Bataille de Moscou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Bataille de Moscou
Une partie du front de l'Est de la Seconde Guerre mondiale
RIAN archive 887721 Défense de Moscou.jpg
Artilleurs anti-aériens soviétiques sur le
toit de l' hôtel Moskva
Date2 octobre 1941 – 7 janvier 1942
(3 mois et 5 jours)
Emplacement
Résultat

victoire soviétique

belligérants
 Allemagne  Union soviétique
Commandants et chefs
Unités impliquées
Force
Depuis le 1er octobre 1941 :
  • 1 184 000 à 1 929 000 hommes [1] [2] [3] [4]
  • 1 000 à 2 470 chars et canons d'assaut [5] [6]
  • 14 000 armes à feu
  • Aéronef initial : 549 en état de service ; [7] [8] [9] au moment de la contre-offensive : 599 [10]
Depuis le 1er octobre 1941 :
  • 1 252 591 hommes [11]
  • 1 044 [12] -3 232 réservoirs
  • 7 600 armes à feu
  • Aéronef initial : 936 (545 en état de marche) ; [7] au moment de la contre-offensive : 1 376 [10]
Victimes et pertes
Offensive stratégique allemande : (1er octobre 1941 au 10 janvier 1942)
  • Octobre : 62 870
  • Novembre : 46 374
  • Décembre : 41 819
  • Janvier : 23 131

Total : 174 194 KIA, WIA, MIA (voir §7 ) [13]

Estimation russe : 581 000 tués, disparus, blessés et capturés. [14]
Défense de Moscou : [15] (30 septembre 1941 au 5 novembre 1942)
  • 514 338 tués ou portés disparus
  • 143 941 blessés
Offensive de Moscou : [15] (5 décembre 1941 au 7 janvier 1942)
  • 139 586 tués ou portés disparus
  • 231 369 blessés
Total : 1 029 234 (voir § Victimes )

La bataille de Moscou était une campagne militaire qui consistait en deux périodes de combats stratégiquement importants sur un secteur de 600 km (370 mi) du front oriental pendant la Seconde Guerre mondiale . Elle a eu lieu entre octobre 1941 et janvier 1942. L'effort défensif soviétique a contrecarré l' attaque d' Hitler contre Moscou , la capitale et la plus grande ville de l' Union soviétique . Moscou était l'un des principaux objectifs militaires et politiques des forces de l'Axe dans leur invasion de l'Union soviétique .

L' offensive stratégique allemande , nommée Opération Typhon , a appelé à deux offensives en tenaille , l'une au nord de Moscou contre le front Kalinine par les 3e et 4e armées Panzer , coupant simultanément le chemin de fer Moscou-Leningrad , et une autre au sud de l'oblast de Moscou contre le front occidental au sud de Toula , par la 2e armée blindée , tandis que la 4e armée avançait directement vers Moscou par l'ouest.

Initialement, les forces soviétiques menèrent une défense stratégique de l' oblast de Moscou en construisant trois ceintures défensives , en déployant des armées de réserve nouvellement levées et en amenant des troupes des districts militaires de Sibérie et d' Extrême-Orient . Alors que les offensives allemandes étaient arrêtées, une contre-offensive stratégique soviétique et des opérations offensives à plus petite échelle ont forcé les armées allemandes à revenir aux positions autour des villes d' Orel , de Viazma et de Vitebsk., et a presque encerclé trois armées allemandes. Ce fut un revers majeur pour les Allemands et la fin de leur croyance en une victoire allemande rapide sur l'URSS. [16] À la suite de l'échec de l'offensive, le maréchal Walther von Brauchitsch a été démis de ses fonctions de commandant suprême de l' armée allemande , Hitler le remplaçant à ce poste.

Contexte

Le front oriental au moment de la bataille de Moscou :
  Avance initiale de la Wehrmacht – jusqu'au 9 juillet 1941
  Avances ultérieures – jusqu'au 1er septembre 1941
  Encerclement et bataille de Kiev au 9 septembre 1941
  Avance finale de la Wehrmacht – jusqu'au 5 décembre 1941

L'opération Barbarossa , le plan d'invasion allemand, prévoyait la capture de Moscou dans les quatre mois. Le 22 juin 1941, les forces de l'Axe envahissent l'Union soviétique, détruisent la majeure partie de l' armée de l'air soviétique au sol et s'enfoncent profondément dans le territoire soviétique en utilisant des tactiques de blitzkrieg pour détruire des armées soviétiques entières. Le groupe d' armées allemand Nord se dirigea vers Léningrad, le groupe d'armées Sud prit le contrôle de l' Ukraine et le groupe d'armées Centre avança vers Moscou. En juillet 1941, le groupe d'armées Centre traversa le fleuve Dniepr , sur la route de Moscou. [17]

Le 15 juillet 1941, les forces allemandes s'emparent de Smolensk , un important bastion sur la route de Moscou. [18] À ce stade, bien que Moscou soit vulnérable, une offensive contre la ville aurait exposé les flancs allemands. En partie pour faire face à ces risques et pour tenter de sécuriser les ressources alimentaires et minérales de l'Ukraine, Hitler a ordonné à l'attaque de se tourner vers le nord et le sud et d'éliminer les forces soviétiques à Leningrad et à Kiev . [19] Cela a retardé l'avance allemande sur Moscou. [19] Lorsque cette avance a repris le 30 septembre 1941, les forces allemandes avaient été affaiblies, tandis que les Soviétiques avaient levé de nouvelles forces pour la défense de la ville. [19]

Carte du double encerclement Viazma-Bryansk (en allemand).

Avance allemande initiale (30 septembre – 10 octobre)

Plans

Pour Hitler, la capitale soviétique était secondaire et il croyait que la seule façon de mettre l'Union soviétique à genoux était de la vaincre économiquement. Il a estimé que cela pourrait être accompli en saisissant les ressources économiques de l'Ukraine à l'est de Kiev. [20] Lorsque Walther von Brauchitsch , commandant en chef de l'armée, a soutenu une poussée directe vers Moscou, on lui a dit que "seuls les cerveaux sclérosés pouvaient penser à une telle idée". [20] Franz Halder , chef de l' état-major général de l' armée , était également convaincu qu'une campagne pour s'emparer de Moscou serait victorieuse après que l'armée allemande ait infligé suffisamment de dégâts aux forces soviétiques. [21] Ce point de vue était partagé par la plupart au sein du haut commandement allemand. [20]Mais Hitler a annulé ses généraux en faveur d'un empochage des forces soviétiques autour de Kiev dans le sud, suivi de la prise de l'Ukraine. Le mouvement a été un succès, entraînant la perte de près de 700 000 membres de l'Armée rouge tués, capturés ou blessés le 26 septembre, et de nouvelles avancées des forces de l'Axe. [22]

À la fin de l'été, Hitler a redirigé son attention vers Moscou et a affecté le centre du groupe d'armées à cette tâche. Les forces engagées dans l' opération Typhon comprenaient trois armées d'infanterie (la 2e , 4e et 9e [23] ) soutenu par trois Panzer Groupes_administration (réservoir) (le 2ème , 3ème et 4ème ) et par la Luftwaffe ' s Luftflotte 2 . Jusqu'à deux millions de soldats allemands ont été engagés dans l'opération, ainsi que 1 000 à 2 470 chars et canons d'assaut et 14 000 canons. La force aérienne allemande, cependant, avait été sévèrement réduite au cours de la campagne de l'été ; la Luftwaffeavait perdu 1 603 avions et 1 028 avaient été endommagés. La Luftflotte 2 n'avait que 549 machines utilisables, dont 158 ​​bombardiers moyens et en piqué et 172 chasseurs, disponibles pour l'opération Typhoon. [24] L'attaque s'est appuyée sur des tactiques de blitzkrieg standard , en utilisant des groupes de Panzer se précipitant profondément dans les formations soviétiques et en exécutant des mouvements à double pince, empochant des divisions de l'Armée rouge et les détruisant. [25]

Face à la Wehrmacht se trouvaient trois fronts soviétiques formant une ligne défensive basée sur les villes de Viazma et de Briansk , qui barraient la route à Moscou. Les armées qui composent ces fronts ont également été impliquées dans de violents combats. Pourtant, c'était une formidable concentration composée de 1 250 000 hommes, 1 000 chars et 7 600 canons. L' armée de l'air soviétique (Voyenno-Vozdushnye Sily , VVS) avait subi des pertes effroyables de quelque 7 500 [26] à 21 200 [27] avions. Des réalisations industrielles extraordinaires avaient commencé à les remplacer, et au début du Typhoon, le VVS pouvait rassembler 936 avions, dont 578 étaient des bombardiers. [28]

