Géorgie (pays)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Coordonnées : 42°00′N 43°30′E / 42.000°N 43.500°E / 42.000; 43.500

Géorgie
საქართველო ( Géorgie ) Sakartvelo  
Devise : 
ძალა ერთობაშია
Dzala ertobashia
("La force est dans l'unité")
Hymne :  
თავისუფლება
Tavisupleba
("Liberté")
Areas under Georgian control shown in dark green; claimed but uncontrolled areas shown in light green
Zones sous contrôle géorgien indiquées en vert foncé ; zones revendiquées mais non contrôlées indiquées en vert clair
Capitale
et plus grande ville
Tbilissi 41°43′N 44°47′E
 / 41.717°N 44.783°E / 41.717; 44.783
Langues officiellesGéorgien (à l'échelle nationale)
Abkhaze ( AR abkhaze ) [1] [2]
Groupes ethniques
(2014 [a] )
86,8 % Géorgiens
6,2 % Azerbaïdjanais
4,5 % Arméniens
0,7 % Russes
2,1 % Autres
Religion
(2014)
88,1% Christianisme
—83,4% Géorgien Orthodoxie
—5,7 % Autres Chrétiens
10,7% Islam
1,2% Autres / Aucun [3]
Démonyme(s)géorgien
Gouvernement République constitutionnelle parlementaire unitaire
•  Président
Salomé Zurabishvili
Irakli Garibashvili
Kakha Kuchava
Corps législatifParlement
Historique de l'établissement
•  Colchide et Ibérie
13e s. J.-C. – 580 après JC
786-1008
1008
1463-1810

12 septembre 1801

26 mai 1918
25 février 1921
•  Indépendance de l'Union soviétique
Déclaré
Finalisé


9 avril 1991
25 décembre 1991
24 août 1995
Zone
• Le total
69 700 km 2 (26 900 milles carrés) ( 119e )
Population
• Estimation 2021
3 728 573 [a] [4] 4
012 104 [b] ( 128e )
• Recensement de 2014
3 713 804 [a] [5]
• Densité
57,6/km 2 (149,2/mi carré) ( 137e )
PIB  ( PPA )Estimation 2019
• Le total
46,05 milliards de dollars [a] [6] ( 112e )
• Par habitant
12 409 $ [a] [6] ( 101e )
PIB  (nominal)Estimation 2019
• Le total
17,83 milliards de dollars [6] ( 118e )
• Par habitant
4 285 $ [a] [7] ( 107e )
Gini  (2019)Positive decrease 35,9 [8]
moyen
IDH  (2019)Increase 0,812 [9]
très élevé  ·  61e
MonnaieLari géorgien (₾) ( GEL )
Fuseau horaireUTC +4 ( Heure de Géorgie GET)
Format de datejj/mm/aaaa
Côté conduitedroit
Indicatif d'appel+995
Code ISO 3166GE
TLD Internet.ge , .გე
Site Web
www .gov .ge
  1. ^ Données n'incluant pas lesterritoires occupés.
  2. ^ Données incluant lesterritoires occupés.

La Géorgie ( საქართველო , Sakartvelo ; IPA :  [sɑkʰɑrtʰvɛlɔ] ( écouter )About this sound ) est un pays situé à l'intersection de l'Europe de l'Est et de l'Asie de l'Ouest . C'est une partie de la région du Caucase , délimitée à l'ouest par la mer Noire , au nord et à l'est par la Russie , au sud par la Turquie et l' Arménie et au sud-est par l' Azerbaïdjan . Il couvre 69 700 kilomètres carrés (26 911 milles carrés) et compte environ 4 millions d'habitants. [11] La Géorgie est une démocratie représentativegouverné comme une république parlementaire unitaire . [11] Tbilissi est la capitale et la plus grande ville , qui abrite environ un quart de la population.

À l' époque classique , plusieurs royaumes indépendants se sont établis dans l'actuelle Géorgie, comme la Colchide et l' Ibérie . Les Géorgiens ont officiellement adopté le christianisme au début du IVe siècle, ce qui a contribué à l' unification spirituelle et politique des premiers États géorgiens . Au Moyen Âge , le royaume unifié de Géorgie a émergé et a atteint son âge d'or sous le règne du roi David le Bâtisseur et de la reine Tamar la Grande.au XIIe et au début du XIIIe siècle. Par la suite, le royaume déclina et finit par se désintégrer sous l'hégémonie de diverses puissances régionales, dont les Mongols , l' Empire ottoman et les dynasties successives de Perse . En 1783, l' un des royaumes géorgiens a conclu une alliance avec l' Empire russe , qui a procédé à l' annexion du territoire de la Géorgie moderne de manière fragmentée tout au long du XIXe siècle.

Après la Révolution russe de 1917, la Géorgie est devenue une république indépendante sous protection allemande . [12] Après la Première Guerre mondiale , la Géorgie a été annexée de force par l' Union soviétique en 1922, devenant l'une de ses quinze républiques constitutives . Dans les années 1980, un mouvement d'indépendance a émergé et s'est développé rapidement, conduisant à la sécession de la Géorgie de l'Union soviétique en avril 1991. Pendant la majeure partie de la décennie suivante, la Géorgie post-soviétique a souffert de la crise économique, de l'instabilité politique, des conflits ethniques et des guerres sécessionnistes dans Abkhazie etOssétie du Sud . À la suite de la Révolution des roses sans effusion de sang en 2003, la Géorgie a poursuivi avec force une politique étrangère pro-occidentale ; il a introduit une série de réformes démocratiques et économiques visant à l' intégration dans l' Union européenne et l' OTAN . L'orientation occidentale du pays a rapidement conduit à une détérioration des relations avec la Russie , entraînant même à un moment donné une brève guerre en 2008.

La Géorgie est un pays en développement , classé comme "très élevé" sur l' indice de développement humain . Les réformes économiques depuis l'indépendance ont conduit à des niveaux plus élevés de liberté économique et de facilité de faire des affaires , ainsi qu'à des réductions des indicateurs de corruption , de pauvreté et de chômage . C'est l'un des premiers pays au monde à légaliser le cannabis , devenant ainsi le seul État ex-communiste au monde à le faire. Le pays est membre d'organisations internationales à travers l'Europe et l'Asie, telles que le Conseil de l'Europe , l' Organisation de coopération économique de la mer Noire ,OSCE , Eurocontrol , Banque européenne pour la reconstruction et le développement et GUAM .

Étymologie

"Gorgania" c'est-à-dire la Géorgie sur la carte de Fra Mauro

La première mention du nom orthographié « Georgia » est en italien sur la mappa mundi de Pietro Vesconte datée de 1320 après JC. [13] Au début de son apparition dans le monde latin, il n'était pas toujours écrit dans la même translittération, et la première consonne était épelée avec J comme "Jorgia". [14] "Géorgie" provient probablement de la désignation persane des Géorgiens - gurğān , aux XIe et XIIe siècles adaptée via le syriaque gurz-ān / gurz-iyān et l' arabe urĵan / ĵurzan. Des théories basées sur la tradition ont été données par le voyageur Jacques de Vitry , qui a expliqué l'origine du nom par la popularité de Saint-Georges parmi les Géorgiens, [15] tandis que le voyageur Jean Chardin pensait que « Géorgie » venait du grec γεωργός (« laboureur de la terre "). Comme l' ajoute le professeur Alexander Mikaberidze , ces explications centenaires du mot Géorgie/géorgiens sont rejetées par la communauté universitaire, qui désigne le mot persan gurğ/gurğān (« loup » [16] ) comme racine du mot. [17] Commençant par le mot persan gurğ/gurğān, le mot a ensuite été adopté dans de nombreuses autres langues, y compris les langues slaves et d'Europe occidentale. [17] [18] Ce terme lui-même pourrait avoir été établi par l'ancienne appellation iranienne de la région proche de la Caspienne , qui était appelée Gorgan ("terre des loups"). [17] [19]

Le nom indigène est Sakartvelo ( საქართველო ; "terre des Kartvelians "), dérivé de la région centrale de la Géorgie centrale de Kartli , enregistré à partir du 9ème siècle, et dans un usage étendu faisant référence à l'ensemble du royaume médiéval de Géorgie au 13ème siècle. L'auto-désignation utilisée par les Géorgiens ethniques est Kartvelebi (ქართველები, c'est-à-dire " Kartvelians ").

Les Chroniques géorgiennes médiévales présentent un ancêtre éponyme des Kartveliens, Kartlos , un arrière-petit-fils de Japhet . Cependant, les érudits s'accordent à dire que le mot est dérivé des Karts , ces derniers étant l'une des tribus proto-géorgiennes qui ont émergé comme un groupe dominant dans les temps anciens. [17] Le nom Sakartvelo (საქართველო) se compose de deux parties. Sa racine, kartvel-i (ქართველ-ი), désigne un habitant de la région centrale-orientale géorgienne de Kartli , ou Ibérie comme on l'appelle dans les sources de l' Empire romain d'Orient . [20] Grecs anciens ( Strabon, Hérodote , Plutarque , Homère , etc.) et les Romains ( Titus Livius , Tacite , etc.) qualifiaient les premiers Géorgiens de l'ouest de Colchiens et les Géorgiens de l'Est d' Ibères ( Iberoi dans certaines sources grecques). [21] Le circonfixe géorgien sa -X- o est une construction géographique standard désignant "la zone où habite X", où X est un ethnonyme . [22]

Aujourd'hui, le nom officiel du pays est « Géorgie », comme le précise la constitution géorgienne qui dit « La Géorgie est le nom de l'État de Géorgie ». [23] Avant l'entrée en vigueur de la constitution de 1995, le nom du pays était la République de Géorgie . [une]

Histoire

Préhistoire

Patera représentant Marc Aurèle découvert dans le centre de la Géorgie, IIe siècle après JC

Le territoire de la Géorgie d'aujourd'hui était habité par l' Homo erectus depuis l' ère paléolithique . Les tribus proto-géorgiennes apparaissent pour la première fois dans l'histoire écrite au XIIe siècle av. [24] La première preuve de vin à ce jour a été trouvée en Géorgie, où des pots de vin vieux de 8 000 ans ont été découverts. [25] [26] Les découvertes archéologiques et les références dans les sources anciennes révèlent également des éléments des premières formations politiques et étatiques caractérisées par des techniques avancées de métallurgie et d'orfèvrerie qui remontent au 7ème siècle avant JC et au-delà. [24] En fait, la métallurgie précoce a commencé en Géorgie au cours du 6ème millénaire avant JC, associée à laCulture Shulaveri-Shomu . [27]

Antiquité

Des preuves archéologiques indiquent que la Géorgie est le site de production de vin depuis au moins 6 000 av. [28] [29] La période classique a vu la montée d'un certain nombre de premiers États géorgiens, dont les principaux étaient Colchis à l'ouest et Iberia à l'est. Dans la mythologie grecque , Colchide était l' emplacement de la Toison d' or recherchée par Jason et les Argonautes dans le conte épique d' Apollonius Rhodius Argonautica. L'incorporation de la toison d'or dans le mythe peut provenir de la pratique locale consistant à utiliser des toisons pour tamiser la poussière d'or des rivières. [30] Au 4ème siècle avant JC, un royaume d'Ibérie - un premier exemple d'organisation étatique avancée sous un roi et une hiérarchie aristocratique - a été établi. [31]

Après la République romaine a achevé sa brève conquête de ce qui est maintenant la Géorgie en 66 avant JC, la région est devenue un objectif principal de ce qui allait se révéler plus de 700 ans de longue Irano-romaine rivalité géopolitique et de la guerre. [32] [33] À partir des premiers siècles de notre ère, le culte de Mithra , les croyances païennes et le zoroastrisme étaient couramment pratiqués en Géorgie. [34] En 337 après JC, le roi Mirian III a déclaré le christianisme religion d'État, donnant une grande impulsion au développement de la littérature, des arts et jouant finalement un rôle clé dans la formation de la nation géorgienne unifiée, [35] [36] L'acceptation a conduit au déclin lent mais sûr du zoroastrisme, [37] qui jusqu'au 5ème siècle après JC, semblait être devenu quelque chose comme une deuxième religion établie en Ibérie (Géorgie orientale), et y était largement pratiquée. [38]

Moyen Âge jusqu'au début de l'époque moderne

Le nord-ouest de la Géorgie abrite les maisons-tours défensives médiévales d' Ushguli

Situés au carrefour de longues guerres romano-persanes , les premiers royaumes géorgiens se sont désintégrés en diverses régions féodales au début du Moyen Âge . Cela a rendu facile pour les royaumes géorgiens restants de devenir la proie des premières conquêtes musulmanes au 7ème siècle.

Bagratid Ibérie

L'extinction des dynasties royales ibériques, comme Guaramids et les Chosroids , [39] et aussi la abbasside préoccupation de leurs propres guerres civiles et les conflits avec l' Empire byzantin , conduit à la Bagrationi la croissance de l'importance de la famille. Le chef de la dynastie Bagrationi Ashot I d'Iberia (r. 813-826), qui avait migré vers les anciens territoires du sud-ouest d'Iberia, est venu régner sur Tao-Klarjeti et a restauré le Principat d'Iberiaen 813. Les fils et petits-fils d'Ashot I ont établi trois branches distinctes, luttant fréquemment entre elles et avec les dirigeants voisins. La ligne Kartli a prévalu ; en 888 Adarnase IV d'Ibérie (r. 888-923) a restauré l'autorité royale indigène dormante depuis 580. Malgré la revitalisation de la monarchie ibérique , les terres géorgiennes restantes ont été divisées entre les autorités rivales, Tbilissi restant aux mains des Arabes .

Royaume d'Abkhazie

Une incursion arabe dans l'ouest de la Géorgie dirigée par Marwan II , a été repoussée par Léon I (r. 720-740) conjointement avec ses alliés laziques et ibériques en 736. Léon I a ensuite épousé la fille de Mirian , et un successeur, Léon II a exploité cette union dynastique pour acquérir Lazica dans les années 770. [40] La défense réussie contre les Arabes et les nouveaux gains territoriaux, ont donné aux princes abkhazes assez de pouvoir pour réclamer plus d'autonomie de l'Empire byzantin. Vers 778, Léon II (r. 780-828) obtient sa pleine indépendance avec l'aide des Khazars et est couronné roi d'Abkhazie. Après l'obtention de l'indépendance de l'État, la question de l'indépendance de l'Église est devenue le principal problème. Au début du IXe siècle, l'Église abkhaze se sépare de Constantinople et reconnaît l'autorité du catholicat de Mtskheta ; la langue géorgienne a remplacé le grec comme langue d'alphabétisation et de culture. [41] [42] La période la plus prospère du royaume abkhaze était entre 850 et 950. Une guerre civile amère et des révoltes féodales qui ont commencé sous Demetrius III (r. 967-975) ont conduit le royaume dans l'anarchie complète sous le malheureux roi Théodose III l'aveugle(r. 975-978). Une période de troubles s'ensuivit, qui se termina par l' unification de l' Abkhazie et des États géorgiens de l'Est sous une seule monarchie géorgienne , dirigée par le roi Bagrat III de Géorgie (r. 975-1014), en grande partie grâce à la diplomatie et aux conquêtes de son énergique père adoptif. David III de Tao (r. 966–1001).

monarchie géorgienne unie

Monastère de Gelati , un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le stade de développement et de lutte du féodalisme contre les envahisseurs communs autant que la croyance commune de divers États géorgiens ont eu une importance énorme pour l'unification spirituelle et politique de la monarchie féodale de Géorgie sous la dynastie Bagrationi au 11ème siècle.

Le royaume de Géorgie a atteint son apogée entre le XIIe et le début du XIIIe siècle. Cette période pendant les règnes de David IV (r. 1089-1125) et de son arrière-petite-fille Tamar (r. 1184-1213) a été largement qualifiée d'âge d' or de la Géorgie ou de la Renaissance géorgienne. [43] Cette renaissance géorgienne précoce, qui a précédé son analogue d'Europe occidentale, a été caractérisée par des victoires militaires impressionnantes, une expansion territoriale et une renaissance culturelle dans l'architecture, la littérature, la philosophie et les sciences. [44] L'âge d'or de la Géorgie a laissé en héritage de grandes cathédrales, de la poésie et de la littérature romantiques et le poème épique Le chevalier à la peau de panthère, ce dernier qui est considéré comme une épopée nationale . [45] [46]

David a supprimé la dissidence des seigneurs féodaux et a centralisé le pouvoir entre ses mains pour faire face efficacement aux menaces étrangères. En 1121, il a vaincu de manière décisive des armées turques beaucoup plus importantes lors de la bataille de Didgori et a libéré Tbilissi. [47]

La reine Tamar , la première femme à gouverner la Géorgie médiévale à part entière. [48]

Le règne de 29 ans de Tamar, la première femme souveraine de Géorgie, est considéré comme le plus réussi de l'histoire géorgienne. [49] Tamar a reçu le titre de « roi des rois » ( mepe mepeta ). [48] Elle a réussi à neutraliser l'opposition et s'est lancée dans une politique étrangère énergique aidée par la chute des puissances rivales des Seldjoukides et de Byzance. Soutenue par une puissante élite militaire, Tamar a pu s'appuyer sur les succès de ses prédécesseurs pour consolider un empire qui dominait le Caucase et s'étendait sur de grandes parties de l'Azerbaïdjan, de l'Arménie et de l'est de la Turquie actuels ainsi que sur certaines parties du nord de l'Iran. , [50] jusqu'à son effondrement sous les attaques mongolesmoins de deux décennies après la mort de Tamar en 1213. [51]

La renaissance du royaume de Géorgie a été en retrait après Tbilissi a été capturé et détruit par le Khwarezmian chef Jalal ad-Din en 1226. [52] Les Mongols ont été expulsés par George V de la Géorgie (r. 1299-1302), fils de Démétrius II de Géorgie (r. 1270-1289), qui a été nommé « Brillant » pour son rôle dans la restauration de la force et de la culture chrétienne du pays. George V était le dernier grand roi de l'État géorgien unifié. Après sa mort, les dirigeants locaux se sont battus pour leur indépendance de la domination géorgienne centrale, jusqu'à la désintégration totale du royaume au XVe siècle. La Géorgie a été encore plus affaiblie par plusieurs invasions désastreuses de Tamerlan .Les invasions se sont poursuivies , ne laissant au royaume pas le temps de se restaurer, les Turcomans de moutons noirs et blancs attaquant constamment ses provinces du sud.

