nationalisme allemand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Le Reichsadler ("aigle impérial") des armoiries d' Henri VI , empereur du Saint Empire romain et roi d'Allemagne , daté de 1304. Le Reichsadler est le prédécesseur du Bundesadler , l' animal héraldique de l' emblème national actuel de (Allemagne).

Le nationalisme allemand ( allemand : Deutscher Nationalismus ) est une notion idéologique qui promeut l'unité des Allemands et des germanophones en un seul État-nation unifié . Le nationalisme allemand met également l'accent et est fier du patriotisme et de l'identité nationale des Allemands en tant que nation et personne. Les premières origines du nationalisme allemand ont commencé avec la naissance du nationalisme romantique pendant les guerres napoléoniennes, lorsque le pangermanisme a commencé à monter. La défense d'un État-nation allemand a commencé à devenir une force politique importante en réponse à l'invasion des territoires allemands par la France sousNapoléon .

Au 19ème siècle, les Allemands ont débattu de la question allemande pour savoir si l'État-nation allemand devait comprendre une « Petite Allemagne » qui excluait l' Autriche ou une « Grande Allemagne » qui incluait l'Autriche. [1] La faction dirigée par le chancelier prussien Otto von Bismarck a réussi à forger une Petite Allemagne. [1]

Le nationalisme allemand agressif et l'expansion territoriale ont été un facteur clé menant aux deux guerres mondiales. Avant la Première Guerre mondiale , l'Allemagne avait établi un empire colonial dans l'espoir de rivaliser avec la Grande-Bretagne et la France. Dans les années 1930, les nazis sont arrivés au pouvoir et ont cherché à créer un Grand Reich germanique , mettant l'accent sur l'identité ethnique allemande et la grandeur allemande à l'exclusion de tous les autres, conduisant finalement à l'extermination des Juifs , des Polonais , des Roms et d'autres personnes considérées comme Untermenschen ( sous-humains) dans l'Holocauste pendant la Seconde Guerre mondiale .

Après la défaite de l'Allemagne nazie , le pays a été divisé en Allemagne de l' Est et de l'Ouest dans les premiers actes de la guerre froide , et chaque État a conservé un sentiment d'identité allemande et a eu comme objectif la réunification, bien que dans des contextes différents. La création de l' Union européenne était en partie un effort pour lier l'identité allemande à une identité européenne . L'Allemagne de l'Ouest a connu son miracle économique après la guerre, ce qui a conduit à la création d'un programme de travailleurs invités ; nombre de ces travailleurs ont fini par s'installer en Allemagne, ce qui a entraîné des tensions autour des questions d'identité nationale et culturelle, notamment en ce qui concerneTurcs installés en Allemagne .

La réunification allemande a été réalisée en 1990 à la suite Die Wende ; un événement qui a causé une certaine inquiétude à la fois à l' intérieur et à l' extérieur Allemagne. L' Allemagne a émergé comme une puissance à l' intérieur et l' Europe dans le monde; son rôle dans la crise de la dette européenne et la crise des migrants européens ont suscité des critiques de la violence autoritaire allemand de son pouvoir, en particulier en ce qui concerne la crise de la dette grecque , et soulevé des questions à l' intérieur et sans l' Allemagne quant au rôle de l' Allemagne dans le monde.

En raison de la répudiation du régime nazi et de ses atrocités après 1945, le nationalisme allemand a généralement été considéré dans le pays comme un tabou [2] et les Allemands ont eu du mal à trouver des moyens de reconnaître son passé tout en étant fiers de ses réalisations passées et présentes. ; la question allemande n'a jamais été entièrement résolue à cet égard. Une vague de fierté nationale a balayé le pays lorsqu'il a accueilli la Coupe du monde de football 2006 . Les partis d' extrême droite qui mettent l'accent sur l'identité et la fierté nationales allemandes existent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale mais n'ont jamais gouverné.

Histoire

Définir une nation allemande

Cette carte publiée à Zürich en 1548 définit "la nation allemande" sur la base de ses traditions, ses coutumes et sa langue. [3]

La définition d' une nation allemande en fonction des caractéristiques internes présentait des difficultés. En réalité, la plupart des adhésions du groupe en « Allemagne » centrées sur d' autres, la plupart du temps des liens personnels ou régionaux (par exemple, au Lehnsherren ) - avant la formation des nations modernes. En effet, les institutions quasi-nationales sont un préalable fondamental à la création d'une identité nationale qui va au-delà de l'association de personnes. [4] Depuis le début de la Réforme au 16e siècle, les terres allemandes avaient été divisés entre catholiques et luthériens et la diversité linguistique était grande aussi bien. Aujourd'hui, le souabe , Bavière , Saxe et Cologne les dialectes dans leurs formes les plus pures sont estimés à 40% mutuellement intelligibles avec l' allemand standard plus moderne , ce qui signifie que dans une conversation entre des locuteurs natifs de l'un de ces dialectes et une personne qui ne parle que l'allemand standard, ce dernier sera capable de comprendre un peu moins de la moitié de ce qui est dit sans aucune connaissance préalable du dialecte, une situation qui est susceptible d'avoir été similaire ou supérieure au 19ème siècle. Dans une moindre mesure, cependant, ce fait ne diffère guère des autres régions d'Europe. [5]

