Décès de Benito Mussolini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Mussolini et son bourreau
Benito Mussolini (1883-1945)
Walter Audisio , le partisan italien soupçonné de l'avoir exécuté. Photographie prise en 1963.

La mort de Benito Mussolini , le dictateur fasciste italien déchu , est survenue le 28 avril 1945, dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale en Europe , lorsqu'il a été sommairement exécuté par un partisan italien dans le petit village de Giulino di Mezzegra dans le nord de l'Italie . La version généralement acceptée des événements est que Mussolini a été abattu par Walter Audisio , un partisan communiste. Cependant, depuis la fin de la guerre, les circonstances de la mort de Mussolini et l'identité de son bourreau ont fait l'objet de disputes et de controverses continues en Italie.

En 1940, Mussolini a emmené son pays dans la Seconde Guerre mondiale aux côtés de l'Allemagne nazie, mais a rapidement rencontré un échec militaire. À l'automne 1943, il est réduit à être le chef d'un État fantoche allemand dans le nord de l'Italie et est confronté à l' avancée alliée du sud et à un conflit interne de plus en plus violent avec les partisans. En avril 1945, alors que les Alliés franchissent les dernières défenses allemandes dans le nord de l'Italie et qu'un soulèvement général des partisans s'installe dans les villes, la situation de Mussolini devient intenable. Le 25 avril, il fuit Milan , où il était basé, et se dirigea vers la frontière suisse. Lui et sa maîtresse, Claretta Petacci, ont été capturés le 27 avril par des partisans locaux près du village de Dongo sur le lac de Côme . Mussolini et Petacci ont été exécutés l'après-midi suivant, deux jours avant le suicide d'Adolf Hitler .

Les corps de Mussolini et Petacci ont été emmenés à Milan et laissés sur une place de banlieue, la Piazzale Loreto , pour qu'une grande foule en colère les insulte et les maltraite physiquement. Ils ont ensuite été suspendus à l'envers à une poutre métallique au-dessus d'une station-service sur la place. Initialement, Mussolini a été enterré dans une tombe anonyme mais, en 1946, son corps a été déterré et volé par des partisans fascistes. Quatre mois plus tard, il a été récupéré par les autorités qui l'ont ensuite gardé caché pendant les onze années suivantes. Finalement, en 1957, ses restes ont été autorisés à être enterrés dans la crypte de la famille Mussolini dans sa ville natale de Predappio . Sa tombe est devenue un lieu de pèlerinage pour les néo-fascistes et l'anniversaire de sa mort est marqué par des rassemblements néo-fascistes.

Dans les années d'après-guerre, la version "officielle" [note 1] de la mort de Mussolini a été remise en question en Italie (mais, généralement, pas au niveau international) d'une manière qui a établi une comparaison avec les théories du complot d'assassinat de John F. Kennedy . Certains journalistes, politiciens et historiens, doutant de la véracité du récit d'Audisio, ont avancé une grande variété de théories et de spéculations sur la mort de Mussolini et qui en était responsable. Au moins douze individus différents ont, à divers moments, été revendiqués comme étant le tueur. Ceux-ci ont inclus Luigi Longo et Sandro Pertini qui sont ensuite devenus secrétaire général du Parti communiste italien et président de l'Italie .respectivement. Certains auteurs pensent que la mort de Mussolini faisait partie d'une opération des forces spéciales britanniques, dans le but supposé de récupérer des "accords secrets" compromettants et une correspondance avec Winston Churchill que Mussolini aurait porté lors de sa capture. Cependant, l'explication "officielle", avec Audisio comme bourreau de Mussolini, reste le récit le plus crédible.

Événements précédents

République sociale italienne :
  en décembre 1943
  en septembre 1944

Contexte

Mussolini était le chef fasciste de l'Italie depuis 1922, d'abord en tant que Premier ministre et, après sa prise des pouvoirs dictatoriaux en 1925, sous le titre Il Duce . En juin 1940, il entraîne le pays dans la Seconde Guerre mondiale aux côtés de l'Allemagne nazie dirigée par Adolf Hitler . [1] Suite à l' invasion alliée de la Sicile en juillet 1943, Mussolini est déposé et mis en état d'arrestation ; L'Italie signe alors l' armistice de Cassibile avec les Alliés en septembre suivant. [2]

Peu de temps après l'armistice, Mussolini a été sauvé de prison lors du raid du Gran Sasso par les forces spéciales allemandes et Hitler l'a installé à la tête de la République sociale italienne , un État fantoche allemand créé dans le nord de l'Italie et basé dans la ville de Salò près du lac de Garde. . [3] En 1944, la "République de Salò", comme on l'appelait, était menacée non seulement par l'avancée des Alliés du sud, mais aussi à l'intérieur par les partisans antifascistes italiens , dans un conflit brutal qui allait devenir connu sous le nom de la guerre civile italienne . [4]

En remontant lentement la péninsule italienne , les Alliés ont pris Rome puis Florence à l'été 1944 et plus tard cette année-là, ils ont commencé à avancer dans le nord de l'Italie. Avec l' offensive du printemps 1945 en Italie entraînant un effondrement final de la ligne gothique de l'armée allemande en avril, la défaite totale de la République de Salò et de ses protecteurs allemands était imminente. [5]

Le 18 avril 1945, Mussolini quitte Gargnano , un village près de Salò où il résidait, et s'installe, avec tout son gouvernement, à Milan et s'installe à la préfecture de la ville . [6] [7] Le but du mouvement semble avoir été de se préparer à la défaite finale. Son nouvel emplacement le mettrait plus près de l'archevêque de Milan, le cardinal Schuster , qu'il espérait utiliser comme intermédiaire pour négocier avec les Alliés et les partisans. De plus, il était mieux placé pour une évasion vers la frontière suisse . [8]

Vol de Milan

Au cours de la semaine suivant son arrivée à Milan, et la situation militaire se détériorant, Mussolini a hésité entre un certain nombre d'options, y compris faire un dernier combat dans la Valteline , une vallée des Alpes italiennes (le soi-disant Ridotto Alpino Repubblicano ), fuyant vers Suisse, ou tentant de négocier une passation pacifique à la direction partisane, la CLNAI , [note 2] ou aux Alliés. [10] [11] [12] Pendant que les forces allemandes se retiraient, le CLNAI a déclaré un soulèvement général dans les principales villes du nord. [13]Il a également publié un décret établissant des tribunaux populaires, qui incluait dans ses dispositions ce qui, en pratique, constituerait une condamnation à mort pour Mussolini : [14]

