Bolchevisme juif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Le bolchevisme juif , également judéo-bolchevisme , est un canard anticommuniste et antisémite , qui prétend que les Juifs étaient à l'origine de la révolution russe en 1917 et qu'ils détenaient le pouvoir principal parmi les bolcheviks qui ont dirigé la révolution. De même, la théorie du complot du communisme juif allègue que les juifs ont dominé les mouvements communistes dans le monde et est liée à la théorie du complot du gouvernement d'occupation sioniste (ZOG), qui prétend que les juifs contrôlent la politique mondiale. [1]

En 1917, après la Révolution russe, le canard antisémite était le titre du pamphlet Le bolchevisme juif , qui figurait dans la propagande raciste des forces du mouvement blanc anticommuniste pendant la guerre civile russe (1918-1922). Au cours des années 1930, le parti nazi en Allemagne et le Bund germano-américain aux États-Unis ont propagé la théorie antisémite à leurs partisans, sympathisants et compagnons de route . [2] [3] [4] [5] En Pologne, Żydokomuna était un terme désignant l' antisémitismeopinion que les Juifs avaient une influence disproportionnée dans l'administration de la Pologne communiste . Dans la politique d'extrême droite , les canards antisémites du "bolchevisme juif", du "communisme juif" et de la théorie du complot ZOG sont des mots d'ordre affirmant à tort que le communisme est un complot juif. [6]

Origines

Affiche de propagande du mouvement blanc de l'époque de la guerre civile russe (1919), une caricature de Léon Trotsky , considéré comme un symbole du bolchevisme juif. [7]

La confusion des Juifs et de la révolution a émergé dans l'atmosphère de destruction de la Russie pendant la Première Guerre mondiale . Lorsque les révolutions de 1917 ont paralysé l'effort de guerre de la Russie, les théories du complot se sont développées loin de Berlin et de Petrograd . Certains commentateurs britanniques ont attribué la révolution à une "conjonction apparente de bolcheviks, d'allemands et de juifs". [8] En décembre 1917, cinq des vingt et un membres du Comité central communiste étaient juifs : le commissaire aux affaires étrangères, le président du Soviet suprême , le vice-président du Conseil des commissaires du peuple, le président du Soviet de Petrograd et le directeur adjoint de la police secrète de Cheka . [9]

La diffusion mondiale du concept dans les années 1920 est associée à la publication et à la diffusion des Protocoles des Sages de Sion , un document frauduleux qui prétendait décrire une conspiration juive secrète visant à la domination du monde. L'expression a mis en cause la judéité de certains bolcheviks de premier plan (comme Léon Trotsky ) pendant et après la Révolution d'Octobre. Daniel Pipes a déclaré que "principalement par le biais des Protocoles des Sages de Sion , les Blancs ont propagé ces accusations à un public international". [10] James Webb a écrit qu'il est rare de trouver une source antisémite après 1917 qui "ne soit pas redevable à la White Russiananalyse de la Révolution". [11]

Implication juive dans le communisme russe

L'antisémitisme dans l'Empire russe existait à la fois culturellement et institutionnellement. Les Juifs ont été limités à vivre dans la zone de peuplement , [12] et ont subi des pogroms . [13]

En conséquence, de nombreux Juifs ont soutenu des changements progressifs ou révolutionnaires au sein de l' Empire russe . Ces mouvements allaient de l'extrême gauche ( anarchisme juif , [14] bundistes , bolcheviks , mencheviks , [15] ) à la gauche modérée ( trudoviks [16] ) et constitutionnaliste ( démocrates constitutionnels [17]) des soirées. Selon le recensement du parti bolchevik de 1922, il y avait 19 564 bolcheviks juifs, soit 5,21 % du total, et dans les années 1920, des 417 membres du Comité exécutif central, du Comité central du parti, du Présidium de l'exécutif des soviets de la URSS et la République russe, les commissaires du peuple, 6% étaient des Juifs ethniques. [18] Entre 1936 et 1940, pendant la Grande Purge , Yezhovshchina et après le rapprochement avec l'Allemagne nazie , Staline avait largement éliminé les Juifs des postes de direction du parti, du gouvernement, de la diplomatie, de la sécurité et de l'armée. [19]