Une fois la résistance soviétique éliminée le long du front Viazma-Briansk, les forces allemandes devaient se presser vers l'est, encerclant Moscou en la débordant par le nord et le sud. Les combats continus avaient réduit leur efficacité et les difficultés logistiques sont devenues plus aiguës. Le général Guderian , commandant de la 2e armée blindée, a écrit que certains de ses chars détruits n'avaient pas été remplacés, et qu'il y avait des pénuries de carburant au début de l'opération. [29]

Batailles de Viazma et Briansk

L'attaque allemande s'est déroulée comme prévu, le 4e groupe Panzer traversant le centre presque sans opposition, puis divisant ses forces mobiles au nord pour achever l'encerclement de Vyazma avec le 3e groupe Panzer et d'autres unités au sud pour fermer l'anneau autour de Briansk en collaboration avec le 2e Groupe Panzer. Les défenses soviétiques, encore en construction, sont envahies et les fers de lance des 3e et 4e Panzer Groups se réunissent à Viazma le 10 octobre 1941. [30] [31] Quatre armées soviétiques (les 16e , 19e , 20e , 24e et une partie de la 32e ) ont été encerclés dans une grande poche juste à l'ouest de la ville. [32]

Offensives allemandes pendant l'opération Typhoon

Les forces soviétiques encerclées ont continué à se battre, et la Wehrmacht a dû employer 28 divisions pour les éliminer, en utilisant des troupes qui auraient pu soutenir l'offensive vers Moscou. Les restes des fronts soviétiques de l' Ouest et de la Réserve se sont retirés et ont occupé de nouvelles lignes défensives autour de Mozhaisk. [32] Bien que les pertes aient été élevées, certaines des unités encerclées se sont échappées en petits groupes, allant de pelotons à des divisions complètes de fusiliers. [31] La résistance soviétique près de Viazma a également donné le temps au haut commandement soviétique de renforcer les quatre armées défendant Moscou (les 5e , 16e , 43e et 49earmées). Trois divisions de fusiliers et deux divisions de chars ont été transférées de Sibérie orientale et d'autres suivront. [32]

Le temps a commencé à changer, gênant les deux côtés. Le 7 octobre, la première neige est tombée et a rapidement fondu, transformant les routes et les zones dégagées en bourbiers boueux, un phénomène connu sous le nom de rasputitsa en Russie. Les groupes blindés allemands ont été considérablement ralentis, permettant aux forces soviétiques de se replier et de se regrouper. [33] [34]

Les forces soviétiques ont pu contre-attaquer dans certains cas. Par exemple, la 4e division blindée est tombée dans une embuscade tendue par le 1er corps de fusiliers spéciaux de la garde formé à la hâte par Dmitri Leliushenko , y compris la 4e brigade de chars de Mikhail Katukov , près de la ville de Mtsensk . Les chars T-34 nouvellement construits étaient cachés dans les bois alors que les blindés allemands passaient devant eux; alors qu'une équipe de combat d'infanterie soviétique maîtrisait son avance, les blindés soviétiques attaquèrent des deux flancs et détruisirent les chars allemands Panzer IV . Pour la Wehrmacht, le choc de cette défaite fut si grand qu'une enquête spéciale fut ordonnée. [31]Guderian et ses troupes ont découvert, à leur grand désarroi, que les T-34 soviétiques étaient presque imperméables aux canons de chars allemands. Comme l'a écrit le général, "Nos chars Panzer IV avec leurs canons courts de 75 mm ne pouvaient exploser un T-34 qu'en frappant le moteur par derrière." Guderian a également noté dans ses mémoires que « les Russes ont déjà appris quelques choses ». [35] [36] En 2012, Niklas Zetterling a contesté la notion d'un renversement allemand majeur à Mtsensk, notant que seul un groupement tactique de la 4e Panzer Division était engagé alors que la majeure partie de la division combattait ailleurs, que les deux camps se sont retirés du champ de bataille après les combats et que les Allemands n'ont perdu que six chars détruits et trois endommagés. Pour les commandants allemands comme Hoepneret Bock, l'action était sans conséquence ; leur souci principal était la résistance de l'intérieur de la poche, pas de l'extérieur. [37]

La colonne blindée allemande avance sur le front de Moscou, octobre 1941

D'autres contre-attaques ont encore ralenti l'offensive allemande. La 2e armée, qui opérait au nord des forces de Guderian dans le but d'encercler le front de Briansk, avait subi une forte pression de l'Armée rouge assistée d'un appui aérien. [38]

Selon les évaluations allemandes de la défaite soviétique initiale, 673 000 soldats avaient été capturés par la Wehrmacht dans les poches de Viazma et de Briansk, [39] bien que des recherches récentes suggèrent un chiffre plus faible mais toujours énorme de 514 000 prisonniers, réduisant la force soviétique de 41 %. [40] Des pertes de personnel de 499 001 (permanentes ainsi que temporaires) ont été calculées par le commandement soviétique. [41] Le 9 octobre, Otto Dietrich du ministère allemand de la Propagande, citant Hitler lui-même, a annoncé dans une conférence de presse la destruction imminente des armées défendant Moscou. Comme Hitler n'avait jamais eu à mentir sur un fait militaire spécifique et vérifiable, Dietrich convainquit les correspondants étrangers que l'effondrement de toute la résistance soviétique était peut-être dans quelques heures. Le moral des civils allemands - bas depuis le début de Barberousse - s'est considérablement amélioré, avec des rumeurs de soldats rentrés d'ici Noël et de grandes richesses du futur Lebensraum à l'est. [42]

La boue de la rasputitsa devant Moscou, novembre 1941

Cependant, la résistance de l'Armée rouge avait ralenti la Wehrmacht. Lorsque les Allemands sont arrivés en vue de la ligne Mozhaisk à l'ouest de Moscou le 10 octobre, ils ont rencontré une autre barrière défensive occupée par les nouvelles forces soviétiques. Le même jour, Gueorgui Joukov, qui avait été rappelé du front de Léningrad le 6 octobre, prend en charge la défense de Moscou et les fronts combinés de l' Ouest et de la Réserve , avec le colonel général Ivan Konev comme adjoint. [43] [44] Le 12 octobre, Zhukov a ordonné la concentration de toutes les forces disponibles sur une ligne Mozhaisk renforcée, un mouvement soutenu par le général Vasilevsky de l'état-major général. [45] La Luftwaffecontrôlait toujours le ciel partout où il apparaissait, et des groupes de Stuka et de bombardiers ont effectué 537 sorties, détruisant quelque 440 véhicules et 150 pièces d'artillerie. [46] [47]

Le 15 octobre, Staline ordonna l'évacuation du Parti communiste, de l'état-major général et de divers bureaux du gouvernement civil de Moscou à Kuibyshev (aujourd'hui Samara ), ne laissant derrière lui qu'un nombre limité de fonctionnaires. L'évacuation a provoqué la panique parmi les Moscovites. Les 16 et 17 octobre, une grande partie de la population civile a tenté de fuir, assaillant les trains disponibles et bloquant les routes de la ville. Malgré tout cela, Staline est resté publiquement dans la capitale soviétique, calmant quelque peu la peur et le pandémonium. [31]

Ligne de défense de Mojaïsk (13-30 octobre)

Des femmes de Moscou creusent des tranchées antichars autour de leur ville en 1941

Le 13 octobre 1941, la Wehrmacht avait atteint la ligne de défense de Mojaïsk , un ensemble construit à la hâte de quatre lignes de fortifications [23] protégeant les approches occidentales de Moscou qui s'étendaient de Kalinine vers Volokolamsk et Kaluga . Malgré des renforts récents, seuls environ 90 000 soldats soviétiques occupaient cette ligne, bien trop peu pour endiguer l'avance allemande. [48] [49] Compte tenu des ressources limitées disponibles, Joukov a décidé de concentrer ses forces à quatre points critiques : la 16ème armée sous le lieutenant-général Rokossovsky gardait Volokolamsk , Mozhaisk a été défendu parLa 5e armée du général de division Govorov , la 43e armée du général de division Golubev a défendu Maloyaroslavets et la 49e armée du lieutenant-général Zakharkin a protégé Kaluga. [50] L'ensemble du front occidental soviétique – presque détruit après son encerclement près de Vyazma – était en train d'être recréé presque à partir de zéro. [51]

