Invasion allemande de la Belgique (1940)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Bataille de Belgique
Une partie de l' invasion allemande de la France et des Pays-Bas pendant la Seconde Guerre mondiale
Soldats belges faits prisonniers par les Allemands marchant sur une route
Soldats belges sous garde allemande après la chute du Fort Eben-Emael le 11 mai 1940.
Date10-28 mai 1940
Lieu
Belgique et Luxembourg
Résultat

Victoire allemande


Changements territoriaux
Occupation allemande de la Belgique
belligérants

 Belgique France
 

 Royaume-Uni Pays- Bas [a] Luxembourg
 
 
 Allemagne
Commandants et chefs
la Belgique Léopold III  ( POW ) Hubert Pierlot Maurice Gamelin Maxime Weygand Lord Gort
la Belgique
La France
La France
Royaume-Uni
Allemagne nazie Gerd von Rundstedt Fedor von Bock
Allemagne nazie
Force
144 divisions [b]
13 974 canons [c]
3 384 chars [d]
2 249 avions [e]
141 divisions [1]
7 378 canons [1]
2 445 chars [1]
5 446 avions (4 020 opérationnels) [1]
Victimes et pertes
222 443+ victimes (200 000 capturés ) [f]
~ 900 avions [g]
Incertain (voir pertes allemandes ) [h]

L' invasion de la Belgique ou campagne de Belgique [2] (10-28 mai 1940), souvent désignée en Belgique sous le nom de campagne des 18 jours ( français : Campagne des 18 jours , néerlandais : Achttiendaagse Veldtocht ), faisait partie de la plus grande bataille de France , une campagne offensive de l' Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale . Elle s'est déroulée sur 18 jours en mai 1940 et s'est terminée par l'occupation allemande de la Belgique suite à la reddition de l' armée belge .

Le 10 mai 1940, l'Allemagne envahit le Luxembourg , les Pays-Bas et la Belgique dans le cadre du plan opérationnel Fall Gelb (Case Yellow). Les armées alliées ont tenté d'arrêter l'armée allemande en Belgique , pensant qu'il s'agissait de la principale poussée allemande. Après que les Français aient pleinement engagé le meilleur des armées alliées en Belgique entre le 10 et le 12 mai, les Allemands ont décrété la deuxième phase de leur opération, une percée , ou coupe en faucille, à travers les Ardennes , et ont avancé vers la Manche . L'armée allemande ( Heer) atteint la Manche au bout de cinq jours, encerclant les armées alliées. Les Allemands ont progressivement réduit la poche des forces alliées, les forçant à reprendre la mer. L'armée belge se rendit le 28 mai 1940, mettant fin à la bataille. [3]

La bataille de Belgique comprenait la première bataille de chars de la guerre, la bataille de Hannut . [4] C'était la plus grande bataille de chars de l'histoire à l'époque, mais elle a ensuite été dépassée par les batailles de la campagne nord-africaine et du front de l'Est . La bataille comprenait également la bataille de Fort Eben-Emael , la première opération stratégique aéroportée utilisant des parachutistes jamais tentée.

L'histoire officielle allemande indiquait qu'au cours des 18 jours de combats acharnés, l'armée belge était des adversaires coriaces et parlait de «l'extraordinaire bravoure» de ses soldats. [5] L'effondrement belge a forcé le retrait allié de l'Europe continentale. La Royal Navy britannique a ensuite évacué les ports belges lors de l ' opération Dynamo , permettant au Corps expéditionnaire britannique (BEF), ainsi qu'à de nombreux soldats belges et français, d'échapper à la capture et de poursuivre les opérations militaires. La France a conclu son propre armistice avec l'Allemagne en juin 1940. La Belgique a été occupée par les Allemands jusqu'à l'automne 1944, date à laquelle elle a été libérée par les Alliés occidentaux.

Plans d'avant-bataille

Les alliances tendues de la Belgique

Un rassemblement pacifiste au Heysel , près de Bruxelles , en 1936

La stratégie belge de défense contre l'agression allemande se heurtait à des problèmes politiques aussi bien que militaires. En termes de stratégie militaire , les Belges ne veulent pas tout miser sur une défense linéaire de la frontière belgo-allemande, dans le prolongement de la ligne Maginot . Une telle décision laisserait les Belges vulnérables à un assaut allemand sur leurs arrières, par le biais d'une attaque contre les Pays-Bas . Une telle stratégie reposerait également sur les Français pour se déplacer rapidement en Belgique et y soutenir la garnison. [6]

Politiquement, les Belges ne faisaient pas confiance aux Français. Le maréchal Philippe Pétain avait suggéré une frappe française dans la région allemande de la Ruhr en utilisant la Belgique comme tremplin en octobre 1930 et à nouveau en janvier 1933. La Belgique craignait d'être malgré tout entraînée dans une guerre et cherchait à éviter cette éventualité. Les Belges craignaient également d'être entraînés dans une guerre à la suite du pacte franco-soviétique de mai 1935 . L'accord franco-belge stipulait que la Belgique devait se mobiliser si les Allemands le faisaient, mais ce qui n'était pas clair, c'était si la Belgique devrait se mobiliser en cas d'invasion allemande de la Pologne. [6]

Les Belges préféraient de loin une alliance avec le Royaume-Uni . Les Britanniques étaient entrés dans la Première Guerre mondiale en réponse à la violation allemande de la neutralité belge. Les ports de la Manche belge avaient offert à la marine impériale allemande des bases précieuses, et une telle attaque offrirait à la Kriegsmarine allemande et aux bases de la Luftwaffe de s'engager dans des opérations offensives stratégiques contre le Royaume-Uni dans le conflit à venir. Mais le gouvernement britannique prêta peu d'attention aux préoccupations des Belges. L'absence de cet engagement assura le retrait belge de l' Alliance occidentale , à la veille de la remilitarisation de la Rhénanie .. [6] [7] Le manque d'opposition à la remilitarisation a servi à convaincre les Belges que la France et la Grande-Bretagne n'étaient pas disposées à se battre pour leurs propres intérêts stratégiques, sans parler de ceux de la Belgique. L' état-major belge était déterminé à lutter pour ses propres intérêts, seul s'il le fallait. [6]

Place belge dans la stratégie alliée

Le roi Léopold III , chef de l'État belge, partisan de la politique de neutralité

Les Français étaient furieux de la déclaration ouverte de neutralité du roi Léopold III en octobre 1936. L' armée française a vu ses hypothèses stratégiques sapées; il ne pouvait plus attendre la coopération des Belges pour défendre les frontières orientales de la Belgique, ce qui lui permettrait d'arrêter une attaque allemande bien en avant de la frontière française. [8] Les Français dépendaient de la coopération des Belges. Une telle situation privait les Français de défenses préparées en Belgique pour prévenir une attaque, situation que les Français avaient voulu éviter car cela signifiait engager les divisions Panzer allemandes dans une bataille mobile. [9] Les Français ont envisagé d'envahir la Belgique immédiatement en réponse à une attaque allemande sur le pays.[10] Les Belges, reconnaissant le danger posé par les Allemands, ont secrètement mis leurs propres politiques de défense, informations sur les mouvements de troupes, communications, dispositions de défense fixes, arrangements de renseignement et de reconnaissance aérienne à la disposition de l'attaché militaire français à Bruxelles . [11]

Le plan allié d'aide à la Belgique était le plan Dyle ; la crème des forces alliées, y compris les divisions blindées françaises , avancerait vers la rivière Dyle en réponse à une invasion allemande. Le choix d'une ligne alliée établie consistait soit à renforcer les Belges à l'est du pays, sur la ligne Meuse - Canal Albert , et à tenir l' estuaire de l'Escaut , reliant ainsi les défenses françaises au sud aux forces belges protégeant Gand et Anvers . , semblait être la meilleure stratégie défensive. [12] La faiblesse du plan était que, politiquement du moins, il abandonnait la majeure partie de l'est de la Belgique aux Allemands. Militairement, cela mettrait l'arrière allié à angle droit avec les défenses de la frontière française; tandis que pour les Britanniques, leurs communications situées aux ports de la Manche, seraient parallèles à leur front. Malgré le risque d'engager des forces dans le centre de la Belgique et une avancée vers les lignes de l'Escaut ou de la Dyle, qui seraient vulnérables à un mouvement de débordement, Maurice Gamelin , le commandant français, a approuvé le plan et il est resté la stratégie alliée au déclenchement de la guerre. [12]

Les Britanniques, sans armée sur le terrain et en retard dans le réarmement, n'étaient pas en mesure de défier la stratégie française, qui avait assumé le rôle de premier plan de l'Alliance occidentale. Ayant peu de capacité à s'opposer aux Français, la stratégie britannique d'action militaire se présenta sous la forme d' un bombardement stratégique de l'industrie de la Ruhr. [13]

Stratégie militaire belge

Léopold III , monarque belge de 1934, passant en revue les troupes belges au début de 1940

Lors du retrait officiel belge de l'Alliance occidentale, les Belges ont refusé de participer à des réunions d'état-major officielles avec des militaires français ou britanniques de peur de compromettre leur neutralité. Les Belges ne considéraient pas une invasion allemande comme inévitable et étaient déterminés à ce que si une invasion avait lieu, elle serait efficacement combattue par de nouvelles fortifications telles qu'Eben Emael . [14] Les Belges avaient pris des mesures pour reconstruire leurs défenses le long de leur frontière avec l'Allemagne lors de la montée au pouvoir d' Adolf Hitler en janvier 1933. Le gouvernement belge avait observé avec une inquiétude croissante le retrait allemand de la Société des Nations , sa répudiation de la Traité de Versailleset sa violation des traités de Locarno . [15] Le gouvernement modernise les fortifications de Namur et de Liège et établit de nouvelles lignes de défense le long du canal Maastricht -Bois-le-Duc, rejoignant la Meuse, l'Escaut et le canal Albert. [15] La protection de la frontière orientale, basée principalement sur la destruction d'un certain nombre de routes, est confiée à de nouvelles formations (unités cyclistes frontalières et Chasseurs Ardennais nouvellement formés ). [16] D'ici à 1935, les défenses belges ont été accomplies. [16]Même ainsi, on a estimé que les défenses n'étaient plus adéquates. Une réserve mobile importante était nécessaire pour garder les zones arrière et, par conséquent, il a été considéré que la protection contre un assaut soudain des forces allemandes n'était pas suffisante. [16] D'importantes réserves de main-d'œuvre seraient également nécessaires, mais le public a rejeté un projet de loi exigeant un service militaire plus long et la formation a été rejetée au motif qu'il augmenterait les engagements militaires de la Belgique, peut-être dans des conflits loin de chez eux. [17]

Le roi Léopold III prononce un discours le 14 octobre 1936 devant le Conseil des ministres pour persuader le peuple et son gouvernement que les défenses belges doivent être renforcées. [17] Il a souligné trois principaux points militaires pour le réarmement accru de la Belgique :

a) Le réarmement allemand et la remilitarisation complète de l'Italie et de la Russie avaient poussé la plupart des autres États, même des pacifistes comme la Suisse et les Pays-Bas, à prendre des précautions exceptionnelles.

b) De vastes changements dans les méthodes militaires, en particulier dans l'aviation et la mécanisation, signifiaient que les opérations initiales pouvaient désormais être d'une force, d'une rapidité et d'une ampleur alarmantes.

c) La réoccupation fulgurante de la Rhénanie s'accompagna de bases pour le départ d'une éventuelle invasion allemande se déplaçant près de la frontière belge. [18]

Le 24 avril 1937, les Français et les Britanniques déclarent publiquement que la sécurité de la Belgique est primordiale pour les Alliés occidentaux et qu'ils défendront leurs frontières contre toute agression, qu'elle soit dirigée uniquement contre la Belgique, ou pour obtenir des bases pour faire la guerre contre "d'autres États". ". Les Britanniques et les Français ont libéré la Belgique de ses obligations de Locarno de se prêter mutuellement assistance en cas d'agression allemande contre la Pologne, tandis que les Britanniques et les Français ont maintenu leurs obligations militaires envers la Belgique. [19]

Militairement, les Belges considéraient la Wehrmacht plus forte que les Alliés, et que s'engager dans des ouvertures aux Alliés ferait de la Belgique un champ de bataille sans alliés adéquats. [20] Les Belges et les Français restaient confus quant à ce qu'on attendait de qui si ou quand les hostilités commençaient. Les Belges étaient déterminés à tenir les fortifications frontalières le long du canal Albert et de la Meuse, sans se retirer, jusqu'à ce que l'armée française arrive pour les soutenir. Gamelin ne tenait pas à pousser aussi loin son plan Dyle. Il craignait que les Belges ne soient chassés de leurs défenses et ne se replient sur Anvers, comme en 1914. En fait, les divisions belges protégeant la frontière devaient se replier et se replier vers le sud pour rejoindre les forces françaises. Cette information n'a pas été communiquée à Gamelin. [21] Pour les Belges, le plan Dyle avait des avantages. Au lieu de l'avance alliée limitée vers l'Escaut, ou de rencontrer les Allemands à la frontière franco-belge, le déplacement vers la rivière Dyle réduirait le front allié dans le centre de la Belgique de 70 kilomètres (43 mi), libérant plus de forces à utiliser comme un réserve stratégique. La Belgique a estimé que cela sauverait davantage de territoire belge, en particulier les régions industrielles de l'Est. Il avait également l'avantage d'absorber des formations de l'armée néerlandaise et belge (dont une vingtaine de divisions belges). Gamelin a justifié le plan Dyle après la défaite en utilisant ces arguments. [22]