Division tripartite

Le royaume de Géorgie s'effondre dans l'anarchie en 1466 et se fragmente en trois royaumes indépendants et cinq principautés semi-indépendantes. Les grands empires voisins ont par la suite exploité la division interne du pays affaibli, et du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, l'Iran safavide (et les dynasties iraniennes successives Afsharid et Qajar ) et la Turquie ottomane ont soumis respectivement les régions orientale et occidentale de la Géorgie. . [53]

Le roi Vakhtang VI , un monarque géorgien pris entre des puissances régionales rivales

Les dirigeants des régions restées en partie autonomes organisèrent des rébellions à plusieurs reprises. Cependant, les invasions iraniennes et ottomanes qui ont suivi ont encore affaibli les royaumes et les régions locaux. À la suite des guerres ottomanes et des déportations incessantes , la population de la Géorgie est tombée à 784 700 habitants à la fin du XVIIIe siècle. [54] La Géorgie orientale ( Géorgie safavide ), composée des régions de Kartli et de Kakhétie , était sous la suzeraineté iranienne depuis 1555 à la suite de la paix d'Amasya signée avec la Turquie ottomane rivale voisine. Avec la mort de Nader Shahen 1747, les deux royaumes se sont libérés du contrôle iranien et ont été réunifiés par une union personnelle sous le roi énergique Héraclius II en 1762. Héraclius, qui avait pris de l'importance dans les rangs iraniens, a reçu la couronne de Kakheti par Nader lui-même en 1744 pour ses loyaux services envers lui. [55] Héraclius a néanmoins stabilisé la Géorgie orientale dans une certaine mesure dans la période qui a suivi et a pu garantir son autonomie tout au long de la période iranienne Zand . [56]

En 1783, la Russie et le royaume géorgien oriental de Kartli-Kakheti signèrent le traité de Georgievsk , par lequel la Géorgie renonça à toute dépendance vis-à-vis de la Perse ou d'une autre puissance, et fit du royaume un protectorat de la Russie, qui garantissait l'intégrité territoriale de la Géorgie et le maintien de son dynastie régnante des Bagrationi en échange de prérogatives dans la conduite des affaires étrangères géorgiennes. [57]

Cependant, malgré cet engagement à défendre la Géorgie, la Russie n'a apporté aucune aide lorsque les Iraniens ont envahi en 1795, capturant et pillant Tbilissi tout en massacrant ses habitants, alors que le nouvel héritier du trône cherchait à réaffirmer l'hégémonie iranienne sur la Géorgie. [58] Malgré une campagne punitive lancée par la suite contre l'Iran Qajar en 1796, cette période culmine en 1801 avec la violation par les Russes du traité de Georgievsk et l'annexion de la Géorgie orientale, suivies de l'abolition de la dynastie royale des Bagrationi , ainsi que de l' autocéphalie de l' Église orthodoxe géorgienne . Piotr Bagration, l'un des descendants de la maison abolie de Bagrationi, rejoindra plus tard l'armée russe et deviendra un général de premier plan dans les guerres napoléoniennes. [59]

La Géorgie dans l'Empire russe

Le 22 décembre 1800, le tsar Paul Ier de Russie , à la demande présumée du roi géorgien George XII , signa la proclamation sur l'incorporation de la Géorgie (Kartli-Kakheti) à l'empire russe, qui fut finalisée par un décret le 8 janvier 1801. , [60] [61] et confirmé par le tsar Alexandre Ier le 12 septembre 1801. [62] [63] La famille royale Bagrationi a été déportée du royaume. L'émissaire géorgien à Saint-Pétersbourg a réagi par une note de protestation qui a été présentée au vice-chancelier russe, le prince Kourakine. [64]

Le règne de George XII est marqué par l'instabilité.

En mai 1801, sous la supervision du général Carl Heinrich von Knorring, la Russie impériale transféra le pouvoir en Géorgie orientale au gouvernement dirigé par le général Ivan Petrovich Lazarev . [65] La noblesse géorgienne n'a pas accepté le décret jusqu'au 12 avril 1802, lorsque Knorring a rassemblé la noblesse à la cathédrale Sioni et les a forcés à prêter serment sur la couronne impériale de Russie . Ceux qui n'étaient pas d'accord ont été temporairement arrêtés. [66]

À l'été 1805, les troupes russes sur la rivière Askerani près de Zagam ont vaincu l'armée iranienne pendant la guerre russo-perse de 1804-1813 et ont sauvé Tbilissi de la reconquête maintenant qu'elle faisait officiellement partie des territoires impériaux. La suzeraineté russe sur la Géorgie orientale a été officiellement finalisée avec l'Iran en 1813 à la suite du traité de Gulistan . [67] Suite à l'annexion de la Géorgie orientale, le royaume géorgien occidental d'Imereti fut annexé par le tsar Alexandre Ier. Le dernier roi imérétien et le dernier souverain géorgien Bagrationi, Salomon II , mourut en exil en 1815, après des tentatives de rallier le peuple contre la Russie. et obtenir un appui étranger contre ces derniers, avait été vain.[68]

De 1803 à 1878, à la suite de nombreuses guerres russes contre la Turquie ottomane , plusieurs des territoires précédemment perdus de la Géorgie - tels que l' Adjarie - ont été récupérés et également intégrés à l'empire. La principauté de Gourie est abolie et incorporée à l'Empire en 1829, tandis que Svanétie est progressivement annexée en 1858. La Mingrélie , bien que protectorat russe depuis 1803, ne sera absorbée qu'en 1867. [69]

La domination russe offrait aux Géorgiens une sécurité contre les menaces extérieures, mais elle était aussi souvent brutale et insensible. À la fin du XIXe siècle, le mécontentement envers les autorités russes s'est transformé en un mouvement de renouveau national dirigé par Ilia Chavchavadze . Cette période a également apporté des changements sociaux et économiques en Géorgie, avec l'émergence de nouvelles classes sociales : l'émancipation des serfs a libéré de nombreux paysans mais n'a pas fait grand-chose pour soulager leur pauvreté ; la croissance du capitalisme a créé une classe ouvrière urbaine en Géorgie. Les paysans et les ouvriers trouvèrent l'expression de leur mécontentement à travers des révoltes et des grèves, culminant avec la Révolution de 1905 . Leur cause a été défendue par le socialiste Les mencheviks , qui sont devenus la force politique dominante en Géorgie dans les dernières années de la domination russe.

Déclaration d'indépendance

Noe Zhordania , Premier ministre de Géorgie qui a été exilé en France après la prise de pouvoir soviétique

Après la révolution russe de 1917, la République fédérative démocratique transcaucasienne a été créée avec Nikolay Chkheidze comme président. La fédération se composait de trois nations : la Géorgie, l'Arménie et l'Azerbaïdjan. [12] Alors que les Ottomans avançaient dans les territoires caucasiens de l'Empire russe en ruine, la Géorgie déclara son indépendance le 26 mai 1918. [70] Le Parti menchevik social-démocrate de Géorgie remporta les élections législatives et son chef, Noe Zhordania , devint Premier ministre. Malgré la prise de contrôle soviétique, Zhordania a été reconnu comme le chef légitime du gouvernement géorgienpar la France, le Royaume-Uni, la Belgique et la Pologne dans les années 1930. [71]

La guerre géorgienne-arménienne de 1918 , qui a éclaté dans certaines parties des provinces contestées entre l'Arménie et la Géorgie peuplées principalement d'Arméniens, a pris fin en raison de l'intervention britannique. En 1918-1919, le général géorgien Giorgi Mazniashvili a mené une attaque contre l' armée blanche dirigée par Moiseev et Denikin afin de revendiquer le littoral de la mer Noire de Tuapse à Sotchi et Adler pour la Géorgie indépendante. [72] L'indépendance du pays n'a pas duré longtemps; La Géorgie a été annexée par l'Union soviétique en 1922. [70]

La Géorgie en Union soviétique

En février 1921, pendant la guerre civile russe , l' Armée rouge s'avança en Géorgie et porta au pouvoir les bolcheviks locaux. L'armée géorgienne a été vaincue et le gouvernement social-démocrate a fui le pays. Le 25 février 1921 , l'Armée rouge entre à Tbilissi et établit un gouvernement de soviets ouvriers et paysans avec Filipp Makharadze comme chef de l'État par intérim. La Géorgie a été incorporée à la République socialiste fédérative soviétique de Transcaucasie , aux côtés de l' Arménie et de l' Azerbaïdjan., en 1921 qui en 1922 deviendra membre fondateur de l'Union soviétique. La domination soviétique n'a été fermement établie qu'après la défaite rapide de l'insurrection. [73] La Géorgie resterait une périphérie non industrialisée de l'URSS jusqu'au premier plan quinquennal lorsqu'elle est devenue un centre majeur pour les produits textiles. Plus tard, en 1936, la TSFSR a été dissoute et la Géorgie a émergé comme une république d'union : la République socialiste soviétique de Géorgie .

L' Armée rouge bolchevique à Tbilissi le 25 février 1921 . L'église Saint-David sur la Montagne Sainte est visible au loin.

Joseph Staline , un géorgien de souche Iosif Vissarionovich Jugashvili (იოსებ ბესარიონის ძე ჯუღაშვილი) à Gori , était important parmi les bolcheviks. [74] Staline devait atteindre la position la plus élevée, dirigeant l'Union soviétique du milieu des années 1920 jusqu'à sa mort le 5 mars 1953.

En juin 1941, l' Allemagne envahit l'Union soviétique sur une route immédiate vers les champs de pétrole et les usines de munitions du Caucase. Ils n'atteignirent cependant jamais la Géorgie et près de 700 000 Géorgiens combattirent dans l'Armée rouge pour repousser les envahisseurs et avancer vers Berlin. Parmi eux, on estime que 350 000 ont été tués. [75] Le soulèvement géorgien sur Texel contre les Allemands était la dernière bataille de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

Après la mort de Staline, Nikita Khrouchtchev est devenu le chef de l'Union soviétique et a mis en œuvre une politique de déstalinisation . Cela n'a été nulle part ailleurs plus publiquement et violemment opposé qu'en Géorgie, où en 1956 des émeutes ont éclaté lors de la publication de la dénonciation publique de Khrouchtchev contre Staline et ont entraîné la mort de près de 100 étudiants.

Pendant le reste de la période soviétique, l'économie géorgienne a continué de croître et de connaître une amélioration significative, bien qu'elle ait de plus en plus montré une corruption flagrante et une aliénation du gouvernement par rapport au peuple. Avec le début de la perestroïka en 1986, la direction communiste géorgienne s'est avérée si incapable de gérer les changements que la plupart des Géorgiens, y compris les communistes de base, ont conclu que la seule voie à suivre était une rupture avec le système soviétique existant.

La Géorgie après la restauration de l'indépendance

Après les guerres civiles de 1990-1995, les sanatoriums autrefois sophistiqués le long de la côte sont restés abandonnés et ont été pillés jusqu'en 2004. Aujourd'hui, Kobuleti est redevenu un centre touristique haut de gamme.

Le 9 avril 1991, peu avant l'effondrement de l'Union soviétique, le Conseil suprême de Géorgie déclare son indépendance à l'issue d'un référendum organisé le 31 mars 1991. [76] Le 26 mai 1991, Zviad Gamsakhourdia est élu premier président de la Géorgie indépendante. Gamsakhourdia a attisé le nationalisme géorgien et a promis d'affirmer l'autorité de Tbilissi sur des régions telles que l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud qui avaient été classées comme oblasts autonomes sous l'Union soviétique. [77]

Il fut bientôt destitué lors d'un coup d'État sanglant , du 22 décembre 1991 au 6 janvier 1992. Le coup fut fomenté par une partie de la Garde nationale et une organisation paramilitaire appelée « Mkhedrioni » (« cavaliers »). Le pays s'est retrouvé entraîné dans une guerre civile amère , qui a duré jusqu'à près de 1995. Edouard Chevardnadze ( ministre soviétique des Affaires étrangères de 1985 à 1991) est revenu en Géorgie en 1992. [78] Des différends latents au sein de deux régions de Géorgie, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud , entre les séparatistes locaux et les populations majoritaires géorgiennes, a éclaté en une violence et des guerres interethniques généralisées. [77]Soutenues par la Russie, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud ont obtenu leur indépendance de facto de la Géorgie, la Géorgie ne conservant le contrôle que sur de petites zones des territoires contestés. [77]

Pendant la guerre d'Abkhazie (1992-1993) , environ 230 000 à 250 000 Géorgiens [79] ont été expulsés d'Abkhazie par les séparatistes abkhazes et les volontaires du Caucase du Nord (y compris les Tchétchènes). Environ 23 000 Géorgiens ont également fui l'Ossétie du Sud. [80]

En 2003, Chevardnadze (qui a été réélu en 2000) a été renversé par la Révolution des roses , après que l'opposition géorgienne et des observateurs internationaux eurent affirmé que les élections législatives du 2 novembre avaient été entachées de fraude. [81] La révolution a été menée par Mikheil Saakashvili , Zurab Zhvania et Nino Burjanadze , anciens membres et dirigeants du parti au pouvoir de Chevardnadze. Mikheil Saakashvili a été élu président de la Géorgie en 2004. [82]

Après la révolution des roses, une série de réformes ont été lancées pour renforcer les capacités militaires et économiques du pays. Les efforts du nouveau gouvernement pour réaffirmer l'autorité géorgienne dans le sud-ouest de la république autonome d' Adjarie ont conduit à une crise majeure au début de 2004. [83]

Ces événements, ainsi que des accusations d'implication géorgienne dans la deuxième guerre de Tchétchénie , [84] ont entraîné une grave détérioration des relations avec la Russie , également alimenté par l' aide ouverte de la Russie et de soutien aux deux régions sécessionnistes. Malgré ces relations de plus en plus difficiles, en mai 2005, la Géorgie et la Russie ont conclu un accord bilatéral [85] par lequel les bases militaires russes (datant de l'ère soviétique) à Batoumi et Akhalkalaki ont été retirées. La Russie a retiré tout le personnel et l'équipement de ces sites en décembre 2007 [86] tout en omettant de se retirer de la Gudautabase en Abkhazie, qu'elle a dû quitter après l'adoption du traité sur les forces armées conventionnelles adaptées en Europe lors du sommet d'Istanbul de 1999 . [87]

Guerre russo-géorgienne et depuis

La secrétaire d'État américaine Condoleezza Rice tient une conférence de presse conjointe avec le président géorgien Mikheil Saakashvili pendant la guerre russo-géorgienne

Les tensions entre la Géorgie et la Russie ont commencé à s'intensifier en avril 2008. [88] [89] L'explosion d'une bombe le 1er août 2008 a visé une voiture transportant des soldats de la paix géorgiens. Les Ossètes du Sud sont à l'origine de cet incident qui a marqué le début des hostilités et blessé cinq militaires géorgiens. En réponse, [90] plusieurs miliciens sud-ossètes ont été touchés. [91] Les séparatistes d'Ossétie du Sud ont commencé à bombarder des villages géorgiens le 1er août. Ces attaques d'artillerie ont immédiatement amené les militaires géorgiens à riposter périodiquement. [88] [91] [92] [93] [94]

Le 7 août 2008, le président géorgien Mikheil Saakachvili a annoncé un cessez -le -feu unilatéral et appelé à des pourparlers de paix. [95] Cependant, l'escalade des assauts contre les villages géorgiens (situés dans la zone de conflit d'Ossétie du Sud) s'est rapidement accompagnée de coups de feu des troupes géorgiennes, [96] [97] qui se sont ensuite dirigées vers la capitale de l' autoproclamé République d'Ossétie du Sud ( Tskhinvali ) dans la nuit du 8 août, atteignant son centre dans la matinée du 8 août. [98] Selon l'expert militaire russe Pavel Felgenhauer , la provocation ossète visait à déclencher la réponse géorgienne, qui était nécessaire en tant queprétexte d'une invasion militaire russe préméditée. [99] Selon les renseignements géorgiens, [100] et plusieurs rapports de médias russes, des parties de l'armée russe régulière (non chargée du maintien de la paix) s'étaient déjà déplacées vers le territoire de l'Ossétie du Sud par le tunnel de Roki avant l'action militaire géorgienne. [101]

La Russie a accusé la Géorgie d'« agression contre l'Ossétie du Sud » [102] et a lancé une invasion terrestre, aérienne et maritime à grande échelle de la Géorgie sous prétexte d'« imposer la paix » le 8 août 2008. [93] Les forces abkhazes ont ouvert une deuxième le 9 août en attaquant les gorges de Kodori tenues par la Géorgie. [103] Tskhinvali a été saisi par l'armée russe le 10 août. [104] Les forces russes ont occupé les villes géorgiennes au-delà des territoires contestés. [105]

Pendant le conflit, il y avait une campagne de nettoyage ethnique contre les Géorgiens en Ossétie du Sud , [106] y compris la destruction des colonies géorgiennes après la fin de la guerre. [107] La guerre a déplacé 192 000 personnes, [108] et tandis que beaucoup ont pu rentrer chez eux après la guerre, un an plus tard, environ 30 000 Géorgiens de souche sont restés déplacés. [109] Dans une interview publiée dans Kommersant , le dirigeant sud-ossète Eduard Kokoity a déclaré qu'il ne permettrait pas aux Géorgiens de revenir. [110] [111]

Le président français Nicolas Sarkozy a négocié un accord de cessez-le-feu le 12 août 2008. [112] La Russie a reconnu l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud comme des républiques distinctes le 26 août. [113] En réponse à la reconnaissance de la Russie, le gouvernement géorgien a rompu les relations diplomatiques avec la Russie. [114] Les forces russes ont quitté les zones tampons bordant l' Abkhazie et l'Ossétie du Sud le 8 octobre, et la mission de surveillance de l'Union européenne en Géorgie a été dépêchée dans les zones tampons. [115] Depuis la guerre, la Géorgie maintient que l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud sont des territoires géorgiens occupés . [116] [117]

Gouvernement et politique

Salomé Zourabichvili , première femme élue présidente de Géorgie
Résidence présidentielle au Palais Orbeliani à Tbilissi

La Géorgie est une république parlementaire démocratique représentative , avec le président comme chef de cérémonie de l'État et le premier ministre comme chef du gouvernement. La branche exécutive du pouvoir est composée du Cabinet de Géorgie . Le Cabinet est composé de ministres, dirigés par le Premier ministre et nommés par le Parlement. Salomé Zurabishvili est l'actuelle présidente de la Géorgie après avoir remporté 59,52 % des voix lors de l' élection présidentielle géorgienne de 2018 . Depuis février 2021, Irakli Gharibashvili est le Premier ministre de Géorgie.

