Première bataille d'Ypres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Première bataille d'Ypres
Une partie du front occidental de la Première Guerre mondiale
Emplacements des armées alliées et allemandes, 19 octobre 1914.png
Positions des armées alliées et allemandes, 19 octobre 1914
Date19 octobre – 22 novembre 1914
Emplacement
Ypres , Belgique
50°51′51″N 2°53′44″E / 50,8641°N 2,8956°E / 50.8641; 2.8956
Résultat Indécis
belligérants
 Empire allemand
Commandants et chefs
Force
  • Troisième République française 3 989 103
  • la Belgiquec. 247 000
  • Empire britannique 163 897
  • Total : 4 400 000
Empire allemand 5 400 000
Victimes et pertes
  • Troisième République française 50 000 à 85 000
  • Empire britannique 58 155
  • la Belgique 21 562
  • Empire allemand 80 000 à 130 000
134 315 victimes allemandes en Belgique et dans le nord de la France, du 15 octobre au 24 novembre
Ypres est situé en Belgique
Ypres
Ypres
Ypres, une commune belge située dans la province flamande de Flandre occidentale

La première bataille d'Ypres ( français : Première Bataille des Flandres ; allemand : Erste Flandernschlacht 19 octobre22 novembre 1914) était une bataille de la Première Guerre mondiale , combattue sur le front occidental autour d' Ypres , en Flandre occidentale , en Belgique. La bataille faisait partie de la première bataille des Flandres, au cours de laquelle les armées allemande , française , belge et le Corps expéditionnaire britannique (BEF) se sont battus d' Arras en France à Nieuport(Nieport) sur la côte belge, du 10 octobre à la mi-novembre. Les combats d'Ypres débutent à la fin de la Course à la mer , tentatives réciproques des armées allemande et franco-britannique de franchir le flanc nord de leurs adversaires. Au nord d'Ypres, les combats se poursuivent lors de la bataille de l'Yser (16-31 octobre), entre la 4e armée allemande , l'armée belge et les marines françaises.

Les combats ont été divisés en cinq étapes, une bataille de rencontre du 19 au 21 octobre, la bataille de Langemarck du 21 au 24 octobre, les batailles de La Bassée et d' Armentières jusqu'au 2 novembre, coïncidant avec d'autres attaques alliées à Ypres et la bataille de Gheluvelt (29-31 octobre), une quatrième phase avec la dernière grande offensive allemande, qui culmine à la bataille de Nonne Bosschen le 11 novembre, puis des opérations locales qui s'estompent fin novembre. Le brigadier-général James Edmonds , l'historien officiel britannique, a écrit dans l' Histoire de la Grande Guerre , que le II Corpsbataille de La Bassée pouvait être considérée comme séparée mais que les batailles d'Armentières à Messines et Ypres, étaient mieux comprises comme une bataille en deux parties, une offensive du III Corps et du Corps de cavalerie du 12 au 18 octobre contre laquelle les Allemands se retirèrent et une offensive de la 6e armée et de la 4e armée allemandes du 19 octobre au 2 novembre, qui à partir du 30 octobre, se déroule principalement au nord de la Lys , lorsque les batailles d'Armentières et de Messines se confondent avec les batailles d'Ypres. [une]

Les attaques du BEF ( Field Marshal Sir John French ) des Belges et de la Huitième armée française en Belgique firent peu de progrès au-delà d'Ypres. Les 4e et 6e armées allemandes ont pris de petites quantités de terrain, à grands frais pour les deux camps, lors de la bataille de l'Yser et plus au sud à Ypres. Le général Erich von Falkenhayn , chef de l' Oberste Heeresleitung (OHL, l' état-major allemand ), tenta alors une offensive limitée pour s'emparer d'Ypres et du mont Kemmel (Kemmelberg), du 19 octobre au 22 novembre. Aucune des deux parties n'avait déplacé ses forces en Flandreassez vite pour obtenir une victoire décisive et en novembre, les deux camps étaient épuisés. Les armées manquaient de munitions, souffraient d'un moral bas et certaines unités d'infanterie refusaient les ordres. Les batailles d'automne en Flandre étaient devenues statiques, des opérations d'usure, contrairement aux batailles de manœuvre de l'été. Les troupes françaises, britanniques et belges dans des défenses de campagne improvisées, ont repoussé les attaques allemandes pendant quatre semaines. Du 21 au 23 octobre, les réservistes allemands ont mené des attaques massives à Langemarck (Langemark), avec des pertes allant jusqu'à 70 pour cent, avec peu d'effet.

La guerre entre des armées de masse, équipées des armes de la révolution industrielle et de ses développements ultérieurs, s'est avérée indécise, car les fortifications de campagne ont neutralisé de nombreuses classes d'armes offensives. La puissance de feu défensive de l' artillerie et des mitrailleuses dominait le champ de bataille et la capacité des armées à se ravitailler et à remplacer les pertes des batailles prolongées pendant des semaines. Trente-quatre divisions allemandes ont combattu dans les batailles des Flandres, contre douze divisions françaises, neuf britanniques et six belges, ainsi que des marines et de la cavalerie à pied. Au cours de l'hiver, Falkenhayn a reconsidéré la stratégie de l'Allemagne parce que Vernichtungsstrategieet l'imposition d'une paix dictée à la France et à la Russie avait dépassé les ressources allemandes. Falkenhayn a conçu une nouvelle stratégie pour détacher la Russie ou la France de la coalition alliée par la diplomatie ainsi que l'action militaire. Une stratégie d' usure ( Ermattungsstrategie ) rendrait le coût de la guerre trop élevé pour les Alliés, jusqu'à ce que l'on abandonne et fasse une paix séparée. Les belligérants restants devraient négocier ou affronter les Allemands concentrés sur le front restant, ce qui suffirait à l'Allemagne pour infliger une défaite décisive.

Fond

Développements stratégiques

Front de l'Est

Le 9 octobre, la première offensive allemande contre Varsovie débute avec les batailles de Varsovie (9-19 octobre) et d'Ivangorod (9-20 octobre). Quatre jours plus tard, Przemyśl est relevé par l'avancée des Austro-hongrois et la bataille de Chyrow ( 13 octobre – 2 novembre) commence en Galice. Czernowitz en Bucovine a été réoccupé par l'armée austro-hongroise le 22 août, puis à nouveau perdu face à l'armée russe le 28 octobre. Le 29 octobre, l'Empire ottoman a commencé les hostilités contre la Russie, lorsque des navires de guerre turcs ont bombardé Odessa, Sébastopol et Théodosie. Le lendemain Stanislau en Galicie a été prise par les forces russes et l'armée serbe a commencé une retraite de la ligne de la Drina. Le 4 novembre, l'armée russe franchit la frontière de la Turquie en Asie et s'empare d'Azap. [1]

La Grande-Bretagne et la France ont déclaré la guerre à la Turquie le 5 novembre et le lendemain, Keupri-Keni en Arménie a été capturé, lors de l' offensive Bergmann (2-16 novembre) par l'armée russe. Le 10 octobre, Przemysl est à nouveau encerclé par l'armée russe, ce qui déclenche le deuxième siège ; Memel en Prusse orientale a été occupée par les Russes un jour plus tard. Keupri-Keni a été repris par l'armée ottomane le 14 novembre, le sultan a proclamé le Jihad , le lendemain la bataille de Cracovie (15 novembre - 2 décembre) a commencé et la deuxième invasion russe de la Hongrie du Nord (15 novembre - 12 décembre) a commencé. La deuxième offensive allemande contre Varsovie s'est ouverte avec la bataille de Łódź (16 novembre – 15 décembre). [2]