Certains universitaires ont grossièrement exagéré la présence juive dans le Parti communiste soviétique. Par exemple, Alfred Jensen a déclaré que dans les années 1920, "75% des dirigeants bolcheviks" étaient "d'origine juive". [ meilleure source nécessaire ] Selon Aaronovitch, "un examen superficiel de la composition des comités supérieurs montre que ce chiffre est une exagération absurde". [20]

En 2013, parlant de la collection Schneerson au Musée juif de Moscou et du Centre pour la tolérance , le président russe Vladimir Poutine a noté à tort que

"La décision de nationaliser la bibliothèque a été prise par le premier gouvernement soviétique, et les Juifs étaient environ 80 à 85% membres". [21]

Selon l'historien Vladimir Ryzhkov , la déclaration ignorante de Poutine sur la prédominance des Juifs au sein du Conseil des commissaires du peuple est due au fait que « pendant les années de la perestroïka , il lisait la presse tabloïd ». [22] Certains médias ont également critiqué les déclarations du président de la Fédération de Russie. Ainsi, les rédacteurs du journal Vedomosti , condamnant le chef de l'État pour marginalité, publient les statistiques suivantes : [23] [24]

« Si l'on écarte les spéculations des pseudo-scientifiques qui savent trouver l'origine juive de chaque révolutionnaire, il s'avère que dans la première composition du Conseil des commissaires du peuple des Juifs il y en avait 8 % : sur ses 16 membres, seul Léon Trotsky était un Juif. Dans le gouvernement de la République socialiste fédérative soviétique de Russie de 1917 à 1922, les Juifs étaient 12 % (six personnes sur 50). Outre le gouvernement, le Comité central du Parti travailliste social-démocrate de Russie (bolcheviks) à la veille d'octobre 1917 comptait 20 % de Juifs (6 sur 30), et dans la première composition du bureau politique du Comité central du Parti communiste russe (bolcheviks) – 40 % (3 sur 7) ». —  Vedomosti (daté 17 juin 2013).

Allemagne nazie

Wochenspruch der NSDAP du 28 septembre 1941, accuse les Juifs d'avoir créé le marxisme

Walter Laqueur fait remonter la théorie du complot judéo-bolchevique à l'idéologue nazi Alfred Rosenberg , pour qui le bolchevisme était « la révolte des races juive, slave et mongole contre l'élément allemand ( aryen ) en Russie ». Les Allemands, selon Rosenberg, étaient responsables des réalisations historiques de la Russie et avaient été mis à l'écart par les bolcheviks, qui ne représentaient pas les intérêts du peuple russe, mais plutôt ceux de sa population ethnique juive et chinoise. [25]

Michael Kellogg, dans son doctorat. thèse, soutient que l'idéologie raciste des nazis a été dans une large mesure influencée par les émigrés blancs en Allemagne, dont beaucoup, tout en étant d'anciens sujets de l'Empire russe, étaient d'origine non russe : Allemands de souche , résidents des pays baltes, y compris baltes Allemands et Ukrainiens . Leur organisation Aufbau (Aufbau : Wirtschafts-politische Vereinigung für den Osten (Reconstruction : Organisation économique et politique pour l'Est)) a joué un rôle particulier. Par exemple, son chef a contribué à rendre les Protocoles des Sages de Sion disponibles en allemand. Il soutient que le début d'Hitler était plutôt philosémite, et devint furieusement antisémite après 1919 sous l'influence des convictions des émigrés blancs sur la conspiration des Juifs, une unité invisible des capitalistes financiers aux bolcheviks, pour conquérir le monde. [26] Par conséquent, sa conclusion est que les émigrés blancs étaient à la source du concept nazi du bolchevisme juif. Annemarie Sammartino soutient que ce point de vue est contestable. S'il ne fait aucun doute que les émigrés blancs ont joué un rôle déterminant dans le renforcement de l'idée du «bolchevisme juif» parmi les nazis, le concept se retrouve également dans de nombreux documents allemands de l'après-Première Guerre mondiale. De plus, l'Allemagne avait sa propre part de communistes juifs "pour alimenter les fantasmes paranoïaques des antisémites allemands" sans les bolcheviks russes. [27]

