Déclaration de guerre allemande contre les États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Hitler annonce la déclaration de guerre contre les États-Unis au Reichstag le 11 décembre 1941

Le 11 décembre 1941, quatre jours après l' attaque japonaise sur Pearl Harbor et la déclaration de guerre des États-Unis contre l'Empire japonais , l'Allemagne nazie déclara la guerre aux États-Unis , en réponse à ce qui était prétendu être une série de provocations de la part des États - Unis. Gouvernement des États- Unis lorsque les États-Unis étaient encore officiellement neutres pendant la Seconde Guerre mondiale . La décision de déclarer la guerre a été prise par Adolf Hitler , apparemment désinvolte, presque sans consultation. Il a été qualifié de décision "la plus déroutante" d'Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale. [1] Publiquement, la déclaration formelle a été faite aux AméricainsChargé d'affaires Leland B. Morris par le ministre allemand des Affaires étrangères Joachim von Ribbentrop dans le bureau de ce dernier. Plus tard dans la journée, les États - Unis ont déclaré la guerre à l'Allemagne , l'action de l'Allemagne ayant éliminé toute opposition isolationniste nationale significative restante à l'entrée des États-Unis dans la guerre européenne.

Contexte

Adolf Hitler, le chef du parti nazi allemand, était l'un des dictateurs les plus puissants et les plus notoires du 20e siècle. Le cours des relations entre l'Allemagne et les États-Unis s'était détérioré depuis le début de la Seconde Guerre mondiale, inévitablement compte tenu de la coopération croissante entre les États-Unis et le Royaume-Uni. L' accord Destroyers for Bases , le prêt-bail , la charte de l' Atlantique , le transfert du contrôle militaire de l'Islande du Royaume-Uni aux États-Unis , l'extension de la zone de sécurité panaméricaine et de nombreux autres résultats de la relation spécialequi s'était développé entre les deux pays avait mis à rude épreuve les relations entre les États-Unis, encore techniquement un pays neutre, et l'Allemagne nazie . Les destroyers américains escortant des navires de ravitaillement américains à destination du Royaume-Uni étaient déjà engagés dans une guerre de facto non déclarée avec les sous-marins allemands . [2] Le désir de Roosevelt d'aider le Royaume-Uni, malgré les objections de l'influent lobby isolationniste américain , et les obstacles juridiques imposés par le Congrès qui ont empêché une implication directe dans la guerre, ont amené les États-Unis à repousser les limites traditionnelles de la neutralité .

Le 7 décembre 1941, l'Empire du Japon lança une attaque contre la base navale et militaire américaine de Pearl Harbor à Hawaï , déclenchant une guerre entre le Japon et les États-Unis. Le Japon n'avait pas informé son allié, l'Allemagne, à l'avance de l'attaque, bien que l'ambassadeur japonais ait informé le ministre allemand des Affaires étrangères, Joachim von Ribbentrop , début décembre que les relations entre les États-Unis et l'empire japonais étaient à un point de rupture, et cette guerre était imminente. Il a été chargé de demander à l'Allemagne de s'engager à déclarer la guerre aux termes du pacte tripartite si cela se produisait. Hitler et Ribbentrop avaient exhorté le Japon à attaquer et à reprendre Singapourdes Britanniques, sur la théorie que cela nuirait non seulement au Royaume-Uni, mais servirait également à aider à garder les États-Unis hors de la guerre. [3] Le 28 novembre 1941, Ribbentrop confirma à Hiroshi Oshima , l'ambassadeur du Japon en Allemagne, ce qu'Hitler lui-même avait dit au ministre japonais des Affaires étrangères Yosuke Matsuoka : que si le Japon s'engageait dans une guerre avec les États-Unis, l'Allemagne entrerait en guerre contre le Japon. côté. Lorsque les Japonais ont demandé une confirmation écrite de cela, Hitler l'a fournie, avec le consentement de Mussolini . Cet accord, rédigé le 4 décembre, engageait les principales puissances de l'Axe à entrer en guerre avec les États-Unis en cas de guerre avec le Japon, et remplaçait essentiellement l'Acte tripartite. [4]

Gros plan d'Hitler alors que la guerre est déclarée aux États-Unis, le 11 décembre 1941