Grande retraite

La Grande Retraite est un long retrait des armées franco-britanniques vers la Marne , du 24 août au 28 septembre 1914, après le succès des armées allemandes lors de la bataille des frontières (7 août – 13 septembre). Après la défaite de la 5e armée française à la bataille de Charleroi (21 août) et du BEF à la bataille de Mons (23 août), les deux armées effectuent une retraite rapide pour éviter l'enveloppement. [b] Une contre-offensive des Français et du BEF lors de la première bataille de Guise (29-30 août) n'a pas réussi à mettre fin à l'avance allemande et la retraite franco-britannique s'est poursuivie au-delà de la Marne. DeDu 5 au 12 septembre, la première bataille de la Marne met fin à la retraite et oblige les armées allemandes à se retirer vers l' Aisne , où se déroule la première bataille de l'Aisne du 13 au 28 septembre. [3]

Développements tactiques

Flandre

Après la retraite de la Ve armée française et de la BEF, des opérations locales se déroulent d'août à octobre. Le 25 août, le général Fournier reçoit l'ordre de défendre la forteresse de Maubeuge, qui est encerclée deux jours plus tard par le VIIe corps de réserve allemand. Maubeuge était défendue par quatorze forts, une garnison de 30 000 territoriaux français et c.  10 000 traînards français, britanniques et belges. La forteresse a bloqué la principale ligne ferroviaire Cologne-Paris , ne laissant que la ligne de Trèves à Liège , Bruxelles , Valenciennes et Cambraiouvert aux Allemands, qui était nécessaire pour acheminer vers le sud le ravitaillement des armées sur l'Aisne et transporter les troupes de la 6e armée vers le nord de la Lorraine jusqu'en Flandre. [4] Le 7 septembre, la garnison s'est rendue, après que l'artillerie super-lourde du siège de Namur ait démoli les forts. Les Allemands firent 32 692 prisonniers et capturèrent 450 canons. [5] [4] De petits détachements des armées belge, française et britannique ont mené des opérations en Belgique et dans le nord de la France, contre la cavalerie allemande et Jäger . [6]

Le 27 août, une escadre du Royal Naval Air Service (RNAS) s'envole pour Ostende , pour des sorties de reconnaissance entre Bruges , Gand et Ypres. [7] Les Royal Marines débarquent à Dunkerque dans la nuit du 19 au 20 septembre et le 28 septembre, un bataillon occupe Lille . Le reste de la brigade occupe Cassel le 30 septembre et explore le pays en autos ; une section de voitures blindées RNAS a été créée, en équipant les véhicules d'acier pare-balles. [8] [9] Le 2 octobre, la Brigade des Marines est envoyée à Anvers , suivie du reste de la63rd (Royal Naval) Division le 6 octobre, ayant débarqué à Dunkerque dans la nuit du 4 au 5 octobre. Du 6 au 7 octobre, la 7e division et la 3e division de cavalerie débarquent à Zeebrugge . [10] Les forces navales rassemblées à Douvres ont été formées en une unité distincte, qui est devenue la Patrouille de Douvres , pour opérer dans la Manche et au large des côtes franco-belges. [11]

BEF

Fin septembre, le maréchal Joseph Joffre et le feld-maréchal John French discutent du transfert du BEF de l'Aisne vers la Flandre, pour unifier les forces britanniques sur le continent, raccourcir les lignes de communication britanniques depuis l'Angleterre et défendre Anvers et les ports de la Manche . Malgré l'inconvénient des troupes britanniques traversant les lignes de communication françaises, lorsque les forces françaises se déplaçaient vers le nord après la bataille de l'Aisne, Joffre a accepté, sous réserve d'une clause restrictive, que les Français mettent à disposition des unités britanniques individuelles pour les opérations dès leur arrivée. Dans la nuit du 1/2 octobre,le transfert du BEF du front de l'Aisne débute dans le plus grand secret. Les marches se faisaient la nuit et il était interdit aux troupes cantonnées de s'aventurer dehors en plein jour. Le 3 octobre, un message radio allemand a été intercepté, ce qui a montré que le BEF était toujours soupçonné d'être sur l'Aisne. [12]

Le II Corps a bougé dans la nuit du 3/4 octobre et le III Corps a suivi à partir du 6 octobre, laissant une brigade derrière avec le I Corps, qui est resté jusqu'à la nuit du 13/14 octobre. Le IIe corps arriva autour d' Abbeville du 8 au 9 octobre et se concentra au nord-est autour de Gennes-Ivergny , Gueschart , Le Boisle et Raye, préparatoire à une avance sur Béthune . La 2e division de cavalerie est arrivée à St Pol et Hesdin le 9 octobre et la 1re division de cavalerie est arrivée un jour plus tard. Le GQG quitte Fère-en-Tardenois et arrive à Saint-Omerle 13 octobre. Le III Corps commence à se rassembler autour de Saint-Omer et Hazebrouck le 11 octobre, puis se déplace derrière le flanc gauche du II Corps, pour avancer sur Bailleul et Armentières. Le I Corps est arrivé à Hazebrouck le 19 octobre et s'est déplacé vers l'est jusqu'à Ypres. [13]

Course à la mer

Opérations allemandes et alliées, Artois et Flandre, septembre-novembre 1914

Après une tournée du front le 15 septembre, le nouveau chef d' état-major allemand ( Oberste Heeresleitung , OHL ), le général Erich von Falkenhayn envisage de poursuivre le retrait du flanc droit des armées allemandes en France depuis l'Aisne, pour gagner le temps d'un regroupement stratégique, en déplaçant la 6e armée de Lorraine. Un résultat décisif ( Schlachtentscheidung ), devait venir de l'offensive de la 6e armée mais le 18 septembre, les attaques françaises mettent en danger le flanc nord allemand et la 6e armée utilise les premières unités lorraines pour repousser les Français au préalable. [14] [c]Les Français ont utilisé des réseaux ferroviaires et de communication en bon état, pour déplacer des troupes plus rapidement que les Allemands, mais aucun des deux camps n'a pu commencer une attaque décisive, devant envoyer des unités vers l'avant au coup par coup, contre les attaques réciproques de l'adversaire, dans la course à la mer (Le nom est un abus de langage , car aucune des deux parties n'a couru vers la mer mais n'a essayé de déborder son adversaire avant de l'atteindre et de manquer de place.) [21]

Une attaque allemande le 24 septembre força les Français sur la défensive et Joffre renforça le flanc nord de la 2e armée. À l'arrivée des unités BEF, les opérations ont commencé au coup par coup sur le flanc nord; l'armée belge a refusé une demande de Joffre de quitter la redoute nationale de Belgique et la sortie contre les communications allemandes. Une offensive franco-britannique a été substituée vers Lille et Anvers. Les troupes alliées parviennent à avancer vers Lille et la Lys mais sont stoppées par les attaques allemandes en sens inverse le 20 octobre. [23] La « course » s'est terminée sur la côte belge vers le 17 octobre, lorsque la dernière zone ouverte de Dixmude à la mer du Nord, a été occupée par les troupes belges se retirant d'Anvers après leSiège d'Anvers (28 septembre – 10 octobre). Les tentatives de débordement ont donné lieu à des batailles de rencontre indécises à travers l'Artois et les Flandres, à la bataille de La Bassée (10 octobre - 2 novembre), la bataille de Messines (12 octobre - 2 novembre) et la bataille d'Armentières (13 octobre - 2 novembre) . [24] [25] [d]

