Langue kabarde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Kabarde
Kabardino-Cherkess
Circassien oriental
адыгэбзэ (къэбэрдейбзэ)
Prononciation[qabarˈdeːbza] qabardejbzaicône de haut-parleur audio 
Originaire deRussie (dans certaines parties de Kabardino-Balkarie et Karachay-Cherkessia ), Turquie , Jordanie , Syrie , Irak
RégionCaucase du Nord ( Circassie )
Origine ethniqueKabardes
Locuteurs natifs
590 000 (2002–2010) [1]
Écriture cyrillique Écriture
latine Écriture
arabe
Statut officiel
Langue officielle en
 Russie
Langue minoritaire reconnue
en
Codes de langue
ISO 639-2kbd
ISO 639-3kbd
Glottologuekaba1278
Cet article contient des symboles phonétiques IPA . Sans prise en charge appropriée du rendu , vous pouvez voir des points d'interrogation, des cases ou d'autres symboles à la place des caractères Unicode . Pour un guide d'introduction sur les symboles IPA, voir Help:IPA .
Yinal parlant kabarde.

Kabardien ( / k ə b ɑːr d i ə n / ; [2] къъбэрдей-адыгэбзэ localement  [Qabardeːbza] Qabardejbza ; Adyghe : Kъъбэртай-Aдыгабзэ / Kъъбртайбзэ , Romanized QəBəRtay-Adıgabzə / QəBəRTAYBZə ), également connu en tant que circassien oriental , est une langue du Caucase du Nord -Ouest étroitement liée à la langue Adyghe (circassien occidental) . Nationalistes circassiensicône de haut-parleur audio rejettent la distinction entre les deux langues et les appellent toutes deux " circassiennes ". [3]

Il est parlé principalement dans certaines parties des républiques du Caucase du Nord de Kabardino-Balkarie et de Karachay-Cherkessia (Circassie orientale), et en Turquie , en Jordanie et en Syrie (la vaste diaspora d'après-guerre). Il a 47 ou 48 phonèmes consonantiques , dont 22 ou 23 sont des fricatives , selon que l'on compte [h] comme phonémique, mais il n'a que 3 voyelles phonémiques. C'est l'une des rares langues à posséder une distinction phonémique claire entre les affriqués éjectifs et les fricatives éjectives .

La langue kabarde a deux dialectes majeurs : le kabarde et le besleney . Certains linguistes soutiennent que le kabarde n'est qu'un dialecte d'une langue Adyghe ou circassienne globale , qui se compose de tous les dialectes de l'Adyghe et du Kabarde ensemble, et les Kabardes eux-mêmes se réfèrent le plus souvent à leur langue en utilisant le terme kabardien Adighabze ("langue Adyghe" ). Plusieurs linguistes, dont Georges Dumézil, ont utilisé les termes "circassien oriental" (kabarde) et "circassien occidental" (adyghe) pour éviter cette confusion, mais les deux "circassien" et "kabarde" peuvent encore être trouvés dans la littérature linguistique. Il existe plusieurs différences phonétiques et lexicales clés qui créent une séparation raisonnablement bien définie entre les dialectes circassiens oriental et occidental, mais le degré auquel les deux sont mutuellement intelligibles n'a pas encore été déterminé. La question est également quelque peu compliquée par l'existence du besleney, qui est généralement considéré comme un dialecte du kabarde mais partage également de nombreuses caractéristiques avec certains [ lesquels ? ] dialectes d'Adyghe.

Le kabarde est écrit sous une forme de cyrillique et sert de langue littéraire aux Circassiens à la fois en Kabardino-Balkarie (où on l'appelle généralement la «langue kabarde») et en Karachay-Cherkessia (où on l'appelle la «langue Cherkess»).

Comme toutes les autres langues du Caucase du Nord-Ouest, le kabarde est ergatif et possède un système verbal extrêmement complexe.

Depuis 2004, la société de radiodiffusion turque TRT a maintenu un programme d'une demi-heure par semaine dans le dialecte terek du kabarde.

