Ministère fédéral des Affaires étrangères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ministère fédéral des Affaires étrangères
Allemand : Auswärtiges Amt (AA)
Auswärtiges Amt Logo.svg
Auswaertiges Amt Berlin Eingang.jpg
Entrée du bâtiment du ministère des Affaires étrangères
Présentation de l'agence
Formé12 janvier 1870 ; il y a 152 ans (12 January 1870)
JuridictionGouvernement allemand
Quartier généralWerderscher Markt 1
10117 Berlin
52°30′53″N 13°23′58″E / 52.51472°N 13.39944°E / 52.51472; 13.39944Coordonnées : 52°30′53″N 13°23′58″E  / 52.51472°N 13.39944°E / 52.51472; 13.39944
Employés11 652 agents du service extérieur
5 622 employés locaux [1]
Budget annuel6,302 milliards d'euros (2021) [ 2]
Ministre responsable
Dirigeants d'agence
  • Anna Lührmann , ministre d'État pour l'Europe au ministère des Affaires étrangères
  • Katja Keul , ministre d'État au ministère des Affaires étrangères
  • Tobias Lindner , ministre d'État au ministère des Affaires étrangères
Site Internetwww .auswaertiges-amt .de /fr

Le ministère fédéral des Affaires étrangères ( allemand : Auswärtiges Amt [ˈaʊ̯sˌvɛʁtɪɡəs ˈamt] ( écouter ) ), en abrégé AA , est le ministère des Affaires étrangères de la République fédérale d'Allemagne , une agence fédérale responsable à la fois de la politique étrangère du pays et de ses relations avec l' Union européenne . C'est un ministère de niveau ministériel . Depuis décembre 2021, Annalena Baerbock est ministre des Affaires étrangères , succédant à Heiko Maas . Le siège principal du ministère se trouve sur la place Werderscher Markt  [ de ] dans le quartier de Mitte , le centre historique deBerlin .

Le terme Auswärtiges Amt était le nom du ministère des Affaires étrangères créé en 1870 par la Confédération de l'Allemagne du Nord , qui devint ensuite le ministère des Affaires étrangères de l' Empire allemand en 1871. C'est toujours le nom du ministère allemand des Affaires étrangères aujourd'hui. De 1871 à 1919, le ministère des Affaires étrangères était dirigé par un ministre des Affaires étrangères, et depuis 1919, il est dirigé par le ministre des Affaires étrangères de l'Allemagne.

Historique

Premières années

Fondation

L' Auswärtiges Amt a été créé en 1870 pour former la politique étrangère de la Confédération de l'Allemagne du Nord , et à partir de 1871 de l' Empire allemand . Le ministère des Affaires étrangères était à l'origine dirigé par un secrétaire d'État (donc pas appelé ministère), tandis que le chancelier , qui occupait généralement également le poste de ministre prussien des Affaires étrangères, restait en charge des affaires étrangères.

Bismarck

Dans les premières années de l'État-nation allemand sous Otto von Bismarck , le ministère des Affaires étrangères situé au 76 de la Wilhelmstrasse à côté de la Chancellerie du Reich avait deux départements : l'un pour les affaires politiques et l'autre pour les affaires économiques, juridiques et consulaires. Après le limogeage de Bismarck en 1890, un autre département de la politique coloniale fut créé, transformé en Reichskolonialamt séparé en 1907. Bismarck, afin de maintenir son contrôle sur l' Auswärtiges Amt , nomma son fils Herbert von Bismarck au poste de secrétaire d'État. [3]Le fait que Bismarck ait nommé son fils au poste de secrétaire d'État reflétait sa détermination à être son propre ministre des Affaires étrangères et son besoin d'un homme totalement loyal pour diriger l' Auswärtiges Amt lorsqu'il n'était pas là. Bismarck n'accepterait pas des opinions contraires aux siennes, et seuls les diplomates qui lui étaient dévoués s'élevaient à un rang élevé. [3] Bismarck appréciait grandement les informations précises et, en tant que tels, les diplomates avaient tendance à rapporter ce qu'ils croyaient être la vérité à Berlin.

