2012 [109]
1. Niamey 690 286 978 029 Niamey
2. Maradi 148 017 267 249 Région de Maradi
3. Zinder 170 575 235 605 Région de Zinder
4. Tahoua 73 002 117.826 Région de Tahoua
5. Agadez 77 060 110 497 Région d'Agadez
6. Arlit 68 835 78 651 Région d'Agadez
7. Birni N'Konni 44 663 63 169 Région de Tahoua
8. Dosso 43 561 58 671 Région de Dosso
9. Gaya 28 385 45 465 Région de Dosso
dix. Tessaoua 31 667 43 409 Région de Maradi

Groupes ethniques

Groupes ethniques au Niger (Recensement 2001) [110]
Groupes ethniques pour cent
Haoussa
55,4%
Zarma & Songhaï
21%
Touareg
9,3%
Peul
8,5%
Kanuri
4,7%
Toubou
0,4%
arabe
0,4%
Gurma
0,4%
Autre
0,1%

Le Niger a une grande variété de groupes ethniques comme dans la plupart des pays d'Afrique de l'Ouest. La composition ethnique du Niger en 2001 est la suivante : Hausa (55,4 %), Zarma & Songhay (21 %), Touareg (9,3 %), Fula ( français : Peuls ; Fula : Fulɓe ) (8,5 %), Kanuri Manga (4,7 %), Tubu (0,4%), Arabe (0,4%), Gourmantché (0,4%), autres (0,1%). [103] Les Zarma et Songhay dominent les régions de Dosso, Tillabéri et Niamey, les Haoussadominent les régions de Zinder, Maradi et Tahoua, Kanuri Manga domine la région de Diffa et les Touaregs dominent la région d'Agadez au nord du Niger. [110]

Langues

Le français, hérité de la période coloniale, est la langue officielle . Il est parlé principalement comme langue seconde par des personnes ayant reçu une éducation occidentale formelle et sert de langue administrative. Le Niger est membre de l' Organisation Internationale de la Francophonie depuis 1970.

Le Niger a dix reconnues les langues nationales , à savoir l' arabe , Boudoumas , Fulfulde , Gourmanchéma , Hausa , Kanuri , Zarma & Songhay , Tamasheq , Tassawaq , Tebu . [1] Chacun est parlé comme première langue principalement par le groupe ethnique auquel il est associé. [111] [112] Hausa et Zarma-Songhai, les deux langues les plus parlées, sont largement parlées dans tout le pays comme première ou deuxième langue.

Religion

La religion au Niger
religion pour cent [3]
Islam
99,3%
Christianisme
0,3%
Animisme
0,2%
Irréligieux
0,1%

Le Niger est un pays laïc et la séparation de l'État et de la religion est garantie par les articles 3 et 175 de la Constitution de 2010, qui stipulent que les futurs amendements ou révisions ne peuvent modifier le caractère laïc de la République du Niger. La liberté religieuse est protégée par l'article 30 de la même constitution. L'islam , répandu dans la région depuis le Xe siècle, a grandement façonné la culture et les mœurs du peuple nigérien. L'islam est la religion la plus dominante, pratiquée par 99,3% de la population selon le recensement de 2012. [3]

Les deux autres religions principales du Niger sont le christianisme , pratiqué par 0,3% de la population, et l'animisme ( croyances religieuses traditionnelles indigènes ), pratiqué par 0,2% de la population. [3] Le christianisme a été établi plus tôt dans le pays par des missionnaires pendant les années coloniales françaises. D'autres communautés chrétiennes urbaines d'expatriés d'Europe et d'Afrique de l'Ouest sont également présentes. La persécution religieuse est rare au Niger, qui est classé dernier (#50) sur la liste de surveillance mondiale pour la gravité des persécutions auxquelles les chrétiens sont confrontés pour avoir activement poursuivi leur foi.

Le nombre de pratiquants animistes est un point de discorde. Pas plus tard qu'à la fin du XIXe siècle, une grande partie du centre-sud de la nation n'était pas touchée par l'islam, et la conversion de certaines zones rurales n'a été que partielle. Il existe encore des zones où les fêtes et traditions animistes (comme la religion Bori ) sont pratiquées par des communautés musulmanes syncrétiques (dans certaines zones haoussa ainsi que chez certains éleveurs Toubou et Wodaabe ), par opposition à plusieurs petites communautés qui maintiennent leur pré- religion islamique. Il s'agit notamment de la communauté maouri de langue haoussa (ou Azna , le mot haoussa pour « païen ») à Dogondoutci dans le sud-sud-ouest et leKanuri parlant Manga près de Zinder , qui pratiquent tous deux des variantes de la religion préislamique Hausa Maguzawa . Il y a aussi quelques minuscules communautés animistes Boudouma et Songhay dans le sud-ouest. [113]

Islam

La majorité des musulmans du Niger sont sunnites , 7 % sont chiites , 5 % sont ahmadiyya et 20 % non confessionnels . [114] [115] L' islam s'est répandu dans ce qui est aujourd'hui le Niger à partir du XVe siècle, à la fois par l'expansion de l' empire Songhaï à l'ouest et par l'influence du commerce transsaharien venant du Maghreb et de l' Égypte . L' expansion des Touaregs du nord, culminant avec leur saisie des oasis d'Extrême-Orient de l' empire Kanem-Bornu au 17ème siècle, a répandu des pratiques typiquement berbères .

