Chancelier d'Allemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Chancelier fédéral de la République fédérale d'Allemagne
Bundeskanzlerin der Bundesrepublik Deutschland
Bundesadler Bundesorgane.svg
Drapeau du chancelier d'Allemagne.svg
Norme du chancelier
Angela Merkel 2019 cropped.jpg
Titulaire
Angela Merkel

depuis le 22 novembre 2005 ( 2005-11-22 )
Organe exécutif du gouvernement
StyleMadame la Chancelière (informel)
Son Excellence (diplomatique) [1]
StatutChef du gouvernement
Membre deCabinet fédéral Conseil
européen
SiègeChancellerie fédérale , Berlin (siège principal)
Palais Schaumburg , Bonn (second siège)
NominateurBundestag
NominationPrésident de l'Allemagne
Durée du mandat4 ans, renouvelable
Acte constitutifLoi fondamentale allemande (Constitution allemande)
Titulaire inauguralKonrad Adenauer
Formation24 mai 1949 ; il y a 72 ans ( 1949-05-24 )
AdjointVice-chancelier d'Allemagne
Un salaire351 552 par an [2]
Site InternetBundeskanzlerin .de

Le chancelier de l' Allemagne , officiellement le chancelier fédéral de la République fédérale d'Allemagne ( en allemand : Bundeskanzler ( en ) der Bundesrepublik Deutschland ), est le chef du gouvernement et chef de la direction de l' Allemagne , ainsi que le commandant en chef des forces armées allemandes en temps de guerre. Le chancelier est élu par le Bundestag sur proposition du président fédéral et sans débat (article 63 de la Constitution allemande ). [3]

L'actuelle titulaire est Angela Merkel , élue en 2005 et réélue en 2009, 2013 et 2018. [4] Elle est la première femme à être élue chancelière. En 2021 , elle a choisi de ne pas se représenter, marquant la première fois depuis la fondation de la République fédérale d'Allemagne qu'un chancelier sortant ne brigue pas sa réélection.

Histoire du bureau

Willy Brandt s'exprimant lors d'une réunion du SPD à Dortmund , 1983

La fonction de chancelier a une longue histoire, remontant au Saint-Empire romain germanique , lorsque la fonction d' archichancelier allemand était généralement détenue par les archevêques de Mayence . Le titre a parfois été utilisé dans plusieurs États d'Europe germanophone. Le bureau moderne de chancelier a été créé avec la Confédération de l'Allemagne du Nord , dont Otto von Bismarck est devenu Bundeskanzler (ce qui signifie « chancelier fédéral ») en 1867. Avec l'élargissement de cet état fédéral à l'Empire allemand en 1871, le titre a été rebaptisé Reichskanzler (signifiant " chancelier impérial "). Avec la constitution allemande de 1949, le titre de Bundeskanzler a été relancé.

Au cours des différentes époques, le rôle du chancelier a varié. De 1867 à 1918, le chancelier était le seul ministre responsable au niveau fédéral. Il a été installé par le présidium fédéral (c'est-à-dire le roi de Prusse ; depuis 1871 appelé Empereur). Les Staatssekretäre étaient des fonctionnaires subordonnés au chancelier. Outre l'exécutif, la constitution n'attribuait au chancelier qu'une seule fonction : présider le Conseil fédéral, l'organe représentatif des États (avec le parlement le législateur). Mais en réalité, le chancelier était presque toujours aussi nommé ministre-président de Prusse. Indirectement, cela a donné au chancelier le pouvoir du Conseil fédéral, y compris la dissolution du parlement.

Bien qu'un gouvernement efficace n'ait été possible que grâce à la coopération avec le parlement (Reichstag), les résultats des élections n'ont eu qu'une influence indirecte sur la chancellerie, tout au plus. Ce n'est qu'en octobre 1918 que la constitution est modifiée : elle exige que le chancelier ait la confiance du parlement. Environ deux semaines plus tard, le chancelier Max von Baden déclara l'abdication de l'empereur et céda illégalement le pouvoir au Conseil révolutionnaire des délégués du peuple.

Selon la Constitution de Weimar de 1919, le chancelier était à la tête d'un gouvernement collégial. Le chancelier était nommé et révoqué par le président, de même que les ministres, sur proposition du chancelier. Le chancelier ou tout ministre devait être démis de ses fonctions si le parlement le demandait. Comme aujourd'hui, le chancelier avait la prérogative de déterminer les orientations du gouvernement ( Richtlinienkompetenz ). En réalité, ce pouvoir était limité par le gouvernement de coalition et le président.