Un club exclusif

Ministère des Affaires étrangères sur la Wilhelmstraße 76, vers 1880

Dès le début, l' Auswärtiges Amt était socialement très exclusive. Pour s'y joindre, il fallait un diplôme universitaire, de préférence en droit et il fallait prouver que l'on disposait d'un revenu privé considérable. [4] En 1880, un candidat devait prouver qu'il disposait d'un revenu privé d'au moins 6 000 marks /an pour adhérer ; en 1900, l'exigence était de 10 000 marks/an et en 1912, un candidat avait besoin d'au moins 15 000 marks/an pour se joindre. [4] Cette exigence explique pourquoi tant de diplomates allemands ont épousé des femmes plus riches parce que sans la richesse de leurs épouses, ils n'auraient jamais pu rejoindre l' Auswärtiges Amt . [5]

L'exigence de revenu pour entrer dans l'AA n'a été abandonnée qu'en 1918. [5] Les aristocrates étaient très surreprésentés dans l' Auswärtiges Amt . Pendant la période impériale, 69% des 548 hommes qui ont servi dans l' Auswärtiges Amt étaient des nobles , et chaque ambassadeur pendant le Reich allemand était un aristocrate . [5] Le département le plus important était de loin le département politique qui, entre 1871 et 1918, était à 61 % aristocratique ; les hommes de la classe moyenne avaient tendance à servir dans les départements juridiques, commerciaux et coloniaux les moins importants . [5]Au XIXe siècle, on croyait que seuls les aristocrates avaient le statut social et les grâces nécessaires pour représenter correctement le Reich à l' étranger en tant qu'ambassadeurs, ce qui explique pourquoi aucun roturier n'a jamais été nommé ambassadeur à l'époque impériale. [6]

De plus, pendant toute la durée de l '«ancien» Auswärtiges Amt de 1871 à 1945, les catholiques romains étaient sous-représentés dans l' Auswärtiges Amt , comprenant entre 15 et 20% du personnel des AA. [7] L' Auswärtiges Amt était en grande partie une institution protestante avec des candidats protestants favorisés par rapport aux candidats catholiques en matière de recrutement. [7] Encore plus sous-représentés étaient les Juifs. Pendant la période impériale de 1871 à 1918, l' Auswärtiges Amt ne comptait que trois membres juifs, plus quatre juifs qui s'étaient convertis au luthéranisme afin d'améliorer leurs perspectives de carrière. [6]Si les Juifs n'étaient pas formellement exclus, les candidats juifs étaient rarement acceptés en raison d'un climat d' antisémitisme snob , où les Juifs étaient considérés comme trop insistants, vulgaires et manquant de grâces sociales pour être diplomates. Il y avait aussi des éléments méritocratiques au sein de l'AA. En plus de l'exigence de revenu, pour entrer à l'AA pendant la période impériale, seuls les candidats ayant les meilleures notes à l'université et qui connaissaient deux langues étrangères étaient pris en compte, et pour en rejoindre une, ils devaient réussir ce qui était largement considéré comme l'un des examens diplomatiques les plus difficiles. examens d'entrée dans le monde. [4]

Guillaume II

Entrée du bâtiment Wilhelmstraße 76 en 1912

Le règne de l'empereur Guillaume II s'étend de 1888 à 1918.

Dans les années qui ont précédé la Première Guerre mondiale , l' Auswärtiges Amt était responsable de la politique étrangère du pays sous l'empereur Guillaume II et a joué un rôle clé dans la poursuite de la Weltpolitik (politique mondiale) par le Reich , dans le cadre de laquelle l'Allemagne cherchait à devenir le leader mondial. Puissance.

