bolcheviks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
bolcheviks
ольшевики
Présidium du 9e Congrès du Parti communiste russe (bolcheviks).jpg
1920 Réunion du Parti bolchevique : assis (de gauche à droite) sont Enukidze , Kalinin , Boukharine , Tomsky , Lashevich , Kamenev , Preobrazhensky , Serebryakov , Lénine et Rykov
SuccesseurParti communiste de l'Union soviétique
Formation1903
Dissous1952 (renommé)
Quartier généralVarié
Des produitsPravda (journal)
LeaderVladimir Lénine
Personnes clés
Vladimir Lénine
Léon Trotsky (ancien menchevik )
Joseph Staline
Lev Kamenev
Yakov Sverdlov
Alexei Rykov
Stepan Shaumian
Mikhail Olminsky
Anatoly Lunacharsky
Simon "Kamo" Ter-Petrosian
Roman Malinovsky
Organisation mère
Parti travailliste social-démocrate russe
Anciennement appelé
"difficiles"

Les bolcheviks ( russe : Большевики, de большинство bolshinstvo , 'majorité'), [a] également connu en anglais sous le nom de bolchevistes , [2] [b] étaient une faction marxiste radicale , d' extrême gauche et révolutionnaire fondée par Vladimir Lénine qui scission de la faction menchevik [c] du Parti ouvrier social-démocrate russe marxiste (RSDLP), un parti politique socialiste révolutionnaire formé en 1898, lors de son deuxième congrès du parti en 1903. [4]

Après avoir formé leur propre parti en 1912, les bolcheviks prirent le pouvoir lors de la révolution d'octobre dans la République russe en novembre 1917, renversant le gouvernement provisoire d' Alexandre Kerensky , et devinrent le seul parti au pouvoir dans la Russie soviétique suivante et plus tard l' Union soviétique . [ citation nécessaire ] Ils se considéraient comme les dirigeants du prolétariat révolutionnaire de Russie. [la citation nécessaire ] Leurs croyances et pratiques étaient souvent appelées bolchevisme .

Histoire de la scission

L'idéologie de Lénine dans Que faire ?

Bolchevique , Boris Koustodiev , 1920

Le pamphlet politique de Lénine Que faire ? , écrit en 1901, a contribué à précipiter la scission des bolcheviks des mencheviks . En Allemagne, le livre a été publié en 1902, mais en Russie, une censure stricte a interdit sa publication et sa distribution. [5] L'un des principaux points de l'écriture de Lénine était qu'une révolution ne peut être réalisée que par une direction forte et professionnelle avec un profond dévouement aux principes théoriques marxistes et une organisation qui s'étend sur toute la Russie, abandonnant ce que Lénine appelait « le travail artisanal " vers une œuvre révolutionnaire plus organisée. Après que la révolution proposée ait renversé avec succès l'autocratie russe, cette direction forte abandonnerait le pouvoir et permettrait unParti socialiste à se développer pleinement dans les principes du centralisme démocratique . Lénine a dit que si les révolutionnaires professionnels ne maintenaient pas d'influence sur la lutte des ouvriers, alors cette lutte s'éloignerait de l'objectif du parti et se poursuivrait sous l'influence de croyances opposées ou même complètement éloignées de la révolution. [5]

La brochure montrait également que la vision de Lénine d'une intelligentsia socialiste était conforme à la théorie marxiste . Par exemple, Lénine était d'accord avec l'idéal marxiste d'une cessation des classes sociales et d'un éventuel « dépérissement de l'État ». La plupart des membres du parti considéraient le traitement inégal des travailleurs comme immoral et étaient fidèles à l'idée d'une société complètement sans classes . Ce pamphlet montrait également que Lénine s'opposait à un autre groupe de réformateurs, appelés « économistes », qui étaient pour la réforme économique tout en laissant le gouvernement relativement inchangé et qui, selon Lénine, ne reconnaissaient pas l'importance d'unir la population ouvrière derrière la cause du parti. . [6]

