L'antisémitisme en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Antisémitisme (également orthographié antisémitisme) - les préjugés , la haine ou la discrimination à l' encontre des Juifs ont connu une longue histoire d'expression depuis l'époque des civilisations anciennes, la plupart ayant pour origine les civilisations chrétiennes et préchrétiennes d' Europe .

Bien qu'il ait été cité comme s'étant exprimé dans les centres intellectuels et politiques de la Grèce antique et de l' Empire romain , le phénomène a reçu une plus grande institutionnalisation au sein du christianisme européen suite à la dissolution de l'ancien centre de la culture juive, Jérusalem , entraînant la ségrégation forcée des les populations juives et les restrictions à leur participation à la vie publique de la société européenne parfois.

Au XXe siècle, l'antisémitisme en Europe, en particulier sous le règne de l'Allemagne nazie , a abouti à l'Holocauste , un programme de meurtres systématiques et de dislocation de la majorité de la population juive d'Europe.

Empire romain

Moyen Âge

Une peinture dans l'église Holy Trinity à Loddon, Norfolk représentant le premier cas connu de diffamation du sang datant de 1144.

L'antisémitisme en Europe au Moyen Âge était largement influencé par la croyance chrétienne selon laquelle le peuple juif était collectivement responsable de la mort de Jésus, à travers la soi-disant malédiction du sang de Ponce Pilate dans les Évangiles.

Les persécutions contre les Juifs se sont généralisées pendant les croisades , à partir de 1095, quand un certain nombre de communautés, notamment sur le Rhin et le Danube, ont été massacrées.

À de nombreuses reprises, les Juifs ont été accusés du meurtre rituel d'enfants chrétiens dans ce qu'on appelait des diffamations de sang . La première diffamation de sang connue était l'histoire de Guillaume de Norwich (mort en 1144), dont le meurtre a déclenché des accusations de meurtre rituel et de torture par les Juifs locaux. [1]

La peste noire qui a dévasté l'Europe au 14ème siècle a également donné lieu à une persécution généralisée. Face à la terrifiante propagation de la peste, les juifs servent de boucs émissaires et sont accusés d' empoisonner les puits . En conséquence, de nombreuses communautés juives d'Europe occidentale et centrale ont été détruites dans une vague de violence entre 1348 et 1350. [2] [3] Par exemple, quelque deux mille Juifs ont été massacrés par incendie à Strasbourg, en février 1349 , sur un décision du conseil municipal, avant que la peste n'atteigne la ville. [4] [5] Dans les États allemands, un total d'environ 300 communautés juives ont été détruites pendant cette période, à cause des Juifs tués ou chassés.[6]

Un autre aspect de l'antisémitisme médiéval était les nombreuses restrictions imposées aux Juifs. Ils ont été exclus de nombreuses professions par peur de la concurrence avec la population locale. Pour la plupart, ils ne pouvaient pas posséder de terre, puisque, sous le régime féodal , le gage de loyauté exigé d'un vassal lors de l' inféodation d'une terre avait la forme d'un serment chrétien ; cependant, il y avait des exceptions. [7] [8] Leur résidence dans les villes était souvent limitée à des zones spécifiques connues sous le nom de ghettos. À la suite du quatrième concile du Latran , en 1215, les Juifs reçurent également l'ordre de porter des vêtements distinctifs, [9] [10] dans certains cas, un insigne circulaire. [11]Certains Juifs ont réussi à se soustraire à l'exigence humiliante du port d'un badge en soudoyant les autorités locales. [12]

À la fin du Moyen Âge, les Juifs ont été expulsés de régions plus petites et plus grandes à travers l'Europe occidentale ainsi que des terres allemandes, y compris des expulsions à l'échelle de la monarchie d' Angleterre, en 1290 , et de France, en 1306 et 1394 . [13] Les plus grandes expulsions de Juifs ont eu lieu en Espagne (1492) et au Portugal (1496), où les Juifs ont reçu l'ordre de se convertir au christianisme ou de quitter le pays dans les six ou onze mois, respectivement. [14]

La Réforme protestante a vu une montée de l'antisémitisme avec Martin Luther sur les Juifs et leurs mensonges . Martin Luther et l'antisémitisme ont prouvé que l'église protestante serait virulente envers les juifs.

XVIe au XVIIIe siècles

La Renaissance , les Lumières et les époques impérialistes ont conduit à une série d'expressions de plus en plus xénophobes et non religieuses de phobies et d'attentats antisémites, alors même qu'une grande partie du continent avait connu une réforme politique importante. [15] [ meilleure source nécessaire ]

En Europe occidentale, les Juifs étaient largement limités par les monarques locaux, notamment en raison de la peur croissante de la concurrence avec les marchands locaux en raison du fait que la principale occupation des Juifs était le commerce et la banque. Des exemples notables sont la limitation du nombre de Juifs autorisés à s'installer à Breslau émise par Frédéric II de Prusse en 1744 et le bannissement des Juifs de Bohême par l'archiduchesse d'Autriche Marie-Thérèse, qui déclara plus tard également que les Juifs devaient payer pour rester à Breslau. le pays. [ citation nécessaire ]

Avec le développement du système bancaire et le besoin des dirigeants de financer leur appareil d'État en pleine croissance, le terme « juif de cour » [ citation nécessaire ] a été utilisé dans certains États d'Europe occidentale. Les Juifs de la cour étaient des hommes d'affaires et des banquiers qui recevaient des privilèges du souverain et servaient de trésoriers et de collecteurs d'impôts. [ citation nécessaire ]

Dans de nombreux cas, les Juifs de cour ont obtenu un pouvoir important en tant que «bras droit» du souverain; dans d'autres cas, les Juifs de cour ont été blâmés pour les problèmes financiers des États ou lorsque le souverain a perdu son pouvoir. Un juif de cour notable était Joseph Süß Oppenheimer (1698-1738) le planificateur financier du duc Karl Alexander de Wurtemberg à Stuttgart. Oppenheimer a été exécuté après la mort du duc et son histoire a été utilisée par la propagande nazie. [16]

La majeure partie de la population juive d'Europe était concentrée en Europe centrale et orientale à l'intérieur des frontières du Commonwealth polono-lituanien . Les Juifs de Pologne avaient obtenu un degré sans précédent d'autonomie religieuse et culturelle depuis le statut de Kalisz en 1264, qui a été ratifié par les rois de Pologne et du Commonwealth qui ont suivi. Néanmoins, le soulèvement cosaque de Bohdan Khmelnytskyen Ukraine sous contrôle polonais (1648) a dévasté de nombreuses communautés juives et des dizaines de milliers de Juifs ont été massacrés, expulsés ou vendus comme esclaves par les alliés tartares de Khmelnitski. Entre 1648 et 1656, des dizaines de milliers de Juifs - faute de données fiables, il est impossible d'établir des chiffres plus précis - ont été tués par les rebelles, et à ce jour le soulèvement de Khmelnytsky est considéré par les Juifs comme l'un des plus événements traumatisants de leur histoire. [17]

Suite aux partitions de la Pologne par la Russie, la Prusse et l'Autriche à la fin du XVIIIe siècle, la plupart des Juifs polonais se sont retrouvés sous la domination russe. Afin d'empêcher les Juifs de se répandre dans tout l'Empire russe et de protéger les marchands russes de la concurrence, la Pale of Settlement a été créée en 1772 par l'impératrice de Russie Catherine II , limitant les Juifs aux parties occidentales de l'empire à l'exception d'un nombre de Juifs qui ont reçu l'autorisation de vivre dans les grandes villes, comme Kiev et Moscou. [ citation nécessaire ]

XIXe et début du XXe siècle

Des agitateurs antisémites à Paris brûlent une effigie de Mathieu Dreyfus lors de l' affaire Dreyfus
Photo censée montrer les victimes, pour la plupart des enfants juifs, d'un pogrom de 1905 à Yekaterinoslav (l'actuel Dnipro ).

À la fin du XIXe siècle, un nouveau type d'antisémitisme a commencé à se développer en Europe, l'antisémitisme racial . [18] Cela a commencé dans le cadre d'une vision du monde raciste plus large et d'une croyance en la supériorité de la "race blanche" sur les autres "races", tandis que les préjugés existants étaient soutenus par des théories pseudo-scientifiques telles que le darwinisme social . [19]

L'idée principale de l'antisémitisme racial, telle que présentée par des théoriciens raciaux tels que Joseph Arthur de Gobineau , est que les Juifs sont une race distincte et inférieure par rapport aux nations européennes. L'accent était mis sur l'origine et la culture non européennes des Juifs, ce qui signifie qu'ils étaient irrécupérables même s'ils se convertissaient au christianisme . Cet antisémitisme moderne mettait l'accent sur la haine des Juifs en tant que race et pas seulement en raison de leur religion juive.

La montée de l'antisémitisme moderne ainsi que la montée du nationalisme et de l'État-nation ont entraîné une vague d'antisémitisme alors que les Juifs luttaient pour obtenir leurs droits en tant que citoyens égaux. En Allemagne, cela a provoqué les émeutes Hep-Hep en 1819 lorsque les Juifs de Bavière ont été attaqués pour avoir revendiqué leurs droits civiques.

L'un des exemples les plus célèbres du XIXe siècle est l' affaire Dreyfus , [20] [21] lorsqu'un officier français d'origine juive, Alfred Dreyfus , est accusé de haute trahison en 1894. Le procès déclenche une vague d'antisémitisme en France : finalement Dreyfus a été déclaré innocent des accusations en 1906. L'affaire a grandement inspiré Theodor Herzl .

En Europe de l'Est, l'antisémitisme religieux est resté influent car la révolution industrielle a moins touché ces régions. Au cours du 19ème siècle et au début du 20ème siècle, un certain nombre de pogroms se sont produits en Russie, déclenchés par diverses variables telles que les mouvements politiques antisémites, l' assassinat du tsar Alexandre II en 1881 et les diffamations sanglantes [22] [23] sur le meurtre de Juifs . enfants chrétiens. La diffamation de sang la plus célèbre était le procès Beilis [24] [25] qui a eu lieu à Kiev en 1903 lorsqu'un juif local a été déclaré innocent des accusations d'avoir tué un garçon chrétien.

Un autre exemple d'antisémitisme moderne en Europe était la théorie du complot de la domination économique mondiale juive, telle que présentée dans le canular Les Protocoles des Sages de Sion [26] [27] qui a été publié pour la première fois en Russie en 1903 et est devenu connu en dehors de la Russie après le Révolution russe de 1917 . Cette théorie a été renforcée par le rôle prépondérant que des Juifs comme la famille Rothschild ont joué dans le système bancaire européen.

Les pogroms de 1881 et après la première révolution russe de 1905 ont coûté la vie à des milliers de Juifs et plus d'un million ont migré vers l'Amérique. La deuxième révolution russe et la guerre civile qui a suivi ont déclenché une nouvelle vague de pogroms contre les Juifs alors que les milices nationalistes et les armées régulières se disputaient le contrôle du pays. Les victimes des pogroms ont été estimées à des dizaines de milliers de morts. [28]

L'Holocauste

Un chariot empilé de cadavres à l'extérieur du crématorium dans le camp de concentration de Buchenwald nouvellement libéré , 1945

L'Holocauste a été l'un des événements les plus significatifs de l' histoire juive moderne et l'un des plus grands génocides de l'histoire du monde . Environ six millions de Juifs ont été assassinés par les nazis, ce qui représente environ 2/3 de tous les Juifs européens.

Au début du XXe siècle, les Juifs d'Allemagne étaient les Juifs les plus intégrés d'Europe. Leur situation a changé au début des années 1930 après la défaite allemande lors de la Première Guerre mondiale et la crise économique de 1929 , qui a entraîné la montée des nazis et leur programme explicitement antisémite. Les discours de haine qui qualifiaient les citoyens juifs de "sales juifs" sont devenus courants dans les pamphlets et journaux antisémites tels que le Völkischer Beobachter [29] et Der Stürmer [30] De plus, les Juifs ont été accusés d'avoir causé la défaite de l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale ( voir Dolchstosslegende ).

Le programme antisémite nazi s'est rapidement étendu au-delà du simple discours. À partir de 1933, des lois répressives ont été adoptées contre les Juifs, aboutissant aux lois de Nuremberg de 1935 qui supprimaient la plupart des droits de citoyenneté des Juifs, en utilisant une définition raciale basée sur l'ascendance plutôt qu'une définition basée sur la religion . La violence sporadique contre les Juifs s'est généralisée lors des émeutes de la Nuit de cristal en 1938, qui ont ciblé les maisons, les entreprises et les lieux de culte juifs, tuant quatre-vingt-onze personnes à travers l' Allemagne et l'Autriche .

Avec l'invasion nazie de la Pologne en 1939 et le début de la Seconde Guerre mondiale , les nazis ont commencé l'extermination des Juifs en Europe. Les Juifs ont été concentrés dans des ghettos et plus tard, ils ont été envoyés dans des camps de concentration et de la mort où ils ont été immédiatement ou finalement assassinés. Dans les territoires occupés de l'URSS, des Juifs sont assassinés par des escadrons de la mort , parfois avec l'aide d' unités recrutées localement . Cette pratique a ensuite été remplacée par le gazage des Juifs dans les camps de la mort ; le plus grand d'entre eux était Auschwitz .

Après 1945

Avec la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, les Juifs survivants ont commencé à rentrer chez eux, bien que beaucoup aient choisi d'émigrer aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Palestine sous contrôle britannique. Dans une certaine mesure, l'antisémitisme du régime nazi s'est poursuivi sous différentes formes. Les allégations de diffamation de sang et de persécution des Juifs se sont poursuivies, en partie à cause de la crainte que les Juifs de retour ne tentent de récupérer les biens volés pendant l'Holocauste ou de dénoncer l'aide apportée par des éléments de la population locale dans les territoires précédemment occupés par les nazis. Un exemple était le pogrom de Kielce , qui s'est produit en 1946 en Pologne lorsque des citoyens ont violemment attaqué des Juifs sur la base d'une fausse accusation d'enlèvement d'un enfant chrétien.

La période d'après-guerre a également vu une augmentation des persécutions antisémites en URSS. En 1948, Staline lance la campagne contre les « cosmopolites sans racines » au cours de laquelle de nombreux poètes, écrivains, peintres et sculpteurs de langue yiddish sont tués ou arrêtés. Cela a abouti au complot des médecins , publié entre 1952 et 1953, au cours duquel un certain nombre de médecins juifs ont été arrêtés et accusés d'avoir tenté d'assassiner les principaux dirigeants du parti. L'historien moderne Edvard Radzinsky a également suggéré que Staline prévoyait de déporter la population juive de l'URSS vers l'exil au Kazakhstan ou en Sibérie. [31]

XXIe siècle

L'antisémitisme a considérablement augmenté en Europe depuis 2000, avec une augmentation des attaques verbales et du vandalisme tels que les graffitis, les attentats à la bombe contre les écoles juives et la profanation des synagogues et des cimetières. Ces incidents ont eu lieu non seulement en France et en Allemagne , où les incidents antisémites sont les plus élevés d'Europe, mais aussi en Belgique , en Autriche et au Royaume-Uni . Dans ces pays, les agressions physiques contre les Juifs, y compris les passages à tabac, coups de couteau et autres violences, ont considérablement augmenté, entraînant dans un certain nombre de cas des blessures graves, voire la mort. [32] [33] En outre, les Pays- Bas et la Suèdeont également eu des taux constamment élevés d'attaques antisémites depuis 2000. [34] Un rapport de 2015 du Département d'État américain sur la liberté religieuse a déclaré que « le sentiment anti-israélien européen a franchi la ligne de l'antisémitisme ». [35]

Cette montée des attaques antisémites est associée d'une part à l' antisémitisme musulman (décrit ci-dessous) et d'autre part à la montée des partis politiques d'extrême droite à la suite de la crise économique de 2008. [36] Le nombre d'antisémitismes les partis politiques dans les parlements européens sont passés de un à trois en 2012 et une enquête dans dix pays européens a révélé des niveaux élevés d'attitudes antisémites. [ citation nécessaire ] Le parti néonazi grec , Golden Dawn , a remporté 21 sièges au parlement, bien qu'ils aient tous été perdus en 2019.

