Franz von Papen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Franz von Papen
Bundesarchiv Bild 183-1988-0113-500, Franz c. Papen (rognée)(2).jpg
Papen en 1933
Chancelier d'Allemagne
En fonction du
30 mai 1932 au 17 novembre 1932
PrésidentPaul von Hindenburg
Précédé parHeinrich Brüning
succédé parKurt von Schleicher
Ambassadeur d'Allemagne en Turquie
En fonction d'
avril 1939 à août 1944
Nominé parAdolf Hitler
Précédé parFriedrich von Keller
succédé parWilhelm Haas (1952)
Ambassadeur d'Allemagne en Autriche
En fonction d'
août 1934 à février 1938
Nominé parAdolf Hitler
Précédé parKurt Rieth
succédé parCarl-Hermann Mueller-Graaf (1952)
Vice-chancelier d'Allemagne
En fonction du
30 janvier 1933 au 7 août 1934
ChancelierAdolf Hitler
Précédé parHermann Dietrich
succédé parFranz Blücher (1949)
Reichskomissar de Prusse
En fonction du
30 janvier 1933 au 10 avril 1933
Précédé parKurt von Schleicher
succédé parHermann Göring
En fonction du
20 juillet 1932 au 3 décembre 1932
Précédé parOtto Braun
succédé parKurt von Schleicher
Détails personnels
Née( 1879-10-29 )29 octobre 1879
Werl , Prusse , Empire allemand
Décédés2 mai 1969 (1969-05-02)(89 ans)
Sasbach , Allemagne de l'Ouest
Lieu de reposWallerfangen , Allemagne
Parti politiqueZentrum (1918-1932)
Indépendant (1932-1938)
Parti nazi (NSDAP ; 1938-1945)
Conjoint(s)
Martha von Boch-Galhau
( M.  1905, est mort 1961)
Enfants5
mère nourricièreAcadémie militaire prussienne
MétierDiplomate , officier militaire
Signature
Service militaire
Allégeance Empire allemand
Succursale/serviceArmée impériale allemande
Des années de service1898-1919
RangLieutenant colonel
Batailles/guerresPremière Guerre mondiale
Récompenses

Franz Joseph Hermann Michael Maria von Papen, Erbsälzer zu Werl und Neuwerk ( allemand : [ˈfʁants fɔn ˈpaːpn̩] ( écouter )A propos de ce son ; 29 octobre 1879 - 2 mai 1969) était un homme politique conservateur allemand , diplomate , noble prussien et officier d' état-major général. Il a été le chancelier de l' Allemagne en 1932, puis comme vice-chancelier sous Adolf Hitler 1933-1934.

Issu d'une riche famille d' aristocrates catholiques de Westphalie , Papen a servi dans l' armée prussienne à partir de 1898 et a été formé comme officier d' état-major allemand . Il a servi comme attaché militaire au Mexique et aux États-Unis de 1913 à 1915, organisant des actes de sabotage aux États-Unis et finançant les forces mexicaines pendant la Révolution mexicaine . Après avoir été expulsé des États-Unis en 1915, il a servi comme commandant de bataillon sur le front occidental de la Première Guerre mondiale et a terminé son service de guerre sur le théâtre du Moyen-Orient en tant que lieutenant-colonel.

Nommé chancelier en 1932 par le président Paul von Hindenburg , Papen gouverna par décret présidentiel . Il négocie la fin des réparations à la Conférence de Lausanne de 1932 . Il lança le coup d'État du Preußenschlag contre le gouvernement social-démocrate de l' État libre de Prusse . Son échec à obtenir une base de soutien au Reichstag a conduit à son limogeage par Hindenburg et son remplacement par le général Kurt von Schleicher .

Déterminé à revenir au pouvoir, Papen, croyant qu'Adolf Hitler pourrait être contrôlé une fois qu'il serait au gouvernement, persuada Hindenburg de nommer Hitler chancelier et Papen vice-chancelier en 1933 dans un cabinet apparemment pas sous la domination du parti nazi . La dictature militaire étant la seule alternative au régime nazi, Hindenburg y consentit. Papen et ses alliés sont rapidement marginalisés par Hitler et il quitte le gouvernement après la Nuit des longs couteaux en 1934, au cours de laquelle les nazis tuent certains de ses confidents. Par la suite, Papen a été ambassadeur d'Allemagne à Vienne de 1934 à 1938 et à Ankara de 1939 à 1944.

Après la Seconde Guerre mondiale , Papen a été inculpé dans les procès de criminels de guerre de Nuremberg devant le Tribunal militaire international mais a été acquitté de toutes les charges. En 1947, un tribunal de dénazification ouest-allemand a conclu que Papen était le principal coupable des crimes liés au gouvernement nazi . Papen a été condamné à huit ans de travaux forcés, mais il a été libéré en appel en 1949. Les mémoires de Papen ont été publiés en 1952 et 1953, et il est décédé en 1969.

Petite enfance et éducation

Papen est né dans une famille catholique riche et noble à Werl , en Westphalie , troisième enfant de Friedrich von Papen-Köningen (1839-1906) et de son épouse Anna Laura von Steffens (1852-1939). [1]

Papen a été envoyé de son propre gré dans une école de cadets à Bensberg à l'âge de 11 ans en 1891. Ses quatre années là-bas ont été suivies de trois années de formation à l'académie militaire principale prussienne de Lichterfelde . Il a été formé comme Herrenreiter ("gentleman rider"). [1] Il a servi pendant une période en tant que préposé militaire au palais du Kaiser et en tant que sous-lieutenant dans l'ancienne unité de son père, le Westphalian Uhlan Regiment No. 5 à Düsseldorf . Papen a rejoint l' état-major allemand en tant que capitaine en mars 1913.

Il épousa Martha von Boch-Galhau (1880-1961) le 3 mai 1905. La femme de Papen était la fille d'un riche industriel de la Sarre dont la dot faisait de lui un homme très riche. [2] Un excellent cavalier et un homme de beaucoup de charme, Papen a coupé une figure fringante et pendant ce temps, s'est lié d' amitié avec Kurt von Schleicher . [2] Papen était fier que sa famille ait obtenu des droits héréditaires depuis 1298 pour extraire le sel de saumure à Werl . Il a toujours cru à la supériorité de l'aristocratie sur les roturiers. [3] Parlant couramment le français et l'anglais, il a beaucoup voyagé dans toute l'Europe, le Moyen-Orient et l'Amérique du Nord. [2] Il a été consacré à Kaiser Wilhelm II . [4]Influencé par les livres du général Friedrich von Bernhardi , Papen fut un militariste toute sa vie. [4]

Attaché militaire à Washington, DC

Il entre au service diplomatique en décembre 1913 en tant qu'attaché militaire de l'ambassadeur d'Allemagne aux États-Unis. Au début de 1914, il se rend au Mexique (auquel il est également accrédité) et observe la Révolution mexicaine . À un moment donné, alors que les zapatistes anti-Huerta avançaient sur Mexico, Papen a organisé un groupe de volontaires européens pour lutter pour le général mexicain Victoriano Huerta . [5] Au printemps 1914, en tant qu'attaché militaire allemand au Mexique, Papen était profondément impliqué dans la vente d'armes au gouvernement du général Huerta, estimant qu'il pouvait placer le Mexique dans la sphère d'influence allemande, bien que l'effondrement du régime de Huerta en juillet 1914 a mis fin à cet espoir. [6]En avril 1914, Papen a personnellement observé l' occupation de Veracruz par les États -Unis lorsque les États-Unis ont saisi la ville de Veracruz , malgré les ordres de Berlin de rester à Mexico. [7] Pendant son temps au Mexique, Papen a acquis l'amour de l'intrigue et de l'aventure internationales qui ont caractérisé ses affectations diplomatiques ultérieures aux États-Unis, en Autriche et en Turquie. [7] Le 30 juillet 1914, Papen est arrivé à Washington, DC en provenance du Mexique pour prendre son poste d'attaché militaire allemand aux États-Unis. [8]

Papen comme attaché militaire allemand pour Washington, DC en 1915

Pendant la Première Guerre mondiale , il a essayé d'acheter des armes aux États-Unis pour son pays, mais le blocus du Royaume-Uni a rendu presque impossible l'expédition d'armes vers l'Allemagne. [9] Le 22 août 1914, Papen a engagé le détective privé américain Paul Koeing, basé à New York , pour mener une campagne de sabotage et de bombardement contre des entreprises à New York appartenant à des citoyens des nations alliées. [10] Papen, à qui Berlin a donné un fonds illimité d'argent liquide, a tenté d'empêcher les gouvernements britannique, français et russe d'acheter des fournitures de guerre aux États-Unis. [9] Papen a créé une société écran qui a tenté d' acheter à titre exclusifchaque presse hydraulique aux États-Unis pendant les deux prochaines années pour limiter la production d'obus d'artillerie par les entreprises américaines avec des contrats avec les Alliés. [9] Pour permettre aux citoyens allemands vivant dans les Amériques de rentrer chez eux en Allemagne, Papen a mis en place une opération à New York pour falsifier des passeports américains. [dix]

À partir de septembre 1914, Papen a abusé de son immunité diplomatique en tant qu'attaché militaire allemand et de la neutralité américaine pour commencer à organiser des plans d'invasion du Canada , ainsi qu'une campagne de sabotage contre les canaux, les ponts et les voies ferrées. [11] En octobre 1914, Papen est devenu impliqué dans la conspiration hindoue-allemande , lorsqu'il a contacté des nationalistes indiens anti-britanniques vivant en Californie, s'arrangeant pour que des armes leur soient remises. [12] En février 1915, il a organisé l' attentat à la bombe du pont international de Vanceboro , tandis que son immunité diplomatique le protégeait de l'arrestation. [13]Dans le même temps, il était impliqué dans les plans de restauration de Huerta au pouvoir, organisant l'armement et le financement de l'invasion prévue du Mexique. [14]

Papen à New York le 22 décembre 1915, après avoir été déclaré persona non grata par le gouvernement américain et rappelé en Allemagne

Les activités de Papen étaient connues des services secrets britanniques, qui partageaient leurs informations avec le gouvernement américain. [15] En conséquence, il a été expulsé des États-Unis pour complicité dans la planification d'actes de sabotage . [16] Le 28 décembre 1915, il a été déclaré persona non grata après son exposition et a été rappelé en Allemagne. [17] À son retour, il a reçu la Croix de fer .