Le nationalisme parmi les Allemands s'est d'abord développé non pas parmi la population en général, mais parmi les élites intellectuelles de divers États allemands. Le premier nationaliste allemand Friedrich Karl von Moser , écrivant au milieu du XVIIIe siècle, remarqua que, comparés aux « Britanniques, aux Suisses, aux Hollandais et aux Suédois », les Allemands n'avaient pas de « mode de pensée national ». [6] Cependant, les élites culturelles elles-mêmes ont eu du mal à définir la nation allemande, recourant souvent à des concepts larges et vagues : les Allemands comme un « Sprachnation » (un peuple unifié par la même langue), une « Kulturnation » (un peuple unifié par la même culture) ou une "Erinnerungsgemeinschaft" (une communauté de mémoire, c'est-à-dire partageant une histoire commune). [6] Johann Gottlieb Fichte – considéré comme le père fondateur du nationalisme allemand [7]  – a consacré la 4e de ses Adresses à la nation allemande (1808) à la définition de la nation allemande et ce de manière très large. À son avis, il existait une dichotomie entre les personnes d'origine germanique. Il y avait ceux qui avaient quitté leur patrie (que Fichte considérait comme l'Allemagne) pendant la période de migration et étaient devenus soit assimilés soit fortement influencés par la langue , la culture et les coutumes romaines , et ceux qui sont restés dans leur pays natal et ont continué à s'accrocher à leur propre culture. [8]

Plus tard, les nationalistes allemands ont pu définir plus précisément leur nation, notamment à la suite de la montée de la Prusse et de la formation de l' Empire allemand en 1871 qui ont donné à la majorité des germanophones en Europe un cadre politique, économique et éducatif commun. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, certains nationalistes allemands ont ajouté des éléments d'idéologie raciale, aboutissant finalement aux lois de Nuremberg , dont les sections cherchaient à déterminer par la loi et la génétique qui devait être considéré comme allemand. [9]

19ème siècle

Johann Gottfried Herder , le fondateur du concept de nationalisme lui-même, même s'il n'a pas soutenu son programme.

Ce n'est que lorsque le concept de nationalisme lui-même a été développé par le philosophe allemand Johann Gottfried Herder que le nationalisme allemand a commencé. [10] Le nationalisme allemand était de nature romantique et était basé sur les principes d'autodétermination collective, d'unification territoriale et d'identité culturelle, et sur un programme politique et culturel pour atteindre ces objectifs. [11] Le nationalisme romantique allemand dérivé des idées de naturalisme du philosophe des Lumières Jean Jacques Rousseau et du philosophe révolutionnaire français Emmanuel-Joseph Sieyèset que les nations légitimes doivent avoir été conçues à l' état de nature . Cet accent mis sur le caractère naturel des nations ethnolinguistiques a continué d'être soutenu par les nationalistes allemands romantiques du début du XIXe siècle, Johann Gottlieb Fichte , Ernst Moritz Arndt et Friedrich Ludwig Jahn , qui étaient tous des partisans du pangermanisme . [12]

L'invasion du Saint-Empire romain germanique (EDH) par l' Empire français de Napoléon et sa dissolution ultérieure ont entraîné un nationalisme libéral allemand tel que prôné principalement par la bourgeoisie allemande de la classe moyenne qui a préconisé la création d'un État-nation allemand moderne basé sur la démocratie libérale , constitutionnalisme , représentation et souveraineté populaire tout en s'opposant à l' absolutisme . [13] Fichte en particulier a présenté le nationalisme allemand en réponse à l'occupation française des territoires allemands dans ses Adresses à la nation allemande(1808), évoquant un sentiment de spécificité allemande dans la langue, la tradition et la littérature qui composent une identité commune. [14]

Après la défaite de la France lors des guerres napoléoniennes au Congrès de Vienne , les nationalistes allemands ont essayé, sans succès, d'établir l'Allemagne en tant qu'État-nation. À la place, la Confédération allemande a été créée. [13] L'intégration économique entre les États allemands a été réalisée par la création du Zollverein ("Union douanière") de l'Allemagne en 1818 qui existait jusqu'en 1866. [13] Le mouvement pour créer le Zollverein a été dirigé par la Prusse et le Zollverein a été dominé par la Prusse, provoquant ressentiment et tension entre l' Autricheet la Prusse. [13]

Nationalisme romantique

Le philosophe Johann Gottlieb Fichte est considéré avec le poète-soldat romantique Ernst Moritz Arndt comme le fondateur du nationalisme allemand

Le mouvement romantique a été essentiel dans le fer de lance de la montée du nationalisme allemand au 19ème siècle et en particulier du mouvement populaire aidant à la résurgence de la Prusse après sa défaite face à Napoléon lors de la bataille d'Iéna en 1806 . Johann Gottlieb Fichte « s 1808 adresses à la nation allemande , Heinrich von Kleist » drames de la scène patriotique ferventes avant sa mort, et Ernst Moritz Arndt de de la poésie de guerre pendant la lutte anti-napoléonienne de 1813-1815 étaient tous contribué à façonner le caractère du nationalisme allemand pour le prochain siècle et demi dans unorientation ethnique racialisée plutôt que nationaliste civique . Le romantisme a également joué un rôle dans la popularisation du mythe Kyffhäuser , à propos de l' empereur Frédéric Barberousse dormant au sommet de la montagne Kyffhäuser et censé se lever dans un temps donné et sauver l'Allemagne) et la légende de la Lorelei (par Brentano et Heine ) entre autres .

