Camp de concentration d'Auschwitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Auschwitz
Camp de concentration et d' extermination nazi (1940-1945)
Auschwitz I (22 May 2010).jpg
Birkenau múzeum - panoramio (cropped).jpg
En haut : porte d' Auschwitz I avec son signe Arbeit macht frei ("le travail vous libère")
En bas : la porte d' Auschwitz II-Birkenau ; la voie ferrée, en opération de mai à octobre 1944, menait directement aux chambres à gaz. [1]
VidéoImages de drones, 2015
ImagesGoogle Earth
Coordonnées50°02′09″N 19°10′42″E / 50.03583°N 19.17833°E / 50.03583; 19.17833Coordonnées : 50°02′09″N 19°10′42″E  / 50.03583°N 19.17833°E / 50.03583; 19.17833
nom allemandKonzentrationslager Auschwitz ( prononcé [kɔntsɛntʁaˈtsi̯oːnsˌlaːɡɐ ˈʔaʊʃvɪts] ( écouter )About this sound ) ); aussi KL Auschwitz ou KZ Auschwitz
Connu pourL'Holocauste
EmplacementPologne occupée par les Allemands
Opéré parL'Allemagne nazie et la Schutzstaffel
Commandant fondateurRudolf Höss
Utilisation originaleCaserne de l'armée
Opérationnelmai 1940 – janvier 1945
DétenusPrincipalement des Juifs, des Polonais, des Roms, des prisonniers de guerre soviétiques
Nombre de détenusAu moins 1,3 million [2]
TuéAu moins 1,1 million [2]
Libéré parUnion soviétique, 27 janvier 1945
Détenus notablesPrisonniers d' Auschwitz : Adolf Burger , Anne Frank , Viktor Frankl , Imre Kertész , Maximilien Kolbe , Primo Levi , Fritz Löhner-Beda , Irène Némirovsky , Witold Pilecki , Edith Stein , Simone Veil , Rudolf Vrba , Alfréd Wetzler , Elie Wiesel , Else Ury
Livres notables
Site Internetauschwitz .org /fr /
Nom officielAuschwitz Birkenau, camp de concentration et d'extermination nazi allemand (1940-1945)
TaperCulturel
Critèresvi
Désigné1979 (3ème session )
Numéro de référence.31
RégionEurope et Amérique du Nord

Le camp de concentration d'Auschwitz ( allemand : Konzentrationslager Auschwitz ) était un complexe de plus de 40 camps de concentration et d' extermination exploités par l'Allemagne nazie en Pologne occupée (dans une partie annexée à l'Allemagne en 1939) [3] pendant la Seconde Guerre mondiale et l' Holocauste . Il s'agissait d' Auschwitz I , le camp principal ( Stammlager ) à Oświęcim ; Auschwitz II-Birkenau , un camp de concentration et d'extermination avec chambres à gaz ; Auschwitz III-Monowitz, un camp de travail pour le conglomérat chimique IG Farben ; et des dizaines de sous-camps . [4] Les camps sont devenus un site majeur de la solution finale des nazis à la question juive .

Après que l'Allemagne a déclenché la Seconde Guerre mondiale en envahissant la Pologne en septembre 1939, la Schutzstaffel (SS) a converti Auschwitz I, une caserne militaire, en un camp de prisonniers de guerre. [5]

Le transport initial des détenus politiques vers Auschwitz consistait presque uniquement en Polonais pour qui le camp avait été initialement établi. La plupart des détenus étaient polonais pendant les deux premières années. [6]

En mai 1940, des criminels allemands amenés au camp en tant que fonctionnaires , établissent la réputation de sadisme du camp. Les prisonniers étaient battus, torturés et exécutés pour les raisons les plus insignifiantes. Les premiers gazages - de prisonniers soviétiques et polonais - ont eu lieu dans le bloc 11 d'Auschwitz I vers août 1941. La construction d'Auschwitz II a commencé le mois suivant, et de 1942 à fin 1944, des trains de marchandises ont livré des Juifs de toute l'Europe occupée par les Allemands à ses Chambres à gaz. Sur les 1,3 million de personnes envoyées à Auschwitz, 1,1 million sont mortes. Le nombre de morts comprend 960 000 Juifs (dont 865 000 gazés à leur arrivée), 74 000 Polonais de souche, 21 000 Roms, 15 000 prisonniers de guerre soviétiques et jusqu'à 15 000 autres Européens.[7] Ceux qui n'ont pas été gazés sont morts de faim, d'épuisement, de maladie, d'exécutions individuelles ou de coups. D'autres ont été tués lors d'expériences médicales .

Au moins 802 prisonniers ont tenté de s'échapper, 144 avec succès, et le 7 octobre 1944, deux unités du Sonderkommando , composées de prisonniers qui exploitaient les chambres à gaz, ont lancé un soulèvement sans succès. Seuls 789 membres du personnel de Schutzstaffel (pas plus de 15 %) ont été jugés après la fin de l'Holocauste ; [8] plusieurs ont été exécutés, en incluant le commandant de camp Rudolf Höss . L' incapacité des Alliés à donner suite aux premières informations faisant état d'atrocités en bombardant le camp ou ses voies ferrées reste controversée.

Alors que l' Armée rouge soviétique approchait d'Auschwitz en janvier 1945, vers la fin de la guerre, les SS envoyèrent la plupart de la population du camp vers l'ouest pour une marche de la mort vers des camps à l'intérieur de l'Allemagne et de l'Autriche. Les troupes soviétiques sont entrées dans le camp le 27 janvier 1945, une journée commémorée depuis 2005 comme la Journée internationale du souvenir de l'Holocauste . Dans les décennies qui ont suivi la guerre, des survivants tels que Primo Levi , Viktor Frankl et Elie Wiesel ont écrit des mémoires sur leurs expériences, et le camp est devenu un symbole dominant de l'Holocauste. En 1947, la Pologne a fondé le Musée d'État d'Auschwitz-Birkenau sur le site d'Auschwitz I et II, et en 1979 il a été nommé unSite du patrimoine mondial par l' UNESCO .

Fond

Camps et ghettos en Europe occupée par les Allemands , 1944
Auschwitz I, II et III

L'idéologie du national-socialisme (nazisme) combinait des éléments d'« hygiène raciale », d' eugénisme , d' antisémitisme , de pangermanisme et d'expansionnisme territorial, écrit Richard J. Evans . [9] Adolf Hitler et son parti nazi sont devenus obsédés par la « question juive ». [10] Tant pendant qu'immédiatement après la prise du pouvoir par les Nazis en Allemagne en 1933, les actes de violence contre les Juifs allemands sont devenus omniprésents, [11]et une loi a été adoptée les excluant de certaines professions, y compris la fonction publique et la loi. [une]

Le harcèlement et la pression économique ont encouragé les Juifs à quitter l'Allemagne ; leurs entreprises se sont vu refuser l'accès aux marchés, interdites de publicité dans les journaux et privées de contrats gouvernementaux. [13] Le 15 septembre 1935, le Reichstag a adopté les lois de Nuremberg . La loi sur la citoyenneté du Reich définit comme citoyens ceux de « sang allemand ou apparenté qui démontrent par leur comportement qu'ils sont disposés et aptes à servir fidèlement le peuple allemand et le Reich », et la loi pour la protection du sang allemand et de l'honneur allemand interdit le mariage et relations extraconjugales entre ceux de « sang allemand ou apparenté » et les Juifs. [14]

Lorsque l'Allemagne envahit la Pologne en septembre 1939, déclenchant la Seconde Guerre mondiale, Hitler ordonna la destruction des dirigeants et de l'intelligentsia polonais. [15] La zone autour d'Auschwitz a été annexée au Reich allemand , dans le cadre de la première Gau Silésie et à partir de 1941 de la Gau Haute-Silésie . [16] Le camp d'Auschwitz a été créé en avril 1940, d'abord comme camp de quarantaine pour les prisonniers politiques polonais. Le 22 juin 1941, pour tenter d'obtenir de nouveaux territoires, Hitler envahit l'Union soviétique . [17] Le premier gazage à Auschwitz — d'un groupe de prisonniers de guerre soviétiques — a eu lieu vers août 1941. [18]À la fin de cette année, au cours de ce que la plupart des historiens considèrent comme la première phase de l'Holocauste, 500 000 à 800 000 Juifs soviétiques avaient été tués dans des fusillades de masse par une combinaison d' Einsatzgruppen allemands , de soldats allemands ordinaires et de collaborateurs locaux. [19] Lors de la conférence de Wannsee à Berlin le 20 janvier 1942, Reinhard Heydrich a présenté la solution finale à la question juive aux nazis de haut rang, [20] et à partir du début de 1942, des trains de marchandises livraient des Juifs de toute l' Europe occupée aux camps d'extermination allemands en Pologne. : Auschwitz, Bełżec , Chełmno , Majdanek, Sobibor et Treblinka . La plupart des prisonniers ont été gazés à leur arrivée. [21]

Camps

Auschwitz I

Croissance

Auschwitz I, 2009 ; le centre d'accueil des prisonniers d'Auschwitz I est devenu le centre d'accueil des visiteurs du musée national d'Auschwitz-Birkenau . [22]
Ancien centre d'accueil des détenus ; le bâtiment à l'extrême gauche avec la rangée de cheminées était la cuisine du camp.
Une photographie de reconnaissance aérienne du camp de concentration d'Auschwitz montrant le camp d'Auschwitz I, le 4 avril 1944

Ancien camp de la Première Guerre mondiale pour les travailleurs de passage et plus tard une caserne de l'armée polonaise, Auschwitz I était le camp principal ( Stammlager ) et le siège administratif du complexe du camp. À cinquante km au sud-ouest de Cracovie , le site a été proposé pour la première fois en février 1940 comme camp de quarantaine pour les prisonniers polonais par Arpad Wigand , l'inspecteur de la Sicherheitspolizei (police de sécurité) et adjoint d' Erich von dem Bach-Zelewski , le SS supérieur et chef de la police. pour la Silésie. Richard Glücks , chef de l' inspection des camps de concentration , a envoyé Walter Eisfeld , ancien commandant du camp de concentration de Sachsenhausenà Oranienburg , en Allemagne, pour l'inspecter. [23] Environ 1 000 m de long et 400 m de large, [24] Auschwitz se composait à l'époque de 22 bâtiments en briques, dont huit à deux étages. Un deuxième étage s'ajoute aux autres en 1943 et huit nouveaux blocs sont construits. [25]

Le Reichsführer-SS Heinrich Himmler , chef de la SS , approuva le site en avril 1940 sur recommandation du SS- Obersturmbannführer Rudolf Höss de l'inspection des camps. Höss a supervisé le développement du camp et a été son premier commandant. Les 30 premiers prisonniers arrivent le 20 mai 1940 du camp de Sachsenhausen. « criminels de carrière » allemands ( Berufsverbrecher ), les hommes étaient connus sous le nom de « verts » ( Grünen ) d'après les triangles verts sur leurs vêtements de prison. Amenés au camp en tant que fonctionnaires, ce groupe a beaucoup contribué à établir le sadisme de la première vie de camp, qui s'adressait particulièrement aux détenus polonais, jusqu'à ce que les prisonniers politiques prennent le relais.[26] Bruno Brodniewitsch, le premier prisonnier (qui a reçu le numéro de série 1), est devenu Lagerältester (ancien du camp). Les autres ont reçu des postes tels que kapo et superviseur de bloc. [27]

Premiers transports en commun

Le premier transport de masse de 728 prisonniers politiques polonais, dont des prêtres catholiques et des juifs, est arrivé le 14 juin 1940 en provenance de Tarnów , en Pologne. Ils ont reçu les numéros de série 31 à 758. [b] Dans une lettre du 12 juillet 1940, Höss a dit à Glücks que la population locale était « fanatiquement polonaise, prête à entreprendre toute sorte d'opération contre les SS détestés ». [29] À la fin de 1940, les SS avaient confisqué des terres autour du camp pour créer une « zone d'intérêt » de 40 kilomètres carrés (15 milles carrés) ( Interessengebiet ) patrouillé par les SS, la Gestapo et la police locale. [30] En mars 1941, 10 900 personnes étaient emprisonnées dans le camp, pour la plupart des Polonais. [24]

La première rencontre d'un détenu avec Auschwitz, s'il était enregistré et non envoyé directement à la chambre à gaz, a eu lieu au centre d'accueil des prisonniers près de la porte avec le signe Arbeit macht frei , où ils ont été tatoués, rasés, désinfectés et ont reçu une prison rayée uniforme. Construit entre 1942 et 1944, le centre contenait un bain public, une buanderie et 19 chambres à gaz pour l'épouillement des vêtements. Le centre d'accueil des prisonniers d'Auschwitz I est devenu le centre d'accueil des visiteurs du musée national d'Auschwitz-Birkenau . [22]

Crématorium I, premiers gazages

Crématorium I, photographié en 2016, reconstitué après la guerre [31]

La construction du crématorium j'ai commencé à Auschwitz I à la fin de Juin ou début Juillet 1940. [32] Dans un premier temps destiné non pas à assassiner de masse , mais pour les prisonniers qui avaient été exécutés ou étaient autrement morts dans le camp, le crématorium était en service d'Août 1940 jusqu'en juillet 1943, date à laquelle les crématoires d'Auschwitz II avaient pris le relais. [33] En mai 1942, trois fours avaient été installés dans le crématorium I, qui, ensemble, pouvaient brûler 340 corps en 24 heures. [34]

Le premier gazage expérimental eut lieu vers août 1941, lorsque le Lagerführer Karl Fritzsch , sur instruction de Rudolf Höss, tua un groupe de prisonniers de guerre soviétiques en jetant des cristaux de Zyklon B dans leur cellule du sous-sol du bloc 11 d'Auschwitz I. Un deuxième groupe de 600 prisonniers de guerre soviétiques et environ 250 prisonniers polonais malades ont été gazés du 3 au 5 septembre. [35] La morgue a été convertie plus tard en chambre à gaz capable de contenir au moins 700-800 personnes. [34] [c] Le Zyklon B a été déposé dans la pièce par des fentes dans le plafond. [34]

Premier transport en masse de Juifs

Les historiens ne sont pas d'accord sur la date à laquelle les transports entièrement juifs ont commencé à arriver à Auschwitz. Lors de la conférence de Wannsee à Berlin le 20 janvier 1942, les dirigeants nazis exposèrent, dans un langage euphémique, leurs plans pour la solution finale . [36] Selon Franciszek Piper , le commandant d'Auschwitz Rudolf Höss a offert des récits incohérents après la guerre, suggérant que l'extermination a commencé en décembre 1941, janvier 1942, ou avant la création du camp de femmes en mars 1942. [37] Dans Kommandant à Auschwitz , il écrit : « Au printemps 1942, les premiers transports de Juifs, tous destinés à l'extermination, arrivèrent de Haute-Silésie. [38]Le 15 février 1942, selon Danuta Czech , un convoi de Juifs de Beuthen, en Haute-Silésie ( Bytom , Pologne), arriva à Auschwitz I et fut envoyé directement à la chambre à gaz. [d] [40] En 1998, un témoin oculaire a dit que le train contenait "les femmes de Beuthen". [e] Saul Friedländer a écrit que les Juifs de Beuthen provenaient des camps de travail de l' Organisation Schmelt et avaient été jugés inaptes au travail. [42] Selon Christopher Browning , des convois de Juifs inaptes au travail ont été envoyés à la chambre à gaz d'Auschwitz à partir de l'automne 1941. [43]Les preuves de cela et du transport de février 1942 ont été contestées en 2015 par Nikolaus Wachsmann . [44]

Vers le 20 mars 1942, selon Danuta Czech, un transport de Juifs polonais de Silésie et de Zagłębie Dąbrowskie est directement conduit de la gare à la chambre à gaz d'Auschwitz II, qui vient d'entrer en service. [45] Les 26 et 28 mars, deux convois de Juifs slovaques ont été enregistrés comme prisonniers dans le camp des femmes , où ils étaient détenus pour le travail d'esclave ; ce furent les premiers transports organisés par le département IV B4 d' Adolf Eichmann (le bureau juif) au siège de la sécurité du Reich (RSHA). [f] Le 30 mars, le premier transport RHSA est arrivé de France. [46]La « sélection », où les nouveaux arrivants étaient choisis pour le travail ou la chambre à gaz, débuta en avril 1942 et se mena régulièrement à partir de juillet. Piper écrit que cela reflétait le besoin croissant de l'Allemagne en main-d'œuvre. Les personnes sélectionnées comme inaptes au travail ont été gazées sans être enregistrées comme détenues. [47]

