Bataillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Code OTAN standard pour un bataillon d'infanterie ami.
Symbole du 14e bataillon blindé autrichien dans les symboles graphiques militaires de l'OTAN
11e bataillon australien (Australie-Occidentale), 3e brigade d'infanterie, force impériale australienne posant sur la grande pyramide de Gizeh le 10 janvier 1915

Un bataillon est une unité militaire , généralement composée de 300 à 1000 soldats commandés par un lieutenant-colonel , et subdivisée en plusieurs compagnies . Dans certains pays, les bataillons sont exclusivement de l' infanterie , tandis que dans d'autres, les bataillons sont des organisations au niveau de l'unité.

Le terme « bataillon » a été utilisé pour la première fois en italien comme battaglione au plus tard au XVIe siècle. Il dérive du mot italien pour bataille, battaglia . La première utilisation de bataillon en anglais remonte aux années 1580, et la première utilisation pour signifier « partie d'un régiment » date de 1708.

Opérations indépendantes

Un bataillon est la plus petite unité militaire capable d'« opérations indépendantes limitées », [1] ce qui signifie qu'il comprend un cadre, un état - major (c.-à-d. S-1, S-2, etc.) avec une unité de soutien et de services ( p. société siège ). Le bataillon doit disposer d'une source de réapprovisionnement pour lui permettre de soutenir les opérations pendant plus de quelques jours. En effet, le complément de munitions d'un bataillon, les armes non réutilisables (par exemple, les grenades à main et les lance-roquettes jetables), l'eau, les rations, le carburant, les lubrifiants, les pièces de rechange, les batteries et les fournitures médicales se composent normalement uniquement de ce que les soldats du bataillon et les véhicules du bataillon peut porter.

Outre un personnel et un équipement suffisants (généralement au moins deux compagnies de mission principale et une compagnie de soutien de mission) pour mener les opérations, ainsi qu'une capacité administrative et logistique limitée, l'état-major du commandant coordonne et planifie les opérations. Les compagnies subordonnées d'un bataillon et leurs pelotons dépendent du quartier général du bataillon pour le commandement, le contrôle, les communications et le renseignement, ainsi que de la structure de service et de soutien du bataillon. Le bataillon fait partie d'un régiment , d'une brigade ou d'un groupe , selon la branche de service.

Homogénéité

Les compagnies d'un bataillon sont principalement d'un seul type (par exemple, un bataillon d'infanterie ou de chars), bien qu'il existe des exceptions telles que les bataillons interarmes de l'armée américaine. Un bataillon comprend généralement une compagnie de quartier général et une sorte de soutien logistique au combat , combinés dans une compagnie de soutien au combat .

Armée britannique

Le terme bataillon est utilisé dans l' infanterie de l'armée britannique et dans certains corps, notamment les Royal Electrical and Mechanical Engineers et le Intelligence Corps . Il était autrefois utilisé dans les Royal Engineers (avant qu'ils ne passent aux régiments), et a également été utilisé dans les défunts Royal Army Ordnance Corps et Royal Pioneer Corps . D'autres corps utilisent généralement le terme « régiment » à la place.

Un bataillon d'infanterie est numéroté ordinairement au sein de son régiment (par exemple, 1er bataillon, The Rifles , généralement appelé 1 Rifles). Il a normalement une compagnie de quartier général, une compagnie de soutien et trois compagnies de fusiliers (généralement, mais pas toujours, des compagnies A, B et C). Chaque compagnie est commandée par un major , l'officier commandant (OC), avec un capitaine ou un lieutenant supérieur comme commandant en second (2IC). La compagnie QG contient des éléments de transmissions , de quartier - maître , de restauration, de renseignement , d'administration, de solde, de formation, d'opérations et médicaux. La société de support contient généralement anti-char , mitrailleuse, pelotons de mortiers , de pionniers et de reconnaissance . Les unités mécanisées ont généralement un détachement d'aide légère (LAD) des Royal Electrical and Mechanical Engineers (REME) pour effectuer des réparations sur le terrain sur les véhicules et l'équipement. Un bataillon britannique sur le théâtre pendant la Seconde Guerre mondiale comptait environ 845 hommes ; en 2012, un bataillon britannique comptait environ 650 soldats. Avec des séries successives de réductions après la guerre, de nombreux régiments d'infanterie ont été réduits à un seul bataillon (d'autres ont été fusionnés pour former de grands régiments qui ont maintenu plusieurs bataillons, par exemple, le Royal Anglian Regiment ).

Les chiffres importants dans un quartier général de bataillon comprennent:

Les bataillons des autres corps reçoivent des numéros cardinaux distincts au sein de leur corps (par exemple, 101 Bataillon REME).

