communisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Le communisme (du latin communis , « commun, universel ») [1] [2] est une idéologie et un mouvement philosophique , social , politique et économique dont le but est l'établissement d'une société communiste , à savoir un ordre socio -économique structuré sur les idées de la propriété commune de la propriété et l'absence de classes sociales , d'argent , [3] [4] [5] et de l' État . [6] [7]Le communisme est une forme spécifique, mais distincte, de socialisme . Les communistes s'accordent sur le dépérissement de l'État mais sont en désaccord sur les moyens d'y parvenir, reflétant une distinction entre une approche plus libertaire de la communisation , de la spontanéité révolutionnaire et de l'autogestion des travailleurs , et une approche plus avant -gardiste ou dirigée par le parti communiste à travers le développement d'un État socialiste constitutionnel . [8]

Des variantes du communisme se sont développées tout au long de l'histoire, notamment l'anarcho-communisme et les écoles de pensée marxistes . Le communisme comprend une variété d' écoles de pensée qui incluent largement le marxisme , le léninisme et le communisme libertaire ainsi que les idéologies politiques regroupées autour des deux, qui partagent toutes l'analyse selon laquelle l'ordre actuel de la société découle du capitalisme , de son système économique et de son mode de fonctionnement. production, à savoir que dans ce système il y a deux grandes classes sociales, la relation entre ces deux classes est exploitante, et que cette situation ne peut finalement être résolue que par une révolution sociale . [9] [nb 1] Les deux classes sont le prolétariat (la classe ouvrière ), qui constitue la majorité de la population au sein de la société et doit travailler pour survivre, et la bourgeoisie (la classe capitaliste ), une petite minorité qui tire profit de l'emploi de la classe ouvrière par la propriété privée des moyens de production. Selon cette analyse, la révolutionmettrait la classe ouvrière au pouvoir et, à son tour, établirait la propriété commune de la propriété qui est l'élément primordial de la transformation de la société vers un mode de production communiste . [11]

Au XXe siècle, des gouvernements communistes épousant le marxisme-léninisme et ses variantes sont arrivés au pouvoir dans certaines parties du monde [12] , d'abord en Union soviétique avec la révolution russe de 1917 , puis dans certaines parties de l'Europe de l'Est, de l'Asie et d'un peu d' autres régions après la Seconde Guerre mondiale . [13] [nb 2] Avec la social-démocratie , le communisme est devenu la tendance politique dominante au sein du mouvement socialiste international dans les années 1920. [19] La critique du communisme peut être divisée en deux grandes catégories, à savoir celle qui s'intéresse aux aspects pratiques du XXe siècleÉtats communistes [20] et celui qui s'intéresse aux principes et à la théorie communistes. [21] Plusieurs universitaires et économistes, parmi d'autres chercheurs, [22] [23] postulent que le modèle soviétique sous lequel ces États théoriquement communistes fonctionnaient en pratique n'était pas un véritable modèle économique communiste conformément aux définitions les plus acceptées du communisme en tant qu'économie économique. théorie mais en fait une forme de capitalisme d'État , [24] [25] [26] ou système administratif-commande non planifié . [27] [28] [29]

Étymologie et terminologie

Le communisme dérive du communisme français , qui s'est développé à partir des racines latines communis et du suffixe isme . [30] Sémantiquement, communis peut être traduit par "de ou pour la communauté", tandis que isme est un suffixe qui indique l'abstraction dans un état, une condition, une action ou une doctrine . communismepeut être interprété comme "l'état d'être de ou pour la communauté" ; cette constitution sémantique a conduit à de nombreux usages du mot dans son évolution. Avant d'être associé à sa conception plus moderne d'une organisation économique et politique, il a d'abord été utilisé pour désigner diverses situations sociales. Le communisme en est venu à être principalement associé au marxisme , plus spécifiquement incarné dans le Manifeste communiste , qui proposait un type particulier de communisme. [1] [31]

L'une des premières utilisations du mot dans son sens moderne se trouve dans une lettre envoyée par Victor d'Hupay à Restif de la Bretonne vers 1785, dans laquelle d'Hupay se décrit comme un auteur communiste (« auteur communiste »). [32] En 1793, Restif a d'abord utilisé le communisme pour décrire un ordre social basé sur l'égalitarisme et la propriété commune de la propriété. [33] Restif continuerait à utiliser le terme fréquemment dans son écriture et était le premier pour décrire le communisme comme une forme de gouvernement . [34] John Goodwyn Barmby est crédité de la première utilisation du communisme en anglais, vers 1840. [30]

Communisme et socialisme

Depuis les années 1840, le communisme est généralement distingué du socialisme . La définition et l'usage modernes de ce dernier seraient réglés dans les années 1860, devenant prédominants sur les termes alternatifs associationniste ( Fouriérisme ), coopératif et mutualiste , qui étaient auparavant utilisés comme synonymes ; au lieu de cela, le communisme est tombé en désuétude pendant cette période. [35]

Une première distinction entre le communisme et le socialisme était que ce dernier ne visait qu'à socialiser la production , tandis que le premier visait à socialiser à la fois la production et la consommation (sous la forme du libre accès aux biens finaux ). [4] En 1888, les marxistes employaient le socialisme à la place du communisme , qui en était venu à être considéré comme un synonyme démodé du premier. Ce n'est qu'en 1917, avec la révolution bolchevique , que le socialisme en vint à désigner une étape distincte entre capitalisme et communisme, introduite par Vladimir Lénine .comme un moyen de défendre la prise du pouvoir par les bolcheviks contre la critique marxiste traditionnelle selon laquelle les forces productives de la Russie n'étaient pas suffisamment développées pour la révolution socialiste . [36] Une distinction entre communiste et socialiste en tant que descripteurs d'idéologies politiques est apparue en 1918 après que le Parti travailliste social-démocrate russe s'est renommé Parti communiste panrusse , où communiste en est venu à désigner spécifiquement les socialistes qui soutenaient la politique et les théories de bolchevisme, léninisme , et plus tard dans les années 1920 ceux du marxisme-léninisme ,[37] bien que les partis communistes aient continué à se décrire comme des socialistes dévoués au socialisme. [35]

Le communisme et le socialisme ont fini par s'accorder avec l'attitude culturelle des adhérents et des opposants envers la religion . Dans la chrétienté européenne , le communisme était considéré comme le mode de vie athée . Dans l'Angleterre protestante , le communisme était trop similaire phonétiquement au rite de communion catholique romain , c'est pourquoi les athées anglais se désignaient eux-mêmes comme socialistes. [38] Friedrich Engels a déclaré qu'en 1848, au moment où le Manifeste communiste a été publié pour la première fois, [39]le socialisme était respectable sur le continent, tandis que le communisme ne l'était pas ; les Owenites en Angleterre et les fouriéristes en France étaient considérés comme des socialistes respectables, tandis que les mouvements de la classe ouvrière qui "proclamaient la nécessité d'un changement social total" se désignaient eux-mêmes comme communistes . Cette dernière branche du socialisme a produit l'œuvre communiste d' Étienne Cabet en France et de Wilhelm Weitling en Allemagne. [40] Alors que les démocrates libéraux considéraient les Révolutions de 1848 comme une révolution démocratique assurant à terme la liberté, l'égalité et la fraternité, les marxistes ont dénoncé 1848 comme une trahison des idéaux ouvriers par une bourgeoisie indifférente aux revendications légitimes du prolétariat . [41]

Selon The Oxford Handbook of Karl Marx , "Marx a utilisé de nombreux termes pour désigner une société post-capitaliste - humanisme positif, socialisme, communisme, domaine de l'individualité libre, libre association de producteurs, etc. Il a utilisé ces termes de manière complètement interchangeable. l'idée que le « socialisme » et le « communisme » sont des étapes historiques distinctes est étrangère à son œuvre et n'est entrée dans le lexique du marxisme qu'après sa mort. » [42]

Usages associés et états communistes

Aux États-Unis, le communisme est largement utilisé comme un terme péjoratif, un peu comme le socialisme , principalement en référence au socialisme autoritaire et aux États communistes . L'émergence de l' Union soviétique en tant que premier État nominalement communiste au monde a conduit à l'association généralisée du terme avec le marxisme-léninisme et le modèle de planification économique de type soviétique . [1] [43] [44] Le marxisme-léninisme est un terme vide qui dépend de l'approche et de la base des partis communistes au pouvoir , et est dynamique et ouvert aux redéfinitions, étant à la fois fixe et non fixe dans son sens. [45]Dans son essai « Juger le nazisme et le communisme », [46] Martin Malia définit une catégorie de « communisme générique » comme tout mouvement de parti politique communiste dirigé par des intellectuels ; ce terme générique permet de regrouper des régimes aussi différents que l' industrialisme soviétique radical et l' anti-urbanisme des Khmers rouges . [47] L'idée de regrouper différents pays comme l' Afghanistan et la Hongrie n'a pas d'explication adéquate. [48]

Alors que le terme État communiste est utilisé par les historiens, les politologues et les médias occidentaux pour désigner les pays dirigés par des partis communistes, ces États eux-mêmes ne se décrivent pas comme communistes ou prétendent avoir atteint le communisme : ils se désignent eux-mêmes comme des États socialistes qui sont en train de construire le communisme. [49] [50] [51] [52] Les termes utilisés par les États communistes incluent les États nationaux-démocratiques , démocratiques populaires , socialistes et ouvriers et paysans . [53]

Histoire

Premier communisme

Selon Richard Pipes , [54] l'idée d'une société égalitaire sans classes est apparue pour la première fois dans la Grèce antique ; depuis le 20e siècle, la Rome antique a également été discutée, parmi lesquels des penseurs tels qu'Aristote , Cicéron , Démosthène , Platon et Tacite , Platon étant en particulier discuté comme un possible théoricien communiste ou socialiste, [55] ou comme le premier auteur donner au communisme une considération sérieuse. [56] Le mouvement Mazdak du Ve siècle en Perse(l'Iran moderne) a été décrit comme communiste pour contester les énormes privilèges des classes nobles et du clergé , critiquer l'institution de la propriété privée et s'efforcer de créer une société égalitaire. [57] [58] À un moment ou à un autre, diverses petites communautés communistes ont existé, généralement sous l'inspiration de l' Écriture . [59] Dans l' Église chrétienne médiévale , certaines communautés monastiques et ordres religieux partageaient leurs terres et leurs autres biens. Comme le résument Janzen Rod et Max Stanton, les Huttéritescroyait au strict respect des principes bibliques, à la discipline de l'église et pratiquait une forme de communisme. Les Huttérites "ont établi dans leurs communautés un système rigoureux d'Ordnungen, qui étaient des codes de règles et de règlements qui régissaient tous les aspects de la vie et assuraient une perspective unifiée. En tant que système économique, le communisme était attrayant pour de nombreux paysans qui soutenaient la révolution sociale en l'Europe centrale du XVIe siècle. [60] Ce lien a été mis en évidence dans l'un des premiers écrits de Karl Marx ; Marx a déclaré que "[a] s Christ est l'intermédiaire auquel l'homme décharge toute sa divinité, tous ses liens religieux, de même l'État est le médiateur auquel il transfère toute son impiété, toute sa liberté humaine." Mouvement communiste anabaptiste pendant la guerre des paysans allemands , que Friedrich Engels a analysé dans son ouvrage de 1850 La guerre des paysans en Allemagne . L' ethos communiste marxiste qui vise l'unité reflète l'enseignement universaliste chrétien selon lequel l'humanité est une et qu'il n'y a qu'un seul dieu qui ne fait pas de discrimination entre les gens. [62]

Thomas More , dont Utopia dépeint une société fondée sur la propriété commune de la propriété

La pensée communiste remonte également aux œuvres de l'écrivain anglais du XVIe siècle Thomas More . [63] Dans son traité de 1516 intitulé Utopia , More a dépeint une société basée sur la propriété commune de la propriété, dont les dirigeants l'ont administrée par l'application de la raison et de la vertu . [64] Le théoricien communiste marxiste Karl Kautsky , qui a popularisé le communisme marxiste en Europe occidentale plus que tout autre penseur à part Engels, a publié Thomas More et son utopie, un ouvrage sur More, dont les idées pourraient être considérées comme "l'avant-goût du socialisme moderne" selon Kautsky. Pendant la révolution bolchevique en Russie, Vladimir Lénine a suggéré qu'un monument soit dédié à More, aux côtés d'autres penseurs occidentaux importants. [65] Au 17ème siècle, la pensée communiste a refait surface en Angleterre, où un groupe religieux puritain connu sous le nom de Diggers a préconisé l'abolition de la propriété privée de la terre. Dans son Cromwell and Communism de 1895 , [66] Eduard Bernstein a déclaré que plusieurs groupes pendant la guerre civile anglaise (en particulier les Diggers) ont épousé des convictions communistes et agraires claires.idéaux et que l'attitude d' Oliver Cromwell envers ces groupes était au mieux ambivalente et souvent hostile. [67] [68] La critique de l'idée de propriété privée s'est poursuivie au Siècle des Lumières du XVIIIe siècle par des penseurs tels que l' abbé de Mably , Jean Meslier , Étienne-Gabriel Morelly et Jean-Jacques Rousseau en France. [69] Pendant le bouleversement de la Révolution française , le communisme a émergé comme une doctrine politique sous les auspices de Gracchus Babeuf , Restif de la Bretonne , et Sylvain Maréchal, qui peuvent tous être considérés comme les ancêtres du communisme moderne selon James H. Billington . [70]

Au début du XIXe siècle, divers réformateurs sociaux ont fondé des communautés basées sur la propriété commune. Contrairement à de nombreuses communautés communistes précédentes, elles ont remplacé l'accent religieux par une base rationnelle et philanthropique. [71] Parmi eux , notons Robert Owen , qui a fondé New Harmony, Indiana , en 1825, et Charles Fourier , dont les partisans ont organisé d'autres colonies aux États-Unis, comme Brook Farm en 1841. [1] Dans sa forme moderne, le communisme est né du mouvement socialiste dans l'Europe du XIXe siècle. Alors que la révolution industrielle avançait, les critiques socialistes blâmaient le capitalisme pour la misère du prolétariat— une nouvelle classe d'ouvriers d'usine urbains qui travaillaient dans des conditions souvent dangereuses. Au premier rang de ces critiques figuraient Karl Marx et son associé Friedrich Engels. En 1848, Marx et Engels proposent une nouvelle définition du communisme et popularisent le terme dans leur célèbre pamphlet Le Manifeste communiste . [1]

Vague révolutionnaire de 1917-1923

En 1917, la Révolution d'Octobre en Russie a établi les conditions de la montée au pouvoir des bolcheviks de Vladimir Lénine , ce qui était la première fois qu'un parti ouvertement communiste atteignait cette position. La révolution a transféré le pouvoir au Congrès panrusse des soviets dans lequel les bolcheviks avaient la majorité. [72] [73] [74] L'événement a généré beaucoup de débats pratiques et théoriques au sein du mouvement marxiste, car Marx a déclaré que le socialisme et le communisme seraient construits sur les fondations posées par le développement capitaliste le plus avancé; cependant, la Russie impérialeétait l'un des pays les plus pauvres d'Europe avec une énorme paysannerie en grande partie illettrée et une minorité de travailleurs industriels. Marx met en garde contre les tentatives « de transformer mon esquisse historique de la genèse du capitalisme en Europe occidentale en une théorie historico-philosophique de la marche générale imposée par le destin à tout peuple, quelles que soient les circonstances historiques dans lesquelles il se trouve » [75] et a déclaré que la Russie pourrait être en mesure de sauter l'étape de la domination bourgeoise à travers l' Obshchina . [76] [nb 3] Les mencheviks modérés (minoritaires) s'opposent au plan de révolution socialiste des bolcheviks (majoritaires) de Lénine devant le mode de production capitalisteétait plus complètement développé. La montée réussie au pouvoir des bolcheviks était basée sur des slogans tels que "Paix, pain et terre", qui s'appuyaient sur le désir public massif de mettre fin à l'implication russe dans la Première Guerre mondiale , la demande de réforme agraire des paysans et soutien populaire aux soviets . [80]

En novembre 1917, le gouvernement provisoire russe avait été largement discrédité par son incapacité à se retirer de la Première Guerre mondiale, à mettre en œuvre une réforme agraire ou à convoquer l' Assemblée constituante russe pour rédiger une constitution, laissant aux soviets le contrôle de facto du pays. Les bolcheviks ont décidé de céder le pouvoir au deuxième Congrès panrusse des Soviets des députés ouvriers et soldats lors de la révolution d'octobre ; après quelques semaines de délibération, les socialistes-révolutionnaires de gauche forment un gouvernement de coalition avec les bolcheviks de novembre 1917 à juillet 1918, tandis que la faction de droite du Parti socialiste révolutionnaireboycotta les soviets et dénonça la Révolution d'Octobre comme un coup d'État illégal . Lors de l' élection de l'Assemblée constituante russe de 1917 , les partis socialistes ont totalisé bien plus de 70 % des voix. Les bolcheviks ont été clairement gagnants dans les centres urbains et ont remporté environ les deux tiers des voix des soldats sur le front occidental, obtenant 23,3% des voix; les révolutionnaires socialistes ont terminé premiers grâce au soutien de la paysannerie rurale du pays, qui étaient pour la plupart des électeurs à enjeu unique , cet enjeu étant la réforme agraire, obtenant 37,6%, tandis que le bloc socialiste ukrainien a terminé un troisième lointain à 12,7%, et les mencheviks ont obtenu une décevante quatrième place à 3,0%. [81]La plupart des sièges du Parti socialiste révolutionnaire sont allés à la faction de droite. Invoquant des listes électorales obsolètes, qui ne reconnaissaient pas la scission du parti, et les conflits de l'assemblée avec le Congrès des Soviets, le gouvernement bolchevique-socialiste-révolutionnaire de gauche décida de dissoudre l'Assemblée constituante en janvier 1918. Le projet de décret sur la dissolution du L'Assemblée constituante a été émise par le Comité exécutif central du Congrès des Soviets , un comité dominé par Lénine, qui avait auparavant soutenu des élections libres multipartites . Après la défaite bolchevique, Lénine a commencé à qualifier l'assemblée de "forme trompeuse de parlementarisme démocratique bourgeois". [82] Cela conduirait au développement de l' avant- gardedans lequel une société hiérarchique contrôlée par le parti et l'élite [83] , entraînant une scission entre l'anarchisme et le marxisme , et le communisme léniniste assumant la position dominante pendant la majeure partie du XXe siècle, à l'exclusion des courants socialistes rivaux. [84]