Mussolini abandonnant la préfecture de Milan le 25 avril 1945 (considéré comme la dernière photographie de lui vivant)
  La route de Mussolini
  Postes frontaliers suisses
  Route directe vers la Valteline

Les membres du gouvernement fasciste et les gerarchi [note 3] du fascisme qui sont coupables de supprimer les garanties constitutionnelles, de détruire les libertés populaires, de créer le régime fasciste, de compromettre et de trahir le sort du pays, et de le conduire à la catastrophe actuelle doivent être puni de la peine de mort et, dans les cas les moins graves, de la réclusion à perpétuité.

—  CLNAI, décret du 25 avril 1945, art. 5 [14]

Dans l'après-midi du 25 avril [16] , le cardinal Schuster a accueilli dans sa résidence des négociations de paix entre Mussolini et des représentants de la CLNAI, qui n'ont pas abouti. [17] [18] Ce soir-là, [19] avec l'armée allemande dans le nord de l'Italie sur le point de se rendre et le CLNAI prenant le contrôle de Milan, Mussolini a décidé de fuir la ville. [13] [20] À 20  h. il s'est dirigé vers le nord en direction du lac de Côme . On ne sait pas si son objectif était de tenter de franchir la frontière suisse ou de se rendre dans la Valteline ; si c'était ce dernier, il quittait la ville sans les milliers de supporters réunis à Milan destinés à l'escorter jusqu'à la dernière barre des Alpes. [21]

Selon certains récits, le 26 avril, Mussolini, désormais rejoint par sa maîtresse Claretta Petacci , a fait plusieurs tentatives infructueuses pour traverser la frontière suisse. Abandonnant cet objectif, il rejoint le 27 avril une colonne de la Luftwaffe voyageant en convoi et se repliant vers le nord en Allemagne. [22]

Capturer et arrêter

Le 27 avril 1945, un groupe de partisans communistes locaux a attaqué le convoi dans lequel voyageaient Mussolini et Petacci, près du village de Dongo sur la rive nord-ouest du lac de Côme et l'a forcé à s'arrêter. Le convoi comprenait un certain nombre d'autres dirigeants fascistes italiens. Les partisans, menés par Pier Luigi Bellini delle Stelle et Urbano Lazzaro , ont reconnu l'un des fascistes, mais pas Mussolini à ce stade. Ils ont obligé les Allemands à livrer tous les Italiens en échange de leur permettre de continuer. Finalement, Mussolini a été découvert affalé dans l'un des véhicules du convoi. [23] Lazzaro a déclaré plus tard que :

Son visage était comme de la cire et son regard vitreux, mais en quelque sorte aveugle. J'ai lu un épuisement total, mais pas de peur ... Mussolini semblait complètement dépourvu de volonté, spirituellement mort. [23]

Les partisans ont arrêté Mussolini et l'ont emmené à Dongo, où il a passé une partie de la nuit dans la caserne locale. [23] À Dongo, Mussolini a retrouvé Petacci, qui avait demandé à le rejoindre, vers 2  h 30 le 28 avril. [24] [25] En tout, plus de cinquante dirigeants fascistes et leurs familles ont été retrouvés dans le convoi et arrêtés par les partisans. Outre Mussolini et Petacci, seize des plus éminents d'entre eux seraient sommairement abattus à Dongo le lendemain et dix autres seraient tués au cours de deux nuits successives. [26]

Claretta Petacci , la maîtresse de Mussolini, est capturée et exécutée avec lui.

Les combats se poursuivaient dans la région de Dongo. Craignant que Mussolini et Petacci ne soient secourus par des partisans fascistes, les partisans les ont conduits, au milieu de la nuit, dans une ferme voisine d'une famille paysanne nommée De Maria; ils croyaient que ce serait un endroit sûr pour les retenir. Mussolini et Petacci y passèrent le reste de la nuit et la majeure partie de la journée suivante. [27]

Le soir de la capture de Mussolini, Sandro Pertini , le chef partisan socialiste du nord de l'Italie, a annoncé sur Radio Milano :

Le chef de cette association de délinquants, Mussolini, alors qu'il était jaune de rancune et de peur et tentait de franchir la frontière suisse, a été arrêté. Il doit être remis à un tribunal du peuple pour qu'il puisse le juger rapidement. Nous le voulons, même si nous pensons qu'un peloton d'exécution est un trop grand honneur pour cet homme. Il mériterait d'être tué comme un chien galeux. [28]

Ordre d'exécution

Il existe différents récits sur qui a pris la décision d'exécuter sommairement Mussolini. Palmiro Togliatti , le secrétaire général du Parti communiste , a affirmé qu'il avait ordonné l'exécution de Mussolini avant sa capture. Togliatti a déclaré qu'il l'avait fait par un message radio le 26 avril 1945 avec les mots:

Une seule chose est nécessaire pour décider qu'ils [Mussolini et les autres dirigeants fascistes] doivent payer de leur vie : la question de leur identité". [29]

Il a également affirmé qu'il avait donné l'ordre en tant que vice-Premier ministre du gouvernement à Rome et en tant que chef du Parti communiste. Ivanoe Bonomi , le premier ministre, a plus tard nié que cela ait été dit avec l'autorité ou l'approbation de son gouvernement. [29]

Luigi Longo ( à gauche ) et Palmiro Togliatti lors d'un congrès du Parti communiste après la guerre .

