Ali Khamenei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Ali Khamenei
علی خامنه‌ای
Ali khamenei en mars 2021.jpg
Khamenei en 2021
2e guide suprême de l'Iran
Prise de fonction
le 4 juin 1989
Intérim : 4 juin – 6 août 1989 [1]
Président
Précédé parRouhollah Khomeiny
3e président iranien
En poste
du 9 octobre 1981 au 16 août 1989 [2]
premier ministreMir-Hossein Moussavi
Chef suprêmeRuhollah Khomeinylui
-même
Précédé parMohammad-Ali Rajai
succédé parAkbar Hachemi Rafsandjani
1er président du Conseil de discernement de l'opportunité
En poste
du 7 février 1988 au 4 juin 1989
Nommé parRouhollah Khomeiny
Précédé parBureau établi
succédé parAkbar Hachemi Rafsandjani
Membre de l' Assemblée des Experts
En poste
du 15 août 1983 au 4 juin 1989
Circonscription électoraleProvince de Téhéran [3]
Majorité2 800 353 (87,8 %) [4]
Membre de l' Assemblée consultative islamique
En poste
du 28 mai 1980 au 13 octobre 1981
Circonscription électoraleTéhéran, Rey et Shemiranat
Majorité1 405 976 (65,8 %) [5]
Imam de la prière du vendredi de Téhéran
Prise de fonction
le 14 janvier 1980
Nommé parRouhollah Khomeiny
Imams par intérim
Précédé parHussein-Ali Montazeri
Détails personnels
Sayyid Ali Hosseini Khameneh [6]

( 1939-07-16 )16 juillet 1939 (82 ans) [7] (date du certificat) [6] 19 avril 1939 (82 ans) (date réelle) [8] Mashhad , province de Khorasan , État impérial d'Iran
( 19/04/1939 )
Parti politiqueIndépendant (depuis 1989)
Autres
affiliations politiques
Conjoint(s)
(  en 1964 )
Enfants
Parents)
Les proches
RésidenceMaison du leadership
mère nourricièreSéminaire de Qom
Signature
Site Internetanglais .khamenei .ir
TitreGrand Ayatollah
Personnel
ReligionIslam
DénominationTwelver Shīʿā
JurisprudenceJa'fari
CredoUsuli
Intérêt(s) principal(aux)Uṣūl al-Fiqh , Tafsīr [11]
Idée(s) marquante(s)Fatwa contre les armes nucléaires
mère nourricière
Carrière militaire
Allégeance L'Iran
Service/ agence
Quartier général de la guerre irrégulière du Corps des gardiens de la révolution islamique [12]
Des années de service1979–80 ; 1980–81
Commandes détenuesChef des gardiens de la révolution [13]
Batailles/guerresGuerre Iran-Irak

Sayyid Ali Hosseini Khamenei [6] ( persan : سید علی حسینی خامنه‌ای , prononcé  [ʔæˈliː hosejˈniː xɒːmeneˈʔiː] ( écouter ) ;icône de haut-parleur audio né le 19 avril 1939) [14] [15] est un Twelver Shia Marja' et le deuxième Iran , en fonction depuis 1989 . [16] [17] Il était auparavant le troisième président de l'Iran de 1981 à 1989. Khamenei est le chef d'État le plus ancienau Moyen-Orient, ainsi que le deuxième dirigeant iranien le plus ancien du siècle dernier, après Shah Mohammad Reza Pahlavi . [18]

Selon son site officiel, Khamenei a été arrêté six fois avant d'être envoyé en exil pendant trois ans sous le règne de Mohammad Reza Pahlavi. [19] Après la révolution iranienne renversant le shah, il fut la cible d' une tentative d'assassinat en juin 1981 qui paralysa son bras droit. [20] [21] Khamenei était l'un des dirigeants iraniens pendant la guerre Iran-Irak dans les années 1980 et a développé des liens étroits avec les désormais puissants Gardiens de la révolution qu'il contrôle et dont les commandants sont élus et révoqués par lui. Les gardiens de la révolution ont été déployés pour réprimer l'opposition à lui. [22] [23]Khamenei a été le troisième président de l'Iran de 1981 à 1989, tout en devenant un proche allié du premier guide suprême, Ruhollah Khomeini . Peu de temps avant sa mort, Khomeiny avait un désaccord avec l'héritier qu'il avait choisi - Hussein Ali Montazeri - il n'y avait donc pas de successeur convenu à la mort de Khomeiny. L' Assemblée des experts a élu Khamenei comme prochain guide suprême le 4 juin 1989, à l'âge de 50 ans. Selon Akbar Hashemi Rafsanjani , Khamenei était l'homme que Khomeiny avait choisi comme successeur avant de mourir. Khamenei est à la tête des serviteurs d' Astan Quds Razavi depuis le 14 avril 1979. [24]

En tant que guide suprême, Khamenei est l'autorité politique la plus puissante de la République islamique. [25] [26] Il est le chef de l'État de l'Iran , le commandant en chef de ses forces armées , et peut publier des décrets et prendre les décisions finales sur les principales politiques du gouvernement dans de nombreux domaines tels que l'économie, la l'environnement, la politique étrangère et la planification nationale en Iran. [27] [28] [29] [30] [31] [32] Khamenei exerce un contrôle direct ou indirect sur les branches exécutive, législative et judiciaire du gouvernement, ainsi que sur l'armée et les médias, selon Karim Sadjadpour . [18]Tous les candidats à l'Assemblée des experts, à la présidence et au Majlis (Parlement) sont examinés par le Conseil des gardiens , dont les membres sont sélectionnés directement ou indirectement par le guide suprême de l'Iran. [33] Il y a également eu des cas où le Conseil des gardiens a annulé son interdiction de certaines personnes après avoir reçu l'ordre de le faire par Khamenei. [34]

Il y a eu des manifestations majeures pendant le règne de Khamenei, notamment les manifestations Qazvin de 1994, [35] les manifestations étudiantes iraniennes de 1999 , les manifestations de l' élection présidentielle iranienne de 2009 , [36] [37] [38] les manifestations iraniennes de 2011-2012 , les manifestations de 2017- Manifestations iraniennes de 2018 , grèves générales et manifestations iraniennes de 2018-2019 et manifestations iraniennes de 2019-2020 . Des journalistes, des blogueurs et d'autres personnes ont été jugés en Iran pour avoir insulté le guide suprême Khamenei, souvent en conjonction avec le blasphèmedes charges. Leurs peines ont inclus des coups de fouet et des peines de prison; certains d'entre eux sont morts en détention. [39] [40] Concernant le programme nucléaire de l'Iran , Khamenei a émis une fatwa en 2003 interdisant la production, le stockage et l'utilisation de toutes sortes d'armes de destruction massive.

Première vie et éducation

Un adolescent Khamenei

Né de Seyyed Javad Khamenei , un Alim et Mujtahid né à Najaf , [11] et de Khadijeh Mirdamadi (fille de Hashem Mirdamadi) à Mashhad , Khamenei est le deuxième de huit enfants. [41] [42] [43] Deux de ses frères sont aussi des clercs; son frère cadet, Hadi Khamenei , est rédacteur en chef et religieux. [44] Sa sœur aînée Fatemeh Hosseini Khamenei est décédée en 2015, à l'âge de 89 ans. [45] Son père était un Azerbaïdjanais de souche de Khamaneh , tandis que sa mère était une Perse de souche deYazd . [46] [47] [48] [49] [50] Certains de ses ancêtres sont de Tafresh dans la province de Markazi d'aujourd'hui et ont émigré de leur maison d'origine à Tafresh à Khamaneh près de Tabriz . [51] [52] [53] Le grand ancêtre de Khamenei était Sayyid Hossein Tafreshi, un descendant des Aftasi Sayyids, dont la lignée aurait atteint le sultan ul-Ulama Ahmad, connu sous le nom de Sultan Sayyid, un petit-fils du quatrième imam chiite , Ali ibn Husayn . [11]

Éducation

Son éducation a commencé à l'âge de quatre ans, en apprenant le Coran à Maktab ; [11] il a passé ses niveaux de base et avancés d'études de séminaire au hawza de Mashhad, sous les mentors tels que Sheikh Hashem Qazvini et Ayatollah Milani . Puis, il se rendit à Najaf en 1957, [54] mais revint bientôt à Mashhad en raison de la réticence de son père à le laisser y rester. En 1958, il s'installe à Qom où il suit les cours de Seyyed Hossein Borujerdi et Ruhollah Khomeini . [11]Comme beaucoup d'autres religieux politiquement actifs à l'époque, Khamenei était beaucoup plus impliqué dans la politique que dans l'érudition religieuse. [55]

Vie privée

Les sanctions

Le 24 juin 2019, les États-Unis ont imposé des sanctions à Khamenei avec la signature du décret 13876 . [56]

Famille

Khamenei est marié à Mansoureh Khojasteh Bagherzadeh, avec qui il a six enfants ; quatre fils ( Mostafa , Mojtaba , Masoud et Meysam) et deux filles (Boshra et Hoda). [57] Un de ses fils, Mojtaba, a épousé une fille de Gholam-Ali Haddad-Adel . [58] Son fils aîné, Mostafa, est marié à une fille d' Azizollah Khoshvaght . [59] Un autre fils, Masoud, est marié à la fille de Mohsen Kharazi . [60] [61] Il a deux frères, Mohammad Khamenei et Hadi Khamenei .

Maison

En tant que guide suprême, Khamenei a déménagé dans une maison du centre de Téhéran, rue Palestine. Une enceinte s'est développée autour d'elle qui compte aujourd'hui une cinquantaine de bâtiments. Environ 500 personnes sont employées dans ce " complexe de Beit Rahbari " selon The Telegraph , " dont beaucoup sont recrutés dans les services militaires et de sécurité ". [62] [63] [64]

Mode de vie

Selon Mehdi Khalaji , expert de l'Iran au Washington Institute for Near East Policy , Khamenei mène une vie décente "sans que ce soit luxueux". [65] Robert Tait du Daily Telegraph a commenté que Khamenei est "réputé pour son style de vie spartiate". [62] Dexter Filkins décrit Khamenei comme se présentant "comme un ascète, s'habillant et mangeant simplement". [66] Dans une interview avec un magazine féminin, sa femme a déclaré que "nous n'avons pas de décorations, au sens habituel. Il y a des années, nous nous sommes libérés de ces choses." [66] En revanche,voiture et a publié une photo de lui en sortant. [67] Dans un rapport de 2011 du Daily Telegraph , des transfuges iraniens ont affirmé que Khamenei avait un appétit considérable pour le caviar et la truite, une écurie de 100 chevaux, collectionnait des objets tels que des pipes et (réputé) 170 cannes antiques, et avait un privé cour s'étendant sur six palais. Des sources du renseignement ont également déclaré que sa famille avait de vastes intérêts commerciaux internationaux. [68] [69]

Santé

La santé de Khamenei a été remise en question. En janvier 2007, alors qu'il n'avait pas été vu en public depuis plusieurs semaines et qu'il ne s'était pas présenté comme il le fait traditionnellement lors des célébrations de l' Aïd al-Adha , des rumeurs se sont répandues sur sa maladie ou sa mort. Khamenei a publié une déclaration déclarant que "les ennemis du système islamique ont fabriqué diverses rumeurs sur la mort et la santé pour démoraliser la nation iranienne", mais selon l'auteur Hooman Majd , il semblait "visiblement faible" sur les photos publiées avec la déclaration. [70]

Le 9 septembre 2014, Khamenei a subi une opération de la prostate dans ce que ses médecins ont décrit dans les médias d'État comme une "opération de routine". [71] [72] Selon un rapport du Figaro , des sources de renseignement occidentales ont déclaré que Khamenei avait un cancer de la prostate . [73] [74]

Vie politique et présidence

Khamenei lors d'une manifestation pendant la révolution iranienne à Mashhad

Khamenei était une figure clé de la révolution iranienne en Iran et un proche confident de Ruhollah Khomeiny .

Depuis la fondation de la République islamique , Khamenei a occupé de nombreux postes gouvernementaux. [41]

Muhammad Sahimi affirme que sa carrière politique a commencé après la révolution iranienne, lorsque l'ancien président de l'Iran, Akbar Hashemi Rafsandjani , alors un confident de Khomeiny, a fait entrer Khamenei dans le cercle restreint de Khomeiny. Plus tard, l'actuel président iranien, Hassan Rohani , alors membre du Parlement, a fait en sorte que Khamenei obtienne son premier poste important au sein du gouvernement révolutionnaire provisoire en tant que vice-ministre de la Défense. [75]

Ali Khamenei en uniforme militaire pendant la guerre Iran-Irak

Khomeiny a nommé Khamenei au poste d'imam de la prière du vendredi de Téhéran en 1980, après la démission de Hussein-Ali Montazeri du poste. Il a exercé brièvement les fonctions de vice- ministre de la Défense nationale de fin juillet au 6 novembre 1979 [76] et de superviseur des Gardiens de la révolution islamique. Il est également allé sur le champ de bataille en tant que représentant de la commission de défense du parlement. [11]

Tentative d'assassinat

Khamenei à l'hôpital après la tentative d'assassinat

Khamenei a échappé de peu à une tentative d'assassinat par les Mujahedin-e Khalq lorsqu'une bombe, dissimulée dans un magnétophone, a explosé à côté de lui. [77]

Le 27 juin 1981, [78] alors que Khamenei était revenu de la ligne de front , il se rendit à la mosquée Aboozar selon son horaire du samedi. Après la première prière, il a commencé à donner une conférence aux fidèles qui avaient écrit leurs questions sur un morceau de papier. Pendant ce temps, un magnétophone accompagné de papiers a été posé sur le bureau devant Khamenei par un jeune homme qui a appuyé sur un bouton. Au bout d'une minute, le son du haut-parleur est devenu comme un sifflet et soudain le magnétophone a explosé. [79] "Un cadeau du groupe Furqan à la République islamique" était écrit sur la paroi intérieure du magnétophone. [80] [81] Le traitement de l'ayatollah Khamenei a duré plusieurs mois et son bras, ses cordes vocaleset les poumons ont été gravement blessés. [82] Il a été blessé de façon permanente, perdant l'usage de son bras droit. [77]

Comme président

Ali Khamenei a serré la main de sa main gauche depuis l'assassinat raté. [83]

En 1981, après l'assassinat de Mohammad-Ali Rajai, Khamenei a été élu président de l'Iran par un vote écrasant (97%) lors de l' élection présidentielle iranienne d'octobre 1981 au cours de laquelle seuls quatre candidats ont été approuvés par le Conseil des gardiens. Khamenei est devenu le premier religieux à servir dans le bureau. Ruhollah Khomeiny avait initialement voulu exclure les religieux de la présidence, mais a ensuite changé d'avis. Khamenei a été réélu lors de l'élection présidentielle iranienne de 1985 où seuls trois candidats ont été approuvés par le Conseil des gardiens, obtenant 87 % des voix. La seule élection présidentielle iranienne qui a eu moins de candidats approuvés par le Conseil des gardiens a été l' élection présidentielle iranienne de 1989, où seuls deux candidats ont été approuvés par le Conseil des gardiens pour se présenter, et Rafsanjani a facilement remporté 96 % des voix.