Lorsque les nazis arrivent au pouvoir le 30 janvier 1933, la Constitution de Weimar est de facto écartée. Après la mort du président Hindenburg en 1934, Adolf Hitler , chef du parti dictatorial et chancelier, a repris les pouvoirs du président. Le nouveau titre officiel est devenu Führer und Reichskanzler (ce qui signifie « chef et chancelier du Reich »).

La constitution de 1949 donne au chancelier des pouvoirs bien plus importants que sous la République de Weimar , tout en diminuant fortement le rôle du président. L'Allemagne est aujourd'hui souvent qualifiée de « démocratie de chancelier », reflétant le rôle du chancelier en tant que chef de l'exécutif du pays.

Depuis 1867, 33 personnes ont été chefs de gouvernement d'Allemagne, d'Allemagne de l'Ouest ou d'Allemagne du Nord, presque toutes avec le titre de chancelier.

En raison de ses tâches administratives, le chef des clercs de la chapelle d'un palais impérial pendant l' empire carolingien était appelé chancelier (du latin : cancelarius ). Le collège de la chapelle faisait office de chancellerie de l'Empereur et délivrait les actes et capitulaires . Depuis l'époque de Louis le Germanique , l' archevêque de Mayence était d' office allemand archichancelier , poste qu'il a occupé jusqu'à la fin du Saint Empire romain germanique en 1806, alors que de jure l' archevêque de CologneIl a été chancelier d' Italie et archevêque de Trèves de Bourgogne . Ces trois princes-archevêques étaient aussi des princes-électeurs de l'empire élisant le roi des Romains . Déjà à l'époque médiévale, le chancelier allemand avait un pouvoir politique comme l'archevêque Willigis (archichancelier 975-1011 , régent du roi Otton III d'Allemagne 991-994) ou Rainald von Dassel (chancelier 1156-1162 et 1166-1167) sous l'empereur Frédéric Barberousse .

En 1559, l'empereur Ferdinand Ier établit l'agence d'une chancellerie impériale ( Reichshofkanzlei ) au palais Hofburg de Vienne , dirigée par un vice-chancelier sous l'autorité nominale de l'archevêque de Mayence. Lors de la bataille de la Montagne Blanche en 1620 , l' empereur Ferdinand II créa le bureau d' un chancelier de la cour autrichienne chargé des affaires intérieures et étrangères de la monarchie des Habsbourg . À partir de 1753, la charge de chancelier d'État autrichien est détenue par le prince Kaunitz . La chancellerie impériale a perdu de son importance, et depuis l'époque de Marie-Thérèse et de Joseph II, n'existait que sur le papier. Après la dissolution du Saint Empire romain germanique, le prince Metternich a été chancelier d'État de l' Empire autrichien (1821-1848), de même que le prince Hardenberg a été chancelier de Prusse (1810-1822). La Confédération allemande de 1815-1866 n'avait pas de gouvernement ni de parlement, seulement le Bundestag en tant qu'organe représentatif des États.

Dans la défunte République démocratique allemande (RDA, Allemagne de l'Est), qui existait du 7 octobre 1949 au 3 octobre 1990 (date de la réunification du territoire de l'ancienne RDA avec la République fédérale d'Allemagne), le poste de chancelier n'existait pas. Le poste équivalent était appelé soit ministre président (Ministerpräsident) soit président du Conseil des ministres de la RDA (Vorsitzender des Ministerrats der DDR) . (Voir les dirigeants de l'Allemagne de l'Est .)

Chancelier fédéral de la Confédération d' Allemagne du Nord (1867-1870)

Le chef du gouvernement fédéral de la Confédération de l'Allemagne du Nord , créé le 1er juillet 1867, portait le titre de Bundeskanzler . La seule personne à occuper le poste était Otto von Bismarck , le premier ministre de Prusse . Le roi, étant titulaire du Bundespräsidium , l'installa le 14 juillet.

En vertu de la constitution du 1er janvier 1871, le roi avait en outre le titre d'empereur. La constitution appelait encore le chancelier Bundeskanzler . Cela n'a été changé que dans la nouvelle constitution du 16 avril 1871 en Reichskanzler . Le bureau est resté le même et Bismarck n'a même pas été réinstallé.

Chancelier du Reich allemand

Sous l'empereur (1871-1918)

Dans l' Empire allemand de 1871 , le Reichskanzler chancelier impérial ») a servi à la fois en tant que premier ministre de l'empereur et en tant que président du Bundesrat , la chambre haute du parlement allemand. Il n'était ni élu ni responsable devant le Parlement (le Reichstag ). Au lieu de cela, le chancelier a été nommé par l'empereur.