Un haut responsable communiste de Milan, Luigi Longo , a déclaré que l'ordre provenait du commandement général des unités militaires partisanes "en application d'une décision CLNAI". [29] Longo a par la suite donné une histoire différente : il a déclaré que lorsque lui et Fermo Solari ( it ), membre du Parti d'action (qui faisait partie du CLNAI), ont entendu la nouvelle de la capture de Mussolini, ils ont immédiatement convenu qu'il devrait être sommairement exécuté et Longo donna l'ordre de l'exécuter. [29] D'après Léo Valiani, représentant du Parti Action au CLNAI, la décision d'exécuter Mussolini a été prise dans la nuit du 27 au 28 avril par un groupe agissant au nom du CLNAI composé de lui-même, Sandro Pertini, et des communistes Emilio Sereni et Luigi Longo. [28] Le CLNAI a par la suite annoncé, le lendemain de sa mort, que Mussolini avait été exécuté sur ses ordres. [20]

Quoi qu'il en soit, Longo ordonna à un partisan communiste du Commandement général, Walter Audisio , de se rendre immédiatement à Dongo pour exécuter l'ordre. Selon Longo, il l'a fait avec les mots "va lui tirer dessus". [30] Longo a demandé à un autre partisan, Aldo Lampredi ( il ), d'y aller aussi parce que, selon Lampredi, Longo pensait qu'Audisio était "impudent, trop inflexible et téméraire". [30]

Exécution

Lieu d'exécution : entrée de la Villa Belmonte.
La mitraillette MAS-38 de Moretti , qui aurait été utilisée par Audisio.

Bien que plusieurs versions et théories contradictoires sur la mort de Mussolini et Petacci aient été avancées après la guerre, le récit de Walter Audisio, ou du moins ses éléments essentiels, reste le plus crédible et est parfois qualifié en Italie de version "officielle". [31] [32] [33]

Elle a été largement confirmée par un récit fourni par Aldo Lampredi [34] et le récit "classique" de l'histoire a été exposé dans des livres écrits dans les années 1960 par Bellini delle Stelle et Urbano Lazzaro, et le journaliste Franco Bandini ( it ). [6] Bien que chacun de ces récits varie dans le détail, ils sont cohérents sur les faits principaux. [32]

Audisio et Lampredi quittèrent Milan pour Dongo tôt le matin du 28 avril 1945 pour exécuter les ordres qu'Audisio avait reçus de Longo. [35] [36] À leur arrivée à Dongo, ils ont rencontré Bellini delle Stelle, qui était le commandant partisan local, pour faire en sorte que Mussolini leur soit remis. [35] [36] Audisio a utilisé le nom de guerre de "Colonnello Valerio" pendant sa mission. [35] [37] Dans l'après-midi, il, avec d'autres partisans, en incluant Aldo Lampredi et Michele Moretti, a conduit à la ferme de la famille De Maria pour recueillir Mussolini et Petacci. [38] [39] Après avoir été récupérés, ils ont conduit 20 kilomètres au sud jusqu'au village de Giulino di Mezzegra. [40] Le véhicule s'est arrêté à l'entrée de la Villa Belmonte sur une route étroite connue sous le nom de via XXIV maggio et Mussolini et Petacci ont reçu l'ordre de sortir et de se tenir près du mur de la villa. [35] [40] [41] Audisio leur a ensuite tiré dessus à 16h10  . avec une mitraillette empruntée à Moretti, sa propre arme s'étant enrayée. [35] [39] [42] Il y avait des différences dans le récit de Lampredi et celui d'Audisio. Audisio a présenté Mussolini comme agissant de manière lâche juste avant sa mort, contrairement à Lampredi. Audisio a déclaré avoir lu une condamnation à mort, alors que Lampredi l'a omis. Lampredi a déclaré que les derniers mots de Mussolini étaient "viser mon cœur". Dans le récit d'Audisio, Mussolini n'a rien dit immédiatement avant ou pendant l'exécution. [42] [43]

Des différences existent également avec le récit donné par d'autres personnes impliquées, notamment Lazzaro et Bellini delle Stelle. Selon ce dernier, lorsqu'il a rencontré Audisio à Dongo, Audisio a demandé une liste des prisonniers fascistes qui avaient été capturés la veille et a marqué les noms de Mussolini et Petacci pour exécution. Bellini delle Stelle a déclaré qu'il avait demandé à Audisio pourquoi Petacci devait être exécuté. Audisio a répondu qu'elle avait été la conseillère de Mussolini, avait inspiré sa politique et était "tout aussi responsable que lui". Selon Bellini delle Stelle, aucune autre discussion ou formalité concernant la décision de les exécuter n'a eu lieu. [44]

Audisio a donné un compte rendu différent. Il a affirmé que le 28 avril, il avait convoqué un "tribunal de guerre" à Dongo composé de Lampredi, Bellini delle Stelle, Michele Moretti et Lazzaro avec lui-même comme président. Le tribunal condamna Mussolini et Petacci à mort. Il n'y a eu aucune objection à aucune des exécutions proposées. [44] Urbano Lazzaro a par la suite nié qu'un tel tribunal ait été convoqué et a déclaré :

J'étais convaincu que Mussolini méritait la mort ... mais il aurait dû y avoir un procès conformément à la loi. C'était très barbare. [44]

Dans un livre qu'il a écrit dans les années 1970, Audisio a fait valoir que la décision d'exécuter Mussolini prise lors de la réunion à Dongo des chefs partisans le 28 avril constituait un jugement valable d'un tribunal en vertu de l'article 15 de l'ordonnance de la CNLAI sur la constitution des tribunaux de Guerre. [45] Cependant, l'absence d'un juge ou d'un Commissario di Guerra (dont la présence est requise par l'ordonnance) jette un doute sur cette affirmation. [46] [remarque 4]

Événements ultérieurs

Pendant sa dictature, les représentations du corps de Mussolini - par exemple des images de lui engagé dans un travail physique torse nu ou à moitié nu - constituaient un élément central de la propagande fasciste. Son corps est resté un symbole puissant après sa mort, le faisant soit vénéré par les partisans, soit traité avec mépris et manque de respect par les opposants, et assumant une signification politique plus large. [48] ​​[49]

Piazzale Loreto

Le cadavre de Mussolini ( deuxième à gauche ) à côté de Petacci (au milieu ) et d'autres fascistes exécutés sur la Piazzale Loreto , Milan, 1945