D'autres communistes et marxistes, en particulier les sociaux-démocrates qui ont favorisé le développement de la démocratie libérale comme condition préalable au socialisme , ont critiqué les bolcheviks dès le début car la Russie était considérée comme trop arriérée pour une révolution socialiste . [36] Le communisme de conseil et le communisme de gauche , inspirés par la révolution de novembre en Allemagne et la vague révolutionnaire prolétarienne , sont apparus en réponse aux développements en Russie et critiquent les États constitutionnellement socialistes autoproclamés . Certains partis de gauche, comme le Parti socialiste de Grande-Bretagne, se vantaient d'avoir appelé les bolcheviks, et par extension les États communistes qui suivaient ou s'inspiraient du modèle de développement bolchevique soviétique, établissant le capitalisme d'État à la fin de 1917, comme le décriraient au cours du XXe siècle plusieurs universitaires, économistes et d'autres chercheurs, [24] [25] [26] ou une économie dirigée . [27] [28] [29] Avant que la voie de développement soviétique ne devienne connue sous le nom de socialisme , rappelant la théorie en deux étapes , les communistes ne faisaient aucune distinction majeure entre le mode de production socialiste et le communisme ; [42]il est cohérent avec les premiers concepts du socialisme dans lesquels la loi de la valeur ne dirige plus l'activité économique et a contribué à les éclairer. Les relations monétaires sous forme de valeur d'échange , de profit , d' intérêt et de travail salarié ne fonctionneraient pas et ne s'appliqueraient pas au socialisme marxiste. [85]

Alors que Joseph Staline a déclaré que la loi de la valeur s'appliquerait toujours au socialisme et que l'Union soviétique était socialiste selon cette nouvelle définition, qui a été suivie par d'autres dirigeants communistes, de nombreux autres communistes maintiennent la définition originale et déclarent que les États communistes n'ont jamais établi le socialisme en ce sens. Lénine a décrit sa politique comme un capitalisme d'État, mais l'a considérée comme nécessaire au développement du socialisme, qui, selon les critiques de gauche, n'a jamais été établi, tandis que certains marxistes-léninistes affirment qu'il n'a été établi que pendant l' ère stalinienne et l'ère Mao , puis est devenu États capitalistes dirigés par des révisionnistes; d'autres déclarent que la Chine maoïste a toujours été capitaliste d'État et soutiennent l'Albanie communiste comme le seul État socialiste après l'Union soviétique sous Staline, [86] [87] qui a déclaré pour la première fois avoir atteint le socialisme avec la Constitution soviétique de 1936 . [88]

Union soviétique

Le communisme de guerre a été le premier système adopté par les bolcheviks pendant la guerre civile russe en raison des nombreux défis. [89] Malgré le communisme dans son nom, cela n'avait rien à voir avec le communisme, avec une discipline stricte pour les travailleurs, des actions de grève interdites, un devoir de travail obligatoire et un contrôle de type militaire, et a été décrit comme un simple contrôle autoritaire par les bolcheviks pour maintenir le pouvoir et le contrôle dans les régions soviétiques, plutôt qu'une quelconque idéologie politique cohérente . [90] L'Union soviétique a été créée en 1922. Avant l' interdiction généraleen 1921, il y avait plusieurs factions dans le parti communiste, plus en évidence parmi elles l' Opposition de gauche , l' Opposition de droite et l' Opposition ouvrière , qui débattaient sur la voie du développement à suivre. Les oppositions de gauche et des travailleurs étaient plus critiques à l'égard du développement capitaliste d'État et les travailleurs en particulier critiquaient la bureaucratisation et le développement par le haut, tandis que l'opposition de droite soutenait davantage le développement capitaliste d'État et préconisait la nouvelle politique économique . [89] Après le centralisme démocratique de Lénine, les partis léninistes étaient organisés sur une base hiérarchique, avec des cellules actives de membres comme large base. Ils n'étaient composés que de cadres d'élite approuvés par les membres supérieurs du parti comme étant fiables et entièrement soumis à la discipline du parti . [91] Le trotskysme a dépassé les communistes de gauche en tant que principal courant communiste dissident, tandis que les communismes plus libertaires , remontant au courant marxiste libertaire du communisme de conseil, sont restés d'importants communismes dissidents en dehors de l'Union soviétique. Dans les procès de Moscou , de nombreux anciens bolcheviks qui avaient joué un rôle de premier plan pendant la révolution russeou dans le gouvernement soviétique de Lénine par la suite, y compris Lev Kamenev , Grigory Zinoviev , Alexei Rykov et Nikolai Bukharin , ont été accusés, ont plaidé coupables de complot contre l'Union soviétique et ont été exécutés. [92]

Le champ académique après la Seconde Guerre mondiale et pendant la guerre froide a été dominé par le « modèle totalitaire » de l'Union soviétique, soulignant le caractère absolu du pouvoir de Joseph Staline . Le "modèle totalitaire" a été décrit pour la première fois dans les années 1950 par le politologue Carl Joachim Friedrich , qui a déclaré que l'Union soviétique et les autres États communistes étaient des systèmes totalitaires, avec le culte de la personnalité et des pouvoirs presque illimités du "grand dirigeant" tel que Staline. L'"école révisionniste" des années 1960 s'est concentrée sur des institutions relativement autonomes susceptibles d'influencer la politique au niveau supérieur. [93]Matt Lenoe décrit «l'école révisionniste» comme représentant ceux qui «insistaient sur le fait que la vieille image de l'Union soviétique en tant qu'État totalitaire déterminé à dominer le monde était trop simpliste ou tout simplement fausse. Ils avaient tendance à s'intéresser à l'histoire sociale et à affirmer que le La direction du Parti communiste a dû s'adapter aux forces sociales." [94] Ces historiens de « l'école révisionniste » tels que J. Arch Getty et Lynne Viola ont contesté l'approche du « modèle totalitaire », considérée comme dépassée [95] , et ont été les plus actifs dans les archives des anciens États communistes, en particulier les Archives d'État de la Fédération de Russie liées à l'Union soviétique. [93] [96]

Selon John Earl Haynes et Harvey Klehr , l'historiographie se caractérise par un clivage entre traditionalistes et révisionnistes. Les « traditionalistes » se caractérisent comme des reporters objectifs d'une prétendue nature totalitaire du communisme et des États communistes. Ils sont critiqués par leurs adversaires comme étant anticommunistes , voire fascistes, dans leur empressement à continuer de se concentrer sur les enjeux de la guerre froide. Les caractérisations alternatives pour les traditionalistes incluent «anti-communiste», «conservateur», «Draperite» (d'après Theodore Draper ), «orthodoxe» et «de droite»; [97]Norman Markowitz , un «révisionniste» de premier plan, les a qualifiés de «réactionnaires», de «romantiques de droite» et de «triomphalistes» qui appartiennent à la « boursière de l' école HUAC de CPUSA ». Les « révisionnistes », caractérisés par Haynes et Klehr comme des révisionnistes historiques , sont plus nombreux et dominent les institutions académiques et les revues savantes. Une formulation alternative suggérée est "les nouveaux historiens du communisme américain", mais cela n'a pas fait son chemin parce que ces historiens se décriraient comme impartiaux et savants et opposeraient leur travail au travail des "traditionalistes" anticommunistes, qu'ils qualifieraient de partiaux et peu savant. [98]

Guerre froide

Pays du monde actuellement (rouge) ou précédemment (orange) ayant des gouvernements nominalement communistes

Suite à son rôle de premier plan dans la Seconde Guerre mondiale a vu l'émergence de l'Union soviétique en tant que superpuissance industrialisée , avec une forte influence sur l'Europe de l'Est et certaines parties de l'Asie. Les empires européen et japonais ont été brisés et les partis communistes ont joué un rôle de premier plan dans de nombreux mouvements d'indépendance. Des gouvernements marxistes-léninistes inspirés de l'Union soviétique ont pris le pouvoir avec l'aide soviétique en Bulgarie , en Tchécoslovaquie , en Allemagne de l'Est , en Pologne , en Hongrie et en Roumanie . Un gouvernement marxiste-léniniste a également été créé sous Josip Broz Tito en Yougoslavie, mais la politique indépendante de Tito conduisit à l'expulsion de la Yougoslavie du Kominform , qui avait remplacé le Komintern , et le titisme fut qualifié de déviationniste . L'Albanie est également devenue un État marxiste-léniniste indépendant après la Seconde Guerre mondiale. [99] Le communisme a été considéré comme un rival et une menace pour le capitalisme occidental pendant la majeure partie du XXe siècle. [100]

La nature socio-économique des États communistes, en particulier celle de l'Union soviétique à l' époque stalinienne , a fait l'objet de nombreux débats. Certains partisans communistes, universitaires et anticommunistes conviennent que le socialisme a été établi, bien que pour des raisons différentes; utilisant souvent le terme socialisme réel ou socialisme réellement existant , le premier déclare que les travailleurs contrôlent les moyens de production par le biais du parti, de l'État et des syndicats , tandis que le premier considère toute économie planifiée comme du socialisme. D'autres chercheurs et critiques de gauche l'ont qualifié de forme de collectivisme bureaucratique , de capitalisme d'État, desocialisme d'État , ou un mode de production totalement unique . [23] Le bloc de l'Est, y compris les États d'Europe centrale et orientale ainsi que les régimes socialistes du tiers monde , ont parfois été décrits comme des "systèmes bureaucratiques autoritaires", [22] et la structure socio-économique de la Chine a été évoquée qualifié, dans certains cas, de "capitalisme d'État nationaliste" par les critiques [101]

Le concept de totalitarisme a acquis une influence prédominante dans le discours politique occidental anticommuniste et maccarthyste à l'époque de la guerre froide en tant qu'outil pour convertir l'antifascisme d'avant la Seconde Guerre mondiale en anticommunisme d'après-guerre. [102] [103] [104] La perspective populaire, mais critiquée [95] d'assimiler l'Allemagne nazie et l'Union soviétique sous Staline n'est pas concevable et est un malentendu [ la citation nécessaire ] des deux natures distinctes des régimes, qui est pourquoi ils étaient ennemis [ citation nécessaire ] . L'objectif principal de Staline était de créer un État socialiste, sous la bannière du socialisme dans un seul pays , qui était autarcique , industrialisé et multiethnique . Le génocide n'était pas dans les plans de Staline, mais plutôt le nationalisme et l'édification de la nation , et il n'était pas inhérent à la construction d'un État non capitaliste et non expansionniste. [105] En ce sens, le stalinisme , qui a arrêté le génocide nazi aux côtés des autres alliés de la Seconde Guerre mondiale , n'était pas intrinsèquement génocidaire, et le communisme marxiste était un facteur de retenue qui n'a pas permis à Staline de déclencher un véritable génocide. [106] [107] [n° 4]

Certains universitaires et journalistes ont déclaré que les récits anticommunistes ont exagéré l'étendue de la répression politique et de la censure dans les États sous régime communiste, ou ont établi des comparaisons avec ce qu'ils considèrent comme des atrocités perpétrées par les pays capitalistes, en particulier pendant la guerre froide. Ils comprennent Mark Aarons , [110] Vincent Bevins , [111] Noam Chomsky , [112] Jodi Dean , [113] Kristen Ghodsee , [114] Seumas Milne , [115] et Michael Parenti . [116] Mark Bradley et Rudolph Rummelont écrit que, si les chiffres exacts ont été contestés, l' ordre de grandeur ne l' est pas. [117] [118] Ghodsee et Scott Sehon ont écrit que "le chicanage sur les chiffres est inconvenant. Ce qui compte, c'est que beaucoup, beaucoup de gens ont été tués par les régimes communistes." [114] À propos du communisme du 20e siècle, Nathan J. Robinson a écrit : "Il est incroyablement facile d'être à la fois en faveur du socialisme et contre les crimes commis par les régimes communistes du 20e siècle. Tout ce qu'il faut, c'est une opposition cohérente et de principe à l'autoritarisme." [119] Certains de ces universitaires ont écrit sur les mérites de prendre une position anti-anti-communisteposition qui ne nie pas les événements et les pertes humaines mais fait une distinction entre les courants communistes antiautoritaires et les autres courants socialistes, tous deux victimes de la répression [114] , et rejettent les économies communistes du XXe siècle. [120]

En Europe occidentale, les partis communistes faisaient partie de plusieurs gouvernements d'après-guerre, et même lorsque la guerre froide a forcé nombre de ces pays à les retirer du gouvernement, comme en Italie, ils sont restés partie prenante du processus libéral-démocratique . Il y eut aussi de nombreuses évolutions dans le marxisme libertaire, notamment au cours des années 1960 avec la Nouvelle Gauche . Dans les années 1960 et 1970, de nombreux partis communistes occidentaux avaient critiqué de nombreuses actions des États communistes, s'en étaient éloignés et avaient développé une voie démocratique vers le socialisme, connue sous le nom d' eurocommunisme . [121] Cette évolution a été critiquée par des partisans plus orthodoxes de l'Union soviétique comme équivalant à la social-démocratie . [122]

Dissolution de l'Union soviétique

Avec la chute du Pacte de Varsovie après les révolutions de 1989 , qui a entraîné la chute de la majeure partie de l'ancien bloc de l'Est, l'Union soviétique a été dissoute le 26 décembre 1991. C'était le résultat de la déclaration numéro 142-Н de l' Union soviétique . des Républiques du Soviet Suprême de l'Union Soviétique . [123] La déclaration reconnaissait l'indépendance des anciennes républiques soviétiques et créait la Communauté des États indépendants , même si cinq des signataires l'ont ratifiée bien plus tard ou ne l'ont pas fait du tout. La veille, le président soviétique Mikhaïl Gorbatchev (le huitième et dernier dirigeant de l'Union soviétique) a démissionné, a déclaré sa fonction éteinte et a remis ses pouvoirs, y compris le contrôle du Cheget , au président russe Boris Eltsine . Ce soir-là à 7h32, le drapeau soviétique a été abaissé du Kremlin pour la dernière fois et remplacé par le drapeau russe pré-révolutionnaire . Auparavant, d'août à décembre 1991, toutes les républiques individuelles, y compris la Russie elle-même, avaient fait sécession de l'union. La semaine précédant la dissolution officielle de l'union, onze républiques ont signé le Protocole d'Alma-Ata , établissant officiellement la Communauté des États indépendants et déclarant que l'Union soviétique avait cessé d'exister. [124] [125]

Certains chercheurs tels que Jodi Dean et Kristen Ghodsee postulent que les attitudes triomphalistes des puissances occidentales à la fin de la guerre froide et la fixation sur le lien entre tous les idéaux politiques de gauche et socialistes et les horreurs du stalinisme ont permis au néolibéralisme de combler le vide, ce qui a sapé les institutions démocratiques et les réformes, laissant une traînée de misère économique, de chômage, de désespoir et d'inégalités croissantes dans l'ancien bloc de l'Est et une grande partie de l'Occident au cours des décennies suivantes, ce qui a alimenté la montée du nationalisme extrémiste de droite dans l'ancien et le dernier. [126] Pour Dean, les conservateurs, les libéraux et les sociaux-démocrates conviennent que les États communistes du XXe siècle ont été des échecs absolus, limitant ainsi la portée de la discussion autour des alternatives politiques aux marchés libres et à la démocratie libérale , dont une fusion constitue la conception de Dean du néolibéralisme. Selon Jodi Dean , quand les gens pensent au capitalisme, ils ne considèrent pas quels sont ses pires résultats ( changement climatique , inégalités économiques , hyperinflation , Grande Dépression , Grande Récession , barons voleurs et chômage ) parce que lel'histoire du capitalisme est considérée comme dynamique et nuancée ; l'histoire du communisme n'est pas considérée comme dynamique ou nuancée, et il existe un récit historique fixe du communisme qui met l'accent sur l' autoritarisme , le goulag , la famine et la violence. [127] [128]

Communisme post-soviétique

L' affiche du Parti communiste vietnamien à Hanoï

Walter Scheidel a déclaré qu'en dépit d'actions gouvernementales de grande envergure, les États communistes n'ont pas réussi à obtenir un succès économique, social et politique à long terme. [129] L'expérience de la dissolution de l'Union soviétique, la famine nord-coréenne et les prétendues sous-performances économiques par rapport aux systèmes de marché libre développés sont cités comme exemples d'États communistes incapables de construire un État prospère tout en s'appuyant entièrement sur ce qu'ils considèrent comme marxisme orthodoxe . [130] [131] [ page nécessaire ] Malgré ces lacunes, Philipp Ther  [ de ] a déclaré qu'il y avait une augmentation générale du niveau de vie à traverspays du bloc de l' Est à la suite de programmes de modernisation sous les gouvernements communistes. [132] Branko Milanović a écrit qu'après la fin de la guerre froide, les économies de bon nombre de ces pays ont tellement décliné pendant la transition vers le capitalisme qu'elles ne sont pas encore revenues au point où elles se trouvaient avant l'effondrement du communisme. [133] Selon l'anthropologue Kristen Ghodsee et le philosophe Scott Sehon , il existe un récit des " victimes du communisme " qui cherche à assimiler le communisme au meurtre, par exemple en érigeant des panneaux d'affichage à Times Square qui déclarent " 100 ans, 100 millions de morts " et " Le communisme tue" ; [114]pour Ghodsee, les organisations conservatrices et anticommunistes cherchent à institutionnaliser le récit des « victimes du communisme » comme une double théorie du génocide , ou l' équivalence morale entre l'Holocauste nazi (meurtre de race) et ceux tués par les États communistes (meurtre de classe). Selon ce point de vue, il s'agit d'efforts suspects pour détourner l'attention de la crise financière mondiale et des échecs du néolibéralisme . [134]