En Europe de l'Est, l'antisémitisme au XXIe siècle s'est poursuivi à une échelle similaire à celle des années 1990. La dissolution de l'Union soviétique et l'instabilité des nouveaux États ont entraîné la montée des mouvements nationalistes et les accusations contre les Juifs d'être responsables de la crise économique, de contrôler les entreprises locales et de soudoyer le gouvernement, ainsi que des motifs traditionnels et religieux d'antisémitisme (diffamations sanglantes pour Exemple). La plupart des incidents antisémites visent des cimetières et des bâtiments juifs (centres communautaires et synagogues). Néanmoins, il y a eu plusieurs attaques violentes contre des Juifs à Moscou en 2006 lorsqu'un néo-nazi a poignardé neuf personnes à la synagogue Bolshaya Bronnaya, [37] l'attentat à la bombe raté contre la même synagogue en 1999, [38]les menaces contre les pèlerins juifs à Uman, en Ukraine [39] et l'attaque contre une menorah par une organisation chrétienne extrémiste en Moldavie en 2009. [40] En 2008, le parti radical Svoboda (Liberté) d'Ukraine a capturé plus de 10 % de la population voter, apportant un soutien électoral à un parti bien connu pour sa rhétorique antisémite. Ils rejoignent les rangs du Jobbik , un parti ouvertement antisémite, au parlement hongrois. [41] Cette augmentation du soutien aux idées d'extrême droite en Europe occidentale et orientale a entraîné une augmentation des actes antisémites, principalement des attaques contre des monuments commémoratifs, des synagogues et des cimetières juifs, mais aussi un certain nombre d'agressions physiques contre des Juifs. [42]

Européens musulmans

Une étude française de 2005 a montré que les préjugés anti-juifs étaient plus répandus chez les musulmans religieux que chez les non-religieux; 46% ont exprimé des sentiments antisémites contre 30% des musulmans non pratiquants en France. Seuls 28% des musulmans religieux se sont avérés totalement exempts de tels préjugés. Les quelques études disponibles qui ont été menées auprès de jeunes musulmans dans divers pays d'Europe occidentale ont montré des résultats similaires. Une étude menée en 2011 par un sociologue belge auprès d'élèves du primaire dans des écoles néerlandophones à Bruxelles a montré qu'environ 50 % des élèves musulmans de deuxième et de troisième année pouvaient être considérés comme des antisémites, contre 10 % des autres. Toujours en 2011, Gunther Jikeli a publié les résultats de 117 entretiens avec des jeunes musulmans de 19 ans enBerlin , Paris et Londres , dont la majorité ont exprimé des sentiments antisémites. [43]

Les participants aux émeutes antisémites devant l'ambassade d'Israël en 2009 seraient principalement des jeunes musulmans, [43] soutenus par des militants autonomes de gauche du Blitz . [44] [45]

Des terroristes ont été impliqués dans de violentes attaques contre des Juifs. En 2012 à Toulouse, le terroriste armé Mohammed Merah , l'enfant de parents musulmans d'Algérie, [46] a assassiné quatre juifs. Merah avait auparavant ciblé des soldats de l'armée française. Un frère du tireur, Abdelghani Merah, a déclaré que lui et ses frères et sœurs avaient été élevés dans des opinions antisémites défendues par leurs parents. [46] [47]

Sondages d'opinion

Le résumé d'un sondage réalisé en 2004 par le « Pew Global Attitudes Project » notait : « Malgré les inquiétudes concernant la montée de l'antisémitisme en Europe, rien n'indique que le sentiment anti-juif ait augmenté au cours de la dernière décennie. France, Allemagne et Russie qu'ils ne l'étaient en 1991. Néanmoins, les Juifs sont mieux aimés aux États-Unis qu'en Allemagne et en Russie. [48]

Selon les résultats d'une enquête menée en 2005 par la Ligue anti-diffamation [49] , les attitudes antisémites restent courantes en Europe. Plus de 30 % des personnes interrogées pensent que les Juifs ont trop de pouvoir dans les affaires, avec des réponses allant de 11 % au Danemark et 14 % en Angleterre à 66 % en Hongrie et plus de 40 % en Pologne et en Espagne . Les résultats de l'antisémitisme religieux persistent également et plus de 20% des répondants européens ont convenu que les Juifs étaient responsables de la mort de Jésus , la France ayant le pourcentage le plus bas à 13% et la Pologne ayant le plus grand nombre de personnes d'accord, à 39%. [50]

Une étude de 2006 dans le Journal of Conflict Resolution a révélé que bien que presque aucun répondant dans les pays de l' Union européenne ne se considère comme antisémite, les attitudes antisémites étaient corrélées aux opinions anti-israéliennes. [51] En examinant les populations de 10 pays européens, Charles A. Small et Edward H. Kaplan ont interrogé 5 000 répondants, les interrogeant sur les actions israéliennes et les stéréotypes antisémites classiques. Les enquêtes posaient des questions pour savoir si les gens pensaient que Tsahal visait délibérément les enfants ou empoisonnait les approvisionnements en eau palestiniens. [52]L'étude a révélé que "les personnes qui croyaient aux mythologies anti-israéliennes avaient également tendance à croire que les Juifs ne sont pas honnêtes dans les affaires, ont une double loyauté, contrôlent le gouvernement et l'économie, etc." L'étude a révélé que les répondants anti-israéliens étaient 56 % plus susceptibles d'être antisémites que l'Européen moyen. [52]

Selon un sondage réalisé par l'Anti-Defamation League (ADL) en 2012, les attitudes antisémites dans dix pays européens restent à des "niveaux inquiétants", culminant en Europe de l'Est et en Espagne, avec de larges pans de la population souscrivant aux notions antisémites classiques telles que comme les Juifs ayant trop de pouvoir dans les affaires, étant plus fidèles à Israël qu'à leur propre pays, ou "parlant trop" de ce qui s'est passé pendant l'Holocauste. En comparaison avec un sondage ADL similaire réalisé en 2009, plusieurs pays ont montré des niveaux élevés d'antisémitisme global, tandis que d'autres pays ont connu des augmentations plus modestes : [53]

  • Autriche : a connu une légère baisse à 28 % contre 30 % en 2009.
  • France : le niveau global d'antisémitisme est passé à 24 % de la population, contre 20 % en 2009.
  • Allemagne : l'antisémitisme a augmenté d'un point de pourcentage, à 21 % de la population.
  • Hongrie : le niveau est passé à 63 % de la population, contre 47 % en 2009.
  • Pologne : Le nombre est resté inchangé, 48 % de la population manifestant des attitudes antisémites profondément enracinées.
  • Espagne : Cinquante-trois pour cent (53 %) % de la population, contre 48 % en 2009.
  • Royaume-Uni : les attitudes antisémites ont grimpé à 17 % de la population, contre 10 % en 2009.

En janvier 2019, la Commission européenne a publié une enquête auprès de 28 pays qui a montré un large écart de perception entre les juifs et les non-juifs en Europe. 89% des Juifs interrogés pensent que l'antisémitisme a "considérablement augmenté" au cours des cinq dernières années, alors que seulement 36% des non-Juifs pensent la même chose. [54]

Europe orientale et centrale

Les données de sondage prises en 2015-2016 montrent les résultats suivants concernant les proportions de chrétiens dans les pays suivants qui rejetteraient les Juifs en tant que membres de la famille, voisins ou citoyens. [55] [56]

Rejet des juifs parmi les chrétiens dans des rapports sociaux spécifiques en Europe de l'Est (source : Pew 2017, données de 2015 à 2016) [55]
De campagne % Rejeter les Juifs en tant que membres de la famille
(à un niveau de confiance de 95 %)
% Rejeter les Juifs comme voisins
(à un niveau de confiance de 95 %)
% Rejeter les Juifs en tant que citoyens nationaux
(à un niveau de confiance de 95 %)
Arménie 66 66
 
33 33
 
33 33
 
Biélorussie dans l'ensemble [56] - - - - 13 13
 
Biélorussie, chrétiens orthodoxes 32 32
 
17 17
 
11 11
 
Biélorussie, catholique 37 37
 
16 16
 
16 16
 
Bosnie dans l'ensemble [56] - - - - 8 8
 
Bosnie, orthodoxe 39 39
 
9 9
 
6 6
 
Bosnie, catholique 39 39
 
12 12
 
9 9
 
Bulgarie 31 31
 
9 9
 
7 7
 
Croatie 26 26
 
12 12
 
9 9
 
République tchèque (catholiques uniquement) 35 35
 
18 18
 
15 15
 
Estonie , ensemble [56] - - - - dix 10
 
Estonie, orthodoxe 25 25
 
dix 10
 
5 5
 
Géorgie 62 62
 
18 18
 
12 12
 
Grèce 52 52
 
22 22
 
17 17
 
Hongrie 24 24
 
15 15
 
14 14
 
Lettonie dans l'ensemble [56] - - - - 9 9
 
Lettonie, orthodoxe 25 25
 
9 9
 
8 8
 
Lettonie, catholique 29 29
 
11 11
 
8 8
 
Lituanie 50 50
 
24 24
 
23 23
 
Moldavie 49 49
 
21 21
 
13 13
 
Pologne 31 31
 
21 21
 
19 19
 
Roumanie 54 54
 
30 30
 
23 23
 
Russie 37 37
 
19 19
 
13 13
 
Serbie 30 30
 
dix 10
 
8 8
 
Ukraine 29 29
 
13 13
 
5 5
 

Par pays

Arménie

Une source majeure d'antisémitisme en Arménie est les relations étroites d'Israël avec l' Azerbaïdjan et ses ventes d'armes . Pendant la guerre du Haut-Karabakh de 2020 , le président du Haut-Karabakh , Arayik Harutyunyan , a accusé Israël de complicité dans un "génocide" contre les Arméniens. [57] Les Arméniens du Liban ont brûlé le drapeau israélien, ainsi que les drapeaux turc et azerbaïdjanais lors d'une manifestation pendant cette guerre. [58]

En avril 1998, Igor Muradyan , un célèbre analyste politique et économiste arménien, a publié un article antisémite dans l'un des principaux journaux arméniens, Voice of Armenia . Muradyan a affirmé que l'histoire des relations arméno-juives a été remplie de manifestations de conflit « Aryens contre Sémites ». Il a accusé les Juifs d'inciter à des conflits ethniques, y compris le différend sur le Haut-Karabagh et s'est montré préoccupé par la sécurité de l'Arménie à la lumière des bonnes relations d'Israël avec la Turquie . [59]

En 2002, un livre intitulé Système national (écrit par Romen Yepiskoposyan en arménien et en russe ) a été imprimé et présenté à l' Union des écrivains d'Arménie . Dans ce livre, les Juifs (avec les Turcs) sont identifiés comme les ennemis numéro un des Arméniens et sont décrits comme "le destructeur de la nation avec une mission de destruction et de décomposition". Une section du livre intitulée La plus grande falsification du 20e siècle nie l'Holocauste , affirmant qu'il s'agit d'un mythe créé par les sionistes pour discréditer les "Aryens": "La plus grande falsification de l'histoire humaine est le mythe de l'Holocauste... personne a été tué dans des chambres à gaz. Il n'y avait pas de chambres à gaz.[60]

Des accusations similaires ont été portées par Armen Avetissian, le chef du petit parti ultranationaliste, l'Ordre aryen arménien (AAO), le 11 février 2002, lorsqu'il a également demandé que l'ambassadrice israélienne Rivka Kohen soit déclarée persona non grata en Arménie pour la refus d'accorder aux massacres arméniens de 1915 un statut égal à celui de l'Holocauste. En outre, il a affirmé que le nombre de victimes de l'Holocauste a été surestimé. [61] En 2004, Armen Avetissian a exprimé des remarques extrémistes contre les Juifs dans plusieurs numéros du journal AAO, The Armeno-aryan , ainsi qu'au cours d'un certain nombre de réunions et de conférences de presse. En conséquence, son parti a été exclu du Front nationaliste arménien. [62] Il a été arrêté en janvier 2005 sous l'inculpation d'incitation à la haine ethnique. [63]

Peu de temps après, lors d'un talk-show aux heures de grande écoute, le chef du Parti populaire et propriétaire de la chaîne de télévision ALM, Tigran Karapetyan , a accusé les Juifs d'avoir aidé les autorités ottomanes dans le génocide arménien de 1915. Son interlocuteur, Armen Avetissian, a déclaré que "les Aryens arméniens ont l'intention de lutter contre la communauté judéo- maçonnique ".agression et fera ce qu'il faut pour réprimer le mal dans son propre nid. » Parlant de la communauté juive d'Arménie, Avetissian a déclaré qu'elle se compose de « 700 de ceux qui s'identifient comme juifs et de 50 000 de ceux que les Aryens révéleront bientôt en nettoyant le pays. du mal juif. » Le Conseil juif d'Arménie a fait part de ses préoccupations au gouvernement et à diverses organisations de défense des droits de l'homme exigeant de cesser de promouvoir la haine ethnique et d'interdire l'ALM. Cependant, ces demandes ont été pour la plupart ignorées. [62]

Le 23 octobre 2004, le chef du Département des questions relatives aux minorités ethniques et religieuses , Hranoush Kharatyan , a publiquement commenté la soi-disant xénophobie "judaïste" en Arménie. Elle a dit : "Pourquoi ne réagissons-nous pas au fait que lors de leurs rassemblements du vendredi, les judaïstes continuent de prôner la haine envers tous les non-judaïstes au point de comparer ces derniers à du bétail et de propager des crachats sur eux ?" [62] Kharatyan a également accusé les Juifs locaux d'appeler à des "actions anti-chrétiennes". [64]

Le Conseil juif d'Arménie a envoyé une lettre ouverte au président Robert Kocharian exprimant sa profonde préoccupation face à la récente montée de l'antisémitisme. Armen Avetissian a répondu à cela en publiant un autre article antisémite dans le journal Iravunq , où il a déclaré : « Tout pays qui a une minorité juive est fortement menacé en termes de stabilité. Plus tard, lors d'une rencontre avec le président de l' Assemblée nationale d'Arménie , Artur Baghdasarian , la chef du Conseil juif d'Arménie , Rima Varzhapetian , a insisté pour que le gouvernement prenne des mesures pour empêcher de nouveaux actes d'antisémitisme. Avetissian a été arrêté le 24 janvier 2005. Plusieurs personnalités universitaires de premier plan, telles queLevon Ananyan (le chef de l' Union des écrivains d'Arménie ) et le compositeur Ruben Hakhverdian ont soutenu Avetissian et ont appelé les autorités à le libérer. [65] Dans leurs demandes de libération, ils ont été rejoints par les députés de l'opposition et l' ombudsman Larisa Alaverdyan car les autorités l'avaient arrêté pour discours politique. [66]

En septembre 2006, alors qu'il critiquait la société américaine Global Gold , le ministre arménien de l'Environnement , Vardan Ayvazyan , a déclaré lors d'une conférence de presse : « Savez-vous qui vous défendez ? est derrière cette entreprise et si nous devions les laisser venir ici !" [67] [68] Après les protestations de Rimma Varzhapetian, Aivazian a affirmé qu'il ne voulait pas offenser les Juifs et qu'une telle critique était destinée strictement à la société Global Gold .

Le 23 décembre 2007, le Mémorial juif de l'Holocauste dans le centre d'Erevan a été vandalisé par des inconnus. Un symbole de la croix gammée nazie a été rayé et de la peinture noire a été éclaboussée sur la simple pierre. Après avoir informé la police locale, le rabbin Gershon Burshtein, un émissaire Habad qui est le grand rabbin de la petite communauté juive du pays, a déclaré : « Je viens de visiter le mémorial l'autre jour et tout allait bien. C'est terrible, car il y a d'excellentes relations entre les Juifs. et les Arméniens." Le monument a été dégradé et renversé plusieurs fois dans le passé. Il est situé dans le parc Aragast de la ville, à quelques pâtés de maisons au nord de la place centrale de la République, qui abrite un certain nombre de bâtiments gouvernementaux. [69]

Le 12 février 2021, le Mémorial de l'Holocauste à Erevan a de nouveau été vandalisé. [70]

Autriche

Film amateur de Vienne réalisé juste après la Nuit de Cristal en 1938.

L'antisémitisme a une longue histoire en Autriche, généralement axée sur la forte présence de Juifs à Vienne. Les Juifs ont été systématiquement détruits de 1938 à 1945. [71]

Les preuves de la présence de communautés juives dans la zone géographique aujourd'hui couverte par l'Autriche remontent au XIIe siècle. En 1848, les Juifs obtinrent les droits civils et le droit de fonder une communauté religieuse autonome, mais les pleins droits de citoyenneté ne furent accordés qu'en 1867. Dans une atmosphère de liberté économique, religieuse et sociale, la population juive passa de 6 000 en 1860 à près de 185 000 en 1938. En mars 1938, l'Autriche est annexée par l'Allemagne nazie et des milliers de Juifs autrichiens sont envoyés dans des camps de concentration. Sur les 65 000 Juifs viennois déportés vers les camps de concentration, seuls 2 000 environ ont survécu, tandis qu'environ 800 ont survécu à la Seconde Guerre mondiale en se cachant. [72] Dans l'Empire des Habsbourg, le mouvement antisémite était fortement concentré sur Vienne.[73]

L'antisémitisme n'a pas cessé d'exister au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et a continué à faire partie de la vie politique et de la culture autrichiennes avec sa plus forte emprise dans les partis politiques et les médias. Bernd Marin , un sociologue autrichien, a qualifié l'antisémitisme en Autriche après 1945 d'« antisémitisme sans juifs », puisque les juifs ne représentaient que 0,1 % de la population autrichienne. L'antisémitisme était plus fort dans les régions où les juifs ne vivaient plus et où auparavant pratiquement aucun juif n'avait vécu, et parmi les personnes qui n'ont eu ni n'ont aucun contact personnel avec des juifs. [74] [75]

Depuis que les préjugés contre les Juifs d'après-guerre ont été publiquement interdits et tabous, l'antisémitisme était en fait « un antisémitisme sans antisémites », mais on en trouvait différentes expressions dans les politiques autrichiennes. Au cours des années 1980, le tabou contre les expressions ouvertes de croyances explicitement antisémites est resté, mais les moyens de le contourner linguistiquement ont élargi ses frontières de telle sorte que le tabou lui-même semble avoir perdu une partie de sa signification. Des préjugés anti-juifs qui étaient restés cachés ont commencé à faire surface et se sont de plus en plus retrouvés dans les lieux publics. Ainsi, l'antisémitisme verbal s'exprimait rarement directement, mais utilisait plutôt des expressions codées, qui reflétaient l'une des caractéristiques majeures du pays : l'ambivalence et l'ambiguïté vis-à-vis de son passé. [74] [75]

Aujourd'hui, la communauté juive d'Autriche compte environ 8 000 personnes.