Au cours des années 1920, Hitler a déclaré que la mission du mouvement nazi était de détruire le "bolchevisme juif". [28] Hitler a affirmé que les "trois vices" du "marxisme juif" étaient la démocratie, le pacifisme et l'internationalisme, [29] et que les Juifs étaient derrière le bolchevisme, le communisme et le marxisme. [30]

Dans l'Allemagne nazie , ce concept de bolchevisme juif reflétait une perception commune selon laquelle le communisme était un mouvement d'inspiration juive et dirigé par des juifs cherchant à dominer le monde depuis son origine. Le terme a été popularisé dans la presse écrite dans la brochure de 1924 du journaliste allemand Dietrich Eckhart " Der Bolschewismus von Moses bis Lenin " (" Le bolchevisme de Moïse à Lénine ") qui dépeignait Moïse et Lénine comme étant à la fois communistes et juifs. Cela a été suivi par l'édition de 1923 d' Alfred Rosenberg des Protocoles des sages de Sion et de Mein Kampf d' Hitler en 1925, qui considérait le bolchevisme comme la "juiverie".

Selon le maître-espion et écrivain français Henri Rollin , "l'hitlérisme" était basé sur la "contre-révolution anti-soviétique" promouvant le "mythe d'un mystérieux complot judéo-maçonnique-bolchevique", impliquant que la Première Guerre mondiale avait été provoquée par un vaste Complot judéo-maçonnique pour renverser les empires russe, allemand et austro-hongrois et mettre en œuvre le bolchevisme en fomentant des idées libérales. [31] [ page nécessaire ]

L' agence de presse internationale pro-nazie et antisémite Welt-Dienst fondée en 1933 par Ulrich Fleischhauer .

Au sein de l'armée allemande, une tendance à considérer le communisme soviétique comme une conspiration juive s'était développée depuis la Première Guerre mondiale, ce qui s'est officialisé sous les nazis. Une brochure de 1932 d' Ewald Banse de l'Association nationale allemande pour les sciences militaires, financée par le gouvernement, décrivait les dirigeants soviétiques comme majoritairement juifs, dominant une population russe apathique et stupide. [32]

Affiche de propagande antisémite et antisoviétique allemande, rédigée en polonais. Le texte lit "Mort ! à la peste judéo-bolchevique du meurtre !"

La propagande produite en 1935 par le laboratoire de guerre psychologique du ministère allemand de la guerre décrivait les responsables soviétiques comme "pour la plupart des Juifs sales" et appelait les soldats de l'Armée rouge à se soulever et à tuer leurs "commissaires juifs". Ce matériel n'a pas été utilisé à l'époque, mais a servi de base à la propagande dans les années 1940. [33]

Les membres des SS ont été encouragés à lutter contre les "sous-hommes juifs bolcheviques". Dans la brochure The SS as an Anti-Bolshevist Fighting Organization , publiée en 1936, le Reichsführer-SS Heinrich Himmler écrit :

Nous veillerons à ce que plus jamais en Allemagne, au cœur de l'Europe, la révolution judéo-bolchevique des sous-hommes ne puisse être allumée ni de l'intérieur ni par des émissaires de l'extérieur. [34]

Dans son discours au Reichstag justifiant l'opération Barbarossa en 1941, Hitler a déclaré :

Pendant plus de deux décennies, le régime juif bolchevique de Moscou avait tenté de mettre le feu non seulement à l'Allemagne mais à toute l'Europe ... Les dirigeants juifs bolcheviques de Moscou ont résolument entrepris d'imposer leur domination sur nous et sur les autres nations européennes et cela n'est pas seulement spirituel, mais aussi en termes de puissance militaire... Maintenant, le moment est venu d'affronter le complot des fauteurs de guerre juifs anglo-saxons et les dirigeants tout aussi juifs du centre bolchevique de Moscou ! [35]

Le feld-maréchal Wilhelm Keitel a donné un ordre le 12 septembre 1941 qui déclarait: "la lutte contre le bolchevisme exige une action impitoyable et énergique, rigoureuse avant tout contre les juifs, principaux porteurs du bolchevisme". [36]

L'historien Richard J. Evans a écrit que les officiers de la Wehrmacht considéraient les Russes comme des "sous-humains" et, depuis l'invasion de la Pologne en 1939, disaient à leurs troupes que la guerre avait été causée par la "vermine juive", expliquant aux troupes que le guerre contre l'Union soviétique était une guerre pour anéantir ce qui était diversement décrit comme des "sous-hommes juifs bolcheviques", les "hordes mongoles", le "déluge asiatique" et la "bête rouge", un langage clairement destiné à produire des crimes de guerre en réduisant le ennemi de quelque chose de moins qu'humain. [37]

