Communauté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Une communauté d'intérêts se rassemble à Stonehenge , en Angleterre, pour le solstice d'été.

Une communauté est une unité sociale (un groupe d'êtres vivants) avec des points communs tels que les normes , la religion , les valeurs , les coutumes ou l' identité . Les communautés peuvent partager un sentiment de lieu situé dans une zone géographique donnée (par exemple un pays, village, ville ou quartier) ou dans l' espace virtuel par le biais des plates - formes de communication. Des relations durables qui s'étendent au-delà des liens généalogiques immédiats définissent également un sens de la communauté, important pour leur identité, leur pratique et leurs rôles dans les institutions sociales telles que la famille, la maison, le travail, le gouvernement, la société ou l'humanité en général. [1]Bien que les communautés soient généralement petites par rapport aux liens sociaux personnels, le terme « communauté » peut également faire référence à de grands groupes affiliés tels que les communautés nationales , les communautés internationales et les communautés virtuelles . [2]

Le mot anglais "community" dérive de l' ancien français comuneté (actuellement "Communauté"), qui vient du latin communitas "community", "public spirit" (du latin communis , "common"). [3]

Les communautés humaines peuvent avoir en commun des intentions , des croyances , des ressources , des préférences , des besoins et des risques , affectant l' identité des participants et leur degré de cohésion. [4]

Perspectives de diverses disciplines

Archéologie

Les études archéologiques des communautés sociales utilisent le terme «communauté» de deux manières, parallèlement à l'utilisation dans d'autres domaines. La première est une définition informelle de la communauté comme un lieu où les gens vivaient auparavant. En ce sens, il est synonyme du concept d' établissement ancien – qu'il s'agisse d'un hameau , d'un village , d'une ville ou d'une cité . Le second sens ressemble à l'usage du terme dans d'autres sciences sociales : une communauté est un groupe de personnes vivant à proximité les unes des autres qui interagissent socialement. Interaction socialeà petite échelle peut être difficile à identifier avec les données archéologiques. La plupart des reconstructions de communautés sociales par les archéologues reposent sur le principe que l'interaction sociale dans le passé était conditionnée par la distance physique. Par conséquent, un petit village a probablement constitué une communauté sociale et des subdivisions spatiales de villes et d'autres grands établissements peuvent avoir formé des communautés. Les archéologues utilisent généralement des similitudes dans la culture matérielle - des types de maison aux styles de poterie - pour reconstruire les communautés du passé. Cette méthode de classification repose sur l'hypothèse que les personnes ou les ménages partageront plus de similitudes dans les types et les styles de leurs biens matériels avec d'autres membres d'une communauté sociale qu'avec des étrangers. [5]

Sociologie

Écologie

En écologie , une communauté est un assemblage de populations - potentiellement d'espèces différentes - interagissant les unes avec les autres. L'écologie communautaire est la branche de l'écologie qui étudie les interactions entre et parmi les espèces. Il examine comment de telles interactions, ainsi que les interactions entre les espèces et l' environnement abiotique , affectent la structure sociale et la richesse des espèces, la diversité et les modèles d'abondance. Les espèces interagissent de trois manières : compétition , prédation et mutualisme :

  • La compétition entraîne généralement un double négatif, c'est-à-dire que les deux espèces perdent dans l'interaction.
  • La prédation implique une situation gagnant/perdant, avec une espèce gagnante.
  • Le mutualisme voit les deux espèces coopérer d'une manière ou d'une autre, les deux gagnantes.

Les deux principaux types de communautés écologiques sont les grandes communautés, qui sont autosuffisantes et autorégulatrices (comme une forêt ou un lac), et les communautés mineures , qui dépendent d'autres communautés (comme des champignons qui décomposent une bûche) et sont le bâtiment blocs de grandes communautés.

Un exemple simplifié de communauté. Une communauté comprend de nombreuses populations et la façon dont elles interagissent les unes avec les autres. Cet exemple montre l'interaction entre le zèbre et le buisson, et entre le lion et le zèbre, ainsi qu'entre l'oiseau et les organismes au bord de l'eau, comme les vers.

Sémantique

Le concept de "communauté" a souvent une connotation sémantique positive, exploitée rhétoriquement par les politiciens populistes et par les annonceurs [6] pour promouvoir des sentiments et des associations de bien-être mutuel, de bonheur et de convivialité [7] - virant vers une communauté utopique presque réalisable , En réalité.