Le niveau fédéral avait quatre organes :

  • le roi de Prusse dans son rôle constitutionnel fédéral en tant que porteur du Bundespräsidium , depuis 1871 avec le titre d'empereur
  • le conseil fédéral ( Bundesrat ), composé de représentants des Länder et présidé par le chancelier
  • le parlement, appelé der Reichstag
  • l'exécutif fédéral, d'abord dirigé par Otto, Fürst von Bismarck , le ministre-président de Prusse , comme chancelier.

Techniquement, les ministres des Affaires étrangères des États de l'empire instruisaient les députés de leurs États au Conseil fédéral (Bundesrat) et devenaient donc supérieurs au chancelier. Pour cette raison, le prince Bismarck (comme il l'était à partir de 1871) a continué à être à la fois Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de Prusse pendant pratiquement tout son mandat de chancelier de l'empire, car il voulait continuer à exercer ce pouvoir. Étant donné que la Prusse contrôlait dix-sept voix au Bundesrat, Bismarck pouvait contrôler efficacement les débats en concluant des accords avec les plus petits États.

Le terme chancelier a signalé la priorité apparemment faible de cette institution par rapport aux gouvernements des États allemands, car le nouveau chancelier de l'empire fédéral ne devrait pas être un premier ministre à part entière, contrairement aux chefs d'État. Le titre de chancelier symbolisait en outre une forte composante monarchiste, bureaucratique et finalement antiparlementaire, comme dans la tradition prussienne de, par exemple, Hardenberg .

Sous ces deux aspects, l'exécutif de la fédération, puis de l'empire, tel qu'il fut formé en 1867 et 1871, était délibérément différent du ministère impérial des années révolutionnaires 1848/49 , qui avait été dirigé par un premier ministre élu par l' Assemblée nationale .

En 1871, le concept de chancelier fédéral a été transféré à l'exécutif de l'Empire allemand nouvellement formé, qui comprenait désormais également les États du sud de l'Allemagne. Ici aussi, les termes de « chancelier » et « organisme fédéral » (par opposition à « ministère » ou « gouvernement ») suggéraient une priorité (apparente) inférieure de l'exécutif fédéral par rapport aux gouvernements des États fédéraux. Pour cette raison, ni le chancelier ni les chefs des départements impériaux sous son commandement n'ont utilisé le titre de ministre jusqu'en 1918.

La constitution de l'Allemagne a été modifiée le 29 octobre 1918, lorsque le parlement a obtenu le droit de révoquer le chancelier. Cependant, le changement n'a pas pu empêcher le déclenchement d'une révolution quelques jours plus tard.

Période révolutionnaire (1918-1919)

Le 9 novembre 1918, le chancelier Max von Baden cède sa charge de chancelier à Friedrich Ebert . Ebert a continué à servir en tant que chef du gouvernement pendant les trois mois entre la fin de l'Empire allemand en novembre 1918 et le premier rassemblement de l'Assemblée nationale en février 1919, mais n'a pas utilisé le titre de chancelier.

Pendant ce temps, Ebert a également été président du « Conseil des députés du peuple », jusqu'au 29 décembre 1918 avec le social-démocrate indépendant Hugo Haase .

République de Weimar (1919-1933)

La fonction de chancelier a été maintenue dans la République de Weimar . Le chancelier (Reichskanzler) était nommé par le président et était responsable devant le parlement.

Sous la République de Weimar, le chancelier était une figure assez faible. Tout comme son homologue français , il était généralement plus le président du cabinet que son chef. Les décisions du Cabinet ont été prises à la majorité des voix. En fait, de nombreux gouvernements de Weimar dépendaient fortement de la coopération du président, en raison de la difficulté de trouver une majorité au parlement.

Allemagne nazie (1933-1945)

Adolf Hitler a été nommé chancelier d'Allemagne le 30 janvier 1933 par Paul von Hindenburg . Dès son entrée en fonction, Hitler a immédiatement commencé à accumuler du pouvoir et à changer la nature de la chancellerie. Après seulement deux mois au pouvoir et après l' incendie du bâtiment du Reichstag , le parlement a adopté la loi d'habilitation donnant au chancelier les pleins pouvoirs législatifs pour une période de quatre ans – le chancelier pouvait introduire n'importe quelle loi sans consulter le Parlement. Les pouvoirs du chancelier ont continué de croître jusqu'en août 1934, lorsque le président sortantPaul von Hindenburg est décédé. Hitler a utilisé la loi d'habilitation pour fusionner le bureau du chancelier avec celui du président pour créer un nouveau bureau, "le leader" (ou Führer). Bien que les bureaux aient été fusionnés, Hitler a continué à être appelé « Führer und Reichskanzler », indiquant que le chef de l'État et le chef du gouvernement étaient toujours des postes séparés, bien qu'occupés par le même homme. Cette séparation est devenue plus évidente quand, en avril 1945, Hitler a donné l'instruction qu'à sa mort, le poste de chef serait dissous et qu'il y aurait un nouveau président et chancelier. Le 30 avril 1945, lorsque Hitler s'est suicidé, il a été brièvement remplacé comme chancelier par Joseph Goebbels , comme dicté dans le testament d'Hitler.. Lorsque Goebbels s'est également suicidé, les rênes du pouvoir sont passées au grand amiral Karl Dönitz en tant que président de l'Allemagne . Dönitz, à son tour, a nommé le comte Schwerin von Krosigk à la tête du gouvernement avec le titre de « premier ministre ».