2e Congrès du Parti

Lors du 2e congrès du RSDLP , qui s'est tenu à Bruxelles puis à Londres en août 1903, Lénine et Julius Martov étaient en désaccord sur les règles d'adhésion au parti. Lénine, qui était soutenu par Georgy Plekhanov , voulait limiter l'adhésion à ceux qui soutenaient le parti à plein temps et travaillaient dans l'obéissance totale à la direction élue du parti. Martov voulait étendre l'adhésion à toute personne « qui reconnaît le programme du Parti et le soutient par des moyens matériels et par une assistance personnelle régulière sous la direction d'une des organisations du parti ». [7]Lénine croyait que son plan développerait un noyau de révolutionnaires professionnels qui consacreraient leur temps et leur énergie à développer le parti en une organisation capable de mener une révolution prolétarienne réussie contre l' autocratie tsariste . [8] [9]

La base de membres actifs et expérimentés serait le terrain de recrutement de ce noyau professionnel. Les sympathisants seraient laissés à l'extérieur et le parti serait organisé sur la base du concept de centralisme démocratique . Martov, jusque-là un ami proche de Lénine, était d'accord avec lui pour que le noyau du parti soit constitué de révolutionnaires professionnels, mais il soutenait que l'adhésion au parti devrait être ouverte aux sympathisants, aux ouvriers révolutionnaires et aux autres compagnons de voyage. Les deux étaient en désaccord sur la question dès mars-mai 1903, mais ce n'est qu'au Congrès que leurs différences sont devenues irréconciliables et ont divisé le parti. [dix]Au début, le désaccord semblait mineur et inspiré par des conflits personnels. Par exemple, l'insistance de Lénine à retirer les membres moins actifs du comité de rédaction de l' Iskra ou le soutien de Martov au Comité d'organisation du Congrès auquel Lénine s'est opposé. Les différences se sont accrues et la scission est devenue irréparable.

Des troubles internes ont également surgi à propos de la structure politique la mieux adaptée au pouvoir soviétique . [11] Comme discuté dans Que faire ? , Lénine croyait fermement qu'une structure politique rigide était nécessaire pour lancer efficacement une révolution formelle. Cette idée s'est heurtée à l'opposition d'alliés autrefois proches, dont Martov, Plekhanov, Vera Zasulich , Léon Trotsky et Pavel Axelrod . [12] [ page nécessaire ] Plekhanov et le différend majeur de Lénine ont surgi en abordant le sujet de nationaliser la terre ou de la laisser pour un usage privé. Lénine voulait nationaliser pour aider à la collectivisation, alors que Plekhanov pensait que la motivation des travailleurs resterait plus élevée si les individus pouvaient entretenir leur propre propriété. Ceux qui s'opposaient à Lénine et voulaient continuer sur la voie du mode de production socialiste vers le socialisme complet et étaient en désaccord avec ses directives strictes d'adhésion au parti sont devenus connus sous le nom de "softs" tandis que les partisans de Lénine sont devenus connus comme "hards". [13]

Une partie du factionnalisme pourrait être attribuée à la croyance inébranlable de Lénine en sa propre opinion et à ce qui a été décrit par Plekhanov comme l'incapacité de Lénine à « porter des opinions contraires aux siennes » et à sa loyauté envers sa propre utopie auto-considérée . [14] Lénine a été vu même par les autres membres du parti comme étant si étroit d'esprit et incapable d'accepter la critique qu'il croyait que quiconque ne le suivait pas était son ennemi. [15] Trotsky, l'un des compagnons révolutionnaires de Lénine, a comparé Lénine en 1904 au révolutionnaire français Maximilien Robespierre . [15]

Étymologie de bolchevik et menchevik

Les deux factions du Parti ouvrier social-démocrate russe (RSDLP) étaient à l'origine connues comme dures (les partisans de Lénine) et douces (les partisans de Martov). Lors du vote du 2e Congrès, la faction de Lénine remporta des voix sur la majorité des questions importantes [16] et devint bientôt connue sous le nom de bolcheviks , du russe bolshinstvo , « majorité ». De même, le groupe de Martov est devenu connu sous le nom de Mencheviks , de menshinstvo , « minorité ». [17]Cependant, les partisans de Martov ont remporté le vote concernant la question de l'adhésion au parti, et ni Lénine ni Martov n'ont eu une majorité ferme tout au long du Congrès lorsque les délégués sont partis ou ont changé de camp. En fin de compte, le Congrès était divisé à parts égales entre les deux factions.