Dans son discours inaugural présidentiel, Khamenei a promis d'éliminer "la déviation, le libéralisme et les gauchistes d'influence américaine". [84] Selon la Chambre iranienne, une opposition vigoureuse au gouvernement, y compris des manifestations non violentes et violentes, des assassinats, des activités de guérilla et des insurrections, a été répondue par la répression et la terreur de l'État au début des années 1980, avant et pendant la présidence de Khamenei. Des milliers de membres de base de groupes d'insurgés ont été tués, souvent par des tribunaux révolutionnaires. En 1982, le gouvernement a annoncé que les tribunaux seraient maîtrisés, bien que divers groupes politiques aient continué à être réprimés par le gouvernement dans la première moitié des années 1980. [85]

Pendant la guerre Iran-Irak

Khamenei était l'un des dirigeants iraniens pendant la guerre Iran-Irak dans les années 1980 et a développé des liens étroits avec les désormais puissants gardiens de la révolution . En tant que président, il avait la réputation d'être profondément intéressé par les détails militaires, budgétaires et administratifs. [77]

Après la guerre

Dans sa décision du 10 avril 1997 concernant les assassinats des restaurants de Mykonos , la justice allemande a émis un mandat d'arrêt international contre le ministre iranien des renseignements Ali Fallahian [86] après avoir déclaré que l'assassinat avait été ordonné par lui en connaissance de Khamenei et de Rafsandjani. [87] Les responsables iraniens, cependant, ont catégoriquement nié leur implication. Le président du Parlement iranien de l'époque, Ali Akbar Nategh-Nouri, a rejeté la décision comme étant politique, fausse et non fondée. La décision a conduit à une crise diplomatique entre les gouvernements de l'Iran et de plusieurs pays européens, qui a duré jusqu'en novembre 1997. [88]Les assassins accusés, Darabi et Rhayel, ont finalement été libérés de prison le 10 décembre 2007 et renvoyés dans leur pays d'origine. [89] [90]

Chef suprême

Khamenei a limogé et rétabli les nominations au cabinet présidentiel. [91] [92] Le juge en chef iranien Sadeq Larijani , un nommé par Khamenei, a mis en garde le président de l'Iran contre l'expression de son opposition à Khamenei. [93]

Élection en tant que chef suprême

En 1989 , l' ayatollah Khomeini a rejeté l' ayatollah Montazeri comme son successeur politique, donnant le poste à Khamenei à la place. Parce que Khamenei n'était ni marja ni ayatollah, l'Assemblée des experts a dû modifier la constitution afin de lui attribuer le poste de nouveau guide suprême de l'Iran (une décision contestée par plusieurs grands ayatollahs). [94]

Khamenei a officiellement succédé à Ruhollah Khomeiny après la mort de Khomeiny, étant élu nouveau chef suprême par l' Assemblée des experts le 4 juin 1989 . [95]

Proposition du conseil de direction

Khamenei lisant le testament de Ruhollah Khomeiny lors d'une assemblée d'experts

Initialement, l'idée d'un conseil de direction a été proposée par certains membres de l'Assemblée des experts. Diverses listes ont été proposées et Khamenei a été nommé dans chacune d'elles. [96] Par exemple, un conseil de trois membres, Ali Meshkini , Mousavi Ardebili et Khamenei, a été proposé pour diriger l'Iran. Selon Rafsandjani, lui et Khamenei étaient contre la proposition tandis que l'ayatollah Haeri Shirazi et l'ayatollah Ebrahim Aminiy étaient favorables. Les partisans de la proposition de conseil pensaient que le fait d'avoir un conseil produirait un degré plus élevé d'unité dans la société et que des caractéristiques plus positives seraient trouvées dans un conseil, tandis que les opposants pensaient qu'un dirigeant individuel était plus efficace selon les expériences passées en cas de judiciaire. conseil. [95]

Ebrahim Amini a énuméré le résumé des raisons présentées par les deux parties. Selon lui, les opposants ont rejeté la proposition parce que : i) Preuves de la tutelle du juriste islamiquen'étaient vrais que pour la tutelle d'un individu et il n'était pas clair qui détenait la tutelle lorsqu'il y avait un conseil. La tutelle d'un conseil n'était pas enracinée dans les hadiths et la jurisprudence islamique. ii) Les organisations de type conseil précédentes telles que le conseil de la radiodiffusion et le conseil judiciaire suprême n'ont pas réussi dans la pratique et le conseil de direction ne réussirait pas bien pour des raisons similaires. iii) Les gens étaient habitués au leadership d'un individu et un conseil de dirigeants leur était étranger. iv) Un leader individuel pourrait agir de manière plus décisive lorsqu'il s'agit de prendre des décisions critiques et importantes et de résoudre des problèmes et des crises. D'autre part, les partisans de la proposition estimaient que : i) A l'époque, il n'y avait pas de Faqihégal à Khomeiny ou même deux ou trois niveaux inférieurs à lui afin qu'il puisse répondre à l'attente des gens. ii) En cas de conseil des dirigeants, les membres pourraient se compenser, si l'un d'eux avait une pénurie dans un domaine. [95]

Finalement, 45 membres ont voté contre la proposition du conseil de direction tandis que plus de 20 personnes étaient en sa faveur et la proposition a été rejetée. [96] Après que l'assemblée ait rejeté l'idée d'un conseil de direction, Khamenei a été élu chef par 60 des 74 membres présents, le grand ayatollah Mohammad-Reza Golpaygani recevant les 14 voix restantes. [97] [98] [99] Khamenei a protesté contre son indignité - "ma nomination devrait nous faire tous pleurer des larmes de sang" [66] et a débattu avec les mujtahids de l'Assemblée [100] - mais a finalement accepté le poste.

Critères Marjaʿiyyat

Khamenei en 2018
Khamenei en 2020

Étant donné que Khamenei n'était pas un marja ' à l'époque - ce que la constitution iranienne exigeait - il a été nommé chef suprême temporaire. Plus tard, la constitution a été amendée pour supprimer cette exigence et l'Assemblée des experts s'est réunie à nouveau le 6 août 1989, pour reconfirmer Khamenei avec 60 voix sur 64 présents. [101] Le 29 avril 1989, répondant à la lettre de l' ayatollah Meshkini , le chef du comité responsable de la révision de la Constitution, demandant le point de vue de Khomeiny concernant les critères de la 'marjaʿiyyat , Khomeiny a déclaré : « Dès le début, j'ai cru et j'ai insisté sur le fait qu'il y avait n'est pas nécessaire pour les exigences de marjaʿiyyat (autorité en matière de jurisprudence).(juriste-intellectuel), qui est approuvé par la prestigieuse Assemblée d'experts ( Majlis - i Khobregan ) , suffira. n'était pas religieusement qualifié pour être le chef suprême. Khamenei, qui était classé Hujjat al-Islam et non Marja' comme l'exige la constitution iranienne, a déclaré qu'il ne serait qu'un "chef de cérémonie", et a été rassuré par Akbar Hashemi Rafsandjani le poste serait "temporaire" jusqu'à un référendum, apparemment prévu un an plus tard. [103] [104] [105] [106]

Stratégie politique et philosophie

Khamenei à la Grande Conférence des membres du Basij au stade Azadi , octobre 2018

L'ère de Khamenei est différente de celle de son prédécesseur. Il a cependant poursuivi la politique de Khomeiny consistant à "équilibrer un groupe contre un autre, en s'assurant qu'aucun camp ne gagne trop de pouvoir". [77] Mais dépourvu du charisme et de la position cléricale de Khomeiny, il a développé des réseaux personnels, d'abord au sein des forces armées, puis parmi les religieux, tout en administrant les principaux bonyads et séminaires de Qom et de Mashhad. Après avoir été le guide suprême pendant trois décennies, Khamenei a été en mesure de placer de nombreux loyalistes dans les principales institutions iraniennes, "construisant un système qui le sert et le protège". [66] Ancien religieux Mehdi Khalaji [66] et Saeid Golkar, [107]décrivent le système de Khamenei comme ayant créé une "structure parallèle" pour chacune des institutions du pays (armée, agences de renseignement, etc.) afin de maintenir ces institutions faibles. [107]

Selon Vali Nasr de la Johns Hopkins School of Advanced International Studies , "[Khamenei] [a pris] avec lui de nombreux pouvoirs de la présidence et [a transformé] le bureau du chef suprême en surveillant omnipotent de la scène politique iranienne". Selon Nasr, Khamenei est une "sorte inhabituelle de dictateur". [77] Les responsables sous Khamenei influencent les diverses institutions puissantes du pays, qui se chamaillent parfois, notamment « le parlement, la présidence, le pouvoir judiciaire, les gardiens de la révolution, l'armée, les services de renseignement, les agences de police, l'élite cléricale, chefs de prière et une grande partie des médias », ainsi que diverses « fondations non gouvernementales, organisations, conseils,

Khamenei émet des décrets et prend les décisions finales sur l'économie, l'environnement, la politique étrangère et tout le reste en Iran. [27] [28] [29] [30] Khamenei rencontre régulièrement le président, les membres du cabinet, le chef et les fonctionnaires du pouvoir judiciaire, les parlementaires, entre autres, et leur dit quoi faire. [108] [109] [110] [111] [112] Khamenei a également licencié et rétabli les nominations du cabinet présidentiel. [91] [92] Khamenei rencontre des dignitaires étrangers, mais il ne voyage pas à l'étranger ; si quelqu'un souhaite le voir, cette personne doit se rendre en Iran. Outre son séjour à Nadjaf en tant qu'étudiant, Khamenei s'est rendu en Libyependant son mandat de président. [113] [114]

Dans ses discours, Khamenei mentionne régulièrement de nombreux thèmes familiers de la révolution de 1979 : justice, indépendance, autosuffisance, gouvernement islamique et opposition résolue à Israël et aux États-Unis, tout en mentionnant rarement d'autres idéaux révolutionnaires tels que la démocratie et une plus grande transparence gouvernementale. [84] Selon Karim Sadjadpour du Carnegie Endowment for International Peace , Khamenei a « résisté aux tentatives de Rafsandjani de trouver un modus vivendi avec les États-Unis, aux aspirations de Khatami pour un État islamique plus démocratique et au penchant d'Ahmadinejad pour la confrontation pure et simple ». [84]

Privatisation des entreprises publiques

En 2007, Khamenei a appelé à la privatisation des entreprises publiques, dont la compagnie de téléphone, trois banques et des dizaines de petites entreprises pétrolières et pétrochimiques. Après quelques mois, lors d'une réunion télévisée avec le président de l'époque Mahmoud Ahmadinejad et ses ministres, d'importants religieux, le chef du parlement et des gouverneurs de province, les chefs de la radiodiffusion d'État et de la chambre de commerce iranienne, Khamenei a ordonné « d'adopter des lois , vendez certaines entreprises et faites vite." Khamenei a averti que "ceux qui sont hostiles à ces politiques sont ceux qui vont perdre leurs intérêts et leur influence". [115]

Différend concernant le statut de grand ayatollah

Khamenei lors d'une rencontre avec Qaris

En 1994, après la mort du grand ayatollah Mohammad Ali Araki , la Société des enseignants du séminaire de Qom a déclaré Khamenei nouvelle marja. Plusieurs ayatollahs ont cependant refusé de le reconnaître comme tel. Certains de ces religieux dissidents comprenaient Mohammad Shirazi , Hossein-Ali Montazeri , Hassan Tabatabai-Qomi et Yasubedin Rastegar Jooybari . En 1997, par exemple, Montazeri "a remis en question les pouvoirs du chef" et a ensuite été puni pour ses propos par la fermeture de son école religieuse, une attaque contre son bureau à Qom et une période d'assignation à résidence. [17]

Rendez-vous

Le tableau ci-dessous répertorie certains des hauts responsables iraniens en exercice directement nommés par le chef suprême (triés par date de nomination):

Bureau Titulaire Date de nomination Limite Réf
Commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique MG Mohammad Ali Jafari 2 septembre 2007 N / A [116]
Juge en chef de l'Iran Ebrahim Raïsi 7 mars 2019 5+5 ans [117]
Chef de Bonyad Mostazafan Mohamed Saïdikia 22 juillet 2014 5 années
Chef de la police BG Hossein Ashtari 21 mars 2015 3 années [118]
Chef du comité de secours de l'Imam Khomeiny Parvis Fattah 5 avril 2015 N / A [119]
Gardien d' Astan Quds Razavi Ahmad Marvi 30 mars 2019 N / A [120]
Chef de la radiodiffusion de la République islamique d'Iran Abdulali Ali-Asgari 11 mai 2016 N / A [121]
Chef d'état-major des forces armées iraniennes MG Mohamed Bagheri 28 juin 2016 N / A [122]
Président du conseil d'administration de l'Université islamique d'Azad Ali Akbar Velayati 19 janvier 2017 N / A [123]
Commandant de l'armée de la République islamique d'Iran MG Abdolrahim Moussavi 21 août 2017 N / A [124]

Fatwas et messages

Participants à la réunion de la 31e Conférence internationale de l'unité islamique avec Khamenei, décembre 2017

Fatwa concernant les compagnons de Muhammad

En 2010, Khamenei a émis une fatwa qui interdit toute insulte aux Sahabah (compagnons de Mahomet) ainsi qu'aux épouses de Mahomet . La fatwa a été émise dans le but de concilier les désaccords juridiques, sociaux et politiques entre sunnites et chiites. [125]

Message d'Amman

Khamenei est l'un des signataires Ulama du Message d'Amman , qui donne une base large pour définir l'orthodoxie musulmane. [126] en plus d'élaborer sur les facteurs nécessaires à la création de l'unité islamique, il soutient : "ni les musulmans chiites alliés au MI6 britannique ne sont chiites, ni les mercenaires sunnites de la CIA américaine ne sont sunnites, car ils sont tous deux anti-islamiques ." [127]

Fatwa contre les armes nucléaires

Khamenei aurait émis une fatwa déclarant que la production, le stockage et l'utilisation d' armes nucléaires étaient interdits par l'Islam. [128]

La fatwa a été citée dans une déclaration officielle du gouvernement iranien lors d'une réunion en août 2005 de l' Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à Vienne . [129] Il a été largement discuté par des responsables internationaux et spécifiquement reconnu par l'administration américaine. [130]

Le site Internet officiel iranien d'information sur son programme nucléaire a fourni de nombreux exemples de déclarations publiques de Khamenei dans lesquelles il exprime son opposition à la poursuite et au développement d'armes nucléaires en termes moraux, religieux et juridiques islamiques. [131] Le site Internet officiel de Khamenei cite spécifiquement une version de 2010 [132] de ces déclarations dans la section fatwa du site Internet en farsi comme une fatwa sur « l'interdiction des armes de destruction massive ». [133]

