Alfred Hugenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Alfred Hugenberg
AlfredHugenberg1933.jpeg
Hugenberg en 1933
Ministre de l'économie du Reich
En poste
du 30 janvier 1933 au 29 juin 1933
PrésidentPaul de Hindenburg
ChancelierAdolf Hitler
Précédé parHermann Warmbold
succédé parKurt Schmitt
Ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture du Reich
En poste
du 30 janvier 1933 au 29 juin 1933
PrésidentPaul de Hindenburg
ChancelierAdolf Hitler
Précédé parMagnus de Braun
succédé parRichard Walther Darré
Détails personnels
Née
Alfred Ernst Christian Alexandre Hugenberg

( 1865-06-19 )19 juin 1865
Hanovre , Royaume de Hanovre
Décédés12 mars 1951 (1951-03-12)(85 ans)
Kükenbruch , Allemagne de l'Ouest
Parti politiqueParti national populaire allemand
Conjoint(s)Gertrude Adickes
mère nourricièreGöttingen , Heidelberg , Berlin , Strasbourg

Alfred Ernst Christian Alexander Hugenberg (19 juin 1865 - 12 mars 1951) était un homme d'affaires et homme politique allemand influent. Figure importante de la politique nationaliste en Allemagne pendant les premières décennies du XXe siècle, Hugenberg est devenu le principal propriétaire de médias du pays pendant l' entre-deux-guerres . En tant que chef du Parti national du peuple allemand, il a contribué à aider Adolf Hitler à devenir chancelier d'Allemagne et a servi dans son premier cabinet en 1933, dans l'espoir de contrôler Hitler et de l'utiliser comme son "outil". [1]Ces plans se sont retournés contre eux et, à la fin de 1933, Hugenberg avait été mis de côté. Bien que Hugenberg ait continué à servir en tant que membre "invité" du Reichstag jusqu'en 1945, il n'a exercé aucune influence politique. [2]

Premières années

Né à Hanovre de Carl Hugenberg, un fonctionnaire royal hanovrien qui entra en 1867 dans le Landtag prussien en tant que membre du Parti national libéral , le jeune Hugenberg étudia le droit à Göttingen , Heidelberg et Berlin , ainsi que l'économie à Strasbourg . [3] Enfant, il adorait écrire de la poésie, mais son père a très fortement découragé l'intérêt de son fils pour la poésie et a plutôt élevé son fils pour qu'il devienne un bureaucrate comme lui. [4] En 1891, Hugenberg obtient un doctorat à Strasbourg pour sa thèse Colonisation interne dans le nord-ouest de l'Allemagne ,[5] dans lequel il expose trois idées qui guideront sa pensée politique pour le reste de sa vie :

  • La nécessité de politiques économiques étatiques pour permettre aux agriculteurs allemands de réussir. [5]
  • Malgré la nécessité pour l'État d'aider les agriculteurs, l'agriculteur allemand devrait être encouragé à agir en tant qu'entrepreneur, créant ainsi une classe d'agriculteurs/petits entrepreneurs prospères qui agiraient comme un rempart contre l'appel des sociaux-démocrates marxistes , que Hugenberg considérait comme une grave menace pour le statu quo . [5]
  • Enfin, permettre aux agriculteurs allemands de réussir nécessitait une politique d' impérialisme , comme Hugenberg l'a soutenu sur des bases darwinistes sociales selon lesquelles "la puissance et l'importance de la race allemande" pourraient être assurées si l'Allemagne colonisait d'autres nations. [5] Hugenberg a soutenu que la prospérité de l'Allemagne dépendait de la possession d'un grand empire et a fait valoir que, au 20e siècle à venir, l'Allemagne devrait combattre trois grands rivaux, à savoir la Grande-Bretagne, les États-Unis et la Russie pour la suprématie mondiale. [5]

Plus tard en 1891, Hugenberg co-fonda, avec Karl Peters , la Ligue générale allemande ultra-nationaliste, et en 1894 son mouvement successeur, la Ligue pangermanique ( Alldeutscher Verband ). [3] De 1894 à 1899, Hugenberg a travaillé comme fonctionnaire prussien à Posen (aujourd'hui Poznań, Pologne ). [5] En 1900, il épousa sa deuxième cousine, Gertrud Adickes (1868–1960), avec qui il eut quatre enfants. [6] Gertrude était la fille de Franz Burchard Adickes, maire de Francfort. Hugenberg a embrassé le darwinisme social dans sa jeunesse et, tout au long de sa vie, l'idéologie du darwinisme social et le nationalisme radical de la Ligue pangermanique ont guidé ses actions. [7]

Fils d'une famille de la classe moyenne supérieure, Hugenberg en voulait d'abord aux Junkers (noblesse terrienne); mais, au fil du temps, il en vint à accepter l'idée d'un "contrôle féodal-industriel de l'Allemagne", croyant en une alliance de Junkers et d'industriels. [8] À côté de ces croyances, Hugbenberg a maintenu une croyance ardente dans l'impérialisme et l'opposition à la démocratie et au socialisme. [9]

Dans le même temps, Hugenberg s'est impliqué dans un projet dans la province de Posen dans lequel la Commission de colonisation prussienne a acheté des terres à des Polonais afin d'y installer des Allemands de souche. [10] En 1899, Hugenberg a appelé à "l'anéantissement de la population polonaise". [11] Hugenberg était fortement anti-polonais et a critiqué le gouvernement prussien pour ses politiques polonaises "inadéquates", en favorisant une politique plus vigoureuse de germanisation . [12]

Hugenberg a d'abord joué un rôle dans l'organisation des sociétés agricoles avant d'entrer dans la fonction publique du ministère prussien des Finances en 1903. [10] Encore une fois, Hugenberg est entré en conflit avec ses supérieurs, qui se sont opposés à ses projets de confiscation de tous les domaines non productifs des Junkers . afin d'installer des centaines de milliers d'Allemands de souche, qui deviendraient ses fermiers-petits entrepreneurs idéalisés et "germaniseraient" l'Est. [13]

Il quitta ensuite le secteur public pour poursuivre une carrière dans les affaires et, en 1909, il fut nommé président du conseil de surveillance de Krupp Steel et noua des relations personnelles et politiques étroites avec le baron Gustav Krupp von Bohlen und Halbach , le PDG de Krupp. AG. [14] Krupp avait été "à la recherche d'un homme d'une intelligence vraiment supérieure" pour diriger le département des finances de Krupp AG, et avait trouvé cet homme à Hugenberg, avec son intelligence "extraordinaire" et son éthique de travail. [13] En 1902, l' homosexualité de Friedrich Alfred Krupp a été révélée au public ; il s'est suicidé [15] ou est mort de maladie [16] [17]peu de temps après que le journal social-démocrate Vorwarts ait publié des lettres d'amour qu'il avait écrites à ses amants italiens. Après la mort de Krupp, toute l'entreprise de Krupp AG a été laissée à sa fille aînée, Bertha Krupp . Comme Krupp AG était l'un des plus grands fabricants d'armes au monde et le principal fournisseur d'armes de l'État allemand, la gestion de Krupp AG présentait un certain intérêt pour l'État, et l'empereur misogyne Guillaume II ne croyait pas qu'une femme était capable de courir . une entreprise. Pour résoudre ce problème perçu, le Kaiser fit épouser Bertha à un diplomate de carrière, Gustav von Bohlen und Halbach, qui était considéré par le Kaiser comme un homme sûr pour diriger Krupp AG. Gustav Krupp, comme il a été rebaptisé par Wilhelm, savait peu de choses sur la gestion d'une entreprise et dépendait donc de son conseil d'administration pour l'aider. Le rôle de Hugenberg dans la direction de Krupp AG était donc considérablement plus important que ne l'indiquerait son titre de directeur des finances; à bien des égards, il était l'homme qui a effectivement dirigé la société Krupp pendant ses dix années au sein de l'entreprise entre 1908 et 1918. [18]

Pendant son séjour chez Krupp AG, Hugenberg était connu pour son « inflexibilité », son « obstination » et son « pharisaïsme » alors qu'il se battait constamment avec les deux syndicats représentant les travailleurs, l'un allié au SPD et l'autre au Zentrum . [19] Hugenberg n'a pas approuvé l'un ou l'autre des syndicats et a parrainé à la place un syndicat "jaune" représentant la direction, faisant de son mandat une période de conflits sans fin avec les travailleurs. [19] Hugenberg était favorable à l'idée d'une Werksgemeinschaft (communauté économique), où la famille Krupp agirait comme l'autorité patriarcale de ses travailleurs, leur accordant des salaires plus élevés et même des actions juniors dans Krupp AG, en échange des travailleurs seraient soumis et fidèle à mourir Firma("l'entreprise") comme Krupp AG était toujours appelée. [19] Très peu est venu de ses plans pour une Werksgemeinschaft et les conditions de vie et les salaires des ouvriers de die Firma n'ont pas beaucoup changé à l'époque de Hugenberg. [19] L'intérêt de Hugenberg à ce que les ouvriers soient propriétaires de leurs propres maisons ne découlait que de son intérêt à arrêter les demandes de démocratie et de socialisme. Ses fortes opinions darwinistes sociales l'ont amené à affirmer que le problème de la pauvreté était un problème génétique, les pauvres héritant de mauvais gènes qui les rendaient infructueux dans la vie. Pour lui, l'amélioration de leur niveau de vie n'était nécessaire que pour mettre fin aux demandes de changement politique et social, par opposition à un objectif positif en soi. [19]

À l'époque, Krupp AG était la plus grande société d'Europe et l'une des plus grandes sociétés au monde, et le succès de Hugenberg dans l'augmentation des dividendes annuels de 8% en 1908 à 14% en 1913 lui a valu beaucoup d'admiration dans le monde des affaires allemand. [13] Une apparition plus malvenue sous les feux de la rampe s'est produite avec l'affaire Kornwalzer, dans laquelle le social-démocrate MdR Karl Liebknecht a dénoncé l'espionnage industriel de Hugenberg. [20]La direction de Krupp AG n'a même pas tenté de nier les allégations de corruption et d'espionnage industriel, Krupp affirmant dans un article de presse que toute attaque contre l'entreprise Krupp AG était une attaque contre la capacité de l'État allemand à faire la guerre par les SPD socialiste-pacifiste, et bien que plusieurs employés subalternes de Krupp AG aient été reconnus coupables de corruption, Hugenberg et le reste du conseil d'administration de Krupp n'ont jamais été inculpés. [20] En 1912, Kaiser Wilhelm II a décerné personnellement à Hugenberg l'Ordre de l'Aigle Rouge pour son succès à Krupp AG, en disant que l'Allemagne avait besoin de plus d'hommes d'affaires comme Hugenberg. [21]Lors de la cérémonie, Hugenberg a fait l'éloge du Kaiser dans son discours d'acceptation et a poursuivi en disant que la démocratie n'améliorerait pas la condition de la classe ouvrière allemande, mais que seule une "Allemagne beaucoup plus riche, beaucoup plus grande et beaucoup plus puissante" résoudrait ses problèmes. [21] Après que les sociaux-démocrates ont remporté le plus grand nombre de sièges au Reichstag lors des élections de 1912, Hugenberg s'est d'abord intéressé aux médias car il pensait que les partis de droite tels que les nationaux-libéraux et les conservateurs avaient besoin de plus de journaux pour se faire les champions. leurs vues. [22]

Première Guerre mondiale

En plus d'administrer les finances de Krupp (avec un succès considérable), Hugenberg entreprit également de développer des intérêts commerciaux personnels à partir de 1916, y compris une participation majoritaire dans le magazine d'information national Die Gartenlaube ( The Garden Arbor ). [10] En 1914, Hugenberg a salué le début de la Première Guerre mondiale et a repris son travail avec son ami proche Heinrich Class de la Ligue pangermanique . [23] Pendant la guerre, Hugenberg était un annexionniste qui voulait que la guerre se termine avec l'Allemagne annexant une grande partie de l'Europe, de l'Afrique et de l'Asie pour faire du Reich allemand la plus grande puissance du monde. [23]En septembre 1914, Hugenberg et Class ont co-rédigé un mémorandum exposant la plate-forme annexionniste, qui exigeait qu'une fois la guerre gagnée, l'Allemagne annexerait la Belgique et le nord de la France, la puissance maritime britannique prendrait fin et la Russie serait réduite à la " frontières existant au temps de Pierre le Grand ». [23] Au-delà, l'Allemagne devait annexer toutes les colonies britanniques, françaises et belges d'Afrique subsaharienne et créer une "union économique", englobant l'Allemagne, la France, l'Autriche-Hongrie, l'Italie, les nations scandinaves et les nations des Balkans, qui seraient dominés par le Reich. [23]Enfin, la note Hugenberg-Class appelait à une politique de colonisation en Europe de l'Est, où l'État allemand installerait des milliers d'agriculteurs allemands sur les terres annexées à l'Empire russe. [23] Le 7 novembre 1914, Hugenberg et Class ont présenté leur note devant l'Association centrale des industriels allemands, l'Union des industriels et la Ligue des agriculteurs allemands, pour demander leur soutien, qui a été accordé, mais avec la demande que Hugenberg et La classe réécrit son mémo pour supprimer une partie du langage darwiniste social plus brutal. [24]

Le chancelier, Theobald von Bethmann Hollweg , était en fait un annexionniste lui-même, mais a refusé de soutenir les annexionnistes en public. Aux termes de la constitution de 1871, le Reichstagavait des pouvoirs limités, mais l'un de ces pouvoirs était le droit d'adopter des budgets. Aux élections de 1912, les sociaux-démocrates remportent la majorité des sièges au Reichstag. En 1914, les sociaux-démocrates se sont scindés en deux factions, les sociaux-démocrates indépendants s'opposant à la guerre et les sociaux-démocrates majoritaires soutenant la guerre au motif que la Russie était censée attaquer l'Allemagne. Cependant, les sociaux-démocrates majoritaires étaient opposés aux annexionnistes et, pour s'assurer leur coopération lors de l'adoption des budgets, Bethmann Hollweg a refusé de soutenir les annexionnistes en public. Programme de septembre de Bethmann Hollweg- rédigé en septembre 1914 à un moment où l'on croyait que la chute de Paris était imminente, car les armées allemandes avaient presque atteint la capitale française, et qui devait être publié à la chute de Paris - était remarquablement similaire au mémo Hugenberg-Class.

