Agence des droits fondamentaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne
FRA
FRLogo2015.jpg
Présentation de l'agence
Formé15 février 2007 (ratifié)
1er mars 2007 (établi)
JuridictionUnion européenne
Quartier généralSchwarzenbergplatz 11
A-1040 Vienne
Autriche 48.198179°N 16.374628°E
48°11′53″N 16°22′29″E /  / 48.198179; 16.374628Coordonnées : 48.198179°N 16.374628°E48°11′53″N 16°22′29″E /  / 48.198179; 16.374628
Dirigeant d'agence
Document clé
Site Internetfra .europa .eu

L' Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne , généralement connue en anglais sous le nom d' Agence des droits fondamentaux ( FRA ), est une agence de l'Union européenne basée à Vienne et inaugurée le 1er mars 2007. Elle a été créée par le règlement (CE) n° 168/2007 du Conseil. du 15 février 2007.

Mandat

La FRA est un organe de l'UE chargé de "collecter et d'analyser des données sur les droits fondamentaux en référence, en principe, à tous les droits énumérés dans la Charte " ; cependant, il est destiné à se concentrer en particulier sur "les domaines thématiques relevant du champ d'application du droit de l'UE ". [1]

Ces neuf domaines thématiques sont définis par la décision n° 252/2013/UE du Conseil du 11 mars 2013 établissant un cadre pluriannuel pour la période 2013-2017 pour l'Agence. Ce sont : l'accès à la justice ; victimes d'actes criminels; société de l'information; intégration des Roms ; coopération judiciaire; droits de l'enfant; la discrimination; l'immigration et l'intégration des migrants ; et le racisme et la xénophobie.

Les principales méthodes de fonctionnement de la FRA sont les enquêtes, les rapports, la fourniture d'une assistance d'experts aux organes de l'UE , aux États membres et aux pays candidats et candidats potentiels à l'UE , et la sensibilisation aux droits fondamentaux. [2] La FRA n'est pas mandatée pour intervenir dans des cas individuels, mais plutôt pour enquêter sur des questions et des tendances générales.

Historique

La FRA a été créée en 2007 pour succéder à l' Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (EUMC), également basé à Vienne. Le mandat de l'EUMC était plus étroit que celui de la FRA, car il se limitait aux questions de racisme et de xénophobie .

L'EUMC est issue de la Commission sur le racisme et la xénophobie (CRX), créée en 1994, également connue sous le nom de Commission Kahn. Le CRX a été transformé en EUMC en juin 1998; officiellement établi par le règlement (CE) n° 1035/97 du Conseil du 2 juin 1997.

Publications et enquêtes

Depuis sa création, la FRA a réalisé des enquêtes et publié des rapports qui sont disponibles en ligne. Une liste complète des publications est donnée sur Publications & ressources > Publications. Cette section traite des rapports qui ont fait l'objet d'une attention particulière de la part d'observateurs extérieurs.

Enquête : Violence à l'égard des femmes

En mars 2014, la FRA a publié une grande enquête sur la violence à l'égard des femmes , basée sur des entretiens en face à face avec plus de 42 000 femmes des 28 États membres de l'UE. [3] [4] L'enquête a posé des questions sur leurs expériences de violence physique, sexuelle et psychologique , y compris des incidents de violence entre partenaires intimes violence domestique »). Des questions ont également été posées sur les incidents de harcèlement , de harcèlement sexuel et de harcèlement en ligne , ainsi que sur leur expérience de la violence dans l' enfance .

Selon les réponses du rapport, certaines des principales conclusions indiquent que :

  • 33% des femmes ont subi des violences physiques et/ou sexuelles depuis l'âge de 15 ans ; [5]
  • 22 % avaient subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part d'un partenaire ;
  • 5 % avaient été violées , et ;
  • 33% ont eu des expériences d'enfance de violence physique ou sexuelle aux mains d'un adulte.