Des doutes ont été émis par des experts sur l'existence de la fatwa car elle peut être changée ou modifiée au fur et à mesure que cela est jugé nécessaire, [134] [135] ainsi que des doutes sur son authenticité, son impact, [136] et sa nature apparemment religieuse . . [137] Gareth Porter estime que la fatwa est "sincère" [138] et Gholam-Hossein Elham a déclaré qu'elle ne changerait pas. [139]

Message(s) aux pèlerins du Hajj

Sayyid Ali Khamenei publie chaque année un ou plusieurs messages à l'occasion du Hajj pour tous les musulmans (pèlerins) au Hajj. [140] [141] Il a commencé à émettre de tels messages depuis le début de sa responsabilité en tant que chef suprême de l'Iran (1989). Il invite continuellement tous les musulmans au Tawhid , et exprime ensuite l'importance du Hajj dans la vie spirituelle/sociale. Il demande également aux musulmans d'être conscients de ce qu'il considère comme "la conspiration des ennemis" en ayant une juste compréhension, et leur conseille de "ne pas se laisser tromper par eux". Jusqu'à présent, le chef suprême de l'Iran a publié 32 messages (depuis 1989). [142] Une partie de son dernier message (6 août 2019) est la suivante :

Le rituel de la Bara'a, qui signifie refuser toute instance d'impitoyabilité, de cruauté, d'actes répréhensibles et de corruption des tyrans de tout temps, et s'élever contre l'intimidation et l'extorsion par les arrogants à travers l'histoire, est l'une des grandes bénédictions du Hajj, et une opportunité pour les nations musulmanes opprimées. [143]

Femmes faisant du vélo

Il a émis une fatwa déclarant haram les femmes à bicyclette. [144]

Le pouvoir politique après l'ère des réformes

Khamenei a développé un culte de la personnalité ; avec des partisans le décrivant comme un "cadeau divin à l'humanité" et dans lequel les critiques de Khamenei sont persécutés. [145] [146] [147] [148] [149]

Selon Karim Sadjadpour de l'American Carnegie Endowment for International Peace , plusieurs facteurs ont renforcé Khamenei ces dernières années :

(1) Un vaste réseau de commissaires stationnés à des postes stratégiques dans les bureaucraties gouvernementales, dédiés à faire respecter son autorité ; (2) le parlement faible, dominé par les conservateurs, dirigé par le loyaliste Khamenei Gholam-Ali Haddad-Adel (dont la fille est mariée au fils du chef) ; (3) l'influence politique et économique en augmentation rapide des Gardiens de la révolution islamique , dont les principaux dirigeants sont directement nommés par Khamenei et lui ont toujours été publiquement déférents ; (4) le désengagement politique de la jeune population iranienne [...] ; et (5) le plus significatif, l'élection présidentielle de 2005, qui a vu la ligne dure Mahmoud Ahmadinejad battre le principal rival de Khamenei... Hashemi Rafsandjani ...[84]

Selon Christopher Dickey , afin de consolider sa base de pouvoir, Khamenei a développé des relations étroites avec l'establishment sécuritaire et militaire, tout en élargissant la bureaucratie au sein du gouvernement et autour de son enceinte de Beit Rahbari . [150]

Actifs financiers

Écrivant dans le Daily Telegraph , Damien McElroy et Ahmad Vahdat ont observé : « L'ayatollah aime cultiver une image d'austérité mais reçoit des commandes importantes des industries iraniennes du pétrole et de l'armement et il y a eu des affirmations régulières selon lesquelles lui et son fils ont amassé une fortune en courant en milliards de dollars." [151] Une enquête de six mois menée par Reuters a révélé que Khamenei contrôle un "empire financier" d'une valeur d'environ 95 milliards de dollars américains qui n'est pas supervisé par le Parlement iranien, un chiffre bien supérieur à la richesse estimée du défunt Shah d'Iran . Selon l'enquête de Reuters, Khamenei utilise les actifs d'une société appelée Siège pour l'exécution de l'ordre de l'Imamou « Setad » en persan, afin d'accroître son emprise sur le pouvoir. [62] Reuters "n'a trouvé aucune preuve que Khamenei fait appel à Setad pour s'enrichir", mais a découvert qu'il avait utilisé les fonds de Setad, qui "rivalisent avec les avoirs du shah", pour des raisons d'opportunisme politique - "Setad lui donne les moyens financiers d'opérer indépendamment du parlement et du budget national, l'isolant des luttes intestines désordonnées de l'Iran." [152] Selon The Daily Telegraph , l'argent de Setad est utilisé pour financer le complexe Beit Rahbari de Khamenei, qui emploie plus de 500 stewards, comme cela a été rapporté en 2013. [62] Hamid Vaezi, responsable des relations publiques de Setad, a déclaré que l'information "L'enquête de six mois menée par Reuters a révélé qu'en ce qui concerne la source des fonds de Setad, "Setad a construit son empire sur la saisie systématique de milliers de propriétés appartenant à des Iraniens ordinaires : des membres de minorités religieuses comme Vahdat-e-Hagh, qui est baha 'i, ainsi que des musulmans chi'ites, des hommes d'affaires et des Iraniens vivant à l'étranger." [153]

Malgré les récits négatifs des sources occidentales, les sources officielles iraniennes décrivent Setad comme une vaste fondation caritative. Dans une interview accordée en octobre 2014 à l'agence de presse de la République islamique , Muhammad Mukhber , le chef de Setad, a déclaré que plus de 90 % des bénéfices des activités commerciales de Setad sont consacrés à l'amélioration des infrastructures dans les régions pauvres du pays, à la création d'emplois et à l'amélioration du bien-être. -être des habitants de ces régions reflétant les principales préoccupations du guide suprême iranien, Khamenei, pour la société iranienne. Il déclare que 85% des œuvres caritatives de Setad ont lieu dans les régions pauvres d'Iran. Il a cité la construction de plusieurs centaines d'écoles, de mosquées et de hussainiyas, ainsi que la contribution directe et indirecte à la formation de plus de 350 000 emplois, en attendant un total de 700 000 pour les trois prochaines années. Mukhber a également cité une subvention totale de 2,21 billions de rials de Qard al-Hasan , des prêts sans intérêt, à 41 000 familles dans les régions pauvres du pays. Il a également révélé des plans de vente progressive des entreprises rentables de Setad sur le marché boursier dans le but de transférer leur propriété entre les mains du peuple iranien. Il a également envisagé la construction et la livraison de 17 000 logements aux familles des régions pauvres d'Iran d'ici 2018. [154]

Défis après la manifestation électorale de 2009

Khamenei et l'ancien président Akbar Hashemi Rafsandjani

À la mi-août 2009, un groupe d'anciens législateurs réformistes anonymes a fait appel à l' Assemblée des experts - l'organe constitutionnel chargé d'élire et (en théorie) de superviser et de destituer le chef - pour enquêter sur la qualification du chef Ali Khamenei à gouverner. [155] Une semaine plus tard, une autre lettre anonyme a été publiée "traitant le dirigeant iranien de dictateur et exigeant sa destitution", celle-ci par un groupe d'ecclésiastiques iraniens. [156] Les lettres ont été qualifiées de coup porté au "statut d'arbitre neutre et de figure de proue islamique" de Khamenei [156] et de "défi sans précédent à l'homme le plus puissant du pays" [155] mais pas de coup porté à son pouvoir réel en tant que chef. Le New York Timesrapporte que "l'expression" mort à Khamenei "a commencé à apparaître dans les graffitis sur les murs de Téhéran, une expression qui aurait été presque inimaginable il n'y a pas si longtemps". [156]

La lettre était adressée au chef de l' Assemblée des experts , l'ayatollah Akbar Hashemi Rafsandjani, un "ancien président puissant" qui remet également en cause les résultats des élections. Selon l'Associate Press, il est peu probable que les demandes de la lettre soient satisfaites car "les deux tiers des 86 membres de l'assemblée sont considérés comme de fervents loyalistes de Khamenei et s'opposeraient" à toute enquête sur lui. [155]

Selon le New York Times rapportant à la mi-août 2009, un "éminent religieux iranien et un ancien législateur ont déclaré dimanche qu'ils avaient parlé à certains des auteurs et ne doutaient pas que la lettre était authentique". Selon cet ecclésiastique, les signataires de la lettre sont « plusieurs dizaines, et sont pour la plupart des personnalités de rang intermédiaire de Qum, Ispahan et Mashhad », et que « la pression sur les ecclésiastiques à Qum est bien pire que la pression sur les militants parce que l'establishment a peur que si ils disent tout ce qu'ils peuvent monter les secteurs les plus traditionnels de la société contre le régime ». [156]

Relations avec l'ancien président Ahmadinejad

Au début de sa présidence, Ahmadinejad était parfois décrit comme "bénéficiant du plein soutien" du guide suprême Ali Khamenei, [157] et même comme étant son "protégé". [158] Lors de l'investiture d'Ahmadinejad en 2005, le chef suprême a permis à Ahmadinejad de lui embrasser la main et les joues dans ce qu'on a appelé "un signe de proximité et de loyauté", [159] et après les élections de 2009, il a pleinement approuvé Ahmadinejad contre les manifestants. [160] Cependant, dès janvier 2008, des signes de désaccord entre les deux hommes se sont développés sur les politiques intérieures, [157] et au cours de la période 2010-2011, plusieurs sources ont détecté une "faille croissante" entre eux.Esfandiar Rahim Mashaei , haut conseiller et proche confident d'Ahmadinejad [162] et opposant à "une plus grande implication des religieux dans la politique", [163] qui fut premier vice-président de l'Iran jusqu'à ce qu'il reçoive l'ordre de démissionner du cabinet par le chef suprême.

En 2009, Ahmadinejad a limogé le ministre des Renseignements Gholam-Hossein Mohseni-Eje'i , un opposant à Mashaei. En avril 2011, un autre ministre des Renseignements, Heydar Moslehi , a démissionné à la demande d'Ahmadinejad, mais a été réintégré par le guide suprême en quelques heures. [158] [164] Ahmadinejad a refusé de soutenir officiellement la réintégration de Moslehi pendant deux semaines et, en signe de protestation, s'est engagé dans une « grève de 11 jours » de réunions du cabinet, de cérémonies religieuses et d'autres fonctions officielles. [161] [164] Les actions d'Ahmadinejad ont conduit à des attaques publiques en colère par des religieux, des parlementaires et des commandants militaires, qui l'ont accusé d'ignorer les ordres du chef suprême. [162]Des opposants conservateurs au parlement ont lancé une « campagne de destitution » contre lui, [163] quatre sites Web liés à Ahmadinejad auraient été « filtrés et bloqués », [158] et plusieurs personnes « proches » du président et de Mashaei (comme Abbas Amirifar et Mohammed Sharif Malekzadeh ) ont été arrêtés sous l'inculpation d'être des "magiciens" et d'avoir invoqué des djinns . [161] Le 6 mai 2011, il a été signalé qu'Ahmadinejad avait reçu un ultimatum pour accepter l'intervention du chef ou démissionner, [165] et le 8 mai, il « s'est apparemment incliné » devant la réintégration, souhaitant la bienvenue à Moslehi à une réunion du cabinet. [166]On a dit que les événements avaient "humilié et affaibli" Ahmadinejad, bien que le président ait nié qu'il y ait eu une rupture entre les deux, [162] et selon l' agence de presse semi-officielle Fars , il a déclaré que sa relation avec le guide suprême " est celle d'un père et d'un fils." [163]

En 2012, Khamenei a ordonné l'arrêt d'une enquête parlementaire sur la mauvaise gestion de l'économie iranienne par Ahmadinejad. [167] En 2016, Khamenei a conseillé à Mahmoud Ahmadinejad, son ancien allié avec qui sa relation était tendue après qu'Ahmadinejad ait accusé son fils Mojtaba Khamenei de détournement de fonds du Trésor public, [168] de ne plus se présenter à la présidence. [169] [170] [171] [172] [173]

Politique intérieure

Khamenei lors d'un discours public, 2018

Khamenei est considéré par certains comme la figure de proue de l'establishment conservateur du pays. [17]

Khamenei a soutenu Mesbah Yazdi le décrivant comme l'un des idéologues les plus crédibles d'Iran avant les élections de 2005, mais aurait "récemment été préoccupé par les ambitions politiques de Mesbah". [174]

En 2007, Khamenei a demandé aux responsables gouvernementaux d'accélérer le mouvement de l'Iran vers la privatisation économique . Son dernier mouvement vers un tel objectif remonte à 2004, lorsque l'article 44 de la constitution a été annulé. L'article 44 avait décrété que l'infrastructure de base de l'Iran devait rester gérée par l'État. Khamenei a également suggéré que les droits de propriété soient protégés dans les tribunaux mis en place par le ministère de la Justice ; l'espoir était que cette nouvelle protection donnerait une certaine sécurité et encouragerait l'investissement privé. [175] [176] En 2007, la police iranienne sous la direction de Khamenei a lancé un « plan de sécurité publique », arrêtant des dizaines de « voyous » pour accroître la sécurité publique. [177]

De plus, Khamenei a déclaré qu'il croyait en l'importance de la technologie nucléaire à des fins civiles car "les réserves de pétrole et de gaz ne peuvent pas durer éternellement". [178] [179]

Le 30 avril 2008, Ali Khamenei a soutenu la politique économique du président Ahmadinejad et a déclaré que l'Occident était aux prises avec plus de difficultés économiques que l'Iran, avec une "crise" se propageant des États-Unis à l'Europe et que l'inflation était un problème répandu. Le dirigeant iranien a déclaré que la crise économique actuelle qui paralysait le monde était sans précédent au cours des 60 dernières années. "Cette crise a forcé l'ONU à déclarer l'état d'urgence pour les pénuries alimentaires dans le monde, mais les radios étrangères se sont concentrées sur l'Iran pour laisser entendre que les hausses de prix et l'inflation actuelles dans le pays sont le résultat de la négligence des responsables iraniens qui, de bien sûr n'est pas vrai », a-t-il dit. Khamenei a souligné que personne n'a le droit de blâmer le gouvernement iranienpour les problèmes économiques de l'Iran. Il a également conseillé aux gens et au gouvernement de se contenter et d'éviter le gaspillage afin de résoudre les problèmes économiques. "Je vous conseille de garder à l'esprit que cette grande nation n'a jamais peur des sanctions économiques", a-t-il ajouté. [180] [181] [182] [183]