Le 10 janvier 1940, dans un épisode connu sous le nom d' incident de Malines , un major de l'armée allemande Hellmuth Reinberger s'est écrasé dans un Messerschmitt Bf 108 près de Mechelen-aan-de-Maas . [23] Reinberger portait les premiers plans pour l'invasion allemande de l'Europe occidentale qui, comme Gamelin l'avait prévu, impliquait une répétition du plan Schlieffen de 1914 et une poussée allemande à travers la Belgique (qui a été élargie par la Wehrmacht pour inclure les Pays-Bas) et en France. [24]

Les Belges soupçonnaient une ruse, mais les plans ont été pris au sérieux. Les services de renseignement belges et l'attaché militaire à Cologne ont correctement suggéré que les Allemands ne commenceraient pas l'invasion avec ce plan. Il suggérait que les Allemands tenteraient une attaque à travers les Ardennes belges et avanceraient vers Calais pour encercler les armées alliées en Belgique. Les Belges ont correctement prédit que les Allemands tenteraient un Kesselschlacht (littéralement "bataille du chaudron", signifiant encerclement ), pour détruire ses ennemis. Les Belges avaient prédit le plan allemand exact proposé par Erich von Manstein . [25]

Le Haut Commandement belge avertit les Français et les Britanniques de leurs inquiétudes. Ils craignaient que le plan Dyle ne mette en danger non seulement la position stratégique belge, mais aussi toute l'aile gauche du front allié. Le roi Léopold et le général Raoul Van Overstraeten , aide de camp du roi , préviennent Gamelin et le commandement de l'armée française de leurs inquiétudes les 8 mars et 14 avril. Ils ont été ignorés. [26]

Plans belges d'opérations défensives

Eben-Emael : les Belges espéraient retarder sévèrement les Allemands en utilisant de telles fortifications

Le plan belge, en cas d'agression allemande [en italique dans l'original] prévoyait :

(a) Une position retardatrice le long du canal Albert d'Anvers à Liège et de la Meuse de Liège à Namur, qui devait être tenue assez longtemps pour permettre aux troupes françaises et britanniques d'occuper la ligne Anvers-Namur- Givet . On prévoyait que les forces des puissances garantes seraient en action le troisième jour d'une invasion.

(b) Repli sur la position Anvers-Namur.

(c) L'armée belge devait tenir le secteur - à l'exclusion de Louvain , mais y compris Anvers - dans le cadre de la principale position défensive alliée. [27]

Dans un accord avec les armées britannique et française, la 7e armée française sous le commandement d' Henri Giraud devait avancer en Belgique, en passant si possible l'estuaire de l'Escaut en Zélande , jusqu'à Breda , aux Pays-Bas. Le Corps expéditionnaire britannique de l'armée britannique ou BEF, commandé par le général John Vereker, Lord Gort, devait occuper la position centrale dans la brèche Bruxelles-Gand soutenant l'armée belge, tenant les principales positions défensives, à environ 20 kilomètres (12 mi) à l'est de Bruxelles. La principale position défensive entourant Anvers serait protégée par les Belges, à à peine 10 kilomètres (6,2 mi) de la ville. La 7e armée française devait atteindre la Zélande ou Breda, juste à l'intérieur de la frontière néerlandaise. Les Français seraient alors en mesure de protéger le flanc gauche des forces de l'armée belge protégeant Anvers et de menacer le flanc nord allemand. [27]

Plus à l'est, des positions retardatrices sont construites dans les zones tactiques immédiates le long du canal Albert, qui rejoignent les défenses de la Meuse à l'ouest de Maastricht. La ligne dévie vers le sud, et continue jusqu'à Liège. L'écart Maastricht-Liège était fortement protégé. Le fort Eben-Emael gardait le flanc nord de la ville, le pays des chars situé dans les profondeurs stratégiques des forces belges occupant la ville et l'axe d'avancée vers l'ouest du pays. D'autres lignes de défense couraient vers le sud-ouest, couvrant l'axe Liège-Namur. L'armée belge avait également l'avantage supplémentaire de la 1ère armée française , avançant vers Gembloux et Hannut , sur le flanc sud du BEF couvrant la Sambre .secteur. Cela a couvert l'écart dans les défenses belges entre les principales positions belges sur la ligne Dyle et Namur au sud. Plus au sud encore, la 9e armée française avance jusqu'à l'axe Givet-Dinant sur la Meuse. La 2e armée française était responsable des 100 derniers kilomètres (62 mi) de front, couvrant Sedan, la basse Meuse, la frontière belgo-luxembourgeoise et le flanc nord de la ligne Maginot. [27]

Plans opérationnels allemands

Carte de la zone entre la Belgique et les Pays-Bas près du Fort Eben-Emael : Le fort protégeait les têtes de pont stratégiques vitales vers la Belgique

Le plan d'attaque allemand exigeait que le groupe d'armées B avance et attire le premier groupe d'armées allié dans le centre de la Belgique, tandis que le groupe d'armées A menait l'assaut surprise à travers les Ardennes. La Belgique devait agir comme un front secondaire. Le groupe d'armées B n'a reçu qu'un nombre limité d'unités blindées et mobiles, tandis que la grande majorité du groupe d'armées comprenait des divisions d'infanterie. [28] Une fois la Manche atteinte, toutes les unités de la division Panzer et la plupart de l'infanterie motorisée ont été retirées du groupe d'armées B et confiées au groupe d'armées A, pour renforcer les lignes de communication allemandes et empêcher une évasion alliée. [29]

Ce plan échouerait encore si suffisamment de terrain ne pouvait être rapidement pris en Belgique pour serrer les alliés contre deux fronts. Les défenses du fort Eben-Emael et du canal Albert ont empêché que cela ne se produise. Les trois ponts sur le canal étaient la clé pour permettre au groupe d'armées B de se déplacer à grande vitesse. Les ponts de Veldwezelt, Vroenhoven et Kanne en Belgique, et Maastricht à la frontière néerlandaise étaient les cibles. [30] Le fait de ne pas capturer les ponts laisserait la 6e armée allemande de Walter von Reichenau , l'armée la plus méridionale du groupe B, piégée dans l'enclave du canal Maastricht-Albert et soumise au feu d'Eben-Emael. Le fort devait être capturé ou détruit. [30]

Adolf Hitler a convoqué le lieutenant-général Kurt Student de la 7. Flieger-Division (7e division aérienne) pour discuter de l'assaut. [30] Il a d'abord été suggéré qu'un parachutage conventionnel soit effectué par les forces aéroportées pour saisir et détruire les canons des forts avant que les unités terrestres ne s'approchent. Une telle suggestion a été rejetée car les transports Junkers Ju 52 étaient trop lents et étaient susceptibles d'être vulnérables aux canons antiaériens néerlandais et belges. [30] D'autres facteurs pour son refus étaient les conditions météorologiques, qui pourraient éloigner les parachutistes du fort et les disperser trop largement. Une chute de sept secondes d'un Ju 52 à une hauteur opérationnelle minimale a conduit à une dispersion sur 300 mètres seulement. [30]

Hitler avait remarqué une faille potentielle dans les défenses. [30] Les toits étaient plats et non protégés ; il a exigé de savoir si un planeur , tel que le DFS 230 , pouvait se poser dessus. L'élève a répondu que cela pouvait être fait, mais seulement par 12 avions et de jour ; cela livrerait 80 à 90 parachutistes sur la cible. [30] Hitler a ensuite révélé l'arme tactique qui ferait fonctionner cette opération stratégique, en introduisant la Hohlladungwaffe (charge creuse) - une arme explosive de 50 kilogrammes (110 lb) qui détruirait les emplacements de canons belges. Cette unité tactique a dirigé la première opération stratégique aéroportée de l'histoire. [31]

Forces impliquées

Forces belges

Soldats belges se reposant au bord de la route

L'armée belge pouvait rassembler 22 divisions, [32] qui contenaient 1 338 pièces d'artillerie mais seulement 10 chars AMC 35 . Cependant, les véhicules de combat belges comprenaient 200 chasseurs de chars T-13 . Ceux-ci avaient un excellent canon antichar de 47 mm et une mitrailleuse coaxiale FN30 dans une tourelle. Les Belges possédaient également 42 T-15 . Ils étaient officiellement décrits comme des voitures blindées mais étaient en fait des chars entièrement chenillés avec une mitrailleuse à tourelle de 13,2 mm . Le canon antichar belge standard était le FRC de 47 mm, remorqué soit par des camions, soit par des tracteurs Utilitie B blindés entièrement chenillés. Un rapport indique qu'un obus d'un canon de 47 mm a traversé un Sd kfz 231 et a pénétré le blindage du Panzer IV derrière lui. [ citation nécessaire ] Ces canons belges étaient meilleurs que les canons de 25 mm et 37 mm respectivement des Français et des Allemands. [33]

Les Belges ont commencé la mobilisation le 25 août 1939 et en mai 1940 ont monté une armée de campagne de 18 divisions d'infanterie, deux divisions de Chasseurs Ardennais partiellement motorisés et deux divisions de cavalerie motorisées, une force totalisant quelque 600 000 hommes. [34] Les réserves belges ont peut-être pu aligner 900 000 hommes. [35] L'armée manquait d'armures et de canons anti-aériens. [34] [36]

Après l'achèvement de la mobilisation de l'armée belge, elle pouvait rassembler cinq corps réguliers et deux corps d'armée de réserve composés de 12 divisions d'infanterie régulières, deux divisions de chasseurs ardennais , six divisions d'infanterie de réserve, une brigade de gardes-frontières cyclistes, un corps de cavalerie de deux divisions et une brigade de cavalerie motorisée. [37] L'armée comprenait deux régiments d'artillerie anti-aérienne et quatre régiments d'artillerie, ainsi qu'un nombre inconnu de personnel de la force de forteresse, du génie et des transmissions. [37]

Le Corps naval belge ( Corps de Marine ) a été ressuscité en 1939. La majeure partie de la flotte marchande belge, une centaine de navires, a échappé à la capture par les Allemands. Aux termes d'un accord entre la Belgique et la Royal Navy, ces navires et leurs 3 350 hommes d'équipage ont été placés sous contrôle britannique pendant la durée des hostilités. [38] Le quartier général de l'Amirauté belge était à Ostende sous le commandement du major Henry Decarpentrie. La première division navale était basée à Ostende, tandis que les deuxième et troisième divisions étaient basées à Zeebrugge et Anvers. [39]

Un Fairey Fox de l' Aéronautique Militaire Belge

L' Aéronautique Militaire Belge (Armée de l'Air Belge - AéMI) avait à peine commencé à moderniser sa technologie aéronautique. L'AéMI avait commandé des chasseurs Brewster Buffalo , Fiat CR.42 et Hawker Hurricane , des entraîneurs Koolhoven FK56 , des bombardiers légers Fairey Battle et Caproni Ca.312, et des avions de chasse-reconnaissance Caproni Ca.335, mais seulement les Fiats, Hurricanes et Battles. avait été livré. La pénurie de types modernes signifiait que des versions monoplaces du bombardier léger Fairey Fox étaient utilisées comme chasseurs. [40]L'AéMI possédait 250 avions de combat. Au moins 90 étaient des chasseurs, 12 des bombardiers et 12 des avions de reconnaissance. Seulement 50 étaient d'un niveau raisonnablement moderne. [41] Lorsque les avions de liaison et de transport de tous les services sont inclus, l'effectif total était de 377; cependant, seuls 118 d'entre eux étaient utilisables le 10 mai 1940. De ce nombre, environ 78 étaient des chasseurs et 40 des bombardiers. [42]

L'AéMI était commandée par Paul Hiernaux, qui avait reçu sa licence de pilote juste avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale et avait accédé au poste de commandant en chef en 1938. [40] Hiernaux organisa le service en trois régiments d' Aéronautique (régiments aériens) : le 1er avec 60 appareils, le 2ème avec 53 appareils, et le 3ème avec 79 appareils. [43]

Forces françaises

Le char SOMUA S35 était considéré comme l'un des types les plus modernes du service français à l'époque

Les Belges bénéficiaient d'un soutien substantiel de la part de l' armée française . La 1ère armée française comprenait le corps de cavalerie du général René Prioux . Le Corps reçoit la 2e Division Légère Mécanique (2 e Division Légère Mécanique, ou 2 e DLM) et la 3e Division Légère Mécanisée (3 e DLM), qui sont affectées à la défense de la brèche de Gembloux . Les forces blindées se composaient de 176 des redoutables SOMUA S35 et de 239 chars légers Hotchkiss H35 . Ces deux types, en armure et en puissance de feu, étaient supérieurs à la plupart des types allemands. [44] La 3eDLM contenait 90 S35 et quelque 140 H35 seuls. [44]

La 7e armée française est chargée de protéger la partie la plus septentrionale du front allié. Il contenait la 1re division mécanisée légère (1 re DLM), la 25e division d'infanterie motorisée ( 25e division d'infanterie motorisée, ou 25e DIM ) et la 9e division d'infanterie motorisée (9e DIM ). Cette force avancerait jusqu'à Breda aux Pays-Bas. [45]