Enquête : EU-MIDIS (Minorités et discrimination)

En 2009, la FRA a publié une enquête sur les expériences de discrimination , de crimes racistes et de maintien de l'ordre des groupes minoritaires et des groupes d' immigration dans l'UE. L'enquête était basée sur les réponses de 23 000 personnes appartenant à des minorités ethniques et à des groupes d'immigrés sélectionnés, ainsi que sur 5 000 personnes de la population majoritaire vivant dans les mêmes zones que les minorités dans 10 États membres . [6] [7] Les principales conclusions de l'enquête sont les suivantes :

  • 55% des répondants pensent que la discrimination fondée sur l'origine ethnique est répandue dans leur pays, dont 37% déclarent avoir été victimes de discrimination au cours des 12 derniers mois ; [8]
  • 12 % ont déclaré avoir personnellement été victimes d'un crime raciste au cours des 12 derniers mois, mais 80 % n'ont pas signalé l'incident à la police ;
  • Les Roms ont signalé les niveaux de discrimination les plus élevés, avec un répondant sur deux déclarant avoir été victime de discrimination au cours des 12 derniers mois, [9] et ;
  • des niveaux élevés de discrimination ont également été mentionnés par les Africains subsahariens (41 %) et les Nord-Africains (36 %).

Un deuxième cycle de l'enquête (EU-MIDIS II) est actuellement en cours et les résultats seront publiés en 2016. Il permettra de collecter des données comparables et d'évaluer l'impact de la législation et des politiques nationales de lutte contre la discrimination et d'égalité dans l'UE. [dix]

Enquête : enquête de l'Union européenne sur les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les transgenres

En 2013, la FRA a mené une enquête en ligne pour déterminer comment les personnes lesbiennes , gays , bisexuelles et transgenres ( LGBT ) vivant dans l'Union européenne vivent la réalisation de leurs droits fondamentaux. Cela fait suite à un rapport de 2009 sur l'homophobie et la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre [11] qui a identifié le besoin de données comparatives sur cette question. Les résultats reflètent les expériences de plus de 93 000 personnes [12]qui ont répondu à l'enquête en ligne dans toute l'Europe. L'objectif était de soutenir l'élaboration de lois et de politiques plus efficaces pour lutter contre la discrimination, la violence et le harcèlement, en améliorant l'égalité de traitement dans la société. [13]

D'après les conclusions, il a été noté que :

  • 2 répondants LGBT sur 3 étaient cachés ou déguisés en étant LGBT à l'école ; [14]
  • 19 % des personnes interrogées se sont senties victimes de discrimination au travail ou lors de la recherche d'un emploi, malgré la protection juridique en vertu du droit de l'UE, et ;
  • Plus d'un quart des personnes LGBT qui ont répondu à l'enquête ont été agressées ou menacées de violence au cours des cinq dernières années, tandis que plus de la moitié d'entre elles n'ont pas signalé l'incident. [15]

Un deuxième cycle de l'enquête (EU-LGBTI II) est actuellement en cours et les résultats seront publiés en 2020. Il collectera des données comparables afin de comparer les résultats avec l'enquête précédente. [16]

Méthodologie

La méthodologie d'enquête en ligne a été choisie pour garantir l'anonymat des populations LGBT « difficiles à atteindre » ou « enfermées », pour encourager le signalement d'expériences sensibles ou négatives, telles que la victimisation criminelle, et pour éliminer les préjugés, qui auraient pu être introduits par téléphone. ou des approches d'entrevue en face à face. [17] Les réponses multiples ont été découragées en raison de la longueur (environ 30 minutes) et de la complexité de l'enquête, tandis que le processus de saisie dans les différents pays était étroitement surveillé pour les falsifications. Les résultats ne sont pas censés être représentatifs de toutes les personnes LGBT dans l'UE, mais fournissent la plus grande collection de preuves empiriques sur les expériences des personnes LGBT en Europe à ce jour. [17] Les données sur les perceptions de la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre du grand public n'ont pas été incluses dans l'enquête, car elles sont déjà collectées par l' Eurobaromètre . L'analyse des résultats de l'enquête LGBT de l'UE - Rapport sur les principaux résultats compare certaines données de l'Eurobaromètre avec les résultats de l'enquête LGBT de l'UE. [17]

Sondage : Roms

L'Agence dispose d'un programme pluriannuel pour les Roms qui lui permet "de faire des rapports réguliers sur les progrès réalisés et de fournir des conseils fondés sur des preuves aux institutions de l'UE et aux États membres sur la base de données systématiquement collectées dans toute l'UE". Les données de l'enquête 2011 sur les Roms sont disponibles via un outil d'exploration de données en ligne .

Publications de l'EUMC

Les rapports publiés par l'EUMC sont disponibles sur le site Web ici [18] de la FRA, l'agence qui a succédé à l'EUMC. Une sélection est donnée ci-dessous.