Élections présidentielles, législatives et de l'Assemblée des experts

En tant que guide suprême, Khamenei a une influence sur les élections en Iran puisque la Constitution iranienne lui permet de nommer la moitié des membres du Conseil des gardiens et le juge en chef de l'Iran . [184] [185] La Constitution établit également que le Conseil approuve ou disqualifie les candidats aux fonctions tandis que le juge en chef présente l'autre moitié des membres du Conseil à choisir par le Parlement . [184] Ces dispositions constitutionnelles donnent à Khamenei une influence directe et indirecte sur le Conseil ; une entité qui, à son tour, a une influence directe sur qui peut se présenter au gouvernement. Cette influence s'est manifestée dansles élections législatives de 2004 , au cours desquelles le Conseil des gardiens a disqualifié des milliers de candidats, dont 80 titulaires, de nombreux députés réformistes et tous les candidats du Front de participation islamique iranien . Par la suite, les conservateurs ont remporté environ 70 % des sièges parlementaires. L'élection est devenue un tournant décisif dans l'évolution politique du pays car elle a marqué la fin de la campagne de réforme politique et sociale initiée par l'ancien président Mohammad Khatami . [186]

Lors de l'élection présidentielle de 2005, les commentaires de Khamenei sur l'importance de lutter contre la corruption, d'être fidèle aux idéaux de la révolution islamique, ainsi que sur l'intelligence supérieure et le dynamisme de ceux qui ont étudié l'ingénierie, ont été interprétés par certains comme une approbation subtile de Mahmoud Ahmadinejad. (qui avait un doctorat en ingénierie du trafic). [84] Après l'élection, et jusqu'à récemment, Khamenei a été franc dans son soutien à Ahmadinejad et "l'a défendu publiquement d'une manière qu'il n'a jamais" eue avec le président réformiste Khatami. Khamenei certifiera plus tard les résultats de l'élection présidentielle iranienne de 2009. [84]

Khamenei a pris une position ferme contre les manifestations électorales iraniennes de 2009-2010 et a déclaré qu'il ne reconsidérerait pas les résultats du vote ni ne céderait à la pression publique sur la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad . [187] "Par la grâce d'Allah, l'élection présidentielle s'est tenue correctement et les affaires courantes doivent être poursuivies légalement." [188] Lors d'une apparition publique le 19 juin, il exprime son soutien au vainqueur déclaré Ahmadinejad et accuse les puissances étrangères - dont la Grande-Bretagne, Israël et les États-Unis - d'avoir aidé à fomenter des protestations contre les résultats des élections. [189] En particulier, il a distingué la Grande-Bretagne, percevant le pays comme le « plus mauvais » de ses ennemis. [190]Il a déclaré que le peuple iranien réagirait avec une "poigne de fer" si les puissances occidentales se mêlaient des affaires intérieures de l'Iran. [191]

En réponse aux gains réformistes du cycle électoral de 2015-2016, Khamenei a déploré la perte des religieux conservateurs de l'Assemblée des experts et a suggéré des modifications de la loi par laquelle le Conseil des gardiens examine les candidats car c'est actuellement trop difficile pour le Gardien. Conseil pour examiner un si grand nombre de candidats. [192]

Science et technologie

Ali Khamenei a soutenu le progrès scientifique en Iran. Il a été parmi les premiers religieux islamiques à autoriser la recherche sur les cellules souches et le clonage thérapeutique . [193] [194] En 2004, Khamenei a déclaré que le progrès du pays dépendait de l'investissement dans le domaine de la science et de la technologie. Il a également déclaré qu'accorder un statut élevé aux universitaires et aux scientifiques dans la société aiderait les talents à s'épanouir et la science et la technologie à être domestiquées, assurant ainsi le progrès et le développement du pays. [195]

Police étrangère

Khamenei en rencontre avec le président russe Vladimir Poutine , 23 novembre 2015

Khamenei a la "responsabilité directe" de la politique étrangère, qui "ne peut être menée sans son implication et son approbation directes". Il dispose d'une équipe de politique étrangère indépendante de celle du président "qui comprend deux anciens ministres des Affaires étrangères" et "peut à tout moment de son choix s'impliquer dans le processus et" corriger "une politique ou une décision erronée". [196] On dit que sa politique étrangère oriente un cours qui évite l'affrontement ou l'accommodement avec l'Occident. [84]

Khamenei a condamné l' intervention menée par l'Arabie saoudite au Yémen et a comparé l'Arabie saoudite à Israël. [197]

Khamenei a condamné la persécution des musulmans rohingyas au Myanmar et a qualifié la dirigeante de facto du Myanmar et lauréate du prix Nobel de la paix Aung Sang Suu Kyi de "femme brutale". [198]

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a critiqué Khamenei pour son refus de condamner les camps de rééducation du Xinjiang et les violations des droits de l'homme contre la minorité musulmane ouïghoure en Chine . [199]

Croyances sur les États-Unis et leur politique étrangère

Les États-Unis et l'Iran n'ont pas de relations diplomatiques officielles depuis la crise des otages en Iran en 1980, lorsque l'ambassade américaine a été prise en charge et que des diplomates américains ont été faits prisonniers. [200] Selon une étude de Karim Sadjadpour, les discours de Khamenei évoquent régulièrement le principe d'une opposition résolue aux États-Unis ; [84] et selon Karim Sadjadpour , il a « résisté aux tentatives de Rafsandjani de trouver un modus vivendi avec les États-Unis », [84] et a dit une fois au président réformiste Mohammad Khatami que « nous avons besoin des États-Unis comme ennemi ». [66]

Le 4 juin 2006, Khamenei a déclaré que l'Iran perturberait les expéditions d'énergie de la région du golfe Persique (environ 20 % de l'approvisionnement quotidien mondial en pétrole passe du golfe Persique par le détroit d'Ormuz très proche de la côte iranienne) [201] si le le pays est attaqué par les États-Unis, insistant sur le fait que Téhéran ne renoncera pas à son droit de produire du combustible nucléaire.

Le 14 septembre 2007, l'ayatollah Ali Khamenei (lors de la prière du 1er vendredi du Ramadan ) a prédit que George W. Bush et des responsables américains seraient un jour jugés par un tribunal pénal international pour être tenus "responsables" de l' invasion américaine de l'Irak . [202] Il affirme que les États-Unis sont la principale cause de l'insécurité en Irak.

Rencontre de Khamenei avec son homologue, le dirigeant suprême chinois Xi Jinping , 23 janvier 2016

Le 21 mars 2009, un jour après que le président américain Barack Obama a prôné un "nouveau départ" dans les relations diplomatiques entre les deux pays, Khamenei a déclaré qu'un changement de "mots" américains n'était pas suffisant et a ajouté : "Nous observerons et nous jugerons ( la nouvelle administration américaine) ... Vous changez, notre comportement changera." Il a rejeté la politique étrangère américaine depuis la révolution islamique, a insisté sur le fait que les États-Unis étaient "détestés dans le monde" et devaient mettre fin à leur ingérence dans d'autres pays. [203]

Khamenei a critiqué l' intervention militaire dirigée par l'OTAN en Libye . Le 21 mars 2011, Khamenei a accusé l'Occident d'être « venu après le pétrole libyen ». Il a également souligné que "l'Iran condamne totalement le comportement du gouvernement libyen contre son peuple, les meurtres et les pressions sur le peuple, et le bombardement de ses villes... mais il condamne (également) l'action militaire en Libye". [204] Khamenei a déclaré qu'il soutenait l'envoi de médiateurs plutôt que de bombarder le pays. [205]

En juin 2011, Khamenei accuse le gouvernement américain de terrorisme et rejette la définition américaine du terrorisme ; il a été cité comme disant : « Les États-Unis et les gouvernements européens qui les suivent décrivent les groupes de combattants palestiniens qui se battent pour la libération de leur terre comme des terroristes ». [206]

En juin 2012, Khamenei a averti les gouvernements occidentaux que les sanctions croissantes contre le pays ne feront qu'approfondir la haine des Iraniens envers l'Occident. [207]

En octobre 2014, Khamenei a déclaré que les États-Unis et le Royaume-Uni avaient créé l'EI comme un outil pour combattre l'Iran et "créer l'insécurité" dans la région. [208]

Khamenei avec le Premier ministre suédois Stefan Löfven , 11 février 2017

Le 19 juillet 2015, alors qu'il s'exprimait dans une mosquée de Téhéran, Khamenei a déclaré à ses partisans que la politique des États-Unis dans la région était "à 180 degrés" opposée au mouvement politique et religieux iranien. [209] Le discours a été ponctué par des chants de "Mort à l'Amérique" et "Mort à Israël". Khamenei a déclaré à propos de l' accord nucléaire de 2015 que "Même après cet accord, notre politique envers les États-Unis arrogants ne changera pas". [210] [211] [212] [213] [214] [215] Le secrétaire d'État américain John Kerry a déclaré que si les commentaires reflétaient la politique, c'était "très dérangeant" et "très troublant". [209] [216]

En mars 2020, Khamenei a mis en garde contre une offre d'aide des États-Unis pour lutter contre le COVID-19 au motif que cela pourrait être un moyen de nuire à l'Iran en propageant davantage la maladie. Il a également suggéré que les États-Unis avaient développé une variété spéciale du virus "sur la base des informations génétiques iraniennes qu'ils ont recueillies", bien qu'il n'ait fourni aucune preuve de la théorie. [217] Khamenei a expliqué : « Il y a des ennemis qui sont des démons, et il y a des ennemis qui sont des humains, et ils s'entraident. » [66]

Condamnation des attentats du 11 septembre

Après les attentats du 11 septembre , Khamenei a condamné l'acte et les assaillants et a appelé à la condamnation des activités terroristes dans le monde entier, mais a fermement mis en garde contre une intervention militaire en Afghanistan. [218] Il aurait déclaré : « Les massacres d'êtres humains sont des actes catastrophiques qui sont condamnés où qu'ils se produisent et quels qu'en soient les auteurs et les victimes. [218]

Sionisme et Israël

Sixième Conférence internationale de soutien à l' Intifada palestinienne , Téhéran, 2017

Khamenei est un opposant à l' État d'Israël et au sionisme , et a été critiqué pour sa rhétorique antisémite et pour avoir proféré des menaces contre Israël. [219] Le 15 décembre 2000, Khamenei a qualifié Israël de "tumeur cancéreuse d'un État" qui "devrait être retirée de la région" [220] [221] [222] [223] et en 2013 a qualifié Israël de "chien enragé" , [224] ainsi qu'en 2014 pendant la guerre de Gaza , [225] pour ce qu'il a appelé des attaques contre des innocents. [226] En 2014, un tweetà partir d'un récit attribué à Khamenei, a affirmé qu'il n'y avait pas de remède pour Israël mais son anéantissement. [227] [228] [229] [230]

Dans un sermon de septembre 2008 pour la prière du vendredi à Téhéran , Khamenei a déclaré qu'"il est incorrect, irrationnel, inutile et absurde de dire que nous sommes amis du peuple israélien", [231] parce qu'il croyait que l' occupation se faisait par le biais de leur. "[U]la surpation des maisons, des terres et des affaires [du peuple palestinien] est menée à l'aide de ces personnes. Ce sont les acteurs de fond des éléments sionistes", a déclaré Khamenei dans son discours. "[N]ous n'avons aucun problème avec les juifs et les chrétiens... nous avons un problème avec les usurpateurs de la terre palestinienne", a-t-il ajouté. [232] En outre, il a dit qu'il avait soulevé la question « pour mettre un terme à tout débat ». [231]En 2013, Khamenei avait accusé la France de "s'agenouiller" devant Israël, tout en disant qu'Israël était dirigé par des gens indignes du "titre humain". [233]

Néanmoins, selon le militant anti-changement de régime Abbas Edalat , en 2005 Khamenei a répondu à une remarque du président Ahmadinejad qui avait été largement traduite comme disant que « le régime occupant Jérusalem devrait être rayé de la carte » en disant que « le régime islamique La République n'a jamais menacé et ne menacera jamais aucun pays." [234]

Dans un sermon de septembre 2009, Khamenei aurait déclaré que "le cancer sioniste ronge la vie des nations islamiques". [235] Dans un autre rapport du même discours, il a ajouté que "nous soutiendrons et aiderons toutes les nations, tous les groupes luttant contre le régime sioniste à travers le monde, et nous n'avons pas peur de le déclarer". [236]

Khamenei a plutôt proposé que "les réfugiés palestiniens devraient revenir et que les musulmans, les chrétiens et les juifs pourraient choisir un gouvernement pour eux-mêmes, à l'exclusion des juifs immigrés", ajoutant que "personne ne permettra à un groupe de voyous, de lubriques et de parias de Londres, d'Amérique et de Moscou de régner sur les Palestiniens." [237]

Syriens pro-gouvernementaux avec des portraits d'Assad, de l'ayatollah Khomeiny et de Khamenei, avril 2018

Le 10 septembre 2015, dans un discours sur Israël après l' accord sur le programme nucléaire de l'Iran , Khamenei a fait une remarque "Israël n'existera pas dans 25 ans". [238] Pour la première fois, la remarque a été publiée sur le site officiel de Khamenei et sur son Twitter . [239] [240] Cette déclaration a été rapportée comme étant la meilleure et la plus importante parmi les déclarations de Khamenei en 2015 par un sondage en ligne mené par son site Web officiel. [241]

Le 21 février, lors de la 6e Conférence internationale de soutien à l'Intifada palestinienne, Khamenei a considéré le retrait d'Israël du sud du Liban en 2000 et de Gaza en 2005 comme deux réalisations majeures à ce jour. [242] En outre, il a conseillé aux pays islamiques de s'abstenir de crises et de différences "inutiles" et de se concentrer plutôt sur la question de la Palestine qu'il considérait comme la question centrale de l'Islam. "Sinon, les potentiels et les capacités des nations seront gaspillés face à des luttes vaines, ce qui offrirait des opportunités au régime sioniste de devenir encore plus fort", a-t-il ajouté. [243] [ source non fiable ? ]

Khamenei a condamné l' accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis et a accusé les Émirats arabes unis de trahir le monde islamique, les pays arabes et la Palestine. Il a déclaré que la normalisation ne sera que temporaire, mais que les EAU devront à jamais supporter la honte de l'accord. [244]

Négation de l'Holocauste

Le 21 mars 2014, lors d'un discours matinal marquant le Nouvel An persan, Norouz , Khamenei a remis en cause l' Holocauste . Il a dit que "l'Holocauste est un événement dont la réalité est incertaine et s'il s'est produit, on ne sait pas comment il s'est produit". En outre, il a déclaré que "personne dans les pays européens n'ose parler de [l']Holocauste" (en raison des conséquences juridiques potentielles dans certains pays), et a déclaré qu'en Occident, "parler de [l']Holocauste et exprimer des doutes à son sujet est considéré comme un grand péché." [245] [246] [247] La ​​Ligue anti-diffamation a accusé Khamenei en mars 2014 d'avoir fait des déclarations de négation explicite de l' Holocauste .