Il existe également un désaccord sur le nombre de personnes gazées à Auschwitz I. Perry Broad , un SS-Unterscharführer , a écrit que « transport après transport ont disparu dans le crématorium d'Auschwitz [I] ». [48] Selon Filip Müller , l'un des Sonderkommando d' Auschwitz I , des dizaines de milliers de Juifs y ont été tués en provenance de France, de Hollande, de Slovaquie, de Haute-Silésie et de Yougoslavie, et des ghettos de Theresienstadt , Ciechanow et Grodno . [49] Contre cela, Jean-Claude Pressac a estimé que jusqu'à 10 000 personnes avaient été tuées à Auschwitz I. [48]Les derniers détenus gazés là-bas, en décembre 1942, étaient environ 400 membres du Sonderkommando d' Auschwitz II , qui avaient été contraints de déterrer et de brûler les restes des fosses communes de ce camp, qui contiendraient plus de 100 000 cadavres. [50]

Auschwitz II-Birkenau

Construction

La porte d'Auschwitz II-Birkenau depuis l'intérieur du camp, 2007
Même scène, mai/juin 1944, avec le portail en arrière-plan. "Sélection" de Juifs hongrois pour le travail ou la chambre à gaz . Extrait de l' album d'Auschwitz , pris par l' Erkennungsdienst du camp .
Porte avec le camp reste en arrière-plan, 2009

Après avoir visité Auschwitz I en mars 1941, il semble que Himmler ait ordonné que le camp soit agrandi, [51] bien que Peter Hayes note que, le 10 janvier 1941, la résistance polonaise a dit au gouvernement polonais en exil à Londres : « l'Auschwitz Le camp de concentration (...) peut accueillir environ 7 000 prisonniers à l'heure actuelle et doit être reconstruit pour en contenir environ 30 000." [52] La construction d'Auschwitz II-Birkenau – appelée Kriegsgefangenenlager (camp de prisonniers de guerre) sur des plans – a commencé en octobre 1941 à Brzezinka , à environ trois kilomètres d'Auschwitz I. [53]Le plan initial était qu'Auschwitz II serait composé de quatre secteurs (Bauabschnitte I-IV), chacun composé de six sous-camps (BIIa-BIIf) avec leurs propres portes et clôtures. Les deux premiers secteurs furent achevés (le secteur BI était initialement un camp de quarantaine), mais la construction du BIII commença en 1943 et s'arrêta en avril 1944, et le projet du BIV fut abandonné. [54]

Le SS-Sturmbannführer Karl Bischoff , architecte, était le chef de la construction. [51] Sur la base d'un budget initial de 8,9 millions de RM , ses plans prévoyaient que chaque caserne détienne 550 prisonniers, mais il a par la suite changé cela en 744 par caserne, ce qui signifiait que le camp pouvait contenir 125 000, plutôt que 97 000. [55] Il y avait 174 casernes, chacune mesurant 35,4 par 11,0 mètres (116 par 36 pieds), divisée en 62 travées de 4 mètres carrés (43 pieds carrés). Les baies étaient divisées en « dortoirs », initialement pour trois détenus et plus tard pour quatre. Avec un espace personnel de 1 mètre carré (11 pieds carrés) pour dormir et placer tous leurs effets personnels, les détenus étaient privés, a écrit Robert-Jan van Pelt , "de l'espace minimum nécessaire pour exister". [56]

Les prisonniers ont été forcés de vivre dans les casernes pendant qu'ils les construisaient ; en plus de travailler, ils faisaient face à de longs appels de nuit. En conséquence, la plupart des prisonniers du BIb (le camp des hommes) dans les premiers mois sont morts d' hypothermie , de faim ou d'épuisement en quelques semaines. [57] Quelque 10 000 prisonniers de guerre soviétiques sont arrivés à Auschwitz I entre le 7 et le 25 octobre 1941, [58] mais au 1er mars 1942, seuls 945 étaient encore enregistrés ; ils ont été transférés à Auschwitz II, [39] où la plupart d'entre eux étaient morts en mai. [59]

Crématoriums II-V

La première chambre à gaz d'Auschwitz II était opérationnelle en mars 1942. Le 20 mars ou vers cette date, un transport de Juifs polonais envoyé par la Gestapo de Silésie et de Zagłębie Dąbrowskie a été emmené directement de la gare de fret d' Oświęcim à la chambre à gaz d'Auschwitz II, puis enterré dans une prairie voisine. [45] La chambre à gaz était située dans ce que les prisonniers appelaient la « petite maison rouge » (appelée bunker 1 par les SS), un cottage en briques qui avait été transformé en installation de gazage ; les fenêtres avaient été murées et ses quatre pièces transformées en deux pièces isolées dont les portes disaient " Zur Desinfektion" ("à la désinfection"). Un deuxième cottage en brique, la "petite maison blanche" ou bunker 2, a été converti et opérationnel en juin 1942. [60] Lorsque Himmler a visité le camp les 17 et 18 juillet 1942, il a reçu un la démonstration d'une sélection de Juifs hollandais, une mise à mort de masse dans une chambre à gaz en soute 2, et une visite du site de construction d'Auschwitz III, le nouveau IG Farben installation étant construite à Monowitz . [61]

L'utilisation des bunkers I et 2 a cessé au printemps 1943 lorsque les nouveaux crématoires ont été construits, bien que le bunker 2 soit redevenu opérationnel en mai 1944 pour le meurtre des Juifs hongrois. Le bunker I a été démoli en 1943 et le bunker 2 en novembre 1944. [62]Piper écrit que les plans des crématoires II et III montrent que les deux avaient une salle de four 30 par 11,24 mètres (98,4 par 36,9 pieds) au rez-de-chaussée, et un vestiaire souterrain de 49,43 par 7,93 mètres (162,2 par 26,0 pieds) et une chambre à gaz 30 par 7 mètres (98 par 23 pi). Les vestiaires avaient des bancs en bois le long des murs et des patères numérotées pour les vêtements. Les victimes étaient conduites de ces pièces à un couloir étroit de cinq mètres de long, qui à son tour menait à un espace d'où s'ouvrait la porte de la chambre à gaz. Les chambres étaient blanches à l'intérieur et les buses étaient fixées au plafond pour ressembler à des pommes de douche. [63] La capacité journalière des crématoires (combien de corps pouvaient être brûlés sur une période de 24 heures) était de 340 cadavres dans le crématorium I ; 1 440 chacun dans les crématoires II et III ; et 768 chacun en IV et V. [64]En juin 1943, les quatre crématoriums étaient opérationnels, mais le crématorium I n'a pas été utilisé après juillet 1943. Cela faisait une capacité quotidienne totale de 4 416, bien qu'en chargeant trois à cinq cadavres à la fois, le Sonderkommando ait pu brûler quelque 8 000 corps par jour. Cette capacité maximale était rarement nécessaire ; la moyenne entre 1942 et 1944 était de 1 000 corps brûlés chaque jour. [65]

Auschwitz III-Monowitz

Carte détaillée de Buna Werke , Monowitz et des sous-camps à proximité

Après avoir examiné plusieurs sites pour une nouvelle usine de fabrication de Buna-N , un type de caoutchouc synthétique essentiel à l'effort de guerre, le cartel chimique allemand IG Farben a choisi un site à proximité des villes de Dwory et Monowice (Monowitz en allemand), à environ 7 kilomètres (4,3 mi) à l'est d'Auschwitz I. [66] Des exonérations fiscales étaient disponibles pour les entreprises prêtes à développer des industries dans les régions frontalières en vertu de la loi d'assistance fiscale orientale, adoptée en décembre 1940. En plus de sa proximité avec le camp de concentration, une source de main-d'œuvre bon marché, le site avait de bonnes liaisons ferroviaires et un accès aux matières premières. [67] En février 1941, Himmler ordonna que la population juive d' Oświęcimêtre expulsé pour faire place à des ouvriers qualifiés ; que tous les Polonais capables de travailler restent en ville et travaillent à la construction de l'usine ; et que les prisonniers d'Auschwitz soient utilisés dans les travaux de construction. [68]

Les détenus d'Auschwitz ont commencé à travailler à l'usine, connue sous le nom de Buna Werke et IG-Auschwitz, en avril 1941, démolissant des maisons à Monowitz pour lui faire place. [69] En mai, en raison d'une pénurie de camions, plusieurs centaines d'entre eux se levaient à 3 heures du matin pour s'y rendre deux fois par jour depuis Auschwitz I. [70] Parce qu'une longue file de détenus épuisés traversant la ville d'Oświęcim pourrait nuire Relations germano-polonaises, les détenus devaient se raser tous les jours, s'assurer qu'ils étaient propres et chanter en marchant. A partir de fin juillet, ils ont été conduits à l'usine par train sur des wagons de fret. [71] Devant la difficulté de les déplacer, y compris pendant l'hiver, IG Farben a décidé de construire un campement à l'usine. Les premiers détenus s'y installent le 30 octobre 1942. [72]Connu sous le nom de KL Auschwitz III-Aussenlager (sous-camp d'Auschwitz III), et plus tard sous le nom de camp de concentration de Monowitz, [73] c'était le premier camp de concentration à être financé et construit par l'industrie privée. [74]

Heinrich Himmler (deuxième à gauche) visite l' usine IG Farben à Auschwitz III, juillet 1942.

Mesurant 270 sur 490 mètres (890 pi × 1 610 pi), le camp était plus grand qu'Auschwitz I. À la fin de 1944, il abritait 60 casernes mesurant 17,5 sur 8 mètres (57 pi × 26 pi), chacune avec une salle de séjour et une chambre à coucher contenant 56 lits superposés en bois à trois niveaux. [75] IG Farben a payé les SS trois ou quatre Reichsmark pour des quarts de neuf à onze heures de chaque ouvrier. [76] En 1943-1944, environ 35 000 détenus travaillaient à l'usine; 23 000 (32 par jour en moyenne) sont décédés des suites de malnutrition, de maladie et de la charge de travail. En trois à quatre mois au camp, écrit Peter Hayes , les détenus étaient « réduits à des squelettes ambulants ». [77]Les décès et les transferts vers les chambres à gaz d'Auschwitz II ont réduit la population de près d'un cinquième chaque mois. [78] Les responsables du site menaçaient constamment les détenus avec les chambres à gaz, et l'odeur des crématoires d'Auschwitz I et II pesait lourdement sur le camp. [79]

Bien que l'usine devait commencer la production en 1943, les pénuries de main-d'œuvre et de matières premières ont entraîné le report à plusieurs reprises du démarrage. [80] Les Alliés ont bombardé l'usine en 1944 les 20 août, 13 septembre, 18 décembre et 26 décembre. Le 19 janvier 1945, les SS ordonnèrent l'évacuation du site, envoyant 9 000 détenus, pour la plupart juifs, en marche de la mort vers un autre sous-camp d'Auschwitz à Gliwice . [81] De Gliwice, les prisonniers ont été emmenés par chemin de fer dans des wagons de fret ouverts vers les camps de concentration de Buchenwald et Mauthausen . Les 800 détenus qui avaient été laissés à l'hôpital de Monowitz ont été libérés avec le reste du camp le 27 janvier 1945 par le 1er Front ukrainien.de l' Armée rouge . [82]

Sous-camps

Plusieurs autres entreprises industrielles allemandes, telles que Krupp et Siemens-Schuckert , ont construit des usines avec leurs propres sous-camps. [83] Il y avait environ 28 camps à proximité d'usines industrielles, chaque camp contenant des centaines ou des milliers de prisonniers. [84] Désigné comme Aussenlager (camp externe), Nebenlager (camp d'extension), Arbeitslager (camp de travail) ou Aussenkommando (détail de travail externe), [85] les camps ont été construits à Blechhammer , Jawiszowice , Jaworzno , Lagisze , Mysłowice , Trzebinia, et aussi loin que le protectorat de Bohême et Moravie en Tchécoslovaquie. [86] Les industries avec des camps satellites comprenaient des mines de charbon, des fonderies et d'autres ouvrages en métal et des usines chimiques. Les prisonniers étaient également contraints de travailler dans la foresterie et l'agriculture. [87] Par exemple, Wirtschaftshof Budy , dans le village polonais de Budy près de Brzeszcze , était un sous-camp agricole où les prisonniers travaillaient 12 heures par jour dans les champs, s'occupant des animaux et fabriquant du compost en mélangeant les cendres humaines des crématoires avec du gazon et du fumier. . [88] Des incidents de sabotage pour diminuer la production ont eu lieu dans plusieurs sous-camps, dont Charlottenrube, Gleiwitz II et Rajsko .[89] Les conditions de vie dans certains camps étaient si mauvaises qu'ils étaient considérés comme des sous-camps de punition. [90]

La vie dans les camps

garnison SS

Extrait de l' album Höcker (de gauche à droite ) : Richard Baer (commandant d'Auschwitz à partir de mai 1944), Josef Mengele (médecin du camp) et Rudolf Höss (premier commandant) à Solahütte , une station SS près d'Auschwitz, été 1944. [91]
Le bâtiment du commandant et de l'administration, Auschwitz I

Rudolf Höss , né à Baden-Baden en 1900, [92] fut nommé premier commandant d'Auschwitz lorsque Heinrich Himmler ordonna le 27 avril 1940 que le camp soit établi. [93] Vivant avec sa femme et ses enfants dans une maison en stuc à deux étages près du bâtiment du commandant et de l'administration, [94] il a servi comme commandant jusqu'au 11 novembre 1943, [93] avec Josef Kramer comme son adjoint. [24] Succédé en tant que commandant par Arthur Liebehenschel , [93] Höss a rejoint le siège social SS Business and Administrationà Oranienburg en tant que directeur de l'Amt DI, [93] un poste qui l'a rendu adjoint de l'inspection des camps. [95]

Richard Baer devient commandant d'Auschwitz I le 11 mai 1944 et Fritz Hartjenstein d'Auschwitz II à partir du 22 novembre 1943, suivi par Josef Kramer du 15 mai 1944 jusqu'à la liquidation du camp en janvier 1945. Heinrich Schwarz est commandant d'Auschwitz III à partir du moment où il devient un camp autonome en novembre 1943 jusqu'à sa liquidation. [96] Höss est retourné à Auschwitz entre le 8 mai et le 29 juillet 1944 en tant que commandant de la garnison SS locale ( Standortältester ) pour superviser l'arrivée des Juifs de Hongrie, ce qui fait de lui l'officier supérieur de tous les commandants des camps d'Auschwitz. [93]

Selon Aleksander Lasik , environ 6 335 personnes (dont 6 161 hommes) ont travaillé pour les SS à Auschwitz au cours de l'existence du camp ; [97] 4,2 % étaient des officiers, 26,1 % des sous-officiers et 69,7 % des soldats. [98] En mars 1941, il y avait 700 gardes SS ; en juin 1942, 2000 ; et en août 1944, 3 342. À son apogée en janvier 1945, 4 480 hommes SS et 71 femmes SS travaillaient à Auschwitz ; le nombre plus élevé est probablement attribuable à la logistique d'évacuation du camp. [99] Les gardiennes étaient connues sous le nom de superviseurs SS ( SS-Aufseherinnen ). [100]

La plupart du personnel venait d'Allemagne ou d'Autriche, mais au fur et à mesure que la guerre progressait, un nombre croissant de Volksdeutsche d'autres pays, dont la Tchécoslovaquie, la Pologne, la Yougoslavie et les États baltes, ont rejoint les SS à Auschwitz. Tous n'étaient pas ethniquement allemands. Des gardes ont également été recrutés en Hongrie, en Roumanie et en Slovaquie. [101] Les gardiens de camp, environ les trois quarts du personnel SS, étaient membres des SS-Totenkopfverbände ( unités de tête de mort ). [102] D'autres membres du personnel SS travaillaient dans les services médicaux ou politiques, ou dans l'administration économique, qui était responsable des vêtements et autres fournitures, y compris les biens des prisonniers morts. [103]Les SS considéraient Auschwitz comme un poste confortable ; être là signifiait qu'ils avaient évité le front et avaient accès aux biens des victimes. [104]