Joseph Goebbels a publié un article en 1942 intitulé "la soi-disant âme russe" dans lequel il affirmait que le bolchevisme exploitait les Slaves et que la bataille de l'Union soviétique déterminait si l'Europe deviendrait sous le contrôle total de la communauté juive internationale. [38]

La propagande nazie a présenté Barbarossa comme une guerre idéologique et raciale entre le nazisme allemand et le «judéo-bolchevisme», déshumanisant l'ennemi soviétique comme une force d' Untermensch slaves (sous-humains) et de sauvages «asiatiques» se livrant à des «méthodes de combat asiatiques barbares» commandées par de mauvais commissaires juifs auxquels les troupes allemandes ne devaient accorder aucune pitié. [39] La grande majorité des officiers et soldats de la Wehrmacht avaient tendance à considérer la guerre en termes nazis, considérant leurs adversaires soviétiques comme des sous-hommes. [40]

Alors que le national-socialisme a apporté une nouvelle version et formulation de la culture européenne, le bolchevisme est la déclaration de guerre des sous-hommes internationaux dirigés par les juifs contre la culture elle-même. Ce n'est pas seulement anti-bourgeois, mais c'est aussi anti-culturel. Cela signifie, dans la conséquence finale, la destruction absolue de toutes les avancées économiques, sociales, étatiques, culturelles et civilisatrices faites par la civilisation occidentale au profit d'une clique internationale déracinée et nomade de conspirateurs, qui ont trouvé leur représentation dans la communauté juive.

—  Joseph Goebbels , congrès du parti nazi à Nuremberg, septembre 1935 [41]

En dehors de l'Allemagne nazie

Grande-Bretagne, années 1920

Au début des années 1920, un antisémite britannique de premier plan, Henry Hamilton Beamish , a déclaré que le bolchevisme était la même chose que le judaïsme. [42] Au cours de la même décennie, le futur Premier ministre en temps de guerre, Winston Churchill , a écrit un éditorial intitulé « Le sionisme contre le bolchevisme », qui a été publié dans l' Illustrated Sunday Herald . Dans l'article, qui affirmait que le sionisme et le bolchevisme étaient engagés dans une "lutte pour l'âme du peuple juif", il appelait les Juifs à répudier "la conspiration bolchevique" et à préciser que "le mouvement bolchevique n'est pas un mouvement juif" mais a précisé que :

[Le bolchevisme] parmi les Juifs n'a rien de nouveau. De l'époque de Spartacus-Weishaupt à celle de Karl Marx, et jusqu'à Trotsky (Russie), Bela Kun (Hongrie), Rosa Luxemburg (Allemagne) et Emma Goldman (États-Unis), cette conspiration mondiale pour le renversement de civilisation et pour la reconstitution de la société sur la base d'un développement arrêté, d'une malveillance envieuse et d'une égalité impossible, n'a cessé de croître. [43]

L'auteur Gisela C. Lebzelter a noté que l'analyse de Churchill n'a pas analysé le rôle que l'oppression russe des Juifs avait joué dans leur adhésion à divers mouvements révolutionnaires, mais plutôt "aux inclinations inhérentes enracinées dans le caractère et la religion juifs". [44]

Ouvrages propageant le bobard du bolchevisme juif

La pieuvre

The Octopus est un livre de 256 pages auto-publié en 1940 par Elizabeth Dilling sous le pseudonyme "Rev. Frank Woodruff Johnson". Elle y décrit ses théories sur le bolchevisme juif. [45]

Derrière le communisme

Frank L. Britton, rédacteur en chef de The American Nationalist , a publié un livre, Behind Communism , en 1952, qui diffusait le mythe selon lequel le communisme était une conspiration juive originaire de Palestine . [46]

Analyse du canard du bolchevisme juif

Des chercheurs dans le domaine, comme le philosophe polonais Stanisław Krajewski [47] ou André Gerrits, [48] dénoncent le concept de bolchevisme juif comme un préjugé. Le professeur de droit Ilya Somin est d'accord et compare l'implication juive dans d'autres pays communistes :