Groupe de combat

Un groupement tactique se compose d'un bataillon d'infanterie ou d' un régiment blindé avec des sous-unités détachées d'autres unités militaires agissant sous le commandement du commandant du bataillon.

Armée canadienne

Dans l' Armée canadienne , le bataillon est l'organisation d'unité standard pour l'infanterie et le soutien logistique au combat et chaque bataillon est divisé en une ou plusieurs sous-unités appelées compagnies. Dans les Forces canadiennes , la plupart des bataillons sont des unités de réserve comptant entre 100 et 200 soldats qui comprennent une composante opérationnelle et déployable sur le terrain d'environ une demi-compagnie chacune. Les neuf bataillons d'infanterie de la force régulière contiennent chacun trois ou quatre compagnies de fusiliers et une ou deux compagnies de soutien. Les bataillons canadiens sont généralement commandés par des lieutenants-colonels , bien que de plus petits bataillons de réserve puissent être commandés par des majors .

Les régiments composés de plus d'un bataillon sont :

Sur le plan tactique, le bataillon canadien forme le noyau du groupement tactique d'infanterie, qui comprend également divers éléments de soutien tels que les blindés, l' artillerie , le génie de combat et le soutien logistique au combat . Un groupement tactique d'infanterie sera généralement commandé par le commandant du bataillon d'infanterie de base autour duquel il est formé et sa taille peut aller de 300 à 1 500 soldats ou plus, selon la nature de la mission assignée.

Armée indienne

Un bataillon de l' armée indienne se compose de quatre compagnies de fusiliers. À tour de rôle, chaque compagnie de fusiliers se compose de trois pelotons . Un bataillon de l'armée indienne est commandé par un colonel . [2] Normalement un bataillon est rattaché à un régiment d'infanterie, qui est organisé, en règle générale, d'un certain nombre de bataillons et du bataillon du centre régimentaire.

Armée royale néerlandaise

Dans l' armée royale néerlandaise , un bataillon d'infanterie mécanisée se compose généralement d'une compagnie de commandement et de santé, de trois compagnies d'infanterie mécanisée et d'une compagnie de soutien, qui comprend trois pelotons avec des mortiers lourds et trois pelotons avec des missiles antichars ( TOW ). Avec les unités d'artillerie hollandaises , l'équivalent d'un bataillon s'appelle un afdeling (ce qui se traduit par « section »).

Les compagnies de combat sont constituées d'infanterie (généralement mécanisée) , du génie de combat ou de chars . Dans ce dernier cas, l'unité s'appelle un eskadron , ce qui se traduit approximativement par « escadron ». Il existe également des bataillons de soutien dans l'armée néerlandaise, qui se spécialisent sur une tâche spécifique : par exemple, le ravitaillement et le transport ou les communications.

Les Pays-Bas ont quatre bataillons qui sont en permanence réservés aux Nations Unies , aux fins de missions de maintien de la paix .

Un bataillon d'infanterie, un bataillon logistique, un bataillon de combat et le Royal Netherlands Marine Corps ont tous une structure de bataillon. Chaque bataillon se compose généralement des éléments suivants :

  • Commandement de bataillon
    • Le commandant
    • Commandant en second
  • Service général
    • Section du personnel
    • Section renseignement
    • Section des opérations
    • Section matériel
    • Rubrique communication
  • Compagnie de commandement
    • Groupe de commandes
    • Groupe d'administration
    • Groupe médical
    • Groupe de communication
    • Peloton de ravitaillement
  • Trois compagnies d'infanterie
  • Entreprise de soutien
    • Groupe de commandes
    • Peloton de reconnaissance
    • Peloton de mortier
    • peloton antichar

Forces armées soviétiques

Bataillon de fusiliers motorisés

Organisation du bataillon soviétique de fusiliers à moteur fin des années 1980 [3]

