Erich Ludendorff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Erich Ludendorff
Bundesarchiv Bild 183-2005-0828-525 Erich Ludendorff (rognée)(b).jpg
Ludendorff en 1915
Premier Quartier-Maître Général du
Grand Etat-Major
En fonction du
29 août 1916 au 26 octobre 1918
Au service de Paul von Hindenburg
(en tant que chef d' état-major allemand )
MonarqueGuillaume II
Précédé parHugo von Freytag-Loringhoven
succédé parWilhelm Groener
Détails personnels
Née
Erich Friedrich Wilhelm Ludendorff

( 1865-04-09 )9 avril 1865
Kruszewnia , Province de Posen , Royaume de Prusse , (maintenant Kruszewnia, Pologne)
Décédés20 décembre 1937 (1937-12-20)(72 ans)
Munich , Allemagne nazie
Parti politiqueNSDAP
Autres
affiliations politiques
DVFP
NSFB
Conjoint(s)
Margarethe Schmidt
( M.  1909; div.  1925)

( M.  1925)
Parents)August Wilhelm Ludendorff (père)
Klara Jeanette Henriette von Tempelhoff (mère)
Les prochesHans Ludendorff (frère)
Heinz Pernet (beau-fils)
Signature
Service militaire
Allégeance Empire allemand
Succursale/serviceArmée impériale allemande
Des années de service1883-1918
RangGénéral d'Infanterie
Batailles/guerresRévolution allemande de la Première Guerre mondiale
RécompensesPour le Mérite
Croix de Fer Première classe

Erich Friedrich Wilhelm Ludendorff (9 Avril 1865-1820 Décembre 1937) était un Allemand général, homme politique et théoricien militaire. Il est devenu célèbre pendant la Première Guerre mondiale pour son rôle central dans les victoires allemandes à Liège et Tannenberg en 1914. Après sa nomination en tant que premier quartier-maître général ( allemand : Erster Generalquartiermeister ) du grand état-major de l'armée impériale en 1916, il est devenu le chef décideur politique dans une dictature militaire de facto qui a dominé l'Allemagne pour le reste de la guerre. Après la défaite de l'Allemagne, il a contribué de manière significative aux nazis' montée au pouvoir.

Erich Ludendorff est issu d'une famille de la petite noblesse de Ludendorff , située dans la province prussienne de Posen . Après avoir terminé ses études d'élève-officier, il reçut sa commission d'officier subalterne en 1885. Plus tard en 1893, Ludendorff fut admis à la prestigieuse Académie de guerre allemande et fut recommandé par son commandant au Corps d'état-major un an plus tard. En 1904, il avait rapidement gravi les échelons pour devenir membre du grand état-major général de l'armée, où il supervisait l'élaboration du plan Schlieffen .

Bien qu'il ait été temporairement retiré du Grand État-Major pour s'être mêlé de la politique allemande, Ludendorff a restauré sa position dans l'armée grâce à son succès en tant que commandant pendant la Première Guerre mondiale. Le 16 août 1914, il a mené avec succès l'assaut allemand sur Liège, un exploit pour ce qui lui a valu le Pour le Mérite . Après avoir été transféré sur le front de l'Est sous le commandement du général Paul von Hindenburg , Ludendorff s'est avéré déterminant pour infliger une série de défaites écrasantes contre les Russes, notamment à Tannenberg et aux lacs de Mazurie . Le 29 août 1916, il a réussi à faire pression pour la nomination de Hindenburg au poste de commandant suprême de l'armée allemande ainsi que sa propre promotion au quartier-maître général de lahaut commandement de l'armée . Une fois que lui et Hindenburg eurent établi une dictature militaire , Ludendorff devint l'architecte de toute la stratégie militaire et de l' effort de guerre de l'Allemagne jusqu'à la fin du conflit. À ce titre, il a assuré la défaite de la Russie à l'est et a lancé une nouvelle vague d'offensives sur le front occidental entraînant des avancées sans précédent depuis le déclenchement de la guerre. Cependant, à la fin de 1918, toutes les améliorations de la fortune de l'Allemagne ont été inversées après la défaite décisive de ses forces lors de la deuxième bataille de la Marne et de l' offensive des cent jours des Alliés . Face à l'effondrement de l'effort de guerre et à une révolution populaire grandissante, l'empereur allemand Guillaume II contraint Ludendorff à la démission.

Après la guerre, Ludendorff est devenu un leader nationaliste de premier plan et un promoteur du mythe du coup de poignard dans le dos , qui postulait que la défaite de l'Allemagne et le règlement émasculant conclu à Versailles étaient le résultat d'un complot de trahison des marxistes , des francs - maçons et des juifs. . Il a également participé à l'échec du putsch de Kapp en 1920 et du putsch de Beer Hall en 1923 avant de se présenter sans succès à la présidence contre le maréchal Hindenburg, son supérieur en temps de guerre. Par la suite, il se retire de la politique et consacre ses dernières années à l'étude de la théorie militaire . Son travail le plus célèbre dans ce domaine a étéDer totale Krieg ( La guerre totale ), où il a fait valoir que toutes les ressources physiques et morales d'une nation devraient rester à jamais prêtes à être mobilisées parce que la paix n'était qu'un intervalle dans une chaîne sans fin de guerres. [1] Ludendorff est mort d' un cancer du foie à Munich en 1937.

Début de la vie

Ludendorff est né le 9 avril 1865 à Ludendorff près de Posen , dans la province de Posen et royaume de Prusse (aujourd'hui Kruszewnia, comté de Poznań , Pologne ), le troisième des six enfants d'August Wilhelm Ludendorff (1833-1905). Son père descendait de marchands de Poméranie qui avaient été élevés au rang de Junker . [2]

La mère d'Erich, Klara Jeanette Henriette von Tempelhoff (1840-1914), était la fille du noble mais pauvre Friedrich August Napoleon von Tempelhoff (1804-1868) et de son épouse Jeannette Wilhelmine von Dziembowska (1816-1854), qui venait d'un pays germanisé Famille terrienne polonaise du côté de son père Stephan von Dziembowski (1779-1859). Par l'intermédiaire de l'épouse de Dziembowski, Johanna Wilhelmine von Unruh (1793-1862), Erich était un descendant éloigné des comtes de Dönhoff , des ducs de Liegnitz et de Brieg et des marquis et électeurs de Brandebourg .

Ludendorff a eu une enfance stable et confortable, grandissant dans une petite ferme familiale. Il a reçu sa première scolarité d'une tante maternelle et avait un don pour les mathématiques, [3] tout comme son frère cadet Hans , qui est devenu un astronome distingué. Après avoir réussi l'examen d'entrée à l'école des cadets de Plön avec distinction [3], il a été placé dans une classe deux ans en avance sur son groupe d'âge, et par la suite, il a toujours été le premier de sa classe. Le célèbre général Heinz Guderian de la Seconde Guerre mondiale a fréquenté la même école de cadets, qui a formé de nombreux officiers allemands bien entraînés. L'éducation de Ludendorff a continué à la Hauptkadettenschule à Groß-Lichterfeldeprès de Berlin jusqu'en 1882. [4]

Carrière militaire d'avant-guerre

Ludendorff à l'âge de 17 ans en 1882

En 1885, Ludendorff est nommé sous- officier au 57th Infantry Regiment, puis à Wesel . Au cours des huit années suivantes, il est promu lieutenant et poursuit son service dans le 2e bataillon de marines, basé à Kiel et Wilhelmshaven , et dans le 8e Grenadier Guards à Francfort-sur-l'Oder . Ses rapports de service révèlent les plus grands éloges, avec de fréquentes mentions élogieuses. En 1893, il entra à l'Académie de guerre, où le commandant, le général Meckel, le recommanda à l' état-major général , auquel il fut nommé en 1894. Il gravit rapidement les échelons et fut officier supérieur d'état-major au quartier général du V Corps de 1902 à 1904. .

Ensuite, il rejoint le Grand État-Major à Berlin, qui est commandé par Alfred von Schlieffen , Ludendorff dirige la deuxième ou section de mobilisation de 1904 à 2013. Bientôt, il est rejoint par Max Bauer , un brillant officier d'artillerie, qui devient un ami proche.