La troisième armée française à voir l'action sur le sol belge est la 9e . Elle était plus faible que la 7e et la 1re armée. La 9e armée se voit attribuer des divisions d'infanterie, à l'exception de la 5e division d'infanterie motorisée (5 e DIM). Sa mission était de protéger le flanc sud des armées alliées, au sud de la Sambre et juste au nord de Sedan . Plus au sud, en France, se trouvait la 2e armée française, protégeant la frontière franco-belge entre Sedan et Montmédy . Les deux armées françaises les plus faibles protégeaient ainsi la zone de la poussée principale allemande. [46]

Forces britanniques

Les Britanniques ont fourni la force la plus faible à la Belgique. Le BEF, sous le commandement du général Lord Gort VC, ne comptait que 152 000 hommes répartis en deux corps de deux divisions chacun. Les Britanniques avaient espéré déployer deux armées de deux corps chacune, mais cette échelle de mobilisation n'a jamais eu lieu. Le I Corps était commandé par le Lt-Gen. John Dill , plus tard lieutenant-général. Michael Barker , qui est à son tour remplacé par le major-général Harold Alexander . Lieutenant-général. Alan Brooke a commandé le II Corps . Plus tard, le III Corps sous le commandement du Lt-Gen. Ronald Adam a été ajouté aux Britanniquesordre de bataille . 9 392 autres membres du personnel de la Royal Air Force (RAF) de la RAF Advanced Air Striking Force sous le commandement du vice-maréchal de l'air Patrick Playfair devaient soutenir les opérations en Belgique. En mai 1940, le BEF était passé à 394 165 hommes, dont plus de 150 000 faisaient partie des organisations logistiques de la zone arrière et avaient peu de formation militaire. [47] Le 10 mai 1940, le BEF ne comprenait que 10 divisions (pas toutes au complet), 1 280 pièces d'artillerie et 310 chars. [48]

Forces allemandes

Le groupe d'armées B était commandé par Fedor von Bock . Il a reçu 26 fantassins et trois divisions Panzer pour l'invasion des Pays-Bas et de la Belgique. [49] Des trois divisions Panzer, les 3e et 4e devaient opérer en Belgique sous le commandement du XVIe corps d'armée de la 6e armée . La 9e Panzerdivision était rattachée à la 18e armée qui, après la bataille des Pays-Bas , soutiendrait la poussée en Belgique aux côtés de la 18e armée et couvrirait son flanc nord. [49]

La force blindée du groupe d'armées B s'élevait à 808 chars, dont 282 étaient des Panzer Is , 288 étaient des Panzer II , 123 étaient des Panzer III et 66 étaient des Panzer IV ; [50] 49 chars de commandement étaient également opérationnels. [50] Les régiments blindés de la 3e Panzer Division se composaient de 117 Panzer Is, 128 Panzer II, 42 Panzer III, 26 Panzer IV et 27 chars de commandement. [50] La 4e Panzer Division avait 136 Panzer Is, 105 Panzer II, 40 Panzer III, 24 Panzer IV et 10 chars de commandement. [50]Le 9e Panzer, initialement prévu pour des opérations aux Pays-Bas, était la division la plus faible avec seulement 30 Panzer I, 54 Panzer II, 123, 66 Panzer III et 49 Panzer IV. [50] Les éléments issus de la 7th Air Division et de la 22nd Airlanding Division , qui devaient participer à l'attaque de Fort Eben-Emael, furent nommés Sturmabteilung Koch (Assault Detachment Koch) ; nommé d'après le commandant du groupe, Hauptmann Walter Koch . [51] La force a été assemblée en novembre 1939. Elle était principalement composée de parachutistes du 1er régiment de parachutistes et d'ingénieurs de la 7e division aérienne, ainsi que d'un petit groupe de pilotes de la Luftwaffe .[52] La Luftwaffe a alloué 1 815 avions de combat, 487 avions de transport et 50 planeurs pour l'assaut contre les Pays-Bas. [53]

Les frappes aériennes initiales au-dessus de l'espace aérien belge devaient être menées par IV. Fliegerkorps sous le général der Flieger Generaloberst Alfred Keller . La force de Keller se composait de Lehrgeschwader 1 (Stab. I., II., III., IV.), Kampfgeschwader 30 (Stab. I., II., III.) et Kampfgeschwader 27 (III.). [54] Le 10 mai, Keller disposait de 363 avions (224 utilisables) augmentés du VIII du généralmajor Wolfram von Richthofen . Fliegerkorps avec 550 avions (420 utilisables). Ils ont à leur tour été soutenus par le Jagdfliegerführer 2 d' Oberst Kurt-Bertram von Döring ., avec 462 combattants (313 utilisables). [55]

IV de Keller . Le siège du Fliegerkorps opérerait à partir de Düsseldorf , LG 1. Kampfgeschwader 30 qui était basé à Oldenburg et son III. Gruppe étaient basés à Marx. Le soutien à Döring et Von Richthofen est venu de l'actuelle Rhénanie du Nord-Westphalie et des bases de Grevenbroich , Mönchengladbach , Dortmund et Essen . [54]

Bataille

Opérations de la Luftwaffe : 10 mai

Dans la soirée du 9 mai, l'attaché militaire belge à Berlin laisse entendre que les Allemands ont l'intention d'attaquer le lendemain. Des mouvements offensifs des forces ennemies ont été détectés à la frontière. A 00h10 le 10 mai 1940 au Grand Quartier Général, une escadre non précisée à Bruxelles donne l'alerte. [56] Un état d'alerte complet a été déclenché à 01h30. [57] Les forces belges ont pris leurs positions de déploiement. [56] Les armées alliées avaient adopté leur plan Dyle le matin du 10 mai et s'approchaient de l'arrière belge. Le roi Léopold s'était rendu à son quartier général près de Briedgen, à Anvers. [58]

La Luftwaffe devait être le fer de lance de la bataille aérienne dans les pays bas. Sa première tâche était d'éliminer le contingent aérien belge. Malgré une supériorité numérique écrasante - 1 375 avions, dont 957 en état de marche - la campagne aérienne en Belgique a eu un succès globalement limité le premier jour. [55] À environ 04h00, les premiers raids aériens ont été menés contre les aérodromes et les centres de communication. [56] Il a eu encore un impact énorme sur l'AéMI, qui n'avait que 179 appareils le 10 mai. [59]

Une grande partie du succès obtenu est due aux subordonnés de Manfred von Richthofen , en particulier Kampfgeschwader 77 et son commandant Oberst Dr. Johann-Volkmar Fisser , dont l'attachement au VIII. Fliegerkorps a été noté par Generalmajor Wilhelm Speidel . Il a commenté que "... était le résultat de la tendance bien connue du général commandant à mener sa propre guerre privée". [59] Le KG 77 de Fisser détruit les bases principales de l'AéMI, avec l'aide du KG 54. [59] Les combattants du Jagdgeschwader 27 (JG 27) a éliminé deux escadrilles belges à Neerhespen , et dans l'après-midi, I./St.G 2 a détruit neuf des 15 chasseurs Fiat CR.42 à Brustem . [59] À Schaffen-Diest , trois Hawker Hurricanes de l'Escadrille 2/I/2 ont été détruits et six autres endommagés lorsqu'une vague de He 111 les a attrapés alors qu'ils étaient sur le point de décoller. Deux autres ont été perdus dans des hangars détruits. A l'aérodrome de Nivelles , 13 CR42 sont détruits. [60] Le seul autre succès a été la destruction par le KG 27 de huit avions à Belesle. [59]

Dans le combat aérien, les batailles étaient également unilatérales. Deux He 111, deux Do 17 et trois Messerschmitt Bf 109 ont été abattus par Gloster Gladiators et Hurricanes. En retour, huit gladiateurs belges, cinq Fairey Foxes et un CR42 ont été abattus par les JG 1, 21 et 27. Le 18e Escadron de la RAF a envoyé deux Bristol Blenheim en opérations sur le front belge, mais a perdu les deux face aux Bf 109. À la fin du 10 mai, les chiffres officiels allemands indiquent des réclamations pour 30 avions belges détruits au sol et 14 (plus les deux bombardiers de la RAF) dans les airs pour 10 pertes. [61] Les revendications de victoire sont probablement un sous-dénombrement. Au total, 83 machines belges - principalement des entraîneurs et des " hacks d'escadron " ont été détruites.[59] L'AéMI n'a effectué que 146 sorties au cours des six premiers jours. [62] Entre le 16 mai et le 28 mai, l'AéMI n'a effectué que 77 opérations. [62] Il a passé la plupart de son temps à battre en retraite et à se retirer du carburant face auxattaques de la Luftwaffe . [62]

10-11 mai : Batailles frontalières

Fallschirmjäger de Sturmabteilung Koch pose pour une photo après la prise de Fort Eben-Emael.

Les planificateurs allemands avaient reconnu la nécessité d'éliminer le fort Eben-Emael si leur armée devait pénétrer à l'intérieur de la Belgique. Elle décida de déployer des forces aéroportées ( Fallschirmjäger ) pour atterrir à l' intérieur du périmètre de la forteresse à l' aide de planeurs . Utilisant des explosifs spéciaux et des lance- flammes pour désactiver les défenses, les Fallschirmjäger sont entrés dans la forteresse. Dans la bataille qui a suivi , l'infanterie allemande a vaincu les défenseurs de la 7e division d'infanterie du I Corps belge en 24 heures. [63] La principale ligne de défense belge avait été percée et l'infanterie allemande de la 18e arméele traversa rapidement. De plus, les soldats allemands ont établi des têtes de pont sur le canal Albert avant que les Britanniques ne puissent l'atteindre quelque 48 heures plus tard. Les Chasseurs Ardennais plus au sud, sur ordre de leur commandant, se replient derrière la Meuse, détruisant quelques ponts sur leur passage. [64] Les forces aéroportées allemandes ont été assistées par des Junkers Ju 87 Stukas de III./ Sturzkampfgeschwader 2 ( StG 2) et I./ Sturzkampfgeschwader 77 ( StG 77) ont aidé à supprimer les défenses. Henschel Hs 123 du II.(S)./ Lehrgeschwader 2(LG 2) qui a aidé à la capture des ponts de Vroenhoven et Veldwezelt dans les environs immédiats. [65]

D'autres opérations offensives aéroportées allemandes réussies ont été menées au Luxembourg, saisissant cinq points de passage et voies de communication vers le centre de la Belgique. L'offensive, menée par 125 volontaires de la 34th Infantry Division sous le commandement de Wenner Hedderich, accomplit leurs missions en volant vers leurs objectifs à l'aide de Fieseler Fi 156 Störche . Le coût a été la perte de cinq avions et 30 morts. [66] Avec la brèche du fort, les 4e et 7e divisions d'infanterie belges ont été confrontées à la perspective de combattre un ennemi sur un terrain relativement sain (pour les opérations blindées). La 7e division, avec ses 2e et 18e régiments de grenadiers et ses 2e carabiniers, peine à tenir ses positions et à contenir l'infanterie allemande sur la rive ouest. [58]Les unités tactiques belges se livrent à plusieurs contre-attaques. À un moment donné, à Briedgen, ils réussirent à reprendre le pont et à le faire sauter. [58] Aux autres points, Vroenhoven et Veldwezelt, les Allemands ont eu le temps d'établir de fortes têtes de pont et ont repoussé les attaques. [58]

Les soldats allemands sont accueillis à Eupen-Malmedy , une région frontalière allemande annexée par la Belgique dans le traité de Versailles (1919)

Une troisième opération aéroportée peu connue, l'opération Niwi , est également menée le 10 mai dans le sud de la Belgique. Les objectifs de cette opération étaient de débarquer deux compagnies du 3ème bataillon du Grossdeutschland Infantry Regiment par des avions Fi 156 à Nives et Witry dans le sud du pays, afin de dégager la voie aux 1ère et 2ème divisions Panzer qui avançaient à travers le Ardennes belgo-luxembourgeoises. Le plan initial prévoyait l'utilisation d' avions de transport Junkers Ju 52 , mais la courte capacité d'atterrissage du Fi 156 (27 mètres) a vu 200 de ces avions utilisés dans l'assaut. La mission opérationnelle consistait à :

1. Couper les communications de signalisation et les liaisons de signalisation sur les axes NeufchâteauBastogne et Neufchâteau – Martelange. [Neufchâteau étant la plus grande ville la plus méridionale de Belgique]

2. Empêcher l'approche des réserves du Pays de Neufchâteau

3. Faciliter la capture des casemates et l'avance en exerçant une pression contre la ligne de casemates le long de la bordure par l'arrière. [67]