Petite mosquée à Filingue

Les régions zarma et haoussa ont toutes deux été fortement influencées par les confréries soufies dirigées par les Fula des XVIIIe et XIXe siècles , notamment le califat de Sokoto (dans le Nigeria d'aujourd'hui). La pratique musulmane moderne au Niger est souvent liée aux confréries soufies Tijaniya , bien qu'il existe de petits groupes minoritaires liés aux ordres soufis Hammallism et Nyassist à l'ouest, et les Sanusiya à l'extrême nord-est. [113]

Un petit foyer d'adeptes du mouvement salafiste au sein de l'islam sunnite est apparu ces trente dernières années, dans la capitale et à Maradi . [116] Ces petits groupes, liés à des groupes similaires à Jos , au Nigeria, ont pris de l'importance dans les années 1990 lors d'une série d'émeutes religieuses. [117] [118] [119]

Malgré cela, le Niger conserve une tradition d' État laïc , protégé par la loi. [120] Les relations interconfessionnelles sont jugées très bonnes et les formes d'islam traditionnellement pratiquées dans la majeure partie du pays sont marquées par la tolérance des autres confessions et l'absence de restrictions à la liberté personnelle. [121] L'alcool, comme la Bière Niger produite localement, est vendu ouvertement dans la majeure partie du pays.

Éducation

Une classe primaire au Niger

Le taux d'alphabétisation du Niger est parmi les plus bas au monde ; en 2005, il était estimé à seulement 28,7% (42,9% d'hommes et 15,1% de femmes). [122] L'enseignement primaire au Niger est obligatoire pendant six ans. [123] Les taux de scolarisation et de fréquentation du primaire sont faibles, en particulier pour les filles. [123] En 1997, le taux brut de scolarisation primaire était de 29,3 pour cent, et en 1996, le taux net de scolarisation primaire était de 24,5 pour cent. [123]

Environ 60 pour cent des enfants qui terminent l'école primaire sont des garçons, car la majorité des filles fréquentent rarement l'école pendant plus de quelques années. [123] Les enfants sont souvent forcés de travailler plutôt que d'aller à l'école, en particulier pendant les périodes de plantation ou de récolte . [123] Les enfants nomades du nord du pays n'ont souvent pas accès à l'école. [123]

Santé

Le taux de mortalité infantile au Niger (décès d'enfants âgés de 1 à 4 ans) est élevé (248 pour 1 000) en raison de conditions de santé généralement médiocres et d'une nutrition inadéquate pour la plupart des enfants du pays. Selon l'organisation Save the Children , le Niger a le taux de mortalité infantile le plus élevé au monde . [124]

HPITAL DE RÉFÉRENCE DE MARADI

Le Niger a également le taux de fécondité le plus élevé au monde (6,49 naissances par femme selon les estimations de 2017) ; [125] cela a fait que près de la moitié (49,7 %) de la population nigérienne avait moins de 15 ans en 2020. [126] Le Niger a le 11e taux de mortalité maternelle le plus élevé au monde avec 820 décès/100 000 naissances vivantes. [127] Il y avait 3 médecins et 22 infirmières pour 100 000 personnes en 2006. [128]

L'eau potable est rare par rapport aux normes mondiales, avec des différences significatives entre les zones urbaines et rurales. Dans l' indice de développement humain des Nations Unies , le Niger est en bas. La sécheresse et la désertification affectent de nombreux pays. Bien sûr, l'eau potable est importante pour une société et une économie sûres. 92 % de la population vit dans les zones rurales de la région de Tillabéri le long de la frontière occidentale, et il y a une pénurie chronique d'eau potable, en particulier pendant la saison chaude, lorsque les températures dépassent régulièrement les 40 degrés Celsius. [129] [130] [131]

Seulement 40 % des 30 000 habitants de Téra , une ville au nord-ouest de la capitale du pays Niamey et proche de la frontière du Burkina Faso, ont accès à une infrastructure publique d'eau en état de marche. [129] [132] [133] La Société de Patrimoine des Eaux du Niger (SPEN), l'autorité nigérienne de l'eau, a ouvert dix forages et construit une station d'épuration en 2018 pour fournir de l'eau potable à Téra et ses environs. L'approvisionnement en eau s'est épuisé environ un an plus tard, et l'installation de traitement de l'eau a été forcée de fermer. [129] [134]

Avec l'aide d'un fonds de don du gouvernement néerlandais, la Banque européenne d'investissement collabore avec l'autorité de l'eau du Niger pour trouver des solutions aux problèmes d'eau au Niger. La Banque mondiale a identifié le Niger comme l'une des 18 régions fragiles d' Afrique subsaharienne . La banque de l'UE a l'habitude d'investir dans des régions comme celles-ci. [135]

La Banque européenne d'investissement et l'Autorité de l'eau du Niger étudient deux options pour faire face aux pénuries d'eau de Téra. Le premier choix est de réparer le réservoir d'eau à la périphérie de la ville. Un autre choix est de traiter et de transporter l'eau du fleuve Niger, qui est situé à plus de 100 kilomètres à l'est. Les villages entre Téra et le fleuve Niger auront également accès aux égouts. La Banque européenne d'investissement se penchera également sur les énergies renouvelables comme moyen de réduire les coûts. [135]

Culture

Cavaliers au festival traditionnel du Ramadan au Palais du Sultan dans la ville haoussa de Zinder
Une maison traditionnelle à Zinder

La culture nigérienne est marquée par la variation, témoignage du carrefour culturel que le colonialisme français a formé en un État unifié dès le début du XXe siècle. Ce qui est aujourd'hui le Niger a été créé à partir de quatre aires culturelles distinctes à l'époque précoloniale : les Zarma et les Songhaï dominaient la vallée du fleuve Niger au sud-ouest ; la périphérie nord du pays haoussa , composée principalement des États qui avaient résisté au califat de Sokoto , et s'étendait le long de la longue frontière sud avec le Nigeria ; le bassin du lac Tchad et Kaouar à l'extrême est, peuplé d' agriculteurs Kanuri et de Touboules pasteurs qui faisaient autrefois partie de l' empire Kanem-Bornu ; et les nomades touaregs des montagnes de l' Aïr et du désert saharien dans le vaste nord.