En 1910, à 45 ans, « le « vieux pécheur », comme il aimait s'entendre appeler » [5] épousa la fille d'un riche propriétaire d'usine, Margarethe Schmidt (1875-1936). Ils se sont rencontrés dans une tempête de pluie quand il a offert son parapluie. Elle a divorcé pour l'épouser, amenant trois beaux-fils et une belle-fille. [4] Leur mariage a plu aux deux familles et il était dévoué à ses beaux-enfants.

En 1911, Ludendorff était colonel à part entière. Sa section était chargée de rédiger la masse d'ordres détaillés nécessaires pour mettre les troupes mobilisées en position pour mettre en œuvre le plan Schlieffen . Pour cela, ils inspectèrent secrètement les fortifications frontalières en Russie, en France et en Belgique. Par exemple, en 1911, Ludendorff a visité la ville-forteresse belge clé de Liège .

Les députés du Parti social-démocrate d'Allemagne , qui devint le plus grand parti du Reichstag après les élections fédérales allemandes de 1912 , donnèrent rarement la priorité aux dépenses de l'armée, que ce soit pour constituer ses réserves ou pour financer des armes avancées telles que les canons de siège de Krupp . . Au lieu de cela, ils ont préféré concentrer les dépenses militaires sur la marine impériale allemande . Les calculs de Ludendorff ont montré que pour mettre en œuvre correctement le plan Schlieffen, l'armée manquait de six corps.

Les membres de l'état-major ont reçu l'ordre de se tenir à l'écart de la politique et de l'attention du public [6], mais Ludendorff a ignoré de telles restrictions. Avec un général à la retraite, August Keim , et le chef de la Ligue pangermaniste, Heinrich Class, il fit vigoureusement pression sur le Reichstag pour obtenir des hommes supplémentaires. [7] En 1913, le financement a été approuvé pour quatre corps supplémentaires, mais Ludendorff a été transféré aux fonctions régimentaires en tant que commandant du 39e (Bas-Rhin) Fusiliers , stationné à Düsseldorf . « J'ai attribué le changement en partie au fait que j'ai fait pression pour ces trois corps d'armée supplémentaires ». [8]

Barbara Tuchman caractérise Ludendorff dans son livre The Guns of August comme le disciple dévoué de Schlieffen qui était un glouton pour le travail et un homme de caractère granitique mais qui était délibérément sans amis et rébarbatif et restait donc peu connu ou aimé. Il est vrai que comme l'a témoigné sa femme, "Quiconque connaît Ludendorff sait qu'il n'a pas une once d'humour...". [9] Il était néanmoins volubile, bien qu'il évitait les bavardages. John Lee, [10] déclare que tandis que Ludendorff était avec ses Fusiliers, « il est devenu le commandant de régiment parfait… les plus jeunes officiers sont venus l'adorer. Son adjudant, Wilhelm Breucker, est devenu un ami dévoué pour la vie.

Liège

Au début de la guerre à l'été 1914, Ludendorff est nommé chef d'état-major adjoint de la deuxième armée allemande sous le commandement du général Karl von Bülow . Sa mission était en grande partie due à ses travaux antérieurs d'enquête sur les défenses de Liège , en Belgique. Au début de la bataille de Liège , Ludendorff était observateur avec la 14e brigade, qui devait infiltrer la ville de nuit et sécuriser les ponts avant qu'ils ne soient détruits. Le commandant de la brigade a été tué le 5 août, alors Ludendorff a mené l'assaut réussi pour occuper la ville et sa citadelle. Dans les jours suivants, deux des forts gardant la ville ont été pris par des attaques frontales désespérées d'infanterie, tandis que les forts restants ont été détruits par d'énormes Krupp de 42 cm et austro-hongroisObusiers Škoda de 30,5 cm . Le 16 août, tous les forts autour de Liège étaient tombés, permettant à la Première armée allemande d'avancer. En tant que vainqueur de Liège, Ludendorff a reçu la plus haute décoration militaire allemande pour bravoure, le Pour le Mérite , présenté par le Kaiser Guillaume II lui-même le 22 août. [11]

Commandement à l'Est

La mobilisation allemande a affecté une seule armée, la huitième, pour défendre leur frontière orientale. Deux armées russes ont envahi la Prusse orientale plus tôt que prévu, les commandants de la 8e armée ont paniqué et ont été licenciés par l' OHL , Oberste Heeresleitung , le quartier général suprême allemand. Le Cabinet de guerre a choisi un général à la retraite, Paul von Hindenburg , comme commandant, tandis que l' OHL a nommé Ludendorff comme nouveau chef d'état-major. Hindenburg et Ludendorff se sont rencontrés pour la première fois dans leur train privé en direction de l'est. Ils ont convenu qu'ils devaient anéantir l'armée russe la plus proche avant de s'attaquer à la seconde. A leur arrivée, ils découvrirent que Max Hoffmannavait déjà déplacé une grande partie de la 8e armée par chemin de fer vers le sud pour faire exactement cela, dans un exploit incroyable de planification logistique. Neuf jours plus tard, la Huitième armée encercle la majeure partie d'une armée russe à Tannenberg , faisant 92 000 prisonniers lors de l'une des grandes victoires de l'histoire allemande. À deux reprises au cours de la bataille, Ludendorff voulut rompre, craignant que la deuxième armée russe ne soit sur le point de frapper leurs arrières, mais Hindenburg tint bon.

Les Allemands se sont retournés contre la deuxième armée d'invasion dans la bataille des lacs de Mazurie ; il s'enfuit avec de lourdes pertes pour échapper à l'encerclement. Pendant le reste de 1914, commandant un groupe d'armées, Hindenburg et Ludendorff ont repoussé l'invasion projetée de la Silésie allemande en déplaçant avec dextérité leurs forces inférieures en nombre en Pologne russe , combattant la bataille de la Vistule , qui s'est terminée par un retrait brillamment exécuté au cours duquel ils détruit les lignes de chemin de fer polonaises et les ponts nécessaires à une invasion. Lorsque les Russes ont réparé la plupart des dégâts, les Allemands ont frappé leur flanc lors de la bataille de Łódź, où ils ont presque encerclé une autre armée russe. Maîtres de la surprise et des manœuvres habiles, les deux hommes ont fait valoir que s'ils étaient correctement renforcés, ils pourraient piéger toute l'armée russe en Pologne. Au cours de l'hiver 1914-1915, ils ont fait pression avec passion pour cette stratégie, mais ont été repoussés par OHL .

Au début de 1915, Hindenburg et Ludendorff ont surpris l'armée russe qui tenait encore une emprise sur la Prusse orientale en attaquant dans une tempête de neige et en l'encerclant lors de la deuxième bataille des lacs de Mazurie . OHL a ensuite transféré Ludendorff, mais le plaidoyer personnel de Hindenburg au Kaiser les a réunis. Erich von Falkenhayn , commandant suprême de l' OHL , est venu à l'est pour attaquer le flanc de l'armée russe qui poussait à travers les cols des Carpates vers la Hongrie. Utilisant une artillerie écrasante, les Allemands et les Austro-hongrois ont franchi la ligne entre Gorlice et Tarnów et ont continué à pousser jusqu'à ce que les Russes soient chassés de la majeure partie de la Galice., en Pologne austro-hongroise. Au cours de cette avance, Falkenhayn a rejeté les plans pour tenter de couper les Russes en Pologne, préférant les attaques frontales directes. Dépassé en armes, au cours de l'été 1915, le commandant russe le Grand-Duc Nicolas raccourcit ses lignes en se retirant de la majeure partie de la Pologne, détruisant des voies ferrées, des ponts et de nombreux bâtiments tout en conduisant 743 000 Polonais, 350 000 Juifs, 300 000 Lituaniens et 250 000 Lettons en Russie. [12]

