Parti du centre (Allemagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Parti du centre allemand
Deutsche Zentrumspartei
PrésidentKlaus Brall
FondateurJoseph Gorres
Fondé
  • 13 décembre 1870 (historique) ( 1870-12-13 )
  • 1945 (moderne) ( 1945 )
Quartier généralStraberger Weg 12 41542, Dormagen , NRW
Aile paramilitaireReichsbanner Schwarz-Rot-Gold (1924–1930)
Adhésion (2021)300
IdéologieCatholicisme politique
Démocratie chrétienne [1]
Conservatisme
social Enseignement social catholique
Poste politiqueCentre-droit
Fin des années 1920 à 1945 :
Droite [2]
Jusqu'à la fin des années 1920 :
Centre [3] à centre-droit [4]
Couleurs
  •   Le noir   blanche
  •   Bleu (coutumier après 1949)
Bundestag
1 / 736
Parlement européen
0 / 96
Ministres-présidents d'États
0 / 16
Site Internet
www .zentrumspartei .de

Le Parti du centre ( en allemand : Zentrum ), officiellement le Parti du centre allemand (en allemand : Deutsche Zentrumspartei ) et également connu en anglais sous le nom de Parti du centre catholique , est un parti politique catholique en Allemagne , influent dans l' Empire allemand et la République de Weimar . Formé en 1870, il a combattu avec succès le Kulturkampf mené par le chancelier Otto von Bismarck contre l' Église catholique . Il a rapidement remporté un quart des sièges au Reichstag(Parlement impérial), et sa position médiane sur la plupart des questions lui a permis de jouer un rôle décisif dans la formation des majorités. [5]

Pendant la majeure partie de la République de Weimar, le Parti du centre était le troisième parti du Reichstag. Après l'arrivée au pouvoir d' Adolf Hitler au début de 1933, le Parti du centre faisait partie des partis qui ont voté pour la loi d'habilitation , qui accordait des pouvoirs législatifs au gouvernement d'Hitler. Néanmoins, le parti a été contraint de se dissoudre le 5 juillet, le parti nazi étant devenu le seul parti légalement autorisé dans le pays peu de temps après.

Après la Seconde Guerre mondiale , le parti a été refondé, mais n'a pas pu retrouver son ancienne importance, car la plupart de ses membres ont rejoint la nouvelle Union chrétienne-démocrate (CDU) et, en Bavière, l' Union chrétienne-sociale (CSU). Le Parti du centre n'était pas représenté au Parlement fédéral allemand entre 1957 et 2022, lorsque l'ancien membre de l' AfD Uwe Witt a rejoint le parti. Le parti n'a pas remporté de siège lors d'une élection depuis 1953. Il existe en tant que parti marginal, principalement basé dans l'état de Rhénanie du Nord-Westphalie .

Avant et pendant l'Empire allemand

Origines

Le Parti du Centre appartient au spectre politique du « catholicisme politique » qui, émergeant au début du XIXe siècle après la tourmente des guerres napoléoniennes, avait changé le visage politique de l'Allemagne. De nombreux catholiques se sont retrouvés dans des États dominés par les protestants.

Le premier conflit majeur entre l' Église catholique et un État protestant fut le «conflit de l'Église coloniale», lorsque le gouvernement prussien s'immisça dans la question des mariages mixtes et de l'appartenance religieuse des enfants qui en résultaient. Cela a conduit à de graves agressions contre la population catholique de Rhénanie et de Westphalie et a abouti à l'arrestation de l'archevêque de Cologne. À cette époque, l'un des pères fondateurs du catholicisme politique était le journaliste Joseph Görres , qui appelait les catholiques à «se tenir unis» pour leurs objectifs communs, «la liberté religieuse et l'égalité politique et civile des dénominations». Le conflit s'est apaisé après 1840, avecL'accession au trône de Frédéric-Guillaume IV .

La Révolution de 1848 a apporté de nouvelles opportunités aux catholiques allemands. En octobre, les évêques ont tenu leur première réunion en 40 ans à Würzburg et les "Fédérations catholiques" locales se sont réunies à Mayence pour fonder la "Fédération catholique d'Allemagne". A l' Assemblée nationale , qui fut convoquée pour rédiger une constitution allemande, un "club catholique" fut formé. Ce n'était pas encore un parti global, mais une union lâche visant à protéger les libertés de l'Église dans une future Allemagne, soutenue par de nombreuses pétitions des « fédérations [pape] Pie pour la liberté religieuse ». La disparition ultérieure de l'Assemblée nationale s'est avérée être un revers majeur pour le catholicisme politique.

En Prusse , la constitution révisée de 1850 accordait des libertés qui dépassaient même en partie celles du projet de constitution de Francfort, mais deux ans plus tard, le ministre de la culture, von Raumer, publia des décrets dirigés principalement contre les jésuites . En réaction, cela a conduit à un doublement des représentants catholiques lors des élections suivantes et à la formation d'un club catholique au sein de la Diète prussienne. En 1858, lorsque les gouvernements de la "Nouvelle Ere" de Guillaume Iera adopté des politiques plus clémentes, le club s'est rebaptisé "Fraction du Centre" afin de s'ouvrir aux non-catholiques. Ce nom vient du fait que dans la Diète prussienne les représentants catholiques étaient assis au centre, entre les conservateurs à droite et les libéraux à gauche. Confronté à des problèmes militaires et constitutionnels, où il n'y avait pas de position définie de l'Église, le groupe s'est rapidement désintégré et a disparu du parlement après 1867.

Programme Soest et fondation

Le drapeau officiel entre 1870-1933.

Le sentiment et les politiques anti-catholiques croissants, y compris les plans de dissolution de tous les monastères de Prusse, ont clairement indiqué qu'une réorganisation du groupe était nécessaire de toute urgence afin de protéger les droits des minorités catholiques, inscrits dans la constitution de 1850, et de les ramener au pouvoir. État-nation émergent.

En juin 1870 , Peter Reichensperger appela les catholiques à s'unir et, en octobre, les prêtres, les représentants des fédérations catholiques et la noblesse catholique se réunirent à Soest et élaborèrent un programme électoral. Les points principaux étaient :

  • Préservation de l'autonomie et des droits de l'Église, tels qu'acceptés par la constitution. Défense contre toute atteinte à l'indépendance des organes de l'Église, au développement de la vie religieuse et à l'exercice de la charité chrétienne.
  • Application effective de la parité pour les dénominations reconnues.
  • Rejet de toute tentative de déchristianisation du mariage.
  • Préservation ou création d'écoles confessionnelles.

