Démocide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Démocide est un concept proposé par le politologue américain Rudolph Rummel pour décrire « le meurtre intentionnel d'une personne non armée ou désarmée par des agents du gouvernement agissant en leur qualité d' autorité et conformément à la politique gouvernementale ou au haut commandement ». [1] [2] Selon Rummel, cette définition couvre un large éventail de décès, y compris les victimes du travail forcé et des camps de concentration , les meurtres par des mercenaires et des groupes privés non officiels, les exécutions sommaires extrajudiciaires et les décès de masse dus à des actes gouvernementaux d'omission criminelle et négligence, comme dans les famines délibérées , ainsi que les meurtres parles gouvernements de facto , c'est-à-dire les meurtres de la guerre civile. [1] [2] Cette définition couvre tout meurtre d'un nombre quelconque de personnes par un gouvernement. [1] [2]

Rummel a créé démocide comme un terme étendu pour inclure les formes de meurtre gouvernemental non couvertes par le génocide . Selon Rummel, le démocide a dépassé la guerre en tant que principale cause de mort non naturelle au 20e siècle. [3] [4]

Définition

Le démocide est le meurtre de toute personne ou de tout peuple par son gouvernement, y compris le génocide, le politicide et le meurtre de masse. Le démocide n'est pas nécessairement l'élimination de groupes culturels entiers, mais plutôt de groupes à l'intérieur du pays que le gouvernement estime devoir être éradiqués pour des raisons politiques et en raison de menaces futures revendiquées. [1] [2]

Selon Rummel, le génocide a trois significations différentes. Le sens ordinaire est le meurtre par le gouvernement de personnes en raison de leur appartenance à un groupe national, ethnique, racial ou religieux. Le sens juridique du génocide fait référence au traité international sur le génocide, la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. Cela inclut également les actes non létaux qui en fin de compte éliminent ou entravent considérablement le groupe. En regardant en arrière, on peut voir les différentes variantes des démocides qui se sont produites, mais il s'agit toujours d'actes de meurtre ou de meurtre de masse. Le sens général du terme génocide est similaire au sens ordinaire, mais inclut également les meurtres par le gouvernement d'opposants politiques ou les meurtres intentionnels. Afin d'éviter toute confusion quant au sens visé, Rummel a créé le terme démocide pour ce troisième sens. [5]

Dans "Combien les régimes communistes ont-ils assassinés ?", Rummel a écrit :

Cependant, je dois d'abord clarifier le terme démocide. Cela signifie pour les gouvernements ce que le meurtre signifie pour un individu en vertu des lois municipales. C'est le meurtre prémédité d'une personne de sang-froid, ou le fait de causer la mort d'une personne par mépris imprudent et aveugle pour sa vie. Ainsi, un gouvernement incarcérant des personnes dans une prison dans des conditions si mortelles qu'elles meurent en quelques années est un meurtre par l'État – un démocide – tout comme des parents laissant un enfant mourir de malnutrition et d'être exposé seraient un meurtre. De même, le travail forcé du gouvernement qui tue une personne en quelques mois ou quelques années serait un meurtre. Ainsi, les famines créées par le gouvernement qui sont ensuite ignorées ou aggravées sciemment par l'action du gouvernement seraient le meurtre de ceux qui meurent de faim. Et évidemment, les exécutions extrajudiciaires, les morts par la torture, les massacres du gouvernement et tous les meurtres génocidaires sont des meurtres.Cependant, les exécutions judiciaires pour des crimes qui seraient internationalement considérés comme des infractions passibles de la peine de mort, comme le meurtre ou la trahison (tant qu'il est clair qu'elles ne sont pas fabriquées dans le but d'exécuter l'accusé, comme dans les procès-spectacles communistes), ne sont pas démocides. . Democide n'est pas non plus le meurtre de soldats ennemis au combat ou de rebelles armés, ni de non-combattants à la suite d'une action militaire contre des cibles militaires.[6]

Dans ses travaux et ses recherches, Rummel fait la distinction entre les régimes coloniaux, démocratiques et autoritaires et totalitaires. [7] Il définit ainsi le totalitarisme :