À partir de 1907, les articles de langue anglaise utilisaient parfois le terme maximaliste pour « bolchevique » et minimaliste pour « menchévique », ce qui s'est avéré déroutant car il y avait aussi une faction « maximaliste » au sein du Parti socialiste révolutionnaire russe en 1904-1906 (qui , après 1906, a formé une Union séparée des socialistes-révolutionnaires maximalistes ) puis à nouveau après 1917. [18]

Les bolcheviks sont finalement devenus le Parti communiste de l'Union soviétique . [d] Les bolcheviks, ou rouges , sont arrivés au pouvoir en Russie pendant la phase de révolution d'octobre de la révolution russe de 1917 et ont fondé la République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR). Les Rouges ayant vaincu les Blancs et d'autres pendant la guerre civile russe de 1917-1922, la RSFSR est devenue le principal constituant de l' Union soviétique (URSS) en décembre 1922.

Démographie des deux factions

Le membre moyen du parti était très jeune : en 1907, 22 % des bolcheviks avaient moins de 20 ans ; 37 % étaient âgés de 20 à 24 ans ; et 16 % étaient âgés de 25 à 29 ans. En 1905, 62 % des membres étaient des ouvriers industriels (3 % de la population en 1897). [19] [20] Vingt-deux pour cent des bolcheviks appartenaient à la petite noblesse (1,7% de la population totale) et 38% étaient des paysans déracinés ; contre 19 % et 26 % pour les mencheviks. En 1907, 78,3 % des bolcheviks étaient russes et 10 % juifs; contre 34 % et 20 % pour les mencheviks. Le nombre total de membres bolcheviques était de 8 400 en 1905, 13 000 en 1906 et 46 100 en 1907 ; contre 8 400, 18 000 et 38 200 pour les mencheviks. En 1910, les deux factions comptaient ensemble moins de 100 000 membres. [21]

Début de la Révolution de 1905 (1903-05)

Entre 1903 et 1904, les deux factions étaient en pleine mutation, de nombreux membres changeant de camp. Plekhanov, le fondateur du marxisme russe, qui s'était d'abord allié à Lénine et aux bolcheviks, s'était séparé d'eux en 1904. Trotsky a d'abord soutenu les mencheviks, mais les a quittés en septembre 1904 à cause de leur insistance sur une alliance avec les libéraux russes et leur opposition à une réconciliation avec Lénine et les bolcheviks. Il est resté un « social-démocrate sans faction » autoproclamé jusqu'en août 1917, [la citation nécessaire ] quand il a rejoint Lénine et les bolcheviks, car leurs positions ressemblaient aux siennes et il en est venu à croire que Lénine avait raison sur la question du parti.

Tous les membres du comité central du RSDLP sauf un ont été arrêtés à Moscou au début de 1905. Le membre restant, avec le pouvoir de nommer un nouveau comité, a été gagné par les bolcheviks. [22] Les lignes entre les bolcheviks et les mencheviks se sont durcies en avril 1905 lorsque les bolcheviks ont tenu une réunion réservée aux bolcheviks à Londres, qu'ils ont appelée le 3e Congrès du Parti . Les mencheviks organisèrent une conférence rivale et la scission fut ainsi finalisée.

Les bolcheviks ont joué un rôle relativement mineur dans la révolution de 1905 et étaient une minorité dans le soviet des députés ouvriers de Saint-Pétersbourg dirigé par Trotsky. Cependant, le soviet de Moscou , moins important, était dominé par les bolcheviks. Ces soviets sont devenus le modèle de ceux formés en 1917.

Mencheviks (1906-1907)

Au fur et à mesure que la révolution russe de 1905 progressait, les bolcheviks, les mencheviks et les petits partis sociaux-démocrates non russes opérant au sein de l' Empire russe ont tenté de se réunifier lors du 4e congrès du RSDLP tenu en avril 1906 à Folkets hus , Norra Bantorget , à Stockholm . Lorsque les mencheviks firent alliance avec le Bund juif , les bolcheviks se retrouvèrent en minorité.

