Führer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Führer ( / f jʊər ər / FYOOR -ər ; allemand: [fyːʁɐ] ( écouter )A propos de ce son , épeautre Fuehrer lorsque le tréma est non disponible) est un mot allemandsignifie " chef " ou " Guide ". En tant que titre politique, il est associé audictateur nazi Adolf Hitler .

L'Allemagne nazie cultivait le Führerprinzip ("principe du chef"), [1] et Hitler était généralement connu comme juste der Führer ("le chef ").

L'usage de « Führer » reste courant en allemand et est utilisé dans de nombreux mots composés tels que Bergführer ( guide de montagne ) ou Oppositionsführer ( chef de l'opposition ). Cependant, en raison de sa forte association avec Hitler, le mot isolé lui-même a généralement des connotations négatives lorsqu'il est utilisé avec le sens de « leader », en particulier dans des contextes politiques. Le mot Führer a des parents dans les langues scandinaves , épelé fører en danois et norvégien qui ont le même sens et le même usage que le mot allemand, mais sans nécessairement avoir de connotations politiques.

Histoire

Origine du titre

Le premier exemple de l'utilisation politique du Führer était avec l'Autrichien Georg von Schönerer (1842-1921), un représentant majeur du pangermanisme et du nationalisme allemand en Autriche , dont les partisans l'appelaient communément le Führer , et qui utilisait également le Salut romain - où le bras droit et la main sont tenus rigidement tendus - qu'ils appelaient le "salutation allemande". [2] Selon l'historien Richard J. Evans , cette utilisation du « Führer" par l'Association pangermaniste de Schönerer, a probablement introduit le terme à l'extrême droite allemande, mais son adoption spécifique par les nazis peut également avoir été influencée par l'utilisation en Italie de " Duce ", signifiant également " leader ", comme un titre de Benito Mussolini , le premier ministre fasciste , et plus tard (à partir de 1922) dictateur, de ce pays. [3]

Adolf Hitler a pris le titre pour désigner sa fonction de chef du parti nazi ; il l'a reçu en 1921 lorsque, furieux du projet du fondateur du parti Anton Drexler de fusionner avec un autre parti nationaliste d'extrême droite antisémite, il a démissionné du parti. Drexler et le comité exécutif du parti ont alors acquiescé à la demande d'Hitler d'être nommé président du parti avec des « pouvoirs dictatoriaux » comme condition de son retour. [4]

Au sein des organisations paramilitaires du Parti, la Sturmabteilung (SA) et sa plus récente ramification beaucoup plus puissante, la Schutzstaffel (SS), « führer » était le mot racine utilisé dans les noms de leurs grades d'officiers, comme dans Sturmbannführer , signifiant « unité d'assaut ». chef", équivalent à major, ou Oberführer , "chef senior", équivalent à colonel.

Les dirigeants régionaux du parti nazi étaient appelés Gauleiter , « leiter » signifiant également « leader ».

En tant que bureau politique

Après la nomination d'Hitler en tant que Reichskanzler (chancelier du Reich), Hitler a fait signer au Reichspräsident Paul von Hindenburg le décret d'incendie du Reichstag sous prétexte d'un prétendu soulèvement communiste. Ce décret suspendit la plupart des libertés civiles inscrites dans la Constitution de Weimar . Un mois plus tard, le Reichstag a adopté la loi d'habilitation , qui a permis au cabinet de promulguer des lois par décret pendant quatre ans. En pratique, Hitler lui-même a publié de tels décrets. La loi d'habilitation a eu pour effet de donner à Hitler des pouvoirs dictatoriaux.

