Bibliothèque et sciences de l'information

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Catalogage
et classification des bibliothèques
Décimal Dewey020

La bibliothéconomie et les sciences de l'information ( LIS ) (parfois désignées comme le pluriel de la bibliothéconomie et des sciences de l'information ) [1] [2] est une branche des disciplines universitaires qui traite généralement de l'organisation, de l'accès, de la collecte et de la protection/régulation de l'information, que ce soit en physique (par exemple, art, procédures judiciaires) ou des formulaires numériques. À la fin des années 1960, principalement en raison de l'augmentation fulgurante de la puissance de calcul humaine et des nouvelles disciplines universitaires formées à partir de celle-ci, les institutions universitaires ont commencé à ajouter le terme « science de l'information » à leurs noms. La première école à le faire était à l'Université de Pittsburgh en 1964. [3]D'autres écoles ont suivi au cours des années 1970 et 1980, et dans les années 1990, presque toutes les écoles de bibliothéconomie aux États-Unis avaient ajouté les sciences de l'information à leurs noms. Bien qu'il existe des exceptions, des développements similaires ont eu lieu dans d'autres parties du monde. Au Danemark, par exemple, la « Royal School of Librarianship » a changé son nom anglais en The Royal School of Library and Information Science en 1997.

Malgré diverses tendances à fusionner les deux domaines, certains considèrent que les deux disciplines d'origine, la bibliothéconomie et la science de l'information , sont distinctes. [4] [5] Cependant, il est courant aujourd'hui d'utiliser les termes comme synonymes ou de laisser tomber le terme « bibliothèque » et de parler de départements d'information ou I-schools . [6] Il y a eu aussi des tentatives de relancer le concept de documentation et de parler de bibliothèque, d' études d' information et de documentation (ou science). [7]

Relations entre la bibliothéconomie, la science de l'information et les LIS

Tefko Saracevic (1992, p. 13) [4] a soutenu que la bibliothéconomie et la science de l'information sont des domaines distincts :

Le point commun entre la bibliothéconomie et la science de l'information, qui est fort, réside dans le partage de leur rôle social et dans leur souci général des problèmes d'utilisation efficace des documents graphiques. Mais il existe également des différences très importantes à plusieurs égards critiques, parmi lesquels : (1) la sélection des problèmes abordés et la manière dont ils ont été définis ; (2) les questions théoriques posées et les cadres établis ; (3) la nature et le degré d'expérimentation et de développement empirique et les connaissances/compétences pratiques qui en résultent ; (4) outils et approches utilisés; et (5) la nature et la force des relations interdisciplinaires établies et la dépendance du progrès et de l'évolution des approches interdisciplinaires.Toutes ces différences justifient la conclusion que la bibliothéconomie et les sciences de l'information sont deux domaines différents dans une relation interdisciplinaire forte, plutôt qu'un seul et même domaine, ou l'un étant un cas particulier de l'autre.

Une autre indication des différentes utilisations des deux termes est l'indexation dans les résumés des thèses de l'UMI . Dans Dissertations Abstracts Online en novembre 2011, 4888 thèses étaient indexées avec le descripteur LIBRARY SCIENCE et 9053 avec le descripteur INFORMATION SCIENCE. Pour l'année 2009, les nombres étaient 104 SCIENCE DE BIBLIOTHÈQUE et 514 SCIENCE DE L'INFORMATION. 891 thèses ont été indexées avec les deux termes (36 en 2009).

Il faut considérer que la science de l'information est née de la science de la documentation et a donc une tradition de prise en compte de la communication scientifique et savante, des bases de données bibliographiques , des connaissances thématiques et de la terminologie, etc. La bibliothéconomie, d'autre part, s'est principalement concentrée sur les bibliothèques et leurs processus internes et les meilleures pratiques. Il est également pertinent de considérer que la science de l'information était auparavant effectuée par des scientifiques, tandis que la bibliothéconomie a été divisée entre les bibliothèques publiques et les bibliothèques de recherche universitaire. Bibliothèque des écolesont principalement formé des bibliothécaires pour les bibliothèques publiques et n'ont pas manifesté beaucoup d'intérêt pour la communication et la documentation scientifiques. Lorsque les informaticiens de 1964 sont entrés dans les écoles de bibliothéconomie, ils ont apporté avec eux des compétences en matière de recherche d'informations dans des bases de données thématiques, notamment des concepts tels que le rappel et la précision, les techniques de recherche booléennes, la formulation de requêtes et les problèmes connexes. Les bases de données bibliographiques par sujet et les index de citations ont constitué une avancée majeure dans la diffusion de l'information - ainsi que dans le programme des écoles de bibliothéconomie.