Dans la soirée du 28 avril, les corps de Mussolini, Petacci et des autres fascistes exécutés ont été chargés dans une camionnette et transportés vers le sud jusqu'à Milan. Arrivés dans la ville aux premières heures du 29 avril, ils ont été jetés sur le sol de la Piazzale Loreto , une place de banlieue près de la gare principale . [50] [51] Le choix de l'emplacement était délibéré. Quinze partisans y avaient été abattus en août 1944 en représailles d'attaques partisanes et de bombardements alliés, et leurs corps avaient ensuite été exposés au public. A l'époque, Mussolini aurait fait remarquer "pour le sang de Piazzale Loreto, nous paierons cher". [51]

Leurs corps ont été laissés en tas et à 9  heures du matin, une foule considérable s'était rassemblée. Les cadavres ont été bombardés de légumes, crachés dessus, urinés dessus, abattus et frappés à coups de pied; Le visage de Mussolini a été défiguré par les coups. [52] [53] Les forces alliées ont commencé à arriver dans la ville au cours de la matinée et un témoin oculaire américain a décrit la foule comme "sinistre, dépravée, incontrôlable". [53] Au bout d'un moment, les corps ont été suspendus par les pieds à la charpente métallique d'une station-service Standard Oil à moitié construite . [52] [53] [54]Ce mode de pendaison était utilisé dans le nord de l'Italie depuis l'époque médiévale pour souligner «l'infamie» des pendus. Cependant, la raison invoquée par les personnes impliquées dans la pendaison de Mussolini et des autres de cette manière était de protéger les corps de la foule. Des séquences filmées de ce qui s'est passé semblent confirmer que c'est le cas. [55]

Morgue et autopsie

Les corps de Mussolini et Petacci photographiés par un caméraman de l'armée américaine à la morgue de la ville de Milan.

Vers 14h00  . le 29 avril, les autorités militaires américaines récemment arrivées ont ordonné que les corps soient descendus et livrés à la morgue de la ville pour des autopsies. Un caméraman de l'armée américaine a pris des photos des corps pour publication, dont une avec Mussolini et Petacci positionnés dans une pose macabre comme s'ils étaient bras dessus bras dessous. [56]

Le 30 avril, une autopsie a été pratiquée sur Mussolini à l'Institut de médecine légale de Milan. Une version du rapport ultérieur indiquait qu'il avait été abattu de neuf balles, tandis qu'une autre version spécifiait sept balles. Quatre balles près du cœur ont été données comme cause du décès. Les calibres des balles n'ont pas été identifiés. [57] Des échantillons du cerveau de Mussolini ont été prélevés et envoyés aux États-Unis pour analyse. L'intention était de prouver l'hypothèse que la syphilis avait causé la folie en lui, mais rien n'a résulté de l'analyse; [58] aucune preuve de syphilis n'a été trouvée sur son corps non plus. Aucune autopsie n'a été pratiquée sur Petacci. [59]

Impact sur Hitler

Dans l'après-midi du 29 avril, Adolf Hitler a appris l'exécution de Mussolini, bien que l'on ne sache pas combien de détails lui ont été communiqués. [60] [61] Plus tôt ce jour-là, Hitler avait enregistré dans son testament qu'il avait l'intention de choisir la mort plutôt que de "tomber entre les mains des ennemis" et des masses, et de devenir "un spectacle arrangé par les juifs". [62] Le jour suivant, Hitler s'est suicidé à Berlin , peu de temps avant que la ville ne tombe aux mains de l' Armée rouge . [63] Conformément aux instructions préalables d'Hitler, son corps a été immédiatement brûlé avec de l' essence , ne laissant pratiquement aucun reste.[64]

Certains historiens pensent que ce qui est arrivé à Mussolini a été un facteur dans la décision d'Hitler de se suicider et de se faire brûler le corps. [65] Alan Bullock a déclaré que la nouvelle du sort de Mussolini avait vraisemblablement accru la détermination d'Hitler à éviter la capture [66] et William L. Shirer pensait que la connaissance des événements entourant la mort de Mussolini avait peut-être renforcé la résolution d'Hitler de ne pas risquer que sa chute ne se transforme en un humiliation publique. [60] Cependant, Hugh Trevor-Roper pensait que cela était improbable car il était peu probable que les détails aient été rapportés à Hitler et, en tout état de cause, il avait déjà décidé de sa ligne de conduite. [67] Ian Kershawnote que même s'il n'est pas certain qu'Hitler ait été informé des détails de la mort de Mussolini:

s'il avait appris tout le récit sanglant, cela n'aurait pu que confirmer son désir de se suicider avant qu'il ne soit trop tard et d'empêcher que son corps ne soit saisi par ses ennemis. [68]

Inhumation et vol de cadavre

Après sa mort et l'exposition de son cadavre à Milan, Mussolini est enterré dans une tombe anonyme du cimetière de Musocco , au nord de la ville. Le dimanche de Pâques 1946, le corps de Mussolini est localisé et déterré par un jeune fasciste, Domenico Leccisi , et deux amis. [69] Sur une période de seize semaines, il a été déplacé d'un endroit à l'autre - les cachettes comprenaient une villa, un monastère et un couvent - pendant que les autorités le recherchaient. [48] ​​Finalement, en août, le corps (avec une jambe manquante) a été retrouvé à la Certosa di Pavia , un monastère non loin de Milan. Deux frères franciscains ont été chargés d'aider Leccisi à cacher le corps. [69][70]

Les autorités ont ensuite fait en sorte que le corps soit caché dans un monastère capucin de la petite ville de Cerro Maggiore où il est resté pendant les onze années suivantes. Le lieu où se trouvait le corps était gardé secret, même pour la famille de Mussolini. [71] C'est resté la position jusqu'au mai de 1957, quand le Premier ministre nouvellement nommé, Adone Zoli , a accepté le réinhumation de Mussolini à son endroit de naissance dans Predappio , dans Romagna . Zoli, qui venait également de Predappio et connaissait la veuve de Mussolini, Rachele , dépendait de l'extrême droite pour le soutenir au Parlement . Cela comprenait Leccisi lui-même, qui était maintenant un néo-fascistedéputé du parti . [72]