Fonctionnaires et Sonderkommando

Auschwitz I, 2009

Certains prisonniers, d'abord des Allemands non juifs, mais plus tard des Juifs et des Polonais non juifs, [105] se sont vu attribuer des postes d'autorité en tant que Funktionshäftlinge (fonctionnaires), ce qui leur a permis d'accéder à un meilleur logement et à une meilleure alimentation. Le Lagerprominenz (élite du camp) comprenait Blockschreiber (employé de caserne), Kapo (surveillant), Stubendienst (ordonnateur de caserne) et Kommandierte (fiduciaires). [106] Exerçant un pouvoir énorme sur les autres prisonniers, les fonctionnaires ont développé une réputation de sadiques. [105]Très peu ont été poursuivis après la guerre, en raison de la difficulté de déterminer quelles atrocités avaient été commises sur ordre des SS. [107]

Bien que les SS aient supervisé les tueries dans chaque chambre à gaz, le gros du travail était effectué par des prisonniers connus à partir de 1942 sous le nom de Sonderkommando (escouade spéciale). [108] Il s'agissait principalement de Juifs, mais ils comprenaient des groupes tels que les prisonniers de guerre soviétiques. En 1940-1941, lorsqu'il n'y avait qu'une chambre à gaz, il y avait 20 de ces prisonniers, à la fin de 1943, il y en avait 400, et en 1944, pendant l'Holocauste en Hongrie, le nombre était passé à 874. [109] Le Sonderkommandoenlevé les marchandises et les cadavres des trains entrants, guidé les victimes vers les vestiaires et les chambres à gaz, enlevé leurs corps par la suite, et pris leurs bijoux, cheveux, soins dentaires et tous les métaux précieux de leurs dents, qui ont tous été envoyés en Allemagne. Une fois que les corps ont été dépouillés de tout objet de valeur, le Sonderkommando les a brûlés dans les crématoires. [110]

Parce qu'ils étaient témoins du meurtre de masse, les Sonderkommando vivaient séparément des autres prisonniers, bien que cette règle n'ait pas été appliquée aux non-Juifs parmi eux. [111] Leur qualité de vie est encore améliorée par leur accès aux biens des nouveaux arrivants, qu'ils échangent au sein du camp, y compris avec les SS. [112] Néanmoins, leur espérance de vie était courte; ils étaient régulièrement tués et remplacés. [113] Environ 100 ont survécu à la liquidation du camp. Ils ont été contraints à une marche de la mort et par train au camp de Mauthausen , où trois jours plus tard, ils ont été invités à s'avancer lors de l'appel. Personne ne l'a fait, et parce que les SS n'avaient pas leurs dossiers, plusieurs d'entre eux ont survécu. [114]

Tatouages ​​et triangles

vêtements d'Auschwitz

Uniquement à Auschwitz, les prisonniers étaient tatoués d'un numéro de série, sur leur sein gauche pour les prisonniers de guerre soviétiques [115] et sur le bras gauche pour les civils. [116] [117] Les catégories de prisonniers se distinguaient par des morceaux de tissu triangulaires (en allemand : Winkel ) cousus sur leurs vestes en dessous de leur numéro de prisonnier. Les prisonniers politiques (Schutzhäftlinge ou Sch), pour la plupart polonais, avaient un triangle rouge, tandis que les criminels ( Berufsverbrecher ou BV) étaient pour la plupart allemands et portaient du vert. Les prisonniers asociaux ( Asoziale ou Aso), qui comprenaient des vagabonds, des prostituées et des Roms, portaient du noir. Le violet était pour les Témoins de Jéhovah ( Internationale Bibelforscher-Vereinigungou IBV) et rose pour les hommes homosexuels, qui étaient pour la plupart allemands. [118] On estime que 5 000 à 15 000 hommes homosexuels poursuivis en vertu de l'article 175 du Code pénal allemand (interdisant les actes sexuels entre hommes) ont été détenus dans des camps de concentration, dont un nombre inconnu a été envoyé à Auschwitz. [119] Les Juifs portaient un insigne jaune , en forme d' étoile de David , recouvert d'un deuxième triangle s'ils appartenaient également à une deuxième catégorie. La nationalité du détenu était indiquée par une lettre cousue sur le tissu. Une hiérarchie raciale existait, avec des prisonniers allemands au sommet. Viennent ensuite les prisonniers non juifs d'autres pays. Les prisonniers juifs étaient au fond. [120]

Les transports

Wagon de marchandises à l' intérieur d'Auschwitz II-Birkenau, près de la guérite, utilisé pour le transport des déportés, 2014 [121]

Les déportés ont été amenés à Auschwitz entassés dans des conditions misérables dans des wagons de marchandises ou de bétail, arrivant près d'une gare ou sur l'une des nombreuses rampes dédiées, dont une à côté d'Auschwitz I. L' Altejudenrampe (ancienne rampe juive), qui fait partie du chemin de fer de fret d'Oświęcim gare, a été utilisé de 1942 à 1944 pour les transports juifs. [121] [122] Situé entre Auschwitz I et Auschwitz II, arriver à cette rampe signifiait un voyage de 2,5 km jusqu'à Auschwitz II et les chambres à gaz. La plupart des déportés ont été forcés de marcher, accompagnés d'hommes SS et d'une voiture avec un symbole de la Croix-Rouge qui portait le Zyklon B, ainsi qu'un médecin SS au cas où des officiers seraient empoisonnés par erreur. Les détenus arrivant de nuit, ou trop faibles pour marcher, étaient emmenés en camion. [123]Les travaux d'une nouvelle ligne de chemin de fer et d'une rampe (à droite) entre les secteurs BI et BII à Auschwitz II, se sont achevés en mai 1944 pour l'arrivée des Juifs hongrois [122] entre mai et début juillet 1944. [124] Les rails menaient directement à la autour des chambres à gaz. [121]

La vie des détenus

La journée a commencé à 4h30 du matin pour les hommes (une heure plus tard en hiver), et plus tôt pour les femmes, lorsque le surveillant de bloc a sonné un gong et a commencé à battre les détenus avec des bâtons pour les faire laver et utiliser les latrines rapidement. [125] Les installations sanitaires étaient atroces, avec peu de latrines et un manque d'eau potable. Chaque lavoir devait desservir des milliers de prisonniers. Dans les secteurs BIa et BIb d'Auschwitz II, deux bâtiments contenant des latrines et des sanitaires ont été installés en 1943. Ils contenaient des abreuvoirs pour se laver et 90 robinets ; les toilettes étaient des "canaux d'égout" recouverts de béton avec 58 trous pour s'asseoir. Il y avait trois casernes avec des installations sanitaires ou des toilettes pour desservir 16 casernes résidentielles en BIIa, et six toilettes/latrines pour 32 casernes en BIIb, BIIc, BIId et BIIe. [126] Primo Levi a décrit les toilettes d' Auschwitz III de 1944 :

Latrines du camp de quarantaine pour hommes, secteur BIIa, Auschwitz II, 2003

Elle est mal éclairée, pleine de courants d'air, avec le sol en briques recouvert d'une couche de boue. L'eau n'est pas potable ; il a une odeur répugnante et tombe souvent en panne pendant de nombreuses heures. Les murs sont recouverts de curieuses fresques didactiques : il y a par exemple le bon Häftling [prisonnier], représenté torse nu, s'apprêtant à savonner assidûment son crâne tondu et rose, et le mauvais Häftling, au nez sémitique fort et au nez verdâtre. couleur, emmitouflé dans ses vêtements ostensiblement tachés avec un béret sur la tête, qui plonge prudemment un doigt dans l'eau du lavabo. Sous le premier est écrit : " So bist du rein " (comme ça tu es propre), et sous le second, " So gehst du ein» (comme ça tu finis mal) ; et plus bas, en français douteux mais en écriture gothique : « La propreté, c'est la santé ». [127]

Les détenus recevaient un demi-litre de substitut de café ou une tisane le matin, mais pas de nourriture. [128] Un deuxième gong annonçait l'appel nominal, lorsque les détenus faisaient la queue dehors en rangées de dix pour être comptés. Quel que soit le temps, il fallait attendre l'arrivée des SS pour le compte ; combien de temps ils restaient là dépendait de l'humeur des officiers, et s'il y avait eu des évasions ou d'autres événements attirant la punition. [129] Les gardiens peuvent forcer les prisonniers à s'accroupir pendant une heure avec les mains au-dessus de la tête ou à les battre ou à les mettre en détention pour des infractions telles qu'un bouton manquant ou un bol de nourriture mal nettoyé. Les détenus ont été comptés et recomptés. [130]

Caserne en briques d'Auschwitz II, secteur BI, 2006 ; quatre prisonniers dormaient dans chaque cloison, appelés buk . [131]
Caserne en bois d'Auschwitz II, 2008

Après l'appel, au son de « Arbeitskommandos formieren » (« détails du travail de formulaire »), les détenus se rendaient à leur lieu de travail, cinq de front, pour commencer une journée de travail qui durait normalement 11 heures – plus longue en été et plus courte en hiver . [132] Un orchestre de la prison, comme l' Orchestre des femmes d'Auschwitz , a été contraint de jouer de la musique joyeuse lorsque les travailleurs ont quitté le camp. Kapos était responsable du comportement des prisonniers pendant qu'ils travaillaient, tout comme une escorte SS. Une grande partie du travail a eu lieu à l'extérieur sur des chantiers de construction, des gravières et des parcs à bois. Aucune période de repos n'était autorisée. Un prisonnier a été affecté aux latrines pour mesurer le temps que prenaient les travailleurs pour vider leur vessie et leurs intestins. [133]

Le déjeuner consistait en trois quarts de litre de soupe aqueuse à midi, apparemment au mauvais goût, avec de la viande dans la soupe quatre fois par semaine et des légumes (principalement des pommes de terre et du rutabaga ) trois fois. Le repas du soir consistait en 300 grammes de pain, souvent moisi, dont les détenus devaient garder une partie pour le petit-déjeuner du lendemain, avec une cuillère à soupe de fromage ou de marmelade, ou 25 grammes de margarine ou de saucisse. Les prisonniers engagés dans des travaux forcés recevaient des rations supplémentaires. [134]

Un deuxième appel avait lieu à sept heures du soir, au cours duquel les prisonniers pouvaient être pendus ou fouettés. Si un prisonnier manquait, les autres devaient rester debout jusqu'à ce que l'absent soit retrouvé ou que la raison de l'absence soit découverte, même si cela prenait des heures. Le 6 juillet 1940, l'appel dura 19 heures car un prisonnier polonais, Tadeusz Wiejowski , s'était évadé ; à la suite d'une évasion en 1941, un groupe de prisonniers a été choisi parmi les camarades de travail ou les casernes de l'évadé et envoyé au bloc 11 pour y mourir de faim. [135]Après l'appel, les détenus se retiraient dans leurs blocs pour la nuit et recevaient leur ration de pain. Ensuite, ils avaient du temps libre pour utiliser les toilettes et recevoir leur courrier, à moins qu'ils ne soient juifs : les juifs n'étaient pas autorisés à recevoir du courrier. Le couvre-feu ("calme nocturne") a été marqué par un gong à neuf heures. [136] Les détenus dormaient dans de longues rangées de lits superposés en briques ou en bois, ou sur le sol, allongés dans et sur leurs vêtements et leurs chaussures pour éviter qu'ils ne soient volés. [137] Les couchettes en bois avaient des couvertures et des matelas en papier remplis de copeaux de bois; dans la caserne en briques, les détenus gisaient sur de la paille. [138] Selon Miklós Nyiszli :

Huit cents à mille personnes s'entassaient dans les compartiments superposés de chaque caserne. Incapables de s'étendre complètement, ils y dormaient à la fois dans le sens de la longueur et dans le sens transversal, les pieds d'un homme sur la tête, le cou ou la poitrine d'un autre. Dépouillés de toute dignité humaine, ils se poussaient, se bousculaient, se mordaient et se donnaient des coups de pied dans le but d'avoir quelques centimètres de plus sur lesquels dormir un peu plus confortablement. Car ils n'eurent pas longtemps à dormir. [139]

Le dimanche n'était pas un jour de travail, mais les prisonniers devaient nettoyer la caserne et prendre leur douche hebdomadaire [140] et étaient autorisés à écrire (en allemand) à leurs familles, bien que les SS censuraient le courrier. Les détenus qui ne parlaient pas allemand échangeaient du pain contre de l'aide. [141] Les Juifs pratiquants ont essayé de garder une trace du calendrier hébreu et des fêtes juives , y compris le Chabbat , et la portion hebdomadaire de la Torah . Aucune montre, calendrier ou horloge n'était autorisé dans le camp. Seuls deux calendriers juifs fabriqués à Auschwitz ont survécu jusqu'à la fin de la guerre. Les détenus gardaient une trace des jours par d'autres moyens, par exemple en obtenant des informations auprès des nouveaux arrivants. [142]

Camp de femmes

Femmes à Auschwitz II, mai 1944
Appel devant le bâtiment des cuisines, Auschwitz II

Environ 30 pour cent des détenus enregistrés étaient des femmes. [143] Le premier transport en masse de femmes, 999 femmes allemandes non juives du camp de concentration de Ravensbrück , arrive le 26 mars 1942. Classées criminelles, asociales et politiques, elles sont conduites à Auschwitz en tant que fonctionnaires fondatrices du camp des femmes. [144] Rudolf Höss a écrit à leur sujet : « Il était facile de prédire que ces bêtes maltraiteraient les femmes sur lesquelles elles exerçaient un pouvoir... La souffrance spirituelle leur était complètement étrangère. [145] Ils ont reçu les numéros de série 1-999. [46] [g] La garde des femmes de Ravensbrück, Johanna Langefeld , est devenue le premier camp de femmes d'Auschwitz Lagerführerin. [144] Un deuxième transport de masse de femmes, 999 Juifs de Poprad , Slovaquie, est arrivé le même jour. Selon Danuta Czech , il s'agissait du premier transport enregistré envoyé à Auschwitz par le bureau IV B4 du siège de la sécurité du Reich (RSHA), connu sous le nom d'Office juif, dirigé par le SS Obersturmbannführer Adolf Eichmann . [46] (Le Bureau IV était la Gestapo .) [146] Un troisième transport de 798 femmes juives de Bratislava , en Slovaquie, a suivi le 28 mars. [46]

Les femmes ont d'abord été détenues dans les blocs 1-10 d'Auschwitz I, [147] mais à partir du 6 août 1942, [148] 13 000 détenues ont été transférées dans un nouveau camp pour femmes ( Frauenkonzentrationslager ou FKL) à Auschwitz II. Celle-ci se composait d'abord de 15 baraquements en briques et 15 baraquements en bois dans le secteur ( Bauabschnitt ) BIa ; il a ensuite été étendu au BIb [149] et, en octobre 1943, il comptait 32 066 femmes. [150] En 1943-1944, environ 11 000 femmes étaient également hébergées dans le camp familial tsigane , de même que plusieurs milliers dans le camp familial Theresienstadt . [151]

Les conditions dans le camp des femmes étaient si mauvaises que lorsqu'un groupe de prisonniers de sexe masculin est arrivé pour installer une infirmerie en octobre 1942, leur première tâche, selon les chercheurs du musée d'Auschwitz, a été de distinguer les cadavres des femmes encore en vie. [150] Gisella Perl , gynécologue roumaine-juive et détenue du camp des femmes, écrit en 1948 :

Il y avait une latrine pour trente à trente-deux mille femmes et nous n'étions autorisés à l'utiliser qu'à certaines heures de la journée. Nous avons fait la queue pour entrer dans ce minuscule bâtiment, rempli d'excréments humains jusqu'aux genoux. Comme nous souffrions tous de dysenterie, nous pouvions à peine attendre que notre tour vienne, et saliions nos vêtements en lambeaux, qui ne se détachaient jamais de notre corps, ajoutant ainsi à l'horreur de notre existence par l'odeur terrible qui nous entourait comme un nuage. Les latrines consistaient en un fossé profond avec des planches jetées à certains intervalles. Nous étions accroupis sur ces planches comme des oiseaux perchés sur un fil télégraphique, si rapprochés que nous ne pouvions nous empêcher de nous salir. [152]

Langefeld a été remplacé comme Lagerführerin en octobre 1942 par la SS Oberaufseherin Maria Mandl , qui a développé une réputation de cruauté. Höss a embauché des hommes pour superviser les superviseurs féminins, d'abord SS Obersturmführer Paul Müller, puis SS Hauptsturmführer Franz Hössler . [153] Mandl et Hössler ont été exécutés après la guerre. Des expériences de stérilisation ont été réalisées dans la caserne 30 par un gynécologue allemand, Carl Clauberg , et un autre médecin allemand, Horst Schumann . [150]