L'infanterie allemande est engagée par plusieurs patrouilles belges équipées de voitures blindées T-15 . Plusieurs contre-attaques belges sont repoussées, dont une attaque de la 1ère division de chasseurs légers ardennais . Sans soutien, les Allemands ont fait face à une contre-attaque plus tard dans la soirée par des éléments de la 5e division de cavalerie française, envoyés par le général Charles Huntziger de la 2e armée française, qui disposait d'un effectif de chars important. Les Allemands sont contraints de battre en retraite. Les Français, cependant, n'ont pas réussi à poursuivre les unités allemandes en fuite, s'arrêtant à une barrière factice. [68]Le lendemain matin, la 2e Panzer Division avait atteint la zone et la mission avait été en grande partie accomplie. Du point de vue allemand, l'opération a entravé plutôt qu'aidé le Panzer Corps de Heinz Guderian . [68] Le régiment avait bloqué les routes et, contre toute attente, empêché les renforts français d'atteindre la frontière belgo-franco-luxembourgeoise, mais il a également détruit les communications téléphoniques belges. [68] Cela a empêché par inadvertance le commandement de terrain belge rappelant les unités le long de la frontière. Le 1st Belgian Light Infantry n'a pas reçu le signal de retraite et s'est engagé dans un violent échange de tirs avec les blindés allemands, ralentissant leur avance. [68]

L'échec des forces franco-belges à tenir la brèche ardennaise fut fatal. Les Belges s'étaient retirés latéralement lors de l'invasion initiale et avaient démoli et bloqué les voies d'avance, ce qui retenait les unités de la 2e armée française se déplaçant vers le nord en direction de Namur et Huy . Dépourvus de tout centre de résistance, les ingénieurs d'assaut allemands avaient franchi les obstacles sans contestation. Le retard que l'infanterie légère des Ardennes belges, considérée comme une formation d'élite, aurait pu infliger à l'avancée des blindés allemands a été prouvé par le combat de Bodange, où la 1ère Panzer Division a été bloquée pendant un total de huit heures. Cette bataille résultait d'une rupture des communications et allait à l'encontre des intentions opérationnelles de l'armée belge. [69]

Les troupes britanniques franchissent la frontière franco-belge à Herseaux le 10 mai

Pendant ce temps, dans le secteur central de la Belgique, n'ayant pas réussi à restaurer leur front au moyen d'attaques au sol, les Belges ont tenté de bombarder les ponts et les positions que les Allemands avaient capturés intacts et tenaient le 11 mai. Les Fairey Battles belges du 5/III/3 escortés par six Gloster Gladiators ont attaqué les ponts du canal Albert. Les Bf 109 du I./ Jagdgeschwader 1 ( JG 1) et du I./ JG 27 ont intercepté et le JG 1 a abattu quatre gladiateurs et les deux unités ont détruit six batailles et gravement endommagé les trois autres. Huit CR.42 ont été évacués de Brustem vers Grimbergenprès de Bruxelles mais sept Gladiators et les derniers Hurricanes restants de l' Escadrille 2/I/2 ont été détruits à la base aérienne de Beauvechain et au Culot par des He 111 et des I./JG 27 respectivement. [58] [70] La RAF a contribué à l'effort d'attaquer les ponts. Les Britanniques ont envoyé des Bristol Blenheims des 110 et 21 Squadron - le premier escadron en a perdu deux, un au I./JG 27. Le 21 Squadron a subi des dommages à la plupart des bombardiers en raison d'un feu au sol intense. L' Armée de l'air française a dépêché des LeO 451 de GBI / 12 et GBII / 12 escortés par 18Morane-Saulnier MS406 des GCIII/3 et GCII/6. L'opération a échoué et un bombardier a été perdu tandis que quatre MS406 sont tombés au I. JG 1. Les Français en ont réclamé cinq. Pendant ce temps, le 114e Escadron a perdu six Blenheims détruits lorsque les Dornier Do 17 de la Kampfgeschwader 2 ont bombardé leur aérodrome de Vraux . Une autre bataille du 150e Escadron de la RAF a été perdue lors d'un autre raid. [71]

Les opérations anti-aériennes allemandes étaient dirigées par le Jagdgeschwader 26 ( JG 26) sous le commandement de Hans-Hugo Witt, qui était responsable de 82 des revendications allemandes en combat aérien entre le 11 et le 13 mai. [72] Malgré le succès apparent des unités de chasse allemandes, la bataille aérienne n'était pas à sens unique. [72] Le matin du 11 mai, dix Ju 87 du StG 2 ont été abattus en attaquant les forces belges dans la brèche Namur-Dinant, malgré la présence de deux Jagdgeschwader - 27 et 51 . [72] Néanmoins, les Allemands ont signalé un affaiblissement de la résistance aérienne alliée dans le nord de la Belgique le 13 mai. [72]

Dans la nuit du 11 mai, la 3e division d'infanterie britannique, sous le commandement du général Bernard Law Montgomery , atteint sa position sur la rivière Dyle à Louvain . Ce faisant, la 10e division d'infanterie belge , occupant la position, les prit pour des parachutistes allemands et tira sur eux . Les Belges ont refusé de céder mais Montgomery a affirmé avoir réussi en se plaçant sous le commandement des forces belges, sachant que lorsque les Allemands seraient à portée d'artillerie, les Belges se retireraient. [45]

Alan Brooke , commandant du IIe Corps britannique a cherché à régler la question de la coopération avec le roi Léopold. Le roi a discuté de la question avec Brooke, qui a estimé qu'un compromis pouvait être atteint. Van Overstraeten, l'assistant militaire du roi, est intervenu et a déclaré que la 10e division d'infanterie belge ne pouvait pas être déplacée. Au lieu de cela, les Britanniques devraient se déplacer plus au sud et rester complètement à l'écart de Bruxelles. Brooke a dit au roi que la 10e division belge était du mauvais côté de la ligne Gamelin et était exposée. Léopold s'en remet à son conseiller et chef de cabinet. Brooke a découvert qu'Overstaeten ignorait la situation et les dispositions du BEF. Étant donné que le flanc gauche du BEF reposait sur son allié belge, les Britanniques n'étaient plus sûrs des capacités militaires belges. [45] Les Alliés avaient des motifs plus sérieux de se plaindre des défenses antichars belges le long de la ligne Dyle, qui couvraient la brèche Namur-Perwez qui n'était protégée par aucun obstacle naturel. [45] [73] Quelques jours seulement avant l'attaque, le quartier général avait découvert que les Belges avaient placé leurs défenses antichars (défense de Cointet ) à plusieurs kilomètres à l'est de la Dyle entre Namur et Perwez. [45]

Après avoir tenu près de 36 heures la rive ouest du canal Albert, les 4e et 7e divisions d'infanterie belges se retirent. La prise d'Eben-Emael permet aux Allemands de forcer les Panzers de la 6ème Armée. La situation pour les divisions belges était soit de se replier, soit d'être encerclée. Les Allemands avaient avancé au-delà de Tongres et étaient maintenant en mesure de balayer vers le sud jusqu'à Namur, ce qui menacerait d'envelopper l'ensemble des positions du canal Albert et de Liège. Dans ces circonstances, les deux divisions se sont retirées. [74] Le soir du 11 mai, le Commandement belge a retiré ses forces derrière la ligne Namur-Anvers. Le lendemain, la 1ère armée française arrive à Gembloux, entre Wavre et Namur, pour combler la « brèche de Gembloux ». C'était une zone plate, dépourvue de positions préparées ou retranchées.[74]

La 7e armée française, sur le flanc nord de la ligne belge, protégeait l' axe BrugesGandOstende et, couvrant les ports de la Manche, avait avancé rapidement en Belgique et aux Pays-Bas. Il atteint Breda aux Pays-Bas, le 11 mai. Mais les parachutistes allemands s'étaient emparés du pont Moerdijk sur la rivière Hollands Diep , au sud de Rotterdam, rendant impossible la liaison des Français avec l' armée néerlandaise . L'armée néerlandaise se retire au nord de Rotterdam et d' Amsterdam . [75] La 7e armée française s'est tournée vers l'est et a rencontré la 9e division Panzer à environ 20 kilomètres (12 mi) à l'est de Breda à Tilburg . La bataille a conduit les Français à se retirer, face aux assauts aériens de la Luftwaffe , à Anvers. Il contribuera plus tard à la défense de la ville. [76] La Luftwaffe avait donné la priorité à l'attaque du fer de lance de la 7e armée française aux Pays-Bas alors qu'elle menaçait la tête de pont de Moerdijk. Kampfgeschwader 40 et 54 soutenus par des Ju 87 du VIII. Fliegerkorps a aidé à les repousser. [77] Les craintes de renforts alliés atteignant Anvers forcent la Luftwaffecouvrir l'estuaire de l'Escaut. Le KG 30 a bombardé et coulé deux canonnières hollandaises et trois destroyers hollandais, et a gravement endommagé deux destroyers de la Royal Navy. Mais dans l'ensemble, les bombardements ont eu un effet limité. [77]

12-14 mai : Batailles de la plaine belge centrale

Civils belges fuyant vers l'ouest loin de l'avancée de l'armée allemande, 12 mai 1940

Dans la nuit du 11 au 12 mai, les Belges sont pleinement engagés dans le repli sur la ligne Dyle, couverte par un réseau de démolitions et d'arrière-gardes à cheval sur Tongres. Dans la matinée du 12 mai, le roi Léopold III, le général van Overstraeten, Édouard Daladier , le général Alphonse Georges (commandant du 1er groupe d'armées allié, comprenant le BEF, 1ère, 2ème, 7ème et 9ème armées françaises), le général Gaston Billotte (coordinateur des armées alliées) et le général Henry Royds Pownall , chef d'état-major de Gort, se sont réunis pour une conférence militaire près de Mons . Il a été convenu que l'armée belge occuperait la ligne Anvers-Louvain, tandis que ses alliés assumaient la responsabilité de défendre l'extrême nord et le sud du pays. [78]

Le IIIe Corps belge et ses 1er Chasseurs Ardennais , 2e Infanterie et 3e Divisions d'Infanterie s'étaient retirés des fortifications liégeoises pour éviter d'être encerclés. Un régiment, le régiment de la forteresse de Liège, est resté sur place pour perturber les communications allemandes. Plus au sud, la forteresse de Namur , tenue par la 5e Division d'Infanterie du VI Corps et la 2e Chasseurs Ardennais avec la 12e Division d'Infanterie française, a mené des actions retardatrices et participé à de nombreux travaux de démolition tout en gardant la position. [79] Pour les Belges, il avait accompli la seule mission indépendante qui lui était assignée : tenir la ligne du canal Liège-Albert suffisamment longtemps pour que les unités alliées atteignent les forces amies occupant la ligne Namur-Anvers-Givet. Pour le reste de la campagne, les Belges exécuteraient leurs opérations conformément au plan global allié. [79]

Les soldats belges ont mené des actions d'arrière-garde tandis que d'autres unités belges déjà sur la ligne Dyle travaillaient sans relâche pour organiser de meilleures positions défensives dans la brèche Louvain-Anvers. Le 2e Régiment de Guides et le 2e Carabiniers Cyclistes de la 2e Division de Cavalerie Belge couvraient la retraite des 4e et 7e divisions belges et se distinguèrent particulièrement à la bataille de Tirlemont et à la bataille de Halen. [80] [81]

Pour soutenir les forces belges dans la région, la RAF et les Français ont mené des opérations de défense aérienne dans la région de Tirlemont et Louvain. La Force de frappe aérienne avancée de la RAF a engagé 3 , 504 , 79 , 57 , 59 , 85 , 87 , 605 et 242 escadrons au combat. Une série de batailles aériennes a eu lieu avec les JG 1, 2 , 26, 27 et 3. Messerschmitt Bf 110 de Zerstörergeschwader 26 ( ZG 26) et les unités de bombardiers LG 1, 2 et KG27 étaient également concernés. [82] Sur la Belgique et la France, la journée est catastrophique pour les Britanniques : 27 Hurricanes sont abattus. [83] À la lumière du retrait sur la ligne défensive principale, qui était maintenant soutenue par les armées britannique et française, le roi Léopold a publié la proclamation suivante pour améliorer le moral après les défaites du canal Albert :

Soldats

L'armée belge, brutalement assaillie par une attaque surprise sans précédent, aux prises avec des forces mieux équipées et bénéficiant d'une force aérienne redoutable, a mené pendant trois jours des opérations difficiles dont le succès est de la plus haute importance pour le général conduite de la bataille et au résultat de la guerre.
Ces opérations exigent de nous tous, officiers et hommes, des efforts exceptionnels, soutenus jour et nuit, malgré une tension morale éprouvée à ses limites par le spectacle des ravages provoqués par un envahisseur impitoyable. Quelle que soit la gravité de l'épreuve, vous la traverserez vaillamment.
Notre position s'améliore d'heure en heure ; nos rangs se resserrent. Dans les jours critiques qui nous attendent, vous mobiliserez toutes vos énergies, vous ferez tous les sacrifices pour endiguer l'invasion.
Comme en 1914 sur l'Yser , les troupes françaises et britanniques comptent désormais sur vous : la sécurité et l'honneur du pays sont entre vos mains.

