diffamation de sang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Statue de Simon de Trente , un enfant italien dont la disparition et la mort ont été imputées aux dirigeants de la communauté juive de la ville

La diffamation de sang ou la diffamation de meurtre rituel (également accusation de sang ) [1] [2] est un canard antisémite [3] [4] [5] qui accuse faussement les Juifs d'avoir assassiné des enfants chrétiens (ou d'autres gentils ) afin d'utiliser leur sang dans l'accomplissement de rituels religieux . [1] [2] [6] Historiquement, faisant écho aux mythes très anciens des pratiques cultuelles secrètes dans de nombreuses sociétés préhistoriques , la revendication telle qu'elle est portée contre les Juifs, était rarement attestée dans l' Antiquité. Il était cependant fréquemment attaché aux premières communautés de chrétiens de l' Empire romain , réapparaissant comme une accusation chrétienne contre les Juifs à l' époque médiévale . [7] [8] Cette diffamation — à côté de celles d' empoisonnement de puits et de profanation d'hôte — est devenue un thème majeur de la persécution des Juifs en Europe de cette période à nos jours. [4]

Les diffamations de sang prétendent généralement que les Juifs ont besoin de sang humain pour la cuisson des matzos , un pain plat sans levain qui est mangé pendant la Pâque , bien que cet élément de l'accusation aurait été absent des premières diffamations de sang dans lesquelles les Juifs de l'époque étaient accusés de reconstituer la crucifixion. . Les accusations affirment souvent que le sang des enfants chrétiens est particulièrement convoité, et historiquement, des allégations de diffamation de sang ont été faites afin d'expliquer la mort d'enfants par ailleurs inexpliquée. Dans certains cas, les victimes présumées de sacrifices humains sont devenues vénérées comme des martyrs chrétiens . Trois d'entre eux – Guillaume de Norwich ,Le petit Saint Hugues de Lincoln et Simon de Trente sont  devenus des objets de culte et de vénération locaux ; et bien qu'il n'ait jamais été canonisé, la vénération de Simon a été ajoutée au calendrier général romain . Un enfant qui aurait été assassiné par des Juifs, Gabriel de Białystok , a été canonisé par l' Église orthodoxe russe .

Dans la tradition juive , les diffamations sanglantes ont été à l'origine de la rédaction du Golem de Prague par le rabbin Judah Loew ben Bezalel au XVIe siècle. [9] D'après Walter Laqueur :

Au total, il y a eu environ 150 cas de diffamation de sang (sans parler des milliers de rumeurs) qui ont abouti à l'arrestation et au meurtre de Juifs à travers l' histoire , la plupart d'entre eux au Moyen Âge . Dans presque tous les cas, des Juifs ont été assassinés , parfois par une foule , parfois à la suite de tortures et d'un procès. [dix]

Le terme « diffamation de sang » a également été utilisé en référence à toute fausse accusation désagréable ou préjudiciable , et par conséquent, il a acquis un sens métaphorique plus large. Cependant, cette utilisation plus large du terme reste controversée, car les groupes juifs s'y opposent. [11] [12] [13]

Histoire

On dit que les premières versions des accusations impliquant des Juifs crucifiant des enfants chrétiens à Pâques / Pâque sont dues à une prophétie. Il n'y a aucune référence à l'utilisation de sang dans du pain azyme sans levain, qui évolue plus tard comme une motivation majeure du crime. [14]

Précurseurs possibles

Le premier exemple connu d'une diffamation de sang est d'un certain Démocrite (pas le philosophe ) seulement mentionné par le Suda , [15] qui a allégué que « tous les sept ans, les Juifs capturaient un étranger, l'amenaient au temple de Jérusalem et sacrifiaient lui, coupant sa chair en morceaux." [16] L'auteur gréco-égyptien Apion a affirmé que les Juifs sacrifiaient des victimes grecques dans leur temple . Cette accusation est connue par la réfutation de Josèphe dans Contre Apion . Apion déclare que lorsque Antiochus Epiphaneentré dans le temple de Jérusalem, il a découvert un captif grec, qui lui a dit qu'il était engraissé pour le sacrifice. Chaque année, affirmait Apion, les Juifs sacrifiaient un Grec et consommaient sa chair, jurant en même temps une haine éternelle envers les Grecs. [17] L'affirmation d'Apion répète probablement des idées déjà en circulation parce que des affirmations similaires sont faites par Posidonius et Apollonius Molon au 1er siècle avant notre ère. [18] Un autre exemple concerne le meurtre d'un garçon chrétien par un groupe de jeunes juifs. Socrate Scholastique ( fl.5ème siècle) a rapporté que certains Juifs, dans une ivresse ivre, ont lié un enfant chrétien à une croix en parodie de la mort du Christ et l'ont flagellé jusqu'à sa mort. [19]

Le professeur Israel Jacob Yuval de l' Université hébraïque de Jérusalem a publié un article en 1993 qui soutient que la diffamation de sang peut avoir son origine au 12ème siècle à partir des vues chrétiennes du comportement juif pendant la première croisade . Certains Juifs se sont suicidés et ont tué leurs propres enfants plutôt que d'être soumis à des conversions forcées. Yuval a enquêté sur les rapports chrétiens de ces événements et a déclaré qu'ils étaient considérablement déformés, affirmant que, si les Juifs pouvaient tuer leurs propres enfants, ils pourraient également tuer les enfants des chrétiens. Yuval rejette l'histoire de la diffamation sanglante comme un fantasme de certains chrétiens qui ne pouvait contenir aucun élément de vérité en raison de la nature précaire de l'existence de la minorité juive dans l'Europe chrétienne. [20] [21]

Origines en Angleterre

La crucifixion de Guillaume de Norwich représentée sur un jubé dans l'église Holy Trinity, Loddon , Norfolk

En Angleterre en 1144, les Juifs de Norwich ont été faussement accusés de meurtre rituel après qu'un garçon, Guillaume de Norwich , a été retrouvé mort avec des coups de couteau dans les bois. L'hagiographe de Guillaume, Thomas de Monmouth , a faussement affirmé qu'il y a chaque année un conseil international des Juifs au cours duquel ils choisissent le pays dans lequel un enfant sera tué à Pâques, à cause d'une prophétie juive qui déclare que le meurtre d'un enfant chrétien chaque année garantira que les Juifs seront ramenés en Terre Sainte. En 1144, l'Angleterre a été choisie et les dirigeants de la communauté juive ont délégué les Juifs de Norwich pour effectuer le meurtre. Ils ont ensuite enlevé et crucifié Guillaume. [22]La légende a été transformée en culte, William acquérant le statut de martyr et les pèlerins apportant des offrandes à l'église locale. [23]

Cela a été suivi par des accusations similaires à Gloucester (1168) , Bury St Edmunds (1181) et Bristol (1183). En 1189, la députation juive assistant au couronnement de Richard Cœur de Lion est attaquée par la foule. Des massacres de Juifs à Londres et à York suivirent bientôt. En 1190, le 16 mars, 150 Juifs furent attaqués à York puis massacrés lorsqu'ils se réfugièrent dans le château royal, où se dresse maintenant la tour Clifford, certains se suicidant plutôt que d'être emmenés par la foule. [24] Les restes de 17 corps jetés dans un puits à Norwich entre le 12ème et 13ème siècle (cinq qui ont été montrées par tests d' ADN susceptibles d'être membres d'une même famille juive) ont été très probablement tués dans le cadre d'un de ces pogromes.[25]

Après la mort du Petit Saint Hugues de Lincoln , il y eut des procès et des exécutions de Juifs. [26] Le cas est mentionné par Matthew Paris et Chaucer , et est ainsi devenu bien connu. Sa notoriété est née de l'intervention de la Couronne, la première fois qu'une accusation de meurtre rituel avait reçu une crédibilité royale.

Hugh, huit ans, a disparu à Lincoln le 31 juillet 1255. Son corps a probablement été découvert le 29 août, dans un puits. Un Juif nommé Copin ou Koppin a avoué son implication. Il se confessa à Jean de Lexington , serviteur de la couronne et parent de l'évêque de Lincoln. Il avoua que le garçon avait été crucifié par les Juifs, qui s'étaient rassemblés à Lincoln dans ce but. Le roi Henri III , qui avait atteint Lincoln au début d'octobre, fit exécuter Copin et 91 des Juifs de Lincoln saisis et envoyés jusqu'à Londres, où 18 d'entre eux furent exécutés. Les autres furent graciés sur l'intercession des Franciscains ou des Dominicains. [27] En quelques décennies, les Juifs seraient expulsés de toute l'Angleterre en 1290 et ne fut autorisé à revenir qu'en 1657.

Europe continentale

La diffamation de sang de Simon de Trent . Illustration dans la Weltchronik de Hartmann Schedel, 1493

Tout comme la diffamation de sang en Angleterre, l'histoire de la diffamation de sang en Europe continentale consiste en des allégations non fondées concernant les cadavres d'enfants chrétiens. Il y avait fréquemment des événements surnaturels associés spéculés sur ces découvertes et ces cadavres, événements qui étaient souvent attribués par les contemporains à des miracles. De plus, tout comme en Angleterre, ces accusations en Europe continentale ont généralement abouti à l'exécution de nombreux Juifs - parfois même de tous, ou presque, les Juifs d'une même ville. Ces accusations et leurs effets ont également, dans certains cas, conduit à des ingérences royales au nom des Juifs.