Hindenburg (assis) et Ludendorff. Peinture de Hugo Vogel

Au cours de l'hiver 1915-1916, le siège de Ludendorff était à Kaunas . Les Allemands occupèrent la Lituanie actuelle, l'ouest de la Lettonie et le nord-est de la Pologne, une région presque aussi grande que la France. Ludendorff a exigé la germanisation des territoires conquis et des annexions de grande envergure, offrant des terres aux colons allemands ; voir Drang nach Osten . Des plans de grande envergure envisageaient la Courlande et la Lituanie transformées en États frontaliers dirigés par des gouverneurs militaires allemands responsables uniquement devant le Kaiser. [13] Il a proposé des annexions massives et une colonisation en Europe de l'Est en cas de victoire du Reich allemand, et était l'un des principaux partisans de la bande frontalière polonaise . [14]Ludendorff prévoyait de combiner la colonisation allemande et la germanisation dans les régions conquises avec les expulsions de populations indigènes ; et envisageait un empire allemand de l'Est dont les ressources seraient utilisées dans une guerre future avec la Grande-Bretagne et les États-Unis [13] [15] Les plans de Ludendorff allaient jusqu'à faire de la Crimée une colonie allemande. [16] Quant aux diverses nations et ethnies des territoires conquis, Ludendorff les croyait « incapables de produire une véritable culture » [17]

Le 16 mars 1916, les Russes, désormais suffisamment approvisionnés en canons et obus, attaquèrent des parties des nouvelles défenses allemandes, avec l'intention de pénétrer en deux points puis d' empocher les défenseurs. Ils ont attaqué presque quotidiennement jusqu'à la fin du mois, mais l' offensive du lac Naroch a échoué, "étouffée dans les marais et le sang". [18]

Les Russes ont mieux fait d'attaquer les Austro-Hongrois au sud ; l' offensive Brusilov a percé leurs lignes avec une attaque surprise à front large bien préparée menée par des troupes d'assaut bien entraînées. La percée est finalement stoppée par les troupes austro-hongroises rappelées d'Italie renforcées de conseillers et de réserves allemands. En juillet, les attaques russes contre les Allemands dans le nord ont été repoussées. Le 27 juillet 1916, Hindenburg reçut le commandement de toutes les troupes du front oriental, de la Baltique à Brody en Ukraine. Ludendorff et Hindenburg ont visité leur nouveau commandement à bord d'un train spécial, puis ont établi leur quartier général à Brest-Litovsk . En août 1916, leur front tenait partout.

Promotion au rang de premier quartier-maître général

Ludendorff dans son bureau au quartier général, 1918

A l' ouest, en 1916, les Allemands attaquèrent sans succès à Verdun et tombèrent bientôt sous les coups britanniques et français le long de la Somme . Les amis de Ludendorff à l' OHL , dirigés par Max Bauer, ont fait pression pour lui sans relâche. La balance a basculé lorsque la Roumanie est entrée en guerre aux côtés de l'Entente, pénétrant la Hongrie. Falkenhayn a été remplacé en tant que chef d'état-major général par Hindenburg le 29 août 1916. Ludendorff était à nouveau son chef d'état-major en tant que premier quartier-maître général , avec la stipulation qu'il aurait une responsabilité conjointe. [19] Il est promu général d'infanterie . Chancelier Bethmann-Hollwegprévient le Cabinet de guerre : « Vous ne connaissez pas Ludendorff, qui n'est grand que dans les succès. Si les choses tournent mal, il perd son sang-froid. [20] Leur première préoccupation était l'armée roumaine considérable, donc les troupes envoyées du front occidental ont vérifié les incursions roumaines et russes en Hongrie. Puis la Roumanie fut envahie par le sud par des troupes allemandes, austro-hongroises, bulgares et ottomanes commandées par August von Mackensen et par le nord par une armée allemande et austro-hongroise commandée par Falkenhayn. Bucarest tomba en décembre 1916. Selon Mackensen, la gestion à distance de Ludendorff consistait en « un flot de télégrammes, aussi superflus qu'offensants ». [21]

Une fois sûr que les Roumains seraient vaincus, l' OHL s'est déplacé vers l'ouest, conservant le personnel précédent à l'exception de l'officier des opérations, blâmé pour Verdun. Ils ont visité le front occidental pour rencontrer – et évaluer – les commandants, se renseigner sur leurs problèmes et solliciter leurs opinions. A chaque réunion, Ludendorff parlait le plus souvent pour Hindenburg. Il n'y aurait plus d'attaques à Verdun et la Somme serait défendue par des tactiques révisées qui exposeraient moins d'hommes aux obus britanniques. Une nouvelle ligne défensive de secours serait construite, comme celle qu'ils avaient construite à l'est. Les Alliés appelleraient les nouvelles fortifications la ligne Hindenburg . L'objectif allemand était la victoire, qu'ils définissaient comme une Allemagne avec des frontières étendues qui pourraient être plus facilement défendues lors de la prochaine guerre.

Hindenburg reçut le commandement titulaire de toutes les forces des puissances centrales. La main de Ludendorff était partout. Chaque jour, il était au téléphone avec les états-majors de leurs armées et l'armée était submergée par le « barrage de papier de Ludendorff » [22] d'ordres, d'instructions et de demandes d'informations. Son doigt s'étendait sur tous les aspects de l'effort de guerre allemand. Il a publié les deux communiqués quotidiens et a souvent rencontré les journalistes des journaux et des actualités. Peu de temps après, le public l'idolâtra comme le cerveau de l'armée allemande.

Le front intérieur

Ludendorff avait un objectif : « Une chose était sûre : le pouvoir doit être entre mes mains. [23] Comme stipulé par la Constitution de l'Empire allemand, le gouvernement était dirigé par des fonctionnaires nommés par le Kaiser. Confiant que les officiers de l'armée étaient supérieurs aux civils, OHL s'est porté volontaire pour superviser l'économie : approvisionnement, matières premières, main-d'œuvre et nourriture. [24] Bauer, avec ses amis industriels, a commencé par fixer des objectifs trop ambitieux pour la production militaire dans ce qu'ils ont appelé le programme Hindenburg . Ludendorff a participé avec enthousiasme aux réunions sur la politique économique – bruyamment, frappant parfois la table avec ses poings. La mise en œuvre du programme a été confiée au général Groener, un officier d'état-major qui avait dirigé efficacement le Field Railway Service. Son bureau était au ministère (civil) de la Guerre, pas à l' OHL comme Ludendorff l'avait voulu. Par conséquent, il a affecté des officiers d'état-major à la plupart des ministères du gouvernement, de sorte qu'il savait ce qui se passait et pouvait faire valoir ses demandes.

Le problème majeur de l'industrie de guerre était la pénurie de travailleurs qualifiés, c'est pourquoi 125 000 hommes ont été libérés des forces armées et les travailleurs qualifiés n'ont plus été enrôlés. OHL voulait enrôler la plupart des hommes et des femmes allemands dans le service national, mais le Reichstag a légiféré que seuls les hommes de 17 à 60 ans étaient soumis au « service patriotique » et a refusé de lier les travailleurs de guerre à leurs emplois. [25] Groener s'est rendu compte qu'ils avaient besoin du soutien des travailleurs, alors il a insisté pour que des représentants syndicaux soient inclus dans les comités de règlement des conflits du travail. Il a également préconisé un impôt sur les bénéfices excédentaires. Les industriels étaient furieux. Le 16 août 1917, Ludendorff télégraphia un ordre réaffectant Groener au commandement de la 33e division d'infanterie. [26]Dans l'ensemble, « incapable de contrôler le travail et ne voulant pas contrôler l'industrie, l'armée a lamentablement échoué ». [27] Pour le public, il semblait que Ludendorff dirigeait la nation aussi bien que la guerre. Selon Ludendorff, "les autorités... m'ont représenté comme un dictateur". [28] Il ne deviendrait pas Chancelier parce que les exigences pour la conduite de la guerre étaient trop grandes. [29] L'historien Frank Tipton soutient que, bien que n'étant pas techniquement un dictateur, Ludendorff était « sans aucun doute l'homme le plus puissant d'Allemagne » en 1917–18. [30]

OHL n'a rien fait pour atténuer la crise des pénuries alimentaires croissantes en Allemagne. Malgré le blocus allié, tout le monde aurait pu être nourri adéquatement, mais les approvisionnements n'étaient pas gérés de manière efficace ou équitable. [31] Au printemps 1918, la moitié de la viande, des œufs et des fruits consommés à Berlin étaient vendus au marché noir. [32]

Au gouvernement

La marine a préconisé une guerre sous-marine sans restriction , qui entraînerait sûrement les États-Unis dans la guerre. A la demande du Kaiser, ses commandants rencontrèrent son ami, l'éminent chimiste Walther Nernst , qui connaissait bien l'Amérique, et qui mit en garde contre cette idée. Ludendorff a rapidement mis fin à la réunion; c'était "un non-sens incompétent avec lequel un civil perdait son temps". [33] La guerre sous-marine illimitée a commencé en février 1917, avec OHLle soutien solide de. Cette erreur fatale reflétait un mauvais jugement militaire en acceptant sans critique l'affirmation de la Marine selon laquelle il n'y avait pas de contre-mesures potentielles efficaces, comme le convoi, et confiant que les forces armées américaines étaient trop faibles pour combattre efficacement. À la fin de la guerre, l'Allemagne serait en guerre avec 27 nations.