À partir de 2022, les États contrôlés par les partis marxistes-léninistes dans le cadre d'un système de parti unique comprennent la République populaire de Chine , la République de Cuba , la République démocratique populaire lao et la République socialiste du Vietnam . [nb 5] Les partis communistes, ou leurs descendants, restent politiquement importants dans plusieurs autres pays. Avec la dissolution de l'Union soviétique et la chute du communisme , il y a eu une scission entre ces communistes extrémistes, parfois appelés dans les médias néo-staliniens , qui sont restés attachés au marxisme-léninisme orthodoxe , et ceux, comme la gaucheen Allemagne, qui travaillent dans le cadre du processus libéral-démocratique pour une voie démocratique vers le socialisme, [140] tandis que d'autres partis communistes au pouvoir se sont rapprochés des partis démocratiques socialistes et sociaux-démocrates . [141] En dehors des États communistes, les partis communistes réformés ont dirigé ou fait partie d'un gouvernement de gauche ou de coalitions régionales, y compris dans l'ancien bloc de l'Est . Au Népal, les communistes ( CPN UML et Parti communiste népalais ) faisaient partie de la 1ère Assemblée constituante népalaise, qui a aboli la monarchie en 2008 et transformé le pays en une république libérale démocratique fédérale, et a partagé démocratiquement le pouvoir avec d'autres communistes, marxistes-léninistes et maoïstes ( PCN maoïste ), sociaux-démocrates ( Congrès népalais ) et d'autres dans le cadre de leur démocratie multipartite populaire . [142] [143]

La Chine a réévalué de nombreux aspects de l'héritage maoïste et, avec le Laos, le Vietnam et, dans une moindre mesure, Cuba, a décentralisé le contrôle de l'État sur l'économie afin de stimuler la croissance. Ces réformes sont décrites par les universitaires comme des progrès, et par certains critiques de gauche comme une régression vers le capitalisme, ou comme un capitalisme d'État , mais les partis au pouvoir les décrivent comme un ajustement nécessaire aux réalités existantes dans le monde post-soviétique afin de maximiser capacité de production industrielle [ citation nécessaire ] . Dans ces pays, la terre est un monopole public universel administré par l'État, tout comme les ressources naturelles et les industries et services vitaux. Le secteur publicest le secteur dominant dans ces économies et l'État joue un rôle central dans la coordination du développement économique. [ citation nécessaire ] Les réformes économiques chinoises ont commencé en 1978 sous la direction de Deng Xiaoping , et depuis lors, la Chine a réussi à faire baisser le taux de pauvreté de 53 % à l'ère Mao à seulement 6 % en 2001. [144]

Théorie

La pensée politique et la théorie communistes sont diverses mais partagent plusieurs éléments fondamentaux. Les formes dominantes du communisme sont basées sur le marxisme ou le léninisme mais des versions non marxistes du communisme, comme l' anarcho-communisme et le communisme chrétien , qui restent en partie influencées par les théories marxistes et le marxisme libertaire et humanisteen particulier, existent également. Les éléments communs incluent le fait d'être théorique plutôt qu'idéologique, d'identifier les partis politiques non par idéologie mais par classe et intérêt économique, et de partager une identité avec le prolétariat. Selon les communistes, le prolétariat ne peut éviter le chômage de masse que si le capitalisme est renversé ; à court terme, les communistes orientés vers l'État favorisent la propriété étatique des sommets dominants de l'économie comme moyen de défendre le prolétariat contre la pression capitaliste. Certains communistes se distinguent des autres marxistes en considérant les paysans et les petits propriétaires comme des alliés possibles dans leur objectif de raccourcir l'abolition du capitalisme. [145]

Pour le communisme léniniste, un tel objectif, y compris les intérêts prolétariens à court terme pour améliorer leurs conditions politiques et matérielles, ne peut être atteint que par l' avant- garde , une forme élitiste de socialisme d'en haut qui s'appuie sur l'analyse théorique pour identifier les intérêts prolétariens plutôt que de consulter les prolétaires eux-mêmes. , [145] comme le prônent les communistes libertaires . [8]Lorsqu'ils s'engagent dans des élections, la tâche principale des communistes léninistes est d'éduquer les électeurs sur ce qui est considéré comme leurs véritables intérêts plutôt qu'en réponse à l'expression d'intérêt par les électeurs eux-mêmes. Lorsqu'ils ont pris le contrôle de l'État, la principale tâche des communistes léninistes était d'empêcher les autres partis politiques de tromper le prolétariat, par exemple en présentant leurs propres candidats indépendants. Cette approche avant-gardiste vient de leurs engagements envers le centralisme démocratique dans lequel les communistes ne peuvent être que des cadres, c'est-à-dire des membres du parti qui sont des révolutionnaires professionnels à plein temps, comme le concevait Vladimir Lénine . [145]

Communisme marxiste

Un monument dédié à Karl Marx (à gauche) et Friedrich Engels (à droite) à Shanghai

Le marxisme est une méthode d' analyse socio -économique qui cadre le capitalisme à travers un paradigme d'exploitation, analyse les relations de classe et les conflits sociaux en utilisant une interprétation matérialiste du développement historique et adopte une vision dialectique de la transformation sociale. Le marxisme utilise une méthodologie matérialiste, désignée par Marx et Engels comme la conception matérialiste de l'histoire et maintenant mieux connue sous le nom de matérialisme historique , pour analyser et critiquer le développement de la société de classe et en particulier du capitalisme ainsi que le rôle des luttes de classe.dans le changement systémique économique, social et politique. Développé pour la première fois par Karl Marx et Friedrich Engels au milieu du XIXe siècle, il a été la principale idéologie du mouvement communiste. Le marxisme ne présente pas un schéma directeur d'une société communiste en soi et il présente simplement une analyse qui conclut les moyens par lesquels sa mise en œuvre sera déclenchée, en distinguant ses caractéristiques fondamentales comme basées sur la dérivation des conditions de la vie réelle. Le marxisme se considère comme l'incarnation du socialisme scientifique mais ne modélise pas une société idéale basée sur la conception des intellectuels , où le communisme serait considéré comme un état de choses .à établir sur la base de toute conception intelligente ; il s'agit plutôt d'une tentative non idéaliste de compréhension de l'histoire matérielle et de la société, où le communisme est l'expression d'un mouvement réel, avec des paramètres dérivés de la vie réelle. [146]

Selon la théorie marxiste , le conflit de classe surgit dans les sociétés capitalistes en raison des contradictions entre les intérêts matériels du prolétariat opprimé et exploité - une classe de travailleurs salariés employés pour produire des biens et des services - et la bourgeoisie - la classe dirigeante qui possède les moyens de production . et tire sa richesse par l'appropriation du surproduit produit par le prolétariat sous forme de profit . Cette lutte des classes qui s'exprime communément comme la révolte des forces productives d'une société contre ses rapports de production, se traduit par une période de crises à court terme alors que la bourgeoisie lutte pour gérer l'intensification de l' aliénation du travail vécue par le prolétariat, bien qu'avec des degrés divers de conscience de classe . En période de crise profonde, la résistance des opprimés peut aboutir à une révolution prolétarienne qui, si elle est victorieuse, conduit à l'instauration du mode de production socialiste fondé sur la propriété sociale des moyens de production, « A chacun selon sa contribution » , et production pour utilisation . Au fur et à mesure que les forces productives progressaient, la société communiste , c'est-à-dire une société sans classes, sans État, humaine, fondée sur lapropriété commune , suit la maxime « De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins ». [42]

Bien qu'il trouve son origine dans les travaux de Marx et d'Engels, le marxisme s'est développé dans de nombreuses branches et écoles de pensée différentes, avec pour résultat qu'il n'existe plus aujourd'hui de théorie marxiste définitive unique. [147] Différentes écoles marxistes mettent davantage l'accent sur certains aspects du marxisme classique tout en rejetant ou en modifiant d'autres aspects. De nombreuses écoles de pensée ont cherché à combiner des concepts marxiens et des concepts non marxiens, ce qui a alors conduit à des conclusions contradictoires. [148] Il y a un mouvement vers la reconnaissance que le matérialisme historique et le matérialisme dialectique restent l'aspect fondamental de toutes les écoles de pensée marxistes . [58] Marxisme-léninismeet ses ramifications sont les plus connues d'entre elles et ont été une force motrice dans les relations internationales pendant la majeure partie du XXe siècle. [149]

Le marxisme classique est les théories économiques, philosophiques et sociologiques exposées par Marx et Engels par opposition aux développements ultérieurs du marxisme, en particulier le léninisme et le marxisme-léninisme. [150] Le marxisme orthodoxe est le corps de la pensée marxiste qui a émergé après la mort de Marx et qui est devenu la philosophie officielle du mouvement socialiste tel qu'il est représenté dans la Deuxième Internationale jusqu'à la Première Guerre mondiale en 1914. Le marxisme orthodoxe vise à simplifier, codifier et systématiser la méthode et la théorie marxistes en clarifiant les ambiguïtés et les contradictions perçues du marxisme classique. La philosophie du marxisme orthodoxe comprend la compréhension que le développement matériel (les progrès de la technologie dans les forces productives) est le principal agent de changement dans la structure de la société et des relations sociales humaines et que les systèmes sociaux et leurs relations (par exemple féodalisme , capitalisme , etc.) deviennent contradictoires et inefficaces à mesure que les forces productives se développent, ce qui se traduit par une certaine forme de révolution qui surgit en réponse aux contradictions croissantes. Ce changement révolutionnaire est le vecteur de changements fondamentaux à l'échelle de la société et conduit finalement à l'émergence de nouveaux systèmes économiques . [151] En tant que terme, le marxisme orthodoxereprésente les méthodes du matérialisme historique et du matérialisme dialectique, et non les aspects normatifs inhérents au marxisme classique, sans impliquer une adhésion dogmatique aux résultats des investigations de Marx. [152]

Conceptions marxistes

Conflit de classe et matérialisme historique

À la racine du marxisme se trouve le matérialisme historique, la conception matérialiste de l'histoire qui soutient que la principale caractéristique des systèmes économiques à travers l'histoire a été le mode de production et que le changement entre les modes de production a été déclenché par la lutte des classes. Selon cette analyse, la révolution industrielle a fait entrer le monde dans le capitalisme en tant que nouveau mode de production. Avant le capitalisme, certaines classes ouvrièrespossédait des instruments utilisés dans la production ; cependant, parce que les machines étaient beaucoup plus efficaces, cette propriété est devenue sans valeur et la majorité des travailleurs ne pouvaient survivre qu'en vendant leur travail pour utiliser les machines de quelqu'un d'autre et en faisant profiter quelqu'un d'autre. En conséquence, le capitalisme a divisé le monde entre deux grandes classes, à savoir celle du prolétariat et celle de la bourgeoisie . Ces classes sont directement antagonistes car ces dernières possèdent la propriété privée des moyens de production , réalisant un profit via la plus- value générée par le prolétariat, qui n'a aucune propriété des moyens de production et donc pas d'autre choix que de vendre son travail à la bourgeoisie. [153]

Selon la conception matérialiste de l'histoire, c'est par la poursuite de ses propres intérêts matériels que la bourgeoisie montante au sein du féodalisme s'est emparée du pouvoir et n'a aboli, de tous les rapports de propriété privée, que le privilège féodal, supprimant ainsi la classe dirigeante féodale . . Ce fut un autre élément clé derrière la consolidation du capitalisme en tant que nouveau mode de production, l'expression finale des relations de classe et de propriété qui a conduit à une expansion massive de la production. Ce n'est que dans le capitalisme que la propriété privée en elle-même peut être abolie. [154] De même, le prolétariat s'emparerait du pouvoir politique, abolirait la propriété bourgeoise par la propriété communedes moyens de production, abolissant ainsi la bourgeoisie, abolissant finalement le prolétariat lui-même et faisant entrer le monde dans le communisme comme nouveau mode de production . Entre capitalisme et communisme, il y a la dictature du prolétariat ; c'est la défaite de l' Etat bourgeois mais pas encore du mode de production capitaliste, et en même temps le seul élément qui place dans le domaine du possible le dépassement de ce mode de production. Cette dictature , calquée sur le modèle de la Commune de Paris, [155] se veut l'État le plus démocratique où l'ensemble de la puissance publique est élu et révocable au suffrage universel .. [156]

L'économie marxiste

L'économie marxiste et ses partisans considèrent le capitalisme comme économiquement insoutenable et incapable d'améliorer le niveau de vie de la population en raison de son besoin de compenser la baisse des taux de profit en réduisant les salaires des employés, les avantages sociaux et en poursuivant l'agression militaire. Le système communiste succéderait au capitalisme comme mode de production de l'humanité à travers la révolution ouvrière . Selon la théorie marxienne de la crise , le communisme n'est pas une fatalité mais une nécessité économique. [157]

Socialisation versus nationalisation

Un concept important dans le marxisme est la socialisation contre la nationalisation . La nationalisation est la propriété de l'État alors que la socialisation est le contrôle et la gestion de la propriété par la société. Le marxisme considère ce dernier comme son objectif et considère la nationalisation comme une question tactique, car la propriété d'État est toujours du domaine du mode de production capitaliste . Selon les mots de Friedrich Engels , "la transformation... en propriété d'État ne supprime pas la nature capitaliste des forces productives. ... La propriété d'État des forces productives n'est pas la solution du conflit, mais la dissimulation en son sein se trouvent les conditions techniques qui forment les éléments de cette solution." [une][158] Cela a conduit certains groupes et tendances marxistes à étiqueter les États basés sur la nationalisation tels que l'Union soviétique comme capitalistes d'État . [24] [25] [26] [27] [29]

Communisme léniniste

"Nous voulons parvenir à un ordre de société nouveau et meilleur : dans cette société nouvelle et meilleure, il ne doit y avoir ni riches ni pauvres ; tous devront travailler. Pas une poignée de riches, mais tous les travailleurs doivent jouir des fruits de leur travail commun. Les machines et autres améliorations doivent servir à faciliter le travail de tous et non à permettre à quelques-uns de s'enrichir aux dépens de millions et de dizaines de millions de personnes. Cette société nouvelle et meilleure est appelée société socialiste. cette société s'appelle le 'socialisme'."

Vladimir Lénine, Aux ruraux pauvres (1903) [159]

Statue de Vladimir Lénine à Kolkata, Bengale occidental

Le léninisme est le corps de la théorie politique , développé par et nommé d'après le révolutionnaire russe et plus tard premier ministre soviétique Vladimir Lénine , pour l'organisation démocratique d'un parti d'avant-garde révolutionnaire et la réalisation d'une dictature du prolétariat comme prélude politique à l'établissement du mode de production socialiste . Le léninisme comprend les théories politiques et économiques socialistes développées à partir du marxisme orthodoxe ainsi que les interprétations de Lénine de la théorie marxiste pour une application pratique aux conditions sociopolitiques de la société agraire du début du XXe siècle dans l' Empire russe .. Le léninisme a été composé pour la praxis révolutionnaire et n'était à l'origine ni une philosophie rigoureusement propre ni une théorie politique discrète. Après la Révolution russe et dans Histoire et conscience de classe (1923), György Lukács a développé et organisé les pratiques et l'idéologie révolutionnaires pragmatiques de Lénine dans la philosophie formelle de la révolution du parti d'avant-garde. En tant que terme de science politique, le léninisme est entré dans l'usage courant en 1922 après que l'infirmité ait mis fin à la participation de Lénine à la gouvernance du Parti communiste russe. Au cinquième congrès de l' Internationale communiste en juillet 1924, Grigory Zinoviev popularise le terme léninismepour désigner la révolution du parti d'avant-garde.

Au sein du léninisme, le centralisme démocratique est une pratique dans laquelle les décisions politiques prises par les processus de vote lient tous les membres du parti communiste . L'avant-garde politique du parti est composée de révolutionnaires professionnels qui élisent des dirigeants et des officiers ainsi que pour déterminer la politique par une discussion libre, puis cela est réalisé de manière décisive par une action unie. Dans le contexte de la théorie de la lutte révolutionnaire léniniste, l' avant- garde est une stratégie par laquelle les sections les plus conscientes de classe et politiquement avancées du prolétariatou classe ouvrière, décrite comme l'avant-garde révolutionnaire, forme des organisations afin d'attirer de plus larges sections de la classe ouvrière vers la politique révolutionnaire et de servir de manifestations du pouvoir politique prolétarien contre ses ennemis de classe . De 1917 à 1922, le léninisme était l'application russe de l'économie marxienne et de la philosophie politique telle qu'effectuée et réalisée par les bolcheviks , le parti d'avant-garde qui a mené la lutte pour l' indépendance politique de la classe ouvrière . Dans la période 1925-1929, Joseph Staline a établi son interprétation du léninisme comme la forme officielle et la seule légitime du marxisme en Russie en fusionnant les philosophies politiques commeLe marxisme-léninisme qui est ensuite devenu l' idéologie d'État de l'Union soviétique.