L'antisémitisme contemporain a été signalé à Serfaus en 2009 et 2010. Plusieurs hôtels et appartements de la célèbre station balnéaire ont confirmé une politique interdisant aux Juifs d'entrer dans leurs locaux. Les réservations sont tentées d'être détectées à l'avance sur la base du profilage racial et sont refusées aux éventuels juifs orthodoxes . [76]

Belgique

Plus d'une centaine d'attaques antisémites ont été enregistrées en Belgique en 2009, soit une augmentation de 100 % par rapport à l'année précédente. Les auteurs étaient généralement de jeunes hommes d'origine musulmane immigrée du Moyen-Orient . En 2009, la ville belge d' Anvers , souvent qualifiée de dernier shtetl d'Europe , a connu une recrudescence de la violence antisémite. Bloeme Evers-Emden , une résidente d'Amsterdam et survivante d'Auschwitz , a été citée dans le journal Aftenposten en 2010 : « L'antisémitisme est maintenant encore pire qu'avant l'Holocauste. L'antisémitisme est devenu plus violent. Maintenant, ils menacent de nous tuer. [77]

Le comportement suscité par les élections locales de 2012 dans la commune de Schaerbeek a poussé le président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique, Maurice Sosnowski, à constater que "'des candidats appartenant à la communauté juive ont été attaqués pour leur appartenance' et la commune ont vu une « campagne de haine sous prétexte d'antisionisme ». » [78] Plusieurs autres incidents se sont produits en 2012 - en novembre, des manifestants lors d'un rassemblement anti-israélien à Anvers ont scandé « Hamas, Hamas, tous les Juifs au gaz ». En octobre, une synagogue de Bruxelles a été vandalisée par deux hommes non identifiés qui ont peint à la bombe "mort aux Juifs" et "boum" sur le mur. [79]

La fréquence accrue des attaques antisémites a commencé en mai 2014, lorsque quatre personnes ont été tuées dans une fusillade au Musée juif belge à Bruxelles. [80] Deux jours plus tard, un jeune homme musulman est entré dans le CCU (Centre culturel juif) alors qu'un événement avait lieu et a crié des insultes racistes. [81] Un mois plus tard, un bus scolaire à Anvers, qui conduisait des enfants juifs de 5 ans, a été lapidé par un groupe d'adolescents musulmans. [82] Vers la fin août 2014, une femme juive de 75 ans a été frappée et poussée au sol à cause de son nom de famille à consonance juive. [83]

En 2020 , Israël a demandé que le défilé du carnaval d' Alost soit annulé en raison de l'antisémitisme. [84]

Bulgarie

L'antisémitisme est devenu une force politique en Bulgarie à la fin du XIXe siècle. [85] Pendant la Seconde Guerre mondiale, la communauté d'environ 50 000 personnes était largement protégée lorsque le roi Boris III a refusé de livrer les Juifs aux nazis. Après la guerre, la plupart sont allés en Israël. [86] [87]

Il y a environ 2 000 Juifs vivant encore en Bulgarie aujourd'hui. Début 2019, un incident s'est produit en Bulgarie où des pierres ont été lancées sur une synagogue de Sofia , la capitale bulgare. Bien que personne n'ait été blessé, l'incident s'est produit peu de temps après la découverte de graffitis antisémites sur un monument aux victimes du régime communiste bulgare , qui a gouverné la Bulgarie de 1945 à 1989. [88]

République Tchèque

Les terres tchèques sont connues pour avoir moins d'antisémitisme que les pays voisins, malgré des poussées occasionnelles comme l' affaire Hilsner de 1899 . À la fin du XIXe siècle, les nationalistes tchèques critiquaient vivement les juifs conservateurs qui soutenaient le gouvernement allemand basé à Vienne, ainsi que les juifs radicaux qui organisaient un parti socialiste à Prague. [89] Après 1919 , Tomáš Garrigue Masaryk , le premier président de la Tchécoslovaquie, s'est fortement opposé à l'antisémitisme. [90] [91] Il a quitté le bureau en 1935 et par la suite il y avait l'hostilité croissante. [92]

En 2019, Associated Press a rapporté que l'antisémitisme était en hausse, en particulier de la part d'éléments d'extrême droite pro-russes : deux attaques physiques et trois cas de vandalisme ont été signalés. [93]

Danemark

1819 Émeutes anti-juives à Copenhague

L'antisémitisme au Danemark n'est pas aussi répandu que dans d'autres pays. Au départ, les Juifs étaient interdits comme dans d'autres pays d'Europe, mais à partir du XVIIe siècle, les Juifs ont été autorisés à vivre librement au Danemark, contrairement à d'autres pays européens où ils ont été contraints de vivre dans des ghettos. [94]

En 1819, une série d'émeutes anti-juives en Allemagne s'est propagée à plusieurs pays voisins, dont le Danemark, entraînant des attaques de foule contre des Juifs à Copenhague et dans de nombreuses villes de province. Ces émeutes étaient connues sous le nom de Hep! Hep ! Émeutes , du cri de ralliement péjoratif contre les Juifs d'Allemagne. Les émeutes ont duré cinq mois au cours desquels les vitrines des magasins ont été brisées, les magasins pillés, les maisons attaquées et les Juifs maltraités physiquement.

En 2011, 2012 et 2013, il y avait en moyenne environ 43 incidents antisémites par an, qui comprenaient des agressions et du harcèlement physique, des menaces, des propos antisémites et du vandalisme. [95] En juillet 2014, pendant la guerre de Gaza , il y a eu une augmentation de la rhétorique antisémite alors que des menaces de mort étaient exprimées contre les Juifs au Danemark. [96] En août 2014, le "Carolineskolen", un complexe juif d'école, de jardin d'enfants et de garderie à Copenhague a été vandalisé, certaines fenêtres ont été brisées et des graffitis ont été tagués sur les murs de l'école faisant référence au conflit en cours entre l'armée israélienne et le militant groupe Hamas . [97] En février 2015, un homme juif a été tué et deux policiers ont été blessés lors d'une fusilladeà l'extérieur de la synagogue principale de Copenhague. [98]

En 2017, un imam de Copenhague a appelé lors de la prière du vendredi au massacre de tous les Juifs , citant un hadith . L' Institut de recherche sur les médias du Moyen-Orient a traduit des parties de son discours, mettant en garde la communauté juive du Danemark, qui a dénoncé l' imam aux responsables de la police danoise. [99]

Les efforts récents pour interdire la circoncision infantile pour des raisons non médicales ont été caractérisés comme motivés par la xénophobie en général ou l'antisémitisme en particulier. [100] Jonatan Cohn, chef de l'AKVAH (Département de cartographie et de partage des connaissances sur les événements antisémites, un département de Jødisk Samfund ), décrit la proposition comme la principale chose qui "détruit le sommeil nocturne des Danois juifs", plus que l'antisémitisme parmi les "jeunes hommes musulmans", et poursuit en disant que [101]

Outre l'aspect troublant des nombreuses demi-vérités, la désinformation et le ton souvent plutôt hostile qui caractérise le débat sur la circoncision, il soulève une série de questions désagréables pour de nombreux juifs danois : si une criminalisation d'une partie si centrale de la religion juive et culture devait effectivement être transmise, combien de temps peut-on alors continuer son existence au Danemark ? (...) Les tyrans arabes n'ont jusqu'à présent pas réussi à créer chez les juifs danois un malaise si durable et si général qu'on pourrait avoir besoin de quitter sa patrie parce qu'on a l'intention de continuer à pratiquer sa religion. Cet honneur douteux appartient uniquement au Jyllandsposten et à ses amis dans le débat sur la circoncision.

—  Jonatan Cohn

Iman Diab et Güray Baba, membres d' Intact Danemark qui se décrivent eux-mêmes comme "issus d'une minorité", déclarent avoir été accusés d'être "antisémites, traîtres, persécuteurs de parents minoritaires" en raison de leur implication dans le débat sur la circoncision. [102]

Estonie

France

La France du XXIe siècle

Tendances

Malgré le fait qu'une grande majorité de Français ont des attitudes favorables envers les Juifs, [103] les actes de violence anti-juive, la destruction de biens et le langage raciste sont une cause sérieuse de préoccupation. [104] La majorité des crimes de haine signalés en France sont des crimes de haine antisémites. [105] Selon le Premier ministre français Manuel Valls : "Nous avons le vieil antisémitisme... qui vient de l'extrême droite, mais [un] nouvel antisémitisme vient des quartiers difficiles, des immigrés du Moyen-Orient et Afrique du Nord." [106] Les actes d'antisémitisme les plus intenses sont perpétrés par des musulmans d'origine arabe ou africaine .patrimoine. [107]

Selon un sondage réalisé en 2006 par le Pew Global Attitudes Project, 71% des musulmans français ont une opinion positive des juifs, le pourcentage le plus élevé au monde. [108] Selon la Commission nationale consultative des droits de l'homme, les actes antisémites représentent la majorité – 72 % au total en 2003 – des actes racistes en France. [109] 40 % des violences racistes perpétrées en France en 2013 visaient la minorité juive, alors que les juifs représentent moins de 1 % de la population française. [110]

Avec le début de la Seconde Intifada , les incidents antisémites se multiplient en France. En 2002, la Commission nationale consultative des droits de l'homme a signalé six fois plus d'incidents antisémites qu'en 2001 (193 incidents en 2002). Les statistiques de la commission ont montré que les actes antisémites constituaient 62 % de tous les actes racistes dans le pays (contre 45 % en 2001 et 80 % en 2000). Le rapport fait état de 313 actes de violence contre des personnes ou des biens, dont 38 blessés et le meurtre d'une personne d' origine maghrébine par des skinheads d'extrême droite . [111]

Environ 7 000 Juifs français se sont installés en Israël en 2014. Cela représentait 1 % de l'ensemble de la population juive française et un nombre record depuis la Seconde Guerre mondiale. [112] Les conversations au sein de la communauté juive européenne indiquent que les attaques antisémites en France sont à l'origine des chiffres élevés de l'émigration. [113] Le Premier ministre français Manuel Valls s'est inquiété de la tendance : « Si 100 000 Français d'origine espagnole devaient partir, je ne dirais jamais que la France n'est plus la France. Mais si 100 000 Juifs partent, la France ne sera plus la France . La République française sera jugée un échec." [106] La tendance à l'augmentation de l'émigration s'est poursuivie en 2015 en raison d'une augmentation des agressions et des intimidations par des extrémistes musulmans. [114]Les niveaux d'émigration ont diminué chaque année de 2015 à 2020. [115]

Incidents

Ilan Halimi (1982 - 13 février 2006) était un jeune juif français (d' ascendance marocaine ) [116] [117] enlevé le 21 janvier 2006 par un groupe de jeunes appelé le Gang des Barbares et ensuite torturé à mort sur une période de trois semaines. Le meurtre, dont les autorités incluent l'antisémitisme, a suscité un tollé public dans une France déjà marquée par une vive polémique publique sur le rôle des enfants d'immigrés dans sa société.

Le 19 mars 2012, Mohammed Merah a abattu trois enfants juifs et un rabbin à l'école Ozar Hatorah de Toulouse, en France. [118] Il a ensuite été tué lors d'une descente de la police française à son domicile. [119] Merah a également été inspiré par al-Qaïda. À la suite des meurtres, l'école Ozar Hatorah a été la cible de courriers et d'appels haineux antisémites. [120]

En juillet 2012, un adolescent juif français portant un "symbole religieux distinctif" a été victime d'une violente agression antisémite dans un train circulant entre Toulouse et Lyon. L'adolescent a d'abord été harcelé verbalement, puis battu par deux agresseurs. Le groupe de coordination juif français, le CRIF , a qualifié l'attaque de "nouveau développement dans la tendance inquiétante de l'antisémitisme dans notre pays". [121]

Un autre incident en juillet 2012 concernait le vandalisme de la synagogue de Noisy-le-Grand du quartier Seine-Saint-Denis à Paris . La synagogue a été vandalisée trois fois en dix jours. Des livres de prières et des châles ont été jetés par terre, des fenêtres ont été brisées, des tiroirs ont été saccagés et ont vandalisé les murs, les tables, les horloges et les sols. Les autorités ont été alertées des incidents par le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA), un groupe français de surveillance de l'antisémitisme, qui a appelé à davantage de mesures pour prévenir de futurs crimes de haine. Le président du BNVCA, Sammy Ghozlan, a déclaré que « malgré les mesures prises, les choses persistent, et je pense que nous avons besoin d'une législation supplémentaire, car la communauté juive est agacée ».[122]

En juin 2014, à la suite des menaces auxquelles sont confrontés les Juifs en France, en particulier dues aux djihadistes d'origine française qui reviennent après avoir combattu dans la guerre civile en Syrie, le président français François Hollande a rencontré une délégation internationale de dirigeants juifs. Le président français a décrit les mesures qui ont été prises pour protéger la communauté juive, en particulier les écoles juives, des attaques et de l'antisémitisme croissant. Il aurait déclaré : « Nous voudrions donner l'exemple au monde dans la lutte contre l'antisémitisme », a-t-il déclaré, mais a concédé que la situation actuelle – à la suite d'un attentat meurtrier commis par un terroriste d'origine française en Belgique – annonçait une « nouvelle , contexte lourd. [123] "

En juillet 2014, des dizaines de jeunes hommes protestaient contre les actions d'Israël à Gaza (à la suite du Bordure protectriceopération militaire) a brièvement assiégé une synagogue de Paris et s'est heurté à la sécurité. Au moins trois Juifs ont été transportés à l'hôpital à la suite des affrontements qui ont éclaté entre les manifestants et les jeunes hommes juifs qui gardaient la synagogue Don Isaac Abravanel à Paris, a déclaré un témoin à JTA. Les assaillants ont dispersé une manifestation anti-israélienne et se sont dirigés vers la synagogue lorsqu'elle était pleine. Lorsque les manifestants sont arrivés à la synagogue du centre de Paris, les cinq policiers de garde ont bloqué l'entrée alors que les manifestants scandaient des slogans antisémites et lançaient des objets sur la synagogue et les gardes. Près de 200 fidèles étaient à l'intérieur. La foule a été tenue à l'écart par des hommes de l'unité de sécurité juive du SPCJ, de la Ligue de défense juive et de Beitar, qui ont engagé les assaillants dans ce qui s'est transformé en bagarre de rue. [124]Plus tard, après que les émeutiers n'aient pas réussi à incendier la synagogue, ils ont plutôt brûlé des voitures et détruit des propriétés appartenant à des Juifs dans le quartier majoritairement juif de Sarcelles. [125]

En décembre 2014, des assaillants armés ont fait irruption dans une résidence de banlieue parisienne d'un couple juif, ont violé la femme alors que son mari était tenu à distance et ont volé le couple. Selon un ami des victimes, l'un des assaillants a dit à la femme lors du vol "Dis-nous où tu caches l'argent. Vous les juifs avez toujours de l'argent." Le Premier ministre français Manuel Valls a condamné l'attaque comme ignoble et a déclaré qu'elle démontrait que la lutte contre l'antisémitisme est une lutte quotidienne. Valls a également exprimé son soutien aux familles des victimes. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a déclaré dans un communiqué que "le caractère antisémite de l'attaque semble avéré", affirmant que les assaillants "étaient partis de l'idée qu'être juif, c'était avoir de l'argent". [126]

En janvier 2015, un ami des auteurs de la fusillade de Charlie Hebdo , a attaqué un marché casher dans un quartier juif de Paris et a pris les personnes à l'intérieur comme otages. [127] Il a tué quatre otages. Le CRIF a répondu: "Ces citoyens français ont été abattus de sang-froid et sans pitié parce qu'ils étaient juifs". [128]

En octobre 2015, un rabbin et deux fidèles juifs ont été poignardés lors d'une attaque devant une synagogue à Marseille. [129] En novembre, l'enseignant d'une école juive de cette ville a été poignardé par trois personnes affirmant soutenir l' EI . [130]

Allemagne

Des Allemands sourient en passant devant un magasin juif endommagé lors de la nuit de cristal , Magdebourg , 1938

Du début du Moyen Âge au XVIIIe siècle, les Juifs d'Allemagne ont subi de nombreuses persécutions, mais ils ont également connu de brèves périodes de tolérance. Bien que le XIXe siècle ait commencé par une série d' émeutes et de pogroms contre les Juifs, l' émancipation a suivi en 1848, de sorte qu'au début du XXe siècle, les Juifs d'Allemagne étaient les Juifs les plus intégrés d'Europe. La situation a changé au début des années 1930 avec la montée des nazis et leur programme explicitement antisémite. Les discours de haine qui qualifiaient les citoyens juifs de "sales juifs" sont devenus courants dans les pamphlets et journaux antisémites tels que le Völkischer Beobachter et Der Stürmer. De plus, les Juifs ont été blâmés pour avoir causé la défaite de l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale (voir Dolchstosslegende ).

La propagande anti-juive se développa rapidement. Les caricatures nazies qui dépeignaient des «sales juifs» dépeignaient fréquemment un juif « talmudique » sale, physiquement peu attrayant et mal habillé dans des vêtements religieux traditionnels similaires à ceux portés par les juifs hassidiques . Les articles attaquant les juifs, tout en se concentrant sur les activités commerciales et politiques d'éminents juifs, les attaquaient aussi fréquemment sur la base de dogmes religieux, tels que la diffamation du sang .

Allemagne nazie

Le programme antisémite nazi s'est rapidement étendu au-delà du simple discours. À partir de 1933, des lois répressives ont été adoptées contre les Juifs, aboutissant aux lois de Nuremberg qui supprimaient la plupart des droits de citoyenneté des Juifs, en utilisant une définition raciale basée sur l'ascendance, plutôt qu'une définition religieuse qui déterminait qui était un Juif . [131] La violence sporadique contre les Juifs s'est généralisée pendant les émeutes de la Nuit de cristal, qui ont ciblé des maisons, des entreprises et des lieux de culte juifs, tuant des centaines de personnes à travers l'Allemagne et l'Autriche. L'agenda antisémite a culminé avec le génocide des Juifs d'Europe, connu sous le nom d'Holocauste.