Chacune de ces communautés, ainsi que des groupes ethniques plus petits comme les pasteurs Wodaabe Fula , ont apporté leurs propres traditions culturelles au nouvel État du Niger. Alors que les gouvernements successifs de l'après-indépendance ont essayé de forger une culture nationale partagée, celle-ci a été lente à se former, en partie parce que les principales communautés nigériennes ont leur propre histoire culturelle, et en partie parce que les groupes ethniques nigériens tels que les Hausa , les Touareg et les Kanuri sont mais fait partie de communautés ethniques plus larges qui traversent les frontières introduites sous le colonialisme.

Jusqu'aux années 1990, le gouvernement et la politique étaient excessivement dominés par Niamey et le peuple Zarma de la région environnante. Dans le même temps, la pluralité de la population, dans les régions frontalières haoussa entre Birni-N'Konni et Maine-Soroa , s'est souvent tournée culturellement davantage vers le haoussa du Nigeria que vers Niamey. Entre 1996 et 2003, la fréquentation de l'école primaire était d'environ 30 % [136] dont 36 % d'hommes et seulement 25 % de femmes. L'enseignement complémentaire se fait dans les madrasas .

Festivals et événements culturels

Fête de Guérewol

Les participants au Guérewol exécutent la danse de Guérewol , 1997.

Le festival de Guérewol est un événement culturel traditionnel Wodaabe qui se déroule à Abalak dans la région de Tahoua ou à In'Gall dans la région d'Agadez . Il s'agit d'un rituel de parade nuptial traditionnel annuel pratiqué par le peuple Wodaabe (Fula) du Niger. Au cours de cette cérémonie, des jeunes hommes vêtus d'ornements élaborés et maquillés de peintures faciales traditionnelles se rassemblent en lignes pour danser et chanter, rivalisant pour attirer l'attention des jeunes femmes à marier. Le festival de Guérewol est une attraction internationale et a été présenté dans des films et des magazines aussi importants que le National Geographic .

Fête de la Cure Salée

"La Cure salée" (en anglais: Salt Cure) est un festival annuel des nomades touaregs et wodaabes à In'Gall dans la région d'Agadez pour célébrer traditionnellement la fin de la saison des pluies. Pendant trois jours, le festival présente un défilé de chameliers touaregs suivi de courses de chameaux et de chevaux, de chants, de danses et de contes.

Médias

Le Niger a commencé à développer divers médias à la fin des années 90. Avant la Troisième République, les Nigériens n'avaient accès qu'aux médias d'État étroitement contrôlés. [137] Or Niamey contient des dizaines de journaux et de magazines ; certains, comme Le Sahel , sont gérés par le gouvernement, tandis que beaucoup critiquent le gouvernement. [138] [139] La radio est le média le plus important, car les téléviseurs sont au-delà du pouvoir d'achat de la plupart des ruraux pauvres et l'analphabétisme empêche la presse écrite de devenir un média de masse. [91]

En plus des services de radio nationaux et régionaux du radiodiffuseur public ORTN , il existe quatre réseaux de radio privés qui totalisent plus de 100 stations. Trois d'entre eux—le Groupe Anfani , Sarounia et Tenere—sont des réseaux FM urbains au format commercial dans les grandes villes. [140] Il existe également un réseau de plus de 80 radios communautaires réparties dans les sept régions du pays, régie par le Comité de Pilotage de Radios de Proximité (CPRP), une organisation de la société civile. Les réseaux de radio du secteur indépendant sont estimés collectivement par les responsables du CPRP à couvrir quelque 7,6 millions de personnes, soit environ 73% de la population (2005).

Outre les stations de radio nigériennes, le service haoussa de la BBC est écouté sur des répéteurs FM dans de vastes régions du pays, en particulier dans le sud, près de la frontière avec le Nigeria. Radio France Internationale rediffuse également en français par l'intermédiaire de certaines stations commerciales, via le satellite. Tenere FM gère également une chaîne de télévision nationale indépendante du même nom. [140]

Malgré une relative liberté au niveau national, les journalistes nigériens se disent souvent soumis à des pressions de la part des autorités locales. [141] Le réseau public de l'ORTN dépend financièrement du gouvernement, en partie par le biais d'une surtaxe sur les factures d'électricité et en partie par le biais de subventions directes. Le secteur est gouverné par le Conseil Supérieur de Communications , institué en tant qu'organe indépendant au début des années 1990, dirigé depuis 2007 par Daouda Diallo . Des groupes internationaux de défense des droits humains ont critiqué le gouvernement depuis au moins 1996 pour avoir utilisé la réglementation et la police pour punir les critiques de l'État. [142] [143]