Papen est resté impliqué dans des complots dans les Amériques. Il contacta en février 1916 le colonel mexicain Gonzalo Enrile, vivant à Cuba , pour tenter d'arranger le soutien allemand à Félix Díaz , le prétendu homme fort du Mexique. [18] Papen a servi d'intermédiaire entre les volontaires irlandais et le gouvernement allemand concernant l'achat et la livraison d'armes à utiliser contre le Royaume-Uni pendant l' Insurrection de Pâques de 1916. Il a également servi d'intermédiaire avec les nationalistes indiens . En avril 1916, un grand jury fédéral américain a publié un acte d'accusation contre Papen pour un complot visant à faire exploser le canal Welland au Canada; il est resté inculpé jusqu'à ce qu'il devienne chancelier d'Allemagne, date à laquelle les charges ont été abandonnées. [17]

Service militaire pendant la Première Guerre mondiale

En tant que catholique romain, Papen appartenait au Zentrum , le parti de droite du centre que presque tous les catholiques allemands soutenaient, mais au cours de la guerre, le nationaliste conservateur Papen s'est éloigné de son parti. [19] Papen désapprouvait Matthias Erzberger , dont il s'opposait aux efforts pour tirer le Zentrum vers la gauche, et considérait la résolution de paix du Reichstag du 19 juillet 1917 comme presque une trahison. [19]

Plus tard au cours de la Première Guerre mondiale, Papen est revenu dans l'armée en service actif, d'abord sur le front occidental . En 1916, Papen prend le commandement du 2e bataillon de réserve du 93e régiment de la 4e division d' infanterie de la garde combattant en Flandre . [20] Le 22 août 1916, le bataillon de Papen subit de lourdes pertes en résistant avec succès à une attaque britannique pendant la bataille de la Somme . [21] Entre novembre 1916 et février 1917, le bataillon de Papen a été engagé dans de violents combats presque continus. [22] Il a reçu la Croix de fer, 1ère classe . Le 11 avril 1917, Papen combat sur la crête de Vimy, où son bataillon a été vaincu avec de lourdes pertes par le Corps canadien . [22]

Après Vimy, Papen a demandé un transfert au Moyen-Orient, qui a été approuvé. [22] À partir de juin 1917, Papen a servi comme officier à l'état-major général au Moyen-Orient, puis comme officier attaché à l' armée ottomane en Palestine . [22] Pendant son séjour dans l'Empire ottoman, Papen était « au courant » du génocide arménien, qui ne semblait pas l'avoir du tout troublé moralement ni à l'époque ni plus tard dans sa vie. [23] Pendant son temps à Constantinople, Papen s'est lié d'amitié avec Joachim von Ribbentrop . Entre octobre et décembre 1917, Papen a participé aux violents combats de la campagne du Sinaï et de Palestine . [24]Promu au grade de lieutenant-colonel , il rentre en Allemagne et quitte l'armée peu après l'armistice qui stoppe les combats en novembre 1918.

Après que les Turcs eurent signé un armistice avec les Alliés le 30 octobre 1918, le Corps allemand d' Asie reçut l'ordre de rentrer et Papen se trouvait dans les montagnes à Karapunar lorsqu'il apprit le 11 novembre 1918 que la guerre était terminée. [24] La nouvelle république a ordonné que des conseils de soldats soient organisés dans l'armée allemande, y compris le corps asiatique, auquel le général Otto Liman von Sanders a tenté d'obéir et auquel Papen a refusé d'obéir. [25] Sanders a ordonné l'arrestation de Papen pour son insubordination, ce qui a poussé Papen à quitter son poste sans autorisation alors qu'il s'enfuyait en Allemagne en civil pour rencontrer personnellement le maréchal Paul von Hindenburg , qui a fait abandonner les charges. [26]

homme politique catholique

Après avoir quitté l'armée allemande au printemps 1919, Papen achète une propriété de campagne, la Haus Merfeld , vivant la vie d'un « gentleman farmer » à Dülmen . [27] En avril 1920, pendant le soulèvement communiste dans la Ruhr , Papen a pris le commandement d'une unité Freikorps pour protéger le catholicisme romain des "maraudeurs rouges" . [28] Impressionné par sa direction de son unité Freikorps , Papen a décidé de poursuivre une carrière en politique. [29] À l'automne 1920, le président de l'Association des agriculteurs de Westphalie, le baron Engelbert von Kerkerinck zur Borg, a dit à Papen que son association ferait campagne pour lui s'il se présentait pour le parti prussien.Landtag . [30]

Papen est entré en politique et a rejoint le Parti du centre , mieux connu sous le nom de Zentrum . Le monarchiste Papen faisait partie de l' aile conservatrice du parti qui rejetait la démocratie et de la Coalition de Weimar avec le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD). La politique de Papen était beaucoup plus proche du parti national-conservateur national du peuple allemand que du Zentrum , et il semble avoir appartenu au Zentrum en raison de son catholicisme romain et de l'espoir qu'il pourrait déplacer son parti vers la droite. [2] [31] Papen était une figure d'influence dans leZentrum en tant que principal actionnaire et chef du comité de rédaction du journal catholique du parti Germania , qui était le plus prestigieux des journaux catholiques en Allemagne. [32] [33]

Papen a été membre du Landtag de Prusse de 1921 à 1928 et de 1930 à 1932, représentant une circonscription rurale catholique de Westphalie. [34] Papen a rarement assisté aux sessions du Landtag et n'a jamais pris la parole lors des réunions pendant son mandat de député du Landtag. [35] Papen a essayé d'avoir son nom inscrit sur la liste du parti Zentrum pour les élections du Reichstag de mai 1924, mais a été bloqué par la direction du Zentrum . [36] En février 1925, Papen était l'un des six députés du Zentrum au Landtag qui ont voté avec le Parti national populaire allemand et le Parti populaire allemand contre le SPD- Zentrumgouvernement. [31] Papen a failli être expulsé du Zentrum pour avoir rompu avec la discipline de parti au Landtag. [31] Lors des élections présidentielles de 1925, il a surpris son parti en soutenant le candidat de droite Paul von Hindenburg sur de Zentrum propre Wilhelm Marx . Papen, avec deux de ses futurs ministres, était membre du Berlin Deutscher Herrenklub (Club allemand des gentlemen) exclusif d' Arthur Moeller van den Bruck . [37] [38]

En mars 1930, Papen salue la venue du gouvernement présidentiel . [39] Comme le gouvernement présidentiel du chancelier Heinrich Brüning dépendait des sociaux-démocrates du Reichstag pour le « tolérer » en ne votant pas pour annuler les lois adoptées en vertu de l' article 48 , Papen est devenu plus critique. [39] Dans un discours devant un groupe d'agriculteurs en octobre 1931, Papen a appelé Brüning à désavouer le SPD et à fonder son gouvernement présidentiel sur la « tolérance » du NSDAP à la place. [40]Papen a exigé que Brüning transforme la « dictature cachée » d'un gouvernement présidentiel en une dictature qui unirait toute la droite allemande sous sa bannière. [40] Lors de l' élection présidentielle allemande de mars-avril 1932 , Papen a voté pour Hindenburg au motif qu'il était le meilleur homme pour unir la droite, tandis que lors de l'élection du président du Landtag par le Landtag prussien, Papen a voté pour le nazi Hans Kerrl . [40]

Chancellerie

Papen (à gauche) avec son successeur éventuel, le ministre de la Défense Kurt von Schleicher , regardant une course de chevaux à Berlin- Karlshorst

Le 1er juin 1932, Papen est soudainement élevé au rang d'importance suprême lorsque le président Hindenburg le nomme chancelier . Papen devait sa nomination à la chancellerie au général Kurt von Schleicher , un vieil ami de l'état-major d'avant-guerre et conseiller influent du président Hindenburg. Schleicher a choisi Papen parce que ses antécédents conservateurs et aristocratiques et sa carrière militaire étaient satisfaisants pour Hindenburg et créeraient les bases d'une éventuelle coalition centre-nazie. [41] Schleicher, devenu ministre de la Défense, a lui-même choisi l'ensemble du cabinet. [42] La veille, Papen avait promis au président du parti Ludwig Kaasil n'accepterait aucune nomination. Après avoir rompu sa promesse, Kaas l'a qualifié de " Ephialtes du Parti du Centre " après la tristement célèbre bataille de traître des Thermopyles ; Papen a évité d'être exclu du parti en le quittant le 31 mai 1932. [37]