Le mouvement nazi s'est ensuite approprié les éléments nationalistes du romantisme, l'idéologue en chef nazi Alfred Rosenberg écrivant : « La réaction sous la forme du romantisme allemand était donc aussi bienvenue que la pluie après une longue sécheresse. Mais dans notre propre ère d' internationalisme universel , elle devient nécessaire de suivre ce romantisme racialement lié jusqu'à son noyau, et de le libérer de certaines convulsions nerveuses qui y adhèrent encore." [15] Joseph Goebbels a dit aux directeurs de théâtre le 8 mai 1933, juste deux jours avant les autodafés nazisà Berlin, que : « L'art allemand de la prochaine décennie sera héroïque, il sera comme l'acier, il sera romantique, non sentimental, factuel ; il sera national avec un grand pathétique, et à la fois obligatoire et contraignant, ou il ne sera rien." [16]

Le fascisme allemand a extrait le romantisme du naphtalène du passé, a établi sa parenté idéologique avec lui, l'a inclus dans son canon de précurseurs, et après un nettoyage racial , l'a absorbé dans le système de son idéologie et a ainsi donné cette tendance, qui dans son époque n'était pas apolitique, un sens purement politique et d'actualité... Schelling , Adam Müller et d'autres grâce aux fascistes redevinrent nos contemporains, bien que dans le sens spécifique où chaque cadavre sorti de son cercueil centenaire pour tout besoin devient un « contemporain ». Dans son livre Les tâches de la critique littéraire nationale-socialiste , Walther Linden, qui a révisé l' histoire de la littérature allemanded'un point de vue fasciste, considère le plus précieux pour le fascisme cette étape dans le développement du romantisme allemand quand il s'est libéré des influences de la Révolution française et grâce à Adam Müller, Görres , Arnim et Schelling ont commencé à créer une véritable littérature nationale allemande sur la base de l'art médiéval allemand , de la religion et du patriotisme. [17]

—  N. Berkovsky, en 1935

Cela a amené des universitaires et des critiques comme Fritz Strich , Thomas Mann et Victor Klemperer , qui avant la guerre étaient des partisans du romantisme, à reconsidérer leur position après la guerre et l'expérience nazie et à adopter une position plus anti-romantique. [18]

Heinrich Heine parodié ces modernisations romantiques de mythes folkloriques médiévales par 19ème siècle nationalistes allemands dans le « Barbarossa chapitre de son grand poème 1844 » en Allemagne. Conte d'hiver :

Pardonne, ô Barberousse , mes paroles hâtives !
Je n'ai pas une âme sage
comme vous, et j'ai peu de patience,
Alors, s'il vous plaît, revenez bientôt, après tout !
 
Conservez les anciennes méthodes de punition,
Si vous jugez la guillotine désagréable :
L'épée pour le noble , et la corde
Pour le citadin et le paysan vulgaire.

Mais, changez les choses de temps en temps : les
paysans et les citadins devraient mourir par l'épée,
et les nobles devraient se suspendre à une corde.
Nous sommes tous des créatures du Seigneur !

Ramenez les lois de Charles Quint ,
Avec la restauration des cours suspendues,
Et diviser le peuple, comme avant, en
guilde, domaine et corporation.

Restaurer l'ancien Saint Empire romain ,
tel qu'il était, entier et immense.
Ramenez toute sa camelote moisie,
Et toutes ses bêtises stupides.

Le Moyen Âge, je le supporterai,
Si vous rapportez l'objet authentique ;
Sauve-nous simplement de cet état bâtard,
Et de son système ridicule,

De cette chevalerie métisse,
Un plat si nauséabond
De fantaisies gothiques et de tromperie moderne,
Qui n'est ni chair ni poisson.

Fermez tous les théâtres,
Et chassez leur meute de comédiens,
Qui parodient les temps anciens.
empereur, reviens ! [19] [20] [21]

Révolutions de 1848 à l'unification allemande de 1871

Représentation de la session du Parlement de Francfort en 1848.
Germania , peinture de Philipp Veit , 1848.

Les révolutions de 1848 ont conduit à de nombreuses révolutions dans divers États allemands. [13] Les nationalistes ont pris le pouvoir dans un certain nombre d'États allemands et un parlement entièrement allemand a été créé à Francfort en mai 1848. [13] Le Parlement de Francfort a tenté de créer une constitution nationale pour tous les États allemands, mais la rivalité entre les intérêts prussiens et autrichiens abouti à ce que les partisans du parlement prônent une solution « petite allemande » (un État-nation allemand monarchique sans l'Autriche) avec la couronne impériale d'Allemagne accordée au roi de Prusse . [13]Le roi de Prusse a refusé l'offre et les efforts pour créer un État-nation allemand de gauche ont échoué et se sont effondrés. [22]

Au lendemain de l'échec de la tentative d'établissement d'un État-nation allemand libéral, la rivalité entre la Prusse et l'Autriche s'est intensifiée sous le programme du chancelier prussien Otto von Bismarck qui a bloqué toutes les tentatives de l'Autriche de rejoindre le Zollverein . [1] Une division s'est développée parmi les nationalistes allemands, avec un groupe dirigé par les Prussiens qui soutenaient une « Petite Allemagne » qui excluait l'Autriche et un autre groupe qui soutenait une « Grande Allemagne » qui incluait l'Autriche. [1] Les Prussiens ont cherché une Petite Allemagne pour permettre à la Prusse d'affirmer une hégémonie sur l'Allemagne qui ne serait pas garantie dans une Grande Allemagne. [1] C'était un point de propagande majeur plus tard affirmé par Hitler.

À la fin des années 1850, les nationalistes allemands mettaient l'accent sur les solutions militaires. L'ambiance était alimentée par la haine des Français, une peur de la Russie, un rejet de la colonie de Vienne de 1815 et un culte des héros-guerriers patriotiques. La guerre semblait être un moyen souhaitable d'accélérer le changement et le progrès. Des nationalistes ravis de l'image de tout le peuple en armes. Bismarck a exploité la fierté martiale et le désir d'unité et de gloire du mouvement national pour affaiblir la menace politique que l'opposition libérale faisait peser sur le conservatisme de la Prusse. [23]

La Prusse a atteint l'hégémonie sur l'Allemagne dans les « guerres d'unification » : la deuxième guerre du Schleswig (1864), la guerre austro-prussienne (qui a effectivement exclu l'Autriche de l'Allemagne) (1866) et la guerre franco-prussienne (1870). [1] Un État-nation allemand a été fondé en 1871, appelé Empire allemand en tant que Petite Allemagne, le roi de Prusse prenant le trône de l'empereur allemand ( Deutscher Kaiser ) et Bismarck devenant chancelier d'Allemagne . [1]

