Aigle en or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Aigle en or
Plage temporelle : Pliocène -récent [1]
Беркут (Aquila chrysaetos).jpg
Aigle hivernant de la sous-espèce nominale en Finlande .
Appel d'un aigle royal
Annexe II de la CITES  ( CITES ) [3]
Classement scientifique Éditer
Royaume: Animalier
Phylum: Chordonnées
Classer: Avès
Commande: Accipitriformes
Famille: Accipitridés
Genre: Aquila
Espèce:
A. chrysaetos
Nom binomial
Aquila chrysaetos
( Linné , 1758 )
Sous-espèce

6, voir texte

AquilaChrysaetosIUCNver2018 2.png
Aire de répartition d' A. chrysaetos
  Nichant, présent en été
  Nichant, présent toute l'année
  Non-imbrication
Synonymes
  • Falco chrysaetos Linnaeus, 1758
  • Falco fulvus Linnaeus, 1758

L' aigle royal ( Aquila chrysaetos ) est un oiseau de proie vivant dans l' hémisphère Nord . C'est l'espèce d' aigle la plus répandue . Comme tous les aigles, il appartient à la famille des Accipitridae . C'est l'un des oiseaux de proie les plus connus de l'hémisphère nord. Ces oiseaux sont brun foncé, avec un plumage brun doré plus clair sur la nuque . Les aigles immatures de cette espèce ont généralement du blanc sur la queue et ont souvent des marques blanches sur les ailes. Les aigles royaux utilisent leur agilité et leur vitesse combinées avec des pieds puissants et de grandes serres acérées pour chasser une variété de proies, principalement des lièvres , des lapins, et les marmottes et autres écureuils terrestres . [4] Les aigles royaux maintiennent des domaines vitaux ou des territoires pouvant atteindre 200 km 2 (77 milles carrés). Ils construisent de grands nids dans les falaises et autres hauts lieux où ils peuvent revenir pendant plusieurs années de reproduction. La plupart des activités de reproduction ont lieu au printemps; ils sont monogames et peuvent rester ensemble pendant plusieurs années ou éventuellement à vie. Les femelles pondent jusqu'à quatre œufs, puis incubez-les pendant six semaines. En règle générale, un ou deux jeunes survivent pour s'envoler dans environ trois mois. Ces aigles royaux juvéniles atteignent généralement leur pleine indépendance à l'automne, après quoi ils errent largement jusqu'à établir un territoire pour eux-mêmes en quatre à cinq ans.

Autrefois répandu dans tout l' Holarctique , il a disparu de nombreuses régions fortement peuplées par l'homme. Bien qu'elle soit disparue ou peu commune dans certaines de ses anciennes aires de répartition, l'espèce est toujours répandue, étant présente dans de vastes étendues d' Eurasie , d'Amérique du Nord et de certaines parties de l'Afrique du Nord . C'est la plus grande et la moins peuplée des cinq espèces d'accipitrides vrais à se produire en tant qu'espèce reproductrice dans le Paléarctique et le Néarctique . [5]

Pendant des siècles, cette espèce a été l'un des oiseaux les plus appréciés utilisés en fauconnerie . En raison de ses prouesses de chasse, l'aigle royal est considéré avec une grande vénération mystique dans certaines cultures tribales anciennes. C'est l'une des espèces de rapaces les plus étudiées au monde dans certaines parties de son aire de répartition, comme l' ouest des États-Unis et l' ouest du Paléarctique .

La description

Taille

Le pied et les serres d'un aigle royal

L'aigle royal est un très grand rapace, de 66 à 102 centimètres (26 à 40 po) de longueur. Ses ailes sont larges et son envergure est de 1,8 à 2,34 mètres (5 pieds 11 pouces à 7 pieds 8 pouces). [6] [7] [8] [9] L'envergure des aigles royaux est la cinquième plus grande parmi les espèces d'aigles vivants. [7] Les femelles sont plus grandes que les mâles , avec une plus grande différence dans les sous-espèces plus grandes. Les femelles des grands aigles royaux de l'Himalaya sont environ 37% plus lourdes que les mâles et ont près de 9% d'ailes plus longues, tandis que chez les plus petits aigles royaux japonais, les femelles ne sont que 26% plus lourdes avec environ 6% d'ailes plus longues. [4] [10] Dans la plus grande sous-espèce ( A. c. daphanea), les mâles et les femelles pèsent généralement 4,05 et 6,35 kg (8,9 et 14,0 lb), respectivement. Dans la plus petite sous-espèce, A. c. japonica , les mâles pèsent 2,5 kg (5,5 lb) et les femelles 3,25 kg (7,2 lb). [4] Dans l'ensemble des espèces, les mâles pèsent en moyenne environ 3,6 kg (7,9 lb) et les femelles environ 5,1 kg (11 lb). [11] La taille maximale des aigles royaux est débattue. Les grandes sous-espèces sont les représentants les plus lourds du genre Aquila et cette espèce est en moyenne la septième espèce d'aigle vivant la plus lourde. L'aigle royal est le deuxième aigle reproducteur le plus lourd d'Amérique du Nord, d'Europe et d'Afrique et le quatrième plus lourd d'Asie. [5] [7]Pendant un certain temps, la plus grande masse connue authentifiée pour une femelle sauvage était le spécimen de l' A. c. sous-espèce chrysaetos qui pesait environ 6,7 kg (15 lb) et s'étendait sur 2,55 m (8 pi 4 po) sur les ailes. [12] Les aigles royaux américains sont généralement un peu plus petits que les grandes espèces eurasiennes, mais une femelle massive qui a été baguée et relâchée en 2006 autour de la forêt nationale de Bridger-Teton dans le Wyoming est devenue l'aigle royal sauvage le plus lourd jamais enregistré, à 7,7 kg (17 lb) . [13] Les oiseaux captifs ont été mesurés avec une envergure de 2,81 m (9 pi 3 po) et une masse de 12,1 kg (27 lb), bien que cette masse soit pour un aigle élevé pour la fauconnerie , qui a tendance à être anormalement lourd. [12]

Les mesures standard de l'espèce comprennent une longueur de corde d'aile de 52 à 72 cm (20 à 28 po), une longueur de queue de 26,5 à 38 cm (10,4 à 15,0 po) et une longueur de tarse de 9,4 à 12,2 cm (3,7 à 4,8 dans). [7] Le culmen (crête supérieure du bec) aurait une moyenne d'environ 4,5 cm (1,8 po), avec une plage de 3,6 à 5 cm (1,4 à 2,0 po). La longueur du bec à partir de l' ouverture mesure environ 6 cm (2,4 po). [14] [15] La longue, droite et puissante hallux-griffe (griffe postérieure) peut aller de 4,5 à 6,34 cm (1,77 à 2,50 po), environ un centimètre de plus que chez un pygargue à tête blanche et un peu plus d'un centimètre de moins qu'une harpie féroce .[16] [17] [18]

Couleur

Subadulte, montrant du blanc dans la queue et un cou foncé

Les adultes des deux sexes ont un plumage similaire et sont principalement brun foncé, avec un peu de gris sur l'intérieur de l'aile et de la queue, et une couleur plus pâle et généralement dorée sur le dos de la calotte et de la nuque qui donne à l'espèce son nom commun. [19] Contrairement à d'autres espèces d' Aquila , où les plumes tarsales sont généralement de couleur similaire au reste du plumage, les plumes tarsales des aigles royaux ont tendance à être plus pâles, allant du doré clair au blanc. [4] De plus, certains oiseaux adultes (en particulier en Amérique du Nord) ont des " épaulettes " blanches sur la partie supérieure de chaque tractus de plumes scapulaires . [5] [20]Le bec est sombre à l'extrémité, passant à une couleur de corne plus claire, avec une cire jaune . [21] Comme chez de nombreux accipitrides , la partie nue des pieds est jaune. [7] Il existe des différences subtiles de coloration entre les sous-espèces, décrites ci- dessous .

Les aigles royaux juvéniles ressemblent aux adultes mais ont tendance à être plus foncés, apparaissant en noir sur le dos, en particulier en Asie de l'Est . Ils ont une couleur moins fanée. Les jeunes oiseaux sont blancs sur environ les deux tiers de la longueur de leur queue, se terminant par une large bande noire. [10] Parfois, les aigles juvéniles ont des taches blanches sur les rémiges à la base des primaires internes et des secondaires externes, formant une marque en croissant sur les ailes qui a tendance à être divisée par des plumes plus foncées. [4] [22]Rarement, les oiseaux juvéniles peuvent n'avoir que des traces de blanc sur la queue. Par rapport à la queue blanche relativement constante, les taches blanches sur l'aile sont extrêmement variables; certains juvéniles n'ont presque pas de blanc visible. Les juvéniles de moins de 12 mois ont tendance à avoir le plus de blanc dans leur plumage. [20] À leur deuxième été, les couvertures sous-alaires blanches sont généralement remplacées par une couleur brun rouille caractéristique. Au troisième été, les couvertures supérieures des ailes sont en grande partie remplacées par des plumes brun foncé, bien que toutes les plumes ne muent pas en même temps, ce qui laisse de nombreux oiseaux juvéniles avec un motif grisonnant. La queue suit un schéma de maturation similaire à celui des ailes. [20] [22] En raison de la variabilité entre les individus, les aigles juvéniles ne peuvent pas être âgés de manière fiable uniquement à vue.[23] De nombreux aigles royaux ont encore du blanc sur la queue lors de leur première tentative de nidification. [24] Le plumage adulte final n'est pleinement atteint que lorsque les oiseaux ont entre 5 ans et demi et 6 ans et demi. [23]

Mue

Adulte en captivité de la sous-espèce nord-américaine Aquila chrysaetos canadensis

Cette espèce mue progressivement de mars ou avril à septembre ou octobre de chaque année. La mue diminue généralement en hiver. La mue des plumes de contour commence sur la région de la tête et du cou et progresse le long des étendues de plumes dans une direction générale d'avant en arrière. Les plumes de la tête, du cou, du dos et des scapulaires peuvent être remplacées annuellement. Avec de grandes plumes de l'aile et de la queue, la mue commence par les plumes les plus internes et se poursuit vers l'extérieur d'une manière simple connue sous le nom de mue "descendante". [20]

Vocalisations

Cris d'un aigle royal, enregistrés à Kinlochewe, Écosse, juillet 1969

Alors que de nombreux accipitridés ne sont pas connus pour leurs voix fortes, les aigles royaux ont une tendance particulière au silence, même pendant la reproduction. [25] Cela étant dit, certaines vocalisations ont été enregistrées, généralement centrées autour de la période de nidification. La voix de l'aigle royal est considérée comme faible, aiguë et aiguë, a été qualifiée de "assez pathétique" et de "chiot", et semble incongrue avec la taille et la nature formidables de l'espèce. [7] La ​​plupart des vocalisations connues semblent fonctionner comme des appels de contact entre les aigles, parfois des adultes à leur progéniture, parfois des oiseaux territoriaux aux intrus et rarement entre un couple reproducteur. Dans l'ouest du Montana , neuf appels distincts ont été relevés : un chirp , un seeir , un pssa, un skonk , un gloussement , un branlement , un klaxon et un sifflement . [26]

Vol

En vol
Aigle royal volant en dièdre avec de la nourriture

Les aigles royaux sont parfois considérés comme les meilleurs volants parmi les aigles et peut-être parmi tous les oiseaux rapaces. [25] Ils sont équipés de larges et longues ailes avec des indentations un peu en forme de doigt sur les extrémités de l'aile. [7] Les aigles royaux sont uniques dans leur genre en ce sens qu'ils volent souvent dans un léger dièdre , ce qui signifie que les ailes sont souvent tenues en forme de V léger et renversé. [7] Lorsqu'ils ont besoin de battre des ailes, les aigles royaux semblent les plus laborieux, mais c'est moins courant que de planer ou de planer––. [4] Le vol battant se compose généralement de 6 à 8 battements d'ailes profonds, entrecoupés de 2 à 3 secondes de vol plané. [4] En planant, les ailes et la queue sont maintenues dans un seul plan avec les pointes primaires souvent écartées.[27] Une vitesse de montée en flèche typique et sans hâte chez les aigles royaux est d'environ 45 à 52 kilomètres par heure (28 à 32 mph). [28] Lors de la chasse ou de l'affichage, l'aigle royal peut planer très vite, atteignant des vitesses allant jusqu'à 190 kilomètres par heure (120 mph). [4] [27] Lorsqu'il se penche (plonge) en direction d'une proie ou lors d'affichages territoriaux, l'aigle tient ses pattes contre sa queue et tient ses ailes serrées et partiellement fermées contre son corps. Lorsqu'il plonge après une proie, un aigle royal peut atteindre 240 à 320 kilomètres par heure (150 à 200 mph). Bien que moins agile et maniable, l'aigle royal est apparemment tout à fait égal et peut-être même supérieur auxvitesses de vol et de plané du faucon pèlerin . [5] [29]Cela fait de l'aigle royal l'un des deux animaux vivants les plus rapides. [12] Bien que la plupart des vols chez les aigles royaux aient un objectif clair (par exemple, la territorialité, la chasse), certains vols, tels que ceux des oiseaux solitaires ou entre couples reproducteurs bien établis, semblent être un jeu. [5] [25] [30]

Se distinguer des autres espèces

Les aigles royaux se distinguent facilement par leur plumage brun, plus pâle que la plupart des autres Aquilas , et leur tache pâle sur la nuque.