Il y a beaucoup de confusion sur ce que l'on entend par totalitaire dans la littérature, y compris le déni de l'existence de tels systèmes. Je définis un État totalitaire comme un État doté d'un système de gouvernement illimité constitutionnellement ou par des pouvoirs compensatoires dans la société (comme par une église, une noblesse rurale, des syndicats ou des pouvoirs régionaux) ; n'est pas tenu responsable envers le public par des élections périodiques secrètes et concurrentielles ; et utilise son pouvoir illimité pour contrôler tous les aspects de la société, y compris la famille, la religion, l'éducation, les affaires, la propriété privée et les relations sociales. Sous Staline, l'Union soviétique était donc totalitaire, tout comme la Chine de Mao, le Cambodge de Pol Pot, l'Allemagne d'Hitler et la Birmanie d'U Ne Win. Le totalitarisme est alors une idéologie politique pour laquelle un gouvernement totalitaire est l'agence pour réaliser ses fins.Ainsi, le totalitarisme caractérise des idéologies telles que le socialisme d'État (comme en Birmanie), le marxisme-léninisme comme dans l'ancienne Allemagne de l'Est et le nazisme. Même l'Iran musulman révolutionnaire depuis le renversement de Shaw en 1978-79 a été totalitaire - ici le totalitarisme était marié au fondamentalisme musulman. Bref, le totalitarisme est l'idéologie du pouvoir absolu. Le socialisme d'État, le communisme, le nazisme, le fascisme et l'intégrisme musulman ont été quelques-uns de ses récents vêtements. Les gouvernements totalitaires ont été son agence. L'État, avec sa souveraineté et son indépendance juridiques internationales, a été sa base. Comme on le soulignera, la mortacratie en est le résultat.Même l'Iran musulman révolutionnaire depuis le renversement de Shaw en 1978-79 a été totalitaire - ici le totalitarisme était marié au fondamentalisme musulman. Bref, le totalitarisme est l'idéologie du pouvoir absolu. Le socialisme d'État, le communisme, le nazisme, le fascisme et l'intégrisme musulman ont été quelques-uns de ses récents vêtements. Les gouvernements totalitaires ont été son agence. L'État, avec sa souveraineté et son indépendance juridiques internationales, a été sa base. Comme on le soulignera, la mortacratie en est le résultat.Même l'Iran musulman révolutionnaire depuis le renversement de Shaw en 1978-79 a été totalitaire - ici le totalitarisme était marié au fondamentalisme musulman. Bref, le totalitarisme est l'idéologie du pouvoir absolu. Le socialisme d'État, le communisme, le nazisme, le fascisme et l'intégrisme musulman ont été quelques-uns de ses récents vêtements. Les gouvernements totalitaires ont été son agence. L'État, avec sa souveraineté et son indépendance juridiques internationales, a été sa base. Comme on le soulignera, la mortacratie en est le résultat.avec sa souveraineté et son indépendance juridiques internationales, a été sa base. Comme on le soulignera, la mortacratie en est le résultat.avec sa souveraineté et son indépendance juridiques internationales, a été sa base. Comme on le soulignera, la mortacratie en est le résultat.[8]

Estimations

Dans ses estimations, Rudolph Rummel s'est principalement appuyé sur des récits historiques, une approche qui fournit rarement une précision par rapport à l'opinion académique contemporaine. Dans le cas du démocide mexicain, Rummel a écrit que bien que « ces chiffres ne représentent guère plus que des suppositions éclairées », il pensait « qu'il y a suffisamment de preuves pour au moins inculper ces régimes autoritaires pour méga-meurtre ». [9]Selon Rummel, ses recherches ont montré que le nombre de morts du démocide est bien plus élevé que le nombre de morts de la guerre. Après avoir étudié plus de 8 000 rapports de décès causés par le gouvernement, Rummel a estimé qu'il y avait eu 262 millions de victimes de démocide au cours du siècle dernier. Selon ses chiffres, six fois plus de personnes sont mortes des actions de personnes travaillant pour les gouvernements que de personnes sont mortes au combat. L'une de ses principales conclusions était que les démocraties ont beaucoup moins de démocratie que les régimes autoritaires. [2]Rummel a soutenu qu'il existe une relation entre le pouvoir politique et la démocratie. Les meurtres politiques de masse deviennent de plus en plus courants à mesure que le pouvoir politique devient libre. A l'autre extrémité de l'échelle, là où le pouvoir est diffus, contrôlé et équilibré, la violence politique est une rareté. Selon Rummel, « [l]e plus de pouvoir a un régime, plus les gens sont susceptibles d'être tués. C'est une raison majeure pour promouvoir la liberté. [10] Rummel a soutenu que "le pouvoir politique concentré est la chose la plus dangereuse sur terre." [11]