Croyant qu'il n'était pas l'un d'entre eux, Hugenberg, comme le reste des annexionnistes, passa les années 1914 à 1917 à attaquer Bethmann Hollweg comme essentiellement un traître. [24] En 1915, Hugenberg publia un télégramme à Class au nom des chambres de commerce unies de la Ruhr , exigeant que Guillaume II renvoie Bethmann Hollweg et si le Kaiser ne le voulait pas, que l'armée dépose Bethmann Hollweg, déclarant que si le Reich n'a pas réussi à réaliser la plate-forme annexionniste une fois la guerre gagnée qu'il provoquerait une révolution de la droite qui mettrait fin à la monarchie. [24]C'est l'intérêt de Hugenberg à mobiliser le soutien des annexionnistes et à faire tomber Bethmann Hollweg qui l'a conduit dans les médias, car Hugenberg en 1916 a commencé à acheter des journaux et des maisons d'édition afin de créer plus d'organes pour l'expression de ses vues impérialistes. [25] Hugenberg a été secrètement aidé par l'État dans ses efforts pour construire un empire médiatique, d'autant plus que l'État se méfiait des journaux libéraux des frères Ullstein et de Rudolf Mosse, tous juifs, ce qui a conduit l'État à demander à un cercle d'hommes d'affaires « patriotes » de prêter à Hugenberg les fonds nécessaires pour acheter des journaux. [26] Le plus important des alliés de Hugenberg en lui prêtant l'argent était de divers membres de la famille Krupp. [26]

Après avoir acheté la chaîne de journaux Scherl en juillet 1916, Hugenberg a annoncé, lors de la première réunion du conseil d'administration sous sa direction, qu'il n'avait acheté la société Scherl que pour défendre les objectifs annexionnistes et de guerre pangermaniste, et que tout rédacteur opposé à ses objectifs expansionnistes vues devraient démissionner immédiatement, avant qu'il ne les licencie. [27] En achetant la société Scherl, Hugenberg a acquis le journal berlinois Der Tag ( Le Jour ), qui est devenu le journal phare de son empire médiatique. [28] Der Tag avait un tirage quotidien de 18 000 à 20 000 lorsque Hugenberg amena Scherl en 1916, et était un journal de "qualité" principalement lu par des gens instruits de la classe moyenne. [28]Un autre journal de Scherel était le Berliner Lokal-Anzeiger , un journal destiné au lectorat de la classe moyenne inférieure qui avait un tirage quotidien d'un quart de million de personnes; Der Tag était le journal le plus prestigieux, mais le Lokal-Anzieger était le plus rentable. [28]Le biographe de Hugenberg, John Leopold, a écrit: "Ce succès très visible de l'entreprise Scherl a conduit à l'accusation selon laquelle Hugenberg était un profiteur de guerre et un manipulateur sans scrupules de l'inflation d'après-guerre. C'était sans aucun doute vrai. Au cours de la période de 1914 à 1924, Hugenberg avait solidement établi la base de tout son syndicat. Ses transactions commerciales étaient remplies de plans d'achat et de vente d'actions de différentes sociétés, de création de nouvelles sociétés en tant que holding pour prendre diverses entreprises, de contrats avec des confidents agissant comme intermédiaires et de stratagèmes omniprésents. pour éviter les impôts. Hugenberg a exploité le droit des sociétés, qu'il connaissait si bien, et a utilisé sa propre perspicacité financière, qui s'était si finement développée, pour assurer son empire. Il connaissait les règles du jeu et les a manipulées à leur avantage ».[29]

Outre son appartenance à la Ligue pangermanique, Hugenberg avait une raison plus personnelle d'être un annexionniste. Avec ses amis Emil Kirdorf , Hugo Stinnes et Wilhelm Beukenberg, Hugenberg fonda en 1916-1917 un certain nombre de sociétés pour exploiter les parties occupées de la Belgique et du nord de la France. [30] Ces compagnies étaient favorisées par l'armée, qui dirigeait la Belgique et la France occupées, car le maréchal Paul von Hindenburg et le général Erich Ludendorff - tous deux annexionnistes fermes - appréciaient la volonté de Hugenberg de dépenser des millions de marks pour mobiliser le soutien public à leur cause. [30] En 1918, après le traité de Brest-Litovsk, Hugenberg a fondé deux sociétés, la Landgesellschaft Kurland mbH et Neuland AG, qui disposaient d'un budget combiné de 37 millions de marks, pour créer des fonds coopératifs qui accorderaient des prêts aux centaines de milliers d'agriculteurs allemands dans lesquels il s'attendait à s'installer bientôt. L'Europe de l'Est. [31] Après que la défaite de l'Allemagne en 1918 ait mis fin aux projets d'installation de fermiers allemands dans le lebensraum (espace de vie) d'Europe de l'Est, Hugenberg a utilisé l'argent qui avait été alloué aux projets de colonisation en Europe de l'Est pour acheter des journaux après la guerre. [32]

Hugenberg est resté à Krupp jusqu'en 1918, date à laquelle il a entrepris de créer sa propre entreprise, et pendant la Grande Dépression , il a pu racheter des dizaines de journaux locaux. L'implication croissante de Hugenberg dans les causes pangermanistes et annexionnistes ainsi que son intérêt pour la construction d'un empire médiatique l'ont amené à quitter Krupp, qu'il a trouvé comme une distraction de ce qui l'intéressait vraiment. [33] Ces journaux sont devenus la base de sa maison d'édition, Scherl House, et, après avoir ajouté des participations majoritaires dans Universum Film AG (UFA), Ala-Anzeiger AG, Vera Verlag et Telegraphen Union, il avait un quasi-monopole sur les médias allemands, qu'il utilisait pour agiter l'opposition à la République de Weimar parmi les classes moyennes allemandes.[34] Malgré son empire médiatique, Hugenberg détestait les intellectuels et évitait autant que possible leur compagnie. [35] Un bourreau de travail, Hugenberg est allé rarement au cinéma ou au théâtre et il a passé la majeure partie de son temps libre à son manoir dans Dahlem (le quartier le plus cher à Berlin) ou son domaine à Rohbraken. [35] Ses seules vacances consistaient à se rendre au spa de Bad Kissingen une fois par an pour traiter son obésité et à rendre visite à son ami Leo Wegener à Kreuth en Bavière, environ deux fois par an. [35] Selon les mots du biographe, Hugenberg a vécu "... la vie d'un bourgeois solide entouré d'associés d'affaires, de famille et d'amis, qui ont renforcé ses idées de base". [35]

Pour Hugenberg, le grand traumatisme de sa vie a été la défaite de l'Allemagne lors de la Première Guerre mondiale, qu'il a imputée à la Révolution de novembre, le "coup de poignard dans le dos" qui aurait vaincu le Reich juste au moment où il était censé être sur le au bord de la victoire. [33] Hugenberg a toujours été convaincu que l'Allemagne se remettrait de la défaite de 1918, d'autant plus qu'il pensait que l'armée allemande n'avait pas été réellement vaincue en 1918 ; de son point de vue, parce que c'est le "coup de poignard dans le dos" qui a causé la défaite, tout ce qui était nécessaire était simplement d'éliminer les "traîtres" de la scène afin de gagner la prochaine guerre mondiale qu'il attendait quelque temps dans un futur proche. [33]Du point de vue de Hugenberg, tout comme la guerre de Trente Ans a été suivie par la montée du Brandebourg/Prusse et la défaite écrasante de la Prusse par Napoléon en 1806 a été suivie par la guerre de libération en 1813-1814, l'État prussien-allemand aussi. se relever pour sortir victorieux de ses ennemis. [33] La dévotion de Hugenberg aux « philosophies sociales darwinistes et nietzchéennes » avec l'accent mis sur le pouvoir de la volonté qu'il avait embrassé à la fin du 19e siècle a encore renforcé son engagement à faire sa part pour provoquer la renaissance de l'Allemagne. [33]

Chef nationaliste

Affiche de Hugenberg Papen .

Hugenberg était l'un des nombreux pangermanistes à s'impliquer dans le Parti national libéral à l'approche de la Première Guerre mondiale . [36] Pendant la guerre, ses opinions se sont brusquement déplacées vers la droite. En conséquence, il a changé son allégeance au Parti de la patrie et est devenu l'un de ses principaux membres, mettant l'accent sur l'expansion territoriale et l'antisémitisme comme ses deux principaux problèmes politiques. [37] En 1919, Hugenberg a suivi la majeure partie du Parti de la Patrie dans le Parti national du peuple allemand ( Deutschnationale Volkspartei , DNVP), qu'il a représenté à l'Assemblée nationale (qui a produit la constitution de 1919 de la République de Weimar). Il a été élu au Reichstag lors des élections de 1920 au nouveau corps . [38] Hugenberg a défini ses intérêts comme la découverte d'un "remède au climat malade et fou" de la République de Weimar, qui pour lui était "le pouvoir et l'utilisation du pouvoir". [39] Influencé par Bismarck et Wilhelm II, Hugenberg croyait en la Sammlungspolitik ("la politique de rassemblement") pour créer une large opposition nationale à la République de Weimar et pour maintenir ensemble le DNVP, qui avait de fortes tendances scissipares. [39]

Incapable de trouver des objectifs positifs capables de maintenir le DVNP ensemble, et encore moins de créer le type d'unité nationale qu'il souhaitait, Hugenberg en est venu à définir sa sammlungspolitik en termes négatifs en cherchant à trouver des «ennemis» pour fournir une unité dans la haine. [39] Dans son premier discours devant le Reichstag , Hugenberg a qualifié le ministre des Finances, Matthias Erzberger , de "traître" pour avoir signé l'armistice en 1918, et a affirmé que sa politique en tant que ministre des Finances visait à lier le Reich à "l'esclavage économique international". ". [39] Pour créer le sammlung souhaité , Hungerberg a soutenu ce qui est connu à l'époque sous le nom de Katastrofenpolitik(politique de catastrophe), estimant que plus les choses empireraient, plus tôt la République de Weimar prendrait fin. [39] Après avoir parlé en 1919, Hugenberg ne donnerait plus de discours au Reichstag jusqu'en 1929, et il parlait rarement aux réunions de l'Association du Reich de l'industrie allemande; cependant, sa capacité à donner des millions de marks à ses causes préférées en a fait une figure importante au sein du DNVP. [40] Hugenberg était un orateur médiocre et dépourvu de charme. [41] Ceux qui savaient bien ont déclaré qu'il n'était "pas un homme, mais un mur" en raison de son extrême obstination car il détestait toute sorte de compromis, et il a souvent été déclaré qu'il n'était "pas un homme facile" à traiter. [42]

En 1920, Hugenberg a fondé un tabloïd populiste, le Berliner Illustrierte Nachtausgabe , qui est devenu son journal le plus rentable, avec un tirage quotidien de 216 000 exemplaires en 1929. [43] Les propriétés médiatiques les plus importantes de Hugenberg étaient la Telegraphen-Union , qu'il a fondée en 1921 en rachetant et en fusionnant la Dammert Verlag GmbH , la Deutscher Handelsdient et la Wesdeutscher Handelsdienst . [44] L' Union Teegraphen(TU) a joué dans les médias allemands un rôle analogue à celui de Reuters au Royaume-Uni et de l'Associated Press aux États-Unis, employant quelque 250 journalistes dans trente bureaux à travers le monde pour faire des reportages sur l'actualité nationale et internationale pour de plus petits journaux en Allemagne qui pouvaient pas les moyens d'avoir des correspondants nationaux et internationaux. [45] Au plus fort de son influence, quelque 1 600 journaux allemands souscrivaient à la Telegraphen-Union , ce qui en faisait un concurrent efficace du Telegraph Bureau, propriété du journaliste libéral et juif Theodor Wolff . [44] Hugenberg avait fondé le TU pour concurrencer le Telegraph Bureau à la suite de plaintes de conservateurs allemands de "préjugé libéral" au Telegraph Bureau appartenant à Wolff.[44] Bien que la Telegraphen-Union ait été décrite comme "non partisane", sa couverture des nouvelles nationales et étrangères avait tendance à être très sympathique envers les partis politiques de droite opposés à la république de Weimar. [44] Les papiers de Hugenberg martelaient constamment le message que la République de Weimar était née du "coup de poignard dans le dos" comme on appelait la Révolution de novembre et que ses dirigeants étaient les "criminels de novembre". [46] Ceux qui ont approuvé de telles opinions ont toujours été décrits comme « les experts » tandis que ceux qui s'y sont opposés étaient des « politiciens partisans », créant l'impression que la croyance au « coup de poignard dans le dos » était la vérité objective alors que les personnes opposées étaient des personnes. poursuivant subjectivement leur propre agenda. [46] Pour renforcer ce point, les papiers Hugenberg ont attribué tous les problèmes imaginables en Allemagne à la défaite de 1918 tout en peignant une image contrefactuelle du Reich étant une utopie si la guerre s'était terminée par la victoire en 1918.