Prélude

Terrain

Le nord-est de la France et le sud-ouest de la Belgique sont connus sous le nom de Flandre. À l'ouest d'une ligne entre Arras et Calais au nord-ouest se trouvent des bas-fonds calcaires, recouverts d'un sol suffisant pour les cultures arables. A l'est de la ligne, le territoire se décline en une série d'éperons dans la plaine des Flandres, délimitée par des canaux reliant Douai , Béthune, St Omer et Calais. Au sud-est, des canaux passent entre Lens, Lille, Roubaix et Courtrai , la Lys de Courtrai à Gand et au nord-ouest se trouve la mer. La plaine est presque plate, à l'exception d'une ligne de collines basses de Cassel, vers l'est jusqu'au Mont des Cats, Mont Noir, Mont Rouge, Scherpenberg et Mont Kemmel. De Kemmel, une crête basse s'étend au nord-est, diminuant d'altitude après Ypres à travers Wytschaete (Wijtschate), Gheluvelt et Passchendaele (Passendale), s'incurvant vers le nord puis le nord-ouest jusqu'à Dixmude où elle se confond avec la plaine. Une bande côtière mesure environ 16 km de large, près du niveau de la mer et bordée de dunes de sable. À l'intérieur des terres, le sol est principalement constitué de prairies, coupées par des canaux, des digues, des fossés de drainage et des routes construites sur des chaussées. La Lys, l'Yser et le haut Escautsont canalisées et entre elles le niveau de l'eau souterraine est proche de la surface, s'élève davantage à l'automne et comble tout creux dont les parois s'effondrent alors. La surface du sol prend rapidement une consistance de fromage à la crème et sur la côte, les déplacements se limitent aux routes, sauf pendant les gelées. [28]

Dans le reste de la plaine des Flandres se trouvaient des bois et de petits champs, divisés par des haies plantées d'arbres et des champs cultivés dans de petits villages et des fermes. Le terrain était difficile pour les opérations d'infanterie à cause du manque d'observation, impossible pour l'action montée à cause des nombreux obstacles et gênant pour l'artillerie à cause de la vue limitée. Au sud du canal de la Bassée, autour de Lens et de Béthune, se trouvait un quartier charbonnier plein de terrils, de fosses ( fosses ) et de maisons de mineurs ( corons ). Au nord du canal, la ville de Lille, Tourcoing et Roubaix formaient un complexe manufacturier, avec des industries périphériques à Armentières, Comines , Halluin et Menin(Menen), le long de la Lys, avec des raffineries isolées de betteraves sucrières et d'alcools et une aciérie près d' Aire-sur-la-Lys . Les zones intermédiaires étaient agricoles, avec de larges routes, qui en France étaient construites sur des fondations peu profondes ou étaient des pistes de boue non pavées. Étroites pavés des routes couraient le long de la frontière et à l' intérieur Belgique. En France, les routes étaient fermées par les autorités locales lors des dégels pour préserver le revêtement et balisées par des panneaux Barrières fermées , ignorés des routiers britanniques. La difficulté de mouvement après la fin de l'été a absorbé une grande partie de la main-d'œuvre disponible pour l'entretien des routes, laissant les défenses de campagne à construire par les soldats de première ligne. [29]

Tactique

En octobre, Herbert Kitchener , le secrétaire d'État britannique à la Guerre , prédit une longue guerre et passa des commandes pour la fabrication d'un grand nombre de canons de campagne, moyens et lourds et d'obusiers, suffisants pour équiper une armée de 24 divisions . La commande fut bientôt augmentée par le War Office mais le rythme de fabrication des obus eut un effet immédiat sur les opérations. Alors que le BEF était encore sur le front de l'Aisne, la production de munitions pour les canons de campagne et les obusiers était de 10 000 obus par mois et seulement 100 obus par mois étaient fabriqués pour les canons de 60 livres ; le War Office a envoyé un autre 101 lourdcanons en France au cours du mois d'octobre. Alors que les armées rivales se dirigeaient vers le nord en Flandre, le terrain plat et la vue obstruée, causés par le nombre de bâtiments, les entreprises industrielles, le feuillage des arbres et les limites des champs, ont forcé des changements dans les méthodes de l'artillerie britannique. Le manque d'observation est en partie pallié par la décentralisation de l'artillerie vers les brigades d'infanterie et par la localisation des canons en première ligne mais cela les rend plus vulnérables et plusieurs batteries sont débordées lors des combats entre Arras et Ypres. La décentralisation du contrôle des canons rendait difficile l'organisation de tirs d'artillerie concentrés, en raison du manque de téléphones de campagne et de l'obscurcissement des drapeaux de signalisation par la brume et le brouillard. [30]

Une coopération avec les forces françaises pour partager l'artillerie lourde britannique a été mise en œuvre et des discussions avec les artilleurs français ont conduit à une synthèse de la pratique française consistant à tirer un rafale d' artillerie de campagne (rafale) avant que l'infanterie ne passe à l'attaque puis à cesser le feu, avec les Britanniques. préférence pour le tir direct sur les cibles observées, ce qui marqua le début du développement des barrages rampants . Lors de l'avancée du IIIe Corps et d'une attaque sur Méteren , la 4e Divisiona émis des ordres d'artillerie divisionnaire, qui soulignaient la concentration du feu de l'artillerie, bien que pendant la bataille les artilleurs aient tiré sur des cibles d'opportunité, car les positions allemandes étaient si bien camouflées. Alors que les combats se déplaçaient vers le nord dans la Flandre belge, l'artillerie a constaté que les obus Shrapnel avaient peu d'effet sur les bâtiments et nécessitaient des munitions explosives . Lors d'une attaque générale le 18 octobre, les défenseurs allemands ont obtenu un succès défensif, en raison de la nature désorganisée des attaques britanniques, qui n'ont réussi que là où un soutien d'artillerie rapproché était disponible. La force inattendue de la 4e armée allemandeen face, les échecs britanniques ont aggravé, bien que le corps de réserve allemand partiellement entraîné, mal dirigé et mal équipé ait subi de lourdes pertes. [31]

Les tactiques allemandes se sont développées pendant les batailles autour d'Ypres, la cavalerie étant toujours efficace au début des manœuvres, bien que tout aussi gênée par les haies et les champs clôturés, les lignes de chemin de fer et la croissance urbaine que la cavalerie alliée, ce qui a rendu le terrain bien mieux adapté à la bataille défensive. Les récits allemands soulignent la précision des tirs des tireurs d'élite alliés, ce qui a conduit les troupes à retirer la pointe des casques Pickelhaube et à ce que les officiers portent des fusils pour être moins visibles. L'artillerie est restée le principal tueur d'infanterie, en particulier les canons de campagne français de 75 mm , tirant des éclats d'obus à des distances inférieures à 910 m. L'artillerie des unités de réserve allemandes était beaucoup moins efficace en raison du manque d'entraînement et les tirs étaient souvent insuffisants. [32]Dans le sous-sol entre Ypres et le sous-sol au sud-est et à l'est, le sol était drainé par de nombreux ruisseaux et fossés, divisés en petits champs avec de hautes haies et fossés, les routes n'étaient pas pavées et la zone était parsemée de maisons et de fermes . L'observation était limitée par les arbres et les espaces ouverts pouvaient être commandés depuis des positions couvertes et rendus intenables par les tirs d'armes légères et d'artillerie. À l'approche de l'hiver, les vues sont devenues plus ouvertes car les bois et les bosquets ont été abattus par les bombardements d'artillerie et le sol est devenu beaucoup plus meuble, en particulier dans les zones les plus basses. [33]

