Dortoir Meldemannstraße

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Vue de face

Le dortoir pour hommes de Meldemannstraße 27 dans le district de Brigittenau , à Vienne , en Autriche, était un dortoir public pour hommes ( Männerwohnheim ) de 1905 à 2003. C'est un sujet d'intérêt public principalement parce que c'était la résidence d' Adolf Hitler , le dernier dictateur de l'Allemagne nazie . , de 1910 à 1913. [1]

Le dortoir dans les années 1900

Vue arrière de Pasettistraße
Vue latérale depuis Stromstraße

La construction du dortoir en 1905 a été financée par une fondation caritative privée qui visait à réduire le nombre de Bettgeher ("passeurs de lit") à Vienne. Les Bettgeher étaient des pauvres sans domicile fixe , souvent des travailleurs postés de la campagne, qui payaient une somme modique pour l'utilisation d'un lit dans une maison privée pendant quelques heures pendant la journée. En 1910, ils étaient au nombre de 80 000 à Vienne et étaient considérés comme une menace pour la moralité de la famille d'accueil.

Le dortoir de six étages faisait partie des installations les plus modernes de ce type lors de son ouverture en 1905. [2] Il était éclairé par des lampes à gaz et des ampoules et chauffé par un radiateur à vapeur moderne. Au rez-de-chaussée, il comportait un réfectoire, une salle de lecture avec des journaux quotidiens et une bibliothèque. Le sous-sol abritait des salles de nettoyage, une bagagerie, un local à vélos ainsi qu'un atelier de cordonnier et de tailleur . De plus, le dortoir comprenait une infirmerie avec un médecin résident, une chambre de désinfection pour l' épouillage des nouveaux résidents, des toilettes , une salle de rasage et une salle de bain avec seize douches et quatre baignoires.

Le dortoir proprement dit était situé aux quatre étages supérieurs. Chacun des 544 résidents avait sa propre petite cabine, mesurant 1,4 mètre (4,6 pieds) sur 2,17 mètres (7,1 pieds). Les cabines, qui étaient déverrouillées chaque soir à 20 heures et devaient être libérées à 9 heures, avaient une porte verrouillable, une ampoule, un lit, une petite table, un cintre et un miroir.

Le loyer hebdomadaire était de 2,50 couronnes , à peu près autant qu'un Bettgeher aurait à payer pour l'utilisation d'un lit, ce qui en faisait un logement très abordable pour les ouvriers non qualifiés ou les compagnons artisans avec un revenu annuel d'environ 1 000 couronnes. Lors de l'ouverture du dortoir, la presse viennoise l'a salué comme "un quartier fantastique, un paradis sur terre" et comme une "merveille d'élégance et de bon marché".

Le séjour d'Adolf Hitler

Vue latérale depuis Winarskystraße

Selon les fichiers d'enregistrement de la police, Adolf Hitler - alors au chômage et vivant de la vente de ses tableaux - a vécu dans le dortoir pendant trois ans, du 9 février 1910 au 24 mai 1913. [3] Il avait emménagé d'un refuge pour sans-abri à Meidling , où il séjournait depuis décembre 1909, et s'installa à Munich en 1913 après avoir reçu l'héritage de son père.

Hitler lui-même semble n'avoir fourni aucun détail sur sa vie quotidienne à Vienne, mais plusieurs de ses co-résidents ont publié plus tard leurs souvenirs du séjour d'Hitler dans le dortoir. Ils rapportent qu'il lisait les journaux chaque matin dans la zone non-fumeur de la salle de lecture, où il peignait également, discutait de politique avec d'autres résidents et prononçait des discours. [4]

Parmi les hommes qui ont écrit sur la résidence d'Hitler dans le dortoir figuraient Reinhold Hanisch , un vagabond et ouvrier à temps partiel qui est mort en prison en 1937 dans des circonstances peu claires et dont les souvenirs ont été publiés dans La Nouvelle République en 1939 ; un certain Karl Honisch qui rédigea un rapport pour les archives du parti nazi en 1938 ; Josef Greiner , un ouvrier qui a publié de minces mémoires en 1938 et 1947 ; et un homme anonyme qui a écrit des articles parus dans les journaux tchèques dans les années 1930.

Parmi les autres co-résidents du dortoir avec lesquels Hitler était impliqué figuraient ses amis juifs Eduard Löffner et Josef Neumann, le pharmacien viennois Rudolf Häusler qui a déménagé à Munich avec Hitler en 1913, et un peintre rival, Karl Leidenroth .

Histoire postérieure

Panneau de construction du projet de maison de retraite

Dans les années 1990, le gouvernement de la ville de Vienne a décidé de fermer le dortoir vétuste, qui servait désormais de refuge pour les sans-abri, au profit d'un nouveau refuge à Floridsdorf . Avant sa fermeture le 28 novembre 2003, le dortoir a servi en 2002 et 2003 de lieu de productions régulières de la pièce Mein Kampf de George Tabori , dont le sujet est le séjour d'Hitler à Vienne. [5]

Après sa fermeture, le bâtiment a été brièvement occupé par des squatters . En 2007, l'ancien dortoir a été transformé en maison de retraite de 200 chambres, nommée Seniorenschlössl Brigittenau . [6] [7] Il a ouvert ses portes en janvier 2009 ; son entrée est sur Winarskystraße.

Références

  1. ^ Bullock, Alan (1962). Hitler : une étude sur la tyrannie . p. 33.
  2. ^ Hamann, Brigitte (2007). Hitlers Wien (en allemand) (9 éd.). Munich. p. 229–234. ISBN 978-3-492-22653-0.
  3. ^ Hamann : Hitler Vienne , p. 227 et 568.
  4. ^ Hamann, p. 237.
  5. ^ "Hitlers Männerwohnheim : Das soziale Obdach für Taboris "Mein Kampf"" (en allemand). 3sat . 24 septembre 2002. Archivé de l'original le 14 janvier 2005. Récupéré le 23/12/2008 .
  6. ^ "Seniorenschlössl statt Obdachlosenheim (allemand)" . orf.at. 2007-07-10 . Récupéré le 06/10/2011 .
  7. ^ "Statt Männerwohnheim "Seniorenschlössel" dans Meldemannstraße (allemand)" . derstandard.at. 2007-07-10 . Récupéré le 06/10/2011 .

Coordonnées : 48°14′22″N 16°22′44″E / 48.239338°N 16.378873°E / 48.239338 ; 16.378873