L' Auswärtiges Amt a été divisé en trois factions en concurrence les unes contre les autres, à savoir une faction d'hommes fidèles à Bismarck, une autre faction fidèle à Friedrich von Holstein , et encore une autre faction dirigée par le prince Philipp von Eulenburg et le prince Bernhard von Bülow , qui deviendra plus tard chancelier. [8] Ce complot et cette intrigue constants entre ces factions ont affaibli l'exécution de la politique étrangère allemande. [9] Dans l'ensemble, la Wilhelmstrasse n'a jamais été entièrement en charge de la politique étrangère de l' Empire allemand , mais n'était plutôt qu'une des nombreuses agences, bien qu'elle soit très importante, qui élaborait et exécutait la politique étrangère. [dix]

Dans les années 1904-07, le Reich tenta de former une alliance avec les États-Unis sur la base de la soi-disant peur partagée du " péril jaune ", Wilhelm écrivant au président américain Theodore Roosevelt une série de lettres lui disant que l'Allemagne et les États-Unis doivent unir leurs forces pour empêcher le « péril jaune », en particulier le Japon, de conquérir le monde. [11] Il a fallu beaucoup de temps aux diplomates pour dire à Wilhelm que Roosevelt était un japonophile qui n'était pas impressionné par l'appel de Wilhelm à une alliance basée sur le racisme anti-asiatique. [12]

Ottomans et Arméniens

Une nation avec laquelle l' Auswärtiges Amt était très concerné pendant la période impériale était l' empire ottoman , en particulier pendant le génocide arménien . En 1915, l'ambassadeur d'Allemagne auprès de la Sublime Porte , le baron Hans von Wangenheim dit à l'ambassadeur américain auprès de la Sublime Porte, Henry Morgenthau Sr. : "Je ne blâme pas les Turcs pour ce qu'ils font aux Arméniens... Ils sont entièrement justifié ». [13] Le 28 septembre 1915, le comte Johann Heinrich von Bernstorff, l'ambassadeur à Washington, DC a déclaré aux journalistes américains que les rapports d'une campagne systématique d'extermination contre la minorité arménienne dans l'empire ottoman étaient tous de "pures inventions", que ces rapports étaient tous l'œuvre de la propagande britannique et non une telle campagne d'extermination avait lieu. [13] Le successeur de Wangenheim comme ambassadeur à la Sublime Porte, le comte Paul Wolff Metternich , a été consterné par le génocide arménien et, contrairement à Wangenheim, Metternich était prêt à s'exprimer contre le génocide. En août 1916, le triumvirat connu sous le nom de Trois Pachas , qui régnait sur l'empire ottoman, informa le gouvernement allemand que si le comte Metternich n'était pas rappelé, il serait déclaré persona non grata .. Metternich a été rapidement rappelé de Constantinople plutôt que de risquer un désastre de relations publiques qui pourrait potentiellement nuire aux relations germano-ottomanes au milieu de la guerre. Comme l'empire ottoman serait aujourd'hui considéré comme un pays du tiers monde avec presque aucune industrie moderne, le gouvernement ottoman dépendait entièrement des armes de l'Allemagne pour combattre la Première Guerre mondiale, donnant au Reich une forme puissante de levier à appliquer contre les Ottomans au nom de les Arméniens si seulement la volonté politique de Berlin avait été présente. Dans un discours de 2015, le président allemand Joachim Gauck s'est excusé pour l'inaction de son pays, déclarant que les diplomates qui ont protesté contre le génocide arménien ont été "ignorés" par la direction de l' Auswärtiges Amt ., qui accordaient plus d'importance aux bonnes relations avec l'empire ottoman qu'à la vie des Arméniens. [14]