Dans des villes comme Berlin, les journaux Hugenberg devaient rivaliser avec les journaux libéraux appartenant aux familles Ullstein et Mosse, et l'empire médiatique Hugenberg était le plus influent dans les petites villes et les zones rurales d'Allemagne où les journaux appartenant à Hugenberg étaient la plupart des gens. principale source d'information. [47] Même dans les régions où Hugenberg ne possédait pas les journaux, les journaux locaux dépendaient de la Telegraphen-Union (TU) appartenant à Hugenberg pour les nouvelles en dehors de leurs régions; environ 600 journaux des zones rurales et des petites villes d'Allemagne ont exclusivement réimprimé des articles rédigés par des journalistes de la TU pour leurs actualités nationales et internationales. [48]Dans la république de Weimar, l'Allemagne comptait environ 3 000 journaux, dont seulement 14 appartenaient à Hugenberg. [49] C'est via la TU que quelque 1 600 journaux, pour la plupart dans les zones rurales et les petites villes, ont utilisé pour les nouvelles nationales et internationales que Hugenberg avait une influence. [50] Bien que Hugenberg ait souvent été décrit comme représentant les intérêts des industriels, Léopold écrivait : "Son insistance nationaliste sur l'autarcie et son opposition diamétrale à toute forme de syndicalisme ne représentaient pas l'attitude de la plupart des hommes d'affaires, mais l'idéologie de la Ligue pangermanique. Non plus préoccupé par les profits et les pertes de toute industrie autre que son empire médiatique, Hugenberg était libre de critiquer les demandes immédiates des industriels pour des solutions pratiques et il est revenu aux solutions simplistes adoptées par les pangermanistes depuis la guerre d'avant-guerre ». [51]Les vues du darwinisme social de Hugenberg sont restées inchangées alors qu'il soutenait que la "survie du plus apte" devrait devenir "le principe de vie du développement", une position qui mettait en contradiction avec les dirigeants de l'aile gauche du DNVP tels que Hans Schlange-Schöningen , Gottfried Treviranus, Walther Lambach et Gustav Hülser, des hommes qui partageaient sa véhémente opposition au marxisme, mais s'opposaient à son dur darwinisme social. [51] Parmi les MrD du DNVP auxquels Hugenberg s'est associé se trouvaient le général Wilhelm von Dommes, l'émissaire du Kaiser en exil ; l'amiral Alfred von Tirpitz ; Gottfried Gok, un leader pangermaniste ; et Théodore Duesterberg du Stahlhelm . [52] Hugenberg a fondé un groupe de réflexion, leWirtschaftsvereiningung zur Förderung der geistigen Wiederanufbaufräft (l'Association économique pour la promotion des forces intellectuelles de reconstruction) pour promouvoir ses idées tout en vivant un style de vie pseudo-aristocratique dans son domaine de Rohbraken. [53] En 1922, avec l'industriel Emil Kirdorf , Hugenberg créa un fonds d'investissement connu sous le nom de Webegemeinschaft qui servait à subventionner des groupes "très efficaces politiquement, mais pas commercialement rentables". [54] Hugenberg était le président du fonds, qui a commencé avec 600 000 marks et avait en moyenne un quart de million de marks en subventions à tout groupe approuvé par Hugenberg et Kirdorf. [55]

En janvier 1923, lorsque l'Allemagne fait défaut sur les réparations à la France, le premier ministre français Raymond Poincaré ordonne l'occupation de la Ruhr, marquant le début de la "résistance passive" qui conduit à l'hyper-inflation. En tant que partisan de la Katastrofenpolitik , Hugenberg a plutôt perversement accueilli l'inflation comme le début de la fin de la république de Weimar, arguant que la catastrophe économique réveillerait la furor teutonicus qui conduirait au " Troisième Reich ". [39]Dans un essai qu'il a écrit à l'époque, il a déclaré que ce dont l'Allemagne avait besoin, c'était d'un leader qui avait le charisme pour "attirer les masses derrière lui comme le joueur de flûte de Hamelin... Sur quelques volontés et capacités. Nous, les tout le spectre des non-socialistes ne peut rien faire de plus que préparer le chemin pour ces quelques-uns. Espérons que nous trouverons ce que nous désirons ». [40] Dans cet esprit, Hugenberg a déclaré qu'on ne pouvait "pas être assez radical". [40] C'est au cours de l'année de crise de 1923 que l'amiral Alfred von Tirpitz suggéra à Hugenberg de devenir chancelier parce qu'aucune autre « personnalité en Allemagne ne serait aussi apte à apporter la compréhension "rapide" nécessaire au salut de notre pays et donc adapté à la situation". [56]La décision de Gustav Stresemann du Parti populaire allemand, jusqu'alors considéré comme faisant partie de "l'opposition nationale", d'accepter la chancellerie et de mettre fin à la "résistance passive" en septembre 1923 fut condamnée par Hugenberg comme une trahison. [56] Stresesmann est devenu un vernunftrepublikaner ("républicain par raison" - quelqu'un qui était toujours fidèle à la monarchie dans son cœur, mais acceptait la république comme la moins mauvaise alternative), et dans la mesure où sa politique visait la stabilité économique et politique, il est devenu le sujet d'une immense haine de la part de Hugenberg. [56] En novembre 1923, lorsque les nazis lancèrent le putsch du Beerhall à Munich, ils reçurent pour la première fois une couverture significative dans les journaux de Hugenberg. [40]Adolf Hitler et les autres dirigeants nazis ont été dépeints comme des patriotes bien intentionnés, mais égarés, qui tentaient de mettre fin à la république de Weimar dans le mauvais sens. [57] Dans un éditorial du journal München Augsburger Abendzeitung , propriété de Hugenberg , Hitler a été salué comme un "orateur exceptionnellement populaire" qui avait "libéré" l'esprit "d'innombrables travailleurs du socialisme international", mais le putsch a été condamné au motif « Vous devez vous rassembler et non vous disperser ! Vous devez vous lier et ne pas déchirer ! [56]

Pour mettre fin à l'hyper-inflation de 1923, une nouvelle monnaie, le Reichsmark , a été créée pour remplacer le mark sans valeur, les paiements de réparation ont été abaissés dans le plan Dawes et un énorme prêt à l'Allemagne a été lancé à New York. [58] Les banquiers américains ont insisté pour que le chemin de fer public Reichsbahn soit mis en place comme garantie pour le prêt, ce qui à son tour nécessitait de modifier la constitution, qui stipulait que la Reichsbahn ne pouvait pas être utilisée comme garantie, qui à son tour a acquis une supermajorité dans le Reichstag . [58] Comme le DVNP réussit bien aux élections de mai 1924, pour modifier la constitution, il faudrait les voix des MdR du DNVP, qui scinde le parti en deux. [58]Les industriels qui soutenaient le DNVP étaient favorables au plan Dawes et menaçaient de couper définitivement le financement du parti s'il votait contre le plan Dawes tandis qu'une autre faction toujours attachée à la Katastrofenpolitik était favorable au rejet du plan Dawes au motif qu'un retour au le chaos économique de 1923 était le meilleur moyen de mettre fin à la république de Weimar. [58] Hugenberg est apparu comme l'un des dirigeants de cette dernière faction qui voulait rejeter le plan Dawes, écrivant amèrement à l'époque que "les deux tiers du peuple allemand, y compris ceux derrière le Parti national du peuple allemand, sont intérieurement prêts à laisser le la liberté, l'honneur et l'avenir de leur terre soient vendus en échange de quelques pièces d'argent". [59]Lors du vote du 27 août 1924, 49 MrD DVNP ont voté pour le plan Dawes tandis que 48 ont voté contre; Hugenberg a raté le vote avec une note du médecin disant qu'il était trop malade pour assister au Reichstag ce jour-là. [60] À mesure que le DNVP accepta de soutenir le gouvernement de Hans Luther, Hugenberg devint plus aigri, écrivant une série d'essais en février-mars 1925 publiés plus tard sous forme de livre qui comprenait des lignes telles que "il coule dans le Reich allemand " et le "les faux dirigeants ont leur place dans les asiles". [61] Lors de l'élection présidentielle de 1925, les journaux de Hugenberg ont soutenu Paul von Hindenburg à la présidence, malgré les réserves privées de Hugenberg car il croyait que Hindenburg en tant que président donnerait plus de légitimité à la république.La principale crainte de Hugenberg était que le DNVP sous la direction de Westarp évoluait dans une direction "conservatrice", ce qui signifiait qu'il commençait à devenir un parti conservateur "grande tente" comme le parti conservateur britannique qui combinait différents groupes d'intérêts et en tant que Le résultat a été d'atténuer son idéologie en faveur d'une approche pragmatique du pouvoir. [63]

En janvier 1926, Hugenberg est impliqué dans un plan de putsch organisé par son très bon ami, Henrich Class, appelant le président Hindenburg à nommer comme chancelier quelqu'un d'inacceptable pour le Reichstag , ce qui conduira à une motion de censure. [64] Hindenburg répondrait en dissolvant le Reichstag et en démissionnant pendant que la campagne électorale était en cours; le chancelier deviendrait président par intérim et Class prévoyait de faire émettre une déclaration de loi martiale et de devenir le "Reich Regent". [64] Classe pour faire servir Hugenberg comme ministre des Finances dans le nouveau gouvernement. [65]Les sociaux-démocrates contrôlaient la Prusse et la police prussienne a arrêté les personnes impliquées dans le stratagème de Class. [65] Aucun des accusés n'a été traduit en justice à l'exception de Class, et le juge a rejeté les accusations en raison d'un manque de preuves indiquant que le simple fait de parler d'un putsch n'était pas la même chose que de planifier un putsch. [65] Les accusations ont attiré beaucoup d'attention sur Hugenberg, et le porte-parole de la presse Hugenberg, Ludwig Bernhard, a utilisé l'affaire pour louer Hugenberg comme un grand patriote allemand qui avait utilisé sa fortune pour acheter des journaux afin de protéger la presse allemande des "étrangers". " Les familles Ullstein et Mosse, comme Bernhard a noté que les familles Mosse et Ullstein étaient juives alors que Hugenberg ne l'était pas. [66] La brochure de Bernhard a d'abord fait connaître Hugenberg.[67] C'est durant cette période que les amis de Hugenberg tels que Class et Leo Wegener ont commencé à promouvoir Hugenberg et son empire commercial comme une sorte de marque malgré son manque manifeste de charme, adoptant fièrement le label "Hugenberg press" pour décrire son empire médiatique, et lui a donné l'image d'un chef de super-héros d'entreprise qui pourrait sauver l'Allemagne. [68] Le fait que Hugenberg parlait rarement en public pendant cette période a aidé leurs efforts, lui donnant une aura de mystère. Alors que le DVNP participait à plusieurs coalitions, Hugenberg est devenu l'un des principaux critiques au sein du parti de l'approche du chef du parti, Kuno von Westarp, accusant de trahir les principes du parti. [69] En 1927, la presse Scherl publie les essais de Hugenberg de 1925 commeStreiflichter aus Vergangenheit und Gegenwart , dans lequel il a attaqué les politiques associées à Westarp, et a implicitement contesté sa compétence pour être le chef du DNVP. [70] En mars de 1927, Hugenberg a acheté UFA, le plus grand studio de film de l'Europe, qui l'a attiré plus d'attention. [71] Hugenberg a présenté l'achat de l'UFA comme une décision politique au lieu d'une décision commerciale, car les journaux Hugenberg ont annoncé à haute voix que l'UFA avait été amenée pour empêcher "les républicains, les juifs et les internationalistes" de faire plus de films à l'UFA. [71]

Chef de parti

Le DNVP a subi de lourdes pertes lors des élections de 1928 , ce qui a conduit à la nomination de Hugenberg comme unique président le 21 octobre de la même année. [38] Hugenberg a déplacé le parti dans une direction bien plus radicale qu'il avait pris sous son chef précédent, Kuno Graf von Westarp . Après l'élection de 1928, un MdR du DNVP, Walther Lambach, a publié un article dans la revue Politische Wochenschrift , affirmant que la mauvaise performance du DNVP aux élections était due à son monarchisme, car Lambach a soutenu que la grande majorité du peuple allemand n'avait pas le pin pour le retour du Kaiser exilé, et l'insistance du parti sur ce point aliénait le public, qui en était venu à accepter la république. [72]Lambach a terminé son article en écrivant que le DNVP avait besoin d'un volkkonservatismus (conservatisme populaire) qui répondait aux préoccupations des Allemands ordinaires et que la restauration de la monarchie n'en faisait pas partie. [73]

Hugenberg était le chef des puristes monarchistes du DNVP pour qui aucun changement dans la plate-forme du parti n'était acceptable, et il a commencé à faire pression pour que le DNVP expulse Lambach afin de faire tomber Westarp qui n'a accepté de censurer Lambach que pour son article. [74] À l'instigation de Hugenberg, la branche de Potsdam du DNVP expulsa Lambach de son propre chef en juillet 1928, présentant Westarp avec un fait accompli, ce qui montra ce que les membres de la base de ce parti ressentaient à propos de l'affaire Lambach. [75]Hugenberg a poursuivi ce triomphe par un article disant que le DNVP n'était "pas un parti parlementaire au sens propre du terme, mais un grand groupe d'hommes - une communauté d'opinions, pas une communauté d'intérêts", ce qui, selon lui, Ce point de vue avait fait dégénérer le DNVP de ses principes fondamentaux, dont l'article de Lambach n'était que l'exemple le plus déplorable et le plus récent. [76] Hugenberg a soutenu que le DNVP ne pouvait pas changer ses valeurs comme il l'a écrit : "Seul un parti idéologique qui est dirigé et qui dirige peut sauver l'âme et l'économie du peuple allemand !" [76] Utilisant Lambach comme substitut pour son attaque contre Westarp, Hugenberg a fait valoir que le DNVP ne pouvait pas être un brei("méli-mélo") de personnes de valeurs différentes telles que les monarchistes et les républicains, et ne pouvait être dirigé que par un chef "fort" fanatiquement dévoué à la défense des valeurs du parti qui dirigerait dans un style autoritaire, par lequel il entendait clairement lui-même. [76] Lambach a fait appel contre son expulsion et a été autorisé à revenir dans le DNVP car il a soutenu qu'il était lui-même toujours un monarchiste et que son article ne visait qu'à susciter la discussion. [77]