Rapport : Définition de travail de l'antisémitisme

En 2005, l'EUMC a publié une définition de travail de l'antisémitisme , dont l'objectif déclaré était de "fournir un guide pour identifier les incidents, collecter des données et soutenir la mise en œuvre et l'application de la législation relative à l'antisémitisme". En novembre 2013, la définition a été supprimée du site Web de l'organisation dans le cadre d'un «nettoyage des documents non officiels». Un porte-parole a déclaré que le document n'avait jamais été considéré comme une définition valable et que "nous n'avons connaissance d'aucune définition officielle". [19] [20]

Rapport : Hausse des attaques antisémites dans l'UE

En mai 2004, un rapport intitulé « Manifestations de l'antisémitisme dans l'UE 2002 – 2003 » a été publié. [21] Il détaillait une augmentation des attaques ciblant des commerces, des synagogues , des cimetières et des particuliers juifs. Les pays avec le plus grand nombre d'attentats sont la Belgique , la France , l' Allemagne , les Pays- Bas et le Royaume-Uni . Un deuxième rapport, sur les perceptions de l'antisémitisme, a également été publié. [22]

Rapport : Hausse des attentats islamophobes dans l'UE après le 11 septembre

Le plus grand projet de surveillance jamais commandé concernant l'islamophobie a été entrepris après le 11 septembre par l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (EUMC).

Sur un total de 75 rapports, 15 de chaque État membre, un rapport de synthèse, intitulé "Rapport de synthèse sur l'islamophobie dans l'UE après le 11 septembre 2001", a été publié en mai 2002 . parfois violemment attaqué les musulmans . La discrimination comprenait des violences verbales, accusant sans discernement les musulmans d'être responsables des attaques, enlevant le hijab des femmes , crachant, utilisant le nom "Usama" comme épithète péjorative et des agressions. Le rapport a conclu qu'"une plus grande réceptivité à l'égard des idées et des sentiments anti-musulmans et autres idées et sentiments xénophobes est, et pourrait bien continuer, à être mieux tolérée". [23]

Réception

La nécessité d'une nouvelle institution des droits de l'homme a été remise en question étant donné que la politique des droits de l'homme était une préoccupation majeure du Conseil de l'Europe (CdE), dont tous les États membres de l'UE étaient également membres. [24] En 2007, l'eurodéputé conservateur britannique Syed Kamall a déclaré : « L'Agence des droits fondamentaux prendra 20 millions de livres sterling (30 millions d'euros) de l'argent des contribuables et l'utilisera pour faire avancer un programme partisan avec peu de comptes à rendre à qui que ce soit ». [25] En 2010, le journal allemand Die Welt rapportait que l'homme politique français de centre-droit Pierre Lellouche , alors ministre de l'UE dans le gouvernement Sarkozy , avait mis en doute « la valeur ajoutée » de la FRA alors que le Conseil de l'Europe s'occupait déjà des droits de l'homme.[26]

Une résolution adoptée en septembre 2009, dans laquelle le PE condamnait une "loi sur la protection des mineurs", alors en discussion en Lituanie, la qualifiant d'"homophobe" et demandait à la FRA d'émettre un avis juridique sur la compatibilité du projet de loi avec la Charte des droits fondamentaux de l'UE. [27] Le Parlement lituanien a toutefois réagi en adoptant une résolution condamnant la résolution du PE comme un "acte illégal" (soulignant le fait que la FRA n'a explicitement aucun mandat pour examiner la législation adoptée par les États membres) et demandant au Parlement lituanien Le gouvernement va intenter une action en justice contre le PE devant la Cour européenne de justice . [28]