1871 à la Première Guerre mondiale, 1914-1918

Contrairement au nationalisme allemand antérieur de 1848 qui était basé sur des valeurs libérales, le nationalisme allemand utilisé par les partisans de l'Empire allemand était basé sur l' autoritarisme prussien et était de nature conservatrice, réactionnaire , anti-catholique , antilibérale et antisocialiste . [24] Les partisans de l'Empire allemand ont préconisé une Allemagne basée sur la domination culturelle prussienne et protestante. [25] Ce nationalisme allemand s'est concentré sur l'identité allemande basée sur l' ordre teutonique historique en croisade . [26]Ces nationalistes soutenaient une identité nationale allemande prétendument fondée sur les idéaux de Bismarck qui comprenaient les valeurs teutoniques de volonté, de loyauté, d'honnêteté et de persévérance. [27]

La division catholique - protestante en Allemagne a parfois créé une tension et une hostilité extrêmes entre les Allemands catholiques et protestants après 1871, comme en réponse à la politique de Kulturkampf en Prusse par le chancelier allemand et Premier ministre prussien Otto von Bismarck , qui cherchait à démanteler la culture catholique. en Prusse, cela provoqua l'indignation des catholiques allemands et aboutit à la montée du Parti du centre pro-catholique et du Parti populaire bavarois . [28]

Il y a eu des nationalistes rivaux en Allemagne, en particulier des nationalistes bavarois qui prétendent que les conditions selon lesquelles la Bavière est entrée en Allemagne en 1871 étaient controversées et ont affirmé que le gouvernement allemand s'immisçait depuis longtemps dans les affaires intérieures de la Bavière. [29]

Les nationalistes allemands de l'Empire allemand qui ont préconisé une Grande Allemagne à l'époque de Bismarck se sont concentrés sur la suppression de la dissidence des Allemands protestants à l'inclusion des Allemands catholiques dans l'État en créant le Los von Rom!Loin de Rome ! ») mouvement qui prônait l'assimilation des Allemands catholiques au protestantisme. [30] À l'époque de l' Empire allemand , une troisième faction de nationalistes allemands (en particulier dans les parties autrichiennes de l' Empire austro-hongrois ) a préconisé un fort désir d'une Grande Allemagne mais, contrairement aux concepts antérieurs, dirigé par la Prusse au lieu de l'Autriche ; ils étaient connus sous le nom d' Alldeutsche .

Le darwinisme social , le messianisme et le racisme ont commencé à devenir des thèmes utilisés par les nationalistes allemands après 1871 sur la base des concepts de communauté populaire ( Volksgemeinschaft ). [31]

Empire colonial

Empire colonial allemand, le troisième plus grand empire colonial du XIXe siècle après les britanniques et les français .

Un élément important du nationalisme allemand, tel que promu par le gouvernement et l'élite intellectuelle, était l'accent mis sur l'Allemagne s'affirmant comme une puissance économique et militaire mondiale, visant à concurrencer la France et l' Empire britannique.pour la puissance mondiale. La domination coloniale allemande en Afrique (1884-1914) était une expression de nationalisme et de supériorité morale qui était justifiée par la construction et l'utilisation d'une image des indigènes comme « Autre ». Cette approche a mis en évidence des vues racistes de l'humanité. La colonisation allemande s'est caractérisée par l'usage de la violence répressive au nom de la « culture » et de la « civilisation », concepts qui trouvent leur origine dans les Lumières. Le projet culturel et missionnaire de l'Allemagne se vantait que ses programmes coloniaux étaient des efforts humanitaires et éducatifs. En outre, l'acceptation répandue parmi les intellectuels du darwinisme social a justifié le droit de l'Allemagne d'acquérir des territoires coloniaux comme une question de « survie du plus fort », selon l'historien Michael Schubert. [32] [33]

Période de l'entre-deux-guerres, 1918-1933

L'Allemagne après le traité de Versailles :
  Administré par la Société des Nations
  Annexé ou transféré aux pays voisins par le traité, ou plus tard par plébiscite et action de la Société des Nations

Le gouvernement établi après la Première Guerre mondiale, la république de Weimar , a établi une loi sur la nationalité qui était basée sur les notions de pré-unification du volk allemand en tant que groupe ethno-racial défini davantage par l' hérédité que les notions modernes de citoyenneté ; les lois visaient à inclure les Allemands qui avaient immigré et à exclure les groupes d'immigrants. Ces lois sont restées la base des lois allemandes sur la citoyenneté jusqu'après la réunification. [34]

Le gouvernement et l'économie de la république de Weimar étaient faibles ; Les Allemands étaient mécontents du gouvernement, des conditions punitives des réparations de guerre et des pertes territoriales du traité de Versailles ainsi que des effets de l' hyperinflation . [2] [2] Les clivages économiques, sociaux et politiques ont fragmenté la société allemande. [2] Finalement, la République de Weimar s'est effondrée sous ces pressions et les manœuvres politiques des principaux responsables et politiciens allemands. [2]

Allemagne nazie, 1933-1945

Limites du projet du « Grand Reich germanique »

Le parti nazi (NSDAP), dirigé par Adolf Hitler d'origine autrichienne , croyait en une forme extrême de nationalisme allemand. Le premier point du programme nazi en 25 points était que « Nous exigeons l'unification de tous les Allemands de la Grande Allemagne sur la base du droit du peuple à l'autodétermination ». Hitler, un Austro-Allemand de naissance, a commencé à développer ses fortes opinions nationalistes patriotiques allemandes dès son plus jeune âge. Il a été grandement influencé par de nombreux autres nationalistes pangermanistes autrichiens en Autriche-Hongrie , notamment Georg Ritter von Schönerer et Karl Lueger. Les idées pan-allemandes d'Hitler envisageaient un Grand Reich allemand qui devait inclure les Allemands autrichiens, les Allemands des Sudètes et d'autres Allemands ethniques. L'annexion de l'Autriche ( Anschluss ) et des Sudètes ( annexion des Sudètes ) a complété le désir de l'Allemagne nazie au nationalisme allemand du Volksdeutsche allemand (peuple/folk).

