Pelouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

La pelouse de l' Université de Virginie , face au sud.
La pelouse d'une petite maison d'été .
Une pelouse de croquet dans un club à Édimbourg , Écosse
Pelouse du jardin botanique de San Francisco , États-Unis

Une pelouse est une zone de terre couverte de terre plantée d' herbes et d'autres plantes durables telles que le trèfle qui sont maintenues à faible hauteur avec une tondeuse à gazon (ou parfois des animaux au pâturage) et utilisées à des fins esthétiques et récréatives. Les pelouses sont généralement composées uniquement d'espèces de graminées, soumises à la lutte contre les mauvaises herbes et les parasites , maintenues dans une couleur verte (par exemple, par arrosage ), et sont régulièrement tondues pour assurer une longueur acceptable. [1] Les pelouses sont utilisées autour des maisons, des appartements, des bâtiments commerciaux et des bureaux. De nombreux parcs urbains ont également de grandes pelouses. Dans des contextes récréatifs, les noms spécialisés turf ,le terrain , le terrain ou le green peuvent être utilisés, selon le sport et le continent.

Le terme « pelouse », désignant un espace gazonné aménagé, date au moins du XVIe siècle. Liée à l' expansion suburbaine et à la création de l'esthétique domestique, la pelouse est un aspect important de l'interaction entre l'environnement naturel et l'espace urbain et périurbain construit. [2] Dans de nombreuses zones suburbaines [des éclaircissements sont nécessaires ] , il existe des règlements municipaux exigeant que les maisons aient des pelouses et exigeant l'entretien approprié de ces pelouses. Dans certaines juridictions où il y a des pénuries d'eau, les autorités gouvernementales locales encouragent les alternatives aux pelouses pour réduire la consommation d'eau.

Étymologie

La pelouse est un apparenté de llan qui est dérivé du mot britannique commun landa ( ancien français : lande ) qui signifiait à l'origine la lande, la terre aride ou la clairière. [3] [4]

Histoire

Origines

Jardins du Château de Vaux-le-Vicomte , dessinés par André Le Nôtre à Maincy .

Les pelouses peuvent provenir d'enclos enherbés dans les établissements du début du Moyen Âge utilisés pour le pâturage communautaire du bétail , par opposition aux champs réservés à l'agriculture. Le mot « laune » est attesté pour la première fois en 1540 [5] et est probablement lié au mot celtique brithonique lan/llan/laun , qui a le sens de clôture, souvent en relation avec un lieu de culte.

Dans l'Europe médiévale, les étendues ouvertes d'herbes basses [6] sont devenues appréciées de l'aristocratie parce qu'elles permettaient à ceux qui se trouvaient à l'intérieur d'une clôture fermée ou d'un château de voir ceux qui s'approchaient.

Les pelouses sont devenues populaires auprès de l' aristocratie du nord de l' Europe à partir du Moyen Âge . Les premières pelouses ne se distinguaient pas toujours des pâturages . Le climat humide de l'Europe de l'Ouest maritime au nord a permis la croissance et la gestion des pelouses. Ils ne faisaient pas partie des jardins d'autres régions et cultures du monde jusqu'à l'influence contemporaine. [7]

Les origines de la popularité des pelouses contemporaines proviennent des tendances du XVIIIe siècle reproduisant l'esthétisme romantique du pastoralisme herbeux des peintures de paysage italiennes. [8]

Avant l'invention des tondeuses en 1830, les pelouses étaient gérées de manière très différente. Ils étaient un élément des riches domaines et des manoirs , et dans certains endroits, ils étaient entretenus par les méthodes à forte intensité de main-d'œuvre de la fauche et de la tonte. Dans la plupart des situations, il s'agissait également de pâturages entretenus par le pâturage des moutons ou d'autres animaux . Les zones d'herbe pâturées régulièrement par des lapins , des chevaux ou des moutons sur une longue période forment souvent un gazon très bas et serré semblable à une pelouse moderne. C'était le sens originel du mot « entretien de la pelouse », et le terme se retrouve encore dans les noms de lieux. Certaines zones forestières où le pâturage extensifest pratiqué encore ont ces pelouses semi-naturelles. Par exemple, dans la New Forest , en Angleterre , de telles zones pâturées sont courantes et sont connues sous le nom de pelouses, par exemple Balmer Lawn . Des pelouses similaires à celles d'aujourd'hui sont apparues pour la première fois en France et en Angleterre dans les années 1700 lorsqu'André Le Nôtre a conçu les jardins de Versailles qui comprenaient une petite zone d'herbe appelée le tapis vert , ou "tapis vert".

La pelouse anglaise

L'aménagement paysager de Capability Brown à Badminton House .

Ce n'est qu'aux XVIIe et XVIIIe siècles que le jardin et la pelouse deviennent un lieu créé d'abord comme allées et espaces sociaux. Ils étaient composés de plantes des prairies, comme la camomille , un favori particulier. Au début du 17ème siècle, l' époque jacobée du jardinage a commencé; pendant cette période, la pelouse « à l'anglaise » coupée de près est née. À la fin de cette période, la pelouse anglaise était un symbole de statut de l' aristocratie et de la gentry ; il montrait que le propriétaire pouvait se permettre de conserver un terrain qui n'était pas utilisé pour une construction ou pour la production alimentaire. [ citation nécessaire ]

Au début du XVIIIe siècle, le jardinage paysager pour l' aristocratie entre dans un âge d'or, sous la direction de William Kent et Lancelot "Capability" Brown . Ils ont affiné le style des jardins paysagers anglais avec la conception de cadres naturels ou « romantiques » pour les riches Anglais. [9] Brown, connu comme "le plus grand jardinier d'Angleterre", a conçu plus de 170 parcs, dont beaucoup durent encore. Son influence était si grande que les contributions au jardin anglais faites par ses prédécesseurs Charles Bridgeman et William Kent sont souvent négligées. [dix]

Son travail perdure à Croome Court (où il a également conçu la maison), Blenheim Palace , Warwick Castle , Harewood House , Bowood House , Milton Abbey (et le village voisin de Milton Abbas ), dans des traces à Kew Gardens et dans de nombreux autres endroits. [11]Son style de pelouses lisses et ondulées qui couraient sans couture jusqu'à la maison et la prairie, des touffes, des ceintures et des arbres dispersés et ses lacs serpentins formés par des barrages invisibles de petites rivières, étaient un nouveau style dans le paysage anglais, une forme "sans jardin" de jardinage paysager , qui a balayé presque tous les vestiges des styles précédents à motifs formels. Ses paysages étaient fondamentalement différents de ce qu'ils remplaçaient, les célèbres jardins à la française d'Angleterre, critiqués par Alexander Pope et d'autres à partir des années 1710. [12]

1803 peinture des principaux éléments du jardin paysager anglais.

Le "style anglais" ouvert du parc s'est d'abord répandu en Grande-Bretagne et en Irlande, puis à travers l'Europe, comme le jardin à la française remplacé par le jardin paysager français . À cette époque, le mot "pelouse" en Angleterre avait changé sémantiquement pour décrire un morceau de jardin recouvert d'herbe et tondu de près. [13] Les familles riches en Amérique à la fin du XVIIIe siècle ont également commencé à imiter les styles d'aménagement paysager anglais. En 1780, la communauté Shaker a commencé la première production industrielle de semences de graminées de haute qualité en Amérique du Nord, et un certain nombre de sociétés de semences et de pépinières ont été fondées à Philadelphie.. La disponibilité accrue de ces graminées signifiait qu'elles étaient abondantes pour les parcs et les zones résidentielles, pas seulement pour le bétail. [13]

Thomas Jefferson a longtemps été crédité d'avoir été la première personne à avoir tenté une pelouse à l'anglaise dans son domaine, Monticello , en 1806, mais beaucoup d'autres avaient essayé d'imiter l'aménagement paysager anglais avant lui. Au fil du temps, un nombre croissant de villes de la Nouvelle-Angleterre ont commencé à mettre l'accent sur les espaces gazonnés. De nombreux chercheurs associent cette évolution aux mouvements romantiques et transcendantalistes du XIXe siècle. Ces communs verts ont également été fortement associés au succès de la guerre d'indépendance et sont souvent devenus les foyers de monuments commémoratifs de guerre patriotiques après la fin de la guerre civile en 1865. [13]

poursuite de la classe moyenne

La pelouse de Kirkby Fleetham Hall, Yorkshire, Angleterre, vers 1889.