Chars et troupes allemands dans les rues de Kalinin, octobre 1941

Moscou elle-même a également été fortifiée à la hâte. Selon Zhukov, 250 000 femmes et adolescents ont travaillé à la construction de tranchées et de fossés antichars autour de Moscou, déplaçant près de trois millions de mètres cubes de terre sans aucune aide mécanique. Les usines de Moscou ont été rapidement converties à des tâches militaires : une usine automobile a été transformée en armurerie de mitraillettes , une usine d'horlogerie a fabriqué des détonateurs de mines , la chocolaterie est passée à la production alimentaire pour le front et des stations de réparation d'automobiles ont travaillé à réparer les chars endommagés et les véhicules militaires. [52] Malgré ces préparatifs, la capitale était à une distance de frappe des chars allemands, la Luftwaffe organisant des raids aériens à grande échelle sur la ville. Les raids aériens n'ont causé que des dommages limités en raison dedes défenses antiaériennes et des pompiers civils efficaces. [53]

Barricades dans une rue de Moscou, octobre 1941

Le 13 octobre 1941 (15 octobre, selon d'autres sources), la Wehrmacht reprend son offensive. Au début, les forces allemandes ont tenté de contourner les défenses soviétiques en poussant au nord-est vers la ville faiblement protégée de Kalinin et au sud vers Kaluga et Tula , capturant tout sauf Tula le 14 octobre. Encouragés par ces premiers succès, les Allemands lancent un assaut frontal contre la ligne fortifiée, prenant Mozhaisk et Maloyaroslavets le 18 octobre, Naro-Fominsk le 21 octobre et Volokolamsk le 27 octobre après d'intenses combats. En raison du danger croissant d'attaques de flanc, Joukov a été contraint de se replier [31] en retirant ses forces à l'est de la rivière Nara . [54]

Dans le sud, la deuxième armée blindée a d'abord avancé vers Toula avec une relative facilité car la ligne de défense de Mozhaisk ne s'étendait pas aussi loin au sud et aucune concentration significative de troupes soviétiques n'a bloqué leur avance. Cependant, le mauvais temps, les problèmes de carburant et les routes et ponts endommagés ont finalement ralenti l'armée allemande et Guderian n'a atteint la périphérie de Tula que le 26 octobre. [55] Le plan allemand prévoyait initialement la capture rapide de Toula, suivie d'un mouvement en tenaille autour de Moscou. La première attaque est cependant repoussée par la 50e armée et des volontaires civils le 29 octobre, après un combat à vue de la ville. S'ensuit la contre-offensive du 1er corps de cavalerie de la garde dont les flancs sont sécurisés par la 10e armée ,49e armée et 50e armée qui ont attaqué de Tula. [56] Le 31 octobre, le haut commandement de l'armée allemande a ordonné l'arrêt de toutes les opérations offensives jusqu'à ce que des problèmes logistiques de plus en plus graves soient résolus et que la rasputitsa se soit calmée. [ citation nécessaire ]

Avance de la Wehrmacht vers Moscou (1er novembre – 5 décembre)

L'usure

À la fin du mois d'octobre, les forces allemandes étaient épuisées, avec seulement un tiers de leurs véhicules à moteur en état de marche, des divisions d'infanterie réduites du tiers à la moitié et de sérieux problèmes logistiques empêchant la livraison de vêtements chauds et d'autres équipements d'hiver au front. Même Hitler semblait céder à l'idée d'une longue lutte, car la perspective d'envoyer des chars dans une si grande ville sans un soutien d'infanterie lourd semblait risquée après la coûteuse prise de Varsovie en 1939. [57]

Défilé des troupes soviétiques sur la Place Rouge , vendredi 7 novembre 1941, représenté dans une peinture de 1949 de Konstantin Yuon démontrant de manière éclatante la signification symbolique de l'événement [44] : 31 

Pour renforcer la détermination de l'Armée rouge et remonter le moral des civils, Staline ordonna que le défilé militaire traditionnel du 7 novembre ( jour de la révolution ) se déroule sur la Place Rouge . Les troupes soviétiques ont défilé devant le Kremlin, puis ont marché directement vers le front. Le défilé avait une grande signification symbolique en démontrant la détermination soviétique continue, et a été fréquemment invoqué comme tel dans les années à venir. Malgré ce spectacle courageux, la position de l'Armée rouge reste précaire. Bien que 100 000 soldats soviétiques supplémentaires aient renforcé Klin et Tula , où de nouvelles offensives allemandes étaient attendues, les défenses soviétiques sont restées relativement minces. Néanmoins, Staline a ordonné plusieurs contre-offensives préventivescontre les lignes allemandes. Celles-ci ont été lancées malgré les protestations de Joukov, qui a souligné l'absence totale de réserves. [58] La Wehrmacht a repoussé la plupart de ces contre-offensives, qui ont dilapidé les forces soviétiques qui auraient pu être utilisées pour la défense de Moscou. Le seul succès notable de l'offensive a eu lieu à l'ouest de Moscou près d' Aleksino , où les chars soviétiques ont infligé de lourdes pertes à la 4e armée car les Allemands manquaient encore d'armes antichars capables d'endommager les nouveaux chars T-34 bien blindés. [57]

Du 31 octobre au 13-15 novembre, le haut commandement de la Wehrmacht se retire alors qu'il se prépare à lancer une deuxième offensive vers Moscou. Bien que le groupe d'armées Centre possédait encore une force nominale considérable, ses capacités de combat avaient considérablement diminué en raison de l'usure et de la fatigue. Alors que les Allemands étaient conscients de l'afflux continu de renforts soviétiques de l'est ainsi que de la présence d'importantes réserves, étant donné les énormes pertes soviétiques, ils ne s'attendaient pas à ce que les Soviétiques soient en mesure de monter une défense déterminée. [59]Mais par rapport à la situation en octobre, les divisions de fusiliers soviétiques occupaient une position défensive beaucoup plus forte : un triple anneau défensif entourant la ville et quelques vestiges de la ligne Mozhaisk près de Klin. La plupart des armées de campagne soviétiques disposaient désormais d'une défense à plusieurs niveaux, avec au moins deux divisions de fusiliers dans des positions de deuxième échelon. Les équipes de soutien d'artillerie et de sapeurs étaient également concentrées le long des routes principales que les troupes allemandes devaient utiliser dans leurs attaques. Il y avait aussi de nombreuses troupes soviétiques encore disponibles dans les armées de réserve derrière le front. Enfin, les troupes soviétiques — et surtout les officiers — étaient désormais plus expérimentées et mieux préparées à l'offensive. [57]

Le 15 novembre 1941, le sol avait finalement gelé, résolvant le problème de la boue. Les fers de lance blindés de la Wehrmacht, constitués de 51 divisions, pouvaient désormais avancer, dans le but d'encercler Moscou et de faire leur jonction près de la ville de Noginsk , à l'est de la capitale. Pour atteindre cet objectif, les troisième et quatrième groupes blindés allemands devaient concentrer leurs forces entre le réservoir de la Volga et Mozhaysk, puis passer devant la 30e armée soviétique vers Klin et Solnechnogorsk , en encerclant la capitale par le nord. Au sud, la deuxième armée blindée entend contourner Toula, toujours détenue par l'Armée rouge, et avancer vers Kashira et Kolomna., rejoignant la tenaille nord de Noginsk. La 4e armée de campagne allemande au centre devait « fixer les troupes du front occidental ». [44] : 33, 42–43 

Tenaille ratée

Le 15 novembre 1941, les armées de chars allemands ont commencé leur offensive vers Klin , où aucune réserve soviétique n'était disponible en raison du souhait de Staline de tenter une contre-offensive à Volokolamsk , ce qui avait forcé la relocalisation de toutes les forces de réserve disponibles plus au sud. Les premières attaques allemandes divisent le front en deux, séparant la 16e armée de la 30e. [57] Plusieurs jours de combat intense ont suivi. Joukov a rappelé dans ses mémoires que "l'ennemi, ignorant les pertes, faisait des assauts frontaux, prêt à se rendre à Moscou par tous les moyens nécessaires". [60]Malgré les efforts de la Wehrmacht, la défense à plusieurs niveaux a réduit les pertes soviétiques alors que la 16e armée soviétique se retirait lentement et harcelait constamment les divisions allemandes qui tentaient de se frayer un chemin à travers les fortifications. [ citation nécessaire ]