Cependant, toutes les factions ont conservé leur structure de faction respective et les bolcheviks ont formé le Centre bolchevik , l' organe directeur de facto de la faction bolchevik au sein du RSDLP. Au 5e Congrès tenu à Londres en mai 1907, les bolcheviks étaient majoritaires, mais les deux factions ont continué à fonctionner la plupart du temps indépendamment l'une de l'autre.

Divisé entre Lénine et Bogdanov (1908-1910)

Les tensions existaient entre Lénine et Alexander Bogdanov d'aussi loin que 1904. Lénine était tombé avec Nikolai Valentinov après Valentinov l'avait présenté à Ernst Mach de Empiriocriticisme , un point de vue que Bogdanov avait exploré et en développement empiriomonisme . Ayant travaillé comme co-éditeur avec Plekhanov, sur Zarya , Lénine était venu d'accord avec le rejet de Valentinov de l'empiriomonisme de Bogdanov. [23]

Avec la défaite de la révolution à la mi-1907 et l'adoption d'une nouvelle loi électorale très restrictive, les bolcheviks ont commencé à débattre de l'opportunité de boycotter le nouveau parlement connu sous le nom de Troisième Douma . Lénine, Grigori Zinoviev , Lev Kamenev et d'autres ont plaidé pour une participation à la Douma tandis que Bogdanov, Anatoly Lunacharsky , Mikhail Pokrovsky et d'autres ont soutenu que la faction social-démocrate à la Douma devrait être rappelée. [24] Ces derniers sont devenus connus sous le nom de « rappelistes » ( russe : otzovists). Un groupe plus restreint au sein de la faction bolchevique a exigé que le Comité central du RSDLP donne à sa faction Douma parfois indisciplinée un ultimatum, exigeant une totale subordination à toutes les décisions du parti. Ce groupe est devenu connu sous le nom d'« ultimatistes » et était généralement allié aux rappelistes.

Avec la plupart des dirigeants bolcheviques soutenant Bogdanov ou indécis à la mi-1908 lorsque les différences sont devenues irréconciliables, Lénine s'est concentré sur saper la réputation de Bogdanov en tant que philosophe. En 1909, il publie un livre de critique cinglant intitulé Matérialisme et empiriocriticisme (1909), [25] attaquant la position de Bogdanov et l'accusant d' idéalisme philosophique . [26] En juin 1909, Bogdanov a proposé la formation d'Écoles du Parti en tant qu'Universités prolétariennes lors d'une mini-conférence bolchevique à Paris organisée par le comité de rédaction du magazine bolchevique Proletary . Cependant, cette proposition n'a pas été adoptée et Lénine a essayé d'expulser Bogdanov de la faction bolchevique. [27]Bogdanov a ensuite participé à la création de Vpered , qui a dirigé l' école du parti de Capri d'août à décembre 1909. [28]

Dernière tentative d'unité du parti (1910)

Les bolcheviks et les mencheviks étant affaiblis par les divisions dans leurs rangs et par la répression tsariste, les deux factions ont été tentées d'essayer de réunir le parti. En janvier 1910, les léninistes, les rappelistes et diverses factions mencheviks tinrent une réunion du comité central du parti à Paris. Kamenev et Zinoviev doutaient de l'idée ; mais sous la pression de bolcheviks conciliants comme Victor Nogin , ils étaient prêts à essayer.

L'une des raisons sous-jacentes qui a empêché toute réunification du parti était la police russe. La police a pu infiltrer les cercles intimes des deux parties en envoyant des espions qui ont ensuite rapporté les intentions et les hostilités de la partie adverse. [29] Cela a permis aux tensions de rester élevées entre les bolcheviks et les mencheviks et a contribué à empêcher leur union.

Lénine était fermement opposé à toute réunification, mais était mis en minorité au sein de la direction bolchevique. La réunion est parvenue à un accord de principe, et l'une de ses dispositions était de faire de la Pravda de Trotsky, basée à Vienne , un organe central financé par le parti. Kamenev, le beau-frère de Trotsky qui était avec les bolcheviks, a été ajouté au comité de rédaction ; mais les tentatives d'unification ont échoué en août 1910 lorsque Kamenev a démissionné du conseil d'administration au milieu de récriminations mutuelles .