Il y avait aussi des revendications plus générales telles qu'un État plus fédéral et décentralisé, une limitation des dépenses de l'État, une juste répartition des impôts, le renforcement financier des classes moyennes et la "suppression légale de ces États malfaisants, qui menacent le travailleur de ruine morale ou corporelle ». Avec un tel manifeste, le nombre de représentants catholiques à la Diète prussienne augmenta considérablement. En décembre 1870, ils formèrent une nouvelle faction «Centre», également appelée «Parti de la Constitution» pour souligner son adhésion aux libertés constitutionnelles.

Trois mois plus tard, au début de 1871, les représentants catholiques au nouveau parlement national, le Reichstag, formèrent également une faction « du centre » . Le parti a non seulement défendu les libertés de l'Église, mais a également soutenu le gouvernement représentatif et les droits des minorités en général, en particulier ceux des Polonais allemands , des Alsaciens et des Hanovriens. Le principal dirigeant du Centre était l'avocat hanovrien Ludwig Windthorst et d'autres personnalités majeures comprenaient Karl Friedrich von Savigny , Hermann von Mallinckrodt , Burghard Freiherr von Schorlemer-Alst , les frères August Reichensperger et Peter Reichensperger , et Georg Count Hertling.

Dans d'autres États allemands également, des partis catholiques ont été formés, coopérant avec le Parti du centre prussien au Reichstag :

  • en Bavière, le "Parti patriotique bavarois", à tendance particulariste-conservatrice, appelé depuis 1887 le "Centre bavarois".
  • à Baden, le «Parti populaire catholique», depuis 1881 formellement lié au «Parti du centre» national et depuis 1888 adoptant le nom de «Parti du centre».

Kulturkampf

A l'ère du nationalisme, les Allemands protestants, qu'ils soient conservateurs (comme Otto von Bismarck ) ou libéraux, accusaient le Centre d' ultramontanisme ou d'avoir une plus grande loyauté envers le Pape qu'envers la nation allemande. Après le concile Vatican I , Bismarck lance le Kulturkampf ("lutte culturelle") contre l'Église catholique. Les catholiques ont riposté vigoureusement et avec une quasi-unanimité. Le parti du centre a obtenu un plus grand soutien de la population catholique. Après le virage de Bismarck en 1879 du libre-échange au protectionnisme et du parti national libéral au parti conservateurparties, il a également abandonné le Kulturkampf infructueux . [6] [7] Le parti du Centre est resté un parti d'opposition à Bismarck, mais après sa démission en 1890, il a fréquemment soutenu les politiques des administrations suivantes au Reichstag , notamment dans le domaine de la sécurité sociale.

Tentatives d'élargir l'attrait au-delà des catholiques

Le Kulturkampf avait renforcé le caractère catholique du Parti du Centre, mais même durant celui-ci, Ludwig Windthorst avait défendu le parti contre l'accusation de Bismarck d'être un "parti confessionnel" en décrivant le Centre comme "un parti politique avec un programme politique complet et ouvert à tous , qui l'accepte". Cependant, peu de protestants acceptent cette offre et le Centre demeure, par la composition de ses membres, hommes politiques et électeurs, un parti essentiellement catholique.

Fidèle au Pape dans les affaires ecclésiastiques, le parti du Centre a suivi une voie indépendante du Saint-Siège dans les affaires laïques. Cela est devenu évident dans le " conflit du septennat " de 1886. Depuis que le Parti du centre a rejeté le budget militaire de Bismarck, le chancelier a négocié avec le Saint-Siège et a promis d'abolir certaines lois liées au Kulturkampf et de soutenir le pape dans la question romaine ., si le Vatican persuadait le Parti du Centre d'accepter son projet de loi. Malgré cet accord, le Parti du centre a rejeté le budget et Bismarck a convoqué de nouvelles élections. Il a également publié les lettres avec le Vatican, dans l'intention de creuser un fossé entre les électeurs catholiques fidèles au Pape et le Parti du Centre avec le slogan : « Le Pape contre le Centre ! Windhorst a réussi à éviter cela en réaffirmant l'autonomie du Parti, que le pape avait acceptée, et en interprétant les lettres publiées comme des expressions de confiance papale dans le parti.

Alors que le Kulturkampf déclinait, des débats sur le caractère du parti émergèrent, culminant dans la dispute du Centre, en 1906, après que Julius Bachem eut publié l'article "Nous devons sortir de la tour!" Il a appelé les politiciens catholiques à tenir la parole de Windthorst et à sortir de leur position minoritaire perpétuelle en s'efforçant d'augmenter le nombre de protestants parmi leurs représentants au parlement. Sa proposition a rencontré une opposition passionnée par la plus grande partie du public catholique, d'autant plus qu'elle comprenait également les syndicats chrétiens et d'autres organisations catholiques. Aucune partie ne pouvait prendre le dessus lorsque le déclenchement de la Première Guerre mondiale a mis fin au conflit.

Après la guerre, il y eut de nombreuses propositions sur la manière de réformer le parti. Heinrich Brauns a publié le programme de Cologne ( Kölner Programm ), qui proposait la reformation du Zentrum sous un nouveau nom ( Christliche Volkspartei , CVP). Cette proposition fut rejetée, seules quelques régions l'adoptant pour l' élection de 1919 ; le parti a plutôt adopté les directives de Berlin ( Berliner Leitsätze ), qui étaient plus modérées mais n'ont pas réussi à rendre le Zentrum attrayant pour les électeurs protestants également. [8] Adam Stegerwald , dirigeant des syndicats chrétiens, a fait une autre tentative pour transcender le caractère exclusivement catholique du parti et unir le spectre fragmenté des partis allemands. En 1920, il prône la formation d'un large parti moyen chrétien, qui transcende les confessions et les classes sociales et qui puisse repousser l' influence des sociaux-démocrates .

La minorité polonaise de l'Empire allemand formait l'un des plus grands groupes catholiques, mais le Parti du centre a poursuivi une politique anti-polonaise constante dans sa politique et même en tant que membres de l'opposition, l'inimitié entre lui et les Polonais est restée. [9]

Dans la guerre et la révolution

Le parti a hardiment soutenu le gouvernement impérial dans les années qui ont précédé la Première Guerre mondiale, déclarant ouvertement la "grande mission politique et morale" de l'Allemagne [10] dans le monde. Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale , le parti a également utilisé les débats sur les obligations de guerre pour faire pression pour l'abrogation des derniers vestiges des lois anti-jésuites. Alors que la guerre se poursuivait, de nombreux dirigeants de l'aile gauche du Centre, en particulier Matthias Erzberger , sont venus soutenir un règlement négocié, et Erzberger a joué un rôle clé dans l'adoption de la résolution de paix du Reichstag de 1917.