La taille distingue facilement cette espèce de la plupart des autres rapaces lorsqu'elle est bien vue. La plupart des autres rapaces sont considérablement plus petits. Les faucons Buteo , qui ressemblent peut-être le plus à l'aigle royal par leur structure parmi les espèces en dehors du groupe «aigle botté», sont souvent comptés parmi les plus grands rapaces très communs. Cependant, un Buteo de taille moyenne est éclipsé par un aigle royal, car une femelle aigle adulte a environ le double de l'envergure et environ cinq fois le poids. Les buteos sont également généralement nettement plus pâles en dessous, bien que certaines espèces se présentent sous des formes sombres qui peuvent être plus sombres qu'un aigle royal. [7] [31] Parmi les oiseaux rapaces qui partagent l'aire de répartition de l'aigle royal, seuls certains vautours de l'Ancien Monde et lesLe condor de Californie est nettement plus grand, avec des ailes plus longues et plus larges, généralement maintenues plus uniformément dans un vol plus lent et moins énergique; ils ont souvent des motifs de couleurs radicalement différents. En Amérique du Nord, l'aigle royal peut être confondu de loin avec l' urubu à tête rouge, car c'est une grande espèce qui, comme l'aigle royal, vole souvent avec un dièdre prononcé. L'urubu à tête rouge se distingue par son style de vol moins contrôlé et plus puissant (il se balance fréquemment d'avant en arrière de manière instable même par vent modéré) et son corps plus petit et plus mince, sa tête beaucoup plus petite et, à plus courte distance, sa couleur brun noir ardoisé et secondaires des ailes argentées. [32] Par rapport à Haliaeetusaigles, l'aigle royal a des ailes qui ne sont qu'un peu plus minces mais ressemblent davantage à celles d'un faucon et n'ont pas le positionnement plat des ailes en forme de planche que l'on voit dans l'autre genre. [32] Les grandes espèces d' Haliaeetus du nord ont généralement un bec plus gros et une tête plus grosse qui dépasse plus distinctement que celle d'un aigle royal en vol. La queue de l'aigle royal est en moyenne plus longue que celle des aigles Haliaeetus , semblant être deux ou trois fois la longueur de la tête en vol plané, alors que chez les autres aigles, la tête est souvent plus de deux fois la longueur de la queue. [32] La confusion est très probable entre les Haliaeetus juvénileset les aigles royaux, car le doré adulte a une coloration brun doré plus solide et tous les aigles Haliaeetus ont des plumages distinctifs évidents à l'âge adulte. Les aigles Haliaeetus sont souvent fortement striés dans leur phase juvénile. Les aigles royaux juvéniles peuvent avoir de grandes taches blanches sur leurs ailes et leur queue qui sont assez différentes de la distribution aléatoire, parfois large et tachetée, du blanc typique des Haliaeetus juvéniles . [7] [32]

Distinguer l'aigle royal des autres aigles d' Aquila en Eurasie est plus difficile. L'identification peut reposer sur la queue relativement longue de l'aigle royal et sur des motifs blancs ou gris sur les ailes et la queue. Contrairement aux aigles royaux, les autres aigles d' Aquila ne volent généralement pas dans un dièdre prononcé. De près, le châle de la nuque doré à roux de l'aigle royal se distingue des autres Aquila . La plupart des autres aigles Aquila ont un plumage plus foncé, bien que le plus petit aigle fauve soit souvent plus pâle que l'aigle royal (le chevauchement de l'aire de répartition n'est vérifié que dans les montagnes de Bale , en Éthiopie ). Chez l' Aquila eurasien , l'adultel'aigle impérial de l'Est et l'aigle impérial espagnol sont les plus proches d'atteindre la taille des aigles royaux, mais les deux se distinguent par leur cou plus long, leurs ailes plus plates en vol, des marques blanches sur les couvertures alaires antérieures des épaules, une tache de nuque de couleur crème paille plus pâle et une coloration généralement plus foncée . Les aigles impériaux juvéniles sont beaucoup plus pâles dans l'ensemble (crème caramel en espagnol; stries crème et fauve à l'est) et ne sont pas susceptibles d'être confondus. [7] Les aigles des steppes peuvent également s'approcher des aigles royaux en taille, mais sont plus compacts et ont une tête plus petite avec peu de variation de couleur dans leur plumage brun terre foncé, à l'exception des oiseaux juvéniles qui ont des bandes de couleur crème distinctives qui traversent leurs couvertures et leurs secondaires. [5] Les aigles de Verreaux sont les plus similaires en taille et en forme de corps à l'or, le corps de l'aigle de Verreaux étant globalement légèrement plus long mais légèrement moins lourd et à ailes longues que celui de l'aigle royal. [7] Le plumage est cependant très distinctement différent, car les aigles de Verreaux sont presque entièrement noir de jais, à l'exception d'un blanc frappant et contrastant sur les primaires des ailes, les épaules et le dessus de l'aile. [7] Cette espèce étroitement apparentée est connue pour coexister avec l'aigle royal uniquement dans les montagnes de Bale en Éthiopie . [4] Il est peu probable que d'autres aigles bottés dans la gamme de l'aigle royal soient confondus en raison de différences de taille et de forme. La seule espèce du genre Aquilaqui dépasse l'aigle royal en envergure et en longueur moyennes est l' aigle à queue en coin d' Australasie ; cependant, l'aigle à queue en coin est un oiseau légèrement moins lourd. [12]

Taxonomie et systématique

Cette espèce a été décrite pour la première fois par Carl Linnaeus dans sa 10e édition de Systema Naturae en 1758 sous le nom de Falco chrysaetos . [33] Comme les oiseaux étaient regroupés en grande partie sur des caractéristiques superficielles à cette époque, de nombreuses espèces ont été regroupées par Linnaeus dans le genre Falco . La localité type a été donnée simplement comme "Europa"; il a ensuite été fixé à la Suède . Il a été déplacé vers le nouveau genre Aquila par l' ornithologue français Mathurin Jacques Brisson en 1760. [34] Aquila est le mot latin pour "aigle", peut-être dérivé deaquilus , "de couleur foncée" et chrysaetos est le grec ancien pour l'aigle royal de khrusos , "or" et aetos , "aigle". [35]

L'aigle royal fait partie d'un large groupe de rapaces appelés "aigles bottés" qui sont définis par la caractéristique que toutes les espèces ont des plumes sur leur tarse, contrairement à de nombreux autres accipitrides qui ont les pattes nues. Sont incluses dans ce groupe toutes les espèces décrites comme des "aigles faucons", y compris les genres Spizaetus et Nisaetus , ainsi que des genres monotypiques assortis tels que Oroaetus , Lophaetus , Stephanoaetus , Polemaetus , Lophotriorchis et Ictinaetus . Le genre Aquila est réparti sur tous les continents à l'exception de l'Amérique du Sud et de l'Antarctique. Jusqu'à 20 espèces ont été classées dans le genre, mais plus récemment, le placement taxonomique de certaines des espèces traditionnelles a été remis en question. Traditionnellement, les aigles Aquila ont été regroupés superficiellement comme des aigles bottés de grande taille, principalement brunâtres ou de couleur foncée, qui varient peu lors de la transition de leur plumage juvénile à leur plumage adulte. La recherche génétique a récemment indiqué que l'aigle royal est inclus dans un clade avec l'aigle de Verreaux en Afrique ainsi que l' aigle de Gurney ( A. gurneyi ) et l' aigle à queue cunéiforme(appartenant clairement à un rayonnement australasien de la lignée). Cette identification de ce clade particulier a longtemps été suspectée sur la base de caractéristiques morphologiques similaires parmi ces espèces de grande taille. [5] Plus surprenant, les espèces sœurs plus petites et beaucoup plus pâles de l'aigle de Bonelli ( A. fasciatus ) et de l'aigle faucon africain ( A. spilogaster ), précédemment incluses dans le genre Hieraaetus , se sont révélées génétiquement beaucoup plus proches de la lignée de Verreaux et d'aigle royal qu'aux autres espèces traditionnellement incluses dans le genre Aquila . [4] [36] [37] Autre grand AquilaLes espèces, l'impérial oriental, l'impérial espagnol, les aigles fauves et des steppes, sont maintenant considérées comme un clade séparé et très uni, qui a atteint des caractéristiques similaires au clade précédent via une évolution convergente. [36] [37] Génétiquement, les "aigles tachetés" ( A. pomarina , hastata et clanga ), ont été découverts comme étant plus étroitement liés à l' aigle huppé ( Lophaetus occipitalis ) et à l' aigle noir ( Ictinaetus malayensis ), et de nombreuses réaffectations génériques ont été préconisées. [36] [38] Le genre Hieraaetus , y compris lel'aigle botté ( H. pennatus ), le petit aigle ( H. morphnoides ) et l'aigle faucon d'Ayres ( H. ayresii ), se compose d'espèces beaucoup plus petites, qui sont en fait les plus petits oiseaux appelés aigles en dehors du genre non apparenté Spilornis serpent-aigle. Ce genre a récemment été éliminé par de nombreuses autorités et est maintenant parfois également inclus dans Aquila , bien que toutes les unions ornithologiques n'aient pas suivi cet exemple dans cette reclassification. [4] [37] [39] L'aigle de petit corps de Wahlberg ( H. wahlbergi ) a été traditionnellement considéré comme un Aquilaespèce en raison de son absence de changement du plumage juvénile au plumage adulte et de sa couleur brunâtre, mais il est en fait génétiquement aligné sur la lignée Hieraaetus . [36] [40] L'aigle faucon de Cassin ( H. africanus ) est également probablement étroitement lié au groupe Hieraaetus plutôt qu'au groupe "aigle faucon" Spizaetus / Nisaetus (dans lequel il était auparavant classé) qui n'est pas connu pour avoir rayonné jusqu'en Afrique. [41]

Sous-espèces et distribution

Un Aquila chrysaetos canadensis en captivité présente la coloration rouille typique de la sous-espèce.
Aquila chrysaetos homeyeri - MHNT

Il existe six sous- espèces d'aigle royal qui diffèrent légèrement en taille et en plumage . Les individus de l'une des sous-espèces sont quelque peu variables et les différences entre les sous-espèces sont clinales , en particulier en termes de taille corporelle. En dehors de ces caractéristiques, il y a peu de variation dans l'aire de répartition de l'espèce. [7] Certaines études récentes sont allées jusqu'à proposer que seules deux sous-espèces soient reconnues sur la base de marqueurs génétiques : Aquila chrysaetos chrysaetos (dont A. c. homeyeri ) et A. c. canadensis (dont A. c. japonica , A. c. daphanea et A. c. kamtschatica). [42]