Les estimations de Rummel, en particulier sur le démocide communiste, incluaient généralement un large éventail et ne peuvent pas être considérées comme déterminantes. [1] [2] Rummel a calculé près de 43 millions de décès dus au démocide à l'intérieur et à l'extérieur de l'Union soviétique pendant le régime de Staline. [12] C'est beaucoup plus qu'un chiffre souvent cité de 20 millions, ou un chiffre de 2010 de 9 millions. [13] Rummel a répondu que les 20 millions estimation est basée sur un personnage de Robert Conquest de la Grande Terreur et que le qualificatif de conquête « presque certainement trop bas » est généralement oublié. Pour Rummell, les calculs de Conquest excluaient les morts dans les camps avant 1936 et après 1950, les exécutions (1939-1953), lesle transfert de population en Union soviétique (1939-1953), la déportation au sein de l'Union soviétique des minorités (1941-1944), et celles que l' Armée rouge soviétique et la Tcheka (la police secrète ) ont exécutées dans toute l'Europe de l'Est après leur conquête au cours de la période 1945. De plus, l' Holodomor qui a tué 5 millions de personnes en 1932-1934 (selon Rummel) n'est pas non plus inclus. [14] Selon Rummel, le travail forcé, les exécutions et les camps de concentration ont été responsables de plus d'un million de morts en République populaire démocratique de Corée de 1948 à 1987. [15]

Plusieurs autres chercheurs ont trouvé des résultats similaires à ceux de Rummel. L'un d'eux a commenté que « [n]ombreux chercheurs soulignent que les normes démocratiques et les structures politiques contraignent les décisions des élites concernant l'utilisation de la répression contre leurs citoyens alors que les élites autocratiques ne sont pas aussi contraintes. Une fois en place, les institutions démocratiques, même partielles, réduisent la probabilité d'un conflit armé et d'éliminer pratiquement le risque qu'il conduise au géno/politicide. » [16] Les chercheurs donnent souvent des estimations très différentes des massacres ou des meurtres de masse . Ils utilisent différentes définitions, méthodologies et sources, certains incluant les morts au combat dans leurs calculs. Klas-Göran Karlsson préfère utiliser le terme de crimes contre l'humanitépour inclure « les meurtres de masse directs d'éléments politiquement indésirables, ainsi que les déportations forcées et le travail forcé ». Karlsson reconnaît que le terme peut être trompeur dans le sens où les régimes communistes ciblaient des groupes de leurs propres citoyens, mais il le considère utile en tant que terme juridique général qui met l'accent sur les attaques contre les populations civiles et parce que les infractions portent atteinte à l'humanité dans son ensemble. [17] Michael Mann et Jacques Sémelin pensent que les crimes contre l'humanité sont plus appropriés que le génocide ou le politicide lorsqu'ils parlent de meurtres ou de violences perpétrées par des régimes communistes. [18]

