Architecture nazie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Un modèle du plan d' Adolf Hitler pour la Germanie (Berlin) formulé sous la direction d' Albert Speer , regardant vers le nord en direction de la Volkshalle en haut du cadre
Ancien ministère de l'aviation à Berlin
Bureau de la province de Basse-Silésie à Wrocław (anciennement Breslau)
Musée d'art Haus der Kunst à Munich

L'architecture nazie est l'architecture promue par Adolf Hitler et le régime nazi de 1933 jusqu'à sa chute en 1945, liée à l'urbanisme dans l'Allemagne nazie . Il se caractérise par trois formes : un néoclassicisme dépouillé , caractérisé par les dessins d' Albert Speer ; un style vernaculaire qui s'inspire de l'architecture rurale traditionnelle, notamment alpine ; et un style utilitaire suivi pour les grands projets d'infrastructure et les complexes industriels ou militaires. L'idéologie nazie a adopté une attitude pluraliste vis-à-vis de l'architecture ; cependant, Adolf Hitler lui-même croyait que la forme suit la fonction et a écrit contre « les imitations stupides du passé ».[1]

Bien que similaire au classicisme , le style nazi officiel se distingue par l'impression qu'il laisse sur les téléspectateurs. Le style architectural a été utilisé par les nazis pour livrer et faire respecter leur idéologie. Les éléments formels comme les toits plats, l'extension horizontale, l'uniformité et le manque de décor ont créé "une impression de simplicité, d'uniformité, de monumentalité, de solidité et d'éternité", c'est ainsi que le parti nazi voulait apparaître. [2]

Le complexe de bunkers d'Adlerhorst ressemblait à une collection de cottages Fachwerk (à colombages). Sept bâtiments dans le style des maisons à colombages de Franconie ont été construits à Nuremberg en 1939 et 1940. [3]

Les architectes juifs allemands ont été interdits, par ex. Erich Mendelsohn et Julius Posener ont émigré en 1933.

Travail forcé

Porte KZ Mauthausen

La construction de nouveaux bâtiments a servi à d'autres fins que de réaffirmer l'idéologie nazie. À Flossenbürg et ailleurs, les SS ont construit des camps de travaux forcés où les prisonniers du Troisième Reich étaient obligés d'extraire de la pierre et de fabriquer des briques, dont une grande partie allait directement à Albert Speer pour sa reconstruction de Berlin et d'autres projets en Allemagne. Ces nouveaux bâtiments ont également été construits par des travailleurs forcés. Les conditions de travail étaient dures et de nombreux ouvriers sont morts. Ce processus d'exploitation minière et de construction a permis aux nazis d'atteindre simultanément des objectifs politiques et économiques tout en créant des bâtiments répondant à des objectifs d'expression idéologique. [4]

Weltauptstadt Germanie

Le couronnement de ce mouvement devait être Weltauptstadt Germania , le renouvellement projeté de la capitale allemande Berlin à la suite de la victoire présumée des nazis lors de la Seconde Guerre mondiale . Speer, qui a supervisé le projet, a produit la plupart des plans de la nouvelle ville. Seule une petite partie de la "capitale mondiale" a été construite entre 1937 et 1943. Les principales caractéristiques du plan comprenaient la création d'une grande ville néoclassique basée sur un axe est-ouest avec la colonne de la victoire de Berlin en son centre. Les grands bâtiments nazis comme le Reichstag ou la Große Halle(jamais construit) jouxterait de larges boulevards. Un grand nombre de bâtiments historiques de la ville ont été démolis dans les zones de construction prévues. Cependant, avec la défaite du Troisième Reich, le travail n'a jamais commencé.

Autriche nazie

Grand Vienne

Haus des Meères

Le Grand Vienne était la deuxième plus grande ville du Reich, trois fois plus grande que l'ancienne Vienne. [5] [6] Trois paires de tours de flak en béton ont été construites entre 1942 et 1944, l'une d'elles est connue sous le nom de Haus des Meeres , une autre Dépôt d'art contemporain (actuellement fermé). [7]

Linz

Linz était l'une des villes du Führer . Seul le pont des Nibelungen a été construit. [8]

Construction de logements

Les nazis ont construit de nombreux appartements, dont 100 000 rien qu'à Berlin, principalement comme lotissements, par ex. à Grüne Stadt (Ville verte) à Prenzlauer Berg . [9] [10] [11] La ville de Volkswagen Wolfsburg a été à l'origine construite par les nazis.