Selon les termes de leurs accords, l'Allemagne était obligée de venir en aide au Japon si un pays tiers attaquait le Japon, mais pas si le Japon attaquait un pays tiers. Ribbentrop a rappelé cela à Hitler et a souligné que déclarer la guerre aux États-Unis augmenterait le nombre d'ennemis que l'Allemagne combattait, mais Hitler a rejeté cette préoccupation comme n'étant pas importante [3] et, presque entièrement sans consultation, a choisi de déclarer guerre contre les États-Unis, voulant le faire avant, pensait-il, le président américain Franklin D. Roosevelt déclarerait la guerre à l'Allemagne. [5] [6] [7]En général, la hiérarchie nazie avait peu de considération pour la détermination militaire des États-Unis sous Roosevelt, une position qui est largement considérée comme une erreur majeure dans leur réflexion stratégique. À leurs yeux, les États-Unis étaient une nation corrompue, décadente, dominée par les Juifs, affaiblie par ses importantes populations d' Afro-Américains , d'immigrants et de Juifs-Américains . [ citation nécessaire ]

L'opinion publique américaine s'est fortement opposée à l'Allemagne après Pearl Harbor, que l'on croyait inspirée ou organisée par l'Allemagne. Un sondage Gallup du 10 décembre (après Pearl Harbor mais avant la déclaration de guerre allemande) a révélé que 90 % des Américains ont répondu « Oui » à la question « Le président Roosevelt aurait-il dû demander au Congrès de déclarer la guerre à l'Allemagne, ainsi qu'au Japon ? » [8] [9] [10]

déclaration allemande

Hitler est arrivé à Berlin le mardi 9 décembre et a rencontré Goebbels à midi, lorsqu'il a révélé son intention de déclarer la guerre dans un discours au Reichstag , reportant la déclaration de 24 heures pour se donner le temps de se préparer. [11]Une autre réunion avec Goebbels le 10 décembre a finalisé la planification, bien qu'Hitler n'ait pas encore travaillé sur son discours. L'heure choisie était 15h00, car c'était une heure convenable pour les auditeurs de la radio allemande et l'émission pouvait être reçue à Tokyo à 22h00 et à Washington DC à 8h00. Ribbentrop a téléphoné à l'ambassadeur d'Allemagne à Rome, lui demandant de contacter Mussolini et de s'assurer que la déclaration de guerre de l'Italie soit coordonnée avec celle de l'Allemagne. Pendant ce temps, il y avait une activité diplomatique considérable pour s'assurer que les amendements au pacte tripartite demandés par le gouvernement japonais soient conclus ; les Allemands ont demandé que l'ambassadeur du Japon, Hiroshi Ōshima , soit autorisé à signer l' accord "Pas de paix séparée" au nom de Tokyo pour gagner du temps.[12]

La Grande-Bretagne et les États-Unis étaient déjà au courant des intentions allemandes grâce au renseignement sur les transmissions de Magic et le 9 décembre, Roosevelt a donné l'une de ses émissions nationales de « conversation au coin du feu » dans laquelle il a déclaré que le peuple américain devrait « Se souvenir toujours que l'Allemagne et l'Italie, indépendamment de tout déclaration formelle de guerre, se considèrent en guerre avec les États-Unis en ce moment tout autant qu'ils se considèrent en guerre avec la Grande-Bretagne ou la Russie ». [13] Churchill a pris la parole à la Chambre des communesle matin du 11 décembre, en disant cela; « Non seulement l'Empire britannique maintenant, mais les États-Unis se battent pour la vie ; la Russie se bat pour la vie, et la Chine se bat pour la vie. Derrière ces quatre grandes communautés combattantes se rangent tout l'esprit libre et les espoirs de tous les pays conquis en Europe. ... Cela ferait en effet honte à notre génération si nous ne leur donnions pas une leçon qui ne sera pas oubliée dans les annales de mille ans". [14]

Le jeudi 11 décembre 1941, le chargé d'affaires américain Leland B. Morris , le plus haut diplomate américain en Allemagne, fut convoqué au bureau du ministre des Affaires étrangères Joachim von Ribbentrop où Ribbentrop lut à Morris la déclaration formelle ; [15] la réunion a duré de 14 h 18 à 14 h 21. [16] Le texte était :

MONSIEUR. CHARGÉ D'AFFAIRES:

Le Gouvernement des États-Unis ayant violé de la manière la plus flagrante et dans une mesure toujours croissante toutes les règles de neutralité en faveur des adversaires de l'Allemagne et s'étant continuellement rendu coupable des plus graves provocations envers l'Allemagne depuis le déclenchement de la guerre européenne, provoquée par la déclaration de guerre britannique à l'Allemagne le 3 septembre 1939, a finalement eu recours à des actes d'agression militaire ouverte.