Le cabinet formé par Papen était connu sous le nom de « cabinet des barons » ou « cabinet des monocles ». [43] Papen avait peu de soutien au Reichstag ; les seuls partis engagés à le soutenir étaient le Parti national-conservateur du peuple allemand (DNVP) et le Parti libéral-conservateur du peuple allemand (DVP). Le Parti du centre ne soutiendrait pas Papen parce qu'il avait poignardé Brüning. [37] La coalition centre-nazie planifiée de Schleicher ne s'est donc pas matérialisée et les nazis avaient maintenant peu de raisons de soutenir le gouvernement faible de Papen. [37] Papen est devenu très proche de Hindenburg et a rencontré Adolf Hitler pour la première fois en juin 1932. [38][42]

Cabinet Papen (2 juin 1932)

Papen a consenti le 31 mai à l'accord d'Hitler et Hindenburg du 30 mai selon lequel le parti nazi tolérerait le gouvernement de Papen si de nouvelles élections étaient convoquées, l' interdiction de Sturmabteilung a été annulée et les nazis ont obtenu l'accès au réseau radio. [44] Comme convenu, le gouvernement Papen a dissous le Reichstag le 4 juin et a convoqué des élections nationales avant le 31 juillet 1932 , dans l'espoir que les nazis remporteraient le plus grand nombre de sièges au Reichstag , ce qui lui permettrait de disposer de la majorité dont il avait besoin. mettre en place un gouvernement autoritaire. [35]Dans un soi-disant « gouvernement présidentiel », Papen gouvernerait par l'article 48, faisant signer des décrets d'urgence par le président Hindenburg. [35] Le 16 juin 1932, le nouveau gouvernement a levé l'interdiction de la SA et de la SS, éliminant la dernière raison d'être du soutien nazi à Papen. [45]

Papen en juin 1932

En juin et juillet 1932, Papen représente l'Allemagne à la conférence de Lausanne où, le 9 juillet, les obligations allemandes de réparation sont annulées. [46] L' Allemagne avait cessé de payer des réparations en juin 1931 sous le moratoire Hoover , et la plupart des travaux préparatoires pour la conférence de Lausanne avaient été faits par Brüning, mais Papen s'attribua le mérite du succès. [46] En échange de l'annulation des réparations, l'Allemagne était censée faire un paiement unique de 3 millions de Reichmarks à la France, un engagement que Papen a répudié immédiatement après son retour à Berlin. [46] [47]

Par l'article 48, Papen a promulgué des politiques économiques le 4 septembre qui ont réduit les versements offerts par la caisse d'assurance-chômage, soumis les Allemands sans emploi à la recherche d'une assurance-chômage à une condition de ressources, abaissé les salaires (y compris ceux obtenus par la négociation collective), tout en organisant des réductions d'impôts pour les entreprises. et les riches. [48] [49] Ces politiques d' austérité ont rendu Papen profondément impopulaire auprès des masses, mais avaient le soutien de l'élite des affaires. [50] [51]

Les négociations entre les nazis, le Parti du centre et Papen pour un nouveau gouvernement prussien ont commencé le 8 juin mais ont échoué en raison de l'hostilité du Parti du centre envers le déserteur du parti Papen. [45] Le 11 juillet 1932, Papen a reçu le soutien du cabinet et du président pour un décret autorisant le gouvernement du Reich à prendre le contrôle du gouvernement prussien, dominé par le SPD, décision qui a ensuite été justifiée par la rumeur selon laquelle le Les sociaux-démocrates et le Parti communiste allemand (KPD) envisageaient une fusion. [52] [53] La violence politique du soi-disant dimanche sanglant d'Altona entre nazis, communistes et policiers le 17 juillet, a donné à Papen son prétexte. [54]Le 20 juillet, Papen a lancé un coup d'État contre le gouvernement de coalition SPD de Prusse dans le soi-disant Preußenschlag (Putsch en Prusse). Berlin a été mis à l'arrêt militaire et Papen a envoyé des hommes pour arrêter les autorités prussiennes du SPD, qu'il a accusées sans preuve d'être de connivence avec les communistes. Par la suite, Papen s'est déclaré commissaire de Prusse au moyen d'un autre décret d'urgence qu'il a obtenu de Hindenburg, affaiblissant davantage la démocratie de la République de Weimar. [55] Papen considérait le coup d'État comme un cadeau aux nazis, qui en avaient été informés le 9 juillet, qui étaient désormais censés soutenir son gouvernement. [54]

Le 23 juillet, Papen a fait sortir des représentants allemands de la Conférence mondiale du désarmement après que la délégation française a averti que permettre à l'Allemagne Gleichberechtigung (« égalité de statut ») dans les armements conduirait à une autre guerre mondiale. Papen a annoncé que le Reich ne reviendrait pas à la conférence jusqu'à ce que les autres puissances acceptent de considérer sa demande de Gleichberechtigung . [46]

Papen arrivant pour la session du Reichstag du 12 septembre 1932

Lors des élections du Reichstag du 31 juillet, les nazis ont remporté le plus grand nombre de sièges. Pour lutter contre la montée du terrorisme politique SA et SS qui a commencé juste après les élections, Papen a introduit le 9 août via l'article 48 une nouvelle loi qui a considérablement rationalisé le processus judiciaire dans les affaires de peine de mort tout en limitant le droit d'appel. [56] [57] De nouveaux tribunaux spéciaux ont également été créés. [56] Quelques heures plus tard dans la ville de Potempa, cinq hommes SA ont tué l'ouvrier communiste Konrad Pietrzuch dans le meurtre de Potempa de 1932 . [57] Les « cinq Potompa » ont été rapidement arrêtés puis reconnus coupables et condamnés à mort le 23 août par un tribunal spécial. [58]L'affaire Potempa a suscité une énorme attention médiatique et, le 2 septembre, Papen, en sa qualité de commissaire du Reich pour la Prusse, a réduit les peines des cinq hommes de la SA à la réclusion à perpétuité après qu'Hitler eut clairement indiqué qu'il ne soutiendrait pas le gouvernement de Papen s'ils étaient exécutés. . [59]

Le 11 août, jour férié du Jour de la Constitution, qui commémorait l'adoption de la Constitution de Weimar en 1919, Papen et son ministre de l'Intérieur, le baron Wilhelm von Gayl, ont convoqué une conférence de presse pour annoncer les plans d'une nouvelle constitution qui, en fait, transformerait l'Allemagne dans une dictature. [60] Deux jours plus tard, Schleicher et Papen ont offert à Hitler le poste de vice-chancelier, qui l'a rejeté. [61]

Reichstag le 12 septembre 1932 – Papen (debout, à gauche) demande la parole, ignoré par le président Göring (à droite)

Lorsque le nouveau Reichstag s'est réuni le 12 septembre, Papen espérait détruire l'alliance croissante entre les nazis et le Parti du centre. [58] Ce jour-là, au domaine du président à Neudeck, Papen, Schleicher et Gayl ont obtenu à l'avance de Hindenburg un décret pour dissoudre le parlement, puis ont obtenu un autre décret pour suspendre les élections au-delà des 60 jours constitutionnels. [58] Les communistes ont fait une motion de défiance envers le gouvernement Papen. [62] Papen avait anticipé ce mouvement par les communistes, mais s'était assuré qu'il y aurait une objection immédiate. Cependant, comme personne ne s'y est opposé, Papen a placé le dossier rouge contenant le décret de dissolution sur le président du ReichstagLe bureau d' Hermann Göring . Il demanda la parole pour le lire, mais Göring fit semblant de ne pas le voir ; les nazis et le Parti du centre avaient décidé de soutenir la motion communiste. [63] [64] [65] La motion a été adoptée par 512 voix contre 42. [66] [67] Réalisant qu'il n'avait pas assez de soutien pour aller jusqu'au bout de son plan de suspension des élections, Papen a décidé de convoquer une autre élection à punir le Reichstag pour le vote de défiance. [66]

Papen et Schleicher en 1932

Le 27 octobre, la Cour suprême d'Allemagne a rendu une décision selon laquelle le coup d'État de Papen destituant le gouvernement prussien était illégal, mais a permis à Papen de conserver son contrôle sur la Prusse. [68] En novembre 1932, Papen a violé les termes du traité de Versailles en passant un programme d' umbau (reconstruction) pour la marine allemande d'un porte-avions, six cuirassés, six croiseurs, six flottilles de destroyers et 16 sous-marins, destinés à permettre à l'Allemagne de contrôler à la fois la mer du Nord et la Baltique. [69]

Lors des élections de novembre 1932, les nazis perdirent des sièges, mais Papen était toujours incapable d'obtenir un Reichstag sur lequel on pouvait compter pour ne pas passer un autre vote de défiance à l'égard de son gouvernement. [70] La tentative de Papen de négocier avec Hitler a échoué. [71] Sous la pression de Schleicher, Papen a démissionné le 17 novembre et a formé un gouvernement intérimaire. [70] Papen a dit à son cabinet qu'il prévoyait de déclarer la loi martiale, ce qui lui permettrait de gouverner en tant que dictateur. [70] Cependant, lors d'une réunion du cabinet le 2 décembre, Papen a été informé par l'associé de Schleicher, le général Eugen Ott que le ministère de la Reichswehrles jeux de guerre ont montré qu'il n'y avait aucun moyen de maintenir l'ordre contre les nazis et les communistes. [72] [73] Réalisant que Schleicher se déplaçait pour le remplacer, Papen a demandé à Hindenburg de renvoyer Schleicher comme ministre de la Défense. Au lieu de cela, Hindenburg a nommé Schleicher chancelier. [72]