Candidature

Régimes autoritaires et totalitaires

Régimes communistes

Le concept a été appliqué aux États communistes . [6] [19] Selon Klas-Göran Karlsson , la discussion des meurtres par les États communistes a été "extrêmement étendue et idéologiquement biaisée." [17] Toute tentative d'estimer un nombre total de meurtres commis par des États communistes dépend grandement des définitions, [20] allant d'un minimum de 10 à 20 millions à 110 millions. [21] Néanmoins, des tentatives pour documenter et estimer les meurtres commis par des États communistes ont été faites par plusieurs auteurs, universitaires et organisations anti-communistes . En 1994, le livre de Rudolph Rummel Death by Governmentcomprenait environ 110 millions de personnes, étrangères et nationales, tuées par le démocide communiste de 1900 à 1987. [22] En 1993, Rummel écrivait : « Même si nous avions un accès total à toutes les archives communistes, nous ne serions toujours pas en mesure de calculer avec précision comment de nombreux communistes assassinés. Considérez que même en dépit des statistiques d'archives et des rapports détaillés sur les survivants, les meilleurs experts sont toujours en désaccord avec plus de 40 % sur le nombre total de Juifs tués par les nazis . Nous ne pouvons pas nous attendre à cette précision pour les victimes de communisme. Nous pouvons cependant obtenir un ordre de grandeur probable et une approximation relative de ces décès dans une fourchette très probable. [6] En raison d'informations supplémentaires sur Mao Zedongla culpabilité de la Grande Famine chinoise selon Mao : The Unknown Story , un livre de 2005 écrit par Jon Halliday et Jung Chang , Rummel a révisé à la hausse son total pour le démocide communiste à environ 148 millions, [23] [24] [25] en utilisant leur estimation de 38 millions de décès dus à la famine. [26]

En 1999, l' introduction de Stéphane Courtois au Livre noir du communisme donnait une « approximation grossière, basée sur des estimations officieuses » approchant les 100 millions de tués. [27] Dans sa préface au livre, Martin Malia a écrit qu'"un grand total de victimes diversement estimé par les contributeurs au volume entre 85 millions et 100 millions." [28] En 2005, Benjamin Valentino a déclaré que le démocide communiste en Union soviétique, en République populaire de Chine et au Cambodge à eux seuls variait d'un minimum de 21 millions à un maximum de 70 millions. Citant Rummel et d'autres, Valentino a déclaré que « l'extrémité la plus élevée de la fourchette plausible de décès attribués aux régimes communistes » était «jusqu'à 110 millions."[29] En 2010,le livre Red Holocaust de Steven Rosefielde a soutenu que les contradictions internes du communisme ont causé le démocide d'« environ 60 millions de personnes et peut-être des dizaines de millions de plus ». [30] En 2011, Matthew White a publié son total approximatif de démocide communiste à 70 millions, y compris « des personnes décédées sous les régimes communistes d'exécutions, de camps de travail, de famine, de nettoyage ethnique et de fuite désespérée dans des bateaux qui fuient », avec 26 millions de personnes. en plus de mourir dans des "guerres d'inspiration communiste". [31]En 2014, Julia Strauss a écrit que s'il y avait le début d'un consensus scientifique sur les chiffres d'environ 20 millions de tués en Union soviétique et 2 à 3 millions au Cambodge, il n'y avait pas de tel consensus sur les chiffres pour la Chine. [32] En 2017, Stephen Kotkin a écrit dans le Wall Street Journal que la démocratie communiste avait fait au moins 65 millions de personnes entre 1917 et 2017, déclarant : « Bien que le communisme ait intentionnellement tué un grand nombre de personnes, encore plus de ses victimes sont mortes de famine à cause de ses cruels projets d'ingénierie sociale." [33] [34]

La critique de certaines des estimations, en particulier celles de Rummel et du Livre noir du communisme qui ont utilisé les estimations et l'analyse de Rummel, se concentrent principalement sur trois aspects, à savoir que les estimations étaient basées sur des données éparses et incomplètes lorsque des erreurs importantes sont inévitables. ; que les chiffres étaient biaisés vers des valeurs possibles plus élevées ; et que ceux qui meurent à la guerre et les victimes des guerres civiles, de l'Holodomor et d'autres famines sous les gouvernements communistes ne doivent pas être comptés. [1] [35] [36] [37] [38] [39] Selon Anton Weiss-Wendt , toute tentative de développer une terminologie universellement acceptée décrivant les massacresdes non-combattants, en particulier ceux sous les régimes communistes, définis comme toute mort par les démocides, les famines et les guerres, a été un échec complet. Weiss-Wendt a écrit que le domaine des études comparatives sur le génocide a très « peu de consensus sur la définition de principes tels que la définition du génocide, la typologie, l'application d'une méthode comparative et le calendrier ». [40]