Le jour de la commémoration de l'Holocauste , le 27 janvier 2016, Khamenei a publié une vidéo niant l'Holocauste sur son site officiel. Dans la vidéo (s'appuyant sur le discours de mars 2014), [249] d'une durée d'environ trois minutes, la vidéo présente des images des négationnistes de l'Holocauste Roger Garaudy , Robert Faurisson et David Irving . [250] Dans une série de tweets à la mi-décembre 2019, il fait l'éloge de Garaudy : "Le combat qu'il a engagé contre les sionistes est un #DevoirDivin pour tous ceux qui respectent la #Vérité." La condamnation de Garaudy par la France, a-t-il dit, allait à l'encontre du concept de liberté d'expression. [251]

Droits de l'homme, libertés, manifestations, loi islamique

Les critiques ont accusé Khamenei d'avoir supervisé l'assassinat de pas moins de 160 transfuges exilés dans le monde, la répression brutale des manifestants, le meurtre de dizaines de milliers de membres du groupe paramilitaire MEK ( Moudjahidine du peuple d'Iran ) et d'avoir fait des écrivains dissidents et intellectuels en Iran "une cible particulière" de la répression, entre autres infractions aux droits de l'homme. [66] Cependant, Khamenei lui-même a insisté sur le fait que les droits de l'homme sont un principe fondamental sous-jacent aux enseignements islamiques, qui précède de plusieurs siècles la préoccupation occidentale pour les droits de l'homme. Il a attaqué les puissances occidentales qui ont critiqué le bilan des droits de la République islamique pour son hypocrisie en disant que ces pays oppriment économiquement les gens du tiers monde .pays et soutenir les despotes et les dictateurs. En réponse aux plaintes occidentales concernant les violations des droits de l'homme en Iran, il a déclaré que l'administration américaine avait commis de nombreux crimes et n'était donc pas apte à juger la République islamique. [252]

Protestations pendant le leadership

Il y a eu plusieurs manifestations majeures sous le règne de Khamenei, notamment les manifestations Qazvin de 1994 - où, selon Al-Arabiya , environ 40 personnes ont été tuées et plus de 400 blessées - [35] les manifestations étudiantes iraniennes de 1999 , les manifestations de l' élection présidentielle iranienne de 2009 , lorsque les manifestants ont scandé "mort au dictateur", [36] [37] et ont déchiré des photos de Khamenei, [38] ainsi que les manifestations iraniennes de 2011-2012 et les manifestations iraniennes de 2017-2018 , entre autres. En 2016, Khamenei, qui décrit les directives électorales "conformément à l'article 110 de la Constitution iranienne", a demandé de maximiser la transparence des élections en Iran, en utilisant les technologies modernes. [253]

Pendant le massacre de Mahshahr , les protestations se sont étendues contre "la corruption du gouvernement, les institutions défaillantes, le manque de libertés et le régime répressif du chef suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei". [254]

Lors des grèves générales et des manifestations iraniennes de 2018-2019 , Khameini a exigé des sanctions pour ceux « qui perturbent la sécurité économique ». Selon Reuters , les remarques étaient "clairement destinées à envoyer un message aux Iraniens qui pourraient planifier d'autres manifestations". [255]

Au cours des manifestations iraniennes de 2019-2020 , Khamenei a rencontré divers responsables et membres du cabinet, affirmant "qu'il tiendrait les responsables réunis pour responsables des conséquences des manifestations s'ils ne les arrêtaient pas immédiatement". Selon un responsable, Khamenei "a clairement indiqué que les manifestations nécessitaient une réponse énergique" et que "les émeutiers devaient être écrasés". [256]

Lors des manifestations du vol 752 d'Ukraine International Airlines , des milliers de manifestants ont exigé la démission de l'ayatollah Ali Khamenei. [257]

Minorités

La foi bahá'íe est la plus grande minorité religieuse d'Iran, avec environ 300 000 membres (8 000 000 de membres dans le monde) et est officiellement considérée comme une secte dangereuse par le gouvernement iranien. Il est interdit en Iran et dans plusieurs autres pays. [258] Khamenei a approuvé une nouvelle législation contre les bahá'ís en Iran et réduit leur influence à l'étranger. [259] Selon une lettre du président du quartier général du commandement des forces armées en Iran adressée au ministère de l'information , les gardiens de la révolution, et la police, Khamenei a également ordonné au quartier général du commandement d'identifier les personnes qui adhèrent à la foi bahá'íe et de surveiller leurs activités et de recueillir toutes les informations sur les membres de la foi bahá'íe.

Relation avec la presse

Khamenei s'adressant au personnel de l'armée de l'air iranienne, 6 février 2016

En 2000, il a été répertorié par le Comité pour la protection des journalistes comme "l'un des dix principaux ennemis de la presse et de la liberté d'expression", [260] et a été nommé au Time 100 en 2007. [261] Les journalistes de l'opposition Ahmad Zeidabadi , Mohsen Sazegara , Mohammad Nourizad et Akbar Ganji ont été arrêtés et ont fait l'objet d'une enquête [262] [263] [264] [265] pour avoir diffusé des articles critiques contenant des accusations non prouvées contre les politiques de Khamenei en tant que dirigeant et certaines organisations. [266] [267]Selon la loi iranienne sur la presse, « répandre des rumeurs et des mensonges et déformer les propos d'autrui » n'est pas autorisé. [268] En outre, selon la loi, « répandre des diffamations contre des fonctionnaires, des institutions, des organisations et des individus dans le pays ou insulter des personnes morales ou réelles légalement respectées, même au moyen d'images ou de caricatures » n'est pas autorisé. [268]

Parmi ses actions controversées figuraient son rejet d'un projet de loi présenté par le parlement iranien en 2000 qui visait à réformer la loi sur la presse du pays et la disqualification de milliers de candidats parlementaires aux élections législatives iraniennes de 2004 par le Conseil des gardiens qu'il avait nommé. [17]

En 2012, 2013 et 2014, Forbes a sélectionné Khamenei comme la 21e, 23e et 19e personne la plus puissante du monde, respectivement, dans la liste des personnes les plus puissantes du monde . [269]

Procès de personnes pour avoir insulté Khamenei

Plusieurs journalistes, blogueurs et autres personnes ont été jugés en Iran pour avoir insulté le guide suprême, souvent en conjonction avec des accusations de blasphème . [39] [40] [270]

En 1996, Abbas Maroufi a été condamné à 35 coups de fouet et 6 mois de prison pour avoir répandu des mensonges et insulté Khamenei. Maroufi s'est également vu interdire de travailler comme journaliste et son mensuel littéraire Gardoon a été fermé. Maroufi avait comparé Khamenei à l'ancien Shah d'Iran Mohammed Reza Pahlavi . [271]

En 2005, un Iranien a été emprisonné pendant deux ans pour avoir insulté Khamenei et l'imam Khomeiny tout en étant innocenté d'avoir insulté le prophète. [272]

En 2009, le blogueur iranien Omid Reza Mir Sayafi , arrêté pour avoir insulté Khamenei dans un message sur Internet, est décédé pendant sa détention à la prison d' Evin . [273]

En 2010, le militant de l'opposition Ahmad Gabel a été condamné à 20 mois de prison pour insulte à Khamenei, ainsi que 3 ans supplémentaires pour possession d'un récepteur satellite, 3 ans d'exil et une amende. [274]

En 2014, huit hommes dont un Britannique ont été condamnés à 19 à 20 ans pour insulte à Khamenei et autres charges liées à des commentaires sur Facebook. [275]

En 2017, Sina Dehghan a été condamnée à mort pour avoir insulté le prophète, avec une peine supplémentaire de 16 mois pour avoir insulté Khamenei dans une application de messagerie. [276]

Interprétation de la loi islamique

Rencontre de Khamenei avec les autorités du Hajj , 2018

En 2000, Ali Khamenei a envoyé une lettre au parlement iranien interdisant à la législature de débattre d'une révision de la loi iranienne sur la presse. Il a écrit : « La loi actuelle sur la presse a réussi jusqu'à un certain point à prévenir ce grand fléau. Le projet de loi n'est pas légitime et dans l'intérêt du système et de la révolution. [277] Son utilisation du "pouvoir extra-législatif" a été critiquée par les réformistes et les groupes d'opposition. En réaction à la lettre, certains membres du Parlement ont exprimé leur indignation et menacé de démissionner. [278] Kayhan et Jomhuri-ye Eslami sont deux journaux publiés sous la direction de Khamenei.

Fin 1996, à la suite d'une fatwa de Khamenei déclarant que l'éducation musicale corrompt l'esprit des jeunes enfants, de nombreuses écoles de musique ont été fermées et l'enseignement de la musique aux enfants de moins de 16 ans a été interdit par les établissements publics (bien que l'enseignement privé se poursuive). [279] Khamenei a déclaré : « La promotion de la musique [traditionnelle et occidentale] dans les écoles est contraire aux objectifs et aux enseignements de l'islam, quels que soient l'âge et le niveau d'études ». [280]

En 1999, Khamenei a émis une fatwa déclarant qu'il était permis d'utiliser un tiers (sperme de donneur, ovules ou maternité de substitution) dans les traitements de fertilité. C'était différent "à la fois dans le style et dans le fond" de la fatwa sur la procréation assistée (ART) par Gad El-Hak Ali Gad El-Hak de l'Université égyptienne Al-Azhar à la fin des années 1980 qui autorisait l'ART (FIV et technologies similaires) comme longtemps qu'il n'y a pas de don de tiers (de sperme, d'ovules, d'embryons ou d'utérus). [281]

En 2002, il a statué que la recherche sur les cellules souches humaines était autorisée par l'islam, à la condition qu'elle soit utilisée pour créer uniquement des parties plutôt qu'un être humain entier. [282]

En 2002, après que des manifestations ont éclaté dans la capitale, Khamenei est intervenu contre la condamnation à mort prononcée contre Hashem Aghajari pour avoir soutenu que les musulmans devraient réinterpréter l'islam plutôt que de suivre aveuglément les dirigeants. Khamenei a ordonné une révision de la peine contre Aghajari et celle-ci a ensuite été commuée en une peine de prison. [17]

Les droits des femmes

Femmes iraniennes avec des portraits de Khamenei, 2014

En juillet 2007, Khamenei a critiqué les militantes iraniennes des droits des femmes et la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW) : « Dans notre pays... certaines femmes militantes et certains hommes ont essayé de jouer avec les règles islamiques. afin de respecter les conventions internationales relatives aux femmes », a déclaré Khamenei. "C'est faux." Khamenei a fait ces commentaires deux jours après que la militante iranienne des droits des femmes Delaram Ali a été condamnée à 34 mois de prison et 10 coups de fouet par la justice iranienne. [283]

Khamenei est un défenseur de la pratique islamique du Hijab. Il croit que le hijab vise à honorer les femmes. A l'objection occidentale au hijab obligatoire en Iran, il répond en pointant le dévoilement obligatoire dans certains pays occidentaux et les obstacles créés pour les femmes musulmanes voilées qui veulent entrer dans les universités. Il soutient en outre que les femmes en Occident ont perdu leur honneur en soulignant le taux élevé de violence sexuelle perçu en Occident ainsi que l'exploitation généralisée de l'attrait sexuel féminin à des fins commerciales : "En effet, ils ont traité les femmes comme une marchandise , comme un autre de leurs produits. Si vous deviez regarder les magazines, qui sont publiés en Occident, vous verriez qu'ils annoncent une marchandise à vendre à côté de l'image d'une femme nue. Pouvez-vous imaginer une plus grande insulte aux femmes ? Ils [l'Occident] doivent être responsables [pas l'Islam]."[284] [285]

Ali Khamenei croit en la ségrégation sexuelle . [286] Khamenei pense également que l'égalité des sexes est un complot sioniste dans le but de « corrompre le rôle des femmes dans la société ». [287]

Khamenei soutient que "Aujourd'hui, l'homosexualité est un problème majeur dans le monde occidental. Cependant, ils [les nations occidentales] l'ignorent. Mais la réalité est que l'homosexualité est devenue un défi sérieux, une douleur et un problème insoluble pour les intellectuels occidentaux." [288]

Littérature et art

Khamenei a déclaré que "la poésie doit être l'avant-garde de la caravane de la révolution [islamique]... [G]râce aux arts et à la littérature, la révolution peut être exportée de manière plus facile et plus honnête". [289] Il a été suggéré (par Dexter Filkins) que cela pourrait expliquer son intérêt pour l'interdiction des livres, l'interdiction des journaux et l'emprisonnement des artistes. [66] Il a exprimé son intérêt pour l'étude des romans et des histoires depuis son enfance et a étudié diverses sources mondiales crédibles. Il était « fasciné par Jean-Paul Sartre et Bertrand Russell » dans sa jeunesse [290] Il louait les œuvres de Mikhail Sholokhov , Alexei Tolstoy , [291] Honoré de Balzac et Michel Zévaco . Pourtant, Les Misérables de Victor Hugo " est le meilleur roman qui ait été écrit dans l'histoire". Il expliqua:

J'ai lu La Divine Comédie . J'ai lu Amir Arsalan. J'ai aussi lu Mille et Une Nuits ... [Mais] Les Misérables est un miracle dans le monde de l'écriture romanesque... Je l'ai dit et répété, allez lire Les Misérables une fois. Ce Les Misérables est un livre de sociologie, un livre d'histoire, un livre de critique, un livre divin, un livre d'amour et de sentiment. [292]

Il a suggéré de lire The Grapes of Wrath à «un public d'écrivains et d'artistes» et Oncle Tom's Cabin aux hauts responsables de l'État, car il pensait que cela éclairait l'histoire des États-Unis.

N'est-ce pas le gouvernement qui a massacré les premiers habitants indigènes de la terre d'Amérique ? Qui a anéanti les Indiens d'Amérique ? ... Aujourd'hui, l'une des œuvres d'art les plus tragiques est la Case de l'oncle Tom ... Ce livre vit toujours après près de 200 ans, [292]

Khamenei parle couramment l'arabe en plus de ses langues maternelles, le persan et l'azéri . [293] Il a traduit plusieurs livres en persan à partir de l'arabe, y compris les travaux du théoricien islamique égyptien Sayyid Qutb . Il parle l'azéri , la langue maternelle de son père. [294] [295]

En ce qui concerne la poésie , à Mashhad , il participait aux associations littéraires avec des poètes connus et avait l'habitude de critiquer des poèmes. [11] En écrivant quelques poèmes lui-même, il a choisi le pseudonyme 'Amin' pour lui-même. [11]

Dans le domaine de la musique , il est connu pour avoir une bonne voix chantante et joue du tar , un instrument à cordes traditionnel iranien. [296]

Diplomatie publique

Réveil islamique

En février 2011, Ali Khamenei a soutenu le soulèvement égyptien contre leur gouvernement, le décrivant comme un réveil islamique au lieu d' un printemps arabe . Essayant de communiquer avec les Arabes , il s'est adressé aux manifestants égyptiens en arabe . (Même si sa langue maternelle est le persan .) Il s'est présenté comme "votre frère en religion", tout en louant "l'explosion de la colère sacrée". [297] Plus tard, lors des « conférences d'éveil islamique » qui se sont tenues à Téhéran, Khamenei a fait l'éloge des jeunes musulmans de Tunisie , de Libye , d' Égypte , du Yémen et de Bahreïn .pour ce qu'il a décrit comme l'éveil islamique. Il a également mis ces événements en parallèle avec la révolution islamique en Iran lors de son discours du Norouz en 2011. [298] Cependant, des manifestations majeures contre le régime iranien ont également éclaté dans tout l'Iran en 2011, et elles sont devenues connues sous le nom de manifestations iraniennes de 2011-2012 .