Des soldats allemands soignent un camarade blessé près de Moscou, de novembre à décembre 1941

La troisième armée Panzer a capturé Klin après de violents combats le 23 novembre, Solnechnogorsk également le 24 novembre et Istra , le 24/25 novembre. La résistance soviétique était encore forte et l'issue de la bataille n'était en aucun cas certaine. Apparemment, Staline a demandé à Joukov si Moscou pouvait être défendu avec succès et lui a ordonné de « parler honnêtement, comme un communiste ». Joukov a répondu que c'était possible, mais que des réserves étaient nécessaires de toute urgence. [60] Le 27 novembre, la 7e division blindée allemande avait saisi une tête de pont sur le canal Moscou-Volga - le dernier obstacle majeur avant Moscou - et se tenait à moins de 35 km (22 mi) du Kremlin; [57] mais une puissante contre-attaque de la 1ère armée de choc les repousse.[61] Juste au nord-ouest de Moscou, la Wehrmacht a atteint Krasnaya Polyana , à un peu plus de 29 km (18 mi) du Kremlin au centre de Moscou; [62] Les officiers allemands ont pu distinguer certains des principaux bâtiments de la capitale soviétique à travers leurs jumelles. Les forces soviétiques et allemandes étaient gravement épuisées, n'ayant parfois que 150 à 200 fusiliers - l'effectif total d'une compagnie - dans un régiment . [57]

Soldats allemands à l'ouest de Moscou, décembre 1941

Au sud, près de Tula, les combats reprennent le 18 novembre 1941, la deuxième armée blindée tentant d'encercler la ville. [57] Les forces allemandes impliquées ont été extrêmement battues par les combats précédents et n'avaient toujours pas de vêtements d'hiver. En conséquence, les progrès allemands initiaux n'étaient que de 5 à 10 km (3,1 à 6,2 mi) par jour. [63] De plus, il a exposé les armées de chars allemands aux attaques de flanc des 49e et 50e armées soviétiques, situées près de Tula, ralentissant encore l'avance. Guderian a néanmoins pu poursuivre l'offensive, répartissant ses forces dans une attaque en forme d'étoile, prenant Stalinogorsk le 22 novembre 1941 et entourant une division de fusiliers soviétique stationnée là-bas. Le 26 novembre, des chars allemands s'approchent de Kashira, une ville contrôlant une grande autoroute vers Moscou. En réponse, une contre-attaque soviétique a été lancée le lendemain. Général Pavel Belov « s 2e corps de cavalerie , 1er Gardes Division de cavalerie , 2e Gardes Division de cavalerie soutenu par des formations à la hâte assemblées, qui comprenait 173e division d' infanterie, 9e Brigade de chars, deux bataillons de chars séparés, et les unités de formation et de la milice, [64] stoppé la Avancée allemande près de Kashira. [44] : 35-36  [65] Les Allemands sont repoussés début décembre, sécurisant l'approche sud de la ville. [66] Tula elle-même tenue, protégée par des fortifications et des défenseurs déterminés principalement de la 50e armée, composé à la fois de militaires et de civils. Au sud, la Wehrmacht ne s'est jamais approchée de la capitale. Le premier coup de la contre-offensive du front occidental à la périphérie de Moscou tomba sur la 2e armée blindée de Guderian . [67]

En raison de la résistance des côtés nord et sud de Moscou, le 1er décembre, la Wehrmacht a tenté une offensive directe de l'ouest le long de l'autoroute Minsk-Moscou près de la ville de Naro-Fominsk . Cette offensive avait un soutien de chars limité et était dirigée contre de vastes défenses soviétiques. Après avoir rencontré une résistance déterminée de la 1re division de fusiliers motorisés de la Garde soviétique et des contre-attaques de flanc organisées par la 33e armée , l'offensive allemande s'est arrêtée et a été repoussée quatre jours plus tard lors de la contre-offensive soviétique qui a suivi. [57] Le même jour, le 638th Infantry Regiment, la seule formation étrangère de la Wehrmacht qui a pris part à l'avance sur Moscou, est entré en action près du village de Diutkovo. [68] Le 2 décembre, un bataillon de reconnaissance est arrivé dans la ville de Khimki, à environ 30 km du Kremlin dans le centre de Moscou, atteignant son pont sur le canal Moscou-Volga ainsi que sa gare. Cela a marqué l'approche la plus proche des forces allemandes à Moscou. [69] [70]

Troupes de ski de l'Armée rouge à Moscou. Extrait du documentaire Moscou contre-attaque , 1942

L'hiver européen 1941-1942 a été le plus froid du vingtième siècle. [71] Le 30 novembre, von Bock a affirmé dans un rapport à Berlin que la température était de −45 °C (−49 °F). [72] Le général Erhard Raus , commandant de la 6e division blindée , notait la température moyenne quotidienne dans son journal de guerre. Il montre une période soudainement beaucoup plus froide du 4 au 7 décembre : de -36 à -38 °C (-37 à -38 °F), bien que la méthode ou la fiabilité de ses mesures ne soient pas connues. [73] D'autres rapports de température variaient considérablement. [74] [75] Zhukov a dit que le temps glacial de novembre n'est resté qu'environ -7 à -10 °C (+19 à +14 °F). [76]Les archives officielles du Service météorologique soviétique montrent qu'au point le plus bas, la température la plus basse en décembre a atteint -28.8 °C (-20 °F). [76] Ces chiffres indiquaient des conditions extrêmement froides et les troupes allemandes gelaient sans vêtements d'hiver, utilisant un équipement qui n'était pas conçu pour des températures aussi basses. Plus de 130 000 cas d'engelures ont été signalés parmi les soldats allemands. [48] La graisse gelée devait être retirée de chaque coque chargée [48] et les véhicules devaient être chauffés pendant des heures avant utilisation. Le même temps froid a frappé les troupes soviétiques, mais elles étaient mieux préparées. [75]Les vêtements étaient complétés par des vêtements et des bottes soviétiques, qui étaient souvent en meilleur état que les vêtements allemands car les propriétaires avaient passé beaucoup moins de temps au front. Les cadavres ont été décongelés pour retirer les objets ; une fois, lorsque 200 corps ont été laissés sur le champ de bataille, les « commandos de scie » ont récupéré suffisamment de vêtements pour équiper chaque homme d'un bataillon. [77]

L'offensive de l'Axe sur Moscou s'est arrêtée. Heinz Guderian écrit dans son journal que "l'offensive sur Moscou a échoué... Nous avons sous-estimé la force de l'ennemi, ainsi que sa taille et son climat. Heureusement, j'ai arrêté mes troupes le 5 décembre, sinon la catastrophe serait inévitable". [78]

Inondations artificielles

Certains historiens ont suggéré que les inondations artificielles ont joué un rôle important dans la défense de Moscou. [79] Ils étaient principalement destinés à briser la glace et à empêcher les troupes et l'équipement militaire lourd de traverser la Volga et le réservoir d'Ivankovo . [80] Cela a commencé avec l'explosion du barrage-réservoir d' Istra  [ ru ] le 24 novembre 1941. Le 28 novembre 1941, l'eau a été drainée dans les rivières Yakhroma et Sestra à partir de six réservoirs ( Khimki  [ ru ] , Iksha  [ ru ] , Pyalovskoïe  [ru ] , Pestovskoye  [ ru ] , Pirogovskoye  [ ru ] , et Klyazma  [ ru ] réservoirs), ainsi que du réservoir d'Ivankovo ​​en utilisant des barrages près de Doubna . [79] Cela a causé la submersion partielle de 30 à 40 villages, même dans les conditions météorologiques hivernales sévères de l'époque. [79] [81] Les deux étaient les résultats de l'ordre 0428 du quartier général soviétique du 17 novembre 1941. Les inondations artificielles ont également été utilisées comme une arme non conventionnelle d'impact direct. [82]

Contre-offensive soviétique

La contre-offensive d'hiver soviétique, 5 décembre 1941 - 7 mai 1942

Bien que l'offensive de la Wehrmacht ait été arrêtée, les services de renseignement allemands ont estimé que les forces soviétiques n'avaient plus de réserves et seraient donc incapables de lancer une contre-offensive. Cette estimation s'est avérée fausse, car Staline a transféré plus de 18 divisions, 1 700 chars et plus de 1 500 avions de Sibérie et d'Extrême-Orient. [83] L'Armée rouge avait accumulé une réserve de 58 divisions au début de décembre [48] lorsque l'offensive proposée par Joukov et Vasilevsky fut finalement approuvée par Staline. [84] Même avec ces nouvelles réserves, les forces soviétiques engagées dans l'opération ne comptaient que 1 100 000 hommes, [74] ne dépassant que légèrement la Wehrmacht. Néanmoins, avec un déploiement prudent des troupes, un ratio de deux pour un a été atteint à certains points critiques. [48]