Julian Warner (2010) [8] suggère que la tradition de l'information et de l'informatique dans la recherche d'informations peut être largement caractérisée comme une transformation de requête , la requête étant articulée verbalement par l'utilisateur avant la recherche, puis transformée par un système en un ensemble d'enregistrements. . De la bibliothéconomie et de l'indexation, d'autre part, a été une contrainte implicite sur le pouvoir de sélection permettant à l'utilisateur de faire des sélections pertinentes.

Difficultés à définir LIS

« La question : « Qu'est-ce que la bibliothéconomie et la science de l'information ? » ne suscite pas de réponses de la même cohérence conceptuelle interne que des enquêtes similaires quant à la nature d'autres domaines, par exemple, « Qu'est-ce que la chimie ? », « Qu'est-ce que l'économie ? », « Qu'est-ce que la médecine ? » Chacun de ces domaines, bien que de large portée, a des liens clairs avec les préoccupations fondamentales de leur domaine. [...] Ni la théorie ni la pratique des LIS ne sont perçues comme monolithiques ni unifiées par une littérature ou un ensemble de compétences professionnelles communs. Occasionnellement, les LIS les universitaires (dont beaucoup ne s'identifient pas comme membres d'une communauté LIS interlecture, ou préfèrent des noms autres que LIS), tentent, mais sont incapables, de trouver des concepts de base en commun. tous les aspects importants du SIL,voyez en effet les LIS comme un sous-domaine de l'informatique ! [Note de bas de page III.1] D'autres prétendent que les LIS sont principalement une science sociale accompagnée de compétences pratiques telles que l'ethnographie et les entretiens. Historiquement, les traditions du service public, de la bibliographie, du documentalisme et des sciences de l'information ont vu leur mission, leurs outils philosophiques et leur domaine de recherche différemment. D'autres encore nient l'existence d'un LIS métropolitain plus grand, considérant plutôt le LIS comme un ensemble vaguement organisé d'intérêts spécialisés souvent unifiés par rien de plus que leur utilisation partagée (et disputée) des informations du descripteur. En effet, des affirmations surgissent parfois selon lesquelles le domaine n'a même pas de théorie propre. » (Konrad, 2007, p. 652-653).1] D'autres prétendent que les LIS sont principalement une science sociale accompagnée de compétences pratiques telles que l'ethnographie et les entretiens. Historiquement, les traditions du service public, de la bibliographie, du documentalisme et des sciences de l'information ont vu leur mission, leurs outils philosophiques et leur domaine de recherche différemment. D'autres encore nient l'existence d'un LIS métropolitain plus grand, considérant plutôt le LIS comme un ensemble vaguement organisé d'intérêts spécialisés souvent unifiés par rien de plus que leur utilisation partagée (et disputée) des informations du descripteur. En effet, des affirmations surgissent parfois selon lesquelles le domaine n'a même pas de théorie propre. » (Konrad, 2007, p. 652-653).1] D'autres prétendent que les LIS sont principalement une science sociale accompagnée de compétences pratiques telles que l'ethnographie et les entretiens. Historiquement, les traditions du service public, de la bibliographie, du documentalisme et des sciences de l'information ont vu leur mission, leurs outils philosophiques et leur domaine de recherche différemment. D'autres encore nient l'existence d'un LIS métropolitain plus grand, considérant plutôt le LIS comme un ensemble vaguement organisé d'intérêts spécialisés souvent unifiés par rien de plus que leur utilisation partagée (et disputée) des informations de descripteur. En effet, des affirmations surgissent parfois selon lesquelles le domaine n'a même pas de théorie propre. » (Konrad, 2007, p. 652-653).et les sciences de l'information ont vu leur mission, leurs outils philosophiques et leur domaine de recherche différemment. D'autres encore nient l'existence d'un LIS métropolitain plus grand, considérant plutôt le LIS comme un ensemble vaguement organisé d'intérêts spécialisés souvent unifiés par rien de plus que leur utilisation partagée (et disputée) des informations du descripteur. En effet, des affirmations surgissent parfois selon lesquelles le domaine n'a même pas de théorie propre. » (Konrad, 2007, p. 652-653).et les sciences de l'information ont vu leur mission, leurs outils philosophiques et leur domaine de recherche différemment. D'autres encore nient l'existence d'un LIS métropolitain plus grand, considérant plutôt le LIS comme un ensemble vaguement organisé d'intérêts spécialisés souvent unifiés par rien de plus que leur utilisation partagée (et disputée) des informations du descripteur. En effet, des affirmations surgissent parfois selon lesquelles le domaine n'a même pas de théorie propre. » (Konrad, 2007, p. 652-653).on prétend parfois que le domaine n'a même pas de théorie propre. » (Konrad, 2007, p. 652-653).on prétend parfois que le domaine n'a même pas de théorie propre. » (Konrad, 2007, p. 652-653).