Chancelier fédéral de la République fédérale d'Allemagne (1949-présent)

Angela MerkelGerhard SchröderHelmut KohlHelmut SchmidtWilly BrandtKurt Georg KiesingerLudwig ErhardKonrad Adenauer

La constitution allemande de 1949, la Loi fondamentale ( Grundgesetz ), investit le chancelier (allemand, Bundeskanzler ) de larges pouvoirs pour initier la politique gouvernementale. Pour cette raison, certains observateurs qualifient le système politique allemand de « démocratie chancelière ». Quel que soit le grand parti ( CDU /CSU ou SPD ) qui ne détient pas la chancellerie, il appelle généralement son candidat tête de liste aux élections fédérales « candidat-chancelier » ( Kanzlerkandidat ). Le gouvernement fédéral ( Bundesregierung ) se compose du chancelier et des ministres .

L'autorité du chancelier émane des dispositions de la Loi fondamentale et en pratique de son statut de chef du parti (ou de la coalition de partis) détenant la majorité des sièges au Bundestag (parlement fédéral). A l'exception d' Helmut Schmidt , le chancelier a également été président de son propre parti. Ce fut le cas du chancelier Gerhard Schröder de 1999 jusqu'à sa démission de la présidence du SPD en 2004.

Rôle

Allemagne de 1949 Constitution , la Loi fondamentale ( Grundgesetz ), investit le chancelier fédéral ( Bundeskanzler ) avec autorité exécutive centrale. Depuis les élections de 1961, les deux grands partis (CDU/CSU et SPD) appellent leurs principaux candidats aux élections fédérales "candidat-chancelier" ( Kanzlerkandidat ), bien que ce ne soit pas un mandat officiel et que tout parti puisse désigner un Kanzlerkandidat (même s'il ce parti n'a aucune chance de diriger ou même de faire partie d'une coalition gouvernementale). Le gouvernement fédéral ( Bundesregierung ) se compose du chancelier fédéral et de ses ministres , appelés Bundesminister . (ministres fédéraux).

L'autorité du chancelier émane des dispositions de la Loi fondamentale et de son statut de chef du parti (ou de la coalition de partis) détenant la majorité des sièges au Bundestag ("Diète fédérale", la chambre basse du Parlement fédéral allemand). À l'exception de Helmut Schmidt , Gerhard Schröder (de 2004 à 2005) et Angela Merkel (depuis 2018), le chancelier a généralement également été président de son propre parti.

Le premier chancelier, Konrad Adenauer , a créé de nombreux précédents qui se poursuivent aujourd'hui et a établi la chancellerie comme le centre du pouvoir en Allemagne. En vertu des dispositions de la Loi fondamentale lui donnant le pouvoir de définir des orientations dans tous les domaines politiques, Adenauer s'arrogeait presque toutes les décisions importantes. Il traitait souvent ses ministres comme de simples extensions de son autorité plutôt que comme des collègues. Alors que ses successeurs ont eu tendance à être moins dominateurs, le chancelier a acquis suffisamment d'autorité d'office (en plus de ses pouvoirs constitutionnels) pour que l'Allemagne soit souvent décrite par les experts en droit constitutionnel comme une « démocratie de chancelier ».

Le banc du cabinet du Reichstag (à gauche du drapeau) avec le siège surélevé du chancelier au premier rang

Le chancelier détermine la composition du Cabinet fédéral . Le président nomme et révoque officiellement les ministres du cabinet, sur recommandation du chancelier ; aucune approbation parlementaire n'est nécessaire. Selon la Loi fondamentale, le chancelier peut fixer le nombre de ministres et dicter leurs devoirs spécifiques. Le chancelier Ludwig Erhard avait le plus grand cabinet, avec 22 ministres, au milieu des années 1960. Helmut Kohl a présidé 17 ministres au début de son quatrième mandat en 1994 ; le cabinet de 2002, le deuxième du chancelier Gerhard Schröder , comptait 13 ministres et le cabinet d' Angela Merkel en comptait 15 au 22 novembre 2005.