Un jour avant la mort d'Hindenburg, Hitler et son cabinet décrétèrent la « loi concernant la plus haute fonction publique du Reich », qui stipulait qu'à la mort de Hindenburg, la fonction de président devait être fusionnée avec celle de chancelier. [5] [6] Ainsi, à la mort de Hindenburg, Hitler est devenu Führer und Reichskanzler – bien que finalement Reichskanzler ait été tranquillement abandonné. [7] Hitler a donc assumé les pouvoirs du président sans assumer le bureau lui-même – ostensiblement par respect pour les réalisations de Hindenburg en tant que figure héroïque de la Première Guerre mondiale . Bien que cette loi soit contraire à la loi d'habilitation, qui interdisait expressément toute loi concernant la fonction présidentielle,il a été approuvé par unréférendum du 19 août . [8] [9] [10]

Hitler se considérait comme la seule source de pouvoir en Allemagne, à l'instar des empereurs romains et des dirigeants médiévaux allemands . [11] Il a utilisé le titre Führer und Reichskanzler (chef et chancelier), soulignant les postes qu'il occupait déjà au sein du parti et du gouvernement, bien que dans la réception populaire, l'élément Führer était de plus en plus compris non seulement en référence au parti nazi, mais aussi dans référence au peuple allemand et à l'État allemand. Les soldats devaient jurer allégeance à Hitler en tant que « Führer des deutschen Reiches und Volkes » (chef du Reich et du peuple allemands). Le titre a été changé le 28 juillet 1942 en " Führer des Großdeutschen Reiches" (Leader du Grand Reich allemand). Dans son testament politique , Hitler s'est également référé à lui-même sous le nom de Führer der Nation (Leader of the Nation). [12]

Hitler a pris grand soin de donner à sa dictature l'apparence d'une sanction légale. Il a publié des milliers de décrets qui étaient explicitement basés sur le décret sur les incendies du Reichstag. Ce décret lui-même était fondé sur l' article 48 de la constitution, qui donnait au président le pouvoir de prendre les mesures jugées nécessaires pour protéger l'ordre public. La loi d'habilitation a été renouvelée deux fois, en 1937 et 1941, bien qu'il ne s'agissait que d'une simple formalité, tous les autres partis ayant été interdits.

Ein Volk, ein Reich, ein Führer

L'un des slogans politiques les plus répétés des nazis était Ein Volk , ein Reich, ein Führer - "Un peuple, un empire, un leader". Bendersky dit que le slogan « a laissé une marque indélébile dans l'esprit de la plupart des Allemands qui ont vécu les années nazies. Il est apparu sur d'innombrables affiches et publications ; il a été constamment entendu dans les émissions de radio et les discours. Le slogan soulignait le contrôle absolu du parti sur pratiquement tous les secteurs de la société et de la culture allemandes – les églises étant l'exception la plus notable. La parole d'Hitler était absolue, dépassant même la Constitution. Cependant, il avait un éventail étroit d'intérêts - impliquant principalement la diplomatie et l'armée - et ses subordonnés ont donc interprété sa volonté en fonction de leurs propres intérêts. [13] Cela a conduit à des querelles de pouvoir vicieuses qui ont été extrêmement bénéfiques pour Hitler en l'aidant à s'assurer que personne ne détenait trop de pouvoir au point de devenir une menace pour son règne absolu.

Utilisation militaire

Selon la Constitution de Weimar , le président était le commandant suprême des forces armées. Contrairement à « Président », Hitler a pris ce titre ( Oberbefehlshaber ) pour lui-même. Lorsque la conscription a été réintroduite en 1935, Hitler a créé le titre de commandant en chef des forces armées, un poste détenu par le ministre de la Guerre. Il a conservé le titre de commandant suprême pour lui-même. Le maréchal Werner von Blomberg , alors ministre de la Guerre et l'un de ceux qui ont créé le serment d'Hitler , ou le serment personnel de loyauté des militaires à Hitler, est devenu le commandant en chef des forces armées tandis qu'Hitler est resté commandant suprême. Après l' affaire Blomberg-Fritschen 1938, Hitler assuma également le poste de commandant en chef et prit le commandement personnel des forces armées. Cependant, il a continué à utiliser l'ancien titre formellement supérieur de commandant suprême, qui était ainsi rempli d'un sens quelque peu nouveau. En le combinant avec le "Führer", il a utilisé le style Führer und Oberster Befehlshaber der Wehrmacht (chef et commandant suprême de la Wehrmacht ), pourtant un simple "Führer" depuis mai 1942.