Léopold. [80]

Chars allemands Panzer II dans l'ouest de la Belgique, mai 1940

Pour les Alliés, l'échec de la Belgique à conserver ses frontières orientales (on les croyait capables de tenir pendant deux semaines) était une déception. Les chefs d'état-major alliés avaient cherché à éviter une bataille mobile sans aucune défense fixe solide sur laquelle se rabattre et espéraient que la résistance belge durerait assez longtemps pour qu'une ligne défensive soit établie. [84] Néanmoins, une brève accalmie est tombée sur le front de Dyle le 11 mai, ce qui a permis aux armées alliées de se mettre en position au moment où le premier assaut majeur a été lancé le lendemain. La cavalerie alliée s'était mise en position et l'infanterie et l'artillerie atteignaient le front plus lentement, par chemin de fer. Bien qu'ignorant cela, le premier groupe d'armées alliées et l'armée belge étaient plus nombreux et plus armés que Walther von Reichenaude la 6e armée allemande. [85]

Le matin du 12 mai, en réponse à la pression et à la nécessité belges, la Royal Air Force et l ' Armée de l'Air ont entrepris plusieurs attaques aériennes sur les ponts allemands de Maastricht et de la Meuse pour empêcher les forces allemandes d'affluer en Belgique. 74 sorties avaient été effectuées par les Alliés depuis le 10 mai. Le 12 mai, onze des dix-huit bombardiers français Breguet 693 sont abattus. La Force de frappe aérienne avancée de la RAF , qui comprenait la plus grande force de bombardiers alliés, a été réduite à 72 avions sur 135 le 12 mai. Pendant les 24 heures suivantes, les missions ont été reportées car les défenses anti-aériennes et de chasse allemandes étaient trop fortes. [86]

Les résultats du bombardement sont difficiles à déterminer. Le résumé de la situation du journal de guerre du XIXe corps allemand à 20h00 le 14 mai notait:

L'achèvement du pont militaire de Donchery n'avait pas encore été réalisé en raison de tirs d'artillerie de flanc intenses et de longs bombardements sur le point de pontage ... Tout au long de la journée, les trois divisions ont dû subir des attaques aériennes constantes - en particulier au passage à niveau et points de pont. Notre couverture de chasseurs est inadéquate. Les demandes [pour une protection accrue des combattants] sont toujours infructueuses.

Les opérations de la Luftwaffe comprennent une note "d'activité vigoureuse des chasseurs ennemis à travers laquelle notre reconnaissance rapprochée en particulier est gravement entravée". Néanmoins, une protection inadéquate a été donnée pour couvrir les bombardiers de la RAF contre la force de l'opposition allemande au-dessus de la zone cible. [87] En tout, sur 109 Fairey Battles et Bristol Blenheims qui avaient attaqué des colonnes et des communications ennemies dans la région de Sedan, 45 avaient été perdues. [87] Le 15 mai, les bombardements de jour ont été considérablement réduits. [87]Sur 23 avions employés, quatre ne sont pas revenus. De même, en raison de la présence de chasseurs alliés, le journal de guerre du XIXe corps allemand déclare: "Le corps n'a plus à sa disposition sa propre reconnaissance à longue portée ... [Les escadrons de reconnaissance] ne sont plus en mesure d'effectuer des opérations vigoureuses et étendues. reconnaissance, car, en raison des pertes, plus de la moitié de leurs avions ne sont plus disponibles." [87]

Le général Erich Hoepner a commandé le XVI corps d'armée à la bataille de Hannut et à l'offensive de la brèche de Gembloux

Le combat le plus sérieux à évoluer le 12 mai 1940 fut le début de la bataille de Hannut (12-14 mai). Alors que le groupe d' armées allemand A progresse dans les Ardennes belges, la 6e armée du groupe d'armées B lance une opération offensive vers la brèche de Gembloux. Gembloux occupait une position dans la plaine belge ; c'était un espace non fortifié et sans tranchée dans la principale ligne défensive belge. [88] Le Gap s'étendait de l'extrémité sud de la ligne Dyle, de Wavre au nord, à Namur au sud, de 20 kilomètres (12 mi) à 30 kilomètres (19 mi). Après avoir attaqué depuis le renflement de Maastricht et vaincu les défenses belges à Liège, ce qui a contraint le I Corps belgePour battre en retraite, le XVI Panzer-Motorized Corps de la 6e armée allemande, sous le commandement du général Erich Hoepner et contenant les 3e et 4e divisions Panzer, lance une offensive dans la zone où les Français s'attendaient à tort à la poussée principale allemande. [89] [90]

La brèche de Gembloux était défendue par la 1ère Armée française, avec six divisions d'élite dont la 2e (2e Division Légère Mécanique, ou 2e DLM ) et la 3e Division Légère Mécanisée . [88] Le Corps de cavalerie Prioux, sous le commandement de René-Jacques-Adolphe Prioux , devait avancer de 30 kilomètres (19 mi) au-delà de la ligne (est) pour fournir un écran pour le mouvement. Les 1ère et 2ème divisions blindées françaises devaient être déplacées derrière la 1ère armée française pour défendre ses lignes principales en profondeur . [88] Le Prioux Cavalry Corps était égal à un Panzer Corps allemand et devait occuper une ligne de criblage sur la ligne TirlemontHannutHuyaxe. Le plan opérationnel prévoyait que le Corps retarderait l'avancée allemande sur Gembloux et Hannut jusqu'à ce que les principaux éléments de la 1ère armée française aient atteint Gembloux et se soient enfoncés. [88]

Le Panzer Corps de Hoepner et la cavalerie de Prioux se sont affrontés près de Hannut, en Belgique, le 12 mai. Contrairement à la croyance populaire, les Allemands ne sont pas plus nombreux que les Français. [91] Fréquemment, les chiffres de 623 chars allemands et 415 chars français sont donnés. [91] Les 3e et 4e divisions Panzer allemandes étaient respectivement au nombre de 280 et 343. [91] Les 2 e DLM et 3 e DLM comptaient 176 Somua et 239 Hotchkiss H35 . [91] À cette force s'ajoute le nombre considérable de Renault AMR-ZT-63 dans le corps de cavalerie. Le R35 était égal ou supérieur aux Panzer I et Panzer II en termes d'armement.[91] C'est d'autant plus vrai pour les 90 automitrailleuses Panhard 178 de l'armée française. Son canon principal de 25 mm pouvait pénétrer le blindage du Panzer IV . En termes de chars capables d'engager et de survivre à une action char contre char, les Allemands ne possédaient que 73 Panzer III et 52 Panzer IV. [91] Les Français avaient 176 SOMUA et 239 Hotchkisses. [91] Les unités de chars allemands contenaient également 486 Panzer I et II, qui avaient une valeur de combat douteuse compte tenu de leurs pertes lors de la campagne de Pologne . [44]

Les forces allemandes ont pu communiquer par radio pendant la bataille et elles pouvaient déplacer le point de l'effort principal de manière inattendue. Les Allemands pratiquaient également des tactiques interarmes , tandis que le déploiement tactique français était un reliquat rigide et linéaire de la Première Guerre mondiale. Les chars français ne possédaient pas de radio et souvent les commandants devaient descendre de cheval pour donner des ordres. [92] Malgré les désavantages rencontrés par les Allemands en armure, ils ont pu prendre le dessus dans la bataille du matin du 12 mai, encerclant plusieurs bataillons français. La puissance de combat de la 2 e DLM française réussit à vaincre les défenses allemandes gardant les poches et libérant les unités piégées. [93]Contrairement aux rapports allemands, les Français ont été victorieux ce premier jour, empêchant une percée de la Wehrmacht à Gembloux ou s'emparant de Hannut. [92] Le résultat de la bataille du premier jour fut :

L'effet sur les chars légers allemands fut catastrophique. Pratiquement toutes les armes françaises à partir de 25 mm ont pénétré le 7-13 mm du Panzer I. Bien que le Panzer II se soit un peu mieux comporté, en particulier ceux qui avaient été blindés depuis la campagne de Pologne, leurs pertes étaient élevées. La frustration des équipages de ces Panzers légers face à des machines françaises blindées plus lourdes était telle que certains ont eu recours à des expédients désespérés. Un récit parle d'un commandant de Panzer allemand tentant de grimper sur un Hotchkiss H-35 avec un marteau, vraisemblablement pour écraser les périscopes de la machine, mais tombant et étant écrasé par les chenilles du char. Certes, à la fin de la journée, Prioux avait des raisons de prétendre que ses chars s'en étaient mieux sortis.[94]

Des soldats allemands inspectent un chasseur de chars T-13 belge abandonné

Le lendemain, 13 mai, les Français sont défaits par leur mauvais déploiement tactique. Ils ont étendu leur armure en une fine ligne entre Hannut et Huy, ne laissant aucune défense en profondeur, ce qui était le point d'envoyer l'armure française à la brèche de Gembloux en premier lieu. Cela laissait à Hoepner une chance de se masser contre l'une des divisions légères françaises (la 3 e DLM) et de réaliser une percée dans ce secteur. De plus, sans réserves derrière le front, les Français se sont privés de toute chance de contre-attaque. La victoire voit le Panzer Corps déjouer la 2 e DLM sur son flanc gauche. [92] Le IIIe corps belge , en retraite de Liège, propose de soutenir le front français tenu par le 3eDLM. Cette offre a été rejetée. [95]

Les 12 et 13 mai, la 2 e DLM ne perd aucun AFV, mais la 3 e DLM perd 30 SOMUA et 75 Hotchkisses. Les Français avaient désactivé 160 chars allemands. [96] Mais comme le mauvais déploiement linéaire avait permis aux Allemands de percer en un seul endroit, tout le champ de bataille a dû être abandonné, [96] les Allemands ont réparé près des trois quarts de leurs chars ; 49 ont été détruits et 111 ont été réparés. Ils avaient 60 hommes tués et 80 autres blessés. [97] En termes de pertes sur le champ de bataille, la bataille de Hannut avait entraîné l'élimination par les Français de 160 chars allemands, en perdant 105 eux-mêmes. Prioux avait accompli sa mission tactique et se retira. [98]

Chars français détruits à Beaumont le 16 mai

Hoepner poursuit maintenant les Français en retraite. Impatient, il n'attend pas que ses divisions d'infanterie se rattrapent. Au lieu de cela, il espérait continuer à repousser les Français et ne pas leur laisser le temps de construire une ligne de défense cohérente. Des formations allemandes poursuivent l'ennemi jusqu'à Gembloux. Le Panzer Corps a rencontré des colonnes françaises en retraite et leur a infligé de lourdes pertes. La poursuite a créé de graves problèmes pour l'artillerie française. Le combat était si serré que le danger d'incidents de tir ami était très réel. Néanmoins, les Français, installant de nouveaux écrans antichars et Hoepner, manquant de soutien d'infanterie, poussent les Allemands à attaquer les positions de front. Lors de la bataille de Gembloux suivanteles deux divisions Panzer ont signalé de lourdes pertes le 14 mai et ont été contraintes de ralentir leur poursuite. Les tentatives allemandes de prise de Gembloux sont repoussées. [99]

Bien que subissant de nombreux revers tactiques, les Allemands ont détourné sur le plan opérationnel le premier groupe d'armées allié de la région des basses Ardennes. Dans le processus, ses forces, ainsi que la Luftwaffe , ont épuisé le corps de cavalerie de Prioux. Lorsque la nouvelle de la percée allemande à Sedan parvint à Prioux, il se retira de Gembloux. Avec la brèche de Gembloux, le Panzer Corps allemand, les 3e et 4e divisions Panzer, n'étaient plus requis par le groupe d'armées B et ont été remis au groupe d'armées A. Le groupe d'armées B poursuivrait sa propre offensive pour forcer l'effondrement de la Meuse. de face. Le groupe d'armées était en mesure d'avancer vers l'ouest jusqu'à Mons, débordez le BEF et l'armée belge protégeant le secteur Dyle-Bruxelles, ou tournez vers le sud pour déborder la 9e armée française. Les pertes allemandes avaient été lourdes à Hannut et Gembloux. [100] La 4e Panzer Division était réduite à 137 chars le 16 mai, dont seulement quatre Panzer IV. La 3e Panzer Division était en baisse de 20 à 25% de sa force opérationnelle; pour la 4e Panzer Division, 45 à 50% de ses chars n'étaient pas prêts au combat. [100] Les chars endommagés ont été rapidement réparés, mais sa résistance a d'abord été considérablement affaiblie. [100] La 1ère armée française avait également subi des coups et malgré plusieurs victoires défensives tactiques, elle a été forcée de battre en retraite le 15 mai en raison de développements ailleurs, laissant ses chars sur le champ de bataille, tandis que les Allemands étaient libres de récupérer les leurs. [101]

15-21 mai : Contre-attaques et repli sur la côte

Infanterie allemande avec un canon antichar Pak 36 dans l'ouest de la Belgique en mai 1940.