Période post-impériale

Ministère des Affaires étrangères sur la Wilhelmstraße en 1927

En 1919, le ministère des Affaires étrangères a été réorganisé en Auswärtige Amt et une structure moderne a été établie. Elle était désormais placée sous l'autorité d'un ministre des Affaires étrangères , bien que toujours appelée Amt pour des raisons traditionnelles. En 1922, le ministre des Affaires étrangères Walther Rathenau est assassiné parce qu'il est juif. Le chef le plus notable du ministère des Affaires étrangères pendant la République de Weimar était Gustav Stresemann , ministre des Affaires étrangères de 1923 à 1929, qui a lutté pour une réconciliation avec la Troisième République française , ce qui lui a valu, avec Aristide Briand , le prix Nobel de la paix en 1926.. Signe important d'un changement d'orientation au sein de l ' Auswärtiges Amt , en juillet 1930, Carl von Schubert  [ de ] , le secrétaire d'État (l'homme numéro 2 de l ' Auswärtiges Amt ) et le bras droit de Stresemann furent renvoyés et remplacés par le « grossièrement nationaliste" Prince Bernhard Wilhelm von Bülow  [ de ] (qui ne doit pas être confondu avec son oncle, le chancelier Bernhard von Bülow ). [15] Le remplacement de Schubert par Bülow a marqué l'ascendant de la fraction plus nationaliste au sein de l' Auswärtiges Amt qui a favorisé une politique étrangère plus conflictuelle à l'égard de la France.[15] En mai 1932, le baron Konstantin von Neurath est nommé ministre des Affaires étrangères dans le "Cabinet des amis du président" dirigé par Franz von Papen . Neurath continua comme ministre des affaires étrangères sous les gouvernements du général Kurt von Schleicher et d' Adolf Hitler . Pendant la période nazie, Neurath s'est retrouvé exposé à une concurrence croissante de la part de politiciens nazis comme Alfred Rosenberg et Joachim von Ribbentrop . En février 1938, Hitler renvoya Neurath et le remplaça par Ribbentrop.

Allemagne nazie

Des politiciens britanniques avec des diplomates allemands dans le jardin du ministère des Affaires étrangères en juillet 1931.

En 1933, la grande majorité des diplomates servant dans l ' Auswärtiges Amt venaient de familles de la classe supérieure avec un nombre disproportionné provenant de l'aristocratie. [16] La surreprésentation des aristocrates ainsi que son caractère écrasant de classe supérieure ont donné à l' Auswärtiges Amt un cachet élitiste et ont fait de l' Auswärtiges Amt l'une des institutions les plus prestigieuses d'Allemagne. En raison de sa composition de classe supérieure, les diplomates pouvaient se permettre des vêtements extrêmement chers, et les hommes d' Auswärtiges Amt étaient généralement considérés comme les fonctionnaires les mieux habillés de tout le gouvernement allemand, contribuant à l' Auswärtiges Amt 's glamour, image de styliste. Il n'y avait pas de femmes diplomates et, à part les femmes employées comme secrétaires, commis et femmes de ménage, l' Auswärtiges Amt n'avait pas d'employées. Que les hommes de l' Auswärtiges Amt aient formé un groupe élitiste, on peut voir que chaque diplomate était titulaire d'un diplôme universitaire (avant les années 1950, la plupart des Allemands n'allaient pas à l'université). [16] L'exigence selon laquelle il fallait avoir un diplôme universitaire pour entrer dans l' Auswärtiges Amt garantissait effectivement la domination de la classe supérieure de l' Auswärtiges Amt .

Tous les diplomates de haut rang des années 1930 étaient des vétérans de la lutte pour conquérir le « statut de puissance mondiale » de l'Allemagne dans les premières années du XXe siècle. L'objectif d'Hitler de faire de l'Allemagne la plus grande puissance du monde était donc un objectif de politique étrangère que les diplomates ont adopté avec enthousiasme. L'historien allemand Eckart Conze a déclaré à propos du chevauchement des points de vue entre les diplomates et les nazis : "... les hauts diplomates de la République de Weimar étaient opposés à un ordre politique libéral et au parlementarisme. Et puis les nazis leur ont construit des ponts politiques et idéologiques . Ils ont annoncé leur intention de renverser le traité de Versailles et de faire du Reich allemand une puissance mondiale. La plupart des diplomates ont pu signer un tel programme. [17]En mars 1933, le baron Friedrich Wilhelm von Prittwitz und Gaffron , ambassadeur aux États-Unis, démissionne au motif qu'il ne peut en toute bonne conscience servir le gouvernement nazi ; il était le seul membre de l'ensemble de l' Auswärtiges Amt à avoir démissionné pour protester contre le régime nazi.