  • Aquila chrysaetos chrysaetos ( Linnaeus , 1758 ) - parfois appelé l' aigle royal européen . [25] C'est la sous- espèce nominale . Cette sous-espèce se trouve presque dans toute l'Europe, y compris les îles britanniques (principalement en Écosse ), la majorité de la Scandinavie , le sud et le nord de la France , l'Italie et l'Autriche . En Europe de l'Est , on le trouve de l'Estonie à la Roumanie , la Grèce , la Serbie etBulgarie dans le sud-est de l'Europe. Il est également distribué à travers la Russie européenne , atteignant sa limite orientale autour du fleuve Ienisseï en Russie, s'étendant également vers le sud à une longitude similaire dans l'ouest du Kazakhstan et le nord de l' Iran . [4] [7] La ​​longueur de l'aile mâle est de 56,5 à 67 cm (22,2 à 26,4 po), avec une moyenne de 62 cm (24 po), et la longueur de l'aile femelle est de 61,5 à 71,2 cm (24,2 à 28,0 po), avec une moyenne de 67 cm (26 po). Les mâles pèsent de 2,8 à 4,6 kg (6,2 à 10,1 lb), avec une moyenne de 3,69 kg (8,1 lb), et les femelles pèsent de 3,8 à 6,7 kg (8,4 à 14,8 lb), avec une moyenne de 5,17 kg (11,4 lb). [4] [7]Le mâle de cette sous-espèce a une envergure de 1,89 à 2,15 m (6 pi 2 po à 7 pi 1 po), avec une moyenne de 2,02 m (6 pi 8 po), la plage d'envergure typique de la femelle étant de 2,12 à 2,2 m ( 6 pi 11 po à 7 pi 3 po), avec une moyenne de 2,16 m (7 pi 1 po). [25] C'est une sous-espèce de taille moyenne et c'est la plus pâle. Contrairement aux aigles royaux trouvés plus à l'est en Eurasie, les adultes de cette sous-espèce sont d'un brun doré fauve sur le dessus. La tache de la nuque est souvent de couleur dorée brillante et les plumes ici sont exceptionnellement longues. [5] [7] [43]
  • Aquila chrysaetos homeyeri Severtzov, 1888 - communément appelé l' aigle royal ibérique . Cette sous-espèce est présente dans la quasi-totalité de la péninsule ibérique ainsi que sur l'île de Crète , bien qu'elle soit absente du reste de l'Europe continentale. Il s'étend également en Afrique du Nord dans une étroite bande sous-côtière du Maroc à la Tunisie . Une population complètement isolée d'aigles royaux se trouve dans les montagnes Bale en Éthiopie , à la limite sud de l'aire de répartition mondiale de l'espèce. Bien que cette dernière population n'ait pas été formellement assignée à une sous-espèce, il y a une forte probabilité qu'elle appartienne àA. c. homeyeri . Cette sous-espèce s'étend également dans une grande partie de l'Asie Mineure , principalement la Turquie , par endroits au Moyen-Orient et dans la péninsule arabique jusqu'au nord du Yémen et à Oman jusqu'à ses limites orientales dans tout le Caucase , [44] une grande partie de l'Iran et du nord au sud-ouest du Kazakhstan . [4] [7] La ​​longueur de l'aile mâle est de 55 à 64,3 cm (21,7 à 25,3 po), avec une moyenne de 59 cm (23 po), et la longueur de l'aile femelle est de 60 à 70,5 cm (23,6 à 27,8 po), avec une moyenne de 64 cm (25 po). Le poids est de 2,9 à 6 kg (6,4 à 13,2 lb) sans rapports connus de masses moyennes.[4] [7] Cette sous-espèce a un plumage légèrement plus petit et plus foncé que la sous-espèce nominale, mais elle n'est pas aussi sombre que les aigles royaux trouvés plus à l'est. Le front et la calotte sont brun foncé, la tache de la nuque étant à plumes courtes et de couleur rouille relativement claire. [45]
  • Aquila chrysaetos daphanea Severtzov, 1888 - connu sous le nom d'aigle royal d'Asie, d'aigle royal de l'Himalaya ou de berkut . [12] Cette sous-espèce est distribuée dans le centre du Kazakhstan , l'est de l' Iran et le Caucase le plus à l'est , distribuée en Mandchourie et dans le centre de la Chine et le long de l'Himalaya du nord du Pakistan au Bhoutan et s'interrompant dans le nord-est du Myanmar (rarement jusqu'à l'extrême nord de l' Inde ). [4] [7] [46]Cette sous-espèce est la plus grande en moyenne. La longueur de l'aile mâle est de 60 à 68 cm (24 à 27 po), avec une moyenne de 64 cm (25 po), et la longueur de l'aile femelle est de 66 à 72 cm (26 à 28 po), avec une moyenne de 70 cm (28 po). Aucune fourchette de poids corporels n'est connue, mais les mâles pèseront environ 4,05 kg (8,9 lb) et les femelles 6,35 kg (14,0 lb). [4] [7] Bien que l'envergure de cette sous-espèce soit en moyenne de 2,21 m (7 pi 3 po), certains individus peuvent avoir des ailes beaucoup plus longues. [12] Une berkut femelle avait une envergure authentifiée de 2,81 m (9 pi 3 po), bien qu'elle soit un spécimen captif. [12]C'est généralement la deuxième sous-espèce la plus sombre, étant noirâtre sur le dos. Le front et la calotte sont sombres avec une calotte noirâtre près de l'extrémité de la calotte. Les plumes de la nuque et du haut du cou sont d'un riche brun-rouge. Les plumes de la nuque sont légèrement plus courtes que chez la sous-espèce nominale et sont de longueur similaire à A. c. homeyeri . [47] [48]
  • Aquila chrysaetos japonica Severtzov, 1888 - communément appelé l' aigle royal du Japon . Cette sous-espèce se trouve dans le nord du Japon (les îles de Honshu , Hokkaido et de manière discontinue à Kyushu ) et dans des parties indéfinies de la Corée . [4] [7]La longueur de l'aile mâle est de 58 à 59,5 cm (22,8 à 23,4 po), avec une moyenne de 59 cm (23 po), et la longueur de l'aile femelle est de 62 à 64,5 cm (24,4 à 25,4 po), avec une moyenne de 63 cm (25 po). Aucune fourchette de poids corporels n'est connue, mais les mâles pèseront environ 2,5 kg (5,5 lb) et les femelles 3,25 kg (7,2 lb). C'est, de loin, la sous-espèce la plus petite. C'est aussi le plus sombre, même les adultes étant d'un noir gris ardoisé sur le dos et la calotte et les juvéniles étant similaires, mais avec un plumage noir plus foncé contrastant avec la couleur brunâtre et des écailles blanches sur les ailes, le flanc et la queue. Cette sous-espèce a des plumes de nuque roux vif qui sont assez lâches et longues. Les aigles royaux japonais adultes conservent souvent de vastes marbrures blanches sur les toiles internes de la queue qui ont tendance à être plus typiques des aigles juvéniles d'autres sous-espèces. [4] [7]
  • Aquila chrysaetos canadensis ( Linnaeus , 1758 ) - communément appelé l' aigle royal nord-américain . Occupe toute l'aire de répartition de l'espèce en Amérique du Nord, qui comprend la grande majorité de l'Alaska , de l'ouest du Canada , de l'ouest des États-Unis et du Mexique . L'espèce se reproduit occasionnellement dans toutes les provinces canadiennes à l' exception de la Nouvelle-Écosse . Il est actuellement absent de l' est des États-Unis en tant qu'espèce se reproduisant à l'est d'une ligne allant du Dakota du Nord à l'extrême ouest du Nebraska et de l'Oklahoma jusqu'àL'ouest du Texas . Les limites sud de son aire de répartition se trouvent dans le centre du Mexique, de la région de Guadalajara à l'ouest à la région de Tampico à l'est; c'est "l'aigle mexicain" figurant sur les armoiries du Mexique . [49] C'est la sous-espèce avec la plus grande aire de reproduction et c'est probablement la sous-espèce la plus nombreuse, surtout si A. c. kamtschatica est inclus. [4] [7] La ​​longueur de l'aile mâle est de 59,1 à 64 cm (23,3 à 25,2 po), avec une moyenne de 61 cm (24 po), et la longueur de l'aile femelle est de 60,1 à 67,4 cm (23,7 à 26,5 po), avec une moyenne de 65 cm (26 po). [4] [7] [16] L'envergure moyenne des deux sexes est d'environ 2,04 m (6 pi 8 po).[5] Les mâles pèsent de 2,5 à 4,47 kg (5,5 à 9,9 lb), avec une moyenne de 3,48 kg (7,7 lb), et les femelles pèsent généralement de 3,6 à 6,4 kg (7,9 à 14,1 lb), avec une moyenne de 4,91 kg (10,8 lb). [4] [7] La ​​sous-espèce ne semble pas suivre la règle de Bergmann (la règle selon laquelle les organismes largement distribués sont plus gros et plus éloignés de l'équateur), car les spécimens des deux sexes de l'Idaho avaient un poids moyen de 4,22 kg (9,3 lb ) et où légèrement plus lourd que ceux de l'Alaska , avec un poids moyen de 3,76 kg (8,3 lb). [4] [5] Il est de taille moyenne, étant généralement de taille intermédiaire entre le nominé et A. c. homeyeri, mais avec beaucoup de chevauchement. Il est noirâtre à brun foncé sur le dos. Les longues plumes de la nuque et du haut du cou sont rouge rouille et légèrement plus étroites et plus foncées que chez la sous-espèce nominale. [7] [50]
  • Aquila chrysaetos kamtschatica Severtzov , 1888 - parfois appelé aigle royal de Sibérie ou aigle royal du Kamtchatka . Cette sous-espèce s'étend de la Sibérie occidentale (où le chevauchement avec A. c. Chrysaetos est probable), à ​​travers la majeure partie de la Russie, y compris l' Altay (débordant dans le nord de la Mongolie ), jusqu'à la péninsule du Kamtchatka et le district d'Anadyrsky . Cette sous-espèce est souvent incluse dans A. c. canadensis . [4] [7]La longueur de l'aile mâle est de 61,8 à 70,5 cm (24,3 à 27,8 po), avec une moyenne de 64 cm (25 po), et la longueur de l'aile femelle est de 65 à 72 cm (26 à 28 po), avec une moyenne de 69 cm (27 po). [51] Aucun poids n'est connu dans cette sous-espèce. [4] La coloration de ces aigles est presque exactement la même que chez A. c. canadensis . La principale différence est que cette sous-espèce est beaucoup plus grande en taille, étant presque égale à A. c. daphanea s'il va sur la longueur des ailes. [7]

Les plus grands aigles royaux du Pléistocène moyen de France (et peut-être d'ailleurs) sont référés à une paléosous -espèce Aquila chrysaetos bonifacti , et les énormes spécimens du Pléistocène supérieur de la grotte de Liko ( Crète ) ont été nommés Aquila chrysaetos simurgh (Weesie, 1988). [52] [53] [54] De même, un aigle royal ancestral, avec un crâne plus lourd et plus large, des ailes plus grandes et des pattes plus courtes par rapport aux oiseaux modernes, a été trouvé dans les fosses de goudron de La Brea au sud de la Californie . [55]

Habitat et répartition

Beinn Mhor sur l' île de Mull , en Écosse , est l'habitat typique de l'aigle royal : accidenté et montagneux.
Un adulte volant au-dessus des montagnes de l'Himalaya depuis le sanctuaire de Shingba Rhododendron au Sikkim , en Inde .