Le pouvoir législatif est exercé par le Parlement géorgien . Il est monocaméral et compte 150 membres, appelés députés, dont 30 sont élus au scrutin uninominal pour représenter les circonscriptions uninominales et 120 sont choisis pour représenter les partis au scrutin proportionnel. Les députés sont élus pour un mandat de quatre ans. Le 26 mai 2012, Saakachvili a inauguré un nouveau bâtiment du Parlement dans la ville occidentale de Koutaïssi , dans le but de décentraliser le pouvoir et de déplacer une partie du contrôle politique plus près de l'Abkhazie. [118] Les élections en Octobre 2012 ont abouti à la victoire de l'opposition « géorgienne Dream - Géorgie démocratique » coalition, ce que le président Saakachvili a reconnu le lendemain. [119]

Différentes opinions existent concernant le degré de liberté politique en Géorgie. Saakachvili croyait en 2008 que le pays était "en voie de devenir une démocratie européenne". [120] Freedom House répertorie la Géorgie comme un pays partiellement libre. [121]

En préparation des élections législatives de 2012, le Parlement a adopté le 27 décembre 2011 un nouveau code électoral qui intègre de nombreuses recommandations d'organisations non gouvernementales (ONG) et de la Commission de Venise. Cependant, le nouveau code n'a pas répondu à la principale recommandation de la Commission de Venise de renforcer l'égalité du vote en reconstituant des circonscriptions électorales uninominales pour qu'elles soient de taille comparable. Le 28 décembre, le Parlement a modifié la loi sur les syndicats politiques afin de réglementer le financement des campagnes et des partis politiques. Des observateurs locaux et internationaux ont fait part de leurs préoccupations concernant plusieurs amendements, notamment l'imprécision des critères de détermination de la corruption politique et les individus et organisations qui seraient soumis à la loi. En mars 2012, le Parlement discutait d'autres amendements pour répondre à ces préoccupations. [122]

Relations étrangères

La Géorgie entretient de bonnes relations avec ses voisins directs l'Arménie, l'Azerbaïdjan et la Turquie, et est membre des Nations Unies, du Conseil de l'Europe , de l' Organisation mondiale du commerce , de l' Organisation de coopération économique de la mer Noire , de l' Organisation pour la sécurité et la coopération en L'Europe , la Communauté de choix démocratique , l' Organisation GUAM pour la démocratie et le développement économique , la Banque européenne pour la reconstruction et le développement [123] et la Banque asiatique de développement . [124] La Géorgie entretient également des relations politiques, économiques et militaires avec la France, [125]Allemagne, [126] Israël , [127] Japon, [128] Corée du Sud , [129] Sri Lanka , [130] Turquie, [131] Ukraine , [132] États-Unis, [133] et de nombreux autres pays. [134] L'influence croissante des États-Unis et de l'Union européenne en Géorgie, notamment à travers l'adhésion proposée à l'UE et à l'OTAN, le programme d'assistance militaire américain Train and Equip et la construction du pipeline Bakou-Tbilissi-Ceyhan ont souvent tendu les relations de Tbilissi avec Moscou.. La décision de la Géorgie de renforcer sa présence dans les forces de la coalition en Irak était une initiative importante. [135]

Affiche pro- OTAN à Tbilissi

La Géorgie travaille actuellement à devenir membre à part entière de l' OTAN . En août 2004, le plan d'action individuel pour le partenariat de la Géorgie a été soumis officiellement à l'OTAN. Le 29 octobre 2004, le Conseil de l' Atlantique Nord de l'OTAN a approuvé le Plan d'action individuel pour le partenariat (IPAP) de la Géorgie, et la Géorgie est passée à la deuxième étape de l'intégration euro-atlantique. En 2005, l'accord sur la nomination du Partenariat pour la paix(PfP) officier de liaison entre la Géorgie et l'OTAN est entré en vigueur, par lequel un officier de liaison pour le Caucase du Sud a été affecté à la Géorgie. Le 2 mars 2005, l'accord a été signé sur la fourniture du soutien du pays hôte et le transit des forces et du personnel de l'OTAN. Du 6 au 9 mars 2006, l'équipe d'évaluation intermédiaire de la mise en œuvre de l'IPAP est arrivée à Tbilissi. Le 13 avril 2006, la discussion du rapport d'évaluation sur la mise en œuvre du plan d'action individuel pour le partenariat s'est tenue au siège de l'OTAN, au format 26+1. [136] La majorité des Géorgiens et des politiciens en Géorgie soutiennent la poussée pour l'adhésion à l'OTAN. [137]

La présidente géorgienne Salomé Zourabichvili , la présidente moldave Maia Sandu , le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le président du Conseil européen Charles Michel lors de la conférence internationale de Batoumi 2021 . En 2014, l'UE a signé des accords d'association avec les trois États.

En 2011, le Conseil de l'Atlantique Nord a désigné la Géorgie comme « pays candidat ». [138] Depuis 2014, les relations Géorgie-OTAN sont guidées par l'ensemble OTAN-Géorgie substantiel (SNGP), qui comprend le Centre conjoint de formation et d'évaluation OTAN-Géorgie et la facilitation d'exercices militaires multinationaux et régionaux. [139]

En septembre 2019, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que « l'OTAN s'approchant de nos frontières est une menace pour la Russie ». [140] Il a été cité comme disant que si l' OTAN accepte l'adhésion de la Géorgie avec l'article sur la défense collective couvrant uniquement le territoire administré par Tbilissi (c'est-à-dire à l'exclusion des territoires géorgiens d' Abkhazie et d'Ossétie du Sud , qui sont tous deux actuellement des républiques séparatistes non reconnues soutenues par la Russie ) , "nous ne déclencherons pas une guerre, mais une telle conduite sapera nos relations avec l'OTAN et avec les pays désireux d'entrer dans l'alliance". [141]

George W. Bush est devenu le premier président américain en exercice à visiter le pays. [142] La rue menant à l'aéroport international de Tbilissi a depuis été surnommée George W. Bush Avenue. [143] Le 2 octobre 2006, la Géorgie et l'Union européenne ont signé une déclaration conjointe sur le texte convenu du plan d'action Géorgie-Union européenne dans le cadre de la politique européenne de voisinage (PEV). Le plan d'action a été formellement approuvé lors de la session du Conseil de coopération UE-Géorgie le 14 novembre 2006, à Bruxelles . [144] En juin 2014, l'UE et la Géorgie ont signé un accord d'association , qui est entré en vigueur le 1er juillet 2016. [145] Le 13 décembre 2016,L'UE et la Géorgie ont conclu un accord sur la libéralisation des visas pour les citoyens géorgiens. [146] Le 27 février 2017, le Conseil a adopté un règlement sur la libéralisation des visas pour les Géorgiens se rendant dans l'UE pour une période de séjour de 90 jours sur toute période de 180 jours. [147]

Militaire

Le géorgien a construit le Didgori-2 lors du défilé militaire de 2011

L'armée géorgienne est organisée en forces terrestres et aériennes . Ils sont collectivement connus sous le nom de Forces de défense géorgiennes (GDF). [11] La mission et les fonctions du GDF sont basées sur la Constitution de Géorgie , la loi géorgienne sur la défense et la stratégie militaire nationale et les accords internationaux dont la Géorgie est signataire. [ Citation nécessaire ] Le budget militaire de la Géorgie pour 2021 est de 900 (319 $) millions. La plus grande partie, 72 % du budget militaire est allouée au maintien de l'état de préparation des forces de défense et au développement de leur puissance. [148] Après son indépendance de l'Union soviétique, la Géorgie a commencé à développer sa propreindustrie militaire . La première exposition de produits fabriqués par STC Delta a eu lieu en 1999. [149] STC Delta produit maintenant une variété d' équipements militaires , notamment des véhicules blindés, des systèmes d'artillerie, des systèmes d'aviation, des équipements de protection individuelle et des armes légères. [150]

Au cours des périodes ultérieures de la guerre en Irak, la Géorgie comptait jusqu'à 2 000 soldats servant dans la Force multinationale . [151] La Géorgie a également participé à la Force internationale d'assistance à la sécurité dirigée par l' OTAN en Afghanistan ; avec 1 560 soldats en 2013, il était à l'époque le plus gros contributeur parmi les pays non membres de l'OTAN [152] et en termes de nombre d'habitants. [153] [154] Plus de 11 000 soldats géorgiens ont été transférés à travers l'Afghanistan. [155] En 2015 , 31 militaires géorgiens sont morts en Afghanistan , [156] la plupart au cours de laCampagne d'Helmand , et 435 sont blessés, dont 35 amputés. [157] [158]

Forces de l'ordre

Un intercepteur de police Ford Taurus exploité par la police de patrouille géorgienne.

En Géorgie, l'application de la loi est menée et assurée par le ministère de l'Intérieur de la Géorgie. Ces dernières années, le département de police de patrouille du ministère de l'Intérieur de Géorgie a subi une transformation radicale, la police ayant désormais absorbé un grand nombre de tâches auparavant exécutées par des agences gouvernementales indépendantes dédiées. Les nouvelles fonctions exercées par la police comprennent les fonctions de sécurité des frontières et des douanes et les dispositions contractuelles en matière de sécurité ; cette dernière fonction est assurée par la « police de sécurité » dédiée. [ citation nécessaire ]

En 2005, le président Mikheil Saakashvili a licencié l'ensemble des forces de police de la circulation (environ 30 000 policiers) de la police nationale géorgienne en raison de la corruption. [159] [160] Une nouvelle force s'est ensuite constituée autour de nouvelles recrues. [159] Le Bureau des affaires internationales de stupéfiants et d'application de la loi du Département d'État américain a fourni une assistance aux efforts de formation et continue d'agir à titre consultatif. [161]

La nouvelle force Patruli a été introduite pour la première fois à l'été 2005 pour remplacer la police de la circulation, une force qui a été accusée de corruption généralisée. [162] La police a introduit un service de répartition d'urgence 022 (actuellement 112) en 2004. [163]

la corruption

Avant la révolution des roses , la Géorgie était l'un des pays les plus corrompus au monde. [164] Cependant, suite aux réformes apportées par la révolution pacifique, le niveau de corruption dans le pays a considérablement diminué. En 2010, Transparency International (TI) a nommé la Géorgie "le meilleur anti-corruption au monde". [165] En 2012, la Banque mondiale a qualifié la Géorgie de « succès unique » au monde dans la lutte contre la corruption, notant que « l'expérience de la Géorgie montre que le cercle vicieux de la corruption endémique peut être brisé et, avec des réformes appropriées et décisives, peut être transformé en un cercle vertueux." [166]

Bien que la Géorgie ait très bien réussi à réduire les formes flagrantes de corruption, d'autres pratiques de corruption plus subtiles ont été notées. Par exemple, dans son rapport de 2017, le Conseil de l'Europe a observé que si la plupart des cas de corruption au quotidien ont été éliminés, il existe certaines indications d'un « système clientéliste » par lequel les dirigeants du pays peuvent allouer des ressources de manière à générer la loyauté et le soutien il doit rester au pouvoir. [167]

Droits humains

Les droits de l'homme en Géorgie sont garantis par la constitution du pays . Il existe un défenseur public indépendant des droits humains élu par le Parlement géorgien pour veiller au respect de ces droits. [168] La Géorgie a ratifié la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales en 2005. L'ONG « Tolérance », dans son rapport alternatif sur sa mise en œuvre, parle d'une diminution rapide du nombre d'écoles azerbaïdjanaises et de cas de nomination de directeurs d'écoles azerbaïdjanaises qui ne parlent pas la langue azerbaïdjanaise . [169]

Le gouvernement a été critiqué pour son usage présumé d'une force excessive le 26 mai 2011 lorsqu'il a dispersé des manifestants dirigés par Nino Burjanadze , entre autres, avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc après avoir refusé de dégager l'avenue Rustaveli pour un défilé de la fête de l'indépendance malgré l'expiration de leur permis de manifestation et bien qu'on leur ait proposé de choisir un autre lieu. [170] [171] [172] [173] Alors que les militants des droits de l'homme soutenaient que les manifestations étaient pacifiques, le gouvernement a souligné que de nombreux manifestants étaient masqués et armés de gros bâtons et de cocktails molotov. [174]Le chef de l'opposition géorgienne Nino Burjanadze a déclaré que les accusations de planification d'un coup d'État étaient sans fondement et que les actions des manifestants étaient légitimes. [173] [175]

Depuis l'indépendance, la Géorgie a maintenu des politiques sévères contre les drogues, infligeant de longues peines même pour la consommation de marijuana . Cela a fait l'objet de critiques de la part des militants des droits de l'homme [176] et a conduit à des protestations. [177] En réponse à des actions en justice d'organisations de la société civile, en 2018, la Cour constitutionnelle de Géorgie a statué que « la consommation de marijuana est une action protégée par le droit à la liberté de la personnalité » [178] et que « [la marijuana] ne peut que nuire à l'utilisateur. santé, rendant cet utilisateur lui-même responsable du résultat. La responsabilité de tels actes n'entraîne pas de conséquences dangereuses pour le public. [179] Avec cette décision, la Géorgie est devenue l'un despremiers pays au monde à légaliser le cannabis , bien que l'utilisation de la drogue en présence d'enfants ne soit toujours pas autorisée. [180]

divisions administratives

Carte de la Géorgie mettant en évidence les territoires contestés de l' Abkhazie et de la région de Tskhinvali ( Ossétie du Sud ), qui sont tous deux hors du contrôle du gouvernement central de Géorgie

La Géorgie est divisée en 9 régions, 1 ville et 2 républiques autonomes. [11] Ceux-ci sont à leur tour subdivisés en 67 districts et 12 villes autonomes. [181]

La Géorgie comprend deux régions autonomes officielles, dont l'une a déclaré son indépendance. Officiellement autonome au sein de la Géorgie, [182] la région indépendante de facto d' Abkhazie a déclaré son indépendance en 1999. [183] En outre, un autre territoire non officiellement autonome a également déclaré son indépendance. L'Ossétie du Sud est officiellement connue par la Géorgie sous le nom de région de Tskinvali, car elle considère que « l'Ossétie du Sud » implique des liens politiques avec l'Ossétie du Nord russe . [184] Il s'appelait Oblast autonome d'Ossétie du Sudquand la Géorgie faisait partie de l'Union soviétique. Son statut d'autonomie a été révoqué en 1990. De facto séparé depuis l'indépendance de la Géorgie, des offres ont été faites pour redonner l'autonomie à l'Ossétie du Sud, mais en 2006, un référendum non reconnu dans la région a abouti à un vote pour l'indépendance. [184]

Tant en Abkhazie qu'en Ossétie du Sud, un grand nombre de personnes ont reçu des passeports russes, certains par le biais d'un processus de passeport forcé par les autorités russes. [185] Cela a été utilisé comme justification de l'invasion russe de la Géorgie pendant la guerre d'Ossétie du Sud de 2008, après laquelle la Russie a reconnu l'indépendance de la région. [186] La Géorgie considère les régions comme occupées par la Russie. [116] [187] Les deux républiques ont acquis une reconnaissance internationale limitée après la guerre russo-géorgienne de 2008. La plupart des pays considèrent les régions comme des territoires géorgiens sous occupation russe . [188]

L'Adjarie dirigée par l'homme fort local Aslan Abashidze a maintenu des liens étroits avec la Russie et a permis le maintien d'une base militaire russe à Batoumi. Lors de l'élection de Mikheil Saakachvili en 2004, les tensions ont augmenté entre Abashidze et le gouvernement géorgien, entraînant des manifestations en Adjarie et la démission et la fuite d'Abashidze. La région conserve son autonomie et, en signe de reconnexion de l'Adjarie avec le gouvernement central géorgien, la Cour constitutionnelle géorgienne a été déplacée de T'bilissi à Batoumi. [189]

Région Centre Superficie (km 2 ) Population [5] Densité
Abkhazie Soukhoumi 8 660 242 862 est 28.04
Adjarie Batoumi 2 880 333 953 115,95
Gourie Ozurgeti 2.033 113 350 55,75
Imereti Kutaisi 6 475 533 906 82,45
Kakhétie Telavi 11 311 318 583 28.16
Kvemo Kartli Roustavi 6 072 423 986 69,82
Mtskheta-Mtianeti Mtskheta 6 786 94 573 13,93
Racha-Lechkhumi et Kvemo Svaneti Ambrolauri 4 990 32 089 6,43
Samegrelo-Zemo Svaneti Zougdidi 7 440 330 761 44.45
Samtskhe-Javakheti Akhaltsikhé 6 413 160 504 25.02
Shida Kartli Gori 5 729 300 382 est 52,43
Tbilissi Tbilissi 720 1 108 717 1 539,88

Géographie

Carte de classification climatique de Köppen en Géorgie

La Géorgie est un pays montagneux situé presque entièrement dans le Caucase du Sud , tandis que certaines régions argentées du pays sont situées au nord du bassin hydrographique du Caucase dans le Caucase du Nord . [190] [191] Le pays se situe entre les latitudes 41° et 44° N , et les longitudes 40° et 47° E , avec une superficie de 67 900 km 2 (26 216 milles carrés). La chaîne Likhi divise le pays en moitiés est et ouest. [192] Historiquement, la partie occidentale de la Géorgie était connue sous le nom de Colchide tandis que le plateau oriental s'appelait Iberia. [citation nécessaire ]

La chaîne de montagnes du Grand Caucase forme la frontière nord de la Géorgie. [192] Les routes principales à travers la chaîne de montagnes menant au territoire russe passent par le tunnel de Roki entre Shida Kartli et l'Ossétie du Nord et les gorges de Darial (dans la région géorgienne de Khevi ). La partie sud du pays est délimitée par les montagnes du Petit Caucase . [192] La chaîne de montagnes du Grand Caucase est beaucoup plus élevée que les montagnes du Petit Caucase, les plus hauts sommets s'élevant à plus de 5 000 mètres (16 404 pieds) au-dessus du niveau de la mer .