Un champ multidisciplinaire, interdisciplinaire ou monodisciplinaire ?

Le chercheur suédois Emin Tengström (1993) [9] a décrit la recherche interdisciplinaire comme un processus et non comme un état ou une structure. Il distingue trois niveaux d'ambition en matière de recherche transversale :

Ce qui est décrit ici est une vision des domaines sociaux comme dynamiques et changeants. La bibliothéconomie et la science de l'information sont considérées comme un domaine qui a commencé comme un domaine multidisciplinaire basé sur la littérature, la psychologie, la sociologie, la gestion, l'informatique, etc., qui évolue vers une discipline académique à part entière. Cependant, la citation suivante semble indiquer que LIS se développe en fait dans la direction opposée :

Chua & Yang (2008) [10] ont étudié des articles publiés dans le Journal of the American Society for Information Science and Technology au cours de la période 1988-1997 et ont trouvé, entre autres : /services liés à l'information pour inclure ceux de la gestion des systèmes d'information, des technologies de l'information, des affaires et des sciences humaines. Au milieu de grappes hétérogènes de collaboration entre les meilleurs auteurs, des paires de coauteurs interdisciplinaires fortement connectées sont devenues plus répandues. En conséquence, la distribution des occurrences des principaux mots clés qui s'appuie fortement sur la science de l'information de base s'est déplacée vers d'autres sous-disciplines telles que la technologie de l'information et la science sociocomportementale. »

Une étude plus récente a révélé que 31 % des articles publiés dans 31 revues LIS de 2007 à 2012 étaient par des auteurs de départements universitaires de bibliothéconomie et de sciences de l'information (c'est-à-dire, ceux offrant des programmes d'études accrédités par l' American Library Association ou des organisations professionnelles similaires dans d'autres des pays). Les professeurs des départements d' informatique (10 %), de gestion (10 %), de communication (3 %), les autres sciences sociales (9 %) et les autres sciences naturelles (7 %) étaient également représentés. Près d'un quart des articles dans les 31 revues étaient rédigés par des bibliothécaires en exercice, et 6 % par d'autres occupant des postes non universitaires (par exemple, en entreprise). [11]

En tant que domaine avec son propre corpus de concepts, de techniques, de revues et d'associations professionnelles interdépendants, les LIS sont clairement une discipline. Mais de par la nature de son sujet et de ses méthodes, la SIL est tout aussi clairement une interdiscipline , s'appuyant sur de nombreux domaines adjacents (voir ci-dessous).

Une adhocratie fragmentée

Richard Whitley (1984, [12] 2000) [13] a classé les domaines scientifiques selon leur organisation intellectuelle et sociale et a décrit les études de gestion comme une « adhocratie fragmentée », un domaine avec un faible niveau de coordination autour d'un ensemble diffus d'objectifs et d'un terminologie non spécialisée; mais avec des liens étroits avec la pratique dans le secteur des affaires. Åström (2006) [14] a appliqué cette conception à la description des SIL.