Œuvres

  • Quatre livres principaux de Rijal [11]
  • Un aperçu de la pensée islamique dans le Coran [11]
  • Chef honnête [11]
  • Discourse on Patience [299] (traduction de Sayyid Hussein Alamdar disponible en ligne [300] )
  • Iqbal : Manifestation de l'esprit islamique, deux visions musulmanes contemporaines [301] ISBN  1-871031-20-6
  • Réponses aux demandes de renseignements sur les lois pratiques de l'islam [302] ISBN 964-472-000-8 ( version PDF ) 
  • Leçons du Nahjul-Balaghah [303] [304]
  • Droits de l'homme en Islam
  • La Charte de la liberté [305] [306] [307]
  • Essence de Tawhid: Déni de servitude mais à Dieu [308]

Traductions de l'arabe :

  • Avenir dans le domaine de l'Islam [11]

Collections :

Voir également

Notes de bas de page

  1. ^ Entekhab.ir, پایگاه خبری تحلیلی انتخاب. "توضیحات مجلس خبرگان درباره جلسه انتخاب به عامنهای به عنوان رهبر در سال 68 / آیتالله لپایگانی فقط 14 رای داشت" . پایگاه خبری تحلیلی انتخاب – Entekhab.ir .
  2. ^ "lettre à Hashemi Rafsanjani et démission de la présidence" (en persan). Khamenei.ir. 16 août 1989 . Récupéré le 17 juillet 2018 .
  3. ^ "1982 Assembly of Experts Election" , The Iran Social Science Data Portal , Princeton University , archivé de l'original le 19 octobre 2015 , récupéré le 10 août 2015
  4. ^ "چه کسی در نخستین انتخابات خبرگان اول شد؟ +جدول" . 7 janvier 2014. Archivé de l'original le 10 octobre 2017.
  5. ^ "Membres du Parlement" (en persan). Majlis iranien. Archivé de l'original le 7 juillet 2014 . Récupéré le 28 octobre 2014 .
  6. ^ un bc " Une photo de document d'Identité d'Ayatollah Khamenei" (en persan). Khamenei.ir. 1er février 2010. Archivé de l'original le 14 août 2017 . Récupéré le 14 janvier 2018 .
  7. ^ "تصویری از شناسنامه حضرت آیت‌الله خامنه‌ای" .
  8. ^ روایتی از تاریخ دقیق تولد رهبر انقلاب از زبان معظم‌له+عکس
  9. ^ "جامعه روحانيت مبارز جوان مي‌شود" [L'Association du clergé combattant rajeunit] (en persan). Fararu. 8 juillet 2012. 118101. Archivé de l'original le 2 septembre 2016 . Récupéré le 25 juin 2016 .
  10. ^ Kazemzadeh, Masoud (nd). "L'orientation de la politique étrangère de l'ayatollah Khamenei". Stratégie comparée . 32 (5): 443–458. doi : 10.1080/01495933.2013.840208 . eISSN 1521-0448 . ISSN 0149-5933 . S2CID 153558136 .   
  11. ^ un bcdefghijklmn o Velayati , Ali Akbar . _ _ _ _ _ _ _ _ "Ayatollah Ali Khamenei" . La Grande Encyclopédie islamique (en persan). Archivé de l'original le 11 février 2017 . Récupéré le 3 avril 2017 .
  12. ^ un b Raee, Sajjad (Hiver 2008). Ardestani, Hussein (éd.).نقش آیت‌الله خامنه‌ای در دفاع مقدس : سال اول جنگ[Le rôle de l'ayatollah Khamanei dans la défense sacrée : au cours de la première année] (PDF) . Negin-e Iran: Quarterly for Studies of Iran-Irak War (en persan). 7 (26): 9–24. Archivé de l'original (PDF) le 28 avril 2016 . Récupéré le 15 janvier 2018 .
  13. ^ Biographie détaillée de l'ayatollah Khamenei, chef de la révolution islamique , Khamenei.ir, 23 septembre 2013, archivée de l'original le 10 avril 2016 , récupérée le 17 mars 2016
  14. ^ "Ali Khamenei" . CGIE (fa) .
  15. ^ "en regardant la biographie d'Ali Khamenei" . khamenei (fa) . 21 mars 2014 . Récupéré le 21 mars 2014 .
  16. ^ "Iran" . État. 23 juillet 2010 . Récupéré le 21 août 2010 . Le gouvernement surveillait les réunions, les mouvements et les communications de ses citoyens et accusait souvent des personnes de crimes contre la sécurité nationale et d'insulte au régime sur la base de lettres, de courriels et d'autres communications publiques et privées.
  17. ^ un bcde " Profil : Ayatollah Seyed Ali Khamenei" . Nouvelles de la BBC . 17 juin 2009. Archivé de l'original le 26 mars 2009 . Récupéré le 28 juillet 2009 .
  18. ^ un b "Le Guide Suprême – L'Abécédaire d'Iran" . Archivé de l'original le 30 juin 2016 . Récupéré le 1er juillet 2016 .
  19. ^ "Khamenei.ir" . Archivé de l'original le 12 novembre 2013.
  20. ^ Khamenei a gardé un profil bas [ lien mort permanent ] Agence France Presse, 20 juin 2009. Récupéré le 24 septembre 2009. [ lien mort ]
  21. ^ Maziar Bahari (6 avril 2007). "Comment Khamenei garde le contrôle" . Newsweek . Archivé de l'original le 25 octobre 2010 . Récupéré le 29 septembre 2010 .
  22. ^ "Khamenei sera le dernier chef suprême de l'Iran" . Newsweek . 17 novembre 2009. Archivé de l'original le 16 septembre 2017. faisant référence à l'énorme pouvoir que Khamenei a donné au Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran, qui, sous le contrôle direct de Khamenei, a brutalement réprimé des manifestants, des militants des droits de l'homme et des journalistes d'opposition.
  23. ^ Jamsheed K. Choksy. « Politique de Téhéran : les mollahs perdent-ils leur emprise ? » . Revue des affaires mondiales . Archivé de l'original le 22 juillet 2017. Khamenei a renforcé ses alliances avec des commandants militants, en particulier au sein du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), dans l'espoir que toute opposition à son autorité continuera d'être réprimée, comme ce fut le cas lors des manifestations de 2009.{{cite news}}: CS1 maint: unfit URL (link)
  24. " _ _ farsi.khamenei.ir . khamenei.ir. 14 avril 1979. Archivé de l'original le 19 août 2017 . Récupéré le 19 août 2017 .
  25. ^ "Profil: le chef suprême" banal "de l'Iran Khamenei" . Nouvelles de la BBC . 4 août 2011. Archivé de l'original le 18 février 2012.
  26. ^ Ganji, Akbar, "Le sultan des derniers jours: pouvoir et politique en Iran", Affaires étrangères , novembre décembre 2008
  27. ^ un b " Khamenei de l'Iran frappe Rafsanjani dans la réprimande publique rare " . Œil du Moyen-Orient . Archivé de l'original le 4 avril 2016.
  28. ^ un b "Khamenei dit que l'Iran doit passer au vert – Al-Monitor : le Pouls du Moyen-Orient" . Al-Monitor. Archivé de l'original le 22 décembre 2015 . Récupéré le 31 mars 2016 .
  29. ^ un b Louis Charbonneau et Parisa Hafezi (16 mai 2014). "Exclusif : l'Iran poursuit ses travaux sur les missiles balistiques, compliquant les pourparlers nucléaires" . Reuters . Archivé de l'original le 31 juillet 2017.
  30. ^ un b "IranWire – Demander un Miracle : le Plan Économique de Khamenei" . Archivé de l'original le 7 mars 2016.
  31. ^ "Khamenei décrit un plan en 14 points pour augmenter la population" . 22 mai 2014. Archivé de l'original le 1er août 2017 . Récupéré le 21 mai 2017 .
  32. ^ "Iran: les responsables de la branche exécutive et législative approuvent le plan de privatisation" . Archivé de l'original le 5 janvier 2017.
  33. ^ "Rafsandjani brise le tabou sur la sélection du prochain chef suprême de l'Iran" . Le Gardien . 14 décembre 2015. Archivé de l'original le 18 décembre 2016.
  34. ^ "L'Iran annule l'interdiction des candidats réformistes" . Le Gardien . 24 mai 2005. Archivé de l'original le 21 décembre 2016.
  35. ^ un b "Le Basij Mostazafan - Une culture de martyre et de mort" . Al-Arabiya. 6 décembre 2016. Archivé de l'original le 7 décembre 2016.
  36. ^ un b "Khamenei était la victime d'une tentative d'assassinat" . LienJour . Archivé de l'original le 11 octobre 2016.
  37. ^ un b "Il est dit que la police a tué 10 personnes lors des manifestations en Iran" . Le New York Times . 28 décembre 2009. Archivé de l'original le 5 février 2010.
  38. ^ un b "Plusieurs tués, 300 arrêtés dans les manifestations de Téhéran" . CNN . Archivé de l'original le 31 décembre 2009.
  39. ^ un b " RAPPORT SUR LES DROITS DE L'HOMME IRAN 2015 " (PDF) . Département d'État des États-Unis . Au cours de l'année, le gouvernement a arrêté des étudiants, des journalistes, des avocats, des militants politiques, des femmes militantes, des artistes et des membres de minorités religieuses ; accusé beaucoup de crimes tels que "propagande contre le système" et "insulte au chef suprême" ; et traitait ces affaires comme des procès pour raisons de sécurité nationale (voir sections 1.a. à 1.e. ; section 6, Femmes ; et section 7.a.).
  40. ^ un b " RAPPORT SUR LES DROITS DE L'HOMME IRAN 2016 " (PDF) . Département d'État des États-Unis .
  41. ^ un b "Le Bureau du Chef, Seyyed Ali Khamenei" . Chef. Archivé de l'original le 18 juin 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  42. ^ Akbar Hachemi Rafsandjani.-(en persan). Archivé de l'original le 20 juin 2013.
  43. ^ Iran éternel , en 1721. Patrick Clawson, 2005, ISBN 1-4039-6276-6 , p.5. 
  44. ^ Robin Wright, La dernière grande révolution: agitation et transformation en Iran , Alfred A. Knopf, 2000
  45. ^ "بیوگرافی خواهر متوفی رهبر انقلاب" . baharnews.ir (en persan). Bahar Nouvelles . Récupéré le 19 novembre 2020 .
  46. ^ Encyclopédie des peuples d'Afrique et du Moyen-Orient - Facts on File, Incorporated, 2009, p.79
  47. ^ "L'Iran et le Caucase: Le triomphe du pragmatisme sur l'idéologie - Centre pour le dialogue mondial" . Worlddialogue.org. Archivé de l'original le 27 septembre 2013 . Récupéré le 1er janvier 2014 .
  48. ^ "Les Azéris mécontents d'être la cible de blagues nationales" . Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires. IRIN. 25 mai 2006. Archivé de l'original le 14 août 2007 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  49. ^ "L'Iran en mer au-dessus de l'Azerbaïdjan" . Temps d'Asie . 28 septembre 2004. Archivé de l'original le 23 avril 2005 . Récupéré le 19 juin 2009 .{{cite web}}: CS1 maint: unfit URL (link)Un autre azéri ethnique est Rahim Safavi, le commandant général du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et le plus important responsable de la sécurité militaire du pays.
  50. ^ Majd, Hooman (19 février 2009). "Le changement vient en Iran" . La bête quotidienne . Archivé de l'original le 16 janvier 2010 . Récupéré le 20 février 2009 . Ali Khamenei, ..., alors que l'ethnie turque est aussi à moitié Yazdi, mais il ne semble pas avoir hérité du gène de la timidité de sa mère.
  51. ^ Nouvelles d'Anaj.6(en persan). Archivé de l'original le 29 juillet 2015.
  52. ^ "(cassé)" . Archivé de l'original le 3 août 2012.
  53. ^ "ShiaOnline.ir - شیعه آنلاین - نگاهی اجمالی به شجره نامه آیت الله خامنه ای" . shia-online.ir . Archivé de l'original le 2 janvier 2014.
  54. ^ "Personnalités historiques de l'Iran : Seyed Ali Khamenei" . Chambre iranienne. Archivé de l'original le 11 juin 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  55. ^ Rahnema, Ali (2000). Ali Rahnemaré, An Islamic Utopian: A Political Biography of Ali Shariati, IB Tauris Publishers, Londres et New York, 1998, P.231. ISBN 1-86064-552-6 . ISBN 978-1-86064-552-5. Récupéré le 19 juin 2009 .
  56. ^ "Imposer des sanctions vis-à-vis de l'Iran" . Registre fédéral . 26 juin 2019 . Récupéré le 16 décembre 2020 .
  57. ^ "آشنایی با فرزندان مقام معظم رهبری" . Seratnews . Archivé de l'original le 28 janvier 2015 . Récupéré le 27 janvier 2015 .
  58. ^ Mehrzad Boroujerdi; Kourosh Rahimkhani. "L'élite politique iranienne" . Institut américain de la paix. Archivé de l'original le 23 août 2013 . Récupéré le 30 juillet 2013 .
  59. ^ Connaître les fils du chef suprême iranien mashreghnews.ir Récupéré le 18 novembre 2019
  60. ^ Seyyed Masoud Khamenei, à côté de son beau-père (Seyyed Mohsen Kharazi) - Portrait aghigh.ir Récupéré le 23 novembre 2019
  61. ^ Seyyed Masoud Khamenei, avec son beau-père -- Seyyed Mohasen Kharazi [ lien mort permanent ] tebyan.net Récupéré le 9 décembre 2019
  62. ^ un bcde Tait , Robert (12 novembre 2013). "L'ayatollah Ali Khamenei contrôle un empire financier de 60 milliards de livres sterling, selon un rapport" . Le Daily Telegraph . Archivé de l'original le 12 septembre 2017.
  63. ^ Borger, Julien. "Mojtaba Khamenei : gardien du chef suprême de l'Iran" . Le Gardien . Archivé de l'original le 6 septembre 2013.
  64. ^ Yazdi, Ebrahim; Mousavi, Mir Hossein; Rahnavard, Dr Zahra; Karroubi, Fatemeh; Karroubi, Mehdi. "Yazdi libéré ; Mousavi, les enfants de Karroubi écrivent une lettre à la nation" . PBS Frontline - Bureau de Téhéran . Archivé de l'original le 13 septembre 2017.
  65. ^ "La frugalité du chef suprême de l'Iran" . Payvand.com. Archivé de l'original le 20 février 2014 . Récupéré le 21 mai 2014 .
  66. ^ un bcdefghi Filkins , Dexter ( 18 mai 2020 ). "Le Crépuscule de la Révolution Iranienne" . New Yorkais . Récupéré le 7 juin 2020 .
  67. ^ "Le marché automobile iranien s'ouvre" . MNN – Réseau Mère Nature . Archivé de l'original le 4 mars 2016.
  68. ^ McElroy, Damien; Vahdat, Ahmad (31 décembre 2009). "L'ayatollah Khamenei d'Iran aime le caviar et les blagues vulgaires, affirme un transfuge" . Le Télégraphe . Archivé de l'original le 11 janvier 2022 . Récupéré le 10 janvier 2020 .
