Akseli Gallen-Kallela

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Akseli Gallen-Kallela
Akseli Gallen-Kallela.jpg
Axel Waldemar Gallen

( 26/04/1865 )26 avril 1865
Décédés7 mars 1931 (07/03/1931)(65 ans)
Nationalitéfinlandais
Connu pourPeinture
MouvementNationalisme romantique , Réalisme , Symbolisme

Akseli Gallen-Kallela (26 avril 1865 - 7 mars 1931) était un peintre finlandais surtout connu pour ses illustrations du Kalevala , l' épopée nationale finlandaise ( illustration, ci-dessous ). Son travail est considéré comme un aspect très important de l'identité nationale finlandaise. Il a changé son nom de Gallén à Gallen-Kallela en 1907. [1]

Vie et carrière

Jeunesse

Gallen-Kallela est né Axel Waldemar Gallén à Pori , en Finlande, dans une famille suédophone . Son père Peter Gallén a travaillé comme chef de la police et avocat. [2] Gallen-Kallela a grandi à Tyrvää . [3] À l'âge de 11 ans, il est envoyé à Helsinki pour étudier dans un lycée, car son père s'oppose à son ambition de devenir peintre. Après la mort de son père en 1879, Gallen-Kallela suit des cours de dessin à la Société d'art finlandaise (1881–1884) et étudie en privé avec Adolf von Becker . [1]

Paris

Autoportrait au chevalet , 1885

En 1884, il s'installe à Paris , pour étudier à l' Académie Julian . [4] À Paris, il se lie d'amitié avec le peintre finlandais Albert Edelfelt , le peintre norvégien Carl Dørnberger et l'écrivain suédois August Strindberg . [1] Pendant cette période il a voyagé dans les deux sens entre la Finlande et Paris. [1]

Mary Slöör

Problème (Symposium) représentant Gallen-Kallela lui-même, Oskar Merikanto , Robert Kajanus et Jean Sibelius , 1894 ( fi )
Autoportrait à la fresque , 1894

Il épousa Mary Slöör en 1890. Le couple eut trois enfants, Impi Marjatta, Kirsti et Jorma . Lors de leur lune de miel en Carélie orientale , Gallen-Kallela a commencé à rassembler du matériel pour ses représentations du Kalevala . Cette période est caractérisée par des peintures romantiques du Kalevala , comme le Mythe d'Aino , et par plusieurs peintures de paysage, bien qu'à partir de 1894 l'influence du symbolisme soit fortement visible dans ses œuvres. [1]

Berlin et la tragédie

Autoportrait 'en face' , 1897

En décembre 1894, Gallen-Kallela s'installe à Berlin pour superviser l'exposition conjointe de ses œuvres avec les œuvres du peintre norvégien Edvard Munch . A l'époque, Gallen-Kallela a également conçu une grande cabane appelée Kalela pour sa famille loin de tout sur les rives du lac Ruovesi . Il a été construit à partir de pins morts sur pied par 13 charpentiers locaux en un an de 1894 à 1895. [12] [13]

En mars 1895, son voyage prit fin lorsqu'il reçut un télégramme l'informant que sa fille Impi Marjatta était décédée de la diphtérie . Ce sera un tournant dans son travail. Alors que ses œuvres étaient auparavant romantiques, après la mort de sa fille, Gallen-Kallela a peint des œuvres plus agressives. Dans les années 1896-1899, il peint ce qui est considéré comme ses œuvres les plus célèbres : La Défense du Sampo , La Mère de Lemminkäinen , La Revanche de Joukahainen et La Malédiction de Kullervo . [1] En mai de 1895, Gallen et Mary ont visité Londres , avec son intention étant l'achat d'une presse d'art graphique . Là-bas, il a également apprisvitrail . À la fin de 1897, la famille fit un voyage à Florence , visitant également Pompéi , où il étudia l'art de la fresque . [1]

Exposition Paris 1900

Pour l' exposition universelle de Paris en 1900, Gallen-Kallela peint des fresques pour le pavillon finlandais. [1] Dans la fresque Ilmarinen labourant le champ de vipères , il y avait un message politique caché : l'une des vipères porte une petite couronne Romanov , [14] racontant le souhait de Gallen-Kallela d'une Finlande indépendante à l'époque de la russification de Finlande .