Porter Hitler au pouvoir

Après sa démission, Papen visita régulièrement Hindenburg, ne manquant aucune occasion d'attaquer Schleicher lors de ces visites. [74] Schleicher avait promis à Hindenburg qu'il n'attaquerait jamais Papen en public lorsqu'il deviendrait chancelier, mais dans le but de se distancer du très impopulaire Papen, Schleicher dans une série de discours en décembre 1932 - janvier 1933 a fait exactement cela, bouleversant Hindenburg. [75] Papen était aigri par la façon dont son ancien meilleur ami, Schleicher, l'avait abattu et était déterminé à redevenir chancelier. [38] Le 4 janvier 1933, Hitler et Papen se sont rencontrés en secret chez le banquier Kurt Baron von Schröder à Cologne pour discuter d'une stratégie commune contre Schleicher. [76]

Le 9 janvier 1933, Papen et Hindenburg ont convenu de former un nouveau gouvernement qui ferait entrer Hitler. [77] Le soir du 22 janvier lors d'une réunion à la villa de Joachim von Ribbentrop à Berlin, Papen a fait la concession d'abandonner sa prétention à la chancellerie et s'est engagé à soutenir Hitler en tant que chancelier dans un projet de « gouvernement de concentration nationale », dans lequel Papen serait vice-chancelier et ministre-président de Prusse . [78] Le 23 janvier, Papen présente à Hindenburg son idée de faire d'Hitler chancelier, tout en le gardant « enfermé ». [79] Le même jour Schleicher, pour éviter un vote de défiance au Reichstaglorsqu'elle s'est réunie à nouveau le 31 janvier, a demandé au président de déclarer l'état d'urgence. Hindenburg a refusé et Schleicher a démissionné à midi le 28 janvier. Hindenburg a officiellement donné à Papen la tâche de former un nouveau gouvernement. [80]

Le cabinet d'Hitler le 30 janvier 1933

Dans la matinée du 29 janvier, Papen a rencontré Hitler et Hermann Göring dans son appartement, où il a été convenu que Papen serait vice-chancelier et commissaire pour la Prusse. [81] [82] C'est lors de la même réunion que Papen a appris pour la première fois qu'Hitler voulait dissoudre le Reichstag lorsqu'il est devenu chancelier et, une fois que les nazis ont remporté la majorité des sièges aux élections suivantes, activer la loi d'habilitation en afin de pouvoir promulguer des lois sans l'intervention du Reichstag. [83] Lorsque les gens autour de Papen ont exprimé leurs inquiétudes quant à la mise au pouvoir d'Hitler, il leur a demandé : « Que voulez-vous ? et les rassure : « J'ai la confiance d'Hindenburg ! Dans deux mois, nous aurons poussé Hitler si loin dans le coin qu'ilje vais crier."[84] [85]

En fin de compte, le président, qui avait auparavant juré de ne jamais laisser Hitler devenir chancelier, nomma Hitler à ce poste à 11h30 le 30 janvier 1933, avec Papen comme vice-chancelier. [86] Alors que les intrigues de Papen semblaient avoir porté Hitler au pouvoir, la dynamique cruciale était en fait fournie par le soutien électoral du parti nazi, qui faisait de la dictature militaire la seule alternative au régime nazi pour Hindenburg et son entourage. [87]

Lors de la formation du cabinet d'Hitler le 30 janvier, seuls trois nazis détenaient des portefeuilles ministériels : Hitler, Göring et Wilhelm Frick . Les huit autres postes étaient occupés par des conservateurs proches de Papen. De plus, dans le cadre de l'accord qui a permis à Hitler de devenir chancelier, Papen a obtenu le droit d'assister à chaque réunion entre Hitler et Hindenburg. De plus, les décisions du Cabinet étaient prises à la majorité des voix. Papen croyait que la majorité de ses amis conservateurs au sein du Cabinet et sa proximité avec Hindenburg garderaient Hitler en échec. [88]

Vice-chancelier

Hitler et ses alliés ont plutôt rapidement marginalisé Papen et le reste du cabinet. Par exemple, dans le cadre de l'accord entre Hitler et Papen, Göring avait été nommé ministre de l'Intérieur de Prusse , plaçant ainsi la plus grande force de police d'Allemagne sous contrôle nazi. Il agissait fréquemment sans consulter son supérieur nominal, Papen. Le 1er février 1933, Hitler a présenté au cabinet un décret-loi de l'article 48 rédigé par Papen en novembre 1932 permettant à la police de placer des personnes en « détention préventive » sans inculpation. Il a été promulgué par Hindenburg le 4 février sous le nom de « Décret pour la protection du peuple allemand ». [89]

Le soir du 27 février 1933, Papen rejoignit Hitler, Göring et Goebbels au Reichstag en feu et lui dit qu'il partageait leur conviction que c'était le signal de la révolution communiste. [90] Le 18 mars 1933, en sa qualité de commissaire du Reich pour la Prusse, Papen a libéré les " Cinq Potempa " au motif que le meurtre de Konrad Pietzuch était un acte de légitime défense, faisant des cinq hommes de la SA des " victimes innocentes " de une erreur judiciaire. [91] Ni Papen ni ses alliés conservateurs ne se sont battus contre le décret du Reichstag sur les incendies fin février ou la loi d'habilitationen mars. Après l'adoption de la loi d'habilitation, les délibérations sérieuses ont plus ou moins cessé lors des réunions du cabinet lorsqu'elles ont eu lieu, ce qui a par la suite neutralisé la tentative de Papen d'"enfermer" Hitler dans le cadre d'une prise de décision au sein du cabinet.

Papen a approuvé le plan d'Hitler présenté lors d'une réunion du cabinet le 7 mars 1933 pour détruire le Zentrum en séparant l'Église catholique du Zentrum . [92] Ce fut l'origine du Reichskonkordat que Papen devait négocier avec l'Église catholique romaine plus tard au printemps 1933. [93] Papen fonda un nouveau parti politique le 5 avril 1933 appelé la Ligue des catholiques allemands Cross and Eagle, qui était conçu comme un parti catholique conservateur qui tiendrait le NSDAP en échec tout en travaillant avec le NSDAP. [94] Tant le Zentrum que le Parti populaire bavarois ont refusé de fusionner avec le nouveau parti de Papen tandis que la coalition rivale desLes catholiques allemands, parrainés par le NSDAP, se sont avérés plus efficaces pour recruter des catholiques allemands. [95]

Papen lors de la signature du Reichskonkordat à Rome le 20 juillet 1933

Le 8 avril, Papen s'est rendu au Vatican pour offrir un « Reichskonkordat » qui définissait les relations de l'État allemand avec l'Église catholique romaine. Pendant son séjour à Rome, Papen a rencontré le Premier ministre italien Benito Mussolini et n'a pas réussi à le persuader d'abandonner son soutien à la chancelière autrichienne Dollfuss. [96] Papen était euphorique au Reichskonkordat qu'il a négocié avec le cardinal Eugenio Pacelli à Rome, estimant que ce fut un succès diplomatique qui a rétabli son statut en Allemagne, garantit les droits des catholiques allemands dans le Troisième Reich, et exigeait la dissolution du Zentrumet le Parti populaire bavarois, réalisant ainsi l'un des principaux objectifs politiques de Papen depuis juin 1932. [92] Pendant l'absence de Papen, le Landtag nazifié de Prusse a élu Göring comme premier ministre le 10 avril. Papen a vu la fin du Zentrum qu'il avait conçu comme l'une de ses plus grandes réalisations. [92] Plus tard en mai 1933, il a été contraint de dissoudre la Ligue des catholiques allemands Cross and Eagle en raison du manque d'intérêt public. [97]

Papen avec Hitler le 1er mai 1933

En septembre 1933, Papen se rend à Budapest pour rencontrer le Premier ministre hongrois Gyula Gömbös et pour discuter de la meilleure manière de coopérer entre l'Allemagne et la Hongrie contre la Tchécoslovaquie. [98] Les Hongrois voulaient que les minorités volksdeutsche (ethnie allemande) du Banat, de Transylvanie, de Slovaquie et des Carpates s'agitent pour retourner en Hongrie en coopération avec les minorités magyares, une demande à laquelle Papen a refusé de répondre. [99] En septembre 1933, lorsque l'Union soviétique a mis fin à sa coopération militaire secrète avec l'Allemagne, les Soviétiques ont justifié leur décision par le fait que Papen avait informé les Français du soutien soviétique aux violations allemandes du Traité de Versailles. [100]

Le 14 novembre 1933, Papen est nommé commissaire du Reich pour la Sarre. [101] La Sarre était sous le règne de la Société des Nations et un référendum était prévu pour 1935 en vertu duquel les Sarrois avaient la possibilité de retourner en Allemagne, de rejoindre la France ou de conserver le statu quo. [101] En tant que catholique conservateur dont la femme était originaire de la Sarre, Papen avait une grande compréhension de la région fortement catholique et Papen a prononcé de nombreux discours exhortant les Sarrois à voter pour retourner en Allemagne. [101] Papen a réussi à persuader la majorité du clergé catholique de la Sarre de faire campagne pour un retour en Allemagne et 90 % de la Sarre ont voté pour le retour en Allemagne lors du référendum de 1935.[102]