Tombe et anniversaire de la mort

La tombe de Mussolini dans sa crypte familiale, Predappio

La réinhumation dans la crypte de la famille Mussolini à Predappio a eu lieu le 1er septembre 1957, avec des partisans présents donnant le salut fasciste . Mussolini a été inhumé dans un grand sarcophage en pierre . [note 5] La tombe est décorée de symboles fascistes et contient une grande tête en marbre de Mussolini. Devant la tombe se trouve un registre pour les visiteurs qui rendent hommage à signer. Le tombeau est devenu un lieu de pèlerinage néo-fasciste. Le nombre de personnes signant le registre de la tombe varie de dizaines à des centaines par jour, avec des milliers de signatures à certains anniversaires ; presque tous les commentaires laissés sont favorables à Mussolini. [72]

L'anniversaire de la mort de Mussolini, le 28 avril, est devenu l'une des trois dates que les partisans néofascistes marquent par de grands rassemblements. À Predappio, une marche a lieu entre le centre-ville et le cimetière. L'événement attire généralement des milliers de partisans et comprend des discours, des chansons et des personnes faisant le salut fasciste . [74]

Controverse d'après-guerre

En dehors de l'Italie, la version d'Audisio sur la façon dont Mussolini a été exécuté a été largement acceptée et n'est pas controversée. [75] Cependant, en Italie, le sujet a fait l'objet d'un débat et d'une dispute approfondis depuis la fin des années 1940 jusqu'à nos jours et diverses théories sur la mort de Mussolini ont proliféré. [20] [75] Au moins 12 individus différents ont été identifiés à divers moments comme étant responsables de l'exécution de la fusillade. [75] Des comparaisons ont été faites avec les théories du complot d'assassinat de John F. Kennedy , [20] et il a été décrit comme l'équivalent italien de cette spéculation. [75]

Réception de la version d'Audisio

Jusqu'en 1947, l'implication d'Audisio était gardée secrète, et dans les premières descriptions des événements (dans une série d'articles du journal du Parti communiste L'Unità à la fin de 1945), la personne qui a perpétré la fusillade n'était appelée que "Colonnello Valério". [75]

Aldo Lampredi a accompagné Audisio dans sa mission et en a rédigé un récit en 1972.

Audisio a été nommé pour la première fois dans une série d'articles du journal Il Tempo en mars 1947 et le Parti communiste a ensuite confirmé l'implication d'Audisio. Audisio lui-même n'en a pas parlé publiquement jusqu'à ce qu'il publie son récit dans une série de cinq articles dans L'Unità plus tard ce mois-là (et répété dans un livre qu'Audisio a écrit plus tard et qui a été publié en 1975, deux ans après sa mort). [37] D'autres versions de l'histoire ont également été publiées, dont, dans les années 1960, deux livres reprenant le récit « classique » de l'histoire : Dongo, la fine di Mussolini de Lazzaro et Bellini delle Stelle et Le ultime 95 ore di Mussolini de Franco Bandini. [6]

Avant longtemps, il a été noté qu'il y avait des divergences entre l'histoire originale d'Audisio publiée dans L'Unità , les versions ultérieures qu'il a fournies et les versions des événements fournies par d'autres. Bien que son récit soit très probablement construit autour des faits, il a certainement été embelli. [76] Les divergences et les exagérations évidentes, associées à la croyance que le Parti communiste l'avait choisi pour revendiquer la responsabilité de leurs propres objectifs politiques, ont conduit certains en Italie à croire que son histoire était totalement ou en grande partie fausse. [76]

En 1996, un récit privé inédit écrit en 1972 par Aldo Lampredi pour les archives du Parti communiste, paraît dans L'Unità . Dans ce document, Lampredi a confirmé les faits clés de l'histoire d'Audisio mais sans les embellissements. Lampredi était sans aucun doute un témoin oculaire et, parce qu'il préparait son récit pour les archives privées du Parti communiste - et non pour publication - il était perçu qu'il n'avait aucune motivation autre que de dire la vérité. De plus, il avait la réputation d'être fiable et digne de confiance; il était également connu pour avoir détesté Audisio personnellement. Pour toutes ces raisons, il a été considéré comme significatif qu'il ait largement confirmé le récit d'Audisio. Après la publication du récit de Lampredi, la plupart des commentateurs, mais pas tous, étaient convaincus de sa véracité. L'historienGiorgio Bocca a commenté :

"il balaie tous les mauvais romans construits en 50 ans sur la fin du Duce du fascisme .... Il n'y avait aucune possibilité que les nombreuses versions ridicules diffusées au cours de ces années soient vraies ... La vérité est maintenant sans équivoque" . [77]

Revendications de Lazzaro

Urbano Lazzaro , 1945, indiquant un trou de balle près de l'entrée de la Villa Belmonte.

Dans son livre de 1993 Dongo: un demi-siècle de mensonges , le chef partisan Urbano Lazzaro a répété une affirmation qu'il avait faite plus tôt selon laquelle Luigi Longo et non Audisio, était "Colonnello Valerio". Il a également affirmé que Mussolini avait été blessé par inadvertance plus tôt dans la journée lorsque Petacci avait tenté de saisir l'arme de l'un des partisans, qui avait tué Petacci et Michele Moretti, puis abattu Mussolini. [78] [79] [80]

L'"hypothèse britannique"

Il y a eu plusieurs affirmations selon lesquelles l'unité britannique d'opérations secrètes en temps de guerre, le Special Operations Executive (SOE), était responsable de la mort de Mussolini, et qu'elle aurait même été ordonnée par le Premier ministre britannique, Winston Churchill . Apparemment, cela faisait partie d'une "dissimulation" pour récupérer des "accords secrets" et une correspondance compromettante entre les deux hommes, que Mussolini portait lorsqu'il a été capturé par des partisans. On dit que la correspondance comprenait des offres de paix et de concessions territoriales de Churchill en échange de Mussolini persuadant Hitler de rejoindre les Alliés occidentaux dans une alliance contre l' Union soviétique . [81] [82] Les partisans de cette théorie ont inclus des historiens tels queRenzo De Felice [83] et Pierre Milza [84] et des journalistes dont Peter Tompkins [82] et Luciano Garibaldi ( it ) ; [85] cependant, la théorie a été rejetée par beaucoup. [81] [82] [83]