Marxisme-léninisme

Le marxisme-léninisme est une idéologie politique développée par Joseph Staline . [160] Selon ses partisans, il est fondé sur le marxisme et le léninisme . Il décrit l'idéologie politique spécifique que Staline a mise en œuvre dans le Parti communiste de l'Union soviétique et à l'échelle mondiale dans le Komintern . Il n'y a pas d'accord définitif entre les historiens sur la question de savoir si Staline a effectivement suivi les principes de Marx et de Lénine. [161] Il contient également des aspects qui, selon certains, sont des déviations du marxisme comme le socialisme dans un pays . [162] [163]Le marxisme-léninisme était l'idéologie officielle des partis communistes du XXe siècle (y compris les partis trotskystes ) et s'est développé après la mort de Lénine ; ses trois principes étaient le matérialisme dialectique , le rôle dirigeant du parti communiste à travers le centralisme démocratique , et une économie planifiée avec industrialisation et collectivisation agricole . En tant que terme, le marxisme-léninisme est trompeur parce que Marx et Lénine n'ont jamais sanctionné ou soutenu la création d'un -ismeaprès eux, et se délecte parce que, popularisé après la mort de Lénine par Staline, il contenait ces trois principes doctrinaux et institutionnalisés qui sont devenus un modèle pour les régimes de type soviétique ultérieurs ; son influence mondiale, ayant à son apogée couvert au moins un tiers de la population mondiale, a fait de marxiste-léniniste une étiquette commode pour le bloc communiste en tant qu'ordre idéologique dynamique. [164] [c]

Pendant la guerre froide, le marxisme-léninisme était l'idéologie du mouvement communiste le plus clairement visible et est l'idéologie la plus importante associée au communisme. [149] [nb 6] Le fascisme social était une théorie soutenue par le Komintern et les partis communistes affiliés au début des années 1930 qui soutenaient que la social-démocratie était une variante du fascisme parce qu'elle s'opposait à une dictature du prolétariat , en plus de un modèle économique corporatiste partagé . [166] À l'époque, des dirigeants du Komintern tels que Staline et Rajani Palme Dutt ont déclaré que le capitalismela société était entrée dans la Troisième Période au cours de laquelle une révolution du prolétariat était imminente mais pouvait être empêchée par les sociaux-démocrates et d'autres forces fascistes . [166] [167] Le terme fasciste social a été utilisé péjorativement pour décrire les partis sociaux-démocrates, les partis socialistes anti-Komintern et progressistes et les dissidents au sein des affiliés du Komintern tout au long de l' entre-deux-guerres . La théorie du fascisme social a été défendue avec véhémence par le Parti communiste allemand qui était largement contrôlé et financé par la direction soviétique à partir de 1928. [167] Au sein du marxisme-léninisme, l'anti-révisionnismeC'est une position qui a émergé dans les années 1950 en opposition aux réformes et au dégel de Khrouchtchev du dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev . Là où Khrouchtchev a poursuivi une interprétation différente de Staline, les anti-révisionnistes au sein du mouvement communiste international sont restés dévoués à l'héritage idéologique de Staline et ont critiqué l'Union soviétique sous Khrouchtchev et ses successeurs comme capitaliste d'État et social-impérialiste en raison de ses espoirs de parvenir à la paix avec le États-Unis. Le terme stalinisme est également utilisé pour décrire ces positions mais n'est souvent pas utilisé par ses partisans qui estiment que Staline a simplement synthétisé et pratiqué le marxisme orthodoxe .et le léninisme. Étant donné que différentes tendances politiques font remonter les racines historiques du révisionnisme à différentes époques et à différents dirigeants, il existe aujourd'hui un désaccord important sur ce qui constitue l'anti-révisionnisme. Les groupes modernes qui se décrivent comme anti-révisionnistes se répartissent en plusieurs catégories. Certains soutiennent les travaux de Staline et de Mao Zedong et d'autres les travaux de Staline tout en rejetant Mao et tendent universellement à s'opposer au trotskysme . D'autres rejettent à la fois Staline et Mao, faisant remonter leurs racines idéologiques à Marx et Lénine. En outre, d'autres groupes soutiennent divers dirigeants historiques moins connus comme Enver Hoxha , qui a également rompu avec Mao lors de la scission sino-albanaise . Impérialisme socialétait un terme utilisé par Mao pour critiquer l'Union soviétique après Staline. Mao a déclaré que l'Union soviétique était elle-même devenue une puissance impérialiste tout en conservant une façade socialiste . [168] Hoxha était d'accord avec Mao dans cette analyse, avant d'utiliser plus tard l'expression pour condamner également la théorie des trois mondes de Mao . [169]

stalinisme

Le stalinisme représente le style de gouvernance de Staline par opposition au marxisme-léninisme, le système socio -économique et l'idéologie politique mis en œuvre par Staline en Union soviétique et adaptés plus tard par d'autres États basés sur le modèle idéologique soviétique , tels que la planification centrale , la nationalisation et le parti unique. l'État , ainsi que la propriété publique des moyens de production , l' industrialisation accélérée , le développement proactif des forces productives de la société (recherche et développement) et la nationalisation des ressources naturelles . Le marxisme-léninisme est resté aprèsdéstalinisation alors que le stalinisme ne l'a pas fait. Dans les dernières lettres avant sa mort, Lénine a mis en garde contre le danger de la personnalité de Staline et a exhorté le gouvernement soviétique à le remplacer. [58] Jusqu'à la mort de Joseph Staline en 1953, le parti communiste soviétique appelait sa propre idéologie le marxisme-léninisme-stalinisme . [145]

Le marxisme-léninisme a été critiqué par d'autres tendances communistes et marxistes, qui affirment que les États marxistes-léninistes n'ont pas établi le socialisme mais plutôt le capitalisme d'État . [24] [25] [26] [27] [29] Selon le marxisme, la dictature du prolétariat représente la règle de la majorité (démocratie) plutôt que celle d'un parti, dans la mesure où le co-fondateur du marxisme Friedrich Engels décrit sa "forme spécifique" comme la république démocratique . [170] Selon Engels, la propriété d'État en elle-même est une propriété privée de nature capitaliste [a] à moins que le prolétariat n'ait le contrôle du pouvoir politique, auquel cas il forme la propriété publique.[d] [158] La question de savoir si le prolétariat contrôlait réellement les États marxistes-léninistes est un sujet de débat entre le marxisme-léninisme et les autres tendances communistes. Pour ces tendances, le marxisme-léninisme n'est ni le marxisme ni le léninisme ni l'union des deux, mais plutôt un terme artificiel créé pour justifier la distorsion idéologique de Staline, [171] imposée au Parti communiste de l'Union soviétique et au Komintern. En Union soviétique, cette lutte contre le marxisme-léninisme était représentée par le trotskysme , qui se décrit comme une tendance marxiste et léniniste. [172]

Trotskysme
Détail de l'homme, contrôleur de l'univers , fresque au Palacio de Bellas Artes à Mexico montrant Léon Trotsky , Friedrich Engels , et Karl Marx

Le trotskysme, développé par Léon Trotsky en opposition au stalinisme , [173] est une tendance marxiste et léniniste qui soutient la théorie de la révolution permanente et de la révolution mondiale plutôt que la théorie en deux étapes et le socialisme de Staline dans un seul pays . Il a soutenu l'internationalisme prolétarien [174] et une autre révolution communiste en Union soviétique . Plutôt que de représenter la dictature du prolétariat , Trotsky a affirmé que l'Union soviétique était devenue un État ouvrier dégénéré.sous la direction de Staline où les rapports de classe avaient refait surface sous une nouvelle forme. La politique de Trotsky différait fortement de celle de Staline et de Mao, surtout en déclarant la nécessité d'une révolution prolétarienne internationale - plutôt que du socialisme dans un seul pays - et en soutenant une véritable dictature du prolétariat basée sur des principes démocratiques. Luttant contre Staline pour le pouvoir en Union soviétique, Trotsky et ses partisans se sont organisés en Opposition de gauche , dont la plate-forme est devenue connue sous le nom de trotskysme. Staline a finalement réussi à prendre le contrôle du régime soviétique et les tentatives trotskystes de retirer Staline du pouvoir ont abouti à l'exil de Trotsky de l'Union soviétique en 1929. Pendant son exil, Trotsky a poursuivi sa campagne contre Staline, fondant en 1938 leQuatrième Internationale , rivale trotskyste du Komintern. En août 1940, Trotsky est assassiné à Mexico sur ordre de Staline. Les courants trotskistes comprennent le trotskisme orthodoxe , le troisième camp , le posadisme , le pablisme et le néo-trotskisme .

Dans la théorie politique trotskyste, un État ouvrier dégénéré est une dictature du prolétariat dans laquelle le contrôle démocratique de la classe ouvrière sur l'État a cédé la place au contrôle d'une clique bureaucratique. Le terme a été développé par Trotsky dans La Révolution trahie et dans d'autres ouvrages. Les États ouvriers déformés sont des États où la classe capitaliste a été renversée, l'économie est largement détenue et planifiée par l'État, mais il n'y a pas de démocratie interne ni de contrôle ouvrier de l'industrie. Dans un État ouvrier déformé, la classe ouvrière n'a jamais détenu le pouvoir politique comme elle l'a fait en Russie peu après la révolution bolchevique .. Ces États sont considérés comme déformés parce que leurs structures politiques et économiques ont été imposées d'en haut (ou de l'extérieur) et parce que les organisations révolutionnaires de la classe ouvrière sont écrasées. Comme un État ouvrier dégénéré, un État ouvrier déformé ne peut pas être considéré comme un État en transition vers le socialisme. La plupart des trotskystes citent aujourd'hui des exemples d'États ouvriers déformés comme Cuba , la République populaire de Chine , la Corée du Nord et le Vietnam . Le Comité pour une Internationale ouvrière a également inclus parfois des États tels que la Birmanie et la Syrie lorsqu'ils avaient une économie nationalisée .

maoïsme
Vive le monument de la pensée de la victoire de Mao Zedong à Shenyang

Le maoïsme est la théorie dérivée des enseignements du leader politique chinois Mao Zedong . Développé des années 1950 jusqu'à la réforme économique chinoise Deng Xiaoping dans les années 1970, il a été largement appliqué comme idéologie politique et militaire directrice du Parti communiste chinois et comme théorie guidant les mouvements révolutionnaires à travers le monde. Une différence clé entre le maoïsme et les autres formes de marxisme-léninisme est que les paysans devraient être le rempart de l'énergie révolutionnaire dirigée par la classe ouvrière. [175] Trois valeurs maoïstes communes sont le populisme révolutionnaire , être pratique, et la dialectique .[176]

La synthèse du marxisme-léninisme-maoïsme, [e] qui s'appuie sur les deux théories individuelles comme l'adaptation chinoise du marxisme-léninisme, ne s'est pas produite pendant la vie de Mao. Après la déstalinisation , le marxisme-léninisme a été maintenu en Union soviétique , tandis que certaines tendances anti-révisionnistes telles que le hoxhaisme et le maoïsme ont déclaré qu'il s'était écarté de son concept d'origine. Des politiques différentes ont été appliquées en Albanie et en Chine qui se sont éloignées de l'Union soviétique. Dès les années 1960, des groupes qui se disaient maoïstes, ou ceux qui ont soutenu le maoïsme, n'étaient pas unifiés autour d'une compréhension commune du maoïsme, ayant plutôt leurs propres interprétations particulières des œuvres politiques, philosophiques, économiques et militaires de Mao. Ses adhérents affirment qu'en tant qu'étape supérieure unifiée et cohérente du marxisme, il n'a été consolidé que dans les années 1980, formalisé pour la première fois par le parti communiste péruvien Sentier lumineux en 1982. [177] À travers l'expérience de la guerre populaire menée par le parti, le Sentier Lumineux ont pu poser le maoïsme comme le développement le plus récent du marxisme. [177]

Les partisans du marxisme-léninisme-maoïsme appellent la théorie le maoïsme lui-même, tandis que le maoïsme est appelé soit la pensée Mao Zedong , soit le marxisme-léninisme-pensée Mao Zedong . Le maoïsme-tiers-mondisme concerne l'infusion et la synthèse du marxisme-léninisme-maoïsme avec les concepts du tiers-mondisme non marxiste tels que la théorie de la dépendance et la théorie des systèmes mondiaux .

Enrico Berlinguer , secrétaire du Parti communiste italien et principal partisan de l'eurocommunisme

Eurocommunisme

L'eurocommunisme était une tendance révisionniste dans les années 1970 et 1980 au sein de divers partis communistes d'Europe occidentale, prétendant développer une théorie et une pratique de la transformation sociale plus pertinentes pour leur région. Surtout en France , en Italie et en Espagne , les communistes de cette nature ont cherché à saper l'influence de l' Union soviétique et de son parti communiste pendant la guerre froide . [121] Enrico Berlinguer , secrétaire général du Parti communiste italien, était largement considéré comme le père de l'eurocommunisme. [178]

Communisme marxiste libertaire

Le marxisme libertaire est un large éventail de philosophies économiques et politiques qui mettent l'accent sur les aspects anti-autoritaires du marxisme . Les premiers courants du marxisme libertaire, connus sous le nom de communisme de gauche [ 179] , ont émergé en opposition au marxisme-léninisme [180] et à ses dérivés tels que le stalinisme , le trotskysme et le maoïsme . [181] Le marxisme libertaire critique également les positions réformistes telles que celles tenues par les sociaux-démocrates . [182] Les courants marxistes libertaires puisent souvent dans les travaux ultérieurs de Marx et Engels, en particulierGrundrisse et La guerre civile en France [183] ,soulignant la croyance marxiste en la capacité de la classe ouvrière à forger son propre destin sans avoir besoin d'un parti ou d'un État révolutionnaire pour arbitrer ou aider à sa libération. [184] Avec l'anarchisme , le marxisme libertaire est l'un des principaux dérivés du socialisme libertaire . [185]

Outre le communisme de gauche, le marxisme libertaire comprend des courants tels que l' autonomisme , la communisation , le communisme de conseil, le deléonisme , la tendance Johnson-Forest , le lettrisme , le situationnisme luxembourgeois , le socialisme ou la barbarie , la solidarité , le mouvement socialiste mondial , l' opéraïsme ainsi que des parties de Freudo . -Marxisme et Nouvelle Gauche . [186] De plus, le marxisme libertaire a souvent eu une forte influence à la fois sur la post-gauche et anarchistes sociaux . Parmi les théoriciens notables du marxisme libertaire figurent Antonie Pannekoek , Raya Dunayevskaya , CLR James , Antonio Negri , Cornelius Castoriadis , Maurice Brinton , Guy Debord , Daniel Guérin , Ernesto Screpanti , Raoul Vaneigem et Yanis Varoufakis , [187] ce dernier affirmant que Marx lui-même était un marxiste libertaire. [188]

Communisme de conseil

Le communisme de conseil est un mouvement originaire d'Allemagne et des Pays-Bas dans les années 1920, dont l'organisation principale était le Parti communiste ouvrier d'Allemagne . Elle perdure aujourd'hui en tant que position théorique et militante à la fois au sein du marxisme libertaire et du socialisme libertaire . [189] Le principe fondamental du communisme de conseil est que le gouvernement et l'économie doivent être gérés par des conseils ouvriers , qui sont composés de délégués élus sur les lieux de travail et révocables à tout moment. Les communistes de conseil s'opposent à la nature autoritaire et antidémocratique perçue de la planification centrale et du socialisme d'État, appelé capitalisme d'État , et l'idée d'un parti révolutionnaire, puisque les communistes de conseils croient qu'une révolution menée par un parti produirait nécessairement une dictature de parti . Les communistes de conseils soutiennent une démocratie ouvrière, produite par une fédération de conseils ouvriers.

Contrairement à ceux de la social-démocratie et du communisme léniniste , l'argument central du communisme de conseils est que les conseils ouvriers démocratiques créés dans les usines et les municipalités sont la forme naturelle de l'organisation de la classe ouvrière et du pouvoir gouvernemental. [190] [191] Cette vision s'oppose à la fois aux idéologies réformistes [192] et communistes léninistes [193] , qui mettent respectivement l'accent sur le gouvernement parlementaire et institutionnel en appliquant des réformes sociales d'une part, et les partis d'avant-garde et le centralisme démocratique participatif d'autre part . L'autre.

Communisme de gauche

Le communisme de gauche est l'éventail des points de vue communistes détenus par la gauche communiste, qui critique les idées et pratiques politiques adoptées, en particulier à la suite de la série de révolutions qui ont mis fin à la guerre mondiale par les bolcheviks et les sociaux-démocrates . Les communistes de gauche affirment des positions qu'ils considèrent comme plus authentiquement marxistes et prolétariennes que les vues du marxisme-léninisme adoptées par l' Internationale communiste après son premier congrès (mars 1919) et lors de son deuxième congrès (juillet-août 1920). [180]

Les communistes de gauche représentent un éventail de mouvements politiques distincts des marxistes-léninistes , qu'ils considèrent largement comme la gauche du capital , des anarcho-communistes , dont certains sont considérés comme des socialistes internationalistes , et de diverses autres tendances socialistes révolutionnaires, comme les De Leonists , qu'ils ont tendance à ne considérer comme des socialistes internationalistes que dans des cas limités. [194] Le bordiguisme est un courant communiste de gauche léniniste nommé d'après Amadeo Bordiga , qui a été décrit comme étant "plus léniniste que Lénine", et se considérait comme un léniniste. [195]

Autres types de communisme

Anarcho-communisme

L'anarcho-communisme est une théorie libertaire de l'anarchisme et du communisme qui prône l'abolition de l' État , de la propriété privée et du capitalisme au profit de la propriété commune des moyens de production ; [196] [197] démocratie directe ; et un réseau horizontal d' associations bénévoles et de conseils ouvriers de production et de consommation fondé sur le principe directeur « De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins » ; [198] [199]L'anarcho-communisme diffère du marxisme en ce qu'il rejette sa vision de la nécessité d'une phase de socialisme d'État avant d'établir le communisme. Peter Kropotkin , le principal théoricien de l'anarcho-communisme, a déclaré qu'une société révolutionnaire devrait "se transformer immédiatement en une société communiste", qu'elle devrait entrer immédiatement dans ce que Marx considérait comme la "phase la plus avancée et la plus achevée du communisme". [200] De cette manière, il essaie d'éviter la réapparition des divisions de classe et la nécessité pour un État de contrôler. [200]

Peter Kropotkin , principal théoricien de l'anarcho-communisme

Certaines formes d'anarcho-communisme comme l'anarchisme insurrectionnel sont égoïstes et fortement influencées par l' individualisme radical , [201] [202] [203] estimant que le communisme anarchiste n'exige pas du tout une nature communautaire . La plupart des anarcho-communistes considèrent le communisme anarchiste comme un moyen de concilier l'opposition entre l'individu et la société. [f] [204] [205] Dans l'histoire humaine à ce jour, les exemples les plus connus d'une société anarcho-communiste, c'est-à-dire établie autour des idées telles qu'elles existent aujourd'hui et qui ont reçu une attention et une connaissance mondiales dans le canon historique, sont les territoires anarchistes pendant laTerritoire libre pendant la Révolution russe , l' Association du peuple coréen en Mandchourie et la Révolution espagnole de 1936 .

Pendant la guerre civile russe , des anarchistes tels que Nestor Makhno ont travaillé par l'intermédiaire de l' Armée révolutionnaire insurrectionnelle d'Ukraine pour créer et défendre l'anarcho-communisme dans le territoire libre d'Ukraine à partir de 1919 avant d'être conquis par les bolcheviks en 1921. En 1929, l'anarcho-communisme a été réalisé en Corée par la Fédération anarchiste coréenne en Mandchourie (KAFM) et la Fédération anarcho-communiste coréenne (KACF), avec l'aide du général anarchiste et militant indépendantiste Kim Chwa-chin , jusqu'en 1931, lorsque le Japon impérial a assassiné Kim et a envahi de le sud tandis que les nationalistes chinois envahissaient du nord, entraînant la création deMandchoukouo , un état fantoche de l' Empire du Japon . Grâce aux efforts et à l'influence des anarchistes espagnols pendant la Révolution espagnole au sein de la guerre civile espagnole , à partir de 1936, l'anarcho-communisme existait dans la majeure partie de l' Aragon , dans certaines parties du Levant et de l'Andalousie , et dans le bastion de la Catalogne révolutionnaire , avant d'être brutalement écrasé.