Les aigles royaux sont assez adaptables dans leur habitat mais résident souvent dans des zones avec quelques caractéristiques écologiques communes. Ils sont mieux adaptés à la chasse dans des zones ouvertes ou semi-ouvertes et les recherchent toute l'année. La végétation indigène semble les attirer et ils évitent généralement les zones développées de tout type, des régions urbaines aux régions agricoles ainsi que les régions fortement boisées. Dans les régions désolées (p. ex., le sud du Yukon ), elles peuvent se produire régulièrement sur les routes et les dépotoirs. [56]Le plus grand nombre d'aigles royaux se trouve aujourd'hui dans les régions montagneuses, de nombreux aigles effectuant la majorité de leur chasse et nidifiant sur des formations rocheuses. Cependant, ils ne sont pas uniquement liés aux hautes altitudes et peuvent se reproduire dans les basses terres si les habitats locaux sont adaptés. Vous trouverez ci-dessous des descriptions plus détaillées des habitats occupés par les aigles royaux dans les deux continents où ils se trouvent. [4]

Eurasie

Portrait d'un aigle royal près des Alpes

Dans la frange arctique de l'Eurasie, les aigles royaux se trouvent le long du bord de la toundra et de la taïga de la péninsule de Kola à Anadyr en Sibérie orientale , nichant dans les forêts et chassant dans les landes arctiques voisines . La végétation typique est une forêt de mélèzes rabougrie et fragmentée fusionnant avec des broussailles basses de bouleaux et de saules et diverses landes. Dans le climat maritime rocheux, humide et venteux de l' Écosse , de l' Irlande et de l'ouest de la Scandinavie , l'aigle royal vit dans les montagnes. Ces zones comprennent les prairies des hautes terres, les tourbières de couverture et les landes subarctiques , mais aussi les forêts fragmentées et les lisières des forêts , y compris les forêts boréales . En Europe occidentale, l'habitat de l'aigle royal est dominé par des prairies ouvertes et accidentées, des landes et des tourbières, ainsi que des crêtes rocheuses, des éperons, des rochers , des éboulis , des pentes et de grands plateaux. En Suède , en Finlande , dans les États baltes , en Biélorussie et dans presque toute la distribution en Russie jusqu'à l' océan Pacifique , les aigles royaux sont rares dans la forêt de la taïga des basses terres . Ces zones sont dominées par des peuplements de conifères tels que le pin, mélèzes et épicéas , parfois complétés par des peuplements de bouleaux et d' aulnes dans le sud de la Scandinavie et les États baltes. Il s'agit d'un pays largement marginal pour les aigles royaux et ils se produisent là où le couvert forestier est mince et jouxte un habitat ouvert. L'habitat de la taïga de l'aigle royal consiste généralement en de vastes formations de tourbières causées par des sols mal drainés. En Europe centrale, les aigles royaux se trouvent aujourd'hui presque exclusivement dans les principales chaînes de montagnes, telles que les Pyrénées , les Alpes , les Carpates et le Caucase . Ici, l'espèce niche près de la limite des arbres et chasse les pâturages subalpins et alpins, prairies et landes au-dessus. Les aigles royaux sont également présents dans des habitats modérément montagneux le long de la mer Méditerranée , de la péninsule ibérique et des montagnes de l' Atlas au Maroc , à la Grèce , la Turquie et l ' Irak . Cette zone est caractérisée par des montagnes basses, une végétation de maquis méditerranéen et des forêts claires sub-tempérées. La végétation locale de pins et de chênes , avec une variété d' arbustes sclérophylles , est bien adaptée aux sécheresses estivales prolongées. De la Turquie et du sud de la mer Caspienne aux contreforts duMontagnes de l'Hindu Kush en Afghanistan , l'habitat typique de l'aigle royal est constitué de chaînes de montagnes désertiques tempérées entourées de paysages de steppe entrecoupés de forêts. Ici le climat est plus froid et plus continental qu'autour de la Méditerranée. Les aigles royaux occupent les chaînes alpines des montagnes de l' Altaï et des montagnes du Pamir jusqu'au Tibet , dans le grand massif himalayen , et au Xinjiang , en Chine , où ils occupent la chaîne du Tien Shan . [ citation nécessaire ]Dans ces chaînes de montagnes, l'espèce vit souvent à de très hautes altitudes, vivant au-dessus de la limite des arbres à plus de 2 500 m (8 200 pieds), nichant souvent dans des éboulis rocheux et chassant dans les prairies adjacentes. Au Tibet, les aigles royaux habitent de hautes crêtes et passent dans le bassin versant de la rivière Lhassa , où ils rejoignent régulièrement des groupes de vautours himalayens planants ( Gyps himalayensis ). [57] Un aigle royal a été enregistré tournant à 6 190 m (20 310 pieds) au-dessus du niveau de la mer à Khumbu en mai 1975. [58] Dans les montagnes du Japon et de la Corée, l'aigle royal occupe des bois de broussailles à feuilles caduques et des peuplements en forme de tapis de Pin nain de Sibérie ( Pinus pumila) qui se fondent dans les prairies et les landes alpines. L'aigle royal est présent dans les montagnes du plateau d'Adrar en Mauritanie au nord du Yémen et d'Oman , où l' habitat désertique est en grande partie dépourvu de végétation mais offre de nombreux plateaux rocheux pour soutenir à la fois les aigles et leurs proies. En Israël , leur habitat est principalement constitué de pentes rocheuses et de larges zones d' oueds , principalement dans le désert et dans une moindre mesure dans les climats semi-désertiques et méditerranéens, s'étendant aux zones ouvertes. [59] En Afrique du Nord-Est, l'habitat est souvent d'un caractère clairsemé et désertique et est assez similaire à l'habitat du Moyen-Orient et de la péninsule arabique. Dans les montagnes de Bale en Éthiopie , où la végétation est plus luxuriante et le climat nettement moins aride qu'en Afrique du Nord-Est, l'aigle royal occupe des montagnes verdoyantes. [4]

Amérique du Nord

Les biomes occupés par les aigles royaux sont à peu près concurrents avec ceux de l'Eurasie. Dans l'ouest et le nord de l' Alaska et le nord du Canada jusqu'à la péninsule d'Ungava au Québec , les aigles occupent la frange arctique de l'Amérique du Nord (l'espèce ne s'étend pas dans la véritable toundra de l'Extrême-Arctique), où la canopée ouverte cède la place à des landes à arbustes nains avec linaigrettes. et la toundra à buttes . Dans les zones enclavées du subarctique, les aigles royaux sont de loin le plus grand rapace. De la chaîne de l'Alaska à Washington et à l' Oregon , on le trouve souvent dans les hautes montagnes au-dessus de la limite des arbres .ou sur les falaises et les falaises le long des vallées fluviales sous la limite des arbres. [60] [61] Dans l'État de Washington, les aigles royaux peuvent être trouvés dans des sections coupées à blanc de zones forestières de conifères autrement denses avec relativement peu de précipitations annuelles. [62] De l'est des montagnes Rocheuses canadiennes aux montagnes du Labrador, l'aigle royal se trouve en petit nombre dans les tourbières de la forêt boréale et les zones boisées mixtes similaires . Dans les contreforts des montagnes Rocheuses aux États-Unis se trouvent des plaines et des prairies où les aigles royaux sont répandus, en particulier là où la présence humaine est faible. Ici, les prairies sur les collines basses et les plaines plates sont typiques, interrompues seulement parles peuplements de peupliers autour des vallées fluviales et des zones humides où les aigles peuvent construire leurs nids. Les aigles royaux occupent également le Grand Bassin désertique du sud de l' Idaho au nord de l' Arizona et au Nouveau-Mexique . Dans cet habitat, les arbres sont généralement absents autres que les genévriers , la végétation étant dominée par l' armoise ( Artemisia ) et d'autres espèces d'arbustes bas. Bien que la végétation varie un peu plus, un habitat similaire est occupé par des aigles royaux au Mexique. [63] [64] [65] Cependant, les aigles royaux sont généralement absents en Amérique du Nord des vrais déserts, comme leDésert de Sonora , où les précipitations annuelles sont inférieures à 20 cm (7,9 po). [66] Les aigles royaux occupent les montagnes et les zones côtières de la Californie et de la Basse-Californie au Mexique où les étés chauds et secs et les hivers humides sont typiques. Ici, les aigles royaux nichent souvent dans les bois de chaparral et de chênes , la savane de chênes et les prairies parmi les collines basses caractérisées par une végétation diversifiée. [67] Dans l'est des États-Unis, l'espèce se reproduisait autrefois largement dans le plateau des Appalaches près des brûlures , des marais ouverts , des prairies , des tourbières etlacs . [68] [69] Dans l'est de l'Amérique du Nord, l'espèce se reproduit encore dans la péninsule gaspésienne , au Québec . Jusqu'en 1999, un couple d'aigles royaux était encore connu pour nicher dans le Maine , mais on pense maintenant qu'il est absent en tant qu'oiseau nicheur de l' est des États-Unis . [4] Les aigles royaux qui se reproduisent dans l'est du Canada hivernent sur des champs d'herbe et de bruyère de montagne dans la région du plateau des Appalaches, en particulier en Pennsylvanie , à New York , en Virginie-Occidentale , au Maryland et en Virginie . La plupart des observations dans l' est des États-Unissont récemment concentrées à l'intérieur ou le long de la frontière sud-ouest du plateau des Appalaches (30 % des mentions) et dans la région physiographique de la plaine côtière (33 % des mentions). [70]

Bien qu'ils nichent régulièrement dans les tourbières marécageuses de la forêt boréale, les aigles royaux ne sont généralement pas associés aux zones humides et, en fait, ils peuvent être trouvés près de certains des endroits les plus arides de la planète. Dans la population hivernante de l'est des États-Unis, cependant, ils sont souvent associés à des vallées fluviales escarpées, des réservoirs et des marais dans les zones intérieures ainsi qu'à des marais estuariens, des îles-barrières, des zones humides gérées, des sons et des embouchures de grands systèmes fluviaux dans les zones côtières. . Ces zones humides sont attrayantes en raison de la prédominance d'une végétation ouverte, de grandes concentrations de proies et de l'absence générale de perturbation humaine. [70] Dans le Midwest des États-Unis, ils ne sont pas rares en hiver près des réservoirset les refuges fauniques qui offrent des possibilités d'alimentation aux concentrations de sauvagine. [71]

Alimentation

Les aigles royaux chassent généralement pendant les heures de clarté, mais ont été enregistrés en train de chasser d'une heure avant le lever du soleil à une heure après le coucher du soleil pendant la saison de reproduction dans le sud-ouest de l'Idaho . [72] Le taux de réussite de la chasse des aigles royaux a été calculé dans l'Idaho, montrant que, sur 115 tentatives de chasse, 20 % ont réussi à se procurer des proies. [73] Un aigle royal adulte a besoin d'environ 230 à 250 g (8,1 à 8,8 oz) de nourriture par jour, mais dans la vie de la plupart des aigles, il y a des cycles de festin et de famine, et les aigles sont connus pour se passer de nourriture pendant jusqu'à une semaine, puis gorgez-vous jusqu'à 900 g (2,0 lb) en une seule séance. [5]

Activité et mouvements

En Espagne , les aigles royaux comme celui-ci dans la province d'Ávila sont sédentaires.

Malgré les manières spectaculaires dont ils se nourrissent et interagissent avec les rapaces de leur propre espèce et d'autres espèces, la vie quotidienne des aigles royaux est souvent plutôt calme. Dans l'Idaho , on a observé que des aigles royaux mâles adultes restaient éveillés sur un perchoir pendant en moyenne 78 % de la lumière du jour, tandis que les femelles adultes étaient assises sur un nid ou perchées pendant une moyenne de 85 % de la journée. [74] Pendant le pic de l'été dans l'Utah , la chasse et les vols territoriaux ont eu lieu principalement entre 9h00 et 11h00 et 16h00 et 18h00, les 15 heures restantes de la lumière du jour étant passées à se percher ou à se reposer. [25] Lorsque les conditions sont fortement anticycloniques , il y a moins de montée en flèche pendant la journée. [4]Pendant l'hiver en Écosse, les aigles royaux planent fréquemment afin de scanner l'environnement à la recherche de charognes. [4] Dans les environnements plus boisés de la Norvège pendant l'automne et l'hiver, beaucoup moins d'activité aérienne est signalée, puisque les aigles ont tendance à éviter la détection en chassant activement les contours plutôt qu'en recherchant des charognes. [75] On pense que les aigles royaux dorment une grande partie de la nuit. Bien qu'ils soient généralement très solitaires en dehors du lien entre les couples reproducteurs, un temps exceptionnellement froid en hiver peut amener les aigles à baisser leur garde habituelle et à se percher ensemble. La plus grande congrégation connue d'aigles royaux a été observée lors d'une nuit d'hiver extrêmement froide dans l'est de l'Idaho, lorsque 124 individus ont été observés perchés étroitement le long d'une ligne de 85 poteaux électriques. [76]