  69. ^ Reynolds, James (4 août 2011). "Profil: le chef suprême" banal "de l'Iran, l'ayatollah Khamenei" . Nouvelles de la BBC . Récupéré le 10 janvier 2020 .
  70. ^ Majd, Hooman, L'ayatollah prie de différer : le paradoxe de l'Iran moderne , par Hooman Majd, Doubleday, 2008, p. 61
  71. ^ Le plus haut dirigeant iranien subit une chirurgie de la prostate Archivé le 24 juillet 2016 à la Wayback Machine . Le New York Times . 8 septembre 2014.
  72. ^ "Le chef suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, a subi une opération de la prostate" . Le Gardien . 8 septembre 2014. Archivé de l'original le 27 février 2017.
  73. ^ "Iran : Guerre de succession en vue au sommet de l'État" . 27 février 2015. Archivé de l'original le 4 août 2015 . Récupéré le 27 juillet 2015 .. Le Figaro a cité des responsables du renseignement occidental disant que le cancer avait été découvert il y a une dizaine d'années. "Le cancer est au stade quatre, c'est-à-dire qu'il s'est propagé." Les médecins estiment "qu'il lui reste deux ans à vivre".
  74. ^ Ahmari, Sohrab (23 mars 2015). "La prochaine crise de leadership de l'Iran" . Le Wall StreetJournal : A13. Archivé de l'original le 27 avril 2017.
  75. ^ Sahimi, Muhammad (8 mai 2016). "L'incroyable ayatollah rétrécissant de l'Iran" . Intérêt national . Archivé de l'original le 23 juin 2016 . Récupéré le 1er juillet 2016 .
  76. ^ Nikola B. Schahgaldian, Gina Barkhordarian (mars 1987), L'armée iranienne sous la République islamique (PDF) , RAND, ISBN  978-0-8330-0777-3, archivé (PDF) de l'original le 3 février 2017 , récupéré le 15 janvier 2017
  77. ^ un bcdef Nasr , Vali ( 9 décembre 2007). "Rencontrez" The Decider "de Téhéran. Ce n'est pas la tête brûlée que vous attendez" . Le Washington Post . Archivé de l'original le 7 octobre 2008 . Récupéré le 9 décembre 2007 .{{cite news}}: CS1 maint: bot: original URL status unknown (link)
  78. ^ Maloney, Suzanne (2015). L'économie politique de l'Iran depuis la Révolution . La presse de l'Universite de Cambridge. p. 152. ISBN 978-0-521-73814-9. Archivé de l'original le 14 novembre 2017.
  79. ^ Kahlili, Reza (2013). Un temps pour trahir : Une véritable histoire d'espionnage captivante de trahison, de peur et de courage . Éditions de seuil ; Édition réimprimée. p. 155. ISBN 978-1-4391-8968-9.
  80. ^ Qaffari, Mostafa. "Rapport sur la tentative d'assassinat à l'aventure du 27 juin 1981" . Khamenei.ir . Archivé de l'original le 8 décembre 2016.
  81. ^ Personnel. "Terreur de la prière populaire du vendredi de Téhéran par Munafiqs" . Institut d'Etudes et de Recherches Politiques . Archivé de l'original le 20 avril 2017 . Récupéré le 19 avril 2017 .
  82. ^ Murphy, John (2007). Ali Khamenei . Publications de Chelsea House. p. 91. ISBN 978-0-7910-9517-1.
  83. ^ "Castro à l'ayatollah Khamenei : "Pourquoi avez-vous secoué la main gauche au lieu de la droite ?"" . Khabaronline . Archivé de l'original le 16 avril 2017 . Récupéré le 15 avril 2017 .
  84. ^ un bcdefghi Sadjadpour , Karim ( 2009 ) . _ Lire Khamenei: La vision du monde du dirigeant le plus puissant d'Iran (PDF) . Fondation Carnegie pour la paix internationale . Archivé (PDF) de l'original le 6 mai 2011.
  85. ^ "Histoire de l'Iran : l'Iran après la victoire de la Révolution de 1979" . Chambre iranienne. Archivé de l'original le 9 avril 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  86. ^ Yossi Melman (11 octobre 2007). "Israël ne parvient pas à empêcher l'Allemagne de libérer l'Iranien" . Haaretz . Archivé de l'original le 1er avril 2009.
  87. ^ Roya Hakakian (4 octobre 2007). "La fin de l'Iranien indispensable" . Le Spiegel . Archivé de l'original le 27 août 2008 . Récupéré le 31 janvier 2009 .
  88. ^ "Le tribunal allemand implique les dirigeants iraniens dans les meurtres de '92" . CNN. 10 avril 1997. Archivé de l'original le 26 novembre 2013 . Récupéré le 26 janvier 2013 .
  89. ^ "L'Allemagne expulse l'Iranien emprisonné pour les meurtres de 1992" . Archivé de l'original le 6 mars 2012.
  90. ^ "Iran : un terroriste libéré en Allemagne est accueilli par Téhéran" . Réseau Eurasie . 14 décembre 2007. Archivé de l'original le 4 avril 2014 . Récupéré le 21 juin 2013 .
  91. ^ a b Les législateurs iraniens avertissent Ahmadinejad d'accepter le chef du renseignement alors que la querelle politique s'approfondit Archivé le 17 décembre 2013 à la Wayback Machine
  92. ^ un b "Moyen-Orient - le vice-président iranien" limogé "" . 25 juillet 2009. Archivé de l'original le 25 juillet 2009.
  93. ^ "Rohani de l'Iran a mis en garde contre le chef suprême opposé - World Bulletin" . Archivé de l'original le 24 juin 2016 . Récupéré le 1er juillet 2016 .
  94. ^ Mattair, Thomas R. (2015). Global Security Watch--Iran : un manuel de référence . Präger. p. 156. ISBN 978-0275994839.
  95. ^ un bc Mohammad, Mahboubi (7 juin 2015). "Des témoins racontent la tentative de Rafsandjani de faire passer la suggestion du 'conseil de direction'" . Raja News (en persan). Archivé de l'original le 28 décembre 2016 . Récupéré le 1er mai 2017 .
  96. ^ un b Khani, Elahe. « Pourquoi les attaques sont-elles dirigées contre les dirigeants ? » . Borhan . Nouvelles Fars. Archivé de l'original le 17 septembre 2017 . Récupéré le 8 mai 2017 .
  97. ^ Akbar Hashemi Rafsandjani (4 juin 1989).چرا آیت الله خامنه ای وصیت امام را خواند? / الایاد رهبری آیت الله از سوی جامعه مدرسین. بازسازی و سازندگی (en persan). Archivé de l'original le 20 juin 2013.
  98. ^ "خبرگان رهبری - رييس مجمع تشخيص مصلحت نظام: از مهمترين يشرفتهاي واقعي انقلاب اسلامي انقلاب اسلامي, تأسيس سازماني براي ولايت فقيه بود [ايلنا]" . Khobreganrahbari.com. Archivé de l'original le 6 février 2012 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  99. ^ "هاشمي رفسنجاني: در سال 68 مهمترين مخالفت با رهبري يك فرد را, خود مقام معظم رهبري داشتند" . Archivé de l'original le 26 mars 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  100. ^ "Analyse : la Communauté Théologique de l'Iran fait face au Monde Changeant" . Radio Free Europe/Radio Liberté. 16 septembre 2004. Archivé de l'original le 17 juin 2008 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  101. ^ "Assemblée d'experts; De Montazeri à la réélection de Khamenei" . Institut d'études et de recherches politiques (en persan). Archivé de l'original le 21 août 2017 . Récupéré le 6 juin 2017 .
  102. ^ Hovsepian-Bearce, Yvette (2015). L'idéologie politique de l'ayatollah Khamenei : sortie de la bouche du guide suprême de l'Iran . Routledge. ISBN 978-1-317-60582-9. Archivé de l'original le 11 octobre 2017 . Récupéré le 6 juin 2017 .
  103. ^ Le chef suprême de l'Iran blâme le complot américano-israélien pour les manifestations , Financial Times, 9 janvier 2018
  104. ^ Une fuite vidéo embarrasse Khamenei de l'Iran, implique Rafsandjani , Asharq Al Aswat, 10 janvier 2018
  105. ^ Une vidéo divulguée révèle de nouveaux détails sur l'élection du chef suprême de l'Iran Archivé le 19 janvier 2018 à la Wayback Machine , Al-Monitor, 11 janvier 2018
  106. ^ Un clip vidéo choquant de 1989 montre que Khamenei n'a été élu que pour un an en tant que gardien , Radio Farda, 9 janvier 2018
  107. ^ un b Golkar, Saeid; Khalaji, Mehdi (12 juin 2013). "La volonté de survie de la République islamique: résistance nucléaire probable, révolte sociale improbable" . Institut de Washington . Récupéré le 8 juin 2020 .
  108. ^ "Le chef rencontre le président, les membres du cabinet" . 9 novembre 2004. Archivé de l'original le 11 août 2016.
  109. ^ "Le chef suprême rencontre le président Rouhani et les membres du cabinet" . Archivé de l'original le 6 août 2016.
  110. ^ "Le chef rencontre le président et les membres du cabinet" . 14 juillet 2015. Archivé de l'original le 11 octobre 2016.
  111. ^ "Ayatollah Khamenei: le pouvoir judiciaire devrait poursuivre les droits violés de la nation iranienne au niveau international" . 2 juillet 2016. Archivé de l'original le 11 août 2016.
  112. ^ "Le dirigeant iranien Khamenei met en garde contre les" stratagèmes "occidentaux alors que les nouveaux députés se rencontrent" . 28 mai 2016. Archivé de l'original le 1er juillet 2016.
  113. ^ "Téhéran change de vitesse dans sa relation avec Tripoli après la mort de Kadhafi" . 22 octobre 2011. Archivé de l'original le 22 juillet 2013 . Récupéré le 5 mars 2012 .
  114. ^ "Aperçus de la vie d'Ayatullah al-Uzma Sayyid Ali Khamenei" . Archivé de l'original le 12 juin 2010 . Récupéré le 5 mars 2012 .
  115. ^ "Les cercles d'influence et de pouvoir intérieurs et extérieurs de l'Iran" . Los Angeles Times . 31 décembre 2007. Archivé de l'original le 13 septembre 2017.
  116. ^ IR Leader appoints new IRGC commander , The Office of the Supreme Leader , 2 septembre 2007, archivé de l'original le 10 octobre 2017 , récupéré le 11 juin 2017
  117. ^ Haut responsable religieux nommé chef du pouvoir judiciaire iranien , Xinhua, 8 mars 2019 , récupéré le 21 novembre 2019
  118. ^ Le général Ashtari nommé nouveau chef de la police iranienne , agence de presse Fars, 9 mars 2015, archivé de l'original le 10 octobre 2017 , récupéré le 11 juin 2017
  119. ^ "Leader nomme un nouveau chef IKRF" , Financial Tribune , 6 avril 2015 , récupéré le 11 juin 2017
  120. ^ "L'ayatollah Khamenei a nommé le cheikh Ahmad Marvi comme gardien d'Astan Quds Razavi" . khamenei.ir. 4 avril 2019 . Récupéré le 13 mai 2019 .
  121. ^ Le chef de la révolution islamique nomme un nouveau chef de l'IRIB , The Office of the Supreme Leader , 11 mai 2016, archivé de l'original le 26 mars 2017 , récupéré le 11 juin 2017
  122. ^ Erdbrink, Thomas, le chef suprême de l'Iran secoue le commandement militaire Archivé le 27 septembre 2017 à la Wayback Machine The New York Times , 28 juin 2016. Récupéré le 29 juin 2016.
  123. ^ "L'édit de l'ayatollah Khamenei nommant le Dr Velayati à la tête de l'Université islamique d'Azad" , Le Bureau du guide suprême , 7 mars 2016, archivé de l'original le 10 octobre 2017 , récupéré le 11 juin 2017
  124. ^ Le chef nomme un nouveau commandant en chef de l'armée de la République islamique d'Iran , Le Bureau du guide suprême , 11 septembre 2005, archivé de l'original le 10 octobre 2017 , récupéré le 11 juin 2017
  125. ^ "Le chancelier d'Al-Azhar, les chefs religieux saluent la Fatwa de l'ayatollah Khamenei | Mission islamique d'AhlulBayt (AIM)" . Aimislam.com. 4 octobre 2010. Archivé de l'original le 1er janvier 2014 . Récupéré le 1er janvier 2014 .
  126. ^ Administrateur. "Le site officiel du message d'Amman - Grand Ayatollah Al-Sayyid Ali Khamenei" . ammanmessage.com. Archivé de l'original le 8 février 2012.
  127. ^ "Mehr News Unity première priorité du monde de l'Islam: Leader" . Plus de nouvelles. Archivé de l'original le 12 janvier 2015.
  128. ^ "Une option iranienne que les États-Unis préfèrent ignorer" . Temps d'Asie . 17 mars 2006. Archivé de l'original le 16 mars 2006.{{cite web}}: CS1 maint: unfit URL (link)
  129. ^ "L'Iran, détenteur de la technologie pacifique du cycle du combustible nucléaire" . Mathaba.net, IRNA. 25 août 2005. Archivé de l'original le 10 août 2013 . Récupéré le 13 août 2013 .
  130. ^ "Remarques du président Obama dans le discours à l'Assemblée générale des Nations Unies" . whitehouse.gov . 24 septembre 2013. Archivé de l'original le 27 janvier 2017 . Récupéré le 21 août 2015 - via les Archives nationales .
  131. ^ "Aspects juridiques - Fatwa contre les armes nucléaires" . energienucleaire.ir. Archivé de l'original le 11 juillet 2015.
  132. ^ "Message du chef suprême à la conférence internationale sur le désarmement nucléaire" . 17 avril 2010. Archivé de l'original le 12 novembre 2013.
  133. ^ "حرمت سلاح کشتار جمعی" . Site officiel de la section Ayatollah Khamenei-Fatwas. Archivé de l'original le 8 juillet 2015.
  134. ^ "Fatwa nucléaire: religion et politique dans la stratégie de prolifération de l'Iran" . washingtoninstitute.org. Archivé de l'original le 10 octobre 2017.
  135. ^ "Jame'eye Baaz - La flexibilité de la soi-disant" Fatwa nucléaire "de Khamenei" . PBS . Archivé de l'original le 22 décembre 2015.
  136. ^ "L'Iran dit que la fatwa nucléaire existe; d'autres ne l'achètent pas" . Etats-Unis aujourd'hui . 4 octobre 2013. Archivé de l'original le 5 septembre 2014 . Récupéré le 31 janvier 2015 .
  137. ^ Kessler, Glenn (27 novembre 2013). « Fact Checker Le chef suprême de l'Iran a-t-il émis une fatwa contre le développement d'armes nucléaires ? . Le Washington Post . Archivé de l'original le 3 avril 2015 . Récupéré le 7 avril 2015 .