Des plans

Les forces françaises, belges et britanniques en Flandre n'avaient pas d'organisation de commandement unifié mais le général Foch avait été nommé commandant du groupe des Armées du Nord le 4 octobre par Joffre. L'armée belge a réussi à sauver 80 000 hommes d'Anvers et à se retirer dans l'Yser et bien que n'étant pas officiellement à la tête des forces britanniques et belges, Foch a obtenu la coopération des deux contingents. [22] Le 10 octobre, Foch et French se sont mis d'accord pour regrouper les forces françaises, britanniques et belges au nord et à l'est de Lille, de la Lys à l'Escaut. [34] Foch a prévu une avance conjointe d'Ypres à Nieuport, vers une ligne de Roeselare (Roulers), Thourout et Gistel, juste au sud d'Ostende. Foch avait l'intention d'isoler le IIIe corps de réserve allemand, qui avançait depuis Anvers, de la principale force allemande en Flandre. Les forces françaises et belges devaient repousser les Allemands contre la mer, alors que les forces françaises et britanniques se tournaient vers le sud-est et se rapprochaient de la Lys de Menin à Gand, pour traverser la rivière et attaquer le flanc nord des armées allemandes. [35]

Falkenhayn envoya le quartier général de la 4e armée en Flandre, pour reprendre le IIIe corps de réserve et son artillerie lourde, vingt batteries d'obusiers lourds de campagne, douze batteries d' obusiers de 210 mm et six batteries de canons de 100 mm , après le siège d'Anvers (28 septembre – 10 octobre).Les corps de réserve XXII, XXIII, XXVI et XXVII, des six nouveaux corps de réserve formés de volontaires après le déclenchement de la guerre, reçoivent l'ordre d'Allemagne de rejoindre le III corps de réserve le 8 octobre. L'infanterie du corps de réserve allemand était mal entraînée et mal équipée mais le 10 octobre, Falkenhayn émit une directive selon laquelle la 4e armée devait traverser l'Yser, avancer sans tenir compte des pertes et isoler Dunkerque et Calais, puis se diriger vers le sud en direction de Saint-Omer. Avec la 6e armée au sud, qui devait priver les Alliés d'une occasion d'établir un front sécurisé et de transférer des troupes au nord, la 4e armée allait infliger un coup annihilant aux forces françaises, belges et BEF en Flandre française et belge. . [36]

Bataille de l'Yser

Les troupes françaises, britanniques et belges ont couvert le retrait belge et britannique d'Anvers vers Ypres et l' Yser de Dixmude à Nieuport, sur un front de 35 km (22 mi). La nouvelle 4e armée allemande reçut l'ordre de s'emparer de Dunkerque et de Calais, en attaquant de la côte jusqu'à la jonction avec la 6e armée. [36] Les attaques allemandes ont commencé le 18 octobre, coïncidant avec les batailles autour d'Ypres et ont pris pied sur l'Yser à Tervaete. La 42e division française à Nieuport détacha une brigade pour renforcer les Belges et l'artillerie lourde allemande fut contrée sur la côte, par des navires alliés sous commandement britannique, qui bombardèrent les positions d'artillerie allemande et forcèrent les Allemands à attaquer plus à l'intérieur des terres. [37]Le 24 octobre, les Allemands attaquent quinze fois et parviennent à franchir l'Yser sur un front de 5 km. Les Français envoyèrent le reste de la 42e division au centre mais le 26 octobre, le commandant belge Félix Wielemans ordonna à l'armée belge de battre en retraite, jusqu'à ce qu'elle soit renversée par le roi belge. Le lendemain, des vannes sur la côte de Nieuport ont été ouvertes, ce qui a inondé la zone comprise entre l'Yser et le remblai de la voie ferrée, allant au nord de Dixmude. Le 30 octobre, les troupes allemandes franchissent le remblai de Ramscapelle (Ramskapelle) mais, à la montée des eaux, sont refoulées le lendemain soir. Les inondations ont réduit les combats à des opérations locales, qui ont diminué jusqu'à la fin de la bataille le 30 novembre. [38]

Bataille

Bataille de Langemarck

Bataille de Langemarck, du 21 au 24 octobre 1914

La bataille de Langemarck a eu lieu du 21 au 24 octobre, après une avance des 4e et 6e armées allemandes qui a commencé le 19 octobre, alors que le flanc gauche du BEF commençait à avancer vers Menin et Roeselare. Le 20 octobre, Langemarck (Langemark), au nord-est d'Ypres, est tenu par une unité territoriale française et le IVe corps britannique au sud. Le I Corps (Lieutenant-général Douglas Haig ) devait arriver avec l'ordre d'attaquer le 21 octobre. Le 21 octobre, le temps était nuageux et les tentatives de reconnaissance des positions allemandes dans l'après-midi n'avaient observé aucun mouvement des troupes allemandes ; l'arrivée de quatre nouveaux corps de réserve allemands a été découverte par les déclarations de prisonniers, l'interception sans fil et la puissance croissante des attaques allemandes ; 5+Le 12 corps d'infanterie étaient désormais connus au nord de la Lys, avec les quatre corps de cavalerie, contre 7+13 divisions britanniques et cinq divisions de cavalerie alliées. L'attaque britannique progresse rapidement mais la 4e armée entame une série d'attaques, bien que mal organisées et mal soutenues. Les 6e et 4e armées allemandes attaquent d'Armentières à Messines et Langemarck. Le IV Corps britannique a été attaqué autour de Langemarck, où la 7e Division a pu repousser les attaques allemandes et le I Corps a pu faire une courte avance. [39]

Plus au nord, la cavalerie française est repoussée vers l'Yser par le XXIIIe corps de réserve et à la tombée de la nuit est retranchée de la jonction avec les Britanniques à Steenstraat jusqu'aux environs de Dixmude, frontière avec l'armée belge. [39] Les Britanniques ont fermé l'écart avec un petit nombre de renforts et le 23 octobre, le IX Corps français a repris l'extrémité nord du saillant d'Ypres, soulageant le I Corps avec la 17e Division. Kortekeer Cabaret a été repris par la 1re division et la 2e division a été relevée. Le lendemain, le 1er Corps avait été relevé et la 7e Division avait perdu Polygon Woodtemporairement. Le flanc gauche de la 7e division est repris par la 2e division, qui se joint à la contre-attaque du IXe corps français sur le flanc nord vers Roeselare et Torhout , alors que les combats plus au nord sur l'Yser empêchent les attaques allemandes autour d'Ypres. [40] Des attaques allemandes ont été menées sur le flanc droit de la 7e division à Gheluvelt. [41] Les Britanniques ont envoyé les restes du I Corps pour renforcer le IV Corps. Des attaques allemandes du 25 au 26 octobre ont été menées plus au sud, contre la 7e division sur la route de Menin et le 26 octobre, une partie de la ligne s'est effondrée jusqu'à ce que les réserves soient raclées pour bloquer la brèche et éviter une déroute. [42]

Bataille de Gheluvelt

Le 28 octobre, alors que les attaques de la 4e armée s'enlisaient, Falkenhayn a répondu aux échecs coûteux des 4e et 6e armées en ordonnant aux armées de mener des attaques de maintien tandis qu'une nouvelle force, Armeegruppe Fabeck (général Max von Fabeck ) a été rassemblée du XV Corps et le IIe corps bavarois, la 26e division et la 6e division de réserve bavaroise, sous le quartier général du XIIIe corps. [e] L' Armeegruppe est précipité jusqu'à Deûlémont et Werviq (Wervik), frontière entre les 6e et 4e armées, pour attaquer vers Ypres et Poperinge . Des économies strictes ont été imposées aux formations de la 6e armée plus au sud, pour fournir des munitions d'artillerie pour 250 lourdscanons alloués pour soutenir une attaque au nord-ouest, entre Gheluvelt et Messines. Le XV corps devait attaquer sur le flanc droit, au sud de la route Menin-Ypres jusqu'au canal Comines-Ypres et l'effort principal était de venir de là à Garde Dieu par le II corps bavarois, flanqué de la 26e division. [43]