Voir également

Les références

  1. ^ a b République du Niger, "Loi n° 2001-037 du 31 décembre 2001 fixant les modalités de promotion et de développement des langues nationales." L'aménagement linguistique dans le monde Archivé le 19 octobre 2018 à la Wayback Machine (consulté le 21 septembre 2016)
  2. ^ Niger , récupéré le 12 mars 2021
  3. ^ a b c d Institut national de la statistique (novembre 2015). "Recensement général de la population et de l'habitat 2012" (PDF) . Archivé (PDF) à partir de l'original le 13 juillet 2018 . Récupéré le 12 juillet 2018 .
  4. ^ "Nigerien - définition de nigérien en anglais des dictionnaires d'Oxford" . Archivé de l'original le 1er mars 2018 . Consulté le 1er mars 2018 .
  5. ^ "Rapport pour les groupes de pays et les sujets sélectionnés (évaluation PPP du PIB du pays)" . FMI. Archivé de l'original le 9 juin 2020 . Consulté le 14 novembre 2018 .
  6. ^ Base de données des perspectives de l'économie mondiale, janvier 2018 Archivé le 3 mai 2018 à la Wayback Machine , Fonds monétaire international Archivé le 14 février 2006 à Archive-It . Base de données mise à jour le 12 avril 2017. Consulté le 21 avril 2017.
  7. ^ "Base de données des perspectives économiques mondiales. Rapport pour les pays et sujets sélectionnés" . Fonds monétaire international . 17 avril 2018. Archivé de l'original le 9 juin 2020 . Consulté le 14 novembre 2018 .
  8. ^ Base de données des perspectives de l'économie mondiale, avril 2018 Archivé le 26 avril 2018 à la Wayback Machine , Fonds monétaire international . Consulté le 17 avril 2018.
  9. ^ Indice GINI de la Banque mondiale Archivé le 9 février 2015 sur la Wayback Machine , consulté le 21 janvier 2016.
  10. ^ Rapport sur le développement humain 2020 La prochaine frontière: le développement humain et l'anthropocène (PDF) . Programme de développement des Nations Unies. 15 décembre 2020. p. 343-346. ISBN  978-92-1-126442-5. Archivé (PDF) de l'original le 15 décembre 2020 . Récupéré le 16 décembre 2020 .
  11. ^ De quel côté de la route roulent-ils ? Archivé le 14 avril 2012 à la Wayback Machine Brian Lucas. Août 2005. Récupéré le 28 janvier 2009.
  12. ^ un b "ISO 3166" . Plateforme de navigation en ligne ISO. Archivé de l'original le 17 juin 2016 . Consulté le 12 mai 2017 .
  13. ^ un b "Noms géographiques du monde UNGEGN" . Division de statistique des Nations Unies. 1er mars 2017. Archivé de l'original le 28 juillet 2011 . Consulté le 12 mai 2017 .
  14. ^ Comment prononcez-vous « Niger » ? Archivé le 14 mars 2012 sur la Wayback Machine de Slate.com , récupéré le 4 mars 2012
  15. ^ "Niger". Le dictionnaire American Heritage® de la langue anglaise, quatrième édition . 2003. Houghton Mifflin Company 22 février 2013 thefreedictionary.com/Niger Archivé le 12 mai 2013 à la Wayback Machine
  16. ^ un b " " Perspectives de la population mondiale – Division de la population " " . population.un.org . Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies , Division de la population . Récupéré le 9 novembre 2019 .
  17. ^ a b " " Population totale globale " - World Population Prospects: The 2019 Revision " (xslx) . population.un.org (données personnalisées acquises via le site Web). Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies , Division de la population . Récupéré le 9 novembre 2019 .
  18. ^ "Dernier classement de l'indice de développement humain (IDH) (2018)" . hdr.undp.org . PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES NATIONS UNIES. Archivé de l'original le 18 novembre 2018 . Consulté le 21 septembre 2018 .
  19. ^ "Explosion de population" . L'économiste . 16 août 2014. Archivé de l'original le 29 juillet 2015 . Consulté le 3 août 2015 .
  20. ^ Atlas AZ . New York : Dorling Kindersley. 2004. p. 289.
  21. ^ un b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y Geels, Jolijn, (2006) Bradt Travel Guide - Niger , pgs. 15-22
  22. ^ Planter, Harold L.; Aldeias, Véra ; Jacobs, Zénobie ; Olszewski, Deborah I. ; Rezek, Zeljko; Lin, Sam C.; Alvarez-Fernández, Esteban; Barshay-Szmidt, Carolyn C.; Hallett-Desguez, Emily (1er mars 2013). « Sur les attributions industrielles de l'Atérien et du Moustérien du Maghreb ». Journal de l'évolution humaine . 64 (3) : 194-210. doi : 10.1016/j.jhevol.2012.10.010 . PMID 23399349 . 
  23. ^ Gwin, Pierre. "Lost Tribes of the Green Sahara" Archivé le 3 septembre 2010 à la Wayback Machine , National Geographic , septembre 2008.
  24. ^ Oliver, Roland (1999), The African Experience : From Olduvai Gorge to the 21st Century (Série : History of Civilization), Londres : Phoenix Press , édition révisée, page 39.
  25. ^ a b (en français) Niger Archivé le 2 juillet 2014 à la Wayback Machine . Encyclopédie Larousse
  26. ^ Duncan E. Miller et NJ Van Der Merwe, 'Tarly Metal Working in Sub Saharan Africa' Journal of African History 35 (1994) 1-36; Minze Stuiver et NJ Van Der Merwe, « Chronologie radiocarbone de l'âge du fer en Afrique subsaharienne » Anthropologie actuelle 1968.