Le 5 décembre 1941, la contre-offensive pour « éliminer la menace immédiate contre Moscou » a commencé sur le front de Kalinine. Le front sud-ouest et les fronts ouest ont commencé leurs offensives le lendemain. Après plusieurs jours de peu de progrès, les armées soviétiques reprirent Solnechnogorsk le 12 décembre et Klin le 15 décembre. L'armée de Guderian "battit une retraite précipitée vers Venev" puis Sukhinichi. "La menace qui surplombait Tula a été supprimée." [44] : 44-46, 48-51  [85]

Le 8 décembre, Hitler avait signé sa directive n° 39, ordonnant à la Wehrmacht de prendre une position défensive sur tout le front. Les troupes allemandes n'ont pas été en mesure d'organiser une défense solide à leurs emplacements initiaux et ont été contraintes de se retirer pour consolider leurs lignes. Guderian a écrit que les discussions avec Hans Schmidt et Wolfram Freiherr von Richthofen ont eu lieu le même jour, et les deux commandants ont convenu que la ligne de front actuelle ne pouvait pas être tenue. [86] [ source non primaire nécessaire ] Le 14 décembre, Franz Halder et Günther von Kluge ont finalement autorisé un retrait limité à l'ouest de la rivière Oka, sans l'approbation d'Hitler. [87] [88] Le 20 décembre, lors d'une réunion avec des officiers supérieurs allemands, Hitler a annulé le retrait et a ordonné à ses soldats de défendre chaque parcelle de terrain, "en creusant des tranchées avec des obus d'obusier si nécessaire." [89] [90] Guderian a protesté, en soulignant que les pertes dues au froid étaient en fait plus importantes que les pertes au combat et que l'équipement d'hiver était détenu par des liens de circulation en Pologne. [91] [92] Néanmoins, Hitler a insisté pour défendre les lignes existantes et Guderian a été licencié le 25 décembre, avec les généraux Hoepner et Strauss, commandants de la 4e Panzer et de la 9e armée, respectivement. Fedor von Bock a également été licencié, officiellement pour "raisons médicales". [93] Walther von Brauchitsch , le commandant en chef d'Hitler, avait été démis de ses fonctions encore plus tôt, le 19 décembre. [44] [94] [95]

Un mitrailleur soviétique couvre l'attaque d'infanterie près de Toula, en novembre 1941.

Pendant ce temps, l'offensive soviétique se poursuit dans le nord. L'offensive libéra Kalinin et les Soviétiques atteignirent Klin le 7 décembre, envahissant le quartier général du LVI Panzer Corps à l'extérieur de la ville. Alors que le front Kalinin se dirigeait vers l'ouest, un renflement s'est développé autour de Klin. Le commandant du front soviétique, le général Ivan Konev , tenta d'envelopper toutes les forces allemandes restantes. Joukov a détourné plus de forces vers l'extrémité sud du renflement, pour aider Konev à piéger la troisième armée Panzer. Les Allemands ont retiré leurs forces à temps. Bien que l'encerclement ait échoué, il a déséquilibré les défenses allemandes. Une deuxième tentative a été faite pour déborder les forces du nord du groupe d'armées, mais a rencontré une forte opposition près de Rzhev et a été forcée de s'arrêter, formant un saillant qui durera jusqu'en mars 1943. Dans le sud, l'offensive s'est également bien déroulée, les forces du front du sud-ouest Tula le 16 décembre 1941. Une réalisation majeure fut l'encerclement et la destruction du XXXVe corps allemand , protégeant le flanc sud de la deuxième armée blindée de Guderian. [96]

La Luftwaffe a été paralysée dans la seconde quinzaine de décembre. Le temps, enregistré à -42 °C (-44 °F), était un record météorologique. [97] Les difficultés logistiques et les températures glaciales créèrent des difficultés techniques jusqu'en janvier 1942. Entre-temps, la Luftwaffe avait pratiquement disparu du ciel de Moscou, tandis que la Red Air Force , opérant à partir de bases mieux préparées et bénéficiant de lignes intérieures, se renforçait. [97] Le 4 janvier, le ciel s'éclaircit. La Luftwaffe fut rapidement renforcée, car Hitler espérait que cela sauverait la situation. Les Kampfgruppen (Groupes de Bombardiers) II./ KG 4 et II./ KG 30sont arrivés du réaménagement en Allemagne, tandis que quatre Transportgruppen (groupes de transport) avec une force de 102 transports Junkers Ju 52 ont été déployés depuis la Luftflotte 4 (Air Fleet 4) pour évacuer les unités de l'armée encerclées et améliorer la ligne de ravitaillement des forces de première ligne. C'était un effort de dernière minute et ça a marché. L'armée de l'air allemande devait aider à empêcher un effondrement total du groupe d'armées Centre. Malgré les meilleurs efforts des Soviétiques, la Luftwaffe avait énormément contribué à la survie du groupe d'armées Centre. Entre le 17 et le 22 décembre, la Luftwaffe a détruit 299 véhicules à moteur et 23 chars autour de Tula, entravant la poursuite de l'armée allemande par l'Armée rouge. [98] [99]

Au centre, les progrès soviétiques étaient beaucoup plus lents. Les troupes soviétiques n'ont libéré Naro-Fominsk que le 26 décembre, Kaluga le 28 décembre et Maloyaroslavets le 2 janvier, après dix jours d'actions violentes. Les réserves soviétiques étaient faibles et l'offensive s'arrêta le 7 janvier 1942, après avoir repoussé les armées allemandes épuisées et gelées à 100-250 km (62-155 mi) de Moscou. Staline a continué à ordonner plus d'offensives afin de piéger et de détruire le centre du groupe d'armées devant Moscou, mais l'Armée rouge était épuisée et débordée et ils ont échoué. [100]

Conséquences

Médaille "Pour la Défense de Moscou" : 1 028 600 ont été décernées à partir du 1er mai 1944.

La contre-offensive hivernale de l'Armée rouge chassa la Wehrmacht de Moscou, mais la ville était toujours considérée comme menacée, avec une ligne de front relativement proche. Pour cette raison, le théâtre de Moscou reste une priorité pour Staline, qui semble d'abord sous le choc en raison du premier succès allemand. [101] En particulier, l'avance soviétique initiale n'a pas permis de réduire le saillant de Rzhev , détenu par plusieurs divisions du groupe d'armées Centre. Immédiatement après la contre-offensive de Moscou, une série d'attaques soviétiques (les batailles de Rzhev) ont été tentés contre le saillant, avec à chaque fois de lourdes pertes des deux côtés. Au début de 1943, la Wehrmacht dut se désengager du saillant alors que tout le front se déplaçait vers l'ouest. Néanmoins, le front de Moscou n'a finalement été sécurisé qu'en octobre 1943, lorsque le groupe d'armées Centre a été repoussé de manière décisive du pont terrestre de Smolensk et de la rive gauche du haut Dniepr à la fin de la deuxième bataille de Smolensk . [ citation nécessaire ]

Les soldats allemands se rendent : extrait du documentaire Moscou contre-attaque , 1942

Furieux que son armée n'ait pas pu prendre Moscou, Hitler limoge son commandant en chef, Walther von Brauchitsch , le 19 décembre 1941, et prend personnellement en charge la Wehrmacht, [94] prenant effectivement le contrôle de toutes les décisions militaires. De plus, Hitler s'est entouré d'officiers d'état-major avec peu ou pas d'expérience récente du combat. [102]

Pour la première fois depuis juin 1941, les forces soviétiques avaient arrêté les Allemands et les avaient repoussés. Cela a abouti à un Staline trop confiant étendant davantage l'offensive. Le 5 janvier 1942, lors d'une réunion au Kremlin, Staline annonça qu'il préparait une offensive générale de printemps, qui se déroulerait simultanément près de Moscou, Leningrad, Kharkov et la Crimée. Ce plan a été accepté malgré les objections de Joukov. [103] Les faibles réserves de l'Armée rouge et les compétences tactiques de la Wehrmacht ont conduit à une impasse sanglante près de Rzhev, connue sous le nom de " hachoir à viande de Rzhev ", et à une série de défaites de l'Armée rouge, comme la deuxième bataille de Kharkov , la tentative ratée d'élimination de la poche de Demyansk et l'encerclement du général Andrey Vlasovdans une tentative ratée de lever le siège de Leningrad et la destruction des forces de l'Armée rouge en Crimée. En fin de compte, ces échecs conduiraient à une offensive allemande réussie dans le sud et à la bataille de Stalingrad . [ citation nécessaire ]