Le Generalplan Ost a appelé à l'extermination, l'expulsion, la germanisation ou l'asservissement de la plupart ou de tous les Tchèques, Polonais, Russes, Biélorusses et Ukrainiens dans le but de fournir plus d' espace de vie au peuple allemand. [35]

1945 à nos jours

Après la Seconde Guerre mondiale, la nation allemande a été divisée en deux États, l'Allemagne de l'Ouest et l'Allemagne de l'Est , et certains anciens territoires allemands à l'est de la ligne Oder-Neisse ont été intégrés à la Pologne. La Loi fondamentale de la République fédérale d'Allemagne, qui a servi de constitution à l'Allemagne de l'Ouest, a été conçue et rédigée comme un document provisoire, dans l'espoir de réunir l'Allemagne de l'Est et l'Allemagne de l'Ouest. [34]

La formation de la Communauté économique européenne , et plus tard de l' Union européenne , a été en partie motivée par des forces à l'intérieur et à l'extérieur de l'Allemagne qui cherchaient à ancrer plus profondément l'identité allemande dans une identité européenne plus large, dans une sorte de « nationalisme collaboratif ». [36] : 32  [37]

La réunification de l'Allemagne est devenue un thème central de la politique ouest-allemande et est devenue un principe central du Parti socialiste unifié d'Allemagne de l'Est , bien que dans le contexte d'une vision marxiste de l'histoire dans laquelle le gouvernement de l'Allemagne de l'Ouest serait balayé. dans une révolution prolétarienne. [34]

La question des Allemands et de l'ancien territoire allemand en Pologne, ainsi que du statut de Königsberg en tant que partie de la Russie, est restée difficile, les habitants de l'Allemagne de l'Ouest préconisant de reprendre ce territoire dans les années 1960. [34] L'Allemagne de l'Est a confirmé la frontière avec la Pologne en 1950, tandis que l'Allemagne de l'Ouest, après une période de refus, a finalement accepté la frontière (avec réserves) en 1970. [38]

Le désir du peuple allemand d'être à nouveau une nation est resté fort, mais s'est accompagné d'un sentiment de désespoir dans les années 1970 et dans les années 1980 ; Die Wende , lorsqu'il est arrivé à la fin des années 1980 sous l'impulsion du peuple est-allemand, a été une surprise, conduisant aux élections de 1990 qui ont mis en place un gouvernement qui a négocié le traité sur le règlement final concernant l'Allemagne et a réuni l'Est et l'Ouest. Allemagne, et le processus de réunification intérieure a commencé. [34]

La réunification a été opposé dans plusieurs quartiers à la fois à l' intérieur qu'à l' extérieur de l' Allemagne, dont Margaret Thatcher , Jürgen Habermas et Günter Grass , de peur de cette Allemagne réunifiée pourrait reprendre son agression vers d' autres pays. Juste avant la réunification Allemagne de l' Ouest a connu un débat national, appelé Historikerstreit, sur la façon de considérer son passé nazi, avec un côté affirmant qu'il n'y avait rien de spécifiquement allemand dans le nazisme, et que le peuple allemand devrait laisser tomber sa honte du passé et regarder vers l'avenir, fier de son identité nationale, et d'autres soutenant que le nazisme est né de l'identité allemande et la nation devait rester responsable de son passé et se prémunir soigneusement contre toute recrudescence du nazisme. Ce débat n'a pas rassuré ceux qui s'inquiétaient de savoir si une Allemagne réunifiée pourrait constituer un danger pour d'autres pays, pas plus que la montée des groupes skinheads néo-nazis dans l'ex-Allemagne de l'Est, comme en témoignent les émeutes de Hoyerswerda en 1991. [34] [39]Une réaction nationaliste identitaire née après l' unification que les gens ont atteint en arrière pour répondre à « la question allemande », ce qui conduit à la violence par quatre néo-nazis / extrême droite les partis qui ont tous été interdits par l' Allemagne Cour constitutionnelle fédérale après avoir commis ou incitation à la violence: le avant nationaliste , national offensive , Alternative allemande et le Kamaradenbund. [36] : 44 

L' une des questions clés pour le gouvernement réunifié, était de savoir comment définir un citoyen allemand. Les lois héritées de la république de Weimar que la citoyenneté fondée sur l' hérédité ont été prises à leur extrême par les nazis et étaient désagréables et nourris l'idéologie des allemands partis nationalistes d' extrême droite comme le Parti national - démocrate d'Allemagne (NPD) qui a été fondée en 1964 d'autres groupes d'extrême droite. [40] [41] De plus, Allemagne de l' Ouest a reçu un grand nombre d'immigrants ( en particulier les Turcs ), l' appartenance à l' Union européennesignifiait que les gens pouvaient se déplacer plus ou moins librement à travers les frontières nationales au sein de l'Europe, et en raison de son taux de natalité en baisse, même l'Allemagne unie devait accueillir environ 300 000 immigrants par an afin de maintenir sa main-d'œuvre. [34] (L'Allemagne importait des travailleurs depuis son « miracle économique » d' après-guerre à travers son programme Gastarbeiter . [42] ) Le gouvernement de l'Union chrétienne-démocrate / Union chrétienne-sociale qui a été élu tout au long des années 1990 n'a pas modifié les lois, mais vers 2000, une nouvelle coalition dirigée par le Parti social-démocrate d'Allemagne est arrivée au pouvoir et a apporté des modifications à la loi définissant qui était un Allemand sur la base du jus soliplutôt que le jus sanguinis . [34]