Au printemps 1917, le Reichstag a adopté une résolution pour la paix sans annexions ni indemnités. Ils se contenteraient du succès de la guerre défensive entreprise en 1914. OHL n'a pas réussi à faire échouer la résolution ou à la faire considérablement édulcorer. Les commandants méprisaient le chancelier Bethmann-Hollweg comme étant faible, alors ils ont forcé sa démission en menaçant à plusieurs reprises de se démissionner, malgré l'avertissement du Kaiser que ce n'était pas leur affaire. Bethmann-Hollweg a été remplacé par un fonctionnaire mineur, Georg Michaelis , le ministre de l'Alimentation, qui a annoncé qu'il traiterait la résolution "à sa manière". [34] Malgré cette dénigrement, le Reichstag a voté les crédits financiers nécessaires à la poursuite de la guerre.

Ludendorff a insisté sur les énormes pertes territoriales imposées aux Russes dans le traité de Brest-Litovsk , même si cela exigeait qu'un million de soldats allemands restent à l'est. Pendant les négociations de paix avec les Russes, son représentant n'a cessé d'exiger les concessions économiques convoitées par les industriels allemands. Les commandants ont continué à bloquer les tentatives de formuler une offre de paix plausible aux puissances occidentales en insistant sur l'élargissement des frontières pour une défense future. Ludendorff considérait les Allemands comme la « race maîtresse » [35] et, après la victoire, prévoyait d'installer d'anciens soldats dans les États baltes et en Alsace-Lorraine , où ils reprendraient les biens confisqués aux Baltes et aux Français. [36] L'un après l'autre OHL renversé des ministres qu'ils considéraient comme faibles.

« Offensive de paix » en Occident

Contrairement aux interventions douteuses de l'OHL en politique et en diplomatie, leurs armées ont continué à exceller. Les commandants se mettaient d'accord sur ce qu'il fallait faire, puis Ludendorff et l' état-major de l' OHL produisaient la masse d'ordres précisant exactement ce qu'il fallait accomplir. Sur le front ouest, ils ont cessé d'emballer les défenseurs en première ligne, ce qui a réduit les pertes de l'artillerie ennemie. Ils ont publié une directive sur la défense élastique, dans laquelle les attaquants qui ont pénétré une ligne de front légèrement tenue sont entrés dans une zone de bataille dans laquelle ils ont été punis par l'artillerie et les contre-attaques. C'est resté la doctrine de l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale; les écoles enseignaient les nouvelles tactiques à tous les grades. Son efficacité est illustrée en comparant la première moitié de 1916 au cours de laquelle 77 soldats allemands sont morts ou ont disparu pour 100 Britanniques à la seconde moitié où 55 Allemands ont été perdus pour 100 Britanniques. [37]

Ludendorff, avec la bénédiction du Kaiser, [38] aida Lénine et une trentaine d'autres révolutionnaires en exil à retourner en Russie. [39] Ludendorff a accepté d'envoyer les bolcheviks en Suisse par train à travers l'Allemagne d'où ils se rendraient ensuite en Russie via la Suède. [40] Lénine, cependant, prenait encore du temps, insistant pour qu'il soit envoyé dans un train scellé. Lénine a finalement accepté le 31 mars et quitterait la Suisse le 8 avril. [41] [42] [43]

Hindenburg et Ludendorff (pointage), 1917

En février 1917, sûrs que le nouveau commandant français, le général Robert Nivelle attaquerait et prévoyant à juste titre qu'il tenterait de pincer le saillant allemand entre Arras et Noyon , ils se replièrent sur le segment de la ligne Hindenburg à travers la base du saillant, laissant le terrain qu'ils ont abandonné en tant que friche dépeuplée, lors de l' opération Alberich . L' offensive Nivelle d'avril 1917 est émoussée par la défense mobile en profondeur. De nombreuses unités françaises se sont révoltées , bien que l' OHL n'ait jamais saisi l'étendue du désarroi.

Les Britanniques ont soutenu leurs alliés avec une attaque réussie près d'Arras . Leur plus grand triomphe a eu lieu lorsque le Corps canadien a capturé la crête de Vimy , en utilisant des tactiques novatrices dans lesquelles les pelotons d'infanterie ont été subdivisés en groupes spécialisés. La crête offrait aux observateurs de l'artillerie britannique une vue superbe sur la ligne allemande, mais une défense élastique empêchait d'autres gains majeurs.

Les Britanniques ont connu un autre succès en juin 1917 lorsqu'une attaque méticuleusement planifiée, commençant par la détonation de mines contenant plus d'explosifs que jamais auparavant, a pris la crête de Messines en Flandre. Il s'agissait d'une préface à la poussée britannique, commençant fin juillet 1917, vers la crête de Passchendaele , conçue comme une première étape pour reprendre la côte belge. Au début, la défense était dirigée par le général von Lossberg , un pionnier de la défense en profondeur, mais lorsque les Britanniques ont ajusté leurs tactiques, Ludendorff a pris le contrôle au jour le jour. Les Britanniques ont finalement pris la crête à grands frais.

Ludendorff craignait une baisse de moral, c'est pourquoi, en juillet 1917, l' OHL créa une unité de propagande. En octobre 1917, ils ont commencé des conférences patriotiques obligatoires aux troupes, qui ont été assurées que si la guerre était perdue, ils "deviendraient esclaves du capital international". [44] Les conférenciers devaient "s'assurer qu'un combat est maintenu contre tous les agitateurs, croakers et faibles". [45]

Suite au renversement du tsar , le nouveau gouvernement russe lance l' offensive Kerensky en juillet 1917 en attaquant les lignes austro-hongroises en Galicie . Après des succès mineurs, les Russes ont été repoussés et beaucoup de leurs soldats ont refusé de se battre. La contre-attaque n'a été interrompue qu'après que la ligne a été poussée à 240 kilomètres (150 mi) vers l'est. Les Allemands ont clôturé l'année à l'Est en capturant la forte forteresse russe de Riga en septembre 1917, en commençant par un bref et écrasant barrage d'artillerie utilisant de nombreux obus à gaz, suivi d'une infiltration d'infanterie. Les bolcheviks prirent le pouvoir et furent bientôt à la table de la paix.

Pour renforcer le gouvernement austro-hongrois chancelant, les Allemands ont fourni des troupes et ont mené une attaque conjointe en Italie en octobre. Ils ont coupé les lignes italiennes dans les montagnes de Caporetto . Deux cent cinquante mille Italiens ont été capturés et le reste de l'armée italienne a été contraint de se replier sur la ligne défensive Grappa-Piave.

Le 20 novembre 1917, les Britanniques réalisent une surprise totale en attaquant à Cambrai . Un bombardement court et intense a précédé une attaque de chars, qui a conduit l'infanterie à travers les barbelés allemands. C'était le 52e anniversaire de Ludendorff, mais il était trop bouleversé pour assister au dîner de célébration. Les Britanniques n'étaient pas organisés pour exploiter leur percée et les réserves allemandes contre-attaquèrent, repoussant à certains endroits les Britanniques au-delà de leurs lignes de départ.