Dans les forces armées soviétiques , un bataillon de fusiliers motorisés pouvait être monté dans des véhicules de transport de troupes blindés BTR ou des véhicules de combat d'infanterie BMP , les premiers étant plus nombreux à la fin des années 1980. Les deux se composaient d'un quartier général de bataillon de 12 personnes et de trois compagnies de fusiliers motorisés de 110 personnes chacune, ainsi que d'un certain nombre d'unités d'appui au combat : une batterie de mortiers composée de huit mortiers 120 mm 120-PM-43 ou automatique 82 mm 2B9 Vasileks , une défense aérienne peloton avec neuf MANPAD , soit le SA-7 Grail , SA-14 Gremlin ou SA-16 Gimlet , et un peloton de lance-grenades automatiques avec six lanceurs AGS-17 de 30 mm. Le bataillon BTR comportait également un peloton antichar avec quatre lanceurs AT-3 Sagger ou AT-4 Spigot et deux canons sans recul SPG-9 de 73 mm ; Les unités BTR en état de préparation élevée disposaient parfois de six lanceurs de missiles et de trois canons sans recul. Les deux comportaient également les mêmes unités de soutien, avec un peloton de signalisation, un peloton de ravitaillement, un atelier de réparation et un poste de secours médical. L'ajout du peloton antichar signifiait qu'un bataillon BTR à pleine puissance comptait 525 personnes et 60 BTR, dont trois variantes de commandement, tandis qu'un bataillon BMP comprenait 497 personnes et 45 BMP, dont trois variantes de commandement. [4]

Bataillon de chars

Bataillon et compagnie de chars soviétiques des années 1980

Avant la fin des années 1980, les bataillons de chars soviétiques se composaient de trois compagnies de chars de 13 chars T-64 , T-72 ou T-80 chacune, ainsi que d'un quartier général de bataillon monté dans un char de commandement et d'un quartier général et d'un peloton de service, pour un total de 165 personnes et 40 chars; les bataillons utilisant les anciens chars T-54 , T-55 ou T-62s avaient 31 ou 40 enrôlés supplémentaires. Cependant, les forces d'Europe de l'Est ont commencé à se normaliser en une formation plus petite avec 135 personnes et 31 chars au total, chaque compagnie de chars étant composée de 10 chars au total. [5] [6]

Bataillon d'artillerie

Bataillon d'artillerie soviétique de 122 mm des années 1980

Un bataillon d'artillerie soviétique à la fin des années 1980 se composait d'un quartier général de bataillon, d'un peloton de quartier général, d'un peloton de maintenance et d'approvisionnement et de trois batteries de tir, chacune avec six pièces d'artillerie, que ce soit les automoteurs 2S1 Gvozdikas ou les obusiers tractés D-30 , et au nombre de 260 ou 240 personnes respectivement. Les bataillons d'artillerie lance-roquettes se composaient d'un quartier général et d'un peloton de quartier général, d'une batterie de service et de trois batteries de tir équipées de BM-21 Grad pour un total de 255 personnes. [7] [8]

Armée suisse

Avec la réforme majeure de ses forces armées en 2004, l' armée suisse a abandonné l'ancien système régimentaire et a adopté une approche d'équipe de combat centrée sur les bataillons comme éléments constitutifs des forces opérationnelles axées sur la mission. La taille des bataillons varie selon les branches.

États-Unis

Armée des États-Unis

Dans l' armée américaine , un bataillon est une unité composée d'un quartier général et de deux à six batteries, compagnies ou troupes. Ils sont normalement identifiés par des numéros ordinaux (1er Bataillon, 2e Escadron, etc.) et ont normalement des unités subordonnées qui sont identifiées par des lettres simples (Batterie A, Compagnie A, Troupe A, etc.). Les bataillons sont des organisations tactiques et administratives avec une capacité limitée de planifier et de mener des opérations indépendantes et sont normalement des composants organiques de brigades, de groupes ou de régiments.

Un bataillon de l'armée américaine comprend le commandant de bataillon ( lieutenant-colonel ), l' officier exécutif ( major ), le sergent-major de commandement (CSM), l'état-major et généralement trois à cinq compagnies, avec un total de 300 à 1 000 [9] (mais généralement 500 à 600) soldats. [10] Un régiment se compose de deux à six bataillons organiques, tandis qu'une brigade se compose de trois à sept bataillons distincts.

Pendant la guerre de Sécession , un bataillon d'infanterie ou de cavalerie était un groupement ad hoc de compagnies du régiment parent (qui comptait dix compagnies, de A à K, moins J comme décrit ci-dessous), à l'exception de certains régiments d'infanterie réguliers, qui étaient formellement organisés en trois bataillons de six compagnies chacun (numérotés de 1 à 6 par bataillon et non par lettres séquentielles). Après 1882, les bataillons de cavalerie ont été rebaptisés escadrons et les compagnies de cavalerie ont été rebaptisées troupes. Les bataillons d'artillerie comprenaient généralement quatre batteries ou plus, bien que ce nombre ait considérablement fluctué.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la plupart des régiments d'infanterie se composaient de trois bataillons (1er, 2e et 3e) avec chaque bataillon composé de trois compagnies de fusiliers et une compagnie d'armes lourdes. [11] C'est-à-dire que les compagnies de fusiliers A, B, C ainsi que la compagnie d'armes lourdes D faisaient partie du 1er bataillon, les compagnies de fusiliers E, F, G et la compagnie d'armes lourdes H constituaient le 2e bataillon et les compagnies de fusiliers I, K , L, et la compagnie d'armes lourdes M étaient dans le 3e. Il n'y avait pas de Compagnie J : la lettre J n'était traditionnellement pas utilisée car dans les caractères à l'ancienne des XVIIIe et XIXe siècles, les lettres majuscules I et Jse ressemblaient et se confondaient donc facilement les uns avec les autres. Il était courant qu'un bataillon soit temporairement rattaché à un régiment différent. Par exemple, pendant la confusion et les taux de pertes élevés du Débarquement de Normandie et de la Bataille des Ardennes , afin de renforcer la force d'un régiment d'infanterie épuisé, des compagnies et même des bataillons ont été déplacés selon les besoins.