La plus haute montagne de Géorgie est le mont Shkhara à 5 068 mètres (16 627 pieds) et la deuxième plus haute est le mont Janga ( Dzhangi-Tau ) à 5 059 m (16 598 pieds) au-dessus du niveau de la mer. D'autres sommets importants incluent le mont Kazbek à 5 047 m (16 558 pi), Shota Rustaveli 4 860 m (15 945 pi), Tetnuldi 4 858 m (15 938 pi), Ushba 4 700 m (15 420 pi) et Ailama 4 547 m (14 918 pi). [192] Sur les sommets mentionnés ci-dessus, seul Kazbek est d' origine volcanique . La région entre Kazbek et Shkhara (une distance d'environ 200 km (124 mi) le long de la chaîne principale du Caucase) est dominée par de nombreux glaciers. [ citation nécessaire ]

Mont Kazbek dans l'est de la Géorgie

Le terme montagnes du Petit Caucase est souvent utilisé pour décrire les régions montagneuses (hautes terres) du sud de la Géorgie qui sont reliées à la chaîne de montagnes du Grand Caucase par la chaîne de Likhi. [192] La zone peut être divisée en deux sous-régions distinctes ; les montagnes du Petit Caucase, qui sont parallèles à la chaîne du Grand Caucase, et les hautes terres volcaniques du sud de la Géorgie . [ citation nécessaire ] La région globale peut être caractérisée comme étant composée de diverses chaînes de montagnes interconnectées (en grande partie d'origine volcanique) et de plateaux qui ne dépassent pas 3 400 mètres (11 155 pieds) d'altitude. Les principales caractéristiques de la région comprennent le plateau volcanique de Javakheti, des lacs, dont Tabatskuri et Paravani, ainsi que de l'eau minérale et des sources chaudes. Deux grands fleuves de Géorgie sont le Rioni et le Mtkvari . [ citation nécessaire ]

Topographie

Région de Svanétie en Géorgie

Le paysage à l'intérieur des frontières de la nation est assez varié. Le paysage de l'ouest de la Géorgie va des forêts marécageuses de plaine , des marécages et des forêts tropicales tempérées aux neiges éternelles et aux glaciers, tandis que la partie orientale du pays contient même un petit segment de plaines semi-arides . [ citation nécessaire ]

Une grande partie de l'habitat naturel dans les zones basses de l'ouest de la Géorgie a disparu au cours des 100 dernières années en raison du développement agricole de la terre et de l' urbanisation . La grande majorité des forêts qui couvraient la plaine de Colchide sont désormais pratiquement inexistantes à l'exception des régions qui sont incluses dans les parcs nationaux et les réserves (par exemple la région du lac Paliastomi ). À l'heure actuelle, le couvert forestier reste généralement en dehors des zones de basse altitude et se situe principalement le long des contreforts et des montagnes. Les forêts de l'ouest de la Géorgie se composent principalement d'arbres à feuilles caduques à moins de 600 mètres au-dessus du niveau de la mer et contiennent des espèces telles que le chêne , le charme ,hêtre , orme , frêne et châtaignier . Des espèces à feuilles persistantes telles que le buis peuvent également être trouvées dans de nombreuses régions. Californie. 1000 des 4000 plantes supérieures de Géorgie sont endémiques de ce pays. [193]

Vue sur la ville troglodyte de Vardzia et la vallée de la rivière Kura en contrebas

Les versants centre-ouest de la chaîne Meskheti en Adjarie ainsi que plusieurs endroits à Samegrelo et en Abkhazie sont couverts de forêts pluviales tempérées . Entre 600 et 1 000 mètres (1 969-3 281 pieds) au-dessus du niveau de la mer, la forêt de feuillus se mélange à la fois à des espèces de feuillus et de conifères qui composent la vie végétale. La zone est constituée principalement de forêts de hêtres, d' épicéas et de sapins . De 1 500 à 1 800 mètres (4 921 à 5 906 pieds), la forêt devient en grande partie de conifères. La limite des arbres se termine généralement à environ 1 800 mètres (5 906 pieds) et la zone alpine prend le relais, qui dans la plupart des régions, s'étend jusqu'à une altitude de 3 000 mètres (9 843 pieds) au-dessus du niveau de la mer . [ citation nécessaire]

Le paysage de l'est de la Géorgie (se référant au territoire à l'est de la chaîne Likhi ) est considérablement différent de celui de l'ouest, bien que, tout comme la plaine de Colchis à l'ouest, presque toutes les zones basses de l'est de la Géorgie, y compris le Mtkvari et l' Alazani Les plaines fluviales ont été déboisées à des fins agricoles. [la citation nécessaire ] Le paysage général de la Géorgie orientale comprend de nombreuses vallées et gorges qui sont séparées par des montagnes. Contrairement à l'ouest de la Géorgie, près de 85 pour cent des forêts de la région sont à feuilles caduques. Les forêts de conifères ne dominent que dans les gorges de Borjomiet dans les régions de l'extrême ouest. Parmi les espèces d'arbres à feuilles caduques, dominent le hêtre , le chêne et le charme . D'autres espèces à feuilles caduques comprennent plusieurs variétés d' érable , de tremble , de frêne et de noisette . [ citation nécessaire ]

Le climat diversifié de la Géorgie crée des paysages variés, comme ces marais plats dans l'ouest du pays

À des altitudes plus élevées au-dessus de 1 000 mètres (3 281 pieds) au-dessus du niveau de la mer (en particulier dans les régions de Touchétie , de Khevsureti et de Khevi ), les forêts de pins et de bouleaux dominent. En général, les forêts de l'est de la Géorgie se situent entre 500 et 2 000 mètres (1 640 à 6 562 pieds) au-dessus du niveau de la mer, la zone alpine s'étendant de 2 000 à 2 300 à 3 000 à 3 500 mètres (6 562 à 7 546 à 9 843 à 11 483 pieds). Les seules grandes forêts de plaine restantes se trouvent dans la vallée d' Alazani à Kakheti. [ citation nécessaire ]

Climat

Le climat de la Géorgie est extrêmement diversifié, compte tenu de la petite taille du pays. Il existe deux zones climatiques principales, correspondant à peu près aux parties est et ouest du pays. La chaîne de montagnes du Grand Caucase joue un rôle important dans la modération du climat de la Géorgie et protège la nation de la pénétration de masses d'air plus froides du nord. Les montagnes du Petit Caucase protègent partiellement la région de l'influence des masses d'air sec et chaud du sud. [194]

Le sud-ouest de la Géorgie a un climat subtropical, avec des pluies fréquentes et une épaisse végétation verte

Une grande partie de l'ouest de la Géorgie se trouve dans la périphérie nord de la zone subtropicale humide avec des précipitations annuelles allant de 1 000 à 2 500 mm (39,4 à 98,4 pouces), atteignant un maximum pendant les mois d'automne. Le climat de la région varie considérablement avec l'altitude et tandis que la plupart des basses terres de l'ouest de la Géorgie sont relativement chaudes tout au long de l'année, les contreforts et les zones montagneuses (y compris les montagnes du Grand et du Petit Caucase) connaissent des étés frais et humides et des hivers neigeux ( la couverture neigeuse dépasse souvent 2 mètres ou 6 pieds 7 pouces dans de nombreuses régions). [194]

La Géorgie orientale a un climat de transition de subtropical humide à continental. Les régimes météorologiques de la région sont influencés à la fois par les masses d'air sec de la Caspienne à l'est et par les masses d'air humide de la mer Noire à l'ouest. La pénétration des masses d'air humide de la mer Noire est souvent bloquée par les chaînes de montagnes ( Likhi et Meskheti ) qui séparent les parties orientale et occidentale de la nation. [ citation nécessaire ]Les périodes les plus humides se produisent généralement au printemps et en automne, tandis que les mois d'hiver et d'été ont tendance à être les plus secs. Une grande partie de l'est de la Géorgie connaît des étés chauds (en particulier dans les zones basses) et des hivers relativement froids. Comme dans les parties occidentales du pays, l'altitude joue un rôle important dans l'est de la Géorgie, où les conditions climatiques au-dessus de 1 500 mètres (4 921 pieds) sont considérablement plus froides que dans les zones basses. [ citation nécessaire ]

Biodiversité

En raison de sa grande diversité de paysages et de sa faible latitude, la Géorgie abrite environ 5 601 espèces d'animaux, dont 648 espèces de vertébrés (plus de 1% des espèces présentes dans le monde) et nombre de ces espèces sont endémiques. [195] Un certain nombre de grands carnivores vivent dans les forêts, à savoir les ours bruns , les loups , les lynx et les léopards du Caucase . Le faisan commun (également connu sous le nom de faisan de Colchie) est un oiseau endémique de Géorgie qui a été largement introduit dans le reste du monde en tant que gibier à plumes important . Le nombre d' espèces d' invertébrésest considérée comme très élevée, mais les données sont réparties sur un grand nombre de publications. La liste de contrôle des araignées de Géorgie, par exemple, comprend 501 espèces. [196] La rivière Rioni peut contenir une population reproductrice de l' esturgeon bâtard en danger critique d'extinction . [197]

Un peu plus de 6 500 espèces de champignons , y compris des espèces formant des lichens, ont été enregistrées en Géorgie [198] [199] mais ce nombre est loin d'être complet. Le nombre total réel d'espèces fongiques présentes en Géorgie, y compris les espèces non encore répertoriées, est probablement beaucoup plus élevé, étant donné l'estimation généralement acceptée selon laquelle seulement environ sept pour cent de tous les champignons dans le monde ont jusqu'à présent été découverts. [200] Bien que la quantité d'informations disponibles soit encore très faible, un premier effort a été fait pour estimer le nombre d'espèces fongiques endémiques à la Géorgie, et 2 595 espèces ont été provisoirement identifiées comme endémiques possibles du pays. [201]1729 espèces de plantes ont été enregistrées en Géorgie en association avec des champignons. [199] Selon l' Union internationale pour la conservation de la nature , il existe 4 300 espèces de plantes vasculaires en Géorgie. [202]

La Géorgie abrite quatre écorégions : les forêts mixtes du Caucase , les forêts de feuillus du Pont-Euxin , la steppe montagnarde d'Anatolie orientale et le désert arbustif et la steppe d'Azerbaïdjan . [203] Il avait un score moyen de l' indice d'intégrité du paysage forestier en 2018 de 7,79/10, le classant au 31e rang mondial sur 172 pays. [204]

Économie

Une représentation proportionnelle des exportations de la Géorgie en 2019

La recherche archéologique démontre que la Géorgie est impliquée dans le commerce avec de nombreux pays et empires depuis l'Antiquité, en grande partie en raison de son emplacement sur la mer Noire et plus tard sur la route historique de la soie . L'or, l'argent, le cuivre et le fer ont été extraits dans les montagnes du Caucase . La vinification géorgienne est une tradition très ancienne et une branche clé de l'économie du pays. Le pays dispose d'importantes ressources hydroélectriques . [205] Tout au long de l'histoire moderne de la Géorgie, l'agriculture et le tourisme ont été les principaux secteurs économiques, en raison du climat et de la topographie du pays. [11]

Pendant une grande partie du XXe siècle, l'économie géorgienne s'inscrivait dans le modèle soviétique d' économie dirigée . Depuis la chute de l'URSS en 1991, la Géorgie s'est lancée dans une réforme structurelle majeure destinée à passer à une économie de marché . Comme tous les autres États post-soviétiques , la Géorgie a fait face à un grave effondrement économique. La guerre civile et les conflits militaires en Ossétie du Sud et en Abkhazie ont aggravé la crise. La production agricole et industrielle a diminué. En 1994, le produit intérieur brut était tombé au quart de celui de 1989. [206]

L'une des nombreuses usines exploitées par HeidelbergCement en Géorgie

Depuis le début du 21e siècle, des développements positifs visibles ont été observés dans l'économie de la Géorgie. En 2007, le taux de croissance du PIB réel de la Géorgie a atteint 12 %, faisant de la Géorgie l'une des économies les plus dynamiques d'Europe de l'Est. [11] La Banque mondiale a surnommé la Géorgie « le premier réformateur économique au monde » parce qu'elle est passée en un an du 112e au 18e rang en termes de facilité de faire des affaires , [207] et d'ici 2020 a encore amélioré sa position au 6e dans le monde. [208] En 2021, il se classait au 12e rang mondial pour la liberté économique . En 2019, la Géorgie s'est classée 61e sur l' indice de développement humain(IDH). Entre 2000 et 2019, le score IDH de la Géorgie s'est amélioré de 17,7 %. [209] Parmi les facteurs contribuant à l'IDH, l' éducation a eu l'impact le plus positif [210] car la Géorgie se classe dans le quintile supérieur en termes d'éducation.

L'interdiction en 2006 des importations de vin géorgien en Russie, l'un des principaux partenaires commerciaux de la Géorgie, et la rupture des liens financiers ont été qualifiées par la mission du FMI de "choc externe". [211] En outre, la Russie a augmenté le prix du gaz pour la Géorgie. À peu près à la même époque, la Banque nationale de Géorgie a déclaré que l'inflation actuelle dans le pays était principalement déclenchée par des raisons externes, notamment l'embargo économique imposé par la Russie. [212] Les autorités géorgiennes s'attendaient à ce que le déficit du compte courant dû à l'embargo de 2007 soit financé par "l'augmentation des recettes en devises générées par l'afflux important d'investissements étrangers directs" et une augmentation des recettes touristiques. [213]Le pays a également maintenu un crédit solide en titres des marchés internationaux. [214] La Géorgie s'intègre de plus en plus dans le réseau commercial mondial : ses importations et exportations de 2015 représentent respectivement 50 % et 21 % du PIB. [11] Les principales importations de la Géorgie sont les carburants, les véhicules, les machines et pièces détachées, les céréales et autres aliments, les produits pharmaceutiques. Les principales exportations sont les véhicules, les ferro-alliages, les engrais, les noix, la ferraille, l'or, les minerais de cuivre. [11]

La vinification est une composante traditionnelle de l'économie géorgienne.

La Géorgie se développe en un corridor de transport international à travers les ports de Batoumi et Poti , la ligne de chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars , un oléoduc de Bakou à travers Tbilissi à Ceyhan , le pipeline Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC) et un gazoduc parallèle, le Sud Pipeline du Caucase . [215]

Depuis son arrivée au pouvoir, l'administration Saakachvili a accompli une série de réformes visant à améliorer le recouvrement des impôts. Entre autres choses, un impôt uniforme sur le revenu a été introduit en 2004. [216] En conséquence, les recettes budgétaires ont quadruplé et un déficit budgétaire autrefois important s'est transformé en excédent . [217] [11] [218]

En 2001, 54 % de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté national, mais en 2006, la pauvreté est tombée à 34 % et en 2015 à 10,1 %. [219] En 2015, le revenu mensuel moyen d'un ménage était de 1 022,3 (environ 426 $ ). [220] Les calculs de 2015 placent le PIB nominal de la Géorgie à 13,98 milliards de dollars EU. [221] L'économie géorgienne est de plus en plus consacrée aux services (en 2016 , représentant 68,3 pour cent du PIB), s'éloignant du secteur agricole (9,2 pour cent). [11] Depuis 2014, le chômage diminue progressivement chaque année mais est resté à deux chiffres et s'est aggravé au cours de laPandémie de Covid-19 . [222] Une perception de stagnation économique a conduit à une enquête menée en 2019 auprès de 1 500 résidents, selon laquelle le chômage était considéré comme un problème important par 73% des personnes interrogées, 49% déclarant que leurs revenus avaient diminué par rapport à l'année précédente. [223]

L'infrastructure de télécommunications de la Géorgie est classée au dernier rang de ses voisins limitrophes dans l' indice de préparation du réseau (NRI) du Forum économique mondial, un indicateur permettant de déterminer le niveau de développement des technologies de l'information et de la communication d'un pays. La Géorgie s'est classée 58e dans le classement NRI 2016, [224] contre 60 en 2015. [225] La Géorgie était classée 63e dans l' indice mondial de l'innovation en 2020, contre 48e en 2019. [226] [227] [228] [229]

Tourisme

La station de ski la plus visitée de Géorgie, Gudauri

Le tourisme occupe une place de plus en plus importante dans l'économie géorgienne. En 2016, 2 714 773 touristes ont rapporté environ 2,16 milliards de dollars américains au pays. [230] En 2019, le nombre d'arrivées internationales a atteint un record de 9,3 millions de personnes [231] avec des revenus en devises au cours des trois premiers trimestres de l'année s'élevant à plus de 3 milliards de dollars US. Le pays prévoit d'accueillir 11 millions de visiteurs d'ici 2025 avec des revenus annuels atteignant 6,6 milliards de dollars. [232] Selon le gouvernement, il existe 103 stations balnéaires dans différentes zones climatiques en Géorgie. Les attractions touristiques comprennent plus de 2 000 sources minérales , plus de 12 000 monuments historiques et culturels, dont quatre sont reconnus par l' UNESCO Sites du patrimoine mondial ( cathédrale de Bagrati à Kutaisi et monastère de Gelati , monuments historiques de Mtskheta et Upper Svaneti ). [233] D'autres attractions touristiques sont Cave City , Ananuri Castle/Church , Sighnaghi et Mount Kazbek . En 2018, plus de 1,4 million de touristes russes ont visité la Géorgie. [234]

Transport

Les chemins de fer géorgiens représentent une artère vitale reliant la mer Noire et la mer Caspienne - la route la plus courte entre l'Europe et l'Asie centrale.