La même année, le Centre du Comte Georg Hertling , ancien ministre-président de Bavière , est nommé chancelier, mais il ne parvient pas à vaincre la domination de la direction militaire de Hindenburg et Ludendorff . Lorsqu'un système de gouvernement parlementaire a été introduit en octobre 1918, le nouveau chancelier Max von Baden a nommé des représentants du parti du centre, des sociaux-démocrates et des libéraux de gauche comme ministres.

Après la chute de la monarchie, un conflit éclata entre le parti et le nouveau gouvernement social-démocrate. Adolf Hofmann, le ministre prussien de la culture, a tenté de décréter une séparation totale de l'Église et de l'État, forçant la religion à sortir des écoles. Cela a suscité une vague de protestations parmi la population catholique, et les évêques, les organisations catholiques et le Parti du centre lui-même se sont unis pour combattre le "danger rouge". Ce conflit a comblé les tensions internes au sein du parti et a assuré son existence continue malgré les troubles de la révolution. Le parti a cependant été affaibli par la scission de son aile bavaroise et la formation du Parti populaire bavarois (BVP), qui a mis l'accent sur l'autonomie des États et a également adopté une voie plus conservatrice. [ citation nécessaire]

Lors des élections de 1919 à l' Assemblée nationale, le Parti du centre a obtenu 91 représentants, étant le deuxième parti après le Parti social-démocrate (SPD). Konstantin Fehrenbach du Centre a été élu président de l'Assemblée nationale. Le parti a activement coopéré avec les sociaux-démocrates et le Parti démocrate allemand (DDP) libéral de gauche à l'élaboration de la Constitution de Weimar, qui garantissait ce pour quoi le Centre se battait depuis sa fondation : l'égalité des catholiques et l'autonomie de l'Église catholique dans toute l'Allemagne. Le parti eut moins de succès dans la question scolaire. Bien que l'éducation religieuse soit restée une matière ordinaire dans la plupart des écoles, les écoles polyvalentes interconfessionnelles sont devenues la norme. [ citation nécessaire ]

République de Weimar et Allemagne nazie

Dans la République de Weimar

Présidium du Zentrum, 1920.

Le Parti du centre, dont les principes pragmatiques le laissaient généralement ouvert au soutien d'une forme de gouvernement monarchique ou républicaine, s'est avéré l'un des piliers de la République de Weimar , poursuivant la coopération avec le SPD et le DDP dans la coalition de Weimar . Cette combinaison perdit cependant sa majorité aux élections de 1920 .

Le parti était une coalition polyglotte d'hommes politiques catholiques, comprenant des hommes politiques républicains comme Matthias Erzberger et Joseph Wirth ainsi que des hommes de droite comme Franz von Papen . En raison de la flexibilité du parti, il a participé à tous les gouvernements entre 1919 et 1932, tant avec les partis à sa gauche qu'à sa droite. Le Centre a fourni principalement les ministres des finances et du travail et, à quatre reprises, le chancelier. Cependant, cela a également nui aux perspectives du parti car il était de plus en plus associé à tous les conflits, problèmes et échecs de la République. Le Centre a eu une part de l'odieux attaché au soi-disant «établissement de Weimar» qui a été blâmé, en particulier à droite, pour la défaite allemande lors de la Première Guerre mondiale enMythe du poignard dans le dos , ainsi que pour les humiliations du traité de Versailles et les réparations. Erzberger lui-même, qui avait signé l'armistice, a été assassiné par des extrémistes de droite en 1921. [ citation nécessaire ]

Les partis de la Coalition de Weimar (Sociaux-démocrates, Centre et Parti démocrate allemand (DDP) libéral de gauche étaient à la base de la République de Weimar mais ont perdu leur majorité aux élections de 1920. Après cela, les gouvernements majoritaires étaient rares car ils avaient besoin du soutien de la coalition de Weimar et du parti national libéral du peuple allemand (DVP).Les sociaux-démocrates et le DVP ont eu du mal à s'entendre sur la politique économique, tandis que les sociaux-démocrates n'étaient pas d'accord avec le parti du centre sur des questions telles que les écoles religieuses ou un concordat national avec le Saint-Siège.

Après les élections de 1920, Konstantin Fehrenbach , du Centre, forme un gouvernement minoritaire dans une coalition avec le DDP et le DVP. En mai 1921, la Coalition de Weimar s'associe à nouveau à Joseph Wirth du Centre en tant que chancelier, mais ce gouvernement minoritaire s'effondre à nouveau en novembre 1922. Après cela, le Centre participe au "gouvernement de l'économie" de Wilhelm Cuno , non affilié. avec les deux partis libéraux et le Parti populaire bavarois (BVP).

En août 1923, Gustav Stresemann du DVP forma une administration de grande coalition, comprenant le Centre, les deux partis libéraux et les sociaux-démocrates, qui dura jusqu'en novembre, lorsque les sociaux-démocrates quittèrent la coalition et que Wilhelm Marx du Centre devint chancelier d'un cabinet des autres . des soirées. En janvier 1925, Hans Luther , non affilié, est nommé chancelier et forme une coalition entre le Centre, les deux partis libéraux, le BVP et, pour la première fois, le Parti national populaire allemand (DNVP) de droite. Le Centre, le BVP et le DNVP ont soutenu conjointement une législation visant à développer les écoles religieuses.

Cabinet avec Kanzler Wilhelm Marx , 1927.

La même année, Wilhelm Marx était le candidat du Centre aux élections présidentielles . Au second tour, combinant le soutien des partis de la coalition de Weimar, il a obtenu 45,3% des voix et a terminé deuxième de près le candidat de droite victorieux Paul von Hindenburg avec 48,3%. En mai 1926, le chancelier Luther démissionna et Marx reprit son ancien poste. En juin 1928, les élections législatives se soldent par des pertes pour les partis gouvernementaux et des gains pour les sociaux-démocrates et les communistes . La Grande Coalition de 1923 est relancée, comprenant cette fois le BVP et le social-démocrate Hermann Müller devient chancelier.

Pendant les années de la République de Weimar, les débats sur le caractère catholique du parti, comme décrit ci-dessus, ont persisté. L'aile gauche du parti, dirigée par Erzberger et Wirth, avait des liens étroits avec les associations ouvrières catholiques dirigées par Joseph Joos . [11] Certains politiciens de l'aile droite du parti, dont Heinrich Brauns et Franz von Papen , prônent un mouvement vers la droite et une coopération plus étroite avec les mouvements nationaux. [12] Le terrain d'entente a souligné leur loyauté envers l'Église et a rejeté les deux extrêmes. Pour arbitrer la tension entre les ailes et renforcer leurs liens avec les évêques, le parti en septembre 1928 n'élit pas les deux favoris Joseph Jooset Adam Stegerwald , mais plutôt l'ecclésiastique Ludwig Kaas en tant que président.

