Construction de la nation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

L'édification d'une nation consiste à construire ou à structurer une identité nationale en utilisant le pouvoir de l' État . [1] [2] L' édification de la nation vise l'unification du peuple au sein de l'État afin qu'il reste politiquement stable et viable à long terme. Selon Harris Mylonas , « L'autorité légitime dans les États nationaux modernes est liée au pouvoir populaire, aux majorités. L'édification de la nation est le processus par lequel ces majorités sont construites. [3]

Les bâtisseurs de nations sont les membres d'un État qui prennent l'initiative de développer la communauté nationale par le biais de programmes gouvernementaux, y compris la conscription militaire et la scolarisation de masse à contenu national. [4] [5] [6] L' édification de la nation peut impliquer l'utilisation de la propagande ou le développement d'infrastructures majeures pour favoriser l'harmonie sociale et la croissance économique. Selon Andreas Wimmer , sociologue de l'université Columbia , trois facteurs tendent à déterminer le succès de la construction d'une nation sur le long terme : « le développement précoce des organisations de la société civile, la montée et l'émergence d'un moyen de communication partagé." [7] [8] [9]

Aperçu

À l'ère moderne, l' édification de la nation faisait référence aux efforts des nations nouvellement indépendantes pour établir des institutions de confiance du gouvernement national, de l' éducation , de la défense militaire , des élections , du cadastre , des douanes d'importation , du commerce extérieur , de la diplomatie étrangère , de la banque , des finances , de la fiscalité , enregistrement de la société , police , loi , tribunaux , soins de santé , citoyenneté , droits des citoyens etlibertés , registre de mariage , registre des naissances , l' immigration , l' infrastructure de transport et / ou chartes de gouvernance municipale . L'édification d'une nation peut également inclure des tentatives de redéfinir la population de territoires qui ont été découpés par des puissances ou des empires coloniaux sans égard aux frontières ethniques, religieuses ou autres, comme en Afrique et dans les Balkans . [10] [11] Ces États réformés pourraient alors devenir des entités nationales viables et cohérentes. [12]

L'édification de la nation comprend également la création d' attirails nationaux tels que des drapeaux , des armoiries , des hymnes , des fêtes nationales , des stades nationaux , des compagnies aériennes nationales , des langues nationales et des mythes nationaux . [13] [14] À un niveau plus profond, l'identité nationale peut être délibérément construite en moulant différents groupes ethniques en une nation, d'autant plus que dans de nombreux États nouvellement établis, les pratiques coloniales de diviser pour régner avaient entraîné des populations ethniquement hétérogènes. [15]

Dans une compréhension fonctionnelle de l'édification d'une nation, les facteurs économiques et sociaux sont considérés comme influents. [9] Le développement des États-nations à différentes époques et dans différents lieux est influencé par des conditions différentes. Il a été suggéré que les élites et les masses en Grande-Bretagne, en France et aux États-Unis ont lentement grandi pour s'identifier les unes aux autres au fur et à mesure de la création de ces États et que le nationalisme s'est développé à mesure que davantage de personnes étaient en mesure de participer à la politique et de recevoir des biens publics en échange de impôts . Le développement plus récent des États-nations dans des zones postcoloniales géographiquement diverses peut ne pas être comparable en raison des différences dans les conditions sous-jacentes. [9]

De nombreux nouveaux États étaient en proie au copinage (l'exclusion de tous sauf des amis) ; la corruption qui érode la confiance ; et le tribalisme (rivalité entre les groupes ethniques au sein de la nation). Cela a parfois entraîné leur quasi-désintégration, comme la tentative du Biafra de se séparer du Nigeria en 1970, ou la demande continue du peuple somalien de la région de l' Ogaden en Éthiopie pour une indépendance complète. Le génocide rwandais , ainsi que les problèmes récurrents vécus par le Soudan, peut également être lié à un manque de cohésion ethnique, religieuse ou raciale au sein de la nation. Il s'est souvent avéré difficile d'unir des États aux origines ethniques similaires mais coloniales différentes. [16]

Les différences linguistiques peuvent être particulièrement difficiles à surmonter dans le processus d'édification d'une nation. [9] Alors que certains considèrent le Cameroun comme un exemple de réussite, des fractures apparaissent sous la forme du problème anglophone . [16] Des échecs comme la Confédération de Sénégambie démontrent les problèmes d'unification des territoires francophones et anglophones . [17] [18]