La question de savoir comment s'adresser à sa population turque est restée une question difficile en Allemagne ; de nombreux Turcs ne se sont pas intégrés et ont formé une société parallèle à l' intérieur de l'Allemagne, et les problèmes d'utilisation de l'éducation ou de sanctions légales pour favoriser l'intégration ont de temps en temps troublé l'Allemagne, et les questions de ce qu'est un « Allemand » accompagnent les débats sur « la question turque ". [43] [44] [45] [46]

La fierté d'être allemand restait une question difficile ; L'une des surprises de la Coupe du Monde de la FIFA 2006 qui s'est déroulée en Allemagne, a été la démonstration généralisée de fierté nationale par les Allemands, qui a semblé prendre même les Allemands eux-mêmes par surprise et un plaisir prudent. [47] [48]

Le rôle de l'Allemagne dans la gestion de la crise de la dette européenne , en particulier en ce qui concerne la crise de la dette du gouvernement grec , a conduit à des critiques de certains milieux, notamment en Grèce, de l'Allemagne exerçant son pouvoir d'une manière dure et autoritaire qui rappelait son passé autoritaire et identité. [49] [50] [51]

Les tensions sur la crise de la dette européenne et la crise des migrants européens et la montée du populisme de droite ont aiguisé les questions d'identité allemande vers 2010. Le parti Alternative pour l'Allemagne a été créé en 2013 en réaction contre la poursuite de l'intégration européenne et le renflouement d'autres pays au cours de la crise de la dette européenne ; de sa fondation à 2017, le parti a adopté des positions nationalistes et populistes, rejetant la culpabilité allemande de l'ère nazie et appelant les Allemands à être fiers de leur histoire et de leurs réalisations. [52] [53] [54]

Dans l' élection du Parlement européen 2014 , le NPD a remporté son premier siège jamais au Parlement européen , [55] , mais a perdu à nouveau dans le 2019 pour les élections européennes.

Le nationalisme allemand en Autriche

Provinces germanophones revendiquées par l'Autriche allemande en 1918 : la frontière de la deuxième République d'Autriche qui a suivi est encadrée en rouge.

Après les révolutions de 1848/49 , au cours desquelles les révolutionnaires nationalistes libéraux prônaient la solution du Grand Allemand, la défaite autrichienne lors de la guerre austro-prussienne (1866) avec pour effet que l'Autriche était désormais exclue de l'Allemagne, et l'augmentation des conflits ethniques dans les Habsbourg Monarchie de l' Empire austro-hongrois , un mouvement national allemand évolua en Autriche. Dirigées par le nationaliste et antisémite radical allemand Georg von Schönerer , des organisations comme la Société pangermaniste ont exigé le rattachement de tous les territoires germanophones de la monarchie du Danube à l'Empire allemand, et ont décidément rejeté le patriotisme autrichien. [56] Le völkisch et le nationalisme raciste allemand de Schönerer ont inspiré l'idéologie d'Hitler. [57] En 1933, les nazis autrichiens et le Parti populaire national-libéral du Grand Allemand ont formé un groupe d'action, luttant ensemble contre le régime austrofasciste qui a imposé une identité nationale autrichienne distincte. [58] Alors qu'il violait les termes du traité de Versailles , Hitler, originaire d'Autriche, unifia les deux États allemands ensemble "( Anschluss )" en 1938. Cela signifiait que l'objectif historique des nationalistes allemands autrichiens était atteint et un Grand Reich allemand brièvement existé jusqu'à la fin de la guerre. [59]Après 1945, le camp national allemand est relancé au sein de la Fédération des indépendants et du Parti de la liberté d'Autriche . [60]

En plus d'une forme de nationalisme autrichien tournée vers l'Allemagne, il y a eu aussi des formes de nationalisme autrichien qui ont rejeté l' unification de l'Autriche avec l'Allemagne sur la base de la préservation de l' identité religieuse catholique des Autrichiens du danger potentiel posé par l'appartenance à une communauté protestante. -Allemagne majoritaire, ainsi que leur héritage historique différent quant à leur origine principalement celtique , slave , avare , rhéthienne et romaine avant la colonisation des Bavières . [61] [62] [63]

Symboles

Partis politiques nationalistes

Actuel

En Allemagne
En Autriche
En Suisse

Défunt

En Allemagne
En Autriche
En Autriche-Hongrie
En Tchécoslovaquie
Au Liechtenstein
Au Luxembourg
En Pologne
En Roumanie
En Slovaquie
En Suisse