Expériences médicales, bloc 10

Bloc 10 , Auschwitz I, où des expériences médicales ont été réalisées sur des femmes

Les médecins allemands ont effectué diverses expériences sur les prisonniers d'Auschwitz. Les médecins SS ont testé l'efficacité des rayons X comme dispositif de stérilisation en administrant de fortes doses aux détenues. Carl Clauberg a injecté des produits chimiques dans l' utérus des femmes dans le but de les refermer. Les détenus ont été infectés par la fièvre pourprée pour la recherche sur la vaccination et exposés à des substances toxiques pour en étudier les effets. [154] Dans une expérience Bayer , alors partie de IG Farben, a payé 150 RM chacune pour 150 détenues d'Auschwitz (le camp avait demandé 200 RM par femme), qui ont été transférées dans un établissement Bayer pour tester un anesthésique. Un employé de Bayer écrit à Rudolf Höss : « Le transport de 150 femmes est arrivé en bon état. Cependant, nous n'avons pas pu obtenir de résultats concluants car elles sont décédées au cours des expériences. Nous vous prions de bien vouloir nous envoyer un autre groupe de femmes au même nombre et au même prix." Les recherches de Bayer ont été dirigées à Auschwitz par Helmuth Vetter de Bayer/IG Farben, qui était également médecin d'Auschwitz et capitaine SS, et par les médecins d'Auschwitz Friedrich Entress et Eduard Wirths . [155]

Les accusés lors du procès des médecins , Nuremberg, 1946-1947

Le médecin le plus infâme d'Auschwitz était Josef Mengele , l'« ange de la mort », qui travailla à Auschwitz II à partir du 30 mai 1943, d'abord dans le camp familial tsigane . [156] Intéressé par la recherche sur des jumeaux identiques , des nains et des personnes atteintes de maladies héréditaires, Mengele a créé un jardin d'enfants dans les casernes 29 et 31 pour les enfants sur lesquels il expérimentait, et pour tous les enfants roms de moins de six ans, où ils ont reçu une meilleure nourriture. rations. [157] À partir de mai 1944, il sélectionnerait des jumeaux et des nains parmi les nouveaux arrivants lors de la « sélection », [158] aurait appelé à des jumeaux avec « Zwillinge heraus ! » (« les jumeaux pas en avant ! »).[159]Lui et d'autres médecins (ces derniers prisonniers) mesuraient les parties du corps des jumeaux, les photographiaient et les soumettaient à des tests dentaires, visuels et auditifs, des radiographies, des analyses de sang, une intervention chirurgicale et des transfusions sanguines entre eux. [160] Ensuite, il les ferait tuer et disséquer. [158] Kurt Heissmeyer , un autre médecin allemand et officier SS, a emmené 20 enfants juifs polonais d'Auschwitz pour les utiliser dans des expériences pseudoscientifiques au camp de concentration de Neuengamme près de Hambourg, où il leur a injecté des bacilles de la tuberculose pour tester un remède contre la tuberculose. En avril 1945, les enfants sont tués par pendaison pour dissimuler le projet. [161]

Une collection de squelettes juifs a été obtenue parmi un groupe de 115 détenus juifs, choisis pour leurs caractéristiques raciales stéréotypées perçues. Rudolf Brandt et Wolfram Sievers , directeur général de l' Ahnenerbe (un institut de recherche nazi), ont livré les squelettes à la collection de l'Institut d'anatomie de la Reichsuniversität Straßburg en Alsace-Lorraine . La collection a été sanctionnée par Heinrich Himmler et sous la direction d' August Hirt . En fin de compte, 87 des détenus ont été expédiés à Natzweiler-Struthof et tués en août 1943. [162]Brandt et Sievers ont été exécutés en 1948 après avoir été condamnés lors du procès des médecins , qui faisait partie des procès de Nuremberg ultérieurs . [163]

Punition, bloc 11

Bloc 11 et (à gauche) le "mur de la mort", Auschwitz I, 2000

Les prisonniers pouvaient être battus et tués par des gardiens et des kapos pour la moindre infraction aux règles. L'historienne polonaise Irena Strzelecka écrit que les kapos ont reçu des surnoms reflétant leur sadisme : « Bloody », « Iron », « The Strangler », « The Boxer ». [164] Sur la base des 275 rapports de punitions existants dans les archives d'Auschwitz, Strzelecka énumère les infractions courantes : revenir une deuxième fois pour manger au moment des repas, retirer ses propres dents en or pour acheter du pain, s'introduire par effraction dans la porcherie pour voler la nourriture des porcs, mettre les mains dans les poches. [165]

La flagellation pendant l'appel était courante. Une table de flagellation appelée « la chèvre » immobilisait les pieds des prisonniers dans une boîte, tandis qu'ils s'étiraient en travers de la table. Les prisonniers devaient compter les coups de fouet - "25 mit besten Dank habe ich erhalten" ("25 reçus avec beaucoup de remerciements") - et s'ils se trompaient de chiffre, la flagellation reprenait depuis le début. [165] La punition par « la poste » consistait à attacher les mains des prisonniers derrière le dos avec des chaînes attachées à des crochets, puis à relever les chaînes de sorte que les prisonniers soient laissés pendre par les poignets. Si leurs épaules étaient trop abîmées par la suite pour travailler, ils pourraient être envoyés à la chambre à gaz. Des détenus ont été soumis au poteau pour avoir aidé un détenu qui avait été battu et pour avoir ramassé un mégot de cigarette. [166]Pour extraire des informations aux détenus, les gardiens leur forçaient la tête sur le poêle et les y maintenaient, leur brûlant le visage et les yeux. [167]

Connu sous le nom de bloc 13 jusqu'en 1941, le bloc 11 d'Auschwitz I était la prison à l'intérieur de la prison, réservée aux détenus soupçonnés d'activités de résistance. [168] La cellule 22 du bloc 11 était une cellule debout sans fenêtre ( Stehbunker ). Divisé en quatre sections, chaque section mesurait moins de 1,0 m 2 (11 pieds carrés) et contenait quatre prisonniers, qui y pénétraient par une trappe près du sol. Il y avait un évent de 5 cm x 5 cm pour l'air, recouvert d'une feuille perforée. Strzelecka écrit que les prisonniers pourraient devoir passer plusieurs nuits dans la cellule 22 ; Wiesław Kielar y a passé quatre semaines pour avoir cassé une canalisation. [169] Plusieurs pièces du bloc 11 étaient considérées comme le Polizei-Ersatz-Gefängnis Myslowitz à Auschwitz(antenne d'Auschwitz du poste de police de Mysłowice ). [170] Il y avait aussi des cas Sonderbehandlung ("traitement spécial") pour les Polonais et d'autres considérés comme dangereux pour le Troisième Reich. [171]

Mur de la mort

Le "mur de la mort" montrant le drapeau du camp de la mort, les rayures bleues et blanches avec un triangle rouge signifiant l'uniforme d'Auschwitz des prisonniers politiques.

La cour entre les blocs 10 et 11, connue sous le nom de « mur de la mort », servait de zone d'exécution, y compris pour les Polonais de la zone du Gouvernement général qui avaient été condamnés à mort par un tribunal correctionnel. [171] Les premières exécutions, par balles dans la nuque des détenus, ont eu lieu au mur de la mort le 11 novembre 1941, jour de l'indépendance nationale de la Pologne . Les 151 accusés ont été conduits un par un contre le mur, déshabillés et les mains liées derrière le dos. Danuta Czech a noté qu'une « messe catholique clandestine » avait été dite le dimanche suivant au deuxième étage du bloc 4 à Auschwitz I, dans un espace étroit entre les couchettes. [172]

On estime que 4 500 prisonniers politiques polonais ont été exécutés au mur de la mort, y compris des membres de la résistance du camp. 10 000 Polonais supplémentaires ont été amenés au camp pour être exécutés sans être enregistrés. Environ 1 000 prisonniers de guerre soviétiques sont morts par exécution, bien qu'il s'agisse d'une estimation approximative. Un rapport du gouvernement polonais en exil indiquait que 11 274 prisonniers et 6 314 prisonniers de guerre avaient été exécutés. [173] Rudolf Höss a écrit que "les ordres d'exécution sont arrivés en un flot ininterrompu". [170] Selon l'officier SS Perry Broad, "[s] certains de ces squelettes ambulants avaient passé des mois dans les cellules puantes, où même les animaux ne seraient pas gardés, et ils pouvaient à peine réussir à se tenir droit. Et pourtant, à ce dernier moment, beaucoup d'entre eux ont crié 'Vive Pologne", ou "Vive la liberté". [174] Parmi les morts figuraient le colonel Jan Karcz et le major Edward Gött-Getyński , exécutés le 25 janvier 1943 avec 51 autres suspects d'activités de résistance. Józef Noji , le coureur de fond polonais, a été exécuté le 15 février de la même année. [175] En octobre 1944, 200 Sonderkommando sont exécutés pour leur part dans la révolte du Sonderkommando . [176]

Camps familiaux

Camp familial tsigane

Enfants roms , Mulfingen , Allemagne, 1943 ; les enfants ont été étudiés par Eva Justin et envoyés plus tard à Auschwitz. [177]

Un camp séparé pour les Roms , le Zigeunerfamilienlager ("camp de la famille tsigane"), a été mis en place dans le secteur BIIe d'Auschwitz II-Birkenau en février 1943. Pour des raisons inconnues, ils n'étaient pas soumis à sélection et les familles étaient autorisées à rester ensemble. . Le premier convoi de Roms allemands est arrivé le 26 février de la même année. Il y avait eu un petit nombre de détenus roms avant cela ; deux prisonniers roms tchèques, Ignatz et Frank Denhel, tentèrent de s'évader en décembre 1942, ce dernier avec succès, et une femme rom polonaise, Stefania Ciuron, arriva le 12 février 1943 et s'évada en avril. [178] Josef Mengele , l'Holocaustemédecin le plus tristement célèbre, a travaillé dans le camp familial tsigane à partir du 30 mai 1943, date à laquelle il a commencé son travail à Auschwitz. [156]

Le registre d'Auschwitz ( Hauptbücher ) montre que 20 946 Roms étaient des prisonniers enregistrés [179] et que 3 000 autres seraient entrés sans être enregistrés. [180] Le 22 mars 1943, un convoi de 1700 Sintis et Roms polonais est gazé à son arrivée pour cause de maladie, ainsi qu'un deuxième groupe de 1035 le 25 mai 1943. [179] Les SS tentent de liquider le camp le 16 mai 1944 , mais les Roms les combattirent, armés de couteaux et de tuyaux de fer, et les SS se retirèrent. Peu de temps après, les SS ont retiré près de 2 908 du camp familial pour travailler et, le 2 août 1944, ils ont gazé les 2 897 autres. Dix mille sont toujours portés disparus. [181]

Camp familial de Theresienstadt

Le SS déporté environ 18 000 Juifs à Auschwitz du ghetto de Theresienstadt à Terezin , en Tchécoslovaquie , [182] à partir du 8 Septembre 1943 avec un transport de 2.293 hommes et 2.713 femmes détenues. [183] Placés dans le secteur BIIb en tant que « camp familial », ils étaient autorisés à garder leurs affaires, à porter leurs propres vêtements et à écrire des lettres à leur famille ; ils n'avaient pas les cheveux rasés et n'étaient pas soumis à la sélection. [182] Correspondance entre le bureau d' Adolf Eichmann et la Croix-Rouge internationalesuggère que les Allemands ont installé le camp pour jeter le doute sur les rapports, à temps pour une visite planifiée de la Croix-Rouge à Auschwitz, selon lesquels des meurtres de masse y auraient eu lieu. [184] Les femmes et les filles ont été placées dans des casernes impaires et les hommes et garçons dans des casernes paires. Une infirmerie a été installée dans les casernes 30 et 32, et la caserne 31 est devenue une école et un jardin d'enfants. [182] Les conditions de vie un peu meilleures étaient néanmoins insuffisantes; 1 000 membres du camp familial sont morts en six mois. [185] Deux autres groupes de 2 491 et 2 473 Juifs arrivent de Theresienstadt dans le camp familial les 16 et 20 décembre 1943. [186]

Le 8 mars 1944, 3 791 détenus (hommes, femmes et enfants) sont envoyés dans les chambres à gaz ; les hommes ont été emmenés au crématorium III et les femmes plus tard au crématorium II. [187] Certains membres du groupe auraient chanté Hatikvah et l'hymne national tchèque en chemin. [188] Avant leur mort, on leur avait demandé d'écrire des cartes postales à des proches, postdatées du 25 au 27 mars. Plusieurs jumeaux ont été retenus pour des expériences médicales. [189] Le gouvernement tchécoslovaque en exil a initié des manœuvres diplomatiques pour sauver les Juifs tchèques restants après que son représentant à Berne eut reçu le rapport Vrba-Wetzler , rédigé par deux prisonniers évadés, Rudolf Vrba etAlfred Wetzler , qui a prévenu que les autres détenus du camp familial seraient bientôt gazés. [190] La BBC a également pris connaissance du rapport; son service allemand diffusa des informations sur les meurtres des camps familiaux lors de son émission féminine du 16 juin 1944, avertissant : "Tous les responsables de tels massacres de haut en bas seront appelés à rendre des comptes." [191] La Croix-Rouge s'est rendue à Theresienstadt en juin 1944 et a été persuadée par les SS que personne n'était expulsé de là. [184] Le mois suivant, environ 2 000 femmes du camp familial ont été sélectionnées pour être transférées dans d'autres camps et 80 garçons ont été transférés dans le camp des hommes ; les 7 000 restants ont été gazés entre le 10 et le 12 juillet. [192]

Processus de sélection et d'extermination

Chambres à gaz

Une reconstitution du crématorium I, Auschwitz I, 2014 [193]

Les premiers gazages à Auschwitz ont eu lieu début septembre 1941, lorsqu'environ 850 détenus - des prisonniers de guerre soviétiques et des détenus polonais malades - ont été tués avec du Zyklon B dans le sous-sol du bloc 11 à Auschwitz I. Le bâtiment s'est avéré inadapté, donc des gazages ont été effectués au lieu de cela dans le crématorium I, également à Auschwitz I, qui a fonctionné jusqu'en décembre 1942. Là, plus de 700 victimes pourraient être tuées à la fois. [194] Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées dans le crématorium I. [49]Pour garder les victimes calmes, on leur a dit qu'elles devaient subir une désinfection et un épouillage; ils ont reçu l'ordre de se déshabiller à l'extérieur, puis ont été enfermés dans le bâtiment et gazés. Après sa désaffectation en tant que chambre à gaz, le bâtiment a été converti en une installation de stockage et a ensuite servi d'abri anti-aérien SS. [195] La chambre à gaz et le crématorium ont été reconstruits après la guerre. Dwork et van Pelt écrivent qu'une cheminée a été recréée ; quatre ouvertures dans le toit ont été installées pour montrer où le Zyklon B était entré; et deux des trois fours ont été reconstruits avec les composants d'origine. [31]

Juifs hongrois arrivant à Auschwitz II, mai/juin 1944
Les crématoires II et III et leurs cheminées sont visibles en arrière-plan, à gauche et à droite.
Femmes et enfants juifs de Hongrie marchant vers la chambre à gaz, Auschwitz II, mai/juin 1944. La porte de gauche mène au secteur BI, la partie la plus ancienne du camp. [196]

Au début de 1942, les exterminations massives ont été déplacées dans deux chambres à gaz provisoires (la "maison rouge" et la "maison blanche", appelées bunkers 1 et 2) à Auschwitz II, tandis que les plus grands crématoires (II, III, IV et V) étaient en construction. Le Bunker 2 a été temporairement réactivé de mai à novembre 1944, lorsqu'un grand nombre de Juifs hongrois ont été gazés. [197] À l'été 1944, la capacité combinée des crématoires et des fosses d'incinération en plein air était de 20 000 corps par jour. [198] Une sixième installation prévue, le crématorium VI, n'a jamais été construite. [199]