Le 11 septembre 1941, le président des États-Unis déclara publiquement qu'il avait ordonné à la marine et à l'aviation américaines de tirer à vue sur tout navire de guerre allemand. Dans son discours du 27 octobre 1941, il affirma une fois de plus expressément que cet arrêté était en vigueur. Agissant en vertu de cet ordre, les navires de la marine américaine, depuis début septembre 1941, ont systématiquement attaqué les forces navales allemandes. Ainsi, des destroyers américains , comme par exemple le Greer , le Kearney et le Reuben James , ont ouvert le feu sur des sous-marins allemands conformément au plan. Le secrétaire de la marine américaine , M. Knox , a lui - même confirmé que des destroyers américains ont attaqué des destroyers allemands .sous-marins .

En outre, les forces navales des États-Unis, sur ordre de leur gouvernement et contrairement au droit international, ont traité et saisi des navires marchands allemands en haute mer comme des navires ennemis.

Le gouvernement allemand établit donc les faits suivants :

Bien que l' Allemagne , de son côté , ait strictement respecté les règles du droit international dans ses relations avec les États - Unis pendant chaque période de la guerre actuelle , le gouvernement des États - Unis , à partir des violations initiales de la neutralité , a finalement procédé à des actes de guerre ouverts contre l' Allemagne . . Le gouvernement des États-Unis a ainsi pratiquement créé un état de guerre .

Le gouvernement allemand, par conséquent, met fin aux relations diplomatiques avec les États-Unis d'Amérique et déclare que dans ces circonstances provoquées par le président Roosevelt, l' Allemagne aussi, à partir d'aujourd'hui, se considère comme étant en état de guerre avec les États-Unis d'Amérique.

Agréez, Monsieur le Chargé d'Affaires, l'expression de ma haute considération.

11 décembre 1941.

RIBBENTROP. [17]

Selon George F. Kennan , un diplomate qui a travaillé avec Morris, après avoir lu la déclaration, Ribbentrop a crié à Morris : « Ihr Präsident hat diesen Krieg gewollt ; jetzt hat er ihn » (« Votre président a voulu cette guerre, maintenant il l'a "), tourna les talons et quitta la pièce. [18] [19]

Le même texte avait été envoyé à Hans Thomsen , le chargé d'affaires allemand à Washington, avec instruction de le présenter à Cordell Hull , le secrétaire d'État américain à 15h30, heure d' été allemande , 8h30 Eastern Standard Temps . [20] À leur arrivée cependant, Hull refusa de voir la délégation allemande et ce n'est qu'à 9h30 qu'ils purent passer leur note à Ray Atherton , le chef de la Division des Affaires européennes. [21] À Berlin, il y avait la consternation que Mussolini avait décidé de devancer Hitler et de déclarer la guerre dans un discours du balcon du Palazzo Veneziaà 14h45 ; une foule estimée à 100 000 personnes s'est rassemblée pour entendre son discours qui n'a duré que quatre minutes. [22]

A 15h00, Hitler s'est adressé aux 855 députés du Reichstag réunis à l' Opéra Kroll , avec un discours d'une durée de 88 minutes dans lequel il a énuméré les succès allemands à ce jour. [23] La deuxième partie du discours était consacrée à une attaque contre Roosevelt et "le monde juif-capitaliste anglo-saxon", concluant que "Au cours des 2000 ans d'histoire allemande que nous connaissons, notre Volk n'a jamais été aussi unifié et plus unie qu'elle ne l'est aujourd'hui". [24] Le même jour, ambassadeurs allemands dans les capitales des autres signataires du Pacte tripartite ; Hongrie , Roumanie , Bulgarie , Croatie et Slovaquie, ont été chargés d'obtenir leurs déclarations de guerre contre les États-Unis. [21]

Roosevelt avait écrit une brève note au Congrès le matin du 11 décembre leur demandant de déclarer la guerre à l'Allemagne et à l'Italie ; réunie à midi, la motion a été adoptée par les deux chambres sans dissidence, bien qu'il y ait eu quelques abstentions. Le vice-président Henry Wallace est arrivé à la Maison Blanche avec la déclaration, qui a été signée par Roosevelt à 15h00. [25]

Avis post-déclaration

La signature par Franklin Delano Roosevelt de la déclaration de guerre contre l'Allemagne, la réponse des États-Unis à la déclaration d'Hitler