Aujourd'hui, le transport en Géorgie est assuré par rail , route, ferry et air. La longueur totale des routes à l'exclusion des territoires occupés est de 20 553 kilomètres (12 771 mi) et des voies ferrées – 1 576 km (979 mi). [235] Située dans le Caucase et sur la côte de la mer Noire, la Géorgie est un pays clé par lequel transitent les importations d'énergie vers l'Union européenne en provenance de l'Azerbaïdjan voisin. [ citation nécessaire ]

Ces dernières années, la Géorgie a investi des sommes importantes dans la modernisation de ses réseaux de transport. La construction de nouvelles autoroutes a été prioritaire et, à ce titre, les grandes villes comme Tbilissi ont vu la qualité de leurs routes s'améliorer considérablement ; malgré cela, la qualité des routes interurbaines reste médiocre et à ce jour, une seule autoroute - route standard a été construite - la ს 1. [236]

Les chemins de fer géorgiens représentent une artère de transport importante pour le Caucase, car ils constituent la plus grande partie d'un itinéraire reliant les mers Noire et Caspienne . En retour, cela leur a permis de bénéficier ces dernières années de l'augmentation des exportations d'énergie de l'Azerbaïdjan voisin vers l'Union européenne, l'Ukraine et la Turquie. [237] Les services voyageurs sont exploités par le chemin de fer géorgien, propriété de l'État , tandis que les opérations de fret sont assurées par un certain nombre d'opérateurs agréés. Depuis 2004, les chemins de fer géorgiens font l'objet d'un programme continu de renouvellement de la flotte et de restructuration de la gestion qui vise à rendre le service fourni plus efficace et plus confortable pour les passagers. [238]Le développement des infrastructures a également été une priorité pour les chemins de fer, la principale jonction ferroviaire de Tbilissi devant subir une réorganisation majeure dans un proche avenir. [239] D'autres projets incluent également la construction du chemin de fer économiquement important Kars-Tbilissi-Bakou , qui a été ouvert le 30 octobre 2017 et relie une grande partie du Caucase à la Turquie par un chemin de fer à écartement standard . [240] [241]

Port de Batoumi

Le transport aérien et maritime se développe en Géorgie, le premier étant principalement utilisé par les passagers et le second pour le transport de fret. La Géorgie compte actuellement quatre aéroports internationaux, dont le plus important est de loin l'aéroport international de Tbilissi , plaque tournante de Georgian Airways , qui propose des liaisons vers de nombreuses grandes villes européennes. D'autres aéroports du pays sont largement sous-développés ou manquent de trafic régulier, bien que, ces derniers temps, des efforts aient été déployés pour résoudre ces deux problèmes. [242]Il existe un certain nombre de ports maritimes le long de la côte géorgienne de la mer Noire, dont le plus grand et le plus fréquenté est le port de Batoumi ; alors que la ville est elle-même une station balnéaire, le port est un important terminal de fret dans le Caucase et est souvent utilisé par l'Azerbaïdjan voisin comme point de transit pour les livraisons d'énergie vers l'Europe. Des services de traversiers réguliers et affrétés relient la Géorgie à la Bulgarie, [243] la Roumanie, la Turquie et l'Ukraine. [244]

Démographie

Pyramide des âges 2016

Comme la plupart des peuples indigènes du Caucase , les Géorgiens n'appartiennent à aucune des principales catégories ethniques d'Europe ou d'Asie. La langue géorgienne, la plus répandue des langues kartvéliennes , n'est pas indo-européenne , turque ou sémitique . On pense que la nation géorgienne ou kartvélienne actuelle est le résultat de la fusion d' habitants autochtones et autochtones avec des immigrants qui se sont installés dans le Caucase du Sud en provenance de l' Anatolie dans l'Antiquité. [245]

Groupes ethnolinguistiques dans la région du Caucase [246]

Les Géorgiens ethniques forment environ 86,8% de la population actuelle de la Géorgie de 3 713 804 (recensement de 2014). [247] [n 1] Les autres groupes ethniques comprennent les Abkhazes , les Arméniens , les Assyriens , les Azerbaïdjanais , les Grecs , les Juifs , les Kistes , les Ossètes , les Russes , les Ukrainiens , les Yézidis et autres. [247] [n 1] Les Juifs géorgiens sont l'une des plus anciennes communautés juives du monde. La Géorgie abritait autrefois d'importants groupes ethniques allemandscommunautés, mais la plupart des Allemands ont été déportés pendant la Seconde Guerre mondiale. [248]

Le recensement de 1989 a enregistré 341 000 Russes ethniques , soit 6,3 pour cent de la population, [249] 52 000 Ukrainiens et 100 000 Grecs en Géorgie . [250] Depuis 1990, 1,5 million de ressortissants géorgiens sont partis, [250] la majorité se rendant dans les pays voisins ; La Russie est de loin la première destination, avec entre 436 000 et 1 million d'émigrants géorgiens résidant légalement ou illégalement en Russie. [251] Il y avait 184 000 immigrés en Géorgie en 2014, la plupart venant de Russie (51,6%), de Grèce (8,3%), d'Ukraine (8,11%), d'Allemagne (4,3%) et d'Arménie (3,8%). [252] [n 1]

Au début des années 1990, suite à la dissolution de l'Union soviétique , de violents conflits séparatistes ont éclaté dans la région autonome d'Abkhazie et la région de Tskhinvali . De nombreux Ossètes vivant en Géorgie ont quitté le pays, principalement vers l'Ossétie du Nord russe . [253] D'autre part, plus de 150 000 Géorgiens ont quitté l'Abkhazie après le début des hostilités en 1993. [254] Parmi les Turcs meskhètes qui ont été déplacés de force en 1944, seule une infime fraction est retournée en Géorgie en 2008 . [255]

Le groupe linguistique le plus répandu est la famille kartvélienne , qui comprend le géorgien, le svane , le mingrélien et le laz . [256] [257] [258] [259] [260] [261] Les langues officielles de la Géorgie sont le géorgien , l' abkhaze ayant un statut officiel au sein de la région autonome d'Abkhazie. Le géorgien est la langue principale de 87,7 % de la population, suivi par 6,2 % d' azerbaïdjanais , 3,9 % d' arménien , 1,2 % de russe et 1 % d'autres langues. [262] [n 1]En 2010, le gouvernement fédéral des États-Unis a lancé le programme Teach and Learn English with Georgia visant à promouvoir l'alphabétisation en anglais à l'école primaire. L'objectif était d'importer des anglophones du monde entier pour s'assurer que tous les enfants de Géorgie parlent anglais en quatre ans et remplacent le russe comme deuxième langue. [263]

 
Les plus grandes villes ou villages de Géorgie (pays)
Rang Nom Divisions administratives de la Géorgie Pop.
Tbilisi
Tbilissi Batoumi
Batumi
1 Tbilissi Tbilissi 1 108 717 Kutaisi
Koutaïssi Roustavi
Rustavi
2 Batoumi Adjarie 152 839
3 Kutaisi Imereti 147 635
4 Roustavi Kvemo Kartli 125 103
5 Gori Shida Kartli 48 143
6 Zougdidi Samegrelo-Zemo Svaneti 42 998
7 Poti Samegrelo-Zemo Svaneti 41 465
8 Sokhoumi Abkhazie 39 100 [264]
9 Khachouri Shida Kartli 33 627
dix Tskhinvali Shida Kartli 30 000 [264]

Religion

Aujourd'hui , 83,4 % de la population pratique le christianisme orthodoxe oriental , la majorité d' entre eux adhérant à l' Église orthodoxe nationale géorgienne . [265] [n 1] L' Église orthodoxe géorgienne est l'une des plus anciennes Églises chrétiennes du monde et revendique la fondation apostolique par Saint Andrew . [266] Dans la première moitié du 4ème siècle, le christianisme a été adopté comme religion d'État de la péninsule ibérique (aujourd'hui Kartli, ou Géorgie orientale), à ​​la suite de l'œuvre missionnaire de Saint Nino de Cappadoce . [267] [268] L'Église a acquis l' autocéphalieau début du Moyen Âge ; il a été aboli pendant la domination russe du pays, restauré en 1917 et pleinement reconnu par le Patriarcat œcuménique de Constantinople en 1989. [269]

Le statut spécial de l'Église orthodoxe géorgienne est officiellement reconnu dans la Constitution de Géorgie et le Concordat de 2002 , bien que les institutions religieuses soient distinctes de l'État. [ citation nécessaire ]

Principales religions (2014) [10] [n 1]

  Musulman (10,7%)
  Autres (2,5%)

Les minorités religieuses de Géorgie comprennent les musulmans (10,7 %), les chrétiens arméniens (2,9 %) et les catholiques romains (0,5 %). [265] [n 1] 0,7 % des personnes recensées lors du recensement de 2014 se sont déclarées adeptes d'autres religions, 1,2 % ont refusé ou n'ont pas déclaré leur religion et 0,5 % n'ont déclaré aucune religion du tout. [265]

L' Islam est représenté par les azerbaïdjanais chiites musulmans (dans le sud-est) de souche géorgienne sunnites musulmans en Adjarie, et Laz -speaking musulmans sunnites, ainsi que sunnites Meskhètes le long de la frontière avec la Turquie. En Abkhazie , une minorité de la population abkhaze est également musulmane sunnite, aux côtés des fidèles de la foi païenne abkhaze ravivée . Il existe également de plus petites communautés de musulmans grecs (d' origine grecque pontique ) et de musulmans arméniens , tous deux descendants de convertis de l'époque ottomane à l'islam turc d' Anatolie orientale qui se sont installés en Géorgie à la suite de laLa campagne caucasienne de Lala Mustafa Pacha qui a conduit à la conquête ottomane du pays en 1578. Les Juifs géorgiens retracent l'histoire de leur communauté jusqu'au 6ème siècle avant JC ; leur nombre a diminué au cours des dernières décennies en raison des niveaux élevés d'immigration en Israël . [270]

Malgré la longue histoire de l'harmonie religieuse en Géorgie, [271] il y a eu des cas de discrimination religieuse et de violence contre les « croyances non traditionnelles », telles que les Témoins de Jéhovah , par les adeptes du prêtre orthodoxe défroqué Basil Mkalavishvili . [272]

En plus des organisations religieuses traditionnelles, la Géorgie conserve des segments de la société laïques et irréligieux (0,5 %), [273] ainsi qu'une partie importante d'individus affiliés à une religion qui ne pratiquent pas activement leur foi. [274]

Éducation

Le système éducatif de la Géorgie a subi des réformes radicales de modernisation, bien que controversées, depuis 2004. [275] [276] L' éducation en Géorgie est obligatoire pour tous les enfants âgés de 6 à 14 ans. [277] Le système scolaire est divisé en primaire (six ans; niveau d'âge 6-12), de base (trois ans; niveau d'âge 12-15) et secondaire (trois ans; niveau d'âge 15-18), ou alternativement des études professionnelles (deux ans). Les élèves titulaires d'un diplôme d'études secondaires ont accès à l'enseignement supérieur. Seuls les étudiants ayant réussi les examens nationaux unifiés peuvent s'inscrire dans un établissement d'enseignement supérieur agréé par l'État, sur la base du classement des notes obtenues aux examens. [278]

La plupart de ces établissements offrent trois niveaux d'études : un programme de baccalauréat (trois à quatre ans); un programme de maîtrise (deux ans) et un programme de doctorat (trois ans). Il existe également un programme de spécialisation certifiée qui représente un programme d'enseignement supérieur de niveau unique d'une durée de trois à six ans. [277] [279] En 2016 , 75 établissements d'enseignement supérieur étaient accrédités par le ministère de l'Éducation et des Sciences de Géorgie. [280] Le taux brut de scolarisation dans le primaire était de 117 % pour la période 2012-2014, le 2e plus élevé d'Europe après la Suède. [281]

Tbilissi est devenue la principale artère du système éducatif géorgien, en particulier depuis que la création de la Première République géorgienne en 1918 a permis la création d'établissements d'enseignement modernes en géorgien. Tbilissi abrite plusieurs grandes institutions d'enseignement supérieur en Géorgie, notamment l' Université médicale d'État de Tbilissi , fondée en 1918 sous le nom d'Institut médical de Tbilissi, et l' Université d'État de Tbilissi (TSU), créée en 1918 et qui reste la plus ancienne université. dans toute la région du Caucase. [282] Avec plus de 35 000 étudiants inscrits, le nombre de professeurs et de membres du personnel (collaborateurs) à TSU est d'environ 5 000. La principale et la plus grande université technique de Géorgie,Université technique de Géorgie , [283] , ainsi que l'Université de Géorgie (Tbilissi) , [284] Université du Caucase [285] et Université libre de Tbilissi [286] sont également à Tbilissi.

Culture

Manuscrit enluminé de la Géorgie médiévale, montrant une scène de la nativité

La culture géorgienne a évolué sur des milliers d'années depuis ses fondations dans les civilisations ibérique et colchienne. [287] La culture géorgienne a connu une renaissance et un âge d'or de la littérature classique , des arts, de la philosophie, de l'architecture et de la science au 11ème siècle. [288] La culture géorgienne a été influencée par la Grèce classique , l' Empire romain , l' Empire byzantin , les divers empires iraniens (notamment les empires achéménide , parthe , sassanide , safavide et qajar ), [289][290] [291] [292] et plus tard, à partir du XIXe siècle, par l' Empire russe .

La langue géorgienne et la littérature géorgienne classique du poète Shota Rustaveli ont été relancées au XIXe siècle après une longue période de troubles, posant les bases des romantiques et des romanciers de l'ère moderne tels que Grigol Orbeliani , Nikoloz Baratashvili , Ilia Chavchavadze , Akaki Tsereteli , Vazha-Pshavela . [293] La langue géorgienne est écrite en trois scripts uniques , qui, selon les récits traditionnels, ont été inventés par le roi Pharnavaz Ier d'Ibérie au 3ème siècle avant JC. [294] [295]

La Géorgie est connue pour son folklore , sa musique traditionnelle, ses danses, son théâtre, son cinéma et son art. Les peintres notables du 20ème siècle incluent Niko Pirosmani , Lado Gudiashvili , Elene Akhvlediani ; les chorégraphes de ballet notables incluent George Balanchine , Vakhtang Chabukiani et Nino Ananiashvili ; les poètes notables incluent Galaktion Tabidze , Lado Asatiani et Mukhran Machavariani ; et réalisateurs de théâtre et de cinéma notables comprennent Robert Sturua , Tengiz Abuladze , Giorgi Danelia et Otar Ioseliani. [293]

Architecture et arts

Vieux Tbilissi - L'architecture en Géorgie est à bien des égards une fusion d'européen et d'asiatique. [ citation nécessaire ]

L'architecture géorgienne a été influencée par de nombreuses civilisations. Il existe plusieurs styles architecturaux pour les châteaux , les tours , les fortifications et les églises . Les Upper Svaneti fortifications, et la ville du château de Shatili en Khevsureti , sont quelques - uns des plus beaux exemples de la Géorgie médiévale l' architecture du château . D'autres aspects architecturaux de la Géorgie incluent l' avenue Rustaveli à Tbilissi et le quartier de la vieille ville . [ citation nécessaire ]

L' art ecclésiastique géorgien est l'un des aspects les plus remarquables de l'architecture chrétienne géorgienne , qui combine le style classique du dôme avec le style basilique d' origine , formant ce que l'on appelle le style géorgien à dôme croisé. L'architecture à coupole croisée s'est développée en Géorgie au IXe siècle ; avant cela, la plupart des églises géorgiennes étaient des basiliques. D'autres exemples d' architecture ecclésiastique géorgienne peuvent être trouvés en dehors de la Géorgie : le monastère de Bachkovo en Bulgarie (construit en 1083 par le commandant militaire géorgien Grigorii Bakuriani), le monastère d'Iviron en Grèce (construit par les Géorgiens au 10ème siècle) et le monastère de la Croixà Jérusalem (construit par les Géorgiens au 9ème siècle). L'un des artistes géorgiens les plus célèbres de la fin du XIXe et du début du XXe siècle était le peintre primitiviste Niko Pirosmani . [296]

Médias

La télévision, les magazines et les journaux en Géorgie sont tous exploités par des sociétés d'État et à but lucratif qui dépendent de la publicité , des abonnements et d'autres revenus liés aux ventes. La Constitution de la Géorgie garantit la liberté d'expression. [la citation nécessaire ] L'environnement médiatique de la Géorgie reste le plus libre et le plus diversifié dans le Caucase du Sud , [297] malgré la politisation à long terme et la polarisation affectant le secteur. La lutte politique pour le contrôle du radiodiffuseur public l'a laissé sans direction en 2014 également. [298]

Musique

La Géorgie a une ancienne tradition musicale, qui est principalement connue pour son développement précoce de la polyphonie . La polyphonie géorgienne est basée sur trois parties vocales, un système d'accord unique basé sur des quintes parfaites et une structure harmonique riche en quintes parallèles et dissonances. [la citation nécessaire ] Trois types de polyphonie se sont développés en Géorgie : une version complexe en Svaneti, un dialogue sur un fond de basse dans la région de Kakheti et une version partiellement improvisée en trois parties dans l'ouest de la Géorgie. [299] La chanson folklorique géorgienne " Chakrulo " était l'une des 27 compositions musicales incluses dans les Golden Records de Voyager qui ont été envoyées dans l'espace sur Voyager 2 le 20 août 1977.[300]

Cuisine

Plats remarquables de la cuisine géorgienne: khachapuri , Mtsvadi , khinkali , Pkhali , soutzoukos , Shotis puri , Elarji , Mchadi , Satsivi

La cuisine et le vin géorgiens ont évolué au fil des siècles, adaptant les traditions à chaque époque. L'une des traditions culinaires les plus insolites est la supra , ou table géorgienne , qui est également un moyen de socialiser avec les amis et la famille. La tête de supra est connue sous le nom de tamada . Il dirige également les toasts hautement philosophiques et s'assure que tout le monde s'amuse. Diverses régions historiques de Géorgie sont connues pour leurs plats particuliers : par exemple, le khinkali (boulettes de viande), de l'est de la Géorgie montagneuse, et le khachapuri , principalement d' Imereti , de Samegrelo et d'Adjarie. [citation nécessaire ]

Vin

La Géorgie est l' un des plus anciens pays producteurs de vin au monde. Les traditions locales associées au vin sont liées à son identité nationale [28] et ont été classées par l' UNESCO comme faisant partie du patrimoine culturel immatériel du monde. [29]

L'archéologie indique que les vallées et les pentes fertiles de la Géorgie et de ses environs abritent la culture de la vigne et la production de vin néolithique ( géorgien : ღვინო , vino ) depuis des millénaires. [28] [301] [302] [303] En 2013, l' UNESCO a ajouté l'ancienne méthode de vinification traditionnelle géorgienne utilisant les pots d' argile Kvevri aux listes du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO. [29] [28]

Château Mukhrani , l'un des centres de la viticulture géorgienne au 19ème siècle, a été récemment restauré pour produire son vin éponyme.

Le climat tempéré et l'air humide de la Géorgie, influencés par la mer Noire , offrent les meilleures conditions pour la culture de la vigne. Le sol des vignobles est si intensément cultivé que les vignes poussent les troncs d'arbres fruitiers qui finissent par pendre le long des fruits lorsqu'ils mûrissent. Cette méthode de culture est appelée maglari . [304] Parmi les régions viticoles géorgiennes les plus connues figurent Kakheti (divisée en micro-régions de Telavi et Kvareli ), Kartli , Imereti , Racha-Lechkhumi et Kvemo Svaneti , Adjara et Abkhazie .