En 1994, Bruno Lonati, un ancien chef partisan, a publié un livre dans lequel il affirmait avoir tiré sur Mussolini et qu'il était accompagné dans sa mission par un officier de l'armée britannique appelé "John", qui a tiré sur Petacci. [20] [86] Le journaliste Peter Tompkins a affirmé avoir établi que "John" était Robert Maccarrone, un agent britannique du SOE qui avait une ascendance sicilienne. Selon Lonati, lui et "John" se sont rendus à la ferme De Maria le matin du 28 avril et ont tué Mussolini et Petacci vers 11h00  [ 82] [87] En 2004, la chaîne de télévision publique italienne RAI, a diffusé un documentaire, coproduit par Tompkins, dans lequel la théorie était avancée. Lonati a été interviewé pour le documentaire et a affirmé que lorsqu'il est arrivé à la ferme :

Petacci était assis sur le lit et Mussolini était debout. "John" m'a emmené dehors et m'a dit que ses ordres étaient de les éliminer tous les deux, car Petacci savait beaucoup de choses. J'ai dit que je ne pouvais pas tirer sur Petacci, alors John a dit qu'il la tuerait lui-même, tout en précisant que Mussolini devait cependant être tué par un Italien. [82]

Ils les ont fait sortir de la maison et, au coin d'une ruelle voisine, ils ont été placés contre une clôture et abattus. Le documentaire comprenait une interview de Dorina Mazzola qui a déclaré que sa mère avait vu la fusillade. Elle a également dit qu'elle-même avait entendu les coups de feu et qu'elle "avait regardé l'horloge, il était presque 11". Le documentaire a poursuivi en affirmant que les fusillades ultérieures à la Villa Belmonte avaient ensuite été organisées dans le cadre de la "dissimulation". [82]

La théorie a été critiquée pour l'absence de toute preuve sérieuse, en particulier sur l'existence de la correspondance avec Churchill. [81] [88] Commentant le documentaire télévisé RAI en 2004, Christopher Woods, chercheur pour l'histoire officielle du SOE, a rejeté ces affirmations en disant que "c'est juste l'amour de la conspiration". [82]

Autres théories de la "mort antérieure"

La ferme De Maria, v.  1945

Certains, dont le plus persistant le journaliste fasciste Giorgio Pisanò , ont affirmé que Mussolini et Petacci avaient été abattus plus tôt dans la journée près de la ferme De Maria et que l'exécution à Giulino de Mezzegra avait été mise en scène avec des cadavres. [89] [90] Le premier à l'avoir avancé fut Franco Bandini en 1978. [91]

Autres théories

D'autres théories ont été publiées, notamment des allégations selon lesquelles non seulement Luigi Longo , par la suite chef du Parti communiste dans l'Italie d'après-guerre, mais aussi Sandro Pertini , futur président italien, auraient perpétré les tirs. D'autres ont affirmé que Mussolini (ou Mussolini et Petacci ensemble) s'était suicidé avec des capsules de cyanure. [92]

Voir aussi

Remarques

  1. En fait, il n'y a jamais eu de détermination par une autorité gouvernementale ou judiciaire d'une version particulière des événements. Cette version généralement acceptée est souvent appelée la "version officielle", néanmoins. Cependant, pour refléter ce manque d'autorité gouvernementale ou judiciaire, des sources sur le sujet ont utilisé le terme entre guillemets. Voir Moseley 2004 , p. 275
  2. ↑ Le CNLAI ou Comitato di Liberazione Nazionale Alta Italia (Comité de libération nationale de la Haute-Italie) était la direction politico-militaire collective des principaux groupes partisans opérant dans le nord de l'Italie. Il était composé de représentants des cinq principaux partis politiques antifascistes : le Parti communiste italien , le Parti d'action , le Parti socialiste italien , la Démocratie chrétienne et le Parti libéral .. Chaque parti contrôlait une force partisane, la plus importante étant les communistes suivis du Parti d'action. Le CLNAI a été créé en janvier 1944 pour coordonner les activités de ces groupes partisans, mais s'est rapidement affirmé comme l'autorité politique légitime du nord de l'Italie. Bien qu'initialement résistants, les Alliés finirent par reconnaître cette revendication et laissèrent le maintien de l'ordre public dans les zones libérées au CLNAI. En mars 1945, le CLNAI avait 80 000 partisans sous son contrôle et ce nombre était passé à 250 000 à la fin avril 1945. [9]
  3. ^ Gerarchi peut être traduit par "dirigeants fascistes". [15] Voir Gerarca .
  4. Après la guerre, la famille de Claretta Petacci a entamé des poursuites civiles et pénales contre Walter Audisio pour son homicide illégal. Après une longue procédure judiciaire, un juge d'instruction a finalement classé l'affaire en 1967 et acquitté Audisio de meurtre et de détournement de fonds au motif que les actions incriminées s'étaient produites comme un acte de guerre contre les Allemands et les fascistes pendant une période d'occupation ennemie. [47]
  5. En post-scriptum, en 1966, les échantillons de tissus cérébraux de Mussolini, prélevés lors de l'autopsie, ont été rendus à sa veuve par l'hôpital psychiatrique St. Elizabeths à Washington DC, où ils étaient stockés depuis 1945. [58] Elle a placé les échantillons dans une boîte dans la tombe, amenant l'historien John Foot à commenter que "enfin, dix-neuf ans après son exécution, la dépouille mortelle et agitée de Benito Mussolini était de retour au même endroit, et en plus ou moins d'un seul morceau". [48] ​​En 2009, il a été rapporté que des échantillons du cerveau et du sang de Mussolini, volés au moment de l'autopsie, ont été proposés à la vente sur eBaypour 15 000 euros. eBay a supprimé l'annonce peu de temps après sa publication et personne n'a pu enchérir. Les autorités hospitalières ont déclaré que tous les échantillons de l'autopsie avaient été détruits en 1947. [73]