Communisme chrétien

Le communisme chrétien est une théorie théologique et politique basée sur l'idée que les enseignements de Jésus-Christ obligent les chrétiens à soutenir le communisme religieux en tant que système social idéal . [59] Bien qu'il n'y ait pas d'accord universel sur les dates exactes du début des idées et des pratiques communistes dans le christianisme, de nombreux communistes chrétiens affirment que les preuves tirées de la Bible suggèrent que les premiers chrétiens, y compris les apôtres , ont établi leur propre petite société communiste dans les années après la mort et la résurrection de Jésus. [206]De nombreux partisans du communisme chrétien affirment qu'il a été enseigné par Jésus et pratiqué par les apôtres eux-mêmes. [207] Certains historiens confirment son existence. [59] [208] [209] [210] [211]

Le communisme chrétien bénéficie d'un certain soutien en Russie. Le musicien russe Yegor Letov était un communiste chrétien franc et dans une interview de 1995, il a été cité comme disant: "Le communisme est le royaume de Dieu sur Terre." [212]

Analyse

accueil

Emily Morris de l'University College de Londres a écrit que parce que les écrits de Karl Marx ont inspiré de nombreux mouvements, y compris la révolution russe de 1917 , le communisme est "généralement confondu avec le système politique et économique qui s'est développé en Union soviétique" après la révolution. [31] [g] L'historien Andrzej Paczkowski a résumé le communisme comme "une idéologie qui semblait clairement le contraire, qui était basée sur le désir séculier de l'humanité d'atteindre l'égalité et la justice sociale, et qui promettait un grand bond en avant vers la liberté". [213]

L'anticommunisme s'est développé dès que le communisme est devenu un mouvement politique conscient au XIXe siècle, et des massacres anticommunistes ont été signalés contre des communistes présumés ou leurs partisans présumés, commis par des anticommunistes et des organisations politiques ou des gouvernements opposés au communisme. . Le mouvement communiste s'est heurté à une opposition depuis sa création et cette opposition a souvent été organisée et violente. Bon nombre de ces campagnes de massacres anticommunistes, principalement pendant la guerre froide, [110] [111] ont été soutenues par les États-Unis et leurs alliés du bloc occidental , [214] [215] y compris ceux qui faisaient officiellement partie de la Non- Mouvement aligné, comme les massacres indonésiens de 1965-1966 et l'opération Condor en Amérique du Sud. [216] [217]

Décès excessifs sous les États communistes

De nombreux auteurs [nb 7] ont écrit sur la surmortalité sous les États communistes et sur les taux de mortalité , comme la surmortalité en Union soviétique sous Joseph Staline . [n° 8]Certains auteurs postulent qu'il existe un nombre de morts communistes, dont les estimations de décès varient considérablement, selon les définitions des décès qui y sont incluses, allant de minimums de 10 à 20 millions à des maximums de plus de 100 millions. Les estimations les plus élevées ont été critiquées par plusieurs chercheurs comme étant idéologiquement motivées et gonflées; ils sont également critiqués pour être inexacts en raison de données incomplètes, gonflés en comptant tout excès de décès, ignorant les vies sauvées par la modernisation communiste, faisant un lien injustifié avec le communisme, et le regroupement et le comptage des corps eux-mêmes. Des estimations plus élevées tiennent compte des actions que les gouvernements communistes ont commises contre des civils, notamment les exécutions, les famines provoquées par l'homme et les décès survenus pendant ou résultant de l'emprisonnement, des déportations et du travail forcés.L'Holodomor et les autres famines ainsi que les événements liés à la guerre ne doivent pas être inclus. [223] [224] [225] [226] [227] [228]

Il n'y a pas de consensus parmi les spécialistes du génocide [nb 9] et les spécialistes du communisme quant à savoir si certains ou tous les événements constituaient un massacre . Il n'y a pas non plus de consensus sur une terminologie commune, [241] et les événements ont été diversement appelés surmortalité ou décès de masse ; d' autres termes utilisés pour définir certains de ces meurtres incluent classicide , crimes contre l' humanité , démocide , génocide , politicide , holocauste et répression . [222] [n° 10]Les chercheurs affirment que la plupart des États communistes ne se sont pas livrés à des massacres ; [243] [nb 11] certains en particulier, comme Benjamin Valentino , [248] proposent la catégorie des massacres communistes , aux côtés des massacres coloniaux, contre-guérilla et ethniques, comme un sous-type de massacres dépossédés pour le distinguer des tuerie de masse coercitive. Les chercheurs ne considèrent pas l'idéologie [242] ou le type de régime comme un facteur important expliquant les massacres. [249]

Certains auteurs ont établi un lien entre les meurtres dans l'Union soviétique de Joseph Staline , la Chine de Mao Zedong et le Cambodge de Pol Pot sur la base que Staline a influencé Mao, qui a influencé Pol Pot ; dans tous les cas, les meurtres ont été perpétrés dans le cadre d'une politique de modernisation déséquilibrée d'industrialisation rapide. [222] [nb 12] D'autres auteurs allèguent que le génocide a été dicté dans des œuvres autrement oubliées de Karl Marx . [251] [252]

Selon Dovid Katz et d'autres historiens, une vision révisionniste historique de la théorie du double génocide, [253] [254] assimilant les morts massives sous les États communistes à l'Holocauste, est populaire dans les pays d'Europe de l' Est et les États baltes , et leurs approches de l'histoire ont été inscrites à l' agenda de l' Union européenne [255] , parmi lesquelles la déclaration de Prague en juin 2008 et la Journée européenne du souvenir des victimes du stalinisme et du nazisme , qui a été proclamée par le Parlement européen en août 2008 et approuvée par l' OSCE en Europeen juillet 2009. Chez de nombreux universitaires d' Europe occidentale , la comparaison des deux régimes et l'équivalence de leurs crimes ont été et sont encore largement rejetées. [255]

De nombreux commentateurs de la droite politique pointent du doigt les massacres sous les régimes communistes , les présentant comme une mise en accusation du communisme. [256] [257] [258] Les opposants à ce point de vue, y compris ceux de la gauche politique, déclarent que ces meurtres étaient des aberrations causées par des régimes autoritaires spécifiques, et non causées par le communisme lui-même, et soulignent les morts massives dans les guerres qu'ils prétendent ont été causés par le capitalisme et l'anticommunisme en contrepoint de ces tueries. [111] [114] [257]

Mémoire et héritage

Des études de mémoire ont été faites sur la façon dont les événements sont mémorisés. [259] Le concept de « victimes du communisme » [260] est devenu une érudition acceptée, dans le cadre de la théorie du double génocide, en Europe de l'Est et parmi les anticommunistes en général ; [261] il est rejeté par la plupart des érudits européens [255] et autres, en particulier lorsqu'il est utilisé pour assimiler le communisme et le nazisme, qui est considéré par les érudits comme une perspective longtemps discréditée. [105] Le récit postule que les famines et les morts massives par les États communistes peuvent être attribuées à une seule cause et que le communisme, comme "l'idéologie la plus meurtrière de l'histoire", ou selon les mots de Jonathan Rauchcomme "le fantasme le plus meurtrier de l'histoire humaine", [262] représente la plus grande menace pour l'humanité. [257] Les partisans postulent un lien présumé entre le communisme, la politique de gauche et le socialisme avec le génocide, les massacres et le totalitarisme , [263] avec des auteurs tels que George Watson prônant une histoire commune s'étendant de Marx à Adolf Hitler . [251] Certains auteurs de droite prétendent que Marx est responsable du nazisme et de l'Holocauste. [264]

Des auteurs comme Stéphane Courtois proposent une théorie de l'équivalence entre génocide de classe et génocide racial. [265] Il est soutenu par des organisations anticommunistes telles que The Epoch Times , The Tribute to Liberty et la Victims of Communism Memorial Foundation, 100 millions étant l'estimation la plus courante utilisée dans The Black Book of Communism . [114] Divers musées et monuments ont été construits en souvenir des victimes du communisme, avec le soutien de l'Union européenne et de divers gouvernements au Canada, en Europe de l'Est et aux États-Unis. [134] [266] Des ouvrages tels que Le Livre noir du communisme etBloodlands a légitimé les débats sur la comparaison du nazisme et du stalinisme , [265] [267] et par extension le communisme, et l'ancien travail en particulier a été important dans la criminalisation du communisme. [134] [266]

Voir également

Les références

Remarques

  1. Les formes antérieures de communisme ( le socialisme utopique et certaines formes antérieures de communisme religieux ), le soutien partagé à une société sans classes et à la propriété commune, mais ne prônaient pas nécessairement la politique révolutionnaire ni ne s'engageaient dans l'analyse scientifique ; cela a été fait par le communisme marxiste, qui a défini le courant dominant, le communisme moderne, et a influencé toutes les formes modernes de communisme. Ces communismes, en particulier les nouvelles formes religieuses ou utopiques de communisme, peuvent partager l'analyse marxiste, tout en favorisant la politique évolutionniste, le localisme ou le réformisme . Au XXe siècle, le communisme a été associé au socialisme révolutionnaire .[dix]
  2. ^ Le communisme est capitalisé par les érudits du communisme lorsqu'ils se réfèrent aux États et gouvernements au pouvoir du parti communiste , qui sont par conséquent considérés comme des noms propres. [14] À la suite du chercheur Joel Kovel , la sociologue Sara Diamond a écrit : « J'utilise le communisme en « C » majuscule pour désigner les gouvernements et les mouvements réellement existants et le communisme en « c » minuscule pour désigner les divers mouvements et courants politiques organisés autour de l'idéal d'un société sans classes. » [15] Le Livre noir du communisme a également adopté une telle distinction, déclarant que le communisme existe depuis des millénaires, tandis queLe communisme (utilisé en référence au communisme léniniste et marxiste-léniniste tel qu'appliqué par les États communistes au XXe siècle) n'a commencé qu'en 1917 . J'ai adopté dans ce livre des méthodes de capitalisation qui peuvent s'écarter des normes éditoriales pratiquées dans certaines revues et maisons d'édition. En particulier, je mets en majuscule « communiste » et « communisme » lorsque je fais référence aux partis officiels de la Troisième Internationale, mais pas lorsqu'il s'agit de d'autres adhérents du bolchevisme ou du marxisme révolutionnaire (qui englobe les communistes en petit "c" tels que les trotskystes, les boukharinistes, les communistes de conseils, etc.)." [17]En 1994, l'activiste du CPUSA , Irwin Silber , écrivait : « Lorsqu'il est en majuscule, le Mouvement communiste international fait référence à la structure organisationnelle formelle des partis communistes pro-soviétiques. En minuscules, le mouvement communiste international est un terme plus générique faisant référence au mouvement général pour communisme." [18]
  3. Alors que les bolcheviks reposaient sur l'espoir de succès de la vague de révolutions prolétariennes de 1917-1923 en Europe occidentale avant d'aboutir à la politique du socialisme dans un seul pays après leur échec, le point de vue de Marx sur le mir n'était pas partagé par les marxistes russes autoproclamés, qui étaient des déterministes mécanistes, mais par les narodniks [77] et le Parti socialiste révolutionnaire [78] ,l'un des successeurs des narodniks, aux côtés des socialistes populaires et des troudoviks . [79]
  4. Comme le résume Stephen G. Wheatcroft , le nazisme n'a pas tué ses propres citoyens à l'exception des juifs, tandis que le stalinisme tuait principalement son propre peuple, et le nazisme tuait les gens par leurs traits biologiques et son activité génocidaire a été stoppée ; l'ampleur des meurtres de masse nazis potentiels est inconnue, alors que le potentiel meurtrier du stalinisme avait déjà atteint sa limite naturelle. [108] [109]
  5. La République populaire démocratique de Corée fait référence à son idéologie dominante sous le nom de Juche , qui est décrite comme un développement du marxisme-léninisme. En Corée du Nord, le marxisme-léninisme a été remplacé par le Juche dans les années 1970 et a été officialisé en 1992 et 2009, lorsque les références constitutionnelles au marxisme-léninisme ont été abandonnées et remplacées par le Juche . [135] En 2009, la constitution a été discrètement amendée pour non seulement supprimer toutes les références marxistes-léninistes présentes dans le premier projet, mais aussi supprimer toutes les références au communisme. [136] Le Juche a été décrit par certains observateurs comme une version de « l'ultranationalisme coréen », [137]qui s'est finalement développé après avoir perdu ses éléments marxistes-léninistes d'origine. [138] Le marxisme-léninisme a été largement abandonné après le début de la déstalinisation en Union soviétique et a été totalement remplacé par le Juche depuis au moins 1974. [139]
  6. Selon leurs partisans, les idéologies marxistes-léninistes ont été adaptées aux conditions matérielles de leurs pays respectifs et comprennent le castrisme (Cuba), le ceaușisme (Roumanie), la pensée Gonzalo (Pérou), le guévarisme (Cuba), la pensée Ho Chi Minh (Vietnam ), Hoxhaism (Albanie anti-révisionniste), Husakism (Tchécoslovaquie), Juche (Corée du Nord), Kadarism (Hongrie), Khmer Rouge (Cambodge), Khrushchevism (Union Soviétique), Prachanda Path (Népal), Shining Path (Pérou), et titisme(Yougoslavie antistalinienne). [165] [e]
  7. La plupart des érudits écrivent sur des événements individuels et font des estimations de tout décès comme tout autre événement historique ; certains événements sont classés par l'époque particulière d'un État communiste, comme la répression stalinienne, [109] [218] plutôt qu'un lien avec tous les États communistes, qui en sont venus à couvrir un tiers de la population mondiale en 1985. [59]

    Des historiens tels que Robert Conquest et J. Arch Getty ont principalement écrit et se sont concentrés sur l' ère stalinienne ; ils ont écrit sur les personnes décédées dans le Goulag ou à la suite de la répression stalinienne, et ont discuté des estimations de ces événements spécifiques, dans le cadre du débat sur la surmortalité dans Joseph Stalinede l'Union soviétique, sans les rattacher au communisme dans son ensemble. Ils ont vigoureusement débattu, notamment sur la question du génocide de l'Holodomor , [219] [220] mais la dissolution de l'Union soviétique , la chute du communisme et la publication des archives de l'État ont mis un peu de piquant dans le débat. [93] Certains historiens, parmi lesquels Michael Ellman , ont remis en question "la catégorie même des "victimes du stalinisme"" comme "une question de jugement politique" parce que les décès massifs dus aux famines ne sont pas un "mal uniquement stalinien" et étaient répandus dans le monde entier. aux XIXe et XXe siècles. [221]Il existe très peu de littérature qui compare les décès excessifs sous les "Trois Grands" de l'Union soviétique de Staline, de la Chine de Mao Zedong et du Cambodge de Pol Pot , et celle qui existe énumère principalement les événements plutôt que d'expliquer leurs raisons idéologiques. Un tel exemple est Crimes Against Humanity Under Communist Regimes - Research Review de Klas-Göran Karlsson et Michael Schoenhals , une étude de synthèse résumant ce que d'autres ont déclaré à ce sujet, mentionnant certains auteurs qui ont vu les origines des meurtres dans Karl Marx .écrits ; la portée géographique est "les Trois Grands", et les auteurs affirment que les meurtres ont été perpétrés dans le cadre d'une politique de modernisation déséquilibrée d'industrialisation rapide, demandant "qu'est-ce qui a marqué le début du processus de modernisation déséquilibré de la Russie qui devait avoir des conséquences si terribles ? " [222]

    Les exceptions savantes notables sont l'historien Stéphane Courtois et le politologue Rudolph Rummel , qui ont tenté une connexion entre tous les États communistes; cependant, l'analyse de Rummel a été faite dans le cadre de sa proposition de concept de démocide , qui inclut tous les décès directs et indirects par le gouvernement, et ne s'est pas limité aux États communistes, qui ont été classés dans le cadre detotalitarisme aux côtés d'autres régimes-types. Les estimations de Rummel se situent dans le haut du spectre, ont été critiquées et examinées, et sont rejetées par la plupart des chercheurs. Les tentatives de Courtois, comme dans l'introduction du Livre noir du communisme , qui ont été décrites par certains observateurs critiques comme une œuvre grossièrement anticommuniste et antisémite , sont controversées ; de nombreux critiques du livre, y compris des universitaires, ont critiqué de telles tentatives de regrouper tous les États communistes et différents mouvements sociologiques dans le cadre d'un nombre de morts communistes totalisant plus de 94 millions. [223] [224] [225] [226] [227] [228]Les critiques ont également distingué l'introduction du livre proprement dit, qui a été mieux accueilli et n'a présenté qu'un certain nombre de chapitres sur des études portant sur un seul pays, sans comparaison interculturelle ni discussion sur les massacres ; l'historien Andrzej Paczkowski a écrit que seul Courtois a fait la comparaison entre le communisme et le nazisme, tandis que les autres sections du livre "sont, en fait, des monographies étroitement ciblées, qui ne prétendent pas offrir des explications globales", et a déclaré que le livre n'est pas " sur le communisme en tant qu'idéologie ou même sur le communisme en tant que phénomène d'édification de l'État." [213] Des critiques plus positives ont trouvé que la plupart des critiques étaient justes ou justifiées, avec le politologue Stanley Hoffmanndéclarant que « Courtois aurait été beaucoup plus efficace s'il avait fait preuve de plus de retenue » [229] et Paczkowski déclarant qu'il a eu deux effets positifs, parmi lesquels susciter un débat sur la mise en œuvre des idéologies totalitaires et « un bilan exhaustif sur un aspect du phénomène mondial du communisme." [225]