En revanche, le terme épidémiologique « transmission communautaire » peut avoir des implications négatives ; [8] et au lieu de « communauté criminelle » [9] on parle souvent d'une « pègre criminelle » ou de « fraternité criminelle ».

Concepts clés

Gemeinschaft et Gesellschaft

Dans Gemeinschaft und Gesellschaft (1887), le sociologue allemand Ferdinand Tönnies a décrit deux types d'association humaine : Gemeinschaft (généralement traduit par « communauté ») et Gesellschaft (« société » ou « association »). Tönnies a proposé la dichotomie Gemeinschaft-Gesellschaft comme moyen de penser les liens sociaux. Aucun groupe n'est exclusivement l'un ou l'autre. La Gemeinschaft met l' accent sur les interactions sociales personnelles et les rôles, valeurs et croyances basés sur de telles interactions. La Gesellschaft met l' accent sur les interactions indirectes, les rôles impersonnels, les valeurs formelles et les croyances basées sur de telles interactions. [dix]

Sens de la communauté

Dans une étude phare de 1986, McMillan et Chavis [11] identifient quatre éléments du « sens de la communauté » :

  1. appartenance : sentiment d'appartenance ou de partage d'un sentiment d'appartenance personnelle,
  2. influence : avoir de l'importance, faire la différence pour un groupe et du groupe qui compte pour ses membres
  3. renforcement : intégration et satisfaction des besoins,
  4. lien émotionnel partagé.
Dans quelle mesure les participants aux activités conjointes ressentent-ils un sentiment de communauté ?

Un "indice du sens de la communauté (SCI) a été développé par Chavis et ses collègues, et révisé et adapté par d'autres. Bien qu'à l'origine conçu pour évaluer le sens de la communauté dans les quartiers, l'indice a été adapté pour être utilisé dans les écoles, le lieu de travail et une variété de de types de communautés [12]

Etudes menées par l'APPA [ qui ? ] indiquent que les jeunes adultes qui ressentent un sentiment d'appartenance à une communauté, en particulier les petites communautés, développent moins de troubles psychiatriques et dépressifs que ceux qui n'ont pas le sentiment d'amour et d'appartenance. [ citation nécessaire ]

Socialisation

Lewes Bonfire Night procession commémorant 17 martyrs protestants brûlés sur le bûcher de 1555 à 1557

Le processus d'apprentissage pour adopter les modèles de comportement de la communauté s'appelle la socialisation . La période la plus fertile de socialisation est généralement les premières étapes de la vie, au cours desquelles les individus développent les compétences et les connaissances et apprennent les rôles nécessaires pour fonctionner au sein de leur culture et de leur environnement social . [13] Pour certains psychologues, notamment ceux de la tradition psychodynamique , la période de socialisation la plus importante se situe entre un et dix ans. Mais la socialisation inclut également les adultes qui évoluent dans un environnement sensiblement différent où ils doivent apprendre un nouvel ensemble de comportements. [14]

La socialisation est principalement influencée par la famille, à travers laquelle les enfants apprennent d'abord les normes communautaires . D'autres influences importantes incluent les écoles, les groupes de pairs , les gens, les médias, le lieu de travail et le gouvernement. Le degré d'adoption des normes d'une société ou d'une communauté particulière détermine la volonté d'une personne de s'engager avec les autres. Les normes de tolérance , de réciprocité et de confiance sont d'importantes « habitudes du cœur », comme le dit de Tocqueville , dans l'engagement d'un individu dans la communauté. [15]

Développement communautaire

Le développement communautaire est souvent lié au travail communautaire ou à la planification communautaire, et peut impliquer des parties prenantes, des fondations, des gouvernements ou des entités sous contrat, y compris des organisations non gouvernementales (ONG), des universités ou des agences gouvernementales pour faire progresser le bien-être social des collectivités locales, régionales et, parfois, les communautés nationales. Davantage d'efforts à la base, appelés développement communautaire ou organisation communautaire , visent à autonomiser les individus et les groupes de personnes en leur fournissant les compétences dont ils ont besoin pour apporter des changements dans leurs propres communautés. [16]Ces compétences aident souvent à renforcer le pouvoir politique grâce à la formation de grands groupes sociaux travaillant pour un programme commun. Les praticiens du développement communautaire doivent comprendre à la fois comment travailler avec les individus et comment influencer les positions des communautés dans le contexte d'institutions sociales plus larges. Les administrateurs publics, en revanche, doivent comprendre le développement communautaire dans le contexte du développement rural et urbain, du logement et du développement économique, et du développement communautaire, organisationnel et commercial.