  27. ^ Grébénart, Danilo (1993), "Azelik Takedda et le cuivre médiéval dans la région d'Agadez" , Le Saharien (Paris) , 125 (2) : 28-33, archivé à partir de l'original le 24 juillet 2018 , récupéré le 12 novembre 2019
  28. ^ Le fer en Afrique : revisiter l'histoire Archivé le 25 octobre 2008 à la Wayback Machine – Unesco (2002)
  29. ^ Ancien cimetière trouvé dans le désert du Sahara « vert » Archivé le 11 août 2014 à la Wayback Machine . Par Randolph E. Schmid. Presse associée/ABC News.
  30. ^ Clark, J. Desmond; Gifford-Gonzalez, Diane (2008). Adrar Bous : archéologie d'un complexe annulaire granitique saharien central au Niger . Musée royal de l'Afrique centrale, Tervuren.
  31. ^ "Le cimetière de l'âge de pierre révèle les modes de vie d'un 'Sahara vert ' " . Quotidien des sciences. 15 août 2008. Archivé de l'original le 16 août 2008 . Récupéré le 15 août 2008 .
  32. ^ Wilford, John Noble (14 août 2008). "Tombes trouvées de la période verte du Sahara" . Le New York Times . Archivé de l'original le 23 janvier 2012 . Récupéré le 15 août 2008 .
  33. ^ Sereno PC, Garcea EAA, Jousse H, Stojanowski CM, Saliège JF, Maga A, et al. (2008). « Cimetières au bord du lac au Sahara : 5000 ans de population holocène et de changement environnemental » . PLOS UN . 3 (8) : e2995. Bibcode : 2008PLoSO ... 3.2995S . doi : 10.1371/journal.pone.0002995 . PMC 2515196 . PMID 18701936 .  
  34. ^ Centre, patrimoine mondial de l'UNESCO. "Site archéologique de Bura" . Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO . Archivé de l'original le 10 décembre 2019 . Récupéré le 7 avril 2020 .
  35. ^ Art rupestre africain - Niger , British Museum, archivé à partir de l'original le 2 juillet 2019 , récupéré le 11 novembre 2019
  36. ^ Caulson, David, Sub-Zone 3 : Niger (PDF) , ICOMOS, archivé (PDF) à partir de l'original le 12 décembre 2018 , récupéré le 11 novembre 2019
  37. ^ Shillington, Kevin (1989, 1995). Histoire de l'Afrique, deuxième édition . Presse de Saint-Martin, New York. Page 32.
  38. ^ Lewicki, T. (1994). « Le rôle du Sahara et des Sahariens dans les relations entre le Nord et le Sud ». Dans Histoire générale de l'Afrique de l'UNESCO : Volume 3. Presse de l'Université de Californie, ISBN 92-3-601709-6 . 
  39. ^ Masonen, P : « Le commerce transsaharien et la découverte ouest-africaine du monde méditerranéen. Archivé le 8 octobre 2006 à la Wayback Machine »
  40. ^ a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar comme à au av aw Decalo, Sameul & Idrissa, Abdourahmane (1er juin 2012). Dictionnaire historique du Niger .ISBN 9780810870901. Archivé de l'original le 25 juillet 2018 . Récupéré le 25 juillet 2018 .CS1 maint: utilise le paramètre auteurs ( lien )
  41. ^ A b c Sirio Canós-Donnay (Février 2019). "Empire malien" . Encyclopédies de recherche d'Oxford. doi : 10.1093/acrefore/9780190277734.013.266 . ISBN 978-0-19-027773-4. Archivé de l'original le 30 juillet 2019 . Récupéré le 13 novembre 2019 .
  42. ^ "Empire malien" . Origines antiques. 1er mars 2019. Archivé de l'original le 29 juillet 2019 . Récupéré le 13 novembre 2019 .
  43. ^ un b "Empire du Mali" . Encyclopédie de l'histoire du monde. Archivé de l'original le 29 juillet 2019 . Récupéré le 13 novembre 2019 .
  44. ^ A b c Boubou Hama et M Guilhem, "L'histoire du Niger, de l'Afrique et du Monde"; Edicef, Les royaumes Haoussa , p. 104–112
  45. ^ A b c d e f g h Metz, Helen Chapin, ed. (1991). Nigéria : une étude de pays . Washington, DC : GPO pour la Bibliothèque du Congrès. Archivé de l'original le 3 novembre 2016 . Récupéré le 14 novembre 2019 .
  46. ^ "Empire Songhaï" . Encyclopédie de l'histoire du monde. Archivé de l'original le 29 juillet 2019 . Récupéré le 13 novembre 2019 .
  47. ^ Royaumes africains Archivé le 19 mai 2019 à la Wayback Machine Royaumes africains - L'empire Songhaï
  48. ^ A b c d Cartwright, Mark (23 Avril 2019). "Royaume du Kanem" . Encyclopédie de l'histoire du monde. Archivé de l'original le 8 mai 2019 . Récupéré le 13 novembre 2019 .
  49. ^ Ryder, AFC (1981). DT Niane (éd.). Histoire générale de l'Afrique : l'Afrique du XIIe au XVIe siècle . Paris : UNESCO. p. 239.
  50. ^ Ryder, AFC (1981). DT Niane (éd.). Histoire générale de l'Afrique : l'Afrique du XIIe au XVIe siècle . Paris : UNESCO. p. 251-252.
  51. ^ Ryder, AFC (1981). DT Niane (éd.). Histoire générale de l'Afrique : l'Afrique du XIIe au XVIe siècle . Paris : UNESCO. p. 258–65.
  52. ^ Néhémie Levtzion ; Randall Pouwels. L'histoire de l'Islam en Afrique . Presse universitaire de l'Ohio. p. 81.
  53. ^ a b c d e Cartwright, Mark (9 mai 2019). "Haoussaland" . Encyclopédie de l'histoire du monde. Archivé de l'original le 26 décembre 2019 . Récupéré le 13 novembre 2019 .
  54. ^ A b c "États haoussa" . BBC. Archivé de l'original le 15 septembre 2018 . Récupéré le 13 novembre 2019 .
  55. ^ HJ Fisher. Le Sahara et le Soudan central. dans The Cambridge History of Africa: From C 1600 to C 179. Richard Gray, JD Fage, Roland Anthony Oliver, eds. Cambridge University Press, (1975) ISBN 0-521-20413-5 pp. 134-6 
  56. ^ Falola, Toyin (2009). Colonialisme et violence au Nigeria . Bloomington, IN : Indiana University Press.