Un film documentaire, Moscou contre-attaque , ( russe : Разгром немецких войск под Москвой , « Déroute des troupes allemandes près de Moscou »), a été réalisé pendant la bataille et rapidement sorti en Union soviétique. Il a été emmené en Amérique et montré au Globe à New York en août 1942. Le critique du New York Times a commenté que « La sauvagerie de cette retraite est un spectacle pour étourdir l'esprit. [104] En plus du défilé de Moscou et des scènes de bataille, le film comportait des images d'atrocités allemandes commises pendant l'occupation, « les enfants nus et massacrés allongés en affreux rangs, les jeunes gens se balançant mollement dans le froid à des potences branlantes, mais assez fort." [104]

Héritage

2001 Timbre russe pour le 60e anniversaire de la bataille de Moscou

La défense de Moscou est devenue un symbole de la résistance soviétique contre les forces d'invasion de l'Axe. Pour commémorer la bataille, Moscou a reçu le titre de « Ville des héros » en 1965, à l'occasion du 20e anniversaire du Jour de la Victoire . Un Musée de la Défense de Moscou a été créé en 1995. [105]

Dans la capitale russe de Moscou , un défilé militaire annuel sur la Place Rouge le 7 novembre a eu lieu en l'honneur du défilé de la révolution d'octobre et en remplacement des célébrations de la révolution d'octobre qui n'ont pas été célébrées au niveau national depuis 1995. Le défilé est organisé pour commémorer l'événement historique en tant que Journée d'honneur militaire . Le défilé comprend des troupes de la garnison de Moscou et du district militaire de l' Ouest , qui comptent généralement près de 3 000 soldats, cadets et reconstituteurs de l' Armée rouge . Le défilé est présidé par le maire de Moscouqui prononce un discours lors de l'événement. Avant le début du défilé, une reconstitution historique de la bataille de Moscou est réalisée par de jeunes étudiants, des bénévoles et des passionnés d'histoire. [106]

Des soldats vêtus d' uniformes de l' Armée rouge portant les étendards des fronts militaires du front de l' Est sur la Place Rouge , 7 novembre 2018.

Les ordres du défilé sont toujours donnés par un vétéran de haut rang des forces armées (généralement avec un billet de colonel) qui donne les ordres pour le défilé depuis la tribune près du mausolée de Lénine . Au commandement de Marche Rapide ! par le commandant du défilé, le défilé commence par l'air de la chanson de l'armée soviétique , sur laquelle marchent les gardes de couleur historiques tenant des symboles du temps de guerre tels que la bannière de la victoire et les étendards des différents fronts militaires. Le soutien musical pendant le défilé est toujours assuré par les fanfares massées de la garnison de Moscou, qui comprennent diverses fanfares militaires du district militaire occidental, la fanfare régimentaire du 154e régiment de Preobrazhensky, et la Musique militaire centrale du ministère de la Défense de la Russie . [107] [108]

Victimes

Les pertes allemandes et soviétiques au cours de la bataille de Moscou ont fait l'objet de débats, car diverses sources fournissent des estimations quelque peu différentes. Tous les historiens ne sont pas d'accord sur ce qui devrait être considéré comme la « bataille de Moscou » dans la chronologie de la Seconde Guerre mondiale. Alors que le début de la bataille est généralement considéré comme le début de l'opération Typhon le 30 septembre 1941 (ou parfois le 2 octobre 1941), il existe deux dates différentes pour la fin de l'offensive. [ citation nécessaire ] En particulier, certaines sources (comme Erickson [109] et Glantz [110] ) excluent l'offensive de Rzhev de la portée de la bataille, la considérant comme une opération distincte et faisant « s'arrêter » l'offensive de Moscou le 7 janvier 1942, diminuant ainsi le nombre de victimes.[ recherche originale ? ]

Il existe également des différences significatives dans les chiffres provenant de diverses sources. John Erickson, dans son Barbarossa : The Axis and the Allies , donne un chiffre de 653 924 victimes soviétiques entre octobre 1941 et janvier 1942. [109] Glantz, dans son livre When Titans Clashed , donne un chiffre de 658.279 pour la seule phase de défense, plus 370 955 pour la contre-offensive d'hiver jusqu'au 7 janvier 1942. [110] Les rapports de pertes quotidiens officiels de la Wehrmacht font état de 35 757 tués au combat, 128 716 blessés et 9 721 disparus au combat pour l'ensemble du groupe d'armées Centre entre le 1er octobre 1941 et le 10 janvier 1942. [ 111]Cependant, ce rapport officiel ne correspond pas aux rapports officieux d'officiers et de commandants de bataillon et de division individuels au front, qui enregistrent des pertes beaucoup plus élevées que ce qui a été officiellement rapporté. [112]

Du côté russe, la discipline est devenue féroce. Les groupes de blocage du NKVD étaient prêts à tirer sur quiconque battait en retraite sans ordre. Les escouades du NKVD se sont rendues dans les hôpitaux de campagne à la recherche de soldats auto-infligés, les soi-disant « auto-tireurs » - ceux qui se sont tirés une balle dans la main gauche pour échapper aux combats. Un chirurgien d'un hôpital de campagne de l'Armée rouge a admis avoir amputé les mains de garçons qui avaient tenté cette idée d'"auto-tirage" pour échapper aux combats, afin de les protéger d'une exécution immédiate via un peloton de punition. [113] Au cours des trois premiers mois, les détachements de blocage ont abattu 1 000 soldats pénitentiaires et envoyé 24 993 aux bataillons pénitentiaires. En octobre 1942, l'idée de détachements de blocage réguliers fut discrètement abandonnée ; en octobre 1944, les unités étaient officiellement dissoutes.[114] [115]