Avant la tondeuse à gazon mécanique, l'entretien des pelouses n'était possible que pour les domaines extrêmement riches et les manoirs de l'aristocratie. Des méthodes à forte intensité de main-d'œuvre pour faucher et tondre l'herbe étaient nécessaires pour maintenir la pelouse dans son état correct, et la plupart des terres en Angleterre étaient nécessaires à des fins agricoles plus fonctionnelles .

Tout a changé avec l'invention de la tondeuse à gazon par Edwin Beard Budding en 1830. Budding a eu l'idée d'une tondeuse à gazon après avoir vu une machine dans une usine de tissu locale qui utilisait un cylindre de coupe (ou une bobine à lame) monté sur un banc pour couper les irrégularités sieste de la surface du drap de laine et donner une finition lisse. [14] Budding s'est rendu compte qu'un dispositif similaire pouvait être utilisé pour couper l'herbe si le mécanisme était monté dans un châssis à roues pour faire tourner les lames près de la surface de la pelouse. Sa conception de tondeuse devait être utilisée principalement pour couper la pelouse sur les terrains de sport et les vastes jardins, comme alternative supérieure à la faux , et il a obtenu un brevet britannique le 31 août 1830. [15]

Budding s'est associé à un ingénieur local, John Ferrabee, qui a payé les coûts de développement et acquis les droits de fabrication et de vente de tondeuses à gazon et de licence d' autres fabricants. Ensemble, ils fabriquaient des tondeuses dans une usine à Thrupp près de Stroud. [16] Parmi les autres entreprises fabriquant sous licence, la plus prospère était Ransomes, Sims & Jefferies d'Ipswich qui a commencé la production de tondeuses dès 1832. [17]

La première tondeuse à gazon à essence , 1902.

Cependant, son modèle présentait deux inconvénients cruciaux. Il était immensément lourd (il était en fonte ) et difficile à manœuvrer dans le jardin, et ne tondait pas très bien l'herbe. La lame tournait souvent inutilement au-dessus de l'herbe. [17] Il a fallu dix ans de plus et d'autres innovations, y compris l'avènement du procédé Bessemer pour la production d'un acier allié beaucoup plus léger et les progrès de la motorisation tels que la chaîne de transmission , pour que la tondeuse à gazon devienne une proposition pratique. Les familles de la classe moyenne à travers le pays, à l'imitation des jardins paysagers aristocratiques, ont commencé à faire pousser des pelouses finement taillées dans leurs jardins arrière.

Dans les années 1850, Thomas Green de Leeds a introduit une conception de tondeuse révolutionnaire appelée Silens Messor (ce qui signifie coupe silencieuse), qui utilisait une chaîne pour transmettre la puissance du rouleau arrière au cylindre de coupe. La machine était beaucoup plus légère et plus silencieuse que les machines à engrenages qui les ont précédées et a remporté le premier prix lors du premier essai de tondeuse à gazon aux jardins horticoles de Londres. [17] Ainsi commença une grande expansion dans la production de tondeuses à gazon dans les années 1860. James Sumner du Lancashire a breveté la première tondeuse à gazon à vapeur en 1893. [18] Vers 1900, RansomesL'automate, disponible en modèles à chaîne ou à engrenages, dominait le marché britannique. En 1902, Ransomes a produit la première tondeuse disponible dans le commerce propulsée par un moteur à essence à combustion interne. JP Engineering de Leicester, fondée après la Première Guerre mondiale , a inventé les premières tondeuses autoportées.

A partir du XIXe siècle, la culture des pelouses, notamment pour le sport, devient une obsession bourgeoise en Angleterre. Sur la photo, une publicité de tondeuse à gazon de Ransomes .

Cela est allé de pair avec un marché de consommation en plein essor pour les pelouses à partir des années 1860. Avec la popularité croissante des sports au milieu de la période victorienne, la tondeuse à gazon a été utilisée pour fabriquer des ovales sportifs de style moderne, des terrains de jeux, des terrains et des courts en gazon pour les sports naissants du football , de la pétanque , du tennis sur gazon et autres. [19] L'essor de la Suburbanisation dans l' entre-deux-guerres a été fortement influencé par le mouvement des cités-jardins d' Ebenezer Howard et la création des premières banlieues-jardins au tournant du XXe siècle. [20]La banlieue-jardin, développée grâce aux efforts de la réformatrice sociale Henrietta Barnett et de son mari, a illustré l'incorporation de la pelouse bien entretenue dans la vie de banlieue. [21] Les banlieues ont considérablement augmenté en taille. Harrow Weald est passé de seulement 1 500 à plus de 10 000 tandis que Pinner est passé de 3,00 à plus de 20 000. Au cours des années 1930, plus de 4 millions de nouvelles maisons de banlieue ont été construites et la « révolution des banlieues » avait fait de l'Angleterre le pays le plus fortement suburbain du monde de loin. [22]

Les pelouses ont commencé à proliférer en Amérique à partir des années 1870. Au fur et à mesure que de plus en plus de plantes ont été introduites d'Europe, les pelouses sont devenues plus petites car elles étaient remplies de parterres de fleurs , de vivaces , de sculptures et de pièces d'eau. [23] Finalement, les riches ont commencé à s'éloigner des villes pour s'installer dans de nouvelles communautés suburbaines. En 1856, un livre d'architecture a été publié pour accompagner le développement de la nouvelle banlieue qui accordait de l'importance à la disponibilité d'un espace gazonné pour les enfants et d'un espace pour cultiver des fruits et des légumes qui imprégnaient davantage la pelouse d'une importance culturelle. [13] Les pelouses ont commencé à faire plus d'apparitions dans les plans de développement, les articles de magazine et les catalogues. [24]La pelouse est devenue moins associée au fait d'être un symbole de statut social , au lieu de céder la place à une esthétique paysagère. Les améliorations apportées à la tondeuse à gazon et à l'approvisionnement en eau ont permis la propagation de la culture du gazon du nord - est au sud où l'herbe a poussé plus mal. [13] Ceci, combiné aux règles de retrait qui exigeaient que toutes les maisons aient un écart de 30 pieds entre la structure et le trottoir, signifiait que la pelouse avait trouvé une place spécifique dans la banlieue. [23]

Pelouses organiques

En raison des préoccupations concernant l'utilisation de pesticides, l'utilisation d'engrais, le changement climatique et la pollution, un mouvement s'est développé à la fin du 20e siècle pour exiger une gestion biologique des pelouses . Ces dernières années, certaines municipalités ont interdit les pesticides et les engrais synthétiques et ont exigé l'utilisation de techniques d'entretien des terres biologiques. [25] Il existe de nombreux endroits avec des pelouses biologiques qui nécessitent un aménagement paysager biologique.

États-Unis

Sièges de pelouse
Un concert du Memorial Day sur la pelouse ouest du Capitole des États - Unis

Avant la colonisation européenne, les graminées de la côte est de l'Amérique du Nord étaient principalement de la paille de genêt , du seigle sauvage et de l' herbe des marais . Au fur et à mesure que les Européens s'installaient dans la région, les colons de la Nouvelle-Angleterre, plus que d'autres, ont remarqué que les herbes du Nouveau Monde étaient inférieures à celles de l'Angleterre et que leur bétail semblait en recevoir moins de nourriture. En fait, une fois que le bétail importé d'Europe s'est répandu dans les colonies, une grande partie des graminées indigènes de la Nouvelle-Angleterre a disparu et une liste d'inventaire du XVIIe siècle a noté des réserves de trèfle.et des graines de graminées d'Angleterre. Les nouveaux colons ont même été incités par leur pays et leurs entreprises à apporter avec eux des semences de graminées en Amérique du Nord. À la fin du XVIIe siècle, un nouveau marché de semences de graminées importées s'est ouvert en Nouvelle-Angleterre. [13]

Une grande partie des nouvelles herbes apportées par les Européens se sont propagées rapidement et efficacement, souvent avant les colons. Une de ces espèces, l'herbe des Bermudes ( Cynodon dactylon ), est devenue l'herbe de pâturage la plus importante pour les colonies du sud.