L'histoire de Thomas de Monmouth de la réunion juive annuelle pour décider quelle communauté locale tuerait un enfant chrétien s'est également rapidement propagée sur le continent. Une première version apparaît dans Bonum Universale de Apibus ii. 29, § 23, par Thomas de Cantimpré (monastère près de Cambray). Thomas a écrit, vers 1260, « Il est tout à fait certain que les Juifs de chaque province décident chaque année par tirage au sort quelle congrégation ou ville doit envoyer du sang chrétien aux autres congrégations. » Thomas de Cantimpré croyait aussi que depuis le temps où les Juifs criaient à Ponce Pilate : « Que son sang soit sur nous et sur nos enfants » ( Matthieu 27 :25 ), ils étaient atteints d'hémorragies, une condition assimilée aux menstruations masculines. : [28]

Un Juif très savant, qui de nos jours s'est converti à la foi (chrétienne), nous apprend qu'un homme jouissant de la réputation d'un prophète parmi eux, vers la fin de sa vie, fit la prédiction suivante : « Soyez assurés que le soulagement de cette maladie secrète, à laquelle vous êtes exposé, ne peut être obtenue que par le sang chrétien (" solo sanguine Christiano "). Cette suggestion a été suivie par les Juifs toujours aveugles et impies, qui ont institué la coutume de verser annuellement le sang chrétien dans chaque province, afin qu'ils puissent se remettre de leur maladie.

Thomas a ajouté que les Juifs avaient mal compris les paroles de leur prophète, qui par son expression « solo sanguine Christiano » avait signifié non le sang d'un chrétien, mais celui de Jésus – le seul vrai remède à toutes les souffrances physiques et spirituelles. Thomas n'a pas mentionné le nom du prosélyte « très savant », mais il se peut que ce soit Nicolas Donin de La Rochelle , qui, en 1240, eut une dispute sur le Talmud avec Yechiel de Paris, et qui en 1242 fit brûler de nombreux manuscrits talmudiques à Paris. On sait que Thomas connaissait personnellement Nicolas. Nicholas Donin et un autre juif converti, Theobald de Cambridge, sont largement crédités de l'adoption et de la croyance du mythe de la diffamation sanglante en Europe. [29]

Le premier cas connu en dehors de l'Angleterre était à Blois , en France, en 1171. C'était le site d'une accusation de diffamation sanglante contre l'ensemble de la communauté juive de la ville qui a conduit à environ 31 à 33 Juifs (avec 17 femmes composant ce total [30] ) [31] [32] étant brûlé à mort. [33] [34] le 29 mai de cette année-là, ou le 20 Sivan de 4931. [31] L' attentat à la pudeur tournait autour de R. Isaac, un juif dont un serviteur chrétien rapportait avoir déposé un chrétien assassiné dans la Loire . [35]Le corps de l'enfant n'a jamais été retrouvé. Le comte fit arrêter une quarantaine de Juifs adultes de Blois et ils devaient finalement être brûlés. Les membres survivants de la communauté juive de Blois, ainsi que les textes sacrés survivants, ont été rachetés. À la suite de cette affaire, les Juifs ont obtenu de nouvelles promesses du roi. Les corps brûlés des Juifs condamnés auraient été maintenus sans tache grâce à l'incendie, une affirmation qui est un miracle bien connu, un mythe martyr pour les Juifs et les Chrétiens. [35] Il existe des sources primaires importantes de cette affaire, y compris une lettre révélant des démarches pour la protection des Juifs avec le roi Louis VII . [36] En réponse à l'exécution de masse, le 20 Sivan a été déclaré jour de jeûne par Rabbenu Tam . [30] En l'occurrence à Blois, il n'y avait pas encore le mythe proclamé que les juifs avaient besoin du sang des chrétiens. [30]

Peinture de Werner d'Oberwesel en martyr

En 1235, après que les cadavres de cinq garçons aient été retrouvés le jour de Noël à Fulda , les habitants de la ville ont affirmé que les Juifs les avaient tués pour consommer leur sang et ont brûlé 34 Juifs à mort avec l'aide des croisés rassemblés à l'époque. Même si l'empereur Frédéric II a blanchi les Juifs de tout acte répréhensible après une enquête, les accusations de diffamation de sang ont persisté en Allemagne. [37] [38] A Pforzheim , Baden , en 1267, une femme aurait vendu une fille à des Juifs qui, selon le mythe, l'ont ensuite ouverte et jetée dans l' EnzRivière, où les bateliers l'ont trouvée; la fille cria vengeance, puis mourut. Le corps aurait saigné lorsque les Juifs y furent amenés. La femme et les Juifs auraient avoué et auraient été tués par la suite. [39] Qu'une exécution judiciaire a été sommairement commise à la suite de l'accusation est évident de la manière dont le "Memorbuch" de Nuremberg et les poèmes synagogal se réfèrent à l'incident. [40]

En 1270, à Weissenburg , en Alsace , [41] un prétendu miracle décida seul l'accusation contre les Juifs. Le corps d'un enfant était apparu dans la rivière Lauter ; il a été affirmé que les Juifs avaient incisé l'enfant pour obtenir son sang et que l'enfant avait continué à saigner pendant cinq jours. [41]

À Oberwesel, près de Pâques de 1287, [42] de prétendus miracles constituaient à nouveau la seule preuve contre les Juifs. Dans ce cas, il a été affirmé que le cadavre de Werner d'Oberwesel, 16 ans, (également appelé "Bon Werner") avait atterri à Bacharach et que le corps avait fait des miracles, en particulier des miracles médicinaux. [43] La lumière aurait également été émise par le corps. [44] Selon les témoignages, l'enfant a été suspendu la tête en bas, forcé de vomir l'hôte et a été ouvert. [43]En conséquence, les Juifs d'Oberwesel et de nombreuses autres localités voisines ont été sévèrement persécutés au cours des années 1286-89. Les Juifs d'Oberwesel étaient particulièrement visés car il ne restait plus de Juifs à Bacharach suite à un pogrom de 1283. De plus, des pogroms ont suivi cette affaire également à Oberwesel et dans ses environs. [45] Rodolphe de Habsbourg , à qui les Juifs avaient demandé la protection, afin de gérer l'histoire du miracle, fit déclarer l'archevêque de Mayence qu'un grand tort avait été fait au Juif. Cette apparente déclaration était d'une efficacité très limitée. [45]

Une déclaration a été faite, dans la Chronique de Konrad Justinger de 1423, qu'à Berne en 1293 [46] ou 1294, les Juifs ont torturé et assassiné un garçon appelé Rudolph (parfois aussi appelé Rudolph, Ruff ou Ruof). Le corps aurait été retrouvé par la maison de Jöly, un juif. La communauté juive était alors impliquée. Les sanctions imposées aux Juifs comprenaient la torture, l'exécution, l'expulsion et de lourdes amendes financières. Justinger a soutenu que les Juifs voulaient nuire au christianisme. [46] L'impossibilité historique [ clarification nécessaire ] de cette histoire largement créditée a été démontrée par Jakob Stammler, pasteur de Berne, en 1888. [47]

Plusieurs explications ont été avancées pour expliquer pourquoi ces accusations de diffamation de sang ont été portées et perpétuées. Par exemple, il a été avancé que le récit de Thomas de Monmouth et d'autres fausses accusations similaires, ainsi que leur perpétuation, étaient en grande partie liés aux intérêts économiques et politiques des dirigeants qui, en fait, ont perpétué ces mythes. [48] De plus, on croyait largement en Europe que les Juifs utilisaient le sang chrétien à des fins médicinales et autres. [49] Malgré la nature mythique et non fondée de ces affirmations, ainsi que leurs sources, elles ont manifestement eu un impact matériel sur les communautés dans lesquelles elles se sont produites, y compris les populations juives et non juives.

Renaissance et baroque

D'après une eau-forte du XVIIIe siècle de Brückenturm. Ci - dessus : Le corps assassiné de Simon de Trente. Ci - dessous : La " Judensau "

Simon de Trente , âgé de deux ans, a disparu en 1475, et son père a allégué qu'il avait été kidnappé et assassiné par la communauté juive locale. Quinze Juifs locaux ont été condamnés à mort et brûlés. Simon était considéré localement comme un saint, bien qu'il n'ait jamais été canonisé par l'église de Rome. Il a été retiré du martyre romain en 1965 par le pape Paul VI .

Christophe de Tolède, également connu sous le nom de Christophe de La Guardia ou « le Saint Enfant de La Guardia », était un garçonnet chrétien de quatre ans qui aurait été assassiné en 1490 par deux Juifs et trois conversos (convertis au christianisme). Au total, huit hommes ont été exécutés. On pense maintenant [50] que cette affaire a été construite par l' Inquisition espagnole pour faciliter l' expulsion des Juifs d'Espagne .