Migration

La plupart des populations d'aigles royaux sont sédentaires, mais l'espèce est en fait un migrant partiel . Les aigles royaux sont des espèces très robustes, bien adaptées aux climats froids, mais ils ne peuvent pas supporter le déclin des sources de nourriture disponibles dans les parties nord de leur aire de répartition. Les aigles élevés à des latitudes supérieures à 60° N sont généralement migrateurs, bien qu'une courte migration puisse être interrompue par ceux qui se reproduisent ou éclosent à environ 50° N. [77] Pendant la migration, ils utilisent souvent un vol plané plutôt qu'un vol motorisé. . [77] En Finlande , la plupart des juvéniles bagués se déplacent entre 1 000 et 2 000 km (620 et 1 240 mi) plein sud, tandis que les adultes restent localement pendant l'hiver. Plus à l'est, les conditions sont trop dures même pour les adultes territoriaux hivernants.[4] Les aigles royaux qui se reproduisent de la péninsule de Kola à Anadyr dans l' Extrême-Orient russe migrent vers le sud pour hiverner dans lessteppes russes et mongoles et dans les plaines de Chine du Nord . Les paysages plats et relativement ouverts de ces régions abritent relativement peu d'aigles royaux nicheurs résidents. [78] De même, toute la population d'aigles royaux du nord et du centre de l'Alaska et du nord du Canada migre vers le sud. Au mont Lorette en Alberta , environ 4 000 aigles royaux peuvent passer au cours de l'automne, la plus grande migration enregistrée d'aigles royaux sur terre. [79]Ici, les chaînes de montagnes sont relativement modérées et cohérentes, donc fiables pour les thermiques et les courants ascendants qui ont rendu possible la migration sur de longues distances. [79] Les oiseaux éclos dans le parc national de Denali en Alaska ont parcouru de 818 à 4 815 km (508 à 2 992 mi) jusqu'à leurs aires d'hivernage dans l'ouest de l'Amérique du Nord. [77] Ces migrants de l'Ouest peuvent passer l'hiver n'importe où, du sud de l' Alberta et du Montana au Nouveau-Mexique et à l'Arizona et de la Californie intérieure au Nebraska . Adultes qui se sont reproduits dans la région du nord-est de la baie d'Hudson au Canadaatteint leurs aires d'hivernage, qui vont du centre du Michigan au sud de la Pennsylvanie au nord-est de l'Alabama , en 26 à 40 jours, avec des dates d'arrivée de novembre à début décembre. [80] Les dates de départ des aires d'hivernage sont variables. Dans le sud-ouest du Canada, ils quittent leurs aires d'hivernage entre le 6 avril et le 8 mai (la moyenne étant le 21 avril); dans le sud-ouest de l'Idaho, les oiseaux hivernants partent du 20 mars au 13 avril (moyenne du 29 mars); et dans le sud-ouest des États-Unis , les oiseaux hivernants peuvent partir début mars. [4] [77] [81]Ailleurs dans l'aire de reproduction de l'espèce, les aigles royaux (c'est-à-dire ceux qui se reproduisent dans l'ouest des États-Unis contigus, dans toute l'Europe sauf pour le nord de la Scandinavie, l'Afrique du Nord et toute l'Asie sauf pour le nord de la Russie) ne sont pas migrateurs et ont tendance à rester à distance de frappe de leurs territoires de reproduction tout au long de l'année. [7] En Écosse, parmi tous les aigles royaux bagués récupérés (36 sur 1000, les autres sont pour la plupart morts ou ont disparu), la distance moyenne entre le baguage et la récupération était de 44 km (27 mi), avec une moyenne de 63 km (39 mi) chez les juvéniles et 36 km (22 mi) chez les oiseaux plus âgés. [4] Dans le sud-ouest sec des États-Unis , les aigles royaux ont tendance à se déplacer vers des altitudes plus élevées une fois la saison de reproduction terminée. [30] DansEn Afrique du Nord , les populations se reproduisant à des latitudes plus basses, comme le Maroc, sont pour la plupart sédentaires, bien que certaines se dispersent occasionnellement après la reproduction dans des zones en dehors de l'aire de reproduction normale. [82]

Territorialité

Deux aigles royaux dans un conflit aérien au-dessus de leurs domaines vitaux, l'oiseau supérieur étant clairement un juvénile.

On pense que la territorialité est la principale cause d'interactions et de confrontations entre aigles royaux non appariés. Les aigles royaux conservent certains des plus grands domaines vitaux (ou territoires) connus de toutes les espèces d'oiseaux, mais il existe une grande variation de la taille du domaine vital à travers l'aire de répartition, peut-être dictée par l'abondance de nourriture et la préférence d'habitat. Les domaines vitaux dans la majeure partie de la gamme peuvent varier de 20 à 200 km 2 (7,7 à 77,2 milles carrés). [83] Dans le comté de San Diego en Californie , les domaines vitaux variaient de 49 à 137 km 2 (19 à 53 milles carrés), avec une moyenne de 93 km 2 (36 milles carrés). [84]Cependant, certains domaines vitaux ont été beaucoup plus petits, comme dans le sud-ouest de l'Idaho où, peut-être en raison d'une abondance de lièvres, des domaines vitaux aussi petits que 4,85 km 2 (1,87 milles carrés) sont maintenus. [64] Les plus petits domaines vitaux connus enregistrés pour les aigles royaux se trouvent dans les montagnes de Bale en Éthiopie, où ils varient de 1,5 à 9 km 2 (0,58 à 3,47 milles carrés). [85] 46% des parades ondulantes dans le Montana se sont produites peu de temps après que les aigles juvéniles aient quitté l'aire de répartition de leurs parents, ce qui suggère que certains résidents défendent et maintiennent des territoires toute l'année. [86] Ailleurs, il est indiqué que les domaines vitaux sont moins strictement entretenus pendant l'hiver, mais les terrains de chasse sont fondamentalement exclusifs. [4]En Israël et en Écosse, les rencontres agressives ont culminé de l'hiver jusqu'à juste avant la ponte et étaient moins fréquentes pendant la saison de nidification. [4] [87] Les écrans de menace incluent un vol ondulant et un vol de battement direct agressif avec des coups vers le bas exagérés. [26] La plupart des parades d'aigles royaux matures (67 % pour les mâles et 76 % pour les femelles) se produisent, plutôt qu'autour du nid, au bord de leurs domaines vitaux. [74] Dans l'ouest de la Norvège, la plupart des parades de vol ondulantes enregistrées se produisent pendant la période de pré-ponte à la fin de l'hiver/au début du printemps. [75] Les vols de démonstration semblent être déclenchés par la présence d'autres aigles royaux. [4]L'utilisation de vols de démonstration présente un avantage évident en ce sens qu'elle réduit le besoin d'affrontements physiques, qui peuvent être fatals. [74] Habituellement, les oiseaux non reproducteurs sont traités de manière agressive par l'aigle royal qui maintient son domaine vital, normalement chassé jusqu'à la limite apparente du domaine mais sans contact physique réel. [4] Le vol territorial de l'aigle royal adulte est parfois précédé ou suivi d'intenses épisodes de parades ondulantes. L'envahisseur répond souvent en se retournant et en présentant des serres à l'agresseur. Rarement, les deux aigles verrouillent leurs serres et dégringolent dans les airs; tombent parfois plusieurs tours et dans certains cas même dégringolent au sol avant de relâcher leur emprise. [75] [88]Dans certaines parties des Alpes, la population d'aigles royaux a atteint le point de saturation dans un habitat approprié et des affrontements apparemment violents sont plus fréquents que dans d'autres parties de l'aire de répartition. [89] Les aigles royaux peuvent exprimer leur agressivité via le langage corporel lorsqu'ils sont perchés, généralement la femelle adulte lorsqu'elle est confrontée à un aigle intrus : la tête et le corps sont droits, les plumes de la tête et du cou sont dressées ; les ailes peuvent être légèrement déployées et le bec ouvert; souvent accompagnée d'un regard intense. Ils s'engagent alors souvent dans une posture similaire avec les ailes déployées et orientées vers la menace; se balançant parfois sur la queue et même se renversant sur le dos avec les serres étendues vers le haut comme défense. Un tel comportement peut s'accompagner d'un claquement d'aile contre l'intrus menaçant. [26]Lorsqu'il est approché par un intrus, l'aigle en défense se détourne, écarte partiellement la queue, baisse la tête et reste immobile; les adultes sur le nid peuvent baisser la tête et "se figer" lorsqu'ils sont approchés par une personne ou un hélicoptère. [26] Les femelles en Israël se sont montrées plus que les mâles et surtout contre les intrus interspécifiques ; les mâles s'exhibaient apparemment principalement dans le cadre de la parade nuptiale. [87] Cinq de 7 rencontres agressives aux carcasses pendant l'hiver en Norvège ont été gagnées par les femelles; dans 15 des 21 conflits, le jeune oiseau dominait un congénère plus âgé. [90] Cependant, les aigles juvéniles évidents (apparents aux aigles adultes en raison de la quantité de blanc sur leurs ailes et leur queue) sont parfois autorisés à pénétrer profondément dans le domaine vital d'un couple et toutes les parties s'ignorent généralement.[91] [92] Dans le Dakota du Nord , il a été vérifié que les aigles parents n'étaient pas agressifs envers leurs propres petits après la période de nidification et certains juvéniles sont restés sur le territoire de leurs parents jusqu'à leur 2e printemps, puis sont partis de leur propre chef. [93]

la reproduction

Eyrie (en creux au centre gauche) dans la vallée de la Siagne de la Pare , Alpes-Maritimes , France
Aquila chrysaetos - MHNT

Les aigles royaux s'accouplent généralement pour la vie. Un couple reproducteur se forme lors d'une parade nuptiale. Cette parade nuptiale comprend des parades ondulantes des deux dans le couple, l'oiseau mâle ramassant un morceau de roche ou un petit bâton, et le laissant tomber seulement pour entrer dans un plongeon raide et l'attraper en l'air, en répétant la manœuvre 3 ou plus fois. La femelle prend une motte de terre et la laisse tomber et l'attrape de la même manière. [4] [50] Les aigles royaux construisent généralement plusieurs aires sur leur territoire (préférant les falaises) et les utilisent alternativement pendant plusieurs années. Leurs aires de nidification se caractérisent par l'extrême régularité de l'espacement des nids. [94]Le moment de l'accouplement et de la ponte de l'aigle royal est variable selon la localité. La copulation dure normalement 10 à 20 secondes. L'accouplement semble avoir lieu environ 40 à 46 jours avant la ponte initiale. [4] Le poussin d'aigle royal peut être entendu de l'intérieur de l'œuf 15 heures avant qu'il ne commence à éclore. Une fois que la première puce est détachée de l'œuf, il n'y a pas d'activité pendant environ 27 heures. L'activité d'éclosion s'accélère et la coquille est brisée en 35 heures. Le poussin est complètement libre en 37 heures. [26]

Au cours des 10 premiers jours, les poussins se couchent principalement sur le substrat du nid. [26] Ils sont capables de se lisser le deuxième jour mais leurs parents les gardent au chaud jusqu'à environ 20 jours. [4] Ils grandissent considérablement, pesant environ 500 g (1,1 lb). [95] Ils commencent également à s'asseoir davantage. [26] Vers l'âge de 20 jours, les poussins commencent généralement à se tenir debout, ce qui devient la position principale au cours des 40 jours suivants. [26] Le duvet blanchâtre continue jusqu'à environ 25 jours d'âge, moment auquel il est progressivement remplacé par des plumes de contour sombres qui éclipsent le duvet et les oiseaux atteignent une apparence générale pie . [4]Après l'éclosion, 80 % des aliments et 90 % de la biomasse alimentaire sont capturés et apportés au nid par le mâle adulte. L'envol se produit entre 66 et 75 jours dans l'Idaho et entre 70 et 81 jours en Écosse. La première tentative de vol après l'envol peut être abrupte, les jeunes sautant et utilisant une série de battements d'ailes courts et raides pour glisser vers le bas ou être soufflés hors du nid en battant des ailes. 18 à 20 jours après le premier envol, les jeunes aigles prendront leur premier vol circulaire, mais ils ne peuvent pas prendre de hauteur aussi efficacement que leurs parents avant environ 60 jours après l'envol. En Cumbrie, de jeunes aigles royaux ont été vus pour la première fois en train de chasser de grosses proies 59 jours après leur envol. 75 à 85 jours après l'envol, les jeunes étaient largement indépendants des parents. En général, le succès de la reproduction semble être le plus élevé là où les proies sont disponibles en abondance. [4]