Le pâturin des prés ( Poa pratensis ) est une graminée originaire d'Europe ou du Moyen-Orient. Il a probablement été transporté dans le Midwest des États-Unis au début des années 1600 par des missionnaires français et s'est propagé par les voies navigables jusqu'à la région du Kentucky. Cependant, il peut également s'être propagé à travers les montagnes des Appalaches après une introduction sur la côte est. Le Kentucky Bluegrass est maintenant l'une des trois premières graminées de pâturage aux États-Unis et l'espèce de graminée la plus recherchée pour les pelouses. [ citation nécessaire ]

Les agriculteurs ont d'abord continué à récolter des prairies et des marais composés d'herbes indigènes jusqu'à ce qu'ils deviennent surpâturés. Ces zones sont rapidement tombées sous l'effet de l'érosion et ont été envahies par une végétation moins favorable. Bientôt, les agriculteurs ont commencé à planter délibérément de nouvelles espèces d'herbe dans ces zones, dans l'espoir d'améliorer la qualité et la quantité de foin pour nourrir leur bétail, car les espèces indigènes avaient une valeur nutritive inférieure. Alors que les espèces de graminées du Moyen-Orient et d'Europe se sont extrêmement bien comportées sur la côte est de l'Amérique du Nord, c'était un certain nombre de graminées de la Méditerranée qui dominaient le littoral occidental. Au fur et à mesure que les graminées cultivées sont devenues appréciées pour leurs avantages nutritionnels pour le bétail, les agriculteurs se sont de moins en moins appuyés sur les prairies naturelles dans les zones les plus colonisées du pays.Finalement, même les herbes des Grandes Plaines ont été envahies par des espèces européennes plus résistantes aux modes de pâturage du bétail importé.[13] Un facteur crucial dans la propagation de la pelouse en Amérique a été l'adoption en 1938 d'une loi sur la semaine de travail de 40 heures. Jusque-là, les Américains travaillaient généralement une demi-journée le samedi, laissant peu de temps pour se concentrer sur leurs pelouses. Avec cette législation et le boom immobilier qui a suivi la Seconde Guerre mondiale , les espaces enherbés aménagés se sont banalisés. [23] La création au début du 20e siècle de country clubs et de terrains de golf a complété l'essor de la culture du gazon. [13]

Selon une étude basée sur des observations satellitaires de Cristina Milesi, NASA Earth System Science, ses estimations : « Aux États-Unis, plus de superficie est consacrée aux pelouses qu'aux cultures irriguées individuelles telles que le maïs ou le blé... superficie, couvrant environ 128 000 kilomètres carrés en tout." [26]

La monoculture du gazon reflète plus qu'un intérêt à compenser les dépréciations, elle propage l'homogénéité de la banlieue elle-même. Bien que les pelouses aient été une caractéristique reconnaissable dans les résidences anglaises depuis le 19ème siècle, une révolution dans l'industrialisation et la monoculture de la pelouse depuis la Seconde Guerre mondiale a fondamentalement changé l'écologie de la pelouse. L'argent et les idées sont revenus d'Europe après l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, modifiant la façon dont les Américains interagissaient avec eux-mêmes et la nature, et l'industrialisation de la guerre a accéléré l'industrialisation de la lutte antiparasitaire. [27] La suburbanisation intensive a à la fois concentré et étendu la diffusion de l'entretien des pelouses, ce qui a entraîné une augmentation des intrants non seulement dans les produits pétrochimiques , les engrais, et des pesticides , mais aussi des ressources naturelles comme l'eau. [2] [13] [23] Les pelouses sont devenues un moyen d'exécuter des valeurs de classe pour la classe moyenne urbaine, dans laquelle l'état de la pelouse devient représentatif du caractère moral et de la fiabilité sociale. Les valeurs sociales associées aux pelouses sont promues et soutenues par la pression sociale, les lois et les producteurs de produits chimiques. La pression sociale vient des voisins ou de l' association de propriétaires[ qui pensent que les pelouses négligées des voisins peuvent affecter la valeur de leur propriété ou créer des horreurs. Les pressions pour entretenir une pelouse sont également légales ; il existe souvent des lois locales ou étatiques interdisant de laisser les mauvaises herbes devenir trop hautes ou de laisser une pelouse particulièrement négligée, passible de frais ou de litiges. Les fabricants de produits chimiques qui ne veulent pas perdre des affaires propagent l'idéal d'une pelouse, la faisant paraître inaccessible sans aide chimique. [8]

Un directeur d'école secondaire qui s'occupe de la pelouse de l'école ; d'un annuaire de 1916-1917 à Sturgeon Bay, Wisconsin .

Les pelouses avant sont devenues standardisées dans les années 1930 lorsque, au fil du temps, des aspects spécifiques tels que le type d'herbe et les méthodes d'entretien sont devenus populaires. L'industrie de l'entretien des pelouses a explosé, mais la Grande Dépression des années 1930 et la période précédant la Seconde Guerre mondiale ont rendu difficile le maintien des normes culturelles qui étaient devenues fortement associées à la pelouse en raison de la pénurie de semences de gazon en Europe, principal fournisseur des États-Unis. . Pourtant, les distributeurs de semences tels que Scotts Miracle-Gro Company aux États-Unis a encouragé les familles à continuer à entretenir leurs pelouses, en les promouvant comme un passe-temps anti-stress. Pendant la guerre elle-même, les propriétaires ont été invités à maintenir l'apparence du front intérieur, probablement comme une démonstration de force, de moral et de solidarité. Après la Seconde Guerre mondiale, l'esthétique de la pelouse est redevenue une caractéristique standard de l'Amérique du Nord, rebondissant de son déclin mineur au cours des décennies précédentes avec une vengeance, en particulier en raison du boom du logement et de la population d'après-guerre. [13]

Le prêt VA aux États-Unis permettait aux anciens militaires américains d'acheter des maisons sans verser d'acompte, tandis que la Federal Housing Administration offrait des incitations aux prêteurs qui aidaient à réduire les acomptes pour l'Américain moyen de 30 % à 10 %. Ces développements ont rendu la possession de sa propre maison moins chère que la location, permettant ainsi la propagation de la banlieue et de ses pelouses. [23]

Levittown, New York était le début de la banlieue industrielle au 20ème siècle, et par procuration la pelouse industrielle. Entre 1947 et 1951, Abraham Levitt et ses fils ont construit plus de dix-sept mille maisons, chacune avec sa propre pelouse. Abraham Levitt a écrit "Aucune caractéristique unique d'une communauté résidentielle de banlieue ne contribue autant au charme et à la beauté de la maison individuelle et de la localité que des pelouses bien entretenues". L'aménagement paysager a été l'un des facteurs les plus importants du succès de Levittown - et aucune caractéristique n'était plus importante que la pelouse. Les Levitt ont compris que l'aménagement paysager pouvait ajouter à l'attrait de leurs développements et ont affirmé que « les augmentations de valeur se retrouvent le plus souvent dans les quartiers où les pelouses apparaissent sous forme de tapis verts » et qu'au fil des ans, « les arbres et les arbustes des pelouses gagnent en valeur à la fois esthétiquement et financièrement".[28] En 1948, le premier printemps dont Levittown a profité, Levitt and Sons a fertilisé et réensemencé toutes les pelouses gratuitement. [23]

La récession économique qui a commencé en 2008 a amené de nombreuses communautés à travers le monde à déterrer leurs pelouses et à planter des jardins de fruits et légumes [ citation nécessaire ] . Cela a le potentiel de changer considérablement les valeurs culturelles attachées à la pelouse, car elles sont de plus en plus considérées comme écologiquement et économiquement non viables dans le contexte moderne. [29]

Australie

L'apparition de la pelouse en Australie a suivi de près son implantation en Amérique du Nord et dans certaines parties de l'Europe. Lawn a été établi sur ce qu'on appelle la « bande naturelle » (un terme typiquement australien) dans les années 1920 et était courant dans les banlieues en développement d'Australie. Dans les années 1950, la tondeuse à gazon Victa de conception australienne était utilisée par les nombreuses personnes qui avaient transformé les pâturages en pelouse et était également exportée dans des dizaines de pays. [30] Avant les années 1970, toutes les espèces de broussailles et indigènes ont été retirées d'un site de développement et remplacées par des pelouses qui utilisaient des espèces végétales importées. Depuis les années 1970, il y a eu un intérêt pour l'utilisation d'espèces indigènes pour les pelouses, en particulier compte tenu de leurs besoins en eau plus faibles. [31] Des pelouses sont également établies dans les jardins et utilisées pour la surface des terrains de sport.