Cependant, l'affaire Lambach avait galvanisé les membres du DNVP contre Westarp et pour Hugenberg, qui savait que le DNVP convoquerait un congrès du parti plus tard cette année-là, qui avait le pouvoir d'élire un nouveau chef, l'affaire Lambach était une aubaine. [78] Utilisant l'affaire Lambach comme son cri de ralliement, Hugenberg a fait campagne de manière agressive parmi les membres du parti, grandement aidé par le fait que la Ligue pangermanique avait repris de nombreuses branches locales du DNVP. [79] Lorsque le congrès du parti s'est ouvert le 20 octobre 1928, Westarp était sur la défensive dès le début car il a été contraint de s'excuser pour la piètre performance du DNVP lors des dernières élections et il a fait appel aux délégués eux-mêmes pour avoir des idées sur l'amélioration de la position du parti. image, le faisant passer pour un leader faible.En revanche, Hugenberg - qui, tout en manquant de charme et de charisme - a pu se présenter comme un homme avec un plan précis pour restaurer la fortune du parti. [80] Le fait que les membres de la Ligue pangermanique aient été surreprésentés au congrès du parti a encore favorisé Hugenberg qui a été élu nouveau chef du DNVP le 21 octobre 1928. [81] Dans le cadre de sa campagne contre Westarp, Hugenberg a souligné son succès en tant qu'homme d'affaires, mais en même temps, il a également souligné qu'il était si riche qu'il était indépendant des grandes entreprises et pouvait suivre sa propre ligne. [82] Hugenberg a donné l'impression que le DVNP n'aurait plus besoin des dons des grandes entreprises car il était si riche qu'il financerait le DVNP entièrement de sa propre poche. [83]

Il espérait utiliser le nationalisme radical pour restaurer la fortune du parti et, éventuellement, renverser la constitution de Weimar et installer une forme de gouvernement autoritaire. [3] Jusqu'à présent, la politique de droite en dehors de l'extrême droite traversait un processus de réconciliation avec la République de Weimar, mais cela s'est terminé sous Hugenberg, qui a renouvelé les appels antérieurs du DNVP à sa destruction immédiate. [84] Sous sa direction, un nouveau manifeste du DNVP est apparu en 1931, démontrant le virage à droite. Parmi ses revendications figuraient la restauration immédiate de la monarchie des Hohenzollern , un renversement des termes du traité de Versailles , la conscription militaire obligatoire, la reprise de possession de l' empire colonial allemand ., un effort concerté pour établir des liens plus étroits avec les personnes de langue allemande en dehors de l'Allemagne (en particulier en Autriche ), une dilution du rôle du Reichstag à celui d'un organe de surveillance d'une nouvelle chambre professionnelle de nominations rappelant la société corporative de Benito Mussolini l'État et la réduction de la surreprésentation perçue des Juifs dans la vie publique allemande. [85]

Hugenberg a également cherché à éliminer la démocratie interne du parti et à instiller un führerprinzip au sein du DNVP, ce qui a conduit certains membres à se séparer pour établir le Parti populaire conservateur (KVP) à la fin de 1929 . opposition au cabinet d' Heinrich Brüning , un modéré que certains au sein du DNVP voulaient soutenir. [86] Malgré les antécédents de Hugenberg dans l'industrie, cette circonscription a progressivement déserté le DNVP sous sa direction, en grande partie en raison d'un sentiment général parmi les industriels selon lequel Hugenberg était trop inflexible, et bientôt le parti est devenu la principale voix des intérêts agraires au Reichstag. [38]La réticence de Hugenberg à faire entrer le DNVP au cabinet a grandement aigri les industriels qui se plaignaient que le DNVP sous sa direction était un parti d'opposition perpétuel, et en tant que tel, le plus grand contributeur au DNVP en 1931 était devenu Hugenberg lui-même, ce qui avait pour effet de cimenter son contrôle. . [87]

Hugenberg avait acheté le studio UFA - la plus grande société de production cinématographique en Allemagne et en Europe - dans le but de faire des films "nationaux" de droite, mais dans ce cas, son souci du profit l'emportait sur son idéologie. [87] La ​​transition du film muet au talkie-walkie avait imposé des coûts importants à l'UFA, qui a choisi de produire principalement des films conçus pour le public le plus large possible afin de récupérer les coûts d'installation du matériel de sonorisation. [87] Entre 1930 et 1933, seul un nombre limité de films UFA étaient le type de films "nationaux" que Hugenberg avait envisagés lorsqu'il a amené UFA, et parmi les films "nationaux" seuls Flötenkonzert von Sans-souci (1930) Yorck ( 1931), Im Geheimdienst (1931), etMorgenrot (1933) a eu du succès au box-office. [87] Malgré son antisémitisme, Hugenberg n'a pas licencié les nombreux Juifs qui travaillaient à l'UFA en tant que réalisateurs, scénaristes, acteurs, etc. car il ne voulait perdre aucun talent au profit de studios rivaux. [87]

La politique de polarisation

Hugenberg avait une grande stratégie pour faire tomber "le Système" comme l'appelaient toujours les ennemis de la République de Weimar. [88] Hugenberg croyait en la politique de polarisation selon laquelle la politique allemande devait être divisée en deux blocs, le bloc "national" de droite dont il envisageait le chef comme lui-même et la gauche marxiste composée des sociaux-démocrates et des communistes. [88] Dans le cadre de la stratégie de polarisation, Hugenberg avait l'intention de s'emparer des questions de coin et de les présenter de manière hautement incendiaire afin de créer une situation où l'on pouvait être soit pour soit contre le bloc « national », qui était censé diriger au déclin électoral de tous les partis centristes en Allemagne. [88]Leopold a noté que Hugenberg "débattait des questions politiques en termes de disjonction simpliste et philosophique - un homme était soit pour la nation, soit il était contre". [88] Hugenberg a écrit en 1929 dans une note décrivant sa politique planifiée de polarisation que "le destin n'est que pour les faibles et les malades. L'homme fort et en bonne santé façonne son destin et celui de sa nation avec sa propre volonté". [88] Hugenberg croyait que les mêmes compétences qui ont fait un magnat des médias à succès feraient tomber la République de Weimar alors qu'il poursuivait délibérément sa stratégie de Sammlung (rassemblement) comme il appelait sa stratégie de polarisation. [89] Dans le cadre de cette polarisation, il prévoyait de transformer le DVNP d'un parti travaillant au sein du Reichstagpour faire avancer ses objectifs - ce que le DVNP était plus ou moins devenu sous Westarp - en un mouvement qui travaillerait à la destruction du "Système". [90] Hugenberg avait d'abord voulu comme sa question de coin le sujet de la réforme constitutionnelle, mais il l'a laissé tomber au printemps 1929 comme "trop ​​​​abstrait" pour la plupart des gens en faveur de l'opposition au Plan Young pour les réparations. [91]

Profitant d'une clause de la constitution de Weimar qui autorisait la convocation d'un référendum si suffisamment de personnes signaient une pétition le réclamant, Hugenberg décida en juin 1929 de recueillir des signatures pour un référendum sur le plan Young, qui visait à discréditer la "Grande Coalition". » gouvernement dirigé par le chancelier social-démocrate Hermann Müller . [91] Utilisant un langage viscéral très émotionnel, Hugenberg et ses journaux ont présenté le Plan Young - qui réduisait en fait les réparations - dans les revendications les plus sévères possibles comme une forme d'"esclavage financier" pour "les enfants de nos enfants" qui réduirait le niveau de vie dans l'Allemagne à un niveau de pauvreté "asiatique" (le terme "asiatique"[92] En faisant pression pour un référendum sur le plan Young, Hugenberg, comme prévu, a forcé le gouvernement de la "grande coalition" Müller à défendre le plan Young tandis que Hugenberg, en tant que chef de l'opposition, se sentait libre de faire des promesses extravagantes sur ce qu'il ferait s'il était chancelier. , affirmant que le Reich ne paierait aucune réparation s'il était aux commandes. Même à l'époque, il était largement reconnu que le statut de Hugenberg en tant que chef de l'opposition libéré des charges du bureau lui permettait le luxe de ne pas suggérer une "alternative réaliste" au Plan Young. [93]C'était d'autant plus le cas que le gouvernement français avait convenu qu'en échange de l'acceptation allemande du plan Young, la France mettrait fin à son occupation de la Rhénanie à l'été 1930, soit cinq ans plus tôt que ce que le traité de Versailles avait prévu. . À l'époque, les critiques de Hugenberg soulignaient que si le plan Young était rejeté, l'occupation française de la Rhénanie se poursuivrait jusqu'à l'été 1935, un aspect de la stratégie de rejet de Hugenberg sur lequel il ne s'est jamais attardé. La stratégie de Hugenberg était négative car créer le "bloc national" qu'il envisageait signifiait qu'il pouvait y avoir peu de discussions sur ce que le "bloc national" avait l'intention de réaliser car il y avait trop de divisions à droite allemande pour un programme positif, et à la place le "bloc national"contre au lieu de ce qu'il était pour . [94]

Hugenberg s'opposait avec véhémence au plan Young , et il créa un "Comité du Reich pour la pétition du peuple allemand" pour s'y opposer, avec des personnalités comme Franz Seldte , Heinrich Class , Theodor Duesterberg et Fritz Thyssen . [95] Le 9 juillet 1929, Hugrenberg a fondé le Comité de Reich sur l'Initiative allemande pour faire campagne contre le Plan Jeune, que les journaux Hugenberg ont salué comme le développement politique le plus important. [94]Hugenberg considérait le référendum comme le début de la contre-révolution, écrivant à l'époque que grâce à lui « un front a surgi qui ne connaît qu'un seul but : comment la révolution [de 1918] peut être vaincue et une nation d'hommes libres peut à nouveau être reconstituée ». des Allemands". [96] Pour atteindre cet objectif, Hugenberg a pris 551 000 RM de la société Scherel pour des dépenses discrétionnaires et 400 000 RM supplémentaires à des "fins spéciales", qu'il a toutes dépensées pour le référendum. [96] Cependant, il a reconnu que le DNVP et son groupe d'élite d'alliés n'avaient pas suffisamment de soutien populaire pour mener à bien tout rejet du projet. En tant que tel, Hugenberg a estimé qu'il avait besoin d'un nationaliste soutenu par les classes ouvrières, qu'il pourrait utiliser pour attiser le sentiment populaire contre le Plan. Adolf Hitler était le seul candidat réaliste et Hugenberg a décidé qu'il utiliserait le chef du parti nazi pour arriver à ses fins. [97] En conséquence, le parti nazi est rapidement devenu le bénéficiaire des largesses de Hugenberg, à la fois en termes de dons monétaires et de couverture favorable de la presse appartenant à Hugenberg, qui avait auparavant largement ignoré Hitler ou l'avait dénoncé comme socialiste. [97] Joseph Goebbels, qui avait une profonde haine pour Hugenberg, a d'abord parlé en privé de rompre avec Hitler au sujet de l'alliance, mais il a changé d'avis lorsque Hugenberg a convenu que Goebbels devrait gérer la propagande de la campagne, donnant au parti nazi l'accès à l'empire médiatique de Hugenberg. [98]

Le tristement célèbre paragraphe quatre de la proposition de « loi contre l'asservissement du peuple allemand » (plus connue sous le nom de « loi sur la liberté ») en tant que projet de loi anti-plan jeune à soumettre au référendum appelant les MdR qui ont voté pour le Young Plan et les fonctionnaires qui ont remis des réparations pour être emprisonnés ont été insérés par Hitler et acceptés par Hugenberg, qui pensait que cela attirerait les électeurs. [99] Le paragraphe quatre de la "loi sur la liberté" a plutôt divisé le DVNP alors que Westarp et plusieurs autres MrD du DVNP sont sortis dans l'opposition, arguant que le paragraphe quatre allait trop loin tandis que l'Association de l'industrie allemande du Reich a déclaré sa neutralité, malgré les efforts de Hugenberg pour que l'association le soutienne. [100]Plusieurs industriels comme Albert Vögler et Fritz Thyssen ont soutenu la «loi liberté», mais la majorité s'y est opposée, favorisant le plan Young car il promettait la stabilité économique; plutôt que de risquer une scission, l'association se déclare neutre lors d'une réunion le 20 septembre 1929. [101] Le 24 septembre 1929, lors d'un gigantesque rassemblement au Palais des sports de Berlin, les quatre dirigeants du Comité du Reich contre l'asservissement du peuple allemand , à savoir Hugenberg, Hitler, Seldte et Class ont officiellement lancé la campagne pour la "loi contre l'asservissement du peuple allemand". [102] Le 30 novembre 1929, lorsque la "loi sur la liberté" est présentée au Reichstag, 14 MrD du DVNP se sont abstenus de voter tandis que 3 MrD ont voté contre la « loi sur la liberté », invoquant des préoccupations concernant le paragraphe quatre. [103] Lorsque Hugenberg a tenté d'imposer la discipline de parti, 12 DVNP MrdS ont quitté le parti pour protester contre sa direction. [103] Les journaux Hugenberg ont tout donné pour soutenir la "Loi Liberté", faisant des gros titres en sa faveur, mais lors du référendum, seuls 5 538 000 Allemands ont voté oui pour la "Loi Liberté", ce qui était insuffisant pour pour que la loi passe. [103]