Dispersion de la littérature

Meho & Spurgin (2005) [15] ont constaté que dans une liste de 2 625 articles publiés entre 1982 et 2002 par 68 membres du corps professoral de 18 écoles de bibliothéconomie et des sciences de l'information, seules 10 bases de données fournissaient une couverture significative de la littérature en LIS. Les résultats montrent également que restreindre les sources de données à une, deux ou même trois bases de données conduit à des classements inexacts et à des conclusions erronées. Étant donné qu'aucune base de données ne fournit une couverture complète de la littérature en LIS, les chercheurs doivent s'appuyer sur un large éventail de bases de données disciplinaires et multidisciplinaires pour le classement et à d'autres fins de recherche. Même lorsque les neuf bases de données les plus complètes du LIS ont été recherchées et combinées, 27,0 % (ou 710 sur 2 635) des publications restent introuvables.

L'étude confirme des recherches antérieures selon lesquelles la littérature LIS est très dispersée et ne se limite pas aux bases de données LIS standard. Ce qui n'était pas connu ou vérifié auparavant, cependant, c'est qu'une quantité importante de cette littérature est indexée dans les bases de données interdisciplinaires ou multidisciplinaires d'Inside Conferences et de l'INSPEC. D'autres bases de données interdisciplinaires, telles que America: History and Life, se sont également révélées très utiles et complémentaires aux bases de données traditionnelles des SIB, en particulier dans les domaines des archives et de l'histoire des bibliothèques. (Meho & Spurgin, 2005, p.1329).

La préoccupation unique de la bibliothéconomie et des sciences de l'information

« Le souci de l'information des personnes n'est pas unique au LIS et est donc insuffisant pour différencier le LIS des autres domaines. Les LIS font partie d'une entreprise plus grande. » (Konrad, 2007, p. 655). [16]

« La préoccupation unique du LIS est reconnue comme : Déclaration de la préoccupation centrale du LIS : les humains deviennent informés (construisant le sens) via l'intermédiation entre les enquêteurs et les enregistrements instrumentés . Aucun autre domaine n'a cela comme préoccupation. » (Konrad, 2007, p. 660)

« Notez que le terme de promiscuité d' information n'apparaît pas dans l'énoncé ci-dessus circonscrivant les préoccupations centrales du domaine : les effets néfastes de l'ambiguïté que ce terme provoque sont discutés ci-dessus (Partie III). domaine est amélioré lorsque des termes spécifiques sont utilisés à la place du mot-i pour des sens spécifiques de ce terme. » (Konrad, 2007, p. 661).

Michael Buckland a écrit : « Les programmes d'enseignement en bibliothèque, information et documentation concernent ce que les gens savent, ne se limitent pas à la technologie et nécessitent une vaste expertise. Ils diffèrent fondamentalement et de manière importante des programmes d'informatique et des programmes de systèmes d'information trouvés écoles de commerce". [17]

Bawden et Robinson soutiennent que si les sciences de l'information se chevauchent avec de nombreuses autres disciplines qui s'intéressent à l'étude de la communication, elles sont uniques en ce qu'elles concernent tous les aspects de la chaîne de communication. [18] : 6, 8  Par exemple, l'informatique peut s'intéresser à l'indexation et à la recherche, la sociologie avec les études d'utilisateurs et l'édition (business) avec la diffusion, tandis que les sciences de l'information s'intéressent à l'étude de tous ces domaines individuels et de la interactions entre eux. [18] : 6 

L'organisation de l'information et des ressources d'information est l'un des aspects fondamentaux du SIL. [18] : 106  et est un exemple à la fois du caractère unique du LIS et de ses origines multidisciplinaires. Certains des principaux outils utilisés par LIS à cette fin pour donner accès aux ressources numériques des temps modernes (en particulier la théorie relative à l'indexation et à la classification) ont été créés au XIXe siècle pour aider l'humanité à rendre accessible sa production intellectuelle en enregistrant, en identifiant et en assurer le contrôle bibliographique des connaissances imprimées. [18] : 105  L'origine de certains de ces outils était encore plus ancienne. Par exemple, au 17ème siècle, pendant « l'âge d'or des bibliothèques », les éditeurs et les vendeurs cherchant à tirer parti du commerce du livre en plein essor ont développé des catalogues descriptifs de leurs marchandises pour la distribution - une pratique a été adoptée et extrapolée par de nombreuses bibliothèques de l'époque pour couvrir des domaines comme la philosophie, les sciences, la linguistique, la médecine, etc. [ 19] : 120  Ainsi, une préoccupation commerciale des éditeurs – le suivi et l'inventaire publicitaire – s'est développée en un système d'organisation et de conservation de l'information par la bibliothèque.