Au fil du temps, compte tenu de la fréquence des sécheresses en Australie, le mouvement vers le "naturalisme", ou l'utilisation d'espèces végétales indigènes dans les cours, a été bénéfique. Ces graminées étaient plus résistantes à la sécheresse que leurs homologues européennes, et beaucoup de ceux qui souhaitaient conserver leurs pelouses optaient pour ces alternatives ou permettaient à leurs tapis verts de revenir aux broussailles indigènes dans le but de réduire la pression sur l'approvisionnement en eau. [29] Cependant, les pelouses restent une surface populaire et leur aspect pratique et esthétique réduit l'utilisation de surfaces imperméables à l'eau telles que le béton. L'utilisation croissante de réservoirs de stockage d'eau de pluie a amélioré la capacité de les entretenir.

À la suite de récentes sécheresses, l'Australie a connu un changement vers des gazons à prédominance de saison chaude, en particulier dans les États du sud comme la Nouvelle-Galles du Sud et Victoria, qui sont principalement des climats tempérés dans les régions urbaines. Les graminées les plus résistantes à la sécheresse ont été choisies par les conseils et les propriétaires pour le choix d'utiliser moins d'eau par rapport aux gazons de saison fraîche comme la fétuque et le ray-grass. Une dormance légère semble être peu préoccupante lorsque les zones très médiatisées peuvent être surpeuplées pendant de courtes périodes ou de nos jours, les colorants pour gazon (faux vert) sont extrêmement populaires.

Utilise

Une pelouse nouvellement semée, fertilisée et tondue

Les pelouses sont une caractéristique commune des jardins privés , des paysages publics et des parcs dans de nombreuses régions du monde. Ils sont créés pour le plaisir esthétique, ainsi que pour le sport ou d'autres usages récréatifs en plein air. Les pelouses sont utiles comme surface de jeu à la fois parce qu'elles atténuent l'érosion et la poussière générées par la circulation piétonnière intensive et parce qu'elles fournissent un coussin pour les joueurs de sports tels que le rugby , le football , le soccer , le cricket , le baseball , le golf , le tennis , le hockey sur gazon et la pelouse pétanque .

Les pelouses et les déchets de tonte de pelouse qui en résultent peuvent être utilisés comme ingrédient dans la fabrication de compost et sont également considérés comme du fourrage , utilisé dans la production d' ensilage de tonte de pelouse qui est donné au bétail [32] [33] comme source d'alimentation durable.

Types de plantes à gazon

Les pelouses n'ont pas besoin d'être, et n'ont pas toujours été, composées uniquement d' herbes . D'autres plantes pour les zones de jardin utilisables comme de la pelouse sont les carex , les herbes basses et les fleurs sauvages , et les couvre-sols sur lesquels on peut marcher.

La zone de droite n'a pas été fauchée depuis l'automne précédent.

Des milliers de variétés d'herbes et de plantes herbacées sont utilisées pour les pelouses, chacune étant adaptée à des conditions spécifiques de précipitations et d'irrigation, aux températures saisonnières et aux tolérances soleil/ombre. Les hybrideurs de plantes et les botanistes créent et trouvent constamment des variétés améliorées des espèces de base et de nouvelles, souvent plus économiques et écologiquement durables en nécessitant moins d'eau, d'engrais, de traitements contre les parasites et les maladies et d'entretien. Les trois catégories de base sont les graminées de saison fraîche, les graminées de saison chaude et les graminées alternatives.

Graminées

De nombreuses espèces de graminées différentes sont actuellement utilisées, en fonction de l'utilisation prévue et du climat. Les graminées grossières sont utilisées là où les sports actifs sont pratiqués, et les graminées plus fines sont utilisées pour les pelouses ornementales pour leurs effets visuels. Certaines graminées sont adaptées aux climats océaniques avec des étés plus frais, et d'autres aux climats tropicaux et continentauxavec des étés plus chauds. Souvent, un mélange d'herbe ou de plantes basses est utilisé pour former une pelouse plus solide lorsqu'un type se porte mieux pendant les saisons les plus chaudes et l'autre pendant les saisons plus froides. Ce brassage est poussé plus loin par une forme d'enherbement qui produit ce que l'on appelle des cultivars. Un cultivar est un croisement de deux variétés de graminées différentes et vise à combiner certains traits tirés de chaque race individuelle. Cela crée une nouvelle variété qui peut être très spécialisée, adaptée à un environnement particulier, comme un manque d'eau, une faible luminosité ou une faible teneur en nutriments.

Schéma d'une usine de gazon à gazon typique

Graminées de saison fraîche

Les graminées de saison fraîche commencent à pousser à 5 °C (41 °F) et poussent à leur rythme le plus rapide lorsque les températures se situent entre 10 °C (50 °F) et 25 °C (77 °F), dans des climats relativement doux/ étés frais, avec deux périodes de croissance rapide au printemps et en automne. [34] Ils conservent bien leur couleur dans un froid extrême et poussent généralement sur des pelouses très denses, semblables à des tapis, avec relativement peu de chaume.

Graminées de saison chaude

Les graminées de saison chaude ne commencent à pousser qu'à des températures supérieures à 10 °C (50 °F) et poussent plus rapidement lorsque les températures se situent entre 25 °C (77 °F) et 35 °C (95 °F), avec une longue période de croissance au cours de la printemps et été (Huxley 1992). Ils entrent souvent en dormance pendant les mois les plus froids, devenant des nuances de bronzage ou de brun. De nombreuses graminées de saison chaude sont assez tolérantes à la sécheresse et peuvent supporter des températures estivales très élevées, bien que des températures inférieures à -15 °C (5 °F) puissent tuer la plupart des graminées de saison chaude de l'écotype du sud. Les variétés nordiques, telles que l'herbe à buffle et le grama bleu, sont rustiques jusqu'à 45 °C (113 °F).

Alternatives à l'herbe

Les espèces et cultivars de Carex sont bien représentés dans l'industrie horticole en tant qu'alternatives au « carex » pour « l'herbe » dans les pelouses tondues et les prés de jardin. Les cultivars ornementaux à croissance lente et étaléeet les espèces indigènes sont utilisés pour l'aménagement paysager durable en tant queremplacements d' herbe à faible entretien et résistants à la sécheresse pour les pelouses et les prés de jardin. les projets de restauration d' habitats sauvages et les aménagements paysagers et jardins naturels les utilisent également pour des zones « conviviales ». Le J. Paul Getty Museum a utilisé Carex pansa (laîche des prés) et Carex praegracilis (laîche des dunes) largement dans les Sculpture Gardens de Los Angeles . [35]

Certains carex inférieurs utilisés sont :
  • Carex caryophyllea (cultivar 'The Beatles')
  • C. divulsa (laîche de Berkeley) [35]
  • C. glauca (laîche bleue) (syn. C. flacca )
  • C. pansa (laîche des prés) [35]
  • C. praegracilis (laîche des dunes) [35]
  • C. subfusca (laîche des montagnes) [35]
  • C. tumulicola (laîche des contreforts) (cultivar 'Santa Cruz Mnts. selection') [35]
  • C. uncifolia (laîche rubis)

Alternatives à la couverture du sol

L'une des plantes couvre-sol, busserole commune

Certaines pelouses sont remplacées par des couvre-sols bas , tels que le thym rampant , la camomille , le Lippia , le Mazus à fleurs violettes , le Dymondia gris , les sedums rampants et le jenny rampant . [36] La pelouse fleurie du parc Avondale en est un exemple . D'autres alternatives aux pelouses comprennent les prairies , les jardins de xéropaysagistes résistants à la sécheresse , les paysages naturels , les jardins d'habitat de plantes indigènes , les cours espagnoles pavées et les jardins - patios., Jardins de papillons , des jardins pluviaux , pelouse tapisserie et jardins potagers . Les arbres et les arbustes à proximité des pelouses offrent un habitat aux oiseaux dans les jardins traditionnels , les chalets et les jardins fauniques .