En 1998, Ignatz Bubis a déclaré que les Juifs ne pouvaient pas vivre librement en Allemagne. En 2002, l'historien Julius Schoeps a déclaré que "les résolutions du Parlement allemand pour rejeter l'antisémitisme sont des bêtises de la pire espèce" et "toutes ces actions inefficaces sont présentées au monde comme une défense solide contre l'accusation d'antisémitisme. La vérité est : personne ne s'intéresse vraiment à ces questions. Personne ne s'en soucie vraiment. [132]

L'Allemagne du XXIe siècle

Un sondage de 2012 a montré que 18 % des Turcs en Allemagne considèrent les Juifs comme des êtres humains inférieurs. [134] [135] Une étude similaire a révélé que la plupart des jeunes musulmans nés en Allemagne et des enfants d'immigrants ont des opinions antisémites. [136]

En 2014, les activités antisémites en Allemagne ont incité la chancelière allemande Angela Merkel à diriger un rassemblement à Berlin contre l'antisémitisme en Allemagne. [137] Cette même année, environ 3 500 personnes se sont rassemblées devant l'hôtel de ville de Francfort pour protester contre une vague d'incidents antisémites en Allemagne. Quelques centaines de manifestants appartenaient à l'Association d'amitié israélo-kurde. Selon la JTA , "Merkel a exprimé son soutien à l'événement dans une lettre". [138]

Manifestant antisémite à Berlin avec des tatouages ​​nazis sur le bras

En mai 2016, une nouvelle définition de l'antisémitisme a été convenue lors de la conférence de l'International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA) basée à Berlin, déclarant que "tenir les Juifs collectivement responsables des actions de l'État d'Israël" est antisémite. [139]

En janvier 2017, un tribunal allemand de la ville de Wuppertal a confirmé la décision de 2015 d'un tribunal inférieur qui considérait qu'une tentative de trois assaillants musulmans (Palestiniens allemands) d'incendier une synagogue en 2014 (à l'occasion de l'anniversaire de Kristallnacht ) était un moyen. d'« attirer l'attention sur le conflit de Gaza » avec Israël, malgré le fait que les attaques contre les Juifs et les institutions juives à la suite des actions de l'État d'Israël s'apparentent à une punition collective et à une forme d'antisémitisme. [139] Les contrevenants n'ont pas été envoyés en prison. [139] Le tribunal régional allemand a statué que les actions des trois auteurs étaient régies par l'anti-israélisme et non par l'antisémitisme, tandis que les assaillants ont reçu des peines avec sursis. [139]

Le député du Parti vert Volker Beck a protesté contre la décision en déclarant : « C'est une décision en ce qui concerne les motivations des auteurs. Qu'est-ce que les Juifs en Allemagne ont à voir avec le conflit au Moyen-Orient ? religieux ou musulmans en Allemagne, c'est-à-dire absolument rien. L'ignorance du pouvoir judiciaire envers l'antisémitisme est pour de nombreux Juifs en Allemagne particulièrement alarmante. [139] Le Dr Moshe Kantor, président du Congrès juif européen (EJC), a déclaré : "Il est incroyable que les tentatives d'incendier une synagogue aient été assimilées à un mécontentement envers les politiques du gouvernement israélien." [139] "Cela a maintenant donné carte blanche aux antisémites à travers l'Allemagne pour attaquer les Juifs parce qu'un tribunal allemand leur a donné une justification toute prête."[139]

Une étude de 2017 sur les perspectives juives sur l'antisémitisme en Allemagne par l'Université de Bielefeld a révélé que les individus et les groupes appartenant à l'extrême droite et à l'extrême gauche étaient également représentés comme auteurs de harcèlement et d'agression antisémites, tandis qu'une grande partie des attaques étaient commises par des assaillants musulmans. L'étude a également révélé que 70% des participants craignaient une augmentation de l'antisémitisme dû à l'immigration citant les opinions antisémites des réfugiés. [140]

En février 2019, les données sur la criminalité publiées par le gouvernement pour 2018 et publiées dans Der Tagesspiegel ont montré une augmentation annuelle de 10%, avec 1646 crimes liés à la haine des Juifs en 2018, les totaux n'étant pas encore finalisés. Les agressions physiques ont augmenté de 60 % (62 incidents violents, contre 37 en 2017). [141]

Le 9 octobre 2019, un homme armé néonazi a tenté d'entrer dans une synagogue à Halle pendant les offices de Yom Kippour. Bien que l'agresseur n'ait pas réussi, il a abattu deux personnes à proximité. L'incident a été retransmis en direct. [142]

En 2020, les crimes antisémites en Allemagne ont atteint leur plus haut niveau depuis que l'Allemagne a commencé à tenir des statistiques. [143]

Les accusations antisémites peuvent également être démontrées dans des contextes d'investissement. Une étude a montré que les investisseurs portant un nom allemand perçu comme juif sont jugés nettement plus immoraux que les personnes portant un nom allemand perçu comme non juif. [144]

Grèce

L'antisémitisme est resté un problème important en Grèce. La crise économique grecque a été l'un des principaux facteurs de l'augmentation de l'ampleur des incidents antisémites et de la montée du parti néonazi grec Aube dorée , qui a remporté 21 sièges au parlement en 2012.

Ces dernières années, un certain nombre d'actes de vandalisme se sont produits dans tout le pays - en 2002, 2003 et en 2010, le mémorial de l'Holocauste à Thessalonique a été vandalisé, en 2009, le cimetière juif de Ioannina a été attaqué à plusieurs reprises et la même année, le cimetière juif à Athènes a également été attaqué. En 2012, à Rhodes, le monument de l'Holocauste de la ville a été peint à la bombe avec des croix gammées. [145]

Hongrie

Juifs hongrois sur la Judenrampe (rampe juive) à Auschwitz II-Birkenau en Pologne occupée par l'Allemagne , v. Mai 1944, après avoir débarqué des trains de transport . A envoyer rechts ! – à droite – signifiait travail; liens! – à gauche – les chambres à gaz . Photo de l' album d'Auschwitz (mai 1944).

La Hongrie a été le premier pays après l'Allemagne nazie à adopter des lois anti-juives. [146] En 1939, tous les juifs hongrois sont enregistrés. [147] En juin 1944, la police hongroise a déporté près de 440 000 Juifs dans plus de 145 trains, principalement vers Auschwitz . [148]

L'antisémitisme en Hongrie se manifeste principalement dans des publications et des manifestations d'extrême droite. Les partisans du Parti hongrois de la justice et de la vie ont poursuivi leur tradition de crier des slogans antisémites et de déchirer le drapeau américain en lambeaux lors de leurs rassemblements annuels à Budapest en mars 2003 et 2004, commémorant la révolution de 1848-1849. De plus, lors des manifestations organisées pour célébrer l'anniversaire du soulèvement de 1956, une tradition post-communiste célébrée par la gauche et la droite du spectre politique, des slogans antisémites et anti-israéliens ont été entendus de la part de la droite, comme accusant Israël de guerre. crimes. Le centre-droit garde traditionnellement ses distances avec les manifestations de droite dirigées par Csurka et d'autres manifestations d'extrême droite.[149]

En 2012, une enquête menée par la Ligue anti-diffamation a révélé que 63% de la population hongroise a des attitudes antisémites. [150]

Irlande

Un boycott de deux ans de la communauté juive de Limerick a été lancé par le prêtre catholique John Creagh en 1904, qui a affirmé que les Juifs "venaient sur notre terre pour s'attacher à nous comme des sangsues et prélever notre sang". [151]

Une enquête de 2007 a révélé que 20% des Irlandais souhaitaient que les Israéliens ne puissent pas devenir des citoyens irlandais naturalisés, tandis que 11% étaient contre la naturalisation des Juifs. L'opposition à l'acceptation d'un Juif dans la famille était légèrement plus forte chez les 18-25 ans. [152] [153]

Italie

Une enquête réalisée en 2012 par la Ligue anti-diffamation (ADL) auprès de cinq pays européens en ce qui concerne l'antisémitisme comprenait l'Italie. [154] Parmi les personnes interrogées :

  • 23% des Italiens ont de fortes opinions antisémites
  • 58% des Italiens pensent que les Juifs italiens sont plus fidèles à Israël qu'à l'Italie.
  • 40% pensent que les Juifs ont trop de pouvoir sur les marchés financiers internationaux, ce qui est également défini comme de l'antisémitisme par l'Union européenne.
  • 29% disent que les Juifs ne se soucient de personne d'autre que de leur propre espèce.
  • 27% des Italiens disent que les Juifs sont plus disposés que les autres à utiliser des pratiques louches pour obtenir ce qu'ils veulent.
  • 43% pensent que les Juifs parlent encore trop de l'Holocauste.

Le 15 mars 2012, la police italienne a arrêté un homme qui tentait de faire sauter une synagogue. Selon ANSA anglais :

"La police a arrêté un terroriste présumé qui, selon elle, planifiait peut-être une attaque contre la synagogue de Milan.

La police a déclaré avoir trouvé des preuves sur l'ordinateur de l'homme qu'il a effectué une inspection approfondie de la synagogue de Milan, avec des informations sur les mesures de sécurité utilisées et la police qui garde le bâtiment. Les enquêteurs ont ajouté qu'ils avaient intercepté des messages dans lesquels l'homme parlait d'une "mission de djihad". Ils ont déclaré qu'il avait été identifié comme terroriste présumé lors de la surveillance de sites Web proposant des forums et publiant des documents sur le "djihad". [155]

Le 12 novembre 2015, un homme juif a été poignardé à plusieurs reprises près d'une pizzeria à Milan par un agresseur arabe. [156]

Lettonie

Affiche lettone : Goy land sheep pour la fête des élus.

Deux profanations de monuments commémoratifs de l'Holocauste, à Jelgava et dans la forêt de Biķernieki, ont eu lieu en 1993. Les délégués du Congrès mondial des juifs lettons venus à Biķernieki pour commémorer les 46 500 Juifs abattus là-bas, ont été choqués par la vue des croix gammées et le mot Judenfrei barbouillé sur le mémorial. En outre, des articles à contenu antisémite ont été publiés dans la presse nationaliste lettone. Les sujets principaux de ces articles étaient la collaboration des Juifs avec les communistes pendant la période soviétique, les Juifs ternissant la bonne réputation de la Lettonie en Occident et les hommes d'affaires juifs s'efforçant de contrôler l'économie lettone.

Pays-Bas

Les Pays- Bas ont le deuxième taux le plus élevé d'incidents antisémites dans l'Union européenne. Cependant, il est difficile d'obtenir des chiffres exacts car les groupes spécifiques contre lesquels des attaques sont commises ne sont pas spécifiquement identifiés dans les rapports de police, et les analyses des données policières pour l'antisémitisme reposent donc sur des recherches par mots clés, par exemple "Juif" ou "Israël". Selon le Centre d'information et de documentation sur Israël (CIDI), un groupe de pression pro-israélien aux Pays-Bas, [157] le nombre d'incidents antisémites signalés dans l'ensemble des Pays-Bas était de 108 en 2008, 93 en 2009 et 124 en 2010. Environ les deux tiers de ces actes sont des actes d'agression. Il y a environ 52 000 Juifs hollandais . [158]

Selon le journal NRC Handelsblad, le nombre d'incidents antisémites à Amsterdam était de 14 en 2008 et de 30 en 2009. [159] En 2010, Raphaël Evers, un rabbin orthodoxe d' Amsterdam , a déclaré au journal norvégien Aftenposten que les Juifs ne pouvaient plus être en sécurité . plus en ville en raison du risque d'agressions violentes. "Nous, les Juifs, ne nous sentons plus chez nous ici aux Pays-Bas. Beaucoup de gens parlent de déménager en Israël", a-t-il déclaré. [77] En 2013, le Centre néerlandais pour les rapports sur la discrimination (CIDI) a noté qu'il y a plus d'antisémitisme sur Internet que jamais auparavant au cours de ses 17 ans d'histoire. [160]

En septembre 2013, l'homme politique néerlandais Robbert Baruch a été accusé d'avoir utilisé des "trucs juifs" dans sa campagne pour le Parlement européen . [161] [162] En septembre 2014, un conducteur hostile sur un scooter motorisé a failli heurter un Juif néerlandais marchant dans une rue de La Haye parce qu'il portait ouvertement une kippa ( kippa ), tandis que d'autres passants musulmans l'ont traité de "cancer". " [160] En octobre 2014, les autorités de La Haye ont conseillé à un homme juif de ne pas héberger de soucca chez lui pendant la fête juive de Souccot .car cela offenserait les musulmans et attirerait le vandalisme. Il vivait dans un quartier de La Haye qui compte actuellement une importante population islamique, même s'il s'agissait à l'origine d'un quartier juif. L'homme juif a été agressé verbalement lorsqu'il portait une kippa en public. [163]

En mars 2015, il a été signalé qu'une école néerlandaise n'enseignait plus l'Holocauste en raison du grand nombre d'étudiants musulmans qui refusaient d'être enseignés sur le sujet. Lors d'une table ronde avec des enseignants et d'autres éducateurs organisée par le parti ChristianUnion , Arie Slob, le leader parlementaire du parti, a déclaré que les survivants de l'Holocauste ne sont plus invités à prendre la parole dans de nombreuses écoles néerlandaises, tout en ajoutant que "je suis horrifié par cela. Il est inacceptable que 70 ans après l'Holocauste, l'antisémitisme aux Pays-Bas se développe. " Wissam Feriani, professeur de sciences sociales (lui-même musulman), a raconté son expérience : « Le professeur dit juifs, les élèves disent Gaza. Le professeur dit Holocauste, les élèves disent que ce sont des conneries... C'est toujours la faute des juifs. . Certains élèves disent qu'ils [les Juifs] n'ont pas leur place. C'est difficile. [164] [165]

En avril 2019, un manifestant pro-israélien se tenant près d'un rassemblement anti-israélien a été battu à Amsterdam. [166]

Norvège

Chaque année, la communauté juive de Norvège commémore Henrik Wergeland qui a été le moteur de l'abrogation de l'interdiction constitutionnelle qui interdisait aux Juifs d'entrer en Norvège.

Les Juifs ont été interdits de vivre ou d'entrer en Norvège par le paragraphe 2 (connu sous le nom de paragraphe juif en Norvège) de la Constitution de 1814 , qui se lisait à l'origine : « La religion évangélique-luthérienne reste la religion publique de l'État. Les habitants qui l'avouent, sont tenus d'élever leurs enfants de la même manière. Les jésuites et les ordres monacaux ne sont pas autorisés. Les Juifs sont toujours interdits d'entrée dans le Royaume. En 1851, la dernière phrase fut biffée. Les moines ont été autorisés en 1897, et les jésuites pas avant 1956. [94]

Le "paragraphe juif" a été rétabli le 13 mars 1942 par Vidkun Quisling pendant l'occupation allemande de la Norvège, mais a été annulé lorsque la Norvège a été libérée en mai 1945. Avant la déportation des juifs danois, il y avait 2 173 juifs en Norvège, dont au moins 775 ont été arrêtés. , détenu et/ou expulsé ; 765 sont morts en conséquence directe de l' Holocauste . [167] Après la guerre et à la suite d'une purge légale , Quisling a été reconnu coupable de haute trahison (y compris le changement illégal de la Constitution) et abattu par un peloton d'exécution.

En 2010, la Norwegian Broadcasting Corporation, après un an de recherche, a révélé que l'antisémitisme était courant chez les musulmans norvégiens. Les enseignants des écoles à forte proportion de musulmans ont révélé que les étudiants musulmans « louent ou admirent souvent Adolf Hitler pour son meurtre de juifs », que « la haine des juifs est légitime au sein de vastes groupes d'étudiants musulmans » et que « les musulmans rient ou commandent [les enseignants] s'arrêter en essayant d'éduquer sur l'Holocauste". [168] [169] [170]

De plus, "alors que certains étudiants peuvent protester lorsque certains expriment leur soutien au terrorisme, aucun ne s'oppose lorsque les étudiants expriment leur haine des juifs" et qu'il est dit dans "le Coran que vous tuerez des juifs, tous les vrais musulmans détestent les juifs". La plupart de ces étudiants seraient nés et auraient grandi en Norvège. Un père juif a également raconté que son enfant après l'école avait été emmené par une foule musulmane (bien qu'il ait réussi à s'échapper), qui aurait été "emmené dans la forêt et pendu parce qu'il était juif". [168] [169] [170]

Il a été révélé en avril 2012 que Johan Galtung , un sociologue norvégien pionnier de la discipline des études sur la paix et de la résolution des conflits , avait fait des commentaires antisémites lors de discours publics et de conférences. [171] Galtung a affirmé qu'il y avait un lien possible entre le Mossad et Anders Behring Breivik . Il a également affirmé que six entreprises juives contrôlent 96 % des médias aux États-Unis, une déclaration fréquemment faite par des antisémites. Galtung a également affirmé que 70% des professeurs des 20 universités américaines les plus importantes sont juifs et a recommandé aux gens de lire le manuscrit antisémite frauduleux Les Protocoles des Sages de Sion .