Les programmes officiels accrédités menés par les universités, dans le cadre d'institutions délivrant des diplômes, sont souvent utilisés pour créer une base de connaissances afin d'orienter les programmes d'études en administration publique , en sociologie et en études communautaires . L' Enquête sociale générale du National Opinion Research Center de l' Université de Chicago et le Séminaire Saguaro de la John F. Kennedy School of Government de l'Université Harvard sont des exemples de développement communautaire national aux États-Unis. L' École Maxwell de la citoyenneté et des affaires publiquesà l'Université de Syracuse dans l'État de New York propose des cours de base en développement communautaire et économique, et dans des domaines allant du développement à but non lucratif à la budgétisation américaine (fédéral à local, fonds communautaires). Au Royaume-Uni, l' Université d'Oxford a mené des recherches approfondies dans le domaine grâce à son Community Development Journal [17] utilisé dans le monde entier par les sociologues et les praticiens du développement communautaire.

À l'intersection entre le développement communautaire et le développement communautaire se trouvent un certain nombre de programmes et d'organisations dotés d'outils de développement communautaire. Un exemple en est le programme de l'Institut de développement communautaire basé sur les actifs de l'Université Northwestern . L'institut met à disposition des outils téléchargeables [18] pour évaluer les atouts de la communauté et établir des liens entre les groupes à but non lucratif et d'autres organisations qui peuvent aider au renforcement de la communauté. L'Institut se concentre sur l'aide au développement des communautés en « mobilisant les atouts du quartier » – en construisant de l'intérieur vers l'extérieur plutôt que de l'extérieur vers l'intérieur. [19]Dans le domaine du handicap, le renforcement de la communauté était répandu dans les années 1980 et 1990 avec des racines dans les approches de John McKnight. [20] [21]

Construction et organisation de la communauté

Le groupe d'affinité anti-guerre "Collateral Damage" proteste contre la guerre en Irak

Dans The Different Drum: Community-Making and Peace (1987), Scott Peck soutient que le sens presque accidentel de la communauté qui existe en temps de crise peut être construit consciemment. Peck croit que la construction d'une communauté consciente est un processus de conception délibérée basé sur la connaissance et l'application de certaines règles. [22] Il précise que ce processus passe par quatre étapes : [23]

  1. Pseudocommunauté : Lorsque les gens se réunissent pour la première fois, ils essaient d'être "gentils" et de présenter ce qu'ils ressentent comme leurs caractéristiques les plus sympathiques et amicales.
  2. Chaos : Les gens vont au-delà de l'inauthenticité de la pseudo-communauté et se sentent suffisamment en sécurité pour présenter leur « ombre » eux-mêmes.
  3. Vacuité : Va au-delà des tentatives de réparation, de guérison et de conversion de l'étape du chaos, lorsque toutes les personnes deviennent capables de reconnaître leurs propres blessures et brisures, communes aux êtres humains.
  4. Véritable communauté : Un profond respect et une véritable écoute des besoins des autres personnes de cette communauté.

En 1991, Peck a fait remarquer qu'il est facile de créer un sens de la communauté, mais que maintenir ce sens de la communauté est difficile dans le monde moderne. [24] [ plus d'explications nécessaires ]

Les trois principaux types d'organisation communautaire sont la base d' organisation, coalition bâtiment, et « l' organisation communautaire en établissement » (aussi appelé « l' organisation communautaire à large base, » un exemple qui est l' organisation communautaire fondée sur la foi , ou communauté en Congrégation Organisation ). [25]

La construction communautaire peut utiliser une grande variété de pratiques, allant de simples événements (par exemple, repas - partage , petits clubs de lecture ) à des efforts à plus grande échelle (par exemple, festivals de masse , projets de construction impliquant des participants locaux plutôt que des entrepreneurs externes).

La construction d'une communauté axée sur l'action citoyenne est généralement appelée « organisation communautaire ». [26] Dans ces cas, les groupes communautaires organisés demandent la responsabilité des élus et une représentation directe accrue au sein des organes décisionnels. Lorsque les négociations de bonne foi échouent, ces organisations dirigées par les circonscriptions cherchent à faire pression sur les décideurs par divers moyens, notamment le piquetage, le boycott , les sit-in, les pétitions et la politique électorale.