Hitler a pu utiliser Hugenberg pour se propulser dans le courant politique dominant, et une fois que le plan Young a été adopté par référendum, Hitler a rapidement mis fin à ses liens avec Hugenberg. [104] Leopold a noté que la stratégie polarisante de Hugenberg pour diviser l'Allemagne en deux blocs avait commencé avec le référendum du Plan Young avec succès, mais l'homme qui en a profité n'était pas Hugenberg comme prévu, mais plutôt Hitler. [105] Hitler a publiquement blâmé Hugenberg pour l'échec de la campagne, mais il a conservé les liens avec les grandes entreprises que le comité lui avait permis de cultiver, et cela a commencé un processus d'abandon du DNVP par les magnats des affaires pour les nazis. [106]La gestion de l'affaire par Hitler a été gâchée par une chose, et c'était l'annonce prématurée dans la presse nazie de sa répudiation de l'alliance avec les frères Strasser , dont l'économie de gauche était incompatible avec l'archicapitalisme de Hugenberg. [107] Le 6 janvier 1930, Hugenberg a été convoqué pour rencontrer le président Paul von Hindenburg, qui lui a dit que maintenant que le plan Young était adopté, il n'avait plus besoin de Müller et qu'il prévoyait de faire venir un nouveau "présidentiel". très bientôt un gouvernement « antiparlementaire et antimarxiste ». [108]Hindenburg a expliqué que l'intention derrière le gouvernement "présidentiel" qui serait basé sur la "formule 25/48/53" (une référence aux articles de la constitution qui rendaient un tel gouvernement possible) était de mettre fin progressivement à la démocratie et il voulait que Hugenberg devenir ministre dans le nouveau gouvernement. [108] À la grande vexation de Hindenburg, Hugenberg a refusé de participer, soutenant qu'il n'était pas ministre dans un gouvernement qui payait des réparations. [108]

Dans une tentative de forcer Hugenberg à soutenir le nouveau "gouvernement présidentiel" de Heinrich Brüning a présenté un projet de loi pour augmenter les impôts tout en augmentant l'aide gouvernementale aux agriculteurs, l'un des principaux groupes qui ont voté pour le DVNP. [109] La promesse d'une aide accrue aux agriculteurs était populaire dans les zones rurales, et plusieurs MrD du DVNP dirigés par Westarp voulaient que le parti vote pour le projet de loi, auquel Hugenberg s'opposait au motif qu'une partie des recettes fiscales perçues iraient à la France. sous forme de réparations. [110] Lors de la première lecture du projet de loi le 12 avril 1930, le DVNP s'est scindé avec 31 MrD DVNP votant pour tandis que 23 MrD dirigés par Hugenberg ont voté contre; en deuxième lecture le 14 avril, 32 MrDS DVNP ont voté pour le projet de loi tandis que 20 MrD ont voté contre. [111]Le fait que Hugenberg était incapable de contrôler sa propre délégation au Reichstag a conduit Hitler à se moquer ouvertement de lui comme d'un chef faible. [111] Lorsque le projet de loi a été adopté en vertu de l'article 48, Hugenberg a ordonné aux MrD du DVNP de voter pour annuler le projet de loi le 18 juillet 1930 ; 25 MrD du DVNP dirigés par Westarp ont rompu avec le disciple du parti pour voter pour le projet de loi et ont quitté le parti en signe de protestation. [110] Les projets de loi adoptés en vertu de l'article 48 pourraient être annulés par le Reichstag , mais Brüning a menacé de faire en sorte que Hindenburg utilise l'article 53 pour dissoudre le Reichstag en vue d'une élection si son projet de loi devait être annulé. En conséquence, Hindenburg a dissous le Reichstag pour une élection seulement deux ans après le début de son mandat. [112]Lors de l'élection de 1930, les défauts de Hugenberg en tant qu'orateur sont cruellement exposés, car il apparaît comme maladroit, arrogant et surtout très ennuyeux. [113] Pendant l'élection, la presse de Hugenberg a largement concentré ses attaques sur le " marxisme ", avertissant que le SPD travaillait pour une révolution et voulait augmenter les dépenses de l'État-providence comme premier pas vers le " bochevisme ". [114] Les nazis, en revanche, ont été traités relativement bien par les journaux de Hugenberg avec un éditorial de Der Tag disant qu'il n'y avait pas de différences entre le DVNP et le NSDAP sur "la culture et la religion, l'attitude envers la communauté juive et la volonté de reconstruction sociale individuelle". et questions économiques ». [115]L'élection s'est terminée par la réduction du DVNP à seulement 41 sièges au Reichstag tandis que les nazis sont passés des 12 sièges qu'ils avaient remportés en 1928 à 107 sièges. [116]

Hugenberg à Bad Harzburg, 1931, avec le prince Eitel Friedrich

Le 26 novembre 1930, Brüning rencontra Hugenberg pour lui demander de rejoindre son gouvernement, mais Hugenberg - qui suivait toujours la Katastrofenpolitik - lui dit qu'il voyait plutôt "l'effondrement que j'avais prédit" et "je dois te combattre toi et tout le système ". [117] Malgré la façon dont Hitler l'éclipsait maintenant, Hugenberg était convaincu qu'Hitler devait encore une dette quelconque qu'il devrait rembourser en s'en remettant à lui. [117] Le 10 février 1931, Hugenberg rejoignit le parti nazi pour sortir complètement le DNVP du Reichstag, en signe de protestation contre le gouvernement Brüning. À ce moment-là, les deux partis formaient une fédération très lâche, connue sous le nom d'« opposition nationale ». [118]

En 1930, Hugenberg dépensait environ 4 600 Reichsmarks par mois pour le DVNP et 7 500 RM supplémentaires pour les dépenses spéciales du parti. [119] En 1931, lorsque la Grande Dépression a fait chuter les bénéfices des journaux de Hugenberg de 30%, Hugenberg a insisté pour que le DNVP commence à devenir financièrement autonome au lieu de dépendre de lui pour subventionner le parti. [120] À travers les journaux berlinois tels que Der Tag et Berliner Nachtausgabe ont vu leur tirage décliner, ils continuent d'être dans le noir ; en revanche, les journaux provinciaux tels que le Süddeutsche Zeitung à Stuttgart et München Augsburger Abendzeitungà Munich perdaient tellement d'argent qu'en 1931, Hugenberg envisagea sérieusement de fermer les deux journaux. [120] Malgré la ligne antisémite et généralement xénophobe de ses journaux, Hugenberg n'hésite pas à recourir aux services d'un banquier juif allemand, Jacob Goldschmidt, pour obtenir en mai 1931 un prêt auprès d'un groupe de financiers new-yorkais qui permet lui de maintenir à flot ses journaux de province. [120]

Par l'intermédiaire du président, Paul von Hindenburg n'aimait pas Hugenberg, mais son voisin de Prusse orientale et un compatriote Junker , Elard von Oldenburg-Januschau était membre du DVNP. [121] Grâce à Oldenburg-Januschau, Hugenberg a pu rencontrer Hindenburg sur son domaine à Neudeck, où le premier a pressé ce dernier de le nommer chancelier, disant qu'il était le seul homme qui "maîtriserait la situation". [122] Cependant, l'arrogance orgueilleuse de Hugenberg a enragé Hindenburg, qui s'est plaint qu'il était un Junker , un maréchal et le président tandis que Hugenberg le traitait "comme un écolier". [123] Le journal phare de l'empire médiatique de Hugenberg, Der Tag, dans un éditorial, a loué la "volonté de se sacrifier" et le "courage de se battre" des nazis, mais a accusé les nazis d'être trop téméraires et trop ignorants de l'économie pour gouverner seuls, exigeant le DVNP comme partenaire de coalition car ce dernier parti était le parti de la "détermination scolarisée, conservatrice, constructive, juvénile forte". [124] L'appel n'a pas fonctionné comme prévu pendant que Ludwig Klitzsch, qui dirigeait la presse Scherel, a averti Hugenberg que la couverture amicale des nazis avait "... fréquemment dépassé les liens de la sagesse politique". [125]Le fait que les membres du DVNP n'aient pas à payer de cotisations comme les membres du NSDAP s'est avéré être une faiblesse car l'obligation de payer des cotisations mensuelles a inspiré les membres du parti nazi avec beaucoup plus de dévouement à leur cause que les membres du DVNP, qui supposaient allègrement que la fortune de Hugenberg était plus que suffisant pour gérer les besoins financiers du parti. [126] En 1931, Hugenberg, dont la fortune n'était pas aussi vaste qu'on le croyait, a été contraint de réduire le budget de DVNP de 31% afin de maintenir la solvabilité du parti. [127] Le soutien de Hugenberg aux tarifs élevés pour l'agriculture et son appel à remplacer l'État-providence par un programme «d'entraide» pour les chômeurs ont offensé de nombreuses personnes dans les villes. [128]

Le front de Harzburg

L'effondrement du système bancaire allemand au printemps et à l'été 1931 a été considéré par Hugenberg comme une opportunité de créer le sammlung nationaliste (rassemblement) qu'il recherchait avec le référendum sur le plan Young. [129] Le 9 juillet 1931, Hugenberg a publié une déclaration commune, avec Hitler garantissant que la paire coopérerait pour le renversement du « système » de Weimar. [130] Hugenberg voulait annoncer la création de son front à Bad Harzburg à Braunschweig, un land (état) gouverné par une coalition DVNP-NSDAP pour symboliser l'unité à droite. [131] Hitler se méfiait des plans, conduisant Hugenberg à se plaindre en privé de sa "mégalomanie, mais aussi de l'incontrôlabilité, de l'imprudence et du manque de jugement".[132] Pour montrer sa force avant le rassemblement commun à Bad Harzburg, Hugenberg a tenu le congrès du parti du DVNP en septembre 1931 à Stettin, qui a été intentionnellement calqué sur un rassemblement nazi. [133] La présence au congrès de personnalités telles que le prince Oskar de Prusse, l'amiral Ludwig von Schröder , le maréchal August von Mackensen et Fritz Thyssen visait à montrer que Hugenberg était un monarchiste militariste dont les politiques économiques étaient soutenues par les grandes entreprises. [134] Au congrès du parti, Hugenberg a imputé la Grande Dépression au Traité de Versailles, à l'étalon-or et à une croyance déplacée dans le "capital international". [128]La première partie de sa solution à la Grande Dépression était une politique d'autarcie et de protectionnisme. [135] En fin de compte, Hugenberg a soutenu que la solution à la Grande Dépression était l'impérialisme car il a soutenu que les Allemands étaient un " volk ohne raum " ("des gens sans espace"), ce qu'il considérait comme le problème fondamental de l'économie allemande. [136] En tant que tel, Hugenberg a soutenu que l'Allemagne avait besoin du retour de son ancien empire colonial en Afrique et de conquérir le lebensraum («espace de vie») en Europe de l'Est, ce qui fournirait suffisamment d'espace aux Allemands pour coloniser et aux gens à exploiter. [136]Pour le rallye de Bad Harzburg, Hugenberg voulait un large front qui mettait l'accent sur le respect. Parmi les personnes qu'il a invitées à Bad Harzburg qui ont assisté au rassemblement se trouvaient le prince héritier Wilhelm, le prince Oskar, le prince Eitel Friedrich, la classe Heinrich, le comte Eberhard von Kalkreuth, l'amiral Magnus von Levetzow, Fritz Thyssen, l'amiral Adolf von Trotha, le général Hans von Seekt, Le général Rüdiger von der Goltz, le général Karl von Einem et Hjalmar Schacht. [137]

Hugenberg et Hitler ont présenté un front uni à Bad Harzburg le 21 octobre 1931, dans le cadre d'un rassemblement plus large de droite conduisant à des suggestions selon lesquelles un front de Harzburg impliquant les deux partis et l'organisation d'anciens combattants Der Stahlhelm avait émergé. [138] Les deux dirigeants se sont affrontés bientôt et le refus de Hugenberg d'approuver Hitler lors de l' élection présidentielle allemande de 1932 a creusé l'écart. [138] En effet, le fossé entre les deux s'est ouvert davantage lorsque Hugenberg, craignant qu'Hitler ne remporte la présidence, a persuadé Theodor Duesterberg de se présenter comme candidat Junker après que le prince Oskar de Prusse ait refusé de se présenter comme candidat DNVP.[139] Bien que Duesterberg ait été éliminé lors du premier vote, en grande partie à cause des allégations nazies concernant sa filiation juive, Hitler n'a néanmoins pas réussi à obtenir la présidence. [140] Comme Duesterberg n'a remporté que 6,8 % des voix contre 30,1 % pour Hitler et 49,6 % pour Hindenburg, il a été éliminé du deuxième tour de l'élection présidentielle. [141] En désespoir de cause, Hugenberg a tenté de faire en sorte que le prince héritier Wilhelm se présente comme candidat du DVNP, seulement pour que le Kaiser exilé publie une déclaration disant que c'était une « idiotie absolue » pour son fils de se présenter à la présidence. [141] Plus dommageable, le prince héritier Wilhelm a annoncé qu'il ne se présenterait pas comme candidat du DVNP et a plutôt approuvé Hitler à la présidence. [141]