Bataille de Gheluvelt (1er novembre 1914)

Le 29 octobre, les attaques du XXVIIe Corps de réserve ont commencé contre le Ier Corps au nord de la route de Menin, à l'aube, dans un épais brouillard. A la tombée de la nuit, le carrefour de Gheluvelt était perdu et 600 prisonniers britanniques faits. Les attaques françaises plus au nord, par la 17e division, la 18e division et la 31e division ont repris Bixschoote et Kortekeer Cabaret. Les avances de l' Armeegruppe Fabeck vers le sud-ouest contre le I Corps et le corps de cavalerie à pied plus au sud, se sont approchées à moins de 3 km d'Ypres le long de la route de Menin et ont mis la ville à portée de l'artillerie allemande. [44] Le 30 octobre, attaques allemandes de la 54th Reserve Division et de la 30th Division, sur le flanc gauche du BEF à Gheluvelt, ont été repoussés mais les Britanniques ont été repoussés de Zandvoorde , Hollebeke et Hollebeke Château alors que les attaques allemandes sur une ligne de Messines à Wytschaete et St. Yves ont été repoussées. Les Britanniques se sont ralliés face à Zandvoorde avec des renforts français et la « Bulfin's Force », un commandement improvisé pour des troupes hétéroclites. Le BEF a fait de nombreuses pertes et a utilisé toutes ses réserves mais le IX Corps français a envoyé ses trois derniers bataillons et a récupéré la situation dans le secteur du I Corps. Le 31 octobre, les attaques allemandes près de Gheluvelt ont éclaté jusqu'à ce qu'une contre-attaque du 2nd Worcestershire rétablisse la situation. [45]

Bataille de Nonne Bosschen

Peinture fantaisiste du 2e Bataillon, Oxfordshire and Buckinghamshire Light Infantry , Nonne Bosschen, battant la Garde prussienne, 1914 ( William Wollen )

Le XVIe corps français atteignit la région de Saint-Éloi à Wytschaete le 1er novembre, pour renforcer le corps de cavalerie et le IXe corps attaqua plus au nord près de Becelaere (Beselare), ce qui soulagea la pression allemande sur les deux flancs du Ier corps. Le 3 novembre, l' Armeegruppe Fabeck avait perdu 17 250 hommes en cinq jours et sur 84 bataillons d' infanterie du BEF qui étaient venus en France avec environ 1 000 officiers et hommes chacun, 75 avaient moins de 300 hommes, dont 18 bataillons de moins de 100 hommes.fort, malgré la réception de remplaçants jusqu'au 28 octobre. Foch prévoit une offensive vers Messines et Langemarck pour le 6 novembre, pour élargir le saillant autour d'Ypres. L'attaque a été prévenue par les attaques allemandes sur les flancs du 5 au 9 novembre. Le 9 novembre, les Allemands attaquent les Français et les Belges entre Langemarck et Dixmude, les refoulant vers l'Yser, où les Belges font sauter les passages. Après une accalmie, les attaques allemandes reprennent en force du 10 au 11 novembre, principalement sur le front de la 4e armée de Langemarck à Dixmude. Le 10 novembre, 12+12 divisions allemandes des 4e et 6e armées, Armeegruppe Fabeck et XXVII Corps de réserve ont attaqué de Nonne Bosschen (Nun's Copse) et le bord de Polygon Wood, à Gheluvelt et à travers la route de Menin jusqu'à la forêt de Shrewsbury au sud. [46]

Le 11 novembre, les Allemands attaquent de Messines à Herenthage, les bois de Veldhoek, Nonne Bosschen et Polygon Wood. Des tirs massifs d'armes légères ont repoussé les attaques allemandes entre Polygon Wood et Veldhoek. La 3e division et la 26e division allemandes ont percé jusqu'à St Eloi et ont avancé jusqu'à Zwarteleen , à quelque 3 000 verges (2 700 m) à l'est d'Ypres, où elles ont été contrôlées par la 7e brigade de cavalerie britannique. Les restes du IIe Corps de La Bassée, tenaient un front de 3 500 mètres (3 200 m), avec 7 800 hommes et 2 000 réservistes contre 25 bataillons allemands de 17 500 hommes. Les Britanniques ont été repoussés par la 4e division allemandeet les contre-attaques britanniques ont été repoussées. [46] Le lendemain, un bombardement sans précédent s'abat sur les positions britanniques au sud du saillant entre le Bois du Polygone et Messines. Les troupes allemandes ont percé le long de la route de Menin mais n'ont pas pu être soutenues et l'avance a été contenue le 13 novembre. [47] Les deux côtés ont été épuisés par ces efforts; Les pertes allemandes autour d'Ypres avaient atteint environ 80 000 hommes et les pertes BEF, d'août au 30 novembre, étaient de 89 964 ; (54 105 à Ypres). L'armée belge avait été réduite de moitié et les Français avaient perdu 385 000 hommes en septembre, 265 000 hommes ayant été tués à la fin de l'année. [48]

Opérations locales, 12-22 novembre

Langemark, octobre 1914

Le temps est devenu beaucoup plus froid, avec de la pluie du 12 au 14 novembre et un peu de neige le 15 novembre. Des gelées nocturnes ont suivi et le 20 novembre, le sol était recouvert de neige. Des cas d'engelures sont apparus et la tension physique a augmenté, parmi les troupes occupant des tranchées à moitié pleines d'eau glacée, s'endormant debout et se faisant tirer dessus et bombarder depuis des tranchées opposées à 100 mètres (91 m) de distance. [49] Le 12 novembre, une attaque allemande a surpris le IXe corps français et la 8e division britannique est arrivée au front le 13 novembre et d'autres attaques ont été lancées sur le front du IIe corps à partir du 14 novembre. Entre le 15 et le 22 novembre, le I Corps est relevé par les IX et XVI corps français et la ligne britannique est réorganisée. [50]Le 16 novembre, Foch s'entend avec French pour reprendre la ligne de Zonnebeke au canal Ypres-Comines. La nouvelle ligne britannique a couru 21 mi (34 km) de Wytschaete au canal de La Bassée à Givenchy. Les Belges ont tenu 15 mi (24 km) et les Français ont défendu quelque 430 mi (690 km) du nouveau front occidental. Le 17 novembre, Albrecht ordonna à la 4e armée de cesser ses attaques ; le III Corps de Réserve et le XIII Corps reçurent l'ordre de déplacer le front oriental, qui fut découvert par les Alliés le 20 novembre. [51]

Conséquences

Une analyse

N&B de la Première Guerre mondiale se terminant en Suisse
Après la première bataille d'Ypres, des tranchées s'étendent de la Suisse à la côte belge

Les deux camps avaient tenté d'avancer après la disparition du flanc nord "ouvert", les franco-britanniques vers Lille en octobre, suivis d'attaques du BEF, des Belges et d'une nouvelle 8e armée française en Belgique. Les 4e et 6e armées allemandes ont pris de petites quantités de terrain à grands frais pour les deux camps, lors de la bataille de l'Yser (16-31 octobre) et plus au sud lors des batailles d'Ypres. Falkenhayn tente alors un objectif limité de capture d'Ypres et du Mont Kemmel, du 19 octobre au 22 novembre.Le 8 novembre, Falkenhayn avait accepté que l'avance côtière avait échoué et que la prise d'Ypres était impossible. Aucune des deux parties n'avait déplacé ses forces vers les Flandres assez rapidement pour obtenir une victoire décisive et les deux étaient épuisés, à court de munitions et souffrant d'un effondrement du moral, certaines unités d'infanterie refusant les ordres. Les batailles d'automne en Flandre étaient rapidement devenues statiques, des opérations d'usure, contrairement aux batailles de manœuvre de l'été. Les troupes françaises, britanniques et belges dans des défenses de campagne improvisées ont repoussé les attaques allemandes pendant quatre semaines lors d'attaques et de contre-attaques mutuellement coûteuses. Du 21 au 23 octobre, les réservistes allemands ont mené des attaques massives à Langemarck, avec des pertes allant jusqu'à soixante-dix pour cent. [52]