Références

  1. ^ Histoire de la BBC
  2. ^ Blinkhorn 2006 , p. 51
  3. ^ Quartermaine 2000 , p. 14, 21
  4. ^ Payne 1996 , p. 413
  5. ^ Sharp Wells 2013 , p. 191-194
  6. ^ un bc Di Bella 2004 , p. 49
  7. ^ Clark 2014a , p. 320
  8. ^ Morgan 2008 , p. 223
  9. ^ Clark 2014b , p. 375-378
  10. ^ Clark 2014a , p. 319-320
  11. ^ Neville 2014 , pp. 208-211
  12. ^ Moseley 2004 , pp. 236–237
  13. ^ un b Quartermaine 2000 , pp. 130-131
  14. ^ un b Moseley 2004 , p. 238
  15. ^ Garibaldi 2004 , pp. 79, 86
  16. ^ Moseley 2004 , p. 240
  17. ^ Clark 2014a , p. 320-321
  18. ^ Neville 2014 , pp. 209-210
  19. ^ Moseley 2004 , p. 246
  20. ^ un bcd O'Reilly 2001 , p . 244
  21. ^ Clark 2014a , p. 321-323
  22. ^ Clark 2014a , p. 321-322
  23. ^ un bc Bosworth 2014 , p. 31
  24. ^ Neville 2014 , p. 224
  25. ^ Moseley 2004 , p. 272
  26. ^ Roncacci 2003 , pp. 391, 403
  27. ^ Neville 2014 , p. 212
  28. ^ un b Moseley 2004 , p. 282
  29. ^ un bcd Moseley 2004 , pp. 280–281
  30. ^ un b Moseley 2004 , pp. 281, 283, 302
  31. ^ Cavalleri 2009 , p. 11
  32. ^ un b Roncacci 2003 , p. 404
  33. ^ Moseley 2004 , pp. 275-276, 290, 306
  34. ^ Moseley 2004 , p. 301
  35. ^ un bcd Audisio 1947 _ _
  36. ^ un b Moseley 2004 , pp. 302-304
  37. ^ un b Moseley 2004 , p. 289
  38. ^ Moseley 2004 , pp. 290–292, 302–304
  39. ^ un b Bosworth 2014 , pp. 31-32
  40. ^ un b Moseley 2004 , pp. 290-291, 304
  41. ^ Di Bella 2004 , p. 50
  42. ^ un b Moseley 2004 , p. 304
  43. ^ Luzzato 2014 , p. 54
  44. ^ un bc Moseley 2004 , p. 286
  45. ^ Audisio 1975 , p. 371
  46. ^ Baima Bollone 2005 , p. 165
  47. ^ Baima Bollone 2005 , p. 123
  48. ^ un bc Foot 1999
  49. ^ Luzzatto 2014 , p. 5-17
  50. ^ Moseley 2004 , pp. 311-313
  51. ^ un b Bosworth 2014 , pp. 332-333
  52. ^ un b Luzzatto 2014 , pp. 68–71
  53. ^ un bc Moseley 2004 , pp. 313-315
  54. ^ Garibaldi 2004 , p. 78
  55. ^ Di Bella 2004 , p. 51
  56. ^ Luzzatto 2014 , pp. 74–75
  57. ^ Moseley 2004 , p. 320
  58. ^ un b Bosworth 2014 , p. 334
  59. ^ Moseley 2004 , p. 321
  60. ^ un b Shirer 1960 , p. 1131
  61. ^ Goeschel 2018 , p. 289
  62. ^ Kershaw 2008 , pp. 949–950
  63. ^ Kershaw 2001 , p. 823.
  64. ^ Kershaw 2008 , pp. 954–956
  65. ^ Soloway 2015
  66. ^ Bullock 1962 , p. 798
  67. ^ Trevor-Roper 1995 , p. 174
  68. ^ Kershaw 2001 , p. 1299
  69. ^ un b Moseley 2004 , pp. 350-352
  70. ^ Duggan 2013 , pp. 428–429
  71. ^ Moseley 2004 , pp. 355–356
  72. ^ un b Duggan 2013 , pp. 429-430
  73. ^ Écuyers 2009
  74. ^ Duggan 2013 , p. 430
  75. ^ un bcd Moseley 2004 , p . 275
  76. ^ un b Moseley 2004 , pp. 275, 289-293
  77. ^ Moseley 2004 , pp. 301–306
  78. ^ Lazzaro 1993 , p. 145ff.
  79. ^ Moseley 2004 , p. 299
  80. ^ Hooper 2006
  81. ^ un bc Bailey 2014 , pp. 153-155
  82. ^ un bcdefg Owen 2004 _ _ _ _
  83. ^ un b Bompard 1995
  84. ^ Samuel 2010
  85. ^ Garibaldi 2004 , p. 138ff.
  86. ^ Lonati 1994 , p. 1ff.
  87. ^ Tompkins 2001 , pp. 340–354
  88. ^ Moseley 2004 , p. 341
  89. ^ Bosworth 2014 , p. 32
  90. ^ Moseley 2004 , pp. 297-298
  91. ^ Bandini 1978 , p. 1ff.
  92. ^ Moseley 2004 , p. 298