L'article 65 de la Loi fondamentale énonce trois principes qui définissent le fonctionnement de l'exécutif :

  • Le « principe du chancelier » rend le chancelier responsable de toutes les politiques gouvernementales ; ceci est également connu sous le nom de Richtlinienkompetenz (grossièrement traduit par « compétence d'établissement de lignes directrices »). Toutes les directives politiques officielles émises par le chancelier sont des directives juridiquement contraignantes que les ministres du cabinet doivent mettre en œuvre. Les ministres du Cabinet sont censés introduire des politiques spécifiques au niveau ministériel qui reflètent les directives plus larges du chancelier.
  • Le «principe d'autonomie ministérielle» confère à chaque ministre la liberté de superviser les opérations ministérielles et de préparer des propositions législatives sans ingérence du cabinet tant que les politiques du ministre sont compatibles avec les orientations plus larges du chancelier.
  • Le «principe du cabinet» prévoit que les désaccords entre les ministres fédéraux sur les questions juridictionnelles ou budgétaires doivent être réglés par le cabinet.

Liste des chanceliers (1949-présent)

Parti politique:   CDU   SPD

Portrait Nom
(Naissance–Décès)
Mandat Parti politique Vice chancelier Armoires
Prendre place A quitté le bureau Temps au bureau
1 Bundesarchiv B 145 Bild-F078072-0004, Konrad Adenauer.jpg Konrad Adenauer
(1876-1967)
15 septembre 1949 16 octobre 1963
( démission )
14 ans, 31 jours CDU Franz Blücher (1949-1957)
Ludwig Erhard (1957-1963)
Adenauer I
Adenauer II
Adenauer III
Adenauer IV
2 Einde bezoek bondkanselier dr Ludwig Erhard en gaf persconferentie in het Haag, Bestanddeelnr 916-1325 (rognée).jpg Ludwig Erhard
(1897-1977)
16 octobre 1963 1er décembre 1966
( démission )
3 ans, 46 jours CDU Erich Mende (1963-1966)
Hans-Christoph Seebohm (1966)
Erhard I
Erhard II
3 Bundesarchiv B 145 Bild-F024017-0001, Oberhausen, CDU-Parteitag Rheinland, Kiesinger.jpg (rognée).jpg Kurt Georg Kiesinger
(1904-1988)
1er décembre 1966 22 octobre 1969 2 ans, 325 jours CDU Willy Brandt (1966-1969) Kiesinger
4 Bundesarchiv B 145 Bild-F034160-0011, Bonn, Bundeskanzler Brandt empfängt Schauspieler (rognée).jpg Willy Brandt
(1913-1992)
22 octobre 1969 7 mai 1974
( démission )
4 ans, 197 jours SPD Walter Scheel (1969-1974) Brandt I
Brandt II
Le vice-chancelier Walter Scheel a été chancelier par intérim du 7 au 16 mai 1974.
5 Bundeskanzler Helmut Schmidt.jpg Helmut Schmidt
(1918-2015)
16 mai 1974 1er octobre 1982
( remplacé par un
vote
de défiance constructif
)
8 ans, 138 jours SPD Hans-Dietrich Genscher (1974-1982)
Egon Franke (1982)
Schmidt I
Schmidt II
Schmidt III
6 Bundesarchiv B 145 Bild-F074398-0021 Kohl (rognée).jpg Helmut Kohl
(1930-2017)
1er octobre 1982 27 octobre 1998 16 ans, 26 jours CDU Hans-Dietrich Genscher (1982-1992)
Jürgen Möllemann (1992-1993)
Klaus Kinkel (1993-1998)
Kohl I
Kohl II
Kohl III
Kohl IV
Kohl V
7 Gerhard Schröder en 2002..jpg Gerhard Schröder
(né en 1944)
27 octobre 1998 22 novembre 2005 7 ans, 26 jours SPD Joschka Fischer (1998-2005) Schröder I
Schröder II
8 Angela Merkel 2019 cropped.jpg Angela Merkel
(née en 1954)
22 novembre 2005 Titulaire 15 ans, 337 jours CDU Franz Müntefering (2005-2007)
Frank-Walter Steinmeier (2007-2009)
Guido Westerwelle (2009-2011)
Philipp Rösler (2011-2013)
Sigmar Gabriel (2013-2018)
Olaf Scholz (2018-présent)
Merkel I
Merkel II
Merkel III
Merkel IV

Anciens chanceliers vivants

En 2021, il y a un ancien chancelier d'Allemagne vivant. Le décès le plus récent d'un ancien chancelier est celui d' Helmut Kohl (1982-1998), le 16 juin 2017.