Entretien et entretien de la pelouse

L'établissement et l'entretien saisonniers de la pelouse varient en fonction de la zone climatique et du type de pelouse cultivée.

Plantation et semis

Les épandeurs à la volée peuvent être attachés à des tracteurs ou à des VTT pour épandre des semences ou des engrais
L'aération est une méthode utilisée pour entretenir une pelouse

Le début de l'automne, le printemps et le début de l'été sont les principales saisons pour ensemencer, poser du gazon (gazon), planter des « revêtements » ou « herber » de nouvelles pelouses, lorsque le sol est plus chaud et l'air plus frais. L'ensemencement est le moins cher, mais peut prendre plus de temps pour que la pelouse s'établisse. L'aération juste avant la plantation/l'ensemencement peut favoriser une croissance plus profonde des racines et un gazon plus épais. [37]

Le gazonnage (anglais américain) ou le gazonnage (anglais britannique) fournit une pelouse presque instantanée et peut être entrepris dans la plupart des climats tempérés en toute saison, mais est plus coûteux et plus vulnérable à la sécheresse jusqu'à ce qu'il soit établi. L'ensemencement hydraulique est une méthode rapide et moins coûteuse de plantation de grands paysages en pente ou à flanc de colline. Certaines graminées et carex sont disponibles et plantés à partir de conteneurs « liner » et de 4 pouces (100 mm), à partir de « plats », de « bouchons » ou de « brins », et sont plantés à part pour pousser ensemble.

Lawncare.gif

Croissance de la pelouse, laps de temps de 20 heures

Engrais et produits chimiques

Divers engrais organiques et inorganiques ou synthétiques sont disponibles, avec des applications instantanées ou à libération prolongée. Des pesticides, qui comprennent des herbicides biologiques et chimiques , des insecticides et des fongicides , traitant des maladies comme la tache grise , sont disponibles. La prise en compte de leurs effets sur l'écosystème de la pelouse et du jardin et via le ruissellement et la dispersion dans le milieu environnant, peut restreindre leur utilisation. Par exemple, la province canadienne du Québec et plus de 130 municipalités interdisent l'utilisation de pesticides synthétiques pour la pelouse. [38]Le gouvernement provincial de l'Ontario a promis les 24 et 2 septembre 2007 de mettre également en œuvre une interdiction à l'échelle de la province de l'utilisation cosmétique des pesticides pour les pelouses, afin de protéger le public. Des groupes médicaux et environnementaux soutiennent une telle interdiction. [39] Le 22 avril 2008, le gouvernement provincial de l'Ontario a annoncé qu'il adopterait une loi interdisant, à l'échelle de la province, l'utilisation cosmétique et la vente de pesticides pour pelouses et jardins. [40] La législation de l'Ontario ferait également écho à la loi du Massachusetts exigeant que les fabricants de pesticides réduisent les toxines qu'ils utilisent dans la production. [41]

Le jardinage durable utilise des méthodes d' horticulture biologique, telles que les engrais organiques , la lutte biologique contre les parasites , les insectes bénéfiques et la plantation d'accompagnement , entre autres méthodes, pour maintenir une pelouse attrayante dans un jardin sûr. Un exemple d'herbicide biologique est la farine de gluten de maïs , qui libère un « dipeptide organique » dans le sol pour inhiber la formation de racines de graines de mauvaises herbes en germination . Un exemple d'une alternative organique à l'utilisation d'insecticides est l'application de nématodes bénéfiques pour lutter contre les larves du sol , telles que les larves de hanneton . LesL' approche de lutte intégrée contre les ravageurs est une approche coordonnée à faible impact. [42]

Tondre et autres pratiques d'entretien

Un robot de tonte de pelouse typique qui maintient une herbe uniforme et basse.
Le déchaumage enlève l'herbe morte et les matériaux en décomposition qui s'accumulent dans une pelouse
Les balayeuses à gazon nettoient les débris du déchaumage en plus des feuilles, brindilles, aiguilles de pin, etc.

L'entretien d'une pelouse rugueuse ne nécessite qu'une tonte occasionnelle avec une machine appropriée, ou un pâturage par des animaux. Le maintien d'une pelouse lisse et rase, que ce soit pour des raisons esthétiques ou pratiques ou parce que la pression sociale des voisins et les arrêtés municipaux locaux l'exigent, [43] nécessite des traitements plus organisés et réguliers. Habituellement, une fois par semaine est suffisant pour entretenir une pelouse dans la plupart des climats. Cependant, pendant les saisons chaudes et pluvieuses des régions contenues dans des zones de rusticité supérieures à 8, les pelouses peuvent nécessiter un entretien jusqu'à deux fois par semaine. [44]

Impacts sociaux

La prédominance des pelouses dans des films tels que Pleasantville (1998) et Edward Scissorhands (1990) fait allusion à l'importance de la pelouse en tant que mécanisme social qui accorde une grande importance à la représentation visuelle de la banlieue américaine ainsi qu'à sa culture pratiquée. Il est sous-entendu qu'un voisin dont la pelouse n'est pas en parfait état est moralement corrompu, soulignant le rôle qu'une pelouse bien entretenue joue dans les relations de voisinage et de communauté. Dans ces deux films, l'espace vert entourant une maison en banlieue devient un indicateur d' intégrité morale ainsi que de normes sociales et de genre - l'entretien des pelouses a longtemps été associé [ par qui ? ]avec des hommes. Ces pelouses renforcent également les normes de classe et de société en excluant subtilement ceux qui n'auraient peut-être pas pu s'offrir une maison avec pelouse. [45] La pelouse en tant que reflet du caractère de quelqu'un et du quartier en général ne se limite pas aux films ; le même thème apparaît dans The Great Gatsby (1925), du romancier américain F. Scott Fitzgerald . [46] Le personnage Nick Carraway loue la maison à côté de celle de Gatsby et n'entretient pas sa pelouse selon les normes de West Egg. Le fossé entre les deux pelouses trouble Gatsby au point qu'il envoie son jardinier tondre l'herbe de Nick et ainsi établir l'uniformité.