Terminologie : édification de la nation contre édification de l' État

Traditionnellement, il y a eu une certaine confusion entre l'utilisation du terme nation-building et celui de state-building (les termes sont parfois utilisés de manière interchangeable en Amérique du Nord). Les deux ont des définitions assez étroites et différentes en science politique, la première se référant à l'identité nationale, la seconde à l'infrastructure et aux institutions de l'État. Le débat a été encore assombri par l'existence de deux écoles de pensée très différentes sur la construction de l'État. La première (répandue dans les médias) décrit la construction d'état comme un interventionnisteaction des pays étrangers. La seconde (d'origine plus académique et de plus en plus acceptée par les institutions internationales) considère la construction de l'État comme un processus indigène. Pour une discussion des problèmes de définition, voir la construction de l' État , l'essai de Carolyn Stephenson, [19] et les articles de Whaites, CPC/IPA ou ODI cités ci-dessous.

La confusion sur la terminologie a signifié que plus récemment, l'édification d'une nation a été utilisée dans un contexte complètement différent, en référence à ce qui a été succinctement décrit par ses partisans comme « l'utilisation de la force armée au lendemain d'un conflit pour étayer une transition durable vers la démocratie ». [20] En ce sens, la construction de la nation, mieux appelée construction de l' État , décrit les efforts délibérés d'une puissance étrangère pour construire ou installer les institutions d'un gouvernement national, selon un modèle qui peut être plus familier à la puissance étrangère mais est souvent considérée comme étrangère et même déstabilisante. [21] En ce sens, la construction de l'État se caractérise généralement par des investissements massifs , une occupation militaire, le gouvernement de transition et l'utilisation de la propagande pour communiquer la politique gouvernementale. [22] [23]

Le rôle de l'éducation dans l'édification de la nation

L'expansion de l'offre d'enseignement primaire est souvent considérée comme un moteur clé dans le processus d'édification d'une nation. Les dirigeants européens du XIXe siècle se sont appuyés sur l'enseignement primaire contrôlé par l'État pour enseigner à leurs sujets une langue commune, une identité partagée, ainsi qu'un sens du devoir et de la loyauté envers le régime. En Prusse, l'enseignement primaire de masse a été introduit pour favoriser « la loyauté, l'obéissance et la dévotion au roi ». [24] [25]Ces croyances sur le pouvoir de l'éducation dans la formation de la loyauté envers le souverain ont également été adoptées par des États dans d'autres parties du monde, dans des contextes à la fois non démocratiques et démocratiques. Les rapports sur les écoles en Union soviétique illustrent le fait que les programmes d'éducation parrainés par le gouvernement mettent non seulement l'accent sur le contenu et les compétences académiques, mais enseignent également « l'amour de la patrie et l'impitoyabilité envers l'ennemi, l'entêtement à surmonter les difficultés, une discipline de fer et l'amour des peuples opprimés, l'esprit d'aventure et l'effort constant ». [26] [27]

Opérations de politique étrangère

L'Allemagne et le Japon après la Seconde Guerre mondiale

Après la Seconde Guerre mondiale, les vainqueurs alliés se sont engagés dans une construction nationale à grande échelle avec un succès considérable en Allemagne. Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont exploité des secteurs qui sont devenus l'Allemagne de l'Ouest . L'Union soviétique exploitait un secteur qui est devenu l'Allemagne de l'Est . Au Japon, les vainqueurs étaient nominalement en charge, mais dans la pratique, les États-Unis contrôlaient totalement, encore une fois avec un impact politique, social et économique considérable. [28]

OTAN

Après l'effondrement du communisme en Yougoslavie en 1989, une série de guerres civiles ont éclaté. Après la date et les accords, l' OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique Nord), ainsi que l' Union européenne , se sont engagées à arrêter les guerres civiles, à punir davantage de criminels et à mettre en œuvre des programmes d'édification de la nation, en particulier en Bosnie-Herzégovine, [29] ainsi que au Kosovo. [30]

Afghanistan

efforts soviétiques

L'Afghanistan a été la cible de l'édification d'une nation de style soviétique pendant la guerre soviéto-afghane . [ douteux ] Cependant, les efforts soviétiques se sont enlisés en raison de la résistance afghane, dans laquelle des nations étrangères (principalement les États-Unis ) ont soutenu les moudjahidines en raison de la géopolitique de la guerre froide . L'Union soviétique s'est finalement retirée en 1988, mettant ainsi fin au conflit. [31]