Dialectes

  • Circassien oriental
    • Kabarde
      • Kabarde occidentale
      • Kabarde centrale
        • Baksan (base de la langue littéraire)
        • Malka
      • Kabarde orientale
        • Terek
        • Mozdok
      • Kabarde du Nord
        • Mulka
        • Zabardiqa (1925 jusqu'en 1991 Zaparika soviétique )
    • Dialecte de Baslaney ( Adyghe : Бэслъыныйбзэ )

Phonologie

Le phonème écrit Л л est prononcé comme une fricative latérale alvéolaire exprimée [ ɮ ] principalement par les Circassiens de Kabardino et de Cherkessia , mais de nombreux Kabardiens le prononcent comme un approximant latéral alvéolaire [ l ] en diaspora. [4] La série d' affriquées et de fricatives sifflantes alvéolaires labialisées qui existent en Adyghe /ʃʷʼ/ /ʒʷ/ /ʃʷ/ /t͡sʷ/ sont devenues des consonnes labiodentales /fʼ/ /v/ /f/ /v/ en Kabardien, par exemple le Kabardien mots мафӏэ [maːfʼa] "feu", зэвы [zavə] "étroit", фыз [fəz] "femme" et вакъэ [vaːqa] "chaussure" se prononcent comme машӏо [maːʃʷʼa] , зэжъу [zaʒʷə] , шъуз /ʃʷəz/ et цуакъs ] [adygha] [ et цуакъs] [ . Kabardian a une fricative vélaire sans voix labialisée [xʷ] qui correspond à Adyghe [f] , par exemple le mot Adyghe "тфы" ( [tfə] "cinq" est тху ( [txʷə] ) en Kabarde.icône de haut-parleur audio icône de haut-parleur audio En dialecte beslenei , il existe un affriqué éjectif latéral alvéolaire [t͡ɬʼ] qui correspond à [ ɬʼ ] en kabarde littéraire. [5] Les Kabardiens turcs (Uzunyayla) et les Besleneys ont un arrêt vélaire vocalisé palatalisé [ɡʲ] et un éjectif vélaire palatalisé [kʲʼ] qui correspond à [ d͡ʒ ] et [ t͡ʃʼ ] en Kabarde littéraire. [4] [6]

Consonnes

Labial Alvéolaire Post-
alvéolaire
Alvéolo-
palatin
Vélaire Uvulaire Pharyngé Glottique
Central Latéral plaine laboratoire. copain. plaine laboratoire. plaine laboratoire.
Nasale m n
Consonne occlusive sans voix p t k 2 q ʔ ʔʷ
voisé b ɡ 2 ɡʷ ( ɡʲ ) 1
éjectif t' kʷʼ ( kʲʼ ) 1
Affriqué sans voix c'est t͡ʃ q͡χ q͡χʷ
voisé d͡z d͡ʒ
éjectif t͡sʼ t͡ʃʼ
Fricatif sans voix F s ɬ ʃ ɕ X X χ χʷ ħ
voisé v z ɮ ʒ ʑ ɣ ʁ ʁʷ
éjectif F ɬʼ ɕʼ
Approximatif je j w
Trille r
  1. Dans certains dialectes kabardes (par exemple le dialecte Baslaney , le dialecte Uzunyayla ), il y a un arrêt vélaire palatalisé [ ɡʲ ] et un éjectif vélaire palatalisé [ kʲʼ ] qui ont été fusionnés avec [ d͡ʒ ] et [ t͡ʃʼ ] dans la plupart des dialectes kabardes. [7] Par exemple, les mots Baslaney "гьанэ" [ɡʲaːna] "chemise" et "кӏьапсэ" [kʲʼaːpsa] "corde" sont prononcés dans d'autres dialectes kabardes comme "джанэ" [d͡ʒaːna] et кӏапсэ [t͡ʃʼaːpsa] .
  2. Consonnes qui n'existent que dans les mots empruntés.