Selon l'adjudant naval d'Hitler, l'amiral Karl-Jesko von Puttkamer , l'attaque japonaise sur Pearl Harbor a en fait renforcé l'assurance d'Hitler dans la victoire de la guerre et a amélioré le moral des hauts dirigeants des forces armées. Peter Padfield écrit :

La nouvelle [de Pearl Harbor] a été une surprise pour Hitler bien qu'il soit au courant de leur intention d'attaquer quelque part à un moment donné et qu'il ait décidé de les soutenir s'ils attaquaient les États-Unis. Négligeant maintenant avec frivolité l'énorme puissance financière et productive de l'Amérique et, selon ... von Puttkamer, aveugle à l'idée que cette puissance pouvait être projetée de l'autre côté de l'Atlantique, il regagna une confiance renouvelée dans une issue victorieuse de la guerre. Ses généraux souffraient de la même hallucination enclavée : tout son état-major se livrait à « une extase de réjouissance » ; les rares personnes qui ont vu plus loin « sont devenues encore plus seules ». Les officiers de marine ne voyaient pas plus clair que les généraux. [26]

Les raisons pour lesquelles Hitler a déclaré la guerre aux États-Unis étaient nombreuses. L'une était une réponse émotionnelle : la tactique japonaise consistant à utiliser une attaque surprise sans faire de déclaration de guerre l'attirait – il avait fait la même chose lorsqu'il avait attaqué l' Union soviétique avec l' opération Barbarossa en juin 1941 ; en effet, il a dit à l'ambassadeur du Japon « [O]ne devrait frapper – aussi fort que possible – et ne pas perdre de temps à déclarer la guerre ». [3] Aussi, la perspective d'une guerre mondiale a nourri la tendance d'Hitler vers la pensée grandiose et a renforcé son sentiment qu'il était une figure du destin historique du monde. Comme il l'a dit dans son discours de déclaration au Reichstag :

Je ne peux que remercier la Providence de m'avoir confié la direction de cette lutte historique qui, pour les cinq cents ou mille ans à venir, sera qualifiée de décisive, non seulement pour l'histoire de l'Allemagne, mais pour toute l'Europe et même le monde entier. [3]

Quelles que soient les consultations que Hitler a recherchées pour l'aider à prendre sa décision, personne de la Wehrmacht n'a été inclus, à l' exception peut-être des généraux flagorneurs Alfred Jodl et Wilhelm Keitel . Jodl était le conseiller militaire en chef d'Hitler sur la planification des opérations, et le deuxième responsable de Jodl, le général Walter Warlimont , a rappelé plus tard qu'il s'agissait « d'une autre décision entièrement indépendante sur laquelle aucun conseil de la Wehrmacht n'avait été demandé ou donné... ». que si on leur avait demandé, la direction militaire aurait déconseillé d'étendre la guerre, étant donné l'ampleur de la crise sur le front de l'Est. L' adjudant de la Luftwaffe d'Hitler , Nicolaus von Below, qui a été informé de la décision d'élargir la guerre à son retour d'un mois de congé, a été stupéfait par "l'ignorance" d'Hitler du potentiel militaire des États-Unis, et l'a vu comme un exemple de "l'approche dilettante d'Hitler et de ses connaissances limitées de pays étrangers." Hitler n'avait pas non plus ordonné les préparatifs nécessaires à une telle décision ni pris en compte des considérations logistiques. [27] Il a peut-être vu un avantage stratégique aux États-Unis étant vraisemblablement principalement engagés dans la réponse à l'attaque de Pearl Harbor, tandis que les sous-marins allemands étaient lâchés sur la navigation américaine dans l'Atlantique, coupant ainsi la ligne de vie des approvisionnements du Royaume-Uni. , [28] mais il n'avait pas donné à l'amiral Karl Dönitztoute notification préalable afin qu'il puisse positionner ses sous-marins pour profiter au maximum de la nouvelle situation. [27]