Longévité

Les aigles royaux sont des oiseaux qui vivent assez longtemps dans des conditions naturelles s'ils survivent à leurs premières années. Le taux de survie des oiseaux rapaces a tendance à augmenter avec une taille corporelle plus grande, avec une perte annuelle de 30 à 50 % du taux de population chez les petits faucons/accipiters, une perte de 15 à 25 % du taux de population chez les faucons de taille moyenne (par exemple, Buteo s ou cerfs-volants) et un taux de perte de 5 % ou moins chez les aigles et les vautours. Le plus ancien aigle royal sauvage connu était un oiseau bagué en Suède qui a été récupéré 32 ans plus tard. [4] L'aigle royal sauvage connu ayant la plus longue durée de vie en Amérique du Nord était de 31 ans et 8 mois. [96] L'aigle royal captif connu le plus ancien, un spécimen en Europe, a survécu jusqu'à 46 ans. [97] Le taux de survie annuel estimé des adultes surl'île de Skye en Écosse est d'environ 97,5 %. [98] Lorsque cela est extrapolé à une durée de vie estimée, cela donne 39 ans et demi comme moyenne pour les aigles royaux adultes dans cette région, ce qui est probablement une estimation beaucoup trop élevée. [4] Les taux de survie sont généralement beaucoup plus faibles chez les aigles juvéniles que chez les aigles adultes. Dans les Rocheuses occidentales , 50% des aigles royaux bagués dans le nid sont morts à l'âge de 2 ans et demi et environ 75% sont morts à l'âge de 5 ans. [99]Près d'une installation éolienne dans le centre-ouest de la Californie, les taux de survie estimés, basés sur la télémétrie conventionnelle de 257 individus, étaient de 84% pour les aigles de première année, 79% pour les 1 à 3 ans et les flotteurs adultes et 91% pour éleveurs; sans différence de taux de survie entre les sexes. [67] Les taux de survie peuvent être inférieurs pour les populations migrantes d'aigles royaux. [100] Un taux de survie de 19 à 34% a été estimé pour les aigles juvéniles du parc national de Denali au cours de leurs 11 premiers mois. [100] L'espérance de vie moyenne des aigles royaux en Allemagne est de 13 ans, extrapolée à partir d'un simple taux de survie de 92,5 %. [101]

Mortalité naturelle

Les sources naturelles de mortalité sont largement rapportées dans des anecdotes. En de rares occasions, des aigles royaux ont été tués par des prédateurs concurrents ou en chassant des mammifères carnivores, y compris les attaques susmentionnées de carcajou, de léopard des neiges, de couguar, d'ours brun et de pygargue à queue blanche. La plupart des attaques compétitives entraînant la mort se produisent probablement dans les serres d'autres aigles royaux. Les oisillons et les oisillons sont plus susceptibles d'être tués par un autre prédateur que les juvéniles et les adultes en vol libre. On soupçonne que les nids d'aigles royaux peuvent être plus fréquemment attaqués par d'autres prédateurs (en particulier les oiseaux, qui sont souvent les seuls autres grands animaux qui peuvent accéder à un nid d'aigle royal sans l'aide d'équipement d'escalade artificiel) dans les zones où les aigles royaux sont régulièrement dérangés au nid par les humains.[4] Cependant, il n'y a aucun récit confirmé de prédation par d'autres espèces d'oiseaux sur les nids d'aigles royaux. [4] Parfois, les aigles royaux peuvent être tués par leur proie en état de légitime défense. Il y a un récit d'un aigle royal mourant des piquants d'un porc-épic nord-américain ( Erethizon dorsatum ) qu'il avait tenté de chasser. [102] Sur l' île de Rùm en Écosse, il y a quelques cas de cerfs rouges piétinant des aigles royaux à mort, probablement le résultat d'une biche ayant intercepté un oiseau qui essayait de tuer un faon. [103] Bien que généralement bien surpassés par le prédateur, d'autres grands oiseaux peuvent parfois mener un combat formidable contre un aigle royal. Une tentative de capture d'ungrand héron bleu par un aigle royal a entraîné la mort des deux oiseaux des suites de blessures subies lors du combat qui a suivi. [104] Il y a au moins un cas en Écosse d'un aigle royal mourant après avoir été "huilé" par un fulmar boréal , un oiseau dont la principale défense contre les prédateurs est de dégorger une sécrétion huileuse qui peut inhiber la capacité du prédateur à voler. [105] Parmi les sources naturelles de décès, la famine est probablement sous-déclarée. 11 des 16 aigles juvéniles morts qui avaient éclos dans le parc national de Denali étaient morts de faim. [100] Sur 36 décès d'aigles royaux dans l'Idaho, 55 % étaient peut-être attribuables à des causes naturelles, en particulier 8 (26 %) à des traumatismes inconnus, 3 (10 %) à des maladies et 6 (19 %) à des causes inconnues.[106] Sur 266 décès d'aigles royaux en Espagne, seuls 6% étaient de causes inconnues qui ne pouvaient pas être directement attribuées aux activités humaines. [107] Le choléra aviaire causé par une bactérie ( Pasteurella multocida ) infecte les aigles qui mangent des oiseaux aquatiques morts de la maladie. Le protozoaire Trichomonas sp. a causé la mort de quatre oisillons lors d'une étude sur des aigles royaux sauvages dans l'Idaho. [108] Plusieurs autres maladies qui contribuent aux décès d'aigles royaux ont été examinées au Japon. [109] Un aigle captif est mort de deux tumeurs malignes - une dans le foie et une dans le rein. [110]

Permis de tuer

En décembre 2016, le US Fish and Wildlife Service a proposé d'autoriser les entreprises de production d'électricité éolienne à tuer des aigles royaux sans pénalité, à condition que «les entreprises prennent des mesures pour minimiser les pertes». S'ils étaient délivrés, les permis dureraient 30 ans, soit six fois les permis actuels de 5 ans. [111] [112]

Dans la culture humaine

Illustration des années 1870 de fauconniers burkut au Kazakhstan

Les êtres humains ont été fascinés par l'aigle royal dès le début de l'histoire enregistrée. La plupart des premières cultures enregistrées considéraient l'aigle royal avec révérence. Dans la Méso -Amérique préhispanique , l'aigle était un symbole majeur des Mexicas ( aztèques ) : le dieu tribal et solaire, Huitzilopochtli , avait dit à son peuple que lorsqu'il voyait le soleil (c'est-à-dire Huitzilopochtli) sous la forme d'un aigle perché sur un cactus dont le fruit était rouge et en forme de cœur humain, ils devaient y construire leur ville, Tenochtitlan . La scène - représentée sur une sculpture bien connue, dans les premiers manuscrits et sur le drapeau mexicain actuel - avait sûrement une signification astronomique et géomantique, ainsi que mythologique. [113]

Ce n'est qu'après la révolution industrielle , lorsque la chasse sportive s'est généralisée et que l'élevage commercial est devenu courant au niveau international, que les humains ont commencé à considérer largement les aigles royaux comme une menace pour leurs moyens de subsistance. Cette période a également amené les armes à feu et les poisons industrialisés, ce qui a permis aux humains de tuer facilement les oiseaux évasifs et puissants.

En 2017, l'armée française a formé des aigles royaux pour attraper des drones. [114]

Statut et conservation

À une certaine époque, l'aigle royal vivait dans une grande majorité de l' Europe tempérée , de l' Asie du Nord , de l'Amérique du Nord , de l' Afrique du Nord et du Japon . Bien que répandus et assez sûrs dans certaines régions, dans de nombreuses parties de l'aire de répartition, les aigles royaux ont connu de fortes baisses de population et ont même disparu de certaines régions. Le nombre d'aigles royaux de toute l'aire de répartition est estimé entre 170 000 et 250 000 tandis que les estimations de couples reproducteurs vont de 60 000 à 100 000. [4] [115] Il a la plus grande gamme connue de n'importe quel membre de sa famille, avec une gamme estimée à 140 millions de kilomètres carrés. Si son ordre taxonomiqueest considéré, c'est la deuxième espèce la plus répandue après seulement le balbuzard pêcheur ( Pandion haliaetus ). [2] [116] Peu d'autres espèces d'aigles sont aussi nombreuses, bien que certaines espèces comme l'aigle fauve, l'aigle à queue en coin et le pygargue à tête blanche aient des populations totales estimées d'une taille similaire à celle de l'aigle royal malgré leurs distributions plus restreintes. [5] [7] L'aigle le plus peuplé du monde est peut-être l' aigle pêcheur africain ( Haliaeetus vocifer ), qui a une population totale stable estimée à 300 000 et se trouve uniquement en Afrique . [5] [117]À l'échelle mondiale, l'aigle royal n'est pas considéré comme menacé par l' UICN . [2]