Führer germanique

Publicité pour la traduction néerlandaise de Mein Kampf . Hitler est surnommé « le Führer de tous les germaniques » (1939)

Un titre supplémentaire a été adopté par Hitler le 23 juin 1941 lorsqu'il s'est déclaré « Führer germanique » ( Germanischer Führer ), en plus de ses fonctions de Führer de l'État et du peuple allemands. [14] Cela a été fait pour souligner le leadership déclaré d'Hitler sur ce que les nazis ont décrit comme la « race des maîtres nordiques - germaniques », qui était considérée comme incluant des peuples tels que les Norvégiens , les Danois , les Suédois , les Hollandais et d'autres en plus des Allemands. , et l' intention d' annexer ces pays au Reich allemand en 1933 . Waffen-SSles formations de ces pays devaient déclarer obéissance à Hitler en s'adressant à lui de cette manière. [15] Le 12 décembre 1941, le fasciste néerlandais Anton Mussert s'est également adressé à lui en tant que tel lorsqu'il a proclamé son allégeance à Hitler lors d'une visite à la Chancellerie du Reich à Berlin. [16] Il avait voulu s'adresser à Hitler comme Führer aller Germanen ("Führer de tous les germaniques"), mais Hitler a personnellement décrété l'ancien style. [16] L'historien Loe de Jong spécule sur la différence entre les deux : le Führer aller Germanen impliquait une position distincte du rôle d'Hitler en tant que Führer und Reichskanzler des Grossdeutschen Reiches("Führer et chancelier du Reich du Grand Empire allemand"), tandis que le germanischer Führer servait davantage d'attribut de cette fonction principale. [16] Jusqu'en 1944, cependant, des publications de propagande occasionnelles ont continué à se référer à lui par ce titre officieux. [17]

Utilisation militaire

Führer est utilisé comme titre militaire (comparez le latin Dux ) en Allemagne depuis au moins le XVIIIe siècle. L'utilisation du terme « Führer » dans le contexte d'une sous-unité militaire de la taille d'une entreprise dans l'armée allemande faisait référence à un commandant n'ayant pas les qualifications pour un commandement permanent. Par exemple, le commandant d'une compagnie était (et est) intitulé " Kompaniechef " (littéralement, chef de compagnie), mais s'il n'avait pas le grade ou l'expérience requis, ou n'était que temporairement affecté au commandement, il était officiellement intitulé " Kompanieführer". Ainsi, les commandements opérationnels de divers échelons militaires étaient généralement désignés par leur titre de formation suivi du titre Führer , en rapport avec les tactiques de type missionutilisé par les forces militaires allemandes. Le terme Führer était également utilisé à des niveaux inférieurs, indépendamment de l'expérience ou du rang ; par exemple, un Gruppenführer était le chef d'une escouade d'infanterie (9 ou 10 hommes).

Sous les nazis, le titre Führer était également utilisé dans les titres paramilitaires (voir Freikorps ). Presque toutes les organisations paramilitaires nazies, en particulier les SS et les SA , avaient des rangs paramilitaires du parti nazi incorporant le titre de Führer . Les SS, y compris la Waffen-SS, comme toutes les organisations nazies paramilitaires, appelaient tous leurs membres à n'importe quel degré, à l'exception du Führer le plus bas de quelque chose ; donc confusément, Gruppenführer était aussi un titre de grade officiel pour un grade spécifique de général. Le mot Truppenführer était également un mot générique désignant tout commandant ou chef de troupes et pouvait s'appliquer aux sous-officiers ou officiers à de nombreux niveaux de commandement différents.

Le mot Führerstand se traduit par une « cabine de conduite »

Usage allemand moderne

En Allemagne, le mot isolé " Führer " est généralement évité dans des contextes politiques, en raison de son lien intime avec les institutions nazies et avec Hitler personnellement. Cependant, le terme -führer est utilisé dans de nombreux mots composés . Les exemples incluent Bergführer (guide de montagne), Fremdenführer (guide touristique), Geschäftsführer ( PDG ou EO), Führerschein (permis de conduire), Führerstand ou Führerhaus (cabine de chauffeur), Lok(omotiv)führer (conducteur de train), Reiseführer (guide de voyage ), et Spielführer(capitaine d'équipe — également appelé Mannschaftskapitän ). Puisque l'allemand est une langue avec un genre grammatical , le Führer fait référence à un leader masculin ; la forme féminine est Führerin.