    Un exemple d' études soviétiques et communistes est l' Holocauste rouge de Steven Rosefielde , qui est controversé en raison de la banalisation de l'Holocauste ; néanmoins, le travail de Rosefielde s'est principalement concentré sur "les Trois Grands" (l'ère Staline, l'ère Mao et la domination des Khmers rouges au Cambodge ), plus Kim Il-sungla Corée du Nord et le Vietnam de Ho Chi Minh . Le point principal de Rosefielde est que le communisme en général, bien qu'il se concentre principalement sur le stalinisme , est moins génocidaire et c'est une distinction clé du nazisme , et n'a pas établi de lien entre tous les États communistes ou le communisme en tant qu'idéologie. Rosefielde a écrit que "les conditions de l'Holocauste rouge étaient enracinées dans les systèmes économiques de commandement de la terreur mobilisés par le siège de Staline, Kim, Mao, Ho et Pol Pot, et non dans la vision utopique de Marx ou d'autres mécanismes pragmatiques de transition communiste. Le commandement de la terreur a été choisi parmi d'autres raisons en raison de craintes légitimes quant à la viabilité à long terme d'un commandement sans terreur et des risques idéologiques du communisme de marché." [230]
  8. Certains auteurs, comme Stéphane Courtois dans Le Livre noir du communisme , ont déclaré que le communisme tuait plus que le nazisme et était donc pire ; plusieurs chercheurs ont critiqué ce point de vue. [231] Après avoir évalué vingt ans de recherche historique dans les archives d'Europe de l'Est, les estimations inférieures de «l'école révisionniste» des historiens ont été confirmées, [232] bien que la presse populaire continue d'utiliser des estimations plus élevées et contenant de graves erreurs. [108] Des historiens comme Timothy D. Snydera déclaré qu'il est tenu pour acquis que Staline a tué plus de civils qu'Hitler; pour la plupart des chercheurs, la surmortalité sous Staline était d'environ 6 millions, qui s'élève à 9 millions si les décès prévisibles résultant des politiques sont pris en compte. Cette estimation est inférieure à celles tuées par les nazis, qui ont tué plus de non-combattants que les Soviétiques. [233]
  9. ^ La plupart des spécialistes du génocide ne regroupent pas les États communistes et ne traitent pas les événements génocidaires comme des sujets distincts, ou par type de régime, et les comparent aux événements génocidaires qui se sont produits sous des régimes très différents . Les exemples incluent Century of Genocide: Critical Essays and Eyewitness Accounts , [234] The Dark Side of Democracy: Explaining Ethnic Cleansing , [235] Purify and Destroy: The Political Uses of Massacre and Genocide , [236] Resisting Genocide: The Multiple Forms of Sauvetage , [237] et Solutions finales . [238]Plusieurs d'entre eux sont limités aux lieux géographiques des "Trois Grands", ou principalement du génocide cambodgien , dont le coupable, le régime des Khmers rouges , a été décrit par la spécialiste du génocide Helen Fein comme suivant une idéologie xénophobe ressemblant davantage à "un régime presque phénomène oublié du national-socialisme", ou fascisme , plutôt que communisme, [239] tandis que l'historien Ben Kiernan le décrit comme "plus raciste et génériquement totalitaire que marxiste ou spécifiquement communiste", [240] ou ne discutent pas des États communistes, à part passer mentionne. Ce travail est principalement effectué dans le but de prévenir les génocidesmais a été décrit par les chercheurs comme un échec. [241]
  10. ^ La spécialiste du génocide Barbara Harff maintient une base de données mondiale sur les massacres, qui est principalement destinée à l'analyse statistique des massacres dans le but d'identifier les meilleurs prédicteurs de leur apparition et les données ne sont pas nécessairement les plus précises pour un pays donné, car certaines sources sont des spécialistes du génocide généralistes et non des experts de l'histoire locale ; [228] il comprend des massacres anticommunistes , tels que les massacres indonésiens de 1965-1966 (génocide et politicide), et certains événements qui se sont produits sous les États communistes, tels que le soulèvement tibétain de 1959 (génocide et politicide), le génocide cambodgien ( génocide et politicide), et laRévolution culturelle (politicide), mais aucune analyse comparative ou lien communiste n'est établi, à part les événements qui se sont produits dans certains États communistes d'Asie de l'Est. La base de données Harff est la plus fréquemment utilisée par les spécialistes du génocide. [242] Rudolph Rummel a exploité une base de données similaire, mais elle n'était pas limitée aux États communistes, elle est principalement destinée à l'analyse statistique, et dans une analyse comparative a été critiquée par d'autres chercheurs, par rapport à celle de Harff, [228] pour ses estimations et méthodologie statistique, qui a montré quelques défauts. [227]
  11. Dans leur critique du Livre noir du communisme , qui a popularisé le sujet, plusieurs chercheurs se sont demandé, selon les termes d' Alexandre Dallin , « [w]si tous ces cas, de la Hongrie à l'Afghanistan, ont une seule essence et méritent donc d'être être regroupés - simplement parce qu'ils sont étiquetés marxistes ou communistes - est une question dont les auteurs discutent à peine." [48] ​​En particulier, les historiens Jens Mecklenburg et Wolfgang Wippermann ont déclaré qu'un lien entre les événements del'Union soviétique de Joseph Staline et du Cambodge de Pol Pot est loin d'être évident et que l'étude de Pol Pot sur le marxisme à Paris est insuffisante pour relier les radicaux L'industrialisme soviétique et les Khmers rougesde l'anti-urbanisme meurtrier dans la même catégorie. [244] L'historien Michael David-Fox a critiqué les chiffres ainsi que l'idée de combiner des événements vaguement liés sous une seule catégorie de nombre de morts communistes, blâmant Stéphane Courtois pour leur manipulation et leur inflation délibérée qui sont présentées pour défendre l'idée que le communisme était un pire mal que le nazisme. David-Fox a critiqué l'idée de relier les morts à un concept de «communisme générique», défini jusqu'au dénominateur commun des mouvements de partis fondés par des intellectuels. [47] Une critique similaire a été faite par Le Monde . [245] L'allégation d'un Holocauste communiste ou rouge n'est pas populaire parmi les universitaires en Allemagne ou dans le monde,[246] et est considéré comme une forme d'antisémitisme softcore et de banalisation de l'Holocauste. [247]
  12. Le cas du Cambodge est particulier parce qu'il est différent de l'importance que l'Union soviétique de Staline et la Chine de Mao accordaient à l'industrie lourde . L'objectif des dirigeants khmers rouges était d'introduire le communisme dans un laps de temps extrêmement court grâce à la collectivisation de l'agriculture dans le but d'éliminer les différences sociales et les inégalités entre les zones rurales et urbaines. [222] Comme il n'y avait pas beaucoup d'industrie au Cambodge à cette époque, la stratégie de Pol Pot pour y parvenir était d'augmenter la production agricole afin d'obtenir de l'argent pour une industrialisation rapide. [250]

    En analysant le régime des Khmers rouges, les spécialistes le placent dans le contexte historique. Les Khmers rouges sont arrivés au pouvoir pendant la guerre civile cambodgienne(où des atrocités sans précédent ont été exécutées des deux côtés) et l'opération Menu , qui a entraîné le largage de plus d'un demi-million de tonnes de bombes dans le pays pendant la période de guerre civile ; cela était principalement dirigé vers le Vietnam communiste , mais cela a donné aux Khmers rouges une justification pour éliminer la faction pro-vietnamienne et les autres communistes. [222] Le génocide cambodgien , qui est décrit par de nombreux chercheurs comme un génocide et par d'autres comme Manus Midlarsky comme un politicide , [249] a été arrêté par le Vietnam communiste, et il y a eu des allégations de soutien des États-Unis aux Khmers rouges .. Le communisme d'Asie du Sud-Est était profondément divisé, la Chine soutenant les Khmers rouges, tandis que l'Union soviétique et le Vietnam s'y opposaient. Les États-Unis ont soutenu Lon Nol , qui a pris le pouvoir lors du coup d'État cambodgien de 1970 , et des recherches ont montré que tout au Cambodge était considéré comme une cible légitime par les États-Unis, dont le verdict de ses principaux dirigeants à l'époque ( Richard Nixon et Henry Kissinger ) a été rude et les bombes ont été progressivement larguées sur des zones de plus en plus densément peuplées. [222]

Devis

  1. ^ un b Engels, Friedrich (1970) [1880]. "Matérialisme historique" . Socialisme : utopique et scientifique. "Mais la transformation - soit en sociétés par actions et en trusts, soit en propriété d'Etat - ne supprime pas le caractère capitaliste des forces productives. Dans les sociétés par actions et les trusts, cela est évident. L'État, encore une fois, n'est que l'organisation que la société bourgeoise adopte pour soutenir les conditions extérieures du mode de production capitaliste contre les empiètements tant des ouvriers que des capitalistes individuels.L'État moderne, quelle que soit sa forme, est essentiellement une machine capitaliste, l'État des capitalistes, la personnification idéale du capital national total : plus elle procède à la prise en charge des forces productives, plus elle devient effectivement le capitaliste national, plus elle exploite les citoyens. les ouvriers restent des salariés, des prolétaires. Le rapport capitaliste n'est pas supprimé. Il est plutôt porté à la tête. Mais, poussé à bout, il bascule. La propriété étatique des forces productives n'est pas la solution du conflit, mais se cachent en elle les conditions techniques qui forment les éléments de cette solution."
  2. ^ ( Morgan 2015 ): "Le « marxisme-léninisme » était le nom officiel de l'idéologie d'État officielle adoptée par l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), ses États satellites d'Europe de l'Est, les régimes communistes asiatiques et divers régimes « socialistes scientifiques » dans le tiers monde pendant la guerre froide. En tant que tel, le terme est à la fois trompeur et révélateur. Elle est trompeuse, puisque ni Marx ni Lénine n'ont jamais sanctionné la création d'un « isme » éponyme ; en effet, le terme marxisme-léninisme n'a été formulé que dans la période de la montée au pouvoir de Staline après la mort de Lénine. C'est révélateur, car l'institutionnalisation stalinienne du marxisme-léninisme dans les années 1930 contenait trois principes dogmatiques identifiables qui sont devenus le modèle explicite de tous les régimes de type soviétique ultérieurs : le matérialisme dialectique comme seule véritable base prolétarienne de la philosophie, le rôle dirigeant du parti communiste comme principe central de la politique marxiste, et l'industrialisation planifiée et la collectivisation agricole dirigées par l'État comme fondement de l'économie socialiste. L'influence mondiale de ces trois innovations doctrinales et institutionnelles fait du terme marxiste-léniniste une étiquette commode pour une sorte distincte d'ordre idéologique - un ordre qui, à l'apogée de sa puissance et de son influence, dominait un tiers de la population mondiale."
  3. ( Morgan 2001 ) : « Au fur et à mesure que les partis communistes émergeaient dans le monde, encouragés à la fois par le succès du parti soviétique à établir l'indépendance de la Russie vis-à-vis de la domination étrangère et par les subventions monétaires clandestines des camarades soviétiques, ils devinrent identifiables par leur adhésion à une communauté l'idéologie politique connue sous le nom de marxisme-léninisme. Bien sûr, dès le début, le marxisme-léninisme existait dans de nombreuses variantes. Les conditions étaient elles-mêmes un effort pour imposer un degré minimal d'uniformité aux diverses conceptions de l'identité communiste. L'adhésion aux idées de "Marx, Engels, Lénine et Trotsky" caractérisent les trotskystes qui se séparent bientôt en une "Quatrième Internationale " .
  4. ^ Engels, Friedrich (1970) [1880]. "Matérialisme historique" . Socialisme : Utopique et Scientifique . « Le prolétariat s'empare de la puissance publique, et par là transforme les moyens de production socialisés, échappant aux mains de la bourgeoisie, en propriété publique. Par cet acte, le prolétariat libère les moyens de production du caractère de capital qu'ils ont supporté jusqu'à présent, et donne à leur caractère socialisé une entière liberté de s'épanouir."
  5. ( Morgan 2001 , p. 2332) : « Le « marxisme-léninisme-maoïsme » est devenu l'idéologie du Parti communiste chinois et des partis dissidents qui se sont séparés des partis communistes nationaux après la séparation définitive des Chinois avec les Soviétiques en 1963. Italien Les communistes ont continué à être influencés par les idées d'Antonio Gramsci, dont la conception indépendante des raisons pour lesquelles la classe ouvrière dans les pays industriels restait politiquement calme avait des implications bien plus démocratiques que la propre explication de Lénine sur la passivité ouvrière. sa propre idéologie en tant que "marxisme-léninisme-stalinisme " .
  6. ^ Kropotkine, Peter . "Communisme et Anarchie" . Archivé de l'original le 29 juillet 2011."Le communisme est celui qui garantit le plus de liberté individuelle - à condition que l'idée qui engendre la communauté soit la liberté, l'anarchie... Le communisme garantit la liberté économique mieux que toute autre forme d'association, car il peut garantir le bien-être, voire le luxe, en échange de quelques heures de travail au lieu d'une journée de travail."
  7. ^ ( Morgan 2015) : « Les idées communistes ont acquis un nouveau sens depuis 1918. Elles sont devenues équivalentes aux idées du marxisme-léninisme, c'est-à-dire l'interprétation du marxisme par Lénine et ses successeurs. moyens de production et procurant à chacun de ses participants une consommation « selon ses besoins », ils mettent en avant la reconnaissance de la lutte des classes comme principe dominant d'un développement social. la mission de reconstruction de la société. Mener une révolution socialiste dirigée par l'avant-garde du prolétariat, c'est-à-dire le parti, était salué comme une nécessité historique. De plus, l'introduction de la dictature du prolétariat était prônée et les classes hostiles étaient à liquider. »