Papen a entamé des discussions secrètes avec d'autres forces conservatrices dans le but de convaincre Hindenburg de rétablir l'équilibre du pouvoir entre les conservateurs. [103] En mai 1934, il était devenu clair que Hindenburg était en train de mourir, les médecins disant à Papen que le président n'avait plus que quelques mois à vivre. [104] Papen avec Otto Meissner , le chef d'état-major de Hindenburg , et le major Oskar von Hindenburg , le fils de Hindenburg, ont rédigé un « testament politique et un dernier testament », que le président a signé le 11 mai 1934. [104]À la demande de Papen, le testament prévoyait le limogeage de certains ministres nazis du cabinet et des réunions régulières du cabinet, ce qui aurait abouti au plan de Papen de janvier 1933 pour une large coalition gouvernementale de la droite. [104]

Le discours de Marburg

Le commandement de l'armée ayant récemment fait allusion à la nécessité pour Hitler de contrôler la SA, Papen a prononcé un discours à l' université de Marburg le 17 juin 1934 où il a appelé à la restauration de certaines libertés, a exigé la fin des appels à un « second révolution" et a préconisé la cessation de la terreur SA dans les rues. [105] Papen avait l'intention d'"apprivoiser" Hitler avec le discours de Marburg et a prononcé le discours sans aucun effort de coordination préalable avec Hindenburg ou la Reichswehr . [106] Le discours a été rédigé par le rédacteur du discours de Papen, Edgar Julius Jung , avec l'aide du secrétaire de Papen Herbert von Bose et du leader catholiqueErich Klausener et Papen avaient d'abord vu le texte du discours seulement deux heures avant qu'il ne le prononce à l'Université de Marburg. [107] Le "discours de Marburg" a été bien reçu par les étudiants diplômés de l'université de Marburg qui ont tous applaudi bruyamment le vice-chancelier. [108] Des extraits ont été reproduits dans le Frankfurter Zeitung , le journal le plus prestigieux d'Allemagne, et de là repris par la presse étrangère. [105]

Le discours a exaspéré Hitler et sa publication a été supprimée par le ministère de la Propagande. [109] Papen a dit à Hitler qu'à moins que l'interdiction du discours de Marburg ne soit levée et qu'Hitler se déclare prêt à suivre la ligne recommandée par Papen dans le discours, il démissionnerait et informerait Hindenburg pourquoi il avait démissionné. [109] Hitler a déjoué Papen en lui disant qu'il était d'accord avec toutes les critiques de son régime faites dans le discours de Marburg ; lui a dit que Goebbels avait eu tort d'interdire le discours et qu'il ferait lever l'interdiction immédiatement ; et a promis que les SA seraient mis à leur place, à condition que Papen accepte de ne pas démissionner et rencontre Hindenburg dans une interview conjointe avec lui. [109] Papen a accepté les suggestions d'Hitler. [110]

La nuit des longs couteaux

Les architectes de la purge : Hitler, Göring, Goebbels et Hess . Seuls Himmler et Heydrich manquent à l'appel.

Deux semaines après le discours de Marburg, Hitler a répondu aux demandes des forces armées de réprimer les ambitions d' Ernst Röhm et de la SA en purgeant la direction de la SA. La purge, connue sous le nom de Nuit des longs couteaux , a eu lieu entre le 30 juin et le 2 juillet 1934. Si le discours audacieux de Papen contre certains des excès commis par les nazis avait irrité Hitler, ce dernier était conscient qu'il ne pouvait pas agir directement contre le vice-chancelier sans offenser Hindenburg. Au lieu de cela, dans la nuit des longs couteaux, la vice-chancellerie, le bureau de Papen, a été saccagé par le Schutzstaffel(SS); ses associés Herbert von Bose, Erich Klausener et Edgar Julius Jung ont été abattus. Papen lui-même a été assigné à résidence dans sa villa avec sa ligne téléphonique coupée. Certains témoignages indiquent que cette « garde à vue » a été ordonnée par Göring, qui a estimé que l'ex-diplomate pourrait être utile à l'avenir. [111]

Il semblerait que Papen soit arrivé à la chancellerie, épuisé par des jours d'assignation à résidence sans sommeil, pour trouver le chancelier assis avec d'autres ministres nazis autour d'une table ronde, sans place pour lui mais un trou au milieu. Il a insisté pour une audience privée avec Hitler et a annoncé sa démission en déclarant : « Mon service à la patrie est terminé ! Le lendemain, la démission de Papen en tant que vice-chancelier a été formellement acceptée et rendue publique, sans qu'aucun successeur ne soit nommé. À la mort d'Hindenburg le 2 août, les derniers obstacles conservateurs à l'achèvement du régime nazi avaient disparu. [112]

Ambassadeur en Autriche

Papen à l'aéroport de Berlin Tempelhof en juillet 1934, juste avant le départ pour Vienne

Hitler a offert à Papen la mission d'ambassadeur d'Allemagne à Vienne , ce que Papen a accepté. [113] Papen était un nationaliste allemand qui a toujours cru que l'Autriche était destinée à rejoindre l'Allemagne dans un Anschluss ( annexion ), et a estimé qu'un succès dans ce processus pourrait restaurer sa carrière. [114] Pendant son mandat d'ambassadeur en Autriche, Papen se tenait en dehors de la chaîne de commandement normale de l' Auswärtiges Amt (Office des Affaires étrangères) car il refusait de prendre les ordres de Konstantin von Neurath , son propre ancien ministre des Affaires étrangères. Au lieu de cela, Papen relevait directement d'Hitler. [115]

Papen rencontra souvent le chancelier autrichien Kurt von Schuschnigg pour l'assurer que l'Allemagne ne souhaitait pas annexer son pays et souhaitait seulement que le parti nazi autrichien interdit participe à la politique autrichienne. [116] Fin 1934-début 1935, Papen a pris une pause dans ses fonctions d'ambassadeur d'Allemagne à Vienne pour diriger le Deutsche Front (« front allemand ») lors du plébiscite de la Sarre du 13 janvier 1935, où les observateurs de la Société des Nations surveillant le Le vote a noté les "méthodes impitoyables" de Papen alors qu'il faisait campagne pour le retour de la région en Allemagne. [117]

Papen en route pour Berchtesgaden , 21 février 1938

Papen a également contribué à atteindre l'objectif d'Hitler de saper la souveraineté autrichienne et de provoquer l' Anschluss . [118] Le 28 août 1935, Papen a négocié un accord en vertu duquel la presse allemande cesserait ses attaques contre le gouvernement autrichien, en échange de quoi la presse autrichienne cesserait ses attaques contre l'Allemagne. [119] Papen a joué un rôle majeur dans la négociation de l'accord austro-allemand de 1936 en vertu duquel l'Autriche s'est déclarée « État allemand » dont la politique étrangère serait toujours alignée sur celle de Berlin et a permis aux membres de « l'opposition nationale » d'entrer dans le cabinet autrichien en échange de quoi les nazis autrichiens ont abandonné leur campagne terroriste contre le gouvernement. [120] [121]Le traité Papen signé à Vienne le 11 juillet 1936 promettait que l'Allemagne ne chercherait pas à annexer l'Autriche et plaçait largement l'Autriche dans la sphère d'influence allemande, réduisant considérablement l'influence italienne sur l'Autriche. [122] En juillet 1936, Papen rapporta à Hitler que le traité austro-allemand qu'il venait de signer était le "pas décisif" vers la fin de l'indépendance autrichienne, et ce n'était qu'une question de temps avant que l' Anschluss n'ait lieu. [123]

Au cours de l'été et de l'automne 1937, Papen fit pression sur les Autrichiens pour qu'ils incluent davantage de nazis dans le gouvernement. [124] En septembre 1937, Papen est revenu à Berlin lorsque Benito Mussolini a visité l'Allemagne, servant de conseiller d'Hitler sur les pourparlers italo-allemands sur l'Autriche. [125] Bien que Papen ait été démis de sa mission en Autriche le 4 février 1938, Hitler l'a enrôlé pour organiser une rencontre entre le dictateur allemand et Schuschnigg à Berchtesgaden . [126] L'ultimatum que Hitler a présenté à Schuschnigg lors de la réunion du 12 février 1938 a conduit à la capitulation du gouvernement autrichien devant les menaces et pressions allemandes, et a ouvert la voie à l' Anschluss .