Mécanisme d'élection

Le chancelier est élu par le Bundestag et nommé par le président de l'Allemagne . L'élection d' un chancelier est nécessaire chaque fois que le poste de chancelier est devenu vacant. C'est le cas si

  • un Bundestag nouvellement élu se réunit pour la première fois,

ou

  • si le chancelier décède ou démissionne.

L'élection du chancelier (dans les deux premières phases de vote) est l'un des rares cas dans lesquels un vote au Bundestag nécessite une majorité de tous les membres élus , et pas seulement une majorité de ceux réunis à l'époque, la soi-disant Kanzlermehrheit("majorité du chancelier"). Comme pour les autres élections organisées par le Bundestag, le chancelier est élu au scrutin secret. Le processus commence par la proposition par le président allemand d'un candidat au Bundestag (généralement un candidat sur lequel les partis majoritaires se sont mis d'accord au préalable), qui est ensuite voté sans débat (« 1ère phase de vote »). Si le candidat présidentiel n'est pas élu, les groupes parlementaires du Bundestag peuvent, dans les 14 jours qui suivent, proposer leurs propres candidats, qui doivent également être élus à la "majorité du chancelier" ("2ème phase de vote"). Si aucun chancelier n'a été élu dans ce délai, le Bundestag tiendra un dernier tour le 15e jour après le premier tour, auquel (comme lors de la 2e phase de vote) les groupes parlementaires pourront présenter des candidats ("(permettant de facto la formation d'un gouvernement minoritaire) ou convoquer de nouvelles élections au Bundestag dans les 60 jours. [5]

Une autre possibilité de voter un nouveau chancelier est le vote de défiance constructif , qui permet au Bundestag de remplacer un chancelier en exercice , s'il élit un nouveau chancelier à la "majorité du chancelier" (voir ci-dessous).

Depuis 2021, tous les chanceliers de la république fédérale ont été (ré)élus sur proposition du président de l'Allemagne au premier tour à la seule exception de Helmut Kohl , qui a été élu pour son premier mandat via un vote de défiance constructif. contre Helmut Schmidt .

Confiance

Contrairement à d'autres législatures parlementaires, le Bundestag ne peut pas révoquer le chancelier par une motion de censure traditionnelle . Au lieu de cela, la révocation d'un chancelier n'est possible que si une majorité des membres du Bundestag se mettent d'accord sur un successeur, qui est alors immédiatement assermenté en tant que nouveau chancelier. Cette procédure est appelée « motion de défiance constructive » ( konstruktives Misstrauensvotum ) et a été créée pour éviter la situation qui existait dans la République de Weimar , où il était plus facile de réunir une majorité parlementaire disposée à destituer un gouvernement en place que de trouver une majorité capable de soutenir un nouveau gouvernement stable. [6]

Afin d'obtenir un soutien législatif au Bundestag , la chancelière peut également demander une motion de confiance ( Vertrauensfrage , littéralement « question de confiance »), soit combinée à une proposition législative, soit en tant que vote autonome. En cas d'échec d'un tel vote, le chancelier peut demander au président la dissolution du Bundestag .

Vice-chancelier

Olaf Scholz , vice-chancelier d'Allemagne

Le chancelier doit nommer l'un des ministres du cabinet comme vice-chancelier . Le vice-chancelier peut suppléer le chancelier en cas d'absence ou d'empêchement. Bien que le chancelier soit théoriquement libre de choisir n'importe quel ministre, dans les gouvernements de coalition, le vice-chancelier est généralement le ministre le plus haut placé du deuxième plus grand parti de la coalition.

Si le mandat du chancelier prend fin ou s'il démissionne, le Bundestag doit élire un nouveau chancelier. Le président de l'Allemagne peut demander à l'ancien chancelier d'agir en tant que chancelier jusqu'à ce qu'un nouveau titulaire soit élu, mais s'il ne veut pas ou ne peut pas le faire, le président peut également nommer le vice-chancelier en tant que chancelier par intérim jusqu'à ce qu'un successeur soit élu. C'est arrivé une fois : le 7 mai 1974, le chancelier Willy Brandt démissionne à la suite de l' affaire Guillaume , un scandale d'espionnage. Dans sa lettre de démission au président Gustav Heinemann, il a demandé de ne pas être invité à rester en fonction à titre intérimaire et de nommer plutôt le vice-chancelier en tant que chancelier par intérim. [7] Le président Heinemann a suivi la demande. Le vice-chancelier Walter Scheel a été nommé chancelier par intérim et a servi pendant neuf jours jusqu'à l'élection de Helmut Schmidt le 16 mai 1974.

Scheel non pris en compte, seules deux personnes, Ludwig Erhard et Willy Brandt , ont occupé à la fois les fonctions de vice-chancelier et de chancelier d'Allemagne.