Régimes d'extrême droite, fascistes et féodaux

Les estimations de Rummel pour les régimes fascistes ou d' extrême droite incluent l'Allemagne nazie à 20 946 000 (1933-1945), la Chine nationaliste (1925-1949) et plus tard Taïwan à 10 214 000 (1949-1987) et l' Empire du Japon à 5 964 000 (1900-1945) . Les estimations pour d'autres types de régime incluent l' Empire ottoman à 1 883 000 ( génocide grec ), le Pakistan à 1 503 000 ( génocide au Bangladesh de 1971 ), Porfiriato à quelque part entre 600 000 et 3 000 000 et plus près de 1 417 000 (1900-1920), [9] et l' Empire russeà 1 066 000 (1900-1917). Les démocides dans la Chine communiste et nationaliste, l'Allemagne nazie et l'Union soviétique sont caractérisés par Rummel comme des méga-meurtriers deka (128 168 000), tandis que ceux du Cambodge, du Japon, du Pakistan, de la Pologne, de la Turquie, du Vietnam et de la Yougoslavie sont caractérisés comme les petits méga-meurtris ( 19 178 000) et les cas au Mexique, en Corée du Nord et en Russie féodale sont qualifiés de présumés méga-meurtris (4 145 000). [41]

Régimes coloniaux

En réponse aux chiffres de David Stannard sur ce qu'il appelle « l' Holocauste américain », Rummel a estimé qu'au cours des siècles de colonisation européenne, environ 2 à 15 millions d' autochtones américains ont été victimes de démocide, à l'exclusion des batailles militaires et des morts involontaires dans la définition de Rummel. . Rummel a écrit que « [e] même si ces chiffres sont à peu près vrais, cela fait quand même de cet assujettissement des Amériques l'un des démocides les plus sanglants et les plus longs de l'histoire du monde ». [42]

Régimes démocratiques

Alors que les régimes démocratiques sont considérés par Rummel comme les moins susceptibles de commettre un démocide et de s'engager dans des guerres selon la théorie de la paix démocratique , [2] Rummel a écrit que « les démocraties elles-mêmes sont responsables d'une partie de ce démocide. Des estimations détaillées doivent encore être faites, mais des travaux préliminaires suggèrent que quelque 2 000 000 d'étrangers ont été tués de sang-froid par les démocraties." [8] Politique étrangère et services secretsdes régimes démocratiques « peuvent également mener des activités subversives dans d'autres États, soutenir des coups d'État meurtriers et en fait encourager ou soutenir des forces rebelles ou militaires impliquées dans des activités démocratiques. Cela a été fait, par exemple, par la CIA américaine lors du coup d'État de 1952 contre Le Premier ministre iranien Mossadeq et le coup d'État de 1973 contre le président chilien Allende, élu démocratiquement par le général Pinochet, puis le soutien secret apporté aux militaires au Salvador et au Guatemala alors qu'ils massacraient des milliers de présumés partisans communistes, et celui des Contras dans leur guerre. contre le gouvernement sandiniste du Nicaragua malgré leurs atrocités.Le soutien secret accordé aux généraux en Indonésie alors qu'ils assassinaient des centaines de milliers de communistes et d'autres personnes après la prétendue tentative de coup d'État communiste en 1965, et le soutien secret continu accordé au général Agha Mohammed Yahya Khan du Pakistan alors même qu'il était impliqué a été particulièrement répréhensible. en assassinant plus d'un million de Bengalis au Pakistan oriental (aujourd'hui le Bangladesh)."[8]

Selon Rummel, les exemples de démocide démocratique incluraient « ceux qui ont été tués dans des bombardements aveugles ou ciblés par des civils, comme en Allemagne et au Japon pendant la Seconde Guerre mondiale. Cela inclurait les massacres à grande échelle de Philippins pendant la sanglante colonisation américaine des Philippines au au début de ce siècle, les décès dans les camps de concentration britanniques en Afrique du Sud pendant la guerre des sangliers, les décès de civils dus à la famine pendant le blocus britannique de l'Allemagne pendant et après la Première Guerre mondiale, le viol et le meurtre de Chinois sans défense à Pékin et dans les environs en 1900, les atrocités commises par les Américains au Vietnam, le meurtre d'Algériens impuissants pendant la guerre d'Algérie par les Français et les morts non naturelles de prisonniers de guerre allemands dans les camps de prisonniers de guerre français et américains après la Seconde Guerre mondiale. [8]