La glottalisation des arrêts éjectifs (mais pas des fricatives) peut être assez faible, et il a été rapporté qu'elle est souvent une voix grinçante , c'est-à-dire qu'elle a une voix laryngée. Quelque chose de similaire semble s'être passé historiquement dans les langues Veinakh .

Voyelles

Kabardian a un système vocalique vertical . Bien que de nombreuses voyelles de surface apparaissent, elles peuvent être analysées comme constituées au maximum des trois voyelles phonémiques suivantes : /ə/ , /a/ et /aː/ . [8] [9] [10]

Les allophones suivants des voyelles courtes /ə/ , /a/ apparaissent : [11] [12]

Caractéristique La description Ne précède pas la contre labialisée. Contre labialisée précédente.
/ ə / / un / / ə / / un /
[+ haut, -arrière] Après les latéraux, les palatovélaires palatalisés et /j/ [ je ] [ e ] [ y ] [ ø ]
[-rond, +dos] Après les vélaires simples, les pharynx, /h/ , /ʔ/ [ ɨ ] [ ɑ ] [ ʉ ] [ ɒ ]
[+rond, +dos] Après palatovélaires, uvulaires et laryngés labialisés [ tu ] [ o ] [ tu ] [ o ]
[-de retour] Après d'autres consonnes [ ə ] [ æ ] ? ?

Selon Kuipers, [13]

Ces symboles doivent être compris comme couvrant chacun un large éventail de sous-variantes. Par exemple, i représente un son proche du cardinal [i] dans 'ji' "eight", pour un son proche de l'anglais [ɪ] dans "kit" dans le mot x'i "sea", etc. En fait, les voyelles courtes, qui ne se trouvent qu'après les consonnes, ont des variantes différentes après pratiquement chaque série définie par le point d'articulation et la présence ou l'absence de labialisation ou de palatalisation, et le nombre de variantes est multiplié par l'influence de la consonne (ou zéro) ce qui suit.

La plupart des voyelles longues apparaissent comme des variantes automatiques d'une séquence de voyelle courte et de glissement, lorsqu'elle se produit dans une seule syllabe : [8] [10]

  • [uː] = /əw/
  • [oː] = /aw/
  • [iː] = /əj/
  • [eː] = /aj/

Cela ne laisse que la voyelle [aː] . Kuipers affirme que cela peut être analysé comme sous-jacent /ha/ lorsqu'il s'agit de l'initiale du mot, et sous-jacent /ah/ ailleurs, sur la base des faits suivants : [14]

  • /h/ apparaît uniquement dans le suffixe pluriel [ha], qui n'apparaît pas au début du mot.
  • [aː] est la seule voyelle initiale du mot ; l'analyser comme / ha / rend la langue sous-jacente universellement consonne-initiale.
  • Certaines complications impliquant le stress et les alternances morphophonémiques sont considérablement simplifiées par ces hypothèses.

Halle trouve l'analyse de Kuipers "exemplaire". [15] Gordon et Applebaum notent cette analyse, mais notent également que certains auteurs ne sont pas d'accord et préfèrent par conséquent maintenir un phonème /aː/ . [8]

Dans une section ultérieure de sa monographie, Kuipers tente également d'analyser les deux phonèmes de voyelles / ə / et / a / hors d'existence. Halle, cependant, [9] montre que cette analyse est erronée, car elle nécessite l'introduction de plusieurs nouveaux phonèmes pour transporter l'information anciennement codée par les deux phonèmes vocaliques.

La voyelle /o/ apparaît dans certains mots d'emprunt ; il se prononce souvent /aw/ . [ citation nécessaire ]

La diphtongue /aw/ se prononce /oː/ dans certains dialectes. /jə/ peut être réalisé comme /iː/ , /wə/ comme /uː/ et /aj/ comme /eː/ . Cette monophtongisation ne se produit pas dans tous les dialectes. [ citation nécessaire ]

Les voyelles /a, aː/ peuvent être précédées de la semi-voyelle /j/ . [ citation nécessaire ]

Orthographe

L'alphabet cyrillique actuel est le suivant. L'alphabet latin précédent ressemblait beaucoup à celui d' Adyghe .