Dans une affaire à Tyrnau (Nagyszombat, aujourd'hui Trnava , Slovaquie ), l'absurdité, voire l'impossibilité, des déclarations forcées par la torture des femmes et des enfants montre que l'accusé a préféré la mort comme moyen d'échapper à la torture, et a admis tout ce qui leur a été demandé. Ils disaient même que les hommes juifs avaient leurs règles et que ces derniers pratiquaient donc la consommation de sang chrétien comme remède. [51]

A Bösing (Bazin, aujourd'hui Pezinok , Slovaquie ), il a été accusé qu'un garçon de neuf ans avait été saigné à mort, subissant de cruelles tortures ; trente Juifs ont avoué le crime et ont été publiquement brûlés. Les faits réels de l'affaire ont été divulgués plus tard lorsque l'enfant a été retrouvé vivant à Vienne. Il y avait été emmené par l'accusateur, le comte Loup de Bazin, pour se débarrasser de ses créanciers juifs de Bazin. [52] [53]

Fresque de l'église St Paul à Sandomierz , Pologne, illustrant la diffamation de sang

À Rinn , près d' Innsbruck , un garçon nommé Andreas Oxner (également connu sous le nom d'Anderl von Rinn) aurait été acheté par des marchands juifs et cruellement assassiné par eux dans une forêt près de la ville, son sang étant soigneusement recueilli dans des récipients. L'accusation de prélèvement de sang (sans meurtre) n'a été portée qu'au début du XVIIe siècle lorsque le culte a été fondé. L'inscription plus ancienne de l'église de Rinn, datant de 1575, est déformée par des ornements fabuleux - par exemple, que l'argent payé pour le garçon à son parrain s'est transformé en feuilles et qu'un lis a fleuri sur sa tombe. Le culte a continué jusqu'à ce qu'il soit officiellement interdit en 1994, par l'évêque d'Innsbruck. [54]

Le 17 janvier 1670, Raphaël Lévy , membre de la communauté juive de Metz , est exécuté pour meurtre rituel d'un enfant de paysan disparu dans les bois à l'extérieur du village de Glatigny le 25 septembre 1669, la veille de Roch Hachana. . [55]

19ème siècle

L'un des saints-enfants de l' Église orthodoxe russe est le garçon de six ans Gavriil Belostoksky du village de Zverki . Selon la légende soutenue par l'église, le garçon a été kidnappé à son domicile pendant la fête de Pessah alors que ses parents étaient absents. Shutko, qui était un juif de Białystok , a été accusé d'avoir amené le garçon à Białystok, de l'avoir percé avec des objets tranchants et de lui avoir fait couler le sang pendant neuf jours, puis de ramener le corps à Zverki et de le jeter dans un champ local. Un culte se développe, et le garçon est canonisé en 1820. Ses reliques font toujours l'objet de pèlerinage. Le jour de la Toussaint, le 27 juillet 1997, la télévision d'État biélorusse a diffusé un film affirmant que l'histoire est vraie. [56] La renaissance de la secte en Biélorussie a été citée comme une expression dangereuse d'antisémitisme dans les rapports internationaux sur les droits de l'homme et les libertés religieuses [57] [58] [59] [60] [61] qui ont été transmis au HCR . [62]

  • 1823-1835 diffamation sanglante de Velizh : après qu'un enfant chrétien a été retrouvé assassiné à l'extérieur de cette petite ville russe en 1823, les accusations d'une prostituée ivre ont conduit à l'emprisonnement de nombreux Juifs locaux. Certains n'ont été libérés qu'en 1835. [63]
  • 1840 Affaire Damas : En février, à Damas, un moine catholique nommé Père Thomas et son serviteur disparaissent. L'accusation de meurtre rituel a été portée contre des membres de la communauté juive de Damas.
  • 1840 diffamation sanglante à Rhodes : Les Juifs de Rhodes , sous l' Empire ottoman , sont accusés du meurtre d'un garçon chrétien grec . La diffamation a été soutenue par le gouverneur local et les consuls européens en poste à Rhodes. Plusieurs Juifs ont été arrêtés et torturés, et tout le quartier juif a été bloqué pendant douze jours. Une enquête menée par le gouvernement central ottoman a conclu que les Juifs étaient innocents.
  • En 1844, David Paul Drach , fils du grand rabbin de Paris et converti au christianisme, écrivit dans son livre De L'harmonie Entre L'église et la Synagogue , qu'un prêtre catholique de Damas avait été rituellement tué et le meurtre couvert par des juifs puissants en Europe ; se référant à l'affaire de Damas de 1840 [Voir ci-dessus]
  • En mars 1879, dix hommes juifs d'un village de montagne ont été emmenés à Kutaisi , en Géorgie, pour être jugés pour l'enlèvement et le meurtre présumés d'une jeune chrétienne. L'affaire a attiré beaucoup d'attention en Russie (dont la Géorgie faisait alors partie): « Bien que les périodiques aussi divers en tendance comme Herald de l' Europe et Saint - Pétersbourg Avertissements ont exprimé leur étonnement que le préjugé médiéval aurait dû trouver une place dans le système judiciaire moderne d'un État civilisé, le New Times faisait sombrement allusion à d'étranges sectes juives aux pratiques inconnues." [64] Le procès s'est soldé par un acquittement et l'orientaliste Daniel Chwolson a publié une réfutation de la diffamation de sang.
  • 1882 diffamation sanglante de Tiszaeszlár : Les Juifs du village de Tiszaeszlár , en Hongrie, sont accusés du meurtre rituel d'une jeune chrétienne de quatorze ans, Eszter Solymosi. L'affaire a été l'une des principales causes de la montée de l'antisémitisme dans le pays. Les accusés ont finalement été acquittés.
  • En 1899 Affaire Hilsner : Léopold Hilsner, vagabond juif tchèque , est accusé du meurtre d'une chrétienne de dix-neuf ans, Anežka Hrůzová, d'une entaille à la gorge. Malgré l'absurdité de l'accusation et le caractère relativement progressiste de la société en Autriche-Hongrie , Hilsner a été reconnu coupable et condamné à mort. Il a ensuite été reconnu coupable d'un autre meurtre non résolu, impliquant également une femme chrétienne. En 1901, la peine est commuée en réclusion à perpétuité. Tomáš Masaryk , un éminent professeur de philosophie austro-tchèque et futur président de la Tchécoslovaquie , a dirigé la défense de Hilsner. Il a ensuite été blâmé par les médias tchèques à cause de cela. En mars 1918, Hilsner est gracié par l'empereur d'AutricheCharles Ier . Il n'a jamais été innocenté et les vrais coupables n'ont jamais été trouvés.