Ambassadeur en Turquie

Papen a ensuite servi le gouvernement allemand en tant qu'ambassadeur en Turquie de 1939 à 1944. En avril 1938, après le départ à la retraite de l'ancien ambassadeur, Frederich von Keller à l'occasion de son 65e anniversaire, le ministre allemand des Affaires étrangères Joachim von Ribbentrop a tenté de nommer Papen ambassadeur à Ankara. , mais la nomination a opposé son veto par le président turc Mustafa Kemal Atatürk qui se souvenait Papen bien avec dégoût considérable quand il lui avait servi aux côtés de la Première guerre mondiale [127] en Novembre 1938 et en Février 1939, le nouveau président turc général Ismet Inönü à nouveau a opposé son veto aux tentatives de Ribbentrop de faire nommer Papen ambassadeur d'Allemagne en Turquie. [128]En avril 1939, la Turquie accepta Papen comme ambassadeur. [128] Papen tenait à retourner en Turquie, où il avait servi pendant la Première Guerre mondiale. [129]

Papen est arrivé en Turquie le 27 avril 1939, juste après la signature d'une déclaration d'amitié anglo-turque. [130] İnönü voulait que la Turquie rejoigne le « front de paix » inspiré du Royaume-Uni qui était censé arrêter l'Allemagne. [131] Le 24 juin 1939, la France et la Turquie signent une déclaration les engageant à maintenir la sécurité collective dans les Balkans. [132] Le 21 août 1939, Papen présente à la Turquie une note diplomatique menaçant de sanctions économiques et d'annulation de tous les contrats d'armement si la Turquie ne cessait de tendre à rejoindre le « front de paix franco-britannique », une menace que la Turquie repoussait. [133]

Le 1er septembre 1939, l'Allemagne envahit la Pologne et deux jours plus tard, le 3 septembre 1939, le Royaume-Uni et la France déclarent la guerre à l'Allemagne. [134] Papen a prétendu plus tard s'être opposé à la politique étrangère d'Hitler en 1939 et a été très déprimé lorsqu'il a entendu la nouvelle de l'attaque allemande contre la Pologne à la radio. [134] Papen a continué son travail de représentation du Reich en Turquie au motif que démissionner en signe de protestation « indiquerait l'affaiblissement moral en Allemagne », ce qu'il ne pourrait jamais faire. [134]

Le 19 octobre 1939, Papen subit un revers notable lorsque la Turquie signe un traité d'alliance avec la France et le Royaume-Uni. [135] Pendant la drôle de guerre , le catholique conservateur Papen s'est retrouvé à son propre mal à travailler avec des diplomates soviétiques à Ankara pour faire pression sur la Turquie pour qu'elle n'entre pas en guerre aux côtés des Alliés. [136] En juin 1940, avec la défaite de la France , İnönü abandonne sa neutralité pro-alliée et l'influence de Papen à Ankara augmente considérablement. [137]

Entre 1940 et 1942, Papen a signé trois accords économiques qui ont placé la Turquie dans la sphère d'influence économique allemande. [138] Papen a laissé entendre plus d'une fois à la Turquie que l'Allemagne était prête à soutenir les revendications bulgares sur la Thrace si la Turquie ne se montrait pas plus accommodante envers l'Allemagne. [139] En mai 1941, lorsque les Allemands ont envoyé un corps expéditionnaire en Irak pour lutter contre le Royaume-Uni lors de la guerre anglo-irakienne , Papen a persuadé la Turquie d'autoriser l'expédition d'armes en Syrie le long d'un chemin de fer reliant la Syrie à l'Irak. [140] En juin 1941, Papen a négocié avec succès un traité d'amitié et de non-agression avec la Turquie, signé le 17 juin 1941, qui a empêché la Turquie d'entrer en guerre aux côtés des Alliés. [141] AprèsOpération Barbarossa , l'invasion de l'Union soviétique qui a commencé le 22 juin 1941, Papen a persuadé la Turquie de fermer les détroits turcs aux navires de guerre soviétiques, mais n'a pas pu fermer les détroits aux navires marchands soviétiques comme il l'exigeait. [142]

Papen revendiqué après la guerre d'avoir tout fait en son pouvoir pour sauver des Juifs turcs vivant dans les pays occupés par l' Allemagne de la déportation vers les camps de la mort, mais un examen du Auswärtiges Amt ' enregistrements de ne le supporte pas. [143] Pendant la guerre, Papen a utilisé ses relations avec les officiers de l'armée turque avec lesquels il a servi pendant la Première Guerre mondiale pour tenter d'influencer la Turquie à rejoindre l'Axe, a organisé des fêtes à l'ambassade d'Allemagne auxquelles ont assisté des politiciens turcs de premier plan et a utilisé « des fonds » pour soudoyer les Turcs afin qu'ils suivent une ligne pro-allemande. [144] En tant qu'ambassadeur en Turquie, Papen a survécu à une tentative d'assassinat soviétique le 24 février 1942 par des agents du NKVD : [145]une bombe a explosé prématurément, tuant le kamikaze et personne d'autre, bien que Papen ait été légèrement blessé. En 1943, Papen a contrecarré une tentative britannique de faire entrer la Turquie dans la guerre aux côtés des Alliés en demandant à Hitler d'envoyer une lettre à Inönü l'assurant que l'Allemagne n'avait aucun intérêt à envahir la Turquie et en menaçant de faire bombarder Istanbul par la Luftwaffe si la Turquie rejoignait le Alliés. [146]

À l'été et à l'automne 1943, réalisant que la guerre était perdue, Papen assista à des réunions secrètes avec les agents de l' Office américain des services stratégiques (OSS) à Istanbul. [147] Papen a exagéré son pouvoir en Allemagne à l'OSS et a demandé le soutien des États-Unis pour faire de lui le dictateur d'une Allemagne post-hitlérienne. [147] Le président américain Franklin D. Roosevelt a rejeté l'offre lorsqu'il en a entendu parler et a dit à l'OSS d'arrêter de parler à Papen. [148] À partir d'octobre 1943, Papen et l'ambassade d'Allemagne ont eu accès aux documents "Cicéron" de l'agent secret Elyesa Bazna , notamment des informations sur l' opération Overlord et la conférence de Téhéran., que Papen a révélé sélectivement à Inönu pour tendre les relations alliées-turques. [149] [150] En janvier 1944, Papen, après avoir appris via les documents "Cicéron" un plan britannique pour que la Royal Air Force utilise des aérodromes en Turquie pour bombarder les champs pétrolifères de Ploiești en Roumanie, a déclaré au ministre turc des Affaires étrangères Hüseyin Numan Menemencioğlu que si la Turquie autorisait la RAF à utiliser les aérodromes turcs pour bombarder Ploiești, la Luftwaffe utiliserait ses bases en Bulgarie et en Grèce pour bombarder et détruire Istanbul et Izmir. [151]

Le 20 avril 1944, la Turquie, souhaitant s'attirer les bonnes grâces des Alliés, cessa de vendre du chrome à l'Allemagne. [152] Le 26 mai 1944, Menemencioğlu a annoncé que la Turquie réduisait ses exportations vers l'Allemagne de 50 %, et le 2 août 1944, la Turquie a rompu ses relations diplomatiques avec l'Allemagne, forçant Papen à retourner à Berlin. [153] Après la mort du pape Pie XI en février 1939, son successeur le pape Pie XII n'a pas renouvelé le titre honorifique de Papen de chambellan pontifical . En tant que nonce , le futur pape Jean XXIII , Angelo Roncalli, fait la connaissance de Papen en Grèce et en Turquie pendant la Seconde Guerre mondiale. Le gouvernement allemand envisage de nommer Papen ambassadeur près le Saint-Siège, mais le pape Pie XII, après avoir consulté Konrad von Preysing , évêque de Berlin , rejeta cette proposition. En août 1944, Papen a eu sa dernière rencontre avec Hitler après son retour de Turquie en Allemagne. Ici, Hitler a décerné à Papen la Croix de chevalier de la Croix du mérite de guerre . [154] En septembre 1944, Papen s'installe dans son domaine de Wallerfangen en Sarre qui lui a été donné par son beau-père. [155] Le 29 novembre 1944, Papen entendit au loin les canons de la troisième armée américaine qui avançait, ce qui le poussa, lui et sa famille, à fuir plus profondément en Allemagne. [156]

Années d'après-guerre

Papen a été capturé avec son fils Franz Jr. chez lui par le premier lieutenant Thomas McKinley [157] et des membres du 194th Glider Infantry Regiment , le 14 avril 1945. Un petit groupe du 550th Airborne était également présent lors de la capture. planeur Infanterie. [158] Papen a été contraint par les États-Unis de visiter un camp de concentration pour constater de visu la nature du régime qu'il avait servi du début à la fin et qu'il avait encouragé. [155]

Papen en avril 1964

Papen était l'un des accusés au principal procès pour crimes de guerre de Nuremberg . Le tribunal d'instruction n'a trouvé aucune preuve solide pour étayer les allégations selon lesquelles Papen aurait été impliqué dans l'annexion de l'Autriche. [159] Le tribunal l'a acquitté, déclarant que bien qu'il ait commis un certain nombre d'« immoralités politiques », ces actions n'étaient pas punissables en vertu du « complot en vue de commettre des crimes contre la paix » écrit dans l'acte d'accusation de Papen. [160]

Papen a ensuite été condamné à huit ans de travaux forcés par un tribunal de dénazification ouest-allemand , mais il a été libéré en appel en 1949. Jusqu'en 1954, Papen a été interdit de publier en Allemagne de l'Ouest , et il a donc écrit une série d'articles dans des journaux en Espagne , attaquant la République fédérale à partir d'une position catholique conservatrice à peu près dans les mêmes termes qu'il avait attaqué la République de Weimar. [161]

Papen a tenté en vain de relancer sa carrière politique dans les années 1950 ; il a vécu au château de Benzenhofen près de Ravensburg en Haute-Souabe . Le pape Jean XXIII a rétabli son titre de chambellan pontifical le 24 juillet 1959. Papen était également chevalier de Malte et il a reçu la Grand-Croix de l' Ordre pontifical de Pie IX .