Pologne

Au début du XVIIe siècle, la tolérance a commencé à céder la place à un antisémitisme accru. Élu au trône de Pologne, le roi Sigismond III de la Maison suédoise de Vasa , fervent partisan de la contre-réforme , a commencé à saper les principes de la Confédération de Varsovie et la tolérance religieuse dans le Commonwealth polono-lituanien , révoquant et limitant les privilèges de tous confessions non catholiques. En 1628, il interdit la publication de livres hébreux , dont le Talmud . [172] L'historien acclamé du XXe siècle Simon Dubnow , dans son magnum opus Histoire des Juifs en Pologne et en Russie, détaillé :

« À la fin du XVIe siècle et par la suite, pas une année ne s'est écoulée sans qu'un procès pour diffamation de sang contre des Juifs en Pologne se termine toujours par l'exécution de victimes juives d'une manière odieuse... » (ibid., volume 6 , Chapitre 4).

Dans les années 1650, l'invasion suédoise du Commonwealth ( le déluge ) et le soulèvement des cosaques de Khmelnytsky ont entraîné un vaste dépeuplement du Commonwealth, car plus de 30% des quelque 10 millions d'habitants ont péri ou ont émigré. Dans les pogroms connexes de 1648-1655 menés par le soulèvement ukrainien contre la noblesse polonaise ( szlachta ), au cours desquels environ 100 000 Juifs ont été massacrés, des paysans polonais et ruthènes ont souvent participé au meurtre de Juifs ( Les ​​Juifs en Pologne, Ken Spiro, 2001). Les szlachta assiégées, qui ont également été décimées dans les territoires où le soulèvement s'est produit, ont généralement abandonné la paysannerie loyale, les citadins et les Juifs louant leurs terres, en violation des contrats de «location».

Au lendemain du déluge et du soulèvement de Chmielnicki, de nombreux Juifs ont fui vers les Pays-Bas moins turbulents, qui avaient accordé aux Juifs une charte de protection en 1619. Depuis lors jusqu'aux déportations nazies en 1942, les Pays-Bas sont restés un refuge remarquablement tolérant pour les Juifs en Europe. , dépassant la tolérance existant dans tous les autres pays européens à l'époque, et devenant l'un des rares refuges juifs jusqu'aux réformes sociales et politiques du XIXe siècle dans une grande partie de l'Europe. De nombreux Juifs ont également fui vers l'Angleterre, ouverte aux Juifs depuis le milieu du XVIIe siècle, dans laquelle les Juifs étaient fondamentalement ignorés et généralement pas persécutés. L'historien Berel Wein note :

"Dans un renversement des rôles qui est courant dans l'histoire juive, les Polonais victorieux déchargeaient maintenant leur colère sur les malheureux Juifs de la région, les accusant de collaborer avec l' envahisseur cosaque !... Les Juifs, sous le choc de près de cinq ans de l'enfer, ont abandonné leurs communautés et leurs institutions polonaises...." ( Triumph of Survival , 1990).

Tout au long des XVIe au XVIIIe siècles, de nombreux szlachta ont maltraité les paysans, les citadins et les Juifs. La menace de violence populaire était un spectre sur les communautés juives du Commonwealth polono-lituanien à l'époque. À une occasion en 1696, une foule a menacé de massacrer la communauté juive de Posin, Vitebsk . La foule a accusé les Juifs d'avoir assassiné un Polonais. Au dernier moment, une paysanne est apparue avec les vêtements de la victime et a avoué le meurtre. Un exemple notable d'émeutes réelles contre les Juifs polonais est l'émeute de 1716, au cours de laquelle de nombreux Juifs ont perdu la vie. Plus tard, en 1723, l'évêque catholique romain de Gdańsk a provoqué le massacre de centaines de Juifs.

D'autre part, malgré les incidents mentionnés, le Commonwealth polono-lituanien était un refuge relatif pour les Juifs par rapport à la période des partitions de la Pologne et de la destruction du PLC en 1795 (voir la Russie impériale et l'Union soviétique , ci-dessous).

Après une tentative d'assassinat sur la vie d' Alexandre III de Russie , dans les années 1880, les forces impériales russes ont commencé à installer des Juifs lituaniens russophones dans les régions de langue polonaise. Un conflit culturel a émergé entre les Juifs russophones soutenus par l'Empire russe, financièrement et politiquement, et les Polonais.

Leon Khazanovich, un chef de Poalei Zion , a documenté les pogroms et la persécution des Juifs dans 105 villes et villages de Pologne en novembre-décembre 1918. [173]

Les sentiments anti-juifs ont continué d'être présents en Pologne, même après que le pays a retrouvé son indépendance. Une manifestation notable de ces attitudes comprend les règles du numerus clausus imposées par presque toutes les universités polonaises en 1937. William W. Hagen , dans son article Before the "Final Solution": Toward a Comparative Analysis of Political Anti-Semitism in Interwar Germany and Poland article in Journal of Modern History (juillet 1996) : 1-31 , détails :

"En Pologne, le gouvernement semi-dictatorial de Piłsudski et ses successeurs, sous la pression d'une opposition de plus en plus virulente de la droite radicale et fasciste, ont mis en œuvre de nombreuses politiques antisémites allant dans le même sens, tandis que d'autres encore étaient à l'ordre du jour officiel et semi-officiel lorsque la guerre est descendu en 1939.... Dans les années 1930, le domaine de la discrimination officielle et semi-officielle s'est étendu pour englober les limites imposées aux entreprises d'exportation juives... et, de plus en plus, à l'admission à l'université elle-même. , mais en 1938-1939 leur proportion était tombée à 8 pour cent."

S'il existe de nombreux exemples de soutien et d'aide polonais aux Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale et l'Holocauste, il existe également de nombreux exemples d'incidents antisémites, et la population juive était certaine de l'indifférence envers leur sort de la part des Polonais chrétiens. L'Institut polonais de la mémoire nationale a identifié vingt-quatre pogroms contre les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, le plus notable ayant eu lieu dans le village de Jedwabne en 1941 (voir massacre de Jedwabne ).

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les sentiments anti-juifs restants ont été habilement utilisés à certains moments par le parti communiste ou des politiciens individuels afin d'atteindre leurs objectifs politiques supposés, qui ont culminé lors des événements de mars 1968 .

"Entre 1968 et 1971, 12 927 Polonais apatrides de nationalité juive (l'émigration les avait automatiquement privés de leur citoyenneté polonaise) ont quitté le pays. Leur destination officielle était Israël. L'État ne leur avait permis de partir que s'ils choisissaient Israël comme leur destination. Pourtant, en fait, seuls 28% y sont allés. Des groupes plus importants ont également été emmenés par la Suède, le Danemark et les États-Unis, un plus petit nombre de personnes sont allées en Italie, en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne. [174]

Ces sentiments n'ont commencé à s'estomper qu'avec l'effondrement du régime communiste en Pologne en 1989, qui a entraîné un réexamen des événements entre les Juifs et les Polonais chrétiens indigènes, un certain nombre d'incidents, comme le massacre de Jedwabne, faisant l'objet de discussions ouvertes. pour la première fois. L'antisémitisme violent en Pologne au XXIe siècle est marginal [175] par rapport à ailleurs, mais il reste très peu de Juifs en Pologne. Pourtant, selon les résultats de recherche du 7 juin 2005 de la Ligue anti-diffamation de B'nai Brith , la Pologne reste parmi les pays européens (avec d'autres étant l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne) avec les pourcentages les plus élevés de personnes ayant des opinions antisémites.

Des antisémites en Pologne ont été nommés à des postes cruciaux du gouvernement et des médias. L'ancien vice-président de la chaîne de télévision publique polonaise, Piotr Farfal , est un fasciste polonais, "militant politique d'extrême droite et ancien rédacteur en chef du magazine skinhead polonais Front, qui soutient ouvertement l'antisémitisme". L'ancien vice-Premier ministre polonais et ministre de l'Éducation, Roman Giertych , qui a soutenu la nomination de Farfal, est également un dirigeant de la Ligue des familles polonaises , d'extrême droite et antisémite . [176]

Le 27 mai 2006, Michael Schudrich , le grand rabbin de Pologne, a été victime d'une attaque antisémite lorsqu'il a été agressé dans le centre de Varsovie par un fasciste polonais de 33 ans, qui a avoué avoir agressé le dirigeant juif avec ce qui semblait être spray au poivre. Selon la police, l'agresseur avait des liens avec des organisations nazies et des antécédents de hooliganisme lié au football . [177]

La Russie et l'Union soviétique

Une manifestation en Russie. Les slogans antisémites citent Henry Ford et l'impératrice Elizabeth .

Le Pale of Settlement était la région occidentale de la Russie impériale à laquelle les Juifs étaient limités par le tsariste Ukase de 1792. Il se composait des territoires de l'ancien Commonwealth polono-lituanien , annexés à la nombreuse population juive existante, et de la Crimée (qui fut plus tard découpé du Pale). De 1881 à 1884, de 1903 à 1906 et de 1914 à 1921, des vagues de pogroms antisémites ont balayé les communautés juives russes. On pense qu'au moins certains pogroms ont été organisés ou soutenus par l' Okhrana russe. Bien qu'il n'y ait aucune preuve tangible de cela, la police et l'armée russes ont généralement fait preuve d'indifférence à l'égard des pogroms, par exemple lors du premier pogrom de Kichinev de 1903.

Au cours de cette période, la politique des lois de mai a également été mise en vigueur, interdisant les Juifs des zones rurales et des villes et imposant des quotas stricts sur le nombre de Juifs autorisés à accéder à l'enseignement supérieur et à de nombreuses professions. La combinaison de la législation répressive et des pogroms a propulsé l'émigration massive des Juifs et, en 1920, plus de deux millions de Juifs russes avaient émigré, la plupart aux États-Unis tandis que certains faisaient leur aliya en Terre d'Israël .

L'un des traités antisémites les plus infâmes était le canular littéraire russe de l'Okhrana , Les Protocoles des Sages de Sion , créé afin de blâmer les Juifs pour les problèmes de la Russie pendant la période d'activité révolutionnaire.

Même si de nombreux anciens bolcheviks étaient ethniquement juifs, ils ont cherché à déraciner le judaïsme et le sionisme et ont établi la Yevsektsiya pour atteindre cet objectif. À la fin des années 1940, la direction communiste de l'ex-URSS avait liquidé presque toutes les organisations juives, y compris Yevsektsiya.

La campagne antisémite de Joseph Staline de 1948-1953 contre les soi-disant « cosmopolites sans racines », la destruction du Comité antifasciste juif , la fabrication du « complot des médecins », la montée de la « sionologie » et les activités ultérieures des organisations officielles comme le comité antisioniste du public soviétique ont été officiellement menés sous la bannière de «l'antisionisme», mais l'utilisation de ce terme ne pouvait masquer le contenu antisémite de ces campagnes, et au milieu des années 1950, la persécution de l'État des Juifs soviétiques est devenu un problème majeur de droits de l'homme en Occident et dans le pays. Voir aussi : amendement Jackson-Vanik ,Pamyat .

Staline a cherché à isoler les Juifs russes dans "Soviet Zion", avec l'aide de Komzet et OZET en 1928 [ la citation nécessaire ] . L' oblast autonome juif avec le centre de Birobidjan dans l' Extrême-Orient russe n'a attiré qu'un peuplement limité et n'a jamais atteint l'objectif de Staline [ la citation nécessaire ] d'un exil intérieur pour le peuple juif.

Aujourd'hui, les déclarations, discours et articles antisémites sont courants en Russie, et il existe un certain nombre de groupes antisémites néonazis dans les républiques de l'ex-Union soviétique, ce qui a conduit la Pravda à déclarer en 2002 que "l'antisémitisme est en plein essor en Russie". [178] Au cours des dernières années, des bombes ont également été apposées sur des pancartes antisémites, visant apparemment des Juifs, et d'autres incidents violents, notamment des coups de couteau, ont été enregistrés. Les théories du complot antisémite étaient encore répandues dans les médias russes en 2019 également. [179]

Slovaquie

Voir la légende
Titre de la publication du ministère de la propagande du 21 septembre 1941 : "Nous avons traité avec les Juifs ; la loi anti-juive la plus stricte est celle de la Slovaquie"

Suite à l'émancipation juive en 1896, de nombreux Juifs de Slovaquie (alors Haute-Hongrie , partie du Royaume de Hongrie ) avaient adopté la langue et les coutumes hongroises afin d'avancer. De nombreux Juifs ont déménagé dans les villes et ont rejoint les professions libérales ; d'autres sont restés à la campagne, travaillant pour la plupart comme artisans, marchands et commerçants. Leur multilinguisme les a aidés à progresser dans les affaires, mais a mis de nombreux Juifs en conflit avec le renouveau national slovaque . [180] Le chef du renouveau national slovaque, Ľudovít Štúr , croyait que les Juifs slovaques manquaient d'une histoire, d'une culture et d'une société communes avec les Slovaques. [181] Antisémitisme religieux traditionnela été rejoint par la vision stéréotypée des Juifs en tant qu'exploiteurs des pauvres Slovaques ( antisémitisme économique ), et une forme d '«antisémitisme national» accusant les Juifs d' irrédentisme hongrois , et plus tard de tchécoslovaquie , les Juifs étant associés à l'État tchécoslovaque. Au milieu des années 1930, un large consensus sur l'antisémitisme avait émergé dans la société slovaque. [180] [182]

L'antisémitisme en Slovaquie a décliné à partir du milieu du XXe siècle, qui a vu la déportation et le meurtre de la plupart des Juifs slovaques par le gouvernement du Parti populaire slovaque dirigé par Jozef Tiso . L'antisémitisme après la guerre s'est manifesté dans des événements tels que le pogrom de Topoľčany en septembre 1945. [183] ​​Plus récemment, la politicienne Marian Kotleba a promu la théorie du complot du gouvernement d'occupation sioniste et a décrit les Juifs comme des "diables à peau humaine". [184] [181]

Slovénie

Graffiti sur la synagogue de Maribor , janvier 2009.

Le premier mouvement antisémite notable remonte à 1496, lorsque toute la communauté juive du territoire de Carinthie et de Styrie a été expulsée en raison du décret émis par l'empereur Maximilien Ier . Il était sous la forte pression des nobles locaux . La dernière de ces expulsions a été prononcée en 1828, mais les restrictions sur la colonisation et les affaires sont restées jusqu'en 1861.

L'antisémitisme moderne est apparu en Slovénie à la fin du XIXe siècle, d'abord parmi les catholiques ultra-traditionalistes, comme l'évêque Anton Mahnič . Cependant, il s'agissait toujours d'un antisémitisme culturel et religieux, et non raciste. L'antisémitisme racial a d'abord été avancé en Slovénie par certains nationalistes libéraux, comme Josip Vošnjak . Au tournant du XXe siècle, l'antisémitisme s'est largement répandu en raison de l'influence du mouvement social chrétien autrichien . Le fondateur du socialisme chrétien slovène, l' évangéliste Janez Krek était farouchement antisémite, bien que beaucoup de ses partisans ne le soient pas. Cependant, l'antisémitisme est resté une caractéristique reconnaissable des groupes conservateurs, ultra-catholiques et d'extrême droite en Slovénie jusqu'en 1945.

Environ 4 500 Juifs vivaient dans les régions slovènes avant les transports de masse vers les camps de concentration en 1941. Beaucoup d'entre eux étaient des réfugiés de l' Autriche voisine , tandis que le nombre de Juifs slovènes de nationalité yougoslave était beaucoup plus faible. Selon le recensement de 1931, la communauté juive de la Drava Banovina (l'unité administrative correspondant à la partie yougoslave de la Slovénie) comptait moins de 1 000 membres, principalement concentrés dans la région slovène la plus à l'est de Prekmurje . À la fin des années 1930, une législation anti-juive a été adoptée par le régime pro-allemand du Premier ministre yougoslave Milan Stojadinović, soutenu également par le plus grand parti politique de Slovénie, le Parti populaire slovène conservateur . Le chef du parti, le Dr Anton Korošec , avait un fort discours antisémite et a joué un rôle déterminant dans l'introduction du numerus clausus dans toutes les universités yougoslaves en 1938.

La grande majorité de la communauté juive slovène a été assassinée à Auschwitz et dans d'autres camps d'extermination. Les nazis ont continué à déporter les Juifs slovènes jusqu'en 1945. Une fois notable, la communauté juive de Prekmurje a disparu. Seuls des individus sont revenus, beaucoup d'entre eux ont immigré en Israël juste après 1945.

En 1954, le parti communiste local a détruit la dernière synagogue debout en Slovénie - la synagogue de Murska Sobota , qui avait survécu aux deux années d'occupation nazie entre 1944 et 1945. Avant la destruction finale, la synagogue a été pillée et incendiée par les membres de la fête. [185]

Après leur retour des camps de concentration, de nombreux Juifs ont réalisé qu'ils avaient été dépossédés par le nouveau gouvernement communiste. Le peuple juif a été automatiquement marqué comme une classe supérieure, bien que les nazis aient pris la plupart des biens. Les Juifs qui possédaient encore des maisons ou des appartements plus grands étaient autorisés à vivre dans une pièce, le reste de leurs propriétés appartenait au parti communiste. Certains des Juifs qui s'opposaient à cette politique se sont fait dire "qu'ils sont les bienvenus pour partir à tout moment". [186] On a également dit aux Juifs qu'il valait mieux qu'ils partent, s'ils veulent la paix d' OZNA . [187]

Pendant la période socialiste yougoslave , les Juifs ont été autorisés à partir en Israël. Cependant, s'ils décidaient de partir, toutes leurs propriétés et tout type de possession appartiendraient automatiquement au parti communiste sans possibilité de retour. [188] Après la dissolution de la Yougoslavie, certaines propriétés ont été restituées aux Juifs. De nombreux Juifs qui avaient immigré de Slovénie en Israël ont déclaré qu'ils étaient maintenant trop vieux et trop fatigués pour entamer le processus de retour. [189]

Dans les années 1990 et 2000 (décennie), l'antisémitisme a refait surface en Slovénie, principalement lié aux mouvements altermondialistes et d' extrême gauche . Depuis 1990, les discours antisémites en Slovénie sont majoritairement liés à la gauche de l'échiquier politique, alors qu'ils sont pour la plupart absents de la rhétorique de droite. Le Parti national slovène , qui a été décrit par beaucoup comme chauvin, n'a pas été antisémite. En revanche, les propos antisémites ont été fréquents parmi les militants et commentateurs de gauche, ainsi que parmi les groupes d'extrême droite extraparlementaires.