Hindenburg, Kaiser Wilhelm II et Ludendorff, janvier 1917

Au début de 1918, près d'un million de travailleurs des munitions ont fait grève ; une exigence était la paix sans annexions. L'OHL a ordonné que " " tous les grévistes aptes à porter les armes " soient envoyés au front, dégradant ainsi le service militaire ". [46]

Avec la Russie hors de la guerre, les Allemands étaient plus nombreux que les Alliés sur le front occidental. Après de longues consultations, OHL a planifié une série d'attaques pour chasser les Britanniques de la guerre. Pendant l'hiver, tous les rangs ont été formés aux tactiques innovantes éprouvées à Caporetto et à Riga. La première attaque, l' opération Michael , eut lieu le 21 mars 1918 près de Cambrai. Après un bombardement efficace d' ouragan coordonné par le colonel Bruchmüller , ils s'enfoncèrent dans les lignes britanniques, surmontant les obstacles qui avaient contrecarré leurs ennemis pendant trois ans. Le premier jour, ils occupèrent une superficie aussi vaste que les Alliés avaient gagné sur la Somme après 140 jours. Les Alliés étaient atterrés, mais ce n'était pas le triomphe OHLavaient espéré : ils avaient planifié un autre Tannenberg en entourant des dizaines de milliers de troupes britanniques dans le saillant de Cambrai, [47] mais avaient été contrecarrés par une défense vigoureuse et un retrait de combat. Ils ont perdu autant d'hommes que les défenseurs – le premier jour a été le plus sanglant de la guerre. [48] Parmi les morts se trouvait le plus vieux beau-fils de Ludendorff; un plus jeune avait été tué plus tôt. Les Allemands étaient incapables de couper une voie ferrée vitale. Lorsque Ludendorff roulait près du front, il était mécontent de voir comment : « Les nombreux blessés légers rendaient les choses difficiles par la façon stupide et déplaisante dont ils se précipitaient vers l'arrière. [49] Les Américains ont doublé le nombre de troupes envoyées en France.

Leur prochaine attaque était en Flandre . De nouveau, ils ont percé, avançant de 30 km (19 mi) et forçant les Britanniques à rendre tout le terrain qu'ils avaient gagné l'année précédente après des semaines de bataille. Mais les Allemands ont été arrêtés avant la jonction ferroviaire qui était leur objectif. Ensuite, pour attirer les réserves françaises au sud, ils ont frappé le long du Chemin des Dames . Dans leur attaque la plus réussie à ce jour, ils ont avancé de 12 km (7,5 mi) le premier jour, traversant la Marne mais s'arrêtant à 56 kilomètres (35 mi) de Paris. Cependant chaque triomphe allemand affaiblissait leur armée et son moral. Du 20 mars 1918 au 25 juin, le front allemand s'allonge de 390 kilomètres (240 mi) à 510 kilomètres (320 mi).

Ensuite, les Allemands ont frappé près de Reims, pour saisir des lignes de chemin de fer supplémentaires à utiliser dans le saillant, mais ont été déjoués par la brillante tactique élastique française. Sans se laisser décourager, le 18 juillet 1918, Ludendorff, toujours « agressif et confiant », [50] se rendit en Flandre pour s'entretenir de la prochaine attaque là-bas. Un appel téléphonique rapporta que les Français et les Américains, menés par une masse de chars, avaient percé le flanc droit de leur saillant pointant vers Paris, le jour de l'ouverture de la bataille de Soissons . Tous ceux qui étaient présents se rendirent compte qu'ils avaient sûrement perdu la guerre. Ludendorff était bouleversé.

OHL a commencé à se retirer progressivement vers de nouvelles lignes défensives, évacuant d'abord tous leurs blessés et leurs fournitures. Les communiqués de Ludendorff, qui jusque-là avaient été en grande partie factuels, déformaient maintenant la nouvelle, affirmant par exemple que les troupes américaines devaient être rassemblées sur des navires de transport de troupes par la police spéciale. [51]

Le 8 août 1918, les Allemands furent complètement surpris à Amiens lorsque des chars britanniques percèrent les défenses et que des formations allemandes intactes se rendirent. Pour Ludendorff, ce fut le "jour noir dans l'histoire de l'armée allemande". [52] Les retraites allemandes se poursuivent, poussées par les attaques alliées. OHL s'est toujours vigoureusement opposé à l'offre d'abandonner le territoire qu'ils désiraient en France et en Belgique, de sorte que le gouvernement allemand n'a pas été en mesure de faire une proposition de paix plausible.

Ludendorff est devenu de plus en plus acariâtre, injuriant son personnel sans motif, accusant publiquement Hindenburg de dire des bêtises et fondant parfois en larmes. Bauer voulait qu'il soit remplacé, mais à la place un médecin, Oberstabarzt Hochheimer, a été amené à OHL. Il avait travaillé en étroite collaboration avec Ludendorff en Pologne au cours de l'hiver 1915-1916 sur des plans visant à faire venir des colons allemands. [36] Avant la guerre, il avait une pratique dans les maladies nerveuses. Hochheimer « parlait en ami et il écoutait en ami », [53] convainquant Ludendorff qu'il ne pouvait pas travailler efficacement avec une heure de sommeil par nuit et qu'il devait réapprendre à se détendre. Après un mois d'absence du quartier général, Ludendorff s'était remis des symptômes les plus sévères de fatigue au combat.

Chute

Le 29 septembre 1918, Ludendorff et Hindenburg ont soudain déclaré à un Kaiser incrédule qu'ils ne pouvaient garantir l'intégrité du front occidental « pendant deux heures » et qu'ils devaient avoir un armistice immédiat. Un nouveau chancelier, le prince Maximilien de Bade , a approché le président Woodrow Wilson, mais les conditions de Wilson étaient inacceptables pour les dirigeants allemands et l'armée a continué à se battre. Le chancelier a dit au Kaiser que lui et son cabinet démissionneraient à moins que Ludendorff ne soit destitué, mais que Hindenburg doit rester pour maintenir l'armée ensemble. [54]Le Kaiser appela ses commandants, acceptant sèchement la démission de Ludendorff, puis rejetant celle d'Hindenburg. Fumant, Ludendorff ne raccompagna pas le feld-maréchal au quartier général ; "J'ai refusé de monter avec vous parce que vous m'avez traité de manière si misérable". [55]

Ludendorff avait assidûment recherché tout le crédit ; maintenant, il était récompensé de tout le blâme. Largement méprisé et alors que la révolution éclatait, il fut caché par son frère et un réseau d'amis jusqu'à ce qu'il quitte l'Allemagne déguisé en lunettes bleues et une fausse barbe [56] et un faux passeport finlandais [57] s'installant dans le pays d'un admirateur suédois. chez lui, jusqu'à ce que le gouvernement suédois lui demande de partir en février 1919. En sept mois, il écrivit deux volumes de mémoires détaillés. Des amis, dirigés par Breucker, lui fournissent des documents et négocient avec les éditeurs. Groener (qui n'est pas mentionné dans le livre) l'a caractérisé comme une vitrine de sa « césar-mania ». [58] Il était un brillant général, selon John Wheeler-Bennettil était « certainement l'un des plus grands organisateurs militaires de routine que le monde ait jamais vus », [59] mais c'était un fouineur politique ruineux. L'analyste militaire influent Hans Delbrück a conclu que « L'Empire a été construit par Moltke et Bismarck , détruit par Tirpitz et Ludendorff. [60]

Après la Grande Guerre

En exil, Ludendorff a écrit de nombreux livres et articles sur la conduite de la guerre par l'armée allemande tout en formant la base de la Dolchstosslegende , la "théorie du coup de poignard dans le dos", dont il est considéré comme largement responsable, [61] insistant sur le fait que une crise intérieure avait déclenché la capitulation de l'Allemagne alors que la situation militaire se maintenait, ignorant qu'il avait lui-même pressé les politiciens d'un armistice pour des raisons militaires. Ludendorff était convaincu que l'Allemagne avait mené une guerre défensive et, à son avis, que le Kaiser Wilhelm II n'avait pas réussi à organiser une campagne de contre-propagande appropriée ou à fournir une direction efficace. [61]

Ludendorff était extrêmement méfiant envers les sociaux-démocrates et les gauchistes, qu'il blâmait pour l'humiliation de l'Allemagne par le traité de Versailles . Ludendorff a affirmé qu'il prêtait une attention particulière à l'élément commercial (en particulier les Juifs) et les a vus tourner le dos à l'effort de guerre en laissant, selon lui, le profit, plutôt que le patriotisme, dicter la production et le financement.

Se concentrant à nouveau sur la gauche, Ludendorff a été consterné par les frappes qui ont eu lieu vers la fin de la guerre et la façon dont le front intérieur s'est effondré avant le front militaire, les premières empoisonnant le moral des soldats en congé temporaire. Plus important encore, Ludendorff a estimé que le peuple allemand dans son ensemble avait sous-estimé les enjeux de la guerre ; il était convaincu que l'Entente avait déclenché la guerre et était déterminé à démanteler complètement l'Allemagne.