Au fil des décennies, la plupart des équipements d'entretien des pelouses ont été annoncés auprès des hommes, et les entreprises associent depuis longtemps un bon entretien des pelouses à une bonne citoyenneté dans leurs campagnes de marketing . De même, l'apparence d'une pelouse saine était-elle entendue [ par qui? ] pour impliquer la santé de l'homme qui en prend soin ; les mauvaises herbes contrôlées et les limites strictes sont devenues une application pratique du désir de contrôler la nature , ainsi qu'une expression de contrôle sur la vie personnelle une fois que le travail à temps plein est devenu essentiel au succès des banlieues. Les femmes ont été incultesau fil du temps pour considérer la pelouse comme faisant partie du ménage, comme un meuble essentiel, et pour encourager leurs maris à entretenir une pelouse pour la réputation de la famille et de la communauté. [13]

Pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), les femmes sont devenues la cible des entreprises d'entretien des pelouses en l'absence de leurs maris et fils. La pelouse a été promue [ par qui ? ] comme un moyen nécessaire par lequel les femmes pourraient aider à soutenir les membres masculins de leur famille et le patriotisme américain dans son ensemble. L'image de la pelouse est passée d'une concentration sur la technologie et la virilité à l'accent mis sur le plaisir esthétique et les bienfaits pour la santé découlant de son entretien ; il a été assumé [ par qui ? ] que les femmes ne répondraient pas positivement aux images d'efficacité et de pouvoir. Le langage de ces campagnes marketing visait toujours à imprégner la population féminine des notions de famille, de maternité et de devoirs d'épouse ; il a été soutenu [Par qui? ]que cela a été fait pour qu'il soit plus facile pour les hommes de retour de guerre de reprendre les rôles que leurs épouses avaient repris en leur absence. Cela était particulièrement évident dans les années 1950 et 1960, lorsque la rhétorique de l'entretien des pelouses mettait l'accent sur la pelouse comme la responsabilité d'un mari et comme un passe-temps agréable lorsqu'il a pris sa retraite.[13]

L'esthétique des pelouses en Europe et en Australie semble [ recherche originale ? ] pour présenter les mêmes tendances culturelles - en tant que représentation de l'ordre, du pouvoir sur la nature, du patriotisme et de la vie de famille en banlieue tout en adhérant aux autres constructions de genre présentes dans les banlieues du monde. [ citation nécessaire ] Cependant, il existe des différences dans les détails de l'entretien et de l'apparence de la pelouse, tels que la longueur de l'herbe, les espèces (et donc sa couleur) et la tonte. [31] [47]

Préoccupations environnementales

De plus grandes quantités d'engrais chimiques et de pesticides sont utilisées par surface de pelouse que sur une surface équivalente de terres agricoles cultivées, [48] et l'utilisation continue de ces produits a été associée à la pollution de l'environnement, à la perturbation de l'écosystème de la pelouse et à des risques accrus pour la santé. à la population humaine et faunique locale. [49] Il a également été estimé que plus d'herbicides sont appliqués par surface de pelouse que la plupart des agriculteurs n'en utilisent pour faire pousser des cultures. [23] [ clarification nécessaire ]

En réponse aux préoccupations environnementales, des systèmes d' aménagement paysager et de gestion de pelouse biologiques ont été développés et sont obligatoires dans certaines municipalités et propriétés.

D'autres préoccupations, critiques et ordonnances concernant les pelouses découlent de conséquences environnementales plus larges :

  • Les pelouses peuvent réduire la biodiversité , surtout lorsque la pelouse couvre une grande surface. Les pelouses favorisent l'homogénéisation et sont normalement débarrassées des espèces végétales et animales indésirables, généralement avec des pesticides synthétiques , qui peuvent également tuer des espèces cibles non désirées. Ils peuvent être composés d' espèces introduites non indigènes de la région, en particulier aux États-Unis. Cela peut produire un habitat qui soutient un nombre réduit d'espèces sauvages. [50]
  • L'entretien des pelouses implique généralement l'utilisation d'engrais et de pesticides synthétiques , qui peuvent causer de graves dommages. Certains sont cancérigènes et perturbateurs endocriniens . Ils peuvent s'attarder de façon permanente dans l'environnement et affecter négativement la santé de potentiellement tous les organismes à proximité. L' Environmental Protection Agency des États-Unis estime que [ quand ? ] près de 32 000 000 kilogrammes (71 000 000 lb) d'ingrédients pesticides actifs sont utilisés sur les pelouses des banlieues chaque année aux États-Unis. [51] Il y a des indications d'une réponse réglementaire émergente à cette question. Par exemple, la Suède, le Danemark, la Norvège, le Koweït et le Belize ont imposé des restrictions sur l'utilisation de l'herbicide 2,4-D .
  • Il a été estimé que près de 64 000 000 litres (14 000 000 imp gal ; 17 000 000 US gal) d'essence sont déversés chaque été lors du ravitaillement en carburant du matériel de jardin et d'entretien des pelouses aux États-Unis : environ 50 % de plus que celui déversé lors de l' incident de l' Exxon Valdez. . [23]
  • Il a été démontré que l'utilisation de pesticides et d'engrais, nécessitant des combustibles fossiles pour la fabrication, la distribution et l'application, contribue au réchauffement climatique. (Il a été démontré que les techniques biologiques durables aident à réduire le réchauffement climatique.) [52] Un hectare de pelouse à Nashville, Tennessee, produit des gaz à effet de serre équivalant à 697 à 2 443 kg de dioxyde de carbone par an. Le chiffre le plus élevé équivaut à un vol de plus de la moitié du tour du monde. La tonte de la pelouse est un élément de la culture de la pelouse qui provoque une grande quantité d'émissions. [53]

Conservation de l'eau

L'entretien d'une pelouse verte nécessite parfois de grandes quantités d' eau . Alors que les précipitations naturelles sont généralement suffisantes pour maintenir la santé d'une pelouse dans les îles britanniques tempérées - le berceau du concept de la pelouse - en période de sécheresse, des interdictions d'arrosage peuvent être mises en œuvre par les fournisseurs d'eau. [54] À l'inverse, l'exportation de la pelouse idéale vers des régions plus arides (par exemple, le sud-ouest des États-Unis et l'Australie) met à rude épreuve l'approvisionnement en eausystèmes lorsque l'approvisionnement en eau est déjà rare. Cela nécessite des mises à niveau vers des équipements plus gros et plus envahissants pour l'environnement pour faire face à la demande accrue due à l'arrosage des pelouses. L'herbe entre généralement en dormance pendant les périodes de froid ou de chaleur en dehors de ses plages de température préférées; la dormance réduit la demande en eau des graminées. La plupart des graminées se remettent généralement assez bien d'une sécheresse, mais de nombreux propriétaires fonciers s'inquiètent de l'apparence brune et augmentent l'arrosage pendant les mois d'été. L'eau en Australie a observé des données de 1995 selon lesquelles jusqu'à 90 % de l'eau utilisée à Canberra pendant les périodes de sécheresse estivale était utilisée pour arroser les pelouses. [55]

Aux États-Unis , 50 à 70 % de l'eau résidentielle est utilisée pour l'aménagement paysager, la plupart servant à arroser les pelouses. [51] Une étude de la NASA de 2005 a estimé de manière prudente 128 000 kilomètres carrés (49 000 milles carrés; 32 000 000 acres) de pelouse irriguée aux États-Unis, trois fois la superficie du maïs irrigué. [56] Cela se traduit par environ 200 gallons américains (760 l; 170 imp gal) d'eau douce de qualité potable par personne et par jour pour maintenir la surface de la pelouse aux États-Unis.

Produits chimiques

Une préoccupation croissante du grand public concernant l'utilisation de pesticides et d'engrais et leurs risques pour la santé associés, combinée à la mise en œuvre de la législation, telle que la loi américaine sur la protection de la qualité des aliments , a entraîné une réduction de la présence de produits chimiques de synthèse, à savoir les pesticides, dans les zones urbaines. des paysages tels que les pelouses à la fin du 20e siècle. [57] Bon nombre de ces préoccupations concernant la sécurité et l'impact environnemental de certains des engrais et pesticides synthétiques ont conduit à leur interdiction par l' Agence de protection de l'environnement des États-Unis et de nombreux gouvernements locaux. [49] L'utilisation de pesticides et d'autres produits chimiques pour entretenir les pelouses a également entraîné la mort de près de 7 millions d'oiseaux chaque année, un sujet qui était au cœur du romanSilent Spring par l'écologiste Rachel Carson . [23]