Le vin géorgien a été une question controversée dans les relations récentes avec la Russie. Les tensions politiques avec la Russie ont contribué à l' embargo russe de 2006 sur le vin géorgien, la Russie a affirmé que la Géorgie produisait du vin contrefait . C'était une raison "officielle", mais l'instabilité des relations économiques avec la Russie est bien connue, car ils utilisent les liens économiques à des fins politiques. [305] Les problèmes de contrefaçon découlent d'un étiquetage erroné par des producteurs étrangers et d'étiquettes falsifiées de « vin géorgien » sur des vins produits en dehors de la Géorgie et importés en Russie sous les auspices d'une production géorgienne. [305] L'expédition de vin contrefait a été principalement acheminée par la Russiea géré des postes de contrôle douanier dans les territoires géorgiens occupés par la Russie, l' Abkhazie et l'Ossétie du Sud , où aucune inspection ni réglementation n'a lieu. [305]

Des sports

Dinamo Tbilissi, vainqueur de la Coupe des vainqueurs de coupe européenne 1981 sur timbre de Géorgie, 2002

Les sports les plus populaires en Géorgie sont le football , le basket - ball , le rugby à XV , la lutte , le judo et l' haltérophilie . Le rugby est considéré comme le sport national de Géorgie. [306] Historiquement, la Géorgie a été célèbre pour son éducation physique; les Romains étaient fascinés par les qualités physiques des Géorgiens après avoir vu les techniques d'entraînement de l'ancienne Ibérie . [307] La lutte reste un sport historiquement important de la Géorgie et certains historiens pensent que le style gréco-romain de la lutte incorpore de nombreux éléments géorgiens. [308]

En Géorgie, l'un des styles de lutte les plus populaires est le style kakhétien. Il y avait un certain nombre d'autres styles dans le passé qui ne sont pas aussi largement utilisés aujourd'hui. Par exemple, la région de Khevsureti en Géorgie a trois styles de lutte. D' autres sports populaires en Géorgie du 19ème siècle étaient le polo et le Lelo , un jeu traditionnel géorgien très similaire au rugby . [309]

Le premier et le seul circuit de course de la région du Caucase est situé en Géorgie. Le Rustavi International Motorpark, construit à l'origine en 1978, a été rouvert en 2012 après une reconstruction totale [310] d'un coût de 20 millions de dollars. La piste satisfait aux exigences FIA Grade 2 et accueille actuellement la série de courses automobiles Legends et les compétitions Formula Alfa. [311]

Le basket-ball a toujours été l'un des sports notables en Géorgie, et la Géorgie comptait quelques membres très célèbres de l'équipe nationale de l'Union soviétique , tels que Otar Korkia , Mikheil Korkia , Zurab Sakandelidze et Levan Moseshvili . Le Dinamo Tbilissi a remporté la prestigieuse compétition de l' Euroligue en 1962 . La Géorgie comptait cinq joueurs en NBA : Vladimir Stepania , Jake Tsakalidis , Nikoloz Tskitishvili , Tornike Shengelia et l'actuel centre des Golden State Warriors Zaza Pachulia. D'autres joueurs de basket-ball notables sont Giorgi Shermadini, double champion de l'Euroligue, et les joueurs de l'Euroligue Manuchar Markoishvili et Viktor Sanikidze . Le sport regagne en popularité dans le pays ces dernières années. L'équipe nationale de basket-ball de Géorgie s'est qualifiée pour l' EuroBasket lors des trois derniers tournois depuis 2011. [ citation nécessaire ]

Voir également

Remarques

  1. ^ Géorgien : საქართველოს რესპუბლიკა , romanisé : sakartvelos resp'ublik'a
  1. ^ a b c d e f g Données n'incluant pas l' Abkhazie et l'Ossétie du Sud