Les discours de Hugenberg étaient extrêmement ennuyeux et sa tentative de créer autour de lui un culte de la personnalité à la hitlérienne a échoué. [142] Les manières de Hugenberg et son accent de classe supérieure lui ont donné l'image de "... un demi-dieu arrogant et inaccessible" qui ne savait rien des préoccupations des gens ordinaires. [142] La ruse de Hugenberg dans les affaires lui avait valu les surnoms de "Cross Spider" et de "Silver Fox"; cependant, en tant que leader du DVNP, il était largement connu sous le nom de "hamster". [142]La carrure ronde et la petite taille de Hugenberg, ainsi que sa moustache en guidon, sa coiffure coupée au pinceau et la façon wilhelmienne de s'habiller avec un col haut le faisaient ressembler à un hamster, lui donnant un surnom qu'il détestait; plus largement, le surnom suggérait qu'il n'était pas pris aussi au sérieux qu'il l'aurait souhaité [142] En 1932, le baron Thilo von Wilmowsky, qui était marié à Barbara von Krupp, la sœur cadette de Bertha von Krupp et était largement considéré comme le porte-parole de la famille Krupp, cherchait à évincer Hugenberg de la tête du DVNP, convaincu que son manque total de charisme et de charme menait le parti au désastre. [143] Un groupe d'industriels hanovriens a offert 100 000 RM pour aider quiconque était prêt à essayer de déposer Hugenberg. [143]D'autres industriels tels que Friedrich Springorum de la Ruhr étaient toujours attachés à Hugenberg, mais uniquement pour des motifs négatifs selon lesquels destituer Hugenberg diviserait encore plus le DVNP. [143] Le magnat de l'acier Fritz Thyssen a abandonné le DNVP pour le NSDAP, publiant une déclaration blâmant tous les problèmes du front de Harzburg sur Hugenberg, et a affirmé qu'Hitler était le meilleur homme pour mettre fin à la république de Weimar, c'est pourquoi il avait rejoint le NSDAP. [144] Voir ses plans se défaire inspira Hugenberg à écrire dans une lettre à Wegener le 15 mars 1932 qu'il n'était pas un chef, mais une " échelle à poulets ", une référence au proverbe allemand " la vie est une échelle à poulets - merde sur du haut jusqu'en bas". [145]

Lors de l'élection du Landtag prussien du 24 avril 1932, Hugenberg fit campagne pour une coalition NSDAP-DVNP, déclarant dans un discours du 21 avril 1932 : « Nous devons à la jeunesse et à nos enfants de souligner haut et fort dans cette campagne que nous ne sommes pas des nationaux-socialistes et que les nationaux-socialistes seuls et sans nous sont incapables de résoudre les problèmes de notre temps ». [146] Malgré son appel, les électeurs du DVNP ont déserté massivement leur parti pour les nazis, le DVNP subissant une baisse de 56 % de leur part des voix par rapport à la dernière élection prussienne de 1928. [146] En revanche, les nazis sont allés de 8 sièges dans le landtag prussien à 162 sièges. [146]Comme la Prusse était le Lander le plus grand et le plus peuplé d'Allemagne , l'élection prussienne a été largement considérée comme un signe que les nazis avaient remplacé le DVNP en tant que principal parti de droite.

Avec le Parti populaire allemand , le DNVP était le seul parti du Reichstag à soutenir le nouveau gouvernement dirigé par Franz von Papen , et grâce à trois ministres du nouveau cabinet étaient membres des membres du DNVP, Hugenberg lui-même était exclu. [147] Le général von Bredow, le bras droit du général Kurt von Schleicher, le cerveau qui a créé le nouveau gouvernement Papen, a écrit dans une note que "l'apparence, ses discours, son indocilité" de Hugenberg ont amené la plupart des gens à le haïr naturellement, et le garder du cabinet Papen serait un avantage. [148] Comme Papen n'était membre d'aucun parti après avoir été expulsé du Zentrum , Hugenberg durant le premier ReichstagLa campagne électorale de l'été 1932 présente le vote pour le DNVP comme le meilleur moyen de voter pour Papen. [149] Comme Papen était un chancelier extrêmement impopulaire, cette stratégie a été un désastre et lors de l' élection du Reichstag le 31 juillet 1932, le DNVP a subi son pire résultat jamais enregistré, remportant seulement 5,9 % des voix, donnant au DNVP seulement 36 sièges au Reichstag . [150] En revanche, le NSDAP a obtenu son meilleur résultat jamais obtenu lors d'une élection libre, remportant 37 % des voix et 230 sièges au Reichstag . [151]Pour Hugenberg, malgré la raclée que le DNVP avait subie lors de l'élection, il restait optimiste. Pour Hugenberg, sa politique de polarisation avait atteint son objectif en effondrant le « milieu » de la politique allemande comme il l'avait voulu. [152] De plus, pour lui, la finalité du « bloc national » n'était qu'un moyen d'en finir avec « le système » comme il appelait la république de Weimar par en bas ; maintenant, avec le "gouvernement présidentiel" dirigé par Papen offert les moyens de mettre fin à la république de Weimar par le haut [152] La possibilité d'une alliance entre les nazis et le Zentrum sans le DVNP, qui a été ouvertement discutée, a conduit Hugenberg à condamner Hitler pour avoir utilisé méthodes parlementaires. [153]Les principaux ministres du cabinet Papen tels que le ministre de la Défense, le général Kurt von Schleicher ; le ministre des Affaires étrangères Konstantin von Neurath et le ministre de l'Intérieur Wilhelm von Gayl ont souvent rencontré Hugenberg en privé pour discuter des politiques que le DVNP pourrait soutenir, et Papen dans une lettre a déclaré qu'il était d'accord avec les politiques économiques de Hugenberg de réduction des salaires et de protectionnisme. [154]

Lorsque le Reichstag s'est réuni le 12 septembre 1932, Papen a été battu par la motion de censure la plus écrasante de l'histoire allemande avec 512 MdR votant pour la motion alors que seulement 42 MdR ont voté contre. [155] À la demande de Papen, Hindenburg a dissous le Reichstag pour de nouvelles élections au lieu de permettre la formation d'un autre gouvernement, et dans la campagne électorale qui s'en est suivie, Hugenberg a adopté une ligne fortement anti-nazie, dépeignant Hitler comme irresponsable et dangereux. [156] Hugenberg l'a présenté comme le principal partisan du gouvernement Papen, et les journaux Hugenberg ont lancé une ligne d'attaque soutenue contre les nazis en tant qu'opportunistes qui étaient prêts à prendre l'argent de Hugenberg, mais pas ses conseils. [157]Lors de l'élection, Hugenberg subit des pressions pour démissionner de l'intérieur de son parti et de nombreux industriels avec Hugo Stinnes dans une lettre du 19 septembre 1932 déclarant: "Hugenberg a certainement raison, mais il ne peut pas inspirer l'enthousiasme et c'est de cela qu'il s'agit. " . [158]

Le parti de Hugenberg avait connu une augmentation du soutien lors des élections de novembre 1932 aux dépens des nazis. Hugenberg a de nouveau déclaré son soutien au gouvernement "présidentiel" de Papen et a conseillé à Hindenburg : "Je n'ai pas trouvé être très fidèle aux accords ; toute sa manière de gérer les affaires politiques rend très difficile de pouvoir confier à Hitler la direction politique. Je aurait de très sérieuses réserves à cet égard ». [159] En décembre 1932, Hugenberg a élaboré un plan pour un "gouvernement présidentiel" dirigé par le maire populaire de Leipzig, Carl Goerdeler, dans lequel il devait agir en tant que "dictateur économique". [160]Dans le cadre de ses plans, Hugenberg a dressé une liste de 13 "mesures urgentes" pour imposer un contrôle totalitaire avec toute opposition considérée comme une trahison, la censure à imposer, les grèves rendues illégales et la police à donner le pouvoir d'emmener les gens dans " garde à vue" sans inculpation. [161] Au même moment, Hugenberg écrivit à Hitler une lettre suggérant que les nazis participent en tant que ministres du cabinet à ce gouvernement proposé. [161] Lors d'une réunion secrète entre Hugenberg et Hitler, une sorte de réconciliation a été convenue. Hugenberg espérait exploiter à nouveau les nazis à ses propres fins, et en tant que tel, il abandonna ses attaques contre eux pour la campagne électorale de mars 1933 . [138]

L'arrivée au pouvoir d'Hitler

Début janvier 1933, le chancelier Kurt von Schleicher avait élaboré des plans pour un gouvernement de coalition élargi, pour inclure non seulement Hugenberg, mais aussi le dissident nazi Gregor Strasser et le politicien du Parti du centre Adam Stegerwald . Bien que Hugenberg ait des projets de retour au gouvernement, sa haine de l'activité syndicale signifiait qu'il n'avait aucune intention de travailler avec Stegerwald, le chef du mouvement syndical catholique. Lorsque von Schleicher a refusé d'exclure Stegerwald de ses plans, Hugenberg a interrompu les négociations. [162]

Hugenberg dans le premier cabinet hitlérien le 30 janvier 1933

Le principal confident de Hugenberg, Reinhold Quaatz , avait, bien qu'il soit à moitié juif, poussé Hugenberg à suivre une voie plus völkisch et à travailler avec le parti nazi, et après l'effondrement des pourparlers von Schleicher, c'est la voie qu'il a suivie. [163] En Allemagne à l'époque, il n'y avait pas de sondages d'opinion publique (une invention américaine qui n'a traversé l'Atlantique que plus tard dans les années 1930) et les élections des Länder étaient considérées comme le meilleur baromètre de l'opinion publique. Lors de l'élection du 11 janvier 1933 dans le petit Land majoritairement rural et protestant de Lippe , le DVNP s'en sort mal, perdant 4 000 voix tandis que les nazis gagnent 5 000 voix de plus par rapport à la dernière élection de Lippe. [164]Comme Lippe n'était qu'un petit pays , le résultat des élections a été considéré comme un signe que les nazis avaient retrouvé l'élan qu'ils avaient perdu lors de la dernière élection du Reichstag . [164] De plus, pendant près de cinq ans à la tête du DVNP, Hugenberg était un homme profondément frustré et en colère qui n'avait pas atteint le pouvoir malgré tous ses efforts, et qui était plus désespéré d'obtenir une sorte de succès. [165] Sachant que beaucoup de gens dans son parti voulaient le voir démissionner, Hugenberg se sentait assiégé lorsqu'il écrivit à Wegener le 2 janvier 1933 : « Je vois les difficultés grandir tout autour... Je vieillis moi-même et souvent je ne comment surmonter les difficultés ». [165]Hugenberg voulait vraiment un «gouvernement présidentiel» qui mettrait en œuvre ses «mesures urgentes» qu'il avait envisagées et à travers l'homme qu'il voulait initialement voir le chancelier était Goerdeler, il était prêt à accepter Papen ou Schleicher comme remplaçant. [166]

Hugenberg et Hitler se sont rencontrés le 17 janvier 1933 et Hugenberg a suggéré qu'ils entrent tous les deux dans le cabinet de Kurt von Schleicher, une proposition rejetée par Hitler, qui ne bougerait pas de ses demandes de chancellerie. Hitler a accepté en principe d'autoriser von Schleicher à servir sous ses ordres en tant que ministre de la Défense, bien que Hugenberg ait averti le dirigeant nazi que tant que Paul von Hindenburg serait président, Hitler ne serait jamais chancelier. [167] Une autre rencontre entre les deux menaça de faire dérailler toute alliance, après que Hugenberg ait rejeté les demandes d'Hitler pour le contrôle nazi sur les ministères de l'Intérieur de l'Allemagne et de la Prusse, mais à cette époque, Franz von Papenétait venu à l'idée d'Hitler comme chancelier, et il a travaillé dur pour persuader les deux dirigeants de se réunir. [168]

Au cours des négociations entre Franz von Papen et le président Paul von Hindenburg , Hindenburg avait insisté pour que Hugenberg reçoive les ministères de l'Économie et de l'Agriculture , tant au niveau national qu'en Prusse , comme condition pour qu'Hitler devienne chancelier, quelque chose d'étonnant, compte tenu de la L'aversion bien médiatisée du président pour Hugenberg. [169] Hugenberg, avide d'une part de pouvoir, a accepté le plan et a continué à croire qu'il pouvait utiliser Hitler à ses propres fins, disant au chef de Stahlhelm Theodor Duesterberg que "nous enfermerons Hitler". [170]Le 27 janvier 1933, Hugenberg rencontra Hitler lorsqu'il fut informé que Papen soutenait désormais un cabinet avec Hitler comme chancelier et Papen comme vice-chancelier, dans lequel il avait son rêve de longue date d'être le "dictateur économique" ou d'entrer dans l'opposition. ; Hugenberg penchait pour le premier. [171] Le 29 janvier, Papen a rencontré Hugenberg pour lui dire qu'il était le " dictateur économique " dans un cabinet de Hitler, une offre que l'adjoint de Hugenberg Otto Schmidt-Hanover a appelé " une offre attrayante ". [172] Les assurances de Papen qu'Hitler serait "enfermé" car la majorité du cabinet ne serait pas nazi et la chance d'être "dictateur économique" a conduit Hugenberg à accepter Hitler comme chancelier et à rejoindre le nouveau gouvernement. [173]

Hugenberg a accepté de rejoindre le gouvernement hitlérien étant entendu qu'il n'y aurait pas de nouvelles élections au Reichstag , et en attendant d'être assermenté par le président Hindenburg, il a d'abord appris qu'Hitler prévoyait de convoquer de nouvelles élections, ce qui a conduit à une longue engueulade avec Hitler. [174] Le chef de la chancellerie présidentielle, Otto Meißner a été contraint de venir du bureau du président pour dire que Hindenburg avait été contraint d'attendre une demi-heure supplémentaire et menaçait d'annuler la cérémonie de prestation de serment pendant que Papen assurait la médiation du différend. , affirmant que la question des nouvelles élections serait examinée après la prestation de serment du nouveau gouvernement. [174]Il a d'abord rejeté les plans d'Hitler de convoquer immédiatement de nouvelles élections, craignant les dommages qu'un tel vote pourrait infliger à son propre parti mais, après avoir été informé par Otto Meißner que le plan avait l'approbation de Hindenburg, et par von Papen que von Schleicher se préparait à lancer un coup d'État militaire, il a accédé aux souhaits d'Hitler. [175] Hugenberg a vigoureusement fait campagne pour l'alliance NSDAP-DNVP, bien que d'autres membres dirigeants de son parti aient exprimé des craintes concernant les éléments socialistes face à la rhétorique nazie, et ont plutôt appelé à une dictature sans parti, plaidoyers ignorés par Hitler. [176]