La tombe de Von Papen à Wallerfangen , Sarre

Papen a publié un certain nombre de livres et de mémoires, dans lesquels il défendait sa politique et traitait des années 1930 à 1933 ainsi que de la politique occidentale du début de la guerre froide . Papen a salué le plan Schuman pour pacifier les relations entre la France et l'Allemagne de l'Ouest comme « sage et homme d'État » et croyait en l'unification et l'intégration économique et militaire de l'Europe occidentale. [162]En 1952 et 1953, Papen publie ses mémoires en deux volumes en Suisse. Jusqu'à sa mort en 1969, Papen prononça des discours et écrivit des articles dans les journaux, se défendant contre l'accusation d'avoir joué un rôle crucial dans la nomination d'Hitler au poste de chancelier et d'avoir servi un régime criminel ; ceux-ci ont conduit à des échanges au vitriol avec des historiens, des journalistes et des politologues ouest-allemands. [163] Franz von Papen est décédé à Obersasbach , en Allemagne de l'Ouest, le 2 mai 1969 à l'âge de 89 ans. [164]

Publications

  • Appell an das deutsche Gewissen. Reden zur nationalen Révolution , Stalling, Oldenburg, 1933 ( OCLC  490719263 )
  • Mémoires (titre allemand : Der Wahrheit eine Gasse ), Traduit par Brian Connell, Andre Deutsch, Londres, 1952 ( OCLC 86049352 ) 
  • Europe, était nonne ? Betrachtungen zur Politik der Westmächte , Göttinger Verlags-Anstalt, Göttingen, 1954 ( OCLC 4027794 ) 
  • Vom Scheitern einer Demokratie. 1930 – 1933 , Hase und Koehler, Mayence, 1968 ( OCLC 1970844 ) 

Dans la culture populaire

Franz von Papen a été interprété par ces acteurs dans ces productions cinématographiques, télévisuelles et théâtrales : [165]

Voir aussi

Références

Citations

  1. ^ un b Rolfs 1995 , p. 4.
  2. ^ A b c d Turner 1996 , p. 39.
  3. ^ Rolfs 1995 , p. 2.
  4. ^ un b Rolfs 1995 , p. 5.
  5. ^ Bisher 2016 , p. 33-34, 71.
  6. ^ Bisher 2016 , p. 172.
  7. ^ un b Rolfs 1995 , p. 8.
  8. ^ Bisher 2016 , p. 26.
  9. ^ A b c Rolfs 1995 , p. 11.
  10. ^ un b Bisher 2016 , p. 33.
  11. ^ McMaster 1918 , p. 258-261.
  12. ^ Bisher 2016 , p. 33-34.
  13. ^ Bisher 2016 , p. 34.
  14. ^ Bisher 2016 , p. 43.
  15. ^ Pomar, Normand; Allen, Thomas (1997). Le livre d'espionnage . New York : Maison aléatoire. p. 584.
  16. ^ Shirer 1990 , p. 164.
  17. ^ a b Biographie actuelle 1941 , pp. 651-653.
  18. ^ Bisher 2016 , p. 71.
  19. ^ un b Jones 2005 , p. 194.
  20. ^ Rolfs 1995 , p. 25.
  21. ^ Rolfs 1995 , p. 25-26.
  22. ^ A b c d Rolfs 1995 , p. 26.
  23. ^ Ihrig, Stefan (2016). Justifier le génocide : l'Allemagne et les Arméniens de Bismark à Hitler . Cambridge, Massachusetts : Harvard University Press. p. 352.
  24. ^ un b Rolfs 1995 , p. 27.
  25. ^ Rolfs 1995 , p. 28.
  26. ^ Rolfs 1995 , p. 29.
  27. ^ Rolfs 1995 , p. 31.
  28. ^ Rolfs 1995 , p. 34.
  29. ^ Rolfs 1995 , p. 35.
  30. ^ Rolfs 1995 , p. 39.
  31. ^ A b c Jones 2005 , p. 197.
  32. ^ Wheeler-Bennett 1967 , p. 247.
  33. ^ Longerich 2019 , p. 244-245.
  34. ^ Turner 1996 , p. 40.
  35. ^ A b c Turner 1996 , p. 8.
  36. ^ Jones 2005 , p. 194-195.
  37. ^ A b c d Longerich 2019 , p. 247.
  38. ^ A b c Turner 1996 , p. 41.
  39. ^ un b Jones 2005 , p. 205.
  40. ^ A b c Jones 2005 , p. 206.
  41. ^ Longerich 2019 , p. 245.
  42. ^ un b Kershaw 1998 , p. 367.
  43. ^ "Time Magazine, 6 février 1933" . Time.com. 6 février 1933. Archivé de l'original le 4 février 2013 . Récupéré le 28 avril 2010 .
  44. ^ Longerich 2019 , p. 245-246.
  45. ^ un b Longerich 2019 , p. 248.
  46. ^ A b c d Wheeler-Bennett 1967 , p. 250.
  47. ^ Nicolls, Anthony Weimar et la montée d'Hitler , Londres : Macmillan 2000 page 156.
  48. ^ Longerich 2019 , p. 259.
  49. ^ Turner 1996 , p. 17-18.
  50. ^ Longerich 2019 , p. 250.
  51. ^ Turner 1996 , p. 18.
  52. ^ Dorplaen 1964 , p. 343.
  53. ^ Dorplaen 1964 , p. 343-344.
  54. ^ un b Longerich 2019 , p. 252.
  55. Sauter ^ Schulze 2001 , p. 241–243.
  56. ^ un b Longerich 2019 , p. 254.
  57. ^ un b Kershaw 1998 , p. 381.
  58. ^ A b c Longerich 2019 , p. 257.
  59. ^ Beck, Hermann (2013). L'alliance fatidique : les conservateurs allemands et les nazis en 1933 . Oxford : Berghahn Books. p. 81.
  60. ^ Kershaw 1998 , p. 372.
  61. ^ Longerich 2019 , p. 255.
  62. ^ Dorplaen 1964 , p. 362.
  63. ^ Longerich 2019 , p. 258.
  64. ^ Shirer 1990 , p. 172.
  65. ^ Dorplaen 1964 , p. 363.
  66. ^ un b Evans 2003 , pp. 297-298.
  67. ^ Kolb 1988 , p. 121.
  68. ^ Dorplaen 1964 , p. 368.
  69. ^ Oiseau, Keith (2006). Erich Raeder Amiral du Troisième Reich . Annapolis : Presse d'institut naval. p. 90.
  70. ^ A b c Kolb 1988 , p. 122.
  71. ^ Longerich 2019 , p. 261.
  72. ^ un b Longerich 2019 , p. 264.
  73. ^ Kershaw 1998 , p. 395-396, 417.
  74. ^ Turner 1996 , p. 97.
  75. ^ Turner 1996 , p. 96.
  76. ^ Longerich 2019 , p. 268.
  77. ^ Turner 1996 , p. 51.
  78. ^ Turner 1996 , p. 112.
  79. ^ Turner 1996 , p. 117.
  80. ^ Longerich 2019 , p. 270.
  81. ^ Blum, George P. (1998). La montée du fascisme en Europe . Westport, Connecticut : Greenwood Press. p.  110-111 . ISBN 0-313-29934-X.
  82. ^ Turner 1996 , p. 145.
  83. ^ Turner 1996 , p. 145-146.
  84. ^ Ullrich, Volker (1er février 2017). " Adolf Hitler " Attendez calmement " " . Zeit en ligne .
  85. ^ "Le chancelier du Reich Adolf Hitler avec son cabinet (30 janvier 1933)" . L'histoire de l'Allemagne en documents et images .
  86. ^ Longerich 2019 , p. 273.
  87. ^ Longerich 2019 , p. 273-275.
  88. ^ Kershaw 1998 , p. 411.
  89. ^ Kershaw 1998 , p. 439.
  90. ^ Kershaw 1998 , p. 457.
  91. ^ Bessel, Richard (septembre 1977). "Le meurtre de Potempa". Histoire de l'Europe centrale . 10 (3) : 252. doi : 10.1017/S0008938900018471 .
  92. ^ A b c Jones 2005 , p. 192.
  93. ^ Jones 2005 , p. 193.
  94. ^ Jones 2005 , p. 191-192.
  95. ^ Jones 2005 , p. 189.
  96. ^ Weinberg 1970 , p. 90.
  97. ^ Jones 2005 , p. 190.
  98. ^ Weinberg 1970 , p. 114.
  99. ^ Weinberg 1970 , p. 115.
  100. ^ Weinberg 1970 , p. 80.
  101. ^ A b c Rolfs 1995 , p. 291.
  102. ^ Weinberg 1970 , p. 55.
  103. ^ Wheeler-Bennett 1967 , p. 314-315.
  104. ^ A b c Wheeler-Bennett 1967 , p. 314.
  105. ^ un b Kershaw 1998 , p. 509.
  106. ^ Kershaw 1998 , p. 509-510.
  107. ^ Kershaw 1998 , p. 744.
  108. ^ Evans 2005 , p. 29.
  109. ^ A b c Kershaw 1998 , p. 510.
  110. ^ Evans 2005 , p. 30.
  111. ^ Lisez 2004 , p. 369-370.
  112. ^ "ALLEMAGNE: Crux of Crisis" . Temps . 16 juillet 1934.
  113. ^ Weinberg 1970 , p. 106.
  114. ^ Rolfs 1995 , p. 318.
  115. ^ Kallis, Idéologie fasciste d' Aristote, Londres : Routledge, 2000, page 81.
  116. ^ Weinberg 1970 , p. 233.
  117. ^ Weinberg 1970 , p. 174.
  118. ^ Churchill, W. (1948). La tempête qui se rassemble , p. 132.
  119. ^ Weinberg 1970 , p. 236.
  120. ^ Rolfs 1995 , p. 330-331.
  121. ^ Wheeler-Bennett 1967 , p. 376.
  122. ^ Weinberg 1970 , p. 270.
  123. ^ Rolfs 1995 , p. 331.
  124. ^ Weinberg 1980 , p. 279.
  125. ^ Weinberg 1980 , p. 281.
  126. ^ Hildebrand 1986 , p. 29.
  127. ^ Watt 1989 , p. 279-280.
  128. ^ un b Watt 1989 , p. 280.
  129. ^ Weinberg 1980 , p. 591.
  130. ^ Watt 1989 , p. 280-281.
  131. ^ Watt 1989 , p. 281-282.
  132. ^ Watt 1989 , p. 305.
  133. ^ Watt 1989 , p. 310.
  134. ^ A b c Rolfs 1995 , p. 390.
  135. Sauter ^ Rolfs 1995 , pages 392–393.
  136. ^ Rolfs 1995 , p. 392.
  137. ^ Weinberg 2005 , p. 78.
  138. ^ Rolfs 1995 , p. 404.
  139. ^ Rolfs 1995 , pages 397-398.
  140. ^ Hale 2000 , p. 87.
  141. ^ Rolfs 1995 , pages 398-399.
  142. ^ Rolfs 1995 , p. 400.
  143. ^ Guttstadt 2013 , p. 141.
  144. ^ Guttstadt 2013 , p. 41–42.
  145. ^ Pavel Sudoplatov , Tâches spéciales: Les mémoires d'un témoin indésirable - Un espion soviétique (Little, Brown and Company, Boston, 1994), ISBN 0-316-77352-2 
  146. ^ Rolfs 1995 , p. 406.
  147. ^ un b Bauer 1996 , p. 134.
  148. ^ Bauer 1996 , p. 125.
  149. ^ Wires, Richard The Cicero Spy Affair: German Access to British Secrets in World War II , Westport: Greenwood Publishing, 1999 page 49.
  150. ^ Rolfs 1995 , p. 407.
  151. ^ Rolfs 1995 , p. 408.
  152. ^ Hale 2000 , p. 100.
  153. ^ Hale 2000 , p. 91.
  154. ^ Franz von Papen, Mémoires , p. 532.
  155. ^ un b Rolfs 1995 , p. 428.
  156. ^ Rolfs 1995 , p. 427.
  157. ^ Hagerman 1993 , p. 276.
  158. ^ Hagerman 1993 , p. 277.
  159. ^ Grzebyk 2013 , p. 147.
  160. ^ Rolfs 1995 , p. 445.
  161. ^ Turner 1996 , p. 238.
  162. ^ Franz von Papen, Mémoires , pp. 586-587.
  163. ^ Rolfs 1995 , p. 441.
  164. ^ Wistrich, Robert S. (2002). "Papen, Franz von". Qui est qui dans l'Allemagne nazie (éd. révisé). Presse de psychologie. p. 189. ISBN 9780415260381.
  165. ^ "Franz von Papen (Personnage)" . IMDb.com . Récupéré le 20 mai 2008 .