20e siècle et au-delà

  • Le pogrom de Kichinev en 1903 , une révolte anti-juive, a commencé lorsqu'un journal antisémite a écrit qu'un garçon russe chrétien, Mikhail Rybachenko, avait été retrouvé assassiné dans la ville de Dubossary , alléguant que les Juifs l'avaient tué afin d'utiliser le sang dans préparation de pain azyme. Environ 49 Juifs ont été tués et des centaines ont été blessés, avec plus de 700 maisons pillées et détruites.
  • Dans le calomnie sanglant de Shiraz en 1910 , les Juifs de Shiraz , en Iran , ont été faussement accusés du meurtre d'une jeune musulmane. Tout le quartier juif a été pillé ; le pogrom a fait 12 morts parmi les Juifs et une cinquantaine de blessés. [65]
Dépliant antisémite à Kiev , 1915 : "Chrétiens, prenez soin de vos enfants !!! Ce sera la Pâque juive le 17 mars."
  • À Kiev , un directeur d'usine juif, Menahem Mendel Beilis , a été accusé d'avoir assassiné Andrei Yushchinsky , un enfant chrétien, et d'avoir utilisé son sang pour fabriquer des matzos . Il a été acquitté par un jury entièrement chrétien après un procès sensationnel en 1913. [66]
  • En 1928, les Juifs de Massena , New York, ont été faussement accusés d'avoir kidnappé et tué une fille chrétienne dans l'accusation de meurtre contre Massena .
  • Les juifs étaient fréquemment accusés du meurtre rituel de chrétiens pour leur sang dans Der Stürmer , un journal antisémite publié dans l'Allemagne nazie . Le tristement célèbre numéro de mai 1934 du journal fut par la suite interdit par les autorités nazies, car il alla jusqu'à comparer le prétendu meurtre rituel juif avec le rite chrétien de la communion . [67]
  • En 1938, l'homme politique et vétérinaire fasciste britannique Arnold Leese publia une brochure antisémite pour la défense de la diffamation sanglante qu'il intitula My Irrelevant Defence : Meditations inside Gaol and Out on Jewish Ritual Murder .
  • Les violences antijuives de 1944-1946 en Pologne , qui, selon certaines estimations, ont tué jusqu'à 1 000 à 2 000 Juifs (237 cas documentés) [68] impliquaient, entre autres éléments, des accusations de diffamation sanglante, en particulier dans le cas du 1946 Pogrom de Kielce .
  • Le roi Fayçal d' Arabie saoudite (r. 1964-1975) a porté des accusations contre les Juifs parisiens sous la forme d'une diffamation sanglante. [69]
  • La Matsa de Sion a été écrite par le ministre syrien de la Défense , Mustafa Tlass en 1986. Le livre se concentre sur deux questions : les nouvelles accusations de meurtre rituel contre les Juifs dans l' affaire de Damas de 1840, et les Protocoles des Sages de Sion . [70] Le livre a été cité lors d'une conférence des Nations Unies en 1991 par un délégué syrien. Le 21 octobre 2002, le journal arabe basé à Londres Al-Hayat a rapporté que le livre La Matsa de Sion en était à sa huitième réimpression et qu'il était également en cours de traduction en anglais, français et italien. [ citation nécessaire ]Le cinéaste égyptien Munir Radhi a annoncé son intention d'adapter le livre au cinéma. [71]
  • En 2003, une société cinématographique privée syrienne a créé une série télévisée en 29 parties Ash-Shatat ("La Diaspora"). Cette série a été initialement diffusée au Liban fin 2003 et a ensuite été diffusée par Al-Manar , un réseau de télévision par satellite appartenant au Hezbollah . Cette série télévisée, basée sur le faux antisémite Les Protocoles des sages de Sion , montre le peuple juif s'engageant dans une conspiration pour gouverner le monde, et elle présente également les juifs comme des personnes qui assassinent les enfants des chrétiens, drainent leur sang et utilisent il pour faire cuire la matsa . [ citation nécessaire ]
  • Début janvier 2005, une vingtaine de membres de la Douma d'Etat russe ont publiquement porté une accusation de diffamation sanglante contre le peuple juif. Ils se sont adressés au bureau du procureur général et ont exigé que la Russie « interdise toutes les organisations juives ». Ils ont accusé tous les groupes juifs d'être extrémistes, "anti-chrétiens et inhumains, et les ont même accusés de pratiques qui incluent des meurtres rituels". Faisant allusion aux précédents décrets antisémites des tribunaux russes qui accusaient les Juifs de meurtre rituel, ils ont écrit que « de nombreux faits d'un tel extrémisme religieux ont été prouvés devant les tribunaux ». L'accusation comprenait des canards antisémites traditionnels, comme l'affirmation selon laquelle « le monde démocratique tout entier est aujourd'hui sous le contrôle financier et politique de la communauté juive internationale. Et nous ne voulons pas que notre Russie fasse partie de ces pays non libres ». Cette demande a été publiée sous forme de lettre ouverte au procureur général, dans Rus Pravoslavnaya ( Русь православная , « Russie orthodoxe »), un journal national-conservateur. Ce groupe était composé de membres des libéraux démocrates ultra-nationalistes , de la faction communiste et du parti nationaliste de la patrie , avec quelque 500 partisans. Le document mentionné est connu sous le nom de "La lettre des cinq cents" ("Письмо пятисот"). [72] [73]Leurs partisans comprenaient des rédacteurs en chef de journaux nationalistes ainsi que des journalistes. À la fin du mois, ce groupe a été fortement critiqué et il a rétracté sa demande en réponse.
Peinture de diffamation de sang dans la cathédrale de Sandomierz
  • Fin avril 2005, cinq garçons âgés de 9 à 12 ans disparaissaient à Krasnoyarsk (Russie). En mai 2005, leurs corps brûlés ont été retrouvés dans les égouts de la ville. Le crime n'a pas été divulgué et en août 2007, l'enquête a été prolongée jusqu'au 18 novembre 2007. [74] Certains groupes nationalistes russes ont affirmé que les enfants avaient été assassinés par une secte juive dans un but rituel. [75] [76] Le nationaliste M. Nazarov, l'un des auteurs de "La Lettre des cinq cents" allègue "l'existence d'une ' secte hassidique", dont les membres tuent des enfants avant la Pâque pour recueillir leur sang", en utilisant comme preuve l'affaire Beilis mentionnée ci-dessus. M.Nazarov allègue également que "le meurtre rituel nécessite de jeter le corps plutôt que de le dissimuler". "L'Union des Russes Les gens" ont demandé aux fonctionnaires d'enquêter de manière approfondie sur les Juifs, sans s'arrêter à la perquisition dans les synagogues, les boulangeries Matsah et leurs bureaux. [77]
  • Lors d'un discours prononcé en 2007, Raed Salah , le chef de la branche nord du Mouvement islamique en Israël , a fait référence aux Juifs d'Europe ayant dans le passé utilisé le sang des enfants pour faire du pain saint. « Nous ne nous sommes jamais permis de pétrir [la pâte pour] le pain qui rompt le jeûne du mois sacré du Ramadan avec le sang des enfants », a-t-il déclaré. "Celui qui veut une explication plus approfondie, qu'il demande ce qui arrivait à certains enfants en Europe, dont le sang était mêlé à la pâte du pain saint [juif]." [78]
  • Dans les années 2000, une équipe polonaise d'anthropologues et de sociologues a enquêté sur l'actualité du mythe de la diffamation sanglante à Sandomierz où une peinture représentant la diffamation sanglante orne la cathédrale et les fidèles orthodoxes dans les villages près de Bialystok , et ils ont découvert que ces croyances persistent chez certains catholiques et Chrétiens orthodoxes. [79] [80] [81]
  • Dans un discours qui a été diffusé sur Al-Aqsa TV , une Hamas chaîne de télévision d'exécution à Gaza , le 31 Mars 2010, Salah Eldeen Sultan (arabe: صلاح الدين سلطان), fondateur du Centre américain de recherche islamique à Columbus, Ohio , l' islamique L'université américaine de Southfield, dans le Michigan , et la Sultan Publishing Co. [82] et décrite en 2005 comme « l'un des savants musulmans les plus réputés d'Amérique », ont allégué que les Juifs enlevaient des chrétiens et d'autres afin de les massacrer et d'utiliser leur sang pour fabriquer des matzos. . Sultan, qui est actuellement professeur de jurisprudence musulmane à l'Université du Caire, a déclaré que : « Les sionistes kidnappent plusieurs non-musulmans [ sic] – Chrétiens et autres... cela s'est passé dans un quartier juif de Damas. Ils ont tué le médecin français Toma, qui soignait les Juifs et les autres gratuitement, afin de répandre le christianisme. Même s'il était leur ami et qu'ils bénéficiaient le plus de lui, ils l'ont emmené pendant l'une de ces vacances et l'ont abattu, avec l'infirmière. Ensuite, ils ont pétri les matzos avec le sang du Dr Toma et de son infirmière. Ils le font chaque année. Le monde doit connaître ces faits sur l'entité sioniste et son terrible credo corrompu. Le monde devrait le savoir." (Traduction du Middle East Media Research Institute ) [83] [84] [85] [86] [87]
  • Lors d'une interview diffusée sur Rotana Khalijiya TV le 13 août 2012, le religieux saoudien Salman Al-Odeh a déclaré (tel que traduit par MEMRI ) qu'« il est bien connu que les Juifs célèbrent plusieurs jours fériés, dont l'un est la Pâque, ou les Matzos Vacances. J'ai lu une fois l'histoire d'un médecin qui travaillait dans un laboratoire. Ce médecin vivait avec une famille juive. Un jour, ils lui ont dit : "Nous voulons du sang. Apportez-nous du sang humain." Il était confus. Il ne savait pas de quoi il s'agissait. Bien sûr, il ne pouvait pas trahir son éthique de travail d'une telle manière, mais il a commencé à se renseigner et il a découvert qu'ils faisaient des pains mats avec du sang humain. Al-Odeh a également déclaré que « [les Juifs] le mangent, croyant que cela les rapproche de leur faux dieu, Yahweh" et que " ils attireraient un enfant afin de le sacrifier dans le rite religieux qu'ils accomplissent pendant cette fête. " [88] [89]
  • En avril 2013, l'organisation palestinienne à but non lucratif MIFTAH, fondée par Hanan Ashrawi, s'est excusée d'avoir publié un article critiquant le président américain Barack Obama pour avoir organisé un Seder de Pessah à la Maison Blanche en disant : « Obama, en fait, connaît-il la relation, pour exemple, entre 'Pâque' et 'sang chrétien'...?! Ou 'Pâque' et 'rituels de sang juif ?!' Une grande partie des bavardages et des commérages sur les rituels historiques du sang juif en Europe sont réels et non faux comme ils le prétendent ; les Juifs ont utilisé le sang des chrétiens lors de la Pâque juive. » Les excuses de MIFTAH ont exprimé ses « regrets les plus sincères ». [90]
  • Dans une interview diffusée sur Al-Hafez TV le 12 mai 2013, Khaled Al-Zaafrani du Parti égyptien pour la justice et le progrès, a déclaré (tel que traduit par MEMRI) : « Il est bien connu que pendant la Pâque, ils [les Juifs] préparent des pains azyme appelés le « Sang de Sion ». Ils prennent un enfant chrétien, lui tranchent la gorge et l'abat. Ensuite, ils prennent son sang et font leurs [matzos]. C'est un rite très important pour les Juifs, auquel ils ne renoncent jamais... Ils le tranchent et se battent pour savoir qui obtient manger du sang chrétien." Dans la même interview, Al-Zaafrani a déclaré que « Les rois français et les tsars russes ont découvert cela dans les quartiers juifs. Tous les massacres de Juifs qui ont eu lieu dans ces pays étaient parce qu'ils ont découvert que les Juifs avaient kidnappé et massacré des enfants, pour faire les pains mats de la Pâque." [91] [92] [93]
  • Dans une interview diffusée sur la chaîne de télévision Al-Quds le 28 juillet 2014 (traduite par MEMRI ), Osama Hamdan , le plus haut représentant du Hamas au Liban , a déclaré que « nous nous souvenons tous de la façon dont les Juifs massacraient les chrétiens, afin de de mélanger leur sang dans leurs pains azyme sacrés. Ce n'est pas le fruit de l'imagination ou quelque chose tiré d'un film. C'est un fait, reconnu par leurs propres livres et par des preuves historiques. » [94] Dans une interview ultérieure avec Wolf Blitzer de CNN , Hamdan a défendu ses commentaires, déclarant qu'il "a des amis juifs". [95]
  • Dans un sermon diffusé sur la chaîne de télévision officielle jordanienne le 22 août 2014, Cheikh Bassam Ammoush, ancien ministre du Développement administratif qui a été nommé au Sénat jordanien ("Majlis al-Aayan") en 2011, a déclaré (tel que traduit par MEMRI ) : « Dans [la bande de Gaza ], nous avons affaire aux ennemis d' Allah , qui croient que les pains mats qu'ils préparent pendant leurs vacances doivent être pétris avec du sang. Lorsque les Juifs étaient dans la diaspora , ils assassinaient des enfants en Angleterre, en Europe et en Amérique. Ils les massacreraient et utiliseraient leur sang pour faire leurs matzos... Ils croient qu'ils sont le peuple élu de Dieu. Ils croient que le meurtre de tout être humain est une forme d'adoration et un moyen de se rapprocher de leur dieu." [96]
  • En mars 2020, le peintre italien Giovanni Gasparro a dévoilé une peinture du martyre de Simon de Trente , intitulée " Martirio di San Simonino da Trento (Simone Unverdorben), per omicidio rituale ebraico (Le martyre de saint Simon de Trente conformément au rituel juif meurtre)". Le tableau a été condamné par la communauté juive italienne et le Centre Simon Wiesenthal , entre autres. [97] [98]