À partir de 1942, les Juifs étaient transportés à Auschwitz de toute l'Europe occupée par les Allemands par chemin de fer, arrivant par convois quotidiens. [200] Les chambres à gaz ont fonctionné à pleine capacité de mai à juillet 1944, pendant l' Holocauste en Hongrie . [201] Un éperon ferroviaire menant aux crématoires II et III à Auschwitz II a été achevé en mai, et une nouvelle rampe a été construite entre les secteurs BI et BII pour rapprocher les victimes des chambres à gaz (images en haut à droite). Le 29 avril, les 1 800 premiers Juifs de Hongrie arrivèrent au camp. [202] Du 14 mai au début juillet 1944, 437 000 Juifs hongrois, soit la moitié de la population d'avant-guerre, sont déportés à Auschwitz, au rythme de 12 000 par jour pendant une bonne partie de cette période. [124]Les crématoires ont dû être rénovés. Les crématoires II et III ont reçu de nouveaux ascenseurs menant des poêles aux chambres à gaz, de nouvelles grilles ont été installées et plusieurs des vestiaires et des chambres à gaz ont été peints. Des fosses de crémation ont été creusées derrière le crématorium V. [202] Le volume entrant était si important que le Sonderkommando a eu recours à des cadavres brûlés dans des fosses à ciel ouvert ainsi que dans les crématoires. [203]

Sélection

Selon l'historien polonais Franciszek Piper , sur les 1 095 000 Juifs déportés à Auschwitz, environ 205 000 ont été enregistrés dans le camp et ont reçu des numéros de série ; 25 000 ont été envoyés dans d'autres camps ; et 865 000 ont été tués peu après leur arrivée. [204] L'ajout des victimes non juives donne un chiffre de 900 000 qui ont été tués sans être enregistrés. [205]

Lors de la « sélection » à l'arrivée, les personnes jugées aptes au travail étaient envoyées à droite et admises dans le camp (enregistrées), et les autres étaient envoyées à gauche pour être gazées. Le groupe choisi pour mourir comprenait presque tous les enfants, les femmes avec des enfants en bas âge, les personnes âgées et d'autres qui semblaient ne pas être aptes au travail lors d'une inspection brève et superficielle par un médecin SS. [206] Pratiquement toute faute—cicatrices, bandages, furoncles et émaciation—peut constituer une raison suffisante pour être jugé inapte. [207] On peut faire marcher les enfants vers un bâton tenu à une certaine hauteur; ceux qui pouvaient marcher en dessous étaient sélectionnés pour le gaz. [208] Les détenus incapables de marcher ou qui arrivaient la nuit étaient emmenés aux crématoires sur des camions; sinon les nouveaux arrivants y défilaient. [209]Leurs biens ont été saisis et triés par les détenus dans les entrepôts « Kanada » , une zone du camp du secteur BIIg qui abritait 30 casernes utilisées comme lieux de stockage des biens pillés ; il tire son nom de l'opinion des détenus sur le Canada comme une terre d'abondance. [210]

A l'intérieur des crématoires

Entrée du crématorium III, Auschwitz II, 2008 [211]

Les crématoires se composaient d'un dressing, d'une chambre à gaz et d'une chaufferie. Dans les crématoires II et III, le vestiaire et la chambre à gaz étaient souterrains ; en IV et V, ils étaient au rez-de-chaussée. Le vestiaire avait des crochets numérotés sur le mur pour accrocher les vêtements. Dans le crématorium II, il y avait aussi une salle de dissection ( Sezierraum ). [212] Des agents SS ont dit aux victimes qu'elles devaient prendre une douche et subir un épouillage. Les victimes se sont déshabillées dans le vestiaire et sont entrées dans la chambre à gaz ; panneaux dit "Bade" (bain) ou "Desinfektionsraum" (salle de désinfection). Un ancien prisonnier a témoigné que la langue des panneaux changeait selon qui était tué. [213] Certains détenus ont reçu du savon et une serviette. [214]Une chambre à gaz pouvait en contenir jusqu'à 2 000 ; un ancien prisonnier a déclaré qu'il était d'environ 3 000 personnes. [215]

Le Zyklon B a été livré aux crématoires par un bureau spécial SS connu sous le nom d'Institut d'hygiène. [216] Après la fermeture des portes, les SS ont déversé les pastilles de Zyklon B par des évents dans le toit ou des trous sur le côté de la chambre. Les victimes étaient généralement mortes dans les 10 minutes ; Rudolf Höss a déclaré que cela prenait jusqu'à 20 minutes. [217] Leib Langfus , membre du Sonderkommando , a enterré son journal (écrit en yiddish ) près du crématorium III à Auschwitz II. Il a été trouvé en 1952, signé "AYRA": [218]

Il serait même difficile d'imaginer qu'autant de personnes pourraient tenir dans une si petite [pièce]. Quiconque ne voulait pas entrer à l'intérieur était abattu [...] ou déchiré par les chiens. Ils auraient étouffé par manque d'air en quelques heures. Ensuite, toutes les portes ont été scellées hermétiquement et le gaz a été injecté par un petit trou dans le plafond. Il n'y avait rien de plus que les gens à l'intérieur pouvaient faire. Et donc ils ne criaient que d'une voix amère et lamentable. D'autres se plaignaient d'une voix pleine de désespoir, et d'autres sanglotaient encore spasmodiquement et poussaient des larmes terribles et déchirantes. ... Et pendant ce temps, leurs voix s'affaiblissaient de plus en plus ... En raison de la grande foule, les gens tombaient les uns sur les autres en mourant, jusqu'à ce qu'un tas se forme constitué de cinq ou six couches les unes sur les autres, atteignant une hauteur de un mètre.Les mères se sont figées en position assise sur le sol, embrassant leurs enfants dans leurs bras, et les maris et les femmes sont morts en se serrant dans les bras. Certaines personnes formaient une masse informe. D'autres se tenaient en position penchée, tandis que les parties supérieures, du ventre vers le haut, étaient en position couchée. Certaines personnes étaient devenues complètement bleues sous l'influence du gaz, tandis que d'autres avaient l'air entièrement fraîches, comme si elles dormaient.[219]

Utilisation de cadavres

Une des photographies du Sonderkommando : Femmes en route vers la chambre à gaz, Auschwitz II, août 1944

Sonderkommando portant des masques à gaz a traîné les corps hors de la chambre. Ils ont enlevé les lunettes et les membres artificiels et ont rasé les cheveux des femmes ; [217] les cheveux des femmes ont été épilés avant qu'elles n'entrent dans la chambre à gaz de Bełżec , Sobibór et Treblinka , mais à Auschwitz, cela a été fait après la mort. [220] Le 6 février 1943, le ministère de l'Économie du Reich avait reçu 3 000 kg de cheveux féminins d'Auschwitz et de Majdanek . [220] Les cheveux étaient d'abord nettoyés dans une solution de sal ammoniac , séchés sur le sol en brique des crématoires, peignés et placés dans des sacs en papier. [221]Les cheveux ont été expédiés à diverses entreprises, y compris une usine de fabrication à Brême-Bluementhal , où les travailleurs ont trouvé de minuscules pièces de monnaie avec des lettres grecques sur certaines des tresses, probablement de certains des 50 000 Juifs grecs déportés à Auschwitz en 1943. [222] Quand ils libérant le camp en janvier 1945, l'Armée rouge trouva 7 000 kg de cheveux humains dans des sacs prêts à être expédiés. [221]

Juste avant la crémation, les bijoux ont été retirés, ainsi que les soins dentaires et les dents contenant des métaux précieux. [223] L' or a été retiré des dents des prisonniers morts à partir du 23 septembre 1940 sur ordre de Heinrich Himmler. [224] Le travail a été effectué par des membres du Sonderkommando qui étaient dentistes; toute personne négligeant les soins dentaires pourrait elle-même être incinérée vivante. [223] L'or a été envoyé au SS Health Service et utilisé par les dentistes pour soigner les SS et leurs familles ; 50 kg avaient été collectés le 8 octobre 1942. [224] Au début de 1944, 10 à 12 kg d'or étaient extraits chaque mois des dents des victimes. [225]

Les cadavres étaient brûlés dans les incinérateurs voisins, et les cendres étaient enterrées, jetées dans la Vistule ou utilisées comme engrais. Tous les morceaux d'os qui n'avaient pas brûlé correctement étaient broyés dans des mortiers de bois . [226]

Nombre de morts

Nouveaux arrivants, Auschwitz II-Birkenau, mai/juin 1944

Au moins 1,3 million de personnes ont été envoyées à Auschwitz entre 1940 et 1945, et au moins 1,1 million sont mortes. [7] Au total, 400 207 prisonniers ont été enregistrés dans le camp : 268 657 hommes et 131 560 femmes. [143] Une étude réalisée à la fin des années 1980 par l'historien polonais Franciszek Piper , publiée par Yad Vashem en 1991, [227] a utilisé des horaires d'arrivée des trains combinés à des dossiers de déportation pour calculer que, sur les 1,3 million envoyés au camp, 1 082 000 étaient morts. là, un chiffre (arrondi à 1,1 million) que Piper considérait comme un minimum. [7] Ce chiffre a fini par être largement accepté. [h]

Les Allemands ont essayé de cacher combien ils en avaient tué. En juillet 1942, selon les mémoires d'après-guerre de Rudolf Höss , Höss reçut un ordre de Heinrich Himmler , via le bureau d' Adolf Eichmann et le commandant SS Paul Blobel , que « [t]ous les charniers devaient être ouverts et les cadavres brûlés. De plus, les cendres devaient être éliminées de telle manière qu'il serait impossible à un moment futur de calculer le nombre de cadavres brûlés. [231]

Les premières estimations du nombre de morts étaient plus élevées que celles de Piper. Après la libération du camp, le gouvernement soviétique a publié une déclaration, le 8 mai 1945, que quatre millions de personnes avaient été tuées sur le site, un chiffre basé sur la capacité des crématoires. [232] Höss a déclaré aux procureurs de Nuremberg qu'au moins 2 500 000 personnes y avaient été gazées et que 500 000 autres étaient mortes de faim et de maladie. [233] Il a témoigné que le chiffre de plus de deux millions provenait d'Eichmann. [234] Dans ses mémoires, rédigés en détention, Höss a écrit qu'Eichmann avait donné le chiffre de 2,5 millions à l'officier supérieur de Höss Richard Glücks , sur la base de dossiers qui avaient été détruits. [235] Höss regarded this figure as "far too high. Even Auschwitz had limits to its destructive possibilities," he wrote.[236]

Nationality/ethnicity
(Source: Franciszek Piper)[2]
Registered deaths
(Auschwitz)
Unregistered deaths
(Auschwitz)
Total
Jews 95,000 865,000 960,000
Ethnic Poles 64,000 10,000 74,000 (70,000–75,000)
Roma and Sinti 19,000 2,000 21,000
Soviet prisoners of war 12,000 3,000 15,000
Other Europeans:
Soviet citizens (Byelorussians, Russians, Ukrainians),
Czechs, Yugoslavs, French, Germans, Austrians
10,000–15,000 n/a 10,000–15,000
Total deaths in Auschwitz, 1940–1945 200,000–205,000 880,000 1,080,000–1,085,000

Around one in six Jews killed in the Holocaust died in Auschwitz.[237] By nation, the greatest number of Auschwitz's Jewish victims originated from Hungary, accounting for 430,000 deaths, followed by Poland (300,000), France (69,000), Netherlands (60,000), Greece (55,000), Protectorate of Bohemia and Moravia (46,000), Slovakia (27,000), Belgium (25,000), Germany and Austria (23,000), Yugoslavia (10,000), Italy (7,500), Norway (690), and others (34,000).[238] Timothy Snyder writes that fewer than one percent of the million Soviet Jews murdered in the Holocaust were killed in Auschwitz.[239] Of the at least 387 Jehovah's Witnesses who were imprisoned at Auschwitz, 132 died in the camp.[240]

Resistance, escapes, liberation

Camp resistance, flow of information

Information about Auschwitz became available to the Allies as a result of reports by Captain Witold Pilecki of the Polish Home Army[243] who, as "Tomasz Serafiński" (serial number 4859),[244] allowed himself to be arrested in Warsaw and taken to Auschwitz.[243] He was imprisoned there from 22 September 1940[245] until his escape on 27 April 1943.[244] Michael Fleming writes that Pilecki was instructed to sustain morale, organize food, clothing and resistance, prepare to take over the camp if possible, and smuggle information out to the Polish military.[243] Pilecki called his resistance movement Związek Organizacji Wojskowej (ZOW, "Union of Military Organization").[245]

The resistance sent out the first oral message about Auschwitz with Dr. Aleksander Wielkopolski, a Polish engineer who was released in October 1940.[246] The following month the Polish underground in Warsaw prepared a report on the basis of that information, The camp in Auschwitz, part of which was published in London in May 1941 in a booklet, The German Occupation of Poland, by the Polish Ministry of Foreign Affairs. The report said of the Jews in the camp that "scarcely any of them came out alive". According to Fleming, the booklet was "widely circulated amongst British officials". The Polish Fortnightly Review based a story on it, writing that "three crematorium furnaces were insufficient to cope with the bodies being cremated", as did The Scotsman on 8 January 1942, the only British news organization to do so.[247]

On 24 December 1941, the resistance groups representing the various prisoner factions met in block 45 and agreed to cooperate. Fleming writes that it has not been possible to track Pilecki's early intelligence from the camp. Pilecki compiled two reports after he escaped in April 1943; the second, Raport W, detailed his life in Auschwitz I and estimated that 1.5 million people, mostly Jews, had been killed.[248] On 1 July 1942, the Polish Fortnightly Review published a report describing Birkenau, writing that "prisoners call this supplementary camp 'Paradisal', presumably because there is only one road, leading to Paradise". Reporting that inmates were being killed "through excessive work, torture and medical means", it noted the gassing of the Soviet prisoners of war and Polish inmates in Auschwitz I in September 1941, the first gassing in the camp. It said: "It is estimated that the Oswiecim camp can accommodate fifteen thousand prisoners, but as they die on a mass scale there is always room for new arrivals."[249]

The camp badge for non-Jewish Polish political prisoners

The Polish government-in-exile in London first reported the gassing of prisoners in Auschwitz on 21 July 1942,[250] and reported the gassing of Soviet POWs and Jews on 4 September 1942.[251] In 1943, the Kampfgruppe Auschwitz (Combat Group Auschwitz) was organized within the camp with the aim of sending out information about what was happening.[252] The Sonderkommando buried notes in the ground, hoping they would be found by the camp's liberators.[253] The group also smuggled out photographs; the Sonderkommando photographs, of events around the gas chambers in Auschwitz II, were smuggled out of the camp in September 1944 in a toothpaste tube.[254]

According to Fleming, the British press responded, in 1943 and the first half of 1944, either by not publishing reports about Auschwitz or by burying them on the inside pages. The exception was the Polish Jewish Observer, a City and East London Observer supplement edited by Joel Cang, a former Warsaw correspondent for the Manchester Guardian. The British reticence stemmed from a Foreign Office concern that the public might pressure the government to respond or provide refuge for the Jews, and that British actions on behalf of the Jews might affect its relationships in the Middle East. There was similar reticence in the United States, and indeed within the Polish government-in-exile and the Polish resistance. According to Fleming, the scholarship suggests that the Polish resistance distributed information about the Holocaust in Auschwitz without challenging the Allies' reluctance to highlight it.[255]

Escapes, Auschwitz Protocols

Telegram dated 8 April 1944 from KL Auschwitz reporting the escape of Rudolf Vrba and Alfréd Wetzler

From the first escape on 6 July 1940 of Tadeusz Wiejowski, at least 802 prisoners (757 men and 45 women) tried to escape from the camp, according to Polish historian Henryk Świebocki.[256][i] He writes that most escapes were attempted from work sites outside the camp's perimeter fence.[258] Of the 802 escapes, 144 were successful, 327 were caught, and the fate of 331 is unknown.[257]

Four Polish prisoners—Eugeniusz Bendera (serial number 8502), Kazimierz Piechowski (no. 918), Stanisław Gustaw Jaster (no. 6438), and Józef Lempart (no. 3419)—escaped successfully on 20 June 1942. After breaking into a warehouse, three of them dressed as SS officers and stole rifles and an SS staff car, which they drove out of the camp with the fourth handcuffed as a prisoner. They wrote later to Rudolf Höss apologizing for the loss of the vehicle.[259] On 21 July 1944, Polish inmate Jerzy Bielecki dressed in an SS uniform and, using a faked pass, managed to cross the camp's gate with his Jewish girlfriend, Cyla Cybulska, pretending that she was wanted for questioning. Both survived the war. For having saved her, Bielecki was recognized by Yad Vashem as Righteous Among the Nations.[260]