Officiellement, les hommes de l' Auswärtiges Amt étaient censés être apolitiques, mais dans la pratique, les diplomates formaient un "groupe assez exclusif" avec des opinions et des valeurs extrêmement conservatrices. [16] Pour ces hommes, la loyauté inconditionnelle envers l'État était la valeur la plus élevée possible, et bien que la majorité des diplomates ne soient pas des nationaux-socialistes idéologiques, ils ont loyalement servi le régime nazi jusqu'à la toute fin. [18] La domination des "initiés" traditionnels à l' Auswärtiges AmtOn peut voir que chaque secrétaire d'État à l'époque nazie était un diplomate professionnel. Les secrétaires d'État de l'Allemagne nazie étaient le prince Bernhard von Bülow (secrétaire d'État 1930–36), le comte Hans Georg von Mackensen (secrétaire d'État 1936–38 et ambassadeur en Italie 1938–42), le baron Ernst von Weizsäcker (secrétaire d'État 1938–43 et ambassadeur auprès du Saint-Siège 1943-1945) et le baron Gustav Adolf Steengracht von Moyland (secrétaire d'État 1943-1945). Le chevauchement des objectifs entre les diplomates professionnels et les nazis était bien illustré par la note sur ce que devrait être la politique étrangère du gouvernement hitlérien écrite par Bülow en mars 1933 appelant l'Allemagne à récupérer les frontières de 1914 et toutes les colonies perdues, annexion de l'Autriche et domination allemande de l'Europe de l'Est.[19]

Pendant les années Neurath (1932–1938), il y avait très peu d'"étrangers" autorisés à entrer dans l' Auswärtiges Amt . [20] Mis à part Ribbentrop, qui a servi de diverses manières comme commissaire au désarmement (1934-1935), ambassadeur extraordinaire itinérant (1935-1936) et ambassadeur en Grande-Bretagne (1936-1938), le plus notable des " étrangers » étaient Franz von Papen (ambassadeur en Autriche 1934–38 et en Turquie 1939–44), Hans Luther (ambassadeur aux États-Unis 1933–37), le colonel Hermann Kriebel (consul à Shanghai 1934–39) et le général Wilhelm Faupel (Ambassadeur en Espagne 1936-1937). [20]La plupart des diplomates ne croyaient pas au national-socialisme, mais pendant le régime nazi, de nombreux diplomates tels que Neurath lui-même ont rejoint le NSDAP et/ou les SS comme un moyen opportuniste d'améliorer leurs perspectives de carrière ; un tel carriérisme intéressé était répandu dans la fonction publique allemande à l'époque nazie. [21] Les diplomates impliqués dans les tentatives de renversement d'Hitler, tels que le comte Ulrich von Hassell , Adam von Trott zu Solz , le comte Friedrich Werner von der Schulenburg , Richard Kuenzer, Hans Bernd von Haeften et Edmund Brücklmeir, constituaient une petite minorité des Auswärtiges. Montant . [22] L'historien allemand Hans-Adolf Jacobsen  [de ] a écrit que pour les diplomates qui ont choisi de s'impliquer dans Widerstand , étant donné qu'ils étaient ancrés dans les traditions prussiennes où la loyauté envers l'État était la plus haute vertu, il leur fallait une "force de caractère extraordinaire" pour aller à l'encontre de tout ce qu'ils avaient appris à croire. [22]