Le développement des métadonnées est un autre domaine qui illustre l'objectif du SIL d'être quelque chose de plus qu'un méli-mélo de plusieurs disciplines - ce que Bawden et Robinson décrivent comme étant uniques. Les systèmes de classification et de catalogage pré-Internet visaient principalement deux objectifs : 1. fournir des descriptions bibliographiques riches et des relations entre les objets d'information et 2. faciliter le partage de cette information bibliographique au-delà des limites des bibliothèques. [20]  : 14  Le développement d'Internet et l'explosion de l'information qui s'en est suivie ont trouvé de nombreuses communautés ayant besoin de mécanismes pour la description, l'authentification et la gestion de leurs informations. [20] : 15  Ces communautés ont développé des taxonomies et des vocabulaires contrôlés pour décrire leurs connaissances ainsi que des architectures d'informations uniques pour communiquer ces classifications et les bibliothèques se sont retrouvées en tant que liaison ou traducteur entre ces systèmes de métadonnées. [20] : 15-16  Bien entendu, les préoccupations du catalogage à l'ère d'Internet sont allées au-delà des simples descriptions bibliographiques. Le besoin d'informations descriptives sur la propriété et le droit d'auteur d'un produit numérique - une préoccupation de publication - et une description des différents formats et caractéristiques d'accessibilité d'une ressource - une préoccupation sociologique - montrent le développement continu et la nécessité interdisciplinaire de la description des ressources. [20] : 15 

Au 21e siècle, l'utilisation des données ouvertes , de l' open source et de protocoles ouverts comme OAI-PMH a permis à des milliers de bibliothèques et d'institutions de collaborer à la production de services mondiaux de métadonnées auparavant offerts uniquement par des produits commerciaux propriétaires de plus en plus coûteux. Les exemples incluent BASE et Unpaywall , qui automatise la recherche d'un article universitaire dans des milliers de référentiels par des bibliothèques et des instituts de recherche. [21]

Owusu-Ansah, Christopher M. a fait valoir que de nombreuses universités africaines ont utilisé l'enseignement à distance pour élargir l'accès à l'éducation et que les bibliothèques numériques peuvent assurer un accès transparent à l'information pour les apprenants à distance [22]

théories LIS

Julian Warner (2010, p. 4-5) [8] suggère que

Deux paradigmes, le cognitif et le physique, ont été distingués dans la recherche documentaire, mais ils partagent l'hypothèse de la valeur de la fourniture d'enregistrements pertinents (Ellis 1984, 19 ; [22][22] Belkin et Vickery 1985, 114 [23]). Aux fins de la discussion ici, ils peuvent être considérés comme un seul et même paradigme hétérogène, liés mais non unis par cette hypothèse commune. La valeur accordée à la transformation des requêtes est en contradiction avec la pratique courante, selon laquelle les utilisateurs peuvent préférer explorer une zone et apprécier une exploration pleinement informée. Certaines discussions de recherche dissidentes ont été plus conformes à la pratique, préconisant la capacité d'exploration - la capacité d'explorer et de faire des discriminations entre les représentations d'objets - comme principe de conception fondamental pour les systèmes de recherche d'informations.

L'approche analytique de domaine (par exemple, Hjørland 2010 [24] ) suggère que les critères pertinents pour faire des discriminations dans la recherche d'informations sont des critères scientifiques et savants. Dans certains domaines (par exemple la médecine factuelle) [25], les distinctions pertinentes sont très explicites. Dans d'autres cas, elles sont implicites ou peu claires. Au niveau de base, la pertinence des notices bibliographiques est déterminée par des critères épistémologiques de ce qui constitue la connaissance.

Parmi d'autres approches, la bibliothèque factuelle et la pratique de l'information devraient également être mentionnées.