Connaissant les fortes tendances anti-polonaises de Hugeberg, l'ambassadeur polonais Alfred Wysocki rapporta au ministre polonais des Affaires étrangères, Jozef Beck, que le membre le plus dangereux du cabinet du nouveau gouvernement n'était pas Hitler, mais plutôt Hugenberg. [177] Hugenberg, qui a servi conjointement en tant que ministres de l'économie et de l'agriculture du Reich et de la Prusse et s'est vanté de ses projets d'être un "dictateur économique", était largement considéré comme le ministre dominant du nouveau gouvernement. [177] L'ambassadeur de France André François-Poncet fait rapport à Paris "dans l'association des trois hommes [Hitler, Papen et Hugenberg]... le moins dangereux, le moins gênant n'est certainement pas M. Hugenberg". [177]Hugenberg a nommé Paul Bang, l'expert économique de la Ligue pangermanique, au poste de secrétaire d'État (le numéro deux) au ministère de l'Économie. [178] Bang était connu pour ses "idées autarciques et son fanatisme raciste" et s'est avéré plus intéressé par les lois antisémites que par l'économie. [178] L'homme que Hugenberg a nommé secrétaire d'État au ministère de l'Agriculture, Hans-Joachim von Rohr, s'est montré plus intéressé par son portefeuille, mais comme beaucoup d'autres personnes, il a trouvé Hugenberg un homme avec lequel il était difficile de travailler. [178]

Hugenberg n'a fait aucun effort pour arrêter l'ambition d'Hitler de devenir un dictateur, bien qu'il ait lui-même été autoritaire par inclination. Le 2 février 1933, Hitler demanda à Hindenburg de dissoudre le Reichstag pour de nouvelles élections, demande qui fut accordée. [179] Dans une déclaration à la presse, le nouveau gouvernement a annoncé sans ironie que les élections étaient nécessaires pour "mettre fin à la perte de l'honneur et de la liberté" en Allemagne qui aurait déclaré avec la révolution de novembre 1918. [177] Hitler voulait qu'un nouveau Reichstag adopte la loi d'habilitation, une loi d'urgence spéciale qui permettrait au chancelier de gouverner par diplôme au lieu du Reichstag. Dans un éditorial publié dans tous ses journaux, Hugenberg a défendu le nouveau gouvernement comme nécessaire pour défendre le "mode de vie conservateur chrétien" contre les forces de "l'athéisme et le libéralisme, le socialisme et le marxisme" et pour revenir à "l'État pur" qui fonctionnait "selon la tradition prussienne". [180] Parce qu'il ne pouvait pas trop attaquer son allié de la coalition, Hugenberg a fait valoir que ses partisans devraient voter DNVP parce que les nazis n'avaient "pas reconnu sans ambiguïté les principes de l'économie privée". [180] Lors d'un rassemblement le 11 février 1933 en présence de Papen et du chef de Stalhelm Franz Seldte, Hugenberg a annoncé la formation du "Battle Front Noir-Blanc-Rouge", affirmant que le "mouvement national avançait en deux colonnes", l'une étant les nazis et l'autre étant la "droite propre, le Battle Front Noir-Blanc-Rouge, la bourgeoise nationale de la meilleure tradition". [181] Hugernberg a utilisé son contrôle d'UFA dans l'élection, en ayant des cinémas d'UFA montrant des actualités qui ont souligné son rôle dans le nouveau gouvernement. [182] Pendant l'élection, les cinémas UFA ont joué des films qui étaient nettement nationalistes. [182]

Lorsque le Reichstag a été incendié le 28 février 1933 dans un incendie criminel commis par le communiste néerlandais Marinus van der Lubbe qui avait décidé d'incendier le Reichstag en signe de protestation politique, Hugenberg a accepté l'affirmation d'Hitler selon laquelle l'incendie faisait partie d'un Complot communiste. Dans un discours prononcé juste après l' incendie du Reichstag , Hugenberg a parlé de la nécessité de "mesures draconiennes" contre les communistes et de "l'extermination des foyers dans lesquels le bolchevisme peut s'épanouir" ; ajoutant que "en ces temps difficiles, il ne peut plus y avoir de demi-mesure ... pas de compromis, pas de lâcheté". [183] ​​Avec les autres membres DNVP du cabinet, il a voté pour le décret d'incendie du Reichstagde 1933, qui a effectivement anéanti les libertés civiles. [184] L' élection du Reichstag du 5 mars 1933 fut, du propre aveu de Hugenberg, un "échec" car le DNVP n'obtint que 3,1 millions de voix par rapport au NSDAP qui obtint 17 millions de voix. [184] Sous le Reichstag Fire Degree, Hitler avait interdit le Parti communiste allemand, ce qui signifiait que même sans le DNVP, les nazis avaient toujours la majorité dans le nouveau Reichstag . [184] Hugenberg s'inquiétait tranquillement de ce que Hitler pourrait faire si le Reichstaga adopté la loi d'habilitation et a tenté d'inclure certains amendements destinés à limiter le pouvoir d'Hitler, pour être sapé par Hindenburg et par des appels de l'intérieur de son propre parti à fusionner avec le parti nazi. [185] Hugenberg et le reste des MdR du DNVP ont voté pour la loi d'habilitation, que Hugenberg a rationalisée au motif que l'activation de la loi d'habilitation faisait référence au « gouvernement actuel », ce que Hugenberg a interprété comme signifiant qu'Hitler ne pouvait pas le renvoyer. du cabinet. [186] De tous les membres du Reichstag , seuls les sociaux-démocrates ont voté contre la loi d'habilitation. (Le KPD ayant déjà été interdit)

Retrait de la politique

Lors des élections, le DNVP de Hugenberg a remporté 52 sièges au Reichstag, bien que tout espoir que ces sièges puissent assurer une influence au parti s'est évaporé avec l'adoption de la loi d'habilitation de 1933 (que le DNVP a soutenue) peu après le vote. [187] Néanmoins, Hugenberg était ministre de l'Économie dans le nouveau gouvernement et a également été nommé ministre de l'Agriculture dans le cabinet nazi, en grande partie grâce au soutien dont son parti jouissait parmi les propriétaires terriens du nord de l'Allemagne. Papen, qui se considérait comme un contrôle sur Hitler, s'est avéré être une personnalité trop superficielle pour un tel rôle tandis que Hugenberg, qui travaillait généralement 14 heures par jour, s'est avéré trop impliqué dans les subtilités de ses portefeuilles pour offrir un contrôle efficace. [188]Hugenberg, qui a refusé d'engager une secrétaire et a écrit tous ses longs mémos à la main car il ne savait pas utiliser une machine à écrire s'est avéré être un homme têtu et peu aimable, avec qui même les autres ministres conservateurs ont eu du mal à traiter. [188] Hugenberg se croyait le « dictateur économique », mais lors des réunions du cabinet, les autres ministres conservateurs tels que Papen, le ministre des Affaires étrangères, le baron Konstantin von Neurath et le ministre de la Défense, le général Werner von Blomberg, se sont tous opposés aux plans de Hugenberg pour une économie autarcique comme irréalisables. et susceptible d'isoler l'Allemagne au niveau international. [189]Neurath, un diplomate expérimenté qui avait auparavant été ambassadeur à Londres et à Rome, a fait valoir que le principal danger de l'étranger était la perspective d'une «guerre préventive» de la France. Pour mettre fin à cette perspective, Neurath a fait valoir que l'Allemagne devait pour le moment se présenter comme un membre plus ou moins coopératif de la communauté internationale, et que les politiques économiques préconisées par Hugenberg risquaient de coûter la bonne volonté à l'Allemagne à un moment où la bonne volonté était beaucoup plus importante. avait besoin. [189]

En tant que ministre, Hugenberg a déclaré un moratoire temporaire sur les saisies, annulé certaines dettes et imposé des droits de douane sur certains produits agricoles largement produits afin de stimuler le secteur. Afin de protéger l'élevage laitier, il a également imposé des limites à la production de margarine, bien que cette décision ait entraîné une augmentation rapide du prix du beurre et de la margarine et fait de Hugenberg une figure impopulaire en dehors de la communauté agricole, précipitant le départ inévitable de ce non-nazi. du cabinet. [190] Le DNVP, pour toute son hostilité envers le libéralisme, était profondément attaché au Rechtsstaat (État de droit) et n'était pas habitué à faire face au dynamisme nazi et au mépris des lois, car les nazis avaient tendance à agir illégalement et à présenter à leurs alliés du DNVP unfait accompli , qui a docilement accepté ce qui avait été fait. [191] Le 17 mai 1933, Hugenberg rencontra Hindenburg pour se plaindre que les nazis avaient forcé certains fonctionnaires qui étaient membres du DNVP à quitter leur emploi ou à les rejoindre pour rejoindre le NSDAP. [192] Hindenburg s'est avéré indifférent lorsque le président a dit à Hugenberg sa conviction "que le chancelier du Reich a les meilleures intentions et travaille avec des mains propres dans l'intérêt de la patrie et dans l'esprit de la justice". [192] Hindenburg a concédé que certains des nazis agissaient illégalement, mais a dit à Hugenberg qu'il ne prendrait aucune mesure parce que c'était un "moment critique" et il faut se rappeler "quel soulèvement national le nouveau mouvement nous a apporté".[192]

Pendant ce temps, en juin 1933, Hitler a été contraint de désavouer le plan de Hugenberg qu'il avait proposé lors de sa participation à la Conférence économique mondiale de Londres , selon lequel un programme d'expansion coloniale allemande en Afrique et en Europe de l'Est était le meilleur moyen de mettre fin à la Grande Dépression , qui a créé un grande tempête à l'étranger. [193] Hugenberg argumenta sur un discours prononcé à Londres le 16 juin 1933. L'Allemagne avait besoin du retour de toutes ses anciennes colonies en Afrique et « d'ouvrir au Volk ohne Raum (nation sans espace) des zones dans lesquelles pourraient fournir un espace pour l'établissement de sa course vigoureuse et construire de grandes oeuvres de paix". [194]Les gouvernements français et soviétique ont officiellement soumis des notes de protestation, le gouvernement français en raison de la demande de retour des anciennes colonies en Afrique tandis que le gouvernement soviétique s'est opposé au fait que l'Union soviétique était le lebensraum (espace de vie) que Hugenberg avait à l'esprit. pour la colonisation allemande. [195] Dans une tentative de contenir les dommages causés par Hugenberg, Neurath a publié une déclaration à la presse britannique, en disant que c'étaient simplement les vues " privées " du ministre d'Économie. [196] Plutôt que d'accepter la réprimande, Hugenberg a choisi de publier une déclaration affirmant qu'il parlait au nom du gouvernement allemand, une action qui a fait apparaître la délégation allemande comme "ridicule" comme Neurath s'en est plaint lors d'une réunion du cabinet ultérieure.[195] Neurath a déclaré au cabinet qu'"un seul membre ne peut pas simplement ignorer les objections des autres" et que Hugenberg "soit ne comprenait pas ces objections, qui étaient naturellement vêtues de forme polie, soit il ne voulait pas les comprendre". [195] Le fait que Hugenberg ait choisi de s'engager dans une vendetta avec Neurath au sujet des communiqués de presse contradictoires publiés à Londres, au lieu d'abandonner l'affaire comme Neurath l'avait exhorté à le faire, l'a fait paraître très mesquin et méchant et lui a coûté toute la sympathie qu'il aurait pu bénéficier des autres ministres conservateurs. [197] Dans un autre coup, pendant son séjour à Londres, le parti avait dissous à la fois le Kampfring , l'aile paramilitaire du DVNP et son aile jeunesse, la Bismarck Youth.[198] Le sort de Hugenberg a été scellé lorsque le secrétaire d'État prussien Fritz Reinhardt , apparemment un subordonné de Hugenberg en tant que ministre de l'Économie, a présenté un plan de création d'emplois au cabinet. La politique a été soutenue par tous les membres sauf Hugenberg. [199]

Personnage de plus en plus isolé, Hugenberg a finalement été contraint de démissionner du cabinet après une campagne chuchotée contre lui pour le destituer du pouvoir. [200] Il a annoncé sa démission officielle le 29 juin 1933 et il a été remplacé par d'autres fidèles au parti nazi, Kurt Schmitt au ministère de l'Économie et Richard Walther Darré au ministère de l'Agriculture. [201] Un « accord d'amitié » a été signé entre les nazis et le DNVP immédiatement après, dont les termes ont effectivement dissous les nationalistes avec des membres invités à rejoindre le parti nazi. En effet, le Front national allemand, comme s'appelait officiellement le DNVP depuis mai 1933, s'était officiellement dissous le 27 juin. [202]Hugenberg a signé un accord écrit pour dissoudre le DNF en échange duquel Hilter a promis que les fonctionnaires qui étaient membres du DNF seraient reconnus comme "des co-combattants à part entière et juridiquement égaux" et de libérer ces membres du parti en prison. [203] La dernière déclaration de Hugenberg au comité exécutif du parti était que "nous avons tous une raison de rentrer à la maison et de ramper dans nos placards ou d'aller dans les bois". [203]