Brüning

Brüning et d'autres à Corpus Christi Procession , 1932

En 1930, la Grande Coalition s'effondre. Heinrich Brüning , de l'aile modérée-conservatrice du parti, a été nommé chancelier avec un cabinet qui, à l'exception des sociaux-démocrates manquants, était pratiquement inchangé. Brüning a été confronté à des crises économiques exacerbées par la Grande Dépression et a dû s'attaquer à la difficile tâche de consolider à la fois le budget et la monnaie face à la montée du chômage, ainsi que de négocier des modifications des paiements des réparations de guerre . Son cours de discipline budgétaire stricte, avec des coupes sévères dans les dépenses publiques et des augmentations d'impôts l'a rendu extrêmement impopulaire parmi les classes inférieures et moyennes ainsi que parmi les Junkers prussiens .

En 1930, l'échec de Brüning à obtenir une majorité pour sa politique au parlement le pousse à convoquer des élections anticipées , au cours desquelles les quatre partis de l'ancienne grande coalition perdent leur majorité. Après cela, Brüning a basé son administration entièrement sur le soutien des décrets présidentiels (« Notverordnung ») à travers l'article 48 de la Constitution. Cela lui a permis de contourner le parlement, tant que les sociaux-démocrates - qui craignaient une nouvelle élection - ont toléré cette pratique. Pour cette forme de gouvernement basée à la fois sur le président et la coopération du parlement, Brüning a inventé le terme «démocratie autoritaire».

À cette époque, le parti était devenu de plus en plus ambivalent envers la démocratie. De nombreux éléments du parti, dont Kaas, en étaient venus à croire que seul un régime autoritaire pouvait protéger la position de l'Église. [13]

Le Centre a toujours soutenu le gouvernement de Brüning et, en 1932, a vigoureusement fait campagne pour la réélection de Paul von Hindenburg , le qualifiant de "personnalité historique vénérée" et de "gardien de la constitution". Hindenburg a été réélu contre Adolf Hitler , mais peu après a renvoyé Brüning le 30 mai 1932.

Le président Hindenburg, conseillé par le général Kurt von Schleicher , nomme chancelier le noble catholique Franz von Papen , membre de l'aile droite du Centre et ancien capitaine de cavalerie. L'intention était de rompre le lien du Centre avec les autres partis républicains ou de scinder le parti et de l'intégrer dans un mouvement conservateur global. Cependant, le Centre a refusé de soutenir le gouvernement de Papen de quelque manière que ce soit et lui a reproché de "déformer et d'abuser des bons vieux idéaux du Centre, agissant en tant que représentant des cercles réactionnaires". Papen a évité d'être expulsé en quittant le parti.

Entre coup d'État et démocratie autoritaire

Suite à la démission de Brüning, le Parti du centre entre dans l'opposition. Bien qu'ils se soient également opposés aux nazis , leurs énergies étaient principalement dirigées contre le renégat Papen. Certains politiciens du Centre ont été apaisés par la stratégie de légalité d'Hitler pour minimiser la menace nazie. [14]

En ce qui concerne le gouvernement, le Parti du centre rejette une « solution temporelle », comme les cabinets présidentiels de Papen, et prône plutôt une « solution totale », c'est-à-dire un gouvernement selon les règles de la constitution. Étant donné que le Centre considérait l'administration de Papen comme étant "d'une manière dangereuse dépendante des partis de droite radicale", le président Ludwig Kaas a conseillé au président de reconnaître ce lien en fondant le gouvernement sur une coalition avec les partis de droite montante, la "logique résultat du développement actuel ». Cela obligerait les radicaux à "prendre leur part de responsabilité" et à "les familiariser avec la politique internationale". Le Centre agirait alors comme parti d'opposition à cette administration. [15]

Face à une opposition presque uniforme des partis, Papen fait dissoudre le Reichstag . Lors des élections qui ont suivi, le Parti du centre a fait campagne sur deux fronts, à la fois contre le gouvernement Papen et les nationaux-socialistes, et a réaffirmé sa position de « parti constitutionnel » opposé à « toute mesure contraire à la constitution, à la justice et à la loi » et « peu disposé à céder aux la terreur". Les élections de juillet 1932 ont apporté de nouvelles pertes aux partis traditionnels et des gains aux partis extrémistes. Les nationaux-socialistes ont supplanté les sociaux-démocrates en tant que plus grand parti au parlement.

Les communistes et les nationaux-socialistes ayant remporté ensemble la majorité des sièges, aucune coalition gouvernementale ne pouvait se former sans l'un d'eux. Papen a tenté de justifier son style de gouvernement autoritaire en soulignant que le parlement ne pouvait plus fonctionner correctement. À l'encontre de ce raisonnement, le Centre et le BVP ont tenté de rétablir un parlement de travail en coopération avec les nationaux-socialistes, puisque les trois partis réunis avaient atteint 53 % des sièges. Lorsque Papen a appelé le peuple à "rejeter la dictature d'un parti unique", le Parti du centre a accepté "sans réserve", mais il a également déclaré que "avec la même résolution, nous rejetons la dictature du parti sans nom, désormais au pouvoir… même s'il est masqué par l'illusion de l'impartialité politique ».

Après que Papen n'ait pas réussi à obtenir le soutien d'Hitler pour son administration, le Centre a entamé ses propres négociations avec les nationaux-socialistes. Ils ont commencé dans l'état de Prusse , où la coalition de Weimar venait de perdre sa majorité. Une majorité alternative n'a pu être trouvée et l'administration Papen avait saisi cette opportunité pour prendre le contrôle du plus grand État allemand lors du « coup d'État prussien » par décret présidentiel. Maintenant, les nationaux-socialistes ont proposé de mettre fin à ce régime direct en formant une coalition avec le Parti du centre, promettant une part égale au gouvernement. Comme cela allait trop loin pour la direction nationale du Centre, les négociations furent transférées au niveau national, où Heinrich Brüning s'entretint avecGrégory Strasser . Pendant cette période, les polémiques anti-nazies cessèrent pour ne pas perturber les négociations. Le NSDAP étant le plus grand parti, le Centre était prêt à accepter un nazi comme chancelier, à condition qu'il puisse gagner la confiance du président, ce qui à l'époque semblait une tâche assez difficile.