L'exposition de Paris a assuré la stature de Gallen-Kallela en tant que principal artiste finlandais. [15] En 1901, il a été chargé de peindre la fresque, Kullervo part pour la guerre , pour la salle de concert de l'Union des étudiants d'Helsinki. [15] Entre 1901 et 1903, il peint les fresques du mausolée Jusélius à Pori , commémorant la fille de 11 ans de l'industriel Fritz Arthur Jusélius . (Cependant, les fresques furent bientôt endommagées par l'humidité et furent complètement détruites par un incendie en décembre 1931. Jusélius chargea le fils de l'artiste, Jorma, de les repeindre à partir des croquis originaux. [16] La reconstruction fut achevée juste avant la mort de Jorma en 1939.)[1]

Gallen-Kallela a officiellement finnicisé son nom en Akseli Gallen-Kallela, plus finlandais, en 1907. [1] Son idée d'un Grand Kalevala  [ fi ] de 700 pages a été entièrement formée en 1909 avec la publication de son plan dans le magazine Valvoja. . [17]

Kenya

Akseli Gallen-Kallela après son retour d'Afrique par Sigurd Wettenhovi-Aspa en 1911
Autoportrait pour la Galerie des Offices , 1916

En 1908, dans un esprit de renouveau, Gallen-Kallela et sa famille s'installent à Paris. Cependant, la ville et la nouvelle direction prise par l'art ne se sentaient pas aussi hospitalières qu'il l'avait espéré, et donc en mai 1909, ils s'éloignèrent beaucoup plus loin à Nairobi au Kenya . Il a été le premier artiste finlandais à peindre au sud du Sahara , et il a totalisé plus de 150 œuvres expressionnistes . Bien que artistiquement les peintures soient de qualité fluctuante, leurs couleurs et la synergie des couleurs sont remarquables. Ils retournèrent en Finlande en février 1911. [1] Entre 1911 et 1913, il conçut et construisit un studio et une maison pour sa famille à Tarvaspää , à environ 10 km au nord-ouest du centre d'Helsinki. [19]

Guerre civile finlandaise

Gallen-Kallela dans son uniforme de lieutenant pendant la guerre civile, 1918
Portrait d'A. Gallen-Kallela , Ilya Répine , 1920

La famille est revenue de Tarvaspää à Kalela en 1915 pour échapper à la tourmente de la Première Guerre mondiale . Quelques années plus tard, en 1918, Gallen-Kallela et son fils Jorma prennent part aux combats sur le front de la guerre civile finlandaise . Lorsque le régent, le général Mannerheim , en a entendu parler, il a invité Gallen-Kallela à concevoir les drapeaux, les décorations officielles et les uniformes de la Finlande nouvellement indépendante. Pour le drapeau , Gallen-Kallela a proposé un drapeau à croix blanc-bleu, aux couleurs inversées (croix blanche sur bleu), mais celui-ci était considéré comme trop proche du drapeau suédois et particulièrement du drapeau grec de l'époque. En 1919, il est nommé aide de camp à Mannerheim. [1]En 1920, il conclut un accord avec la société d'édition WSOY pour la publication éventuelle de Great Kalevala , le moins décoratif Koru-Kalevala étant publié pour la première fois en 1922. [17]

Taos, Nouveau-Mexique et vie ultérieure

Gallen-Kallela au Musée national de Finlande devant sa version fresque de La Défense du Sampo, 1928