Jerzy Tabeau (no. 27273, registered as Jerzy Wesołowski) and Roman Cieliczko (no. 27089), both Polish prisoners, escaped on 19 November 1943; Tabeau made contact with the Polish underground and, between December 1943 and early 1944, wrote what became known as the Polish Major's report about the situation in the camp.[261] On 27 April 1944, Rudolf Vrba (no. 44070) and Alfréd Wetzler (no. 29162) escaped to Slovakia, carrying detailed information to the Slovak Jewish Council about the gas chambers. The distribution of the Vrba-Wetzler report, and publication of parts of it in June 1944, helped to halt the deportation of Hungarian Jews to Auschwitz. On 27 May 1944, Arnost Rosin (no. 29858) and Czesław Mordowicz (no. 84216) also escaped to Slovakia; the Rosin-Mordowicz report was added to the Vrba-Wetzler and Tabeau reports to become what is known as the Auschwitz Protocols.[262] The reports were first published in their entirety in November 1944 by the United States War Refugee Board, in a document entitled The Extermination Camps of Auschwitz (Oświęcim) and Birkenau in Upper Silesia.[263]

Bombing proposal

Aerial view of Auschwitz II-Birkenau taken by the RAF on 23 August 1944

In January 1941 the Commander-in-Chief of the Polish Army and prime minister-in-exile, Władysław Sikorski, arranged for a report to be forwarded to Air Marshal Richard Pierse, head of RAF Bomber Command.[264] Written by Auschwitz prisoners in or around December 1940, the report described the camp's atrocious living conditions and asked the Polish government-in-exile to bomb it:

The prisoners implore the Polish Government to have the camp bombed. The destruction of the electrified barbed wire, the ensuing panic and darkness prevailing, the chances of escape would be great. The local population will hide them and help them to leave the neighbourhood. The prisoners are confidently awaiting the day when Polish planes from Great Britain will enable their escape. This is the prisoners unanimous demand to the Polish Government in London.[265]

Pierse replied that it was not technically feasible to bomb the camp without harming the prisoners.[264] In May 1944 Slovak rabbi Michael Dov Weissmandl suggested that the Allies bomb the rails leading to the camp.[266] Historian David Wyman published an essay in Commentary in 1978 entitled "Why Auschwitz Was Never Bombed", arguing that the United States Army Air Forces could and should have attacked Auschwitz. In his book The Abandonment of the Jews: America and the Holocaust 1941–1945 (1984), Wyman argued that, since the IG Farben plant at Auschwitz III had been bombed three times between August and December 1944 by the US Fifteenth Air Force in Italy, it would have been feasible for the other camps or railway lines to be bombed too. Bernard Wasserstein's Britain and the Jews of Europe (1979) and Martin Gilbert's Auschwitz and the Allies (1981) raised similar questions about British inaction.[267] Since the 1990s, other historians have argued that Allied bombing accuracy was not sufficient for Wyman's proposed attack, and that counterfactual history is an inherently problematic endeavor.[268]

Sonderkommando revolt

Sonderkommando member Zalmen Gradowski, pictured with his wife, Sonia, buried his notebooks near crematorium III. Sonia Gradowski was gassed on 8 December 1942.[269]

The Sonderkommando who worked in the crematoria were witnesses to the mass murder and were therefore regularly killed themselves.[270] On 7 October 1944, following an announcement that 300 of them were to be sent to a nearby town to clear away rubble—"transfers" were a common ruse for the murder of prisoners—the group, mostly Jews from Greece and Hungary, staged an uprising.[271] They attacked the SS with stones and hammers, killing three of them, and set crematorium IV on fire with rags soaked in oil that they had hidden.[272] Hearing the commotion, the Sonderkommando at crematorium II believed that a camp uprising had begun and threw their Oberkapo into a furnace. After escaping through a fence using wirecutters, they managed to reach Rajsko, where they hid in the granary of an Auschwitz satellite camp, but the SS pursued and killed them by setting the granary on fire.[273]

By the time the rebellion at crematorium IV had been suppressed, 212 members of the Sonderkommando were still alive and 451 had been killed.[274] The dead included Zalmen Gradowski, who kept notes of his time in Auschwitz and buried them near crematorium III; after the war, another Sonderkommando member showed the prosecutors where to dig.[275] The notes were published in several formats, including in 2017 as From the Heart of Hell.[276]

Evacuation and death marches

Ruins of crematorium IV, Auschwitz II, blown up during the revolt

The last mass transports to arrive in Auschwitz were 60,000–70,000 Jews from the Łódź Ghetto, some 2,000 from Theresienstadt, and 8,000 from Slovakia.[277] The last selection took place on 30 October 1944.[198] On 1 or 2 November 1944, Heinrich Himmler ordered the SS to halt the mass murder by gas;[278] and on 25 November he ordered that Auschwitz's gas chambers and crematoria be destroyed. The Sonderkommando and other prisoners began the job of dismantling the buildings and cleaning up the site.[279] On 18 January 1945, Engelbert Marketsch, a German criminal transferred from Mauthausen, became the last prisoner to be assigned a serial number in Auschwitz, number 202499.[280]

According to Polish historian Andrzej Strzelecki, the evacuation of the camp was one of its "most tragic chapters".[281] Himmler ordered the evacuation of all camps in January 1945, telling camp commanders: "The Führer holds you personally responsible for ... making sure that not a single prisoner from the concentration camps falls alive into the hands of the enemy."[282] The plundered goods from the "Kanada" barracks, together with building supplies, were transported to the German interior. Between 1 December 1944 and 15 January 1945, over one million items of clothing were packed to be shipped out of Auschwitz; 95,000 such parcels were sent to concentration camps in Germany.[283]

Beginning on 17 January, some 58,000 Auschwitz detainees (about two-thirds Jews)—over 20,000 from Auschwitz I and II and over 30,000 from the subcamps—were evacuated under guard, at first heading west on foot, then by open-topped freight trains, to concentration camps in Germany and Austria: Bergen-Belsen, Buchenwald, Dachau, Flossenburg, Gross-Rosen, Mauthausen, Dora-Mittelbau, Ravensbruck, and Sachsenhausen.[284] Fewer than 9,000 remained in the camps, deemed too sick to move.[285] During the marches, the SS shot or otherwise dispatched anyone unable to continue; "execution details" followed the marchers, killing prisoners who lagged behind.[281] Peter Longerich estimated that a quarter of the detainees were thus killed.[286] By December 1944 some 15,000 Jewish prisoners had made it from Auschwitz to Bergen-Belsen, where they were liberated by the British on 15 April 1945.[287]

On 20 January, crematoria II and III were blown up, and on 23 January the "Kanada" warehouses were set on fire; they apparently burned for five days. Crematorium IV had been partly demolished after the Sonderkommando revolt in October, and the rest of it was destroyed later. On 26 January, one day ahead of the Red Army's arrival, crematorium V was blown up.[288]

Liberation

Young survivors at the camp, liberated by the Red Army in January 1945
Eyeglasses of victims, 1945

The first in the camp complex to be liberated was Auschwitz III, the IG Farben camp at Monowitz; a soldier from the 100th Infantry Division of the Red Army entered the camp around 9 am on Saturday, 27 January 1945.[289] The 60th Army of the 1st Ukrainian Front (also part of the Red Army) arrived in Auschwitz I and II around 3 pm. They found 7,000 prisoners alive in the three main camps, 500 in the other subcamps, and over 600 corpses.[290] Items found included 837,000 women's garments, 370,000 men's suits, 44,000 pairs of shoes,[291] and 7,000 kg of human hair, estimated by the Soviet war crimes commission to have come from 140,000 people.[221] Some of the hair was examined by the Forensic Science Institute in Kraków, where it was found to contain traces of Hydrogen cyanide, the main ingredient of Zyklon B.[292] Primo Levi described seeing the first four soldiers on horseback approach Auschwitz III, where he had been in the sick bay. They threw "strangely embarrassed glances at the sprawling bodies, at the battered huts and at us few still alive ...":[293]

They did not greet us, nor did they smile; they seemed oppressed not only by compassion but by a confused restraint, which sealed their lips and bound their eyes to the funereal scene. It was that shame we knew so well, the shame that drowned us after the selections, and every time we had to watch, or submit to, some outrage: the shame the Germans did not know, that the just man experiences at another man's crime; the feeling of guilt that such a crime should exist, that it should have been introduced irrevocably into the world of things that exist, and that his will for good should have proved too weak or null, and should not have availed in defence.[294]

Georgii Elisavetskii, a Soviet soldier who entered one of the barracks, said in 1980 that he could hear other soldiers telling the inmates: "You are free, comrades!" But they did not respond, so he tried in Russian, Polish, German, Ukrainian. Then he used some Yiddish: "They think that I am provoking them. They begin to hide. And only when I said to them: 'Do not be afraid, I am a colonel of Soviet Army and a Jew. We have come to liberate you' ... Finally, as if the barrier collapsed ... they rushed toward us shouting, fell on their knees, kissed the flaps of our overcoats, and threw their arms around our legs."[291]

The Soviet military medical service and Polish Red Cross (PCK) set up field hospitals that looked after 4,500 prisoners suffering from the effects of starvation (mostly diarrhea) and tuberculosis. Local volunteers helped until the Red Cross team arrived from Kraków in early February.[295] In Auschwitz II, the layers of excrement on the barracks floors had to be scraped off with shovels. Water was obtained from snow and from fire-fighting wells. Before more help arrived, 2,200 patients there were looked after by a few doctors and 12 PCK nurses. All the patients were later moved to the brick buildings in Auschwitz I, where several blocks became a hospital, with medical personnel working 18-hour shifts.[296]

The liberation of Auschwitz received little press attention at the time; the Red Army was focusing on its advance toward Germany and liberating the camp had not been one of its key aims. Boris Polevoi reported on the liberation in Pravda on 2 February 1945 but made no mention of Jews;[297] inmates were described collectively as "victims of Fascism".[298] It was when the Western Allies arrived in Buchenwald, Bergen-Belsen, and Dachau in April 1945 that the liberation of the camps received extensive coverage.[299]

After the war

Trials of war criminals

Gallows in Auschwitz I where Rudolf Höss was executed on 16 April 1947

Only 789 Auschwitz staff, up to 15 percent, ever stood trial;[8] most of the cases were pursued in Poland and the Federal Republic of Germany.[300] According to Aleksander Lasik, female SS officers were treated more harshly than male; of the 17 women sentenced, four received the death penalty and the others longer prison terms than the men. He writes that this may have been because there were only 200 women overseers, and therefore they were more visible and memorable to the inmates.[301]

Camp commandant Rudolf Höss was arrested by the British on 11 March 1946 near Flensburg, northern Germany, where he had been working as a farmer under the pseudonym Franz Lang. He was imprisoned in Heide, then transferred to Minden for interrogation, part of the British occupation zone. From there he was taken to Nuremberg to testify for the defense in the trial of SS-Obergruppenführer Ernst Kaltenbrunner. Höss was straightforward about his own role in the mass murder and said he had followed the orders of Heinrich Himmler.[302][j] Extradited to Poland on 25 May 1946,[303] he wrote his memoirs in custody, first published in Polish in 1951 then in German in 1958 as Kommandant in Auschwitz.[304] His trial before the Supreme National Tribunal in Warsaw opened on 11 March 1947; he was sentenced to death on 2 April and hanged in Auschwitz I on 16 April, near crematorium I.[305]

On 25 November 1947, the Auschwitz trial began in Kraków, when Poland's Supreme National Tribunal brought to court 40 former Auschwitz staff, including commandant Arthur Liebehenschel, women's camp leader Maria Mandel, and camp leader Hans Aumeier. The trials ended on 22 December 1947, with 23 death sentences, seven life sentences, and nine prison sentences ranging from three to 15 years. Hans Münch, an SS doctor who had several former prisoners testify on his behalf, was the only person to be acquitted.[306]

Other former staff were hanged for war crimes in the Dachau Trials and the Belsen Trial, including camp leaders Josef Kramer, Franz Hössler, and Vinzenz Schöttl; doctor Friedrich Entress; and guards Irma Grese and Elisabeth Volkenrath.[307] Bruno Tesch and Karl Weinbacher, the owner and chief executive officer of the firm Tesch & Stabenow, one of the suppliers of Zyklon B, were arrested by the British after the war and executed for knowingly supplying the chemical for use on humans.[308] The 180-day Frankfurt Auschwitz trials, held in West Germany from 20 December 1963 to 20 August 1965, tried 22 defendants, including two dentists, a doctor, two camp adjudants and the camp's pharmacist. The 700-page indictment, presenting the testimony of 254 witnesses, was accompanied by a 300-page report about the camp, Nationalsozialistische Konzentrationslager, written by historians from the Institut für Zeitgeschichte in Germany, including Martin Broszat and Helmut Krausnick. The report became the basis of their book, Anatomy of the SS State (1968), the first comprehensive study of the camp and the SS. The court convicted 19 of the defendants, giving six of them life sentences and the others between three and ten years.[309]

Legacy

Barracks at Auschwitz II
Auschwitz II gate in 1959

In the decades since its liberation, Auschwitz has become a primary symbol of the Holocaust. Historian Timothy D. Snyder attributes this to the camp's high death toll and "unusual combination of an industrial camp complex and a killing facility", which left behind far more witnesses than single-purpose killing facilities such as Chełmno or Treblinka.[310] In 2005 the United Nations General Assembly designated 27 January, the date of the camp's liberation, as International Holocaust Remembrance Day.[311] Helmut Schmidt visited the site in November 1977, the first West German chancellor to do so, followed by his successor, Helmut Kohl, in November 1989.[312] In a statement on the 50th anniversary of the liberation, Kohl said that "[t]he darkest and most awful chapter in German history was written at Auschwitz."[313] In January 2020, world leaders gathered at Yad Vashem in Jerusalem to commemorate the 75th anniversary.[314] It was the city's largest-ever political gathering, with over 45 heads of state and world leaders, including royalty.[315] At Auschwitz itself, Reuven Rivlin and Andrzej Duda, the presidents of Israel and Poland, laid wreaths.[316]

Notable memoirists of the camp include Primo Levi, Elie Wiesel, and Tadeusz Borowski.[237] Levi's If This is a Man, first published in Italy in 1947 as Se questo è un uomo, became a classic of Holocaust literature, an "imperishable masterpiece".[317][k] Wiesel wrote about his imprisonment at Auschwitz in Night (1960) and other works, and became a prominent spokesman against ethnic violence; in 1986, he was awarded the Nobel Peace Prize.[319] Camp survivor Simone Veil was elected President of the European Parliament, serving from 1979 to 1982.[320] Two Auschwitz victims—Maximilian Kolbe, a priest who volunteered to die by starvation in place of a stranger, and Edith Stein, a Jewish convert to Catholicism—were named saints of the Catholic Church.[321]

In 2017, a Körber Foundation survey found that 40 percent of 14-year-olds in Germany did not know what Auschwitz was.[322][323] The following year a survey organized by the Claims Conference, United States Holocaust Memorial Museum and others found that 41 percent of 1,350 American adults surveyed, and 66 percent of millennials, did not know what Auschwitz was, while 22 percent said they had never heard of the Holocaust.[324] A CNN-ComRes poll in 2018 found a similar situation in Europe.[325]

Auschwitz-Birkenau State Museum

Czesława Kwoka, photographed in Auschwitz by Wilhelm Brasse of the camp's Erkennungsdienst
Museum exhibit, 2016
Israeli Air Force F-15 Eagles fly over Auschwitz II-Birkenau, 2003
End of the rail track inside Auschwitz II

On 2 July 1947, the Polish government passed a law establishing a state memorial to remember "the martyrdom of the Polish nation and other nations in Oswiecim".[326] The museum established its exhibits at Auschwitz I; after the war, the barracks in Auschwitz II-Birkenau had been mostly dismantled and moved to Warsaw to be used on building sites. Dwork and van Pelt write that, in addition, Auschwitz I played a more central role in the persecution of the Polish people, in opposition to the importance of Auschwitz II to the Jews, including Polish Jews.[327] An exhibition opened in Auschwitz I in 1955, displaying prisoner mug shots; hair, suitcases, and shoes taken from murdered prisoners; canisters of Zyklon B pellets; and other objects related to the killings.[328] UNESCO added the camp to its list of World Heritage Sites in 1979.[329] All the museum's directors were, until 1990, former Auschwitz prisoners. Visitors to the site have increased from 492,500 in 2001, to over one million in 2009,[330] to two million in 2016.[331]