  57. ^ A b c Etude de la frontière internationale n ° 93 - Niger-Nigeria Limite (PDF) , le 15 Décembre 1969, archivé (PDF) de l'original , le 1er Octobre 2019 , récupéré 6 Novembre 2019
  58. ^ Étude sur la frontière internationale n° 146 – Frontière Burkina Faso-Niger (PDF) , 18 novembre 1974, archivé (PDF) à partir de l'original le 1er octobre 2019 , récupéré le 5 novembre 2019
  59. ^ Étude de la frontière internationale n° 73 – Frontière Tchad-Niger (PDF) , 1er août 1966, archivé (PDF) à partir de l'original le 1er octobre 2019 , récupéré le 5 octobre 2019
  60. ^ Histoire générale de l'UNESCO de l'Afrique , vol. VIII : L'Afrique depuis 1935. Ali A. Mazrui, Christophe Wondji, Comité scientifique international de l'Unesco pour la rédaction d'une histoire générale de l'Afrique, éd. University of California Press, (1999) ISBN 0-520-06703-7 pp. 70-3 
  61. ^ Joseph R. De Benoist, "La Conférence de Brazzaville, ou la décolonisation involontaire". Africana Journal 15 (1990) pages : 39-58.
  62. ^ Mamoudou Djibo. Les enjeux politiques dans la colonie du Niger (1944-1960). Autrepart n° 27 (2003), p. 41-60.
  63. ^ Encyclopedia Britannica - Hamni Diori , archivé à partir de l'original le 3 septembre 2019 , récupéré le 19 novembre 2019
  64. ^ Jon Abbink; Mirjam de Bruijn, Klaas van Walraven (2003). " La rébellion de Sawaba au Niger (1964-64) ". Repenser la résistance : révolte et violence dans l'histoire africaine (PDF) . Éditeurs académiques Brill. ISBN  90-04-12624-4. Archivé (PDF) de l'original le 5 août 2020 . Récupéré le 21 novembre 2019 .
  65. ^ (En français) Renversement du président Hamani Diori au Niger Archives 22 Octobre 2014à la Wayback Machine . Perspective monde , 15 avril 1974
  66. ^ Kountché : 30 ans après son coup d'état Archivé le 27 juillet 2018 à la Wayback Machine . Nigerdiaspora , 10 novembre 2007 (republié le 6 novembre 2017).
  67. ^ un b Nohlen, D, Krennerich, M & Thibaut, B (1999) Elections in Africa: A data handbook , p685 ISBN 0-19-829645-2 
  68. ^ Walter S. Clarke, « Le phénomène de la conférence nationale et la gestion des conflits politiques en Afrique subsaharienne », dans Ethnic Conflict and Democratization in Africa , éd. Harvey Glickman. Atlanta : Association d'études africaines. Presse, (1995) ISBN 0-918456-74-6 
  69. ^ Publications, Affaires internationales des États-Unis (2007). Guide de la politique étrangère et du gouvernement du Niger . Publications commerciales internationales. ISBN 9781433036873.
  70. ^ Le président élu du Niger renversé par un coup d'État militaire Archivé le 3 août 2018 au Wayback Machine New York Times, 28 janvier 1996
  71. ^ Kaye Whiteman, « Nécrologie : Ibrahim Bare Mainassara » , The Independent (Londres), 12 avril 1999.
  72. ^ "Ibrahim Baré Maïnassara" . Encyclopédie Britannica . Archivé de l'original le 4 août 2012 . Consulté le 9 avril 2014 .
  73. ^ "1999 : le président du Niger 'tué dans une embuscade ' " . BBC . Archivé de l'original le 15 avril 2015 . Consulté le 9 avril 2014 .
  74. ^ Niger: A copybook coup d'état Archivé le 2 février 2020 à la Wayback Machine , 9 avril 1999, BBC. Contrôles militaires Niger Archivé le 2 février 2020 à la Wayback Machine , 10 avril 1999, BBC.
  75. ^ La Cour mondiale des Nations Unies décide du Niger, différend frontalier au Bénin , UN News, 13 juillet 2019, archivé à partir de l'original le 8 novembre 2019 , récupéré le 8 novembre 2019
  76. ^ Fabio Spadi (2005) Le jugement de la CIJ dans le différend frontalier Bénin-Niger : l'interaction des titres et des « effectivités » en vertu du principe uti possidetis juris, Leiden Journal of International Law Archivé le 29 septembre 2006 à la Wayback Machine 18 : 777-794
  77. ^ "RAPPORT DE LA MISSION D'OBSERVATION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES ET LEGISLATIVES DES 16 NOVEMBRE ET 4 DECEMBRE 2004" Archivé le 22 juin 2007 à la Wayback Machine , democratie.francophonie.org (en français) .
  78. ^ Le président nigérien statue par décret après un camouflet de cour Archivé le 29 juin 2009 à la Wayback Machine . Reuters. ven. 26 juin 2009
  79. ^ Pouvoirs d'urgence pour le leader nigérien Archivé le 16 novembre 2018 à la Wayback Machine . BBC. 26 juin 2009.
  80. ^ "Le coup d'État militaire évince le président nigérien Mamadou Tandja" Archivé le 19 février 2010 à la Wayback Machine , British Broadcasting Corporation , 19 février 2010
  81. ^ "Le boycott aide le président du Niger Issoufou à être réélu" Archivé le 4 mars 2020 à la Wayback Machine , Reuters, 22 mars 2016.
  82. ^ "Liberté dans le monde 2012 : Niger" . Maison de la liberté. 2012. Archivé de l'original le 25 octobre 2012 . Consulté le 8 avril 2013 .
  83. ^ UNHCR: Attacks in NW Nigeria Send Thousands Fleeing to Niger , News 24, 27 septembre 2019, archivé à partir de l'original le 8 novembre 2019 , récupéré le 8 novembre 2019
  84. ^ "La France prête à frapper les extrémistes à la frontière libyenne" . Nouvelles de la défense asiatique . 6 janvier 2015. 6 janvier 2015. Archivé de l'original le 4 mars 2016 . Consulté le 6 janvier 2015 .