Voir aussi

Notes de bas de page

  1. ^ Zetterling & Frankson 2012 , p. 253.
  2. ^ Mercatante (2012). Pourquoi l'Allemagne a presque gagné : une nouvelle histoire de la Seconde Guerre mondiale en Europe . p. 105. ISBN 978-0313395932.
  3. ^ Stahel (2013). Opération Typhon : la marche d'Hitler sur Moscou, octobre 1941 . p. 45. ISBN 978-1107035126.
  4. ^ Stahel, David (2011). Kiev 1941 . p. 339. ISBN 978-1139503600.
  5. ^ Glantz (1995), p. 78.
  6. ^ Liedtke 2016 , p. 148.
  7. ^ un b Bergström 2007 p. 90.
  8. ^ Williamson 1983, p. 132.
  9. ^ Les deux sources utilisent les archives de la Luftwaffe. Les chiffres souvent cités de 900 à 1 300 ne correspondent pas aux retours de force enregistrés par la Luftwaffe. Sources : Prien, J. ; Stremmer, G.; Rodeike, P. ; Bock, W. Die Jagdfliegerverbande der Deutschen Luftwaffe 1934 bis 1945 , parties 6/I et II; Archives nationales des États-Unis, ordres de bataille allemands, statistiques des quarts d'années .
  10. ^ un b Bergström 2007, p. 111.
  11. ^ Liedtke, Enduring the Whirlwind, 3449. Kindle.
  12. ^ "РОССИЯ И XX . Глава V. ОТЕЧЕСТВЕННАЯ ВОЙНА" . rus-sky.com .
  13. ^ "1941" . Archivé de l'original le 25 octobre 2012.
  14. ^ "ВОЕННАЯ --[ сследования ]-- ов М.Ю. ермахт у ворот Москвы, 1941-1942" . militera.lib.ru .
  15. ^ un b David M. Glantz. Quand les Titans se sont affrontés . p. 298, 299.
  16. ^ Shirer, William L. "24, suédois (Livre III)". L'ascension et la chute du Troisième Reich . p. 275-87.
  17. ^ Bellamy 2007 , p. 243.
  18. ^ Bellamy 2007 , p. 240.
  19. ^ A b c Alan F. Wilt. "La pause de fin d'été d'Hitler en 1941". Affaires militaires , vol. 45, n° 4 (décembre 1981), pp. 187-91
  20. ^ A b c Flitton 1994 .
  21. ^ Niepold, Gerd (1993). "Plan Barberousse" . Dans David M. Glantz (éd.). La période initiale de la guerre sur le front de l'Est, 22 juin – août 1941 : Actes du colloque sur le quatrième art de la guerre, Garmisch, RFA, octobre 1987 . Série Cass sur la théorie et la pratique militaires soviétiques. 2 . Presse de psychologie. p. 67. ISBN 978-0714633756.
  22. ^ Glantz & Maison 1995 , p. 293.
  23. ^ un b Stahel, David (2014). Operacja "Tajfun" . Książka i Wiedza . Varsovie. p. 89. ISBN 978-83-05-136402.
  24. ^ Bergstöm 2007, p. 90.
  25. ^ Guderian, p. 307-09.
  26. ^ Hardesty, 1991, p. 61.
  27. ^ Bergström 2007, p. 118.
  28. ^ Bergström 2007, p. 90-91.
  29. ^ Guderian, p. 307
  30. ^ Clark Chapitre 8, "Le début de l'offensive de Moscou", p. 156 (schéma)
  31. ^ A b c d e Glantz, chapitre 6, sous-ch. "Viaz'ma et Briansk", pp. 74 et suiv.
  32. ^ A b c Vassilevski, p. 139.
  33. ^ Guderian, p. 316.
  34. ^ Clark, p. 165-66.
  35. ^ Guderian, p. 318.
  36. ^ David M. Glantz. Quand les Titans se sont affrontés . p. 80, 81.
  37. ^ Zetterling & Frankson 2012 , p. 100.
  38. ^ Bergström 2007, p. 91.
  39. ^ Geoffrey Jukes, La Seconde Guerre mondiale – Le front de l'Est 1941-1945, Osprey, 2002, ISBN 1-84176-391-8 , p. 29. 
  40. ^ Jukes, p. 31.
  41. ^ Glantz, Quand les Titans se sont affrontés p. 336 n15.
  42. ^ Smith, Howard K. (1942). Dernier train de Berlin . Knopf. p. 83-91.
  43. ^ La Grande Encyclopédie soviétique, 3e édition (1970-1979). 2010 Le groupe Gale, Inc.
  44. ^ A b c d e f Joukov, Georgy (1974). Maréchal de la Victoire, tome II . Pen and Sword Books Ltd. pp. 7, 19. ISBN 978-1781592915.
  45. ^ Joukov, tome 2, p. dix.
  46. ^ Plocher 1968, p. 231.
  47. ^ Bergström 2007, p. 93
  48. ^ A b c d e Jukes, p. 32.
  49. ^ Joukov, tome 2, p. 17.
  50. ^ Les plus grandes batailles du maréchal Joukov p. 50.
  51. ^ Joukov, tome 2, p. 18.
  52. ^ Joukov, tome 2, p. 22.
  53. ^ Braithwaite, p. 184-210.
  54. ^ Joukov, tome 2, p. 24.
  55. ^ Guderian, p. 329-30.
  56. ^ Joukov, tome 2, pp. 23-25.
  57. ^ A b c d e f g h Glantz, chapitre 6, sous-ch. "Aux portes", pp. 80ff.
  58. ^ Joukov, tome 2, p. 27.
  59. ^ Klink, pages 574, 590–92
  60. ^ a b Joukov, tome 2, p. 28.
  61. ^ Joukov, tome 2, p. 30.
  62. ^ Guderian, p. 345.
  63. ^ Guderian, p. 340.
  64. ^ Erickson, 'La route de Stalingrad', p. 260
  65. ^ AP Belov, Moscou est derrière nous , Moscou, Voenizdat, 1963, p. 97.
  66. ^ Belov, p. 106.
  67. ^ John S Harrel
  68. ^ Beyda, Oleg (7 août 2016). " ' La Grande Armée à Field Grey': La Légion des Volontaires Français Contre le Bolchevisme, 1941". Le Journal des études militaires slaves . 29 (3) : 500-18. doi : 10.1080/13518046.2016.1200933 . S2CID 148469794 . 
  69. ^ Henry Steele Commager, L'histoire de la Seconde Guerre mondiale , p. 144
  70. ^ Christopher Argyle, Chronologie de la Seconde Guerre mondiale au jour le jour , p. 78
  71. ^ Lejenäs, Harald (1989). « L'hiver rigoureux en Europe 1941-1942 : la circulation à grande échelle, les seuils de coupure et le blocage » . Bulletin de la Société météorologique américaine . 70 (3) : 271-81. Bibcode : 1989BAMS ... 70..271L . doi : 10.1175/1520-0477 (1989)070<0271:TSWIET>2.0.CO;2 .
  72. ^ Chew (1981), p. 34.
  73. ^ Raus (2009), p. 89.
  74. ^ un b Glantz, ch.6, sous-chapitre "contre-offensive de décembre", pp. 86ff.
  75. ^ une mousse b (2005), p. 298.
  76. ^ un b Chew (1981), p. 33.
  77. ^ Stahel 2019 , p. 317.
  78. ^ Guderian, p. 354-55.
  79. ^ A b c Iskander Kuzeev, "inondation de Moscou à l' automne 1941" , Echo de Moscou , le 30 Juin 2008
  80. ^ Mikhail Arkhipov, "Inondations au nord de l'oblast de Moscou en 1941" , Blog privé, 2 octobre 2007
  81. ^ Igor Kuvyrkov, « Inondation de Moscou en 1941 : nouvelles données » , canal Moscou Volga , 23 février 2015
  82. ^ Aperçu opérationnel des activités militaires sur le front occidental en 1941 , Archives centrales du ministère soviétique de la Défense , Stock 208 inventaire 2511 cas 1039, p. 112
  83. ^ Goldman p. 177
  84. ^ Joukov, tome 2, p. 37.
  85. ^ Histoire de la Seconde Guerre mondiale . Marshall Cavendish". pp. 29-32.
  86. ^ Guderian, p. 353-55.
  87. ^ Guderian, p. 354.
  88. ^ "Bataille de Moscou" . WW2DB . Récupéré le 28 septembre 2020 .
  89. ^ Guderian, p. 360-61.
  90. ^ STAHEL, DAVID. (2020). RETRAITE DE MOSCOU : une nouvelle histoire de la campagne d'hiver d'Allemagne 1941-1942 . PICADOR. ISBN 978-1-250-75816-3. OCLC  1132236223 .
  91. ^ Guderian, p. 363–64.
  92. ^ Bergström", Christer. Opération Barberousse 1941 : Hitler contre Staline . p. 245.
  93. ^ Grande Encyclopédie soviétique, Moscou, 1973-1978, entrée "Bataille de Moscou 1941-1942"
  94. ^ un b Guderian, p. 359.
  95. ^ "Walther von Brauchitsch | Officier militaire allemand" . Encyclopédie Britannica . Récupéré le 28 septembre 2020 .
  96. ^ Glantz et Maison 1995, p. 88-90.
  97. ^ un b Bergstrom 2003, p. 297.
  98. ^ Bergström 2007, p. 112-13.
  99. ^ Bergström 2003, p. 299.
  100. ^ Glantz et Maison 1995, p. 91-97.
  101. ^ Roberts, Cynthia A. (décembre 1995). « La planification de la guerre : l'Armée rouge et la catastrophe de 1941 ». Études Europe-Asie . 47 (8) : 1293-1326. doi : 10.1080/09668139508412322 . JSTOR 153299 . Le maréchal Georgii K. Zhukov, qui avait pressé Staline à plusieurs reprises d'alerter et de renforcer l'armée, a néanmoins rappelé le choc de l'attaque allemande lorsqu'il a noté que « ni le commissariat à la défense, moi-même, mes prédécesseurs BM Shaposhnikov et KA Meretskov, ni le L'état-major pensait que l'ennemi pouvait concentrer une telle masse de... forces et les engager dès le premier jour... 
  102. ^ Guderian, p. 365.
  103. ^ Joukov, tome 2, pp. 43-44.
  104. ^ un b T.S. (17 août 1942). "Revue de film : Moscou contre-attaque (1942) 'Moscou contre-attaque', L'histoire des hommes de caméra de première ligne de l'attaque russe, est vue au globe" . Le New York Times . Consulté le 18 mars 2015 .
  105. ^ Rodric Braithwaite, "Moscou 1941 : Une ville et ses habitants en guerre", p. 345.
  106. ^ Par exemple, "La Russie reconstitue un défilé historique de la Seconde Guerre mondiale à Moscou" . Nouvelles de la BBC . 7 novembre 2019.
  107. ^ AnydayGuide. "Anniversaire du défilé du jour de la révolution d'octobre 1941 en Russie / 7 novembre 2016" . AnydayGuide . Récupéré le 23 octobre 2016 .
  108. ^ "La Russie marque l'anniversaire du défilé militaire de 1941" . Archivé de l'original le 4 février 2019 . Récupéré le 3 février 2019 .
  109. ^ a b John Erickson, Barbarossa: L'Axe et les Alliés , tableau 12.4
  110. ^ a b Glantz, tableau B
  111. ^ « Rapports de pertes de 10 jours Heeresarzt par armée/groupe d'armées, 1941 » . Archivé de l'original le 25 octobre 2012 . Récupéré le 28 mars 2012 .
  112. ^ Jones, Michael (2009). La Retraite . New York : Thomas Dunne Books. pp. 107, 126–27, 292. ISBN 978-0719569265.
  113. ^ Antony Beevor , "La Seconde Guerre mondiale". p. 283
  114. ^ Звягинцев, еслав Егорович (2006). ойна на весах емиды: война 1941-1945 гг. в материалах следственно-судебных дел (en russe). ерра. ISBN 978-5-275-01309-2.
  115. ^ Roberts, Geoffrey (2006). Les guerres de Staline : de la guerre mondiale à la guerre froide, 1939-1953. Presse universitaire de Yale. p. 132 .