L'organisation communautaire peut se concentrer sur plus que la résolution de problèmes spécifiques. S'organiser signifie souvent construire une structure de pouvoir largement accessible, souvent dans le but final de répartir le pouvoir de manière égale dans toute la communauté. Les organisateurs communautaires cherchent généralement à créer des groupes ouverts et démocratiques dans leur gouvernance. De tels groupes facilitent et encouragent la prise de décision par consensus en mettant l' accent sur la santé générale de la communauté plutôt que sur un groupe d'intérêt spécifique.

Si les communautés sont développées sur la base de quelque chose qu'elles partagent, que ce soit l'emplacement ou les valeurs, alors un défi pour les communautés en développement est de savoir comment intégrer l'individualité et les différences. Rebekah Nathan suggère [d' après qui ? ] dans son livre, My Freshman Year , nous sommes attirés par le développement de communautés totalement basées sur la similitude, malgré les engagements déclarés envers la diversité, tels que ceux trouvés sur les sites Web des universités.

Types de communauté

Participants au cercle de séminaires "Au cœur d'une communauté en bonne santé" de Diana Leafe Christian lors d'une session de l'après-midi à OUR Ecovillage

Un certain nombre de façons de catégoriser les types de communauté ont été proposées. Une telle répartition est la suivante :

  1. Communautés basées sur la localisation : vont du quartier local , de la banlieue , du village , de la ville ou de la ville , de la région, de la nation ou même de la planète dans son ensemble. On les appelle aussi communautés de lieu .
  2. Communautés basées sur l'identité : vont de la clique locale, la sous-culture, le groupe ethnique , la civilisation religieuse , multiculturelle ou pluraliste , ou les cultures communautaires mondiales d'aujourd'hui. Ils peuvent être inclus en tant que communautés de besoin ou d' identité , telles que les personnes handicapées ou les personnes âgées fragiles .
  3. Les Communautés Basées sur le plan organisationnel : gamme de communautés organisées de façon informelle autour de la famille ou réseau à base de guildes et associations à plus formelles associations constituées en société , politiques de prise de décision des structures, économiques entreprises ou associations professionnelles à une petite échelle nationale ou internationale.

Les catégorisations habituelles des relations communautaires présentent un certain nombre de problèmes : [27] (1) elles tendent à donner l'impression qu'une communauté particulière peut être définie comme telle ou telle autre ; (2) ils ont tendance à amalgamer les relations communautaires modernes et coutumières ; (3) ils ont tendance à considérer comme données des catégories sociologiques telles que l'ethnicité ou la race, oubliant que différentes personnes ethniquement définies vivent dans différents types de communautés - fondées, basées sur les intérêts, diasporiques, etc. [28]

En réponse à ces problèmes, Paul James et ses collègues ont développé une taxonomie qui cartographie les relations communautaires et reconnaît que les communautés réelles peuvent être caractérisées par différents types de relations en même temps : [29]

  1. Relations communautaires ancrées . Cela implique un attachement durable à des lieux particuliers et à des personnes particulières. C'est la forme dominante prise par les communautés coutumières et tribales . Dans ce genre de communautés, la terre est fondamentale pour l'identité.
  2. Relations communautaires de style de vie . Cela implique de donner la primauté aux communautés qui se rassemblent autour de modes de vie particuliers choisis, tels que des relations moralement chargées ou basées sur des intérêts ou simplement vivre ou travailler au même endroit. D'où les sous-formulaires suivants :
    1. la vie communautaire comme moralement délimitée, une forme prise par de nombreuses communautés confessionnelles traditionnelles.
    2. la vie communautaire en tant que communauté d'intérêts, y compris les communautés sportives, de loisirs et d'affaires qui se réunissent pour des moments d'engagement réguliers.
    3. la vie communautaire comme étant étroitement liée, où le voisinage ou la communauté d'association forme une communauté de convenance, ou une communauté de lieu (voir ci-dessous).
  3. Relations communautaires projetées . C'est là qu'une communauté est consciemment traitée comme une entité à projeter et à recréer. Il peut être projeté sous forme de slogan publicitaire mince, par exemple gated community , ou peut prendre la forme d'associations permanentes de personnes qui cherchent à s'intégrer politiquement, de communautés de pratique [30] basées sur des projets professionnels, de communautés associatives qui cherchent à valoriser et soutenir l'individu. créativité, autonomie et mutualité. Une nation est l'une des plus grandes formes de communauté projetée ou imaginée .