  85. ^ AfricaNews (7 janvier 2021). "Le président nigérien Mahamadou Issoufou s'apprête à quitter le pouvoir" . Africanews . Archivé de l'original le 4 février 2021 . Récupéré le 5 février 2021 .
  86. ^ "Élection au Niger : Mohamed Bazoum remporte un vote historique au milieu des manifestations" . Nouvelles de la BBC . 23 février 2021. Archivé de l'original le 23 février 2021 . Récupéré le 23 février 2021 .
  87. ^ "Niger: Attaque du palais présidentiel une 'tentative de coup d' Etat ' " . www.aljazeera.com . Récupéré le 31 mars 2021 .
  88. ^ Zandonini, Giacomo (2 avril 2021). "Mohamed Bazoum a prêté serment comme président du Niger au milieu des tensions" . Aljazeera . Récupéré le 26 août 2021 .
  89. ^ "Afrique :: Niger — The World Factbook - Central Intelligence Agency" . www.cia.gov . Récupéré le 1er septembre 2019 .
  90. ^ Dinerstein, Éric; et al. (2017). "Une approche basée sur les écorégions pour protéger la moitié du royaume terrestre" . Biosciences . 67 (6) : 534-545. doi : 10.1093/biosci/bix014 . ISSN 0006-3568 . PMC 5451287 . PMID 28608869 .   
  91. ^ un b Geels, Jolijn. Nigérien . Bradt Royaume-Uni/Globe Pequot Press États-Unis, 2006. ISBN 978-1-84162-152-4 
  92. ^ « Afrique – Le chef du Niger dissout le parlement » . Al Jazeera anglais. 26 mai 2009. Archivé de l'original le 7 février 2011 . Récupéré le 3 mai 2010 .
  93. ^ Ahmad, Romoke W. "West Africa: Ecowas, EU Say Niger Elections Satisfactory" Archivé le 29 juin 2011 à la Wayback Machine , Daily Trust (republié sur AllAfrica.com), 3 février 2011.
  94. ^ Saïdou, Djibril. "Niger's Presidential Election Heads to March Runoff" Archivé le 28 juin 2011 à la Wayback Machine , Bloomberg Businessweek , 4 février 2011.
  95. ^ Écoute, Anne. "Niger Politicians Forge Alliances Before March Election" Archivé le 7 février 2012 à la Wayback Machine , Voice of America , 14 février 2011.
  96. ^ Niger:Système judiciaire Archivé le 26 novembre 2008 à la Wayback Machine . NIGER Situation institutionnelle. Sory Baldé, CEAN, IEP-Université Montesquieu-Bordeaux IV (2007) Consulté le 13 avril 2009
  97. ^ Rapport 2008 sur les droits de l'homme : le Niger en 2008 Rapports nationaux sur les pratiques des droits de l'homme. Bureau américain de la démocratie, des droits de l'homme et du travail. (25 février 2009) En tant que publication du gouvernement fédéral des États-Unis, ce rapport est dans le domaine public . Certaines parties peuvent être utilisées ici textuellement.
  98. ^ Le gouvernement du Niger adopte un budget de 2,53 milliards de dollars pour 2013 Archivé le 28 octobre 2014 à la Wayback Machine . Reuters , 22 septembre 2012.
  99. ^ (En français) Niger: le budget de 2014 à 1.867 milliards porté Archivé 5 Août 2020 au Wayback Machine . Niger Express , 28 novembre 2013.
  100. ^ Notes de fond pour le Niger : janvier 2009 Archivée le 24 mai 2019 au Wayback Machine Bureau of African Affairs, Département d'État des États-Unis. Récupéré le 26 février 2009. Des portions de la section « Économie » sont ici utilisées textuellement, car ce document est dans le domaine public.
  101. ^ "Niger" . Récupéré le 6 novembre 2019 .
  102. ^ « OHADA.com : Le portail du droit des affaires en Afrique » . Archivé de l' original le 26 mars 2009 . Récupéré le 22 mars 2009 .
  103. ^ A b c (en français) ANNUAIRES du Niger Statistiques 2007-2011 . Structure de la population Archivée le 26 juillet 2014 à la Wayback Machine (Rapport de l'Institut National de la Statistique du Niger)
  104. ^ "Population nigérienne" . Worldomètres. Archivé de l'original le 14 août 2019 . Récupéré le 14 août 2019 .
  105. ^ Niger : L'explosion démographique menace les gains de développement Archivé le 25 juillet 2014 à la Wayback Machine . IRIN , 11 décembre 2007.
  106. ^ « Les chaînes de l'esclavage au Niger Archivé le 19 février 2009 à la Wayback Machine ». ABC Nouvelles. 3 juin 2005.
  107. ^ « Né pour être esclave au Niger Archivé le 6 août 2017 à la Wayback Machine ». Nouvelles de la BBC. 11 février 2005.
  108. ^ "BBC World Service | L'esclavage aujourd'hui" . BBC. Archivé de l' original le 13 novembre 2010 . Récupéré le 3 mai 2010 .
  109. ^ un b "Niger : Régions, Villes et Centres Urbains - Statistiques de Population, Cartes, Graphiques, Météo et Information Web" . citypopulation.de . Archivé de l'original le 21 mars 2020 . Récupéré le 7 avril 2020 .
  110. ^ un b "DÉMOGRAPHIE" . www.stat-niger.org . Archivé de l'original le 22 septembre 2019 . Récupéré le 7 avril 2020 .
  111. ^ Éthologue. Langues du Niger Archivé le 27 juillet 2018 à la Wayback Machine
  112. ^ Présidence de la République du Niger. Le Niger Archivé le 27 juillet 2018 à la Wayback Machine
  113. ^ un b Decalo, James. Dictionnaire historique du Niger . Scarecrow Press, Metuchen, New Jersey – Londres, 1979. ISBN 0-8108-1229-0 . p. 156–7, 193–4. 
  114. ^ "Les musulmans du monde : unité et diversité" (PDF) . Pew Forum sur la vie religieuse et publique. 9 août 2012. Archivé de l'original (PDF) le 24 octobre 2012 . Consulté le 2 juin 2014 .