La guerre industrielle entre les armées de masse avait été indécise ; les troupes ne pouvaient avancer que sur des tas de morts. Les fortifications de campagne avaient neutralisé de nombreuses classes d'armes offensives et la puissance de feu défensive de l'artillerie et des mitrailleuses avait dominé le champ de bataille ; la capacité des armées à se ravitailler et à remplacer les pertes a maintenu les batailles pendant des semaines. Les armées allemandes ont engagé 34 divisions dans les batailles des Flandres, les françaises douze, les britanniques neuf et les belges six, ainsi que des marines et de la cavalerie à pied. [53] Falkenhayn a reconsidéré la stratégie allemande ; Vernichtungsstrategieet une paix dictée contre la France et la Russie s'était avérée au-dessus des ressources allemandes. Falkenhayn entendait détacher la Russie ou la France de la coalition alliée, par des actions diplomatiques aussi bien que militaires. Une stratégie d'usure ( Ermattungsstrategie ), rendrait le coût de la guerre trop élevé pour les Alliés, jusqu'à ce qu'un ennemi négocie la fin de la guerre. Les belligérants restants devront se réconcilier ou affronter l'armée allemande concentrée sur le front restant et capable d'obtenir une victoire décisive. [54]

Minute folle

En 2010, Jack Sheldon écrivait qu'une « minute folle » de tirs de fusil rapides et précis était censée avoir persuadé les troupes allemandes qu'elles s'opposaient aux mitrailleuses. Il s'agissait d'une fausse notion , extraite d'une traduction de Die Schlacht an der Yser und bei Ypern im Herbst 1914 (1918), que les historiens officiels ont utilisé, au lieu de sources faisant autorité, lors de la rédaction des volumes de 1914 de l' Histoire britannique. de la Grande Guerre , dont les premières éditions parurent en 1922 et 1925,

L'artillerie britannique et française a tiré aussi rapidement qu'elle le savait et au-dessus de chaque buisson, haie et fragment de mur flottait une fine pellicule de fumée, trahissant une mitrailleuse crachant des balles.

—  Sheldon [55]

Sheldon a écrit que la traduction était inexacte et a ignoré de nombreuses références au tir combiné de fusils et de mitrailleuses,

Les Britanniques, dont la plupart avaient de l'expérience acquise au cours de longues années de campagne contre des adversaires rusés en campagne rapprochée, laissèrent les attaquants se rapprocher puis, des haies, des maisons et des arbres, ouvrirent le feu à bout portant avec des fusils flétris et des mitrailleuses. gamme. [56]

typique de l'histoire des régiments allemands. Les Britanniques ont tiré de courtes rafales à bout portant, pour conserver les munitions. Sheldon a également écrit que les troupes allemandes connaissaient les caractéristiques de tir des mitrailleuses et sont restées immobiles jusqu'à ce que les mitrailleuses françaises Hotchkiss M1909 et Hotchkiss M1914 , qui avaient des munitions en bandes de 24 et 30 coups, soient en train de recharger. [57]

Kindermor

BEF victimes
août-décembre 1914 [58]
Mois Non.
août 14 409
septembre 15 189
octobre 30 192
novembre 24 785
décembre 11 079
Le total 95 654

Sheldon a écrit qu'une description allemande du sort du nouveau corps de réserve comme un Kindermord (massacre des innocents), dans un communiqué du 11 novembre 1914, était trompeuse. Les affirmations selon lesquelles jusqu'à 75 pour cent des effectifs du corps de réserve étaient des étudiants volontaires, qui ont attaqué en chantant Deutschland über alles ont commencé un mythe. Après la guerre, la plupart des régiments qui avaient combattu en Flandre, se référaient au chant de chansons sur le champ de bataille, une pratique plausible uniquement lorsqu'elle est utilisée pour identifier les unités la nuit. [59] En 1986, Unruh écrivait que 40 761 étudiants avaient été inscrits dans six corps de réserve, dont quatre avaient été envoyés en Flandre, laissant un maximum de 30 pour centdu corps de réserve opérant en Flandre composé de volontaires. Seulement 30 pour cent des victimes allemandes à Ypres étaient des étudiants réservistes jeunes et inexpérimentés, les autres étant des soldats actifs, des membres plus âgés de la Landwehr et des réservistes de l'armée. Le Régiment d'infanterie de réserve 211 comptait 166 hommes en service actif, 299 membres de la réserve, qui était composée d'anciens soldats de 23 à 28 ans , 970 volontaires inexpérimentés et probablement âgés de 18 à 20 ans , 1 499 Landwehr (anciens soldats du 28 –39 ans , libéré de la réserve) et un Ersatzreservist(inscrit mais inexpérimenté). [60]

Victimes

En 1925, Edmonds a enregistré que les Belges avaient subi un grand nombre de pertes du 15 au 25 octobre, dont 10 145 blessés. Les pertes britanniques du 14 octobre au 30 novembre étaient de 58 155, les pertes françaises étaient de 86 237 hommes et sur les 134 315 pertes allemandes en Belgique et dans le nord de la France, du 15 octobre au 24 novembre, 46 765 pertes ont été encourues sur le front de la Lys à Gheluvelt, du 30 octobre – 24 novembre. [61] En 2003, Beckett a enregistré 50 000 à 85 000 pertes françaises , 21 562 pertes belges , 55 395 pertes britanniques et134 315 victimes allemandes . [62] En 2010, Sheldon a enregistré 54 000 victimes britanniques , c.  80.000 blessés allemands , que les Français eurent beaucoup de pertes et que l'armée belge était réduite à l'ombre. [63] Sheldon a également noté que le colonel Fritz von Lossberg avait enregistré que jusqu'au 3 novembre, les pertes dans la 4e armée étaient de 62 000 hommes et que la 6e armée avait perdu 27 000 hommes, dont 17 250 pertes s'étaient produites à Armeegruppe Fabeck à partir du 30 octobre - 3 novembre. [64]

Opérations ultérieures

Soldats allemands dans une tranchée à Ypres, décembre 1914

Les opérations hivernales de novembre 1914 à février 1915 dans la région d'Ypres ont eu lieu lors de l'attaque de Wytschaete (14 décembre). [65] Une réorganisation de la défense des Flandres avait été menée par les Franco-Britanniques du 15 au 22 novembre, ce qui laissait le BEF tenant un front homogène de Givenchy à Wytschaete à 34 km au nord. [66]Joffre a organisé une série d'attaques sur le front occidental, après avoir reçu des informations selon lesquelles les divisions allemandes se dirigeaient vers le front russe. La 8e armée reçut l'ordre d'attaquer en Flandre et French fut invité à participer avec le BEF le 14 décembre. Joffre voulait que les Britanniques attaquent sur tout le front BEF et en particulier de Warneton à Messines, comme les Français attaquaient de Wytschaete à Hollebeke. Les Français donnèrent l'ordre d'attaquer de la Lys à Warneton et Hollebeke avec les II et III Corps, tandis que les IV et Indiens menaient des opérations locales, pour fixer les Allemands sur leur front. [67]