Voir aussi

Références

  1. ^ A b c d e f Harff, Barbara (1996). "Mort par le gouvernement par RJ Rummel". Le Journal d'histoire interdisciplinaire . 27 (1) : 117-119. doi : 10.2307/206491 . JSTOR  206491 .
  2. ^ A b c d e f g Harff, Barbara (2017). « L'analyse comparative des atrocités de masse et du génocide » (PDF) . Dans Gleditish, NP (éd.). RJ Rummel : Une évaluation de ses nombreuses contributions . SpringerBriefs sur les pionniers de la science et de la pratique. 37 . New York : Springer. p. 111-129. doi : 10.1007/978-3-319-54463-2_12 . ISBN 978-3-319-54463-2.
  3. ^ RJ Rummel (1er février 2005). « Démocide contre d'autres causes de décès » .
  4. ^ RJ Rummel (1998). Statistiques de Democide : Génocide et meurtre de masse depuis 1900 . LIT Verlag. ISBN 978-3825840105.
  5. ^ Génocide .
  6. ^ A b c Rummel, Rudolph (Novembre 1993). « Combien les régimes communistes ont-ils assassiné ? » Département de science politique de l'Université d'Hawaï. Archivé le 25 août 2018 à la Wayback Machine . Consulté le 14 novembre 2020.
  7. ^ Tago, Atsushi; Wayman, Frank (janvier 2010). « Expliquer le début des massacres, 1949-1987 ». Journal de recherche sur la paix . Mille Chênes, Californie : Publications SAGE. 47 (1) : 3-13. doi : 10.1177/0022343309342944 . ISSN 0022-3433 . JSTOR 25654524 . S2CID 145155872 .   
  8. ^ A b c d Rummel, Rudolph (1994). « Démocide dans les États totalitaires : mortacraties et méga-meurtriers » . A Charny, Israël W. ; Horowitz, Irving Louis (éd.). L'élargissement du cercle du génocide (1ère éd.). Routledge. doi : 10.4324/9781351294089-2/democide-totalitarian-states-mortacraties-megamurderers-rummel . ISBN 9781351294089. Récupéré le 25 novembre 2021 – via Taylor & Francis.
  9. ^ un b Rummel, Rudolph (2003) [1997]. "Statistiques de Democide mexicain: Estimations, Calculs et Sources" . Statistique de Democide : Génocide et meurtre de masse depuis 1900 (le rédacteur relié). Charlottesville, Virginie : Center for National Security Law, faculté de droit, Université de Virginie ; Éditeurs de transaction, Université Rutgers. ISBN 9783825840105. Récupéré le 31 août 2021 – via Freedom, Democide, War au système de l'Université d'Hawaï.
  10. ^ "Une interview exclusive de Freeman : Rudolph Rummel parle du miracle de la liberté et de la paix" . L'homme libre : idées sur la liberté . N° 47. Juillet 1997 . Récupéré le 2 novembre 2021 – via Power Kills.
  11. ^ Jacobs, Steven; Totten, Samuel, éd. (2013) [2002]. Pionniers des études sur le génocide (1ère éd.). Londres, Angleterre : Routledge. p. 170. ISBN 9781412849746.
  12. ^ http://www.hawaii.edu/powerkills/DBG.TAB1.4.GIF
  13. ^ Snyder, Tymothy D. (27 janvier 2011). « Hitler contre Staline : qui était pire ? » . La revue new-yorkaise des livres . Récupéré le 25 novembre 2021.
  14. ^ "Combien Staline a-t-il vraiment assassiné ?"
  15. ^ Rummel, Rudolph (1997). "Statistiques du démocide nord-coréen : estimations, calculs et sources" . Département de science politique de l'Université d'Hawaï. Consulté le 14 novembre 2020.
  16. ^ "Génocide" . Archivé le 30 octobre 2007 à la Wayback Machine .
  17. ^ un b Karlsson, Klas-Göran; Schoenhals, Michael (2008). Crimes contre l'humanité sous les régimes communistes . Stockholm : Forum pour l'histoire vivante. ISBN 9789197748728 . 