Vues de l'Église catholique

L'attitude de l' Église catholique vis-à-vis de ces accusations et des cultes vénérant des enfants soi-disant tués par des Juifs a varié au fil du temps. La papauté s'y opposait généralement, bien qu'elle eut des difficultés à faire respecter son opposition.

En 1911, le Dictionnaire apologétique de la foi catholique , une importante encyclopédie catholique française, a publié une analyse des accusations de diffamation de sang. [99] Cela peut être considéré comme étant largement représentatif de l'opinion catholique instruite en Europe continentale à cette époque. L'article notait que les papes s'étaient généralement abstenus d'approuver l'accusation de diffamation sanglante, et il concluait que les accusations n'étaient pas prouvées dans un sens général, mais il laissait ouverte la possibilité que certains Juifs aient commis des meurtres rituels de chrétiens. D'autres sources catholiques contemporaines (notamment le périodique jésuite La Civiltà Cattolica ) ont promu la diffamation de sang comme vérité. [100]

Aujourd'hui, les accusations sont presque entièrement discréditées dans les milieux catholiques, et les cultes qui leur sont associés sont tombés en défaveur. [ citation nécessaire ] Par exemple, le statut local de Simon de Trent en tant que saint a été supprimé en 1965.

Déclarations papales

  • Pape Innocent IVpris des mesures contre la diffamation sanglante : « 5 juillet 1247 Mandat aux prélats d'Allemagne et de France d'annuler toutes les mesures adoptées contre les Juifs en raison du meurtre rituel diffamatoire, et d'empêcher l'accusation d'Arabes pour des charges similaires » (Siège apostolique et les Juifs, Documents : 492-1404 ; Simonsohn, Shlomo, pp. 188-189, 193-195, 208). En 1247, il écrivit également que "Certains du clergé, des princes, des nobles et des grands seigneurs de vos villes et diocèses ont faussement conçu certains plans impies contre les Juifs, les privant injustement par la force de leurs biens et se les appropriant eux-mêmes ;. .. ils les accusent faussement de se partager à la Pâque le cœur d'un garçon assassiné... Dans leur méchanceté, ils attribuent chaque meurtre, où qu'il se produise, aux Juifs.Et sur la base de ces fabrications et d'autres, ils sont remplis de rage contre eux, les volent de leurs biens sans aucune accusation formelle, sans confession, et sans procès ni condamnation légale, contrairement aux privilèges qui leur sont accordés par le Siège Apostolique. .. Puisqu'il est de notre plaisir qu'ils ne soient pas dérangés,... nous ordonnons que vous vous conduisiez envers eux d'une manière amicale et aimable. Chaque fois que des attaques injustes contre eux sont portées à votre attention, réparez leurs blessures et ne les laissez pas être visitées à l'avenir par des tribulations similaires. »Puisqu'il est de notre plaisir qu'ils ne soient pas dérangés,... nous vous ordonnons de vous comporter envers eux d'une manière amicale et aimable. Chaque fois que des attaques injustes contre eux sont portées à votre attention, réparez leurs blessures et ne les laissez pas être visitées à l'avenir par des tribulations similaires. »Puisqu'il est de notre plaisir qu'ils ne soient pas dérangés,... nous vous ordonnons de vous comporter envers eux d'une manière amicale et aimable. Chaque fois que des attaques injustes contre eux sont portées à votre attention, réparez leurs blessures et ne les laissez pas être visitées à l'avenir par des tribulations similaires. »[101]
  • Le pape Grégoire X (1271-1276) a publié une lettre qui critiquait la pratique des diffamations sanglantes et interdisait les arrestations et la persécution des Juifs sur la base d'une diffamation sanglante, ... à moins que nous ne croyons pas qu'ils soient pris dans la commission du crime. [102]
  • Le Pape Paul III , dans une bulle du 12 mai 1540, fit part de son mécontentement d'avoir appris, par les plaintes des Juifs de Hongrie, de Bohême et de Pologne, que leurs ennemis, cherchant un prétexte pour mettre la main sur les Juifs' leurs biens, leur attribuaient à tort des crimes terribles, notamment celui de tuer des enfants et de boire leur sang.
  • Le pape Pie V dans la bulle Hebraeorum gens sola (26 février 1569), par laquelle il expulsa les Juifs de toutes les villes des États pontificaux à l' exception de Rome et d'Ancône, [103] fit de multiples accusations de méfaits contre les Juifs, y compris l'usure, vol, recel, proxénétisme, divination et magie. Il n'a pas mentionné la diffamation de sang.
  • Le pape Benoît XIV a écrit la bulle Beatus Andreas (22 février 1755) en réponse à une demande de canonisation officielle d' Andreas Oxner du XVe siècle , un saint populaire qui aurait été assassiné par des Juifs « par haine de la foi chrétienne ». Benoît n'a pas contesté l'affirmation factuelle selon laquelle des Juifs auraient assassiné des enfants chrétiens et, en anticipant que d'autres cas seraient intentés sur cette base, il semble l'avoir acceptée comme exacte, mais a décrété que dans de tels cas, la béatification ou la canonisation serait inappropriée. [104]

Les diffamations de sang dans les terres musulmanes

Fin 1553 ou 1554, Soliman le Magnifique , le sultan régnant de l' Empire ottoman , publia un firman (décret royal) qui dénonça formellement les diffamations sanglantes contre les Juifs. [105] En 1840, à la suite de l'indignation occidentale suscitée par l' affaire de Damas , l'homme politique britannique et chef de la communauté juive britannique, Sir Moses Montefiore , soutenu par d'autres Occidentaux influents dont le britannique Lord Palmerston et le consul de Damas Charles Henry Churchill , [106] le Avocat français Adolphe Crémieux, le consul autrichien Giovanni Gasparo Merlato, le missionnaire danois John Nicolayson , [106] et Solomon Munk, persuadèrent le sultan Abdulmecid I à Constantinople de publier un firman le 6 novembre 1840 destiné à arrêter la propagation des accusations de diffamation de sang dans l'Empire ottoman. L'édit déclarait que les accusations de diffamation de sang étaient une calomnie contre les Juifs et qu'elles seraient interdites dans tout l'Empire ottoman, et se lisait en partie :

"... et pour l'amour que nous portons à nos sujets, nous ne pouvons permettre que la nation juive, dont l'innocence pour le crime allégué contre eux est évidente, soit inquiétée et tourmentée à la suite d'accusations qui n'ont pas le moindre fondement en vérité ...".

Dans le reste du 19e siècle et au 20e siècle, il y a eu de nombreux cas de diffamation sanglante dans les terres ottomanes. [107] Cependant la diffamation émane presque toujours de la communauté chrétienne, parfois avec la complicité de diplomates grecs ou français. [107] Les Juifs pouvaient généralement compter sur la bonne volonté des autorités ottomanes et de plus en plus sur le soutien des représentants britanniques, prussiens et autrichiens. [107]

Dans le calomnie sanglant de Shiraz en 1910 , les Juifs de Shiraz , en Iran , ont été faussement accusés du meurtre d'une jeune musulmane. Tout le quartier juif a été pillé, le pogrom faisant 12 morts et une cinquantaine de blessés.