There have been protracted disputes over the perceived Christianization of the site. Pope John Paul II celebrated mass over the train tracks leading to Auschwitz II-Birkenau on 7 June 1979[332] and called the camp "the Golgotha of our age", referring to the crucifixion of Jesus.[333] More controversy followed when Carmelite nuns founded a convent in 1984 in a former theater outside the camp's perimeter, near block 11 of Auschwitz I,[334] after which a local priest and some survivors erected a large cross—one that had been used during the pope's mass—behind block 11 to commemorate 152 Polish inmates shot by the Germans in 1941.[335][336] After a long dispute, Pope John Paul II intervened and the nuns moved the convent elsewhere in 1993.[337] The cross remained, triggering the "War of the Crosses", as more crosses were erected to commemorate Christian victims, despite international objections. The Polish government and Catholic Church eventually agreed to remove all but the original.[338]

On 4 September 2003, despite a protest from the museum, three Israeli Air Force F-15 Eagles performed a fly-over of Auschwitz II-Birkenau during a ceremony at the camp below. All three pilots were descendants of Holocaust survivors, including the man who led the flight, Major-General Amir Eshel.[339] On 27 January 2015, some 300 Auschwitz survivors gathered with world leaders under a giant tent at the entrance to Auschwitz II to commemorate the 70th anniversary of the camp's liberation.[340][l]

Museum curators consider visitors who pick up items from the ground to be thieves, and local police will charge them as such; the maximum penalty is a 10-year prison sentence.[342] In 2017 two British youths from the Perse School were fined in Poland after picking up buttons and shards of decorative glass in 2015 from the "Kanada" area of Auschwitz II, where camp victims' personal effects were stored.[343] The 16-ft Arbeit Macht Frei sign over the main camp's gate was stolen in December 2009 by a Swedish former neo-Nazi and two Polish men. The sign was later recovered.[344]

In 2018 the Polish government passed an amendment to its Act on the Institute of National Remembrance, making it a criminal offence to violate the "good name" of Poland by accusing it of crimes committed by Germany in the Holocaust, which would include referring to Auschwitz and other camps as "Polish death camps".[345] Staff at the museum were accused by nationalist media in Poland of focusing too much on the fate of the Jews in Auschwitz at the expense of ethnic Poles. The brother of the museum's director, Piotr Cywiński, wrote that Cywiński had experienced "50 days of incessant hatred".[346] After discussions with Israel's prime minister, amid international concern that the new law would stifle research, the Polish government adjusted the amendment so that anyone accusing Poland of complicity would be guilty only of a civil offence.[347]

See also

Sources

Notes

  1. ^ The Law for the Restoration of the Professional Civil Service, passed on 7 April 1933, excluded most Jews from the legal profession and civil service. Similar legislation deprived Jewish members of other professions of the right to practise.[12]
  2. ^ Danuta Czech (Auschwitz 1940–1945, Volume V, Auschwitz-Birkenau State Museum, 2000): "June 14 [1940]: The first transport of Polish political prisoners arrived from the Tarnów prison: 728 men sent to Auschwitz by the commander of the Sipo u. SD (Security Police and Security Service) in Cracow. These prisoners were given camp serial numbers 31 to 758. The transport included many healthy young men fit for military service, who had been caught trying to cross the Polish southern border in order to make their way to the Polish Armed Forces being formed in France. The organizers of this illegal emigration operation were also in this transport, along with resistance organizers, political and community activists, members of the Polish intelligentsia, Catholic priests, and Jews, arrested in the 'AB' (Außerordentliche Befriedungsaktion) operation organized by Hans Frank in the spring of 1940. At the same time, a further 100 SS men—officers and SS enlisted men—were sent to reinforce the camp garrison."[28]
  3. ^ Franciszek Piper writes that, according to post-war testimony from several inmates, as well as from Rudolf Höss (Auschwitz commandant from May 1940), the gas chamber at Auschwitz I could hold 1,000 people.[34]
  4. ^ Danuta Czech (Auschwitz 1940–1945, Volume V, Auschwitz-Birkenau State Museum, 2000): "February 15, 1942: "The first transport of Jews arrested by the Stapo (State Police) in Katowice and fated to die at Auschwitz arrived from Beuthen. They were unloaded at the ramp on the camp railroad siding and ordered to leave their baggage there. The camp SS flying squad received the Jews from the Stapo and led the victims to the gas chamber in the camp crematorium. There, they were killed with the use of Zyklon B gas."[39]
  5. ^ Mary Fulbrook (A Small Town Near Auschwitz: Ordinary Nazis and the Holocaust, Oxford University Press, 2012): "Gunter Faerber, for example, recalled the moment in February 1942 when the Jews of Beuthen (Bytom in Polish), where his grandmother lived, were brought through Bedzin on their way to Auschwitz. ... Two large army trucks of Jewish women from Beuthen were brought 'straight to the station, they were queuing at the station ... I was still given a chance to say goodbye because we knew already ... that the women of Beuthen are arriving' ... I went down to the station, I saw the long queue of women.' Faerber asked permission of a Gestapo guard to go up to his grandmother, who was with her sister, 'and I said goodbye, and that was the last I saw of them and the whole transport was moved out by train ...'"[41]
  6. ^ Danuta Czech (Auschwitz 1940–1945, Volume V, 2000): "March 26, 1942: Nine hundred ninety-nine Jewish women from Poprad in Slovakia arrived, and were assigned numbers 1000–1998. This was the first registered transport sent to Auschwitz by RSHA IV B4 (the Jewish Office, directed by SS-Obersturmbannführer Adolf Eichmann)."[46]
  7. ^ This was the third set of serial numbers started in the camp.[117]
  8. ^ Robert Jan van Pelt (The Case for Auschwitz, 2002): "This figure [1.1 million] has been endorsed by all serious, professional historians who have studied the complex history of Auschwitz in some detail, by the Holocaust research institute at Yad Vashem in Jerusalem, and by the United States Holocaust Memorial Museum in Washington, D.C."[228]

    Earlier estimates included Raul Hilberg's 1961 work, The Destruction of the European Jews, which estimated that up to one million Jews had died in the camp.[229] In 1983 French scholar George Wellers was one of the first to use German data on deportations to calculate the death toll; he arrived at a figure of 1,471,595 deaths, including 1.35 million Jews and 86,675 non-Jewish Poles.[230]

  9. ^ The escapees included 396 Polish men and 10 Polish women; 164 men from the Soviet Union (including 50 prisoners of war), and 15 women; 112 Jewish men and three Jewish women; 36 Romani/Sinti men and two women; 22 German men and nine women; 19 Czech men and four women; two Austrian men; one Yugoslav woman and one man; and 15 other men and one woman.[257]
  10. ^ In his testimony, according to Polish historian Aleksander Lasik, "Höss neither protected anyone nor evaded his own responsibility. His stance came as a surprise to many, especially those who viewed him as a bloodthirsty beast. Instead, he viewed his crimes in terms of the technical obstacles and challenges with which he had to cope. Höss stated that he led the killings in Auschwitz on express orders of Reichsführer Himmler."[303]
  11. ^ In The Drowned and the Saved (1986), Levi wrote that the concentration camps represented the epitome of the totalitarian system: "[N]ever has there existed a state that was really "totalitarian" ... Never has some form of reaction, a corrective of the total tyranny, been lacking, not even in the Third Reich or Stalin's Soviet Union: in both cases, public opinion, the magistrature, the foreign press, the churches, the feeling for justice and humanity that ten or twenty years of tyranny were not enough to eradicate, have to a greater or lesser extent acted as a brake. Only in the Lager [camp] was the restraint from below nonexistent, and the power of these small satraps absolute."[318]
  12. ^ Attendees included the president of the World Jewish Congress, Ronald Lauder, Polish president Bronisław Komorowski, French President François Hollande, German President Joachim Gauck, the film director Steven Spielberg, and King Willem-Alexander of the Netherlands.[340][341]

Citations

  1. ^ "The unloading ramps and selections". Auschwitz-Birkenau State. Archived from the original on 21 January 2019.
  2. ^ a b c Piper 2000b, p. 230.
  3. ^ "Auschwitz". encyclopedia.ushmm.org. Retrieved 2 July 2021. Auschwitz is the German name for the Polish city Oświęcim. Oświęcim is located in Poland, approximately 40 miles (about 64 km) west of Kraków. Germany annexed this area of Poland in 1939.
  4. ^ "Auschwitz I, Auschwitz II-Birkenau, Auschwitz III-Monowitz". Auschwitz-Birkenau State Museum. Archived from the original on 22 January 2019.
  5. ^ Dwork & van Pelt 2002, p. 166.
  6. ^ Auschwitz-Birkenau, Former German Nazi Concentration and Extermination Camp - Memorial and Museum. "Poles in Auschwitz". auschwitz.org. Retrieved 8 July 2021. The first transport of political prisoners to Auschwitz consisted almost exclusively of Poles. It was for them that the camp was founded, and the majority of prisoners were Polish for the first two years. They died of starvation, brutal mistreatment, beating, and sickness, and were executed and killed in the gas chambers.
  7. ^ a b c Piper 2000b, pp. 230–231; also see Piper 1998b, pp. 71–72.
  8. ^ a b Lasik 2000b, p. 116, n. 19.
  9. ^ Evans 2005, p. 7.
  10. ^ Browning 2004, p. 424.
  11. ^ Longerich 2010, pp. 32–35, 41.
  12. ^ Longerich 2010, pp. 38–39.
  13. ^ Longerich 2010, pp. 41, 67–69.
  14. ^ Longerich 2010, p. 60.
  15. ^ Browning 2004, pp. 24–26; Longerich 2010, p. 144.
  16. ^ Haar 2009, pp. 41–46.
  17. ^ Cesarani 2016, p. xxxiii.
  18. ^ Piper 2000b, p. 117.
  19. ^ Matthäus 2004, p. 244.
  20. ^ Gerlach 2016, pp. 84–85.
  21. ^ "Killing Centers: An Overview". Holocaust Encyclopedia. United States Holocaust Memorial Museum. Archived from the original on 14 September 2017.
  22. ^ a b Dwork & van Pelt 2002, p. 362.
  23. ^ Piper 2000a, pp. 52–53; Dwork & van Pelt 2002, p. 166.
  24. ^ a b c Gutman 1998, p. 16.
  25. ^ Piper 2000a, pp. 52–53; also see Iwaszko 2000b, p. 51; Dwork & van Pelt 2002, p. 166
  26. ^ Iwaszko 2000a, p. 15.
  27. ^ Czech 2000, p. 121; for serial number 1, Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 65.
  28. ^ Czech 2000, pp. 121–122.
  29. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 71.
  30. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, pp. 72–73.
  31. ^ a b Dwork & van Pelt 2002, p. 364.
  32. ^ Piper 2000b, p. 121.
  33. ^ Piper 2000b, pp. 121, 133; Piper 1998c, pp. 158–159.
  34. ^ a b c d Piper 2000b, p. 128.
  35. ^ Dwork & van Pelt 2002, p. 292; Piper 1998c, pp. 157–158; Piper 2000b, p. 117.
  36. ^ Czech 2000, p. 142; Świebocki 2002, pp. 126–127, n. 50.
  37. ^ Piper 2000a, p. 61.
  38. ^ Höss 2003, p. 148.
  39. ^ a b Czech 2000, p. 142.
  40. ^ van Pelt 1998, p. 145; Piper 2000a, p. 61; Steinbacher 2005, p. 107; "Anniversary of the First Transport of Polish Jews to Auschwitz". Auschwitz-Birkenau State Museum, 13 February 2006.
  41. ^ Fulbrook 2012, pp. 220–221, 396, n. 49.
  42. ^ Friedländer 2007, p. 359.
  43. ^ Browning 2004, p. 357.
  44. ^ Wachsmann 2015, p. 707.
  45. ^ a b Czech 2000, p. 143.
  46. ^ a b c d e Czech 2000, p. 144.
  47. ^ Piper 2000a, p. 62.
  48. ^ a b Piper 2000b, p. 133, n. 419.
  49. ^ a b Müller 1999, p. 31; Piper 2000b, p. 133.
  50. ^ Piper 2000b, p. 132, for more on the corpses, p. 140; for 400 prisoners and over 107,000 corpses, see Czech 2000, p. 165.
  51. ^ a b Piper 2000b, p. 144.
  52. ^ Hayes 2003, p. 335.
  53. ^ Piper 2000b, pp. 144, 155 for Kriegsgefangenenlager.
  54. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, pp. 80–83.
  55. ^ van Pelt 1998, pp. 118–119.
  56. ^ van Pelt 1998, pp. 122–123.
  57. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 87.
  58. ^ Czech 2000, pp. 138–139.
  59. ^ Steinbacher 2005, p. 94.
  60. ^ Piper 2000b, pp. 134–136; also see Piper 1998c, p. 161.
  61. ^ Pressac & van Pelt 1998, pp. 214–215; also see Piper 2000b, p. 138.
  62. ^ Piper 2000b, p. 143.
  63. ^ Piper 2000b, pp. 165–166.
  64. ^ Piper 2000b, p. 159.
  65. ^ Piper 2000b, p. 164.
  66. ^ Steinbacher 2005, p. 45.
  67. ^ Hilberg 1998, pp. 81–82.
  68. ^ Steinbacher 2005, p. 49.
  69. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 108; for "IG-Auschwitz", see Hayes 2001, p. xii.
  70. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 108.
  71. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, pp. 109–110.
  72. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, pp. 111–112.
  73. ^ Lasik 2000a, pp. 151–152.
  74. ^ Steinbacher 2005, p. 53.
  75. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 112.
  76. ^ Hayes 2001, p. 353.
  77. ^ Hayes 2001, p. 359.
  78. ^ Krakowski 1998, p. 57.
  79. ^ Hayes 2001, p. 364.
  80. ^ Steinbacher 2005, pp. 52, 56.
  81. ^ Hayes 2001, p. 367; Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 115; that when the camp was evacuated, 9,054 of the 9,792 inmates were Jews, see Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 113.
  82. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 115.
  83. ^ Steinbacher 2005, p. 57.
  84. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, pp. 103–104.
  85. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, pp. 103, 119; Gutman 1998, p. 17.
  86. ^ Gutman 1998, p. 18; Piper 1998a, p. 45; Steinbacher 2005, p. 58.
  87. ^ Gutman 1998, pp. 17–18.
  88. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 106; Kubica 2009, pp. 233–234.

    Also see "The Budy Massacre—A grim anniversary". Auschwitz-Birkenau State Museum, 10 October 2007.