Former un parti séparé (1912)

Léon Trotsky, Vladimir Lénine et Lev Kamenev

Les factions rompirent définitivement leurs relations en janvier 1912 après que les bolcheviks eurent organisé une conférence du parti à Prague réservée aux bolcheviks et expulsèrent officiellement les mencheviks et les rappelistes du parti. En conséquence, ils ont cessé d'être une faction du RSDLP et se sont plutôt déclarés un parti indépendant, appelé Parti ouvrier social-démocrate russe (bolcheviks) – ou RSDLP(b). Officieusement, le parti a été appelé le Parti bolchevique. Tout au long du 20ème siècle, le parti a adopté un certain nombre de noms différents. En 1918, le RSDLP(b) devint Parti communiste de toute la Russie (bolcheviks) et le resta jusqu'en 1925. De 1925 à 1952, le nom était Parti communiste de toute l'Union (bolcheviks) et de 1952 à 1991, le Parti communiste de l'Union soviétique. Syndicat.

Au fur et à mesure que la scission du parti devenait permanente, d'autres divisions sont devenues évidentes. L'une des différences les plus notables était la façon dont chaque faction a décidé de financer sa révolution. Les mencheviks décidèrent de financer leur révolution par les cotisations des membres tandis que Lénine recourait souvent à des mesures plus drastiques car il avait besoin d'un budget plus élevé. [30] L'une des méthodes courantes utilisées par les bolcheviks consistait à commettre des vols de banque, dont l'un, en 1907, a permis au parti de gagner plus de 250 000 roubles, ce qui équivaut à environ 125 000 $. [30]Les bolcheviks avaient constamment besoin d'argent parce que Lénine pratiquait ses convictions, exprimées dans ses écrits, que les révolutions doivent être menées par des individus qui consacrent toute leur vie à la cause. En compensation, il les a récompensés par des salaires pour leur sacrifice et leur dévouement. Cette mesure a été prise pour aider à garantir que les révolutionnaires restent concentrés sur leurs tâches et les motivent à accomplir leur travail. Lénine a également utilisé l'argent du parti pour imprimer et copier des brochures qui ont été distribuées dans les villes et lors de rassemblements politiques dans le but d'étendre leurs opérations. Les deux factions ont reçu des fonds grâce aux dons de riches partisans.

Les élections à l' Assemblée constituante russe ont eu lieu en novembre 1917 au cours desquelles les bolcheviks sont arrivés en deuxième position avec 23,9% des voix et ont dissous l'Assemblée en janvier 1918 [31]

D'autres différences dans les programmes des partis sont devenues évidentes à l' approche du début de la Première Guerre mondiale . Joseph Staline était particulièrement impatient du début de la guerre, espérant qu'elle se transformerait en une guerre entre les classes ou essentiellement en une guerre civile russe . [32] Ce désir de guerre était alimenté par la vision de Lénine selon laquelle les ouvriers et les paysans résisteraient à se joindre à l'effort de guerre et seraient donc plus obligés de rejoindre le mouvement socialiste. Par l'augmentation du soutien, la Russie serait alors contrainte de se retirer des puissances alliéesafin de résoudre son conflit interne. Malheureusement pour les bolcheviks, les hypothèses de Lénine étaient incorrectes. Malgré ses tentatives et celles du parti de pousser à une guerre civile en participant à deux conférences en 1915 et 1916 en Suisse, les bolcheviks étaient en minorité dans l'appel à un cessez-le-feu par l' armée impériale russe pendant la Première Guerre mondiale. [32]

Bien que la direction bolchevique ait décidé de former un parti séparé, convaincre les travailleurs pro-bolcheviques en Russie d'emboîter le pas s'est avéré difficile. Lors de la convocation de la première réunion de la Quatrième Douma à la fin de 1912, seul un député bolchevique sur six, Matvei Muranov (un autre, Roman Malinovsky , fut plus tard exposé comme agent de l' Okhrana ), vota le 15 décembre 1912 pour rompre avec le menchevik. faction au sein de la Douma. [33] La direction bolchevique a finalement prévalu et les bolcheviks ont formé leur propre faction Douma en septembre 1913.