L' actuel vice - chancelier allemand est Olaf Scholz , qui est également ministre fédéral des Finances dans le cabinet Quatrième Merkel .

Liste des vice-chanceliers (1949-présent)

Cliquez sur afficher pour afficher le contenu de cette section
Portrait Name
(Birth–Death)
Term of office Political party Cabinet Portfolio
Took office Left office Time in office
1 Bundesarchiv B 145 Bild-P001512, Franz Blücher 2.jpg Franz Blücher
(1896–1959)
20 September 1949 29 October 1957 8 years, 30 days FDP Adenauer I
Adenauer II
Marshall Plan/Economic Cooperation
2 Einde bezoek bondskanselier dr Ludwig Erhard en gaf persconferentie in het Haag, Bestanddeelnr 916-1330.jpg Ludwig Erhard
(1897–1977)
20 October 1957 17 October 1963 5 years, 362 days CDU Adenauer III
Adenauer IV
Economic Affairs
3 Bundesarchiv Bild 183-87989-0060, Erich Mende.jpg Erich Mende
(1916–1998)
17 October 1963 27 October 1966 3 years, 10 days FDP Erhard I
Erhard II
Intra-German Relations
4 Einweihung des Mosel-Schiffahrtsweges 1964, Seebohm-MK060 RGB (cropped).jpg Hans-Christoph Seebohm
(1903–1967)
27 October 1966 1 December 1966 35 days CDU Erhard II Transport
5 Bundesarchiv B 145 Bild-F057884-0009, Willy Brandt.jpg Willy Brandt
(1913–1992)
1 December 1966 22 October 1969 2 years, 325 days SPD Kiesinger Foreign Affairs
6 Bundesarchiv Bild 146-1989-047-20, Walter Scheel.jpg Walter Scheel
(1919–2016)
22 October 1969 17 May 1974 4 years, 207 days FDP Brandt I
Brandt II
Foreign Affairs
7 Hans-Dietrich Genscher (1989).jpg Hans-Dietrich Genscher
(1927–2016)
1st term
17 May 1974 17 September 1982 8 years, 123 days FDP Schmidt I
Schmidt II
Schmidt III
Foreign Affairs
8 Bundesarchiv B 145 Bild-F048636-0022, Dortmund, SPD-Parteitag, Egon Franke (cropped).jpg Egon Franke
(1913–1995)
17 September 1982 1 October 1982 14 days SPD Schmidt III Intra-German Relations
9 Hans-Dietrich Genscher (1989).jpg Hans-Dietrich Genscher
(1927–2016)
2nd term
1 October 1982 17 May 1992 9 years, 229 days FDP Kohl I
Kohl II
Kohl III
Kohl IV
Foreign Affairs
10 Jürgen Möllemann 2002 (cropped).jpeg Jürgen Möllemann
(1945–2003)
17 May 1992 21 January 1993 249 days FDP Kohl IV Economic Affairs
11 Bundesarchiv B 145 Bild-F063645-0024, Pullach, Besuch Carstens beim BND.jpg Klaus Kinkel
(1936–2019)
21 January 1993 27 October 1998 5 years, 279 days FDP Kohl IV
Kohl V
Foreign Affairs
12 Joschka Fischer.jpg Joschka Fischer
(b. 1948)
27 October 1998 22 November 2005 7 years, 26 days Green Schröder I
Schröder II
Foreign Affairs
13 FranzMüntefering mw1.jpg Franz Müntefering
(b. 1940)
22 November 2005 21 November 2007 1 year, 364 days SPD Merkel I Labour and Social Affairs
14 Frank-Walter Steinmeier Feb 2014 (cropped).jpg Frank-Walter Steinmeier
(b. 1956)
21 November 2007 27 October 2009 1 year, 340 days SPD Merkel I Foreign Affairs
15 Westerwelle 2012.jpg Guido Westerwelle
(1961–2016)
27 October 2009 16 May 2011 1 year, 201 days FDP Merkel II Foreign Affairs
16 Philipp Rösler 2012.jpg Philipp Rösler
(b. 1973)
16 May 2011 17 December 2013 2 years, 215 days FDP Merkel II Economic Affairs
17 MJK63118 Sigmar Gabriel (Frankfurter Buchmesse 2018).jpg Sigmar Gabriel
(b. 1959)
17 December 2013 14 March 2018 4 years, 87 days SPD Merkel III Economic Affairs (2013–2017)
Foreign Affairs (2017–2018)
18 Olaf Scholz 2021 cropped.jpg Olaf Scholz
(b. 1958)
14 March 2018 Incumbent 3 years, 225 days SPD Merkel IV Finance

Résidence officielle

Depuis 2001, le siège officiel du chancelier est la Chancellerie fédérale (Berlin) ( Bundeskanzleramt ). L'ancien siège de la Chancellerie fédérale, le Palais Schaumburg dans l'ancienne capitale Bonn , sert désormais de siège officiel secondaire. La retraite de campagne du chancelier est Schloss Meseberg dans l'état de Brandebourg .