Les négociations étaient vouées à l'échec, car les objectifs des deux groupes étaient largement incompatibles. Le Centre a fait valoir que le vote de juillet avait "appelé Hitler non pas à la dictature mais à la responsabilité, à se conformer à la loi et à la constitution". Ils espéraient "construire un gouvernement fort sans toucher au fond de la constitution", créer des "responsabilités claires" et "empêcher les expérimentations anticonstitutionnelles". Le Centre prônait un retour à la «démocratie autoritaire» de Brüning, qu'il considérait jusqu'alors et éprouvée par l'expérience, contre «l'État omnipotent et la direction indépendante» de Papen, tandis que les nazis n'accepteraient qu'une coalition qui servirait leur objectif d'atteindre le total dominance. Ne s'attendant pas à une conclusion heureuse,

Les négociations ont également été critiquées au sein du Parti du centre. Certains les ont rejetés comme "s'attirant les faveurs des nationaux-socialistes" et donnant du crédit à la stratégie de légalité d'Hitler. Les journalistes catholiques Fritz Gerlich et Ingbert Naaba rejeté comme "illusoire" la tentative de "faire respecter la constitution et l'ordre juridique" avec un homme comme Hitler avec sa "propension inconditionnelle au mal". Au lieu de "chasser le diable par Belzébuth", le Centre devrait agir comme la conscience du parlement. La direction du parti a répondu à leurs détracteurs en qualifiant de "devoir de conscience" d'essayer d'obtenir un gouvernement constitutionnel. Bien que Papen ne s'attendait pas à ce que les négociations réussissent, il était néanmoins préoccupé par le fait qu'un succès aurait conduit à une crise présidentielle, car Hindenburg n'était pas disposé à ce qu'une coalition de partis dicte l'administration. En septembre, il mit fin à toutes les spéculations en dissolvant à nouveau le Reichstag, presque immédiatement après sa première réunion.

L'acte de Papen n'a pas mis fin aux négociations entre le Centre et le NSDAP. En fait, cela a rendu possible de nouvelles réunions, puisque la direction du Parti du centre a imputé l'échec non pas à l'incompatibilité des partis mais à Papen appelant à de nouvelles élections. Comme le vote du NSDAP chute à nouveau aux élections de novembre 1932 , le Parti du centre juge sa stratégie réussie et reprend les négociations, cette fois sous le slogan de la formation d'une "Notgemeinschaft" ("communauté de besoin"), même si le Centre, BVP, et le NSDAP ne formaient plus ensemble la majorité au parlement.

Kaas a conseillé au président Hindenburg de ne pas poursuivre «l'administration du conflit» de Papen; il a prôné "la concentration nationale, y compris les nationaux-socialistes", mais n'a pas commenté une chancelière alternative, car il considérait que la "prérogative personnelle du président". Les négociations de Hindenburg avec Hitler ont échoué, tout comme la tentative de Kaas de former une coalition au parlement. En évitant une déclaration claire, Hitler a réussi à rejeter la responsabilité de cet échec sur Alfred Hugenberg du DNVP , qui avait rejeté les propositions de Kaas.

Le cabinet ayant refusé de soutenir le coup d'État prévu par Papen par une dissolution permanente du Reichstag, Hindenburg nomma en décembre le général Kurt von Schleicher au poste de chancelier. Schleicher a tenté de former un « Querfront » (une alliance impliquant des membres volontaires des partis de gauche et de droite), qui a échoué. Schleicher a ensuite relancé le coup d'État proposé par Papen, que le Parti du centre a refusé de tolérer, tout comme les autres partis. Dans ces circonstances, Hindenburg a refusé de soutenir le coup d'État et Schleicher a donc démissionné le 28 janvier 1933. [16]

Gouvernement hitlérien et nouvelles élections

Pendant ce temps, Papen avait formé une intrigue pour évincer son successeur. Il s'entretint avec Hugenberg et des magnats de l'industrie et des banquiers et après une nuit fébrile, dont l'issue n'était pas claire pour tous les participants. Le 30 janvier 1933, Hitler est nommé chancelier avec Papen comme vice-chancelier et Hugenberg comme ministre de l'économie.

S'il voit ses adversaires Papen et Hugenberg s'allier à Hitler, le Parti du centre ne renonce pas pour autant à constituer un gouvernement de large coalition. Comme la nouvelle administration manquait toujours de majorité au parlement, le Centre était prêt à la soutenir, soit par tolérance, soit par coalition. Hitler avait l'intention de minimiser la participation non nazie, mais a simulé une volonté de coopérer avec le Centre et a reproché à Papen et Hugenberg d'avoir refusé des postes ministériels au Centre. Lorsque Kaas a demandé un aperçu général des objectifs de son gouvernement, Hitler a utilisé le questionnaire présenté par Kaas pour déclarer les pourparlers un échec et obtenir l'approbation du président pour convoquer de nouvelles élections pour la troisième fois en environ six mois.

Ces élections de mars 1933 étaient déjà entachées par la terreur des SA , après l' incendie du Reichstag et la suspension des droits civils par le président Hindenburg par le biais du décret sur l'incendie du Reichstag.. Pourtant, le Parti du centre a mené une campagne acharnée contre l'administration hitlérienne et a réussi à conserver son ancien vote d'environ 11%. Les partis gouvernementaux NSDAP et DNVP ont cependant obtenu conjointement 52 pour cent des voix. Ce résultat a brisé les espoirs du Parti du centre d'être indispensable pour obtenir une majorité au parlement. Le parti était désormais confronté à deux alternatives – soit persister dans la protestation et risquer des représailles comme les communistes et les sociaux-démocrates, soit déclarer leur coopération loyale, afin de protéger leurs membres. Comme le montrent les événements ultérieurs, bien que profondément mal à l'aise avec le nouveau gouvernement, le parti a opté pour cette dernière alternative. [17] [ page nécessaire ]

Loi d'habilitation

Le gouvernement a confronté le Reichstag nouvellement élu avec la loi d'habilitation qui aurait conféré au gouvernement des pouvoirs législatifs pour une période de quatre ans. Comme le projet de loi nécessitait une majorité des deux tiers pour être adopté et que les partis de la coalition ne contrôlaient que 340 des 647 sièges (52,5 %), le gouvernement avait besoin du soutien des autres partis. [18]

Le Parti du centre, dont le vote allait être décisif, était divisé sur la question de la loi d'habilitation. Le président Kaas a préconisé de soutenir le projet de loi au parlement en échange de garanties gouvernementales. Celles-ci comprenaient principalement le respect du pouvoir de veto du bureau du président, la liberté religieuse, son implication dans la culture, les écoles et l'éducation, les concordats signés par les États allemands et l'existence du Parti du centre. Via Papen, Hitler a répondu positivement et a personnellement abordé les problèmes dans son discours au Reichstag, mais il a repoussé à plusieurs reprises la signature d'une lettre d'accord écrite.