Journaux

(voir également la page Liste des revues LIS en Inde , Catégorie : Revues scientifiques de bibliothèque et Rapports de citation de revues pour une liste en fonction du facteur d'impact )

Certaines revues principales de LIS sont :

Les bases de données bibliographiques importantes en LIS sont, entre autres, Social Sciences Citation Index et Library and Information Science Abstracts [27]

Conférences

Voici une liste de quelques-unes des principales conférences dans le domaine.

Sous-champs communs

Une annonce pour un professeur titulaire en sciences de l'information à la Royal School of Library and Information Science, printemps 2011, fournit une vue des sous-disciplines bien établies : [31] « La recherche et l'enseignement/la supervision doivent être dans certains (et à au moins un) de ces domaines des sciences de l'information bien établis

Il existe d'autres moyens d'identifier les sous-domaines au sein des LIS, par exemple la cartographie bibliométrique et les études comparatives des programmes. Des cartes bibliométriques de LIS ont été produites, entre autres, par Vickery & Vickery (1987, frontispice), [32] White & McCain (1998), [33] Åström (2002), [34] 2006) et Hassan-Montero & Herrero -Solane (2007). [35] Un exemple d'étude de programme est Kajberg & Lørring, 2005. [36] Dans cette publication, les données suivantes sont rapportées (p 234) : « Degré de chevauchement des dix thèmes du programme avec les matières dans les programmes Écoles LIS

Il y a souvent un chevauchement entre ces sous-domaines des LIS et d'autres domaines d'études. La plupart des recherches en recherche documentaire, par exemple, appartiennent à l'informatique. La gestion des connaissances est considérée comme un sous-domaine des études de gestion ou d'organisation. [37]