Les références

  1. ^ "Article 8", Constitution de la Géorgie. En Abkhaze AR , aussi Abkhaze .
  2. ^ "Constitution de la Géorgie" (PDF) . Parlement de Géorgie . Archivé de l'original (PDF) le 10 décembre 2017.
  3. ^ "საქართველოს საბოლოო შედეგები" (PDF) . Office national des statistiques de Géorgie. 28 avril 2016. Archivé de l'original (PDF) le 10 octobre 2017 . Consulté le 29 avril 2016 .
  4. ^ "Portail démographique" . Récupéré le 9 février 2020 .
  5. ^ a b "2014 Principaux résultats du recensement général de la population Informations générales - Bureau national des statistiques de Géorgie" (PDF) . Archivé de l'original (PDF) le 8 août 2016 . Récupéré le 2 mai 2016 .
  6. ^ A b c "World Economic Outlook Database, Octobre 2019" . IMF.org . Fonds monétaire international . Récupéré le 14 janvier 2020 .
  7. ^ "Base de données des perspectives de l'économie mondiale, octobre 2019" .
  8. ^ "Indice GINI (estimation de la Banque mondiale) - Géorgie" . data.worldbank.org . Banque mondiale . Archivé de l'original le 20 juillet 2018 . Récupéré le 22 mars 2020 .
  9. ^ "Rapport sur le développement humain 2020" (PDF) . Programme des Nations Unies pour le développement . 15 décembre 2020 . Consulté le 15 décembre 2020 .
  10. ^ un b "Recensement général de la population 2014 - Principaux résultats" (PDF) . Office national des statistiques de Géorgie (Geostat). 28 avril 2016. Archivé de l'original (PDF) le 5 février 2017 . Récupéré le 7 juin 2017 .
  11. ^ A b c d e f g h i j "Georgia - The World Factbook" . CIA . Récupéré le 25 mars 2021 .
  12. ^ un b Jones, Stephen (27 octobre 2020). « L'établissement du pouvoir soviétique en Transcaucasie : le cas de la Géorgie 1921-1928 » . Études soviétiques . 40:4 (4) : 627. doi : 10.1080/09668138808411783 .
  13. ^ Rouben Galichian (2007) Pays au sud du Caucase dans les cartes médiévales : Arménie, Géorgie et Azerbaïdjan. p. 188—189
  14. ^ Boeder ; et al. (2002). Philologie, typologie et structure de la langue. Pierre Lang. p. 65. ISBN 978-0820459912 
  15. ^ Peradze, Grégoire . « La dérivation des pèlerins du nom Géorgie ». Georgica , Automne 1937, nos. 4 et 5, 208–209
  16. ^ Jarret, Hans Henrich; Zgusta, Ladislav (1997). Études historiques, indo-européennes et lexicographiques . Walter de Gruyter. p. 211. ISBN 978-3110128840.
  17. ^ A b c d Mikaberidze, Alexander (2015). Dictionnaire historique de Géorgie (2 éd.). Rowman & Littlefield. p. 3. ISBN 978-1442241466.
  18. ^ Boeder, Winfried; Bublitz, Wolfram ; von Roncador, Manfred; Vater, Heinz (2002). Philologie, typologie et structure de la langue . Pierre Lang. p. 65. ISBN 978-0820459912. La désignation russe de la Géorgie (Gruziya) dérive également du persan gurg.
  19. ^ Rapp Jr., Stephen H. (2014). Le monde sassanide à travers les yeux géorgiens : le Caucase et le Commonwealth iranien dans la littérature géorgienne de l'Antiquité tardive . Éditions Ashgate. p. 21. ISBN 978-1472425522.
  20. ^ Constantin Porphyrogenitus (1967). Gyula Moravcsik (éd.). De Administrando Imperio . traduit par RJH Jenkins . Centre Dumbarton Oaks pour les études byzantines.
  21. ^ David Braund (1994). Une histoire de la Colchide et de l'Ibérie transcaucasienne, 550 av. J.-C.-562 . Presse de l'Université d'Oxford . p.  17–18 . ISBN 978-0198144731.
  22. ^ Rapp, Stephen H. (2003), Études dans l'historiographie géorgienne médiévale : premiers textes et contextes eurasiens , pp. 419-423. Éditeurs Peeters, ISBN 90-429-1318-5 
  23. ^ "Article 2.1" , Constitution de Géorgie , Legislative Herald of Georgia, 'Georgia' est le nom de l'état de Géorgie.
  24. ^ un b Phoenix : Les Peuples des Collines : Ararat antique et Caucase par Charles Burney, David Marshall Lang, Phoenix Press; Nouvelle édition (31 décembre 2001)
  25. ^ Clés, David (28 décembre 2003). "Maintenant, c'est ce qu'on appelle un vrai millésime : le professeur déniche du vin vieux de 8 000 ans" . L'Indépendant . Archivé de l'original le 25 septembre 2015 . Récupéré le 28 août 2017 .
  26. ^ "Preuve de vin ancien trouvé en Géorgie un millésime bu quelque 6000 ans avant JC" . Euronews. 21 mai 2015. Archivé de l'original le 24 mai 2015 . Consulté le 24 mai 2015 .
  27. ^ Thomas Stöllner, Irina Gambaschidze (2014) The Gold Mine of Sakdrisi and Early Mining and Metallurgy in the Transcausus and the Kura-Valley System Archived 18 November 2015 at the Wayback Machine
  28. ^ A b c d Miquel Hudin & Daria Kholodolina (2017), Géorgie: un guide pour le berceau du vin , Vinologue , p. 300, ISBN 978-1941598054
  29. ^ A b c "UNESCO - méthode de fabrication de vin traditionnel géorgien ancien Qvevri" . ich.unesco.org . Récupéré le 9 septembre 2019 .
  30. ^ "Le christianisme et l'empire géorgien" (histoire ancienne) Bibliothèque du Congrès, mars 1994, page Web : LCweb2-ge0015 Archivé le 5 février 2017 à la Wayback Machine .
  31. ^ David Marshall Lang (1997). Vies et Légendes des Saints géorgiens (2 éd.). Presse du Séminaire Saint Vladimir . ISBN 978-0913836293.
  32. ^ Ronald Grigor Suny . Arménie, Azerbaïdjan et Géorgie - "Le christianisme et l'empire géorgien". Éditions DIANE, 1er avril 1996, p. 158
  33. ^ Mikaberidze, Alexandre (2015). Dictionnaire historique de Géorgie (2 éd.). Rowman & Littlefield. p. 527-529. ISBN 978-1-4422-4146-6. Archivé de l'original le 1er mai 2016 . Récupéré le 1er décembre 2017 .
  34. ^ "Géorgie iii. Éléments iraniens dans l'art et l'archéologie géorgiens" . Archivé de l'original le 17 mai 2015 . Consulté le 22 avril 2015 .
  35. ^ Cyril Toumanoff (1967). Études sur l'histoire chrétienne du Caucase . Presse de l'Université de Georgetown . p. 83-84, 377.
  36. ^ Esquisses de l'histoire de l'Église géorgienne par Theodore Edward Dowling
  37. ^ Dr Stephen H Rapp Jr. The Sasanian World through Georgian Eyes: Caucasia and the Iranian Commonwealth in Late Antique Georgian Literature Archived 16 April 2017 at the Wayback Machine Ashgate Publishing, Ltd., 28 September 2014. ISBN 1472425529 p 160
  38. ^ Ronald Grigor Suny. The Making of the Georgian Nation Indiana University Press, 1994 ISBN 0-253-20915-3 p 22
  39. ^ Suny (1994), p. 29
  40. ^ Smith, Graham; Vivien Law (1998). Nation-building in the post-Soviet borderlands. Cambridge University Press. p. 56. ISBN 978-0-521-59968-9.
  41. ^ Alexei Zverev, Ethnic Conflicts in the Caucasus; Graham Smith, Edward A Allworth, Vivien A Law et al., pages 56–58; Abkhaz by W. Barthold [V. Minorsky] in the Encyclopaedia of Islam; The Georgian-Abkhaz State (summary), by George Anchabadze, in: Paul Garb, Arda Inal-Ipa, Paata Zakareishvili, editors, Aspects of the Georgian-Abkhaz Conflict: Cultural Continuity in the Context of Statebuilding, Volume 5, 26–28 August 2000.
  42. ^ Rapp 2007, p. 145
  43. ^ David Marshall Lang (1976). Modern History of Soviet Georgia. London: Greenwood Press. p. 29. ISBN 978-0837181837.
  44. ^ Ivana Marková; Alex Gillespie, eds. (2011). Trust and Conflict: Representation, Culture and Dialogue. Cultural Dynamics of Social Representation. p. 43. ISBN 978-0415593465.
  45. ^ Howard Aronson; Dodona Kiziria (1999). Georgian Literature and Culture. Slavica. p. 119. ISBN 978-0893572785.
  46. ^ Suny, Ronald Grigor (1996). Armenia, Azerbaijan, and Georgia. DIANE Publishing. p. 184. ISBN 978-0-7881-2813-4. Archived from the original on 21 December 2016. Retrieved 1 December 2017. The Knight in the Panther Skin occupies a unique position as the Georgian national epic.
  47. ^ (in Georgian) Javakhishvili, Ivane (1982), k'art'veli eris istoria (The History of the Georgian Nation), vol. 2, pp. 184–187. Tbilisi State University Press.
  48. ^ a b Eastmond, p. 109.
  49. ^ Antony Eastmond (2010). Royal Imagery in Medieval Georgia. Penn State Press. p. 93. ISBN 978-0271016283.
  50. ^ Imagining history at the crossroads: Persia, Byzantium, and the architects of the written Georgian past, Volume 2 p 652. University of Michigan 1997. 1997. ISBN 9780591308280. Retrieved 25 September 2016.
  51. ^ Eastmond, p. 93-95.
  52. ^ René Grousset, Rene (1991). 'The Empire of the Steppes. Rutgers University Press. p. 260.
  53. ^ Mikaberidze, Alexander (2015). Historical Dictionary of Georgia (2 ed.). Rowman & Littlefield. p. xxxi. ISBN 978-1442241466.
  54. ^ ჯაოშვილი, ვახტანგ (1984). საქართველოს მოსახლეობა XVIII-XX საუკუნეებში: დემოგრაფიულ-გეოგრაფიული გამოკვლევა (1 ed.). მეცნიერება. p. 72.
  55. ^ Ronald Grigor Suny. "The Making of the Georgian Nation" Indiana University Press, 1994. p 55
  56. ^ Fisher et al. 1991, p. 328.
  57. ^ Георгиевский трактат [Treaty of Georgievsk] (in Russian). Moscow State University. 24 July 1783. Archived from the original on 1 May 2015. Retrieved 1 February 2015.
  58. ^ Relations between Tehran and Moscow, 1797–2014. Retrieved 17 May 2015.
  59. ^ Mikaberidze, Alexander (2009), Burnham, Robert (ed.), Peter Bagration: The Best Georgian General of the Napoleonic Wars, The Napoleon Series, archived from the original on 16 August 2018, retrieved 19 February 2019
  60. ^ Gvosdev (2000), p. 85.
  61. ^ Avalov (1906), p. 186.
  62. ^ Gvosdev (2000), p. 86.
  63. ^ Lang (1957), p. 249.
  64. ^ Lang (1957), p. 251.
  65. ^ Lang (1957), p. 247.
  66. ^ Lang (1957), p. 252.
  67. ^ Timothy C. Dowling Russia at War: From the Mongol Conquest to Afghanistan, Chechnya, and Beyond Archived 8 February 2017 at the Wayback Machine pp 728 ABC-CLIO, 2 December 2014 ISBN 1598849484
  68. ^ Suny, Ronald Grigor (1994), The Making of the Georgian Nation: 2nd edition, p. 64. Indiana University Press, ISBN 0253209153
  69. ^ Allen F. Chew: An Atlas of Russian History: Eleven Centuries of Changing Borders. Yale University Press, 1970, p. 74.
  70. ^ a b "Georgia Celebrates Independence Day". Georgia Today on the Web. Retrieved 5 January 2021.
  71. ^ Stefan Talmon (1998), Recognition of Governments in International Law, p. 289–290. Oxford University Press, ISBN 0-19-826573-5.
  72. ^ Широков, И. В.; Тарасов, А. А. (2010). Наша маленькая Хоста – Исторический очерк (in Russian). Sochi. Archived from the original on 20 February 2014. Retrieved 2 February 2014.
  73. ^ Knight, Amy. Beria: Stalin's First Lieutenant, Princeton University Press, Princeton, New Jersey, p. 237, ISBN 978-0-691-01093-9.
  74. ^ "Ethnic tensions: War in the Caucasus is Stalin's legacy Archived 20 June 2018 at the Wayback Machine". The Independent. 17 August 2008.
  75. ^ "Georgian World War II hero's remains return home". Agenda.ge. 30 September 2015.
  76. ^ "Government of Georgia:About Georgia". gov.ge. Archived from the original on 21 August 2016. Retrieved 9 August 2016.
  77. ^ a b c "Georgia: Abkhazia and South Ossetia". www.pesd.princeton.edu. Encyclopedia Princetoniensis. Archived from the original on 4 August 2018. Retrieved 16 March 2019.
  78. ^ "Obituary: Eduard Shevardnadze". BBC News. 7 July 2014. Retrieved 6 July 2021.
  79. ^ "Georgia/Abchasia: Violations of the laws of war and Russia's role in the conflict". Hrw.org. March 1995. Archived from the original on 20 February 2001. Retrieved 4 December 2016.
  80. ^ "Russia – The Ingush–Ossetian conflict in the Prigorodnyi region". Human Rights Watch/Helsinki. May 1996. Archived from the original on 13 May 2007. Retrieved 18 July 2007.
  81. ^ "EurasiaNet Eurasia Insight – Georgia's Rose Revolution: Momentum and Consolidation". Eurasianet.org. Archived from the original on 5 August 2009. Retrieved 5 May 2009.
  82. ^ "არჩევნების ისტორია". Tabula. 17 August 2016. Archived from the original on 7 November 2017. Retrieved 2 November 2017.(in Georgian)
  83. ^ "Georgia moves to rein in Ajaria" [1], BBC, 5 May, 2004
  84. ^ Gorshkov, Nikolai (19 September 2002). "Duma prepares for Georgia strike". BBC News. Archived from the original on 29 September 2009. Retrieved 24 July 2009.
  85. ^ "Russia, Georgia strike deal on bases". Civil Georgia, Tbilisi. 30 May 2005. Archived from the original on 13 August 2008.
  86. ^ "Russia Hands Over Batumi Military Base to Georgia". Civil Georgia, Tbilisi. 13 November 2007. Archived from the original on 14 May 2011. Retrieved 24 July 2009.
  87. ^ Russia's retention of Gudauta base – An unfulfilled CFE treaty commitment Archived 5 February 2017 at the Wayback Machine Socor, Vladirmir. The Jamestown Foundation. 22 May 2006
  88. ^ a b Whitmore, Brian (12 September 2008). "Is The Clock Ticking For Saakashvili?'". Radio Free Europe/Radio Liberty. Archived from the original on 3 September 2014. Retrieved 3 September 2014.
  89. ^ "Russia criticised over Abkhazia". BBC News. 24 April 2008. Archived from the original on 15 August 2008. Retrieved 19 November 2015.
  90. ^ "Countdown in the Caucasus: Seven days that brought Russia and Georgia to war". Financial Times. 26 August 2008. Archived from the original on 20 September 2008.
  91. ^ a b Marc Champion; Andrew Osborn (16 August 2008). "Smoldering Feud, Then War". The Wall Street Journal.
  92. ^ Luke Harding (19 November 2008). "Georgia calls on EU for independent inquiry into war". The Guardian. Archived from the original on 13 September 2017. Retrieved 4 December 2017.
  93. ^ a b Roy Allison (2008). "Russia resurgent? Moscow's campaign to 'coerce Georgia to peace'" (PDF). International Affairs. 84 (6): 1145–1171. doi:10.1111/j.1468-2346.2008.00762.x. Archived from the original (PDF) on 23 April 2016. Retrieved 19 November 2015.
  94. ^ Jean-Rodrigue Paré (13 February 2009). "The Conflict Between Russia and Georgia". Parliament of Canada. Archived from the original on 2 January 2016. Retrieved 19 November 2015.
  95. ^ "Saakashvili Appeals for Peace in Televised Address". Civil.Ge. 7 August 2008. Archived from the original on 19 October 2014. Retrieved 3 September 2014.
  96. ^ "The Goals Behind Moscow's Proxy Offensive in South Ossetia". The Jamestown Foundation. 8 August 2008. Archived from the original on 26 October 2014. Retrieved 3 September 2014.
  97. ^ "Georgian conflict puts U.S. in middle". Chicago Tribune. 9 August 2008. Archived from the original on 16 October 2014. Retrieved 3 September 2014.
  98. ^ Peter Finn (17 August 2008). "A Two-Sided Descent into Full-Scale War". The Washington Post. Archived from the original on 6 November 2012. Retrieved 28 August 2017.
  99. ^ Pavel Felgenhauer (14 August 2008). "The Russian-Georgian War was Preplanned in Moscow". Archived from the original on 20 August 2014. Retrieved 3 September 2014.
  100. ^ Chivers, C.J. (15 September 2008). "Georgia Offers Fresh Evidence on War's Start". The New York Times. Archived from the original on 16 June 2017. Retrieved 28 August 2017.
  101. ^ СМИ: российские войска вошли в Южную Осетию еще до начала боевых действий (in Russian). NEWSru.com. 11 September 2008. Archived from the original on 2 January 2016. Retrieved 19 November 2015.
  102. ^ "Russian Federation: Legal Aspects of War in Georgia". Library of Congress. Archived from the original on 16 July 2014.
  103. ^ "Abkhaz separatists strike disputed Georgia gorge". Reuters. 9 August 2008. Archived from the original on 24 September 2015. Retrieved 1 July 2017.
  104. ^ Harding, Luke (11 August 2008). "I got my children out minutes before the bombs fell". The Guardian. Archived from the original on 5 March 2017. Retrieved 24 May 2017.
  105. ^ "Russia opens new front, drives deeper into Georgia". Associated Press. 11 August 2008. Archived from the original on 14 August 2008.
  106. ^ "Report. Volume I" (PDF). Independent International Fact-Finding Mission on the Conflict in Georgia. September 2009. p. 27. Archived from the original (PDF) on 7 October 2009.
  107. ^ "Amnesty International Satellite Images Reveal Damage to South Ossetian Villages After..." Reuters. 9 October 2008. Archived from the original on 22 February 2014.
  108. ^ "Civilians in the line of fire" (PDF). Amnesty International. November 2008. Archived (PDF) from the original on 22 February 2014. Retrieved 3 September 2014.
  109. ^ "Georgia Marks Anniversary of War". BBC News. 7 August 2009. Archived from the original on 8 August 2014. Retrieved 3 September 2014.
  110. ^ Эдуард Кокойты: мы там практически выровняли все (in Russian). Kommersant. 15 August 2008. Archived from the original on 16 September 2014. Retrieved 3 September 2014.
  111. ^ "Rights Groups Say South Ossetian Militias Burning Georgian Villages". RFE/RL. 30 September 2008. Archived from the original on 3 September 2014. Retrieved 3 September 2014.
  112. ^ "Russia Endorses Six-Point Plan". Civil.Ge. 12 August 2008. Archived from the original on 12 August 2008. Retrieved 14 August 2008.
  113. ^ "Statement by President of Russia Dmitry Medvedev". The Kremlin. 26 August 2008. Archived from the original on 2 September 2008.
  114. ^ "Georgia breaks ties with Russia". BBC News. 29 August 2008. Archived from the original on 6 October 2014. Retrieved 3 September 2014.
  115. ^ "Russia hands over control of Georgian buffer zones to EU". RIA Novosti. 9 October 2008. Archived from the original on 12 October 2008.
  116. ^ a b "Resolution of the Parliament of Georgia on the Occupation of the Georgian Territories by the Russian Federation". 29 August 2008. Archived from the original on 3 September 2008.
  117. ^ "Abkhazia, S.Ossetia Formally Declared Occupied Territory". Civil.Ge. 28 August 2008. Archived from the original on 3 September 2008. Retrieved 19 December 2018.
  118. ^ "Georgia opens new parliament in Kutaisi, far from the capital". Washington Post. 26 May 2012. Archived from the original on 11 December 2018. Retrieved 26 May 2012.
  119. ^ "Saakashvili Concedes Defeat in Parliamentary Election", Civil, 2 October 2012, archived from the original on 7 January 2013
  120. ^ Berry, Lynn (7 January 2008). "Georgia Leader: Country on Right Track". Fox News. Archived from the original on 8 January 2008. Retrieved 17 October 2008.
  121. ^ "Freedom in the World 2008" (PDF). Freedom House. Archived from the original (PDF) on 31 January 2011. Retrieved 23 December 2011.
  122. ^ "Georgia". State.gov. 2 April 2012. Retrieved 5 September 2012.
  123. ^ "Shareholders and Board of Governors". European Bank for Reconstruction and Development. Archived from the original on 28 February 2017. Retrieved 23 February 2017.
  124. ^ "Georgia Resident Mission". Asian Development Bank. Archived from the original on 28 February 2017. Retrieved 23 February 2017.
  125. ^ "Ministry of Foreign Affairs of Georgia – Relations between Georgia and the Republic of France". mfa.gov.ge. Archived from the original on 25 December 2016. Retrieved 27 February 2017.
  126. ^ "Ministry of Foreign Affairs of Georgia – Relations between Georgia and the Federal Republic of Germany". mfa.gov.ge. Archived from the original on 24 December 2016. Retrieved 27 February 2017.
  127. ^ "Ministry of Foreign Affairs of Georgia – Relations between Georgia and the State of Israel". mfa.gov.ge. Archived from the original on 5 September 2011. Retrieved 28 March 2010.
  128. ^ "Ministry of Foreign Affairs of Georgia – Relations between Georgia and Japan". Mfa.gov.ge. Archived from the original on 3 September 2008. Retrieved 5 May 2009.
  129. ^ "Ministry of Foreign Affairs of Georgia – Visa Information for Foreign Citizens". Mfa.gov.ge. 30 April 2009. Archived from the original on 3 September 2008. Retrieved 5 May 2009. (South Korea is on the list of the countries whose citizens do not need a visa to enter and stay on the territory of Georgia for 360 days)
  130. ^ "Ministry of Foreign Affairs of Georgia – Democratic Socialist Republic of Sri Lanka". Mfa.gov.ge. Archived from the original on 3 September 2008. Retrieved 5 May 2009.
  131. ^ "Ministry of Foreign Affairs of Georgia – Relations between Georgia and the Republic of Turkey". mfa.gov.ge. Archived from the original on 24 December 2016. Retrieved 27 February 2017.
  132. ^ "Ministry of Foreign Affairs of Georgia – Relations between Georgia and Ukraine". mfa.gov.ge. Archived from the original on 24 December 2016. Retrieved 27 February 2017.
  133. ^ "Relations Between Georgia and the United States of America". usa.mfa.gov.ge. Archived from the original on 23 July 2017. Retrieved 27 February 2017.
  134. ^ "Bilateral Relations". mfa.gov.ge. Archived from the original on 9 February 2017. Retrieved 27 February 2017.
  135. ^ "U.S. Announces New Military Assistance Program for Georgia". Civil.Ge. 1 July 2001. Archived from the original on 12 August 2008. Retrieved 5 May 2009.
  136. ^ "Georgia's way to NATO". Mfa.gov.ge. 27 May 2010. Archived from the original on 27 August 2008. Retrieved 2 November 2010.
  137. ^ "NDI Poll: Economy Still Top Concern for Georgians; Support for NATO and EU Stable" (PDF). National Democratic Institute. 16 January 2017. Archived from the original (PDF) on 27 February 2017. Retrieved 27 February 2017.
  138. ^ Press Release (2011) 145. NATO. 7 December 2011. Accessed 3 January 2011.
  139. ^ "Substantial NATO-Georgia Package (SNGP)" (PDF). NATO. Retrieved 10 February 2019.
  140. ^ "Lavrov: If Georgia Joins NATO, Relations Will Be Spoiled". Georgia Today. 26 September 2019.
  141. ^ "Russian FM Lavrov supports resumption of flights to Georgia as Georgians 'realised consequences' of June 20". Agenda.ge. 26 September 2019. Retrieved 29 September 2019.
  142. ^ "Europe | Bush praises Georgian democracy". BBC News. 10 May 2005. Archived from the original on 19 December 2008. Retrieved 5 May 2009.
  143. ^ Bush Heads to Europe for G – 8 Summit, The New York Times
  144. ^ EU, Georgia Sign ENP Action Plan, Civil Georgia, 2 October 2006.
  145. ^ "EU/Georgia Association Agreement". EEAS. 13 September 2016. Archived from the original on 28 February 2017. Retrieved 27 February 2017.
  146. ^ "Visas: Council confirms agreement on visa liberalisation for Georgia". European Council – Council of the European Union. 20 December 2016. Archived from the original on 28 February 2017. Retrieved 27 February 2017.
  147. ^ "Visas: Council adopts regulation on visa liberalisation for Georgians". European Council – Council of the European Union. 27 February 2017. Archived from the original on 27 February 2017. Retrieved 27 February 2017.
  148. ^ "Budget" (PDF). Ministry of Defence of Georgia. Retrieved 6 August 2021.
  149. ^ "Delta History". STC Delta. Archived from the original on 5 July 2016. Retrieved 21 July 2016.
  150. ^ "Delta Products". STC Delta. Archived from the original on 15 July 2016. Retrieved 21 July 2016.
  151. ^ Collin, Matthew (9 March 2007). "Georgia to double troops in Iraq". BBC News. Archived from the original on 22 December 2016. Retrieved 21 July 2016.
  152. ^ "MoD Releases Details on Georgian Troops Wounded in May 13 Helmand Attack". Civil Georgia. 14 May 2013. Archived from the original on 19 June 2013. Retrieved 21 July 2016.
  153. ^ "Georgia deploying 750 soldiers to Afghanistan". Hurriyet Daily News. Agence France-Presse. 4 August 2010. Archived from the original on 6 May 2016. Retrieved 21 July 2016.
  154. ^ Mikheil Saakashvili (14 December 2009). "Why Georgia sends troops to Afghanistan". The Daily Telegraph. Archived from the original on 29 April 2016. Retrieved 21 July 2016.