Kaas était conscient de la nature douteuse de ces garanties mais lorsque le Parti du centre s'est réuni le 23 mars pour décider de son vote, Kaas a conseillé à ses collègues du parti de soutenir le projet de loi, compte tenu de "l'état précaire du parti". Il a décrit ses raisons comme suit : « D'une part nous devons préserver notre âme, mais d'autre part un rejet de la loi d'habilitation entraînerait des conséquences désagréables pour la fraction et le parti. Il ne reste plus qu'à nous prémunir contre le pire. . Si la majorité des deux tiers n'était pas obtenue, les plans du gouvernement seraient exécutés par d'autres moyens. Le président a donné son accord à la loi d'habilitation. De la part de la DNVP, aucune tentative d'amélioration de la situation n'est à attendre. [19]

Un nombre considérable de parlementaires se sont opposés au parcours du président, parmi ces anciens chanceliers Heinrich Brüning , Joseph Wirth et l'ancien ministre Adam Stegerwald . Brüning a qualifié la loi de "résolution la plus monstrueuse jamais exigée d'un parlement" et était sceptique quant aux efforts de Kaas: "Le parti a des années difficiles à venir, peu importe comment il déciderait. Aucune garantie n'a été donnée pour que le gouvernement tienne ses promesses. Sans aucun doute, l'avenir du Parti du centre est en danger et une fois qu'il est détruit, il ne peut plus être relancé."

Les opposants ont également fait valoir que l'enseignement social catholique excluait de participer à des actes de révolution. Les partisans ont fait valoir qu'une «révolution nationale» s'était déjà produite avec la nomination d'Hitler et le décret présidentiel suspendant les droits civils. La loi d'habilitation contiendrait les forces révolutionnaires et ramènerait le gouvernement à un ordre légal. Les deux groupes n'ont pas été épargnés par l'autoportrait d'Hitler comme une coopération modérée à la recherche d'une coopération par opposition à la SA plus révolutionnaire dirigée par Ernst Röhm . Même Brüning pensait qu'il serait "décisif quels groupes du NSDAP seront au pouvoir à l'avenir. Le pouvoir d'Hitler augmentera-t-il ou échouera-t-il, telle est la question".

Finalement, la majorité des parlementaires du Centre ont soutenu la proposition de Kaas. Brüning et ses partisans ont accepté de respecter la discipline de parti en votant également en faveur du projet de loi. Le Reichstag s'est réuni dans des circonstances turbulentes. Des hommes SA servaient de gardes et se pressaient devant le bâtiment pour intimider toute opposition tandis que les communistes et certains membres sociaux-démocrates du Reichstag avaient été emprisonnés et donc empêchés de voter. Au final, le Centre a voté comme prévu en faveur de la loi d'habilitation, comme l'ont fait tous les autres partis à l'exception du SPD. La loi est votée le 23 mars 1933.

Fin de la fête

L'adoption de la loi d'habilitation n'a pas, comme Kaas l'avait suggéré, empêché la disparition du Parti du centre. Comme promis lors des négociations, un comité de travail présidé par Hitler et Kaas était censé informer de nouvelles mesures législatives. Cependant, il ne s'est réuni que trois fois (31 mars 2 et 7 avril) sans impact majeur. À cette époque, le Parti du centre était affaibli par des défections massives de membres du parti. Les membres fidèles du parti, en particulier les fonctionnaires, et d'autres organisations catholiques ont fait l'objet de représailles croissantes, malgré les garanties précédentes d'Hitler. Le parti a également été blessé par une déclaration des évêques allemands qui, tout en maintenant leur opposition à l'idéologie nazie , ont modifié l'interdiction de coopération avec les nouvelles autorités. [20] [21]

La question du concordat a prolongé le séjour de Kaas à Rome, laissant le parti sans président effectif: le 5 mai, Kaas a finalement démissionné de son poste et le parti a maintenant élu Brüning comme son successeur. Le parti a adopté une version tempérée du principe du leadership ; les journaux pro-centre déclaraient désormais que les membres du parti, ou «suite», se soumettraient pleinement à Brüning. Cela n'a toutefois pas suffi à soulager la pression croissante à laquelle elle et d'autres parties ont été confrontées à la suite du processus de Gleichschaltung . Des membres éminents ont été fréquemment arrêtés et battus, et des fonctionnaires pro-Centre ont été licenciés. Alors que l'été 1933 avançait, plusieurs responsables gouvernementaux - dont Papen - ont exigé que le Centre soit dissous ou fermé par le gouvernement.

En juillet, le Centre était le seul parti non nazi qui existait encore théoriquement; le SPD et le KPD avaient été purement et simplement interdits, tandis que les autres avaient été intimidés pour se dissoudre. Le 1er juillet, Papen et Kaas ont convenu que dans le cadre du concordat, les prêtres allemands resteraient en dehors de la politique. Il s'est avéré que le parti s'est dissous le 5 juillet - au grand désarroi du cardinal Pacelli , qui a estimé que le parti aurait dû au moins attendre la conclusion des négociations. Le lendemain, le gouvernement a promulgué une loi interdisant la formation de nouveaux partis politiques, faisant ainsi du NSDAP le seul parti légalement autorisé en Allemagne.

Refondation et histoire d'après-guerre

Après la guerre, le parti est refondé, mais il est confronté à l'émergence de l' Union chrétienne-démocrate (CDU), un nouveau parti constitué en tant que parti chrétien comprenant à la fois des catholiques et des protestants. Comme de nombreux anciens politiciens du parti du Centre, tels que Konrad Adenauer , étaient membres fondateurs ou ont rejoint la CDU, et que le cardinal Josef Frings de Cologne a approuvé le nouveau parti, le parti a perdu sa position de parti de la population catholique. Pendant un certain temps, cependant, le parti a réussi à conserver des bastions régionaux en Rhénanie du Nord-Westphalie . En 1945, son Rudolf Amelunxenavait été le premier ministre-président du nouvel État et il a participé au gouvernement de l'État jusqu'en 1958, date à laquelle il a quitté le parlement de l'État. Jusqu'en 1959, le Centre était également représenté au parlement du Land de Basse-Saxe .

Sur le plan national, lors des élections de 1949 , il obtient dix sièges au premier Bundestag . Cependant, en 1953 , le parti (avec l'aide de la CDU régionale) ne conserve que trois sièges. En 1957 , en grande partie à cause du glissement de terrain massif de la CDU cette année-là, le parti a complètement abandonné le Bundestag et n'est revenu qu'en 2022.