Les références

  1. ^ "Aquila chrysaetos Linnaeus 1758 (aigle royal)" (PBDB) . Base de données de paléobiologie .
  2. ^ un bc BirdLife International (2016). " Aquila chrysaetos " . Liste rouge de l'UICN des espèces menacées . 2016 : e.T22696060A93541662. doi : 10.2305/IUCN.UK.2016-3.RLTS.T22696060A93541662.en . Récupéré le 11 novembre 2021 .
  3. ^ "Appendices | CITES" . cites.org . Récupéré le 14 janvier 2022 .
  4. ^ un b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar comme au Watson , Jeff (2010). L'Aigle royal . A&C Noir. ISBN 978-1-4081-1420-9.
  5. ^ un bcd e f g h i j k l m Brown , Leslie ; Amadon, doyen (1986). Aigles, faucons et faucons du monde . Wellfleet. ISBN 978-1555214722.
  6. ^ "L'aigle d'or, l'histoire de la vie" . Tout sur les oiseaux . Laboratoire Cornell d'ornithologie. 2009 . Récupéré le 26 décembre 2010 .
  7. ^ un bcd e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae Ferguson - Lees, James; En ligneChristie, David A. (2001). Rapaces du monde . Houghton Mifflin Harcourt. ISBN 0-618-12762-3.
  8. ^ Peterson, Roger conservateur (1998). Un guide de terrain sur les oiseaux de l'Ouest : un tout nouveau guide sur les marques de terrain de toutes les espèces trouvées en Amérique du Nord à l'ouest du 100e méridien et au nord du Mexique . Houghton Mifflin Harcourt. p. 180–. ISBN 978-0-395-91174-7.
  9. ^ Guide de terrain National Geographic sur les oiseaux d'Amérique du Nord (4e éd.). 2002. ISBN 978-0-79226-877-2.
  10. ^ un b Terres, John K. (1980). "Aigle en or". L'encyclopédie de la société Audubon des oiseaux nord-américains . New York : Alfred A. Knopf . p. 478. ISBN 0-517-03288-0.
  11. ^ de Hoyo, J; Elliot, A; Sargatal, J (1996). Manuel des oiseaux du monde . Vol. 3. Barcelone : Lynx Edicions . ISBN 84-87334-20-2.
  12. ^ un bcdefg Wood , Gerald ( 1983 ). Le livre Guinness des faits et exploits sur les animaux . Enfield, Middlesex : Superlatifs Guinness. ISBN 978-0-85112-235-9.
  13. ^ "Golden Eagle peut établir un record" . Newwest . Récupéré le 26 juin 2015 .
  14. ^ Sagip Eagle Archivé le 28 septembre 2013 à la Wayback Machine . Gbgm-umc.org. Consulté le 2012-08-22.
  15. ^ "Oiseaux d'Amérique du Nord en ligne - Oiseaux d'Amérique du Nord en ligne" . Bna.birds.cornell.edu . Récupéré le 8 novembre 2012 .
  16. ^ un b Bortolotti, GR (1984). "Variation de taille d'âge et de sexe chez les Golden Eagles". Journal d'ornithologie de terrain . 55 (1): 54–66. JSTOR 4512857 . 
  17. ^ Fowler, JM; Cope, JB (1964). "Notes sur l'aigle harpie en Guyane britannique". Pingouin . 81 (3): 257-273. doi : 10.2307/4082683 . JSTOR 4082683 . 
  18. ^ Nye, Peter. "Voyage North Bald Eagles" . Voyage vers le Nord . Récupéré le 22 avril 2013 .
  19. ^ Clark, William S.; Wheeler, Brian K. (2001). Un guide de terrain pour les faucons d'Amérique du Nord . New York : Houghton Mifflin Company . p. 241.ISBN _ 0-395-67067-5.
  20. ^ un bcd Jollie , Malcolm (1947). "Changements de plumage chez l'aigle royal" (PDF) . Pingouin . Union des ornithologues américains. 64 (4): 549-576. doi : 10.2307/4080715 . JSTOR 4080715 . Récupéré le 27 décembre 2010 .  
  21. ^ Clark, William S (1983). "L'identification sur le terrain des aigles nord-américains" (PDF) . Oiseaux nord-américains . 37 (5) : 822–826 . Récupéré le 27 décembre 2010 .
  22. ^ un b Liguori, Jerry (2004). "Comment vieillir les aigles royaux" (PDF) . Observation des oiseaux : 278–283 . Archivé de l'original (PDF) le 6 mars 2012 . Récupéré le 27 décembre 2010 .
  23. ^ un b Tjernberg, M. (1988). "Détermination de l'âge des Aigles royaux, Aquila chrysaetos ". Vår Fågelvärld . 47 : 321–334. ISSN 0042-2649 . 
  24. ^ Ellis, DH; Lish, JW (2006). "Réflexion sur les plumes : adaptations des rectrices d'aigle royal" . Journal de recherche sur les rapaces . 40 (1): 1–28. doi : 10.3356/0892-1016(2006)40[1:TAFAOG]2.0.CO;2 .
  25. ^ un bcdef Brown , L. ( 1976 ). Aigles du Monde . David et Charles. ISBN 0360003184.
  26. ^ un bcdefgh Ellis , DH ( 1979 ) . Développement du comportement chez l'Aigle royal . Monographies de la faune. Vol. 70. Wiley. p. 3–94. JSTOR 3830587 . 
  27. ^ un b "la Fiche d'information d'Aigle d'or" . Zoo de San-Diego. Archivé de l'original le 12 octobre 2013 . Récupéré le 1er mai 2013 .
  28. ^ ADW : Aquila chrysaetos : Informations . Animaldiversity.ummz.umich.edu. Consulté le 2012-08-22.
  29. ^ Chéri, FF (1934). "La vitesse du vol d'un aigle royal". Nature . 134 (3383): 325–6. Bibcode : 1934Natur.134..325D . doi : 10.1038/134325c0 . S2CID 4104511 . 
  30. ^ un b Palmer, RS (1988). « Aigle royal : Aquila chrysaetos » . Famille Accipitridae (fin) Buteos, Aigle royal, Famille Falconidae, Caracara huppé, Faucons . Manuel des oiseaux nord-américains. Vol. 5. Presse universitaire de Yale. p.  180–231 . ISBN 0300040601.
  31. ^ Université de Cornell . Bna.birds.cornell.edu. Consulté le 2012-08-22.
  32. ^ un bcd Sutton , C .; Dunne, P.; En ligneSibley, D. (1989). Hawks in Flight: L'identification en vol des rapaces migrateurs nord-américains . Boston : Houghton Mifflin Harcourt. ISBN 0-3955-1022-8.
  33. ^ Linnaeus, C. (1758). Systema Naturæ per regna tria naturae, classes secundum, ordines, genres, espèces, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, Volume 1 (en latin). Vol. v.1 (10e éd.). Holmiae : Laurentii Salvii. p. 88. [Falco] cera lutea, pedibus lanatis, corpore fusco ferrugineo vario, cauda nigra basi cinereo-undulata. – (Un [rapace diurne] à cire jaune, [ tarsométatarse à plumes ], corps brun sombre panaché de rouille, queue noire à base ondulée cendrée.)
  34. Brisson, Mathurin-Jacques ; Martinet, François Nicolas (1760). Ornithologie; ou, Méthode contenant la division des oiseaux en ordres, sections, genres, espèces & leurs variétés. &c . Paris : CJB Bauche. p.  28 , 419.
  35. ^ Jobling, James A (2010). Le dictionnaire Helm des noms scientifiques d'oiseaux . Londres : Christopher Helm. p.  52 , 104. ISBN 978-1-4081-2501-4.
  36. ^ un bcd Helbig , AJ ; Kocum, A.; Seibold, I. ; Braun, MJ (2005). "Une phylogénie multigénique des aigles aquilins (Aves: Accipitriformes) révèle une paraphylie étendue au niveau du genre" (PDF) . Phylogénétique moléculaire et évolution . 35 (1): 147-164. doi : 10.1016/j.ympev.2004.10.003 . PMID 15737588 . Archivé de l'original (PDF) le 13 août 2012.  
  37. ^ un bc Lerner , HR; Mindell, DP (novembre 2005). "Phylogénie des aigles, des vautours de l'Ancien Monde et d'autres Accipitridae basée sur l'ADN nucléaire et mitochondrial" (PDF) . Mol. Phylogénète. Évol . 37 (2): 327–346. doi : 10.1016/j.ympev.2005.04.010 . PMID 15925523 .  
  38. ^ "Lophaetus pomarinus" . Le Fonds Peregrine . Récupéré le 22 avril 2013 .
  39. ^ " Aquila morphnoides " . Le Fonds Peregrine . Récupéré le 22 avril 2013 .
  40. ^ " Aquila wahlbergi " . Le Fonds Peregrine . Récupéré le 23 avril 2013 .
  41. ^ " Aquila africana " . Le Fonds Peregrine . Récupéré le 23 avril 2013 .
  42. ^ Clin d'oeil, M.; Sauer-Gürth, H. (2004). "Relations phylogénétiques chez les rapaces diurnes basées sur des séquences nucléotidiques de gènes marqueurs mitochondriaux et nucléaires". Dans Chancelier, RD; Meyburg, B.-U. (éd.). Raptors Worldwide: Actes de la VIe Conférence mondiale sur les oiseaux de proie et les hiboux, Budapest, Hongrie, 18-23 mai 2003 . Groupe de travail mondial sur les oiseaux de proie/MME-BirdLife Hongrie. p. 483–495. ISBN 9638641819.
  43. ^ "Oiseaux du Kazakhstan. Aigle royal ( Aquila chrysaetos chrysaetos )" . oiseaux.kz . Récupéré le 23 avril 2013 .
  44. ^ Aigle royal en Arménie. 2017. ONG TSE, Conseil arménien du recensement des oiseaux. Extrait de abcc-am.org le 10 octobre 2017.
  45. ^ "Oiseaux du Kazakhstan. Aigle royal ( Aquila chrysaetos homeyeri )" . oiseaux.kz . Récupéré le 23 avril 2013 .
  46. ^ Rasmussen, PC; Anderton, JC (2005). Oiseaux d'Asie du Sud. Le guide Ripley. Tome 2 . Smithsonian Institution et Lynx Edicions. p. 107.
  47. ^ "Oiseaux du Kazakhstan. Aigle royal de l'Himalaya ( Aquila chrysaetos daphanea )" . oiseaux.kz . Récupéré le 23 avril 2013 .
  48. ^ "L'aigle royal de l'Himalaya" . Fondation pour la sécurité écologique - Biodiversité indienne. Archivé de l'original le 4 juillet 2013 . Récupéré le 23 avril 2013 .
  49. ^ "Informations sur le Mexique" . Ambassade du Mexique en Afrique du Sud . 31 mars 2016. Le sceau national est une image du profil gauche d'un aigle mexicain; "Symboles du Mexique" . Institut Culturel Mexicain de Washington, DC . Récupéré le 16 septembre 2018 . Les armoiries du Mexique représentent un aigle royal perché sur un figuier de Barbarie, avec un serpent à sonnette dans son bec.
  50. ^ une université b de Cornell . Bna.birds.cornell.edu. Consulté le 2012-08-22.
  51. ^ "Oiseaux du Kazakhstan. Aigle royal ( Aquila chrysaetos kamtschatica )" . oiseaux.kz . Récupéré le 23 avril 2013 .
  52. Simurgh est un oiseau mythique. Certains disent que lemot persan simurgh ou sa forme en moyen persan sēn-murw signifiait également aigle royal; voir "Simorğ" dans Encyclopædia Iranica .
  53. ^ Weesie, PDM (1988). "L'avifaune quaternaire de. Crète, Grèce" . Palaeovertebrata . 18 (1): 1–94.
  54. ^ Sánchez Marco, A. (2004). "Motifs zoogéographiques aviaires au cours du Quaternaire en région méditerranéenne et interprétation paléoclimatique" (PDF) . Ardéola . 51 (1): 91-132.
  55. ^ Howard, H. (1947). "Un Aigle royal ancestral une question de taxonomie". Pingouin . 64 (2): 287–291. doi : 10.2307/4080550 . JSTOR 4080550 . 
  56. ^ Burles, DW et Frey, R. (1981). Programme de surveillance des rapaces , rapport de 1980. Parc national Kluane, Yukon.
  57. ^ Lang, A.; Bishop, MA; En ligneLe Seuer, A. (2007). "Une liste annotée d'oiseaux hivernant dans le bassin versant de la rivière Lhassa et Yamzho Yumco, région autonome du Tibet, Chine" (PDF) . Queue de fourche . 23 .
  58. ^ Inskipp, C.; Inskipp, T. (1991). Un guide des oiseaux du Népal (2e éd.). Presse de l'institution Smithsonian. ISBN 0713681098.
  59. ^ Shirihai, H.; Roselaar, CS (1996). Les Oiseaux d'Israël : Une Avifaune Complète et un Atlas d'Oiseaux d'Israël . Presse académique. ISBN 0126402558.
  60. ^ Ritchie, RJ; Curatolo, JA (1982). "Notes sur la productivité de l'aigle royal et les caractéristiques du site de nidification, Porcupine River, Alaska, 1979–1982" (PDF) . Recherche sur les rapaces . 16 (4) : 123–7.
  61. ^ Petersen, M. ; Déversoir, DN ; Dick, MH (1991). "Oiseaux de la région des montagnes Kilbuck et Ahklun, Alaska" . Faune nord-américaine . 76 : 1–158. doi : 10.3996/nafa.76.0001 . hdl : 2027/uc1.31822033875303 .
  62. ^ Marr, NV; Chevalier, RL (1983). "Les habitudes alimentaires des aigles royaux dans l'est de Washington". Guillemot . 64 (3): 73–77. doi : 10.2307/3535265 . JSTOR 3535265 . 
  63. ^ Craig, TH; Craig, EH (1984). "Résultats d'une enquête par hélicoptère sur les rapaces nichant dans les falaises dans un profond canyon du sud de l'Idaho" (PDF) . Journal de recherche sur les rapaces . 18 (1): 20–25.