L'armée américaine a également créé des bataillons de chars indépendants à attacher aux divisions d'infanterie pendant la Seconde Guerre mondiale afin de leur fournir un appui-feu.

Des années 1960 au début des années 1980, un bataillon de manœuvre typique (infanterie ou char) comptait cinq compagnies : quartier général et compagnie de quartier général (HHC) et compagnies A, B et C, plus une compagnie d'appui au combat (CSC), avec un peloton de reconnaissance. , un peloton de mortier lourd de 107 mm (4,2 pouces), ainsi que d'autres éléments qui variaient d'une organisation à l'autre. Ceux-ci comprenaient des pelotons de missiles antichars TOW lourds , des sections de radar de surveillance au sol et un système de défense aérienne portable.sections. À partir du début des années 1980, certains éléments des compagnies d'appui au combat (les pelotons de mortiers et de reconnaissance) ont été fusionnés dans la compagnie d'état-major avec l'état-major et les éléments de soutien, d'autres ont été transférés dans leur organisation de type mère (radar de surveillance au sol et défense aérienne), et dans les bataillons d'infanterie, le peloton de missiles antichars lourds était organisé en une compagnie distincte (compagnie E). À la fin des années 1980, une quatrième compagnie de « ligne » a été ajoutée (la compagnie D) dans la plupart des bataillons d'infanterie et de chars.

Dans cette structure plus ancienne, les bataillons d'infanterie mécanisée de l'armée américaine et les bataillons de chars, à des fins tactiques, s'organisaient par tâche entre eux, formant une force opérationnelle de la taille d'un bataillon (TF).

À partir de 2005-2006, les bataillons mécanisés et de chars de l'armée américaine ont été réorganisés en bataillons interarmes (CAB). Les bataillons de chars et les bataillons d'infanterie mécanisée n'existent plus. Ces nouveaux bataillons interarmes sont des unités modulaires, chacune composée d'une compagnie de quartier général, de deux compagnies d'infanterie mécanisée, de deux compagnies de chars et d'une compagnie de soutien avancé rattachée au bataillon de soutien de la brigade mère du bataillon. Cette nouvelle structure élimine le besoin d'organiser les compagnies entre les bataillons ; chaque bataillon interarmes était organiquement composé des compagnies requises. A un niveau supérieur, chaque brigade blindée (anciennement désignée « brigade lourde ») est désormais composée de trois CAB (contre les deux CAB d'une ancienne brigade lourde), d'un escadron de reconnaissance, d'un bataillon d'artillerie, d'un bataillon du génie de brigade (BEB) et d'un bataillon de soutien de brigade (BSB) .

Corps des Marines des États-Unis

Un bataillon du Corps des Marines des États-Unis comprend le quartier général du bataillon, composé du commandant (généralement un lieutenant-colonel, parfois un colonel), un officier exécutif (le commandant en second, généralement un major), le sergent-major et l'exécutif personnel (S-1 à S-4 et S-6). L'état-major du bataillon est appuyé par une société d'état- major et de services(batterie). Un bataillon contient généralement de deux à cinq compagnies organiques (batteries dans l'artillerie), avec un total de 500 à 1 200 Marines dans le bataillon. Un régiment se compose d'un quartier général de régiment, d'une compagnie de quartier général (ou batterie) et de deux à cinq bataillons organiques (régiments d'infanterie de marine - trois bataillons d'infanterie ; régiments d'artillerie de marine - trois à cinq bataillons d'artillerie ; régiments de logistique de combat de marine - un à trois bataillons de logistique de combat). Dans l'US Marine Corps, la désignation de brigade n'est utilisée que dans « Marine Expeditionary Brigade » (MEB). Un MEB est l'un des groupes de travail air-sol marin standard (MAGTF), est commandé par un général de brigade ou un général de division, et se compose d'un élément de commandement, d'un élément de combat au sol (généralement un régiment d'infanterie de marine renforcé), d'un élément de combat aérien (un groupe d'avions de marine renforcé comprenant des aéronefs à voilure tournante, à voilure fixe et à rotor basculant) et un élément de logistique de combat (un régiment de logistique de combat, qui comprend des forces de construction navale [Seabees] et des éléments médicaux navals).