Cette disparition est au moins en partie à cause d' Hélène Wessel . En 1949, elle est l'une des représentantes du Centre au Bundestag et est également élue présidente du parti, la première femme à diriger un parti allemand. En 1951, elle s'oppose vivement à la politique de réarmement ouest-allemand d'Adenauer et s'associe à Gustav Heinemann de la CDU , l'ancien ministre de l'Intérieur. Les deux ont formé la "Notgemeinschaft zur Rettung des Friedens in Europa" ("Communauté d'urgence pour sauver la paix en Europe"), une initiative destinée à empêcher le réarmement. Wessel a démissionné de son poste et en novembre 1952 a quitté le parti. Immédiatement après, Wessel et Heinemann transformèrent la "Notgemeinschaft" en parti politique,( Gesamtdeutsche Volkspartei , GVP), qui échoua gravement aux élections de 1953. En 1957, le GVP se dissout et la plupart des membres rejoignirent le SPD.

Pendant ce temps, les survivants du Parti du centre ont tenté de forger une alliance de petits partis de conviction chrétienne, pour offrir une alternative aux électeurs déçus de la CDU/CSU, mais ils n'ont obtenu que le soutien du Parti bavarois . Les deux partis ont uni leurs forces sous le nom d' Union fédérale  [ de ] , d'abord au parlement depuis 1951 et aux élections générales de 1957, mais les résultats ont été décevants.

En 1988, l'aile droite du parti se sépare et forme le « Christian Center Party ». En 2003, le « Parti chrétien d'Allemagne » (CPD) évangélique a rejoint le Parti du centre.

Depuis sa disparition au niveau national, le parti se concentre sur la politique locale, tout en conservant les mêmes positions que dans l'après-guerre. Le parti est représenté dans certaines mairies de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et de Saxe-Anhalt . Malgré ses effectifs marginaux, le parti met l'accent sur la continuité de son histoire en se référant parfois à lui-même comme le "plus ancien parti politique d'Allemagne". Selon ses statuts, le nom officiel du parti est "Deutsche Zentrumspartei - Älteste Partei Deutschlands gegründet 1870", qui se traduit par "Parti du centre allemand - Parti le plus ancien d'Allemagne fondé en 1870". [22]

Le président du parti est Klaus Brall . Le parti est affilié au Mouvement politique chrétien européen .

En 2022, l'ancien membre de l' AfD Uwe Witt a rejoint le parti tout en conservant son siège au Bundestag. C'est la première fois depuis 1957 que le parti occupe un siège au Bundestag. [23]

Résultats des élections

Reichstag/Bundestag allemand

Année électorale Circonscription électorale Liste des partis Sièges gagnés +/–
Votes % Votes %
18671868 315 777 9.6
36 / 382
Augmenter36
1871 724 000 18.6
63 / 382
Augmenter37
1874 1 446 000 27,9
91 / 397
Augmenter28
1877 1 341 300 24,8
93 / 397
Augmenter2
1878 1 328 100 23.1
94 / 397
Augmenter1
1881 1 182 900 23.2
100 / 397
Augmenter6
1884 1 282 000 22.6
99 / 397
Diminuer1
1887 1 516 200 20.1
98 / 397
Diminuer1
1890 1 342 100 18.6
106 / 397
Augmenter8
1893 1 468 500 19.1
96 / 397
Diminuerdix
1898 1 455 100 18.8
102 / 397
Augmenter6
1903 1 875 300 19.8
100 / 397
Diminuer2
1907 2 179 800 19.4
105 / 397
Augmenter5
1912 1 996 800 16.4
91 / 397
Diminuer14
1919 5 980 216 19.67
91 / 423
Constant
1920 3 845 001 13.6
64 / 459
Diminuer27
Mai 1924 3 914 379 13.4
65 / 472
Augmenter1
Décembre 1924 4 118 849 13.6
69 / 493
Augmenter4
1928 3 712 152 12.1
61 / 491
Diminuer8
1930 4 127 000 11.81
68 / 577
Augmenter7
juillet 1932 4 589 430 12h44
75 / 608
Augmenter7
novembre 1932 4 230 545 11.93
70 / 584
Diminuer5
Mars 1933 4 424 905 11h25
73 / 647
Augmenter3
novembre 1933 Banni. Parti national-socialiste des travailleurs allemands, seul parti légal.
1936
1938
1949 727 505 3.1
10 / 402
Diminuer63
1953 55 835 0,2 217 078 0,8
3 / 509
Diminuer7
1957 [un] 295 533 1.0 254 322 0,9
0 / 519
Diminuer3
1961 N'a pas participé
1965 [b] 11 978 0.0 19 832 0,1
0 / 518
Constant
1969 15 933 0.0
0 / 518
Constant
1972 N'a pas participé
1976
1980
1983
1987 4 020 0.0 19 035 0,1
0 / 519
Constant
1990 N'a pas participé
1994 1 489 0.0 3 757 0.0
0 / 672
Constant
1998 2 076 0.0
0 / 669
Constant
2002 1 823 0.0 3 127 0.0
0 / 603
Constant
2005 1 297 0.0 4 010 0.0
0 / 614
Constant
2009 369 0.0 6 087 0.0
0 / 622
Constant
2013 N'a pas participé
2017
2021

Volkstag de Dantzig

Année électorale Votes % Sièges gagnés +/–
1920 21 262 13.88
17 / 120
Augmenter17
1923 21 114 12.81
15 / 120
Diminuer2
1927 26 096 14.27
18 / 120
Augmenter3
1930 30 230 15.28
11 / 72
Diminuer7
1933 31 336 14.63
10 / 72
Diminuer1
1935 31 522 13h41
10 / 72
Constant

Landesrat du Territoire du Bassin de la Sarre

Année électorale Votes % Sièges gagnés +/–
1922 92 252 47,7
16 / 30
1924 3 246 511 [24] 42,8
14 / 30
Diminuer2
1928 129 162 46.4
14 / 30
Constant
1932 156 615 43.2
14 / 30
Constant

Remarques

  1. ^ En tant que membre de l' Union fédérale  [ de ] .
  2. En tant que membre du Parti populaire chrétien  [ de ] (CVP).