Ludendorff a écrit :

Par la Révolution, les Allemands se sont fait des parias parmi les nations, incapables de gagner des alliés, des ilotes au service des étrangers et des capitaux étrangers, et privés de tout amour-propre. Dans vingt ans, le peuple allemand maudira les partis qui se vantent aujourd'hui d'avoir fait la Révolution.

—  Erich Ludendorff, Mes souvenirs de guerre, 1914-1918

Carrière politique dans la République

Ludendorff (au centre) avec Hitler et d'autres dirigeants nazis et nationalistes radicaux allemands de premier plan, avril 1924

Ludendorff est retourné à Berlin en février 1919. [62] En séjournant à l' hôtel Adlon , il a parlé avec un autre résident, Sir Neill Malcolm , le chef de la mission militaire britannique. Après que Ludendorff ait présenté ses excuses pour la défaite allemande, Malcolm a dit : « Vous voulez dire que vous avez été poignardé dans le dos ? [63] - inventant ironiquement un slogan clé pour l'aile droite allemande.

Le 12 mars 1920, 5 000 soldats du Corps franc sous le commandement de Walther von Lüttwitz marchent sur la chancellerie, forçant le gouvernement dirigé par Friedrich Ebert et Gustav Bauer à fuir la ville. Les putschistes ont proclamé un nouveau gouvernement avec un homme politique de droite, Wolfgang Kapp comme nouveau « chancelier ». Ludendorff et Max Bauer faisaient partie du putsch. Le putsch de Kapp a été rapidement vaincu par une grève générale qui a paralysé Berlin. Les dirigeants s'enfuirent, Ludendorff en Bavière, où un coup d'État de droite avait réussi. Il a publié deux volumes de documents et de commentaires annotés - et dans quelques cas élagués - documentant son service de guerre. [64] Il s'est réconcilié avec Hindenburg, qui a commencé à lui rendre visite chaque année.

En mai 1923, Ludendorff eut une première rencontre agréable avec Adolf Hitler , et bientôt il eut des contacts réguliers avec les nazis. Le 8 novembre 1923, le Staatskomissar bavarois Gustav von Kahr s'adressait à une réunion encombrée dans une grande brasserie, le Bürgerbräukeller . Hitler, brandissant un pistolet, a sauté sur la scène, annonçant que la révolution nationale était en cours. La salle était occupée par des hommes armés qui couvraient le public avec une mitrailleuse, le premier mouvement dans le Beer Hall Putsch. Hitler a annoncé qu'il dirigerait le gouvernement du Reich et Ludendorff commanderait l'armée. Il s'adressa au public désormais enthousiaste et passa ensuite la nuit au ministère de la Guerre, essayant en vain d'obtenir le soutien de l'armée.

Le lendemain matin, 3 000 nazis armés se sont formés à l'extérieur du Bürgerbräukeller et ont marché dans le centre de Munich, les dirigeants juste derrière les porte-drapeaux. Ils ont été bloqués par un cordon de policiers, et des coups de feu ont éclaté pendant moins d'une minute. Plusieurs des nazis devant ont été touchés ou jetés au sol. Ludendorff et son adjudant le major Streck ont ​​marché jusqu'à la ligne de police où ils ont écarté les canons des fusils. Il a été respectueusement arrêté. Il s'est indigné lorsqu'il a été renvoyé chez lui alors que les autres dirigeants restaient en détention. Quatre policiers et 16 nazis avaient été tués, dont le domestique de Ludendorff.

Ils ont été jugés au début de 1924. Ludendorff a été acquitté, mais Heinz Pernet , le beau-fils de Ludendorff, a été reconnu coupable de « complicité de trahison », condamné à quinze mois de prison. Hitler est allé en prison mais a été libéré après neuf mois. Le 60e anniversaire de Ludendorff a été célébré par des orchestres massés et un grand défilé aux flambeaux. En 1924 , il est élu au Reichstag en tant que représentant du NSFB (une coalition du Parti allemand de la liberté Völkisch ( DVFP ) et des membres du parti nazi), siégeant jusqu'en 1928. En 1925, il fonde le Tannenbergbund, une organisation nationaliste allemande qui était à la fois antisémite et anti-catholique, et a publié de la littérature épousant les théories du complot impliquant des Juifs, des catholiques - en particulier des jésuites - et des francs - maçons . [65] [66] [67]

Alors que ses opinions devenaient plus extrêmes sous l'influence de sa femme, Mathilde von Kemnitz , Ludendorff commença progressivement à se séparer d'Hitler, qui travaillait subrepticement à saper la réputation de son seul rival sérieux pour la direction de l'extrême droite en Allemagne. Néanmoins, Ludendorff a été persuadé de se présenter à la présidence de la République lors des élections de mars 1925 en tant que candidat du parti nazi, ne recevant que 1,1 % des voix ; il existe des preuves que Hitler lui-même a persuadé Ludendorff de se présenter, sachant que les résultats seraient humiliants. [65]

Personne n'avait la majorité au premier tour de l'élection, un second tour était donc nécessaire ; Hindenburg est entré dans la course et a été élu de justesse. Ludendorff a été tellement humilié par ce qu'il considérait comme une trahison de la part de son vieil ami qu'il a rompu ses relations avec Hindenburg et, en 1927, a même refusé de se tenir aux côtés du maréchal lors de la dédicace du mémorial de Tannenberg . Il a attaqué Hindenburg de manière abusive pour ne pas avoir agi à la manière d'un « soldat nationaliste ». Le journal libéral basé à Berlin Vossische Zeitung déclare dans son article « Les tirades de haine de Ludendorff contre Hindenburg – Gaz toxique du camp d'Hitler » que Ludendorff était, le 29 mars 1930, profondément ancré dans l'idéologie nazie. [68]

Tipton note que Ludendorff était un darwiniste social qui croyait que la guerre était le « fondement de la société humaine », et que la dictature militaire était la forme normale de gouvernement dans une société dans laquelle chaque ressource doit être mobilisée. [69] L'historienne Margaret L. Anderson note qu'après la guerre, Ludendorff voulait que l'Allemagne entre en guerre contre toute l'Europe, et qu'il est devenu un adorateur païen du dieu nordique Wotan (Odin) ; il détestait non seulement le judaïsme , mais aussi le christianisme , qu'il considérait comme une force affaiblissante. [70]

La retraite et la mort

La tombe de Ludendorff

Ludendorff a divorcé et épousé sa seconde épouse Mathilde von Kemnitz (1877-1966) en 1926. Ils ont publié des livres et des essais pour prouver que les problèmes du monde étaient le résultat du christianisme, en particulier des jésuites et des catholiques , mais aussi des conspirations des juifs et des francs - maçons . Ils ont fondé le Bund für Gotteserkenntnis (en allemand) (Société pour la connaissance de Dieu), une petite société ésotérique plutôt obscure de théistes qui survit à ce jour. [71] Il a lancé plusieurs attaques abusives contre son ancien supérieur Hindenburg pour ne pas avoir agi d'une " mode de soldat nationaliste ".

Au moment où Hitler est arrivé au pouvoir, Ludendorff n'avait plus de sympathie pour lui. Les nazis se sont éloignés de Ludendorff à cause de ses théories du complot excentriques . [72]

Le 30 janvier 1933, à l'occasion de la nomination d'Hitler comme chancelier par le président Hindenburg, Ludendorff aurait envoyé le télégramme suivant à Hindenburg : [73]

Je prophétise solennellement que cet homme maudit jettera notre Reich dans l'abîme et amènera notre nation à une misère inconcevable. Les générations futures vous damneront dans votre tombe pour ce que vous avez fait. [74]

Certains historiens considèrent ce texte comme un faux. [75] Dans une tentative de regagner la faveur de Ludendorff, Hitler est arrivé à l'improviste chez Ludendorff le jour de son 70e anniversaire en 1935 pour le promouvoir au grade de maréchal. Furieux, Ludendorff aurait repoussé Hitler en lui disant : « Un officier s'appelle le général feld-maréchal sur le champ de bataille ! Pas à un goûter d'anniversaire au milieu de la paix. [76] Il a écrit deux autres livres sur des thèmes militaires. [77]

Ludendorff est mort d' un cancer du foie dans la clinique privée Josephinum à Munich, le 20 Décembre 1937 à l'âge de 72 ans [78] Il a été donné, contre ses explicites souhaits-funérailles d'Etat organisé et assisté par Hitler, qui a refusé de parler à son éloge. Il a été enterré dans le Neuer Friedhof à Tutzing en Bavière .