Voir aussi

Références

  1. ^ "Proposition de règlement du Conseil instituant une Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne" (PDF) . Commission européenne . Récupéré le 23 juillet 2010 .
  2. ^ "L'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne" . Commission européenne . Récupéré le 28 janvier 2015 .
  3. ^ "La violence contre les femmes: une enquête à l'échelle de l'UE. Rapport principal sur les résultats" . Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne. 3 février 2014 . Récupéré le 25 février 2015 .
  4. ^ "Le rapport révèle la violence" étendue "contre les femmes dans l'UE" . Le Gardien . 5 mars 2014 . Récupéré le 5 mars 2014 .
  5. ^ "Violence contre les femmes: un tiers des femmes de l'UE touchées - enquête" . Nouvelles de la BBC . 5 mars 2014 . Récupéré le 5 mars 2014 .
  6. ^ "Rapport des résultats principaux EU MIDIS" . Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne. 4 décembre 2011 . Récupéré le 10 mars 2015 .
  7. ^ "EU MIDIS: l'enquête de la FRA jette un nouvel éclairage sur l'étendue du racisme dans l'UE" . Centre régional pour les minorités . Récupéré le 10 mars 2015 .
  8. ^ "Diskriminierung in der EU ist" gravierendes Problem "" . Kleine Zeitung . Archivé de l'original le 2 avril 2015 . Récupéré le 1er août 2012 .
  9. ^ "Los gitanos, la minoría más discriminada en Europa, por encima de árabes y judíos" . El Mundo . Récupéré le 9 avril 2010 .
  10. ^ "EU-MIDIS II : enquête sur les minorités et la discrimination de l'Union européenne" . Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne. 8 janvier 2015 . Récupéré le 10 mars 2015 .
  11. ^ "L'homophobie et la discrimination fondées sur l'orientation sexuelle dans la partie I des États membres de l'UE - Analyse juridique" . Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne. 10 novembre 2010 . Récupéré le 24 mars 2015 .
  12. ^ "Discrimination LGBT en Europe: la plupart des homosexuels ont peur de se tenir la main en public, selon une enquête" . Huffington Post. 17 mai 2013 . Récupéré le 24 mars 2015 .
  13. ^ "Enquête LGBT de l'UE: un sondage sur l'homophobie suscite des inquiétudes" . Nouvelles de la BBC . 17 mai 2013 . Récupéré le 25 mars 2015 .
  14. ^ "Peur, isolement et discrimination communs dans la communauté LGBT d'Europe" . RTE. 17 mai 2013 . Récupéré le 24 mars 2015 .
  15. ^ "Enquête LGBT de l'UE: un sondage sur l'homophobie suscite des inquiétudes" . Nouvelles de la BBC . 17 mai 2013 . Récupéré le 25 mars 2015 .
  16. ^ "Enquête LGBTI de l'UE II" . Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne . Octobre 2018.
  17. ^ un bc " Rapport technique d'enquête LGBT de l'UE et questions et réponses sur la méthodologie d'enquête LGBT" . Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne . Récupéré le 24 mars 2015 .
  18. ^ "Publications | Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne" . Fra.europa.eu . 7 juillet 2005 . Récupéré le 17 février 2016 .
  19. ^ "SWC à la baronne Ashton de l'UE:" Renvoyez le document de définition de l'antisémitisme au site Web de l'Agence des droits fondamentaux de l'UE " | Centre Simon Wiesenthal" . Wiesenthal.com . 6 novembre 2013. Archivé de l'original le 1er mars 2016 . Récupéré le 17 février 2016 .
  20. ^ "L'UE abandonne sa 'définition de travail' de l'antisémitisme" . Temps d'Israël . Récupéré le 24 janvier 2014 .
  21. ^ "Manifestations d'antisémitisme dans l'UE 2002–2003" (PDF) . Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes . Récupéré le 24 juillet 2010 .
  22. ^ Manifestations de l'antisémitisme dans l'UE 2002 - 2003 , site Web de la FRA, mai 2004
  23. ^ un b Christopher Allen ; Jørgen S. Nielsen (mai 2002). "Rapport de synthèse sur l'islamophobie dans l'UE après le 11 septembre 2001" (PDF) . Vienne : Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes . Récupéré le 24 juillet 2010 .
  24. ^ Financial Times, 7 février 2005
  25. ^ "L'Europe | L'UE obtient une agence des droits fondamentaux" . Nouvelles de la BBC . 1er mars 2007 . Récupéré le 17 février 2016 .
  26. ^ Schiltz, Christoph B. (1er janvier 1970). "Immer mehr Agenturen: Die verrückte Behördenschwemme in der EU - DIE WELT" . Die Welt . Récupéré le 17 février 2016 .
  27. ^ Phillips, Leigh (17 septembre 2009). "Le Parlement européen condamne la loi anti-gay lituanienne" . Observateur de l'UE . Récupéré le 18 septembre 2009 .
  28. ^ "La loi lituanienne controversée sur la protection des mineurs - Parlement lituanien c. Parlement européen | Le Tribune de LituanieLe Tribune de Lituanie" . Lituanietribune.com . 11 novembre 2009. Archivé de l'original le 1er mars 2012 . Récupéré le 17 février 2016 .

Liens externes