Voir aussi

Références

  1. ^ Bates, MJ et Maack, MN (éds.). (2010). Encyclopédie de la bibliothéconomie et des sciences de l'information. Vol. 1-7. CRC Press, Boca Raton, États-Unis. Également disponible en tant que source électronique.
  2. ^ Bibliothèque et sciences de l'information est le nom utilisé dans la classification décimale Dewey pour la classe 20 de la 18e édition (1971) à la 22e édition (2003)
  3. ^ Galvin, TJ (1977). Pittsburgh. Université de Pittsburgh Graduate School of Library and Information Sciences. DANS : Encyclopédie de la bibliothéconomie et des sciences de l'information (Vol. 22). Éd. par A. Kent, H. Lancour & JEDaily. New York : Marcel Dekker, Inc. (p. 280-291)
  4. ^ un b Saracevic, Tefko (1992). Sciences de l'information : origine, évolution et relations. In : Conceptions de la bibliothéconomie et des sciences de l'information. Perspectives historiques, empiriques et théoriques . Edité par Pertti Vakkari & Blaise Cronin. Londres : Taylor Graham (p. 5-27).
  5. ^ Miksa, Francis L. (1992). Bibliothèque et sciences de l'information : deux paradigmes. In : Conceptions de la bibliothéconomie et des sciences de l'information. Perspectives historiques, empiriques et théoriques . Edité par Pertti Vakkari & Blaise Cronin. Londres : Taylor Graham (pp. 229-252).
  6. ^ « Éduquer une nouvelle génération de professionnels de la bibliothéconomie et des sciences de l'information : une perspective des États-Unis » . Digital Commons @ DU . 82 (2) : 189-206.
  7. ^ Rayward, WB (éd.) (2004). Conscient et responsable. Articles du colloque international nordique sur la sensibilisation et la responsabilité sociales et culturelles dans les études de bibliothéconomie, d'information et de documentation (SCARLID). Lanham, MD :
  8. ^ un b Warner, Julian (2010). Recherche d'informations humaines. Cambridge, MA : La presse du MIT
  9. ^ Tengström, E. (1993). Biblioteks- och informationsvetenskapen - ett fler- eller tvär-vetenskapligt område? Svensk Biblioteksforskning, (1), 9-20.
  10. ^ Chua, Alton YK; Yang, Christopher C. (novembre 2008). « Le virage vers la pluridisciplinarité en sciences de l'information ». Journal de l'American Society for Information Science and Technology . 59 (13) : 2156-2170. doi : 10.1002/asi.20929 .
  11. ^ Walters, William H.; Wilder, Esther Isabelle (juin 2016). « Contributions disciplinaires, nationales et départementales à la littérature de la bibliothéconomie et des sciences de l'information, 2007-2012 ». Journal de l'Association pour la science et la technologie de l'information . 67 (6) : 1487-1506. doi : 10.1002/asi.23448 . S2CID 205441125 . 
  12. ^ Whitley, Richard (juillet 1984). « L'état fragmenté des études de gestion : Raisons et conséquences ». Journal des études de gestion . 21 (3) : 331-348. doi : 10.1111/j.1467-6486.1984.tb00415.x .
  13. ^ Whitley, R. (2000). L'organisation intellectuelle et sociale des sciences. Presse universitaire d'Oxford, Oxford.
  14. ^ Åström, Fredrik (2006). Le développement social et intellectuel de la bibliothéconomie et des sciences de l'information (Thèse).
  15. ^ Meho, Lokman I.; Spurgin, Kristina M. (octobre 2005). « Classement de la productivité de la recherche des facultés et des écoles de bibliothéconomie et de sciences de l'information : une évaluation des sources de données et des méthodes de recherche ». Journal de l'American Society for Information Science and Technology . 56 (12) : 1314-1331. doi : 10.1002/asi.20227 .
  16. ^ Konrad, Allan (2007). Sur l'enquête: Formation du concept humain et construction du sens par l'intermédiation des bibliothèques et des sciences de l'information (thèse).
  17. ^ Buckland, Michael K. (2004). Réflexions sur la conscience et la responsabilité sociales et culturelles dans la bibliothèque, l'information et la documentation - Commentaire sur le colloque SCARLID. Dans : Rayward, WB (éd.). Conscient et responsable. Documents du colloque international nordique sur la sensibilisation et la responsabilité sociales et culturelles dans les études de bibliothéconomie, d'information et de documentation (SCARLID) . Lanham, MD : Presse d'épouvantail. (pp. 169-175).
  18. ^ A b c d Bawden, David; Robinson, Lyn (2013). Introduction aux sciences de l'information . Chicago : Neal-Schuman Publishers, Incorporated. ISBN 9781555708610.
  19. ^ Murray, Stuart (2012). Bibliothèque : une histoire illustrée . New York : WW Norton. ISBN 9781616084530.
  20. ^ A b c d Zeng, Marcia Lei; Qin, Jian (2014). Métadonnées . New York : Neal Schuman. ISBN 978-1-55570-965-5.
  21. ^ Chawla, Dalmeet Singh (2017). "Unpaywall trouve des versions gratuites de papiers payants" . Nouvelles de la nature . doi : 10.1038/nature.2017.21765 . S2CID 86694031 . 
  22. ^ Ellis, David (1984). Théorie et explication dans la recherche documentaire. Journal des sciences de l'information , 8, 25-38
  23. ^ Belkin, NJ & Vickery, A. (1985) - Interaction dans les systèmes d'information : Un examen de la recherche de la récupération de documents aux systèmes basés sur la connaissance. Londres : British Library (Library and Information Research Report 35).
  24. ^ Hjørland, Birger (2009). "Le fondement du concept de pertinence". Journal de l'American Society for Information Science and Technology . doi : 10.1002/asi.21261 .
  25. ^ Hjørland, Birger (juillet 2011). « Pratique fondée sur des preuves : une analyse basée sur la philosophie des sciences ». Journal de l'American Society for Information Science and Technology . 62 (7) : 1301-1310. doi : 10.1002/asi.21523 .
  26. ^ "Rétrospective de la littérature de bibliothèque et des sciences de l'information : 1905-1983 | EBSCO" .
  27. ^ "Journal de bibliothéconomie et des sciences de l'information" . Revues SAGE .
  28. ^ "ISIC: la conférence sur le comportement de l'information" . 14 juillet 2012. Archivé de l'original le 2012-07-14.
  29. ^ "Congrès mondial des bibliothèques et de l'information - Conférence générale et Assemblée de l'IFLA" . 6 juillet 2015. Archivé de l'original le 2015-07-06.
  30. ^ "Événements ISKO" . www.isko.org .
  31. ^ Publicité pour un professeur titulaire en sciences de l'information à la Royal School of Library and Information Science, printemps 2011 : « Jobnet forside » . Archivé de l'original le 2012-04-25 . Récupéré le 02/11/2011 .
  32. ^ Vickery, Brian et Vickery, Alina (1987). Sciences de l'information en théorie et en pratique. Londres : Bowker-Saur.
  33. ^ Blanc, Howard D.; McCain, Katherine W. (1998). « Visualiser une discipline : une analyse de co-citation d'auteur des sciences de l'information, 1972-1995 » . Journal de la Société américaine des sciences de l'information . 49 (4) : 327-355. doi : 10.1002/(SICI)1097-4571(19980401)49:4<327::AID-ASI4>3.0.CO;2-4 .
  34. ^ Åström, Fredrik (2002) Visualiser les espaces conceptuels de la bibliothèque et des sciences de l'information à travers des cartes et des clusters basés sur des mots-clés et des citations. Dans : Bruce, Fidel, Ingwersen & Vakkari (Eds.). Cadres et méthodes émergents : Actes de la quatrième conférence internationale sur les conceptions de la bibliothéconomie et des sciences de l'information (CoLIS4), pp 185-197. Greenwood Village : Bibliothèques illimitées.
  35. ^ Hassan-Montero, Y., Herrero-Soalana, V. (2007). Visualiser la bibliothéconomie et les sciences de l'information du point de vue du praticien. 11e Conférence internationale de l'International Society for Scientometrics and Informmetrics 25-27 juin 2007, Madrid (Espagne). http://yusef.es/Visualizing_LIS.pdf
  36. ^ Kajberg, Leif & Lørring, Leif (éd.). (2005). Réflexions curriculaires européennes sur l'enseignement de la bibliothéconomie et des sciences de l'information. Copenhague : École royale de bibliothéconomie et des sciences de l'information. http://library.upt.ro/LIS_Bologna.pdf Archivé le 25/04/2012 à la Wayback Machine
  37. ^ Clegg, Stewart; Bailey, James R., éd. (2008). Encyclopédie internationale des études organisationnelles . Los Angeles, Californie : Sage Publications Inc. pp. 758-762. ISBN 978-1-4129-5390-0.