Le manque de connaissances d'Hitler sur les États-Unis et sa capacité industrielle et démographique à monter une guerre sur deux fronts est également entré dans sa décision. [3] [4] Dès la mi-mars 1941 – neuf mois avant l'attaque japonaise – le président Roosevelt était parfaitement conscient de l'hostilité d'Hitler envers les États-Unis et du potentiel destructeur qu'il présentait . En raison de cette attitude au sein de la Maison Blanche et des efforts rapides de la capacité industrielle des Américains avant et jusqu'en 1941 pour commencer à fournir à ses forces armées les munitions, les avions de combat et les navires qui seraient nécessaires pour vaincre l'Axe dans son ensemble, les États-Unis étaient déjà sur la bonne voie vers l'économie de guerre à grande échelle, ce qui en ferait le« arsenal de la démocratie » pour lui-même et ses alliés. Hitler, cependant, rejetait la puissance militaire des États-Unis, une opinion partagée par Hermann Göring . Avec des troupes allemandes à la périphérie de Moscou, Hitler peut également avoir compté sur une défaite rapide de l'Union soviétique en mettant à disposition les ressources économiques et militaires allemandes liées à cette invasion. [29]

Un autre facteur était que les préjugés raciaux profondément ancrés d'Hitler lui faisaient voir les États-Unis comme une démocratie bourgeoise décadente remplie de personnes métissées, une population fortement sous l'influence des Juifs et des "Nègres", sans histoire de discipline autoritaire pour contrôler et diriger eux, intéressés uniquement par le luxe et vivant la "bonne vie" tout en dansant, buvant et appréciant la musique "négrofiée". Un tel pays, dans l'esprit d'Hitler, ne serait jamais disposé à faire les sacrifices économiques et humains nécessaires pour menacer l'Allemagne nationale-socialiste [3] - et ainsi ouvrirait la voie à une vision dangereusement inexacte de la nation même qu'Hitler avait énoncée dans son ouvrage non publié. Zweites Buch ( deuxième livre, 1928) serait le défi le plus sérieux du Troisième Reich au-delà de sa défaite prévue de l'Union soviétique. [30]

Le potentiel économique et la composition raciale de l'Amérique ont eu des implications sur la propre construction idéologique d'Hitler, en effet, sur la façon dont il voyait les problèmes actuels et les espoirs futurs de l'Allemagne. Ses idées centrales d '« espace vital » et de race étaient la clé de son image des États-Unis. Pour Hitler, les États-Unis étaient un pays avec un noyau racial « nordique » blanc, auquel il attribuait sa réussite économique et son niveau de vie, et dans lequel il voyait un modèle pour sa vision de « l'espace vital » allemand en Europe. [note 1]

Il était également vrai que du point de vue allemand, les États-Unis étaient déjà pratiquement un belligérant. Roosevelt était venu aussi près d'entrer en guerre qu'une puissance neutre pouvait l'être, et avait peut-être aussi franchi la ligne. Depuis plus d'un an, les États-Unis ont fourni de grandes quantités d'aide économique à la Grande-Bretagne sous forme de prêts et de crédit et de prêt-bail ; dans la Charte de l' Atlantique, Roosevelt avait promis que l'Amérique serait « l'arsenal de la démocratie ». Les attaques allemandes contre les navires américains - qui, après une période au cours de laquelle les sous-marins ont reçu l'ordre d'éviter de le faire dans la mesure du possible - ont commencé bien avant la déclaration de guerre allemande, signifiant que les navires de guerre américains sont inévitablement impliqués dans des conflits avec les navires allemands. Ribbentrop a exprimé l'opinion que les grandes puissances n'attendent pas que la guerre leur soit déclarée, et il a peut-être semblé à Hitler - ignorant comme il l'était des tensions dans les relations anglo-américaines - que les États-Unis, en tant que quasi-belligérants, pourraient déclarer formellement la guerre à l'Allemagne dans tous les cas. [29]

Un avantage que la déclaration de guerre contre les États-Unis offrait à Hitler était comme une diversion de propagande pour le public allemand, pour le distraire de l'état de guerre contre l'Union soviétique, dans laquelle l'Allemagne avait subi de graves revers et un engagement prolongé de manière inattendue. Hitler avait assuré au peuple allemand que l'Union soviétique serait écrasée bien avant le début de l'hiver, mais cela, en fait, ne s'est pas produit, et il y avait peu de bonnes nouvelles. Le moment choisi pour l'attaque japonaise sur Pearl Harbor a permis à Hitler d'orienter son discours prévu vers le Reichstag d'une manière plus positive, en extrayant autant de valeur de propagande que possible. Hitler, en effet, a retardé le discours – et la déclaration de guerre – de plusieurs jours, essayant d'arriver au bon moment psychologique pour faire l'annonce.[31] Pourtant, le motif de propagande était à peine suffisant pour justifier la déclaration de guerre aux États-Unis, d'autant plus que cela créerait une « alliance contre nature » entre deux régimes politiques disparates et jusque-là antagonistes, les États-Unis et l'Union soviétique.