En 1983, Mustafa Tlass , le ministre syrien de la Défense , écrivit et publia La Matsa de Sion , un traitement de l' affaire de Damas de 1840 qui répète l'antique « diffamation sanglante », selon laquelle les Juifs utilisent le sang de non-Juifs assassinés dans rituels religieux tels que la cuisson du pain Matza . [108] Dans ce livre, il soutient que les vraies croyances religieuses des Juifs sont « la haine noire contre tous les humains et toutes les religions », et qu'aucun pays arabe ne devrait jamais signer un traité de paix avec Israël . [109] Tlass a réimprimé le livre plusieurs fois et s'en tient à ses conclusions. Après la publication du livre, Tlass a déclaréDer Spiegel , que cette accusation contre les Juifs était valable et il a également affirmé que son livre est « une étude historique … basée sur des documents de France, de Vienne et de l'Université américaine de Beyrouth ». [109] [110]

En 2003, le journal égyptien Al-Ahram a publié une série d'articles d' Oussama El-Baz , un conseiller principal du président égyptien de l'époque, Hosni Moubarak . Entre autres choses, Oussama El-Baz a expliqué les origines de la diffamation sanglante contre les Juifs. Il a déclaré que les Arabes et les musulmans n'avaient jamais été antisémites, en tant que groupe, mais il a accepté le fait que quelques écrivains et personnalités des médias arabes attaquent les Juifs « sur la base des illusions et des mythes racistes originaires d' Europe ». Il a exhorté les gens à ne pas succomber aux "mythes" tels que l'accusation de meurtre. [111]

Néanmoins, à de nombreuses reprises dans les temps modernes, des histoires de diffamation de sang sont apparues dans les médias parrainés par l'État d'un certain nombre de pays arabes et musulmans, ainsi que sur leurs émissions de télévision et leurs sites Web, et des livres qui allèguent des cas de diffamation de sang juif ne sont pas rare là-bas. [112] La diffamation sanglante a été présentée dans une scène de la série télévisée syrienne Ash-Shatat , diffusée en 2003. [113] [114]

En 2007, le poète libanais Marwan Chamoun, dans une interview diffusée sur Télé Liban , évoquait le "... massacre du prêtre Tomaso de Camangiano... en 1840... en présence de deux rabbins au cœur de Damas, dans la maison d'un ami proche de ce prêtre, Daud Al-Harari, le chef de la communauté juive de Damas . Après qu'il ait été abattu, son sang a été recueilli, et les deux rabbins l'ont pris." [115] Un roman, Mort d'un moine , basé sur l'affaire de Damas, a été publié en 2004.