Bien que chassé de son poste au cabinet, Hugenberg était, avec Papen et d'autres anciens membres du DNVP et du Parti du centre (Zentrum) , inclus sur la liste nazie des candidats aux élections de novembre 1933 . [204] Cependant, son stock avec les nazis avait tellement diminué qu'en décembre 1933, l'Union télégraphique, l' agence de presse appartenant à Hugenberg, fut de facto reprise par le ministère de la Propagande et fusionnée avec un nouveau bureau de presse allemand. [205]Hugenberg a été autorisé à rester au Reichstag jusqu'en 1945 en tant que l'un des 22 membres dits «invités», qui ont été officiellement désignés comme représentants sans parti. Etant donné qu'ils partageaient l'assemblée avec 639 députés nazis, et que le Reichstag se réunissait de toute façon de moins en moins fréquemment, des indépendants comme Hugenberg n'avaient aucune influence. [206]

Les années suivantes

Bien que Hugenberg ait perdu l'Union télégraphique au début, il a conservé la plupart de ses intérêts médiatiques jusqu'en 1943, lorsque l' Eher Verlag a acheté sa maison Scherl. Cependant, Hugenberg ne les laissa pas partir à moindre coût, car il négocia un important portefeuille d'actions dans les industries rhénanes - westphaliennes en échange de sa coopération. [38] Hugenberg a vu Hitler pour la dernière fois en février 1935, lorsqu'il a présenté un plan pour remplacer les logements locatifs par des condominiums, qui n'ont abouti à rien. [207] D'ici à 1935, Hugenberg a possédé seulement les journaux Scherl et UFA, qui lui ont donné un revenu annuel de 500 000 Reichsmarks . [207] Les journaux Scherl tels que leBerliner Illustrierte Nachtausgabe et Der Adler ont continué à être publiés sous le Troisième Reich et se sont bien vendus. [207] Les négociations pour la vente forcée de la maison Scherl ont été menées par le ministre de l'Économie du Reich , Walther Funk , qui a essentiellement dit à Hugenberg qu'il devait vendre les journaux Scherl, mais qu'ils paieraient n'importe quel prix qu'il demanderait. [208] Peu de temps après la vente en 1944, un bombardement britannique a détruit l'usine de journaux où les journaux de Scherl étaient publiés. [208] Le fils de Hugenberg est tué au combat sur le front de l'Est ; de manière caractéristique, il a refusé d'exprimer le moindre chagrin en public de peur d'être accusé de faiblesse. [208]

À la fin de la guerre, Hugenberg vivait dans son domaine de Rohbraken à Lippe, qui s'est retrouvé dans la zone d'occupation britannique. [208] Hugenberg a été arrêté par la police militaire britannique le 28 septembre 1946 et ses avoirs restants ont été gelés. [208] Hugenberg a d'abord été détenu après la guerre, mais en 1949, un tribunal de dénazification à Detmold l'a jugé " Mitläufer " (" compagnon de route ") plutôt que nazi, ce qui signifie qu'il a été autorisé à conserver ses biens et ses intérêts commerciaux. [38]Hugenberg a passé les dernières années de sa vie à nier toute responsabilité pour le régime nazi, continuant à affirmer qu'il avait toujours agi correctement et qu'il n'avait aucune honte à avoir. [208] Il mourut à Kükenbruch (maintenant partie d' Extertal ) près de Detmold le 12 mars 1951, n'ayant pour seule compagnie qu'une infirmière car il avait demandé que sa famille ne soit pas autorisée à le voir (Hugenberg ne voulait pas paraître faible devant son famille à l'agonie). [208]

Références

  1. ^ Richard J. Evans , La venue du Troisième Reich , Penguin Press, 2004, p. 314
  2. ^ "Alfred Hugenberg | leader politique allemand" . Encyclopédie Britannica . Récupéré le 28 septembre 2020 .
  3. ^ un bc Tim Kirk, le Dictionnaire d'Histoire Allemande Moderne de Cassell, Cassell, 2002, p. 180
  4. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 174.
  5. ^ un bcdef Léopold , John . _ Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press , 1977, page 1.
  6. ^ Günter Watermeier, Politischer Mord und Kriegskultur an der Wiege der Weimarer Republik , GRIN Verlag, 2007, p. 13
  7. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 168-169.
  8. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 168.
  9. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 169.
  10. ^ un bc Louis Leo Snyder , Encyclopédie du Troisième Reich , Éditions Wordsworth, 1998, p. 177
  11. ^ Sebastian Conrad, La mondialisation et la nation dans l'Allemagne impériale , Cambridge University Press, p. 175
  12. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 1–2.
  13. ^ un bc Léopold , John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 2.
  14. ^ Richard J. Evans, Le Troisième Reich au pouvoir , Penguin Books, 2006, p. 373
  15. ^ Willi Boelcke, Krupp und die Hohenzollern in Dokumenten 1850-1918. Francfort 1970. pages 158-162
  16. ^ Michael Epkenhans, Ralf Stremmel : Friedrich Alfred Krupp. Ein Unternehmer im Kaiserreich. Munich 2010. page 14
  17. ^ Julius Meisbach: Friedrich Alfred Krupp - wie er lebte und starb , Verlag KAStauff & Cie., Cologne ca. 1903
  18. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 2–3.
  19. ^ un bcde Léopold , John . Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 3.
  20. ^ un b Léopold, John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 4.
  21. ^ un b Léopold, John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 3.
  22. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 5.
  23. ^ un bcde Léopold , John . Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 6.
  24. ^ un bc Léopold , John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 7.
  25. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 6–8.
  26. ^ un b Léopold, John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 8-9.
  27. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 9.
  28. ^ un bc Léopold , John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 8.
  29. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 15.
  30. ^ un b Léopold, John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 10.
  31. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 10-11.
  32. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 15-16.
  33. ^ un bcde Léopold , John . Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 11.
  34. ^ Robert Wistrich, Qui est qui dans l'Allemagne nazie , Bonanza Books, 1984, p. 157
  35. ^ un bcd Léopold , John . Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 179.
  36. ^ Karl Dietrich Bracher , La dictature allemande , Pingouin, 1971, p. 36
  37. ^ Paul Bookbinder, Weimar Allemagne: La République du Raisonnable , Manchester University Press, 1996, pp. 222-223
  38. ^ un bcde Wistrich , Qui est qui dans l'Allemagne nazie , p. 158
  39. ^ un bcdef Léopold , John . _ Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 21.
  40. ^ un bcd Léopold , John . Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 22.
  41. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 34.
  42. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 17 et 31.
  43. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.15
  44. ^ un bcd Léopold , John . Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 14.
  45. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 14
  46. ^ un b Léopold, John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 13.
  47. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.38-39
  48. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.39
  49. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p. 13
  50. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p. 14-15
  51. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.41
  52. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.37
  53. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 18-19.
  54. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.18-19
  55. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.19
  56. ^ un bcd Léopold , John . Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 23.
  57. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 22-23.
  58. ^ un bcd Léopold , John . Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 24.
  59. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 25.
  60. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 25-26.
  61. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 28.
  62. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 20.
  63. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 30-31.
  64. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.31
  65. ^ un bc Leopold , John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.32
  66. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.32-33
  67. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 32-33.
  68. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 33-34.
  69. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 34-35.
  70. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 35-36.
  71. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977 p. 19-20
  72. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.45-46
  73. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.46
  74. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.47
  75. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.47-48
  76. ^ un bc Leopold , John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.48
  77. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.48-49
  78. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.49
  79. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.49-50
  80. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.51
  81. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.52
  82. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.44
  83. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p 44
  84. ^ Ernst Nolte , Trois visages du fascisme , Mentor Books, 1965, p. 426
  85. ^ un b Evans, La Venue du Troisième Reich , p. 95
  86. ^ Evans, La venue du Troisième Reich , p. 259
  87. ^ un bcde Léopold , John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.94
  88. ^ un bcde Léopold , John Alfred Hugenberg , New Haven, 1977 p.55
  89. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven, 1977 p.55-56
  90. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 55-56.
  91. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven, 1977 p.56
  92. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.56-57
  93. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.72
  94. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.59
  95. ^ Ian Kershaw , Hitler 1889–1936 : Hubris , Pingouin, 1999, p. 310
  96. ^ un b Léopold, John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 61.
  97. ^ un b Michael Fitzgerald, Adolf Hitler : Un Portrait , Spellmount, 2006, p. 81
  98. ^ Anthony Read, Les disciples du diable: La vie et l'époque du cercle intérieur d'Hitler , Pimlico, 2004, p. 184
  99. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.62
  100. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 63-65.
  101. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 63.
  102. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.65
  103. ^ un bc Leopold , John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.70
  104. ^ Fitzgerald, Adolf Hitler : Un portrait , p. 82
  105. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.55
  106. ^ Lire, Les disciples du diable , p. 185
  107. ^ Kershaw, Hitler 1889–1936 : Hubris , p. 326
  108. ^ un bc Leopold , John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.71
  109. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.77-78.
  110. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977 p.78.
  111. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.75.
  112. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.79.
  113. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.82-83.
  114. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.81-82.
  115. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.82
  116. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.83
  117. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.87
  118. ^ Hans Mommsen , De Weimar à Auschwitz , Polity Press, 1991, p. 135
  119. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.95
  120. ^ un bc Leopold , John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.96
  121. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 84.
  122. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 85.
  123. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 85
  124. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 85-86.
  125. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 86.
  126. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 88.
  127. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 93.
  128. ^ un b Léopold, John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 91.
  129. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.98
  130. ^ FL Carsten, La montée du fascisme , Methuen, 1970, p. 143
  131. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 98-99.
  132. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 99.
  133. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 100
  134. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 100.
  135. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 91-92.
  136. ^ un b Léopold, John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 92.
  137. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 102-103.
  138. ^ un bc Henry Ashby Turner Jr., Hitler 's Thirty Days to Power , Bloomsbury, 1996, p. 69
  139. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven, 1977 p.108-110
  140. ^ Konrad Heiden , Le Führer , Robinson, 1999, pp. 350–351
  141. ^ un bc Léopold , John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 111.
  142. ^ un bcd Léopold , John . Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 105.
  143. ^ un bc Léopold , John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 113.
  144. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 105-106.
  145. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 232
  146. ^ un bc Léopold , John. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 114.
  147. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.115-117
  148. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.116
  149. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.118
  150. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.118-119
  151. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.119
  152. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.120
  153. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 120
  154. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, pages 120-121.
  155. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.121
  156. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.121-122
  157. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.123-124
  158. ^ Léopold, Jean. Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977, page 122.
  159. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.126
  160. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.129-130
  161. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.130
  162. ^ Turner, Hitler's Thirty Days to Power , pp. 89–92
  163. ^ Hermann Weiss & Paul Hoser (eds), Die Deutschnationalen und die Zerstörung der Weimarer Republik. Aus dem Tagebuch von Reinhold Quaatz 1928–1933 (Schriftenreihe der Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte 59) , Oldenbourg : Munich 1989, pp. 19–21
  164. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977 p. 133
  165. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977 p. 132
  166. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.134
  167. ^ Turner, Hitler's Thirty Days to Power , pp. 69-70
  168. ^ Turner, Hitler's Thirty Days to Power , pp. 137-141
  169. ^ Turner, Les trente jours d'Hitler au pouvoir , p. 146
  170. ^ Turner, Hitler's Thirty Days to Power , p. 147
  171. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.135-136
  172. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.136
  173. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.135-137
  174. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977 p. 137
  175. ^ Turner, Hitler's Thirty Days to Power , pp. 154–157
  176. ^ Evans, La venue du Troisième Reich , p. 369
  177. ^ un bcd Léopold , John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p. 138
  178. ^ un bc Leopold , John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p. 146
  179. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p. 139
  180. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977 p. 140
  181. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p. 141
  182. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven : Yale University Press, 1977 p. 143
  183. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p. 143-144
  184. ^ un bc Leopold , John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p. 144
  185. ^ Jr, William L. Patch; Patch, William L. (30 mars 2006). Heinrich Bruning et la dissolution de la République de Weimar . La presse de l'Universite de Cambridge. p. 296. ISBN 0521025419.
  186. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p. 145
  187. ^ Alfred Grosser, L'Allemagne à notre époque: une histoire politique des années d'après-guerre , Penguin Books, 1971, p. 28
  188. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.146.
  189. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.152-153.
  190. ^ Evans, Le Troisième Reich au pouvoir , p. 420
  191. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.148.
  192. ^ un bc Leopold , John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.151.
  193. ^ Hildebrand, Klaus La politique étrangère du Troisième Reich Londres: Batsford 1973 pp. 31-32
  194. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.154.
  195. ^ un bc Leopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.155 .
  196. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.154-155.
  197. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.156-157.
  198. ^ Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.157-158.
  199. ^ Kershaw, Hitler : Hubris , p. 449
  200. ^ Evans, Le Troisième Reich au pouvoir , p. 13
  201. ^ Evans, Le Troisième Reich au pouvoir , p. 27
  202. ^ Kershaw, Hitler : Hubris , p. 477
  203. ^ un b Léopold, John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.163.
  204. ^ Evans, Le Troisième Reich au pouvoir , p. 109
  205. ^ Evans, Le Troisième Reich au pouvoir , p. 146
  206. ^ Lire, Les disciples du diable , p. 344
  207. ^ un bc Leopold , John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.165
  208. ^ un bcdefg Léopold , John Alfred Hugenberg , New Haven: Yale University Press, 1977 p.166

Liens externes

Bureaux politiques du parti
Précédé par Chef du Parti national populaire allemand
1928-1933
Poste aboli
Bureaux politiques
Précédé par Ministre de l'économie
1933
succédé par
Précédé par Ministre de l'alimentation et de l'agriculture
1933
succédé par