Il y avait aussi une motivation liée à la propre psychologie d'Hitler. A l'heure où la Wehrmacht venait d'être contrainte par l'Armée rouge et l'hiver russe à passer à la défense lors de l'invasion de la Russie, Hitler a peut-être voulu montrer en déclarant la guerre qu'il était toujours le maître de la situation. De plus, tout au long de sa vie, Hitler avait toujours parié et gagné sur le "long shot", pariant tout sur un seul coup de dés. Cela l'avait bien servi jusqu'à présent, mais son manque d'informations sur les États-Unis et ses idées préconçues idéologiques à leur sujet ont fait de ce choix particulier un très mauvais choix, peu susceptible d'être en faveur d'Hitler. Du point de vue historique, cependant, son choix ressemble à un acte désespéré. [4]

Quelles que soient les raisons de la déclaration d'Hitler, la décision est généralement considérée comme une énorme bévue stratégique de sa part, car elle a permis aux États-Unis d'entrer dans la guerre européenne en soutien au Royaume-Uni et aux Alliés sans trop d'opposition publique, tout en faisant face à la menace japonaise dans le Pacifique. Hitler avait, en fait, engagé l'Allemagne à combattre les États-Unis au milieu d'une guerre d'extermination contre la Russie, et sans avoir d'abord vaincu le Royaume-Uni, au lieu de prendre l'option de reporter un conflit avec les États-Unis aussi longtemps que possible. , l'obligeant à se concentrer sur la guerre du Pacifique contre le Japon, et rendant beaucoup plus difficile son implication dans la guerre européenne. Au moins dans une certaine mesure, il avait entre ses mains le pouvoir de contrôler le moment de l'intervention des États-Unis, et au lieu de cela,en déclarant la guerre à l'Amérique, il a libéré Roosevelt et Churchill pour qu'ils agissent comme ils l'entendent.[2] [6] [7] [32] [33] [34] [35]

Du point de vue d'Hitler et d'une grande partie de l'élite politique et militaire allemande, déclarer la guerre aux États-Unis en réponse à l'attaque de Pearl Harbor était un risque calculé pour combattre les États-Unis avant qu'ils ne soient prêts à se défendre efficacement. À ce moment-là, les dirigeants allemands pensaient que les États-Unis agissaient effectivement en tant que belligérant dans le conflit, étant donné des actions telles que le prêt-bail de fournitures à la Grande-Bretagne pour soutenir leur effort de guerre, les déclarations publiques du président Roosevelt, le déploiement de soldats américains et Marines en Islande et escortes de convois de la marine américaine à travers l'Atlantique, qui sont parfois entrés en contact avec des sous-marins ; ces actes, ainsi que l'intervention précédente de l'Amérique dans la Première Guerre mondiale, a conduit à l'hypothèse que la guerre entre eux était inévitable. En tant que tel, la décision a été prise d'utiliser l'attaque comme justification d'une déclaration officielle de guerre afin de chasser la Grande-Bretagne du conflit en élargissant les opérations sous-marines et en attaquant directement la navigation commerciale américaine. Alors que la déclaration de guerre d'Hitler contre les États-Unis a finalement conduit à sa chute, elle semblait initialement réussir dans son objectif de couper plus efficacement les lignes d'approvisionnement de la Grande-Bretagne, car le manque de tactiques, d'équipements et de procédures de l'armée américaine pour combattre les sous-marins a causé 1942 à être l'année la plus dévastatrice de la guerre pour les pertes maritimes ; [36] la déclaration de guerre a permis le deuxième temps heureux pour les sous-marins. [37]

La déclaration de guerre d'Hitler a été un grand soulagement pour le Premier ministre britannique Winston Churchill , qui craignait la possibilité de deux guerres parallèles mais déconnectées - le Royaume-Uni et l'Union soviétique contre l'Allemagne en Europe, et les États-Unis et l'Empire britannique contre le Japon en Extrême-Orient. et le Pacifique. Avec la déclaration de l'Allemagne nazie contre les États-Unis, l'aide américaine à la Grande-Bretagne sur les deux théâtres de guerre en tant qu'alliée à part entière a été assurée. Cela a également simplifié les choses pour le gouvernement américain, comme le rappelle John Kenneth Galbraith :