Sources

  1. ^ un bcde Ball , Terence ; Poignard, Richard. (2019) [1999]. « Communisme » (éd. révisée). Encyclopædia Britannica . Récupéré le 10 juin 2020.
  2. ^ "Communisme". Encyclopédie mondiale du livre (Ci-Cz) . 4 . Chicago : Livre du monde. 2008. p. 890. ISBN 978-0-7166-0108-1 . 
  3. ^ Engels, Friedrich (2005) [1847]. « Quel sera le cours de cette révolution ? Section 18 dans les principes du communisme . Traduit par Sweezy, Paul . "Enfin, quand tout capital, toute production, tout échange seront réunis entre les mains de la nation, la propriété privée disparaîtra d'elle-même, l'argent deviendra superflu, et la production se développera tellement et l'homme changera tellement que la société sera capable de se débarrasser de ce qui lui reste de ses vieilles habitudes économiques." Récupéré le 18 août 2021 - Archive Internet des marxistes .
  4. ^ un b Steele, David (1992). De Marx à Mises : la société post-capitaliste et le défi du calcul économique . Société d'édition Open Court. p. 43. ISBN 978-0-87548-449-5. Une distinction répandue était que le socialisme ne socialisait la production que tandis que le communisme socialisait la production et la consommation.
  5. ^ Boukharine, Nikolai ; Preobrazhensky, Yevgeni (1922) [1920]. "La distribution dans le système communiste" . L'ABC du communisme . Traduit par Paul, Cèdre ; Paul, Éden . Londres, Angleterre : Parti communiste de Grande-Bretagne . pp. 72–73, § 20. Récupéré le 18 août 2021 - via Marxists Internet Archive. Également disponible en texte électronique .
  6. ^ Boukharine, Nikolai ; Preobrazhensky, Yevgeni (1922) [1920]. "L'administration dans le système communiste" . pp. 73–75, § 21 dans L'ABC du communisme . Traduit par Paul, Cèdre ; Paul, Éden . Londres : Parti communiste de Grande-Bretagne . Récupéré le 18 août 2021 - via Marxists Internet Archive. Également disponible en texte électronique .
  7. ^ Kurian, George, éd. (2011). "Le dépérissement de l'État" . L'Encyclopédie des sciences politiques . Washington, D.C. : CQ Press. doi : 10.4135/9781608712434 . ISBN 978-1-933116-44-0. Récupéré le 3 janvier 2016 - via SAGE Knowledge.
  8. ^ un b Kinna, Ruth (2012). Berry, Dave; Kinna, Ruth ; Pinta, Saku ; Prichard, Alex (dir.). Socialisme libertaire : la politique en noir et rouge . Londres : Palgrave Macmillan. p. 1–34. ISBN 9781137284754.
  9. ^ Engels, Friedrich ; Marx, Karl . (1969) [1848]. « Bourgeois et prolétaires » . Chapitre 1 du Manifeste communiste . Traduit par Moore, Samuel . Marx/Engels Œuvres choisies . 1 . p. 98–137). Moscou : Progress Publishers . Récupéré le 10 juin 2020 - via Marxists Internet Archive.
  10. ^ Newman 2005 ; Morgane 2015 .
  11. ^ Engels, Friedrich ; Marx, Karl . (1969) [1848]. « Bourgeois et prolétaires » . Chapitre 1 du Manifeste communiste . Traduit par Moore, Samuel . Marx/Engels Œuvres choisies .). Moscou : Progress Publishers . Récupéré le 1er mars 2022 - via Marxists Internet Archive. « En ce sens, la théorie des communistes peut se résumer en une seule phrase : Abolition de la propriété privée.
  12. ^ Forgeron, Stephen (2014). Le manuel d'Oxford de l'histoire du communisme . Oxford, Angleterre : Oxford University Press. p. 3.
  13. ^ Darity Jr., William A. (2008). "Communisme". Encyclopédie internationale des sciences sociales (2e éd.). 2 . New York, New York : Macmillan Reference USA. p. 35–36. ISBN 9780028661179 . 
  14. ^ "IV. Glossaire" . Centre d'étude du nord-ouest du Pacifique . Université de Washington . Récupéré le 13 août 2021 . ... communisme (nom) ... 2. Le système économique et politique institué en Union soviétique après la révolution bolchevique de 1917. Aussi, le système économique et politique de plusieurs alliés soviétiques, tels que la Chine et Cuba. (Les écrivains mettent souvent une majuscule au communisme lorsqu'ils utilisent le mot dans ce sens.) Ces systèmes économiques communistes n'ont souvent pas atteint les idéaux de la théorie communiste. Par exemple, bien que de nombreuses formes de propriété appartenaient au gouvernement en URSS et en Chine, ni le travail ni les produits n'étaient partagés d'une manière qui serait considérée comme équitable par de nombreux théoriciens communistes ou marxistes.
  15. ^ Diamant, Sara (1995). Roads to Dominion: Mouvements de droite et pouvoir politique aux États-Unis . Presse Guilford. p. 8. ISBN 978-0-8986-2864-7. Récupéré le 23 août 2021 - via Google Books.
  16. Courtois, Stéphane ; et coll. (Bartosek, Karel;Margolin, Jean-Louis; Paczkowski, Andrzej; Panné, Jean-Louis; Werth, Nicolas) (1999) [1997]. "Introduction". Dans Courtois, Stéphane (dir.). Le Livre noir du communisme : crimes, terreur, répression . Presse universitaire de Harvard. pp. ix–x, 2. ISBN 978-0-674-07608-2. Récupéré le 23 août 2021 - via Google Books.
  17. ^ Wald, Alan M. (2012). Exilés d'un temps futur: la formation de la gauche littéraire du milieu du XXe siècle . Livres de presse UNC. p. xix. ISBN 978-1-4696-0867-9. Récupéré le 13 août 2021 - via Google Books.
  18. ^ Argent, Irwin (1994). Socialisme : que s'est-il passé ? Une enquête sur les sources théoriques et historiques de la crise socialiste (PDF) (édition cartonnée). Londres, Angleterre : Pluto Press. ISBN  9780745307169. Récupéré le 22 septembre 2021 - via Marxists Internet Archive.
  19. ^ Newman 2005 , p. 5 : « Le chapitre 1 revient sur les fondements de la doctrine en examinant l'apport des différentes traditions du socialisme dans la période comprise entre le début du XIXe siècle et les lendemains de la Première Guerre mondiale. Les deux formes qui se sont imposées comme dominantes au début des années 1920 étaient la social-démocratie et le communisme.
  20. ^ Bosteels, Bruno (2014). L'actualité du communisme (édition papier). New York, New York : Verso Books. ISBN 9781781687673 . 
  21. ^ Taras, Raymond C. (2015) [1992]. La route de la désillusion: du marxisme critique au post-communisme en Europe de l'Est (E-book ed.). Londres : Taylor & Francis. ISBN 9781317454786 . 
  22. ^ un b Andrain, Charles F. (1994). "Systèmes bureaucratiques-autoritaires". Systèmes politiques comparés : performance politique et changement social . Armonk, New York : ME Sharpe. p. 24–42.
  23. ^ un b Sandle, Mark (1999). Une brève histoire du socialisme soviétique . Londres, Angleterre : UCL Press. p. 265–266. doi : 10.4324/9780203500279 . ISBN 9781857283556.
  24. ^ un bcd Chomsky , Noam ( 1986). "L'Union soviétique contre le socialisme" . Notre génération (printemps/été). Récupéré le 10 juin 2020 - via Chomsky.info.
  25. ^ un bcd Howard , MC ; King, JE (2001). "" Capitalisme d'État "en Union soviétique" . Revue d'histoire de l'économie 34 (1): 110–126. doi : 10.1080/10370196.2001.11733360 .
  26. ^ un bcd Fitzgibbons , Daniel J. (11 octobre 2002). "L'URSS s'est éloignée du communisme, disent les professeurs d'économie" . La Chronique du Campus . Université du Massachusetts à Amherst . Récupéré le 22 septembre 2021 .Voir aussi Wolff, Richard D. (27 juin 2015). "Le socialisme, c'est abolir la distinction entre patrons et employés" . Vérité . Récupéré le 29 janvier 2020.
  27. ^ un bcd Wilhelm , John Howard (1985). "L'Union soviétique a une économie administrée et non planifiée". Études soviétiques . 37 (1): 118–30. doi : 10.1080/09668138508411571 .
  28. ^ un b Gregory, Paul Roderick (2004). L'économie politique du stalinisme . Cambridge : Cambridge University Press. doi : 10.1017/CBO9780511615856 . ISBN 978-0-511-61585-6. Récupéré le 12 août 2021 - via Hoover Institution. "Bien que Staline ait été le principal architecte du système, le système était géré par des milliers de" staliniens "dans une dictature imbriquée", écrit Gregory. "Cette étude met en évidence les raisons de l'échec du système - mauvaise planification, approvisionnements peu fiables, traitement préférentiel des entreprises indigènes, méconnaissance des planificateurs, etc. - mais se concentre également sur le conflit fondamental d'agent principal entre planificateurs et producteurs, qui a créé une impasse de réforme de soixante ans.
  29. ^ un bcd Ellman , Michael ( 2007). "La montée et la chute de la planification socialiste". A Estrin, Saül ; Kołodko, Grzegorz W.; Uvalić, Milica (éd.). Transition et au-delà : Essais en l'honneur de Mario Nuti . Londres : Palgrave Macmillan. p. 22. ISBN 978-0-230-54697-4. En URSS, à la fin des années 1980, le système était normalement qualifié d'économie « administrative-commandée ». Ce qui était fondamental dans ce système n'était pas le plan mais le rôle des hiérarchies administratives à tous les niveaux de prise de décision ; l'absence de contrôle sur la prise de décision par la population… .
  30. ^ un b Harper, Douglas (2020). "Communiste" . Dictionnaire d'étymologie en ligne . Récupéré le 15 août 2021 .
  31. ^ un b Morris, Emily (8 mars 2021). "Est-ce que le communisme marche ? Si oui, pourquoi pas" . Culture en ligne . Collège universitaire de Londres . Récupéré le 13 août 2021 .
  32. ^ Grandjonc, Jacques (1983). "Quelques dates à propos des termes communiste et communisme". Mots (en français). 7 (1): 143–148. doi : 10.3406/mots.1983.1122 .
  33. ^ Hodges, Donald C. (1er février 2014). Le communisme de Sandino: politique spirituelle pour le XXIe siècle . Presse de l'Université du Texas. p. 7. ISBN 978-0-292-71564-6.
  34. ^ Nancy, Jean-Luc (1992). "Communisme, la Parole" (PDF) . Temps Communs . Récupéré le 11 juillet 2019 .
  35. ^ un b Williams, Raymond (1985) [1976]. "Socialisme" . Mots clés : Un vocabulaire de la culture et de la société (édition révisée). New York : presse universitaire d'Oxford. p. 289 . ISBN 978-0-1952-0469-8. OCLC  1035920683 . La distinction décisive entre socialiste et communiste, comme dans un sens ces termes sont maintenant couramment utilisés, est venue avec le changement de nom, en 1918, du Parti ouvrier social-démocrate russe (bolcheviks) en Parti communiste panrusse (bolcheviks). À partir de ce moment, une distinction entre socialiste et communiste, souvent avec des définitions à l'appui telles que social-démocrate ou socialiste démocratique, est devenue largement courante, bien qu'il soit significatif que tous les partis communistes, conformément à l'usage antérieur, aient continué à se décrire comme socialistes et socialistes. consacré au socialisme.
  36. ^ un b Steele, David (1992). De Marx à Mises : la société post-capitaliste et le défi du calcul économique . Société d'édition Open Court. p. 44–45. ISBN 978-0-87548-449-5. En 1888, le terme « socialisme » était d'usage général chez les marxistes, qui avaient abandonné le « communisme », désormais considéré comme un terme démodé signifiant la même chose que « socialisme ». … Au tournant du siècle, les marxistes se disaient socialistes. ... La définition du socialisme et du communisme comme des étapes successives a été introduite dans la théorie marxiste par Lénine en 1917 ..., la nouvelle distinction a été utile à Lénine pour défendre son parti contre la critique marxiste traditionnelle selon laquelle la Russie était trop arriérée pour une révolution socialiste .
  37. ^ Busky, Donald F. (2000). Socialisme Démocratique : Une Enquête Globale . Santa Barbara, Californie : Praeger . p. 9. ISBN 978-0-275-96886-1. Dans un sens moderne du terme, le communisme fait référence à l'idéologie du marxisme-léninisme.
  38. ^ Williams, Raymond (1985) [1976]. "Socialisme" . Mots clés : Un vocabulaire de la culture et de la société (édition révisée). New York : presse universitaire d'Oxford. ISBN 978-0-1952-0469-8.
  39. ^ Engels, Friedrich (2002) [1888]. Préface à l'édition anglaise de 1888 du Manifeste communiste . Pingouin . p. 202.
  40. ^ Todorova, Maria (2020). Le monde perdu des socialistes aux marges de l'Europe: imaginer l'utopie, 1870-1920 (éd. Relié). Londres : Bloomsbury Academic. ISBN 9781350150331.
  41. ^ Gildea, Robert (2000). "1848 dans la mémoire collective européenne". À Evans, Robert John Weston; Strandmann, Hartmut Pogge (éd.). Les révolutions en Europe, 1848–1849: de la réforme à la réaction (éd. À couverture rigide). Oxford : presse universitaire d'Oxford. p. 207–235. ISBN 9780198208402.
  42. ^ un bc Hudis , Peter; Vidal, Matt, Smith, Tony ; Rotta, Tomas ; Prew, Paul, éd. (septembre 2018 – juin 2019). Le manuel d'Oxford de Karl Marx . "Le concept de socialisme de Marx" . Presse universitaire d'Oxford. ISBN 978-0-19-069554-5 . doi : 10.1093/oxfordhb/9780190695545.001.0001 . 
  43. ^ Busky, Donald F. (2000). Socialisme Démocratique : Une Enquête Globale . Santa Barbara, Californie : Praeger . p. 6–8. ISBN 978-0-275-96886-1. Dans un sens moderne du terme, le communisme fait référence à l'idéologie du marxisme-léninisme. ... [L]'adjectif démocratique est ajouté par les socialistes démocrates pour tenter de se distinguer des communistes qui se disent également socialistes. Tous sauf les communistes, ou plus exactement les marxistes-léninistes, croient que le communisme moderne est hautement antidémocratique et totalitaire dans la pratique, et les socialistes démocrates souhaitent souligner par leur nom qu'ils sont fortement en désaccord avec la marque marxiste-léniniste du socialisme.
  44. ^ "Communisme". L'Encyclopédie Columbia (6e éd.). 2007.
  45. ^ Walker, Rachel (avril 1989). "Le marxisme-léninisme comme discours: la politique du signifiant vide et la double contrainte". Journal britannique de science politique . La presse de l'Universite de Cambridge. 19 (2): 161–189. doi : 10.1017/S0007123400005421 . JSTOR 193712 . 
  46. ^ Malia, Martin (automne 2002). "Juger le nazisme et le communisme". L'intérêt national . Centre d'intérêt national (69): 63–78. JSTOR 42895560 . 
  47. ^ un b David-Fox, Michael (Hiver 2004). "Sur la primauté de l'idéologie: les révisionnistes soviétiques et les négationnistes de l'Holocauste (en réponse à Martin Malia)". Kritika: Explorations dans l'histoire russe et eurasienne . 5 (1): 81–105. doi : 10.1353/kri.2004.0007 .
  48. ^ un b Dallin, Alexandre (Hiver 2000). "Le livre noir du communisme : crimes, terreur, répression. Par Stéphane Courtois, Nicolas Werth, Jean-Louis Panné, Andrzej Paczkowski, Karel Bartošek et Jean-Louis Margolin. Trans. Jonathan Murphy et Mark Kramer. Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 1999. xx, 858 pages. Notes. Index. Photographies. Cartes. 37,50 $, relié". Revue slave . La presse de l'Universite de Cambridge. 59 (4): 882–883. doi : 10.2307/2697429 . JSTOR 2697429 . 
  49. ^ Wilczynski, J. (2008). L'économie du socialisme après la Seconde Guerre mondiale : 1945-1990 . Transaction Aldine. p. 21. ISBN 978-0202362281. Contrairement à l'usage occidental, ces pays se décrivent comme « socialistes » (et non « communistes »). La deuxième étape (la "phase supérieure" de Marx), ou "communisme", sera marquée par l'âge d'abondance, la répartition selon les besoins (pas le travail), l'absence d'argent et de mécanisme de marché, la disparition des derniers vestiges de capitalisme et le « dépérissement » ultime de l'État.
  50. ^ Steele, David Ramsay (septembre 1999). De Marx à Mises : la société post-capitaliste et le défi du calcul économique . Audience publique. p. 45. ISBN 978-0875484495. Parmi les journalistes occidentaux, le terme «communiste» en est venu à désigner exclusivement les régimes et les mouvements associés à l'Internationale communiste et à sa progéniture: des régimes qui insistaient sur le fait qu'ils n'étaient pas communistes mais socialistes, et des mouvements à peine communistes.
  51. ^ Rosser, Mariana V.; Barkley Jr., J. (23 juillet 2003). Économie comparée dans une économie mondiale en transformation . Presse du MIT. p. 14. ISBN 978-0262182348. Ironiquement, le père idéologique du communisme, Karl Marx, a affirmé que le communisme impliquait le dépérissement de l'État. La dictature du prolétariat devait être un phénomène strictement temporaire. Bien conscients de cela, les communistes soviétiques n'ont jamais prétendu avoir atteint le communisme, qualifiant toujours leur propre système de socialiste plutôt que de communiste et considérant leur système comme en transition vers le communisme.
  52. ^ Williams, Raymond (1983). "Socialisme" . Mots clés : Un vocabulaire de la culture et de la société (édition révisée). Presse universitaire d'Oxford. p. 289 . ISBN 978-0-19-520469-8. La distinction décisive entre socialiste et communiste, comme dans un sens ces termes sont maintenant couramment utilisés, est venue avec le changement de nom, en 1918, du Parti ouvrier social-démocrate russe (bolcheviks) en Parti communiste panrusse (bolcheviks). À partir de ce moment, une distinction entre socialiste et communiste, souvent avec des définitions à l'appui telles que social-démocrate ou socialiste démocratique, est devenue largement courante, bien qu'il soit significatif que tous les partis communistes, conformément à l'usage antérieur, aient continué à se décrire comme socialistes et socialistes. consacré au socialisme.
  53. ^ Nation, R. Craig (1992). Black Earth, Red Star: Une histoire de la politique de sécurité soviétique, 1917–1991 . Cornell University Press. p. 85–86. ISBN 978-0801480072. Archivé de l'original le 1er août 2019 . Récupéré le 19 décembre 2014 .
  54. ^ Tuyaux, Richard . 2001. Communisme : une histoire . ISBN 978-0-8129-6864-4 . p. 3–5. 
  55. ^ Bostaphe, Samuel (1994). "Le communisme, Sparte et Platon". Dans Reisman, David A. (éd.). Pensée économique et théorie politique . Série de réflexion économique récente. Vol. 37 (édition reliée). Dordrecht : Springer. p. 1–36. doi : 10.1007/978-94-011-1380-9_1 . ISBN 9780792394334.
  56. ^ Franklin, A. Mildred (9 janvier 1950). "Communisme et dictature dans la Grèce antique et à Rome". L'hebdomadaire classique . Baltimore, Maryland : Johns Hopkins University Press. 43 (6): 83–89. doi : 10.2307/4342653 . JSTOR 4342653 . 
  57. ^ Yarshater, Ehsan (1983). "Mazdakisme" . Archivé de l'original le 11 juin 2008. Récupéré le 10 juin 2020. La période séleucide, parthe et sassanide . L'histoire de Cambridge de l'Iran . 3 . Cambridge : Cambridge University Press. pp. 991–1024, en particulier p. 1019.
  58. ^ un bc Ermak , Gennady (2019). Communisme : le grand malentendu . ISBN 978-1-7979-5738-8.
  59. ^ un bcd Lansford 2007 , pp . 24–25.
  60. ^ Janzen, Rod; Stanton, Max (2010). Les Huttérites en Amérique du Nord (éd. illustré). Baltimore : presse universitaire Johns Hopkins. p. 17 . ISBN 9780801899256 . 
  61. ^ Houlden, Leslie; Minard, Antone (2015). Jésus dans l'histoire, la légende, les Écritures et la tradition : une encyclopédie mondiale : une encyclopédie mondiale . Santa Barbara : ABC-CLIO. p. 357.ISBN _ 9781610698047.
  62. ^ Halfin, Igal (2000). De l'obscurité à la lumière : classe, conscience et salut dans la Russie révolutionnaire . Pittsburgh, Pennsylvanie : University of Pittsburgh Press. p. 46. ​​ISBN 0822957043.