Le matin du 15 mai, le groupe d'armées allemand A a brisé les défenses de Sedan et était désormais libre de se diriger vers la Manche . Les Alliés envisagent un retrait massif du piège belge. Le retrait comporterait trois étapes : la nuit du 16/17 mai à la Senne , la nuit du 17/18 mai à la Dendre et la nuit du 18/19 mai à l' Escaut . [102] [103] Les Belges hésitaient à abandonner Bruxelles et Louvain, d'autant plus que la ligne Dyle avait bien résisté à la pression allemande. [102] L'armée belge, le BEF et la 1ère armée française, dans un effet domino, ont reçu l'ordre / forcé de se retirer le 16 mai pour éviter que leurs flancs sud ne soient tournés par les forces blindées allemandes avançant à travers les Ardennes françaises et la 6ème armée allemande avançant par Gembloux. L'armée belge tenait la 14e armée allemande sur la ligne KW , ainsi que la 7e armée française et britannique. S'il n'y avait pas eu l'effondrement de la 2e armée française à Sedan, les Belges étaient convaincus qu'ils auraient pu freiner l'avance allemande. [104]

La situation obligeait les Français et les Britanniques à abandonner la ligne Anvers-Namur et des positions fortes au profit de positions improvisées derrière l'Escaut, sans rencontrer de réelle résistance. [105] Au sud, le général Deffontaine du VIIe corps belge se retire des régions de Namur et de Liège, [105] la région forteresse de Liège oppose une résistance farouche à la 6e armée allemande. [106] Au nord, la 7e armée est détournée vers Anvers après la reddition des Hollandais le 15 mai, mais est ensuite détournée pour soutenir la 1re armée française. [105]Au centre, l'armée belge et le BEF subissent peu la pression allemande. Le 15 mai, le seul secteur réellement testé est celui des environs de Louvain, tenu par la 3e division britannique. Le BEF n'a pas été poursuivi vigoureusement jusqu'à l'Escaut. [102]

Après le retrait de l'armée française du secteur nord, les Belges ont été laissés pour garder la ville fortifiée d'Anvers. Quatre divisions d'infanterie (dont les 13e et 17e divisions d'infanterie de réserve ) engagent les 208e , 225e et 526e divisions d'infanterie de la 18e armée allemande . [107] Les Belges ont défendu avec succès la partie nord de la ville, retardant les forces d'infanterie allemandes tout en commençant à se retirer d'Anvers le 16 mai. La ville est tombée les 18/19 mai après une résistance belge considérable. Le 18 mai, les Belges apprirent que le Fort Marchovelette de Namurest tombé; Suarlee est tombé le 19 mai; Saint-Héribert et Malonne le 21 mai ; Dave, Maizeret et Andoy le 23 mai. [106]

Un char belge Renault ACG1 , assommé lors de la bataille d'Anvers, le 19 mai 1940

Entre le 16 et le 17 mai, les Britanniques et les Français se retirent derrière le canal de Willebroek , alors que le volume des forces alliées en Belgique diminue et se dirige vers la poussée blindée allemande depuis les Ardennes. Le I Corps et le V Corps belges se replient également vers ce que les Belges appellent la tête de pont de Gand , derrière la Dendre et l' Escaut . Le corps d'artillerie belge et son soutien d'infanterie ont vaincu les attaques de l'infanterie de la dix-huitième armée et, dans un communiqué de Londres, les Britanniques ont reconnu que "l'armée belge a largement contribué au succès de la bataille défensive en cours. [106] Néanmoins, les Belges désormais en infériorité numérique ont abandonné Bruxelles et le gouvernement s'est enfui à Ostende. La ville est occupée par l'armée allemande le 17 mai. Dès le lendemain matin, Hoepner, le commandant du XVIe corps allemand, reçut l'ordre de libérer les 3e et 4e divisions Panzer au groupe d'armées A. [108] Cela a laissé la 9e Division Panzer attachée à la Dix-huitième Armée comme la seule unité blindée sur le front belge.

Le 19 mai, les Allemands étaient à quelques heures d'atteindre la côte de la Manche. Gort avait découvert que les Français n'avaient ni plan ni réserves et peu d'espoir d'arrêter la poussée allemande vers le chenal. Il craignait que la 1ère armée française sur son flanc sud n'ait été réduite à une masse désorganisée de " fag-ends ", craignant que des blindés allemands n'apparaissent sur leur flanc droit à Arras ou Péronne , frappant pour les ports de la Manche à Calais ou Boulogne ou au nord-ouest dans le flanc britannique. Leur position en Belgique massivement compromise, le BEF envisage d'abandonner la Belgique et de se replier sur Ostende , Bruges ou Dunkerque, ce dernier se trouvant à environ 10 kilomètres (6,2 mi) à 15 kilomètres (9,3 mi) à l'intérieur de la frontière française. [109]

Les propositions d'un retrait stratégique britannique du continent ont été rejetées par le cabinet de guerre et le chef d'état-major impérial (CIGS). Ils ont dépêché le général Dacier pour informer Gort de leur décision et lui ordonner de mener une offensive vers le sud-ouest "à travers toute opposition" pour atteindre les "forces françaises principales" dans le sud [les forces françaises les plus fortes étaient en fait dans le nord] . L'armée belge a été invitée à se conformer au plan, ou si elle le souhaitait, la Royal Navy britannique évacuerait les unités qu'elle pourrait. [109]Le cabinet britannique a décidé que même si «l'offensive de la Somme» était menée à bien, certaines unités pourraient encore devoir être évacuées et a ordonné à l'amiral Ramsay de rassembler un grand nombre de navires. Ce fut le début de l'opération Dynamo . [109] Ironside est arrivé au quartier général britannique à 06h00 le 20 mai, le jour même où les communications continentales entre la France et la Belgique ont été coupées. [110]Lorsque Dacier a fait connaître ses propositions à Gort, Gort a répondu qu'une telle attaque était impossible. Sept de ses neuf divisions étaient engagées sur l'Escaut et même s'il était possible de les retirer, cela créerait un fossé entre les Belges et les Britanniques que l'ennemi pourrait exploiter et encercler les premiers. Le BEF marchait et combattait depuis neuf jours et manquait maintenant de munitions. [110] L'effort principal devait être fait par les Français au sud. [110]

Situation stratégique en Belgique et en France au 21 mai

La position belge sur tout mouvement offensif a été précisée par Léopold III. Pour lui, l'armée belge ne pouvait pas mener d'opérations offensives car elle manquait de chars et d'avions; il existait uniquement pour la défense. [111] [112] Le roi a également précisé que dans la région de Belgique qui se rétrécit rapidement et qui est encore libre, il n'y avait qu'assez de nourriture pour deux semaines. [111] Léopold ne s'attendait pas à ce que le BEF compromette sa propre position afin de garder le contact avec l'armée belge, mais il a averti les Britanniques que s'ils persistaient dans l'offensive du sud, les Belges seraient débordés et leur armée s'effondrerait. [111] [112] Le roi Léopold a suggéré que le meilleur recours était d'établir une tête de pont couvrant Dunkerque et les ports de la Manche belge.[111] La volonté du CIGS l'a emporté. Gort n'a engagé que deux bataillons d'infanterie et le seul bataillon blindé du BEF dans l'attaque, qui malgré un certain succès tactique initial, n'a pas réussi à briser la ligne défensive allemande lors de la bataille d'Arras le 21 mai. [113]

Au lendemain de cet échec, il est demandé aux Belges de se replier sur l' Yser et de protéger le flanc gauche et les arrières alliés. L'assistant du roi, le général Overstraten, a déclaré qu'une telle décision ne pouvait pas être prise et conduirait à la désintégration de l'armée belge. Un autre plan pour de nouvelles offensives a été suggéré. Les Français demandent aux Belges de se replier sur la Lys et les Britanniques à la frontière française entre Maulde et Halluin, les Belges devaient alors étendre leur front pour libérer d'autres parties du BEF pour l'attaque. La 1ère armée française relèverait deux autres divisions sur le flanc droit. Léopold était réticent à entreprendre un tel déménagement car il abandonnerait tout sauf une petite partie de la Belgique. L'armée belge était épuisée et c'était une énorme tâche technique qui prendrait trop de temps à accomplir. [114]

À ce moment, les Belges et les Britanniques ont conclu que les Français étaient battus et que les armées alliées dans la poche à la frontière belgo-franquiste seraient détruites si aucune mesure n'était prise. Les Britanniques, ayant perdu confiance en leurs alliés, décident de se tourner vers la survie du BEF. [115]

22-28 mai : dernières batailles défensives

Les Allemands avancent vers la Manche après le 21 mai

Le front de bataille belge au matin du 22 mai s'étendait sur quelque 90 kilomètres (56 mi) du nord au sud, en commençant par le corps de cavalerie , qui a stoppé son avance à Terneuzen . Les V , II , VI , VII et IV Corps (tous belges) sont alignés côte à côte. Deux autres Corps des transmissions gardaient la côte. [116] Ces formations tenaient alors en grande partie le front oriental alors que le BEF et les forces françaises se retiraient vers l'ouest pour protéger Dunkerque, qui était vulnérable à l'assaut allemand le 22 mai. Le front oriental est resté intact, mais les Belges occupaient désormais leur dernière position fortifiée à Lys. [117] LeLe I Corps belge , avec seulement deux divisions incomplètes, avait été fortement engagé dans les combats et leur ligne s'épuisait. Ce jour-là, Winston Churchill visita le front et pressa les armées française et britannique de sortir du nord-est. Il supposait que le corps de cavalerie belge pouvait soutenir le flanc droit des offensives. Churchill a envoyé le message suivant à Gort :

1. Que l'armée belge se retire sur la ligne de l'Yser et s'y arrête, les écluses étant ouvertes.
2. Que l'armée britannique et la 1ère armée française attaquent au sud-ouest vers Bapaume et Cambrai au plus tôt, certainement demain, avec environ huit divisions, et avec le corps de cavalerie belge à la droite des Britanniques. [118]

Un tel ordre ignorait le fait que l'armée belge ne pouvait pas se retirer dans l'Yser et qu'il y avait peu de chances qu'une cavalerie belge se joigne à l'attaque. [118] Le plan pour le retrait belge était solide; la rivière Yser couvrait Dunkerque à l'est et au sud, tandis que le canal de La Bassée la couvrait à l'ouest. L'anneau de l'Yser raccourcit également considérablement la zone d'opérations de l'armée belge. Une telle décision aurait abandonné Passchendaele et Ypres et aurait certainement signifié la prise d'Ostende tout en réduisant encore la quantité de territoire belge encore libre de quelques kilomètres carrés. [119]

Les troupes allemandes surveillent les réfugiés civils belges fuyant les combats

Le 23 mai, les Français ont tenté de mener une série d'offensives contre la ligne défensive allemande sur l'axe Ardennes-Calais mais n'ont pas réussi à faire des gains significatifs. Pendant ce temps, sur le front belge, les Belges, sous pression, reculent davantage et les Allemands capturent Terneuzen et Gand ce jour-là. Les Belges ont également eu du mal à déplacer le pétrole, la nourriture et les munitions qu'il leur restait. [120] La Luftwaffe avait la supériorité aérienne et rendait la vie quotidienne dangereuse en termes logistiques . Le soutien aérien ne pouvait être appelé que par "sans fil" et la RAF opérait à partir de bases dans le sud de l'Angleterre, ce qui rendait la communication plus difficile. [120] Les Français ont nié l'utilisation de Dunkerque, Bourbourg et Gravelinesbases aux Belges, initialement mises à sa disposition. Les Belges sont contraints d'utiliser les seuls ports qui leur restent, à Nieuport et Ostende. [120]

Churchill et Maxime Weygand , qui avaient pris le commandement de Gamelin, étaient toujours déterminés à briser la ligne allemande et à dégager leurs forces vers le sud. Lorsqu'ils ont communiqué leurs intentions au roi Léopold et van Overstraten le 24 mai, ce dernier a été stupéfait. [121] Un fossé dangereux commençait à s'ouvrir entre les Britanniques et les Belges entre Ypres et Menen , ce qui menaçait ce qui restait du front belge. [121] Les Belges ne pouvaient pas le couvrir ; une telle décision les aurait surmenés. Sans consulter les Français ni demander l'autorisation de son gouvernement, Gort ordonna immédiatement et de manière décisive aux 5e et 50e divisions d'infanterie britanniquespour combler le vide et abandonner toute opération offensive plus au sud. [121] [122]

Dans l'après-midi du 24 mai, von Bock avait jeté quatre divisions, de la 6e armée de Reichenau, contre la position du IVe corps belge dans la région de Courtrai de la Lys pendant la bataille de la Lys (1940) . Les Allemands ont réussi, contre une résistance farouche, à traverser la rivière la nuit et à forcer une pénétration d'un mille le long d'un front de 13 milles entre Wervik et Courtrai. Les Allemands, supérieurs en nombre et aux commandes de l'air, avaient conquis la tête de pont. [121] Néanmoins, les Belges avaient infligé de nombreuses pertes et plusieurs défaites tactiques aux Allemands. Les 1re , 3e , 9e et 10e divisions d'infanterie, agissant en renfort, avaient contre-attaqué plusieurs fois et réussi à capturer 200 prisonniers allemands. [123] L'artillerie et l'infanterie belges sont alors durement attaquées par la Luftwaffe , qui les force à la défaite. Les Belges ont reproché aux Français et aux Britanniques de ne pas fournir de couverture aérienne. [123] La tête de pont allemande exposait dangereusement le flanc est de la 4e division d'infanterie du BEF étirée vers le sud. Montgomery a envoyé plusieurs unités de la 3e division d'infanterie (y compris l'infanterie lourde des 1er et 7e bataillons Middlesex et la 99e batterie, 20e régiment antichar), comme défense improvisée. [124]

Un point critique du «plan Weygand» et de l'argument du gouvernement britannique et de l'armée française en faveur d'une poussée vers le sud, était le retrait des forces pour voir l'offensive à travers laquelle l'armée belge avait été trop étendue et avait contribué à son effondrement. Il est contraint de couvrir les zones tenues par le BEF afin de permettre à ce dernier de passer à l'offensive. [121] Un tel effondrement aurait pu entraîner la perte des ports de la Manche derrière le front allié, conduisant à un encerclement stratégique complet. Le BEF aurait pu faire plus pour contre-attaquer le flanc gauche de von Bock pour soulager les Belges alors que von Bock attaquait à travers la position britannique fortifiée à Courtrai. [125]Le haut commandement belge a lancé au moins cinq appels pour que les Britanniques attaquent le flanc gauche vulnérable des divisions allemandes entre l' Escaut et la Lys pour éviter le désastre. [125]