French a souligné que l'attaque commencerait sur le flanc gauche, à côté des Français et que les unités ne doivent pas se déplacer en avant les unes des autres. Les Français et la 3e division devaient capturer Wytschaete et Petit Bois, puis Spanbroekmolen devait être pris par le II corps attaquant par l'ouest et le III corps par le sud, seule la 3e division faisant un effort maximum. Sur la droite, la 5e division devait seulement faire semblant d'attaquer et le 3e corps devait faire des démonstrations, car le corps tenait un front de 16 km et ne pouvait pas faire plus. [67]Sur la gauche, le XVIe corps français n'a pas réussi à atteindre ses objectifs et la 3e division s'est approchée à moins de 50 verges (46 m) de la ligne allemande et a trouvé du fil non coupé. Un bataillon a pris 200 verges (180 m) de la tranchée du front allemand et a fait 42 prisonniers. L'échec de l'attaque sur Wytschaete a entraîné l'annulation de l'attaque plus au sud, mais les représailles de l'artillerie allemande ont été beaucoup plus lourdes que les bombardements britanniques. [68]

Des attaques décousues ont eu lieu du 15 au 16 décembrequi, contre les défenses allemandes intactes et la boue profonde, n'a fait aucune impression. Le 17 décembre, les XVIe et IIe corps n'attaquent pas, le IXe corps français avance sur une courte distance sur la route de Menin et de petits gains sont réalisés à Klein Zillebeke et Bixschoote. Joffre a mis fin aux attaques dans le nord, à l'exception des opérations à Arras et a demandé le soutien des Français qui ont ordonné des attaques le 18 décembre le long du front britannique, puis ont limité les attaques au soutien du XVIe corps par le IIe corps et aux démonstrations du IIe corps et du corps indien. Le brouillard a entravé l'attaque d'Arras et une contre-attaque allemande contre le XVI Corps a conduit le II Corps à annuler son attaque de soutien. Six petites attaques ont été menées par les 8e, 7e, 4e et divisions indiennes, qui ont capturé peu de terrain, ce qui s'est avéré intenable en raison de la boue et de l'engorgement;Fin des attentats franco-britanniques en Flandre.[68]

Remarques

  1. ^ Quatre batailles impliquant le Corps expéditionnaire britannique (BEF) ont eu lieu simultanément lors de la première bataille des Flandres : la bataille de La Bassée (10 octobre - 2 novembre) de la route Beuvry-Béthune à une ligne d'Estaires à Fournes, la bataille d'Armentières (13 octobre – 2 novembre) d'Estaires à la Douve, la bataille de Messines (12 octobre – 2 novembre) de la Douve au canal Ypres-Comines et les batailles d'Ypres (19 octobre – 22 novembre), comprenant la bataille de Langemarck (21-24 octobre), la bataille de Gheluvelt (29-31 octobre) et laBataille de Nonne Bosschen (11 novembre) du canal Ypres-Comines au nord jusqu'à la forêt de Houthulst.
  2. ^ Les armées allemandes sont exprimées en chiffres : « 7th Army » et les armées alliées en mots : « Second Army ».
  3. ^ Les écrivains et les historiens ont critiqué le terme Race to the Sea et ont utilisé plusieurs plages de dates. En 1925, James Edmonds, l' historien officiel britannique , a utilisé les dates du 15 septembre au 15 octobre et du 17 septembre au 19 octobre, en 1926. [15] [16] En 1929, dans Der Weltkrieg, l'historien officiel allemand, Hermann Mertz von Quirnheim, a décrit Tentatives de débordement allemand, sans les étiqueter. [17] En 2001, Strachan a utilisé du 15 septembre au 17 octobre. [18] En 2003, Clayton a donné des dates du 17 septembre au 7 octobre. [19]En 2005, Doughty a utilisé la période du 17 septembre au 17 octobre et Foley du 17 septembre au 10-21 octobre. [20] [21] En 2010, Sheldon a placé la course "nommée par erreur", de la fin de la bataille de la Marne, au début de la bataille de l'Yser . [22]
  4. ^ Le British Battles Nomenclature Committee (1920), a enregistré quatre batailles simultanées, la bataille de La Bassée (10 octobre - 2 novembre), la bataille d'Armentières (13 octobre - 2 novembre), la bataille de Messines (12 octobre - 2 novembre ) et les batailles d'Ypres (19 octobre-22 novembre), comprenant la bataille de Langemarck (21-24 octobre), la bataille de Gheluvelt (29-31 octobre) et la bataille de Nonne Bosschen (11 novembre). [26] En 1925, James Edmonds , l' historien officiel britannique, a écrit que la bataille du IIe Corps à La Bassée était séparée mais les batailles d'Armentières à Messines et Ypres, étaient mieux comprises comme une bataille en deux parties, une offensive du IIIe Corps et du Corps de cavalerie du 12 au 18 octobre et l'offensive de les 6e et 4e armées allemandes du 19 octobre au 2 novembre, qui après le 30 octobre, ont eu lieu au nord d'Armentières, lorsque les batailles d'Armentières et de Messines ont fusionné avec la première bataille d'Ypres. [27]
  5. ^ Armeegruppe était un terme allemand pour une formation plus grande qu'un corps et plus petite qu'une armée, généralement improvisée et non un groupe d'armées, qui était un Heeresgruppe .

Notes de bas de page

  1. ^ Skinner & Stacke 1922 , pp. 13-14.
  2. ^ Skinner & Stacke 1922 , p. 14-16.
  3. ^ James 1990 , p. 1-3.
  4. ^ un b Strachan 2001 , pp. 241, 266.
  5. ^ Herwig 2009 , p. 255.
  6. ^ Edmonds 1925 , p. 39-65.
  7. ^ Raleigh 1969 , pages 371 à 374.
  8. ^ Raleigh 1969 , p. 375-390.
  9. ^ Corbett 2009 , p. 168-170.
  10. ^ Edmonds 1925 , p. 405.
  11. ^ Corbett 2009 , p. 170-202.
  12. ^ Edmonds 1926 , p. 405, 407.
  13. ^ Edmonds 1926 , p. 408.
  14. ^ Foley 2007 , p. 101.
  15. ^ Edmonds 1925 , p. 27-100.
  16. ^ Edmonds 1926 , p. 400-408.
  17. ^ Mertz von Quirnheim 1929 , p. 14.
  18. Sauter ^ Strachan 2001 , p. 266-273.
  19. ^ Clayton 2003 , p. 59.
  20. ^ Doughty 2005 , p. 98.
  21. ^ un b Foley 2007 , pp. 101-102.
  22. ^ un b Sheldon 2010 , p. X.
  23. ^ Doughty 2005 , p. 98-102.
  24. ^ Edmonds 1925 , pages 125-172, 205-223, 225-234.
  25. ^ Doughty 2005 , p. 102-103.
  26. ^ James 1990 , p. 4-5.
  27. ^ Edmonds 1925 , p. 125–126.
  28. ^ Edmonds 1925 , p. 73-74.
  29. ^ Edmonds 1925 , p. 74-76.
  30. ^ Farndale 1986 , p. 67, 69.
  31. ^ Farndale 1986 , p. 69-71.
  32. ^ Sheldon 2010 , p. viii.
  33. ^ Farndale 1986 , p. 71.
  34. ^ Foch 1931 , p. 143.
  35. ^ Edmonds 1925 , p. 127.
  36. ^ un b Foley 2007 , p. 102.
  37. ^ Sheldon 2010 , p. 79.
  38. ^ Strachan 2001 , p. 275-276.
  39. ^ un b Edmonds 1925 , pp. XV, 166-167.
  40. ^ Strachan 2001 , p. 276.
  41. ^ Edmonds 1925 , p. 166-167.
  42. ^ Edmonds 1925 , p. 202.
  43. ^ Sheldon 2010 , p. 223-224.
  44. ^ Edmonds 1925 , p. xvii-xviii, 275-276.
  45. ^ Edmonds 1925 , p. XVIII, 278-301.
  46. ^ un b Beckett 2006 , pp. 213-214.
  47. ^ Strachan 2001 , p. 277-278.
  48. ^ Strachan 2001 , p. 278.
  49. ^ Edmonds 1925 , p. 448.
  50. ^ Edmonds 1925 , p. xxi, 447-460.
  51. ^ Beckett 2006 , p. 219-224.
  52. ^ Foley 2007 , p. 102-104.
  53. ^ Philpott 2014 , p. 62, 65.
  54. ^ Foley 2007 , p. 105-107.
  55. ^ Schwink 1919 , p. 94.
  56. ^ Sheldon 2010 , p. xi.
  57. ^ Sheldon 2010 , p. xi-xii.
  58. ^ Bureau de la guerre 1922 , p. 253.
  59. ^ Sheldon 2010 , p. xii-xiii.
  60. ^ Unruh 1986 , p. 65.
  61. ^ Edmonds 1925 , p. 466-468.
  62. ^ Beckett 2006 , p. 176.
  63. ^ Sheldon 2010 , p. xiv.
  64. ^ Sheldon 2010 , p. 264.
  65. ^ Jacques 1990 , p. 6.
  66. ^ Edmonds et Wynne 1995 , p. 4.
  67. ^ un b Edmonds & Wynne 1995 , pp. 16-17.
  68. ^ un b Edmonds & Wynne 1995 , pp. 18-20.