  155. ^ Ostroska, Jessica (16 July 2014). "Georgian Army ends mission in Helmand". Afghanistan International Security Assistance Force. Archived from the original on 8 August 2014. Retrieved 21 July 2016.
  156. ^ "Georgian Soldier Killed in Afghanistan". 23 September 2015. Archived from the original on 11 October 2017. Retrieved 21 July 2016.
  157. ^ "Georgian Troops End Mission in Helmand". Civil Georgia. 17 July 2014. Archived from the original on 5 August 2014. Retrieved 21 July 2016.
  158. ^ "Georgian Soldier Succumbs to Injuries Suffered in Afghanistan". Civil Georgia. 8 June 2015. Archived from the original on 11 October 2017. Retrieved 8 June 2015.
  159. ^ a b Mark McDonald, Knight Ridder Newspapers. "Firing of traffic police force stands as a symbol of hope in Georgia | McClatchy". Mcclatchydc.com. Archived from the original on 11 January 2013. Retrieved 30 October 2012.
  160. ^ "Georgia's National Police Corruption Project". NPR. 15 September 2005. Archived from the original on 27 November 2012. Retrieved 30 October 2012.
  161. ^ Building security in the Republic of Georgia Andrew Stamer Retrieved 1 June 2007
  162. ^ "Remarks by President Saakashvili at the CIS Summit in Tbilisi". President of Georgia. 3 June 2005. Archived from the original on 14 June 2011. Retrieved 23 December 2007.
  163. ^ "Security Notice". American Embassy Tbilisi. Archived from the original on 15 August 2007. Retrieved 23 December 2007.
  164. ^ Berglund, Christopher; Engvall, Johan (3 September 2015). "How Georgia Stamped Out Corruption on Campus". Foreign Policy.
  165. ^ "Lessons from Georgia's fight against graft". The Economist. 7 February 2012.
  166. ^ "Georgia's Fight Against Corruption in Public Services Wins Praise". The World Bank. 31 January 2012.
  167. ^ "Fourth Evaluation Round on Georgia". Council of Europe, 17 January 2017
  168. ^ "Georgia's public defender". Ombudsman.ge. Archived from the original on 21 July 2011. Retrieved 3 July 2011.
  169. ^ "Alternative report on the implementation by Georgia of the Framework Convention for the Protection of National Minorities in the region of Kvemo Kartli – Tbilisi, 2008 – p. 58–59" (PDF). Archived from the original (PDF) on 18 July 2011. Retrieved 3 July 2011.
  170. ^ "US, Britain, call for probe into May 26 events in Georgia". News.Az. 28 May 2011. Archived from the original on 1 June 2011. Retrieved 3 July 2011.
  171. ^ Rachel Denber, Europe and Central Asia deputy director (26 May 2011). "Georgia: Police Used Excessive Force on Peaceful Protests | Human Rights Watch". Hrw.org. Archived from the original on 2 July 2011. Retrieved 3 July 2011.
  172. ^ "Tbilisi Mayor's Offers Protesters Alternative Venues for Rally". Civil.ge. Archived from the original on 22 July 2011. Retrieved 30 October 2012.
  173. ^ a b Misha, Dzhindzhikhashvili (26 May 2011). "Georgian Police Say 2 Killed in Protest Dispersal". ABC News. Associated Press. Archived from the original on 22 January 2012. Retrieved 24 December 2011.
  174. ^ "Audio, Video Recordings Implicate Protest Leaders to 'Plotting Violence'". Civil.ge. Archived from the original on 25 October 2012. Retrieved 30 October 2012.
  175. ^ Luke Harding in Moscow and agencies (9 April 2009). "Thousands gather for street protests against Georgian president Mikheil Saakashvili". The Guardian. UK. Archived from the original on 6 September 2013. Retrieved 3 July 2011.
  176. ^ "PM Strongly Against of Marijuana Decriminalization". Civil Georgia. 4 June 2015. Retrieved 25 December 2016.
  177. ^ "Fighting back against Georgia's war on drugs". openDemocracy. 15 December 2016. Retrieved 14 January 2017.
  178. ^ Berlin is Out, Tbilisi is In, Forbes, September 2018
  179. ^ "Georgian Court Abolishes Fines For Marijuana Consumption". Radio Free Europe/Radio Liberty. 30 July 2018. Retrieved 9 August 2018.
  180. ^ Wayne, Shawn (30 July 2018). "Smoking Marijuana Legalized in Georgia". Georgia Today. Retrieved 9 August 2018.
  181. ^ "Registry of Municipalities". National Agency of Public Registry. Archived from the original on 2 February 2017. Retrieved 23 January 2017.
  182. ^ "Government of Georgia – Abkhazia". Government.gov.ge. Archived from the original on 17 July 2011. Retrieved 3 July 2011.
  183. ^ "Regions and territories: Abkhazia". BBC News. 8 February 2011. Archived from the original on 20 April 2010. Retrieved 30 January 2011.
  184. ^ a b "Regions and territories: South Ossetia". BBC News. 8 February 2011. Archived from the original on 17 February 2011. Retrieved 30 January 2011.
  185. ^ "Human Rights in the Occupied Territories of Georgia". Osce.org. Archived from the original on 16 June 2012. Retrieved 30 October 2012.
  186. ^ "Russian Passportization". The New York Times. Archived from the original on 15 November 2012. Retrieved 30 October 2012.
  187. ^ Abkhazia, S. Ossetia Formally Declared Occupied Territory. Archived 3 September 2008 at the Wayback Machine Civil Georgia. 28 August 2008.
  188. ^ "The Law of Georgia on Occupied Territories (431-IIs)" (PDF). State Ministry for Reintegration. 23 October 2008. Archived from the original (PDF) on 24 June 2014. Retrieved 1 February 2015.
  189. ^ "Regions and territories: Ajaria". BBC News. 8 February 2011. Archived from the original on 2 February 2014. Retrieved 31 January 2011.
  190. ^ 'Caucasus (region and mountains, Eurasia)' Archived 27 April 2010 at the Wayback Machine. Encyclopædia Britannica, 2010: "Occupying roughly 170,000 sq mi (440,000 km2), it is divided among Russia, Georgia, Azerbaijan, and Armenia and forms part of the traditional dividing line between Europe and Asia. It is bisected by the Caucasus Mountains; the area north of the Greater Caucasus range is called Ciscaucasia and the region to the south Transcaucasia. Inhabited from ancient times, it was under nominal Persian and Turkish suzerainty until conquered by Russia in the 18th–19th centuries."
  191. ^ "CESWW – Definition of Central Eurasia". Cesww.fas.harvard.edu. Archived from the original on 5 August 2010. Retrieved 6 August 2010.
  192. ^ a b c d e "Georgia:Geography". Cac-biodiversity.org. Archived from the original on 11 May 2011. Retrieved 3 July 2011.
  193. ^ "Endemic Species of the Caucasus". Endemic-species-caucasus.info. 7 January 2009. Archived from the original on 12 April 2009. Retrieved 5 May 2009.
  194. ^ a b Howe, G. Melvyn; Lang, David Marshall. "Georgia". Encyclopedia Britannica. Retrieved 17 December 2020.
  195. ^ "Eucariota, Animalia, Chordata". Georgian Biodiversity Database. Institute of Ecology. 2015. Archived from the original on 25 June 2016. Retrieved 7 June 2016.
  196. ^ "Caucasian Spiders " Checklists & Maps". Caucasus-spiders.info. Archived from the original on 28 March 2009. Retrieved 5 May 2009.
  197. ^ "Dramatic Double Sturgeon Discovery in Georgia". WWF. 15 June 2020. Retrieved 26 June 2020.
  198. ^ Nakhutsrishvili, I.G. ["Flora of Spore Producing Plants of Georgia (Summary)"]. 888 pp., Tbilisi, Academy of Science of the Georgian SSR, 1986
  199. ^ a b "Cybertruffle's Robigalia – Observations of fungi and their associated organisms". cybertruffle.org.uk. Archived from the original on 20 September 2011. Retrieved 27 July 2011.
  200. ^ Kirk, P.M., Cannon, P.F., Minter, D.W. and Stalpers, J. "Dictionary of the Fungi". Edn 10. CABI, 2008
  201. ^ "Fungi of Georgia – potential endemics". cybertruffle.org.uk. Archived from the original on 27 September 2011. Retrieved 27 July 2011.
  202. ^ "Georgia – a haven for biodiversity". IUCN, International Union for Conservation of Nature. 7 December 2012. Retrieved 29 June 2019.
  203. ^ Dinerstein, Eric; Olson, David; Joshi, Anup; Vynne, Carly; Burgess, Neil D.; Wikramanayake, Eric; Hahn, Nathan; Palminteri, Suzanne; Hedao, Prashant; Noss, Reed; Hansen, Matt; Locke, Harvey; Ellis, Erle C; Jones, Benjamin; Barber, Charles Victor; Hayes, Randy; Kormos, Cyril; Martin, Vance; Crist, Eileen; Sechrest, Wes; Price, Lori; Baillie, Jonathan E. M.; Weeden, Don; Suckling, Kierán; Davis, Crystal; Sizer, Nigel; Moore, Rebecca; Thau, David; Birch, Tanya; Potapov, Peter; Turubanova, Svetlana; Tyukavina, Alexandra; de Souza, Nadia; Pintea, Lilian; Brito, José C.; Llewellyn, Othman A.; Miller, Anthony G.; Patzelt, Annette; Ghazanfar, Shahina A.; Timberlake, Jonathan; Klöser, Heinz; Shennan-Farpón, Yara; Kindt, Roeland; Lillesø, Jens-Peter Barnekow; van Breugel, Paulo; Graudal, Lars; Voge, Maianna; Al-Shammari, Khalaf F.; Saleem, Muhammad (2017). "An Ecoregion-Based Approach to Protecting Half the Terrestrial Realm". BioScience. 67 (6): 534–545. doi:10.1093/biosci/bix014. ISSN 0006-3568. PMC 5451287. PMID 28608869.
  204. ^ Grantham, H. S.; Duncan, A.; Evans, T. D.; Jones, K. R.; Beyer, H. L.; Schuster, R.; Walston, J.; Ray, J. C.; Robinson, J. G.; Callow, M.; Clements, T.; Costa, H. M.; DeGemmis, A.; Elsen, P. R.; Ervin, J.; Franco, P.; Goldman, E.; Goetz, S.; Hansen, A.; Hofsvang, E.; Jantz, P.; Jupiter, S.; Kang, A.; Langhammer, P.; Laurance, W. F.; Lieberman, S.; Linkie, M.; Malhi, Y.; Maxwell, S.; Mendez, M.; Mittermeier, R.; Murray, N. J.; Possingham, H.; Radachowsky, J.; Saatchi, S.; Samper, C.; Silverman, J.; Shapiro, A.; Strassburg, B.; Stevens, T.; Stokes, E.; Taylor, R.; Tear, T.; Tizard, R.; Venter, O.; Visconti, P.; Wang, S.; Watson, J. E. M. (2020). "Anthropogenic modification of forests means only 40% of remaining forests have high ecosystem integrity - Supplementary Material". Nature Communications. 11 (1): 5978. doi:10.1038/s41467-020-19493-3. ISSN 2041-1723. PMC 7723057. PMID 33293507.
  205. ^ "U.S. Energy Informationa Administration "World Hydroelectricity Installed Capacity"". Eia.doe.gov. Archived from the original on 23 November 2010. Retrieved 30 October 2012.
  206. ^ "The World Bank in Georgia 1993–2007" (PDF). World Bank. 2009. Archived (PDF) from the original on 23 July 2013. Retrieved 14 August 2013.
  207. ^ World Bank Economy Rankings Archived 15 September 2008 at the Wayback Machine.
  208. ^ World Bank (2018). Doing Business 2019 (PDF). World Bank Publications. pp. 5, 11, 13. ISBN 978-1464813269. Archived (PDF) from the original on 6 November 2018. Retrieved 2 November 2018.
  209. ^ "Briefing note for countries on the 2020 Human Development Report", United Nations Development Program, 2020
  210. ^ "Briefing note for countries on the 2020 Human Development Report": Figure 1: Trends in Georgia’s HDI component indices 2000-2019, United Nations Development Program, 2020
  211. ^ IMF Mission Press Statement at the Conclusion of a Staff Visit to Georgia. 1 June 2007.
  212. ^ Central Bank Chief Reports on Inflation. Civil Georgia, Tbilisi. 10 May 2007.
  213. ^ Statement by IMF Staff Mission to Georgia Archived 30 June 2007 at the Wayback Machine, Press Release No. 06/276. 15 December 2006.
  214. ^ "Sweet Georgia. The Financial Times". Search.ft.com. Archived from the original on 9 March 2008. Retrieved 2 November 2010.
  215. ^ "South Caucasus Pipleline". Archived from the original on 28 September 2017. Retrieved 21 September 2017.
  216. ^ The Financial Times – Flat taxes could be a flash in the pan, IMF research says[dead link]
  217. ^ World Bank, World Development Indicators 2008 Archived 18 April 2010 at the Wayback Machine
  218. ^ Frequently Asked Questions: I. Macroeconomic Environment, investingeorgia.org Archived 28 June 2010 at the Wayback Machine
  219. ^ "Living conditions". GeoStat. Archived from the original on 3 February 2017. Retrieved 26 January 2017.
  220. ^ "Households Income". GeoStat. Archived from the original on 25 December 2016. Retrieved 26 January 2017.
  221. ^ "Gross Domestic Product (GDP)". GeoStat. Archived from the original on 3 February 2017. Retrieved 26 January 2017.
  222. ^ "Employment and Unemployment". Retrieved 8 August 2021., National Statistics Office of Georgia.
  223. ^ "Georgia Poll Reflects Widespread Concern over Economic Issues". International Republican Institute. 18 July 2019. Retrieved 9 September 2021.
  224. ^ "Networked Readiness Index 2016". World Economic Forum. Archived from the original on 21 December 2016. Retrieved 21 December 2016.
  225. ^ "Networked Readiness Index 2015". World Economic Forum. Archived from the original on 25 January 2017. Retrieved 26 January 2017.
  226. ^ "Release of the Global Innovation Index 2020: Who Will Finance Innovation?". www.wipo.int. Retrieved 2 September 2021.
  227. ^ "Global Innovation Index 2019". www.wipo.int. Retrieved 2 September 2021.
  228. ^ "RTD - Item". ec.europa.eu. Retrieved 2 September 2021.
  229. ^ "Global Innovation Index". INSEAD Knowledge. 28 October 2013. Retrieved 2 September 2021.
  230. ^ "Georgian National Tourism Administration – Researches". Georgian National Tourism Administration. Archived from the original on 28 February 2017. Retrieved 26 January 2017.
  231. ^ "Statistics". MIA. February 2018. Retrieved 3 May 2018.
  232. ^ "Georgia Tourism Strategy" (PDF).
  233. ^ Invest in Georgia: Tourism Archived 26 June 2010 at the Wayback Machine
  234. ^ "Russian Flight Ban Could Cost Georgia $300M, Experts Say". The Moscow Times. 24 June 2019.
  235. ^ "Statistical Yearbook of Georgia 2016". National Statistics Office of Georgia. 28 December 2016. p. 195. Archived from the original on 28 October 2017. Retrieved 3 November 2017.
  236. ^ "Roads Department of Georgia". Georoad.ge. Archived from the original on 14 May 2012. Retrieved 10 June 2012.
  237. ^ "Georgian Railway". Railway.ge. Archived from the original on 6 May 2012. Retrieved 10 June 2012.
  238. ^ "Georgian Railway". Railway.ge. Archived from the original on 7 October 2012. Retrieved 10 June 2012.
  239. ^ "Georgian Railway". Railway.ge. Archived from the original on 6 May 2012. Retrieved 10 June 2012.
  240. ^ "Georgian Railway". Railway.ge. Archived from the original on 6 May 2012. Retrieved 10 June 2012.
  241. ^ "Baku-Tbilisi-Kars Railway Line Officially Launched". Radio Free Europe/Radio Liberty. 30 October 2017. Archived from the original on 1 November 2017. Retrieved 3 November 2017.
  242. ^ "Kutaisi's airport: Georgia's opportunity". Evolutsia.Net. 18 January 2012. Archived from the original on 29 February 2012. Retrieved 10 June 2012.
  243. ^ "Varna – Batumi". Ukrferry. Archived from the original on 2 February 2017. Retrieved 31 January 2017.
  244. ^ "Schedules". Ukrferry. Archived from the original on 2 February 2017. Retrieved 31 January 2017.
  245. ^ History of Modern Georgia, David Marshal Lang, p 18
  246. ^ "ECMI – European Centre For Minority Issues Georgia". www.ecmicaucasus.org. Archived from the original on 4 September 2014. Retrieved 2 October 2014.
  247. ^ a b "Total population by regions and ethnicity". Archived from the original on 8 August 2016. Retrieved 2 May 2016.
  248. ^ "Deutsche Kolonisten in Georgien". Einung. Archived from the original on 1 March 2017. Retrieved 31 January 2017.
  249. ^ Georgia: Ethnic Russians Say, "There's No Place Like Home" Archived 16 February 2018 at the Wayback Machine. EurasiaNet.org. 30 April 2009.
  250. ^ a b Ethnic minorities in Georgia Archived 1 May 2009 at the Wayback Machine. Federation Internationale des Ligues des Droits de l'Homme.
  251. ^ Georgians deported as row deepens Archived 29 September 2009 at the Wayback Machine. BBC News. 6 October 2006.
  252. ^ "Immigrants by previous country of residence and usual place of residence". Archived from the original on 9 August 2016. Retrieved 2 May 2016.
  253. ^ Human Rights Watch/Helsinki, Russia: The Ingush–Ossetian Conflict in the Prigorodnyi Region Archived 13 May 2007 at the Wayback Machine, May 1996.
  254. ^ Statistical Yearbook of Georgia 2005: Population, Table 2.1, p. 33, Department for Statistics, Tbilisi (2005)
  255. ^ World Directory of Minorities and Indigenous Peoples – Uzbekistan: Meskhetian Turks Archived 16 October 2012 at the Wayback Machine. Minority Rights Group International.
  256. ^ Boeder (2002), p. 3
  257. ^ Boeder (2005), p. 6
  258. ^ Gamkrelidze (1966), p. 69
  259. ^ Fähnrich & Sardzhveladze (2000)
  260. ^ Kajaia (2001)
  261. ^ Klimov (1998b), p. 14
  262. ^ "Population by region, by native languages and fluently speak Georgian language". Archived from the original on 8 August 2016. Retrieved 2 May 2016.
  263. ^ "Georgia Looks to Replace Russian with English". Public Radio International. 16 September 2010. Archived from the original on 24 January 2018. Retrieved 24 January 2018.
  264. ^ a b Occupied city, estimated data
  265. ^ a b c "Immigrants by previous country of residence and usual place of residence". Archived from the original on 9 August 2016. Retrieved 2 May 2016.
  266. ^ "Patriarchate of Georgia – Official web-site". Patriarchate.ge. Archived from the original on 11 January 2015. Retrieved 10 June 2012.
  267. ^ Toumanoff, Cyril, "Iberia between Chosroid and Bagratid Rule", in Studies in Christian Caucasian History, Georgetown, 1963, pp. 374–377. Accessible online at "Archived copy". Archived from the original on 8 February 2012. Retrieved 4 June 2012.CS1 maint: archived copy as title (link)
  268. ^ Rapp, Stephen H., Jr (2007). "7 – Georgian Christianity". The Blackwell Companion to Eastern Christianity. John Wiley & Sons. p. 138. ISBN 978-1-4443-3361-9. Retrieved 11 May 2012.
  269. ^ "მართლმადიდებელი ავტოკეფალური ეკლესიები". საქართველოს საპატრიარქო. Archived from the original on 28 February 2017. Retrieved 27 February 2017.
  270. ^ Jacobs, Dan Norman. Paul, Ellen Frankel. Studies of the Third Wave: Recent Migration of Soviet Jews to the United States VNR AG, 1 January 1981 ISBN 978-0-86531-143-5 pp. 13–14
  271. ^ Spilling, Michael. Georgia (Cultures of the world). 1997
  272. ^ "Memorandum to the U.S. Government on Religious Violence in the Republic of Georgia (Human Rights Watch August 2001)". Hrw.org. Archived from the original on 2 November 2008. Retrieved 5 May 2009.
  273. ^ "საქართველოს მოსახლეობის საყოველთაო აღწერის საბოლოო შედეგები". netgazeti.ge. Netgazeti. 28 April 2016. Archived from the original on 13 May 2016. Retrieved 28 April 2016.
  274. ^ Caucasus Analytical Digest No.20 Archived 25 March 2015 at the Wayback Machine, Heinrich Böll Stiftung, 11 October 2010
  275. ^ "Georgia purges education system". 29 July 2005. Archived from the original on 19 December 2008. Retrieved 10 September 2008 – via news.bbc.co.uk.
  276. ^ Molly Corso (13 May 2005) Education reform rocks Georgia Archived 31 July 2016 at the Wayback Machine. Eurasianet. United Nations Development Programme. Retrieved on 2 September 2008.
  277. ^ a b Education system in Georgia[permanent dead link]. National Tempus Office Georgia. Retrieved on 2 September 2008.[dead link]
  278. ^ "Centralized university entrance examinations". National assessment and examinations center. Archived from the original on 26 February 2017. Retrieved 31 January 2017.
  279. ^ Education institutions Archived 11 May 2011 at the Wayback Machine. Ministry of Education and Science of Georgia. Retrieved on 2 September 2008.
  280. ^ "Authorized institutions". Ministry of Education and Science of Georgia. Archived from the original on 22 October 2016. Retrieved 23 October 2016.
  281. ^ "Gross enrollment ratio, primary, both sexes". The World Bank. Archived from the original on 23 October 2016. Retrieved 23 October 2016.
  282. ^ "New Tbilisi.Gov.Ge – თბილისის მერიის ოფიციალური ვებ გვერდი". Tbilisi.gov.ge. Archived from the original on 20 February 2012. Retrieved 5 January 2014.
  283. ^ "Contact". gtu.ge. Archived from the original on 27 February 2017. Retrieved 16 February 2017.
  284. ^ "Contact". ug.edu.ge. Archived from the original on 1 March 2017. Retrieved 16 February 2017.
  285. ^ "Contact". cu.edu.ge. Archived from the original on 16 February 2017. Retrieved 16 February 2017.
  286. ^ "Contact". freeuni.edu.ge. Archived from the original on 17 February 2017. Retrieved 16 February 2017.
  287. ^ Georgia : in the mountains of poetry 3rd rev. ed., Nasmyth, Peter
  288. ^ Rapp, Stephen H. (2003), Studies in Medieval Georgian Historiography: Early Texts And Eurasian Contexts. Peeters Publishers, ISBN 90-429-1318-5
  289. ^ I. Gagoshidze "The Achaemenid influence in Iberia" Boreas 19. (1996)
  290. ^ Yarshater, Ehsan. "Encyclopædia Iranica" Archived 7 May 2016 at the Wayback Machine Routledge & Keagan Paul, 2001. ISBN 978-0-933273-56-6 pp 464–479
  291. ^ Kennan, Hans Dieter; et al. (2013). Vagabond Life: The Caucasus Journals of George Kennan. University of Washington Press. p. 32. (...) Iranian power and cultural influence dominated eastern Georgia until the coming of the Russians
  292. ^ Willem Floor, Edmund Herzig. Iran and the World in the Safavid Age I.B.Tauris, 15 September 2012 ISBN 1850439303 p 494
  293. ^ a b Lang David, Georgians
  294. ^ Lang, David Marshall. Georgia. p. 515.[need quotation to verify]
  295. ^ "Georgian Alphabet". 101languages.net. Archived from the original on 28 October 2012. Retrieved 30 October 2012.
  296. ^ "Niko Pirosmani – Short Biographical Information". Niko Pirosmani. Steele Communications. Archived from the original on 28 December 2016. Retrieved 21 December 2016.
  297. ^ enpi-info.eu Archived 3 March 2016 at the Wayback Machine
  298. ^ Freedom House, Georgia 2015 Press Freedom report Archived 4 March 2016 at the Wayback Machine
  299. ^ "Georgian Polyphonic Singing, "Chakrulo"". UNESCO. 2008. Archived from the original on 5 February 2017. Retrieved 17 December 2016.
  300. ^ "The Untold Story of How "Chakrulo" Ended Up in Space". Georgian Journal. 25 September 2014. Archived from the original on 16 August 2016. Retrieved 21 July 2016.
  301. ^ "Archived copy". Archived from the original on 15 April 2015. Retrieved 15 April 2015.CS1 maint: archived copy as title (link)
  302. ^ Watson, Ivan. "Unearthing Georgia's wine heritage". CNN. Retrieved 21 February 2018.
  303. ^ Spilling, Michael; Wong, Winnie (2008). Cultures of The World Georgia. p. 128. ISBN 978-0-7614-3033-9.
  304. ^ Goldstein, Darra (1958). The Georgian feast: the vibrant culture and savory food of the Republic of Georgia. USA: University of California Press. p. 4. ISBN 0-520-21929-5.
  305. ^ a b c "Position Unchanged On Russian WTO Negotiations". RadioFreeEurope/RadioLiberty. Retrieved 21 February 2018.
  306. ^ Claude Saurel: “Georgia's rugby revolution is only just starting”, Rugby World Cup, 30 August 2019
  307. ^ Romans erected the statue of the Iberian King Pharsman after he demonstrated Georgian training methods during his visit to Rome; Cassius Dio, Roman History, LXIX, 15.3
  308. ^ Williams, Douglas. Georgia in my Heart, 1999.
  309. ^ Bath, Richard (ed.) The Complete Book of Rugby (Seven Oaks Ltd, 1997 ISBN 1-86200-013-1) p67
  310. ^ "Rustavi 2 Broadcasting Company". Rustavi2.com. 29 April 2012. Archived from the original on 1 May 2013.
  311. ^ "Georgian National Broadcaster". 1tv.ge. 30 April 2012.[dead link]

Sources

External links

Government

General information

News media