"La surreprésentation d'un groupe dans un mouvement politique ne prouve ni que le mouvement était "dominé" par ce groupe ni qu'il sert principalement les intérêts de ce groupe. L'idée que l'oppression communiste était en quelque sorte de nature juive est démentie par le bilan des régimes communistes. dans des pays comme la Chine , la Corée du Nord et le Cambodge , où la présence juive était et est minuscule." [49]

Plusieurs chercheurs ont observé que l'implication juive dans les mouvements communistes était principalement une réponse à l'antisémitisme et au rejet par la politique établie. [50] [51] [52] D'autres notent que cette implication a été grandement exagérée pour s'accorder avec les récits antisémites existants. [53] [54] [55] [56] [57] [58]

Philip Mendes l'a observé au niveau politique :

L'implication croissante des Juifs dans le radicalisme politique... a laissé aux autorités gouvernementales un certain nombre d'options potentielles de réponse. Une option était de reconnaître le lien structurel entre l'oppression des juifs et leur implication dans la gauche, et d'introduire des réformes sociales et politiques qui mettaient fin à la discrimination contre les juifs... Cette option aurait signifié accepter que les juifs avaient autant de droit que n'importe qui. autre groupe religieux ou ethnique de participer librement aux activités politiques. La deuxième option ... était de rejeter toute émancipation sociale ou politique des Juifs ... Au lieu de cela, cette politique blâmait les victimes juives pour leur persécution et supposait que la législation et la violence antisémites étaient justifiées en réponse à la prétendue menace de "Bolchevisme juif". En bref, la cause et l'effet étaient inversés,[52]