Sources

  • Bellamy, Chris (2007). Guerre absolue : la Russie soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale . New York : Livres d'époque. ISBN 978-0-375-72471-8..
  • Braithwaite, Rodric. Moscou 1941 : Une ville et ses habitants en guerre . Londres : Profile Books Ltd., 2006. ISBN 1-86197-759-X . 
  • Recueil d'actes législatifs relatifs aux Prix d'État de l'URSS (1984), Moscou, éd. Izvestia.
  • Belov, Pavel Alekseevich (1963). Za nami Moskva . Moscou : Voenizdat.
  • Bergström, Christer (2007). Barberousse – La bataille aérienne : juillet-décembre 1941 . Londres : Chevron/Ian Allan. ISBN 978-1-85780-270-2.
  • Boog, Horst; Förster, Jürgen ; Hoffmann, Joachim; Klink, Ernst; Müller, Rolf-Dieter ; Ueberschär, Gerd R. (1998). Attaque contre l'Union soviétique . L'Allemagne et la Seconde Guerre mondiale . IV . Traduit par Dean S. McMurry; Ewald Osers ; Louise Willmot. Oxford : Clarendon Press. ISBN 978-0-19-822886-8.
  • Chew, Allen F. (décembre 1981). « Combattre les Russes en hiver : trois études de cas » (PDF) . Papiers Leavenworth . Fort Leavenworth, Kansas (5). ISSN  0195-3451 . Archivé de l'original (PDF) le 14 février 2017 . Consulté le 29 mai 2017 .
  • Erickson, John ; Dilks, David (1994). Barberousse : L'Axe et les Alliés . Edimbourg : Edinburgh University Press. ISBN 978-0-7486-0504-0.
  • Glantz, David M. ; Maison, Jonathan M. (1995). Quand les Titans se sont affrontés : comment l'Armée rouge a arrêté Hitler . Lawrence : University Press of Kansas. ISBN 978-0-7006-0717-4.
  • Goldman, Stuart D. (2012). Nomonhan, 1939 ; La victoire de l'Armée rouge qui a façonné la Seconde Guerre mondiale . Presse de l'Institut naval. ISBN 978-1-61251-098-9.
  • Heinz Guderian, Воспоминания солдата (Mémoires d'un soldat), Smolensk, Rusich, 1999 (traduction russe de Guderian, Heinz (1951). Erinnerungen eines Soldaten . Heidelberg : Vowinckel.)
  • Hill, Alexander (2009). "Les chars britanniques de prêt-bail et la bataille de Moscou, novembre-décembre 1941 - Revisited." Journal d'études militaires slaves , 22 : 574-87. doi : 10.1080/13518040903355794 .
  • Hill, Alexander (2017), L'Armée rouge et la Seconde Guerre mondiale , Cambridge : Cambridge University Press, ISBN 978-1-1070-2079-5.
  • Hardesty, Von. Phénix rouge . Washington, DC : Smithsonian Institution Press, 1991. ISBN 1-56098-071-0 
  • Jukes, Geoffrey (2002). La Seconde Guerre mondiale : le front de l'Est 1941-1945 . Oxford : Balbuzard pêcheur. ISBN 978-1-84176-391-0.
  • Liedtke, Grégoire (2016). Endurer le tourbillon : l'armée allemande et la guerre russo-allemande 1941-1943 . Hélion et Compagnie. ISBN 978-1910777756.
  • Lopukhovsky, Lev (2013). Britton Stuart (éd.). La catastrophe de Viaz'ma, 1941 La position désastreuse de l'Armée rouge contre l'opération Typhon . Traduit par Britton Stuart. Midlands de l'Ouest : Hélion. ISBN 978-1-908916-50-1.
  • Mousse, Walter G. (2005). Une histoire de la Russie : depuis 1855 . Hymne russe et études slaves. II (2e éd.). Hymne Presse. ISBN 978-1-84331-034-1.
  • Nagorski, André (2007). La plus grande bataille : Staline, Hitler et la lutte désespérée pour Moscou qui a changé le cours de la Seconde Guerre mondiale . New York : Simon & Schuster. ISBN 978-0-7432-8110-2.
  • Flitton, Dave (réalisateur, producteur, scénariste) (1994). La bataille de Russie (documentaire télévisé). États-Unis : PBS .
  • Plocher, Hermann (1968). Luftwaffe contre la Russie, 1941 . New York : USAF : Division historique, Arno Press.
  • Prokhorov, AM (éd.). Большая советская энциклопедия (en russe). Moscou.ou Prokhorov, AM, éd. (1973-1978). Grande Encyclopédie soviétique . New York : Macmillan.
  • Raus, Erhard ; Newton, Steven H. (2009). Opérations Panzer: The Eastern Front Memoir of General Raus, 1941-1945 . Presse Da Capo. ISBN 978-0-7867-3970-7.
  • Reinhardt, Klaus. Moscou : le tournant ? L'échec de la stratégie d'Hitler à l'hiver 1941-1942 . Oxford : Berg Publishers, 1992. ISBN 0-85496-695-1 . 
  • Sokolovskii, Vasilii Danilovich (1964). Razgrom Nemetsko-Fashistskikh Voisk pod Moskvoi (avec album de cartes) . Moscou : VoenIzdat. LCCN  65-54443 .
  • Stahel, David (2019). Retraite de Moscou : une nouvelle histoire de la campagne d'hiver d'Allemagne, 1941-1942 . New York : Farrar, Straus et Giroux. ISBN 978-03742-49526.
  • Stahel, David (2015). La bataille de Moscou . Cambridge : Cambridge University Press. ISBN 978-1107087606.
  • Tooze, Adam (2006). Le salaire de la destruction : la fabrication et la rupture de l'économie nazie . Londres : Penguin Books. ISBN 978-0-14-100348-1.
  • Vasilevsky, AM (1981). Дело всей жизни (Cause à vie) (en russe). Moscou : Progrès. ISBN 978-0-7147-1830-9.
  • Williamson, Murray (1983). Stratégie pour la défaite : la Luftwaffe 1933-1945 . Maxwell AFB : Air University Press. ISBN 978-1-58566-010-0.
  • Ziemke, Earl F. (1987). Moscou à Stalingrad . Centre d'histoire militaire, armée des États-Unis. ISBN 978-0880292948.
  • Zetterling, Niklas; Frankson, Anders (2012). L'entraînement sur Moscou, 1941 : l'opération Taifun et la première grande crise allemande de la Seconde Guerre mondiale . Havertown : Éditions Casemate. ISBN 978-1-61200-120-3.
  • ов, . . (2002). оспоминания и размышления. В 2 т. (en russe). . ISBN 978-5-224-03195-5.(Traduction anglaise Joukov, GK (1971). Les Mémoires du maréchal Joukov . Londres : Cap. ISBN 978-0-224-61924-0.)

Liens externes


Coordonnées : 55°45′N 37°38′E / 55.750°N 37.633°E / 55.750; 37.633