L'utilisation de produits chimiques pour le gazon a fait sa première apparition au 18 esiècle grâce à l'introduction de l'engouement du « jardin à l'anglaise ». Ces types de pelouses mettent en valeur des haies précises, de l'herbe coupée proprement et des plantes extravagantes. Après l'introduction initiale des produits chimiques pour le gazon, ils ont encore été continuellement utilisés dans toute l'Amérique du Nord. Étant donné que de nombreuses espèces de graminées à gazon en Amérique du Nord ne sont pas indigènes à nos écosystèmes, elles nécessitent un entretien approfondi. Selon le United States Geological Survey, 99% des échantillons d'eau urbaine qui ont été testés contenaient un ou plusieurs types de pesticides. En plus de la contamination de l'eau, des produits chimiques pénètrent dans les maisons, ce qui peut entraîner une exposition chronique. À l'heure actuelle, des normes pour les pratiques de gestion des pesticides ont été mises en place par le biais de la Loi sur la protection de la qualité des aliments. [8]

Diminution de l'impact environnemental

Aux États-Unis , les hauteurs de pelouse sont généralement maintenues par des tondeuses à gazon à essence , qui contribuent au smog urbain pendant les mois d'été. [58] L'EPA a découvert que, dans certaines zones urbaines, jusqu'à 5 % du smog était dû aux petits moteurs à essence fabriqués avant 1997, comme ceux qui sont généralement utilisés sur les tondeuses à gazon. Depuis 1997, l'EPA a mandaté des contrôles d'émissions sur les nouveaux moteurs dans un effort pour réduire le smog. [59]

Une étude de 2010 a semblé montrer que les apports d'entretien des pelouses étaient contrebalancés par les avantages de la séquestration du carbone des pelouses, et qu'ils pourraient ne pas contribuer au réchauffement climatique anthropique . [60] [61] Les pelouses avec un entretien élevé (tonte, irrigation et soufflage des feuilles) et des taux de fertilisation élevés ont une émission nette de dioxyde de carbone et d'oxyde nitreux qui ont un grand potentiel de réchauffement global . [62]

Le remplacement du gazon en plaques par des couvre-sols nécessitant peu d'entretien ou l'utilisation d'une variété de plantes vivaces, d'arbres et d'arbustes nécessitant peu d'entretien [50] peut être une bonne alternative aux espaces gazonnés traditionnels, en particulier dans les zones difficiles à cultiver ou à tondre, car il peut réduire les besoins d'entretien, la pollution associée et offre une valeur esthétique et faunique supérieure. [63]