Personnalités

Voir aussi

Références

  1. ^ A b c d e f g Verheyen 1999 , pages 8..
  2. ^ A b c d e Motyl 2001 , p. 190.
  3. ^ " Nacionalismo alemán en un mapa de 1548 ", dans Historia y Mapas
  4. ^ Konstantin Langmaier (2016), "Dem Land Ere und Nucz, Frid und Gemach: Das Land als Ehr-, Nutz- und Friedensgemeinschaft: Ein Beitrag zur Diskussion um den Gemeinen Nutzen. ' ", Vierteljahrschrift für Sozial- und Witges allemand ), 103 , p. 178-200.
  5. ^ Ethnologue, intelligibilité mutuelle des dialectes allemands / Langues d'Allemagne.
  6. ^ Un b Jansen, Christian (2011), "La formation du nationalisme allemand, 1740-1850" , dans: Helmut Walser Smith (Ed.), The Oxford Handbook of Modern histoire allemande . Oxford : Oxford University Press. p. 234-259 ; ici : p. 239-240.
  7. ^ L'opposition allemande à Hitler, Michael C. Thomsett (1997) p7.
  8. ^ Adresse à la nation allemande, p52.
  9. ^ L'opposition allemande à Hitler, Michael C. Thomsett (1997)
  10. ^ Motyl 2001 , p. 189-190.
  11. ^ Smith 2010 , p. 24.
  12. ^ Smith 2010 , p. 41.
  13. ^ A b c d e f g Verheyen 1999 , p. 7.
  14. ^ Jusdanis 2001 , p. 82-83.
  15. ^ Rosenberg, Alfred (1982) [1930]. "Livre I : Le Conflit de Valeurs, Chapitre I. Race et Race Soul" (PDF) . Le mythe du vingtième siècle : une évaluation des confrontations spiritualo-intellectuelles de notre époque . Traduit par Bird, Vivian. Torrance, Californie : Noontide Press.
  16. ^ Gadberry, Glenn W. (1995). "Introduction" . Le théâtre sous le Troisième Reich, les années d'avant-guerre : Essais sur le théâtre dans l'Allemagne nazie (Contributions à l'étude de l'histoire du monde) . Westport, Connecticut : Praeger Publishers. ISBN 9780313295164.
  17. ^ Berkovsky, Naum Yakovlevich (1935). "От издательства" (PDF) . Немецкая романтическая повесть. Je Том . Moscou et Leningrad: Academia .
  18. ^ "Le romantisme allemand réactionnaire" . Journal Anasintaxis, numéro 385 . 2013.
  19. ^ Heine, Heinrich (2007) [1844]. "Caput XVII" . Allemagne. Un conte d'hiver . Traduit par Bowring, Edgar Alfred. New York : Montial.
  20. ^ Lukács, György (1980) [1952]. " La philosophie plus tard Schelling" (PDF) . La destruction de la raison . Traduit par Palmer, Peter R. Londres: Merlin Press.
  21. ^ Lukács, György (1947). "Le romantisme (Die Romantik als Wendung in der deutschen Literatur)" . Fortschritt und Reaktion in der deutschen Literatur . Traduit par P., Anton. Berlin : Aufbau-Verlag.
  22. ^ Verheyen 1999 , pp7-8.
  23. ^ Lorenz Müller, Frank (2007). « Le spectre d'un peuple en armes : le gouvernement prussien et la militarisation du nationalisme allemand, 1859-1864 ». Anglais Historical Review . 122 (495): 82-104. doi : 10.1093 / EHR / cel374 . JSTOR 20108205 . 
  24. ^ Verheyen 1999 , p 8., 25.
  25. ^ Kesselman 2009 , p. 181.
  26. ^ Samson 2002 , p. 440.
  27. ^ Gerwarth 2005 , p. 20.
  28. ^ Wolfram Kaiser, Helmut Wohnout. Le catholicisme politique en Europe, 1918-1945 . Londres, Angleterre; New York City, États-Unis : Routledge, 2004. P. 40.
  29. ^ James Minahan. Une Europe, plusieurs nations : un dictionnaire historique des groupes nationaux européens . Greenwood Publishing Group, Ltd., 2000. P. 108.
  30. ^ Seton-Watson 1977 , p 98..
  31. ^ Verheyen 1999 , p. 24.
  32. ^ Schubert, Michel (2011). « La « nation allemande » et « l'Autre noir » : le darwinisme social et la mission culturelle dans le discours colonial allemand ». Modèles de préjugés . 45 (5) : 399-416. doi : 10.1080/0031322x.2011.624754 . S2CID 143888654 . 
  33. ^ Felicity Rash, Les stratégies de discours de l'écriture impérialiste : l'idée coloniale allemande et l'Afrique, 1848-1945 (Routledge, 2016).
  34. ^ A b c d e f g h Berdahl, Robert M. (2005). « La réunification allemande dans une perspective historique » . Le Berkeley Journal of International Law . 23 (2). doi : 10.15779/Z38RS8N .
  35. ^ Snyder, Timothée (2010). Bloodlands : l'Europe entre Hitler et Staline . Livres de base. p. 160. ISBN 0465002390 
  36. ^ un b Cameron, Keith (1999). Identité nationale . Livres d'Intelligence. ISBN 9781871516050.
  37. ^ Posener, Alan (20 juin 2016). "Le nationalisme allemand ne peut être contenu que par une Europe unie" . Le Gardien .
  38. ^ Jessup, John E. (1998). Un dictionnaire encyclopédique des conflits et de la résolution des conflits, 1945-1996 . Westport, Connecticut : Greenwood Press. p. 543. ISBN 978-0313281129.
  39. ^ Brown, Timothy S. (1er janvier 2004). "Sous-cultures, musique pop et politique: Skinheads et "rock nazi" en Angleterre et en Allemagne". Revue d'histoire sociale . 38 (1) : 157-178. doi : 10.1353/jsh.2004.0079 . JSTOR 3790031 . S2CID 42029805 .  
  40. ^ "Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD)" . Encyclopédie Britannica . Consulté le 9 novembre 2015 .
  41. ^ Conradt, David P. (1995). La nouvelle politique allemande : partis et enjeux dans les années 90 . Livres Berghahn. p. 258. ISBN 9781571810335.
  42. ^ "Histoire des travailleurs invités" . Missions allemandes aux États-Unis . Consulté le 14 mai 2017 .
  43. ^ "Une étude dit que les Turcs sont les pires immigrants intégrés d'Allemagne" . Consulté le 18 mai 2016 .
  44. ^ "Immigration : l'enquête montre le manque alarmant d'intégration en Allemagne" . Consulté le 18 mai 2016 .
  45. ^ "L'utilisation du bien-être des immigrés et des autochtones en Allemagne : le cas des immigrés turcs" (PDF) . Récupéré le 25 janvier 2017 .
  46. ^ Prevezanos, Klaudia (30 octobre 2011). "Les travailleurs invités turcs ont transformé la société allemande | Allemagne et Turquie – Une relation difficile | DW.COM | 30 octobre 2011" . Deutsche Welle.
  47. ^ Bernstein, Richard (18 juin 2006). "Dans la surprise de la Coupe du monde, les drapeaux flottent avec la fierté allemande" . Le New York Times .
  48. ^ Harding, Luke (29 juin 2006). "L'Allemagne se délecte d'une explosion de fierté nationale et de couvre-chefs idiots" . Le Gardien .
  49. ^ Shuster, Simon (15 juillet 2015). "L'Allemagne se retrouve à jouer le méchant dans le drame grec" . Temps .
  50. ^ Wagstyl, Stefan (15 juillet 2015). "La tactique dure de Merkel suscite des critiques en Allemagne et à l'étranger" . Financial Times .
  51. ^ Cohen, Roger (13 juillet 2015). "La question allemande Redux" . Le New York Times .
  52. ^ Taub, Amanda; Fisher, Max (18 janvier 2017). "L'extrême droite allemande conteste la culpabilité sur le passé nazi" . Le New York Times .
  53. ^ "Comprendre l'Alternative pour l'Allemagne : Origines, Objectifs et Conséquences" (PDF) . Université de Denver. 16 novembre 2016 . Consulté le 29 avril 2017 .
  54. ^ Beyer, Susanne; Fleischhauer, janvier (30 mars 2016). « La directrice de l'AfD, Frauke Petry : « L'immigration des musulmans changera notre culture » » . Der Spiegel .
  55. ^ "Rencontrez les nouveaux visages prêts à déferler au Parlement européen" . Le Gardien . 26 mai 2014 . Consulté le 11 janvier 2015 .
  56. ^ Andrew Gladding Whiteside, Le socialisme des imbéciles : Georg Ritter von Schönerer et le pangermanisme autrichien (U of California Press, 1975).
  57. ^ Ian Kershaw (2000). Hitler : 1889-1936 Hubris . WW Norton & Compagnie. pp.  33 -34, 63-65.
  58. ^ Morgan, Philippe (2003). Le fascisme en Europe, 1919-1945 . Routledge. p. 72 . ISBN 0-415-16942-9.
  59. ^ Bideleux, Robert; Jeffries, Ian (1998), Une histoire de l'Europe de l'Est : crise et changement , Routledge, p. 355, ISBN 9780415161121
  60. ^ Anton Pelinka, Populisme de droite Plus "X": Le Parti de la liberté autrichien (FPÖ). Challenges to Consensual Politics: Democracy, Identity, and Populist Protest in the Alpine Region (Bruxelles : PIE-Peter Lang, 2005) pp. 131-146.
  61. ^ Spohn, Willfried (2005). « Identités enchevêtrées : nations et Europe ». Autriche: De l' Empire des Habsbourg à une petite nation en Europe . Routledge. p. 61. ISBN 9781351939928.
  62. ^ Sacerdotal, Tom (27 janvier 2017). « Le déni de l'identité ethnique : la manipulation politique des croyances sur la langue dans les régions minoritaires slovènes d'Autriche et de Hongrie ». Revue slave . 55 (2) : 364-398. doi : 10.2307/2501916 . JSTOR 2501916 . 
  63. ^ Wolfram, Herwig (18 janvier 2010). « L'Autriche avant l'Autriche : le passé médiéval des politiques à venir ». Annuaire d'histoire autrichienne . 38 : 1. doi : 10.1017/S0067237800021378 . S2CID 143887139 . 