En ces termes, les communautés peuvent être imbriquées et/ou croisées ; une communauté peut en contenir une autre, par exemple une communauté géolocalisée peut contenir un certain nombre de communautés ethniques. [31] Les deux listes ci-dessus peuvent être utilisées dans une matrice transversale l'une par rapport à l'autre.

Communautés Internet

En général, les communautés virtuelles valorisent la connaissance et l'information comme monnaie ou ressource sociale. [32] [33] [34] [35] Ce qui différencie les communautés virtuelles de leurs homologues physiques, c'est l'étendue et l'impact des "liens faibles", qui sont les relations que des connaissances ou des étrangers forment pour acquérir des informations via des réseaux en ligne. [36] Les relations entre les membres d'une communauté virtuelle ont tendance à se concentrer sur l'échange d'informations sur des sujets spécifiques. [37] [38] Une enquête menée par Pew Internet et The American Life Project en 2001 a révélé que les personnes impliquées dans les groupes virtuels de divertissement, professionnels et sportifs ont concentré leurs activités sur l'obtention d'informations.[39]

Une épidémie d' intimidation et de harcèlement est née de l'échange d'informations entre étrangers, en particulier parmi les adolescents, [40] dans les communautés virtuelles. Malgré les tentatives de mise en œuvre de politiques anti-harcèlement, Sheri Bauman, professeur de conseil à l'Université de l'Arizona, affirme que les "stratégies les plus efficaces pour prévenir le harcèlement" peuvent coûter cher aux entreprises. [41]

Les communautés virtuelles via Internet peuvent interagir avec des activités réelles hors ligne , formant potentiellement des groupes solides et soudés tels que QAnon . [42]