Voir aussi

Références

Remarques

  1. ^ un b Gottheil, Richard; Strack, Hermann L.; Jacobs, Joseph (1901-1906). "Accusation de sang" . Encyclopédie juive . New York : Funk & Wagnalls.
  2. ^ un b Dundes, Alan, éd. (1991). La légende de la diffamation sanglante : un recueil de cas sur le folklore antisémite . Presse de l'Université du Wisconsin. ISBN 978-0-299-13114-2.
  3. ^ Turvey, Brent E. Profilage criminel: Une introduction à l'analyse des preuves comportementales , Academic Press, 2008, p. 3. "Climatisme : une accusation de meurtre rituel portée contre une ou plusieurs personnes, typiquement de confession juive".
  4. ^ un b Chanes, Jerome A. Antisémitisme : Un Manuel de Référence , ABC-CLIO, 2004, pp. 34-45. « Parmi les plus graves de ces manifestations [anti-juives], qui se répercutent jusqu'à nos jours, figuraient celles des diffamations : le dépôt d'accusations contre les Juifs, en particulier la diffamation de sang et la diffamation de profanation de l'hôte. »
  5. ^ Doré, Matt. Questions juives : Réponses sur la vie séfarade au début de la période moderne , Princeton University Press, 2008, p. 8. « Au cours de la période allant du XIIe au XXe siècle, les Juifs étaient régulièrement accusés de diffamation sanglante ou de meurtre rituel – des Juifs kidnappaient et assassinaient des non-Juifs dans le cadre d'un rituel religieux juif.
  6. ^ Zeitlin, S "L'accusation de sang" Vigiliae Christianae , Vol. 50, n° 2 (1996), pp. 117–124
  7. ^ Norman Cohn , Europe's Inner Demons , (1975) Paladin Books 1976 pp.1-8.
  8. ^ Albert Ehrman, 'Les origines de l'accusation de meurtre rituel et de la diffamation sanglante', Tradition vol.14, n°4 printemps 1976 p.83
  9. ^ Angelo S. Rappoport Le Folklore des Juifs (Londres : Soncino Press, 1937), pp. 195-203 Archivé le 18 avril 2011 à la Wayback Machine
  10. ^ Walter Laqueur (2006) : Le visage changeant de l'antisémitisme : des temps anciens à nos jours , Oxford University Press, ISBN 0-19-530429-2 . p. 56 
  11. ^ « Que signifie « diffamation de sang » ? » . 12 janvier 2011 . Consulté le 16 avril 2018 – via www.bbc.com.
  12. ^ Jim Geraghty (12 janvier 2011). « Le terme « diffamation sanglante » : plus courant que vous ne le pensez » . Revue nationale . Consulté le 16 avril 2018 .
  13. ^ Boteach, Shmuley (14 janvier 2011). "Sarah Palin a raison à propos de la 'diffamation sanglante ' " . wsj.com .
  14. ^ Paul R. Bartrop, Samuel Totten, Dictionnaire du génocide , ABC-CLIO, 2007, p. 45.
  15. ^ ACCUSATION DE SANG dans l'Encyclopédie juive . (Richard Gottheil, Hermann L. Strack, Joseph Jacobs). Consulté le 31/10/18. Notez que la version de l'Encyclopédie juive citée ici orthographie mal le nom Damocrite comme Démocrite , le nom d'un philosophe sans rapport.
  16. ^ David Patterson (2015). L'antisémitisme et ses origines métaphysiques . La presse de l'Universite de Cambridge. p. 1. ISBN 978-1-107-04074-8.
  17. ^ Louis H. Feldman, Juif et Gentil dans le monde antique : Attitudes et interactions d'Alexandre à Justinien , Princeton University Press, Princeton, New Jersey, 1993. pp. 126–27.
  18. ^ Feldman, Louis H. Études sur le judaïsme hellénistique , Brill, 1996, p. 293.
  19. ^ "La diffamation de sang en Syrie" . Jewishvirtuallibrary.org . Récupéré le 23 janvier 2010 .
  20. ^ Lily Galili (18 février 2007). « Et si ce n'est pas bon pour les Juifs ? . Haaretz . Récupéré le 18 février 2007 .
  21. ^ Deux nations dans votre ventre: Perceptions des Juifs et des Chrétiens dans l'Antiquité tardive et le Moyen Âge par Israël J. Yuval; traduit par Barbara Harshav et Jonathan Chipman, University of California Press, 2006
  22. ^ Langham, Raphaël (10 mars 2008). "Guillaume de Norwich" . La Société historique juive d'Angleterre . Archivé de l'original le 18 juillet 2011 . Récupéré le 1 juillet 2019 .;
    Langmuir, Gavin I (1996), Vers une définition de l'antisémitisme , University of California Press, pp. 216ff.
  23. ^  Cet article incorpore le texte d'une publication maintenant dans le domaine public Herbermann, Charles, ed. (1913). "Saint-Guillaume de Norwich" . Encyclopédie catholique . New York : Compagnie Robert Appleton.
  24. ^ Conception, SUMO. « Le massacre de 1190 : l'histoire d'York » . www.historyofyork.org.uk .
  25. ^ "Des corps juifs trouvés dans un puits médiéval à Norwich" . Nouvelles de la BBC . 23 juin 2011.
  26. ^ "Le conte du chevalier du jeune Hugh de Lincoln", Gavin I. Langmuir, Speculum, Vol. 47, n° 3 (juillet 1972), pp. 459–482.
  27. ^ Voir Langmuir (1972), p479; Jacobs, Idéaux juifs , p. 192-224
  28. ^ Albert Ehrman, « Les origines de l'accusation de meurtre rituel et de la diffamation sanglante », Tradition : un journal de la pensée juive orthodoxe, vol. 15, n° 4 (printemps 1976) : 86
  29. ^ Albert Ehrman, « Les origines de l'accusation de meurtre rituel et de la diffamation sanglante », Tradition : un journal de la pensée juive orthodoxe, vol. 15, n° 4 (printemps 1976) : 88.
  30. ^ A b c Albert Ehrman, "Les origines du rituel et Assassiner accusation Sang Libel," Tradition: Un Journal de la pensée juive orthodoxe , Vol. 15, n° 4 (printemps 1976) : 85.
  31. ^ un b Susan L. Einbinder " Pucellina de Blois : Mythes romantiques et conventions narratives " , Histoire juive , Vol. 12, n° 1 (printemps 1998) : 29
  32. ^ Bonjour, William W. ; Ruderman, David B. ; Stanislawski, Michael , éd. (1984). Patrimoine : la civilisation et les juifs : lecteur de sources . Santa Barbara, Californie : Études spéciales Praeger. p. 134. ISBN 978-0275916084.
  33. ^ "Les Martyrs de Blois" . Chabad.org. 16 juin 2006 . Récupéré le 23 janvier 2010 .
  34. ^ Trachtenberg, Josué, éd. (1943). Le diable et les juifs, la conception médiévale du juif et sa relation avec l'antisémitisme moderne . Presse universitaire de Yale. ISBN 0-8276-0227-8.
  35. ^ un b Susan L. Einbinder " Pucellina de Blois : Mythes romantiques et conventions narratives " , Histoire juive , Vol. 12, n° 1 (printemps 1998) : 30-31.
  36. ^ Susan L. Einbinder « Pucellina de Blois : Mythes romantiques et conventions narratives », Histoire juive , vol. 12, n° 1 (printemps 1998) : 31.
  37. ^ "1235 : 34 Juifs brûlés vifs dans le premier cas de « cannibalisme sanguin » » . Haaretz. 28 décembre 2014 . Récupéré le 22 juin 2020 .
  38. ^ "La diffamation sanglante" . www.jewishvirtuallibrary.org .
  39. ^ Steven K. Baum, "Quand les contes de fées tuent", Journal pour l'étude de l'antisémitisme , vol. 1, n° 2 (2009) : 190-191.
  40. ^ Siegmund Salfeld , Das Martyrologium des Nürnberger Memorbuches (1898), pp. 15, 128-130
  41. ^ un b "diffamation de sang," Le sionisme et Israël — Dictionnaire encyclopédique, sd http://www.zionism-israel.com/dic/blood_libel.htm .
  42. ^ Jörg R. Müller, "Ereẓ gezerah—'Terre de persécution': Pogroms contre les Juifs dans le regnum Teutonicum de c. 1280 à 1350," Les Juifs d'Europe au Moyen Âge (dixième au quinzième siècles): Actes de la Symposium international, éd. Christoph Cluse (20-25 octobre 2002) : 249.
  43. ^ un b Ariel Toaff, Blood Pessah, trad. Gian Marco Lucchese et Pietro Gianetti (AAARG, 2007) : 64.
  44. ^ Jörg R. Müller, "Ereẓ gezerah—'Terre de persécution': Pogroms contre les Juifs dans le regnum Teutonicum de c. 1280 à 1350," Les Juifs d'Europe au Moyen Âge (dixième au quinzième siècles): Actes de la Symposium international, éd. Christoph Cluse (20-25 octobre 2002) : 249-250.
  45. ^ a b Jörg R. Müller, "Ereẓ gezerah—'Terre de persécution': Pogroms contre les Juifs dans le regnum Teutonicum de c. 1280 à 1350," Les Juifs d'Europe au Moyen Âge (dixième au quinzième siècles) : Actes du Symposium international, éd. Christoph Cluse (20-25 octobre 2002) : 250.
  46. ^ un b Albert Winkler, "L'approche de la peste noire en Suisse et la persécution des Juifs, 1348-1349," Swiss American Historical Society Review, Vol. 43, n° 3 (2007) : 14.
  47. ^ "Katholische Schweizer-Blätter", Lucerne, 1888.
  48. ^ Jeffrey Cohen, Revue du meurtre de Guillaume de Norwich : Les origines de la diffamation sanglante dans l'Europe médiévale, par EM Rose Journal d'histoire interdisciplinaire, Vol. 47, n° 3 (hiver 2017) : 410.
  49. ^ Joshua Trachtenberg, Le diable et les juifs : la conception médiévale du juif et sa relation avec l'antisémitisme moderne. (Vardo Books, 2001) : 142-143.
  50. ^ Reston, James : « Chiens de Dieu : Colomb, l'Inquisition et la défaite des Maures », p. 207. Double jour, 2005. ISBN 0-385-50848-4 
  51. ^ (:Unav) (2017). "Sexing_the_Jewish_Body.PDF" . doi : 10.7916/D89Z9CT6 . Cite journal requires |journal= (help)
  52. ^ richardsh (27 mai 2015). "27 mai 1529 diffamation sanglante et incendie à mort de 30 Juifs à Bazin, Hongrie #otdimjh" . En ce jour dans l'histoire juive messianique . Récupéré le 29 septembre 2020 .
  53. ^ "Pezinok" . www.jewishvirtuallibrary.org . Récupéré le 29 septembre 2020 .
  54. ^ Sourcebook médiéval : Un culte de diffamation de sang : Anderl von Rinn, d. 1462 www.fordham.edu.
  55. ^ Edmund Levin, The Exoneration of Raphael Levy , The Wall Street Journal , 2 février 2014. Consulté le 10 octobre 2016.
  56. ^ Le nouveau dans l'espace post-soviétique n'est-il que l'ancien oublié ? par Leonid Stonov, directeur international du Bureau des droits de l'homme et du respect de la loi dans l'ex-Union soviétique, président de l'Association américaine des Juifs de l'ex-URSS
  57. ^ Biélorussie. Rapport international sur la liberté religieuse 2003 Archivé le 7 septembre 2007 sur la Wayback Machine Publié par le Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail
  58. ^ Biélorussie. Rapport international sur la liberté religieuse 2004 publié par le Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail
  59. ^ Biélorussie. Rapport international sur la liberté religieuse 2005 publié par le Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail
  60. ^ Biélorussie. Rapport international sur la liberté religieuse 2006 publié par le Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail
  61. ^ "Biélorussie". Rapport annuel sur la liberté religieuse internationale pour 2004 (PDF) . Département d'État américain . p. 281. Archivé de l'original (PDF) le 6 janvier 2010 . Récupéré le 23 janvier 2010 .
  62. ^ "Rapport annuel du Département d'État américain sur la liberté religieuse internationale pour 2006 - Biélorussie" . UNHCR . Archivé de l' original le 7 septembre 2007 . Consulté le 10 août 2013 .
  63. ^ Avrutin, Eugène (2017). L'affaire Velizh : diffamation sanglante dans une ville russe . Oxford : Oxford University Press. ISBN 9780190640521.
  64. ^ Effie Ambler, Journalisme et politique russes : La carrière d'Aleksei S. Suvorin, 1861–1881 (Detroit : Wayne State University Press, 1972 : ISBN 0-8143-1461-9 ), p. 172. 
  65. ^ Littman, David (1979). « Les Juifs sous la domination musulmane : le cas de la Perse » (PDF) . Institut d'histoire contemporaine. p. 14.
  66. ^ Malamud, Bernard, éd. (1966). Le fixateur . POCKET BOOKS, une division Simon & Schuster de GULF & WESTERN CORPORATION. ISBN 0-671-82568-2.
  67. ^ Archive de propagande allemande – Caricatures de Der Stürmer ,site Web du Collège Calvin .
  68. ^ Bankier, David (1er janvier 2005). Les Juifs reviennent : le retour des Juifs dans leurs pays d'origine après la Seconde Guerre mondiale . Livres Berghahn. ISBN 9781571815279.[ page nécessaire ]
  69. ^ Gerber, Gane S. (1986). "L'antisémitisme et le monde musulman". Dans Berger, David (éd.). Histoire et haine : les dimensions de l'antisémitisme . Philadelphie : Société de publication juive . p. 88. ISBN 0-8276-0267-7. LCCN  86002995 . OCLC  13327957 .
  70. ^ Frankel, Jonathan. The Damascus Affair: "Ritual Murder", Politics, and the Jews in 1840 , pp. 418, 421. Cambridge University Press, 1997. ISBN 978-0-521-48396-4 
  71. ^ Jeffrey Goldberg (2008). Prisonniers : une histoire d'amitié et de terreur . Livres d'époque. p. 250. ISBN 978-0-375-72670-5.
  72. ^ "Письмо пятисот. Вторая серия. е не стало" . Xeno.sova-center.ru . Récupéré le 23 janvier 2010 .
  73. ^ "Русская линия / Актуальные темы / "Письмо пятисот": Обращение в Генеральную прокуратуру представителей русской общественности с призывом запретить в России экстремистские еврейские организации " . Rusk.ru . Récupéré le 23 janvier 2010 .
  74. ^ "L'enquête sur le meurtre de cinq écoliers à Krasnoyarsk a été prolongée à nouveau (Regnum, 20 août 2007)" . Regnum.ru. 20 août 2007 . Récupéré le 23 janvier 2010 .
  75. ^ " " Des Juifs ont été accusés de meurtre d'enfants à Krasnoyarsk " (" Regnum ", 12 mai 2005) " . Regnum.ru. 16 mai 2005 . Récupéré le 23 janvier 2010 .
  76. ^ « Éditeurs nationalistes russes « Idée russe », l'article sur le mouvement antisémite « Vivre sans la peur des Juifs. », juin 2007 : « ... le meurtre de cinq enfants à Krasnoïarsk, dont les corps étaient exsangues. Notre couche VA Solomatov a dit qu'il y a sans doute un meurtre rituel... " " . Rusidea.org . Récupéré le 23 janvier 2010 .
  77. ^ "В убийстве красноярских детей обвинили евреев и вспомнили дело Бейлиса" [Les hassids ont été accusés de meurtre d'enfants à Krasnoïarsk, l' affaire Beiliated a été réanimée]. regnum.ru . 16 mai 2005.
  78. ^ "Le chef du Mouvement islamique inculpé d'incitation au racisme, à la violence" , Haaretz , 29 janvier 2008.
  79. ^ Joanna Tokarska-Bakir, Legendy o krwi, antropologia przesądu (Anthropology of Prejudice: Blood Libel Myths) Varsovie, WAB, 2008, 796 pp, 89 złotys, examiné ici par Jean-Yves Potel
  80. ^ "Legendy o krwi. Antropologia przesądu" . Lubimyczytać.pl (en polonais) . Récupéré le 13 juillet 2019 .
  81. ^ Jaskułowski, Krzysztof (21 avril 2010). "Légende o krwi" . Miesięcznik Znak (en polonais) . Récupéré le 13 juillet 2019 .
  82. ^ « Les extrémistes égyptiens un vent mauvais au printemps arabe » par Harry Sterling, Calgary Herald, 2 septembre 2011. p. A13
  83. ^ Diffamation sanglante sur la télévision Al-Aqsa du Hamas – Président du Centre américain de recherche islamique, le Dr Sallah Sultan : les Juifs assassinent des non-juifs et utilisent leur sang pour les amas de Pâque , MEMRI, envoi spécial n° 2907, 14 avril 2010.
  84. ^ Diffamation sanglante sur Hamas TV - Président du Centre américain pour la recherche islamique Dr. Sallah Sultan : des Juifs assassinent des non-juifs et utilisent leur sang pour pétrir des matzos de Pâque , MEMRITV, clip no. 2443 – Transcription, 31 mars 2010 ( clip vidéo disponible ici ).
  85. ^ Groupe islamique invité conférencier antisémite Archivé le 16 août 2011 à la Wayback Machine , The Local (Sweden's News en anglais), 25 mars 2011.
  86. ^ Égypte : Plus d'appels au meurtre d'Israéliens par Maayana Miskin, Arutz Sheva 7 (Isranelnationalnews.com), 28 août 2011.
  87. ^ Pourquoi l'Association musulmane n'exprime pas de réserves envers l'antisémitisme par Willie Silberstein, Forum de coordination pour la lutte contre l'antisémitisme (CFCA), 17 avril 2011.
  88. ^ Clerc saoudien Salman Al-Odeh: les Juifs utilisent du sang humain pour les matzos de la Pâque , MEMRITV, clip n° 3536, (transcription), 13 août 2012.
  89. ^ Un religieux saoudien accuse le peuple juif de génocide, buvant du sang humain par Ilan Ben Zion, The Times of Israel , 16 août 2012.
  90. ^ L'organisation à but non lucratif palestinienne s'excuse tardivement pour l'article sur la diffamation de sang Archivé le 6 avril 2013 à la Wayback Machine
  91. ^ L'homme politique égyptien Khaled Zaafrani : les Juifs utilisent du sang humain pour les matzos de la Pâque , MEMRITV, Clip n° 3873 (transcription), 24 mai 2013 (voir aussi : Clip vidéo ).
  92. ^ Homme politique égyptien : les Juifs utilisent du sang humain pour les matzos de la Pâque par Elad Benari, Arutz Sheva , 17 juin 2013.
  93. ^ Un homme politique égyptien ravive la diffamation sanglante de Pessah par Gavriel Fiske, Times of Israel , 19 juin 2013.
  94. ^ Haut officiel du Hamas Osama Hamdan : les Juifs utilisent du sang pour les matzos de la Pâque , MEMRITV, clip n° 4384 (transcription), 28 juillet 2014. (clip vidéo disponible ici )
  95. ^ Calomnie sanglante : le mythe qui alimente l'antisémitisme par Candida Moss et Joel Baden, spécial CNN , 6 août 2014.
  96. ^ Sermon du vendredi de l'ancien ministre jordanien : les Juifs utilisent le sang des enfants pour leurs azymes de vacances , MEMRI Clip No. 4454 (transcription), 22 août 2014. (clip vidéo disponible ici ).
  97. ^ Reich, Aaron (27 mars 2020). "Un artiste italien accusé d'antisémitisme pour une nouvelle peinture d'attentat à la pudeur" . Le poste de Jérusalem . Récupéré le 12 avril 2020 .
  98. ^ Liphshiz, Cnaan (28 mars 2020). "Le peintre talien dévoile la représentation de 1475 diffamation de sang" . Nouvelles nationales d'Israël . Récupéré le 12 avril 2020 .
  99. ^ Traduction en anglais ici .
  100. ^ Comme le montre David Kertzer dans Les papes contre les Juifs (New York, 2001), pp. 161-63.
  101. ^ Pape Innocent IV , Encyclopédie catholique (1910), vol. 8, p. 393-394
  102. ^ Le pape Grégoire X . "Livre de référence médiéval : Grégoire X : Lettre sur les Juifs, (1271-76) - Contre la diffamation sanglante" . Récupéré le 7 mai 2007 .
  103. ^ Gianfranco Miletto, « Le corps humain comme instrument de musique dans les sermons de Judah Moscato », dans Le corps juif : corporéité, société et identité à la Renaissance et au début de la période moderne , édité par Giuseppe Veltri et Maria Diemling (Leiden, 2009 ), p. 384.
  104. ^ Marina Caffiero, Baptêmes forcés : Histoires de juifs, de chrétiens et de convertis dans la Rome papale , traduit par Lydia G. Cochrane (University of California Press, 2012), pp. 34-36.
  105. ^ Mansel, Philippe (1998). Constantinople : Ville du désir du monde, 1453-1924 . New York : Griffin de Saint-Martin. p. 124. ISBN 978-0-312-18708-8.
  106. ^ un b Lewis, Donald (2 janvier 2014). Les origines du sionisme chrétien : Lord Shaftesbury et le soutien évangélique à une patrie juive . Cambridge : Cambridge University Press. p. 380. ISBN 9781107631960.
  107. ^ A b c Bernard Lewis (1984). Les Juifs de l'Islam . Presse de l'Université de Princeton. p. 158-159.
  108. ^ Un livre anti-juif lié à l'aide syrienne , The New York Times , 15 juillet 1986.
  109. ^ un b "La littérature basée sur des sources mixtes – la diffamation de sang classique : la Matzah de Mustafa Tlas de Sion" . AVD. Archivé de l' original le 13 avril 2011 . Récupéré le 5 juillet 2012 .
  110. ^ Blood Libel Judith Apter Klinghoffer, History News Network , 19 décembre 2006.
  111. ^ Oussama El Baz. "Al-Ahram Weekly Online, 2-8 janvier 2003 (N° 619)" . Weekly.ahram.org.eg . Récupéré le 23 janvier 2010 .
  112. ^ Diffamation de sang antisémite dans le monde moderne :
  113. ^ Série antisémite diffusée sur la télévision arabe Archivée le 30 juin 2015 à la Wayback Machine , Ligue anti-diffamation , 9 janvier 2004
  114. ^ Extrait de Ash-Shatat , MEMRI
  115. ^ Poète libanais Marwan Chamoun: Juifs assassinés prêtre chrétien à Damas en 1840 et utilisé son sang pour Matzos ( MEMRI Special Dispatch Series - No. 1453 ) 6 février 2007