Quand Pearl Harbor est arrivé, nous [les conseillers de Roosevelt] étions désespérés. ... Nous étions tous à l'agonie. L'humeur du peuple américain était évidente - ils étaient déterminés à ce que les Japonais soient punis. Nous aurions pu être contraints de concentrer tous nos efforts sur le Pacifique, incapables désormais d'apporter plus qu'une aide purement périphérique à la Grande-Bretagne. C'était vraiment étonnant quand Hitler nous a déclaré la guerre trois jours plus tard. Je ne peux pas vous dire nos sentiments de triomphe. C'était une chose totalement irrationnelle de sa part, et je pense que cela a sauvé l'Europe. [38]

Joachim C. Fest , l'un des biographes d'Hitler, a soutenu que la décision d'Hitler n'était « plus vraiment un acte de sa propre volonté, mais un geste gouverné par une prise de conscience soudaine de sa propre impuissance. Ce geste était la dernière initiative stratégique d'Hitler de quelque importance. ." [6] L'historien Ian Kershaw qualifie la décision d'Hitler de déclarer la guerre aux États-Unis alors qu'il n'était pas obligé de le faire comme « [A] mouvement en avant typique d'Hitler, tentant de prendre l'initiative ... [mais] c'était un mouvement de faiblesse , pas de force. Et c'était plus irrationnel que n'importe quelle décision stratégique prise à cette date." [39] Dans son analyse biographique, The Meaning of Hitler , le journaliste Sebastian Haffnera dit de la décision d'Hitler "Il n'y a à ce jour [1979] aucune explication rationnelle compréhensible pour ce que l'on est tenté de décrire comme un acte de folie. ... Même considérée comme un acte de désespoir, sa déclaration de guerre à l'Amérique ne fait vraiment pas sens." [40] [note 2]

Voir aussi

Références

Notes d'information

  1. ^ Le 24 février 1945 encore, Hitler parla du « vaste territoire » des États-Unis en Amérique, « ample pour absorber les énergies de tout leur peuple », comme le modèle qu'il espérait imiter pour l'Allemagne en Europe, « pour assurer sa complète indépendance économique à l'intérieur d'un territoire d'une taille compatible avec sa population », ajoutant qu'« un grand peuple a besoin de vastes hectares » Genoud, François (éd.) (1961) Le Testament d'Adolf Hitler. Les documents Hitler-Bormann, février-avril 1945 . Londres. p.88. Pour les problèmes avec cette source, voir Kershaw (2000), n.121, pp. 1024–5.
  2. ^ Haffner spécule que la décision a peut-être marqué le début de la position ultime d'Hitler selon laquelle si le peuple allemand n'avait pas une « volonté » suffisante pour gagner la guerre, alors il méritait de sombrer dans la ruine absolue. Il cite les récents revers sur le front de l'Est et les remarques d'Hitler le 27 novembre aux ministres des Affaires étrangères danois et croate « Si un jour la nation allemande n'est plus suffisamment forte ou suffisamment prête à se sacrifier pour mettre son propre sang en jeu pour son existence, alors qu'il périsse et soit anéanti par une autre puissance plus forte... Dans ce cas, je ne verserai pas de larmes pour la nation allemande." Haffner commente "La déclaration de guerre à l'Amérique fut-elle le premier indice qu'Hitler avait intérieurement changé de vitesse ? Avait-il décidé que s'il ne pouvait entrer dans l'histoire comme le plus grand conquérant, il serait au moins l'architecte de la plus grande catastrophe ? » (p.120)