Après la Seconde Guerre mondiale

Bâtiment du ministère des Affaires étrangères à Bonn

Fondation de la République fédérale

Après la défaite de l'Allemagne en mai 1945, le pays est occupé et l'État allemand est aboli par les Alliés. Le pays était administré en quatre zones contrôlées respectivement par les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l'Union soviétique. En août 1949, un gouvernement allemand a été rétabli dans les zones occidentales, la République fédérale d'Allemagne, qui dans ses premières années avait des pouvoirs très limités. En octobre 1949, la République démocratique allemande a été fondée dans ce qui avait été la zone soviétique. Alors que Georg Dertinger avait déjà été nommé premier ministre des affaires étrangères de l'Allemagne de l'Est en 1949, en raison du statut d'occupation allié, l' Auswärtiges Amt de l'Allemagne de l'Ouestn'a été rétabli que le 15 mars 1951.

Adenauer

Le chancelier Konrad Adenauer a pris ses fonctions de premier ministre des Affaires étrangères à Bonn jusqu'à ce qu'il soit remplacé par Heinrich von Brentano en 1955. Dans l'ensemble, les hommes qui avaient servi dans le nouvel Auswärtiges Amt étaient les mêmes hommes qui avaient servi dans l'ancien Auswärtiges Amt . Lors d'un débat au Bundestag le 23 octobre 1952, Adenauer a admis que 66% des diplomates de l' Auswärtiges Amt avaient appartenu au NSDAP, mais a justifié leur emploi par: "Je ne pourrais pas créer un ministère des Affaires étrangères sans compter sur des hommes aussi qualifiés". [23] Dès l'entrée en fonction de Willy Brandt comme ministre des Affaires étrangères dans la Grande coalitionsous Kurt Georg Kiesinger à partir de 1966, le bureau était généralement lié au poste de vice-chancelier . De 1974 à 1992, avec une courte pause en 1982, Hans-Dietrich Genscher a été ministre des Affaires étrangères et a continué à défendre l' Ostpolitik de Brandt tout en jouant un rôle crucial dans la préparation de la réunification allemande .

Berlin

Vue du bâtiment du ministère des Affaires étrangères depuis la Französische Straße.

En 2000, le ministère des Affaires étrangères est retourné à Berlin où il a pris ses quartiers dans l' ancien bâtiment de la Reichsbank , qui de 1959 à 1990 avait servi de siège au Comité central du Parti socialiste unifié d'Allemagne et a été agrandi par une annexe nouvellement construite. L'ancien ministère à Bonn a été retenu comme siège secondaire. Le ministère des Affaires étrangères a toujours souligné sa continuité et ses traditions remontant à 1870.

Historiographie et analyse plus poussées

Rapport 2010 de la commission historique

Un rapport intitulé Le ministère et le passé écrit par des historiens et publié par le gouvernement allemand en octobre 2010 montre que les diplomates de l'époque de la guerre ont joué un rôle important en aidant les nazis à commettre l'Holocauste et a réfuté l'affirmation souvent faite après 1945 selon laquelle l'Allemagne les diplomates étaient "du sable dans la machine" qui ont agi pour modérer les actions du régime nazi. [24] [25] [26] [27] [28] [29] [30] Dans une interview en 2010, l'historien allemand Eckart Conze , qui avait été en charge du comité chargé d'enquêter sur les actions en temps de guerre des Auswärtiges Amt , a déclaré que l' Auswärtiges Amt était une "organisation criminelle" qui était autant impliquée dans la "solution finale de la question juive" que l'étaient les SS. [31] Dans une autre interview, Conze a déclaré : « Ce document montre clairement que tous les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères – y compris les employés de bureau de bas niveau – étaient au courant de la persécution massive des Juifs et étaient activement impliqués dans l'Holocauste. secret." [32] En octobre 1941, lorsque Franz Rademacher s'est rendu à Belgrade pour rencontrer des responsables du gouvernement de salut national du général Milan Nedić de Serbie, il a soumis une demande de remboursement pour son voyage à ses supérieurs à l' Auswärtiges Amtaprès son retour à Berlin; sur sa demande de remboursement, Rademacher a décrit le but de son voyage à Belgrade comme la "liquidation des Juifs". [33] Lors de la conférence de Wannsee en janvier 1942, l' Auswärtiges Amt était représenté par Martin Luther , qui a convenu que l' Auswärtiges Amt ferait tout ce qui était en son pouvoir pour persuader les gouvernements des États neutres et alliés de livrer leurs populations juives à exterminer. . Plus tard en 1942, l'ambassadeur Otto Abetz organisa la déportation de 25 000 Juifs français vers les camps de la mort en Pologne tandis que l'ambassadeur Hanns Ludin organisa la déportation de 50 000 Juifs slovaques vers les camps de la mort.[34] Au printemps 1944, l'ambassadeur Edmund Veesenmayer a joué un rôle clé dans la déportation de 400 000 juifs hongrois à Auschwitz . [35]