Références

  1. ^ Fogarty, Michael P. (1957). Démocratie chrétienne en Europe occidentale : 1820-1953 . Réveils de Routledge . ISBN 978-1-351-38672-2.
  2. ^ Allinson, Mark (30 octobre 2014). Allemagne et Autriche depuis 1814 . Routledge . p. 58. ISBN 978-1-4441-8652-9. Zentrum : parti catholique romain qui est passé du centre politique à la droite à la fin des années 1920.
  3. ^ Relieur, Paul. "Partis politiques de Weimar" . Face à l'Histoire et à nous-mêmes . Récupéré le 23 décembre 2019 .
  4. ^ Clive Ponting, éd. (1998). Progrès et barbarie : le monde au XXe siècle . Chatto & Windus . p. 306. En Allemagne, l'éphémère République de Weimar fut, après un premier élan d'enthousiasme pour les sociaux-démocrates, dominée par le Zentrum catholique conservateur et d'autres partis de centre-droit.
  5. ^ David Blackbourn, "L'Alignement Politique du Parti du Centre dans l'Allemagne de Wilhelmine: Une Étude de l'Émergence du Parti dans le Wurtemberg du XIXe siècle," Journal Historique Vol. 18, n° 4 (décembre 1975), pp. 821-850 dans JSTOR
  6. ^ Christopher Clark, Iron Kingdom: The Rise and Downfall of Prussia, 1600-1947 (2006) pp 568-576
  7. ^ Ronald J. Ross, L'échec du Kulturkampf de Bismarck: catholicisme et pouvoir de l'État dans l'Allemagne impériale, 1871-1887 (Washington, DC, 1998)
  8. ^ Morsey, Rudolf (1966). Die deutsche Zentrumspartei, 1917-1923 . Droste. OCLC 963771636 . 
  9. ^ Nationalisme allemand et conflit religieux: culture, idéologie, politique, 1870-1914 Helmut Walser Smith 2014, page 197-198
  10. ^ Edmond Paris, Le Vatican contre l'Europe, '.R. Macmillan Limited (Fleet Street, Londres, Royaume-Uni, 1959), p.14
  11. ^ Haffert, Claus (1994). Die katholischen Arbeitervereine Westdeutschlands in der Weimarer Republik (1. Aufl éd.). Essen : Klartext. ISBN 388474187X. OCLC  32830554 .
  12. ^ Ruppert, Karsten (1992). Im Dienst am Staat von Weimar: das Zentrum als regierende Partei in der Weimarer Demokratie: 1923-1930 . Droste. ISBN 3770051661. OCLC  797422863 .
  13. ^ Evans, Richard J. (2003). L'avènement du Troisième Reich . New York : Penguin Press . ISBN 978-0141009759.
  14. ^ Patch, William L. Jr. Heinrich Bruning et la dissolution de la République de Weimar . Cambridge University Press, 2006. pp 278–288.
  15. ^ Lutz, Ralph Haswell. "L'effondrement de la démocratie allemande sous le gouvernement Brüning du 30 mars 1930 au 30 mai 1932." Revue historique du Pacifique (1941): 1-14.
  16. ^ Patch, pp 278–291.
  17. ^ Evans, Le Parti du centre allemand, 1870-1933
  18. ^ Evans, Le Parti du centre allemand, 1870-1933
  19. ^ Martin R. Menke, "Devoir civique mal compris: le parti du centre et la loi d'habilitation." Journal of Church and State 51.2 (2009): 236-264.
  20. ^ Zeender, (1984), pp. 428-441.
  21. ^ Evans, (1981).
  22. ^ "Copie archivée" . Archivé de l'original le 15 janvier 2008 . Récupéré le 6 janvier 2008 .{{cite web}}: CS1 maint: archived copy as title (link)
  23. ^ "Beitritt von Uwe Witt : Deutsche Zentrumspartei wieder im Bundestag vertreten" . zentrumspartei . Récupéré le 18 janvier 2022 .
  24. ^ chaque électeur avait 30 votes

Lectures complémentaires

  • Anderson, Margaret Lavinia. Windthorst: Une biographie politique (Oxford University Press, 1981).
  • Anderson, Margaret Lavinia. Practicing Democracy: Elections and Political Culture in Imperial Germany (2000) extrait et recherche de texte
  • Anderson, Margaret Lavinia et Kenneth Barkin. "Le mythe de la purge Puttkamer et la réalité du Kulturkampf: quelques réflexions sur l'historiographie de l'Allemagne impériale." Journal d'histoire moderne 54.4 (1982): 647-686. en ligne
  • Bennette, Rebecca Ayako. Se battre pour l'âme de l'Allemagne: la lutte catholique pour l'inclusion après l'unification (Harvard University Press; 2012)
  • Blackbourn, David. "L'alignement politique du parti du centre dans l'Allemagne wilhelmienne: une étude de l'émergence du parti dans le Wurtemberg du XIXe siècle", Historical Journal Vol. 18, n ° 4 (décembre 1975), pp. 821–850 dans JSTOR
  • Bredohl, Thomas Matthias. Classe et identité religieuse: le parti du centre rhénan à Wilhelmine Allemagne (Marquette University Press, 2000).
  • Cary, Noel D. Chemin vers la démocratie chrétienne: les catholiques allemands et le système de partis de Windthorst à Adenauer (1996)
  • Elvert, Jürgen (2004). Kaiser, Wolfram; Wohnout, Helmut (éd.). Microcosme de la société ou clé d'une majorité au Reichstag ? Le Parti du Centre en Allemagne . Catholicisme politique en Europe 1918-45 . Routledge. p. 38–52. ISBN 0-7146-5650-X.
  • Evans, Ellen Lovell. Le Parti du centre allemand 1870-1933: une étude sur le catholicisme politique (1981)
  • Jones, Larry Eugène. "Conservateurs catholiques dans la République de Weimar: la politique de l'aristocratie rhénane-westphalienne, 1918-1933." Histoire allemande 18.1 (2000): 60-85.
  • Kohler, Eric D. "Le centre-gauche allemand réussi: Joseph Hess et le parti du centre prussien, 1908–32." Histoire de l'Europe centrale 23.4 (1990): 313-348.
  • Lutz, Ralph Haswell. "L'effondrement de la démocratie allemande sous le gouvernement Brüning du 30 mars 1930 au 30 mai 1932." Revue historique du Pacifique (1941) 10 # 1 : 1-14. en ligne
  • Ross, Ronald J. "Critique de la Constitution bismarckienne: Ludwig Windthorst et la relation entre l'Église et l'État dans l'Allemagne impériale", Journal of Church & State (1979) 21 # 3 pp 483–506. en ligne
  • Ross, Ronald J. Tour assiégée: le dilemme du catholicisme politique dans l'Allemagne wilhelmienne (1976),
  • Zeender, John. «Ludwig Windthorst, 1812-1891», History (1992) 77 # 290 pp 237–54 en ligne
  • Zeender, John K. "Le Parti du centre allemand, 1890-1906." Transactions de l'American Philosophical Society (1976) 66 # 1 pp 1–125.

Historiographie

  • Anderson, Margaret Lavinia. "Confessions d'un compagnon de voyage", Catholic Historical Review (2013) 99 # 4 pp 623–648.
  • Drury, Marjule Anne. "L'anti-catholicisme en Allemagne, en Grande-Bretagne et aux États-Unis: un examen et une critique des bourses d'études récentes." Histoire de l'Église 70.1 (2001): 98-131 en ligne
  • Zeender, John K. "Littérature récente sur le Parti du centre allemand", Catholic Historical Review (1984) 70 # 3 pp 428–441. dans JSTOR

Liens externes

0.10712099075317