Lectures complémentaires

  • Gerwarth, Robert (2005). Le mythe de Bismarck : l'Allemagne de Weimar et l'héritage du chancelier de fer . Oxford, Angleterre, Royaume-Uni : Oxford University Press. ISBN 0-19-928184-X.
  • Hagemann, Karen. « De la « valeur virile » et de « l'honneur allemand » : nation, guerre et masculinité à l'époque du soulèvement prussien contre Napoléon ». Histoire de l'Europe centrale 30#2 (1997) : 187-220.
  • Jusdanis, Grégoire (2001). La Nation Nécessaire . Princeton UP. ISBN 0-691-08902-7.
  • Kesselman, Marc (2009). La politique européenne en transition . Boston : Compagnie Houghton Mifflin. ISBN 978-0-618-87078-3.
  • Motyl, Alexander J. (2001). Encyclopédie du nationalisme, tome II . Presse Académique. ISBN 0-12-227230-7.
  • Pinson, KS piétisme comme facteur de la montée des nationalismes allemand (Columbia UO, 1934).
  • Samson, James (2002). L'histoire de Cambridge de la musique du XIXe siècle . Cambridge UP. ISBN 0-521-59017-5.
  • Schulze, Hagen. Le cours du nationalisme allemand : de Frédéric le Grand à Bismarck 1763-1867 (Cambridge UP, 1991).
  • Seton-Watson, Hugh (1977). Nations et États : une enquête sur les origines des nations et la politique du nationalisme . Methuen & Co. Ltd. ISBN 0-416-76810-5.
  • Smith, Anthony D. (2010). Nationalisme . Cambridge, Angleterre, Royaume-Uni ; Malden, Massachusetts, États-Unis : Polity Press. ISBN 978-0-19-289260-7.
  • Smith, Helmut Walser. Nationalisme allemand et conflit religieux : culture, idéologie, politique, 1870-1914 (Princeton UP, 2014).
  • Verheyen, Dirk (1999). La question allemande : une exploration culturelle, historique et géopolitique . Presse Westview. ISBN 0-8133-6878-2.

El-Tayeb, Fatome. « « Si vous ne pouvez pas prononcer mon nom, vous pouvez simplement m'appeler fierté » : activisme afro-allemand, genre et hip-hop » (Genre et histoire, Vol. 15 No. 3, novembre 2003)

0.070232152938843