Kolbe

En 2003, l'historien français Lucas Delattre a publié une biographie de Fritz Kolbe , un diplomate de rang intermédiaire devenu espion pour l' Office of Strategic Services américain parce qu'il croyait que son pays méritait de perdre la guerre à cause du génocide qu'il menait. contre les juifs. Delattre a déclaré que Kolbe était vraiment le cas d'un diplomate étant "du sable dans la machine" car Kolbe a fourni des renseignements pour aider son pays à perdre la guerre, mais a ajouté sarcastiquement que si chaque fonctionnaire allemand était vraiment "du sable dans la machine" comme presque tous d'entre eux prétendaient être après 1945 qu'Hitler n'aurait jamais réussi à faire quoi que ce soit. [36] Les diplomates comme Kolbe étaient vraiment l'exception, pas la règle. [36]

Représentation allemande à l'étranger

Outre le siège du ministère à Berlin, l'Allemagne a établi des ambassades et des consulats dans le monde entier.

Voir aussi

Source

  • Fiebig-von Hase, Ragnhild (17 novembre 2003). "6 Les utilisations de 'l'amitié': Le 'régime personnel' de Wilhelm II et Theodore Roosevelt 1901–1909" . À Mombauer, Annika; Deist, Wilhelm (éd.). Le Kaiser: Nouvelles recherches sur le rôle de Guillaume II dans l'Allemagne impériale . La presse de l'Universite de Cambridge. ISBN 978-1-139-44060-8. OCLC  57567237 . Récupéré le 29 mars 2017 .
  • Jacobsen, Hans-Adolf (1999). "La structure de la politique étrangère nazie 1933-1945". À Leitz, chrétien ; James, Harold (éd.). Le Troisième Reich : Les Lectures Indispensables . Londres : Blackwell. ISBN 978-0-631-20700-9. OCLC  851117719 .
  • Röhl, John CG (1994) [1ère pub. 1987 [Kaiser, Hof und Staat : Guillaume II. und die deutsche Politik]]. Le Kaiser et sa cour : Guillaume II et le gouvernement de l'Allemagne . Traduit par Cole, Terence. Cambridge : Cambridge University Press. ISBN 978-0-521-56504-2. OCLC  868562991 . Récupéré le 29 mars 2017 .
  • Hurter, Johannes; Mayer, Michael, éd. (2014). Das Auswärtige Amt in der NS-Diktatur [ Le ministère allemand des Affaires étrangères sous le national-socialisme ]. Schriftenreihe der Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 109 (en allemand). De Gruyter Oldenbourg. ISBN 978-3-11-034543-8.