À à [ ]
Ý ì
[ a ]
Á á
[ b ]
В в
[ v ]
à ã
[ ɣ ]
Гу гу
[ ɡʷ ]
Гъ гъ
[ ʁ ]
Гъу гъу
[ ʁʷ ]
Ä ä
[ d ]
Дж дж
[ d͡ʒ ] ou [ ɡʲ ]
Дз дз
[ d͡z ]
Е е
[ja/aj]
Ё ё
[jo]
Æ Æ
[ ʒ ]
Жь жь
[ ʑ ]
ç ç
[ z ]
И и
[jə/əj]
É é
[ j ]
Ê ê
[ k ]
Ку ку
[ ]
Къ къ
[ q ]
Къу къу
[ ]
Кхъ кхъ
[ q͡χ ]
Кхъу кхъу
[ q͡χʷ ]
Кӏ кӏ
[ t͡ʃʼ ] ou [ kʲʼ ]
Кӏу кӏу
[ kʷʼ ]
Ë Ë
[ ɮ ] ou [ l ]
Лъ лъ
[ ɬ ]
Лӏ лӏ
[ ɬʼ ]
Ü Ü
[ m ]
Í í
[ n ]
О о
[aw/wa]
П п
[ p ]
Пӏ пӏ
[ ]
Ð ð
[ r ]
С с
[ s ]
Ò ò
[ t ]
Тӏ тӏ
[ ]
Ó ò [ w/ əw ]
Ф ф
[ f ]
Фӏ фӏ
[ ]
å х
[ x ]
Ху ху
[ ]
åъ хъ
[ χ ]
Хъу хъу
[ χʷ ]
Хь хь
[ ħ ]
Ö ö
[ t͡s ]
Цӏ цӏ
[ t͡sʼ ]
Ч ч
[ t͡ʃ ]
Чӏ чӏ
[ t͡ʃʼ ]
Ø ø
[ ʃ ]
Ü ù
[ ɕ ]
Щӏ щӏ
[ ɕʼ ]
Ú ú
[ ˠ ]
û û
[ ə ]
Ü ü
[ ʲ ]
Þ ю
[ju]
Я я
[jaː]
Ӏ
[ ʔ ]
Ӏу
[ ʔʷ ]

Grammaire

Le kabarde, comme toutes les langues du Caucase du Nord-Ouest, a une typologie de base agent-objet-verbe et se caractérise par une construction ergative de la phrase.

Exemple

Les textes suivants sont des extraits des traductions officielles de la Déclaration universelle des droits de l'homme en kabarde et en adyghe, ainsi que la déclaration originale en anglais.