L'amiral Sir Roger Keyes a transmis le message suivant au GHQ :

Van Overstraten tient désespérément à une forte contre-attaque britannique. Que ce soit au nord ou au sud de Leie, cela pourrait aider à rétablir la situation. Les Belges s'attendent à être attaqués sur le front de Gand demain. Les Allemands ont déjà une tête de pont sur le canal à l'ouest d'Eecloo. Il ne peut être question du repli belge sur l'Yser. Un bataillon en marche au nord-est d'Ypres a été pratiquement anéanti aujourd'hui lors d'une attaque par soixante avions. Retrait sur routes ouvertes sans soutien de chasse adéquat très coûteux. L'ensemble de leurs approvisionnements se fait à l'est de l'Yser. Ils représentent fortement une tentative devrait être faite pour rétablir la situation sur la Lys par une contre-attaque britannique pour laquelle l'opportunité peut ne durer que quelques heures. [126]

Aucune attaque de ce type n'a eu lieu. Les Allemands apportent de nouvelles réserves pour combler le vide (Menin-Ypres). Cela a presque coupé les Belges des Britanniques. Les 2e , 6e et 10e divisions de cavalerie ont frustré les tentatives allemandes d'exploiter l'écart en profondeur mais la situation était toujours critique. [123] Le 26 mai, l'opération Dynamo a officiellement commencé, au cours de laquelle d'importants contingents français et britanniques devaient être évacués vers le Royaume-Uni. À ce moment-là, la Royal Navy avait déjà retiré 28 000 soldats britanniques non combattants. Boulogne était tombée et Calais était sur le point de tomber, laissant Dunkerque, Ostende et Zeebrugge comme seuls ports viables pouvant être utilisés pour l'évacuation. L'avancée de la 14e armée allemande ne laisserait pas Ostende plus longtemps disponible. À l'ouest, le groupe d' armées allemand A avait atteint Dunkerque et se trouvait à 6,4 km de son centre le matin du 27 mai, mettant le port à portée d'artillerie. [127]

La situation du 27 mai avait considérablement changé par rapport à seulement 24 heures plus tôt. L'armée belge avait été chassée de la ligne de la Lys le 26 mai, et Nevele , Vynckt , Tielt et Izegem étaient tombés sur la partie ouest et centrale du front de la Lys. A l'est, les Allemands avaient atteint la périphérie de Bruges, et capturé Ursel . A l'ouest, la ligne Menen–Ypres s'était rompue à Courtrai et les Belges utilisaient désormais des camions de chemin de fer pour aider à former des défenses antichars sur une ligne Ypres–Passchendaele– Roulers . Plus à l'ouest le BEF avait été refoulé, au nord de Lillejuste au-dessus de la frontière française et risquait désormais de laisser se développer un écart entre eux et le flanc sud belge sur l'axe Ypres-Lille. [128] Le danger de permettre une avancée allemande vers Dunkerque signifierait la perte du port qui était maintenant trop grand. Les Britanniques se retirent au port le 26 mai. Ce faisant, ils ont laissé le flanc nord-est de la 1ère armée française près de Lille exposé. Au fur et à mesure que les Britanniques partaient, les Allemands entraient, encerclant le gros de l'armée française. Gort et son chef d'état-major, le général Henry Pownall , ont accepté que leur retrait signifierait la destruction de la 1ère armée française, et ils en seraient blâmés. [129]

Les combats du 26 au 27 mai avaient amené l'armée belge au bord de l'effondrement. Les Belges détenaient toujours la ligne Ypres-Roulers à l'ouest et la ligne Bruges-Thelt à l'est. Cependant, le 27 mai, le front central s'effondre dans le secteur Izegem-Thelt. Plus rien n'empêchait désormais une poussée allemande vers l'est pour prendre Ostende et Bruges, ou vers l'ouest pour prendre les ports de Nieuport ou de La Panne , au plus profond des arrières alliés. [128] Les Belges avaient pratiquement épuisé tous les moyens de résistance disponibles. La désintégration de l'armée belge et de son front a provoqué de nombreuses accusations erronées de la part des Britanniques. [130] En fait, à de nombreuses reprises, les Belges avaient tenu bon après les retraits britanniques. [130]Un exemple était la prise de contrôle de la ligne de l'Escaut, où ils ont relevé la 44e division d'infanterie britannique , lui permettant de se retirer dans leurs rangs. [130] Malgré cela, Gort et, dans une plus grande mesure, Pownall, ont montré de la colère face à la décision du roi belge de se rendre le 28 mai, la considérant comme sapant l'effort de guerre. . [130] Lorsqu'il a été demandé si des Belges devaient être évacués, Pownall aurait répondu: "Nous nous moquons bien de ce qui arrive aux Belges". [130]

Capitulation belge

Négocier la capitulation belge

L'armée belge s'étendait de Cadzand au sud jusqu'à Menin sur la rivière Lys, et à l'ouest, de Menin, à Bruges sans aucune sorte de réserves. À l'exception de quelques sorties de la RAF, l'air était exclusivement sous le contrôle de la Luftwaffe , et les Belges ont signalé des attaques contre toutes les cibles considérées comme un objectif, avec des pertes en résultant. Aucun obstacle naturel ne subsistait entre les Belges et l'armée allemande; la retraite n'était pas envisageable. La Luftwaffe avait détruit la plupart des réseaux ferroviaires vers Dunkerque, il ne restait plus que trois routes : Bruges– TorhoutDiksmuide , Bruges– Gistel–Nieupoort et Bruges–Ostende–Nieuport. L'utilisation de tels axes de retraite était impossible sans pertes en raison de la suprématie aérienne allemande (par opposition à la supériorité aérienne ). L'approvisionnement en eau a été endommagé et coupé, l'approvisionnement en gaz et en électricité a également été coupé. Les canaux ont été drainés et utilisés comme dépotoirs pour les munitions et les denrées alimentaires qui restaient. La superficie totale restante ne couvrait que 1 700 km 2 et regroupait militaires et civils, dont ces derniers comptaient quelque 3 millions de personnes. [131] Dans ces circonstances, Léopold a jugé inutile toute résistance supplémentaire. Le 27 mai au soir, il demande l'armistice. [3]

Churchill a envoyé un message à Keyes le même jour et a précisé ce qu'il pensait de la demande :

L'ambassade de Belgique ici suppose de la décision de King de rester qu'il considère la guerre comme perdue et envisage [une] paix séparée. C'est pour s'en désolidariser que le Gouvernement constitutionnel belge s'est réuni en terre étrangère. Même si l'armée belge actuelle doit déposer les armes, il y a 200 000 Belges en âge de servir en France, et des ressources plus importantes que la Belgique en 1914 pour riposter. Par la présente décision, le Roi divise la Nation et la place sous la protection d'Hitler. Veuillez transmettre ces considérations au Roi, et lui faire comprendre les conséquences désastreuses pour les Alliés et pour la Belgique de son choix actuel. [132]

La Royal Navy évacue le quartier général de Middelkerke et Sint-Andries , à l'est de Bruges, dans la nuit. Léopold III et sa mère la reine mère Elisabeth sont restés en Belgique pour endurer cinq ans de captivité volontaire. [132] En réponse au conseil de son gouvernement de mettre en place un gouvernement en exil, Léopold a déclaré: "J'ai décidé de rester. La cause des Alliés est perdue." [3] La reddition belge est entrée en vigueur à 04h00 le 28 mai. Les récriminations abondaient avec les Britanniques et les Français affirmant que les Belges avaient trahi l'alliance. A Paris, le Premier ministre français Paul Reynaud a dénoncé la reddition de Léopold, et le Premier ministre belge Hubert Pierlotinforma le peuple que Léopold avait pris des mesures contre l'avis unanime du gouvernement. En conséquence, le roi n'était plus en mesure de gouverner et le gouvernement belge en exil qui était situé à Paris (transféré plus tard à Londres après la chute de la France) continuerait la lutte. [3] La principale plainte était que les Belges n'avaient donné aucun avertissement préalable que leur situation était si grave qu'ils capitulaient. De telles revendications étaient largement injustes. Les Alliés savaient, et l'avaient admis en privé le 25 mai par des contacts avec les Belges, que ces derniers étaient au bord de l'effondrement. [133] [134]

La réponse de Churchill et de la Grande-Bretagne a été officiellement retenue. Cela était dû à la défense volontaire de la campagne défensive belge présentée au cabinet par Sir Roger Keyes à 11h30 le 28 mai. [135] Les ministres français et belges avaient qualifié les actions de Léopold de traîtres, mais ils n'étaient pas au courant des véritables événements : Léopold n'avait pas signé d'accord avec Hitler afin de former un gouvernement de collaboration, mais une reddition inconditionnelle en tant que commandant en chef. Chef des Forces Armées Belges . [136]

Pertes

Les rapports sur les pertes incluent les pertes totales à ce stade de la campagne. Les chiffres de la bataille de Belgique, du 10 au 28 mai 1940, ne peuvent être connus avec certitude.

Belge

Des soldats allemands entasse des armes belges à Bruges après la capitulation

Les pertes belges s'élevaient à:

Français

Les chiffres de la bataille de Belgique sont inconnus, mais les Français ont subi les pertes suivantes tout au long de la campagne de l'Ouest, du 10 mai au 22 juin :

  • Tués au combat : 90 000 [138]
  • Blessés : 200 000 [138]
  • Prisonniers de guerre : 1 900 000. [138]
  • Les pertes françaises totales en avions se sont élevées à 264 du 12 au 25 mai et à 50 du 26 mai au 1er juin. [139]

Britannique

Un Char B1 lourd français détruit à Beaumont

Les chiffres de la bataille de Belgique sont inconnus, mais les Britanniques ont subi les pertes suivantes tout au long de la campagne, du 10 mai au 22 juin :

  • 68 111 tués au combat, blessés ou capturés. [140]
  • 64 000 véhicules détruits ou abandonnés [140]
  • 2 472 canons détruits ou abandonnés [140]
  • Les pertes de la RAF tout au long de la campagne (10 mai - 22 juin) se sont élevées à 931 avions et 1 526 victimes. Les pertes au 28 mai sont inconnues. [140] Les pertes britanniques totales dans l'air ont été de 344 entre le 12 et le 25 mai et de 138 entre le 26 mai et le 1er juin. [139]

Allemand

Le rapport consolidé de l' Oberkommando der Wehrmacht concernant les opérations dans l'ouest du 10 mai au 4 juin (en allemand : Zusammenfassender Bericht des Oberkommandos der Wehrmacht über die Operationen im Westen vom 10. Mai bis 4. Juni ) rapporte : [141]

  • Tués au combat : 10 232 officiers et soldats [141]
  • Disparus : 8 463 officiers et soldats [141]
  • Blessés : 42 523 officiers et soldats [141]
  • Pertes de la Luftwaffe du 10 mai au 3 juin : 432 appareils [141]
  • Pertes de la Kriegsmarine : aucune [141]

Voir aussi

Références

Remarques

  1. Contribution des unités d'infanterie légèrement armées se retirant du territoire néerlandais. A également engagé l'armée de l'air néerlandaise dans quelques missions inefficaces et coûteuses. Gunsburg 1992 , p. 216.
  2. L'armée belge se composait de 22 divisions, les Français en fournissaient 104, les Britanniques 10 et les Néerlandais 8 divisions. Holmes 2001 , p. 324.
  3. L'armée belge possédait 1 338 canons, les Français 10 700, les Britanniques 1 280 et les Néerlandais 656. Holmes 2001 , p. 324.
  4. L'armée belge avait 10 chars, les français 3 063, les britanniques 310 et les hollandais 1 char. Holmes 2001 , p. 324.
  5. L'armée de l'air belge comptait 250 appareils, l'armée de l'air française 1 368, la Royal Air Force britannique 456 appareils et l'armée de l'air néerlandaise 175. Holmes 2001 , p. 324.
  6. L'armée belge a subi 6 093 hommes tués, 15 850 hommes blessés au combat, plus de 500 hommes portés disparus et 200 000 hommes capturés, dont 2 000 morts en captivité. Kegan 2005 , p. 96 ; Ellis 1993 , p. 255. Les pertes françaises et britanniques sur le territoire belge sont inconnues. Kegan 2005 , p. 96.
  7. ^ L'armée de l'air belge a perdu 83 avions au sol le 10 mai, 25 perdus en combat aérien entre le 10 et le 15 mai et quatre perdus dans les airs entre le 16 et le 28 mai. Hooton 2007 , pp. 49, 52, 53. Les pertes françaises et britanniques ne sont pas certaines, cependant l'armée de l'air française a perdu 264 avions entre le 12 et le 25 mai et 50 du 26 mai au 1er juin tandis que la Royal Air Force britannique en a perdu 344 et 138. avions dans ces périodes respectives. Hooton 2007 , p. 57.
  8. ^ Les unités aériennes allemandes ont doublé et ont effectué des missions au-dessus des Pays-Bas et de la Belgique. Le total des pertes spécifiques à chaque cas pour la Belgique uniquement ne peut pas être certain. Les pertes totales allemandes dans les airs se sont élevées à 469 du 12 au 25 mai et à 126 du 26 mai au 1er juin, mais au moins 43 parachutistes ont été tués et 100 autres blessés. Hooton 2007 , p. 57 ; Dunstan 2005 , p. 57.