Références

  1. ^ "Personnel" .
  2. ^ "Bundeshaushalt" . www.bundeshaushalt.de . Récupéré le 10 mai 2021 .
  3. ^ un b Röhl 1994 , p. 158.
  4. ^ un bc Röhl 1994 , p. 151.
  5. ^ un bcd Röhl 1994 , p. 152.
  6. ^ un b Röhl 1994 , p. 154.
  7. ^ un b Röhl 1994 , p. 153.
  8. ^ Rohl 1994 , p. 159-160.
  9. ^ Rohl 1994 , p. 159.
  10. ^ Rohl 1994 , p. 157-161.
  11. ^ Fiebig-von Hase 2003 , p. 155.
  12. ^ Fiebig-von Hase 2003 , p. 166.
  13. ^ un Balakian b , Peter . The Burning Tigre , New York: HarperCollins, 2003 page 285.
  14. ^ "L'Allemagne porte une 'responsabilité' pour le 'génocide' arménien: président" . i24news . 23 avril 2015. Archivé de l'original le 19 juin 2015 . Récupéré le 18/06/2015 ..
  15. ^ un b Rothwell, Victor Les Origines de la Seconde Guerre mondiale , Manchester: Manchester University Press, 2001 page 30.
  16. ^ un bc Jacobsen 1999 , p. 60.
  17. ^ Conze, Eckart (27 octobre 2010). "L'historien des diplomates d'Hitler qualifie le ministère en temps de guerre d'"organisation criminelle"" . Der Spiegel . Récupéré le 07/07/2011 .
  18. ^ Jacobsen 1999 , p. 60–61.
  19. ^ Kershaw, Ian (1998). Hitler Hubris , New York: Norton, pages 490-491
  20. ^ un b Jacobsen 1999 , p. 61.
  21. ^ Jacobsen 1999 , p. 62–63.
  22. ^ un b Jacobsen 1999 , p. 63.
  23. ^ Tetens, TH La nouvelle Allemagne et les vieux nazis , New York: Random House, 1961 page 48
  24. ^ Allemagne - Discours du ministre fédéral Westerwelle sur la présentation de l'étude de la Commission indépendante des historiens du ministère fédéral des Affaires étrangères
  25. ^ canadaeast.com — Le ministre allemand des Affaires étrangères a « honte » du rôle des diplomates dans l'Holocauste | The Associated Press—Breaking News, Nouveau-Brunswick, Canada
  26. ^ Un rapport confirme le rôle du ministère allemand des Affaires étrangères dans l'Holocauste - TIME
  27. ^ Le ministre allemand des Affaires étrangères a «honte» du rôle des diplomates dans l'Holocauste - Winnipeg Free Press
  28. ^ Niemcy : rapport de Szokujący. "To nas zawstydza" - Wiadomości w Onet.pl
  29. ^ Moshé Zimmermann. Secrets et révélations : Le ministère allemand des Affaires étrangères et la solution finale , dans : Israel Journal of Foreign Affairs, Vol. V, n ° 1 (2011) Archivé le 11/03/2012 à la Wayback Machine
  30. ^ "Les complices de la machine" . L'Économiste . 28 octobre 2010 . Récupéré le 07/07/2011 ..
  31. ^ Conze, Eckart (27 octobre 2010). "L'historien des diplomates d'Hitler qualifie le ministère en temps de guerre d'"organisation criminelle"" . Der Spiegel . Récupéré le 07/07/2011 .
  32. ^ Moore, Tristana (27 octobre 2010). « Les diplomates allemands ont-ils été complices de l'Holocauste ? » . Temps . Récupéré le 07/07/2011 .
  33. ^ "Les complices de la machine" . L'Économiste . 28 octobre 2010 . Récupéré le 07/07/2011 .
  34. ^ Bloch, Michael (1992). Ribbentrop . New York : Crown Publishing, p. 356.
  35. ^ Bloch, Michael (1992). Ribbentrop . New York: Crown Publishing, p. 400–401.
  36. ^ un b Delattre, Lucas (1er décembre 2007) [1er pub. 2003 : Éditions Denoël ]. Un espion au cœur du Troisième Reich : L'extraordinaire histoire de Fritz Kolbe, l'espion américain le plus important de la Seconde Guerre mondiale . Traduit par Holoch, George A. Grove/Atlantique. p. 2. ISBN 978-0-8021-9649-1. OCLC  948034826 .

Liens externes