Les références

  • Beckett, I. (2006) [2003]. Ypres : La Première Bataille, 1914 (éd. pbk.). Londres : Longmans. ISBN 978-1-4058-3620-3.
  • Clayton, A. (2003). Chemins de la gloire : l'armée française 1914-18 . Londres : Cassell. ISBN 978-0-304-35949-3.
  • Corbett, JS (2009) [1938]. Opérations navales . Histoire de la Grande Guerre basée sur des documents officiels par la direction de la section historique du Comité de défense impériale. I (Imperial War Museum et Naval & Military Press ed.). Londres : Longman. ISBN 978-1-84342-489-5. Consulté le 5 mars 2015 .
  • Doughty, RA (2005). Victoire à la Pyrrhus, Stratégie et opérations françaises dans la Grande Guerre . Cambridge, MA : Belknap Press. ISBN 978-0-674-01880-8.
  • Edmonds, JE (1925). Opérations militaires France et Belgique, 1914 : Anvers, La Bassée, Armentières, Messines et Ypres octobre-novembre 1914 . Histoire de la Grande Guerre basée sur des documents officiels par la direction de la section historique du Comité de défense impériale. II . Londres : Macmillan. OCLC  220044986 .
  • Edmonds, JE (1926). Opérations militaires France et Belgique 1914 : Mons, la retraite sur la Seine, la Marne et l'Aisne août-octobre 1914 . Histoire de la Grande Guerre basée sur des documents officiels par la direction de la section historique du Comité de défense impériale. I (2e éd.). Londres : Macmillan. OCLC  58962523 .
  • Edmonds, JE ; Wynne, GC (1995) [1927]. Opérations militaires France et Belgique, 1915 : Hiver 1915 : Bataille de Neuve Chapelle : Batailles d'Ypres . Histoire de la Grande Guerre basée sur des documents officiels par la direction de la section historique du Comité de défense impériale. I (Imperial War Museum et Battery Press ed.). Londres : Macmillan. ISBN 978-0-89839-218-0.
  • Farndale, M. (1986). Histoire du Royal Regiment of Artillery, Western Front 1914–18 . Londres : Royal Artillery Institution. ISBN 978-1-870114-00-4.
  • Foch, F. (1931). Mémoire pour servir à l'histoire de la guerre 1914-1918: avec 18 gravures hors-texte et 12 cartes [ Les Mémoires du Maréchal Foch ] (PDF) (en français). trans. T. Bentley Mott (éd. Heinemann). Paris : Plon. OCLC  86058356 . Consulté le 5 mars 2015 .
  • Foley, RT (2007) [2005]. Stratégie allemande et la voie vers Verdun : Erich von Falkenhayn et le développement de l'attrition, 1870-1916 . Cambridge : COUPE. ISBN 978-0-521-04436-3.
  • Herwig, H. (2009). La Marne, 1914 : L'ouverture de la Première Guerre mondiale et la bataille qui a changé le monde . New York : Maison aléatoire. ISBN 978-1-4000-6671-1.
  • James, EA (1990) [1924]. A Record of the Battles and Engagements of the British Armys in France and Flanders 1914-1918 (éd. London Stamp Exchange). Aldershot : Gale et Polden. ISBN 978-0-948130-18-2.
  • Mertz von Quirnheim, Hermann, éd. (1929). Der Weltkrieg 1914 bis 1918: militärischen Operationen zu Lande, Der Herbst-Feldzug im Osten bis zum Rückzug, Im Westem bis zum Stellungskrieg Fünfter Band [ La guerre mondiale 1914-1918 Les opérations terrestres militaires, la campagne d' automne dans l'Est et l'Ouest jusqu'à la Retrait à la guerre de position ] (en allemand). V (édition numérisée en ligne). Berlin : Verlag Ernst Siegfried Mittler & Sohn. OCLC  838299944 . Récupéré le 5 mars 2015 - via Oberösterreichische Landesbibliothek (Bibliothèque provinciale de Haute-Autriche).
  • Philpott, W. (2014). Attrition : Combattre la Première Guerre mondiale . Londres : Petit, Brown. ISBN 978-1-4087-0355-7.
  • Raleigh, WA (1969) [1922]. La guerre dans l'air, étant l'histoire du rôle joué dans la Grande Guerre par la Royal Air Force . I (éd. Hamish Hamilton). Oxford : OUP. OCLC  785856329 . Consulté le 5 mars 2015 .
  • Schwink, O. (1919) [1918]. Die Schlacht an der Yser und bei Ypern im Herbst 1914 [ Ypres, 1914, un compte rendu officiel publié par ordre de l'état-major allemand ] (numérisation en ligne) (en allemand). Traduit par Wynne, GC (Eng. trans. Constable, London ed.). Oldenbourg : Gerhard Stalling. OCLC  3288637 . Consulté le 29 juin 2015 .
  • Sheldon, J. (2010). L'armée allemande à Ypres 1914 (1ère éd.). Barnsley : Stylo et épée militaire. ISBN 978-1-84884-113-0.
  • Skinner, HT; Stacke, H. Fitz M. (1922). Principaux événements 1914-1918 . Histoire de la Grande Guerre basée sur des documents officiels par la direction de la section historique du Comité de défense impériale. Londres : HMSO . OCLC  17673086 . Consulté le 5 mars 2015 .
  • Statistiques de l'effort militaire de l'Empire britannique pendant la Grande Guerre, 1914-1920 . Londres : HMSO. 1922. OCLC  610661991 . Archivé de l'original le 2 août 2016 . Consulté le 5 mars 2015 .
  • Strachan, H. (2001). La Première Guerre mondiale : aux armes . je . Oxford : OUP. ISBN 978-0-19-926191-8.
  • Unruh, K. (1986). Langemarck : Legende und Wirklichkeit [ Langemarck : Légende et réalité ] (en allemand). Coblence : Bernard & Graefe. ISBN 978-3-7637-5469-4.

Lectures complémentaires

Livres

Journaux

Sites Internet

Liens externes

0.12923312187195