  64. ^ un b Marzluff, JM; Knick, ST; Vekasy, MS ; Schueck, LS; Zarriello, TJ (1997). "Utilisation spatiale et sélection de l'habitat des aigles royaux dans le sud-ouest de l'Idaho" (PDF) . Pingouin . 114 (4): 673–687. doi : 10.2307/4089287 . JSTOR 4089287 .  
  65. ^ Millsap, BA (1981). Statut de distribution des Falconiformes dans le centre-ouest de l'Arizona - avec des notes sur l'écologie, le succès de reproduction et la gestion . Notice technique. Vol. 355. Département de l'intérieur des États-Unis, Bureau of Land Management.
  66. ^ Racine, TL (1988). Atlas des oiseaux nord-américains hivernants; une analyse des données du Recensement des oiseaux de Noël . Presse de l'Université de Chicago. ISBN 0226725391.
  67. ^ a b Hunt, WG, Jackman, RE Brown, TL, Gilardi, JG, Driscoll, DE & Culp, L. 1995. Une étude pilote de population d'aigle royal dans la zone de ressources éoliennes d'Altamont Pass, Californie . Groupe de recherche sur les oiseaux prédateurs, Université de Californie, Santa Cruz.
  68. ^ Spofford, WR (1971). "Le statut de reproduction de l'aigle royal dans les Appalaches". Oiseaux américains . 25 : 3–7.
  69. ^ Chanteur, FJ (1974). "Statut du balbuzard pêcheur, du pygargue à tête blanche et de l'aigle royal dans les Adirondacks". Journal de la Commission du poisson et du gibier de New York . 21 : 18–31.
  70. ^ un b Millsap, BA; Vana, SL (1984). "Répartition des aigles royaux hivernants dans l'est des États-Unis". Bulletin Wilson . 96 (4): 692–701. JSTOR 4162004 . 
  71. ^ Wingfield, Géorgie (1991). "Buteos des plaines centrales et Golden Eagle". Dans Pendleton, BG (éd.). Actes du symposium et de l'atelier sur la gestion des rapaces du Midwest . Fédération nationale de la faune. p. 60–68. ISBN 0945051506.
  72. ^ Dunstan, TC, Harper, JH & Phipps, KB 1978. Utilisation de l'habitat et stratégies de chasse des faucons des prairies, des faucons à queue rousse et des aigles royaux . Ailette. Rép. Western Illinois University, Macomb.
  73. ^ Collopy, MW "Comportement de recherche de nourriture et succès des aigles royaux" (PDF) . Pingouin . Récupéré le 24 avril 2013 .
  74. ^ un bc Collopy , MW; Edwards Jr., TC (1989). "Taille du territoire, budget d'activité et rôle du vol ondulant dans la nidification des aigles royaux" (PDF) . Journal d'ornithologie de terrain . 60 (1): 43–51.
  75. ^ un bc Bergo , G. (1987). "Comportement territorial des aigles royaux dans l'ouest de la Norvège" (PDF) . Oiseaux britanniques . 80 (8): 361–376.
  76. ^ Craig, TH; Craig, EH (1984). "Une grande concentration d'aigles royaux perchés dans le sud-ouest de l'Idaho" (PDF) . Pingouin . 101 (3) : 610–3. doi : 10.1093/auk/101.3.610 . JSTOR 4086618 .  
  77. ^ un bcd McIntyre , CL ; Douglas, DC; Collopy, MW (2008). "Mouvements d'aigles royaux ( Aquila chrysaetos ) de l'intérieur de l'Alaska pendant leur première année d'indépendance". Pingouin . 125 (1): 214-224. doi : 10.1525/auk.2008.125.1.214 . S2CID 55922914 . 
  78. ^ Dementiev, généraliste et Gladkov, NA (1966). Oiseaux de l'Union soviétique, vol. 1 . Programme israélien de traductions scientifiques, Jérusalem.
  79. ^ un b Sherrington, P. (1993). "La migration de l'aigle royal dans les chaînes frontales des montagnes Rocheuses de l'Alberta". Journal des ornithologues . 2 : 195–204.
  80. ^ Brodeur, S.; Décarie, R.; oiseau, sous-ministre ; En ligneFuller, M. (1996). "Cycle complet de migration des Aigles royaux nichant dans le nord du Québec" (PDF) . Condor . 98 (2): 293–9. doi : 10.2307/1369147 . JSTOR 1369147 .  
  81. ^ Boeker, EL; Ray, TD (1971). "Études de population d'aigle royal dans le sud-ouest" (PDF) . Condor . 73 (4) : 463–7. doi : 10.2307/1366668 . JSTOR 1366668 .  
  82. ^ Thévenot, M.; Bergier, P. & Beaubrun, P. (1985). "Répartition actuelle et statut des rapaces au Maroc". Dans Newton, I. & Chancellor, RD (eds.). Études de conservation sur les rapaces . Publication technique de l'ICBP. Vol. 5. Conseil international pour la préservation des oiseaux. p. 83–101. ISBN 094688806X.
  83. ^ McGrady, MJ (1997). "Aigle en or". Mise à jour BWP . 1 : 99–114.
  84. ^ Dixon, JB (1937). "L'aigle royal dans le comté de San Diego, Californie". Condor . 39 (2): 49–58. doi : 10.2307/1363773 . JSTOR 1363773 . S2CID 88449730 .  
  85. ^ Clouet, M.; Barrau, C.; Goar, JL (1999). "L'aigle royal ( Aquila chrysaetos ) dans les montagnes de Bale, Ethiopie" (PDF) . Journal de recherche sur les rapaces . 33 (2): 102–9.
  86. ^ Harmata, AR (1982). "Quelle est la fonction de l'affichage du vol ondulant dans les Golden Eagles ?" (PDF) . Recherche sur les rapaces . 16 (4) : 103–9.
  87. ^ un b Bahat, O. (1989). Aspects de l'écologie et de la biodynamie de l'Aigle royal ( Aquila chrysaetos homeyeri ) dans les régions arides d'Israël. La thèse de master. Université de Tel-Aviv. Tel-Aviv, Israël.
  88. ^ Haller, H. (1982). "Organisation spatiale et dynamique d'une population d'Aigles royaux ( Aquila chrysaetos ) dans les Alpes centrales". Ornithol. Beob . 79 : 163–211. ISSN 0030-5707 . OCLC 689312112 .  
  89. ^ Haller, H. 1996. L'Aigle royal dans les Grisons : études à long terme sur l'écologie des populations d' Aquila chrysaetos au centre des Alpes . Ornithol. Beob. Beiheft 9: 1–167.
  90. ^ Halley, DJ; En ligneGjershaug, JO (1998). "Relations de dominance inter et intra-spécifiques et comportement alimentaire des aigles royaux Aquila chrysaetos et des aigles de mer Haliaeetus albicilla à la carcasse". Ibis . 140 (2): 295–301. doi : 10.1111/j.1474-919X.1998.tb04392.x .
  91. ^ Kochert, MN (1972). État de la population et contamination chimique chez les Aigles royaux dans le sud-ouest de l'Idaho . Mémoire de maîtrise en sciences. Université de l'Idaho, Moscou.
  92. ^ Brown, LH; En ligneWatson, A. (1964). "L'Aigle royal par rapport à son approvisionnement alimentaire". Ibis . 106 (1): 78-100. doi : 10.1111/j.1474-919X.1964.tb03682.x .
  93. ^ O'Toole, LT; Kennedy, PL ; Chevalier, RL; McEwen, LC (1999). "Comportement post-envol des Golden Eagles" (PDF) . Bulletin Wilson . 111 (4) : 472–7.
  94. ^ Watson, A.; En ligneRothery, P. (1986). "La régularité dans l'espacement des nids d'Aigle royal Aquila chrysaetos utilisés au cours des années dans le nord-est de l'Écosse". Ibis . 131 (3): 336–348. doi : 10.1111/j.1474-919X.1989.tb02783.x .
  95. ^ Collopy, MW (1984). "Soins parentaux et écologie alimentaire des oisillons de l'Aigle royal". Pingouin . 101 (4): 753–760. doi : 10.2307/4086902 . JSTOR 4086902 . 
  96. ^ "Laboratoire de baguage d'oiseaux" . www.pwrc.usgs.gov . Récupéré le 25 juin 2019 .
  97. ^ Gordon, S. (1955). L'Aigle royal ; roi des oiseaux . 1er matin. éd. Citadelle Press, New York.
  98. ^ Perrins, CM & Birkhead, TR (1983). Écologie aviaire . New York : Chapman & Hall
  99. ^ Harmata, AR (2002). "Rencontres d'Aigles royaux bagués dans les Rocheuses Ouest". Journal d'ornithologie de terrain . 73 : 27–32. doi : 10.1648/0273-8570-73.1.23 . S2CID 85824107 . 
  100. ^ un bc McIntyre , CL; Collopy, MW ; Lindberg, MS (2006). "Probabilité de survie et mortalité des Aigles royaux juvéniles migrateurs de l'Alaska intérieur". Journal de gestion de la faune . 70 (3): 717–722. doi : 10.2193/0022-541x(2006)70[717:spamom]2.0.co;2 . JSTOR 3803426 . 
  101. ^ Bezzel, E.; Funfstuck, H.-J. (1994). "Brut biologie und Populations dynamique des Steinadlers Aquila chrysaetos im Werdenfelser Land/Oberbayern". Acta Ornithologique . 3 : 5–32.
  102. ^ Lano, A. (1922). "Golden Eagle Aquila chrysaetos et porc-épic". Pingouin . 39 (2): 258–9. doi : 10.2307/4073972 . JSTOR 4073972 . 
  103. ^ Amour, JA (1989). Aigles . Whittet Books, Londres.
  104. ^ Santy, D. (1964). "Un souvenir d'une rencontre entre un Aigle Royal et un Grand Héron" . Geai bleu . 22 (2): 55. doi : 10.29173/bluejay2691 .
  105. ^ Gordon, S. (1971). L'huile et l'aigle : une énigme non résolue . Country Life, décembre : 1639.
  106. ^ Bortolotti, GR (1984). "Mortalité par piège et empoisonnement des aigles dorés et chauves". Journal de gestion de la faune . 48 (4): 1173–9. doi : 10.2307/3801778 . JSTOR 3801778 . 
  107. ^ Arroyo, B., Ferreiro, E. & Garza, V. (1990). El Aquila Real Aquila chrysaetos en Espagne : distribution, reproduction et conservation . ICÔNE, Madrid.
  108. ^ Beecham, IJ; Kochert, MN (1975). "Biologie de la reproduction de l'aigle royal dans le sud-ouest de l'Idaho" (PDF) . Bulletin Wilson . 87 (4): 506-513.
  109. ^ Ikedia, Y.; En ligneYamazaki, T. (1988). "Maladies d'Aigles royaux : un examen". Aquila Chrysaetos . 6 : 36–40.
  110. ^ Mikaelian, IR; Patenaude, Robert; Girard, Christiane; Martineau, Daniel (1998). "Carcinome cholangiocellulaire métastatique et adénocarcinome rénal chez un aigle royal ( Aquila chrysaetos )" . Pathologie aviaire . 27 (3) : 321–5. doi : 10.1080/03079459808419345 . PMID 18484007 . 
  111. ^ Daly, Matthieu (18 avril 2013). "Une nouvelle règle fédérale permettrait la mort de milliers d'aigles" . Presse associée . Consulté le 14 mars 2017 .
  112. ^ Khan, Mariam (4 mai 2016). "Les nouveaux permis d'énergie éolienne augmenteraient la limite de destruction des pygargues à tête blanche, mais stimuleraient toujours la conservation, selon les responsables" . ABC Nouvelles . Consulté le 14 mars 2017 .
  113. ^ Benson, Elizabeth P. "Aigles". Dans David Carrasco (ed). L'Encyclopédie d'Oxford des cultures mésoaméricaines . : Oxford University Press, 2001
  114. ^ Nickalls, Sammy (23 février 2017). "La France détruit des drones en utilisant de vrais aigles vivants" . Écuyer . Récupéré le 16 septembre 2021 .
  115. ^ Rich, TD; Beardmore, juge en chef ; Berlanga, H.; Blancher, PJ; Bradstreet, MSS ; Boucher, GS ; Demarest, DW; Dunn, EH; Chasseur, WC ; Inigo-Elias, EE; Martell, AM ; Panjabi, AO ; Pashley, DN ; Rosenberg, KV; Rustay, CM; Wendt, JS; Will, TC (2004). Partenaires d'envol : Plan nord-américain de conservation des oiseaux terrestres . Cornell Lab of Ornithology, Ithaca, NY.
  116. ^ "Osprey Pandion haliaetus " (Zone de données) . Bird Life International. 2020 . Consulté le 21 novembre 2020 .
  117. ^ "Aigle pêcheur africain, Haliaeetus vocifer " . Le Fonds Peregrine . Consulté le 24 mai 2013 .

Lectures complémentaires

  • Cramp, Stanley, éd. (1979). Manuel des oiseaux d'Europe, du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, les oiseaux du Paléarctique occidental . Vol. 2 : Des faucons aux outardes . Oxford : presse universitaire d'Oxford. ISBN 978-0-19-857505-4.
  • Lopez Luján, Léonard. Les offrandes du Templo Mayor de Tenochtitlan . Traduit par Bernard R. Ortiz de Montellano et Thelma Ortiz de Montellano. Niwot, Colorado, 1994. En plus des descriptions d'aigles comme offrandes, il y a une discussion sur la fondation de la ville de Tenochtitlan et de son temple principal

Liens externes