  18. ^ Jaffrelot, Christophe ; Semelin, Jacques, éd. (2009) Purifier et détruire : les utilisations politiques du massacre et du génocide . Traduit par Schoch, Cynthia. Série CERI en politique comparée et études internationales. New York : Columbia University Press. p. 318, 344. ISBN 978-0-231-14283-0 . 
  19. ^ Fein, Hélène (1993). « Génocides soviétiques et communistes et « démocide » » . Dans Génocide : une perspective sociologique . Études contextuelles et comparatives I : Génocides idéologiques. Mille Chênes : Publications SAGE. p. 75-78. ISBN 978-0-8039-8829-3 . 
  20. ^ Dallin, Alexandre (2000). "Oeuvre(s) revue(s) : Le Livre noir du communisme : Crimes, terreur, répression de Stéphane Courtois, Nicolas Werth, Jean-Louis Panné, Andrzej Paczkowski, Karel Bartošek, Jean-Louis Margolin, Jonathan Murphy et Mark Kramer". Revue slave . 59 (4) : 882‒883. doi : 10.2307/2697429 . JSTOR  2697429 .
  21. ^ Valentino, Benjamin (2005). Solutions finales : massacres et génocide au vingtième siècle . Presse universitaire Cornell. pages 75, 91, 275. ISBN 9780801472732 . 
  22. ^ Rummel, Rudolph (1994). Mort par le gouvernement . Nouveau-Brunswick : Éditeurs de transactions. p. 15, tableau 1.6. ISBN 978-1-56000-927-6 . 
  23. ^ Rummel, Rudolph (10 octobre 2005). « Réévaluer le démocide de la Chine à 73 000 000 » . Paix Démocratique . Consulté le 14 novembre 2020.
  24. ^ Rummel, Rudolph (1er décembre 2005). « Staline a dépassé Hitler dans le mal monstrueux ; Mao a battu Staline » . Département de science politique de l'Université d'Hawaï. Archivé le 17 septembre 2009 à la Wayback Machine . Consulté le 14 novembre 2020.
  25. ^ Rummel, Rudolph (30 novembre 2005). « Obtenir ma réestimation du démocide de Mao » . Paix Démocratique . Archivé de l' original le 20 décembre 2005 . Récupéré le 1er septembre 2021 .
  26. ^ Charny, Israël W. (2016). La contagion du génocide : comment nous nous engageons et affrontons l'holocauste et le génocide . Rowman & Littlefield. p. 203. ISBN 9781442254367.
  27. ^ Courtois, Stéphane, éd. (1999). Le livre noir du communisme : crimes, terreur, répression . Traduit par Kraemer, Mark (consultant éd.); Murphy, Jonathan Murphy. Cambridge : Harvard University Press. p. 4. ISBN 978-0-674-07608-2 . 
  28. ^ Malia, Martin (1999). "Avant-propos : Les utilisations de l'atrocité". Dans Courtois, Stéphane; Kramer, Mark (éd.). Le livre noir du communisme : crimes, terreur, répression . Cambridge : Harvard University Press. p. ix-xx. ISBN 978-0-674-07608-2 . 
  29. ^ Valentino, Benjamin (2005). Solutions finales : massacres et génocide au vingtième siècle . Ithaque : Cornell University Press. pages 75, 91, 275. ISBN 978-0-801-47273-2 . 
  30. ^ Rosefielde, Steven (2010). Holocauste rouge . Londres : Routledge. p. 1, 7. ISBN 978-0-415-77757-5 . 
  31. ^ Blanc, Matthieu (2011). Atrocités : les 100 épisodes les plus meurtriers de l'histoire de l'humanité . New York : WW Norton & Company. p. 455–456. ISBN 978-0-393-08192-3 . 
  32. ^ Strauss, Julia (2014). « Révolution communiste et terreur politique ». Dans Smith, SA (éd.) The Oxford Handbook of the History of Communism . Oxford : Oxford University Press. p. 360-361. ISBN 978-0-191-66752-7 . 