  115. ^ International Religious Freedom Report 2007: Niger Archivé le 16 décembre 2019 à la Wayback Machine . États-Unis Bureau de la démocratie, des droits de l' homme et du travail (14 Septembre 2007). Cet article incorpore du texte de cette source, qui est dans le domaine public .
  116. ^ Décalo (1997) p. 261-2, 158, 230.
  117. ^ Ben Amara, Ramzi. « Le développement du mouvement Izala au Nigeria : sa scission, ses relations avec les soufis et la perception de la mise en œuvre de la charia » Archivé le 28 décembre 2016 à la Wayback Machine . Résumé de la recherche (sd)
  118. ^ Nigeria Conflit chrétien/musulman Archivé le 18 janvier 2018 à la Wayback Machine , GlobalSecurity.org (nd)
  119. ^ Résumé pour Shedrack Best's Nigeria, The Islamist Challenge, the Nigerian 'Shiite' Movement , 1999 Archivé le 13 janvier 2009 à la Wayback Machine ; conflit-prevention.net.
  120. ^ International Religious Freedom Report 2001: Niger Archivé le 4 août 2020 à la Wayback Machine . Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail des États-Unis, 26 octobre 2001.
  121. ^ t'Sas, Vincent. "L'Islam prospère dans le Niger appauvri" Archivé le 28 décembre 2016 à la Wayback Machine , Reuters, 6 décembre 1997.
  122. ^ "Le livre des faits du monde" . Cia.gov . Consulté le 25 avril 2014 .
  123. ^ A b c d e f "Niger" Archive 5 Décembre 2008 à la Wayback Machine . Résultats de 2001 sur les pires formes de travail des enfants . Bureau des affaires internationales du travail , Département du travail des États-Unis (2002). Cet article incorpore du texte de cette source, qui est dans le domaine public .
  124. ^ Vert, Jeff (10 mai 2006). "Les États-Unis ont le deuxième pire taux de mortalité néonatale dans le monde moderne, selon un rapport" . CNN. Archivé de l'original le 9 février 2019 . Récupéré le 3 mai 2010 .
  125. ^ "Le livre des faits du monde" . Cia.gov. Archivé de l' original le 28 octobre 2009 . Consulté le 28 octobre 2018 .
  126. ^ "Niger 2020" . populationpyramid.net . Récupéré le 26 août 2021 .
  127. ^ "Le livre des faits du monde" . Cia.gov. Archivé de l'original le 26 avril 2014 . Consulté le 25 avril 2014 .
  128. ^ "Niger" . Archivé de l'original le 23 novembre 2011 . Consulté le 20 mai 2012 .
  129. ^ A b c « eau douce dans la violence du Niger, tout en offrant de meilleures conditions de vie » . Banque européenne d'investissement . Récupéré le 26 mai 2021 .
  130. ^ "Eau, Assainissement et Hygiène" . www.unicef.org . Récupéré le 26 mai 2021 .
  131. ^ "Délivrer des services d'eau et d'assainissement au Niger : enjeux et résultats" . blogs.worldbank.org . Récupéré le 26 mai 2021 .
  132. ^ "Niger - OCDE" . www.ocde.org . Récupéré le 26 mai 2021 .
  133. ^ "Projets de développement : Projet de développement des ressources en eau du bassin du Niger et de gestion durable des écosystèmes - P093806" . Banque mondiale . Récupéré le 26 mai 2021 .
  134. ^ "Niger : la BEI finance un projet d'adduction d'eau potable (21 millions d'euros)" . Banque européenne d'investissement . Récupéré le 26 mai 2021 .
  135. ^ a b "L'eau douce au Niger réduit la violence, tout en offrant de meilleures conditions de vie" . Banque européenne d'investissement . Récupéré le 18 mai 2021 .
  136. ^ "En bref : le Niger" . Archivé de l' original le 30 novembre 2009 . Récupéré le 22 juin 2007 .CS1 maint : bot : état de l'URL d'origine inconnu ( lien )
  137. ^ SEMINAIRE-ATELIER DE FORMATION ET DE SENSIBILISATION "Mission de service public dans les entreprises de presse d'Etat et privée" Archivé le 19 janvier 2017 chez Archive-It . Introduction historique aux lois sur la presse, dans les actes de la conférence, organisé par FIJ/SAINFO/LO-TCO CCOG. NIAMEY, juin 2002.
  138. ^ Médias au Niger : la base de données d'information sur le développement en Afrique Archivée le 13 décembre 2009 à la Wayback Machine
  139. ^ Rapport d'état des médias : Niger Archivé le 4 mars 2009 à la Wayback Machine . Document de synthèse rédigé pour l'African Media Partners Network. Guy-Michel Boluvi, Les Echos du Sahel Niamey, janvier 2001.
  140. ^ un b Département d'État américain. Rapport sur les pratiques des droits de l'homme – Niger. 1993-1995 Archivé le 16 juin 2009 à la Wayback Machine jusqu'en 2006 Archivé le 21 avril 2020 à la Wayback Machine .
  141. ^ Niger : Conseil de presse. Les journalistes refusent la mise sous tutelle Archivé le 10 mai 2011 à la Wayback Machine . Ousseini Issa. Médi@ctions n°37, Institut PANOS Afrique de l'Ouest. mars 2004.
  142. ^ Attaques contre la presse : Niger 2006 Archivé le 20 septembre 2011 à la Wayback Machine . Comité pour la protection des journalistes (2007). Consulté le 23 février 2009.
  143. ^ Niger : la législation d'urgence enfreint les droits humains non susceptibles de dérogation Archivé le 11 février 2009 à la Wayback Machine . Déclaration publique d'AMNESTY INTERNATIONAL. Index AI : AFR 43/001/2007 (Document public) Numéro du service de presse : 181/07. 21 septembre 2007.

Sources

Liens externes

Échanger