  89. ^ Dunin-Wasowicz 1984, p. 139.
  90. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 104.
  91. ^ Wilkinson, Alec (17 March 2008). "Picturing Auschwitz". The New Yorker. Archived from the original on 8 December 2012. Retrieved 3 January 2020.
  92. ^ Lasik 1998b, p. 288; Lasik 2000b, p. 154.
  93. ^ a b c d e Lasik 2000a, p. 154.
  94. ^ Harding 2013, p. 100.
  95. ^ Lasik 1998b, pp. 294–295.
  96. ^ Lasik 2000a, pp. 153–157.
  97. ^ Lasik 2000b, p. 314.
  98. ^ Lasik 1998a, p. 282.
  99. ^ Lasik 2000b, p. 299.
  100. ^ Lasik 1998a, p. 274.
  101. ^ Lasik 2000b, pp. 323–324.
  102. ^ Lasik 1998a, p. 273.
  103. ^ Lasik 1998a, pp. 272–273.
  104. ^ Lasik 1998a, p. 285.
  105. ^ a b Strzelecka 2000a, p. 49.
  106. ^ Steinbacher 2005, pp. 35–36.
  107. ^ Wittmann 2003, pp. 519–520.
  108. ^ Piper 2000b, p. 180.
  109. ^ Piper 2000b, pp. 180–181, 184.
  110. ^ Piper 2000b, pp. 170–171.
  111. ^ Piper 2000b, p. 189.
  112. ^ Piper 2000b, pp. 190–191.
  113. ^ Piper 2000b, pp. 180–181.
  114. ^ Piper 2000b, pp. 188–189.
  115. ^ Steinbacher 2005, pp. 90–91.
  116. ^ Gutman 1998, p. 20.
  117. ^ a b "Tattoos and Numbers: The System of Identifying Prisoners at Auschwitz". United States Holocaust Memorial Museum.
  118. ^ "System of triangles". Auschwitz-Birkenau State Museum. Archived from the original on 5 July 2018.
  119. ^ "Persecution of Homosexuals in the Third Reich". United States Holocaust Memorial Museum.
  120. ^ Steinbacher 2005, pp. 31–32.
  121. ^ a b c "An Original German Train Car at the Birkenau Ramp". Auschwitz-Birkenau State Museum. 14 October 2009. Archived from the original on 25 January 2019.
  122. ^ a b Iwaszko 2000a, p. 17.
  123. ^ Piper 1998c, p. 162.
  124. ^ a b Longerich 2010, p. 408.
  125. ^ Strzelecka 2000b, pp. 65–66.
  126. ^ Iwaszko 2000b, p. 56.
  127. ^ Levi 2001, p. 45.
  128. ^ Iwaszko 2000b, p. 60.
  129. ^ Strzelecka 2000b, p. 66.
  130. ^ Steinbacher 2005, p. 33.
  131. ^ "Life in the camp: living conditions". Auschwitz-Birkenau State Museum. Archived from the original on 19 March 2016. Retrieved 3 January 2020.
  132. ^ Strzelecka 2000b, p. 67.
  133. ^ Steinbacher 2005, p. 33; Gutman 1998, pp. 20–21.
  134. ^ Iwaszko 2000b, pp. 60–61.
  135. ^ Strzelecka 2000b, pp. 68–69.
  136. ^ Strzelecka 2000b, p. 69.
  137. ^ Gutman 1998, p. 21; Iwaszko 2000b, p. 55; for the floor, see Strzelecka 2000b, p. 70.
  138. ^ Iwaszko 2000b, p. 55.
  139. ^ Nyiszli 2011, p. 25.
  140. ^ Gutman 1998, p. 21.
  141. ^ Steinbacher 2005, p. 34.
  142. ^ Rosen 2014, p. 18.
  143. ^ a b Strzelecka 2000c, p. 171.
  144. ^ a b Czech 2000, pp. 143–144.
  145. ^ Strzelecka 2000c, p. 177.
  146. ^ Stangneth 2014, p. 22.
  147. ^ Strzelecka 2000c, p. 172.
  148. ^ Czech 2000, p. 155.
  149. ^ Strzelecka 2000c, pp. 172–173.
  150. ^ a b c Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 88.
  151. ^ Strzelecka 2000c, p. 174.
  152. ^ Perl 1948, pp. 32–33; van Pelt 1998, p. 133.
  153. ^ Strzelecka 2000c, p. 176.
  154. ^ Steinbacher 2005, pp. 114–115.
  155. ^ Strzelecka 2000d, p. 362.
  156. ^ a b Kubica 1998, p. 319; Czech 2000, p. 178.
  157. ^ Kubica 1998, pp. 320–323.
  158. ^ a b Kubica 1998, p. 325.
  159. ^ Friedländer 2007, p. 505.
  160. ^ Kubica 1998, pp. 323–324.
  161. ^ Kater 2000, pp. 124–125.
  162. ^ Spitz 2005, pp. 232–234.
  163. ^ Mehring 2015, pp. 161–163.
  164. ^ Strzelecka 2000d, pp. 371–372.
  165. ^ a b Strzelecka 2000e, pp. 373–376.
  166. ^ Strzelecka 2000e, pp. 384–385.
  167. ^ Strzelecka 2000e, p. 389.
  168. ^ Strzelecka 2000e, p. 381.
  169. ^ Strzelecka 2000e, pp. 382, 384.
  170. ^ a b Piper 2000b, p. 77.
  171. ^ a b Piper 2000b, p. 79.
  172. ^ Czech 2000, p. 139.
  173. ^ Piper 2000b, p. 102.
  174. ^ Piper 2000b, p. 87.
  175. ^ Piper 2000b, p. 89.
  176. ^ Piper 2000b, pp. 89–90.
  177. ^ "Romani children in an orphanage in Germany". United States Holocaust Memorial Museum.
  178. ^ Bauer 1998, pp. 447–448.
  179. ^ a b Bauer 1998, p. 448.
  180. ^ Piper 2000b, p. 55, note 145.
  181. ^ Bauer 1998, pp. 449–450.
  182. ^ a b c Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 96.
  183. ^ Czech 2000, p. 185.
  184. ^ a b Keren 1998, p. 429.
  185. ^ Keren 1998, p. 428.
  186. ^ Czech 2000, pp. 190–191.
  187. ^ Czech 2000, p. 194.
  188. ^ Keren 1998, p. 439.
  189. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, p. 97.
  190. ^ Fleming 2014, pp. 231–232.
  191. ^ Fleming 2014, p. 215.
  192. ^ Czech 2000, p. 203.
  193. ^ Dwork & van Pelt 2002, p. 363.
  194. ^ Piper 1998c, pp. 157–159.
  195. ^ Piper 1998c, pp. 159–160.
  196. ^ "Jewish women and children who have been selected for death, walk in a line towards the gas chambers". United States Holocaust Memorial Museum.
  197. ^ Piper 1998c, pp. 161–162.
  198. ^ a b Piper 1998c, p. 174.
  199. ^ Piper 1998c, p. 175.
  200. ^ Piper 2000b, pp. 12–13; Browning 2004, p. 421.
  201. ^ Longerich 2010, p. 407.
  202. ^ a b Dwork & van Pelt 2002, p. 338.
  203. ^ Dwork & van Pelt 2002, pp. 341–343.
  204. ^ Piper 2000b, p. 227.
  205. ^ Piper 2000b, p. 229.
  206. ^ Piper 2000b, p. 103ff.
  207. ^ Piper 2000b, pp. 109–110.
  208. ^ Piper 2000b, p. 111.
  209. ^ Piper 1998c, pp. 162, 169.
  210. ^ Strzelecka & Setkiewicz 2000, pp. 97–98.
  211. ^ Baxter 2017, p. 241.
  212. ^ Piper 1998c, pp. 166, 168.
  213. ^ Piper 2000b, p. 169, n. 489.
  214. ^ Piper 2000b, p. 169, n. 490.
  215. ^ Piper 2000b, p. 169.
  216. ^ Piper 1998c, p. 162; also see Piper 2000b, p. 170.
  217. ^ a b Piper 2000b, p. 170.
  218. ^ Cohen 1998, pp. 529, 531.
  219. ^ Langfus 2000, p. 357.
  220. ^ a b Strzelecki 2000b, p. 408.
  221. ^ a b c Strzelecki 2000b, p. 409.
  222. ^ Strzelecki 2000b, p. 411.
  223. ^ a b Piper 2000b, p. 171.
  224. ^ a b Strzelecki 2000b, p. 400.
  225. ^ Strzelecki 2000b, p. 406.
  226. ^ Piper 1998c, p. 171.
  227. ^ Piper 1991, pp. 49–103; van Pelt 2016, p. 109; also see Stets, Dan (7 May 1992). "Fixing the numbers at Auschwitz". Chicago Tribune.
  228. ^ van Pelt 2016, p. 109.
  229. ^ Hilberg 1961, p. 958; also see Piper 2000b, p. 214.
  230. ^ Piper 1998b, p. 67; Piper 2000b, p. 214.
  231. ^ Höss 2003, p. 188; also see Friedländer 2007, p. 404.
  232. ^ Piper 2000b, pp. 210–213.
  233. ^ The International Military Tribunal, Nuremberg 1946, p. 415.
  234. ^ The International Military Tribunal, Nuremberg 1946, p. 397.
  235. ^ Höss 2003, p. 193.
  236. ^ Höss 2003, p. 194.
  237. ^ a b Snyder 2010, p. 383.
  238. ^ "Ethnic origins and number of victims of Auschwitz". Auschwitz-Birkenau State Museum. Archived from the original on 2 February 2019.
  239. ^ Snyder 2010, p. 275.
  240. ^ "Jehovah's Witnesses". Auschwitz-Birkenau State Museum.
  241. ^ Fleming 2014, p. 194; Zarembina & Harriman 1944.
  242. ^ Krahelska 1985.
  243. ^ a b c Fleming 2014, p. 131.
  244. ^ a b Czech 2000, p. 177.
  245. ^ a b Bartrop 2016, p. 210.
  246. ^ Świebocki 2000, pp. 68–69, n. 115.
  247. ^ Fleming 2014, pp. 131–132.
  248. ^ Fleming 2014, p. 132.
  249. ^ Fleming 2014, p. 133.
  250. ^ Steinbacher 2005, p. 116.
  251. ^ Fleming 2014, p. 135.
  252. ^ Mais, Engel & Fogelman 2007, p. 73.
  253. ^ Nyiszli 2011, p. 124.
  254. ^ Didi-Huberman 2008, p. 16.
  255. ^ Fleming 2016, pp. 63–65.
  256. ^ For Wiejowski, Świebocki 2000, p. 194; for the rest, pp. 232–233.
  257. ^ a b Świebocki 2000, p. 233.
  258. ^ Świebocki 2000, p. 192.
  259. ^ Czech 2000, p. 150; also see Khaleeli, Homa (11 April 2011). "I escaped from Auschwitz". The Guardian.
  260. ^ Świebocki 2000, pp. 203–204.
  261. ^ Świebocki 2002, p. 12–13, 23.
  262. ^ Szabó 2011, p. 94; Fleming 2014, p. 230.
  263. ^ Świebocki 2002, p. 58; The Extermination Camps of Auschwitz (Oświęcim) and Birkenau in Upper Silesia. War Refugee Board. 26 November 1944.
  264. ^ a b Biddle 2000, p. 36.
  265. ^ Westermann 2004, p. 197.
  266. ^ Kitchens 2000, pp. 80–81.
  267. ^ Neufeld 2000, pp. 1–2.
  268. ^ Neufeld 2000, pp. 4–5, 9–10.
  269. ^ Gradowski 1989, p. 548.
  270. ^ Piper 2000b, pp. 181–187.
  271. ^ Friedländer 2007, p. 581; Müller 1999, pp. 153–154.
  272. ^ Müller 1999, pp. 155–156; for three killed SS men, see Greif 2005, p. 43.
  273. ^ Greif 2005, p. 44.
  274. ^ Greif 2005, p. 44; also see Piper 2000b, p. 187.
  275. ^ Strzelecki 2000a, p. 54.
  276. ^ Gradowski 1989; Gradowski 2017; "'From the Heart of Hell'. Publication with manuscripts of Załmen Gradowski, a member of Sonderkommando at Auschwitz". Auschwitz-Birkenau State Museum, 27 February 2018.
  277. ^ Steinbacher 2005, p. 109; Evans 2008, p. 655.
  278. ^ Piper 2000b, p. 173; Cesarani 2016, p. 747.
  279. ^ Piper 2000b, pp. 173–174.
  280. ^ Czech 2000, p. 227.
  281. ^ a b Strzelecki 2000a, p. 30.
  282. ^ Friedländer 2007, p. 648.
  283. ^ Strzelecki 2000a, pp. 41–42.
  284. ^ Strzelecki 2000a, pp. 27, 36: for "an estimated two-thirds were Jews", see Longerich 2010, p. 415.
  285. ^ Strzelecki 2000a, pp. 27, 29.
  286. ^ Longerich 2010, p. 415.
  287. ^ Wachsmann 2015, pp. 335, 597–598.
  288. ^ Strzelecki 2000a, p. 44; Piper 2000b, p. 174.
  289. ^ Czech 2000, p. 230.
  290. ^ Strzelecki 2000a, pp. 47–48.
  291. ^ a b Stone 2015, p. 45.
  292. ^ Strzelecki 2000b, p. 410.
  293. ^ Levi 2001, p. 187.
  294. ^ Levi 2001, p. 188.
  295. ^ Strzelecki 2000a, p. 48.
  296. ^ Strzelecki 2000a, pp. 49–50; also see "First help". Auschwitz-Birkenau State Museum.
  297. ^ Stone 2015, p. 46.
  298. ^ Rees 2005, p. 262.
  299. ^ Wachsmann 2015, p. 10.
  300. ^ Lasik 2000b, pp. 108, 113.
  301. ^ Lasik 2000b, p. 110.
  302. ^ Lasik 1998b, p. 296; for "Franz Lang" and Flensburg, see Höss 2003, p. 173; for Höss's testimony, see The International Military Tribunal, Nuremberg 1946, p. 396ff.
  303. ^ a b Lasik 1998b, p. 296.
  304. ^ Höss 2003, Publisher's Note.
  305. ^ Lasik 1998b, pp. 296–297; Lasik 2000a, pp. 296–297.
  306. ^ Steinbacher 2005, pp. 138–139.
  307. ^ Steinbacher 2005, p. 140.
  308. ^ Evans 2008, p. 744.
  309. ^ Wittmann 2005, p. 3.
  310. ^ Snyder 2010, pp. 382–383.
  311. ^ "General Assembly designates International Holocaust Remembrance Day". UN News. 1 November 2005. Archived from the original on 5 September 2018.
  312. ^ Butturini, Paula (15 November 1989). "Kohl visits Auschwitz, vows no repetition of 'unspeakable harm'". Chicago Tribune. Archived from the original on 20 July 2019.
  313. ^ Kinzer, Stephen (28 January 1995). "Germans Reflect on Meaning of Auschwitz". The New York Times. Archived from the original on 10 April 2019.
  314. ^ Halbfinger, David M. (22 January 2020). "World Leaders, Gathering to Mark Holocaust, Are Urged to Fight 'Deadly Cancer'". The New York Times.
  315. ^ Holmes, Oliver (22 January 2020). "Jerusalem hosts largest-ever political gathering for Holocaust forum". The Guardian.
  316. ^ "Auschwitz 75 years on: Holocaust Day prompts new anti-Semitism warnings". BBC News, 27 January 2020.
  317. ^ Simpson, Mona (June 2007). "If This Is a Man". The Atlantic.
  318. ^ Levi 2017, pp. 35–36.
  319. ^ Norwegian Nobel Committee 1986.
  320. ^ "Simone Veil: Holocaust survivor and first female President of the European Parliament (1927‑2017)". European Commission.
  321. ^ Espín 2008; for Kolbe, see p. 139.
  322. ^ "Auschwitz-Birkenau: 4 out of 10 German students don't know what it was". Deutsche Welle. 28 September 2017. Archived from the original on 28 September 2017.
  323. ^ Posener, Alan (9 April 2018). "German TV Is Sanitizing History". Foreign Policy.
  324. ^ "New Survey by Claims Conference Finds Significant Lack of Holocaust Knowledge in the United States". Claims Conference. 2018. Archived from the original on 12 April 2018.

    Astor, Maggie (12 April 2018). "Holocaust Is Fading From Memory, Survey Finds". The New York Times. Archived from the original on 18 April 2018.

  325. ^ Greene, Richard Allen (November 2018). "CNN poll reveals depth of anti-Semitism in Europe". CNN. Archived from the original on 27 November 2018.
  326. ^ Dwork & van Pelt 2002, p. 364; Steinbacher 2005, p. 132.
  327. ^ Dwork & van Pelt 2002, p. 364ff.
  328. ^ Permanent exhibition – Auschwitz I.
  329. ^ UNESCO, World Heritage List.
  330. ^ Curry, Andrew (February 2010). "Can Auschwitz Be Saved?". Smithsonian.
  331. ^ "Auschwitz museum plans traveling exhibition". Deutsche Welle. 27 July 2017.
  332. ^ Carroll 2002.
  333. ^ Berger 2017, p. 165.
  334. ^ Dwork & van Pelt 2002, pp. 369–370.
  335. ^ Carroll 2002; Berger 2017, p. 166.
  336. ^ "Rabbi unhappy at Auschwitz cross decision". BBC News. 27 August 1998.
  337. ^ Berger 2017, p. 166.
  338. ^ Berger 2017, p. 167.
  339. ^ Barkat, Amiram, and agencies (4 September 2003). "IAF Pilots Perform Fly-over at Auschwitz Death Camp". Haaretz. Archived from the original on 19 June 2018.
  340. ^ a b BBC News 2015a.
  341. ^ Connolly, Kate (27 January 2015). "Auschwitz liberation ceremony will be the last for many survivors present". The Guardian.
  342. ^ BBC 2016.
  343. ^ "Court fines UK teens for stealing from Auschwitz". The Jewish News. Jewish Telegraphic Agency. 30 March 2017.
  344. ^ Paterson, Tom (31 December 2010). "Former neo-Nazi jailed for Auschwitz sign theft". The Independent.
  345. ^ Henley, Jen (1 February 2018). "Poland provokes Israeli anger with Holocaust speech law". The Guardian.
  346. ^ Davies, Christian (7 May 2018). "Poland's Holocaust law triggers tide of abuse against Auschwitz museum". The Guardian.
  347. ^ Davies, Christian (27 June 2018). "Poland makes partial U-turn on Holocaust law after Israel row". The Guardian.

Works cited

Further reading

External links