En janvier 2009, pendant la guerre de Gaza , l'extérieur de la synagogue a été dégradé par des graffitis antisémites, dont « Juden raus » et « Gaza ». [190] Bien que la synagogue soit protégée par des caméras de sécurité, les coupables n'ont jamais été retrouvés. [191]

Le 15 avril 2009, la radiotélévision nationale slovène a publié un article sur Adolf Hitler dans lequel ils écrivaient : "... 17 millions de personnes ont été tuées automatiquement, dont probablement 6 millions de Juifs...." Après avoir été critiquée pour avoir nié le nombre de Victimes juives, la radio-télévision slovène a changé l'article. Aucune déclaration ou explication officielle n'a été faite par RTV. [192]

Le 31 janvier, RTV a de nouveau fait des déclarations controversées sur l'Holocauste et Israël, pendant les informations. Après avoir montré la vidéo de la libération d'Auschwitz, un journaliste de télévision a qualifié les Juifs survivants de "successeur de la terreur qui abuse des innocents dans un ghetto appelé Gaza avec une force brutale excessive". Ils terminaient un article par une déclaration "lorsque la victime devient un criminel". Ils ont également déclaré que les Juifs abusent de la signification de l'Holocauste pour des raisons politiques. [193]

Espagne

Expulsions des Juifs en Europe de 1100 à 1600

Les Juifs de l'Espagne occupée par l'Islam, Al-Andalus , étaient des dhimmis de seconde classe qui ont été ciblés dans des pogroms tels que le massacre de Grenade en 1066 . En 1492, via le décret de l'Alhambra , le roi Ferdinand et la reine Isabelle ont ordonné l'expulsion d'environ 800 000 Juifs du pays, et ainsi mis fin à la communauté juive la plus importante et la plus distinguée d'Europe. Les baptêmes coercitifs ont finalement produit le phénomène des conversos ( Marranos ), l' Inquisition et les statuts de "pureté du sang" cinq siècles avant les lois raciales dans l'Allemagne nazie .. Dès la fin du XIXe siècle, les Juifs sont perçus comme des conspirateurs, parallèlement à l'idée d'un complot juif universel pour contrôler le monde. Après la révolution soviétique et la fondation du Parti communiste espagnol en 1920, ces "forces anti-espagnoles" ont été principalement identifiées avec le "virus communiste destructeur", souvent considéré comme guidé par les Juifs. [194]

Pendant la guerre civile espagnole , l'alliance entre la faction franquiste et l'Allemagne nazie a ouvert la voie à l'émergence de l'antisémitisme dans la droite espagnole. C'est au cours des années 1960 qu'apparaissent les premiers groupes néo-fascistes et néo-nazis espagnols , comme le CEDADE . Plus tard, les néo-nazis espagnols ont tenté d'utiliser le discours antisémite pour expliquer la transition politique vers la démocratie (1976-1982) après la mort du général Franco . Il s'appuyait sur les mêmes idées qui avaient été exprimées en 1931 lorsque la Deuxième République espagnolea été proclamé – que les tournants politiques pouvaient s'expliquer par diverses « intrigues ». De 1948 à 1986, Israël n'a pas été reconnu par l'Espagne, et Israël et l'Espagne n'avaient pas de relations diplomatiques. En 1978, les Juifs ont été reconnus comme citoyens à part entière en Espagne, et aujourd'hui la population juive compte environ 40 000 - 1 % de la population espagnole, dont 20 000 sont enregistrés dans les communautés juives. La majorité vit dans les grandes villes d'Espagne sur la péninsule ibérique , l'Afrique du Nord ou les îles. [195]

Bon nombre des préjugés cultivés pendant les années franquistes persistent au XXIe siècle. Selon certains, [196] dérivée du fait que presque tous les Espagnols sont catholiques, et que l'Espagne reste à ce jour l'un des pays occidentaux les plus homogènes, la judéophobie espagnole reflète une obsession nationale pour l'unité religieuse et ethnique qui se fonde sur la conception de un « ennemi intérieur » imaginaire complotant la chute de la religion catholique et de l'ordre social traditionnel. [197] Cependant, cette hypothèse se heurte au fait que l'Espagne du XXIe siècle est l'un des pays les plus sécularisés d'Europe, [198] [199] avec seulement 3% des Espagnols considérant la religion comme l'une de leurs trois valeurs les plus importantes [200 ]et donc sans le lier à leur identité nationale ou personnelle. De plus, dans l'Espagne moderne, il n'y a pas de peur de "l'ennemi intérieur" mais dans les cercles d'extrême droite, qui sont plus souvent focalisés contre l'immigration musulmane ainsi que contre le séparatisme catalan et basque , des phénomènes bien plus visibles. Les attitudes modernes de type antisémite en Espagne sont en fait liées aux politiques abusives perçues de l'État d' Israël contre les Palestiniens et sur la scène internationale plutôt qu'à toute sorte d'obsession religieuse ou identitaire, [201] [197] et cela a été défini par auteurs juifs comme un "antisémitisme sans antisémites". [201]

Pablo Iglesias, le fondateur du parti politique espagnol " Unidas Podemos " a une histoire de remarques antisémites, notamment : " l'Holocauste n'était qu'un problème bureaucratique ", " les grandes entreprises de Wall Street sont pratiquement toutes entre les mains de Juifs " et "le lobby juif soutient les initiatives contre les peuples du monde", entre autres. [202] [203]

Suède

Après l'Allemagne et l'Autriche , la Suède a le taux le plus élevé d'incidents antisémites en Europe, bien que les Pays- Bas signalent un taux d'antisémitisme plus élevé certaines années. [34] Une étude gouvernementale en 2006 a estimé que 15 % des Suédois sont d'accord avec l'affirmation : « Les Juifs ont trop d'influence dans le monde aujourd'hui ». [204] 5 % de la population adulte totale et 39 % des musulmans adultes « ont des opinions antisémites systématiques ». [204] L'ancien premier ministre Göran Perssondécrit ces résultats comme "surprenants et terrifiants". Cependant, le rabbin de la communauté juive orthodoxe de Stockholm, Meir Horden, a déclaré : « Il n'est pas vrai de dire que les Suédois sont antisémites. Certains d'entre eux sont hostiles à Israël parce qu'ils soutiennent le côté faible, qu'ils perçoivent comme étant les Palestiniens . ." [205]

En octobre 2010, The Forward a rendu compte de l'état actuel des Juifs et du niveau d'antisémitisme en Suède. Henrik Bachner, écrivain et professeur d'histoire à l'Université de Lund, a affirmé que des membres du Parlement suédois ont assisté à des rassemblements anti-israéliens où le drapeau israélien a été brûlé tandis que les drapeaux du Hamas et du Hezbollah ont été agités, et la rhétorique était souvent antisémite – pas seulement anti-israélien. Mais une telle rhétorique publique n'est pas qualifiée de haineuse et dénoncée. [206]

Charles Small, directeur de l'Initiative de l'Université de Yale pour l'étude de l'antisémitisme, a déclaré que "la Suède est un microcosme de l'antisémitisme contemporain. C'est une forme d'acquiescement à l'islam radical, qui est diamétralement opposé à tout ce que représente la Suède". Per Gudmundson, éditorialiste en chef de Svenska Dagbladet , a vivement critiqué les politiciens qui, selon lui, offrent de "faibles excuses" aux musulmans accusés de crimes antisémites. "Les politiciens disent que ces enfants sont pauvres et opprimés, et nous les avons fait détester. En fait, ils disent que le comportement de ces enfants est en quelque sorte de notre faute." [206]

Deux documentaires, l'un réalisé en 2013 et l'autre en 2015, ont filmé en secret des reporters se promenant dans Malmö portant une kippa . Dans le documentaire de 2013, le journaliste n'a reçu que des regards et des rires étranges, mais dans le documentaire de 2015, dans le quartier majoritairement musulman de Rosengård , le journaliste a été agressé physiquement et verbalement et a dû fuir. Fred Kahn, un dirigeant de la communauté juive locale, a affirmé que la plupart des incidents sont commis par des musulmans ou des Arabes. [207]

Suisse

Turquie

Ukraine

Il y a eu des juifs en Ukraine depuis que les colonies grecques de la côte de la mer Noire avaient leurs commerçants juifs. [208] L'antisémitisme existe depuis au moins l'époque de la Rus Primary Chronicle . [208] Dirigeants [ qui ? ] Des nationalistes ucranianos de l' OUN (b) ont participé à l'Holocauste pendant la Seconde Guerre mondiale . [209] [210] En Ukraine, la violence contre les Juifs et les graffitis antisémites demeurent. [211] L'antisémitisme a diminué depuis l'indépendance de l'Ukraine en 1991. [212]

Royaume-Uni

En 2004, des membres du Parlement britannique ont lancé une enquête sur l'antisémitisme, qui a publié ses conclusions en 2006. L'enquête a déclaré que "jusqu'à récemment, l'opinion dominante à la fois au sein de la communauté juive et au-delà [était] que l'antisémitisme avait reculé au point qu'il n'existait qu'en marge de la société." Elle a constaté une inversion de ce progrès depuis 2000. Elle visait à enquêter sur le problème, à identifier les sources de l'antisémitisme contemporain et à faire des recommandations pour améliorer la situation. [213] [214] En 2014, 9 % de la population britannique avait des attitudes négatives envers les Juifs. [215]