En décembre 1923, il s'installe aux États-Unis, où sa famille le suit également à l'automne 1924. Il séjourne d'abord à Chicago , et une exposition de son travail fait le tour de plusieurs villes. [21] À Chicago, il a été impressionné par l'art amérindien et a déménagé à Taos, Nouveau-Mexique , à la colonie d'art là-bas pour l'étudier plus avant. Pendant ce temps aux États-Unis, il a également commencé à esquisser le Grand Kalevala de manière beaucoup plus détaillée. En mai 1926, la famille retourne en Finlande. Deux ans plus tard, en 1928, avec son fils Jorma, il peint les fresques du Kalevala dans le hall du Musée national de Finlande.. Puis en 1930, il s'engage à peindre une gigantesque fresque pour la banque Kansallis-Osake-Pankki , mais le 7 mars 1931, en revenant d'une conférence à Copenhague , il meurt subitement d' une pneumonie à Stockholm . [1]

Héritage

Son studio et sa maison à Tarvaspää ont été ouverts en tant que musée Gallen-Kallela en 1961; il abrite certains de ses travaux et des installations de recherche sur Gallen-Kallela lui-même. [22] [23]

Musée Gallen-Kallela à Tarvaspää

Voir aussi

Remarques

  1. La fille qui a modelé pour le tableau était une future députée , Maria Raunio . [5]
  2. Les cadres ont été peints par Elin Danielson-Gambogi . [7]
  3. Gallen-Kallela s'inspire du poème symphonique de Sibelius En saga (Un conte de fées). À droite se trouve Sibelius lui-même, en haut à gauche se trouvent les visuels qu'il a apportés à l'esprit de Gallen-Kallela et la section vide en bas à gauche était censée contenir des notes du poème symphonique, mais Sibelius n'a pas souhaité les ajouter. [10] [11]
  4. Il existe également une fresque du mausolée de Jusélius intitulée Printemps de 1903.
  5. Il était un assistant et un ami de la famille Gallen-Kallela et accompagnait toujours les enfants de la famille à l'école. [20]

Références

Citations

  1. ^ un bcdefghijklm Reitala 1997 . _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
  2. ^ Martin 1985 , p. 5.
  3. ^ Musée d'Orsay 2012 .
  4. ^ Martin 1985 , p. 65.
  5. ^ Pohjolainen 2016 .
  6. ^ Hämäläinen 2018 .
  7. ^ Okkonen 1916 , pp. 248–261.
  8. ^ Sipilä 2019 .
  9. ^ Leppänen 2020 .
  10. ^ Aïnola .
  11. ^ par Donsdorff 2017 .
  12. ^ Ruovesi .
  13. ^ Yle 2010 .
  14. ^ Saressalo 2018 .
  15. ^ un b Martin 1985 , p. 12.
  16. ^ Martin 1985 , p. 37.
  17. ^ un b Mikkonen 2020 .
  18. ^ Aksa 2018 .
  19. ^ Martin 1985 , p. 38.
  20. ^ Kulttuurikurkkaus 2019 .
  21. ^ Martin 1985 , p. 39.
  22. ^ Musée Gallen-Kallela 2015 .
  23. ^ Ringbom 1996 .

Source

Livres

  • Jackson, D.; Wageman, P., éd. (2006). Akseli Gallen-Kallela, De magie van Finland [ Akseli Gallen-Kallela, The Magic of Finland ] (couverture souple) (en néerlandais). Rotterdam : Libraires NAi / Groninger Museum . ISBN 978-90-5662-523-8.
  • Martin, Timo; Pusa, Erja (1985). Akseli Gallen-Kallela, 1865-1931 (relié). Traduit par John Derome. Tarvaspää : Musée Gallen-Kallela . OCLC  29071282 .
  • Okkonen, Onni (1916). "Voyage à Kuusamo". Akseli Gallen-Kallela, elämä ja taide [ Akseli Gallen-Kallela, vie et art ] (en finnois). Porvoo-Helsinki : Werner Söderström Osakeyhtiö (WSOY).
  • Pohjolainen, Raija (2016). Tyttö Keuruun vanhassa kirkossa [ Une jeune fille dans la vieille église de Keuruu ] (en finnois). Vantaa : Kellastupa. ISBN 978-95-2578-723-8.

Sites Web

Liens externes

Médias liés à Akseli Gallen-Kallela sur Wikimedia Commons