Anglais [16] Kabarde [17] Adygué [18]
déclaration universelle des droits de l'Homme Цӏыху Хуэфащэхэм Теухуа Дунейпсо Джэпсалъэ Цӏыф Фэшъуашэхэм Афэгъэхьыгъэ Дунэепстэу Джэпсалъ
Article 1 1-nэ пычыгъуэ 1-нэрэ пычыгъу
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. ЦӀыху псори щхьэхуиту, я щӀыхьымрэ я хуэфащэхэмрэкӀэ зэхуэдэу къалъхур. Акъылрэ Зэхӏӏӏӏӏ ӏӏӏщии ӏӏӏщи, зыр зым зэкууэш зэащііііэшш зэхущытын хуейхэщ. ЦӀыф пстэури шъхьэфитэу, ялъытэныгъэрэ яфэшъуашэхэмрэкӀэ зэфэдэу ъъал. Акъылрэ зэхӏшӏыкӏ Гъуазэрэ яӏӏшъы, зыр зым зэкъош зэхашіэ азфагу дэлъъу зэфъъу зэфыщытынхэ фае.
Translitération C‡yhu Huèfaŝèhèm Teuhua Dunejpso Džèpsalʺè C‡yf Fèšʺuašèhèm Afègʺèhʹygʺè Dunèepstèu Džèpsalʺ
1-nè pyčygʺuè 1-nèrè pyčygʺu
C‡yhu psori ŝhʹèhuitu, â ŝ‡yhʹymrè â huèfaŝèhèmrèk‡è zèhuèdèu kʺalʺhur. Akʺylrè zèhèŝʺykʺ gʺuazèrè â‡èŝi, zyr zym zèkʺuèš zèhaŝ‡è âku dèlʺu zèhuŝytyn huejhèŝ. C‡yf pstèuri šʺhʹèfitèu, âlʺytènygʺèrè âfèšʺuašèhèmrèk‡è zèfèdèu kʺalʺfy. Akʺylrè zèh蚇yk‡ gʺuazèrè â‡èšʺy, zyr zym zèkʺoš zèhaš‡è azfagu dèlʹèu zèfyŝytynhè fae.
Prononciation [tsʼəf faʃˠʷaːʃaxɑm aːfaʁaħɨʁa duːnajepstaw]
[1-nara pətʃəʁʷ]
[ts'əxʷ psoːriː ɕəħɑxʷʷʷtʷʷtʷ jaː ɕ'əħɨmra jaː xʷafaːɕaxɑmrak'a zaxʷoːdaw qaɬxuːr aːqulra zaxɑɕ'ək' ʁʷaːzara jaːʔɑʃʲə zər zəm zaqʷaʃ zaxaːɕ'a jaːkʷ daɬʷ zaxʷɕətən xʷʲejxaɕ]

Références

  1. ^ Kabardian à Ethnologue (23e éd., 2020)
  2. ^ Laurie Bauer, 2007, Le manuel de l'étudiant en linguistique , Édimbourg
  3. ^ "Kabarde | peuple | Britannica" .{{cite web}}: CS1 maint: url-status (link)
  4. ^ un b "les Structures Phonétiques de Kabardian Turc (la page 3 et 4)" (PDF) . Récupéré le 15 novembre 2020 .
  5. ^ UCLA Phonetics Lab Archive - Détails d'enregistrement pour le dialecte Kabardian Baslanei . Dans la première liste de mots appelée kbd_word-list_1970_01.html Les mots "man" et "quart" se prononcent comme /t͡ɬʼə/ et /pt͡ɬʼaːna/ se comparent au Kabardien standard /ɬʼə/ et /pɬʼaːna/
  6. ^ "Une comparaison phonétique du kabarde parlé dans le caucase et la diaspora" (PDF) . Récupéré le 15 novembre 2020 .
  7. ^ Moroz, Georges. " _ Récupéré le 15 novembre 2020 – via www.academia.edu. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  8. ^ un bc " Gordon , Matthew et Applebaum, Ayla. " Structures phonétiques de Kabardian turc ", 2006, Journal de l'Association Phonétique Internationale 36 (2), 159-186" (PDF) . Récupéré le 15 novembre 2020 .
  9. ^ un b Halle, Morris. "Le kabarde est-il une langue sans voyelles ?" Fondements du langage , vol. 6, n° 1 (février 1970), p. 95-103.
  10. ^ un b Kuipers, Aert. " Phonème et morphème en kabarde ", 1960, Janua Linguarum : série mineure , nos 8–9. 's-Gravenhage : Mouton et Cie.
  11. ^ Kuipers, pp. 22-23.
  12. ^ Halle, pp. 96–98.
  13. ^ Kuipers, p. 23.
  14. ^ Kuipers, pp. 32–39.
  15. ^ Halle, p. 98.
  16. ^ "HCDH |" . www.ohchr.org . Récupéré le 15 novembre 2020 .
  17. ^ "HCDH |" . www.ohchr.org . Récupéré le 15 novembre 2020 .
  18. ^ "HCDH |" . www.ohchr.org . Récupéré le 15 novembre 2020 .

Source

Liens externes