Voir également

Les références

Citations

  1. ^ Conseiller municipal 1983 .
  2. ^ Perdrix, Christopher; Geaves, Ron (2007). "L'antisémitisme, la culture du complot, le christianisme et l'islam: l'histoire et la signification religieuse contemporaine des protocoles des anciens savants de Sion" . Dans Lewis, James R. ; Marteau, Olav (éd.). L'invention de la tradition sacrée . Cambridge : Cambridge University Press. p. 75–95. doi : 10.1017/CBO9780511488450.005 . ISBN 9780511488450. Récupéré le 12 avril 2016 .
  3. ^ Frederickson, Kari (1996). "Cathrine Curtis et les femmes isolationnistes conservatrices, 1939–1941". L'Historien . 58 (4): 826. doi : 10.1111/j.1540-6563.1996.tb00977.x . ISSN 0018-2370 . 
  4. ^ Glen Jeansonne (9 juin 1997). Femmes d'extrême droite: le mouvement des mères et la Seconde Guerre mondiale . Presse de l'Université de Chicago. p. 8. ISBN 978-0-226-39589-0. Archivé de l'original le 18 janvier 2020 . Récupéré le 5 août 2016 .
  5. ^ Laqueur, Walter Zeev (1965). La Russie et l'Allemagne . Éditeurs de transactions. p. 105. ISBN 9781412833547. Archivé de l'original le 8 mai 2016 . Récupéré le 25 novembre 2015 .
  6. ^ Philippe Mendes (2010). "Démystifier le mythe du communisme juif" . Archivé de l'original le 28 avril 2019 . Récupéré le 28 avril 2019 .
  7. ^ Serhii Plokhy (1er décembre 2015). Les portes de l'Europe : une histoire de l'Ukraine . Livres de base. p. 223. ISBN 978-0-465-07394-8. Archivé de l'original le 16 mai 2016 . Récupéré le 29 décembre 2015 .
  8. ^ Fromkin (2009) pp. 247–248.
  9. ^ Sachar, Howard (2006). Une histoire des Juifs dans le monde moderne . Ancien. ISBN 9781400030972.
  10. ^ Tuyaux 1997 , p. 93.
  11. ^ Webb 1976 , p. 295.
  12. ^ "Qui pourrait vivre en dehors de Pale of Settlement?" . Recherche de famille juive . 3 mai 2014. Archivé de l'original le 8 décembre 2015 . Récupéré le 19 août 2015 .
  13. ^ Wein, Berel (1er septembre 1990). Triumph of Survival: L'histoire des Juifs à l'ère moderne 1650–1990 . Publications de Mésorah. p. 173. ISBN 9780899064987. Archivé de l'original le 17 juin 2016 . Récupéré le 25 novembre 2015 .
  14. ^ Gontcharok, Moshe (1996). "Vek voli. Russky anarkhizm I evreyi (XIX-XX vv.)"Век воли. Русский анархизм и евреи (XIX–XX вв.)[Siècle de volonté: l'anarchisme russe et les juifs (XIXe-XXe siècles)] (en russe). Jérusalem : Mishmeret Shalom. Archivé de l'original le 13 janvier 2008 . Récupéré le 12 février 2009 .
  15. ^ Lévin 1988 , p. 13.
  16. ^ Ascher 1992 , p. 148.
  17. ^ Witte 1907 .
  18. ^ Herf 2008 , p. 96.
  19. ^ Levin 1988 , pp. 318-325.
  20. ^ Aaronovitch, David (23 septembre 2011). "Notre passé communiste juif" . La Chronique juive . Archivé de l'original le 3 janvier 2014 . Récupéré le 18 septembre 2013 .
  21. ^ "Владимир Путин решил судьбу библиотеки Шнеерсона" . Российская газета (en russe) . Récupéré le 18 août 2020 .
  22. ^ "Le programme d'interception du 15 juin 2013. Station de radio "Echo de Moscou" .
  23. ^ "Sprigge, Sir Squire, (22 juin 1860-17 juin 1937), rédacteur en chef du Lancet", Who Was Who , Oxford University Press, 1er décembre 2007, doi : 10.1093/ww/9780199540884.013.u217438
  24. ^ "Message "De l'éditeur : Cinquième Fad. La rhétorique des premières personnes de l'État russe alimente les préjugés de la partie arriérée des habitants". "Vedomosti" du 17 juin 2013" .
  25. Laqueur 1990 , p. 33–34.
  26. ^ Kellogg, Michael (2005). Les racines russes du nazisme : les émigrés blancs et la création du national-socialisme, 1917-1945 . New York : Cambridge University Press. ISBN 978-0-521-84512-0.
  27. ^ Sammartino, Annemarie (septembre 2006). « Michael Kellogg : Les racines russes du nazisme (critique) » . Réseau des sciences humaines et sociales . Archivé de l'original le 5 novembre 2018 . Récupéré le 4 novembre 2019 .
  28. ^ Kershaw 1999 , p. 257.
  29. ^ Kershaw 1999 , p. 303.
  30. ^ Kershaw 1999 , p. 259.
  31. ^ Kellogg 2008 .
  32. ^ Forster 2005 , p. 119.
  33. ^ Förster 2005 , pp. 122–127.
  34. ^ Himmler 1936 , p. 8.
  35. ^ Hillgruber 1987 .
  36. ^ Kershaw 2000 , p. 465.
  37. ^ Evans 1989 , pp. 59–60.
  38. ^ Goebbels, Joseph (1943). "Die sogenannte russische Seele" [La soi-disant âme russe]. Das eherne Herz [ Le cœur de fer ]. Traduit par Bytwerk, Randall. Munich : Zentralverlag der NSDAP. p. 398–405. Archivé de l'original le 24 novembre 2013 . Récupéré le 14 décembre 2013 - via les archives de propagande allemande de l'Université Calvin.
  39. ^ Forster 2005 , p. 126.
  40. ^ Forster 2005 , p. 127.
  41. ^ "Goebbels affirme que les Juifs détruiront la culture" . Musée du mémorial de l'Holocauste des États-Unis. Septembre 1935. Archivé de l'original le 23 février 2014 . Récupéré le 11 février 2014 .
  42. ^ Webb 1976 , p. 130.
  43. ^ Churchill 1920 .
  44. ^ Lebzelter 1978 , p. 181.
  45. ^ Glen Jeansonne (9 juin 1997). Femmes d'extrême droite: le mouvement des mères et la Seconde Guerre mondiale . Presse de l'Université de Chicago. p. 25. ISBN 978-0-226-39589-0. Archivé de l'original le 18 janvier 2020 . Récupéré le 5 août 2016 .
  46. ^ Microfilm de source primaire 2005 .
  47. ^ Krajewski, Stanislaw (octobre 2007). "Juifs, communistes et communistes juifs, en Pologne, en Europe et au-delà" . Pacte . 1 (3). Archivé de l'original le 21 septembre 2019 . Récupéré le 4 novembre 2019 .À l'origine dans une étude annuelle de la CEU sur les études juives à l'Université d'Europe centrale, éd. par Andras Kovacs, coéditeur Eszter Andor, CEU 2000, 119–133
  48. ^ Gerrits 2009 , p. 195.
  49. ^ Somin, Ilya (29 octobre 2011). « Le communisme et les juifs » . Le complot de Volokh . Archivé de l'original le 30 mars 2014 . Récupéré le 30 mars 2014 .
  50. ^ Jaff Schatz, La génération : L'ascension et la chute des communistes juifs de Pologne , University of California Press, 1991, p. 95.
  51. ^ Jaff Schatz, "Les Juifs et le mouvement communiste dans la Pologne de l'entre-deux-guerres", dans Jonathan Frankel,Dark Times, Dire Decisions: Juifs et communisme: études sur la communauté juive contemporaine Archivé le 1er mars 2020 à la Wayback Machine , Oxford University Press US, 2005, p. 30.
  52. ^ un b Mendes, Philip (2014). Les juifs et la gauche : la montée et la chute d'une alliance politique . New York : Springer. ISBN 978-1-137-00829-9. OCLC  865063358 .
  53. ^ Niall Ferguson, La guerre du monde , The Penguin Press, New York 2006, page 422
  54. ^ Antony Polonsky, Les Polonais, les Juifs et les problèmes d'une mémoire divisée Archivé le 17 avril 2009 à la Wayback Machine , Brandeis University , Waltham , Massachusetts , page : 20 (fichier PDF : 208 Ko)
  55. ^ André Gerrits. "L'antisémitisme et l'anti-communisme: le mythe du" judéo-communisme "en Europe de l'Est". Affaires juives d'Europe de l'Est . 1995, Vol. 25, n° 1 : 49–72. Page 71.
  56. ^ Magdalena Opalski, Israël Bartal. Polonais et juifs : une fraternité ratée. Archivé le 8 mars 2020 à la Wayback Machine University Press of New England, 1992. P29-30
  57. ^ Joanna B. Michlic. L'autre menaçant de la Pologne: l'image du juif de 1880 à nos jours . Archivé le 9 mars 2020 à la Wayback Machine University of Nebraska Press, 2006. Pages 47–48.
  58. ^ Ezra Mendelsohn, Studies in Contemporary Jewry , Oxford University Press US, 2004, ISBN 0-19-517087-3 , Google Print, p.279 Archivé le 6 mars 2020 à la Wayback Machine 