Sources

  • Bauer, Yehuda (1996). Juifs à vendre ? : Négociations nazi-juives, 1933-1945 . New Haven : Yale University Press.
  • Bisher, Jamie (2016). La guerre du renseignement en Amérique latine, 1914-1922 . Jefferson : McFarland.
  • Braatz, Werner Ernst (1953). Franz von Papen et le mouvement d'Anschluss avec l'Autriche, 1934-1938 : un épisode de la diplomatie allemande . Madison, Wisconsin : University of Wisconsin Press.
  • Dorplaen, Andreas (1964). Hindenburg et la République de Weimar . Princeton : Princeton University Press.
  • Evans, Richard J. (2003). L'avènement du Troisième Reich . New York : Penguin Press . ISBN 978-0141009759.
  • Evans, Richard (2005). Le Troisième Reich au pouvoir . New York : Pingouin. ISBN 978-0-14303-790-3.
  • Grzebyk, Patrycja (2013). Responsabilité pénale pour crime d'agression . New York : Routledge.
  • Guttstadt, Corry (2013). La Turquie, les Juifs et l'Holocauste . Cambridge : Cambridge University Press.
  • Hagerman, Bart (1993). Histoires de guerre : Les Hommes de l'Airborne (1er rédacteur). Paducah, Kentucky : Turner Pub. Cie ISBN 1563110970.
  • Hale, William (2000). Politique étrangère turque, 1774-2000 . Londres : Presse de psychologie.
  • Hildebrand, Klaus (1986). Le Troisième Reich . Londres et New York : Routledge.
  • Jones, Larry Eugène (2005). « Franz von Papen, le Parti du centre allemand et l'échec du conservatisme catholique dans la République de Weimar ». Histoire de l'Europe centrale . 38 (2) : 191-217. doi : 10.1163/156916105775563670 . S2CID  145606603 .
  • Kershaw, Ian (1998). Hitler : 1889-1936 : Hubris . New-York : Norton. ISBN 9780393320350.
  • Kolb, Eberhard (1988). La République de Weimar . Londres : Unwin Hyman.
  • Longerich, Peter (2019) [2015]. Hitler : une vie [ Hitler : biographie ]. Oxford : Oxford University Press .
  • McMaster, John B. (1918). Les États-Unis dans la guerre mondiale . Vol. 2. New-York ; Londres : D. Appleton & Co. |volume=a du texte supplémentaire ( aide )
  • Papen, Franz von (1952). Mémoires . Londres : André Deutsch.
  • Lire, Anthony (2004). Les disciples du diable : le cercle intérieur d'Hitler . New-York : Norton. ISBN 978-039304-800-1.
  • Rolfs, Richard (1995). L'apprenti sorcier : la vie de Franz von Papen . Lanham : University Press of America. ISBN 0-7618-0163-4.
  • Schulze, Hagen (2001). Allemagne : une nouvelle histoire . Cambridge, Massachusetts : Harvard University Press.
  • Shirer, Guillaume (1990). L'ascension et la chute du Troisième Reich . New York : MJF Books. ISBN 978-1-56731-163-1.
  • Soudoplatov, Pavel. Tâches spéciales : Les mémoires d'un témoin indésirable—Un maître espion soviétique . Boston : Little, Brown and Company, 1994.
  • Turner, Henry Ashby (1996). Les trente jours d'Hitler au pouvoir : janvier 1933 . Reading, Massachusetts : Addison-Wesley. ISBN 9780201407143.
  • Watt, DC (1989). Comment la guerre est arrivée Les origines immédiates de la Seconde Guerre mondiale, 1938-1939 . New York : Livres du Panthéon.
  • Weinberg, Gerhard (1970). La politique étrangère de l'Allemagne hitlérienne : Révolution diplomatique en Europe . Chicago, Illinois : University of Chicago Press .
  • Weinberg, Gerhard (1980). La politique étrangère de l'Allemagne hitlérienne : le début de la Seconde Guerre mondiale . Chicago : Presse de l'Université de Chicago.
  • Weinberg, Gerhard (2005). Un monde en armes . Cambridge, Angleterre : Cambridge University Press.
  • Wheeler-Bennett, John W. (1967). Némésis du pouvoir : l'armée allemande en politique 1918-1945 . Londres, Angleterre : Macmillan.
  • Wistrich, Robert S. (1995). Qui est qui dans l'Allemagne nazie . Londres et New York : Routledge.

Lectures complémentaires

  • Bracher, Karl Dietrich Die Auflösung der Weimarer Republik; eine Studie zum Problem des Machtverfalls in der Demokratie Villingen : Schwarzwald, Ring-Verlag, 1971.
  • Bracher, Karl Dietrich. La dictature allemande : les origines, la structure et les effets du national-socialisme . New York : éditions Praeger, 1970.
  • Evans, Richard J. Le Troisième Reich au pouvoir . New York : Pingouin, 2006.
  • Fest, Joachim C. et Bullock, Michael (trad.) "Franz von Papen et la collaboration conservatrice" dans The Face of the Third Reich New York: Penguin, 1979 (orig. publié en allemand en 1963), pp. 229-246 . ISBN 978-0201407143 . 
  • Weinberg, Gerhard (2005). La politique étrangère d'Hitler 1933-1939: La route vers la Seconde Guerre mondiale . New York : Enigma Books.
  • Weinberg, Gerhard (1996). L'Allemagne, Hitler et la Seconde Guerre mondiale : Essais sur l'allemand moderne et l'histoire du monde . New York et Cambridge : Cambridge University Press.

Liens externes

Bureaux politiques
Précédé par
Chancelier d'Allemagne
1932
succédé par
Précédé par

en tant que ministre-président
Reichskommissar de Prusse
1932
Précédé par
Vice-chancelier d'Allemagne
1933-1934
Vacant
Titre suivant détenu par
Franz Blücher
Précédé par
Reichskommissar de Prusse
1933
succédé par

en tant que ministre-président
Postes diplomatiques
Précédé par
Ambassadeur d'Allemagne en Autriche
1934-1938
Vacant
Titre suivant détenu par
Carl Hermann Mueller Graaf
Précédé par
Ambassadeur d'Allemagne en Turquie
1939-1944
Vacant
Titre suivant détenu par
Guillaume Haas
0.28770399093628