Une dernière différence entre les bolcheviks et les mencheviks était à quel point le parti bolchevik était féroce et tenace pour atteindre ses objectifs, même si Lénine était disposé à se retirer des idéaux politiques s'il voyait la garantie de gains à long terme bénéficiant au parti. Cette pratique a été observée dans la tentative du parti de recruter des paysans et des ouvriers sans instruction en leur promettant à quel point la vie serait glorieuse après la révolution et en leur accordant des concessions temporaires. [30]

En 1918, le parti s'est rebaptisé Parti communiste russe (bolcheviks) à la suggestion de Lénine. En 1925, cela a été changé en Parti communiste de toute l'Union (bolcheviks). Au 19e Congrès du Parti en 1952, le Parti a été rebaptisé Parti communiste de l'Union soviétique à la suggestion de Staline.

Groupes non-russes/soviétiques ayant utilisé le nom « bolchevique »

Utilisation péjorative de « bolchevique »

"A bas le bolchevisme. Le bolchevisme apporte la guerre et la destruction, la faim et la mort", propagande allemande anti-bolchevique , 1919

Bolo était une expression péjorative pour les bolcheviks utilisée par le personnel militaire britannique du Corps expéditionnaire de la Russie du Nord qui est intervenu contre l' Armée rouge pendant la guerre civile russe. [34] Adolf Hitler , Joseph Goebbels et d'autres dirigeants nazis l'ont utilisé en référence au mouvement politique mondial coordonné par le Komintern . [35]

Pendant la guerre froide au Royaume-Uni, les dirigeants syndicaux et autres gauchistes étaient parfois décrits avec dérision comme des bolchis . L'usage est à peu près équivalent au terme « commie », « Red » ou « pinko » aux États-Unis au cours de la même période. Le terme Bolshie est devenu plus tard un terme d'argot pour toute personne rebelle, agressive ou truculente. [36]

Voir aussi

Remarques

  1. ^ Russe : большевики, большевик (singulier) , romanisébolchevik, bolchevik ; dérivé de bol'shinstvo (большинство), "majorité", signifiant littéralement "l'un de la majorité". [1]
  2. ^ À la fois synonyme de « bolchevique » et partisan de la politique bolchevique. [3]
  3. ^ Dérivé de men'shinstvo (меньшинство), "minorité", qui vient de men'she (меньше), "moins". La scission s'est produite lors du 2e Congrès du Parti ouvrier social-démocrate russe en 1903.
  4. ^ Après la scission, le parti bolchevik a été désigné comme RSDLP(b) (russe : РСДРП(б)), où « b » signifie « bolcheviks ». Peu de temps après son arrivée au pouvoir en novembre 1917, le parti a changé son nom en Parti communiste russe (bolcheviks) (РКП(б)) et était généralement connu sous le nom de Parti communiste après cette date. Cependant, ce n'est qu'en 1952 que le parti a officiellement supprimé le mot « bolchevique » de son nom. Voir l'article du Congrès du Parti communiste de l'Union soviétique pour la chronologie des changements de nom.