Dans la culture populaire

Décorations et récompenses

Il a reçu les honneurs suivants : [79]

Écrits

Livres (sélection)

Erich Ludendorff - Meine Kriegserinnerungen - Ernst Mittler und Sohn - Berlin 1919
  • 1919 : Meine Kriegserinnerungen 1914-1918 . Berlin : Mittler & Sohn (réédité en 1936)
  • 1933 : Mein militärischer Werdegang. Blätter der Erinnerung an unser stolzes Heer. Munich : Ludendorffs Verlag
  • 1937 : avec Mitarbeitern : Mathilde Ludendorff – ihr Werk und Wirken. Munich : Ludendorffs Verlag
  • 1937 : Auf dem Weg zur Feldherrnhalle. Lebenserinnerungen an die Zeit des 9. Novembre 1923. Munich : Ludendorffs Verlag
  • 1939 : avec Mathilde Ludendorff : Die Judenmacht, ihr Wesen und Ende. Munich : Ludendorffs Verlag

Petites publications

  • 1926 : Die Révolution von oben. Das Kriegsende und die Vorgänge beim Waffenstillstand. Zwei Vorträge. Lorch : Karl Rohm
  • 1932 : Schändliche Geheimnisse der Hochgrade. Ludendorffs Verlag, Munich
  • 1934 : Wie der Weltkrieg 1914 « gemacht » wurde. Munich : Völkischer Verlag
  • 1934 : Das Marne-Drame. Der Fall Moltke-Hentsch. Munich : Ludendorffs Verlag
  • 1934 : "Tannenberg". Zum 20. Jahrestag der Schlacht. Munich : Ludendorffs Verlag
  • 1934 : Die politischen Hintergründe des 9. novembre 1923. Munich : Ludendorffs Verlag
  • 1935 : Über Unbotmäßigkeit im Kriege. Munich : Ludendorffs Verlag
  • 1935 : Französische Fälschung meiner Denkschrift von 1912 über den drohenden Krieg. Munich : Ludendorffs Verlag
  • 1938-40 : Feldherrnworte. Munich : Ludendorffs Verlag
  • 1939 : Tannenberg. Geschichtliche Wahrheit über die Schlacht. Munich : Ludendorffs Verlag

En tant qu'éditeur

  • 1929-1933 (interdit) : Ludendorffs Volkswarte ( « Point de vue des peuples de Ludendorff », hebdomadaire) Munich