Promoteurs

La nouvelle chancellerie du Reich d' Albert Speer avec les deux statues d'Arno Breker, achevée en 1939

Exemples survivants de l'architecture nazie

Voir aussi

Références

  1. ^ Architecture nazie , dans « Oxford Dictionary of Architecture and Landscape Architecture », 2006, p. 518.
  2. ^ Espe, Hartmut (1981). "Différences dans la perception de l'architecture national-socialiste et classiciste". Journal de psychologie environnementale . 1 (1) : 33-42. doi : 10.1016/s0272-4944(81)80016-3 . ISSN  0272-4944 .
  3. ^ "15. Bâtiment de transformateurs et logements des travailleurs | Plan général des terrains de rassemblement du parti nazi" .
  4. ^ Jaskot, Paul B. (2000). L'architecture de l'oppression : les SS, le travail forcé et l'économie du bâtiment monumental nazie . Londres : Routledge. ISBN 0203169654. OCLC  48137989 .
  5. ^ "Exposition : »Vienne. La Perle du Reich« Planification pour Hitler » .
  6. ^ "Vienne sous le régime nazi - Histoire de Vienne" .
  7. ^ "Vienne Luftwaffe Anti Aircraft Flak Towers aujourd'hui" . 3 novembre 2017.
  8. ^ "La "prérogative du Führer" et le "Musée du Führer" prévu à Linz - Art Database" .
  9. ^ "Der Wohnungsbau der Nazi-Zeit – Unbekanntes Erbe" . 28 novembre 2006.
  10. ^ [1]
  11. ^ "Grüne Stadt | Michail Nelken" .