Efforts de l'OTAN 2002-2021

Après le départ des Soviétiques, les talibans ont établi un contrôle de facto sur une grande partie de l'Afghanistan. Il a toléré les forces d'Al-Qaïda qui ont perpétré les attentats du 11 septembre 2001 contre les États-Unis . L'OTAN a répondu sous la direction des États-Unis. [32] En décembre 2001, après le renversement du gouvernement taliban, l' administration intérimaire afghane dirigée par Hamid Karzai a été formée. La Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) a été créée par le Conseil de sécurité des Nations Unies pour aider l'administration Karzaï et assurer la sécurité de base. En 2001, après deux décennies de guerre civile et de famine [ lequel ? ], il avait la plus faible espérance de vie [ citation nécessaire ] , une grande partie de la population avait faim [ citation nécessaire ] . De nombreux donateurs étrangers [ lesquels ? ] —51 en tout—ont commencé à fournir de l'aide et de l'assistance pour reconstruire le pays déchiré par la guerre [ quand ? ] . Par exemple, la Norvège avait la charge de la province de Faryab . L'équipe de reconstruction provinciale dirigée par la Norvège avait pour mission d'assurer la sécurité, la bonne gouvernance et le développement économique, de 2005 à 2012.

Références

  1. ^ Karl Wolfgang Deutsch, William J. Folt, eds, Nation Building in Comparative Contexts , New York, Atherton, 1966.
  2. ^ Mylonas, Harris (2017), « Nation-building », Oxford Bibliographies in International Relations . Éd. Patrick James. New York : Oxford University Press.
  3. ^ Mylonas, Harris (2012). La politique de la construction de la nation : faire des co-ressortissants, des réfugiés et des minorités . New York : Cambridge University Press. p. 17. ISBN 978-1107661998.
  4. ^ Keith Darden et Harris Mylonas. 2016. « Menaces à l'intégrité territoriale, à la scolarisation nationale de masse et à la communauté linguistique », Études politiques comparatives , vol. 49, n° 11 : 1446-1479.
  5. ^ Keith Darden et Anna Grzymala-Busse. 2006. « La grande fracture : alphabétisation, nationalisme et effondrement communiste. » World Politics , Volume 59 (Octobre) : 83-115.
  6. ^ Barry Posen. 1993. « Nationalism, the Mass Army and Military Power », International Security , 18(2) : 80-124.
  7. ^ Wimmer, Andreas (2018). "La construction de la nation : Pourquoi certains pays se réunissent tandis que d'autres s'effondrent". Survie . 60 (4) : 151-164. doi : 10.1080/00396338.2018.1495442 . ISSN 0039-6338 . S2CID 158766905 .  
  8. ^ Wimmer, Andreas (2018). Construction de la Nation . Presse de l'Université de Princeton. doi : 10.1515/9781400888894 . ISBN 978-1-4008-8889-4.
  9. ^ A b c d Mylonas, Harris; Tudor, Maya (11 mai 2021). « Nationalisme : ce que nous savons et ce que nous devons encore savoir » . Revue annuelle de science politique . 24 (1) : 109-132. doi : 10.1146/annurev-polisci-041719-101841 . Récupéré le 27 septembre 2021 .
  10. ^ Mylonas, Harris (2012). La politique de la construction de la nation : faire des co-ressortissants, des réfugiés et des minorités . Cambridge : Cambridge University Press. p. xx. ISBN 9781107020450. Récupéré le 02/12/2013 . De nombreux journalistes, universitaires et commentateurs politiques ont récemment utilisé le terme « construction de la nation » à la place de ce que le département américain de la Défense appelle « opérations de stabilité ». [...] En d'autres termes. par « construction de la nation », ils veulent dire « construction de l'État par un tiers ». Ils utilisent le terme pour décrire les efforts visant à construire des routes et des voies ferrées, à faire respecter la primauté du droit et à améliorer l'infrastructure d'un État. [...] Je me sépare de cet usage récent et j'utilise le terme « construction de la nation » tel qu'il a été utilisé dans la littérature de science politique au cours des cinq dernières décennies. [...] L'édification de la nation, parfois utilisée de manière interchangeable avec l'intégration nationale, est le processus par lequel les élites gouvernantes font coïncider les frontières de l'État et de la nation. [...]