Le logement privé des chanceliers à Bonn était auparavant le bungalow du chancelier construit par Ludwig Erhard dans le parc du Palais Schaumburg, tandis que son prédécesseur Konrad Adenauer vivait dans sa maison privée près de Bonn. Sous Adenauer, le gouvernement avait également acquis une villa à Dahlem en 1962, un quartier pavillonnaire du sud-ouest de Berlin, comme pied-à-terre des chanceliers de Berlin-Ouest. Gerhard Schröder y a vécu entre 1999 et 2001. Depuis 2004, il sert cependant de résidence privée aux présidents allemands . Angela Merkel a préféré vivre avec son mari dans son appartement privé du centre-ville.

Style d'adresse

Le style d'adresse correct en allemand est Frau Bundeskanzlerin (femme) ou Herr Bundeskanzler (homme). Dans la correspondance internationale, le chancelier est appelé « Son Excellence le chancelier de la République fédérale d'Allemagne » ( « Seine/Ihre Exzellenz der/die Bundeskanzler/in der Bundesrepublik Deutschland » ). [1]


Salaire

Détenant la troisième charge publique la plus élevée disponible en Allemagne, le chancelier d'Allemagne reçoit 220 000 € par an et une prime de 22 000 €, soit un et deux tiers du salaire B11 (conformément au § 11 (1) a de la loi fédérale sur les ministres – Bundesministergesetz, BGBl. 1971 I p. 1166 et annexe IV à la loi fédérale sur les salaires des fonctionnaires – Bundesbesoldungsgesetz, BGBl. 2002 I p. 3020) [ citation nécessaire ] .

Voir aussi

Remarques

Références

  1. ^ un b "Ratgeber für Anschriften und Anreden" (PDF) . Bundesministerium des Innern – Protokoll Inland. p. 40 . Récupéré le 23 mai 2019 .
  2. ^ "Wie hoch ist das Gehalt von Angela Merkel?" . handelsblatt.com .
  3. ^ Conseil parlementaire de la République fédérale d'Allemagne. "Loi fondamentale pour la République fédérale d'Allemagne" . Wikisource . Wikimédia . Récupéré le 24 novembre 2020 .
  4. ^ La troisième réélection de Merkel a suivi les élections fédérales allemandes de 2017 . En raison du long processus de formation du gouvernement, l'élection de la chancelière n'a eu lieu qu'en mars 2018.
  5. ^ Loi fondamentale, article 63.
  6. ^ Meyers Taschenlexikon Geschichte vol.2 1982
  7. ^ Cher Monsieur le Président, J'assume la responsabilité politique des malversations dans le cadre de l'affaire d'espionnage "Guillaume" et déclare ma démission de la fonction de Chancelier. Dans le même temps, je vous demande d'accepter ma démission immédiatement et de nommer mon adjoint, le ministre fédéral Scheel, en tant que chancelier par intérim, jusqu'à ce qu'un successeur soit élu. Cordialement, Willy Brandt. https://www.gettyimages.co.uk/detail/news-photo/handschriftliche-r%C3%BCcktrittserkl%C3%A4rung-von-bundeskanzler-news-photo/545935043 [ lien mort ]

Lectures complémentaires

Livres

  • Klein, Herbert, éd. 1993. Les chanceliers allemands . Berlin : Édition.
  • Padgett, Stephen, éd. 1994. Le développement de la chancellerie allemande : Adenauer à Kohl . Londres : Hurst.

Articles

  • Harlen, Christine M. 2002. "Les styles de leadership des chanceliers allemands : de Schmidt à Schröder." Politique et politique 30 (2 (juin)): 347-371.
  • Helms, Ludger. 2001. « La chancellerie changeante : ressources et contraintes revisitées ». Politique allemande 10 (2) : 155-168.
  • Mayntz, Renate. 1980. « Leadership exécutif en Allemagne : Dispersion du pouvoir ou « Kanzler Demokratie » ? » Dans Présidents et premiers ministres , éd. R. Rose et EN Suleiman. Washington, DC : American Enterprise Institute. pp. 139-71.
  • Smith, Gordon. 1991. "Les ressources d'un chancelier allemand." Politique d'Europe occidentale 14 (2) : 48-61.

Liens externes

0.3533501625061