Bibliographie

  • Baynes, Norman H., éd. (1942). Les discours d'Adolf Hitler, avril 1922-août 1939 . Deux vol. Londres : Oxford University Press.
  • Brenner, Hildegarde (1965). La politica culturale del nazismo [ Die Kunstpolitik des Nationalsozialismus (Politiques artistiques du nazisme) ] (en italien). Traduit de l'allemand par Enzo Collotti. Bari : Laterza.
  • Cowdery, Ray ; Cowdery, Joséphine (2003). La nouvelle chancellerie du Reich allemand à Berlin 1938-1945 . Éditions Victory WW2. ISBN 978-0910667289.
  • De Jaeger, Charles (1981). Le dossier Linz : le pillage par Hitler de l'art européen . Exeter : Webb & Bower. ISBN 978-0906671306.
  • Dülffer, Jost; Thiès, Jochen ; Henke, Josef (1978). Hitlers Städte : Baupolitik Im Dritten Reich. Eine Dokumentation [ Politiques de construction sous le Troisième Reich ] (en allemand). Cologne : Böhlau. ISBN 3412034770.
  • Giesler, Hermann (1977). Ein Anderer Hitler : Bericht Seines Architekten Erlebnisse, Gesprache, Reflexionen [ Un Hitler différent : rapport sur les expériences, conversations, réflexions de ses architectes ] (en allemand). Druffel. ISBN 978-3806108200.
  • Helmer, Stephen (1985). Berlin d'Hitler : les plans de Speer pour remodeler la ville centrale (Illustré) . Ann Arbor : UMI Research Press. ISBN 0835716821.
  • Hitler, Adolf (1971). Mein Kampf [ Ma lutte ]. Traduit par Ralph Manheim. Houghton Mifflin. ISBN 978-0395078013. Dans Internet Archive (édition 1941 par Reynal & Hitchcock, New York).
  • Hitler, Adolf (2000). Hitler's Table Talk 1941-1944: Ses conversations privées . Traduit par Norman Cameron et RH Stevens. New York : Enigma Books. ISBN 1929631057.
  • Homze, Edward L. (1967). Travail étranger dans l'Allemagne nazie . Presse de l'Université de Princeton. ISBN 0691051186.
  • Jaskot, Paul B. (2000). L'architecture de l'oppression : les SS, le travail forcé et l'économie du bâtiment monumental nazi . New York : Routledge. ISBN 978-0415223416.
  • Krier, Léon (1989). Architecture d'Albert Speer . New York : Princeton Architectural Press. ISBN 2871430063.
  • Lärmer, Karl (1975). Autobahnbau in Deutschland 1933 bis 1945 [ Construction d'autoroutes en Allemagne 1933-1945 ] (en allemand). Berlin : Académie Verlag. ASIN  B001UWP0DY .
  • Lehmann-Haupt, Hellmut (1973). L'art sous une dictature (Illustré) . New York : Octogone Books. ISBN 0374948968.
  • Lehrer, Steven (2006). La Chancellerie du Reich et le complexe Fuhrerbunker : une histoire illustrée du siège du régime nazi . McFarland & Co. ISBN 978-0786423934.
  • Mittig, Hans-Ernst (2005). "Marmor der Reichskanzlei" . A Bingen, Dieter ; Hinz, Hans-Martin (éd.). Die Schleifung : Zerstörung und Wiederaufbau historischer Bauten in Deutschland und Polen [ Le rasage : Destruction et reconstruction de bâtiments historiques en Allemagne et en Pologne ] (en allemand). Wiesbaden : Otto Harrassowitz. ISBN 3447050969.
  • Nerdinger, Winfried (1999). Bauhaus-Moderne im Nationalsozialismus [ Architecture moderniste dans l'Allemagne nazie ] (en allemand). Prestel. ISBN 978-3791312699.
  • Petsch, Joachim (1976). Baukunst Und Stadtplanung Im Dritten Reich : Herleitung, Bestandsaufnahme, Entwicklung, Nachfolge [ Architecture et urbanisme sous le Troisième Reich : Origine, Inventaire, Développement, Suivi ] (en allemand). C. Hanser. ISBN 978-3446122796.
  • Rittich, Werner (1938). Architektur und Bauplastik der Gegenwart [ Figures en plastique dans l'architecture moderne ] (en allemand). Berlin : Rembrandt Verlag.
  • Schönberger, Angela (1981). Die Neue Reichskanzlei d'Albert Speer. Zum Zusammenhang von nationalsozialistischer Ideologie und Architektur [ La nouvelle chancellerie du Reich par Albert Speer. Vers une cohérence entre l'idéologie nazie et l'architecture ] (en allemand). Berlin : Gebrüder Mann. ISBN 978-3786112631.
  • Scobie, Alexandre (1990). L'architecture d'État d'Hitler : l'impact de l'Antiquité classique . Monographie de la College Art Association – Livre 45. Pennsylvania State University Press. ISBN 978-0271006918.
  • Schmitz, Matthias (1940). Une nation se construit : l'architecture allemande contemporaine . New York : Bibliothèque allemande d'information. Résumé de laïcs .[ lien mort ]
  • Speer, Albert (1970). À l'intérieur du Troisième Reich . Traduction de Richard et Clara Winston . New York : Macmillan. ISBN 002037500X. Dans Internet Archive.
  • Spotts, Frédéric (2002). Hitler et le pouvoir de l'esthétique . Woodstock, New York : Overlook Press. ISBN 1585673455.
  • Taylor, Robert (1974). La parole en pierre : le rôle de l'architecture dans l'idéologie nationale-socialiste . Berkeley : Presse de l'Université de Californie. ISBN 0520021932.
  • Thiès, Jochen (1976). Architekt der Weltherrschaft. Die Endziele Hitlers [ Architecte de la domination mondiale. Les buts ultimes d'Hitler ] (en allemand). Düsseldorf : Droste. ISBN 978-3770004256.
  • Zoller, Albert (1949). Privé d'Hitler. Erlebnisbericht seiner Geheimsekretärin [ Témoignage du secrétaire privé d'Hitler ] (en allemand). Düsseldorf : Droste. ASIN  B0023S7QZO .

Liens externes