Lectures complémentaires

  • ström, Fredrik (2008-09-05). « Formaliser une discipline : l'institutionnalisation de la recherche en bibliothéconomie et en sciences de l'information dans les pays nordiques ». Revue de documentation . 64 (5) : 721-737. doi : 10.1108/00220410810899736 .
  • Bawden, David; Robinson, Lyn (20 août 2012). Introduction aux sciences de l'information . ISBN 978-1-55570-861-0.
  • Hjørland, Birger (mai 2000). « Bibliothèque et sciences de l'information : pratique, théorie et fondement philosophique ». Traitement et gestion de l'information . 36 (3) : 501-531. doi : 10.1016/S0306-4573(99)00038-2 .
  • Hjørland, Birger (2014). "La science de l'information et ses concepts de base : les niveaux de désaccord". Théories de l'information, de la communication et de la connaissance . Études d'histoire et de philosophie des sciences. 34 . p. 205-235. doi : 10.1007/978-94-007-6973-1_9 . ISBN 978-94-007-6972-4.
  • Järvelin, Kalervo; Vakkari, Pertti (janvier 1993). « L'évolution de la bibliothéconomie et des sciences de l'information 1965-1985 : une analyse de contenu d'articles de revues ». Traitement et gestion de l'information . 29 (1) : 129-144. doi : 10.1016/0306-4573(93)90028-C .
  • McNicol, Sarah (mars 2003). « LIS : le paysage de la recherche interdisciplinaire ». Journal de bibliothéconomie et des sciences de l'information . 35 (1) : 23-30. doi : 10.1177/096100060303500103 . S2CID  220912521 .
  • Dick, Archie L. (1995). « Bibliothèque et sciences de l'information en tant que sciences sociales : conceptions neutres et normatives ». The Library Quarterly : information, communauté, politique . 65 (2) : 216-235. doi : 10.1086/602777 . JSTOR  4309022 . S2CID  142825177 .

Liens externes