Voir aussi

Références

Remarques

  1. ^ « Erich Ludendorff (général allemand) : Introduction – Britannica Online Encyclopedia » . Britannica.com. 20 décembre 1937 . Consulté le 16 mai 2012 .
  2. ^ William Brownell et Denise Drace-Brownell , Le premier nazi : Erich Ludendorff, L'homme qui a rendu Hitler possible (2016) ch 1.
  3. ^ un Parkinson b , Roger (1978). Guerrier tourmenté. Ludendorff et le commandement suprême . Londres : Hodder et Stoughton. p.  13-14 . ISBN 0-340-21482-1.
  4. ^ un b "Biografie Erich Ludendorff (allemand)" . Deutsches Historisches Museum . Récupéré le 6 juin 2013 .
  5. ^ Parkinson, 1978, p. 221
  6. ^ von Stein, général (1920). Un ministre de la Guerre et son travail. Souvenirs de 1914-1918 . Londres : Skeffington & Fils. p. 39 .
  7. ^ Lee, John (2005). Les seigneurs de la guerre : Hindenburg et Ludendorff . Londres : Weidenfeld et Nicolson. p. 44.
  8. ^ Ludendorff, Erich (1919). La propre histoire de Ludendorff . je . New York : Harper et ses frères. p. 31.
  9. ^ Ludendorff, M (1929). Ma vie de couple avec Ludendorff . Londres : Hutchinson. p. 25 .
  10. ^ Lee, 2005, p. 45
  11. ^ Parkinson, 1978. p. 49
  12. ^ Kershaw, Ian (2015). En enfer et retour. Europe 1914-1949 . Londres : Allen Lane. p. 77.
  13. ^ a b Empire Nazi: German Colonialism and Imperialism from Bismarck to Hitler , page 102, Shelley Baranowski, Cambridge University, Press 2010
  14. ^ Armées d'occupation page 128 Roy Arnold Prete, A. Hamish Ion - Wilfrid Laurier University Press 1984
  15. ^ La dictature silencieuse : la politique du haut commandement allemand sous Hindenburg et Ludendorff, 1916-1918 . page 193, Cuisine Martin
  16. ^ Une histoire de l'Allemagne moderne, volume 3 : 1840–1945 . Hajo Holborn, page 488, 1982
  17. ^ Le mythe allemand de l'Est : de 1800 à nos jours . Vejas Gabriel Liulevicius - 2010, page 138
  18. ^ Ludendorff, 1919, I , p. 250.
  19. ^ Parkinson, Roger (1978). Guerrier tourmenté, Ludendorff et le Commandement suprême . Londres : Hodder & Stoughton. p. 110 . ISBN 9780340214824.
  20. ^ von Müller, Georg (1961). Görlitz, Walter (éd.). Le Kaiser et sa cour : les journaux intimes, les cahiers et les lettres de l'amiral Georg Alexander von Müller, chef du cabinet naval, 1914-1918 . Londres : Macdonald. p. 406.
  21. ^ Churchill, Winston S. (1949). La crise mondiale . New York : Fils de Charles Scribner. p. 685.
  22. ^ Reliure, Rudolph (1929). Un fataliste en guerre . Boston : Houghton Mifflin. p. 179.
  23. ^ Ludendorff, 1919, 2 , p. 151.
  24. ^ Feldman, Gerald D. (1966). Armée, industrie et travail en Allemagne 1914-1918 . Princeton : Princeton University Press. p. 180 .
  25. ^ Lee, John (2005). Les seigneurs de la guerre : Hindenburg et Ludendorff . Londres : Weidenfeld et Nicolson. p. dix.
  26. ^ Cuisine, Martin (1976). La dictature silencieuse. La politique du haut commandement allemand sous Hindenburg et Ludendorff, 1916-1918 . Londres : Croom Helm. p. 146.
  27. ^ Feldman, 1966, p. 478.
  28. ^ Ludendorff, 1919, I , p. dix.
  29. ^ Ludendorff, 1919, II , 150.
  30. ^ Tipton, Frank B. Une histoire de l'Allemagne moderne University of California Press, 2003, p. 313
  31. ^ van der Kloot, Guillaume (2014). De grands scientifiques mènent la Grande Guerre . Stroud : Fonthill. p. 71-73.
  32. ^ Moyer, LV (1995). La victoire doit être la nôtre . New York : Livres d'Hippocrène. p. 284.
  33. ^ Mendelsohn, Kurt (1973). Le monde de Walther Nernst. La montée et la chute de la science allemande, 1864-1941 . Londres : MacMillan. p. 92.
  34. ^ de Gaulle, Charles (2002). La maison de l'ennemi divisée . Chapel Hill, Caroline du Nord : Presse de l'Université de Caroline du Nord. p. 113 . ISBN 9780807826669.
  35. ^ Delbrück, Hans (1922). Ludendorffs selbstportrait . Berlin : Verlag für Politik und Wirtschaft. p. 11.
  36. ^ un b Ludendorff, 1919, II , p. 76.
  37. ^ van der Kloot, Guillaume (2010). Livre de faits sur la Première Guerre mondiale . Stroud, Gloucestershire : Amberley. p. 110.
  38. ^ Éditeurs, Histoire com. "Lénine revient d'exil en Russie" . HISTOIRE . Récupéré le 22 février 2021 .CS1 maint: extra text: authors list (link)
  39. ^ Welle (www.dw.com), Deutsche. "Comment l'Allemagne a fait décoller la révolution russe | DW | 7 novembre 2017" . DW.COM . Récupéré le 22 février 2021 .
  40. ^ Marteau, Josué. "Le voyage de retour de Vladimir Lénine en Russie a changé le monde pour toujours" . Magazine Smithsonian . Récupéré le 22 février 2021 .
  41. ^ "Erich Ludendorff | Général allemand" . Encyclopédie Britannica . Récupéré le 22 février 2021 .
  42. ^ Leon Trotsky, Ma vie : une tentative d'autobiographie (Mineola, NY : Dover Publications, 2007, initialement publié par Charles Scribner's Sons, 1930), p. 309.
  43. ^ Katkov, George (1956). "Documents du ministère allemand des Affaires étrangères sur le soutien financier aux bolcheviks en 1917" . Affaires internationales . 32 (2) : 181-189. doi : 10.2307/2625787 . ISSN 0020-5850 . JSTOR 2625787 .  
  44. ^ Ludendorff, 1919, II , p. 72.
  45. ^ Reliure, 1929, p. 183.
  46. ^ Ludwig, Emil (1935). Hindenburg et la saga de la révolution allemande . Londres : William Heinemann. p. 153.
  47. ^ Zabecki, David T. (2006). Les offensives allemandes de 1918 : une étude de cas au niveau opérationnel de la guerre . Londres : Routledge. p. 114.
  48. ^ Herwig, Holger L. (1997). La Première Guerre mondiale, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie 1914-1918 . Londres : Arnold. p. 403.
  49. ^ Ludendorff, 1919, II , p. 235.
  50. ^ von Lossberg, Fritz (1939). Meine Tätigkeit im Weltkriege 1914-1918 . Berlin : ES Mittler & Sohn. p. 343.
  51. ^ Maurice, major-général Sir F. (1919). Les quatre derniers mois : La fin de la guerre à l'ouest . Londres : Cassell. p. 67 .
  52. ^ Ludendorff, 1919, II , p. 326.
  53. ^ Foerester, Wolfgang (1952). Der Feldherr Ludendorff im Unglück . Weisbaden : Citron vert. p. 75.
  54. ^ Watson, Alexandre (2014). Anneau d'Acier. L'Allemagne et l'Autriche-Hongrie en guerre 1914-1918 . Londres : Allen Lane. p. 551.
  55. ^ von Müller, 1961, p. 413.
  56. ^ Goodspeed, DJ (1966). Soldat Ludendorff : Dictateur : Révolutionnaire . Londres : Rupert Hart-Davis.
  57. ^ Jorma Keränen (1992). Suomen itsenäistymisen kronikka : Ludendorff saa suomalaisen passin (en finnois). Gummerus. p. 153. ISBN 951-20-3800-5.
  58. ^ Breucker, Guillaume (1953). Die Tragik Ludendorffs. Eine kritische erinnerung an den general und seine zeit . Berlin : Helmut Rauschenbusch. p. 53.
  59. ^ Wheeler-Bennett, John (1938). « Ludendorff : Le soldat et le politicien ». Revue trimestrielle de Virginie . 14 (2) : 187.
  60. ^ Delbrück, 1922, p. 64.
  61. ^ a b Nebelin, Manfred: Ludendorff: Diktator im Ersten Weltkrieg , Munich: Siedler Verlag -- Verlagsgruppe Random House, 2011 (en allemand)
  62. ^ John W. Wheeler-Bennett (printemps 1938). "Ludendorff : le soldat et le politique" . Revue trimestrielle de Virginie . 14 (2) : 187-202.
  63. ^ Parkinson, 1978, p. 197.
  64. ^ Ludendorff, Erich (1920). Urkunden der Obersten Heeresleitung über ihre Tätigkeit, 1916–18 / herausgegeben von Erich Ludendorff . Berlin : ES Mittler.
  65. ^ un b Richard J. Evans (2003) La Venue du Troisième Reich New York : le Pingouin. p. 201-02 ISBN 0-14-303469-3 
  66. ^ Thomas, Christopher Campbell (2011). Boussole, équerre et croix gammée : la franc-maçonnerie sous le Troisième Reich (PDF) (Thèse).
  67. ^ " " Heil Ludendorff" : Erich Ludendorff et le nazisme, 1925-1937 / par Steven Naftzger. - Recherche de collections - United States Holocaust Memorial Museum " . collections.ushmm.org . Récupéré le 22 février 2021 .
  68. ^ "Ludendorff beschimpft Hindenburg" . Consulté le 28 mars 2013 .[ lien mort permanent ]
  69. ^ Frank B. Tipton (2003). Une histoire de l'Allemagne moderne . p. 291.
  70. ^ Margaret Lavinia Anderson (5 décembre 2007). Mourir par l'épée. La chute des empires Hohenzollern et Habsbourg de l'histoire 167b, L'ascension et la chute du Second Reich. Archivé de l'original le 6 juillet 2017 . Récupéré le 28 novembre 2011 .
  71. ^ "La connaissance de Dieu par Mathilde Ludendorff (1877-1966)" . Bund für Gotterkenntnis Ludendorff eV Archivé de l' original le 7 octobre 2011 . Consulté le 20 novembre 2011 .
  72. ^ David Nicholls, Adolf Hitler : Un compagnon biographique , ABC-CLIO, 1er janvier 2000, p.159.
  73. ^ William Brownell et Denise Drace-Brownell , Le premier nazi : Erich Ludendorff, L'homme qui a rendu Hitler possible (2016) ch 11.
  74. ^ Kershaw, Ian. Hitler . Longman, 1991, p. 426.
  75. ^ Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte. 47. Jahrgang, octobre 1999 (PDF; 7 Mo), S. 559-562.
  76. ^ Parkinson, 1978, p. 224.
  77. ^ Ludendorff, Erich (1936). La nation en guerre . Traduit par AS Rappoport. Londres : Hutchinson.
  78. ^ Ludendorffs Verlag: Der letzte Weg des Feldherrn Erich Ludendorff , München 1938, S. 8: Das Kranken- und Sterbezimmer im Josephinum in München.
  79. ^ "Erich Friedrich Wilhelm Ludendorff" . la machine prussienne . Récupéré le 16 avril 2021 .

Bibliographie

Sources primaires

Études allemandes

  • Amm, Bettina : Ludendorff-Bewegung . Dans : Wolfgang Benz (Hrsg.) : Handbuch des Antisemitismus . Judenfeindlichkeit in Geschichte und Gegenwart, Band 5: Organisationen, Institutionen, Bewegungen . De Gruyter, Berlin 2012. p. 393 et ​​suiv. ISBN 978-3-598-24078-2 . 
  • Gruchmann, Lothar : Ludendorffs „prophetischer“ Brief an Hindenburg vom Januar/Februar 1933. Eine Legende . Dans : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte. Bande 47, 1999. pages 559-562.
  • Nebelin, Manfred : Ludendorff. Diktator im Ersten Weltkrieg. Siedler, Munich 2011. ISBN 978-3-88680-965-3 . 
  • Pöhlmann, Markus : Der moderne Alexander im Maschinenkrieg . Dans : Stig Förster (Hrsg.) : Kriegsherren der Weltgeschichte. 22 Historische Porträts . Beck, Munich 2006. ISBN 3-406-54983-7 pages 268-286. 
  • Puschner, Uwe ; Vollnhals, Clemens (Hrgb.); Die völkisch-religiöse Bewegung im Nationalsozialismus; Göttingen 2012 ISBN 978-3-525-36996-8 . 
  • Schwab, Andreas : Vom totalen Krieg zur deutschen Gotterkenntnis. Die Weltanschauung Erich Ludendorffs . Dans : Schriftenreihe der Eidgenössischen Militärbibliothek und des Historischen Dienstes. Nr. 17, Berne 2005.
  • Thoss, Bruno (1987), "Ludendorff, Erich" , Neue Deutsche Biographie (en allemand), 15 , Berlin : Duncker & Humblot, pp. 285-290; ( texte intégral en ligne )
  • Wegehaupt, Phillip : « Ludendorff, Erich ». Dans : Wolfgang Benz (Hrsg.) : Handbuch des Antisemitismus. Bd. 2 : Personen . De Gruyter Saur, Berlin 2009, ISBN 978-3-598-44159-2 , page 494 et suivantes. (récupéré über Verlag Walter de Gruyter en ligne). 

Liens externes

Bureaux militaires
Précédé par Premier quartier-maître général de l'armée allemande
29 août 1916 - 26 octobre 1918
succédé par
Récompenses et réalisations
Précédé par Couverture du magazine Time
19 novembre 1923
succédé par
0.29280519485474