Bibliographie

Livres

  • Audisio, Walter (1975). In nome del popolo italiano . Téti (Italie). ISBN 88-7039-085-3.
  • Bailey, Roderick (2014). Cible : Italie : La guerre secrète contre Mussolini 1940-1943 . Faber & Faber. ISBN 978-0-571-29920-1.
  • Baima Bollone, Pierluigi (2005). Le minerai ultime de Mussolini . Mondadori (Italie). ISBN 88-04-53487-7.
  • Bandini, Franco (1978). Vita e morte segreta di Mussolini . Mondadori (Italie).
  • Bellini delle Stelle, Pier Luigi; Lazzaro, Urbano (1962). Dongo ultima azione . Mondadori (Italie).
  • Blinkhorn, Martin (2006). Mussolini et l'Italie fasciste . Routledge. ISBN 978-1-134-85214-7.
  • Bosworth, RJB (2014). Mussolini . Éditions Bloomsbury. ISBN 978-1-84966-444-8.
  • Bullock, Alan (1962) [1952]. Hitler : une étude sur la tyrannie . Livres de pingouins. ISBN 978-0-14-013564-0.
  • Cavalleri, Giorgio; et coll. (2009). La fine. Gli ultimi giorni di Benito Mussolini nei documenti dei servizi segreti americani (1945–1946) . Garzanti (Italie). ISBN 978-88-11-74092-6.
  • Clark, Martin (2014a). Mussolini . Routledge. ISBN 978-1-317-89840-5.
  • Clark, Martin (2014b). L'Italie moderne, de 1871 à nos jours . Routledge. ISBN 978-1-317-86603-9.
  • Di Bella, Maria Pia (2004). "Du futur au passé: la trajectoire d'un Duce". Dans Borneman, John (éd.). La mort du père : une anthropologie de la fin dans l'autorité politique . Livres de Berghahn. p. 33–62. ISBN 978-1-57181-111-0.
  • Duggan, Christopher (2008). La force du destin : une histoire de l'Italie depuis 1796 . Houghton Mifflin Harcourt. ISBN 978-0-618-35367-5.
  • Duggan, Christophe (2013). Voix fascistes: Une histoire intime de l'Italie de Mussolini . Presse universitaire d'Oxford. ISBN 978-0-19-973078-0.
  • Garibaldi, Luciano (2004). Mussolini : Les secrets de sa mort . Énigme. ISBN 978-1-929631-23-0.
  • Goeschel, Christian (2018). Mussolini et Hitler : le forgeage de l'alliance fasciste . Presse universitaire de Yale. ISBN 978-0-300-17883-8.
  • Kershaw, Ian (2001) [2000]. Hitler, 1936-1945 : Némésis . Manchot. ISBN 978-0-14-027239-0.
  • Kershaw, Ian (2008). Hitler : une biographie . W.W. Norton & Company. ISBN 978-0-393-06757-6.
  • Lazzaro, Urbano (1993). Dongo : mezzo secolo di menzogne ​​. Mondadori. ISBN 88-04-36762-8.
  • Lonati, Bruno Giovanni (1994). Quel 28 avril. Mussolini et Claretta : la vérité . Mursie (Italie). ISBN 88-425-1761-5.
  • Luzzato, Sergio (2014). Le corps d'Il Duce : le cadavre de Mussolini et les fortunes de l'Italie . Henry Holt et compagnie. ISBN 978-1-4668-8360-4.
  • Morgan, Philippe (2008). La chute de Mussolini : l'Italie, les Italiens et la Seconde Guerre mondiale . OUP Oxford. ISBN 978-0-19-157875-5.
  • Mosley, Ray (2004). Mussolini : Les 600 derniers jours du Duce . Publications commerciales de Taylor. ISBN 978-1-58979-095-7.
  • Neville, Peter (2014). Mussolini . Routledge. ISBN 978-1-317-61304-6.
  • O'Reilly, Charles T. (2001). Batailles oubliées : la guerre de libération de l'Italie, 1943-1945 . Livres de Lexington. ISBN 978-0-7391-0195-7.
  • Payne, Stanley G. (1996). Une histoire du fascisme, 1914-1945 . Presse de l'Université du Wisconsin. ISBN 978-0-299-14873-7.
  • Pisanò, Giorgio (1996). Gli ultimi cinque secondi di Mussolini . Il saggiatore (Italie). ISBN 88-428-0350-2.
  • Quartermaine, Luisa (2000). La dernière République de Mussolini: propagande et politique dans la République sociale italienne (RSI) 1943–45 . Livres d'intelligence. ISBN 978-1-902454-08-5.
  • Roncacci, Vittorio (2003). La calme apparente du lac. Como e il Comasco tra guerra e guerra civile 1940–1945 . Macchione (Italie). ISBN 88-8340-164-6.
  • Sharp Wells, Anne (2013). Dictionnaire historique de la Seconde Guerre mondiale: La guerre en Allemagne et en Italie . Presse épouvantail. ISBN 978-0-8108-7944-7.
  • Shirer, William L. (1960). La montée et la chute du Troisième Reich . Simon & Schuster. ISBN 978-0-671-62420-0.
  • Tompkins, Peter (2001). Dalle carte secrète du Duce . Tropea (Italie). ISBN 88-4380-296-8.
  • Trevor-Roper, Hugh R. (1995). Les derniers jours d'Hitler . Palgrave Macmillan. ISBN 978-1-349-14104-3.

Articles de journaux, revues et sites Web

  • Audisio, Walter (mars 1947). "Mission à Dongo". L'Unita .:
"Mission à Dongo" (PDF) . L'Unita . 25 mars 1947. p. 1. Archivé de l'original (PDF) le 26 août 2014 . Récupéré le 6 novembre 2014 .;
"Mission à Dongo" (PDF) . L'Unita . 25 mars 1947. p. 2. Archivé de l'original (PDF) le 26 août 2014 . Récupéré le 6 novembre 2014 .;
"Solo à Côme avec 13 participants" (PDF) . L'Unita . 26 mars 1947. p. 1. Archivé de l'original (PDF) le 26 août 2014 . Récupéré le 6 novembre 2014 .;
"Solo à Côme avec 13 participants" (PDF) . L'Unita . 26 mars 1947. p. 2. Archivé de l'original (PDF) le 26 août 2014 . Récupéré le 6 novembre 2014 .;
"La course vers Dongo" (PDF) . L'Unita . 27 mars 1947. p. 1. Archivé de l'original (PDF) le 26 août 2014 . Récupéré le 6 novembre 2014 .;
"La course vers Dongo" (PDF) . L'Unita . 27 mars 1947. p. 2. Archivé de l'original (PDF) le 26 août 2014 . Récupéré le 6 novembre 2014 .;
"La fuite du ditateur" (PDF) . L'Unita . 28 mars 1947. p. 1. Archivé de l'original (PDF) le 26 août 2014 . Récupéré le 6 novembre 2014 .;
"La fuite du ditateur" (PDF) . L'Unita . 28 mars 1947. p. 2. Archivé de l'original (PDF) le 26 août 2014 . Récupéré le 6 novembre 2014 .;
"Épilogo à Piazzale Loreto" (PDF) . L'Unita . 29 mars 1947. p. 1. Archivé de l'original (PDF) le 26 août 2014 . Récupéré le 6 novembre 2014 .;
"Épilogo à Piazzale Loreto" (PDF) . L'Unita . 29 mars 1947. p. 2. Archivé de l'original (PDF) le 26 août 2014 . Récupéré le 6 novembre 2014 .

Liens externes