Voir aussi

Références

  1. ^ Encyclopédie d'études urbaines . SAUGE. 2010. p. 441–45. ISBN 9781412914321.
  2. ^ un b Robbins, Paul. Les gens de la pelouse : comment les graminées, les mauvaises herbes et les produits chimiques font de nous qui nous sommes . Philadelphie : Temple University Press, 2007. ISBN 1592135781 
  3. ^ "Dictionnaire d'étymologie en ligne" . Etymonline.com. 10 juin 1927 . Consulté le 11 juin 2013 .
  4. ^ "laver" . Dictionnaire anglais Oxford . Consulté le 27 mars 2013 .
  5. ^ " Étymologie de " pelouse " " . Etymonline . Consulté le 5 juin 2015 .
  6. ^ "Tout ce que vous devez savoir sur l'histoire de la pelouse" . www.thelawninstitute.org . Récupéré le 20 mars 2019 .
  7. ^ Hostetler, Mark E. (2012). Le Saut vert : un guide pour la conservation de la biodiversité dans le développement des lotissements . Presse de l'Université de Californie. ISBN 9780520271104.
  8. ^ A b c Robbins, Paul; Sharp, Julie (novembre 2003). "L'économie du gazon chimique et ses mécontentements" . Antipode . 35 (5) : 955-979. doi : 10.1111/j.1467-8330.2003.00366.x . ISSN 0066-4812 . 
  9. ^ "Lancelot Brown" . Encyclopdia Britannica , Encyclopdia Britannica Online . Encyclopédie Britannica Inc. 2007 . Consulté le 12 mars 2012 .
  10. ^ Walpole, Horace (1905) [1780]. Sur le jardinage moderne . Canton, Pennsylvanie : Kirgate Press.aux archives Internet
  11. ^ "Lancelot 'Capability' Brown (1716-1783)" . Histoire et patrimoine de Kew . Kew Gardens. Archivé de l'original le 8 octobre 2012 . Consulté le 16 mars 2012 .
  12. ^ Peter Willis, "Capability Brown in Northumberland" Garden History 9 .2 (Automne 1981, pp. 157-183)
  13. ^ un b c d e f g h i j k l Jenkins, Virginia S. La Pelouse : Une Histoire d'une Obsession américaine . Smithsonian Institution, 1994. ISBN 1588345165 
  14. ^ "Histoire de la série britannique de jardinage - ère géorgienne et régence" . BBC. Archivé de l' original le 16 février 2010 . Récupéré le 9 novembre 2018 .
  15. ^ NOUS 87268 , Passmore Jr., Everett G., "Tondeuse à gazon", publié le 1869-02-23  ; voir pg 1, col 2. Pour une copie, voir copie de Google Patents . Cette source indique que le numéro de brevet est « 6080 ». Selon les « brevets britanniques 1617 - 1852 (ancienne série) archivés le 17 octobre 2011 à la Wayback Machine », le numéro de brevet a été attribué quelque temps après 1852 et a pris la forme « 6080/1830 ».
  16. ^ "Les gens à la pointe: les concepteurs de tondeuses à gazon" . Parks & Gardens UK ( Université de York /Association of Gardens Trusts). Archivé de l'original le 26 février 2012 . Récupéré le 24 mai 2009 .
  17. ^ A b c The Old Lawnmower Club. "Histoire de la tondeuse" . L'ancien club des tondeuses à gazon . Récupéré le 23 avril 2011 .
  18. ^ "L'histoire de la tondeuse à gazon" . Thelawnmower.info. Archivé de l'original le 22 juillet 2011 . Récupéré le 23 avril 2011 .
  19. ^ Radio National Ockham's Razor de l' Australian Broadcasting Corporation, première diffusion le 6 juin 2010.
  20. ^ Clapson, Marc (2000). « L'aspiration suburbaine en Angleterre depuis 1919 ». Histoire britannique contemporaine . 14 : 151-174. doi : 10.1080/13619460008581576 . S2CID 143590157 . 
  21. ^ "Henrietta Barnett et les débuts de la banlieue" . Archivé de l'original le 6 décembre 2013.
  22. ^ Creux, Matthieu. "Idéaux de banlieue sur les domaines du Conseil de l'entre-deux-guerres en Angleterre" . Consulté le 17 décembre 2012 . Citer le journal nécessite |journal=( aide )
  23. ^ A b c d e f g h i Steinberg, T. (2006). American Green, La quête obsessionnelle de la pelouse parfaite. WW Norton & Co. ISBN 0-393-06084-5 
  24. ^ Influence des catalogues : Voir America's Romance with the English Garden de Thomas J. Mickey, 2013. Cité à [1]
  25. ^ Terre, Leslie (12 avril 2007). "Les insectes sont-ils les parasites, ou les humains ? Les pelouses organiques s'installent" . Le New York Times . ISSN 0362-4331 . Récupéré le 17 septembre 2021 . 
  26. ^ Observatoire de la Terre de la NASA, 2003 [2] .
  27. ^ Steen-Adams, Michelle (2002). "Russell, E. 2001. Guerre et Nature : Combattre les humains et les insectes avec des produits chimiques de la Première Guerre mondiale au printemps silencieux. Cambridge University Press, Cambridge, Royaume-Uni et New York, New York, États-Unis" . Écologie de la conservation . 6 (2). doi : 10.5751/es-00407-060201 . ISSN 1195-5449 . 
  28. ^ Teysott, Georges (1er juin 1999). La pelouse américaine . Presse architecturale de Princeton. p. 18. ISBN 978-1568981604.
  29. ^ un b Trudgill, Stephan; Jeffery, Angus; Parker, John (2010). "Le changement climatique et la résilience de la pelouse domestique". Géographie appliquée . 30 (1) : 177-190. doi : 10.1016/j.apgeog.2009.08.002 .
  30. ^ Bois, Richard V. (2002). "Richardson, Mervyn Victor (1894 - 1972)" . Dictionnaire australien de biographie . Presse de l'Université de Melbourne. ISSN 1833-7538 . Récupéré le 25 août 2007 - via le National Center of Biography, Australian National University. 
  31. ^ un b Hogan, Trevor (2003). " ' Nature Strip': Banlieue australienne et l'enculturation de la nature" . Onzième thèse . 74 : 54-75. doi : 10.1177/07255136030741005 . S2CID 145780003 . 
  32. ^ "Faire de l'ensilage à partir des coupures de gazon" . Grit . Consulté le 5 janvier 2016 .
  33. ^ Logsdon, Gène (2004). Toute chair est herbe . Ohio : Avaler la presse. pp. Chapitre 20. ISBN 978-0-8040-1068-9.
  34. ^ Huxley, A., éd. (1992). Pelouses. Dans le nouveau dictionnaire RHS de jardinage 3 : 26-33. Macmillan. ISBN 0-333-47494-5 
  35. ^ A b c d e f Bornstein, Carol, Fross, David et O'Brien, Bart; 'Plantes indigènes de Californie pour le jardin ;' Cachuma Press, Los Olivos, Californie ; 2005 ; ISBN 0-9628505-8-6 , 0-9628505-9-4. p. 74-5. 
  36. ^ Lunn, Matthieu (7 septembre 2004). « Fiche d'information : Alternatives à la pelouse » . Jardinage Australie. Archivé de l' original le 3 septembre 2009 . Récupéré le 16 septembre 2009 .
  37. ^ "Aération de la pelouse : qu'est-ce que c'est, quand le faire et pourquoi cela aide" . toolsaroundthehouse.com . août 2017 . Récupéré le 30 août 2017 .
  38. ^ Christie, Mike (13 mars 2007). « Réglementations sur les pesticides sur les propriétés privées au Canada » (PDF) . La Coalition pour un Ottawa en santé. Archivé de l'original (PDF) le 3 mars 2016 . Récupéré le 19 août 2007 .
  39. ^ "Pourquoi nous soutenons une interdiction à l'échelle de la province des pesticides cosmétiques" (PDF) .
  40. ^ Mittelstaedt, Martin (22 avril 2008). « L'Ontario interdira les pesticides à usage cosmétique » . Le Globe and Mail . Archivé de l'original le 28 août 2008.
  41. ^ Benzie, Robert (22 avril 2008). "L'interdiction des pesticides va s'accentuer" . Étoile de Toronto .
  42. ^ Programme de lutte antiparasitaire intégré à l'échelle de l'État de l'UC. date d'accès : 25 mai 2010
  43. ^ "Processus de plainte contre les mauvaises herbes/herbes élevées" . Ville d'Akron, Ohio . Archivé de l'original le 9 août 2010.
  44. ^ Trapp, Sara Jane Von (1997). L' aménagement paysager des fondations solides . Taunton Press. p.  112 . ISBN 9781561581856.
  45. ^ Dickinson, Greg (2006). « L'effet Pleasantville : la nostalgie et le cadrage visuel de la banlieue (blanche) ». Journal occidental de la communication . 70 (3) : 212-233. doi : 10.1080/10570310600843504 . S2CID 144339746 . 
  46. ^ Fitzgerald, F. Scott. Le Grand Gatsby . New York : Les fils de Charles Scribner, 1925.
  47. ^ Sedgman, K (1997). « Couper l'herbe : À la recherche du mâle australien ». Journal australien et néo-zélandais de thérapie familiale . 18 (3) : 143-147. doi : 10.1002/j.1467-8438.1997.tb00284.x .
  48. ^ Coates, Peter (2004). « Émergeant de la nature sauvage : (ou, Des séquoias aux bananes) : Histoire environnementale récente aux États-Unis et dans le reste des Amériques ». Environnement et histoire . 10 (4) : 407-38. doi : 10.3197/0967340042772676 .
  49. ^ un b Alumai, Alfred. « Gestion des pelouses urbaines : aborder les facteurs entomologiques, agronomiques, économiques et sociaux ». PhD., Ohio State University, 2008.
  50. ^ un b "Rebecca Pineo. Susan Barton. Turf Grass Madness: Reasons to Reduce the Lawn in Your Landscape" (PDF) .
  51. ^ un b "Coupez votre pelouse - en deux!" . Fédération nationale de la faune . Archivé de l'original le 9 février 2012.
  52. ^ Sayre, Laura. "L'agriculture biologique combat le réchauffement climatique - un grand moment" . Institut Rodale. Archivé de l'original le 12 juin 2009.
  53. ^ Gu, Guanhui; Grue, Johne ; Hornberger, Georges; Caricco, Amanda (2015). "Les effets des pratiques de gestion des ménages sur le potentiel de réchauffement climatique des pelouses urbaines" (PDF) . Journal de gestion de l'environnement . 151 : 233-242. doi : 10.1016/j.jenvman.2015.01.008 . PMID 25585139 .  
  54. ^ "Interdiction des tuyaux d'arrosage" . Consulté le 21 janvier 2015 .
  55. ^ Smith, David Ingle (1998). L'eau en Australie : ressources et gestion . Presses de l'Université d'Oxford. ISBN 9780195537048.
  56. ^ Milesi, Cristina; SW en cours d'exécution ; CD Elvidge ; JB Dietz ; BT Tuttle; RR Nemani (8 novembre 2005). « Cartographie et modélisation du cycle biogéochimique des graminées à gazon aux États-Unis » . Gestion de l'environnement . 36 (3) : 426-438. doi : 10.1007/s00267-004-0316-2 . PMID 16086109 . S2CID 22507948 . Archivé de l' original le 16 mars 2010 . Récupéré le 5 novembre 2010 .  
  57. ^ Alumai, Alfred; Salminen, Seppo O.; Richmond, Douglas S ; Cardine, Jean ; Grewal, Parwinder S. (2009). « Évaluation comparative de l'efficacité esthétique, biologique et économique de différents programmes de gestion des pelouses ». Écosystème urbain . 12 (2) : 127-144. doi : 10.1007/s11252-008-0073-8 . S2CID 13204219 . 
  58. ^ Willon, Phil (10 octobre 2021). "La Californie s'oriente vers l'interdiction des tondeuses à gazon et des souffleuses à feuilles à essence" . Los Angeles Times . Récupéré le 10 octobre 2021 .
  59. ^ "Réponses aux questions fréquemment posées par les revendeurs et les distributeurs" (PDF) . EPA des États-Unis . août 1998.
  60. ^ "Les pelouses peuvent contribuer au réchauffement climatique" par Judy Lowe, Christian Science Monitor , 22 janvier 2010.
  61. ^ "Récupéré le 17 mai 2010" . sciencedaily.com .
  62. ^ Townsend-Small, Amy; Czimczik, Claudia (mars 2010). « Correction à « Séquestration du carbone et émissions de gaz à effet de serre dans le gazon urbain » » . Lettres de recherche géophysique . 37 (6) : n/a. Bibcode : 2010GeoRL..37.6707T . doi : 10.1029/2010GL042735 . Consulté le 15 mars 2012 .
  63. ^ "Rebecca Pineo, stagiaire des jardins botaniques Susan Barton, spécialiste de l'extension. Alternatives couvre-sol à l'herbe à gazon" (PDF) .

Lectures complémentaires

  • Bormann, F. Herbert, et al. (1993) Redessiner la pelouse américaine .
  • Huxley, A., éd. (1992). Nouveau dictionnaire RHS de jardinage . Pelouses : Ch. 3 : p. 26-33. Macmillan. ISBN 0-333-47494-5 . 
  • Jenkins, VS (1994). La pelouse : une histoire d'une obsession américaine . Livres Smithsonian. ISBN 1-56098-406-6 . 
  • Steinberg, T. (2006). American Green, La quête obsessionnelle de la pelouse parfaite . WW Norton & Co. ISBN 0-393-06084-5 . 
  • Wasowski, Sally et Andy (2004). Requiem pour une tondeuse à gazon .

Liens externes