Lectures complémentaires

  • Bemporad, Elissa (2019). L'héritage du sang : Juifs, pogroms et meurtres rituels sur les terres des Soviets . Presses de l'Université d'Oxford. ISBN 978-0-19-046647-3.
  • Dundes, Alain (1991). La légende de la diffamation sanglante : un recueil de cas sur le folklore antisémite . Presse de l'Université du Wisconsin. ISBN 978-0-299-13114-2.
  • Gensler, Paul et Ernst, Gabriel (2011) Die Damaskusaffäre: Judeophobie in einer anonymen Damszener Chronik . Grin Verlag. ISBN 9783656026105 
  • Hsia, R. Po-chia (1998) Le mythe du meurtre rituel : Juifs et magie dans l'Allemagne réformée . New Haven : Yale University Press. ISBN 0-300-04120-9 
  • O'Brien, Darren (2011) Le summum de la haine : la diffamation sanglante et les Juifs . Jérusalem : Centre international Vidal Sassoon pour l'étude de l'antisémitisme, Université hébraïque Magnes Press. ((isbn|978-9654934770}}
  • Rose, EM (2015) Le meurtre de Guillaume de Norwich : Les origines de la diffamation sanglante dans l'Europe médiévale . Oxford University Press ((isbn| ISBN 9780190219628 }} 
  • Teter, Magda (2020). Calomnie sanglante : sur la piste d'un mythe antisémite . Presses de l'Université Harvard. ISBN 978-0-674-24355-2.
  • Yuval, Israël Jacob (2006) Deux nations dans votre ventre : perceptions des juifs et des chrétiens dans l'Antiquité tardive et au Moyen Âge . Berkeley : Presse de l'Université de Californie. pages 135-204

Liens externes