Voir aussi

Références

  1. ^ Bennett, Gillian (2005), "Vers une réévaluation de la légende de 'Saint' Guillaume de Norwich et sa place dans la légende de la diffamation du sang". Folklore , 116(2), p. 119–21.
  2. Voir Stéphane Barry et Norbert Gualde, La plus grande épidémie de l'histoire , in L'Histoire magazine, n°310, juin 2006, p.47 (en français)
  3. ^ Ben-Sasson, Haïm Hillel (2007). "Mort noire". À Berenbaum, Michel ; Skolnik, Fred (éd.). Encyclopédie Judaica . Vol. 3 (2e éd.). Détroit : référence Macmillan. p. 731.ISBN _ 978-0-02-866097-4.
  4. ^ Berenbaum, Michel ; Skolnik, Fred , éd. (2007). "Strasbourg". Encyclopédie Judaica . Vol. 19 (2e éd.). Détroit : référence Macmillan. p. 244. ISBN 978-0-02-866097-4.
  5. ^ Hertzberg, Arthur et Hirt-Manheimer, Aron. Juifs : L'essence et le caractère d'un peuple , HarperSanFrancisco, 1998, p.84. ISBN 0-06-063834-6 
  6. ^ Ben-Sasson, Haim Hillel; et coll. (2007). Berenbaum, Michael ; Skolnik, Fred (éd.). Encyclopédie Judaica . Vol. 7 (2e éd.). Détroit : référence Macmillan. p. 522.ISBN _ 978-0-02-866097-4. {{cite encyclopedia}}: Manquant ou vide |title=( aide )
  7. ^ Breuer, Mordechai (1996). « Prologue : Le Moyen Âge juif ». Dans: Michael A. Meyer (Ed.), Histoire juive allemande à l'époque moderne, Volume 1: Tradition et Lumières, 1600–1780 . Traduit de l'allemand par William Templer. New York : presse universitaire de Columbia. p. 81-103 ; ici : p. 12. Concernant les exceptions : "Le fait que les Juifs aient néanmoins réussi à acquérir des terres dans certaines régions n'est qu'une preuve supplémentaire de la contradiction fréquente qui existait entre la théorie et la pratique dans leur traitement."
  8. ^ Bein, Alex (1990). La question juive : biographie d'un problème mondial . Traduit de l'allemand par Harry Zohn. Rutherford, NJ : Fairleigh Dickinson University Press. p. 89. Concernant les exceptions : "Néanmoins, jusqu'à une bonne partie du Moyen Âge, il y avait encore des Juifs dans les établissements ruraux, et même au-delà de la période des croisades, les Juifs possédaient des terres, des vignes et des champs ici ou là dans les petites villes de campagne et les cultivaient même. ; notre source principale pour cela est la Responsa."
  9. ^ "Latran 4 - 1215" . ewtn.com .
  10. ^ "Concile de Latran - Catholicisme romain" .
  11. ^ « Identification juive : insigne juif ». La bibliothèque virtuelle juive . Récupéré le 14 avril 2016.
  12. ^ Gai, Ruth. Les Juifs d'Allemagne : un portrait historique . New Haven: Yale University Press, 1992. p. 20-21. Gay fait référence à l'historien Heinrich Graetz comme source, sans citation spécifique.
  13. ^ Stow, Kenneth (2005). « Expulsions, Haut Moyen Âge ». Dans : Richard S. Levy (Ed.), Antisemitism : A Historical Encyclopedia of Prejudice and Persecution . Vol. 1. Santa Barbara, Californie : ABC-CLIO. p. 216-218 ; ici : p. 216.
  14. ^ Starr-Lebeau, Gretchen D. (2004). « Juifs, Expulsions de (Espagne ; Portugal) ». Europe, 1450 à 1789 : Encyclopédie du monde moderne ; via www.encyclopedia.com. Récupéré le 14 avril 2016.
  15. ^ Penslar, Derek J.; Kalmar, Ivan Davidson (2005). "L'orientalisme et les juifs: une introduction" .
  16. ^ "Jud Suss Le film antisémite le plus réussi jamais réalisé. Nous www.HolocaustResearchProject.org" . holocaustresearchproject.org .
  17. ^ "Le pogrom anti-juif dans le soulèvement de Khmelnytsky. [Archives] - Le Phora" . thephora.net .
  18. ^ Steven Beller (2007) Antisémitisme: Une très courte introduction: 64
  19. ^ "L'antisémitisme dans l'histoire : l'antisémitisme racial, 1875–1945" . ushmm.org .
  20. ^ "Affaire Dreyfus - Histoire de France" .
  21. ^ "L'Affaire Dreyfus" . histoirejuive.org . 5 janvier 2012.
  22. ^ "La diffamation de sang - l'antisémitisme" .
  23. ^ "Blood Libel: Une réclamation fausse et incendiaire contre les juifs" . Ligue anti-diffamation .
  24. ^ "Le procès de sang-diffamation de Mendel Beilis se répercute un siècle plus tard" .
  25. ^ Levin, Edmund (8 octobre 2013). "Le dernier procès en diffamation de sang" . Ardoise .
  26. ^ "Les Protocoles des Anciens Savants de Sion" . histoire.ucsb.edu .
  27. ^ "Protocoles des Anciens Savants de Sion" . bibliotecapleyades.net .
  28. ^ "Pogroms | Encyclopedia.com" .
  29. ^ "Völkischer Beobachter - journal nazi allemand" .
  30. ^ "Der Stürmer! www.HolocaustResearchProject.org" . holocaustresearchproject.org .
  31. ^ Edvard Radzinski . Staline (en russe). Moscou, Vagrius, 1997. ISBN 5-264-00574-5 ; disponible en ligne . Version traduite : "Staline", 1996, ISBN 0-385-47397-4 (relié), 1997, ISBN 0-385-47954-9 (broché) Ch. 24. "естественно, последовал новый виток Антисемитской истерииитской истерии. Уже в Конце февраля по москве поползли слухи: вреев будут выселять в сибирь."   
  32. ^ Susanne Urbain (2004). "L'antisémitisme en Allemagne aujourd'hui: ses racines et ses tendances" . Revue d'études politiques juives . 16 (3-4) : 119.
  33. ^ "L'antisémitisme en hausse de 30% en Belgique" . ynet . 27 février 2013 . Récupéré le 17 juin 2015 .
  34. ^ un b Le Rapport 2005 du Département d'État américain sur l'Antisémitisme Global.
  35. ^ "Washington : le sentiment anti-israélien européen a franchi la ligne de l'antisémitisme" . Le Poste de Jérusalem . 15 octobre 2015.
  36. ^ "Rapport spécial: La montée de la droite en Europe" . Nouvelles . Récupéré le 17 juin 2015 .
  37. ^ "Le fils du rabbin déjoue la tentative d'attentat à la synagogue de Moscou - j. l'hebdomadaire juif de nouvelles de la Californie du Nord" . 30 juillet 1999 . Récupéré le 17 juin 2015 .
  38. ^ "World Briefing: Asie, Europe, Amériques et Afrique" . Le New York Times . 12 janvier 2006.
  39. ^ "Compte suspendu" . fighthared.com . Archivé de l'original le 15 juin 2013 . Récupéré le 26 mai 2013 .
  40. ^ "Vidéo: Prêtre Attaques Menorah - Monde Juif" . Arutz Sheva . Récupéré le 17 juin 2015 .
  41. ^ "L'ADL met en évidence les 10 principaux problèmes affectant les juifs en 2012" . ADL . Récupéré le 26 janvier 2013 .
  42. ^ "Copie archivée" (PDF) . Archivé de l'original (PDF) le 12 mai 2013 . Récupéré le 20 avril 2013 . {{cite web}}: CS1 maint: archived copy as title (link)
  43. ^ un b Gerstenfeld, Manfred (19 février 2013). "L'antisémitisme musulman en Europe occidentale" . Le Poste de Jérusalem . Récupéré le 18 février 2019 .
  44. ^ "Bruker tåregass mot demonstranter utenfor Israels ambassade" . Dagbladet (en norvégien). 4 janvier 2009.
  45. ^ "Brukte tåregass på demonstranter" (en norvégien). NRK. 4 janvier 2009.
  46. ^ un b "Le tireur français qui a tué des enfants juifs" a été élevé comme antisémite "" . The Guardian . Associated Press. 11 novembre 2012. ISSN  0261-3077 . Récupéré le 18 février 2019 .
  47. ^ "L'antisémitisme mondial : Incidents sélectionnés dans le monde en 2012" . ADL . Récupéré le 17 juin 2015 .
  48. ^ "Un an après la guerre d'Irak: méfiance envers l'Amérique en Europe encore plus élevée, la colère musulmane persiste" , Pew Global Attitudes Project . Récupéré le 12 mars 2006.
  49. ^ "L'enquête ADL dans 12 pays européens révèle que les attitudes antisémites sont toujours fortement maintenues" , Anti-Defamation League , 2005. Récupéré le 12 mars 2006.
  50. ^ Carte Flash des attitudes envers les Juifs dans 12 pays européens (2005) Archivée le 15 avril 2008 à la Wayback Machine , Philo. Sophistique. Récupéré le 12 mars 2006.
  51. ^ Kaplan, EH; Petit, Californie (2006). "Le sentiment anti-israélien prédit l'antisémitisme en Europe" (PDF) . Journal de résolution des conflits . 50 (4): 548–561. doi : 10.1177/0022002706289184 . S2CID 144117610 .  
  52. ^ un b Haviv Rettig Gur. Expert de Yale : Pas assez connu sur l'antisémitisme , The Jerusalem Post. 8 août 2007
  53. ^ "L'enquête ADL dans dix pays européens trouve l'antisémitisme à des niveaux inquiétants" . ADL . Récupéré le 26 janvier 2013 .
  54. ^ "Des milliers de personnes manifestent contre l'antisémitisme en France" . Nouvelles de la BBC . 20 février 2019 . Récupéré le 20 février 2019 .
  55. ^ un b "La Croyance Religieuse et l'Appartenance Nationale en Europe Centrale et Orientale – le Chapitre 8 : la Démocratie, le nationalisme et le pluralisme" . Centre de recherche Pew. 10 mai 2017 . Récupéré le 1er avril 2018 .
  56. ^ un bcde David Masci (28 mars 2018) . "La plupart des Polonais acceptent les Juifs comme concitoyens et voisins, mais une minorité ne le fait pas" . Récupéré le 1er avril 2018 .
  57. ^ "Le dirigeant arménien accuse Israël d'avoir aidé au 'génocide' contre son peuple" . Le Times d'Israël .
  58. ^ "Les Arméniens brûlent des drapeaux israéliens, azerbaïdjanais et turcs - VIDEO" . 27 octobre 2020.
  59. ^ Union du Conseil des Juifs soviétiques: Antisémitisme en Géorgie, en Azerbaïdjan et en Arménie Archivé le 8 juillet 2008 à la Wayback Machine
  60. ^ "Livre antisémite présenté en Arménie; Leader juif chahuté" . Archivé de l'original le 4 octobre 2011 . Récupéré le 4 octobre 2011 .{{cite web}}: CS1 maint: bot: original URL status unknown (link). Union des conseils pour les juifs soviétiques . 20 février 2002. Récupéré le 27 novembre 2006.
  61. ^ ""Armenian Aryan Party" Criticizes Israel Ambassador" . Archivé de l'original le 4 octobre 2011 . Récupéré le 4 octobre 2011 .{{cite web}}: CS1 maint: bot: original URL status unknown (link). Union des conseils pour les juifs soviétiques . 21 février 2002. Récupéré le 27 novembre 2006.
  62. ^ un bc l' Antisémitisme en Arménie Archivé le 21 octobre 2007 à la Wayback Machine par Rimma Varzhapetian. Le Congrès juif euro-asiatique (récupéré le 6 septembre 2006)
  63. ^ "Arménie : les Juifs du pays alarmés par l'antisémitisme naissant" . RadioFreeEurope/RadioLiberty . Récupéré le 4 décembre 2020 .
  64. ^ "Un responsable arménien dit que les juifs sont "anti-chrétiens"" . Archivé de l'original le 4 octobre 2011 . Récupéré le 4 octobre 2011 .{{cite web}}: CS1 maint: bot: original URL status unknown (link). Union des conseils pour les juifs soviétiques . 21 octobre 2004. Récupéré le 27 novembre 2006.
  65. ^ Demandes d'Intelligentsia au procureur Archivé le 27 septembre 2011 à la Wayback Machine (en russe). Nouvelles A+ . 18 février 2005. Récupéré le 27 novembre 2006
  66. ^ "Les députés du Parlement arménien, le médiateur demandent la libération de l'antisémite détenu" . Archivé de l'original le 4 octobre 2011 . Récupéré le 4 octobre 2011 .{{cite web}}: CS1 maint: bot: original URL status unknown (link). Union des conseils pour les juifs soviétiques . 1er février 2005. Récupéré le 27 novembre 2006.
  67. ^ Juifs d'Arménie indignés par les déclarations du ministre de la protection de la nature Archivé le 25 février 2011 à la Wayback Machine .
  68. ^ Le chef de la communauté juive arménienne critique le ministre de l'environnement pour ses commentaires antisémites . aujourd'hui.az. (30 septembre 2006)
  69. ^ The Jerusalem Post , 23 décembre 2007 Archivé le 16 septembre 2011 à la Wayback Machine . Fr.jpost.com. Récupéré le 1er juin 2012.
  70. ^ "Mémorial de l'Holocauste à Erevan, Arménie vandalisé" .
  71. ^ Bruce F. Pauley, Des préjugés à la persécution: une histoire de l'antisémitisme autrichien (Univ of North Carolina Press, 1998).
  72. ^ "Manifestations d'antisémitisme dans l'UE 2002-2003" (PDF) . FRA . Récupéré le 13 octobre 2013 .
  73. ^ Fritz, Judith. "Les représentants sociaux de l'antisémitisme autrichien" . Habsbourg . Récupéré le 13 octobre 2013 .
  74. ^ un b Wodak, Ruth (1991). "Inverser les rôles: Discours antisémite dans l'Autriche d'après-guerre". Discours & Société . 2 : 65–83. CiteSeerX 10.1.1.573.5858 . doi : 10.1177/0957926591002001004 . S2CID 29779086 .  [ lien mort permanent ]
  75. ^ un b "l'Autriche, les Juifs et l'Antisémitisme : Ambivalence et Ambiguïté" . Centre de Jérusalem pour les affaires publiques . Récupéré le 12 octobre 2013 .
  76. ^ Journal allemand Sueddeutsche Zeitung sur l'antisémitisme à Serfaus . Sz-magazin.sueddeutsche.de. Récupéré le 1er juin 2012.
  77. ^ un b AV : par kr. Aale. "Hets av jøder er økende i Europa - Aftenposten" . Aftenposten.no . Récupéré le 29 mai 2012 .
  78. ^ "Les élections locales en Belgique provoquent un" déluge antisémite "." Agence télégraphique juive. 19 octobre 2012. 19 octobre 2012.
  79. ^ "L'antisémitisme mondial : Incidents sélectionnés dans le monde en 2012" . ADL . Récupéré le 17 juin 2015 .
  80. ^ "4 tués dans une fusillade à l'extérieur du Musée juif de Bruxelles" . CFCA . Récupéré le 25 mai 2014 .
  81. ^ "Menaces antisémites près du bâtiment du CCU (Centre culturel juif)" . Le Forum de coordination pour la lutte contre l'antisémitisme . Récupéré le 29 juin 2014 .
  82. ^ "Autobus scolaire transportant des enfants juifs ultra-orthodoxes lapidés lors d'une attaque anti-juive" . Le Forum de coordination pour la lutte contre l'antisémitisme . Récupéré le 29 juin 2014 .
  83. ^ "Attaque antisémite contre 75 vieille femme" . CFCA . La-Libre . Récupéré le 26 août 2014 .
  84. ^ Israël appelle la Belgique à abandonner le défilé contre l'antisémitisme AP, 20 février 2020
  85. ^ William I. Brustein et Ryan D. King, "L'antisémitisme en réponse au pouvoir juif perçu: les cas de la Bulgarie et de la Roumanie avant l'Holocauste." Forces sociales 83.2 (2004) : 691-708 en ligne .
  86. ^ Michael Bar-Zohar, Au- delà de l'emprise d'Hitler: Le sauvetage héroïque des Juifs de Bulgarie (1998) extrait
  87. ^ Ethan J. Hollander, "La Solution Finale en Bulgarie et en Roumanie : Une Perspective Comparative." Politiques et sociétés d'Europe de l'Est 22.02 (2008): 203-248.
  88. ^ "Synagogue centrale dans la capitale bulgare vandalisée par un assaillant lanceur de pierres" . Alegmeiner . Récupéré le 21 janvier 2019 .
  89. ^ Michael A. Riff, "L'antisémitisme tchèque et la réponse juive avant 1914." Wiener Library Bulletin 29.39‐40 (1976) : 8-20.
  90. ^ Gruner, Loup (2015). "Protectorat de Bohême et de Moravie". Dans Gruner, Wolf; Osterloh, Jörg (éd.). Le Grand Reich allemand et les Juifs : politiques de persécution nazies dans les territoires annexés 1935-1945 . Traduit par Heise, Bernard. Livres de Berghahn. p. 99–135. ISBN 978-1-78238-444-1.
  91. ^ "Le Dr Masaryk, ami de longue date des juifs, démissionne de la présidence tchèque à 85 ans" . Agence télégraphique juive. 16 décembre 1935 . Récupéré le 23 décembre 2019 .
  92. ^ Livia Rothkirchen, "Attitudes tchèques envers les Juifs pendant le régime nazi." dans Opinion publique et relations avec les Juifs dans l'Europe nazie (KG Saur, 2011) Pp. 415-448.
  93. ^ "Un nouveau rapport trouve l'antisémitisme à la hausse en République tchèque" . Nouvelles de l'AP . 3 juillet 2019 . Récupéré le 23 décembre 2019 .
  94. ^ a b La visite virtuelle de l'histoire juive - Norvège Consulté le 8 octobre 2006
  95. ^ "Rapport sur les incidents antisémites au Danemark 2013" . AKVAH . La communauté juive au Danemark. Archivé de l'original le 31 mars 2014 . Récupéré le 31 mars 2014 .
  96. ^ "Le conflit de Gaza atteint les Juifs du Danemark" . CFCA . Récupéré le 26 juillet 2014 .
  97. ^ "Skoleleder på jødisk skole: Det er grotesk" . nyhederne.tv2.dk . 22 août 2014 . Récupéré le 17 juin 2015 .
  98. ^ Stender Pedersen, Mette; Krogh Andersen, Peter (15 février 2015). "Skudoffer ved københavnsk synagogue var en ung jøde" . DR Nyheder . Danmarks Radio (DR). Danmarks Radio (DR) . Récupéré le 15 février 2015 .
  99. ^ "Imam de Copenhague accusé d'avoir appelé au meurtre de Juifs" . Nouvelles de la BBC . 11 mai 2017 . Récupéré le 17 mai 2017 .
  100. ^ Andersson, Mikkel (19 avril 2018). « Anklager om antisemitisme og beskyldninger om « smålummer tissemandssnak » afsporer debatten om omskæring » . Berlingské Tidende . Récupéré le 27 avril 2019 .
  101. ^ Cohn, Jonatan (6 mai 2018). "Omskæring er en afgørende del af den jødiske kultur" . Jyllandsposten . Récupéré le 27 avril 2019 .Udover det foruroligende ved de mange halve sandheder, misinformationer og den ofte ret så fjendske tone, som præger omskæringsdebatten, rejser den en række ubehagelige spørgsmål for mange danske jøder: Skulle en kriminalisering af en så central del af den jøultdiske religion og kultdiske religion og vedtaget, hvor længe kan man da fortsætte sin tilværelse i Danmark ? (...) En sådan vedvarende og generel uro for, at man kan blive nødsaget til at skulle rejse fra sit fædreland, fordi man har i sinde at fortsætte med at praktisere sin religion, har arabiske bøller hidtil ikke formået at skabe blandt de danske jøder. Denne tvivlsomme ære tilfalder alene Jyllands-Posten og dens venner i omskæringsdebatten.
  102. ^ Diab, Amine; Baba, Güray (20 avril 2018). « Anklagerne om antisemitisme og minoritets-forfølgelse er de værste » . Berlingské Tidende . Récupéré le 27 avril 2019 .
  103. ^ "Extrémisme islamique: préoccupation commune pour les publics musulmans et occidentaux" . Projet Pew Global Attitude. 14 juillet 2005. Archivé de l'original le 6 juillet 2006 . Récupéré le 10 juillet 2006 .
  104. ^ Thiolay, Boris. « Juif, et alors ? » Archivé le 9 mars 2008 à la Wayback Machine , L'Express , 6 juin 2005.
  105. ^ Juda, Ben. "L'Islam et la République française." Point de vue . Juillet/Août 2016. 25 juillet 2016.
  106. ^ un b Goldberg, Jeffrey. "Le Premier ministre français met en garde : si les Juifs fuient, la République sera considérée comme un échec." L'Atlantique . 10 janvier 2015. 10 janvier 2015.
  107. ^ Harris-Perry, Mélissa. "Regardons de plus près la communauté juive en France." Clip vidéo en ligne. MSNBC. Melissa Harris-Perry, 10 janvier 2015. Web. 10 janvier 2015.
  108. ^ "CNN.com - Sondage : les musulmans, l'Occident se regardent par biais - 23 juin 2006" . CNN . Récupéré le 25 avril 2010 .