  33. ^ Kotkin, Stephen (3 novembre 2017). "Le siècle sanglant du communisme" The Wall Street Journal . Archivé le 3 novembre 2017 à la Wayback Machine . Consulté le 14 novembre 2020.
  34. ^ Comité de rédaction (6 novembre 2017). "L'héritage de 100 ans de communisme : 65 millions de morts" Chicago Tribune . Archivé le 7 novembre 2017 à la Wayback Machine . Consulté le 14 novembre 2020.
  35. ^ Kuromiya, Hiroaki (2001). "Article de révision : Communisme et terreur. Travail(s) révisé(s) : Le Livre noir du communisme : Crimes, terreur et répression par Stéphane Courtois; Réflexions sur un siècle ravagé par Robert Conquest". Journal d'histoire contemporaine . 36 (1) : 191–201. doi : 10.1177/002200940103600110 . JSTOR  261138 . S2CID  49573923 .
  36. ^ Paczkowski, Andrzej (2001). "La tempête sur le livre noir". Le Wilson Quarterly . 25 (2) : 28-34. JSTOR  40260182 .
  37. ^ Weiner, Amir (2002). "Revue. Ouvrage révisé : Le Livre noir du communisme : Crimes, Terreur, Répression par Stéphane Courtois, Nicolas Werth, Jean-Louis Panné, Andrzej Paczkowski, Karel Bartošek, Jean-Louis Margolin, Jonathan Murphy, Mark Kramer". Le Journal d'histoire interdisciplinaire . 32 (3) : 450–452. doi : 10.1162/002219502753364263 . JSTOR  3656222 . S2CID  142217169 .
  38. ^ Dulić, Tomislav (2004). « Abattoir de Tito : Une analyse critique du travail de Rummel sur Democide ». Journal de recherche sur la paix . 41 (1) : 85-102. doi : 10.1177/0022343304040051 . JSTOR  4149657 . S2CID  145120734 .
  39. ^ Harff, Barbara (2017), "L'analyse comparative des atrocités de masse et du génocide" . Dans Gleditsch, NP, éd. RJ Rummel : Une évaluation de ses nombreuses contributions . 37 . SpringerBriefs sur les pionniers de la science et de la pratique. p. 111-129. doi : 10.1007/978-3-319-54463-2_12 . ISBN 9783319544632 . 
  40. ^ Weiss-Wendt, Anton (2008). "Problèmes dans la bourse d'études comparative sur le génocide". Dans Stone, Dan (éd.). L'historiographie du génocide . Londres : Palgrave Macmillan. p. 42. doi : 10.1057/9780230297784_3 . ISBN 9780230297784 . « Il n'y a pratiquement aucun autre domaine d'étude qui bénéficie d'un consensus aussi faible sur la définition de principes tels que la définition du génocide, la typologie, l'application d'une méthode comparative et le calendrier. Étant donné que les chercheurs ont toujours mis l'accent sur la prévention du génocide, les études comparatives sur le génocide ont été un échec. Paradoxalement, personne n'a tenté jusqu'à présent d'évaluer le champ des études comparatives sur les génocides dans son ensemble. C'est une des raisons pour lesquelles ceux qui se définissent comme spécialistes du génocide n'ont pas été en mesure de détecter la situation de crise.
  41. ^ Rummel, Rudolph (1994). Mort par le gouvernement : Génocide et meurtre de masse depuis 1900 (1ère éd.). Nouveau-Brunswick, New Jersey : Éditeurs de transaction. ISBN 9781560009276. Récupéré le 25 novembre 2021 – via Freedom, Democide, War au système de l'Université d'Hawaï.
  42. ^ Cuisinier sur Stannard , p. 12. Citation et estimation de Rummel de son site Web , à peu près au milieu de la page, après la note de bas de page 82. L'estimation de Rummel n'est probablement pas un seul démocide, mais un total de plusieurs démocides, car de nombreux gouvernements différents étaient impliqués.

Liens externes