Sources

Lectures complémentaires

  • Mikhail Agursky: La Troisième Rome: Bolchevisme national en URSS , Boulder: Westview Press, 1987 ISBN 0-8133-0139-4 
  • Harry Defries, Attitudes du Parti conservateur envers les Juifs, 1900-1950 Bolchevisme juif , p. 70, ISBN 0-7146-5221-0 
  • Fay, Brendan (26 juillet 2019). "La théorie du complot nazi: fantasmes allemands et pouvoir juif dans le Troisième Reich". Bibliothèque et histoire de l'information . 35 (2): 75–97. doi : 10.1080/17583489.2019.1632574 . S2CID  201410358 .
  • Johannes Rogalla von Bieberstein : '"Juedischer Bolschewismus". Mythos und Realität'. Dresde : Antaios, 2003, ISBN 3-935063-14-8 ; 2.éd. Graz : Ares, 2010. 
  • En ligneMuller, Jerry Z. (2010). "Anticapitalisme radical: le juif en tant que communiste". Le capitalisme et les juifs . Presse universitaire de Princeton. ISBN 978-1-4008-3436-5.
  • Yuri Slezkine : Le siècle juif , Princeton: Princeton University Press, 2004 ISBN 0-691-11995-3 
  • Scott Ury, Barricades and Banners: The Revolution of 1905 and the Transformation of Warsaw Jewry (Stanford, 2012). ISBN 978-0-804763-83-7 
  • Hanebrink, Paul (2018). Un spectre hantant l'Europe : le mythe du judéo-bolchevisme . Presse universitaire de Harvard. ISBN 978-0-674-04768-6.

Liens externes