L'utilisation de termes alternatifs comme " Chef " (un emprunt au français, comme l'est l'anglais " chef ", par exemple Chef des Bundeskanzleramtes ) ou Leiter (souvent dans des mots composés comme Amtsleiter , Projektleiter ou Referatsleiter ) n'est généralement pas le résultat du remplacement du mot « Führer », mais plutôt en utilisant une terminologie qui existait avant les nazis. L'utilisation de Führer pour désigner un chef de parti politique est rare aujourd'hui et Vorsitzender (président) est le terme le plus courant. Cependant, le mot Oppositionsführer (« chef de l'opposition (parlementaire) ») est plus couramment utilisé.

Voir aussi

Références

  1. ^ "Les moyens utilisés par les conspirateurs nazis pour prendre le contrôle de l'État allemand (partie 4 de 55)" . fcit.usf.edu .
  2. ^ Mitchell, Arthur H. (2007). La montagne d'Hitler : le Führer, l'Obersalzberg et l'occupation américaine de Berchtesgaden . Macfarland, p. 15
  3. ^ Evans, Richard J. (2003) La venue du Troisième Reich . New York; Manchot. pages 43, 184. ISBN 0-14-303469-3 . Schönerer a également inventé la salutation « pseudo-médiévale » « Heil », signifiant « Salut ». 
  4. ^ Evans, Richard J. (2003) La venue du Troisième Reich . New York; Manchot. p. 180. ISBN 0-14-303469-3 
  5. ^ Gesetz über das Staatsoberhaupt des Deutschen Reichs , 1er août 1934 :
    « § 1 Le bureau du Reichspräsident est fusionné avec celui du Reichskanzler. Par conséquent, les droits antérieurs du Reichspräsident passent au Führer et au Reichskanzler Adolf Hitler. Il nomme son adjoint ."
  6. ^ Shirer, William L. (1960). L'ascension et la chute du Troisième Reich . New York : Simon & Schuster. p. 226–27. ISBN 978-0-671-62420-0.
  7. ^ Richard J. Evans (2005) Le Troisième Reich au pouvoir . New York : Livres de pingouin . p. 44. ISBN 0-14-303790-0 
  8. ^ Thamer, Hans-Ulrich (2003). "Beginn der nationalsozialistischen Herrschaft (Teil 2)" . Nationalsozialismus I (en allemand). Bonn : Agence fédérale pour l'éducation civique. Archivé de l'original le 8 février 2008 . Récupéré le 4 octobre 2011 .
  9. ^ Winkler, Heinrich août (2006). « La catastrophe allemande 1933-1945 ». Allemagne : The Long Road West vol. 2 : 1933-1990 . p. 38-39. ISBN 978-0-19-926598-5. Récupéré le 28 octobre 2011 .
  10. ^ "Führer - Source" .
  11. ^ Schmidt, Rainer F. (2002) Die Aussenpolitik des Dritten Reiches 1933-1939 Klett-Cotta
  12. ^ "NS-Archiv : Adolf Hitler, Testament politique" . www.ns-archiv.de .
  13. ^ Joseph W. Bendersky (2007). Une histoire concise de l'Allemagne nazie : 1919-1945 . Rowman & Littlefield. pages 105–06. ISBN 9780742553637.
  14. ^ De Jong, Louis (1974) (en néerlandais). Het Koninkrijk der Nederlanden in de tweede wereldoorlog: Maart '41 – Juli '42 , p. 181. M. Nijhoff.
  15. ^ Bramstedt, EK (2003). Dictature et police politique : la technique du contrôle par la peur , pp. 92-93. Routledge.
  16. ^ A b c De Jong 1974, pp. 199-200.
  17. ^ Adolf Hitler : Führer aller Germanen . Tempête, 1944.

Liens externes

  • La définition du dictionnaire de Führer au Wiktionnaire
0.10739898681641