Références

  1. ^ "Les bolcheviks saisissent les bâtiments de l'État, défiant Kerensky" . Le New York Times . 7 novembre 1917. Archivé de l'original le 21 avril 2017 . Consulté le 22 décembre 2013 .
  2. ^ "Большевистский", Dictionnaire explicatif de la langue russe d'Ouchakov.
  3. ^ "Bolcheviste" , Dictionnaire , Dictionary.reference.com
  4. ^ Suny, Ronald Grigor (1998). L'expérience soviétique . Londres : Oxford University Press. p. 57 . ISBN 978-0-19-508105-3.
  5. ^ un b Pipes 1995 , p. 106.
  6. ^ Tuyaux 1995 , p. 21-30.
  7. ^ Service, Robert (2010). Lénine : une biographie . Londres : Pan. p. 154. ISBN 978-0-33051838-3.
  8. ^ Tuyaux, Richard (1990). "Chapitre 9: Lénine et les origines du bolchevisme". La Révolution russe . New York : Livres d'époque.
  9. ^ Figes, Orlando (2014). "Chapitre 1 : Le Début". Russie révolutionnaire, 1891-1991 : une histoire . New York : Livres métropolitains.
  10. ^ Getzler, Israël (2003) [1967], Martov : Une biographie politique d'un social-démocrate russe , Cambridge University Press, p. 78, ISBN 0-521-52602-7.
  11. ^ Staline, Joseph. "Histoire du Parti communiste de l'Union soviétique (bolcheviks)" . www.marxists.org . Archivé de l'original le 15 juillet 2018 . Récupéré le 3 mai 2018 .
  12. ^ Tucker 1975 .
  13. ^ Tucker 1975 , p. xxxviii.
  14. ^ Shub 1976 , p. 76.
  15. ^ un b Pipes 1995 , p. 104.
  16. ^ Shub 1976 , p. 81.
  17. ^ Wilson, Edmond (1977). Vers la gare de Finlande . Londres : Fontana. p. 402. ISBN 0-00-632420-7.
  18. ^ Antonelli, Étienne. 1920. La Russie bolchevique , traduit par CA Carroll. AA Knopf . p. 59 : « le terme « maximaliste » assez largement utilisé comme traduction de « bolchevique » est historiquement faux. »
  19. ^ Ascher, Abraham, La Révolution de 1905 , p. 4.
  20. ^ Cliff, Tony, Lénine et le Parti révolutionnaire , p. 37.
  21. ^ Pipes, Richard, La révolution russe , pp. 364-5.
  22. ^ McDaniel, Tim, Autocratie, capitalisme et révolution en Russie , p. 246.
  23. ^ Biggart, John (1989). Alexander Bogdanov, gauche-bolchevisme et le Proletkult 1904-1932 . Norwich : Université d'East Angla. ASIN B001ON1IY4 . 
  24. ^ Wolfe, Bertram D. (1966). Trois qui ont fait une révolution . Londres : Pingouin. p. 410. ISBN 0-14-020783-X.
  25. ^ Materialism & Empiriocriticism , Moscou: Zveno Publishers, mai 1909, archivé à partir de l'original le 18 janvier 2006 , récupéré le 25 mars 2006.
  26. ^ Woods, Alan (1999), « Troisième partie : La période de réaction » , Bolchevisme : La route de la révolution , Wellred, ISBN 1-900007-05-3, archivé à partir de l' original le 29 avril 2006 , récupéré le 25 mars 2006.
  27. ^ Daniels, Robert V, éd. (1993), Une histoire documentaire du communisme en Russie , UPNE, p. 33, ISBN 0-87451-616-1.
  28. ^ Marot, John Eric (juillet 1990). "Alexander Bogdanov, Vpered, et le rôle de l'intellectuel dans le mouvement ouvrier". Revue russe . Blackwell. 49 (3 (Numéro spécial sur Alexander Bogdanov)) : 241–64. doi : 10.2307/130152 . JSTOR 130152 . 
  29. ^ Tuyaux 1995 , p. 109.
  30. ^ A b c Pipes 1995 , p. 108.
  31. ^ ORT-Ginzbourg (2003). "L'Assemblée Constituante" . Les Juifs de Saint-Pétersbourg : trois siècles d'histoire . Archivé de l'original le 10 mai 2018.
  32. ^ un b Pipes 1995 , p. 111.
  33. ^ McKean, Robert B (1990), Saint-Pétersbourg entre les révolutions : ouvriers et révolutionnaires, juin 1907 – février 1917 , New Haven : Yale University Press , pp. 140-1.
  34. ^ "Force expéditionnaire de la Russie du Nord 1919, Scrapbook Diary, Photographs, Mementoes" , Naval History , récupéré le 14 juin 2012.
  35. ^ Collins Mini Dictionnaire , 1998.
  36. ^ "bolchie" . Le dictionnaire gratuit . Archivé de l'original le 8 mars 2014 . Consulté le 8 mars 2014 .

Sources

Liens externes