  11. ^ Deutsch, Karl W. (2010). William J. Foltz (éd.). La construction de la nation dans des contextes comparatifs (New paperback print. ed.). Nouveau-Brunswick [NJ] : AldineTransaction. ISBN 9780202363561.
  12. ^ Connor, Walker (18 juillet 2011). « Construction de la nation ou destruction de la nation ? » Politique mondiale . 24 (3) : 319-355. doi : 10.2307/2009753 . JSTOR 2009753 . 
  13. ^ Jochen Hippler, éd. (2005). L'édification de la nation : un concept clé pour la transformation pacifique des conflits ? . traduit par Barry Stone. Londres : Pluton. ISBN 978-0745323367.
  14. ^ Smith, Antoine. 1986. "State-Making and Nation-Building" dans John Hall (éd.), States in History. Oxford : Basil Blackwell, 228-263.
  15. ^ Harris Mylonas. 2010. « L'assimilation et ses alternatives : mises en garde dans l'étude des politiques de construction de la nation », Dans Repenser la violence : États et acteurs non étatiques en conflit , éd. Adria Lawrence et Erica Chenoweth . Études BCSIA en sécurité internationale, MIT Press.
  16. ^ un b Achankeng, Fonkem (2014). « Les entretiens « constitutionnels » de Foumban et les intentions préalables de négociation : une analyse historico-théorique d'une fausse négociation et les ramifications pour les développements politiques au Cameroun ». Journal of Global Initiatives : Politique, Pédagogie, Perspective . 9 : 149.
  17. ^ Richmond, Edmun B. (1993). « LA SÉNÉGAMBIE ET ​​LA CONFÉDÉRATION : HISTOIRE, ATTENTES ET DÉSILLUSIONS » . Journal d'études du tiers monde . 10 (2) : 172–194 . Récupéré le 28 septembre 2021 .
  18. ^ Awasom, Nicodemus Fru (2003-2004). « Anglo-saxon et gallicisme dans la construction nationale en Afrique : le cas du Cameroun bilingue et de la Confédération sénégambie dans une perspective historique et contemporaine ». Afrika Zamani . 11-12.CS1 maint: format de date ( lien )
  19. ^ Stephenson, Carolyn (janvier 2005). « Construction de la nation » . Au-delà de l'intraitabilité . Consulté le 27 juin 2018 .
  20. ^ Dobbins, James, Seth G. Jones, Keith Crane et Beth Cole DeGrasse. 2007. Le guide du débutant pour l'édification d'une nation . Santa Monica, Californie : RAND Corporation.
  21. ^ Darden, Keith; Mylonas, Harris (1er mars 2012). « Le dilemme prométhéen : la construction d'un État par un tiers dans les territoires occupés ». Ethnologie . 11 (1) : 85-93. doi : 10.1080/17449057.2011.596127 . S2CID 145382064 . 
  22. ^ Fukuyama, François. Janvier/février 2004. "State of the Union: Nation-Building 101", Atlantic Monthly .
  23. ^ Fukuyama, Francis (éd.) (2006). Construction de la nation : Au-delà de l'Afghanistan et de l'Irak ([En ligne-Ausg.] ed.). Baltimore, Maryland : Johns Hopkins Univ. Presse. ISBN 978-0801883347.CS1 maint : texte supplémentaire : liste des auteurs ( lien )
  24. ^ Felbiger, cité dans Melton 2002, 186 (dans Paglayan 2021 )
  25. ^ Paglayan, Agustina S. (février 2021). « Les racines non démocratiques de l'éducation de masse : preuves de 200 ans » . Revue américaine de science politique . 115 (1) : 179-198. doi : 10.1017/S0003055420000647 . ISSN 0003-0554 . 
  26. ^ cité dans US Dept of State 1954, 134 (dans Paglayan 2021 )
  27. ^ Paglayan, Agustina S. (février 2021). « Les racines non démocratiques de l'éducation de masse : preuves de 200 ans » . Revue américaine de science politique . 115 (1) : 179-198. doi : 10.1017/S0003055420000647 . ISSN 0003-0554 . 
  28. ^ James Dobbins, Le rôle de l'Amérique dans la construction de la nation : de l'Allemagne à l'Irak (RAND, 2005, pp 1-54.
  29. ^ Eric Martin, « Construction de la nation en Bosnie-Herzégovine : Coopération, coordination et collaboration. » South East European Journal of Economics and Business 2.2 (2007): 7-22 en ligne .
  30. ^ Ignatieff, Michel. Empire lite : construction d'une nation en Bosnie, au Kosovo, en Afghanistan. Maison aléatoire, 2003.
  31. ^ Paul Dibb, « L'expérience soviétique en Afghanistan : des leçons à tirer ? Journal australien des affaires internationales 64,5 (2010) : 495-509.
  32. ^ Murray, Donette Murray, "L'amour qui n'ose pas prononcer son nom? George W. Bush: State and Nation Building in Afghanistan, 2001-2" Journal of Intervention and Statebuilding (2013) vol 7 DOI: 10.1080/17502977.2012.734562