Voir aussi

Remarques

  1. ^ Jacques, Paul ; Nadarajah, Yaso; Haive, Karen ; Stead, Victoria (2012). Communautés durables, développement durable : d'autres voies pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée . Honolulu : University of Hawaii Press. p. 14. [...] nous définissons la communauté très largement comme un groupe ou un réseau de personnes qui sont liées (objectivement) les unes aux autres par des relations sociales relativement durables qui s'étendent au-delà des liens généalogiques immédiats et qui définissent mutuellement cette relation (subjectivement) comme importante à leur identité sociale et à leur pratique sociale.
  2. ^ Voir aussi : James, Paul (2006). Mondialisme, nationalisme, tribalisme : ramener la théorie en place – Volume 2 de Vers une théorie de la communauté abstraite . Londres : Sage Publications.
  3. ^ "communauté" Dictionnaires d'Oxford. 2014. Dictionnaires d'Oxford
  4. ^ Melih, Boulou (2011-10-31). Compétitivité des villes et amélioration des sous-systèmes urbains : technologies et applications : technologies et applications . IGI mondial. ISBN 978-1-61350-175-7.
  5. ^ Canuto, Marcello A. et Jason Yaeger (éditeurs) (2000) L'archéologie des communautés . Routledge, New York. Hegmon, Michelle (2002) Concepts de communauté dans la recherche archéologique. Dans Seeking the Center: Archaeology and Ancient Communities in the Mesa Verde Region, édité par Mark D. Varien et Richard H. Wilshusen, pp. 263-79. Presse de l'Université de l'Utah, Salt Lake City.
  6. ^ Wilson, Alexandre, éd. (1968). La publicité et la communauté . Réimpressions de classes économiques (éd. de réimpression). Manchester : Manchester University Press. p. 39. ISBN  9780719003363. Récupéré le 6 juin 2021 . En Grande-Bretagne, la préoccupation de loin la plus à la mode est celle de la valeur de la publicité pour la communauté.
  7. ^ Everingham, Christine (2003). Justice sociale et politique de la communauté . Bien-être et société : études sur la politique, la pratique et la théorie du bien-être (éd. réimprimé). Aldershot : Ashgate. p. 21. ISBN  9780754633983. Récupéré le 6 juin 2021 . Communauté est donc un mot très gênant, ayant un large éventail de significations et de connotations mais peu de contenu spécifique. Il est particulièrement utile comme dispositif rhétorique en raison de ses connotations démocratiques et populistes, étant associé au « peuple », par opposition au « gouvernement ».
  8. ^ Par exemple : Basu, Mohana (13 mars 2020). "Qu'est-ce que la transmission communautaire - comment peut-on contracter COVID-19 sans voyager" . L'Imprimer . Printline Media Pvt Ltd . Récupéré le 6 juin 2021 .[...] la source de transmission pour un grand nombre de personnes n'est pas traçable, on parle de transmission communautaire. [...] La plupart des types d'épidémies de grippe et de grippe aviaire dans le passé étaient connus pour s'être propagés par transmission communautaire. L'éclosion de la grippe H1N1 en 2009, communément appelée grippe porcine, était principalement due à la transmission communautaire. [...] En cas de transmission communautaire, la recherche des contacts est insuffisante pour contenir la maladie. [...] C'est particulièrement inquiétant pour les responsables de la santé car cela signifie que le virus est dans la communauté mais que personne ne sait d'où il vient ni ne retrace ses origines. Cela signifie également que le virus peut être répandu dans une communauté.
  9. ^ Feinberg, Joël (1988). Les limites morales du droit pénal : un acte répréhensible inoffensif . Volume 4 des Limites morales du droit pénal. Oxford : Oxford University Press. p. 103. ISBN  978-0-19-504253-5. Récupéré le 6 juin 2021 . Il y a, comme je l'ai dit, une communauté d'application de la loi, mais pas une communauté criminelle. Pourquoi cela devrait-il être?
  10. ^ Tönnies, Ferdinand (1887). Gemeinschaft und Gesellschaft , Leipzig : Verlag de Fues. Une traduction anglaise de la 8e édition 1935 par Charles P. Loomis est parue en 1940 sous le titre Fundamental Concepts of Sociology (Gemeinschaft und Gesellschaft) , New York : American Book Co. ; en 1955 en tant que Communauté et Association (Gemeinschaft und gesellschaft [sic] ) , Londres : Routledge & Kegan Paul ; et en 1957 sous le titre Community and Society , East Lansing: Michigan State UP Loomis inclut comme introduction, représentant la « pensée la plus récente » de Tönnies, son article de 1931 « Gemeinschaft und Gesellschaft » dans Handwörterbuch der Soziologie (Stuttgart, Enke V.).
  11. ^ McMillan, DW et Chavis, DM 1986. "Le sens de la communauté : Une définition et une théorie," p. 16.
  12. ^ Perkins, DD, Florin, P., Rich, RC, Wandersman, A. & Chavis, DM (1990). Participation et environnement social et physique des îlots résidentiels : criminalité et contexte communautaire. Journal américain de psychologie communautaire , 18, 83-115. Chipuer, HM, & Pretty, GMH (1999). Un examen de l'indice du sens de la communauté : utilisations actuelles, structure des facteurs, fiabilité et développement ultérieur. Journal de psychologie communautaire , 27 (6), 643-58. Long, DA, et Perkins, DD (2003). Analyse factorielle confirmatoire de l'indice du sens de la communauté et élaboration d'une brève SCI. Journal de psychologie communautaire , 31, 279-96.
  13. ^ Newman, D. 2005. Chapitre 5. "Construire l'identité : Socialisation" Archivé 2012-01-06 à la Wayback Machine pp. 134-40.