  109. « Communiqués Officiels : Les actes antisémites » Archivé le 29 novembre 2005 à la Wayback Machine , Ministère de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire. Récupéré le 12 mars 2006.
  110. ^ Report - Antisémitisme , Service de Protection de la Communauté Juive - Jewish Community Security Service
  111. « 2002 : le racisme progresse en France, les actes antisémites se multiplient Archivé le 5 janvier 2007 à la Wayback Machine », Le Monde , 28 mars 2003
  112. ^ Boteach, Shmuley. "Rabbi Shmuley: Les derniers Juifs de France." L'Observateur de New York . 12 janvier 2015. 13 janvier 2015.
  113. ^ Tuval, Uri. "Juifs de France : 'En Israël, nous savons qu'il ne faut pas céder à la terreur.'" Ynetnews . 11 janvier 2015. 11 janvier 2015.
  114. ^ "La migration juive d'Europe occidentale vers Israël atteint un niveau record" . Presse associée . 14 janvier 2016 . Récupéré le 17 janvier 2016 .
  115. ^ Savir, Aryeh (12 juillet 2020). "Un responsable israélien dévoile un plan pour sauver la communauté juive française de l'escalade de l'antisémitisme" . Agence de presse Tazpit . presse juive.
  116. ^ La marée montante de l'antisémitisme :: Par Suzanne Fields . Townhall.com (3 avril 2006). Récupéré le 1er juin 2012.
  117. ^ "L'antisémitisme aujourd'hui" . Archivé de l'original le 30 janvier 2009 . Récupéré le 30 janvier 2009 .{{cite web}}: CS1 maint: bot: original URL status unknown (link). thebeers.f9.co.uk
  118. ^ "La fusillade de France : l'attaque d'école juive de Toulouse tue quatre" . Bbc.co.uk. 19 mars 2012 . Récupéré le 29 mai 2012 .
  119. "Mohamed Merah : Qui était le tireur toulousain ?" . BBC. 22 mars 2012 . Récupéré le 17 juin 2020 .
  120. ^ "L'école juive de Toulouse Ozar Hatorah où Mohamed Merah a tué quatre personnes reçoit des appels antisémites, des courriers haineux" . Poste nationale . 28 mars 2012 . Récupéré le 29 mai 2012 .
  121. ^ "Étudiant de la yeshiva de Toulouse battu dans une attaque antisémite" . Le Times d'Israël . Récupéré le 17 juin 2015 .
  122. ^ "Synagogue française vandalisée pour la troisième fois en dix jours" . Algemeiner . 12 juillet 2012 . Récupéré le 13 juillet 2012 .
  123. ^ "Le président français s'engage à" donner l'exemple "dans la lutte contre l'antisémitisme" . Le Times d'Israël . Récupéré le 17 juin 2015 .
  124. ^ "CFCA - La manifestation anti-israélienne se transforme en attaque de foule contre la synagogue de Paris, piégeant les fidèles à l'intérieur" . Récupéré le 17 juin 2015 .
  125. ^ Wistrich, Robert S. "L'été à Paris." Mosaïque . 5 octobre 2014. 28 octobre 2014.
  126. ^ Premier ministre français après le viol d'une femme juive: La lutte contre l'antisémitisme est un combat quotidien The Jerusalem Post . 4 décembre 2014
  127. ^ Liphshiz, Cnaan et Uriel Heilman. "Les Juifs français sur les nerfs après 4 morts lors du siège de Paris." Revue juive . 9 janvier 2015. 10 janvier 2015.
  128. ^ Eichner, Itamar et Rachel Cadars. "Quatre victimes d'une attaque terroriste contre un supermarché casher sont nommées." Ynetnews . 10 janvier 2015. 10 janvier 2015.
  129. ^ 3 Juifs poignardés dans une attaque antisémite en France The Times of Israel . 24 octobre 2015
  130. ^ Un enseignant juif poignardé à Marseille par de prétendus partisans de l'ISIS The Jerusalem Post . 18 novembre 2015.
  131. ^ Temps (magazine)
  132. ^ Entretien avec Julius Schoeps (allemand) . Berlin-judentum.de. Récupéré le 1er juin 2012.
  133. ^ Andreas Zick, Andreas Hövermann, Silke Jensen, Julia Bernstein (2017). Jüdische Perspektiven auf Antisemitismus in Deutschland Ein Studienbericht für den Expertenrat Antisemitismus (PDF) . Bielefeld : Universität Bielefeld . p. 25. Archivé de l'original (PDF) le 28 avril 2018. {{cite book}}: CS1 maint: multiple names: authors list (link)
  134. ^ Liljeberg Research International: Deutsch-Türkische Lebens und Wertewelten 2012 Archivé le 11 octobre 2012 à la Wayback Machine , juillet/août 2012, p. 68
  135. ^ Die Welt : Türkische Migranten hoffen auf muslimische Mehrheit , 17 août 2012. Récupéré le 23 août 2012
  136. ^ "La combustion du drapeau israélien incite le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel à soutenir son interdiction" . Nouvelles DW . 15 décembre 2017 . Récupéré le 17 décembre 2017 .
  137. ^ Yardley, Jim. "L'antisémitisme européen sort de l'ombre." Le New York Times . 23 septembre 2014. 24 septembre 2014.
  138. ^ "Des milliers de rassemblements à Francfort contre l'antisémitisme." Revue juive . 2 septembre 2014. 5 septembre 2014.
  139. ^ un bcdefg Hana Levi Julian . _ _ "Le tribunal allemand ne décide pas de prison pour les incendiaires de la synagogue musulmane" . La presse juive . Récupéré le 16 août 2017 .
  140. ^ Andreas Zick, Andreas Hövermann, Silke Jensen, Julia Bernstein (2017). Jüdische Perspektiven auf Antisemitismus in Deutschland Ein Studienbericht für den Expertenrat Antisemitismus (PDF) . Bielefeld : Universität Bielefeld . p. 4–5. Archivé de l'original (PDF) le 28 avril 2018. {{cite book}}: CS1 maint: multiple names: authors list (link)
  141. ^ "Antisémitisme: l'Allemagne voit" 10% de saut dans les infractions "en 2018" . Nouvelles de la BBC . 13 février 2019 . Récupéré le 14 février 2019 .
  142. ^ "La fusillade dans une synagogue allemande était une terreur d'extrême droite, selon le ministre de la Justice" . Nouvelles de la BBC . 10 octobre 2019 . Récupéré le 11 octobre 2019 .
  143. ^ "Le crime antisémite augmente en Allemagne, la plupart d'extrême droite" . ABC Nouvelles . Récupéré le 30 novembre 2021 .
  144. ^ Max, Raphaël; Uhl, Matthias (2021). "L'inconvénient de la moralisation des marchés financiers : les stéréotypes antisémites chez les Turcs allemands" . Journal de la finance comportementale et expérimentale . 31 (septembre 2021) : 100512. doi : 10.1016/j.jbef.2021.100512 . Récupéré le 15 mai 2021 .
  145. ^ "L'antisémitisme mondial : Incidents sélectionnés dans le monde en 2012" . ADL . Récupéré le 17 juin 2015 .
  146. ^ Herczl, Moshe Y. Le christianisme et l'Holocauste de la communauté juive hongroise (1993) pp 79-170. en ligne
  147. ^ Alex J. Bellamy. Massacres et moralité : des atrocités de masse à l'ère de l'immunité civile
  148. ^ LA HONGRIE APRÈS L'OCCUPATION ALLEMANDE , United States Holocaust Memorial Museum, Dernière mise à jour : 25 octobre 2007. Récupéré le 19 novembre 2007
  149. ^ Institut Stephen Roth: Antisémitisme et racisme Archivé le 8 février 2008 à la Wayback Machine . Tau.ac.il. Récupéré le 1er juin 2012.
  150. ^ "L'enquête ADL dans dix pays européens trouve l'antisémitisme à des niveaux inquiétants." ADL . 20 mars 2012. 10 août 2012.
  151. ^ Ferriter, Diarmaid (5 mars 2005). "Les actes et les documents" . Le Times irlandais . Récupéré le 4 octobre 2019 .
  152. ^ Goldhagen, Daniel Jonas (2013). Le diable qui ne meurt jamais : la montée et la menace de l'antisémitisme mondial . Petit, Brun. ISBN 9780316250306.
  153. ^ Dysch, Marcus (2 juin 2011). "Devinez combien d'Irlandais interdiraient aux Israéliens de rentrer chez eux" . La Chronique juive . Récupéré le 4 octobre 2019 .
  154. ^ "L'enquête ADL sur cinq pays européens révèle qu'un sur cinq a de forts sentiments antisémites; la majorité croit que Canard est infidèle aux juifs" . Adl.org . Récupéré le 29 mai 2012 .
  155. ^ http://www.ansa.it/web/notizie/rubriche/english/2012/03/15/visualizza_new.html_132081352.html [ lien mort ]
  156. ^ Un homme juif de Milan poignardé à l'extérieur d'une pizzeria casher The Jerusalem Post . 13 novembre 2015
  157. ^ "Sur CIDI" . Récupéré le 17 juin 2015 .
  158. ^ "Nieuwe CIDI Monitor antisémitisme" . Nieuw Israëlietisch Weekblad . 18 septembre 2011 . Récupéré le 17 juin 2015 .
  159. ^ Berkhout, Karel. (26 janvier 2010) "L'antisémitisme en hausse à Amsterdam" Archivé le 2 mars 2010 à la Wayback Machine . Nrc.nl. Récupéré le 1er juin 2012.
  160. ^ a b Algemeiner: "Juif Kipa-Clad presque délabré, appelé" Cancer ", par des passants aux Pays-Bas (VIDEO)" 10 septembre 2014
  161. ^ "Frontaal Naakt. »Jodenstreken" . Naakt frontal . Récupéré le 17 juin 2015 .
  162. ^ "Jodenstreek" . Aux confins de l'Europe . 4 septembre 2013. Archivé de l'original le 2 avril 2015 . Récupéré le 17 juin 2015 .
  163. ^ "La Soucca suscite la controverse dans le quartier hollandais fortement musulman" . Le Times d'Israël . Récupéré le 17 juin 2015 .
  164. ^ De nombreux élèves musulmans résistent à l'enseignement de l'Holocauste, entendent les législateurs néerlandais , Agence télégraphique juive (JTA), 6 mars 2015.
  165. ^ Holocauste-les? Bullshit, zeggen de leerlingen , Algemeen Dagblad , 4 mars 2015.
  166. ^ Liphshiz, Cnaan (5 avril 2019). "Un militant israélien agressé près d'un rassemblement anti-israélien en Hollande par des hommes criant "Juif"" . The Times of Israel . Agence télégraphique juive . Récupéré le 6 avril 2019 .
  167. Ces chiffres n'incluent pas les prisonniers de guerre juifs soviétiques ou polonais morts en captivité à la suite de meurtres ou de mauvais traitements dans les camps norvégiens, ni les soldats juifs alliés tués au combat en Norvège. Il existe des preuves que les prisonniers de guerre qui se sont révélés juifs ont été pris pour cible et ont été maltraités. Mendelsohn (1986).
  168. ^ un b "Jødiske blir hetset" . NRK Lørdagsrevyen . 13 mars 2010. Archivé de l'original le 19 avril 2010 . Récupéré le 5 avril 2010 .
  169. ^ a b Qu'en est-il de l'antisémitisme norvégien ? par Leif Knutsenm, The Foreigner (Nouvelles norvégiennes en anglais), 16 juin 2011.
  170. ^ a b Le rapport sur l'antisémitisme choque les responsables , Norway International Network, Views and News from Norway, 16 mars 2010.
  171. ^ "'Père des études sur la paix' fait des remarques antisémites publiques | JTA - Jewish & Israel News " . Agence télégraphique juive . 30 avril 2012 . Récupéré le 29 mai 2012 .
  172. ^ Jones, Derek. "Censorship in Poland: From the Beginnings to the Enlightenment" Archivé le 1er mai 2008 à la Wayback Machine , Censorship: A World Encyclopedia , Fitzroy Dearborn Publishers, 2000.
  173. ^ L. Khazanovich: Les pogroms juifs de novembre et décembre 1918, Actes et Documents, Stockholm, 1918 . Jewishgen.org (2 juillet 2004). Récupéré le 1er juin 2012.
  174. ^ Émigration des Juifs polonais après les événements de 1968
  175. ^ "Incidents violents majeurs en 2004: répartition par pays" Archivé le 1er décembre 2007 à la Wayback Machine , l'Institut Steven Roth pour l'étude de l'antisémitisme et du racisme contemporains, Université de Tel Aviv. Récupéré le 12 mars 2006.
  176. ^ Meilleur message télévisé polonais pour extrémiste de droite . 25 juin 2006.
  177. ^ Arrestation lors de l'attaque du grand rabbin polonais CBS News. 29 juin 2006
  178. ^ Litvinovitch, Dimitri. "Explosion de l'antisémitisme en Russie" , Pravda 30 juillet 2002.
  179. ^ Ilya Yablokov, Études sur l'antisémitisme Vol. 3, n° 2 (automne 2019) (21 octobre 2019). "Théories du complot anti-juif dans la Russie de Poutine" . Presse universitaire de l'Indiana. p. 291-316 . Récupéré le 26 février 2022 .{{cite news}}: CS1 maint: multiple names: authors list (link)
  180. ^ un b Hutzelmann, Barbara (2018). « Einführung : Slowakei » [Introduction : Slovaquie]. Dans Hutzelmann, Barbara; Hausleitner, Marianne; Hazan, Souzana (éd.). Slowakei, Rumänien und Bulgarien [ Slovaquie, Roumanie et Bulgarie ]. Die Verfolgung und Ermordung der europäischen Juden durch das nationalsozialistische Deutschland 1933-1945  [ de ] [La persécution et le meurtre des Juifs européens par l'Allemagne nazie 1933-1945] (en allemand). Vol. 13. Munich : Institut für Zeitgeschichte . p. 18–20. ISBN 978-3-11-036500-9.
  181. ^ un b Paulovičová, Nina (2018). « Mémoire de l'Holocauste et antisémitisme en Slovaquie : de l'après-guerre à nos jours ». Études sur l'antisémitisme . Presse universitaire de l'Indiana. 2 (1) : 17, 19–22. doi : 10.2979/antistud.2.1.02 . S2CID 165383570 . Le 14 mars 2004, dans son discours public pour commémorer la création de l'État slovaque de 1939, Marian Kotleba, le chef de l'extrême PP-OS (Parti populaire Notre Slovaquie), s'est moqué des efforts visant à accepter le passé de l'Holocauste et a marqué Juifs comme "diables dans la peau humaine". Kotleba a en outre promu l'opinion de Ľudovít Štúr - le principal représentant du renouveau national slovaque au XIXe siècle - selon laquelle les Juifs n'ont aucun lien historique, culturel ou social avec les Slovaques. Lorsque la communauté juive a exprimé son indignation contre la manifestation des partisans de Kotleba à Komárno en 2005, Kotleba a défendu les extrémistes en accusant les Juifs de comploter « contre la nation slovaque, l'État et les traditions chrétiennes », souvent avec l'aide des « chauvins magyars et des traîtres domestiques ». ". Aux yeux de Kotleba,
  182. ^ Laníček, Jan (2013). Tchèques, Slovaques et Juifs, 1938-48 : Au-delà de l'idéalisation et de la condamnation . New York : Springer. p. 35, 110. ISBN  978-1-137-31747-6.
  183. ^ Paulovičová, Nina (2018). « Mémoire de l'Holocauste et antisémitisme en Slovaquie : de l'après-guerre à nos jours ». Études sur l'antisémitisme . Presse universitaire de l'Indiana. 2 (1): 5, 10, 14, 25. doi : 10.2979/antistud.2.1.02 . S2CID 165383570 . 
  184. ^ N, Dennik (13 mars 2016). "Mon sme národnosti slovenskej, nie židovskej. Čo všetko už Kotleba povedal o slovenskom štáte" . Denník N (en slovaque) . Récupéré le 9 décembre 2019 .
  185. ^ Juifs de Murska Sobota . Inv.si. Récupéré le 1er juin 2012.
  186. ^ L'histoire d'Eluizabeta Vajs . Inv.si. Récupéré le 1er juin 2012.
  187. ^ L'histoire d'Alice Gruenwald . Inv.si. Récupéré le 1er juin 2012.
  188. ^ Histoires de Juifs slovènes . Inv.si. Récupéré le 1er juin 2012.
  189. ^ Juifs slovènes de Prekmurje . Inv.si. Récupéré le 1er juin 2012.
  190. ^ Images . Agence de presse slovène. Sta.si (19 janvier 2009). Récupéré le 1er juin 2012.
  191. ^ Juifs et judaïsme en Slovénie . Ednevnik.si. Récupéré le 1er juin 2012.
  192. ^ Hitler: Propadli umetnik, ki je diktator postal . Rtvslo.si (15 avril 2009). Récupéré le 1er juin 2012.
  193. ^ Nouvelles sur RTV, 31 janvier . Tvslo.si. Récupéré le 1er juin 2012.
  194. ^ Jiménez, José L. Rodríguez. "L'antisémitisme et l'extrême droite en Espagne (1962–1997)" . Le Centre international Vidal Sassoon pour l'étude de l'antisémitisme. Archivé de l'original le 26 septembre 2013 . Récupéré le 31 août 2013 .
  195. ^ "Manifestations d'antisémitisme dans l'UE 2002-2003" (PDF) . EUMC . Récupéré le 16 septembre 2013 .
  196. ^ Wistrich, Robert S. "L'ANTISÉMITISME EUROPÉEN SE RÉINVENTE" (PDF) . Le Comité juif américain. Archivé de l'original (PDF) le 2 mai 2014 . Récupéré le 31 août 2013 .
  197. ^ un b Bergman, Werner et Juliane Wetzel. "Manifestations d'antisémitisme dans l'Union européenne" (PDF) . EUMC . Récupéré le 31 août 2013 .
  198. ^ Loewenberg, Samuel (26 juin 2005). "Alors que les Espagnols perdent leur religion, les chefs d'église luttent pour tenir le coup" . Le New York Times . Récupéré le 21 octobre 2008 .
  199. ^ Pingree, Geoff (1er octobre 2004). "L'entraînement laïc défie l'identité catholique de l'Espagne" . Le Moniteur de la Science Chrétienne . Récupéré le 21 octobre 2008 .
  200. ^ "Eurobaromètre 69 - Valeurs des Européens - page 16" (PDF) . Récupéré le 24 mars 2009 .
  201. ^ un b López, Alejandro Baer, ​​Paula (13 septembre 2015). "Antisemitismo sin antisemitas" . El País .
  202. ^ "La Comunidad Judía critique la" perversión antisemita "de Iglesias y le advierte de acciones legales" . okdiario.com (en espagnol). 14 décembre 2016 . Récupéré le 11 juillet 2021 .
  203. ^ Kasnett, Israël (20 avril 2021). "Le chien de garde espagnol met en garde contre les partis d'extrême gauche antisémites lors des élections régionales" . JNS.org . Récupéré le 11 juillet 2021 .
  204. ^ un b Henrik Bachner et Jonas Ring. "Images et attitudes antisémites en Suède" (PDF) . Archivé de l'original le 21 février 2007 . Récupéré le 21 février 2007 . {{cite web}}: CS1 maint: bot: original URL status unknown (link). levandehistoria.se
  205. Antisémitisme, en Suède ? Ça dépend à qui vous demandez , Haaretz, 9 novembre 2007.
  206. ^ un b Donald Snyder. Pour les Juifs, Swedish City Is a 'Place To Move Away From' , The Forward, publié le 7 juillet 2010, numéro du 16 juillet 2010.
  207. ^ "Un journaliste suédois agressé après avoir porté la kippa pour tester les attitudes envers les Juifs." Haaretz . 24 janvier 2015. 24 janvier 2015.
  208. ^ a b Borderland: Un voyage à travers l'histoire de l'Ukraine par Anna Reid , Westview Press , 2000, ISBN 0-8133-3792-5 
  209. ^ Евреи в Украине. Учебно-методические материалы. Составитель И. Б. Кабанчик. — Львов, 2004. — с.186.
  210. ^ Евреи в Украине. Учебно-методические материалы. Составитель И. Б. Кабанчик. — Львов, 2004. — с.187.
  211. ^ L'ANTISÉMITISME EN UKRAINE EN 2010 Archivé le 23 janvier 2016 à la Wayback Machine , Human Rights Watch (7 octobre 2010)
  212. ^ Anti-Semitism Worldwide, 1999/2000 par Stephen Roth Institute , University of Nebraska Press , 2002, ISBN 0-8032-5945-X 
  213. ^ Groupe parlementaire multipartite contre l'antisémitisme (Royaume-Uni) (septembre 2006). "Rapport de l'enquête parlementaire multipartite sur l'antisémitisme" (PDF) . Archivé de l'original (PDF) le 14 juin 2007 . Récupéré le 14 février 2007 .
  214. Voir Anthony Julius , Essais de la diaspora : Une histoire de l'antisémitisme en Angleterre , Oxford University Press. 2010. ISBN 978-0-19-929705-4 
  215. ^ Malik, Kenan. "Les musulmans et les juifs sont les cibles du sectarisme en Europe." Le New York Times . 21 août 2014.

Lectures complémentaires

  • Hauser, Jakub; Janáčová, Eva, éd. (2021). Antisémitisme visuel en Europe centrale : imagerie de la haine . Walter de Gruyter GmbH & Co KG. ISBN 978-3-11-061641-5.

Liens externes