  63. ^ Surtz, Edward L. (juin 1949). "Thomas More et le communisme". PMLA . Cambridge : Cambridge University Press. 64 (3): 549–564. doi : 10.2307/459753 . JSTOR 459753 . 
  64. ^ Nandanwad, Nikita (13 décembre 2020). "Le communisme, la vertu et la communauté idéale dans l'Utopie de Thomas More" . Journal rétrospectif . Édimbourg : Université d'Édimbourg . Récupéré le 18 août 2021 .
  65. ^ Papke, David (2016). "Les inclinations communistes de Sir Thomas More" . Utopie500 (7) . Récupéré le 18 août 2021 – via Scholarly Commons.
  66. ^ Bernstein 1895 .
  67. ^ Elmen, Paul (septembre 1954). "La base théologique du communisme Digger". Histoire de l'Église . Cambridge : Cambridge University Press. 23 (3): 207–218. doi : 10.2307/3161310 . JSTOR 3161310 . 
  68. ^ Juretic, George (avril-juin 1974). "Digger no Millenarian: La Révolution de Gerrard Winstanley". Journal de l'Histoire des Idées . Philadelfia, Pennsylvanie : University of Pennsylvania Press. 36 (2): 263-280. doi : 10.2307/2708927 . JSTOR 2708927 . 
  69. ^ Hammerton, JA Encyclopédie illustrée du volume huit de l'histoire mondiale . Éditions Mittal. p. 4979. GGKEY : 96Y16ZBCJ04.
  70. ^ Billington, James H. (2011). Le feu dans l'esprit des hommes : les origines de la foi révolutionnaire . Éditeurs de transactions. p. 71. ISBN 978-1-4128-1401-0. Récupéré le 18 août 2021 - via Google Books.
  71. ^ "Communisme" (2006). Encyclopædia Britannica . Encyclopædia Britannica Online .
  72. ^ Hough, Jerry F. ; Fainsod, Merle (1979) [1953]. Comment l'Union soviétique est gouvernée . Cambridge et Londres : Harvard University Press. p. 81. ISBN 9780674410305 . 
  73. ^ Dowlah, Alex F.; Elliott, John E. (1997). La vie et l'époque du socialisme soviétique . Präger. p. 18. ISBN 9780275956295 . 
  74. ^ Marples, David R. (2010). La Russie au XXe siècle : la quête de la stabilité . Routledge. p. 38. ISBN 9781408228227 . 
  75. ^ Wittfogel, Karl A. (juillet 1960). "La vision marxiste de la société russe et de la révolution". Politique mondiale . Cambridge : Cambridge University Press. 12 (4): 487–508. doi : 10.2307/2009334 . JSTOR 2009334 . Citation à la p. 493. {{cite journal}}: CS1 maint: postscript (link)
  76. ^ Edelman, Marc (1984). "Marx tardif et la route russe: Marx et les 'périphéries du capitalisme'" . Bilan mensuel . 36 (décembre): 1–55. Récupéré le 1er août 2021 - via Gale.
  77. ^ Faulkner, Neil (2017). Une histoire populaire de la révolution russe (PDF) (édition reliée). Londres : Pluto Press. pp. 34, 177. ISBN  9780745399041. Récupéré le 18 août 2021 - via OAPEN.
  78. ^ Blanc, Elizabeth (2010). L'alternative socialiste à la Russie bolchevique: le Parti révolutionnaire socialiste, 1921–39 (1ère éd. Reliée). Londres : Routledge. ISBN 9780415435840. Récupéré le 18 août 2021 - via Google Books. Narodniki s'était opposé au déterminisme souvent mécaniste du marxisme russe avec la conviction que des facteurs non économiques tels que la volonté humaine agissent comme le moteur de l'histoire. Les SR pensaient que le travail créatif des gens ordinaires par le biais des syndicats et des coopératives et des organes gouvernementaux locaux d'un État démocratique pouvait entraîner une transformation sociale. ... Avec les soviets libres, les coopératives et le mir , ils auraient pu constituer la base populaire d'un régime décentralisé et démocratique dans tout l'État russe.
  79. ^ "Narodniks" . Encyclopédie du marxisme . Archives Internet des marxistes . Récupéré le 18 août 2021 .
  80. ^ Holmes 2009 , p. 18.
  81. ^ Dando, William A. (juin 1966). "Une carte de l'élection à l'Assemblée constituante russe de 1917". Revue slave . 25 (2): 314–319. doi : 10.2307/2492782 . ISSN 0037-6779 . JSTOR 2492782 .  
  82. ^ Dando, William A. (juin 1966). "Une carte de l'élection à l'Assemblée constituante russe de 1917". Revue slave . 25 (2): 314–319. doi : 10.2307/2492782 . ISSN 0037-6779 . JSTOR 2492782 .  
  83. ^ Blanc, Elizabeth (2010). L'alternative socialiste à la Russie bolchevique: le Parti révolutionnaire socialiste, 1921–39 (1ère éd. Reliée). Londres : Routledge. ISBN 9780415435840. Récupéré le 18 août 2021 - via Google Books.
  84. ^ Franks, Benjamin (mai 2012). "Entre anarchisme et marxisme: les débuts et les fins du schisme". Journal des idéologies politiques . 17 (2): 202–227. doi : 10.1080/13569317.2012.676867 . ISSN 1356-9317 . S2CID 145419232 .  
  85. ^ Bockman, Johanna (2011). Les marchés au nom du socialisme : les origines gauchistes du néolibéralisme . Presse universitaire de Stanford. p. 20. ISBN 978-0-8047-7566-3. Selon les vues socialistes du XIXe siècle, le socialisme fonctionnerait sans catégories économiques capitalistes - telles que l'argent, les prix, les intérêts, les profits et la rente - et fonctionnerait donc selon des lois autres que celles décrites par la science économique actuelle. Alors que certains socialistes reconnaissaient le besoin d'argent et de prix au moins pendant la transition du capitalisme au socialisme, les socialistes croyaient plus communément que l'économie socialiste mobiliserait bientôt administrativement l'économie en unités physiques sans utiliser de prix ou d'argent.
  86. ^ Bland, Bill (1995) [1980]. "La restauration du capitalisme en Union soviétique" . Journal de la démocratie révolutionnaire . Récupéré le 16 février 2020.
  87. ^ Bland, Bill (1997). Luttes de classe en Chine (édition révisée). Londres. Récupéré le 16 février 2020.
  88. ^ Smith, SA (2014). Le manuel d'Oxford de l'histoire du communisme . Presse universitaire d'Oxford. p. 126. ISBN 9780191667527. La Constitution de 1936 décrivait pour la première fois l'Union soviétique comme une « société socialiste », remplissant rhétoriquement l'objectif de construire le socialisme dans un seul pays, comme Staline l'avait promis.
  89. ^ un b Peters, John E. (1998). "Critiques de livres: La vie et l'époque du socialisme soviétique". Journal des questions économiques . 32 (4): 1203-1206. doi : 10.1080/00213624.1998.11506129 .
  90. ^ Himmer, Robert (1994). "La transition du communisme de guerre à la nouvelle politique économique: une analyse des vues de Staline". La revue russe . 53 (4): 515–529. doi : 10.2307/130963 . JSTOR 130963 . 
  91. ^ Norman Davies . "Communisme". Le compagnon d'Oxford à la Seconde Guerre mondiale . Éd. ICB Cher et MRD Foot . Presse universitaire d'Oxford, 2001.
  92. ^ Sédov, Lév. 1980. Le Livre rouge sur le procès de Moscou : Documents . New York : Nouvelles Publications de Parc. ISBN 0-86151-015-1 . 
  93. ^ un bc Davies , Sarah; Harris, James (2005). "Joseph Staline: Pouvoir et Idées". Staline : Une nouvelle histoire . Cambridge : Cambridge University Press. p. 3–5. ISBN 978-1-139-44663-1.
  94. ^ Lenoe, Matt (juin 2002). "Est-ce que Staline a tué Kirov et est-ce important?". Le Journal d'histoire moderne . 74 (2): 352–380. doi : 10.1086/343411 . ISSN 0022-2801 . S2CID 142829949 .  
  95. ^ un b Zimmerman, William (septembre 1980). "Révision : Comment l'Union Soviétique est Gouvernée". Revue slave . La presse de l'Universite de Cambridge. 39 (3): 482–486. doi : 10.2307/2497167 . JSTOR 2497167 . 
  96. ^ Sheila, Fitzpatrick (novembre 2007). "Le révisionnisme dans l'histoire soviétique". Histoire et Théorie . 46 (4): 77–91. doi : 10.1111/j.1468-2303.2007.00429.x . ISSN 1468-2303 . ... les universitaires occidentaux qui, dans les années 1990 et 2000, ont été les plus actifs pour parcourir les nouvelles archives à la recherche de données sur la répression soviétique étaient des révisionnistes (toujours des «rats d'archives») tels que Arch Getty et Lynne Viola. 
  97. ^ Haynes, John Comte; Klehr, Harvey (2003). "Réviser l'Histoire". Dans le déni : historiens, communisme et espionnage . San Francisco : Rencontre. p. 11–57. ISBN 1-893554-72-4 . 
  98. ^ Haynes, John Comte; Klehr, Harvey (2003). "Réviser l'Histoire". Dans le déni : historiens, communisme et espionnage . San Francisco : Rencontre. p. 43–44. ISBN 1-893554-72-4 . 
  99. ^ Kushtetuta e Republikës Popullore Socialiste të Shqipërisë: [miratuar nga Kuvendi Popullor më 28. 12. 1976]. SearchWorks (SULAIR) [ Constitution de la République populaire socialiste d'Albanie : [approuvée par l'Assemblée populaire le 28. 12. 1976]. SearchWorks (SULAIR) ] (en albanais). 8 Nëntori. 4 janvier 1977. Archivé de l'original le 22 mars 2012 . Récupéré le 3 juin 2011 .
  100. ^ Georgakas, Dan (1992). "La liste noire d'Hollywood". Encyclopédie de la gauche américaine (édition de poche). Champaign, Illinois : presse de l'Université de l'Illinois. ISBN 9780252062506.
  101. ^ Morgan 2001 , p. 661.
  102. ^ Siegel, Achim (1998). Le paradigme totalitaire après la fin du communisme: vers une réévaluation théorique (édition cartonnée). Amsterdam : Rodopi. p. 200. ISBN 9789042005525.
  103. ^ Guilhot, Nicolas (2005). The Democracy Makers: Human Rights and International Order (édition reliée). New York, New York : Columbia University Press. p. 33. ISBN 9780231131247.
  104. ^ Defty, Brook (2007). "2. Lancement de la nouvelle politique de propagande, 1948. 3. Construire une contre-offensive concertée : coopération avec d'autres puissances. 4. Liaison étroite et continue : coopération britannique et américaine, 1950-1951. 5. Une propagande mondiale Offensive : Churchill et le renouveau de la guerre politique". La Grande-Bretagne, l'Amérique et la propagande anticommuniste 1945–1953: The Information Research Department (1ère édition de poche). Londres, Angleterre : Routledge. ISBN 9780714683614.
  105. ^ un b Doumanis, Nicholas, le rédacteur. (2016). Le manuel d'histoire européenne d'Oxford, 1914–1945 (éd. E-book). Oxford, Angleterre : Oxford University Press. p. 377–378. ISBN 9780191017759.
  106. ^ Martin, Tery doyen (2001). L'empire de l'action positive: nations et nationalisme en Union soviétique, 1923–1939 (édition de poche). Ithaca, New York : Cornell University Press. ISBN 9780801486777. Récupéré le 19 septembre 2021 - via Google Books.
  107. ^ Weitz, Eric D. (printemps 2002). "La politique raciale sans le concept de race: réévaluer les purges ethniques et nationales soviétiques". Revue slave . La presse de l'Universite de Cambridge. 61 (1): 1–29. doi : 10.2307/2696978 . JSTOR 2696978 . S2CID 156279881 .  
  108. ^ un b Wheatcroft, Stephen G. (le mars de 1999). "Victimes du stalinisme et de la police secrète soviétique: la comparabilité et la fiabilité des données d'archives. Pas le dernier mot" (PDF) . Etudes Europe-Asie . 51 (2): 340–342. doi : 10.1080/09668139999056 . JSTOR 153614 . Récupéré le 17 août 2021 - via les études soviétiques.  
  109. ^ un b Wheatcroft, Stephen G. (1999). "Victimes du stalinisme et de la police secrète soviétique: la comparabilité et la fiabilité des données d'archives. Pas le dernier mot". Etudes Europe-Asie . 51 (2): 315–345. doi : 10.1080/09668139999056 . ISSN 0966-8136 . JSTOR 153614 .  
  110. ^ un b Aarons, Mark (2007). "Justice Trahie: Réponses Post-1945 au Génocide" . Dans Blumenthal, David A. ; McCormack, Timothy LH (éd.). L'héritage de Nuremberg : influence civilisatrice ou vengeance institutionnalisée ? (Droit international humanitaire) . Éditeurs Martinus Nijhoff . p.  71 , 80–81 . ISBN 978-9004156913. Archivé de l'original le 5 janvier 2016 . Récupéré le 28 juin 2021 .
  111. ^ un bc Bevins , Vincent (2020). La méthode Jakarta: la croisade anticommuniste de Washington et le programme de meurtres de masse qui ont façonné notre monde . Affaires Publiques . p. 240. ISBN 978-1541742406. ... nous ne vivons pas dans un monde directement construit par les purges de Staline ou la famine massive sous Pol Pot. Ces états ont disparu. Même le Grand Bond en avant de Mao a été rapidement abandonné et rejeté par le Parti communiste chinois, bien que le parti soit toujours très présent. Cependant, nous vivons dans un monde construit en partie par la violence de la guerre froide soutenue par les États-Unis. ... La croisade anticommuniste de Washington, avec l'Indonésie comme point culminant de sa violence meurtrière contre les civils, a profondément façonné le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui ... .
  112. ^ Chomsky, Noam . "Compter les corps" . Spectrézine . Archivé de l'original le 21 septembre 2016 . Récupéré le 18 septembre 2016 .
  113. ^ Doyen, Jodi (2012). L'horizon communiste . Verso. p. 6–7. ISBN 978-1844679546.
  114. ^ un bcdef Ghodsee , Kristen ; _ _ Sehon, Scott ; Dresser, Sam, éd. (22 mars 2018). « Le bien-fondé d'une prise de position anti-anti-communiste » . Eon . Archivé de l'original le 25 septembre 2018 . Récupéré le 12 août 2021 .
  115. ^ Milne, Seumas (16 février 2006). "Le communisme est peut-être mort, mais clairement pas assez mort" . Le Gardien . Récupéré le 5 septembre 2018 .
  116. ^ Parenti, Michael (1997). Chemises noires et rouges : le fascisme rationnel et le renversement du communisme . San Francisco : Livres sur les lumières de la ville . p. 58. ISBN 978-0872863293.
  117. ^ Rummel, Rudolph Joseph (novembre 1993). « Combien de personnes les régimes communistes ont-ils assassiné ? » . Département de sciences politiques de l'Université d'Hawaï. Archivé de l'original le 27 août 2018 . Récupéré le 15 juillet 2021 .
  118. ^ Bradley, Mark Philip (2017). "Droits de l'homme et communisme". À Fürst, Juliane; Pons, Silvio; Selden, Mark (éd.). L'histoire du communisme à Cambridge : Volume 3, Endgames ? Le communisme tardif dans une perspective globale, de 1968 à nos jours . La presse de l'Universite de Cambridge. p. 152. ISBN 978-1-108-50935-0.
  119. ^ Robinson, Nathan J. (25 octobre 2017). "Comment être socialiste sans être un apologiste des atrocités des régimes communistes" . Affaires courantes . Récupéré le 13 août 2021 .
  120. ^ Klein, Ezra (7 janvier 2020). "Le cas de Nathan Robinson pour le socialisme" . Voix . Récupéré le 13 août 2021 .
  121. ^ un Kindersley b , Richard, le rédacteur. (1981). A la recherche de l'eurocommunisme . Presse Macmillan . ISBN 978-1-349-16581-0.
  122. ^ Deutscher, Tamara (janvier-février 1983). "EH Carr - Un mémoire personnel" . Nouvelle revue de gauche . I (137): 78-86 . Récupéré le 13 août 2021 .
  123. ^ Alimzhanov, Anuarbek (1991). "Deklaratsiya Soveta Respublik Verkhovnogo Soveta SSSR v svyazi de la sozdaniyem Sodruzhestva Nezavisimykh Gosudarstv" Декларация Совета Республик Верховного Совета СССР в связи"]. [Déclaration du Conseil des Républiques du Soviet suprême de l'URSS danscadre de la création de la Communauté des États indépendants]. Archivé le 20 décembre 2015 à la Wayback Machine . Vedomosti (en russe) n° 52. Déclaration № 142-Н (en russe) du Soviet des Républiques du Soviet suprême du Soviet syndicat, établissant formellement la dissolution de l'Union soviétique en tant qu'État et sujet de droit international.
  124. ^ "La fin de l'Union soviétique; Texte de la déclaration :" Reconnaissance mutuelle "et" une base égale "" . Le New York Times . 22 décembre 1991 . Récupéré le 30 mars 2013 .
  125. ^ "Gorbatchev, dernier chef soviétique, démissionne; les États-Unis reconnaissent l'indépendance des républiques" . Le New York Times . 26 décembre 1991 . Récupéré le 27 avril 2015 .
  126. ^ Ghodsee, Kristen (2017). Gueule de bois rouge: héritages du communisme du XXe siècle . Duke University Press . pp. xix–xx, 134, 197–200. ISBN 978-0822369493.
  127. ^ Ehms, Jule (9 mars 2014). "L'Horizon Communiste" . Société Marx & Philosophie. Récupéré le 29 octobre 2018.
  128. ^ Ghodsee, Kristen (2015). Le côté gauche de l'histoire: la Seconde Guerre mondiale et la promesse non tenue du communisme en Europe de l'Est . Duke University Press . p. xvi–xvii. ISBN 978-0822358350.
  129. ^ Scheidel, Walter (2017). "Chapitre 7: Communisme". Le grand niveleur : la violence et l'histoire des inégalités de l'âge de pierre au XXIe siècle . Presse universitaire de Princeton. ISBN 978-0691165028.
  130. ^ Scheidel, Walter (2017). Le grand niveleur : la violence et l'histoire des inégalités de l'âge de pierre au XXIe siècle . Presse universitaire de Princeton. p. 222. ISBN 978-0691165028.
  131. ^ Natsios, Andrew S. (2002). La grande famine nord-coréenne . Presse de l'Institut de la paix. ISBN 1929223331.
  132. ^ Ther, Philipp (2016). L'Europe depuis 1989 : une histoire . Presse de l'Université de Princeton . p. 132. ISBN 978-0-691-16737-4. Les régimes staliniens visaient à catapulter les sociétés à prédominance agraire dans l'ère moderne par une industrialisation rapide. En même temps, ils espéraient produire des classes ouvrières politiquement fidèles par l'emploi de masse dans les grandes industries d'État. Des aciéries ont été construites à Eisenhüttenstadt (RDA), Nowa Huta (Pologne), Košice (Slovaquie) et Miskolc (Hongrie), ainsi que diverses combinaisons de génie mécanique et chimique et d'autres sites industriels. À la suite de la modernisation communiste, le niveau de vie en Europe de l'Est a augmenté. De plus, les économies planifiées signifiaient que les salaires, les traitements et les prix des biens de consommation étaient fixes. Bien que les communistes n'aient pas été en mesure d'annuler toutes les différences régionales, ils ont réussi à créer des sociétés largement égalitaires.
  133. ^ Milanovic, Branko (2015). "Après la chute du mur: le mauvais bilan de la transition vers le capitalisme". Défi . 58 (2): 135-138. doi : 10.1080/05775132.2015.1012402 . S2CID 153398717 . Alors, quel est le bilan de la transition ? Seuls trois ou tout au plus cinq ou six pays pourraient être considérés comme étant sur la voie de faire partie du monde capitaliste riche et (relativement) stable. Beaucoup d'autres pays sont en train de prendre du retard, et certains sont si loin derrière qu'ils ne peuvent aspirer à revenir au point où ils se trouvaient lorsque le mur est tombé pendant plusieurs décennies. 
  134. ^ un bc Ghodsee , Kristen (2014). "Un conte de" deux totalitarismes ": la crise du capitalisme et la mémoire historique du communisme" (PDF) . Histoire du présent . 4 (2): 115–142. doi : 10.5406/historypresent.4.2.0115 . JSTOR 10.5406/historiqueprésent.4.2.0115 .  
  135. ^ Dae-Kyu, Yoon (2003). "La Constitution de la Corée du Nord: ses changements et ses implications" . Revue de droit international Fordham . 27 (4) : 1289-1305 . Récupéré le 10 août 2020 .
  136. ^ Park, Seong-Woo (23 September 2009). "북 개정 헌법 '선군사상' 첫 명기" Bug gaejeong heonbeob 'seongunsasang' cheos myeong-gi [First stipulation of the 'Seongun Thought' of the North Korean Constitution] (in Korean). Radio Free Asia. Retrieved 10 August 2020.
  137. ^ Seth, Michael J. (2019). A Concise History of Modern Korea: From the Late Nineteenth Century to the Present. Rowman & Littlefield. p. 159. ISBN 9781538129050. Retrieved 11 September 2020.