  14. ^ Newman, D. 2005, p. 41.
  15. ^ Smith, M. 2001. Communauté .
  16. ^ Kelly, Anthony, "Avec la tête, le cœur et la main: Dimensions de la construction communautaire" (Boolarong Press) ISBN 978-0-86439-076-9 
  17. ^ Journal de développement communautaire , Oxford University Press
  18. ^ ABCD Institute, en coopération avec la Fondation WK Kellogg. 2006. Découvrir le pouvoir communautaire : Un guide pour mobiliser les atouts locaux et la capacité de votre organisation . [ lien mort ]
  19. ^ Institut ABCD. 2006. Bienvenue à ABCD .
  20. ^ Lutfiyya, ZM (1988, mars). Going for it": La vie au Gig Harbor Group Home . Syracuse, NY: Centre universitaire de Syracuse sur la politique humaine, Centre de recherche et de formation sur l'intégration communautaire.
  21. ^ McKnight, J. (1989). Au-delà des services communautaires . Evanston, IL : Northwestern University, Centre des affaires urbaines et de la recherche sur les politiques.
  22. ^ M. Scott Peck , (1987). The Different Drum: Community-Making and Peace , pp. 83-85.
  23. ^ Peck (1987), p. 86-106.
  24. ^ M. Scott Peck (1991). "La joie de la communauté" Archivé 2008-05-17 à la Wayback Machine . Une entrevue avec M. Scott Peck par Alan Atkisson. Dans le contexte #29, p. 26.
  25. ^ Jacoby Brown, Michael, (2006), Construire des organisations communautaires puissantes: Un guide personnel pour créer des groupes qui peuvent résoudre des problèmes et changer le monde (Long Haul Press)
  26. ^ Murs, David (1994) "Le pouvoir au peuple : trente-cinq ans d'organisation communautaire" . Extrait du Cahier d' exercices , été 1994, p. 52-55. Consulté le : 22 juin 2008.
  27. ^ Gerhard Delanty, Communauté, Routledge, Londres, 2003.
  28. ^ Jacques, Paul (2006). Mondialisme, nationalisme, tribalisme : ramener la théorie en place – Volume 2 de Vers une théorie de la communauté abstraite . Londres : Sage Publications.
  29. ^ Jacques, Paul ; Nadarajah, Yaso; Haive, Karen ; Stead, Victoria (2012). Communautés durables, développement durable : d'autres voies pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée (téléchargement pdf) . Honolulu : University of Hawaii Press.
  30. ^ Etienne Wenger, Communautés de pratique : apprentissage, sens et identité, Cambridge University Press, Cambridge, 1998.
  31. ^ Tropman John E., Erlich, John L. et Rothman, Jack (2006), "Tactiques et techniques d'intervention communautaire" (Wadsworth Publishing)
  32. ^ Circonscriptions, Catherine M., Gefen, David (2017). Du canapé au clavier : la psychothérapie dans le cyberespace. Dans S. Kiesler (éd.), Culture of the Internet (pp. 71–102). Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum Associates, cité dans Binik, YM, Cantor, J., Ochs, E., & Meana, M. (1997).
  33. ^ Circonscriptions, Catherine M., Gefen, David (2017). Réseaux d'apprentissage asynchrones en tant que classe virtuelle. Communications de l' ACM , 40 (9), 44-49, cités dans Hiltz, SR, & Wellman, B. (1997).
  34. ^ Circonscriptions, Catherine M., Gefen, David (2017). Une tranche de vie dans ma communauté virtuelle. Dans LM Harasim (éd.), Réseaux mondiaux : ordinateurs et communication internationale (pp. 57-80). Cambridge, MA : The MIT Press, cité dans Rheingold, H. (1993a).
  35. ^ Circonscriptions, Catherine M., Gefen, David (2017). Athéisme, sexe et bases de données : le Net comme technologie sociale. Dans S. Kiesler (éd.), Culture of the Internet (pp. 35-51). Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum Associates, cité dans Sproull, L., & Faraj, S. (1997).
  36. ^ Circonscriptions, Catherine M., Gefen, David (2017). La gentillesse des étrangers : L'utilité des liens faibles électroniques pour les conseils techniques. Organization Science , 7 (2), 119-135, cité dans Constant, D., Sproull, L., & Kiesler, S. (1996).
  37. ^ Baym, NK (2000). Connectez-vous, connectez-vous : Savons, fandom et communauté en ligne. Mille Chênes : Sage Publications, Inc.
  38. ^ Wellman, B., & Gulia, M. (1999a). La base réseau de l'accompagnement social : Un réseau est plus que la somme de ses liens. Dans B. Wellman (Ed.), Réseaux dans le village global : La vie dans les communautés contemporaines (pp. 83-118). Boulder, CO : Westview Press.
  39. ^ Horrigan, JB, Rainie, L., & Fox, S. (2001). Communautés en ligne : réseaux qui entretiennent des relations à distance et des liens locaux. Extrait le 17 octobre 2003 de http://www.pewinternet.org/pdfs/Report1.pdf .
  40. ^ Smith, Peter K.; Mahdavi, Jess ; Carvalho, Manuel ; Fisher, Sonja; Russell, Shanette; Tippett, Neil (2008). « La cyberintimidation : sa nature et son impact chez les élèves du secondaire ». Le Journal de la psychologie et de la psychiatrie de l'enfant . 49 (4) : 376-385. doi: 10.1111/j.1469-7610.2007.01846.x. PMID 18363945 . 
  41. ^ Wellemeyer, James (17 juillet 2019). "Instagram, Facebook et Twitter luttent pour contenir l'épidémie de harcèlement en ligne" . MarketWatch . Récupéré le 30 septembre 2019 .
  42. ^ Dickson, EJ (22 janvier 2021). "La communauté QAnon est en crise - mais sur Telegram, elle grandit également" . Pierre roulante . Rolling Stone, LLC. ISSN 0035-791X . Récupéré le 18 février 2021 . Sur l'application de messagerie cryptée Telegram, cependant, qui sert actuellement de bastion à l'extrémisme d'extrême droite, la communauté QAnon ne se contente pas de prospérer, mais grandit, selon les données du Center for Hate and Extremism.  