Citations

  1. ^ un bcd Holmes 2001 , p. 324.
  2. ^ Fondation belge pour l'éducation américaine 1941 .
  3. ^ un bcd Shirer 1990 , p. 729.
  4. ^ Healy 2008 , p. 36.
  5. ^ Keegan 2005 , pp. 95–96.
  6. ^ un bcd Bond 1990 , p. 8.
  7. ^ Ellis 2004 , p. 8.
  8. ^ Bond 1990 , p. 9.
  9. ^ Bond 1990 , p. 21.
  10. ^ Bond & Taylor 2001 , p. 14.
  11. ^ Bond 1990 , p. 9-10.
  12. ^ un lien b 1990 , p. 22.
  13. ^ Bond 1990 , pp. 22-23.
  14. ^ Bond 1990 , p. 24.
  15. ^ un b Belgique, Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 2.
  16. ^ un bc Belgique , Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 3.
  17. ^ un b Belgique, Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 4.
  18. Belgique, Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 53.
  19. ^ Belgique, Ministère des Affaires Étrangères 1941 , pp. 4–5.
  20. ^ Bond 1990 , pp. 24-25.
  21. ^ Bond 1990 , p. 25.
  22. ^ Bond 1990 , p. 28.
  23. ^ Bond 1990 , p. 35.
  24. ^ Bond 1990 , pp. 28–36.
  25. ^ Bond 1990 , p. 36.
  26. ^ Bond 1990 , pp. 46–47.
  27. ^ a bc Belgique , Ministère des Affaires Étrangères 1941 , pp. 32–33.
  28. ^ Holmes 2001 , p. 313.
  29. ^ Bond 1990 , pp. 100–101.
  30. ^ un bcdefg Dunstan 2005 , p . _ _ 34.
  31. ^ Dunstan 2005 , p. 36.
  32. ^ Bond & Taylor 2001 , p. 37.
  33. ^ Keegan 2005 , p. 324.
  34. ^ un b Keegan 2005 , p. 95.
  35. ^ Fowler 2002 , p. 12.
  36. ^ Frieser & Greenwood 2005 , p. 36.
  37. ^ un b Belgique, Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 32.
  38. ^ un bc Keegan 2005 , p. 96.
  39. ^ Niehorster, Ordre de Bataille : Marine .
  40. ^ un b Hooton 2007 , pp. 48–49.
  41. ^ Keegan 2005 , pp. 95, 324.
  42. ^ Frieser & Greenwood 2005 , p. 46-47.
  43. ^ Holleman, Rosseels & Welting 2008 .
  44. ^ un bc Healy 2008 , p. 37.
  45. ^ un bcde Bond 1990 , p . 58.
  46. ^ Foot 2005, p. 322. (la carte des dispositions françaises est disponible dans le livre de Keegan)
  47. ^ Foot 2005, p. 130.
  48. ^ Foot 2005, p. 324.
  49. ^ un lien b 1975 , p. 20.
  50. ^ un bcde Healy 2008 , p . 32.
  51. ^ Harclerode 2006 , p. 51.
  52. ^ Tugwell 2006, p. 52.
  53. ^ Hooton 2007 , p. 47.
  54. ^ un b Hooton 2007 , pp. 45–46.
  55. ^ un Hooton b 2007 , p. 48.
  56. ^ un bc Belgique , Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 33.
  57. ^ Sebag-Montefiore 2006 , pp. 50–51.
  58. ^ un bcde Belgique , Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 35.
  59. ^ un bcdefg Hooton 2007 , p . _ _ 52.
  60. ^ Cull 1999 , p. 19.
  61. ^ Cull 1999 , pp. 19–20.
  62. ^ un bc Hooton 2007 , p. 53.
  63. Belgique, Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 34.
  64. ^ Bond 1990 , p. 59.
  65. ^ Cull 1999, p. 18.
  66. ^ Hooton 2007 , p. 54.
  67. ^ Frieser & Greenwood 2005 , p. 123.
  68. ^ un bcd Frieser & Greenwood 2005 , pp. 126–127.
  69. ^ Frieser & Greenwood 2005 , pp. 138-139.
  70. ^ Cull 1999, p. 61.
  71. ^ Cull 1999, pp. 61–62.
  72. ^ un bcd Hooton 2007 , p. 56.
  73. ^ Ellis 1993 , p. 37.
  74. ^ un b Belgique, Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 36.
  75. ^ Jackson 2003 , p. 37.
  76. ^ Sheppard 1990 , p. 38.
  77. ^ un Hooton b 2007 , p. 51.
  78. ^ Belgique, Ministère des Affaires Étrangères 1941 , pp. 36–37.
  79. ^ un b Belgique, Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 37.
  80. ^ un b Belgique, Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 38.
  81. ^ Niehorster, Ordre de Bataille, Armée .
  82. ^ Cull 1999, pp. 116–121.
  83. ^ Cull 1999, p. 135.
  84. ^ Bond 1990 , pp. 59–60.
  85. ^ Bond 1990 , p. 60.
  86. ^ Hooton 2007 , p. 55.
  87. ^ un bcd Ellis 1993 , pp. 56–57 .
  88. ^ un bcd Frieser & Greenwood 2005 , p. 240.
  89. ^ Frieser & Greenwood 2005 , p. 239.
  90. ^ Ellis 1993 , p. 37-38.
  91. ^ un bcdefg Frieser & Greenwood 2005 , p . 241.
  92. ^ un bc Frieser & Greenwood 2005 , p. 242.
  93. ^ Gunsburg 1992 , pp. 221–224.
  94. ^ Healy 2008 , p. 37–38.
  95. ^ Gunsburg 1992 , p. 228.
  96. ^ un b Frieser & Greenwood 2005 , p. 243.
  97. ^ Gunsburg 1992 , p. 237.
  98. ^ Healy 2008 , p. 38.
  99. ^ Frieser & Greenwood 2005 , pp. 243–244.
  100. ^ un bc Frieser & Greenwood 2005 , p. 246.
  101. ^ Sebag-Montefiore 2006 , p. 71.
  102. ^ un bc Bond 1990 , p. 64.
  103. ^ Ellis 2004 , p. 59.
  104. ^ Fondation belge pour l'éducation américaine 1941 , p. 30.
  105. ^ un bc Belgique , Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 39.
  106. ^ un bc Belgique , Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 40.
  107. ^ Bloc 2003 .
  108. ^ Sebag-Montefiore 2006 , pp. 70–71.
  109. ^ un bc Bond 1990 , p. 67.
  110. ^ un bc Bond 1990 , p. 69.
  111. ^ un bcd Bond 1990 , p. 70.
  112. ^ un b Ellis 2004 , p. 105.
  113. ^ Bond 1990 , pp. 71–72.
  114. ^ Bond 1990 , p. 72.
  115. ^ Bond 1990 , p. 73.
  116. ^ Fondation belge pour l'éducation américaine 1941 , p. 54.
  117. ^ Bond 1990 , p. 75.
  118. ^ un lien b 1990 , p. 76.
  119. ^ Bond 1990 , p. 78.
  120. ^ un bc Belgique , Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 43.
  121. ^ un bcde Bond 1990 , p . 84.
  122. ^ Ellis 1993 , p. 172.
  123. ^ un bc Belgique , Ministère des Affaires Étrangères 1941 , p. 44.
  124. ^ Ellis 2004 , pp. 135-136.
  125. ^ un lien b 1990 , p. 85.
  126. ^ Bond 1990 , p. 86.
  127. ^ Bond 1990 , p. 88.
  128. ^ a b Belgique, Ministère des Affaires Étrangères 1941 , pp. 44–45.
  129. ^ Bond 1990 , p. 89.
  130. ^ un bcde Bond 1990 , p . 92.
  131. ^ Fondation belge pour l'éducation américaine 1941 , p. 60.
  132. ^ un lien b 1990 , p. 93.
  133. ^ Bond 1990 , p. 94.
  134. ^ Sebag-Montefiore 2006 , p. 304.
  135. ^ Bond 1990 , p. 95.
  136. ^ Bond 1990 , p. 96.
  137. ^ un b Ellis 1993 , p. 255.
  138. ^ un bc Keegan 2005 , p. 326.
  139. ^ un Hooton b 2007 , p. 57.
  140. ^ un bcd Holmes 2001 , p. 130.
  141. ^ un bcdef Oberkommando der Wehrmacht 1941 , p . 189.

Bibliographie

  • Fondation belge pour l'éducation américaine (1941), La campagne belge et la reddition de l'armée belge, 10-28 mai 1940 (troisième éd.), Université du Michigan{{citation}}: CS1 maint: ref doublons par défaut ( lien )
  • Belgique, Ministère des Affaires Étrangères (1941), Belgium : The Official Account of What Happened 1939–1940 , Evans Brothers, OCLC  42016037{{citation}}: CS1 maint: ref doublons par défaut ( lien )
  • Bloock, Bernard (2003), Belgian Fortifications, May 1940 , archivé de l'original le 5 octobre 2012 , récupéré le 10 mai 2014
  • Bond, Brian (1975), France et Belgique, 1939-1940 , Londres : Davis-Poynter, ISBN 978-0-7067-0168-5
  • Bond, Brian (1990), Grande-Bretagne, France et Belgique, 1939-1940 , Londres: Brassey's (Royaume-Uni) Riverside, NJ, ISBN 978-0-08-037700-1
  • Bond, Brian ; Taylor, Michael (2001), La bataille de France et des Flandres 1940 , Londres : Leo Cooper, ISBN 978-0-85052-811-4
  • Cull, Brian (1999), Twelve Days in May , Londres: Grub Street Publishing (Royaume-Uni), ISBN 978-1902304120
  • Dunstan, Simon (2005), Fort Eben Emael , Oxford: Osprey Publishing (Royaume-Uni), ISBN 978-1-84176-821-2
  • Ellis, John (1993), Le livre de données de la Seconde Guerre mondiale , Aurum Press, ISBN 978-1-85410-254-6
  • Ellis, Major LF (2004) [1954], Butler, JRM (éd.), La guerre en France et en Flandre 1939-1940 , Histoire de la Seconde Guerre mondiale Série militaire du Royaume-Uni, Naval & Military Press, ISBN 978-1-84574-056-6
  • Fowler, Will (2002), France, Hollande et Belgique 1940 , Hersham : Ian Allan, ISBN 978-0-7110-2944-6
  • Frieser, Karl-Heinz; Greenwood, John T. (2005), The Blitzkrieg Legend: The 1940 Campaign in the West , Annapolis: Naval Institute Press, ISBN 978-1-59114-294-2
  • Gunsburg, Jeffrey A. (avril 1992), "La bataille de la plaine belge, 12-14 mai 1940: la première grande bataille de chars", The Journal of Military History , 56 (2): 207–244, doi : 10.2307 / 1985797
  • Harclerode, Peter (2006), Wings Of War: Airborne Warfare 1918-1945 , Arizona: Phoenix, ISBN 978-0304367306
  • Healy, Mark (2008), Prigent, John (éd.), Panzerwaffe : The Campaigns in the West 1940 , vol. 1, Shepperton : Ian Allan, ISBN 978-0-7110-3240-8
  • Holleman, Leendert; Rosseels, Alain; Welting, Henk (2008), Traces of World War 2: The Belgian Air Force , récupéré le 10 mai 2014
  • Holmes, Richard (2001), The Oxford Companion to Military History , Oxford: Oxford University Press, ISBN 978-0-19-866209-9
  • Hooton, Edward R. (2007), Luftwaffe en guerre ; Blitzkrieg dans l'Ouest 1939 -1940 , Leicester: Midland Publishing, ISBN 978-1-85780-272-6
  • Jackson, Julian T. (2003), La chute de la France , Oxford : Oxford University Press, ISBN 978-0-19-280550-8
  • Keegan, John (2005), La Seconde Guerre mondiale , New York: Penguin Books, ISBN 978-0-14-303573-2
  • Niehorster, Leo, Belgian Order of Battle: Army , récupéré le 10 mai 2014
  • Niehorster, Leo, Belgian Order of Battle: Navy , archivé de l'original le 31 mai 2016 , récupéré le 10 mai 2014
  • Oberkommando der Wehrmacht (1985), Die Wehrmachtberichte, 1939–1945 - Bande 1, 1. Septembre 1939 bis 31. Décembre 1941 (en allemand), München : Deutscher Taschenbuch Verlag, ISBN 978-3-423-05944-2
  • Sebag-Montefiore, Hugh (2006), Dunkerque : Combat jusqu'au dernier homme , New York : Viking, ISBN 978-0-670-91082-3
  • Shepperd, Alan (1990), France 1940 : Blitzkrieg in the West , Oxford : Osprey Publishing, ISBN 978-0-85045-958-6
  • Shirer, William L. (1990) [1960], La montée et la chute du Troisième Reich: une histoire de l'Allemagne nazie , Simon et Schuster, ISBN 978-0-671-72868-7

Lectures complémentaires