  138. ^ Porter, Gareth (16 octobre 2014). "Quand l'ayatollah a dit non aux armes nucléaires" . Politique étrangère . Archivé de l'original le 22 août 2015 . Récupéré le 21 août 2015 .
  139. ^ Elham, Gholam-Hossein. "La fatwa interdisant la production d'armes nucléaires est-elle une 'taqiya politique'?" . Borhan . Archivé de l'original le 23 septembre 2015 . Récupéré le 29 août 2015 .
  140. ^ Le message du chef suprême de l'Iran Archivé le 16 septembre 2019 sur la Wayback Machine alkawthartv.com
  141. ^ Message de l'Imam Khamenei aux pèlerins du Hajj 2019 en 40 langues abna24.com
  142. ^ Messages du Hajj du chef suprême de l'Iran depuis avant jusqu'à maintenant yjc.ir
  143. ^ Le Hajj est une excellente occasion de combattre l'accord du siècle: Imam Khamenei khamenei.ir Récupéré le 7 septembre 2019
  144. ^ "Khamenei dit que l'utilisation des vélos pour les femmes devrait être limitée" . RFE/RL . Récupéré le 21 juin 2021 .
  145. ^ Amir Taheri (2010). The Persian Night: Iran Under the Khomeinist Revolution (réimpression éd.). Livres de rencontre. p. 235. ISBN 9781594034794.
  146. ^ Au chef suprême de l'Iran Khamenei, avec amour et misère
  147. ^ Khamenei verra les sanctions contre lui comme un défi direct à la révolution
  148. ^ Pouvoir et changement en Iran: politique de discorde et de conciliation
  149. ^ Comment le guide suprême de l'Iran, Ali Khamenei, a transformé sa position en une position que "les monarques persans auraient enviée"
  150. ^ "Le voyage de l'ayatollah Khamenei" . Newsweek . 19 juin 2009. Archivé de l'original le 7 mars 2016.
  151. ^ McElroy, Damien; Vahdat, Ahmad (2 mai 2013). "L'ayatollah Khamenei d'Iran s'est mêlé à la querelle des concessionnaires automobiles allemands" . Le Daily Telegraph . Archivé de l'original le 9 janvier 2016.
  152. ^ Khamenei contrôle un empire financier massif construit sur des saisies de biens Archivé le 12 novembre 2013 à la Wayback Machine , Reuters.com. Récupéré le 2 septembre 2015
  153. ^ Steve Stecklow, Babak Dehghanpisheh et Yeganeh Torbati (11 novembre 2013). « Actifs de l'Ayatollah : L'empire économique derrière le chef suprême de l'Iran - Khamenei contrôle un empire financier massif construit sur des saisies de propriété » . Reuters . Récupéré le 12 janvier 2018 .
  154. بیش از 90 درصدسود فعالیت های اقتصای ستاد اجرایی فرمان امام در مناطق محروم هزینه محروم هزینه می شود " . خبرگزاری جمهوری اسلامی (en persan) . Récupéré le 11 juin 2018 .
  155. ^ a b c 'Investigate if Khamenei fit to rule' Archivé le 5 février 2012 à la Wayback Machine Associated Press, le 15 août 2009. Récupéré le 24 septembre 2009.
  156. ^ un bcd Robert F. Worth et Nazila Fathi, " Clerics ' Call for Removal Challenges Iran Leader" Archivé le 24 juillet 2016 à la Wayback Machine , The New York Times , 16 août 2009
  157. ^ un b Fathi, Nazila (7 janvier 2008). "Ahmadinejad perd la faveur de Khamenei, le plus haut dirigeant de l'Iran" . Le New York Times . Archivé de l'original le 29 juin 2011 . Récupéré le 18 juin 2011 .
  158. ^ un bc Abdo, Geneive (26 avril 2011). "Clash Over Mashaei révèle des fissures dans le régime iranien" . Le Huffington Post . Récupéré le 11 janvier 2017 .
  159. ^ Ahmadinejad obtient une approbation clé en tant que président iranien , China Daily , 4 août 2009
  160. ^ L'ayatollah Ali Khamenei soutient Mahmoud Ahmadinejad dans son discours lors de la prière du vendredi , The Telegraph , Damien McElroy, 19 juin 2009
  161. ^ un bc Dehghan , Saeed Kamali (5 mai 2011). "Les alliés d'Ahmadinejad accusés de sorcellerie" . Le Gardien . Londres. Archivé de l'original le 10 mai 2011 . Récupéré le 18 juin 2011 .
  162. ^ un bc Dareini , Ali Akbar (20 avril 2011). "Les législateurs iraniens avertissent Ahmadinejad d'accepter le chef du renseignement alors que la querelle politique s'aggrave" . StAlbertGazette.com . Presse associée. Archivé de l'original le 17 décembre 2013 . Récupéré le 11 janvier 2017 .
  163. ^ un bc Daragahi , Borzou (2 mai 2011). « L'espionnage affaiblit le président iranien Mahmoud Ahmadinejad » . Los Angeles Times . Beyrouth . Récupéré le 11 janvier 2017 .
  164. ^ un b Peterson, Scott (9 mai 2011). « L'Iranien Ahmadinejad survit à la pire tempête de sa présidence » . Le Moniteur de la Science Chrétienne . Récupéré le 11 janvier 2017 .
  165. ^ Dehghan, Saïd Kamali (6 mai 2011). "Le guide suprême de l'Iran dit à Ahmadinejad : acceptez le ministre ou démissionnez" . Le Gardien .
  166. ^ Erdbrink, Thomas (8 mai 2011). "L'Iran Ahmadinejad confirme la décision de Khamenei, les tensions demeurent" . Le Washington Post .
  167. ^ "L'Iran annule l'enquête parlementaire d'Ahmadinejad" . Al Jazeera. 21 novembre 2012 . Récupéré le 11 janvier 2017 .
  168. ^ "Copie archivée" . Archivé de l'original le 1er octobre 2016 . Récupéré le 28 septembre 2016 .{{cite web}}: CS1 maint: archived copy as title (link)
  169. ^ "Khamenei met un terme au retour d'Ahmadinejad" . 27 septembre 2016. Archivé de l'original le 28 septembre 2016 . Récupéré le 28 septembre 2016 .
  170. ^ "L'ayatollah Khamenei d'Iran bloque le retour d'Ahmadinejad" .
  171. ^ Dehghan, Saeed Kamali (28 septembre 2016). "Ahmadinejad a été empêché de se présenter aux élections présidentielles en Iran" - via The Guardian.
  172. ^ "Ahmadinejad interdit de se présenter à la présidence ... basé sur les ordres de Khamenei" . Asharq Al-Awsat . 27 septembre 2016. Archivé de l'original le 28 septembre 2016 . Récupéré le 28 septembre 2016 .
  173. ^ "Ahmadinejad jure de suivre l'ordre de Khamenei de ne pas courir" . english.alarabiya.net . 26 septembre 2016 . Récupéré le 23 septembre 2018 .
  174. ^ L'importance des élections de décembre en Iran [ lien mort permanent ] Mehdi Khalaji 11 décembre 2006
  175. ^ "Iran : le chef appelle à l'accélération du programme de privatisation" . Payvand.com. Archivé de l'original le 18 juin 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  176. ^ [1] Archivé le 8 mars 2007 à la Wayback Machine
  177. ^ "Thug" Crackdown Operation under Way in Iran (ROOZ :: English) " . Roozonline.com . Archivé de l'original le 10 mars 2012 . Récupéré le 20 novembre 2009 .
  178. ^ "Khamenei : le programme nucléaire de l'Iran est important pour l'avenir de la nation" . Voix de l'Amérique. Archivé de l'original le 19 novembre 2008 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  179. ^ "L'Iran dit qu'il n'arrêtera pas l'enrichissement d'uranium | International" . Reuters . 18 février 2007. Archivé de l'original le 19 juin 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  180. ^ "Le chef de l'Iran défend la gestion gouvernementale de l'économie" . Reuters . 30 avril 2008. Archivé de l'original le 21 juin 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  181. ^ "Moyen-Orient en ligne" . Moyen-Orient en ligne. 30 avril 2008. Archivé de l'original le 18 juin 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  182. ^ "Les Iraniens transforment les menaces en opportunités: Leader" . Temps de Téhéran . 1er mai 2008. Archivé de l'original le 18 juin 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  183. ^ "Irna" . Archivé de l'original le 18 juin 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  184. ^ un b Article 91 de la Constitution de l'Iran
  185. ^ Article 157 de la Constitution iranienne
  186. ^ "Perspectives stratégiques - la politique iranienne après l'élection parlementaire de 2004" . Marine des États-Unis. 20 février 2004. Archivé de l'original le 18 juin 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  187. ^ Ramin Mostaghim. "Les meilleurs Iraniens s'en prennent aux élections" . Los Angeles Times . Archivé de l'original le 28 juin 2009.
  188. ^ Supreme Leader Urges Mousavi to Proceed Through Legal Channels Archivé le 4 novembre 2015 sur la Wayback Machine (site Web de Khamenei), 14 juin 2009. Récupéré le 2 juillet 2009.
  189. ^ "Chronologie: élections présidentielles iraniennes de 2009" . CNN. Archivé de l'original le 28 avril 2016.
  190. ^ "Moyen-Orient - Le Royaume-Uni enquête sur la réclamation d'accusation contre l'Iran" . BBC. 4 juillet 2009.
  191. ^ "Le chef suprême de l'Iran dénonce une" ingérence occidentale "en Iran" . Voix de l'Amérique. 6 juillet 2009. Archivé de l'original le 9 juillet 2009 . Récupéré le 21 août 2010 .
  192. ^ "رهبر انقلاب در دیدار اعضای مجلس خبرگان: مجلس خبرگان باید انقلابی بماند / مقایسه رفتار نجیبانه راینیاورندگان انتخابات اخیر با رفتار نانجیبانه فتنهگران 88 / نبودن آقایان مصباح و یزدی برای مجلس خبرگان خسارت است " [chef suprême rencontre des membres de l'Assemblée d'experts: L'Assemblée des Experts devrait être révolutionnaire / comparer le comportement courtois des perdants des dernières élections avec le comportement indécent des fauteurs de troubles en 2009/ l'absence de M. Mesbah Yazdi est une perte pour l'Assemblée des Experts] (en persan). Téhéran. Agence de presse Fars. 10 mars 2016. Archivé de l'original le 16 mai 2016 . Récupéré le 19 mai 2016 .
  193. ^ Barnard, Anne (22 août 2006). "L'Iran considère la science comme une source de fierté" . BostonGlobe . Archivé de l'original le 26 mai 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  194. ^ "La science plutôt que l'éthique ? - Channel 4 News" . Canal 4. 8 mars 2006. Archivé de l'original le 19 avril 2007 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  195. ^ "Les étudiants, les gagnants de l'Olympiade scientifique rencontrent le leader" . L'Institut de recherche culturelle de la révolution islamique pour la préservation et la publication des œuvres de l'ayatollah Seyyed Ali Khamenei. 31 octobre 2004. Archivé de l'original le 27 septembre 2007 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  196. ^ Majd, L'ayatollah prie de différer , (2008), p.59
  197. ^ "Le chef suprême de l'Iran accuse les Saoudiens de" génocide "au Yémen" . Le Gardien . 9 avril 2015.
  198. ^ "Le dernier: l'Indonésie envoie 34 tonnes d'aide aux Rohingyas" . Nouvelles quotidiennes de New York . Archivé de l'original le 16 septembre 2017 . Récupéré le 14 septembre 2017 .
  199. ^ "L'approche prudente de l'Iran face à la répression ouïghoure de la Chine" . Le Diplomate . 18 septembre 2018.
  200. ^ Ekmanis, Indra (3 janvier 2020). "L'histoire des relations américano-iraniennes: une chronologie" . Le Monde . Récupéré le 9 juin 2020 .
  201. ^ "AUJOURD'HUI DANS L'ÉNERGIE" . Administration américaine de l'information sur l'énergie . Récupéré le 9 juin 2020 .
  202. ^ Karimi, Nasser (14 septembre 2007). "Dirigeant iranien : Bush sera jugé" . Le Washington Post . Archivé de l'original le 12 novembre 2012 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  203. ^ "L'Iran ne voit aucun changement dans la politique américaine : Khamenei | International" . Reuters . 21 mars 2009. Archivé de l'original le 24 mars 2009 . Récupéré le 19 juin 2009 .
  204. ^ "Khamenei soutient les révoltes, accuse Obama de mentir" . AFP. 21 mars 2011 . Récupéré le 21 mars 2011 .
  205. ^ « Khamenei de l'Iran : l'Occident devrait armer les rebelles, pas bombarder la Libye » .
  206. ^ "Le chef suprême de l'Iran accuse les États-Unis de terrorisme | CTV News" . Winnipeg.ctv.ca. 25 juin 2011. Archivé de l'original le 23 mars 2012 . Récupéré le 1er janvier 2014 .
  207. ^ "Khamenei menace Israël d'une vengeance" éclair "" . Le Gardien . 4 juin 2012. Archivé de l'original le 5 septembre 2014.
  208. ^ "Ali Khamenei" . Projet de lutte contre l'extrémisme . Archivé de l'original le 9 octobre 2016.
  209. ^ un b "Les États-Unis 'dérangés' par la critique du dirigeant iranien après l'accord" . MSN. Archivé de l'original le 23 juillet 2015.
  210. ^ "Kerry dit que le vœu de l'Iran de défier les États-Unis est" très dérangeant "" . Article AOL . Archivé de l'original le 10 octobre 2017.
  211. ^ Ali Arouzi. "L'ayatollah iranien promet de s'opposer aux États-Unis" arrogants "malgré l'accord nucléaire" . Nouvelles NBC . Archivé de l'original le 20 juillet 2015.
  212. ^ "L'accord nucléaire ne changera pas les relations de l'Iran avec les États-Unis : chef suprême" . Reuters . 18 juillet 2015. Archivé de l'original le 14 novembre 2015.
  213. ^ Carol Morello. "L'ayatollah dit que l'accord sur le nucléaire ne changera pas les relations de l'Iran avec les États-Unis" The Washington Post .
  214. ^ "Nucléaire iranien: l'ayatollah Khamenei châtie les États-Unis" arrogants "" . Nouvelles de la BBC . 18 juillet 2015. Archivé de l'original le 5 septembre 2015.