Références

  • Barzilaï, Gad. 2003. Communautés et droit : politique et cultures des identités juridiques. Ann Arbor : Presse de l'Université du Michigan.
  • Beck, U. 1992. Société du risque : vers une nouvelle modernité. Londres : Sage : 2000. Qu'est-ce que la mondialisation ? Cambridge : Presse politique.
  • Chavis, DM, Hogge, JH, McMillan, DW et Wandersman, A. 1986. « Le sens de la communauté à travers l'objectif de Brunswick : un premier regard. » Journal de psychologie communautaire , 14 (1), 24-40.
  • Chipuer, HM, & Pretty, GMH (1999). Un examen de l'indice du sens de la communauté : utilisations actuelles, structure des facteurs, fiabilité et développement ultérieur. Journal de psychologie communautaire , 27 (6), 643-58.
  • Christensen, K., et al. (2003). Encyclopédie de la communauté. 4 tomes. Thousand Oaks, Californie : Sauge.
  • Cohen, AP 1985. La construction symbolique de la communauté. Routledge : New York.
  • Durkheim, Émile . 1950 [1895] Les règles de la méthode sociologique . Traduit par SA Solovay et JH Mueller. New York : La presse libre.
  • Cox, F., J. Erlich, J. Rothman et J. Tropman. 1970. Stratégies d'organisation communautaire : Un livre de lectures. Itasca, Illinois : FE Peacock Publishers.
  • Effland, R. 1998. L'évolution culturelle des civilisations Mesa Community College.
  • Giddens, A. 1999. « Risque et responsabilité » Revue de droit moderne 62(1) : 1–10.
  • Jacques, Paul (1996). Formation de la nation : vers une théorie de la communauté abstraite . Londres : Sage Publications.
  • Lenski, G. 1974. Sociétés humaines : une introduction à la macrosociologie. New York : McGraw-Hill, Inc.
  • Long, DA, et Perkins, DD (2003). Analyse factorielle confirmatoire de l'indice du sens de la communauté et élaboration d'une brève SCI. Journal de psychologie communautaire , 31, 279-96.
  • Lyall, Scott, éd. (2016). Communauté dans la littérature écossaise moderne . Brill | Rodopi : Leyde | Boston.
  • Nancy, Jean-Luc . La Communauté désœuvrée – questionnement philosophique sur le concept de communauté et la possibilité d'en rencontrer un concept non subjectif
  • Muegge, Steven (2013). "Plateformes, communautés et écosystèmes d'affaires : Leçons apprises sur l'entrepreneuriat dans un monde interconnecté" . Examen de la gestion de l'innovation technologique . 3 (février) : 5-15. doi : 10.22215/timreview/655 .
  • Newman, D. 2005. Sociologie : exploration de l'architecture de la vie quotidienne, chapitre 5. « Construire l'identité : la socialisation » Archivé le 06-01-2012 à la Wayback Machine Pine Forge Press. Récupéré : 2006-08-05.
  • Putnam, RD 2000. Bowling Alone : L'effondrement et la renaissance de la communauté américaine. New York : Simon & Schuster
  • Sarason, SB 1974. Le sens psychologique de la communauté : Perspectives pour une psychologie communautaire. San Francisco : Josey-Bass. 1986. "Commentaire : L'émergence d'un centre conceptuel." Journal de psychologie communautaire , 14, 405-07.
  • Smith, MK 2001. Communauté . Encyclopédie de l'éducation informelle . Dernière mise à jour : 28 janvier 2005. Consulté : 2006-07-15.