Citations

  1. ^ Kershaw (2007), p.382
  2. ^ un b Bullock (1992), pp.766-67
  3. ^ A b c d e f Bullock (1992), pp.661-64
  4. ^ A b c Ullrich, Volker (2020). Hitler : Chute : 1939-1945 . Traduit par Jefferson Chase. New York : Knopf. p. 221-222. ISBN 978-1-101-87400-4.
  5. ^ Kershaw (2007), pp.444-446
  6. ^ A b c Fest, Joachim C. (1975) Hitler New York: Cru. pp.655-57 ISBN 0-394-72023-7 
  7. ^ un Burleigh b , Michael (2000) Le Troisième Reich : Une Nouvelle Histoire New York : Hill et Wang. p.731-732 ISBN 9780809093250 
  8. ^ Cantril, Hadley. Opinion publique : 1935-1946, P1173 [1]
  9. ^ Norpoth, Helmut. « Insurpassé : l'appel populaire de Franklin Roosevelt. P39 [2]
  10. ^ Hill, Richard F. "Hitler attaque Pearl Harbor: Pourquoi les États-Unis ont déclaré la guerre à l'Allemagne" P37 [3]
  11. ^ Mawdsley 2011, p. 221
  12. ^ Mawdsley 2011, p. 236
  13. ^ Mawdsley 2011, p. 223-225
  14. ^ Mawdsley 2011, p. 247
  15. ^ Lire, Anthony (2004). Les Disciples du Diable : Le Cercle Intime d'Hitler . WW Norton & Compagnie . p.  783 . ISBN 978-0-393-04800-1.
  16. ^ p. 247
  17. ^ "Déclaration de guerre allemande avec les États-Unis : 11 décembre 1941" . Le projet Avalon . Bibliothèque de droit Lillian Goldman. Archivé de l'original le 24 mars 2013 . Récupéré le 2 novembre 2013 .
  18. ^ Keenan, George F. (2020) Mémoires 1925-1950 . p.96 Archivé le 6 novembre 2021 à la Wayback Machine Plunkett Lake Press.
  19. ^ L'essence du commentaire de Ribbentrop à Morris, sans le commentaire descriptif, est confirmée par Bloch, Michael (1992) Ribbentrop: A Biography . New York : Couronne. p.347 ISBN 0-517-59310-6 citant Staff (1954) Documents on German Foreign Policy - Series D - Volume XIII - June 23-11 December 1941 pp.1004-1005. Office d'impression du gouvernement des États-Unis , télégramme n° 577 (11 décembre 1941) de "Schmidt" 
  20. ^ Smyth et Lambert 1964, p. 999
  21. ^ un b Mawdsley 2011, p. 253
  22. ^ Mawdsley 2011, p. 248-249
  23. ^ " Copie archivée " . Archivé de l'original le 11 août 2021 . Récupéré le 21 octobre 2021 .CS1 maint: archived copy as title (link)
  24. ^ Mawdsley 2011, p. 250-253
  25. ^ Mawdsley 2011, p. 253-254
  26. ^ Padfield, Peter (1984) Dönitz : Le dernier Fuhrer : Portrait d'un chef de guerre nazi Londres : Victor Gollancz. ISBN 0-575-03186-7 . p.235 ; citant Warlimont, W. (1964) Inside Hitler's Headquarters Weidenfeld, p.208 
  27. ^ un b Kershaw (2007), p.383-4
  28. ^ Kershaw (2016), p.352
  29. ^ un b Overy, RJ (1998) Les Origines de la Seconde Guerre mondiale . Londres : Longman. p.94. ISBN 0-582-290856 
  30. ^ Hillgruber (1981), pp.50-51
  31. ^ Kershaw (2000), pp.444-45
  32. ^ Alexandre, Bevin. (2000) Comment Hitler aurait-il pu gagner la Seconde Guerre mondiale à New York : Couronne. p.108 ISBN 0-8129-3202-1 
  33. ^ Kershaw, (2007), pp.382-430
  34. ^ Shirer, William L. (1960) L'Ascension et la Chute du Troisième Reich New York : Simon et Schuster. p.900
  35. ^ Hillgruber (1981) p.95. Citation : « La déclaration de guerre d'Hitler aux États-Unis... n'était pas un geste objectif de politique étrangère... C'était plutôt un geste destiné à dissimuler le fait qu'il ne pouvait plus contrôler la direction de la guerre... Son aveu... le 3 janvier 1942, qu'il ne savait "pas encore" "comment l'Amérique pourrait être vaincue" parle de lui-même."
  36. ^ Farley, Robert (2 septembre 2016). « Et si Hitler n'avait jamais déclaré la guerre aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale ? » . Intérêt national.org . Archivé de l'original le 28 novembre 2020 . Consulté le 12 septembre 2016 .
  37. ^ Duncan Redford et Grove, Philip D. (2014) La Royal Navy: Une histoire depuis 1900 , Tauris. p.182
  38. ^ Galbraith, John Kenneth , interviewé par Gitta Sereny (1995) Albert Speer : Sa bataille avec la vérité New York, Knopf. p.267-8. ISBN 0-394-52915-4 
  39. ^ Kershaw 1991 , p. 159.
  40. ^ Haffner, Sebastian (1979) La signification d'Hitler . Traduit par Ewald Osers. Cambridge, Massachusetts : Harvard University Press. pp.117-18. ISBN 0-674-55775-1 

Bibliographie

Liens externes

0.082967042922974