Dans le Corps des Marines des États-Unis, un bataillon d'infanterie ou de « fusiliers » se compose généralement d'un quartier général et d'une compagnie de service, de trois compagnies de fusiliers ou de « lignes » (désignés par ordre alphabétique de A à M selon le bataillon du régiment parent auquel ils sont rattachés ) et une entreprise d'armement. Les entreprises d'armement ne reçoivent pas de lettre de désignation. Les régiments d'infanterie de marine utilisent les désignations de bataillon et de compagnie telles que décrites ci-dessus pendant la Seconde Guerre mondiale, les lettres de compagnie D, H et M n'étant pas normalement utilisées, mais plutôt conservées en réserve pour augmenter une quatrième compagnie de fusiliers dans chaque bataillon selon les besoins.

Les bataillons d'infanterie du Corps des Marines des États-Unis sont organisés en équipes de débarquement de bataillon (BLT) en tant qu'élément de combat au sol (GCE) d'une unité expéditionnaire maritime (MEU). Un bataillon d'infanterie des Marines américains standard est généralement soutenu par une batterie d'artillerie et un peloton de chars, de véhicules d'assaut amphibie, de véhicules blindés légers de reconnaissance, de Marines de reconnaissance et d'ingénieurs de combat. La structure du bataillon est conçue pour s'étendre facilement pour inclure une quatrième compagnie de fusiliers, si nécessaire, comme décrit ci-dessus sous l'organisation du bataillon. Souvent, des officiers de l'Air Naval Gunfire Liaison Company (ANGLICO) sont affectés au bataillon, pour coordonner l'appui des tirs navals .

Marine des États-Unis

La marine des États-Unis a des bataillons de construction et des bataillons de manutention de fret de la marine . Ils sont structurés à peu près de la même manière qu'un bataillon de l'Armée ou du Corps des Marines avec un état-major et des commandants de grade et d'expérience similaires.

Voir aussi

Références

  1. ^ Piehler, G. Kurt, éd. (2013). Encyclopédie des sciences militaires . Publications Sage. p. 874. ISBN 9781412969338.
  2. ^ " STRUCTURE DE L'ARMEE " . indianarmy.nic.in. Archivé de l'original le 10 novembre 2019 . Récupéré le 22 janvier 2020 .
  3. ^ FM 100-2-3 . Armée des États-Unis. Juin 1991. p. 4-4 (35). Archivé de l'original le 2015-12-05 . Récupéré le 15/01/2016 .
  4. ^ Armée américaine, FM 100-2-3 L'armée soviétique : troupes, organisation et équipement , 4-3
  5. ^ Armée américaine, FM 100-2-3 L'armée soviétique : troupes, organisation et équipement , paragraphe 4-15
  6. ^ Armée américaine, FM 100-2-3 L'armée soviétique : troupes, organisation et équipement , paragraphe 4-108
  7. ^ Armée américaine, FM 100-2-3 L'armée soviétique : troupes, organisation et équipement , paragraphe 4-3
  8. ^ Armée américaine, FM 100-2-3 L'armée soviétique : troupes, organisation et équipement , 4-50
  9. ^ Katie Lange. « Unités militaires : comment chaque service est organisé » . Nouvelles du DoD , activité des médias de la défense . Archivé de l'original le 2019-02-15 . Récupéré le 01-02-2019 . Bataillon : Se compose de 4 à 6 compagnies et peut inclure jusqu'à environ 1 000 soldats.
  10. ^ "Bataillon" . Encyclopédie Britannica . Archivé de l'original le 2018-07-11 . Récupéré le 01-02-2019 . Au début du 21e siècle, le bataillon typique de l'armée américaine était une unité de 500 à 600 officiers et soldats répartis en une compagnie de quartier général et trois compagnies de fusiliers.
  11. ^ "Bataillon" . Encyclopédie Britannica . Archivé de l'original le 2018-07-11 . Récupéré le 01-02-2019 . Après la Première Guerre mondiale, le bataillon d'infanterie « carré » de quatre compagnies a été remplacé par le bataillon « triangulaire » de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée, généralement composé de trois compagnies de fusiliers, d'une compagnie d'armes lourdes et d'une compagnie de quartier général.

Liens externes