Lectures complémentaires

  • Ahmed, Zahid Shahab. « Impact du corridor économique Chine-Pakistan sur l'édification de la nation au Pakistan. » Journal of Contemporary China 28.117 (2019): 400-414.
  • Barkey, Karen. Après l'empire : sociétés multiethniques et édification de la nation : l'Union soviétique et les empires russe, ottoman et des Habsbourg (Routledge, 2018).
  • Bendix, Reinhard. Construction de la nation et citoyenneté : études de notre ordre social en mutation (1964), pionnier influent
  • Berdal, Mats et Astri Suhrke. « Un bon allié : la Norvège et le renforcement de l'État international en Afghanistan, 2001-2014. » Journal of Strategic Studies 41.1-2 (2018) : 61-88. en ligne
  • Bereketeab, Redie. « L'éducation comme instrument de construction de la nation en Afrique postcoloniale ». Études sur l'ethnicité et le nationalisme 20.1 (2020): 71-90. en ligne
  • Bokat Lindell, Spencer. « Est-ce que les États-Unis ont fini d'être le flic du monde ? The New York Times 20 juillet 2021
  • Dibb, Paul (2010) « L'expérience soviétique en Afghanistan : des leçons à tirer ? Journal australien des affaires internationales 64,5 (2010) : 495-509.
  • Dobbins, James. Le rôle de l'Amérique dans la construction de la nation : de l'Allemagne à l'Irak (RAND, 2005).
  • Engin, Kenan (2013). "Nation-Building" – Theoretische Betrachtung und Fallbeispiel: Irak (en allemand) . Baden Baden : Nomos Verlag . ISBN 978-3-8487-0684-6 . 
  • Ergoun, Ayça. « Citoyenneté, identité nationale et édification de la nation en Azerbaïdjan : entre l'héritage du passé et l'esprit d'indépendance ». Documents sur les nationalités (2021) : 1-18. en ligne
  • Eriksen, Thomas Hylland. Dénominateurs communs : ethnicité, construction nationale et compromis à Maurice (Routledge, 2020).
  • Etzioni, Amitaï. "La folie de la construction d'une nation." Intérêt national 120 (2012) : 60-68 ; sur les efforts malavisés américains en ligne
  • Hodge, Nathan (2011), Humanitaires armés : La montée des bâtisseurs de la nation , New York : Bloomsbury USA.
  • Ignatieff, Michel. (2003) Empire lite : construction d'une nation en Bosnie, au Kosovo, en Afghanistan (Random House, 2003).</ref>
  • Jacques, Paul (1996). Formation de la nation : vers une théorie de la communauté abstraite . Londres : Sage Publications.
  • Jacques, Paul (2006). Mondialisme, nationalisme, tribalisme : ramener la théorie dans le tome 2 de Vers une théorie de la communauté abstraite . Londres : Sage Publications.
  • Junco, José Alvarez. « Le processus d'édification de la nation dans l'Espagne du XIXe siècle. » dans Nationalisme et nation dans la péninsule ibérique (Routledge, 2020) pp. 89-106.
  • Latham, Michael E. Modernisation en tant qu'idéologie : sciences sociales américaines et « construction de la nation » à l'ère Kennedy ( U North Carolina Press, (2000)
  • Mylonas, Harris (2012). La politique de la construction de la nation : faire des co-ressortissants, des réfugiés et des minorités . New York : Cambridge University Press.
  • Mylonas, Harris (2017), « Nation-building », Oxford Bibliographies in International Relations . Éd. Patrick James. New York : Oxford University Press.
  • Polese, Abel et al., éd. Identité et construction nationale dans la vie quotidienne post-socialiste (Routledge, 2017).
  • Safdar, Ghulam, Ghulam Shabir et Abdul Wajid Khan. "Le rôle des médias dans la construction de la nation : perspectives sociales, politiques, religieuses et éducatives." Journal pakistanais des sciences sociales (PJSS) 38.2 (2018). en ligne
  • Scott, James Wesley. « Politique des frontières en Europe centrale : la Hongrie et le rôle de l'échelle nationale et de l'édification de la nation. » Geographia Polonica 91,1 (2018) : 17-32. en ligne
  • Seoighe, Rachel. Guerre, déni et construction nationale au Sri Lanka : après la fin (Springer, 2017).
  • Smith, Anthony (1986), "State-Making and Nation-Building" dans John Hall (éd.), States in History . Oxford : Basil Blackwell, 228-263.
  • Wimmer, Andreas. « Construire une nation : Pourquoi certains pays se rassemblent tandis que d'autres se désagrègent ». Survie 60,4 (2018) : 151-164.

Liens externes